Summary. Résumé. Arianna Troilo 1,2, Mustapha Mecili 1, Ecaterina Ciobanu 1, Vieri Boddi 3, Mario M. D Elios 2, Emmanuel Andrès 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Summary. Résumé. Arianna Troilo 1,2, Mustapha Mecili 1, Ecaterina Ciobanu 1, Vieri Boddi 3, Mario M. D Elios 2, Emmanuel Andrès 1"

Transcription

1 Presse Med. 2010; 39: e273 e279 ß 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. en ligne sur / on line on Efficacité et tolérance de la vitamine B12 par voie orale chez 31 patients avec une maladie de Biermer ou une maldigestion des cobalamines alimentaires Arianna Troilo 1,2, Mustapha Mecili 1, Ecaterina Ciobanu 1, Vieri Boddi 3, Mario M. D Elios 2, Emmanuel Andrès 1 Reçu le 21 décembre 2009 Accepté le 30 mars 2010 Disponible sur internet le : 12 août 2010 Summary Oral vitamin B12: Efficacy and safety data in 31 patients with pernicious anemia and food-cobalamin malabsorption Objective > The aim of this study is to validate the efficacy and safety of oral cobalamin therapy in the treatment of cobalamin deficiency related to various causes. Patient and method > It s a retrospective study, including 31 patients with documented cobalamin deficiency related to foodcobalamin malabsorption (n = 20) and pernicious anemia (n = 11). These patients were treated at least for 3 months with oral cyanocobalamin, between 125 to 1000 microg per day. Serum cobalamin levels and hematological parameters were compared before and after the therapy and in relation with the nature of cobalamin deficiency. Safety data were also recorded. Results > After 3 months of therapy, the serum cobalamin levels have significantly increased in all the patients, with a mean of +161,6 79,3 pg/ml in the food-cobalamin malabsorption group (P < ) and pg/ml in the pernicious anemia doi: /j.lpm Hôpitaux universitaires de Strasbourg, service médecine interne, diabète et maladies métaboliques, clinique médicale B, Strasbourg cedex, France 2. University of Florence, Department of Internal Medicine, Florence, Italie 3. University of Florence, Department of Public Health, Florence, Italie Correspondance : Emmanuel Andrès, Hôpital civil hôpitaux universitaires de Strasbourg, service de médecine interne, diabète et maladies métaboliques, clinique médicale B, 1, porte de l Hôpital, Strasbourg cedex, France. Résumé Objectif > Nous avons évalué l efficacité et la tolérance de la vitamine B12 par voie orale chez des patients avec une carence en vitamine B12 de diverses causes. Méthodes > Cette étude rétrospective a inclus des patients qui ont été traités par cyanocobalamine administrée par voie orale pendant au moins 3 mois, à des posologies allant de 125 à 1000 microg par jour. La concentration sérique en vitamine B12 (critère principal) et les paramètres hématologiques (critère secondaire) ont été analysés et après traitement et les résultats comparés entre les 2 groupes. La tolérance du traitement a été analysée. Résultats > Vingt patients avec une maldigestion des cobalamines alimentaires et 11 avec une anémie de Biermer ont été inclus. Après 3 mois de traitement, la concentration sérique de vitamine B12 a augmenté significativement chez tous les patients, en moyenne de 161,6 79,3 pg/ml dans le groupe maldigestion (p < 0,00005) et de 136,7 67,4 pg/ml dans le groupe des patients avec une maladie de Biermer (p < 0,0001), sans différence entre les 2 groupes. Les paramètres hématologiques ont eu tendance à se normaliser chez e273 Article original

2 A Troilo, M Mecili, E Ciobanu, V Boddi, MM D Elios, E Andrès group (P < ). Hematological parameters have been normalized in 90 % of the patients, independently of the cause of the cobalamin deficiency. Only 1 patient presented an urticarial reaction. Conclusion > This study confirms the efficacy and safety of oral cobalamin therapy in food-cobalamin malabsorption and also in case of pernicious anemia. plus de 90 % des patients et ce indépendamment de la cause de la carence en vitamine B12. Un patient a eu une urticaire. Conclusion > Nous avons confirmé l efficacité de la vitamine B12 par voie orale comme traitement de la carence en vitamine B12 et cela quelle que soit la cause de cette carence. Le déficit en vitamine B12 (cobalamine) est fréquent [1]. Il peut être potentiellement grave en raison de ses complications hématologiques et neurologiques. Le diagnostic est parfois retardé car il est souvent peu symptomatique et atypique notamment chez les patients âgés. La voie de supplémentation injectable a été validée et ses modalités bien codifiées [2]. Des études ont ouvert de nouvelles perspectives en suggérant l intérêt de la voie orale, voire de la voie nasale [3]. Nous avons évalué l efficacité et la tolérance de la vitamine B12 administrée par voie orale chez des patients atteints d une anémie de Biermer et chez les patients avec une maldigestion des cobalamines alimentaires. Méthodes Sélection des patients Les patients ont été sélectionnés rétrospectivement à partir d une banque de donnée (CARE B12) incluant tous les patients Ce qui était connu La plupart des essais cliniques ont confirmé la non-infériorité de la voie orale par rapport à la voie parentérale de la vitamine B12 au cours du syndrome de maldigestion des cobalamines alimentaires avec une normalisation des différents paramètres étudiés (vitamine B12 sérique, homocystéine, acide méthyl malonique) et des anomalies hématologiques. Une régression des signes cliniques a été observée chez la plupart des patients. L efficacité de la vitamine B12 par voie orale est discutée dans la maladie de Biermer. Ce qu apporte l article La vitamine B12 administrée par voie orale a été efficace pour traiter la carence en vitamine B12. L efficacité a été observée quelle que soit la cause de la carence. avec une carence en vitamine B12 suivis dans le service de médecine interne, diabète et maladies métaboliques de la clinique médicale B des hôpitaux universitaires de Strasbourg (France). Les patients inclus avaient une carence en vitamine B12 documentée selon les critères suivants [1] : vitamine B12 sérique < 200 pg/ml (150 pmol/l) et signes cliniques et/ou anomalies hématologiques dues à carence en vitamine B12 ; vitamine B12 sérique < 200 pg/ml à 2 reprises ; vitamine B12 sérique < 200 pg/ml et homocystéine totale sérique > 13 micromol/l ou acide méthyl malonique > 0,4 micromol/l (en absence d insuffisance rénale et de carence en folates et/ou vitamine B6 associées) ; ces derniers paramètres étant des marqueurs indirects de carence tissulaire en vitamine B12. Tous les patients étaient traités par vitamine B12 administrée par voie orale sous forme de cyanocobalamine pour une durée moyenne d au moins 3 mois. Procédure de répartition des patients en 2 groupes Après sélection, les patients ont été répartis en 2 groupes : maladie de Biermer et maldigestion des cobalamines alimentaires (non-dissociation de la vitamine B12 des protéines porteuses), selon la procédure diagnostique indiquée sur la figure 1 [4]. Les patients avec une carence alimentaire (enquête alimentaire, poids stable, albuminémie normale) ou une malabsorption intestinale (antécédents médicochirurgicaux, absence de diarrhées) ont été exclus. Ensuite la présence d anticorps anti-facteur intrinsèque ou d un aspect typique de gastrite auto-immune sur les biopsies gastriques (la présence d Helicobacter pylori étant un critère d exclusion) ont été recherchés, ces éléments permettant de retenir de façon certaine le diagnostic d anémie de Biermer. Si cette étape était négative, un diagnostic de maldigestion des cobalamines alimentaires était fait. Schéma thérapeutique Les patients ont été traités avec de la cyanocobalamine administrée par voie orale, sous forme de «Vitamine e274

3 Efficacité et tolérance de la vitamine B12 par voie orale chez 31 patients avec une maladie de Biermer ou une maldigestion des cobalamines alimentaires [(Figure_1)TD$FIG] Figure 1 Différentes étapes du diagnostic positif et étiologique de la carence en vitamine B12 (repris de [4]) B12 Delagrange W» ou de «Vitamine B12 Roche W» pendant en moyenne au moins 3 mois. Les doses de cyanocobalamine administrées variaient de 125 à 1000 microg par jour. Critères d évaluation L efficacité du traitement par vitamine B12 administrée par voie orale a été évaluée en moyenne au troisième mois sur la base de la normalisation du taux de vitamine B12 dans le sérum (critère principal) et des paramètres hématologiques : hémoglobine et volume globulaire moyen (critères secondaires). La tolérance a été évaluée cliniquement selon la présence ou non d un effet secondaire notifié par les patients et/ou observé par les praticiens. Analyses de laboratoire Pour évaluer les paramètres hématologiques, un compteur automatique Coulter a été utilisé (Technicon H1, Bayer Healthcare, Diagnostics Division, Tarrytown, New York). Les concentrations de vitamine B12 sérique ont été déterminées par test immuno-enzymatique (Abbott Diagnostics, Rungis, France). Les anticorps anti-facteur intrinsèque ont été détectés par test enzyme-linked immunosorbent assay (Elisa) (Bayer Health- Care, Diagnostics Division, France). Analyse statistique Les données et après traitement dans chaque groupe ont été comparées avec un test t de Student pour les données e275 Article original

4 A Troilo, M Mecili, E Ciobanu, V Boddi, MM D Elios, E Andrès couplées. p < 0,05 a été considéré comme significatif. Pour la comparaison entre les deux groupes, un test t de Student pour données indépendantes a été utilisé. p < 0,05 a été considéré comme significatif. La distribution des données a été étudiée par le test de Shapiro-Wilk. Quand la distribution n était pas gaussienne, nous avons utilisé le test de Wilkoxon. Pour l analyse statistique, nous avons utilisé le logiciel Stata corp Stata Statistical Software : Release 8.0 College Station, TX : Stata Corporation. Résultats Population concernée par l étude Sur 120 patients (n) initialement considérés (traités par vitamine B12 per os et inclus dans CARE B12), 31 patients, dont 18 femmes, étaient retenus (traités et suivis de façon exhaustive pendant au moins 3 mois). Les autres patients n ont pas été considérés dans ce travail car perdus de vue, non suivis régulièrement dans notre service et/ou avec des résultats de vitamine B12 issus d autres laboratoires (kits de dosage différents) (n = 61). Certains ont également été mis sous vitamine B12 intramusculaire par le médecin référent rapidement (1 er mois), sans raison évidente si ce n était l habitude du praticien en charge du patient (n = 28). Onze patients, dont 8 femmes, d âge moyen 71 ans, avaient une maladie de Biermer. Dans ce groupe, des anticorps antifacteur intrinsèque ont été mis en évidence chez 9 patients (82 %). Un aspect de gastrite auto-immune fundique (sans H. pylori) était observé chez 6 patients sur 6 ayant eu une gastroscopie avec biopsie. Vingt patients, dont 10 femmes, d âge moyen 72 ans, avaient une malabsorption des cobalamines alimentaires. Les tableaux I et II présentent les doses de cyanocobalamine délivrées pour chaque patient. Critères principaux et secondaires Après 3 mois de traitement, la concentration sérique de vitamine B12 a augmenté chez tous les patients (tableaux I et II). Vingt patients ont normalisé (> 200 pg/ml) leur concentration sérique de cobalamine (données disponibles pour 27 patients). Dans le groupe des patients avec une maldigestion des cobalamines alimentaires, la moyenne ( écart-type) des variations était de 161,6 79,3 pg/ml, avec p < 0, Dans le groupe des patients ayant une anémie de Biermer, la moyenne des variations était de 136,7 67,4 pg/ml, avec p < 0,0001. Après 3 mois de traitement, la concentration en hémoglobine a augmenté chez 28 patients (tableaux I et II). Dans le groupe des patients avec une maldigestion des cobalamines alimentaires, la moyenne des variations des niveaux d hémoglobine était de 1,65 1,3 g/dl, avec p < 0,00005, et la moyenne des variations de volume globulaire moyen était de 6,0 6,6 fl, pour un p < 0,001. Dans le groupe des patients avec une maladie de Biermer, la moyenne des variations des concentrations d hémoglobine était de 2,7 2,5 g/dl (p < 0,004) et la moyenne des variations du volume globulaire moyen était de 11,3 6,6 fl (p < 0,0002). Comparaison entre maladie de Biermer et maldigestion des cobalamines alimentaires Pour la vitamine B12 sérique, la différence entre les variations moyennes des 2 groupes était non significative (p = 0,41). Cette différence était non significative en ce qui concerne l hémoglobine (p = 0,12). La différence entre les variations Tableau I Efficacité de la vitamine B12 administrée par voie orale chez 11 patients avec une maladie de Biermer, et après 3 mois de traitement Patient Sexe/âge Dose administrée (microg/j) Hb (g/dl) Hb (g/dl) après VGM (fl) VGM (fl) après Vit B12 (pg/ml) Vit B12 (pg/ml) après 1 F/ ,8 12, F/ ,4 12, F/ ,7 12, F/ ,2 11, M/ ,0 9, F/ ,0 12, M/ ,7 10, ND 8 F/ ,6 10, M/ ,1 12, F/ ,9 12, F/ ,4 11, , Moyenne 954,5 8,9 11,6 103,7 92, ,2 Hb : hémoglobine ; VGM : volume globulaire moyen des érythrocytes ; Vit B12 : vitamine B12 ; ND : non disponible. e276

5 Efficacité et tolérance de la vitamine B12 par voie orale chez 31 patients avec une maladie de Biermer ou une maldigestion des cobalamines alimentaires Tableau II Efficacité de la vitamine B12 administrée par voie orale dans le groupe de patients avec une maldigestion des cobalamines alimentaires. Les paramètres ont été mesurés le traitement et après 3 mois de traitement Patient Sexe/âge Dose administrée (microg/semaine) Hb (g/dl) Hb (g/dl) après 3 mois moyennes des 2 groupes était à la limite de la significativité pour le volume globulaire moyen, avec un p à 0,046. Étant donné que la distribution des variations de l hémoglobine n était pas gaussienne, un test de Wilcoxon sur cette variable a été réalisé. Ce test a montré une différence non significative entre les médianes des 2 groupes de patients (p = 0,42). Une médiane 1,5 1,3 g/dl (min 0,5 max 4) pour le groupe des patients avec maldigestion des cobalamines alimentaires et une médiane 2,5 2,5 g/dl (min 0,2 max 6,5) pour le groupe des patients avec maladie de Biermer. Tolérance La cyanocobalamine par voie orale a été bien tolérée. Un patient sur les 31 traités avec thérapie par voie orale a eu une légère réaction allergique cutanée sous forme d urticaire due à l administration orale de cobalamine en solution (ampoule buvable). Chez ce patient, le relais avec une forme de cyanocobalamine délivrée sous forme de comprimé s est accompagné d aucune manifestation clinique. VGM (fl) Discussion VGM (fl) après 3 mois Vit B12 (pg/ml) Vit B12 (pg/ml) après 3 mois 1 F/ , F/ , M/ ,3 13, M/ ,7 10, F/ ,7 10, M/ ,3 12, F/ , ND 8 F/ , F/ , ND 10 M/ , M/ ,6 100,5 95, F/ ,7 13,3 ND 89, M/ ,9 14, , M/ ,2 14,6 95,3 99, F/ ,5 12,5 101, F/ , M/ ,7 12,7 105,3 84, M/ ,7 13,7 ND M/ ,2 13,7 93, ND 20 F/ ,2 10, Moyenne ,6 12,2 95,2 94, ,1 Hb : hémoglobine ; VGM : volume globulaire moyen des érythrocytes ; Vit B12 : vitamine B12 ; ND : non disponible. La cyanocobalamine administrée par voie orale était efficace dans les carences en vitamine B12. Notre étude a montré que l efficacité de ce traitement chez des patients ayant une anémie de Biermer était comparable à celle observée chez les patients avec une maldigestion des cobalamines alimentaires, au moins sur les paramètres sanguins et hématologiques. Après 3 mois de traitement, la concentration de vitamine B12 sérique a augmenté de façon significative chez tous les patients. Soixante-quinze pour cent des patients ont normalisé le niveau de cobalamine sérique (> 200 pg/ml). Les paramètres hématologiques ont eu tendance à se normaliser chez plus de 90 % des patients (tableaux I et II). La tolérance de la vitamine B12 par voie orale était excellente, avec une allergie cutanée minime chez un seul patient. Tous les patients inclus dans ce travail avaient un déficit en cobalamine «certain» dont la cause avait été établie et documentée au moyen d une procédure diagnostique standardisée [1,4]. Cela a permis d être «certain du diagnostic» de e277 Article original

6 A Troilo, M Mecili, E Ciobanu, V Boddi, MM D Elios, E Andrès maladie de Biermer ce qui était indispensable car pour ces patients, il existait une malabsorption facteur intrinsèque dépendante complète de la vitamine B12 par rapport à la maldigestion des cobalamines alimentaires où cette dernière est partielle [5,6]. Dans ces 2 populations de patients, il existe une absorption passive préservée de vitamine B12 (environ 1 % selon les individus), et supportant le rationnel d un traitement par vitamine B12 administrée par voie orale [7]. Cette absorption passive de vitamine B12 a été documentée de longue date chez l homme (1948) mais est «tombée dans les oubliettes de l Histoire» [2]. Elle débute potentiellement au niveau de la cavité buccale et concerne tous les segments du tube digestif [7]. Elle permettrait l absorption d environ 1 % de la vitamine B12, et ce quel que soit l état de l individu et la maladie sous-jacente [2]. Notre traitement a apporté une dose quotidienne de 1 % de 954 microg, soit 9,4 microg par jour, dans le groupe des patients avec une maladie de Biermer alors que les besoins journaliers estimés sont de 2,4 microg. Dans le groupe de patients avec maldigestion des cobalamines alimentaires, cet apport a été d au moins 1 % (en ne prenant en compte que la diffusion passive [l absorption dépendant de facteur intrinsèque étant ici respectée mais non prise en compte]) de 3450 microg par semaine, soit 34,5 microg par semaine ou 4,9 microg par jour, là encore pour des besoins estimés de 2,4 microg par jour. Une grande variabilité interindividus a été rapportée. Ce mécanisme physiologique est encore méconnu de nombreux cliniciens. Cet élément associé au fait que pour un grand nombre d entre eux, carence en vitamine B12 est synonyme de maladie de Biermer, et donc de malabsorption, aimposéledogmedu«tout parentéral» (intramusculaire en France) dans le traitement des carences en cobalamine. Avec la mise en évidence du syndrome de maldigestion des cobalamines alimentaires, la physiopathologie des carences en vitamine B12 et la voie orale ont été redécouvertes [7]. Nous avons montré l efficacité de la vitamine B12 administrée par voie orale. Les variations moyennes du niveau de cobalamine et de la concentration d hémoglobine étaient comparables dans les 2 groupes. La différence entre les variations moyennes des 2 groupes était non significative pour la vitamine B12 sérique, qui était le critère principal dans cette étude, Tableau III Études prospectives randomisées utilisant de la vitamine B12 administrée par voie orale Caractéristiques des études (nombre de patients) Étude prospective randomisée et contrôlée (n = 38) de Kuzminski AM et al [8] ; carences en vitamine B12 liées à des maladies de Biermer, des maldigestions des cobalamines alimentaires et les malabsorptions Étude prospective randomisée ouverte (n = 60) de Bolaman Z et al [9] ; carences (peu documentées) en vitamine B12 liées à des maladies de Biermer, des maldigestions des cobalmaines alimentaires et les malabsorptions Modalités thérapeutiques Cyanocobalamine par voie orale : 2000 microg/j, pendant au moins 4 mois Cyanocobalamine par voie orale : 1000 microg p.o. par jour pendant 10 jours (groupe P.O.) ou cobalamine i.m. : 1000 microg par jour pendant 10 jours (groupe I.M.). Après 10 jours, les 2 traitements ont été administrés 1 par semaine pendant 1 mois puis 1 par mois Résultats Les valeurs préthérapeutiques de la vitamine B12, de l acide méthylmalonique et de l homocystéine étaient respectivement de : 93 pg/ml, 3850 nmol/l et 37,2 mmol/l dans le groupe oral et de : 95 pg/ml, 3630 nmol/l et 40 mmol/l dans le groupe parentéral. Après 4 mois de traitement, ces valeurs étaient respectivement de : 1005 pg/ml, 169 nmol/l et 10,6 mmol/l dans le groupe oral et de : 325 pg/ml, 265 nmol/l et 12,2 mmol/l dans le groupe parentéral. Les valeurs les plus hautes pour la vitamine B12 et les plus basses pour l acide méthylmalonique étaient significativemnt différente entre les 2 groupes (p < 0,0005 et p < 0,05) La correction des manifestations hématologiques et neurologiques était rapide et indistinguable entre les 2 groupes La valeur moyenne de vitamine B12 a augmenté significativement entre le j0 et le j90 (p < 0,001). Dans le groupe P.O., à j30 et j90, tous les paramètres hématologiques (Hb, VGM, réticulocytes, nombre de GB et de plaquettes) ont changé significativement par rapport à j0 (p < 0,01 pour tous). Ces anomalies se corrigeaient de façon similaire entre les 2 bras. Une amélioration des paramètres a été observée dans 78 % dans le groupe P.O. et 75 % dans le groupe I.M. à j30 Hb : hémoglobine ; VGM : volume globulaire moyen des érythrocytes. e278

7 Efficacité et tolérance de la vitamine B12 par voie orale chez 31 patients avec une maladie de Biermer ou une maldigestion des cobalamines alimentaires avec un p à 0,41. À notre connaissance, cela n a jamais été étudié ni rapporté dans la littérature. L efficacité de la vitamine B12 par voie orale avait été observée dans 2 études répondant aux critères de l evidence-based medicine (tableau III) [8,9]. Cette efficacité avait été notée dans la méta-analyse du groupe Cochrane [10]. Notre étude a montré une efficacité de la vitamine B12 par voie orale dans le cadre de la maladie de Biermer et non uniquement dans le cadre des syndromes de maldigestion des cobalamines alimentaires. Depuis 1995, la plupart des essais cliniques ont confirmé la non infériorité de la voie orale par rapport à la voie parentérale au cours du syndrome de maldigestion des cobalamines alimentaires avec une normalisation des différents paramètres et différentes anomalies hématologiques et une régression des signes cliniques chez la plupart des patients [2,3]. Seule l étude prospective, randomisée et ouverte de Kuzminski et al. a inclus quelques patients avec une maladie de Biermer avérée, patients traités efficacement par cyanocobalamine administrée par voie orale à la posologie de 2000 microg par jour (tableau III) [8]. Nous avons publié une étude de cohorte sur 10 patients traités pour une carence en vitamine B12 liée à un Biermer par de la cyanocobalamine par voie orale à raison de 1000 microg par jour [11]. Si l efficacité de la vitamine B12 par voie orale dans la maldigestion des cobalamines alimentaires est reconnue, il existe des réserves sur son utilisation dans la maladie de Biermer Références [1] Andrès E, Loukili NH, Noel E, Kaltenbach G, Ben Abdelgheni M, Perrin AE et al. Vitamin B12 (cobalamin) deficiency in elderly patients. CAMJ 2004;171: [2] Lane LA, Rojas-Fernandez C. Treatment of vitamin B12 deficiency anemia: oral versus parenteral therapy. Ann Pharmacother 2002;36: [3] Andrès E, Vogel T, Federici L, Zimmer J, Kaltenbach G. Update on oral cyanocobalamin (vitamin B12) treatment in elderly patients. Drugs Aging 2008;25: [4] Serraj K, Vogel T, Federici L, Ciobanu E, Mecili C, Kaltenbach G et al. Le syndrome de nondissociation de la vitamine B12 de ses protéines porteuses ou de mal digestion des cobalamines alimentaires. Presse Med 2009;38: [5] Toh BH, van Driel IR, Gleeson PA. Pernicious anemia. N Engl J Med 1997;337: [6] Snow C. Laboratory diagnosis of vitamin B12 and folate deficiency. A guide for the primary cares physician. Arch Intern Med 1999;159: [7] Dali-Youcef N, Andrès E. An update on cobalamin deficiency in adults. QJM 2009;102: [8] Kuzminski AM, Del Giacco EI, Allen RH, Stabler SP, Lindenbaum J. Effective treatment of cobalamin deficiency with oral cobalamin. Blood 1998;92: [9] Bolaman Z, Kadikoylu G, Yukselen V, Yavasoglu I, Barutca S, Senturk T. Oral versus intramuscular cobalamin treatment in megaloblastic anemia: a single-center, prospective, randomized, open-label study. Clin Ther 2003;25: (http://www.cochrane.org/reviews/en/ab html) et dans les formes neurologiques, notamment celles qui sont sévères et/ou chroniques [12]. Si la voie orale est mal connue en France (secret le mieux gardé en médecine [oral cobalamin the best keep secret in medicine]), elle est la plus utilisée depuis de nombreuses années en Suède et au Canada [13]. Par rapport à la voie injectable, la voie orale pourrait permettre d éviter les inconvénients et l inconfort des injections et du coût plus élevé (liés au soins infirmiers) [12]. La voie orale est utile chez les patients traités par anticoagulants ou antiagrégants pour qui les injections intramusculaires sont contre-indiquées. Les modalités thérapeutiques exactes, en termes de forme biochimique de vitamine B12 (hydroxy- [non disponible en France] ou cyanocobalamine), de fréquence des prises et de durée de traitement, restent à préciser [12]. Il faut promouvoir travaux supplémentaires sur un plus grand nombre de patients et sur une plus longue durée. Conflits d intérêts : aucun. Le professeur Emmanuel Andrès est membre de la Commission nationale de pharmacovigilance mais le contenu de cet article ne reflète que son opinion personnelle et ne saurait en rien engager celle de cette commission. Remerciement : Aux professeurs Marc Imler et Jean-Louis Schlienger qui ont initié les premiers travaux strasbourgeois sur la vitamine B12 ; au groupe des cliniciens qui a permis la réalisation des travaux strasbourgeois (CARE B12 = groupe d étude des CAREnce en vitamine B12) ; à la Fondation de France pour son soutien via le Prix Robert et Jacqueline Zittoun pour l année 2004, au titre de la connaissance des anémies et des anomalies du métabolisme de la vitamine B12 et des folates. [10] Vidal-Alaball J, Butler CC, Cannings-John R, Goringe A, Hood K, McCaddon A et al. Oral vitamin B12 versus intramuscular vitamin B12 for vitamin B12 deficiency. Cochrane Database Syst Rev 2005;20:CD [11] Andrès E, Loukili NH, Noel E, Maloisel F, Vinzio S, Kaltenbach G et al. Oral cobalamin (daily dose of 1000 mg) therapy for the treatment of patients with pernicious anemia. An open label study of 10 patients. Curr Ther Res 2005;66: [12] Hvas AM, Nexo E. Diagnosis and treatment of vitamin B12 deficiency. An update. Haematologica 2006;91: [13] Andrès E, Fothergill H, Mecili M. Efficacy of oral cobalamin (vitamin B12) therapy. Expert Opin Pharmacother 2010;11: e279 Article original

8 ID Title Pages Efficacité et tolérance de la vitamine B12 par voie orale chez 31 patients avec une maladie de Biermer ou une maldigestion des cobalamines alimentaires 7

Mots clés : cobalamine, vitamine B12, carence en vitamine B12, malabsorption des cobalamines alimentaires, maladie de Biermer, traitement

Mots clés : cobalamine, vitamine B12, carence en vitamine B12, malabsorption des cobalamines alimentaires, maladie de Biermer, traitement La vitamine B12 par voie orale à l ère de l evidence based-medicine doi: 10.1684/met.2010.0235 mt Tirés à part : E. Andrès Emmanuel Andrès, Mustapha Mecili, Ecaterina Ciobanu Service de médecine interne,

Plus en détail

Emmanuel Andrès 1, Thomas Vogel 2, Georges Kaltenbach 2. médecine interne et gériatrie, Strasbourg, France

Emmanuel Andrès 1, Thomas Vogel 2, Georges Kaltenbach 2. médecine interne et gériatrie, Strasbourg, France mt 2013 ; 19 (3) : 189-95 Vitamine B12 administrée par voie orale : indications et modalités pratiques d utilisation doi:10.1684/met.2013.0415 mt Tirés à part : E. Andrès Emmanuel Andrès 1, Thomas Vogel

Plus en détail

ÉVOQUER, DOCUMENTER ET EXPLORER UNE CARENCE EN VITAMINE B12

ÉVOQUER, DOCUMENTER ET EXPLORER UNE CARENCE EN VITAMINE B12 ÉVOQUER, DOCUMENTER ET EXPLORER UNE CARENCE EN VITAMINE B12 Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

les étiologies des carences en vitamine B12 causes of vitamin B12 deficiency

les étiologies des carences en vitamine B12 causes of vitamin B12 deficiency les étiologies des carences en vitamine B2 causes of vitamin B2 deficiency Amel Belghith, Sonia Mahjoub 2, Neila Ben Romdhane 2 : Service d hématologie. Hôpital des FSI. La Marsa. 2 : Service d hématologie

Plus en détail

Tous les CAPP-Info sur Internet : CAPP-INFO N 60 septembre et

Tous les CAPP-Info sur Internet : CAPP-INFO N 60 septembre et CAPP-INFO Bulletin d information du CAPP (Contact Avis Pharmacologique et Pharmaceutique) N 60, septembre 2011 Bips : Pharmacie : 079 55 31080 Gérontopharmacologie : 079 55 38360 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT

Plus en détail

de non-dissociation de la vitamine Emmanuel Andrès 1, Khalid Serraj 1, Thomas Vogel 2, Ecaterina Ciobanu 1, Mustapha Mecili 1, Georges Kaltenbach 2

de non-dissociation de la vitamine Emmanuel Andrès 1, Khalid Serraj 1, Thomas Vogel 2, Ecaterina Ciobanu 1, Mustapha Mecili 1, Georges Kaltenbach 2 Mise au point Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 37.44.203.94 le 31/08/2017. Une nouvelle cause de carence en vitamine B12 chez l adulte : le syndrome de non-dissociation

Plus en détail

Carence en B12 : critères et stratégies de substitution. Di Silvestro Katharine Juin 2013

Carence en B12 : critères et stratégies de substitution. Di Silvestro Katharine Juin 2013 Carence en B12 : critères et stratégies de substitution Di Silvestro Katharine Juin 2013 Prévalence Prévalence d un déficit en vitamine B12 est élevée dans la population générale (entre 5-60% selon les

Plus en détail

Gastrite atrophique et vitamine B12. Prof. Guillaume CADIOT CHU de Reims

Gastrite atrophique et vitamine B12. Prof. Guillaume CADIOT CHU de Reims Gastrite atrophique et vitamine B12 Prof. Guillaume CADIOT CHU de Reims OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Quand évoquer une carence en vitamine B12 Connaître les causes des carences en vitamine B12 Savoir diagnostiquer

Plus en détail

Carence en vitamine B12 : données d intérêt pour l hématologue

Carence en vitamine B12 : données d intérêt pour l hématologue Revue Hématologie 2007 ; 13 (3) : 186-92 Carence en vitamine B12 : données d intérêt pour l hématologue Vitamin B12 deficiency: interesting datas for the hematologist Copyright 2017 John Libbey Eurotext.

Plus en détail

La carence en vitamine B12

La carence en vitamine B12 mt 2014 ; 20 (1) : 23-8 Carence en vitamine B12 : comment l explorer? doi:10.1684/met.2014.0439 mt Tirés à part : E. Andrès Emmanuel Andrès 1, Khalid Serraj1 2, Thomas Vogel 3 1 Service de Médecine interne,

Plus en détail

VITAMINE B12 TOUIL.FZ; BENTAHAR. I; ACHICHI. A; HAMDI.S. Service d hématologie - CHU de Sétif - Algérie

VITAMINE B12 TOUIL.FZ; BENTAHAR. I; ACHICHI. A; HAMDI.S. Service d hématologie - CHU de Sétif - Algérie ETUDE DE LA CARENCE EN VITAMINE B12 TOUIL.FZ; BENTAHAR. I; ACHICHI. A; HAMDI.S. Service d hématologie - CHU de Sétif - Algérie INTRODUCTION Anémies carentielles : problème de santé publique Anémies microcytaires

Plus en détail

Avis sollicité par le ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative le 19 août 2008

Avis sollicité par le ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative le 19 août 2008 Avis de la HAS pour la prise en charge à titre dérogatoire de certaines spécialités pharmaceutiques, produits ou prestations prévue à l article L. 162-17-2-1 LINEZOLIDE (n ayant pas d AMM en pédiatrie

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 12 novembre 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 12 novembre 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 12 novembre 2003 ZAVESCA 100 mg, gélule Boîte de 84 Actelion Pharmaceuticals France miglustat Liste I Médicament réservé à l usage

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre ARANESP 60 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4)

AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre ARANESP 60 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 5 septembre 2001 ARANESP 15 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4) ARANESP 25 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V.

Plus en détail

PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES

PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES Dr. Daniela DAVID Dr. Délia MAY 18e REUNION REGIONALE D HEMOVIGILANCE, STRASBOURG, 11 Décembre 2013 L anémie est une complication de l IRC (Insuffisance

Plus en détail

Profil clinique, biologique, et thérapeutique de l anémie par carence en vitamine B12 dans le service d hématologie de Marrakech (Maroc)

Profil clinique, biologique, et thérapeutique de l anémie par carence en vitamine B12 dans le service d hématologie de Marrakech (Maroc) Bull. Soc. Pathol. Exot. (2013) 106:83-88 DOI 10.1007/s13149-013-0282-4 CLINIQUE / CLINICS Profil clinique, biologique, et thérapeutique de l anémie par carence en vitamine B12 dans le service d hématologie

Plus en détail

Cas clinique. Moursli Fouzia. Status 17/11/2010. Madame J.N de 37 ans

Cas clinique. Moursli Fouzia. Status 17/11/2010. Madame J.N de 37 ans Cas clinique Madame J.N de 37 ans Moursli Fouzia Médecin interne 10.11.2010 MC : Malaise sans PC AA: Pas de PC, pas de DRS, pas de dyspnée. présence d une fatigue depuis plusieurs mois. Hyperménorrhée

Plus en détail

Vitamine B12 au cabinet: quel casse-tête! Quel bilan? Mme H.W, 1962, érythréenne MC: Paresthésies. Enquête auprès de 4 médecins

Vitamine B12 au cabinet: quel casse-tête! Quel bilan? Mme H.W, 1962, érythréenne MC: Paresthésies. Enquête auprès de 4 médecins Vitamine B12 au cabinet: quel casse-tête! N. Junod Perron et S. Malacarne Service de médecine de premier recours HUG Avec la collaboration des Drs I. Morard, gastroentérologue aux HUG F. Verholen, hématologue

Plus en détail

ANÉMIES MACROCYTAIRES. 23 janvier 2007 IFSI - Infirmières 3ème année Dr Ph. HELIAS

ANÉMIES MACROCYTAIRES. 23 janvier 2007 IFSI - Infirmières 3ème année Dr Ph. HELIAS ANÉMIES MACROCYTAIRES 23 janvier 2007 IFSI - Infirmières 3ème année Dr Ph. HELIAS Anémies macrocytaires : le + souvent non régénératives Réticulocytes < 80 G/L Anémies macrocytaires non régénératives quelles

Plus en détail

Les questions autour du RGO. Histoire naturelle 30/01/2014

Les questions autour du RGO. Histoire naturelle 30/01/2014 Les questions autour du RGO RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés Histoire naturelle? Physiopathologie? Symptômes? Diagnostic? Test thérapeutique aux IPP? Traitement symptomatique? Traitement

Plus en détail

RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés

RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés Les questions autour du RGO Histoire naturelle? Physiopathologie? Symptômes? Diagnostic? Test thérapeutique aux IPP? Traitement symptomatique? Traitement

Plus en détail

Vitamine D. Système D? Dr Gilles Tanguy DMG Clermont-Ferrand Jumga 2010

Vitamine D. Système D? Dr Gilles Tanguy DMG Clermont-Ferrand Jumga 2010 Vitamine D Système D? Dr Gilles Tanguy drtanguygilles@orange.fr DMG Clermont-Ferrand Jumga 2010 La vitamine D C est quoi le problème? Sujet à la mode de plus en plus de publication Sur Pubmed: 2844 en

Plus en détail

PREFOLIC 15 mg comprimé gastrorésistant. Résumé des Caractéristiques du Produit

PREFOLIC 15 mg comprimé gastrorésistant. Résumé des Caractéristiques du Produit PREFOLIC 15 mg comprimé gastrorésistant Résumé des Caractéristiques du Produit PREFOLIC 15 mg comprimés gastro résistants 1. NOM DU MEDICAMENT PREFOLIC. 2. PRINCIPE ACTIF Un comprimé gastro-résistant contient

Plus en détail

Item 222 : Anémie par carence martiale

Item 222 : Anémie par carence martiale Item 222 : Anémie par carence martiale Date de création du document 01/02/2010 OBJECTIFS ENC : Diagnostiquer une anémie par carence martiale. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du

Plus en détail

UTILISATION DU FENTANYL INTRANASAL AU DÉPARTEMENT D URGENCE ET EN SOINS PALLIATIFS :

UTILISATION DU FENTANYL INTRANASAL AU DÉPARTEMENT D URGENCE ET EN SOINS PALLIATIFS : UTILISATION DU FENTANYL INTRANASAL AU DÉPARTEMENT D URGENCE ET EN SOINS PALLIATIFS : Déterminer les indications et le niveau de sécurité de cette voie analgésique afin d évaluer la possibilité de son implantation

Plus en détail

CARENCE EN VITAMINE D ET ANEMIE

CARENCE EN VITAMINE D ET ANEMIE CARENCE EN VITAMINE D ET ANEMIE dans une population gériatriqueg hospitalisée M ANDRO, A COUTARD, A GENTRIC SGOC 2012 Anémie chez le sujet âgé Définie par critères OMS: - = Hb

Plus en détail

CAPP-INFO VITAMINE B12 : LA PIQURE FAIT MAL, DOCTEUR...

CAPP-INFO VITAMINE B12 : LA PIQURE FAIT MAL, DOCTEUR... CAPP-INFO Bulletin d information du CAPP N 41, Juin 2006 (Contact Avis Pharmacologique et Pharmaceutique) Bips : Pharmacie : 68 593 58 Gérontopharmacologie: 68 565 60 VITAMINE B12 : LA PIQURE FAIT MAL,

Plus en détail

MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ANEMIE FERRIPRIVE DE LA FEMME ENCEINTE. Pr. Gérard DINE Département EMV Centrale Paris Laboratoire Hématologie CH Troyes

MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ANEMIE FERRIPRIVE DE LA FEMME ENCEINTE. Pr. Gérard DINE Département EMV Centrale Paris Laboratoire Hématologie CH Troyes MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ANEMIE FERRIPRIVE DE LA FEMME ENCEINTE Pr. Gérard DINE Département EMV Centrale Paris Laboratoire Hématologie CH Troyes Métabolisme du fer choix des marqueurs Que doit-on mesurer

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 juin 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité : GRANIONS DE MAGNESIUM

Plus en détail

La vitamine B 12 per os: un secret bien gardé!

La vitamine B 12 per os: un secret bien gardé! La vitamine B 12 per os: un secret bien gardé! Claudiane Thériault-Picard, pharmacienne Louise Lévesque, chef du département de pharmacie En collaboration avec les nutritionnistes du CSSS de Québec-Nord

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 novembre 2005 VENOFER 100 mg/5 ml, solution injectable (IV) 5 ampoules en verre de 5 ml (CIP 561 896-3) Laboratoire VIFOR France (titulaire) Exploitant laboratoire

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT NUTRITIONNEL ET CHIRURGIE BARIATRIQUE DR STÉPHANIE CHABROUX ENDOCRINOLOGUE-NUTRITIONNISTE CLINIQUE MUTUALISTE DE LYON RÉSEAU DIALOGS

ACCOMPAGNEMENT NUTRITIONNEL ET CHIRURGIE BARIATRIQUE DR STÉPHANIE CHABROUX ENDOCRINOLOGUE-NUTRITIONNISTE CLINIQUE MUTUALISTE DE LYON RÉSEAU DIALOGS ACCOMPAGNEMENT NUTRITIONNEL ET CHIRURGIE BARIATRIQUE DR STÉPHANIE CHABROUX ENDOCRINOLOGUE-NUTRITIONNISTE CLINIQUE MUTUALISTE DE LYON RÉSEAU DIALOGS SOUMISE AUX RECOMMANDATIONS DE L HAS, LA CHIRURGIE BARIATRIQUE

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 02 mars 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité : POLY- KARAYA,

Plus en détail

Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie

Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie Papy Muhoya-Djungayane Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie Techniques hématologiques Préambule Cet ouvrage qui rassemble la plupart des techniques hématologiques utilisées dans

Plus en détail

Item 222 : Anémie par carence martiale (Évaluations)

Item 222 : Anémie par carence martiale (Évaluations) Item 222 : Anémie par carence martiale (Évaluations) Date de création du document 01/02/2010 QCM QUESTION 1/10 : Quels paramètres suivants sont utiles pour distinguer une anémie par carence martiale d'une

Plus en détail

Projet qualité B12. To B12 or not to B12. mais voilà, La B12 pour moi, c est 03/03/2011

Projet qualité B12. To B12 or not to B12. mais voilà, La B12 pour moi, c est 03/03/2011 To B12 or not to B12 DreOlivia GIROUD Dr Kaveh SAMII Projet qualité B12 en cours d élaboration Photographie de l utilisation et du raisonnement en amont d une prescription DreNoelleJUNOD Dr Pierre RUFENACHT

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 Examen du dossier des spécialités inscrites, pour une durée limitée, conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION RAPPORT PUBLIC D EVALUATION Risperdal, comprimé pelliculé sécable, orodispersible et solution buvable (avril 2005) INTRODUCTION Le 2 mai 1995, les spécialités Risperdal 1, 2, 3 et 4 mg comprimés pelliculés

Plus en détail

Anémie par carence martiale et grossesse

Anémie par carence martiale et grossesse Anémie par carence martiale et grossesse L anémie par carence martiale (ferriprive) est la première cause d anémie chez la femme enceinte (plus de 90 % des cas). La prévalence varie en fonction des populations,

Plus en détail

Données actuelles sur la maladie de Biermer

Données actuelles sur la maladie de Biermer Mini-revue Hématologie 2009 ; 15 (6) : 473-7 Données actuelles sur la maladie de Biermer Étude rétrospective de 26 observations sénégalaises Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 2 octobre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 2 octobre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 2 octobre 2002 KREDEX 6,25mg, comprimés pelliculés sécables Boîte de 14 et de 28 KREDEX 12,5mg, comprimés pelliculés sécables Boîte

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 février 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 février 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 20 février 2008 ABILIFY 7,5 mg/ml, solution injectable Flacon unitaire de 1,3 ml (CIP : 377 776-9) Laboratoire Bristol Myers Squibb aripiprazole Code ATC : N05AX12 Liste

Plus en détail

Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations

Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations 22ans ATCD :RAS Visite d embauche GR 6,2M Hb 10,8g/dl VGM 68fl CCMH 32% Diagnostic? Bêta Thalassémie mineure Examens utiles? -Fer sérique

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 7 février 2001 KEPPRA 250, 500 et 1000mg comprimé pelliculé Boîte de 60 Lévétiracétam

Plus en détail

Les erythropoïétines humaines recombinantes :

Les erythropoïétines humaines recombinantes : Les erythropoïétines humaines recombinantes : Utilisation en Néphrologie Dr Dominique BARRILLON Centre Hémodialyse CHU Nice - Hôpital Pasteur E.P.O. en Néphrologie 1989 : La Révolution E.P.O. L anémie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 juillet 2009 RESIKALI, poudre pour suspension buvable ou rectale B/1 récipient multidose polyéthylène de 500 g avec cuillère mesure polystyrène (CIP : 380 498-6) LABORATOIRES

Plus en détail

Avis 9 janvier Laboratoire SANOFI-AVENTIS France. B03BB01 (acide folique et dérivés) Acide folique. Code ATC (2012)

Avis 9 janvier Laboratoire SANOFI-AVENTIS France. B03BB01 (acide folique et dérivés) Acide folique. Code ATC (2012) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 9 janvier 2013 SPECIAFOLDINE 0,4 mg, comprimé plaquette de 28 comprimés (CIP : 34009 361 557 0 1) SPECIAFOLDINE 5 mg, comprimé plaquette de 20 comprimés (CIP : 34009

Plus en détail

Cibles d hémoglobine et bilan phospho-calcique chez l insuffisant rénal chronique

Cibles d hémoglobine et bilan phospho-calcique chez l insuffisant rénal chronique Cibles d hémoglobine et bilan phospho-calcique chez l insuffisant rénal chronique Quoi de neuf en 2010? M.S. Gavard Courchevel, Avril 2010 Cibles d hémoglobine 1 Historique Chez l hémodialysé 2003: Taux

Plus en détail

DIAGNOSTIC IMMUNOLOGIQUE DE LA MALADIE COELIAQUE

DIAGNOSTIC IMMUNOLOGIQUE DE LA MALADIE COELIAQUE La maladie coeliaque (MC) est une entéropathie auto-immune due à une intolérance au gluten chez des sujets génétiquement prédisposés. C est une maladie multigénique associée en particulier aux molécules

Plus en détail

DÉNERVATION RÉNALE POUR LE

DÉNERVATION RÉNALE POUR LE DÉNERVATION RÉNALE POUR LE ARTERIELLE Atul Pathak, Xavier Girerd, Michel Azizi, Hakim Benamer, Jean-Michel Halimi, Pierre Lantelme, Thierry Lefevre, Marc Sapoval. Résumé La dénervation rénale par voie

Plus en détail

Accu-Chek Aviva Expert

Accu-Chek Aviva Expert Accu-Chek Aviva Expert Plus de confiance et d efficacité lors des bolus. C 3 A M E L 1 1 1 1 A 1 C 3 O 2 N 1 B 3 O 2 L 2 U 1 S 2 N 2 S 2 F 4 I 1 O 2 R 1 N 1 C 3 E 1 S 2 U 1 E 1 I 1 L 2 T 1 A 1 T 1 A 1

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 11 Mai 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine les spécialités : MAGNE B6, solution

Plus en détail

De l antibiotique l au per os

De l antibiotique l au per os De l antibiotique l IV au per os Intérêt du passage de la voie IV à la voie orale Réduction du risque d infections nosocomiales (matériels, phlébites ) Gain de temps infirmier Amélioration du confort et

Plus en détail

Réponse précoce au traitement oral par vitamine B12 chez des sujets âgés hypovitaminiques

Réponse précoce au traitement oral par vitamine B12 chez des sujets âgés hypovitaminiques Masson, Paris, 2003 Ann. Med. Interne, 2003 154, n 2, pp. 91-95 Article original Réponse précoce au traitement oral par vitamine B chez des sujets âgés hypovitaminiques Georges KALTENBACH (1), Marie NOBLET-DICK

Plus en détail

Quand faut il doser le fer sérique chez un sénior? Philippe CHASSAGNE

Quand faut il doser le fer sérique chez un sénior? Philippe CHASSAGNE Quand faut il doser le fer sérique chez un sénior? Philippe CHASSAGNE philippe.chassagne@chu-rouen.fr Jamais!!!! Merci pour votre attention. Mais. carence martiale : - y pensez même sans anémie - en faire

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 30 août 2000 par arrêté du 22 août 2000 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

Réunion Diaménord 20 novembre 2010

Réunion Diaménord 20 novembre 2010 Réunion Diaménord 20 novembre 2010 Introduction Dénutrition hospitalière : Problème majeur de santé publique 30 à 40% des patients à l entrée Agressions aiguës et pathologies chroniques 40% des patients

Plus en détail

Erythropoiétines Recommandations 2006 de l EORTC

Erythropoiétines Recommandations 2006 de l EORTC Erythropoiétines Recommandations 2006 de l EORTC Pierre Soubeyran Institut Bergonié Prise en charge Pas de traitement sans diagnostic de l anémie Inflammatoire, hémolytique, carence martiale, trouble nutritionnel,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 19 décembre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 19 décembre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 19 décembre 2001 ZYPREXA 10 mg, poudre pour solution injectable (Boîtes de 1 et 10 flacons) Laboratoires LILLY France S.A. olanzapine Liste I Date de

Plus en détail

VITAMINE B12 DELAGRANGE 1000 µg/2 ml, solution injectable (IM) et buvable Cyanocobalamine

VITAMINE B12 DELAGRANGE 1000 µg/2 ml, solution injectable (IM) et buvable Cyanocobalamine ANSM - Mis à jour le : 30/11/2015 Dénomination du médicament VITAMINE B12 DELAGRANGE 1000 µg/2 ml, solution injectable (IM) et buvable Cyanocobalamine Encadré Veuillez lire attentivement cette notice avant

Plus en détail

Pour une meilleure observance...

Pour une meilleure observance... Problématique Une bonne observance est une condition essentielle à l efficacité du traitement (1-3) Améliorer l adhésion du patient à un traitement chronique devrait s avérer plus bénéfique que n importe

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 6 juillet 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 1 juin 2000 (JO du 2 mars 2001) CALSYN 50UI/0,5 ml, solution injectable

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ANEMIE FERRIPRIVE CHEZ LA PERSONNE AGEE

PRISE EN CHARGE DE L ANEMIE FERRIPRIVE CHEZ LA PERSONNE AGEE PRISE EN CHARGE DE L ANEMIE FERRIPRIVE CHEZ LA PERSONNE AGEE Dr Stéphane Nahon Dr Emeline Clair Groupe Hospitalier Intercommunal Le Raincy-Montfermeil CONFLITS D INTÉRÊT Stéphane Nahon: Vifor Emeline Clair:

Plus en détail

Anémies macrocytaires et mégaloblastiques (297b) Professeur Jean-Jacques SOTTO Juillet 2005

Anémies macrocytaires et mégaloblastiques (297b) Professeur Jean-Jacques SOTTO Juillet 2005 Anémies macrocytaires et mégaloblastiques (297b) Professeur Jean-Jacques SOTTO Juillet 2005 Pré-requis : Métabolisme des cobalamines et des folates, et synthèse de l'adn Absorption intestinale de ces deux

Plus en détail

Fers Injectables Nouvelles Recommandations ORPHEM. Laurent Chiche Médecine Interne CHU Conception

Fers Injectables Nouvelles Recommandations ORPHEM. Laurent Chiche Médecine Interne CHU Conception Fers Injectables Nouvelles Recommandations ORPHEM Laurent Chiche Médecine Interne CHU Conception Conflits d intérêt Conflits Amgen advisory board (PTI) Lilly advisory board (Lupus) GSK formation éducation

Plus en détail

Les anémies d origine digestive du sujet âgé

Les anémies d origine digestive du sujet âgé Mise au point Les anémies d origine digestive du sujet âgé Emmanuel Andrès 1, Khalid Serraj 1, Laure Federici 1, Thomas Vogel 2, Ecaterina Ciobanu 1 1 Service de médecine interne, diabète et maladies métaboliques,

Plus en détail

Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie

Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie Carnet patient Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie Avec la collaboration du Dr Didier Mayeur, CH de Versailles André Mignot - Le Chesnay et du Dr Claude Boiron, Institut Curie - Hôpital René

Plus en détail

Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie

Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie Lu pour vous Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie doi:10.1684/veg.2016.0059 Sakina Sekkate Département

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE MODIFIER LE MODE D ADMINISTRATION DE LA VITAMINE B12 (PASSAGE DE LA VOIE PAR INJECTION À LA VOIE ORALE). RÉFÉRENCE À UN PROTOCOLE : OUI NON X DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : Code de classification

Plus en détail

Traiter l anémie ferriprive ou la carence en fer et prévenir la constipation liée au traitement chez la clientèle de la clinique des réfugiés

Traiter l anémie ferriprive ou la carence en fer et prévenir la constipation liée au traitement chez la clientèle de la clinique des réfugiés ORDONNANCE COLLECTIVE ORD-CMDP-73 Traiter l anémie ferriprive ou la carence en fer et prévenir la constipation liée au traitement chez la clientèle de la clinique des réfugiés ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR :

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 5 mars 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 5 mars 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2008 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l'arrêté du 8 décembre

Plus en détail

PRATIQUE BASÉE SUR LES PREUVES

PRATIQUE BASÉE SUR LES PREUVES PRATIQUE BASÉE SUR LES PREUVES Dr Bertrand Guignard Pharmacie des HUG Pharmacie des HUG: Cycle de formation en communication scientifique EVIDENCE BASED PRACTICE Evidence-based medicine Evidence-based

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 RENAGEL 400 mg, comprimé pelliculé Boîte de 360 RENAGEL 800 mg, comprimé pelliculé Boîte de 180 Laboratoires GENZYME

Plus en détail

Dosage sérique de la 25 OH vitamine D. Techniques Limites Interprétation

Dosage sérique de la 25 OH vitamine D. Techniques Limites Interprétation Dosage sérique de la 25 OH vitamine D Techniques Limites Interprétation 25 OH D: vitamine D dosée Principale forme circulante de vitamine D Les concentrations sériques de 1,25 (OH) 2 D sont 1000 fois moins

Plus en détail

Existe-t-il un bénéficie démontré des inhibiteurs de Cox-2 (versus les AINS classiques) en terme de toxicité digestive haute et basse

Existe-t-il un bénéficie démontré des inhibiteurs de Cox-2 (versus les AINS classiques) en terme de toxicité digestive haute et basse Existe-t-il un bénéficie démontré des inhibiteurs de Cox-2 (versus les AINS classiques) en terme de toxicité digestive haute et basse Stanislas Chaussade Université Paris Descartes Département médico chirurgical

Plus en détail

E. Andrès (1) ; M. Mecili (2) ; AA. Zulfiqar (3) ; O. Keller (1) ; K. Serraj (4) ; R. Mourot-Cottet (1)

E. Andrès (1) ; M. Mecili (2) ; AA. Zulfiqar (3) ; O. Keller (1) ; K. Serraj (4) ; R. Mourot-Cottet (1) Phénotype clinique et impact des comorbidités chez des patients sous anticoagulation au long cours Déterminants du choix des anticoagulants A propos d une étude rétrospective de 417 patients E. Andrès

Plus en détail

Facteurs de risques et dépistage du cancer gastrique. D. Lamarque

Facteurs de risques et dépistage du cancer gastrique. D. Lamarque Facteurs de risques et dépistage du cancer gastrique D. Lamarque Cancer gastrique : Un problème de Santé publique! 2ème cancer digestif en France! Environ 7000 nouveaux cas de cancers par an! 3,4 % des

Plus en détail

ELEMENTS NECESSAIRES à l ERYTHROPOIESE

ELEMENTS NECESSAIRES à l ERYTHROPOIESE 1- LE FER 2- VITAMINE B12 ET FOLATES Autres vitamines: Vitamine B6 indispensable à la synthèse de l Hb + incorporation dans la protoporphyrine III Vitamine C par son rôle dans l absorption du fer Riboflavine

Plus en détail

2 La polyarthrite rhumatoïde Retour sur les traitements "classiques"

2 La polyarthrite rhumatoïde Retour sur les traitements classiques 2 La polyarthrite rhumatoïde Retour sur les traitements "classiques" n Différentes sessions de l ACR ont été consacrées au traitement de la PR. Il est ici question de méthotrexate et d association à l

Plus en détail

Item 297 : Orientation diagnostique devant une anémie (Evaluations)

Item 297 : Orientation diagnostique devant une anémie (Evaluations) Item 297 : Orientation diagnostique devant une anémie (Evaluations) Date de création du document 01/02/2010 QUESTION 1/10 : QCM Une «fausse anémie» par hémodilution est habituelle au cours de : A - la

Plus en détail

Notre traçabilité indique que votre laboratoire a reçu ce produit. A ce jour, Siemens n est pas en mesure de remplacer ce produit.

Notre traçabilité indique que votre laboratoire a reçu ce produit. A ce jour, Siemens n est pas en mesure de remplacer ce produit. Healthcare Siemens Healthcare Diagnostics AG, Freilagerstr. 40, CH-8047 Zürich Nom Département Robert Schlatter RAQS-EHS Téléphone +41 (0) 585 581 066 Téléfax +41 (0) 585 581 151 Mobile E-mail robert.schlatter@siemens.com

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 02 novembre 2005 WILZIN, 25 mg, gélule B/250 WILZIN, 50 mg, gélule B/250 Laboratoires Orphan Europe acétate de zinc dihydraté Liste I Médicament soumis à prescription

Plus en détail

Principes de l Evidence Based-Medicine (médecine basée sur les faits)

Principes de l Evidence Based-Medicine (médecine basée sur les faits) Principes de l Evidence Based-Medicine (médecine basée sur les faits) Dr Roch Giorgi roch.giorgi@ap-hm.fr Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté

Plus en détail

Traitement de l infection à. Helicobacter pylori en. Algérie

Traitement de l infection à. Helicobacter pylori en. Algérie Traitement de l infection à Helicobacter pylori en Algérie N. Matougui 1-2, D. Boutarene 1-2,ML. Boudjella 1-2, F. Mouffok 2, A. Bouhadef 2, K Bouzid 1-2. Touchène B 1-2 1 Service de Médecine Interne,

Plus en détail

Hypovitaminose B12 : quoi de neuf? mise au point. O. Braillard A. Casini K. Samii P. Rufenacht N. Junod Perron

Hypovitaminose B12 : quoi de neuf? mise au point. O. Braillard A. Casini K. Samii P. Rufenacht N. Junod Perron mise au point Hypovitaminose B12 : quoi de neuf? Rev Med Suisse 2012 ; 8 : 1805-10 O. Braillard A. Casini K. Samii P. Rufenacht N. Junod Perron Vitamin B12 deficiency : what s new? Vitamin B12 screening

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 ACIDE FOLIQUE CCD 0,4 mg, comprimé (boîte de 30) Laboratoire CCD acide folique Date de l AMM : 8 janvier 2002 Motif

Plus en détail

Eltrombopag chez des patients atteints d aplasie médullaire.

Eltrombopag chez des patients atteints d aplasie médullaire. Eltrombopag chez des patients atteints d aplasie médullaire. Résultats de l enquête nationale rétrospective Etienne Lengliné Hématologie clinique Hôpital Saint-Louis Paris Journée du centre de référence

Plus en détail

THE LANCET, MARCH 2017 LEHOUX MELANIE

THE LANCET, MARCH 2017 LEHOUX MELANIE TARGETED-RELEASE BUDESONIDE VERSUS PLACEBO IN PATIENTS WITH IGA NEPHROPATHIE (NEFIGAN) : A double blind, randomised, placebo-controlled phase 2b trial THE LANCET, MARCH 2017 LEHOUX MELANIE La néphropathie

Plus en détail

UNE MALADIE OUBLIÉE. 18 décembre 2014 Société de médecine de Franche Comté

UNE MALADIE OUBLIÉE. 18 décembre 2014 Société de médecine de Franche Comté UNE MALADIE OUBLIÉE 18 décembre 2014 Société de médecine de Franche Comté Bouldoires B, Laresche C, Tabourot M, Dupond AS, centre hospitalier Belfort Montbéliard Monsieur P, 45ans Se presente au SAU adressé

Plus en détail

Metformine et déficit en vitamine B12 : un effet secondaire à ne pas méconnaître

Metformine et déficit en vitamine B12 : un effet secondaire à ne pas méconnaître Metformine et déficit en vitamine B12 : un effet secondaire à ne pas méconnaître I. MOTAIB 1, G. EL MGHARI 1, N. EL ANSARI 1 résumé La metformine est le traitement de première ligne chez les patients diabétiques

Plus en détail

Avis de la Commission. 02 juillet 2003

Avis de la Commission. 02 juillet 2003 COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS REPUBLIQUE FRANCAISE Avis de la Commission 02 juillet 2003 Dispositif : RealDiet HP Fibres, aliment diététique destiné à des fins médicales spéciales

Plus en détail

Anémie isovolémique en médecine d urgence

Anémie isovolémique en médecine d urgence Anémie isovolémique en médecine d urgence LE KHAC EMILIE INTRODUCTION Anémie (OMS) Définition 13 g/dl pour l homme 12 g/dl pour la femme L anémie aux urgences Découverte fréquente Liée directement ou indirectement

Plus en détail

EPP REGIONALE BON USAGE DES. Dr Elise FIAUX, Dr Anaïs BRETEAU 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie - 23 juin

EPP REGIONALE BON USAGE DES. Dr Elise FIAUX, Dr Anaïs BRETEAU 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie - 23 juin EPP REGIONALE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES Dr Elise FIAUX, Dr Anaïs BRETEAU 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie - 23 juin 2016 - 2 PLAN 1. CONTEXTE 2. OBJECTIFS 3. METHODOLOGIE 4. RESULTATS

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 13 avril 2005 LEVOCARNIL 1 g/5 ml, solution injectable en ampoule, B/5 : 365 712-0 LEVOCARNIL 100 mg/ml, solution buvable en

Plus en détail

Lecture Critique d Article (LCA): Les points clé pour le Praticien?

Lecture Critique d Article (LCA): Les points clé pour le Praticien? Lecture Critique d Article (LCA): Les points clé pour le Praticien? E. ANDRES Département de Formation Permanente (DEFOPE) Faculté de Médecine de Strasbourg U-FMC Laboratoire de Recherche en Pédagogie

Plus en détail

Essai contrôlé randomisé. Octobre José Labarère

Essai contrôlé randomisé. Octobre José Labarère Echographie de série en deux points couplée aux D-dimères versus échographie doppler couleur de la jambe entière pour le diagnostic d une thrombose veineuse profonde symptomatique. Essai contrôlé randomisé

Plus en détail

ANEMIE DU SUJET AGE. C.DAURIAC Chr Rennes

ANEMIE DU SUJET AGE. C.DAURIAC Chr Rennes ANEMIE DU SUJET AGE C.DAURIAC Chr Rennes DEFINITIONS DEFINITION d une ANEMIE: = définition de l OMS ( WHO) n < 13 g Hb / dl chez l homme n < 12 g Hb / dl chez la femme DEFINITION du SUJET AGE: = définition

Plus en détail

LE POINT SUR LA VITAMINE D

LE POINT SUR LA VITAMINE D LE POINT SUR LA VITAMINE D C ODDOZE MCU PH Hôpital de la Timone Biochimie Endocrinienne Marseille 40è Colloque National des Biologistes des Hôpitaux ANGERS 2011 Vitamine D 25(OH)D = ProHormone Transportée

Plus en détail