Christian Hoarau. Professeur à l IAE de Paris

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Christian Hoarau. Professeur à l IAE de Paris"

Transcription

1 Modèles d évaluation stratégique et facteurs explicatifs de la création de valeur pour l actionnaire Christian Hoarau Professeur à l IAE de Paris Résumé : Cet article présente les résultats d une recherche empirique relative à l analyse sur longue période de la performance financière des entreprises en termes de création de valeur pour l actionnaire et des facteurs majeurs de différenciation entre les entreprises créatrices de valeur et les entreprises destructrices de valeur. À partir d un échantillon de 121 groupes cotés sur la place de Paris étudiés sur la période , cette recherche poursuit un triple objectif : analyser la performance financière passée des entreprises mesurée par l écart entre le rendement des capitaux propres et le coût des fonds propres et leur performance financière anticipée mesurée par le ratio valeur boursière/valeur comptable des capitaux propres ( VM/FP), tester la relation fondamentale entre la performance anticipée et la performance passée et, enfin identifier à travers un ensemble de sept variables financières et le modèle d évaluation stratégique du Marakon Associates les éléments majeurs de discrimination entre les entreprises qui créent de la valeur pour l actionnaire et celles qui en détruisent. La recherche permet notamment de souligner l influence du rôle de la croissance dans le processus de création de valeur actionnariale et dans la validité empirique de la relation entre performance anticipée et performance passée. Mots clés : création de valeur, valeur actionnariale, coût du capital, performance financière, courbe de valeur, inducteurs de valeur, croissance, modèle d évaluation stratégique. Abstract : This paper presents the results of a research on corporate performance measured by the creation of shareholder value. The research used the data of 121 french groups over a eleven-year period, first to analyze the link between themarket-to-book values ratio and the ROE spread ( ROE- Cost of equity capital), then to study the mains value drivers. The paper shows particularly that the growth plays a significant role in creating shareholder value and the empirical validity of the fundamental relationship between Market-to-book values ratio and ROE spread. Keywords : value creation, shareholder value, corporate performance, Market-to-book value, Q ratio, cost of equity capital, value drivers, growth. 1 Contexte et objectifs de la recherche 1 La notion de création de valeur est devenue en quelques années un élément essentiel de la culture managériale de nombreuses entreprises 2 à travers le monde et un nouveau produit des cabinets de conseil. En soi le concept de création de valeur n est pas nouveau : créer du profit et accumuler du capital qui sera à son tour réinvesti caractérisent l essence même du capitalisme. Dans le prolongement de la théorie économique néoclassique qui s est formée au XIXe siècle, la micro-économie financière assigne de façon normative aux dirigeants des entre- 1. Cette recherche a bénéficié du soutien de la FNEGE dans le cadre d un programme de recherche sur la gestion à long terme des relations de l entreprise avec ses partenaires. 2. On peut estimer que la quasi-totalité des dirigeants des grandes entreprises recourent à cette notion dans leur communication externe. En France plus de 50 % des sociétés cotées comprises dans le CAC 40 y font référence dans leurs rapports annuels. Les classements d entreprises selon leur création de valeur publiés régulièrement par la presse économique et financière des pays développés ( par exemple Fortunes aux Etats-Unis ou l Expansion en France) ont contribué également à une large diffusion de cette notion.

2 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR prises un objectif unique de maximisation de la richesse des actionnaires mesurée par la capitalisation boursière. Cette notion est préférée à celle de profit dont l évaluation n est pas assurée par le marché. La création de richesse ou de valeur par l entreprise trouve son origine dans l obtention d une rentabilité des capitaux investis dans les activités supérieure au coût des ressources mobilisées pour les financer. Les modèles de création de valeur transposent, en fait, au niveau global de l entreprise les principes mis en œuvre dans la théorie financière du choix d investissement. L une des règles fondamentales de gestion financière consiste à ne lancer un projet d investissement que si celui-ci présente une valeur actuelle nette (VAN) positive. Egale à la somme actualisée des flux de liquidités disponibles futurs générés par le projet, moins le montant déboursé à l origine de son lancement, la VAN est représentative de la création de valeur engendrée par la décision d investissement. La spécificité et la nouveauté des modèles de création de la valeur soulignées par leurs promoteurs tiendraient principalement au fait qu ils intègrent le coût du capital, ce que ne font pas les mesures traditionnelles de la performance. Ce point n est pas non plus d une grande nouveauté 1 si l on veut bien se souvenir que dans les années 1950 et 1960, General Electric utilisait pour suivre les performances de ses divisions la notion de bénéfice résiduel, c est-à-dire la différence entre le résultat d exploitation et une charge financière représentative du coût des capitaux employés. Ainsi la notion d EVA (Economic Value Added) n est guère différente de celle de bénéfice résiduel. On peut également citer un article de Donalson Brown écrit en 1924 dans lequel il souligne que «L objet du management n est pas nécessairement de maximiser le taux de rentabilité mais (.) de garantir que tout accroissement d activité dégage un profit au moins égal au coût du capital supplémentaire requis» 2 Il existe aujourd hui de nombreux modèles ou méthodes de calcul de la création de valeur pour l actionnaire. Un des plus cités par la presse financière au cours des dernières années est connu sous les vocable EVA ( Economic Value Added) et MVA ( Market Value Added). Ces vocables étant des marques déposées par le cabinet américain Stern et Stewart de nombreux cabinets de consultant et des entreprises ont développé sous des appellations différentes leur propre système de mesure de la création de valeur. Parmi les plus diffusés on citera ici les méthodes et indicateurs de création de valeur suivants : Total Shareholder Return (TSR) et Total Business Return ( TBR) 3 du cabinet Boston Consulting Group ( BCG), le CFROI ( Cash Flow Return on Investment) 4 indicateur utilisé notamment par les cabinets Holt Value Associé et Braxton et Associés, les méthodes de calcul de la création de valeur actionnariale à partir de la valeur économique intrinsèque ( cabinets Mac Kinsey et LEK consulting). Mais toutes ces méthodes trouvent leur fondement dans le modèle dit de la droite ou courbe de valeur. Ce modèle établit pour chaque entreprise une relation fondamentale entre le ratio de capitalisation boursière sur les capitaux propres comptables (VM/FP) 5 et le différentiel entre la rentabilité sur fonds propres (rc) et le coût des fonds propres (ra). Ce modèle de création de valeur pour l actionnaire est né de la rencontre la recherche en théorie financière menée aux Etats-Unis au cours des années 1970 et de la transformation profonde du capitalisme américain qui peut être datée du début des années C est en termes d actionnariat que s est exercé le principal changement à l origine d une vague d OPA, de restructurations sauvages et de l apparition de «prédateurs d entreprises» («corporate raiders»). De ce bouleversement du capitalisme américain naîtra la redécouverte du rôle des actionnaires dans la stratégie d entreprise et une activité encore fructueuse pour les cabinets de consulting : le conseil en création de valeur actionnariale. 1. Au regard de la littérature de théorie économique, cette idée n est pas nouvelle si l on veut bien considérer la définition du profit donnée par A. Marshall dans son ouvrage majeur «Principes d économie politique» (1890). 2. Article et extrait cités par Sloan A. P dans son ouvrage de mémoire sur la General Motors «My years with General Motors», New York, Doubleday, Ces deux indicateurs peuvent être traduits comme suit : taux de rentabilité interne actionnariale et taux de rentabilité interne d une activité. 4. Taux de rentabilité des capitaux employés mesuré à partir des cash flows. 5. V M (pour valeur de marché) et FP ( pour valeur comptable des fonds propres) Le ratio VM/FP est l équivalent du ratio M/B utilisé aux Etats-Unis ( M pour market et B pour book value).

3 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR La montée en puissance des actionnaires dans les mécanismes de management des entreprises s est depuis renforcée avec le poids croissant des fonds de pension et des investisseurs institutionnels 1. Elle s est notamment traduite par la mise en place dans le cadre du gouvernement d entreprise de comités divers visant à assurer notamment une plus grande transparence sur les comptes, un contrôle plus strict des dirigeants et de leurs rémunérations et une séparation plus marquée entre les fonctions d élaboration de la politique générale qui reviendrait au PDG et le management des opérations qui serait l attribution des directeurs généraux. Le ratio VM/FP apprécie la création ou la destruction de valeur à travers la confrontation de deux variables : - VM : la valeur de marché est représentée par la capitalisation boursière si la société est cotée ou par la valeur actualisée du flux de trésorerie disponible ou des dividendes si la société n est pas cotée. Dans ce cas le taux d actualisation à retenir est le coût du capital. - FP : les fonds propres ( ou situation nette comptable) éventuellement ajustés des dépenses ou actifs immatériels, notamment la R-D ou les dépenses publicitaires afin d obtenir une valeur comptable plus économique. La valeur de marché (VM) donne une indication de la valeur découlant des potentialités présentes et futures de l entreprise alors que FP est une estimation de la valeur sanctionnant la stratégie passée. La valeur comptable des fonds propres corrigés est censée donner une estimation du cumul des ressources investies dans le passé par les actionnaires. La comparaison de ces deux variables permet d apprécier si l entreprise va dans l avenir se maintenir, créer de la valeur ou au contraire en détruire : - situation de statut-quo : VM/FP est égal à 1 - situation de création de valeur VM/FP > 1 - situation de destruction de valeur : VM/FP < 1 Un franc investi aujourd hui dans les sociétés dont le ratio VM/FP est > 1 crée plus de valeur qu un franc investi dans les sociétés dont la valeur boursière est inférieure à leur situation nette comptable corrigée. Les sociétés qui créent de la valeur dégagent une rentabilité des capitaux supérieure à celle exigée par l actionnaire autrement dit le coût du capital. Celles qui ne satisfont pas cette rentabilité minimum détruisent de la valeur et voient leur valeur boursière s ajuster au niveau qui permet de l obtenir, quelle que soit la valeur comptable des fonds propres. Autrement dit un investissement de 100 dans une entreprise peut avoir pour ses actionnaires une valeur de 50 ou 150 selon la croissance et la rentabilité des activités développées par cette entreprise. La relation entre le ratio VM/FP et le rapport (ou l écart) entre la rentabilité de l entreprise et le coût du capital est à la base de plusieurs modèles d évaluation stratégiques anglo-saxons utilisés dans l analyse de la création de valeur. Trois modèles s appuient sur cette relation pour évaluer les stratégies des entreprises : le modèle du Strategic Planning Associates, le modèle du groupe "Marakon Associates" et celui formalisé par Mac Kinsey à partir des travaux de Fruhan. Le premier, le modèle du Strategic Planning Associates relie les performances futures ( VM/FP ou M/B) avec les résultats des décisions stratégiques mises en œuvre dans le passé, appréciés par le ratio r c /r a avec r c : rentabilité des capitaux investis et r a : rentabilité espérée du capital qui est identique au coût du capital. Comme le montre la figure 1, dans cette méthode, l entreprise qui a un ratio M/B supérieur au ratio r c /r a devrait améliorer ses performances et ainsi créer dans le futur plus de valeur. À l inverse, un indice M/B inférieur au ratio r c /r a signifie que les performances de l entreprise seront plus faibles et une partie de sa valeur détruite. Dans le modèle du groupe Marakon Associates, l indice M/B est relié à l écart (rc ra). Il résulte de cette relation quatre types de situations représentés sur la figure 2, page 5. La situation de revitalisation correspond aux entreprises dont les performances futures seront supérieures à celles obtenues dans le passé. La situation d excellence représente les entreprises qui maintiendront dans l avenir leurs bonnes performances antérieures. La situation d ornière correspond 1. On estime que la part des investisseurs étrangers à la Bourse de Paris est de l ordre de 40 % contre 7 % à Wall Street, 15 % à la City de Londres et 10 % à la Bourse de Francfort. Le montant des actifs détenus par les investisseurs institutionnels américains atteindrait 900 milliards de francs en 1999 pour une capitalisation boursière de la place de Paris de l ordre de 7000 milliards de francs. Plus de 25 % des grandes entreprises sont détenues pour moitié par des fonds d investissements étrangers.

4 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR Figure 1 : Modèle du Strategic Planning Associate M/B Performance future > Performance M/B > r c /r a M / B = r c / r a 1 M / B < r c /r a Performance future < Performance passée 1/ r a 1 r c =r a (taux de rentabilité r c /r a Indicateur de performance Sources : R.A. THIETART, "La stratégie d'entreprise", op.-cit., p. 151 aux entreprises qui ne sont pas en mesure d améliorer dans le futur des performances qui étaient médiocres dans le passé. Enfin, la situation de déclin représente, comme son nom l indique, la situation des entreprises qui ont dégagé de bonnes performances dans le passé mais dont le marché estime qu elles vont décliner. Le cabinet Marakon Associates a également développé une matrice (figure 3, page 6) qui distingue les activités selon qu elles créent de la valeur ou en détruisent et selon qu elles gagnent ou perdent des parts de marché. Deux variables structurent cette matrice : la rentabilité des capitaux investis et la croissance de l entreprise. Lorsqu il n y a pas de distribution de dividendes, la croissance des actifs est fonction de la rentabilité. Lorsque la croissance est supérieure à la rentabilité, les ressources sécrétées par l activité ne permettent pas de maintenir sa croissance et inversement. Comme nous l avons déjà vu dans les modèles précédents, la création de valeur suppose une rentabilité des capitaux investis supérieure au coût du capital. À partir d une telle matrice, il ressort que des portefeuilles d activités équilibrés en termes de flux financiers peuvent être destructeurs de valeur et des portefeuilles déséquilibrés, créateurs de valeur. Le modèle issu des travaux de W. E. Fruhan et formalisé par le cabinet Mc Kinsey (figure 4, page 7) relie l indicateur M/B à un ratio VE/B où VE représente la valeur économique future de l entreprise estimée à partir des flux financiers historiques et B la valeur comptable des fonds propres. Le modèle fondateur de la création de valeur pour l actionnaire comme tous ceux qui ont suivi postulent une relation fondamentale entre le ratio valeur de marché de l entreprise sur ses capitaux propres comptables et le différentiel (ou ratio) retour sur fonds propres et coût du capital (rc ra). La présente recherche poursuit un triple objectif : - étudier sur longue période ( ) la performance financière de 121 groupes français cotés sur la place de Paris en termes de création/destruction de valeur selon deux axes : la performance financière passée (rc ra) et la performance financière anticipée ( ratio

5 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR Figure 2 : Modèle d évaluation du Marakon Associates M/B 2 1,8 La revitalisation 1,6 L'excellence Création de valeurs 1,4 1,2 1 r c -r a Ecart de profitabilité 0,8 L'ornière 0,6 Le déclin Destruction de valeurs 0,4 0,2 Rentabilité du capital < coût du capital Rentabilité du capital > coût du capital Source : R.A. THIETART, op.-cit, p. 152 VM/FP). - tester sur cet échantillon et la même période ( ) la relation fondamentale entre le ratio valeur de marché de l entreprise sur ses capitaux propres comptables ( VM/FP) et le différentiel entre retour sur fonds propres et coût du capital (rc ra). - identifier les facteurs majeurs de différenciation entre les entreprises créatrices de valeur et les entreprises destructrices de valeur pour l actionnaire au moyen d une analyse du lien entre création ou destruction de valeur et un ensemble de sept variables financières susceptibles d expliquer l appartenance des entreprises à l une des quatre catégories du modèle du Marakon Associates : l excellence, la revitalisation, l ornière et le déclin. À partir de cette analyse des facteurs de différenciation entre entreprises on devrait pouvoir souligner l influence de la croissance, du risque et de la rentabilité dans la création ou la destruction de valeur.

6 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR Figure 3 : Matrice de Profitabilité du Marakon Associates : Lien rentabilité/croissance r c Rentabilité du capital Création de valeur (r c >r a ) Création de ressources (r c >g) r a Coût du capital Destruction de valeur (r c <r a ) Utilisation de ressources (r c <g) Perte de part de marché (g < G) Gain de part de marché (g > G) G Croissance du marché g (Croissance) Source : R.A. THIETART, op.-cit., p Methodologie et résultats de recherche 2-1 Méthodologie L échantillon d entreprises, dont les caractéristiques en termes de création de valeur sont analysées ici, est constitué de 121 groupes cotés à la Bourse de Paris. Sa ventilation par secteur est présentée dans le tableau 1 de la page 19. Les principales caractéristiques économiques et financières de l échantillon appréhendées à partir des sept variables retenues pour l analyse discriminante figurent pour la période étudiée dans le tableau 2 de la page Test de la relation fondamentale entre le ratio VM/FP et le différentiel entre le retour sur fonds propres et le coût du capital La détermination des variables La valeur de marché des capitaux propres retenue est la capitalisation boursière à la clôture de l exercice comptable. Les capitaux propres comptables sont issus des bilans consolidés des groupes étudiés. Ils n ont pas fait l objet de retraitements. Le retour sur fonds propres (rc) est calculé à partir du ratio résultat net consolidé/capitaux propres comptables consolidés. Le coût des fonds propres est déterminé à partir du modèle de la droite de marché estimée par Associés en Finance. Rappelons que le Modèle d évaluation des

7 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR Figure 4 : Modèle d évaluation Mac Kinsey - Fruhan M/B Création de valeur M/B>VE/B M/B=VE/B Maintien de la valeur Destruction de valeur M/B<VE/B Valeur économique (VE) / B Sources : Lily K. LAI "Corporate Strategic Planning for a Diversified Company", cité par A.C. HAX et N.S. MAJLUF, op.-cit., p actifs financiers (MEDAF) 1 postule qu il existe une relation linéaire entre la rentabilité anticipée sur un titre E(R i ) et son risque systématique ßi : E(Ri) = R f + [E(RM) - R f ] ßi Relation 1 avec E(RM) : taux de rentabilité anticipé pour le marché dans son ensemble et R f : le taux sans risque. Cette équation se traduit sur un graphique par une droite appelée «Droite de Marché» définie par son ordonnée à l origine égale au taux sans risque et par sa pente qui indique la prime de risque c est-à-dire la rémunération pour le risque offerte par le marché à un moment donné. La construction de la Droite de Marché suppose que l on détermine pour un échantillon de valeurs représentatif du marché, la rentabilité et le risque pour chacune d elles. Chaque valeur est représentée sur le graphique par un point et la droite qui ajuste le mieux ces points est considérée comme la droite de marché. En pratique la construction de la droite de marché consiste à régresser un nuage de points placés dans un espace à deux dimensions : rentabilité en ordonnée et risque en abscisse. Chaque point représente une société. Pour chaque société doivent être calculés la rentabilité que l actionnaire peut en attendre au niveau du cours actuel et le risque attaché à cette rentabilité. Le taux de rentabilité attendu est déterminé pour chaque société en égalisant son cours actuel avec une chaîne de dividendes anticipés par une formule d actualisation : Cours i = _ t D i, t /[ 1+ E(R i )] t Relation 2 avec D i, t ; : le dividende du titre i, l année t. Le cours est le cours coté le jour de la mise en œuvre du modèle ( en l occurrence pour Associés en Finance, le cours mensuel de liquidation). Pour la détermination de la chaîne de dividendes le modèle de la Droite de Marché d Associés en Finance découpe l avenir en trois périodes : - la période dite de prévision est la première période de 5 ans pour laquelle les analystes financiers fournissent des anticipations de dividendes compte tenu des résultats prévisionnels pour chaque société année par année, 1. Ce modèle repose notamment sur une hypothèse d efficience des marchés financiers qui ne sera pas discutée ici.

8 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR la période dite de modélisation, qui va de la fin de la 5e année jusqu à la 25e année, au cours de laquelle varient mécaniquement pour chaque société le taux de croissance du bénéfice et le taux de distribution dans le cadre d un modèle d autofinancement de la croissance. Au cours de cette période, on distingue deux sous-périodes : de la 5e année jusqu à la date de maturité ( variable selon les sociétés) et de la date de maturité jusqu à la 25e année. À partir de la 5e année on effectue des prévisions de BPA normalisé et de : sa croissance en volume : elle décroît jusqu à la maturité sa croissance en prix : constante sur toute la seconde période son taux de distribution : il croît jusqu à la date de maturité. De la date maturité à la 25e année, prévisions de BPA et du taux de distribution avec les hypothèses suivantes : croissance du BPA ( volume et prix) constante et taux de distribution constant. - la période résiduelle qui va de l année 25 à l infini, où le dernier dividende connu croît, pour toutes les sociétés, à un taux uniforme arbitrairement fixé, correspondant au taux d inflation structurel incorporé dans le modèle. Dans ce modèle d actualisation des dividendes, trois éléments sont majeurs : le niveau du bénéfice de départ, le rythme de croissance des premières années et taux de distribution des profits compatibles avec l autofinancement de la croissance. Le risque pris en considération est celui qui peut être directement associé à la variabilité des flux prévisionnels et donc à la rentabilité anticipée par l investisseur. Il s agit d un risque futur et non du risque statistique passé. Pour estimer ce risque anticipé, quatre éléments sont pris en considération : le risque sectoriel mesuré par le bêta du secteur économique auquel appartient la société. Il est calculé par régression linéaire des rentabilités hebdomadaires du secteur économique avec celles de l indice SBF 250. la duration relative par rapport à la moyenne de l échantillon. La duration implique qu une action sera d autant plus risquée que les dividendes qu elle doit verser sont plus éloignés dans le temps. Cet élément de risque a pour objet de prendre en compte la sensibilité des cours aux variations de taux d intérêt. Concept issu de la théorie de l évaluation des obligations, la duration est la durée de vie moyenne pondère d une obligation. Elle représente le risque d une obligation et est égale au rapport entre la valeur actualisée des cash flows de l obligation pondérée par le temps et la valeur actuelle de l obligation. Le risque financier est mesuré à partir de quatre ratios. La note de risque financier varie de 1 ( faible risque financier) à 5 ( fort risque financier).. dettes long et moyen terme/capitaux permanents. dettes long et moyen terme/cash flow. dettes totales/total du bilan. bénéfices avant impôt et frais financiers/frais financiers. Le risque de prévision. La note de prévision traduit l erreur de prévision. Elle varie de 1 ( faible risque de prévision) à 5 ( fort risque). Le risque anticipé des sociétés résulte d une combinaison de ces différents paramètres exprimés de façon relative par rapport à l ensemble du marché. Les notes tranformées en bêtas sont des normes devant t respecter une distribution gaussienne. Plus de 70 % du bêta anticipé est déterminé par la note de risque de prévision. Les classes de risque de prévision ( avec un risque financier moyen) correspondent aux bêtas suivants : 1 = 0,40 ; 2= 0,85 ; 3 = 1 ; 4= 1,15 ; 5= 1,60. Le modèle est recalculé mensuellement, compte tenu des changements de cours d une liquidation à l autre et des révisions des estimations des analystes qui affectent les flux et les risques pour un échantillon de 150 sociétés. L échantillon des 121 groupes étudiés ici est inclus dans l échantillon suivi par Associés en Finance. Pour chaque titre sont estimés le taux de rentabilité attendu et le risque relatif anticipé. La Droite de Marché est calculée par régression linéaire des taux de rentabilité attendus sur les risques relatifs anticipés.

9 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR L étude de la relation fondamentale entre le ratio VM/FP et le différentiel entre le retour sur fonds propres et le coût du capital. Dans un premier temps nous procédons au calcul du ratio VM/FP, du retour sur fonds propres et du coût des fonds propres, entreprise par entreprise, pour chaque année de la période Ensuite nous déterminons pour la période étudiée la moyenne de ces variables pour chaque groupe de l échantillon et établissons un classement des groupes sur les deux déterminants de la relation fondamentale, le ratio VM/FP et le différentiel (rc ra). Enfin à partir de la moyenne sur 11 ans du ratio VM/FP et du différentiel (rc ra) nous procédons à un test de corrélation de Pearson et à la recherche d une courbe de tendance à partir d une régression linéaire et d un polynôme du second ordre. Dans le cas de la régression linéaire, le polynôme considéré, dans un premier temps, est d ordre 1, soit : y = a*x+b Relation 3 avec y : le ratio VM/FP ; x : le différentiel (rc ra) ; a : le coefficient associé à la variable explicative x ; b : la constante du modèle. Le polynôme du second ordre considéré est : y = a*x 2 +b*x+c Relation 4 avec y : le ratio VM/FP ; x : le différentiel (rc ra) ; a : le coefficient associé à la variable explicative x 2 ; b : le coefficient associé à la variable explicative x ; c : la constante du modèle. Les fonctions polynomiales d ordre supérieur à deux n ont pas été considérées car les paramètres associés aux variables ne sont pas significatifs L étude des facteurs explicatifs de la création ou destruction de valeur et l appartenance des entreprises aux catégories du modèle du Marakon Associates. Nous procédons d abord pour chaque année de la période à la répartition des entreprises entre les quatre catégories du Marakon Associates (l excellence, la revitalisation, l ornière et le déclin.) en fonction de leur ratio VM/FP et de leur écart de rentabilité (rc ra). Ensuite nous cherchons à dégager à partir de sept variables économiques et financières et par une analyse discriminante décisionnelle et une procédure pas à pas les facteurs de différenciation entre les catégories du Marakon Associates les plus discriminants. L identification de ces variables ou de la combinaison linéaire de ces variables est de nature à nous renseigner sur le rôle de la croissance, de la rentabilité et du risque dans le processus de création ou de destruction de valeur pour l actionnaire Nature et mesure des variables économiques et financières. Nous avons retenu sept variables correspondant à cinq paramètres principaux dans le processus de création/destruction de valeur : la croissance de l activité, la politique d investissement, la profitabilité financière, le risque financier et la politique de distribution de dividendes. Tableau 1 : Les variables économiques et financières Indicateurs Détermination Taux de croissance Taux d investissement Taux de profitabilité financière Besoin en fonds de roulement d expl. en % du CA Taux d endettement Taux de distribution du résultat net Immobilisations en % du total actif CAn-CAn-1/CAn-1 Invest. industriels/ca Résultat/CA BFRE= stocks+créances d exploit.-dettes d exploit. Endettement financier/capitaux propres, en fin d exercice Dividendes/Résultat Immobilisations en valeur brute/total actif en valeur brute

10 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR Les techniques statistiques utilisées L étude des relations entre l appartenance des entreprises de l échantillon à une des quatre catégories du Marakon Associates et l ensemble des sept variables présentées ci-dessus a été réalisée par une analyse discriminante multiple. Il s est agi de déterminer les fonctions discriminantes, formées à partir des variables explicatives, qui expliquent au mieux l appartenance aux catégories du modèle du Marakon Associates. Deux méthodes ont été utilisées : l analyse discriminante où toutes les variables sont entrées simultanément et la procédure pas à pas. Cette dernière méthode fournit un moyen d optimiser séquentiellement un choix plus limité de variables explicatives que les sept variables dont on dispose et qui peut se révéler plus discriminant que l ensemble des variables. Elle consiste à introduire les variables explicatives une par une de manière à minimiser à chaque étape le Lambda de Wilks. Le programme s arrête lorsque l apport marginal de la nouvelle variable à introduire est trop faible en termes de discrimination marginale du Lambda de Wilks. Les analyses discriminantes permettent d obtenir des fonctions linéaires discriminantes sur un nombre limité de variables optimisant la discrimination entre les catégories du Marakon Associates. L interprétation des résultats des analyses discriminantes comprend deux volets : l étude de la relation entre un axe discriminant et une variable explicative à travers les poids discriminants et l analyse de la validité de la classification obtenue par les fonctions discriminantes par la construction de matrice de confusion permettant de calculer les taux de bons et de mauvais classements. Les poids discriminants c est-à-dire les coefficients des fonctions linéaires peuvent s interpréter comme traduisant le poids de la variable explicative dans la formation de l axe discriminant ( après standardisation pour tenir compte des différences d échelles entre variables explicatives). L existence et la force de la relation entre l appartenance aux catégories du Marakon Associates et les sept variables explicatives sont mesurées par le lambda de Wilks. Cet indicateur statistique est défini comme le ratio des déterminants des matrices de variance -covariance intergroupes et totale. Pour chaque année de la période étudiée ont été déterminées sur l ensemble de l échantillon et par catégories du Marakon Assocaites les données suivantes : - le récapitulatif des observations valides et exclues - la moyenne et l écart-type des sept variables financières par catégories du Marakon Associates 1 - le Lambda de Wilks - les coefficients des fonctions discriminantes canoniques non standardisées - les coefficients des fonctions discriminantes canoniques standardisées - les matrices de confusion ( résultats des classements). 2-2 Résultats La création de valeur pour l actionnaire : performance financière passée (rc ra) et performance financière anticipée ( VM/FP) La performance financière passée (rc ra) Le différentiel entre la rentabilité sur fonds propres et le coût des fonds propres (rc ra) constitue la sanction des stratégies mises en œuvre dans le passé. Si le différentiel est positif, le taux de retour sur fonds propres a été supérieur au taux exigé par le marché financier compte tenu de la classe de risque de l entreprise. Dans ce cas, il y a eu création de valeur, les investissements réalisés ont dégagé une rentabilité supérieure au coût du capital. À l inverse, si le différentiel (rc ra) est négatif, il y a destruction de valeur pour l actionnaire. L évolution du nombre de 1. En raison du très faible nombre des effectifs de la quatrième catégorie du modèle du Marakon Associates ( Le déclin) l analyse discriminante où toutes les variables sont entrées simultanément a été réalisée sur une population regroupée en trois classes correspondant aux catégories suivantes du Marakon Associates ( L excellence, la revitalisation, l ornière). Cependant lorsque l analyse discriminante sur quatre classes donnait de meilleurs résultats notamment par le recours à la procédure pas à pas nous avons présenté les résultats.

11 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR groupes 1 cotés de l échantillon dans chacune de ces deux catégories au cours de la période est présentée dans le tableau 3 de la page 19. Elle n indique pas une tendance générale sur la période mais on peut néanmoins déceler trois sous-périodes : : le nombre d entreprises créatrices de valeur est supérieur à celles qui détruisent de la valeur : la situation est inverse, on constate une diminution sensible du nombre d entreprises créant de la valeur qui devient inférieur à celui de celles qui en détruisent : le nombre d entreprises créant de la valeur devient nettement supérieur à celui des entreprises destructrices de valeur. On retrouve ces tendances dans l évolution du ratio moyen du différentiel (rc ra) (voir le tableau 4 de la page 20). On note qu en moyenne sur 11 ans le différentiel (rc ra) de l échantillon a été négatif de 0,70 % et qu il existe une très forte dispersion des performances financières passées entre les entreprises de l échantillon comme l indique l écart-type de ce différentiel La performance financière anticipée ( VM/FP) L étude de la création de valeur anticipée est réalisée à partir du ratio de capitalisation boursière sur la valeur comptable des capitaux propres de l entreprise. Si le ratio ( VM/FP) est supérieur à l unité, cela signifie que les investisseurs anticipent que 1 euro investi dans l entreprise aura dans le futur une valeur de marché supérieure, autrement dit que l entreprise créera de la valeur pour l actionnaire. Et inversement si le ratio est inférieur à l unité. L évolution du nombre de groupes dans chacune de ces deux catégories au cours de la période est présentée dans le tableau 5 de la page 20. On constate un nombre très élevé de groupes créateurs de valeur anticipée, plus de 80 % de l échantillon des observations valides. De surcroît ce nombre demeure relativement stable au cours de la période. Cette tendance est confirmée par l évolution de la moyenne annuelle du ratio VM/FP qui s établit à plus de 2 sur la période ( cf tableau 6 de la page 20) Le classement des entreprises selon le ratio VM/FP sur la période Le tableau 7 de la page 21 présente le classement des entreprises selon la moyenne sur 11 ans de leur ratio VM/FP. On observe que seuls 10 % des groupes ont un ratio inférieur à 1 et que les premiers du classement sont des entreprises à fort contenu immatériel ou technologique. Présentes sur des marchés en croissance, elles correspondent de surcroît à des valeurs non cycliques ( par exemple Clarins, l Oréal, Carrefour, Promodès). L importance du nombre de groupes ayant en moyenne sur longue période un ratio VM/FP supérieur à 1 n est pas seulement l indice d une modification profonde dans le processus de création de valeur économique. Elle reflète aussi en partie le déclin des mesures comptables traditionnelles qui ne tiennent pas compte du capital immatériel des entreprises ( notamment sous sa forme technologique, commerciale ou sociale). Le constat est particulièrement net pour les entreprises de haute-technologie ( Altran Technologies) ou du secteur des médias ( TF1, Canal +, Europe n 1). À l inverse on trouve en fin de classement des groupes à coefficient de capital et intensité capitalistique élevés ( par exemple Vallourec, Peugeot, Fives-Lille) ou appartenant à des secteurs à croissance faible et rentabilité peu élevée ( par exemple DMC) ou cycliques ( par exemple Vallourec, Pechiney). On peut considérer que dans une économie informationnelle où le savoir et plus largement les facteurs immatériels ou intellectuels sont une ressource fondamentale dans la compétition, les entreprises à fort contenu capitalistique et à cycle long sont pénalisées dans les évaluations fondées sur la création de valeur pour l actionnaire. 1. Le nombre d observations valides pour le calcul des performances passées et anticipées varie d un minimum de 48 entreprises en 1987 à un maximum de 100 en En moyenne, sur la période, le nombre de groupes pour lesquels les calculs ont pu être réalisés est de 82.

12 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR La dynamique de la création de valeur : une concentration sur les catégories «l excellence» et «la revitalisation» du modèle du Marakon Associates. Le rapprochement entre le ratio VM/FP et le différentiel (rc ra) permet une analyse dynamique des performances financières et de la création de valeur pour l actionnaire. Dans les modèles d évaluation des stratégies engagées par les entreprises, il prend la forme de matrice. Nous avons retenu dans la présente recherche, celle du Marakon Associates. Comme le rappelle figure 5 de la page 13 elle distingue quatre situations. Rappelons que la situation de revitalisation correspond aux entreprises dont les performances futures seront supérieures à celles obtenues dans le passé. La situation d excellence représente les entreprises qui maintiendront dans l avenir leurs bonnes performances antérieures. La situation d ornière correspond aux entreprises qui ne sont pas en mesure d améliorer dans le futur des performances qui étaient médiocres dans le passé. Enfin, la situation de déclin représente, comme son nom l indique, la situation des entreprises qui ont dégagé de bonnes performances dans le passé mais dont le marché estime qu elles vont décliner. La répartition de notre échantillon d observations valides sur la période selon le modèle du Modèle du Marakon Associates indique une forte concentration sur deux catégories, «l excellence» et la «la revitalisation». Ces deux catégories représentent en moyenne sur la période plus de 85 % de l échantillon (voir le tableau 8 de la page 22). La catégorie «l ornière» représente 14,1 % de l échantillon. Quant à la catégorie «le déclin» elle n est pas significative sur notre échantillon. L évolution du nombre d entreprises sur longue période dans les deux principales catégories indique des phases liées et alternées d amélioration et de dégradation : - catégorie «l excellence» : : amélioration : dégradation : amélioration - catégorie «la revitalisation» : : dégradation : amélioration : dégradation L étude de la relation fondamentale entre le ratio VM/FP et le différentiel entre retour sur fonds propres et coût du capital (rc ra). Cette relation fondamentale signifie que si l entreprise parvient à fournir un retour sur fonds propres supérieur aux exigences des actionnaires pour la classe de risque représentée, les actionnaires valoriseront l action de l entreprise au-delà du capital qui a été investi dans l entreprise. Cette relation fondamentale appelée droite ou courbe de valeur est-elle observable empiriquement sur la place financière de Paris? Pour répondre à cette question nous procédons en deux étapes : l établissement du test de corrélation de Pearson et la recherche de la courbe de tendance. Ces tests ont été réalisés sur la partie de notre échantillon d entreprises pour laquelle nous disposons de l ensemble des données nécessaires sur la période soit 55 entreprises. Le tableau 9 de la page 22 présente le double classement de ces 55 entreprises selon le différentiel (rc ra) et le ratio VM/FP. Leur représentation graphique selon ces deux dimensions est fournie à la figure 6, page Le ratio VM/FP est compris entre [0,67 ; 6,55]. Il a pour moyenne 2,17 et une variance de 1,43.Le différentiel (rc ra) appartient à l intervalle [- 26,5 ; 19,75]. Il a une moyenne de 0,24 et une variance de 66,4. Comme nous l avons déjà noté précédemment le différentiel (rc ra) est beaucoup plus dispersé par rapport à sa moyenne que le ratio VM/FP. 1. Cette matrice a été construite à partir d un échantillon cylindré de 45 entreprises. Afin de disperser le nuage de points concentré initialement autour de l origine nous avons exclu de la représentation graphique les dix entreprises qui présentaient des valeurs extrêmes. Il s agit de Clarins, d Altran Technologies et de Canal + en situation d excellence, de Moulinex, de Géophysique, du Club Méditerranée, de Michelin et des Skis Rossignol en situation de revitalisation et enfin de DMC et SFIM en situation d ornière.

13 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR Figure 5 : Modèle d évaluation du Marakon Associates M/B 2 1,8 La revitalisation 1,6 L'excellence Création de valeurs 1,4 1,2 1 r c -r a Ecart de profitabilité 0,8 L'ornière 0,6 Le déclin Destruction de valeurs 0,4 0,2 Rentabilité du capital < coût du capital Rentabilité du capital > coût du capital Source : R.A. THIETART, op.-cit, p Le test de corrélation de Pearson Nous testons d abord la nullité du coefficient de corrélation d échantillonnage de Pearson ( soit r dont la valeur varie entre - 1 et 1 inclus) qui reflète le degré de linéarité entre les deux séries de données (VM/FP et rc ra). Suite au test de corrélation entre VM/FP et rc ra, nous rejetons l hypothèse de nullité de r sous un seuil de 5 %. En conclusion, il y a une corrélation entre VM/FP et rc ra. Le coefficient qui y est associé est de 0, soit 0,6. La corrélation est positive c est-à-dire que les valeurs élevées de la série de VM/FP sont associées aux valeurs élevées de la série (rc ra) et inversement.

14 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR Figure 6 : Modèle du Marakon Associates 3,5 Comptoirs Revitalisation VM/FP Excellence Carrefour 3 Synthélabo Legrand Europe N1 Zodiac Promodes Cap Bertrand Gemini 2,5 Seb Sagem Bic Colas Uir Air liquide Essilor Damart Uir Publicis 2 Bongrain et Fromageries Pernod Havas Bouygues danone Simco Pinault Accor Alcatel Sefimeg Esso 1,5 Bazar Allibert Lafarge Valéo Labina Total St Gobain Imétal Thomson Galeries Elf aquitaine CGIP Peugeot Eurafrance 0,5 Ornière 0 Déclin rc-ra

15 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR La recherche de la courbe de tendance. La courbe de valeur est construite d abord par une régression linéaire du ratio VM/FP sur le différentiel rc ra et ensuite à partir d un polynôme du second ordre afin d améliorer le R 2. - La régression linéaire La régression linéaire de VM/FP sur rc ra a pour équation : VM/FP = 2,1502+0,0872* ( rc ra) + u Relation 5 où u est un résidu. R 2 obtenu est relativement faible, R 2 = 0,35 ( figure 7). La part de la variance expliquée par notre modèle peut être améliorée en utilisant un polynôme du second ordre. Figure 7 : Courbe de valeur ( régression linéaire) Courbe de valeur* 7 6 VM/FP rc-ra R 2 = 0, Le polynôme du second ordre L équation de la courbe de valeur devient : VM/FP = 1,7496+0,1257* ( rc ra) + +0,006* ( rc ra) 2 + u Relation 6 où u est un résidu. R 2 obtenu est nettement plus élevé, R 2 = 0,69 ( figure 8, page 16). Le ratio VM/FP est expliqué par le différentiel rc ra ainsi que par le carré de ce différentiel. Le R 2 obtenu est un des plus élevés dans les travaux économétriques sur la corrélation entre l évolution du cours de bourse ou du rendement du titre et les différentes mesures ou indicateurs de valeur pour l actionnaire. On peut distinguer deux grandes catégories de travaux, la première comprend les études réalisées par les cabinets de conseils spécialisées dans le domaine et la seconde regroupe les recherches universitaires. Dans la première catégorie on trouvera toujours des études de Stern et Stewart montrant que l EVA détient un pouvoir prédictif du cours de bourse plus élevé que les mesures comptables traditionnelles et les mesures alternatives de création de valeur. La même remarque vaut pour les études sur le CFROI développé par les cabinets Holt Value Associés et Braxton et Associés. Les travaux universitaires montrent des résultats contrastés et non définitifs. Une des études les plus complètes (Biddle, Bowen, Wallace, 1998, [2]) a comparé le résultat net comptable, le cash flow, l EVA au cours de bourse d un millier d entreprises figurant dans la banque de données de Stern et Stewart. Elle a montré paradoxalement que les mesures comptables traditionnelles surpassaient généralement l EVA pour expliquer le cours de bourse. Certaines études telles que celle de Chen et Dodd (1997) [4] sur le pouvoir explicatif comparé des mesures comptables traditionnelles (résultat comptable par action, ROA, ROE), du bénéfice résiduel et de diverses mesures apparentées à l EVA ont trouvé que ces dernières avaient un pouvoir explicatif plus élevé mais que les corrélations avec le cours boursier n étaient pas aussi fortes que celles avancées par les partisans de l EVA (R2 maximum de 0,41). En revanche de

16 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR Figure 8 : Courbe de valeur ( polynôme de second ordre) Courbe de valeur* 7 VM/FP rc-ra R 2 = 0,693 nombreuses études empiriques ont mis en évidence une corrélation significative entre les flux de trésorerie et les cours boursiers [9]. Nos résultats montrent que la courbe de valeur se vérifie sur longue période (11 années) pour notre échantillon constitué des principales sociétés cotées sur la place de Paris. Le pouvoir explicatif élevé du différentiel entre le retour sur fonds propres et le coût du capital donne à cet indicateur une place privilégiée dans les mesures de la création de valeur pour l actionnaire aussi bien dans un usage externe qu interne à l entreprise. Il demeure la base de la formation de valeur pour toute entreprise. Les tests ont été réalisés dans la présente recherche sans opérer de corrections des capitaux propres comptables. Ceci peut expliquer en partie le niveau élevé des ratios VM/FP obtenus. On suppose qu en procédant à ces retraitements, le modèle de la courbe de valeur devrait se révéler encore plus robuste. Si la courbe de valeur demeure valide sur longue période, elle est néanmoins influencée par les phénomènes de poussées haussières ou baissières du marché financier. Lorsque les indices boursiers sont élevés et en forte croissance comme cela est le cas depuis plusieurs années pratiquement toutes les entreprises même les moins rentables peuvent dégager un ratio de capitalisation boursière sur fonds propres supérieur à 1. L influence de la conjoncture boursière introduit un effet aléatoire dans le modèle sans toutefois en détruire la robustesse. Un autre élément joue un rôle fondamental dans la vérification de la courbe de valeur. Il s agit de la croissance des activités de l entreprise. Nos résultats montrent montrent que la relation fondamentale est particulièrement forte dans les activités ou secteurs à forte croissance (cosmétiques, médias, ). À taux de rentabilité donné, une entreprise sera mieux valorisée par le marché selon le taux de croissance de ses activités ou de son secteur d appartenance. Inversement, une entreprise non rentable dans un secteur en forte croissance sera plus pénalisée par le marché et détruira sa valeur plus rapidement qu une entreprise sur un secteur à faible croissance. L identification des facteurs de différenciation entre entreprises créatrices de valeur et entreprises destructrices de valeur met en évidence le rôle majeur de la croissance dans le processus de création de valeur.

17 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR L analyse des facteurs majeurs de différenciation entre les entreprises créatrices de valeur et les entreprises destructrices de valeur pour l actionnaire L analyse discriminante permet d identifier parmi les sept variables retenues celles qui constituent les principaux facteurs de différenciation entre les catégories du Marakon Associates. Les coefficients des fonctions discriminantes canoniques standardisées sont présentés dans le tableau 10 de la page 24. Leur interprétation à partir de leur poids respectif dans la combinaison linéaire des variables permet de relever trois variables majeures de différenciation entre les entreprises dans le processus de création de valeur pour l actionnaire. Deux variables dynamiques, la profitabilité financière (résultat/ca) et la croissance du chiffre d affaires, et une variable statique constitutive du risque financier, le taux d endettement (Endettement/Capitaux propres). À partir de ces fonctions discriminantes, on a recalculé pour chaque entreprise de l échantillon année par année sa catégorie «théorique» d appartenance du modèle du Marakon Associates. Les pourcentages de bons classements, critère adopté ici pour juger de la validité des fonctions discriminantes obtenues, sont présentés dans les matrices de confusion (voir le tableau 11 de la page 25 et le tableau 12 de la page 25 pour les pourcentages de bon classement obtenus par la méthode pas à pas). On note que les pourcentages de bons classements sur l ensemble des observations valides s échelonnent sur la période entre 48,8 % et 69,3 %. Les meilleurs reclassements sont obtenus pour la catégorie «l excellence» dont les pourcentages s échelonnent entre 40 % et 83,3 %. Soulignons toutefois qu une analyse plus robuste de la qualité des résultats obtenus aurait conduit à tester la validité des classements résultant des fonctions linéaires discriminantes sur un autre échantillon d entreprises. Le recours à des échantillons tests permet notamment d évaluer dans quelle mesure la qualité des résultats est liée à l échantillonnage et de faire apparaître des propriétés importantes des critères établis sur l échantillon de base, par exemple leur stabilité temporelle ou encore leur dépendance vis-à-vis d un autre critère. L analyse de la qualité des fonctions linéaires discriminantes sur un échantillon test ainsi que son amélioration par l intégration de nouvelles variables telles que la profitabilité économique (résultat d exploitation/ca), les ratios de rentabilité des capitaux investis et des capitaux propres, le bénéfice net par action (BPA), le cash flow par action, le dividende par action, la variation des effectifs constituent des pistes de recherches futures. 3 Bibliographie [1] Allouche J. ET Schmidt G., : Les outils de la décision stratégique, tome 2, pages 64 et suivantes, Collection Repères, Éditions La Découverte, Paris, [2] Biddle G. C, Bowen R. M, Wallace, J. S, «Evidence on the relative and incremental ; information content of EVA, residual income, earnings and operating cash flow» Journal of Accounting and Economics, [3] Black A, Wright P, Bachman J. E : In Search of Shareholder Value, Price Waterhouse, FT Pitman Publishing, [4] CHEN S, Dodd JL, «Economic value added (EVA ] : An empirical examination of a new corporate performance measure» Journal of Managerial Issues 9 (3) : [5] Fruhan W. E, Financial strategy : studies in the creation, transfer ans destruction of shareholder value, RD Irwin, Homewood Illinois, [6] Hax A-C, Majluf N-S. Strategic management : an integrative perspective, Englewood Cliffs, New Jersey, Prentice Hall, Inc, [7] Hirigoyen G, Stratégie de la valeur, Encyclopédie de Gestion, volume 3, Economica, [8] Hoarau C, Maîtriser le diagnostic financier, 144 pages, Editions du groupe La Revue Fiduciaire, collection guide de gestion, Paris, 1999.

18 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR [9] Hoarau C, «The information Content of Earnings, Funds Flows and Cash Flows : France Evidence», Actes du 3 ème congrés mondial de l International Federation of Scholarly Associations of Management ( IFSAM), Paris, juillet [10] Hoarau C. Diagnostic financier et dynamique de l entreprise, PUF, coll. gestion, [11] Ittner C. D, Larcker D. F, «Innovations in Performance Measurement : Trends and Research Implications» Journal of Management Accounting Research, volume 10, ,1998. [12] Jacquet D. Rentabilité et valeur, EVA et MVA, Analyse financière, n 112, sept.1997, pp 52 à 61. [13] Lebraty J, Teller R. Ingénierie du diagnostic global, Editions Liaisons, [14] Lebraty J, Teller R. Diagnostic global : aspects comptables et financiers, Editions Liaisons, [15] Mac Kinsey ( Copeland T, Koller T, Murrin J) Valuation : measuring and managing the values of compagnies, New York, J. Wiley & Sons, 1990, traduit en français La stratégie de la valeur, InterEditions, [16] Rappaport A. Creating shareholder value : the new standard for business performance, New York, The Free Press, Mac Millan, 1986 et 1998 [17] Stewart GB. The quest for value, Harper Business, New York, [18] Thietart R.A. La stratégie d entreprise, Paris, Mc Graw-Hill, 2e, Annexes - Tableau 1, page 19: la ventilation de l échantillon des groupes cotés par secteur - Tableau 2, page 19 : les principales caractéristiques économiques et financières de l échantillon - Tableau 3, page 19 : les performances réalisées : l évolution des groupes - Tableau 4, page 20: les performances financières réalisées (rc ra) - Tableau 5, page 20 : les performances financières anticipées : l évolution des groupes - Tableau 6, page 20: les performances financières anticipées ( VM/FP) - Tableau 7, page 21 : le classement des groupes selon le ratio VM/FP sur la période Tableau 8, page 22: : la ventilation de l échantillon des groupes cotés par catégorie du modèle du Marakon Associates sur la période Tableau 9, page 22 : le classement des groupes selon le ratio VM/FP et le différentiel (rc ra) sur la période Tableau 10, page 24 : les coefficients des fonctions discriminantes canoniques standardisées. - Tableau 11, page 25 : le tableau des pourcentages de bons classements des groupes de l échantillon par catégorie du modèle du Marakon Associates sur la période Tableau 12, page 25 : le tableau des pourcentages de bons classements des groupes de l échantillon par catégorie du modèle du Marakon Associates sur la période (méthode pas à pas).

19 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR Tableau 1 : Ventilation de l échantillon de groupes par secteur Secteurs En nombre En % Energie 4 3,3 Produits de base 9 7,4 Construction 8 6,6 Biens d équipement 15 12,4 Automobile 8 6,6 Biens de consommation 16 13,2 Industries agroalimentaires 8 6,6 Distribution 16 13,2 Autres services 20 16,5 Immobilier 5 4,1 Sociétés d investissement 11 9,1 Société Eurotunnel 1 0,8 Total Tableau 2 : Les caractéristique de l échantillon MOYENNE N valide Taux de croiss. du CA 0,1359 0,1679 0,202 0,1091 0,081 0,1029 0,0121 0,1597 0,1482 0,0605 0,216 0,127 Taux d invest. ( Inv./CA) 0,0609 0,1029 0,1803 0,0344 0,0699 0, , ,4018-0, ,1329 0,1529 0,104 Taux de profit. finan. ( 0,0621 0,105 0,6011-0,311-0,2271-0,3385 0, ,044 0, ,061 0,1147 0,011 Résult./CA) BFRE. en % du CA 0,1671 0,1988 0,9181 0,3551 0,4161 0,9594 0,8988 0,1497 0,12 0,1529 0,1678 0,409 Taux d endettement 0,8783 1,04 0,8375 1,274 0,954 1,0188 0,9063 0,7502 0,7856 0,8271 0,7279 0,909 (End./CP) Taux de distrib. du résultat 0,2755 0,217 0,208 0,6162 0,3413 0,2594 0,2727 0,4377 3,416 0,0544 0,1212 0,565 net Immo. en % du total actif 0,4654 0,4575 0,4589 0,4545 0,4709 0,4902 0,4942 0,5169 0,5224 0,5286 0,5341 0,490 Tableau 3 : Les performances réalisées : l évolution des groupes Années rc-ra>1 rc-ra<1 Total rc-ra>1 rc-ra<1 Total ,2 45, ,5 23, ,0 20, ,2 48, ,7 57, ,5 61, ,0 59, ,2 53, ,5 60, ,9 38, ,0 28,0 100 Moyenne ,1 45,9 100

20 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR Tableau 4 : Les performances réaliséesr c -r a Années Moyenne Ecart-type ,92 24, ,47 8, ,05 14, ,53 20, ,08 56, ,43 16, ,27 18, ,77 11, ,24 19, ,33 15, ,32 31,50-0,70 Tableau 5 : Les performances anticipées : l évolution des groupes Années vm/fp>1 vm/fp<1 Total vm/fp>1 vm/fp<1 Total ,3 16, ,8 6, ,3 3, ,4 22, ,5 19, ,3 18, ,0 12, ,6 15, ,2 19, ,5 15, ,0 8,0 100 Moyenne ,6 14,4 100 Tableau 6 : Les performances anticipées : VM/FP Années Moyenne Ecart-type ,98 2, ,40 1, ,64 2, ,93 1, ,67 1, ,74 1, ,22 1, ,78 0, ,71 1, ,06 1, ,14 1,44 Moyenne 2,02

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Connexion : accès à la page de «LOGIN»

Connexion : accès à la page de «LOGIN» UTILISATION DU PLAN DE MARCHE TRIVAL D ASSOCIES EN FINANCE (Principales fonctionnalités) www.associes-finance.com puis cliquez sur : Connexion : accès à la page de «LOGIN» 1. Accédez par l adresse générale

Plus en détail

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du Guide de l utilisateur du GLOBAL ANALYZER LES «RAPPORTS» 1 La partie «Signalétique» 1 La partie «Diagnostic» 1 La partie«conclusions» 1 Le profil de la société 2 Les autres mesures : 2 LA SECTION VALORISATION

Plus en détail

L impact de la distribution de dividendes : une étude de cas (GP) Professeur Didier MAILLARD Mai 2003

L impact de la distribution de dividendes : une étude de cas (GP) Professeur Didier MAILLARD Mai 2003 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 6 L impact de la distribution de dividendes : une étude de cas (GP) Professeur Didier MAILLARD Mai 2003 Avertissement

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2013

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2013 La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2013 Pierre BUI QUANG Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2013, les non résidents détenaient

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE6 FINANCE D ENTREPRISE - session 214 Proposition de CORRIGÉ 214 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 1 points 1.

Plus en détail

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15 Notations courantes............................................................. Préface à l édition française.................................................... Les auteurs.........................................................................

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2008 François SERVANT Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2008, les non-résidents détenaient

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeur Matière Session A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 Date: Lundi 12 septembre 2005 Nom et prénom:... Note:... Q1 :...

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) 08.11.2013 Plan du cours Espérance de rentabilité d un portefeuille Volatilité d un portefeuille Choix du portefeuille efficient Prise en compte de l actif

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres À la fi n de l année 2009, les non-résidents

Plus en détail

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (TROISIÈME PARTIE)

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (TROISIÈME PARTIE) 3 2004 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (TROISIÈME PARTIE) Pendant le boom des années 1999 et 2000, les bourses

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Objectifs de la session 1. Introduire le «dividend discount model» (DDM) 2. Comprendre les sources de croissance du dividende 3. Analyser

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 7. : Risque, rentabilité et diversification Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version Etudiants Mars 2012 Préambule Fig. 10.1 (p.294) : Evolution

Plus en détail

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance ESSEC Cours FIN 260 Gestion de portefeuille Séance 8 Mesures de performance François Longin Plan Introduction Mesures de performance des fonds: développements académiques Premier niveau: la rentabilité

Plus en détail

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions Cours de calculs nanciers Chapitre 7 : Evaluation des actions L2 Economie et Gestion Vincent Bouvatier vbouvatier@u-paris10.fr Université de Paris 10 - Nanterre Année universitaire 2008-2009 Modèle d actualisation

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Formation portant sur StockPointer destinée aux Conseillers en Placement

Formation portant sur StockPointer destinée aux Conseillers en Placement Formation portant sur StockPointer destinée aux Conseillers en Placement Copyright 2001 StockPointer - Tous droits réservés 2000 Arthur Andersen All rights reserved. Sommaire Objectifs de la formation

Plus en détail

Objectifs et attributs du tableau de financement

Objectifs et attributs du tableau de financement TABLEAU DE FINANCEMENT II 2 1: Objectifs et attributs du tableau de financement On a vu que le bilan permet de fonder une opinion sur l équilibre financier et la situation de trésorerie de l entreprise

Plus en détail

Le coût des fonds propres. Michel Albouy Professeur de finance

Le coût des fonds propres. Michel Albouy Professeur de finance Le coût des fonds propres Professeur de finance Introduction Les fonds propres ne sont pas une source de fonds gratuite Le coût des fonds propres n est pas observable directement Deux approches fondamentales

Plus en détail

DCF, EVA, opportunités d investissement : une clarification

DCF, EVA, opportunités d investissement : une clarification DCF, EVA, opportunités d investissement : une clarification F. Meunier 19 janvier 2015 On précise dans cet article les notions de valorisation d une entreprise par la méthode des flux de trésorerie actualisés

Plus en détail

Chapitre 3 : l évaluation des actions

Chapitre 3 : l évaluation des actions Chapitre 3 : l évaluation des actions 11.10.2013 Plan du cours Modèle d actualisation des dividendes rendement, gain en capital et rentabilité modèle d actualisation des dividendes Application du modèle

Plus en détail

Méthode d évaluation d une entreprise STRATEGGYZ

Méthode d évaluation d une entreprise STRATEGGYZ Méthode d évaluation d une entreprise STRATEGGYZ A quoi sert ce document? Vous faire connaitre une partie de l ensemble des méthodes d évaluation d une entreprise Ne pas faire l apologie d une et une seule

Plus en détail

Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type :

Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type : Raison d être Plan des examens Finance d entreprise avancée [FN2] 2011-2012 Les examens Finance d entreprise avancée [FN2] ont été élaborés à l aide d un plan d examen. Le plan d examen, que l on nomme

Plus en détail

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds ENTREPRISE ET PATRIMOINE RDV TransmiCCIon 23 mai 2013 Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds Conseil en fusions-acquisitions et ingénierie financière Intégrité indépendance

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures)

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures) UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS 1. La valeur (15 heures) Il s agit de prendre conscience, à partir du concept de valeur, de mécanismes fondamentaux en finance en excluant tout

Plus en détail

Les choix d investissement

Les choix d investissement Finance Les choix d investissement Arnaud THAUVRON Maître de Conférences (École Supérieure des Affaires Université Paris XII) Référence e-theque : 2003A0127T ISBN : 2-7496-0068-5 e-theque 2003 e-theque

Plus en détail

NaviPlan. DOCUMENT FONCTIONNEL Aperçu de la répartition de l'actif dans NaviPlan. Logiciel de planification financière

NaviPlan. DOCUMENT FONCTIONNEL Aperçu de la répartition de l'actif dans NaviPlan. Logiciel de planification financière DANS CE DOCUMENT, IL S'AGIT DE : Quels profils de placement sont disponibles? Quelles catégories d actif sont disponibles? Quel est l effet de l'horizon temporel sur le portefeuille de mes clients? Quelles

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic financier» Points clés Etablir un diagnostic financier, c est analyser la situation - passée, présente et future - d une structure d utilité sociale ou

Plus en détail

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang 199802 Composition d un portefeuille optimal Dinh Cung Dang Docteur en gestion de l IAE de Paris Ingénieur Conseil Résumé : Dans ce travail, le risque est défini comme étant la probabilité de réaliser

Plus en détail

PREUVES À L APPUI. Le grand décrochage. Cahier n 1. Comment les entreprises géantes déforment la Bourse. Janvier 2012

PREUVES À L APPUI. Le grand décrochage. Cahier n 1. Comment les entreprises géantes déforment la Bourse. Janvier 2012 Cahier n 1 Janvier 2012 Le grand décrochage Comment les entreprises géantes déforment la Bourse La Bourse a radicalement transformé notre économie. A partir des données de la base GEF/ IFGE, ce cahier

Plus en détail

Le coût du capital C H A P I T R E

Le coût du capital C H A P I T R E JOB : mp DIV : 10571 ch04 p. 1 folio : 103 --- 29/8/07 --- 11H4 [ Le coût du capital q Le coût du capital est une notion fondamentale pour les entreprises en matière de politique financière car il est

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2010, la capitalisation

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES

ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES ETATS FINANCIERS 2010 ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES 2010 EDENRED COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES Compte de résultat pro forma p.2

Plus en détail

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1.1 La notion d embedded value La présente communication porte sur l Embedded Value agrégée des deux sociétés Vie qui sont détenues à 100% par Foyer S.A., à savoir

Plus en détail

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 L objectif de cette note est de présenter une mesure de la ponction actionnariale. Son point de départ est un double

Plus en détail

DSCG 2. Finance CORRIGÉS DU MANUEL

DSCG 2. Finance CORRIGÉS DU MANUEL DSCG 2 Finance CORRIGÉS DU MANUEL EXPERT SUP L expérience de l expertise Les manuels DSCG DSCG 1 Gestion juridique, fiscale et sociale, Manuel et Applications Jean-Michel Do Carmo Silva, Laurent Grosclaude

Plus en détail

Décision d investissement et contrôle de gestion. Contrôle de gestion- ISTIC 2012

Décision d investissement et contrôle de gestion. Contrôle de gestion- ISTIC 2012 Décision d investissement et contrôle de gestion Contrôle de gestion- ISTIC 2012 Rappel : Profit = RT-CT Profit = Q.Px-Q.CU Profit unitaire = Px-CU Q est la quantité produite, Px est le prix, et CU le

Plus en détail

Chapitre I : L analyse statique du bilan

Chapitre I : L analyse statique du bilan Chapitre I : L analyse statique du bilan Toute entreprise se trouve devant l impératif de solvabilité c-à-d d effectuer sans interruption des règlements qui résultent, soit : - d engagements antérieurement

Plus en détail

Finance et «Immatériels»

Finance et «Immatériels» Finance et «Immatériels» Franck Bancel Professeur ESCP-EAP Doyen Associé à la Recherche 25 novembre 2004 - SFEV 1. Introduction Sommaire 2. Comment les reconnaître? 3. Comment les évaluer? 4. Comment les

Plus en détail

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions Stratégie Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions La recherche des primes de risque constitue une stratégie relativement courante sur les marchés obligataires

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2011

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2011 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2011 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2011, la capitalisation

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 5 : L évaluation des actions Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Mars 2012 Valorisation des actifs financiers 1 Les taux d intérêt

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1)

Cours de gestion financière (M1) Cours de gestion financière (M1) Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF S&P500 vs high beta stocks 1 Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF 2 Partie 2 : Médaf, relation

Plus en détail

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1 AVANT-PROPOS... 1 Clés d accès... 2 INTRODUCTION... 3 1. Le contexte économique des évaluations d entreprises... 3 Les évaluations d entreprises se multiplient...... 3 dans un contexte de plus en plus

Plus en détail

La gestion des ventes.

La gestion des ventes. I. La prévision des ventes. A. Principe. La gestion des ventes. Elle consiste à déterminer les ventes futures à la fois en quantité et en valeur en tenant compte des tendances et contraintes imposées à

Plus en détail

Chapitre 3 RÉGRESSION ET CORRÉLATION

Chapitre 3 RÉGRESSION ET CORRÉLATION Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 3 RÉGRESSION ET CORRÉLATION La corrélation est une notion couramment utilisée dans toutes les applications

Plus en détail

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches DCG 6 Finance d entreprise L essentiel en fiches DCG DSCG Collection «Express Expertise comptable» J.-F. Bocquillon, M. Mariage, Introduction au droit DCG 1 L. Siné, Droit des sociétés DCG 2 V. Roy, Droit

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4 SUJET INÉDIT 1 La société Coupe & Shampoing Coupe & Shampoing est un salon de coiffure indépendant. Afin de faire face à la concurrence de salons de coiffure franchisés, son dirigeant, Kamel, aimerait

Plus en détail

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE Evaluation d une Stratégie de Trading Encadré par M. Philippe Bernard Master 1 Economie Appliquée-Ingénierie Economique et Financière Taylan Kunal 2011-2012 Sommaire 1) Introduction

Plus en détail

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entreprises 2004/2005 C.M. : M. Godlewski FINANCE Décisions d investissement en avenir certain Critères de choix d investissement Le critère de la VAN

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012

Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012 12 JUIN 2013 1 Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012 Sociétés du CAC 40 12 JUIN 2013 2 / 19 Eléments de contexte Rappel sur la norme IAS 36 L entité doit apprécier, à chaque arrêté comptable,

Plus en détail

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER TRADING UPDATE INFORMATION REGLEMENTEE EMBARGO 17 FÉVRIER 2009 17H40 DECLARATION INTERMEDIAIRE DU GERANT COUVRANT LA PERIODE DU 01.10.2008 AU 31.12.2008 Baisse limitée de la valeur du portefeuille ( 2,41%)

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/9 30/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 2

Plus en détail

Théorie Financière 2014-2015

Théorie Financière 2014-2015 Théorie Financière 2014-2015 1. Introduction Professeur Kim Oosterlinck E-mail: koosterl@ulb.ac.be Organisation du cours (1/4) Cours = Théorie (24h) + TPs (12h) + ouvrages de référence Cours en français

Plus en détail

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros manuel Finance d entreprise 2 e édition L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse Georges Legros DANS LA MÊME COLLECTION Augé B., Naro G., Mini Manuel de Contrôle de gestion, 2011 Augé B.,

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES BASES DE L EVALUATION DES INVESTISSEMENTS Les

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels Qu est-ce que le ratio cours/valeur comptable P/B ratio? Ce ratio sert à comparer la valeur de marché d une action à sa valeur comptable. Il se calcule en divisant le cours de clôture d une action par

Plus en détail

PRESENTATION DU 8 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 40»

PRESENTATION DU 8 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 40» Communiqué de presse 24 juin 2014 PRESENTATION DU 8 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 40» Les entreprises du CAC 40 ont souffert en 2013 de l euro fort Paris, le 24 juin 2014 Ricol Lasteyrie Corporate Finance

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

TENDANCE CAC40 Lettre du mois de décembre 2014

TENDANCE CAC40 Lettre du mois de décembre 2014 TENDANCE CAC40 Lettre du mois de décembre Des fondamentaux en demi-teinte, mais un retour de l appétence pour le risque A l issue de la publication des résultats du troisième trimestre, les analystes financiers

Plus en détail

ICC 103-7. 17 septembre 2009 Original: French. Étude. Conseil international du Café 103 e session 23 25 septembre 2009 Londres, Angleterre

ICC 103-7. 17 septembre 2009 Original: French. Étude. Conseil international du Café 103 e session 23 25 septembre 2009 Londres, Angleterre ICC 103-7 17 septembre 2009 Original: French Étude F Conseil international du Café 103 e session 23 25 septembre 2009 Londres, Angleterre Volatilité des prix du café Contexte Dans le cadre de son programme

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

Profil financier du CAC 40

Profil financier du CAC 40 Profil financier du CAC 4 Présentation du 28 juin 21 28 JUIN 21 1 Avertissement / préambule Les informations présentées dans le «Profil financier du CAC 4» sont issues des rapports annuels des sociétés

Plus en détail

Profil financier du CAC 40

Profil financier du CAC 40 Profil financier du CAC 4 Présentation du 23 juin 29 23 JUIN 29 1 Avertissement/préambule Les informations présentées dans le «Profil financier du CAC 4» sont issues des rapports annuels des sociétés du

Plus en détail

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises?

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Un excès d endettement constitue un risque pour une entreprise. Confrontée à l imprévu, celle-ci risque de ne pouvoir faire face à ses remboursements

Plus en détail

Carte d identité du fonds Albatros

Carte d identité du fonds Albatros Carte d intité du fonds Albatros Forme juridique FCP capitalisation Catégorie valeurs européennes à dominante française Éligible au PEA oui Objectif performance réaliser à moyen terme une appréciation

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p.

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. STATISTIQUE THÉORIQUE ET APPLIQUÉE Tome 2 Inférence statistique à une et à deux dimensions Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. ISBN 978-2-8041-6336-5 De Boeck Services,

Plus en détail

Cinq sources de création de valeur (et quelques benchmarks)

Cinq sources de création de valeur (et quelques benchmarks) Cinq sources de création de valeur (et quelques benchmarks) Par Jean Estin Président, Estin & Co Il y a cinq véritables sources de création de valeur. La (profitable) Accélérer fortement la d un groupe.

Plus en détail

Semestre : 4 Module : Techniques de Gestion III Elément : Introduction en Analyse Financière Enseignant : Mme Fatima Zahra ALAMI

Semestre : 4 Module : Techniques de Gestion III Elément : Introduction en Analyse Financière Enseignant : Mme Fatima Zahra ALAMI Semestre : 4 Module : Techniques de Gestion III Elément : Enseignant : Mme Fatima Zahra ALAMI Eléments du cours INTRODUCTION ANALYSE DE L EXPLOITATION ÉTUDE DU BILAN Numérisation & Conception Mr Mohamed-Fadil

Plus en détail

Petit Déjeuner des PME et des Start-up

Petit Déjeuner des PME et des Start-up Advisory Petit Déjeuner des PME et des Start-up Méthodes d'évaluation et facteurs clés influençant la valeur d'une transaction Confidentiel Intervenant Samuel Babey Directeur Corporate Finance Responsable

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

L essentiel de la finance

L essentiel de la finance Pierre Cabane L essentiel de la finance à l usage des managers Préface de Gilles Weil Vice-président de L Oréal Éditions d Organisation, 2004 ISBN: 2-7081-3019-6 Introduction L objectif de cet ouvrage

Plus en détail

PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES

PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES Plan Introduction Partie 1: Rappel des principales méthodes d évaluation financière Partie 2: la méthode Discounted Cash Flow Partie 3: la méthode des

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015 PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014 Le 25 juin 2015 AFIC Etudes 2015 www.afic.asso.fr www.ey.com/fr L ORGANISATION DU PARTENARIAT AFIC - EY Objectifs du partenariat

Plus en détail

Répartition géographique finale des investissements directs : une approche par les groupes de sociétés

Répartition géographique finale des investissements directs : une approche par les groupes de sociétés Répartition géographique finale des investissements directs : une approche par les groupes de sociétés Pierre CAUSSÉ Direction de la Balance des paiements Les investissements directs recensés lors de l

Plus en détail

Chapitre 4 Modèles d actualisation des flux monétaires disponibles. FIN5570- Analyse et évaluation financière d'entreprise 1

Chapitre 4 Modèles d actualisation des flux monétaires disponibles. FIN5570- Analyse et évaluation financière d'entreprise 1 Chapitre 4 Modèles d actualisation des flux monétaires disponibles FIN5570- Analyse et évaluation financière d'entreprise 1 Plan de la séance Évaluation des Prévisions des flux monétaires disponibles FCFF

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (56 points) Vous travaillez pour le département de trésorerie d une banque internationale. L établissement bénéficie d une très bonne réputation et peut

Plus en détail

Communication des perspectives financières

Communication des perspectives financières Communication des perspectives financières Analyse portant sur les sociétés du CAC 0 Evolution 2010-2012 Janvier 201 Une étude basée sur les sociétés du CAC 0 * Le choix des groupes dans leur communication

Plus en détail

Gestion de placements mixtes chez Swisscanto

Gestion de placements mixtes chez Swisscanto Gestion de placements mixtes chez Swisscanto Inform Informations générales pour les caisses de pension 1 er trimestre 2005 Gestion de placements mixtes chez Swisscanto Dans le cadre de la gestion de placements

Plus en détail