Chirurgie de la gonarthrose

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chirurgie de la gonarthrose"

Transcription

1 A-10 Chirurgie de la gonarthrose G. Bellier, P. Djian Le traitement de la gonarthrose n est pas univoque. Il nécessite une prise en charge globale du patient et doit tenir compte des demandes de celui-ci en terme d activité ; cela pour choisir de manière pertinente la solution la plus adaptée. Ce chapitre concerne la chirurgie de la gonarthrose. Il permet de comprendre qu il existe plusieurs solutions. Sont abordés les traitements arthroscopiques, les ostéotomies ainsi que les remplacements prothétiques. Une proposition thérapeutique permet de faciliter l indication chirurgicale face à un problème de consultation quotidienne Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Mots clés : Gonarthrose ; Ostéotomies fémorales et tibiales ; Arthroplasties unicompartimentaires et totales Plan Introduction 1 Rappel radioclinique 1 Traitement chirurgical 1 Arthroscopie 1 Ostéotomies 3 Prothèses 7 Indications comparatives : ostéotomie-prothèses unicomportementales-prothèse totale du genou 11 Conclusion 11 Le traitement chirurgical des gonarthroses peut être conservateur (chirurgie arthroscopique, ostéotomies), ou prothétique (arthroplastie unicompartimentaire ou tricompartimentaire). Rappel radioclinique [4] Avant d envisager le traitement proprement dit, il faut naturellement bien connaître tous les éléments cliniques, radiologiques, mais aussi étiologiques de cette pathologie. Introduction Le traitement chirurgical des gonarthroses ne se résume pas à la prothèse totale de genou (PTG), bien que la chirurgie prothétique ait atteint sa maturité, avec d excellentes courbes de survie. La gonarthrose est la localisation arthrosique la plus fréquente ; elle est environ trois fois plus fréquente que la coxarthrose en Europe occidentale. La fréquence radiologique est de l ordre de 40 % au-delà de 70 ans, mais elle est supérieure à la fréquence clinique [1]. Les gonarthroses sont, dans la grande majorité des cas, secondaires à un trouble mécanique, soit constitutionnel (genu varum congénital), soit acquis (cal vicieux diaphysaire fémoral ou tibial, séquelle d une fracture intra-articulaire). La gonarthrose primitive sur genou axé est beaucoup plus rare (maladie du cartilage, chondrocalcinose). Il est nécessaire d utiliser une échelle de score pour apprécier les résultats de la chirurgie : la plus utilisée est celle de l IKS (International Knee Society) [2] qui prend en compte différents paramètres tels que la douleur et la marche (score fonction sur 100) et la mobilité et la stabilité (score genou sur 100). Ce score est le plus utilisé pour apprécier les résultats de la chirurgie prothétique. Il est d utilisation simple, mais ne permet pas une analyse fine. Le score de WOMAC [3] très prisé des rhumatologues, est beaucoup plus complet, mais d utilisation plus compliquée. Traitement chirurgical Arthroscopie Lavage articulaire Le mécanisme d action du lavage articulaire dans une gonarthrose n est pas très clair. Récemment, plusieurs auteurs [5, 6] ont suggéré qu il avait pour but de retirer «mécaniquement» les cytokines (interleukine 1 [IL1], tumor necrosis factor alpha [TNF-a]) et les métalloprotéases de l articulation ainsi que les produits de dégradation du cartilage, les débris cartilagineux ou les cristaux de pyrophosphate de calcium irritant la synoviale. Dans les stades précoces, l ablation de telles enzymes permet aux chondrocytes de réguler leurs activités biologiques. D autres mécanismes comme la distension capsulaire ont été invoqués pour expliquer l effet bénéfique symptomatique du lavage. Le renouvellement du liquide synovial peut influencer l élasticité du cartilage hyalin en changeant les rapports entre protéoglycans et sodium et favoriser une augmentation de la perméabilité du cartilage. Lorsque le cartilage a complètement disparu et qu il existe un contact os-os, l effet bénéfique du lavage articulaire est minimisé. Le lavage articulaire a un effet symptomatique réel, mais transitoire, de quelques mois à 1 an ; il peut être éventuellement répété. Cependant, par son efficacité transitoire, le lavage articulaire apparaît avant tout comme un traitement de la gonarthrose en 1

2 A-10 Chirurgie de la gonarthrose poussée, avec épanchement chronique résistant aux infiltrations de corticoïdes, sans signe clinique de dérangement mécanique intra-articulaire (pas d accrochages, pas de douleurs brèves et brutales en «éclairs»). Ablation de corps étrangers libres Les corps étrangers libres sont souvent présents dans les gonarthroses évoluées. Les corps étrangers antérieurs sont responsables de blocages ou de sensation d accrochage intraarticulaire. Le but est de faire disparaître ces symptômes. La douleur n est que peu diminuée. Ablation d ostéophytes La résection des ostéophytes peut se faire aux instruments motorisés (fraise) ou à l aide d une curette. Certains auteurs prônent la résection des ostéophytes en conflit avec le cartilage articulaire ou des berges condyliennes. En fait, le geste le plus efficace semble être la résection des ostéophytes de l échancrure intercondylienne ou de la surface préspinale pour corriger un flessum. Méniscectomie Historiquement, la méniscectomie était faite à ciel ouvert et, à l époque, les résultats n étaient pas à la hauteur des espérances. Il est intéressant de rappeler cette expérience et de la comparer à celles obtenues sous arthroscopie. Jones et al. [6] ont montré qu il y avait une relation entre la méniscectomie totale et la progression de l arthrose sur une série de 49 patients à 4 ans de recul. Ainsi, les auteurs recommandent de laisser les ménisques dégénératifs en place. Lotke et al. [7] ont revu une série de 101 patients d âge supérieur à 45 ans. Les patients avec radiographies normales initialement ont 90 % de chance d obtenir un bon résultat. Les patients avec des anomalies radiographiques dégénératives ont seulement 21 % de chance d avoir un résultat satisfaisant à terme. L arrivée de l arthroscopie a permis de pratiquer une méniscectomie sans la morbidité peropératoire que l on connaissait. Jackson et Rouse [8] ont été les premiers à rapporter les résultats de méniscectomie chez des patients âgés de plus de 40 ans. Ils rapportaient 95 % de bons résultats chez des patients indemnes de toutes atteintes cartilagineuses radiographiques et le résultat tombait à 80 % dès qu il existait des anomalies cartilagineuses sur les radiographies préopératoires. McBride et al. [9] ont comparé le résultat des méniscectomies partielles arthroscopiques sur une population d âge moyen de 56 ans entre un groupe présentant une lésion méniscale a priori traumatique (anse de seau, languette, lésion radiaire ou oblique) et un groupe dont les lésions étaient dégénératives (clivage horizontal ou complexe). Ils ont trouvé un taux de 96 % de satisfaits dans le premier groupe et un taux de 65 % de satisfaits dans le second groupe. Dans celui-ci, il y a eu progression des lésions cartilagineuses avec accentuation du varus et pincement de l interligne intéressé. Casscells et al. [10] ne trouvent pas de corrélation entre le stade radiologique et l atteinte méniscale sur cadavres. Cependant, l auteur pense que le ménisque, même lésé, peut permettre de répartir la charge et il préconise de n enlever qu une partie du ménisque dans cette étiologie. Noble et al. [11] montrent que l ablation d un ménisque avec un clivage horizontal réduit de 57,5 % l absorption à l énergie. Rand [12] rapporte une série de 84 patients avec un recul de 2 ans. Tous les patients avaient un stade III ou IV d Outerbridge. La présence d ostéophytes et d ostéosclérose était associée à un mauvais résultat clinique. Neuf patients sur 15 ont vu leur interligne articulaire se pincer après la méniscectomie. Richard et Lonergan [13] trouvent, sur une petite série avec un recul de 41 mois, que le taux d amélioration était de 81 % sur les grades I et II d Outerbridge et qu il tombe à 66 % en cas de grade III ou IV. En 1990, Baumgartner [14] signale que la méniscectomie sur gonarthrose a un meilleur pronostic en cas de lésion traumatique. Lorsqu une arthroscopie est proposée pour une atteinte méniscale sur un genou arthrosique, les conclusions fondées sur la revue de la littérature peuvent s établir ainsi : il faut savoir limiter le geste à l ablation isolée d une languette méniscale instable ; les patients ayant un antécédent traumatique et une symptomatologie de douleurs brèves et brutales peuvent espérer une amélioration après l arthroscopie ; la présence d une atteinte cartilagineuse dégénérative importante est un facteur péjoratif pour le résultat final ; la présence d une déviation axiale importante associée à une longue histoire de douleurs ne doit pas conduire à une arthroscopie. Synovectomie La synovectomie antérieure est rarement pratiquée à titre isolé dans la gonarthrose. La synovectomie d une synovite inflammatoire n est pas un geste anodin et peut être responsable d une hémathrose postopératoire. Chondrectomie ou «shaving» La régularisation d une chondropathie ouverte fibrillaire n est pas à recommander. L excision d un clapet cartilagineux posttraumatique est certainement plus bénéfique que la chondrectomie sur une chondropathie dégénérative. Technique de stimulation ostéochondrale Ces différentes techniques cherchent à produire une réparation fibrocartilagineuse en exposant l os sous-chondral tout en produisant un caillot de fibrine. Les cellules mésenchymateuses indifférenciées vont se multiplier et peuvent, en fonction de facteurs locaux et de facteurs mécaniques, se différencier en cartilage ou en os. Cependant, le cartilage «reconstitué» est très loin du cartilage hyalin et il s agit d un fibrocartilage constitué de collagène de type II très fragile. Ces techniques ont historiquement été décrites pour le traitement des pertes de substance cartilagineuse post-traumatique et n ont été utilisées que plus tardivement pour le traitement des lésions cartilagineuses dégénératives. Perforations de l os sous-chondral de Pridie Pridie [15] a décrit sa technique de perforation de l os souschondral en 1956 à l aide d une broche de Kirschner. Les études animales ont confirmé les travaux de Pridie : Mitchell et Shepard [16] ont montré que la stimulation de l os sous-chondral aboutissait à une restauration d une surface importante à partir du point d entrée des broches. Il s agit d un tissu de régénération de type fibrocartilage avec une concentration en protéoglycan inférieure à celle du cartilage normal. La profondeur de la perforation reste très discutée dans la littérature. En effet, Hjertquist et Lemberg [17] montrent que la stimulation cartilagineuse n est possible que si la perforation reste superficielle avec une corticale intacte. Cette technique est encore très souvent pratiquée et facile à réaliser sous arthroscopie. Dans une étude faite par Tipett [18],le groupe de patients qui a bénéficié d une ostéotomie tibiale associée à des perforations de Pridie a un résultat meilleur que le groupe ayant eu une ostéotomie seule. Abrasion arthroplastique Cette technique très agressive a été défendue depuis 1979 par Johnson [19]. La fraise motorisée doit réaliser des sillons parallèles dans l os sous-chondral au niveau de la perte de substance cartilagineuse. Johnson constatait dans une étude rétrospective non contrôlée sur 423 cas un taux de 16 % de réopérations après 5 ans. Les patients étaient sans appui pendant 2 mois. Cet auteur notait l existence d un fibrocartilage avec un petit pourcentage de collagène de type II. Singh [20], dans une étude rétrospective non contrôlée sur 52 genoux avec un recul de 3à27mois soulignait que seuls 2

3 Chirurgie de la gonarthrose A % des patients étaient améliorés, 23 % inchangés et 26 % aggravés. Bert et Maschka [21] ont publié une série avec un recul de 5 ans comparant l abrasion arthroscopique au débridement sous arthroscopie. Dans le groupe des abrasions arthroscopiques (59 patients), 33 % des patients ont eu un mauvais résultat et 10 patients étaient moins bien qu avant l intervention. Dans le groupe des débridements (67 patients), 21 % des patients avaient un mauvais résultat et 12 patients étaient moins bien qu avant. Friedman et al. [22] ont publié sur une série de 73 patients avec un recul de 12 mois. Soixante pour cent des patients ont été améliorés, 34 % ne notaient aucun changement et 6 % étaient moins bien qu avant l intervention. Microfractures Steadman [23, 24] a décrit cette technique en Les lésions doivent être dans un premier temps débridées de façon à s affranchir de tout fragment cartilagineux puis les perforations sont réalisées avec un poinçon dont il existe plusieurs angulations. L utilisation d un poinçon repose sur l idée d éviter tout dommage thermique à l os sous-chondral. Une mobilisation immédiate est instituée sur arthromoteur. La reprise de l appui est effectuée 8 semaines après l intervention. L auteur [23] a montré, dans une étude prospective non contrôlée sur 298 cas avec un recul moyen de 7 ans, que 75 % de patients étaient améliorés, 20 % inchangés et 5 % aggravés. Les patients faisaient en postopératoire6à8heures par jour de rodage articulaire sur arthromoteur. Il constatait dans 77 cas, lors d une seconde arthroscopie, un mélange de cartilage hyalin et de fibrocartilage, avec des chondrocytes viables. Passler [25] a montré dans une étude rétrospective, non contrôlée sur 351 cas (dont 46 % avaient répondu à un questionnaire) avec un recul de 4,4 ans, que 78 % des patients étaient fonctionnellement améliorés, 18 % inchangés et 4 % aggravés. McGinley [26] dans une série de 191 patients candidats pour la mise en place d une prothèse totale, notait que seul un quart des patients tirait profit d une arthroscopie. Patel [27] dans une étude rétrospective non contrôlée de 254 cas avec un recul de 44 mois, relatait 18 % d excellents résultats et 57 % de bons résultats ; 15 % étaient moyens et 10 % mauvais. Bert [21], avec un recul de 60 mois sur 126 cas, a comparé 67 cas de débridement et 59 cas d abrasion associée à un débridement. Dans la première situation, il existait 66 % de bons résultats et 21 % de mauvais. Dans l association abrasion et débridement, il existait 51 % de bons résultats et 33 % de mauvais, indiquant ainsi que l abrasion pouvait aggraver le résultat du débridement. Hubbard [28] dans une étude prospective randomisée comparant le lavage articulaire (38 cas) et le débridement (40 cas) avec un recul de 4,5 ans, trouvait un taux d échecs de 86 % pour le lavage et de 20 % pour le débridement. A contrario Chang [29] dans une étude prospective randomisée de 32 cas avec un recul de seulement 1 an montre que le pourcentage de satisfaction est plus grand avec le seul lavage : 12 cas (56 %) qu avec le seul débridement : 20 cas (44 %). De nombreux auteurs [16, 29-33] insistent sur deux facteurs péjoratifs : l importance des lésions cartilagineuses érosives et le facteur temps. Après 2-3 ans, les résultats se dégradent. Deux auteurs [34, 35] insistent aussi sur deux autres critères mécaniques péjoratifs pour les résultats : la laxité associée et une déviation axiale supérieure à 5. Ces mêmes auteurs signalent que la gonarthrose fémorotibiale externe a un comportement différent de la gonarthrose interne et réagit moins favorablement à la chirurgie arthroscopique (débridement, abrasion). C est après méniscectomie externe partielle arthroscopique que Charrois [36] a décrit des cas de chondrolyse rapide. Le Tableau 1 résume 12 articles avec le nombre de cas, le recul, et le pourcentage d amélioration fonctionnelle. Tableau 1. Résumé des 12 articles avec le nombre de cas, le recul et le pourcentage d amélioration fonctionnelle. Auteurs Ostéotomies But et méthodes Nombre de cas Recul (ans) % d amélioration fonctionnelle Del Pizzo [37] Sprague [38] Salisbury [35] (94 si axé) Jennings [39] MacLaren [31] Jackson [8] Baumgartner [14] Patel [27] Timoney [33] Oggilvie-Harris [32] Rand [12] Bert [21] Figure 1. Gonarthrose fémorotibiale médiale de face. Les ostéotomies ont pour but de corriger un défaut d axe, généralement dans un seul plan, et sont réalisées en zone métaphysaire et donc extra-articulaire. Les ostéotomies modifient l axe dans le plan frontal et/ou sagittal et ainsi diminuent les contraintes excessives sur un compartiment fémorotibial ou fémoropatellaire (FP). Ces ostéotomies peuvent être corrigées à l aide d une assistance informatique qui améliore la précision de la correction souhaitée. Gonarthrose fémorotibiale médiale Dans la gonarthrose fémorotibiale médiale (Fig. 1) avec déviation axiale, il existe un déséquilibre et un axe mécanique qui passe en dedans du centre du genou. Les ostéotomies doivent alors corriger le défaut anatomique, situé en général sur le tibia dans le genu varum. 3

4 A-10 Chirurgie de la gonarthrose Figure 2. Ostéotomie tibiale d ouverture interne. A. Cliché de face. B. Cliché de profil. L origine de la déformation en varus étant dans le tibia, l ostéotomie est tibiale. Celle-ci peut se faire par fermeture externe, par ouverture interne, curviplane ou en dôme. La correction à obtenir varie selon les auteurs. Dugdale et al. [40] recommandent que l axe mécanique global passant par le centre de la tête fémorale et le centre de la cheville coupe l interligne fémorotibial dans le compartiment externe, entre 62 % et 66 % de la largeur de l épiphyse tibiale proximale, ce qui correspond à un valgus de 3 à 5, calculé selon la méthode de Duparc et Massare [41]. Hernigou [42] a montré, sur une population de 93 patients avec un recul de 10 à 13 ans, que les meilleurs résultats étaient obtenus quand le valgus des axes mécaniques se situait entre 3 et 6. Hernigou a montré que la quantification de la correction peut se faire en mesurant la largeur de la métaphyse tibiale au site de l ostéotomie. Puis, on peut convertir cette angulation en mesure de hauteur particulièrement pour les ostéotomies d ouverture. Pour éviter les hypercorrections excessives d origine ligamentaire, il peut être nécessaire de soustraire de l angle de correction la part ligamentaire de la déformation. Cette correction peut se faire en comparant la déformation à l autre genou. Ostéotomies de fermeture externe. Les premières ostéotomies tibiales de fermeture ont été faites par Gariepy [43] avec résection de la tête de la fibula. Les ostéotomies tibiales de plus de 10 nécessitent d associer une section de la fibula qui peut se faire par ostéotomie ou par désarticulation de l articulation péronéotibiale supérieure. Cette ostéotomie de la fibula est nécessaire dans ce cas pour rapprocher les surfaces de coupe de l ostéotomie tibiale. Il existe, dans ce geste, au niveau du péroné, un risque non négligeable pour le nerf sciatique poplité externe (SPE). Aucune méthode ne permet d éviter complètement les lésions nerveuses qui existent dans toutes les séries importantes de la littérature. Kirgis [44] a délimité plusieurs zones à risque élevé et faible. Dans la technique d ostéotomie par fermeture externe, il faut absolument conserver une charnière interne sous peine de perdre immédiatement la correction souhaitée. La technique opératoire décrite par Descamps [45] permet de réséquer un coin à base externe de manière «automatique». La synthèse peut se faire par agrafes externes, lame-plaque, plaque, etc. Les complications inhérentes à cette technique sont les paralysies du nerf sciatique poplité externe, la détente du tendon rotulien, et le syndrome de loge antéroexterne dont le risque est supérieur à 1%.La consolidation survient en général entre la sixième et la huitième semaine postopératoire. Ostéotomies tibiales par ouverture interne [42, 46] (Fig. 2, 3). Cette ostéotomie est sus-tubérositaire et nécessite une désinsertion des ischiojambiers médiaux et du faisceau superficiel du ligament latéral médial au niveau tibial. Aucune ostéotomie du péroné n est nécessaire dans cette technique. Comme dans l ostéotomie par fermeture externe, il faut apporter un soin particulier à la charnière externe qui doit rester, sous peine de perdre immédiatement la correction. Le vide induit par l ostéotomie doit être comblé dès que l ouverture dépasse 7 mm. On peut greffer par un greffon iliaque ou un substitut osseux. Le positionnement de ce coin est fondamental et doit être postéromédial. La fixation se fait par plaque et vis. La consolidation survient entre la sixième et la huitième semaine. Les complications sont plus rares que dans l ostéotomie externe. Ostéotomies curviplanes. En 1961, Jackson et Waugh [47] ont décrit une ostéotomie en dôme de la métaphyse supérieure du tibia à concavité supérieure passant sous la tubérosité tibiale. Blaimont [48] a décrit l ostéotomie curviplane. Celle-ci a été popularisée par Maquet [49] qui a ajouté une translation tibiale antérieure. L ostéotomie de Blaimont est fixée par un fixateur externe type cadre de Charnley. L ostéotomie du péroné peut être faite au col par la même incision ou par une incision distincte. Les avantages de l ostéotomie curviplane avec fixateur 4

5 Chirurgie de la gonarthrose A % et 60 % de bons résultats dans les stades I et II respectivement. Dans les stades III et IV, les bons résultats sont plus aléatoires ; le développement de l arthrose sur un morphotype en genu varum constitutionnel est un critère de bons résultats ; l âge et le poids : pour beaucoup d auteurs, l âge de 65 ans constitue une limite, mais des ostéotomies tibiales faites plus tard donnent d excellents résultats. Plus que l âge, il convient de prendre en compte l espérance de vie ainsi que le niveau d activité. La surcharge pondérale est un facteur de mauvais pronostic ; l arthrose fémoropatellaire n est pas une contre-indication et n influence pas les résultats. À long terme, l arthrose FP ne s aggrave pas lors des reculs importants ; la mobilité n influence pas le pronostic et est peu modifiée par l ostéotomie. La flexion ne se trouve pas modifiée, en revanche, l extension peut être améliorée si un butoir tibial antérieur est enlevé durant l ostéotomie ; la laxité périphérique est importante à prendre en compte. Elle rend plus difficile la planification opératoire. Pour certains auteurs, elle empêche de prévoir l axe postopératoire. Il faut s aider de clichés en varus et valgus forcé ; le degré de déformation n a pas d influence sur le résultat postopératoire. Seule la correction compte à long terme ; la pente du tibia est parfois à prendre en compte, notamment pour corriger un flessum avec pour conséquence un retentissement sur la flexion. Gonarthrose fémorotibiale latérale Figure 3. Gonométrie postopératoire après ostéotomie tibiale d ouverture interne. externe sont la correction possible de l angulation en postopératoire et la mise en compression du foyer d ostéotomie. C est un des seuls types d ostéotomie qui permet une correction importante : Maquet a rapporté une correction de 20 en moyenne (20 à 32 ). Gestes associés aux ostéotomies. Au cours de ces ostéotomies, d autres interventions peuvent être réalisées comme une arthroscopie avec nettoyage et/ou méniscectomie, une transposition de la tubérosité tibiale, une retension ligamentaire périphérique, voire une reconstruction intra-articulaire du ligament croisé antérieur (LCA). Indications des ostéotomies tibiales dans la gonarthrose fémorotibiale médiale. Les indications sont dominées par l arthrose fémorotibiale. Les arthrites inflammatoires en sont une contre-indication. Les éléments de décision sont nombreux : l usure est un critère important. Moins l usure est importante au départ, meilleurs sont les résultats. Lootvoet [50] montre La correction d un genu valgum arthrosique peut se faire soit dans le fémur, soit dans le tibia. L ostéotomie fémorale de varisation est indiquée dans la gonarthrose sur genu valgum d origine fémorale (Fig. 4). Son but est d obtenir un axe mécanique entre 0 et 3 de valgus. Le problème est que cette ostéotomie ne corrige la déformation que dans un seul plan. En effet, elle n agit pas en flexion (efficacité décroissante de 0 à 90 de flexion) puisque les condyles postérieurs sont en appui en flexion. Deux types de technique sont actuellement employés : la soustraction interne ou l addition externe. Dans ce cas, il faut y adjoindre un greffon. L ostéosynthèse est capitale de façon à envisager une rééducation immédiate. L appui est autorisé de manière partielle à partir de la sixième semaine. L appui complet est donné à 3 mois. Les principales complications sont la pseudarthrose et la raideur du genou par adhérence du culde-sac sous-quadricipital. L ostéotomie tibiale de varisation est la deuxième technique employée pour corriger un genu valgum arthrosique. Elle est souvent critiquée, car elle entraîne un interligne fémorotibial oblique. Si cet interligne est trop oblique, en général supérieur à 10, il peut y avoir une subluxation frontale de l articulation. Un des avantages de l ostéotomie tibiale de varisation est son efficacité en extension et en flexion contrairement à l ostéotomie fémorale. La varisation tibiale peut se faire soit par addition externe, soit par soustraction interne. Elle ne doit pas induire d obliquité supérieure à 10. Les complications sont rares. Pour les additions externes, il a été rapporté des élongations du nerf sciatique externe lors des corrections importantes. Pour certains auteurs, la libération du SPE doit être systématique. Gonarthrose fémoropatellaire La médialisation et/ou l avancement de la tubérosité tibiale antérieure (TTA) est l intervention conservatrice la plus souvent décrite dans la littérature. La technique de médialisation est bien acquise actuellement. Certains auteurs lui associent un effet d avancement tel que l a décrit Macquet [51]. L avancée isolée n a plus d indication, car les résultats ne sont pas 5

6 A-10 Chirurgie de la gonarthrose Cas particuliers Il existe deux cas particuliers : ostéotomie plus ligamentoplastie du LCA : patient de la quarantaine, instable et douloureux, avec souvent des antécédents de méniscectomie médiale ; ostéotomie plus prothèse : unicompartimentale fémorotibiale interne (FTI) ou FP, PTG (en un temps). Résultats des ostéotomies La plupart des résultats concernent le résultat des ostéotomies faites pour gonarthrose sur genu varum. À court terme, l ostéotomie a un effet antalgique induit par l apport vasculaire, la mise en décharge et la rééducation. À moyen et long terme, la pérennité est assurée par la qualité de correction de la déformation. Résultats cliniques Il n y a pas d amélioration de la mobilité articulaire. Les résultats à moyen terme sont bons et sont de 80 % en moyenne à 5 ans, puis se dégradent avec le temps. Matthews et al. [52] trouvent 86 % de bons résultats à 1 an, puis 64 % à 3 ans, 50 % après 5 ans et 28 %à9ans. À long terme (10 ans en moyenne), les publications rapportent 40 % à 55 % de bons résultats. Certaines études ont des reculs de 15 ans [53-55], Hernigou [56] rapporte des résultats à plus de 20 ans. Le pourcentage de bons résultats se trouve parmi les genoux dont la correction est au-delà de 3 de valgus. Les courbes actuarielles insistent sur la dégradation avec le temps. La durée moyenne de stabilité est de 7 à 10 ans selon les séries. Pour Insall [57], les bons résultats étaient de 97 % après 2 ans, de 85 % après 5 ans et de 63 % après 10 ans. Pour Matthews [58],ilya86%debons résultats après 1 an, 64 % après 3 ans, 50 % après 5 ans, 28 % après 9 ans. Yasuda [53] obtient 88 % de bons résultats après 6 ans et 63 % de bons résultats après 10 ans. Pour Hernigou [56],ily avait, sur 93 genoux, 45 % de bons résultats à 10 ans et 13 % le restaient après 20 ans. Mascard [59] montre qu il n y a aucune corrélation entre le résultat clinique et l âge, la surcharge pondérale et le résultat radiologique. L axe mécanique a en revanche une influence essentielle sur le résultat à long terme. Il faut obtenir au moins 3 de valgus pour assurer ce résultat. L évolution de la symptomatologie fémoropatellaire est peu influencée par l ostéotomie tibiale. Résultats radiologiques Figure 4. A. Gonarthrose fémorotibiale latérale de face (préopératoire). B. Ostéotomie fémorale de soustraction interne (après 8 ans). engageants en termes de douleurs et de résultats esthétiques. Ce type de chirurgie dans cette indication d arthrose obtient environ 70 % de bons et de très bons résultats. La latéralisation de la TTA n est indiquée que dans les cas d arthrose fémoropatellaire interne secondaire à une hypermédialisation. Ostéotomie d un cal vicieux diaphysaire fémoral ou tibial Celle-ci peut être soit isolée, soit en préalable à une arthroplastie : plus la déformation siège loin de l interligne, moins il est possible de la corriger en intra-articulaire lors de l arthroplastie. Il est rare d observer une réapparition de l interligne fémorotibial interne après ostéotomie tibiale de valgisation. La déviation axiale postopératoire ne correspond pas à la planification préopératoire dans 20 % à 40% des cas. La perte angulaire a été notée par beaucoup d auteurs. Il existe une corrélation significative entre l importance du pincement fémorotibial médial et le résultat clinique au dernier recul. Il semble que les usures préopératoires très importantes de stade IV ou V d Ahlback soient péjoratives. Complications Les problèmes de consolidation osseuse existent avec tous types d ostéotomie et tous types de synthèse. Le niveau d ostéotomie est important à considérer : Vainionpää et al. [60] ont noté 3,6 % de retards de consolidation pour les ostéotomies sustubérositaires (TTA) alors que ce taux augmente à 14 % pour les ostéotomies sous-tubérositaires. Les défauts de correction sont notés dans la littérature pour les ostéotomies de fermeture externe : pour Descamps, 19 % étaient insuffisamment corrigés et 13 % étaient hypercorrigés. Vielpeau et Segal [61] rapportent 44 patients sur 135 toujours en varus. Cependant, même avec une ostéotomie d ouverture interne, Hernigou [56] note que 25 % des genoux étaient en dehors de la fourchette de correction (3 à 6 de valgus). 6

7 Chirurgie de la gonarthrose A-10 Figure 5. Prothèse unicompartimentaire médiale. La dégradation du compartiment latéral est un problème dans toutes les séries : 13 % pour Lootvoet [50] pas toujours en rapport avec une hypercorrection. Hernigou [56] note5%de dégradations après 10 ans de recul. Figure 6. Prothèse unicompartimentaire latérale. Conclusion Les bases théoriques des ostéotomies tibiales sont actuellement de mieux en mieux connues. Les résultats à court et à long terme sont fonction du degré de correction qui doit se situer idéalement entre 3 et 6 de valgus. Des progrès dans l adéquation entre planification préopératoire et réalisation finale doivent être faits pour améliorer nos résultats à long terme. Prothèses Prothèse unicompartimentale (Fig. 5, 6) Fémorotibiale médiale ou latérale Les prothèses unicompartimentales (PUC) du genou s adressent aux arthroses d un des deux compartiments fémorotibiaux. Il s agit d une prothèse où la stabilité du genou est assurée par des formations capsuloligamentaires intactes. D un point de vue technique, la coupe tibiale doit respecter l obliquité naturelle de l interligne à la fois dans le plan frontal et dans le plan antéropostérieur. Il faut respecter la pente tibiale du genou. Les objectifs pour le composant fémoral sont de bien le centrer et d éviter tout conflit de la partie antérieure du patin avec la rotule. Des condyles plus épais sont parfois nécessaires sur le condyle fémoral externe, souvent dysplasique dans le genu valgum. Les deux pièces prothétiques d essai doivent avoir une stabilité propre avant le scellement. En cas de flessum, il faut exciser l ostéophytose de l échancrure condylienne fémorale et de la surface préspinale tibiale. Le résultat clinique d une prothèse unicompartimentale est bon. À long terme, les courbes de survie vont de 93 %à12ans à67%à10ans [62]. Lors du symposium de la Sofcot en 1995, le taux cumulé de survie des arthroplasties internes était de 67% à 10 ans et de 57% à 15 ans. Selon le score IKS, suivant les séries, le taux va de 72 %à90% [62]. Le score fonction s étale de 57 à 84. Cartier et Sanouiller [63] rapportent leur expérience de la prothèse Marmor à plus de 10 ans de recul. Il s agit d une série de 207 patients implantés entre 1974 et Soixante seulement ont pu être revus. Il y avait 88 % de genu varum pour sept genu valgum. Les résultats clinques selon le score IKS sont bons. Le score genou est à 75 % d excellents résultats, 20 % de bons résultats, 3 % de résultats moyens et 2 % de mauvais résultats. Le score fonction montre 57 % de bons résultats, 20 % de bons résultats, 7 % de résultats moyens et 16 % de mauvais résultats. Goodfellow et al. [64] rapportent leurs résultats d implantation de la prothèse Oxford en Avec 106 genoux et un recul moyen de 7,4 ans (6-14), le taux cumulé de survie est de 95,6 %. Hernigou et Deschamps [65] rapportent leur expérience sur deux centres de 250 prothèses. Le recul moyen est de 8 ans (5-18 ans). Toutes les prothèses étaient des Lotus I. L âge moyen des patients était de 71 ans. Le score «genou» IKS passe de 32 à 76 points. Le score «fonction» passe de 54 à 71 points. La dégradation secondaire du compartiment non prothésé est survenue dans 12 % des cas. Le descellement est tibial avec un taux de 14,8 %, principalement en cas de déformation résiduelle importante de laxité résiduelle importante, d absence de LCA. Les descellements fémoraux sont rares : 2,6 % des cas. L usure du polyéthylène est en moyenne de 3,26 mm plus ou moins 0,23 pour les reculs supérieurs à 10 ans. Witvoet et al. [66] rapportent leur expérience de la prothèse Lotus depuis Deux séries sont présentées : la Lotus I comprend 135 prothèses (92 internes et 43 externes). L âge moyen des patients était de 71 ans. Le taux de survie est de 82,3 % à 5 ans de recul et de 72,3%à10ansderecul. Le score «genou» de la classification IKS est de 71,8 % de bons et excellent résultats et de 66,9 % de bons et excellents résultats pour le score «fonction». 7

8 A-10 Chirurgie de la gonarthrose Prothèse tricompartimentale, dite totale (Fig. 8) Type et résultats Figure 7. Pour la deuxième série de Lotus II, 180 prothèses ont été suivies et 160 patients sont revus au recul moyen de 3,2 ans (1-7). Le score «genou» IKS est de 88,5 % de bons et excellents résultats et le score «fonction» est de 82 % de bons et excellents résultats. Dejour et al. [67] présentent les résultats de 110 prothèses HLS au recul moyen de 4 ans (2-9) ans. Le score «genou» est de 76 points pour les PUC internes et 84 pour les PUC externes. Le score «fonction» est de 73 points pour les PUC internes et de 76 points pour les PUC externes. Les causes d échec sont la laxité, l usure, le descellement. La laxité peut être une laxité antérieure ou de la convexité. L usure et le descellement représentent à eux deux la cause principale de reprise des prothèses unicompartimentales internes. Le descellement peut être lié à un varus résiduel important, une laxité antérieure, une faible épaisseur de polyéthylène, une position anormale de la pièce fémorale en extension. Fémoropatellaire (Fig. 7) Prothèse fémoropatellaire. Les indications de prothèse fémoropatellaire sont rares. La sélection des patients doit être précise. La meilleure indication est l arthrose fémoropatellaire isolée, invalidante et résistante aux traitements médicaux bien conduits. Les compartiments fémorotibiaux doivent être sains sur les incidences, notamment en schuss en appui. Il faut se préparer en peropératoire à transformer une prothèse fémoropatellaire en prothèse totale en cas d atteinte cartilagineuse des interlignes fémorotibiaux. La technique chirurgicale doit être précise. Il existe sur le marché deux grands types de prothèses : les prothèses de resurfaçage et les prothèses à coupe osseuse. La voie d abord utilisée habituellement est une arthrotomie parapatellaire interne permettant de luxer la rotule. L arthrotomie parapatellaire externe est plus rare ; elle permet une large libération externe sans décollement cutané. Cette voie d abord est indiquée préférentiellement lorsqu il existe une subluxation externe de la rotule, ce qui permet de sectionner les éléments qui maintiennent la rotule en subluxation. La préparation trochléenne doit être précise, car elle est modifiée par l arthrose et aussi par la dysplasie. Un repère quasi constant est le sommet de l échancrure. La préparation rotulienne peut être aussi problématique en cas d usure majeure. La cinétique rotulienne sur les pièces d essai est fondamentale. Une transposition de la tubérosité tibiale antérieure peut être associée. Les résultats dans la littérature sont bons avec des taux de 62%à90%debons et très bons résultats [68-72]. Cependant, les études rapportées sont rétrospectives avec des reculs moyens. En revanche, comparativement aux autres traitements chirurgicaux, les résultats sont meilleurs. La mobilité postopératoire est bonne. Les résultats sont bons en termes de douleurs et de stabilité. La principale cause d échec est représentée par l usure des compartiments fémorotibiaux. Les descellements de ce type d implants sont rares. Les complications les plus fréquentes sont les problèmes d engagement rotulien [72]. Les prothèses totales peuvent être de plusieurs types. On distingue actuellement trois grands groupes d arthroplasties : les prothèses non contraintes, avec conservation des ligaments latéraux ± LCA, ± ligament croisé postérieur (LCP) obtenant une meilleure biomécanique ; les prothèses semi-contraintes pouvant pallier une laxité frontale moyenne ; enfin les prothèses dites contraintes à charnière, mais qui nécessitent des tiges intramédullaires, avec parfois des reprises difficiles. Toutes ces arthroplasties peuvent être réalisées par une voie d abord classique ou minimale (mini invasive surgery MIS) et peuvent être cimentées ou non (mixtes). Le plateau tibial peut être mobile. La prothèse peut conserver le ligament croisé postérieur ou non. Enfin la rotule peut être cimentée ou non. Le but est d obtenir un genou indolore avec plusieurs critères : stable : équilibrage ligamentaire, centrage rotulien ; axé : angle fémorotibial mesuré sur les grands axes (HKA) = 80 ; mobile : 0/0/120 ; score IKS global le plus proche de 200. Les résultats des arthroplasties de genou s étudient à partir de scores fonctionnel et clinique. La survie de ces prothèses permet d étudier le temps entre la pose de l implant et son retrait. En 1991, Rand et Illstrup [73] rapportaient les résultats de arthroplasties totales du genou. Il s agissait de prothèse à dessins déjà anciens pour PTG. Le taux de survie cumulée était de 95 % à deux ans, de 89 %à5ansetde78%à10ans de recul. Pour les prothèses à dessin moderne conservant le LCP, le taux de survie cumulée dans ce groupe était de 99 %à2ans, de98%à5ansetde91%à10ansderecul. Concernant les résultats des prothèses à conservation de LCP, plusieurs études sont retrouvées dans la littérature concernant ce groupe. Goodfellow et al. [74] rapportent le résultat de 125 PTG à 4 ans de recul en moyenne. Quatre-vingt-neuf pour cent des patients au dernier recul ont un excellent ou un bon résultat. Les auteurs notent 7 % d échecs qui ont nécessité une réintervention. Hungerford et al. [75] rapportent le suivi de 93 PTG au recul de 2à5ansavec 94,5 % d excellents et bons résultats. Le taux d échecs est similaire à 5,5 %. Rosenberg et al. [76] rapportent une série de 133 patients au recul de 1 à 4 ans avec 93 % d excellents résultats. Sept pour cent d échecs sont notés dans cette série au faible recul. Buechel et Pappas [77] rapportent leur expérience à partir de 170 patients au recul moyen de 4,5 ans. Les résultats sont très bons avec 95 % d excellents et bons résultats. Wright et al. [78] rapportent une série de 112 patients avec un recul moyen de 2,8 ans et 93 % d excellents et bons résultats. Kobs et al. [79] rapportent leur expérience sur 41 patients avec des patients relativement jeunes puisque la moyenne est de 52 ans. Le taux d excellents résultats est de 88 % au recul moyen de 3,5 ans. Le taux de réinterventions est élevé à 10 % sur une courte période. Tovsvig-Larsen et al. [80] rapportent une série de 100 patients avec un recul de 6,3 ans en moyenne. Le taux de satisfaction est de 87 % avec un taux de reprise de 18 %. Martin et al. [81] rapportent leur série de 306 patients au recul moyen de 6,6 ans ; 95 % ont un excellent ou bon résultat. Le taux de reprise est de 5,5 %. Concernant les résultats des prothèses sacrifiant le LCP, Stern et Insall [82] en 1990 ont rapporté leur expérience sur 257 patients avec un résultat compris entre 2 et 6 ans de recul : 98,5 % d excellents et de bons résultats ont été notés. Le taux de reprise est presque nul : 0,3 %. Colizza et Insall [83] en 1995 rapportent une série de 101 patients au recul de 10 ans. Les résultats sont bons puisque 96 % d excellents et bons résultats sont notés. Scott et al. [84] en 1988 rapportent leur série de 119 patients avec 98 % de bons résultats. 8

9 Chirurgie de la gonarthrose A-10 Figure 8. A. Prothèse totale de face. B. Prothèse totale de profil. Faut-il conserver le ligament croisé postérieur? La controverse sur la conservation ou non du ligament croisé postérieur (LCP) dans les prothèses totales de genou date d une vingtaine d années, mais est toujours d actualité. À la lueur d arguments biomécaniques, certains concepteurs de prothèses sont d ardents défenseurs de la conservation du LCP ou au contraire de prothèses postérostabilisées sacrifiant le LCP. Arguments biomécaniques en faveur de la conservation du ligament croisé postérieur. Amélioration de la flexion du genou. Théoriquement, le ligament croisé postérieur permet le roulement-glissement des condyles fémoraux vers la partie postérieure des plateaux tibiaux en raison du rappel postérieur créé par la mise en tension du LCP. Les prothèses postérostabilisées tentent de reproduire ce rappel postérieur par une came de stabilisation dont la forme varie selon les modèles. Amélioration du bras de levier du quadriceps. Le recul du point de contact fémur-tibia au cours de la flexion, en raison du rappel postérieur du LCP, augmente la distance vis-à-vis du tendon rotulien et donc le bras de levier du quadriceps. Cette augmentation du bras de levier permettrait une meilleure utilisation de la prothèse, en particulier lors de la descente des escaliers, selon les travaux originaux d Andriacchi. Diminution des contraintes sur le plateau tibial. Le ligament croisé postérieur conservé absorbe l essentiel des contraintes antéropostérieures au cours de la flexion du genou alors que, dans les prothèses postérostabilisées, ces contraintes se reportent sur le plateau tibial par l intermédiaire de la came de stabilisation. C est la raison pour laquelle il est nécessaire que toutes les prothèses postérostabilisées possèdent une quille d ancrage tibiale importante. Nous allons voir ultérieurement si tous ces arguments biomécaniques théoriques se trouvent confirmés par l expérience clinique. Contraintes liées à la conservation du ligament croisé postérieur. Dessin de l implant. Le dessin de l implant, c est-àdire non seulement la courbure des condyles, mais aussi le profil du plateau tibial, doit obéir à deux exigences a priori contradictoires : le dessin de l implant fémoral et de l implant tibial doit permettre le roulement-glissement des condyles fémoraux de l avant en extension vers l arrière du plateau tibial en flexion, mais l absence de LCA, donc de rappel antérieur du condyle sur le plateau tibial, risque de conduire à une subluxation, voire à une luxation postérieure de l implant fémoral en arrière de l implant tibial ; pour éviter cette subluxation, l implant tibial doit posséder une berge de relèvement postérieur. Cette berge ne doit pas être trop élevée, sous peine de limiter la flexion par contact direct sur la corticale fémorale postérieure. Il semble donc a priori plus compliqué de réaliser un dessin prothétique avec conservation seule du LCP qu avec conservation des deux ligaments croisés antérieur et postérieur, où il suffirait en théorie de copier le profil de l anatomie normale. Isométrie du ligament croisé postérieur. L hypotension du LCP est responsable d un tiroir postérieur spontané qui diminue le bras de levier du quadriceps, augmente les contraintes sur la fémoropatellaire, et limite la flexion par effet butoir postérieur du plateau tibial subluxé en arrière sous les condyles. L hypertension du LCP limite la flexion par hyperpression des condyles sur le plateau tibial, et surtout est responsable d une subluxation antérieure du tibia avec une hyperpression postérieure des condyles sur les plateaux tibiaux. L épaisseur du vide, créée en flexion par les coupes osseuses, définit la tension en flexion du LCP et il s agit là d un élément qu il faut déterminer avec précision lors de l intervention chirurgicale. Limites de la conservation du ligament croisé postérieur seul dans les prothèses totales du genou. 9

10 A-10 Chirurgie de la gonarthrose Tableau 2. Prothèses avec conservation du ligament croisé postérieur (LCP +). Malkani [85] %à10ans Ritter [86] %à12ans Rinonapoli [87] %à14ans Tableau 5. Études portant sur des patients opérés des deux genoux, avec, d un côté, une prothèse conservant le ligament croisé postérieur (LCP) et, de l autre côté, une prothèse ne conservant pas le LCP. Shoji [96] patients bilatéraux Becker [97] patients bilatéraux Dorr [98] patients bilatéraux Tableau 3. Prothèses sans conservation du ligament croisé postérieur (LCP ). Dennis [88] %à11ans Ranawat [89] %à15ans Rand [90] %à10ans Buechel [91] %à10ans Tableau 4. Études comparant les patients qui ont conservé le ligament croisé postérieur (LCP) et les patients qui ne l ont pas conservé. Hirsch [92] patients Vinciguerra [93] patients Sorrels [94] patients Laskin [95] patients Dans le plan frontal. Le release ou le relâchement de la concavité, associé à une résection osseuse, va aggraver la laxité de la convexité et surtout entraîner une verticalisation du LCP responsable d une subluxation antérieure du tibia et d un risque de diminution de la flexion. Les varus ou valgus importants et fixés sont donc des contre-indications théoriques à la conservation du LCP. Dans le plan sagittal. Une gonarthrose sur laxité chronique antérieure ancienne, ou avec un LCP distendu et non fonctionnel, est responsable d une subluxation antérieure permanente du tibia. De récentes études histologiques ont d ailleurs montré qu en cas d absence de LCA, le LCP n était pas histologiquement normal, on peut donc se poser la question quant à sa valeur mécanique. Il ne paraît donc pas logique de garder un LCP non fonctionnel. Un important flessum préopératoire est responsable d une rétraction des éléments postérieurs et conduit là aussi à une résection tibiale plus importante qui paraît incompatible avec la conservation d un LCP fonctionnel. Avantages de la conservation du ligament croisé postérieur. Ils sont essentiellement au nombre de deux : la conservation du LCP limite les sollicitations sur le scellement ou l ancrage tibial, le LCP attire le fémur vers l arrière lors de la flexion du genou et supporte les contraintes antéropostérieures lors de la descente des escaliers où le scellement et l ancrage tibial sont moins sollicités ; la conservation du LCP seul de manière fonctionnelle, c està-dire non verticalisée, oblige en peropératoire à maintenir l interligne prothétique au niveau de l interligne anatomique préopératoire et supprime donc le risque de rotule basse, donc de limitation de la flexion. Constatations cliniques. L étude des courbes de survie des implants prothétiques dans la littérature ne montre pas de différences significatives entre les prothèses avec ou sans conservation du LCP (Tableaux 2 et 3). Les études comparatives, portant sur d importantes séries de patients et souvent prospectives et randomisées, certains patients ayant une conservation du LCP et l autre ne l ayant pas, n ont pas permis de mettre en évidence de différences significatives au sein d une même équipe (Tableau 4). Aucune de ces études ne permet de mettre en évidence de meilleur résultat et de meilleure courbe de survie sur les patients ayant une prothèse avec conservation du croisé postérieur par rapport à celles ayant sacrifié le croisé postérieur. Trois études portant chez des patients opérés des deux genoux avec, d un côté, une prothèse conservant le LCP et, de l autre, une prothèse ne conservant pas le LCP, ne permettent pas non plus de mettre en évidence de différence (Tableau 5). En fait, dans toutes ces études, la seule différence notable entre les différentes séries est une mobilité qui serait plutôt moindre pour les prothèses conservant le croisé postérieur, ce qui va à l encontre des arguments biomécaniques théoriques. Cela peut s expliquer, comme l a tenté Hirsch [92], par l aspect erratique des mouvements du plateau tibial sous le condyle d une prothèse conservant le LCP seul. Utilisant toute une gamme de prothèses totales de genou modernes, Hirsch n a pas été capable de reproduire de manière fiable la fonction normale du ligament croisé postérieur dans ce type de prothèse, posant ainsi le véritable problème de la conservation du LCA et du LCP, c est-à-dire des prothèses bicroisées. Conclusions. Les conclusions sur ce problème ont été bien résumées dans le récent article de Becker et al. [97] : il y a des avantages théoriques à garder le LCP avec les composants prothétiques actuels, ces avantages sont plus théoriques que pratiques ; les études biomécaniques ont montré qu il y avait d indéniables avantages à garder le LCP lorsque le genou n est pas en charge, mais que les bénéfices étaient minimes lorsque le genou est en charge ; les données fournies par les jauges de contrainte indiquent qu il est extrêmement difficile de maintenir l isométrie du LCP dans une prothèse totale de genou et, par voie de conséquence, sauf si la position de l interligne articulaire est anatomique, la conservation du LCP est un inconvénient dans la prothèse totale de genou ; l étude de la marche avec une prothèse totale de genou gardant ou sacrifiant le croisé postérieur est similaire ; les résultats à long terme des études cliniques sont pour l instant identiques avec les deux types d implants. Complications Les complications sont les suivantes : infection : complication majeure, redoutable, car compromettant définitivement le pronostic fonctionnel. Il faut distinguer l infection aiguë et chronique. Dans le premier cas, le lavage et la synovectomie chirurgicale peuvent être essayés avant une solution plus radicale. Dans les cas chroniques, toute infection d un implant prothétique nécessite une reprise chirurgicale comportant l ablation complète de la prothèse infectée, une synovectomie totale, et une repose en un ou en deux temps associée à un traitement antibiotique adapté souvent pendant plusieurs mois. En cas d échec, seule une arthrodèse, voire une amputation sont possibles ; descellement aseptique : le problème le plus fréquent est la fixation tibiale de l implant de reprise ; usure du polyéthylène responsable d une ostéolyse induisant un descellement aseptique : une prothèse axée et stable peut le prévenir. 10

11 . Chirurgie de la gonarthrose A-10 Tableau 6. Indications comparatives ostéotomie-prothèse unicompartimentale-prothèse totale du genou. Ostéotomie Prothèse unicompartimentale Âge < ± > Usure cartilagineuse Pincement < 50 % Pincement > 50 % ± Ligament croisé antérieur Présent Absent Varus tibial Tibia droit ± < ± > (+ ostéotomie) +++ Flessum < /- > 10 0 ± +++ Étiologie Arthrose Nécrose Inflammatoire Déformation < ± > Prothèse totale Indications comparatives : ostéotomieprothèses unicomportementales-prothèse totale du genou Les indications sont résumées dans le Tableau 6. Conclusion Le traitement de la gonarthrose ne se résume pas à la mise en place d une arthroplastie totale du genou. Il existe des alternatives en termes de traitement médical et le traitement chirurgical fait place en France aux ostéotomies fémorale et/ou tibiale qui peuvent répondre à une demande à des patients jeunes et actifs. Références [1] Legré V, Boyer T. Diagnostic et traitement d un genou douloureux. EMC (Elsevier Masson SAS, (Paris),, A- 10, 2003 : 24p. [2] Insall J, Dorr LD, Scott RD, Scott WN. Rationale of the Knee Society Clinical Rating System. Clin Orthop Relat Res 1989;248:13-4. [3] Roos EM, Roos HP, Lohmander LS, Ekdahl C, Beynnon BD. Knee Injury and Osteoarthritis Outcome Score (KOOS)--development of a self-administered outcome measure. J Orthop Sports Phys Ther 1998; 28: [4] Ayral X, Dougados M. Le lavage articulaire. Rev Rhum Mal Osteoartic 1995;62: [5] Gilbert JE. Current treatment options for the restoration of articular cartilage. Am J Knee Surg 1998;11:42-6. [6] Jones RE, Smith EC, Reisch JS. Effects of medial meniscectomy in patients older than forty years. J Bone Joint Surg Am 1978;60: [7] Lotke PA, Lefkoe RT, Ecker ML. Late results following medial meniscectomy in older population. J Bone Joint Surg Am 1981;63: [8] Jackson RW, Rouse DW. The results of partial arthroscopic meniscectomy in patients over 40 years of age. J Bone Joint Surg Br 1982;64: [9] McBride GG, Constine RM, Hofmann AA, Carson RW. Arthroscopic partial meniscectomy in the older patients. J Bone Joint Surg Am 1984; 66: [10] Casscells SW. Gross pathological changes in the knee joint of the aged individuel: a study of 300 cases. Clin Orthop Relat Res 1978;132: [11] Noyes FR, Stabler GL. A system for grading articular cartilage lesions at arthroscopy. Am J Sports Med 1989;17: [12] Rand JA. Role of arthroscopy in osteoarthritis of the knee. J Arthrosc 1991;7: [13] Richard RN, Lonergan RP. Arthroscopy surgery for relief of pain in the osteoarthritis knee. Orthopedics 1984;7: [14] Baumgaertner MR, Cannon Jr. WD, Vittori JM, Schmidt ES, Maurer RC. Arthroscopic debridement of the arthritic knee. Clin Orthop Relat Res 1990;253: [15] Pridie AH. A method of resurfacing osteoarthritic knee joints. J Bone Joint Surg Br 1959;41:618. [16] Mitchell N, Shepard N. Resurfacing of adult rabbit articular cartilage by multiperforations through the subchondral bone. J Bone Joint Surg Am 1976;58: [17] Hjertquist SO, Lemberg R. Histologic, autoradiographic and microchemical studies of spontaneously headline osteochondrose articular defenders in adult rabbits. Calcium Tissue Res 1971;8:5-72. [18] Tipett JW. Articular cartilage drilling and osteotomy in osteoarthritis of the knee. In: Mac Ginty JB, Caspari RB, Jackson RW, Poehling GG, editors. Operative arthroscopie. Philadelphia: Lippincott-Raven publishers; p [19] Johnson LL. Arthroscopic abrasion arthroplasty: historical and pathological perspective. Present status. J Arthrosplasty 1986;2: [20] Singh S, Lee CC, Tay BK. Results of arthroscopic abrasion arthroplasty in osteoarthritis of the knee joint. Singapore Med J 1991;32:34-7. [21] Bert JM, Maschka K. The arthroscopic treatment of unicompartimental gonarthrosis: a five-year follow-up study of abrasion arthroplasty plus arthroscopic debridement and arthroscopic debridement alone. Arthroscopy 1989;5: [22] Friedman MJ, Berasi CC, Fox JM, Del Pizzo W, Snyder SJ, Ferkel RD. Preliminary results with abrasion arthroplasty in the osteoarthritis of the knee. Clin Orthop Relat Res 1984;182: [23] Steadman JR, Rodkey WG, Briggs KK. Microfracture to treat fullthickness chondral defects: surgical technique, rehabilitation, and outcomes. J Knee Surg 2002;15: [24] Steadman JR, Rodkey WG, Singleton SB, Briggs KK. Microfracture technique for full-thickness chondral defenders: Technique and clinical results. Oper Tech Orthop 1997;7:

12 A-10 Chirurgie de la gonarthrose [25] Passler HH. Microfracture for treatment of cartilage defenders. Zentralbl Chir 2000;125: [26] McGinley BJ, Cushner FD, Scott WN. Debridement arthroscopy. 10-year followup. Clin Orthop Relat Res 1999;367: [27] Patel DV, Aichroth PM, Moyes ST. A prospective review of arthroscopic debridement for degenerative joint disease of the knee. Int Orthop 1991;15: [28] Hubbard MJ. Articular debridement versus washout for degeneration of the medial femoral condyle. A five-year study. J Bone Joint Surg Br 1996;78: [29] Chang RW, Falconer J, Stulberg SD, Arnold WJ, Manheim LM, Dyer AR. A randomized, controlled trial of arthroscopic surgery versus closed needle joint lavage for patients with osteoarthritis of the knee. Arthritis Rheum 1993;36: [30] Jackson RW, Marans HJ, Silver RS. The arthroscopic treatment of degenerative arthritis of the knee. J Bone Joint Surg Br 1988;70:332. [31] McLarenAC, Blokker CP, Fowler PJ, Roth JN, Rock MG.Arthroscopic debridement of the knee for osteoarthritis. Can J Surg 1991;34: [32] Oggilvie-Harris DJ, Fitsialos DP. Arthroscopic management of the degenerative knee. Arthroscopy 1991;7: [33] Timoney JM. Arthroscopy in the osteoarthritis knee: long term followup. Orthop Rev 1990;19: [34] Harwin SF. Arthroscopic debridement for osteoarthritis of the knee: predictors of patient satisfaction. Arthroscopy 1999;15: [35] Salisbury RB, Nottage WM, Gardner V. The effect of alignment on results in arthroscopic debridement of the degenerative knee. Clin Orthop Relat Res 1985;198: [36] Charrois O, Ayral X, Beaufils P. La chondrolyse rapide après méniscectomie externe. Rev Chir Orthop 1998;84: [37] Del Pizzo W. Operative arthroscopy for treatment of problems of medial compartment of the knee. Orthopaedic 1980;3:984. [38] Sprague NF. Arhroscopic debridement for degenerative knee joint disease. Clin Orthop Relat Res 1981;160: [39] Jennings JE. Arthroscopic debridement as an alternative to total knee replacement. Arthroscopy 1986;2:123. [40] Dugdale TW, Noyes FR, Styer D. Preoperative planning for high tibial osteotomy. The effect of lateral tibiofemoral separation and tibiofemoral length. Clin Orthop Relat Res 1992;274: [41] Duparc J, Massare C. Radiological measurement of the angular deviation of the knee in the frontal plan. Ann Radiol (Paris) 1967;10: [42] Hernigou P, Medevielle D, Debeyre J, Goutallier D. Proximal tibial osteotomy for osteoarthritis with varus deformity. Aten to thirteen-year follow-up study. J Bone Joint Surg Am 1987;69: [43] Gariepy R. Genu varum trated by high tibial osteotom. J Bone Joint Surg Br 1964;46: [44] Kirgis A, Albrecht S. Palsy of the deep peroneal nerve after proximal tibial osteotomy. An anatomical study. J Bone Joint Surg Am 1992;74: [45] Descamps L, Jarsaillon B, Schuster P, Vergnat C. Synthèse angulaire dans l ostéotomie tibiale haute de valgisation. Rev Chir Orthop 1987; 73: [46] Goutallier D, Hernigou P, Medevielle D, Debeyre J. Outcome at more than 10 years of 93 tibial osteotomies for internal arthritis in genu varum (or the predominant influence of the frontal angular correction). Rev Chir Orthop Reparatrice Appar Mot 1986;72: [47] Jackson JP, Waugh W. Tibial osteotomy for osteoarthritis of the knee. J Bone Joint Surg Br 1961;43: [48] Blaimont P. Curviplane osteotomy in the treatment of gonarthrosis. Acta Orthop Belg 1982;48: [49] Maquet P. Surgical treatment of femoro-tibial arthrosis. Acta Orthop Belg 1982;48: [50] Lootvoet L, Massinon A, Rossillon R, Himmer O, Lambert K, Ghosez JP. Upper tibial osteotomy for gonarthrosis in genu varum. A propos of a series of 193 cases reviewed 6 to 10 years later. Rev Chir Orthop Reparatrice Appar Mot 1993;79: [51] Maquet PG. Biomechanics of the knee. Berlin: Springer-Verlag; [52] Matthews LS, Goldstein SA, Malviz TA, Katz BP, Kafer H. Proximal tibial osteotomy. Factors that influence the duration of satisfactory function. Clin Orthop Relat Res 1988;229: [53] Yasuda K, Majima T, Tsuchida T, Kaneda K. A ten to fifteen year follow-up observation of high tibial osteotomy in medial compartment osteoarthrosis. Clin Orthop Relat Res 1992;282: [54] Rinonapoli E, Mancini GB, Corvaglia A, Musiello S. Tibial osteotomy for varus gonarthrosis. A 0 to 21- year follow-up study. Clin Orthop Relat Res 1998;353: [55] Odenbring S, LindstrandA, Egund N, Larsson J, Heddson B. Prognosis for patients with medial gonarthrosis.a16-year follow-up of 189 cases. Clin Orthop Relat Res 1991;266: [56] Hernigou P. Recul à plus de 20 ans de la gonarthrose fémorotibiale interne après ostéotomie tibiale de valgisation. Rev Chir Orthop 1996; 82: [57] Bauer GC, Insall J. Koshino T. Tibial osteotomy in gonarthrosis (osteoarthritis of the knee). J Bone Joint Surg Am 1969;51: [58] Matthews LS. Goldstein SA, Malvitz TA, Katz BP, Kaufer H. Proximal tibial osteotomy. Factors that influence the duration of satisfactory function. Clin Orthop Relat Res 1988;229: [59] Mascard E, Christel P, Witvoet J. Les résultats à long terme des ostéotomies tibiales. Influence de la symptomatologie fémoropatellaire préopératoire. Rev Chir Orthop 1995;81(supplII):181. [60] Vainionpää S, Läike E, Kirves P, Tiusanen P. Tibial osteotomy for osteoarthritis of the knee. A five to ten-year follow-up study. J Bone Joint Surg Am 1981;63: [61] Segal P. Les échecs des ostéotomies tibiales de valgisation pour gonarthrose. Symposium SOFCOT. Rev Chir Orthop 1992;78(suppl1): [62] Hernigou P, Deschamps G. Les prothèses unicompartimentales du genou. Symposium de la SOFCOT 70 e réunion annuelle. Rev Chir Orthop 1996;82(supplII): [63] Cartier P, Sanouiller JL. Prothèse unicompartimentale du genou Marmor : bilan clinique au recul minimal de 10 ans. In: Cartier P, Epinette JA, Deschamps G, Hernigou P, editors. Prothèse unicompartimentale du genou. Cahier de la SOFCOT n 65. Paris: Expansion Scientifique Publications; p [64] Goodfellow JW, O Connor JJ, Murray DW. Principes de l arthroplastie à pièce méniscale mobile pour le remplacement unicompartimental du genou. In: Cartier P, Epinette JA, Deschamps G, Hernigou P, editors. Prothèse unicompartimentale du genou. Cahier de la SOFCOT n 65. Paris: Expansion Scientifique Publications; p [65] Hernigou P, Deschamps G. Prothèses unicompartimenales : résultats de 250 prothèses Lotus avec un recul moyen de 8 ans. In: Cartier P, Epinette JA, Deschamps G, Hernigou P, editors. Prothèse unicompartimentale du genou. Cahier de la SOFCOT n 65. Paris: Expansion Scientifique Publications; p [66] Witvoet J, Djian P, Aubriot JH, Pidhorz L, Nizard R, Peyrache MD, et al. Résultats des prothèses Lotus du groupe Guépar dans les gonarthroses latéralisées. In: Cartier P, Epinette JA, Deschamps G, Hernigou P, editors. Prothèse unicompartimentale du genou. Cahier de la SOFCOT n 65. Paris: Expansion Scientifique Publications; p [67] Dejour D, Chatain F, Dejour H. Résultats cliniques de la prothèse unicompartimentale HLS. In: Cartier P, Epinette JA, Deschamps G, Hernigou P, editors. Prothèse unicompartimentale du genou. Cahier de la SOFCOT n 65. Paris: Expansion Scientifique Publications; p [68] Arciero R, Toomey H. Patello-femroal arthroplasty. Athree to nine year follow-up study. Clin Orthop Relat Res 1988;236: [69] Aglietti P, Insall J. Walter P. Anew patella prosthesis. Clin Orthop Relat Res 1975;107: [70] Argenson JN, Guillaume JM, Aubaniac JM. Is there a place for patello femoral arthroplasty? Clin Orthop Relat Res 1995;321: [71] Cartier P, Sanouillier JL, Gresalmer R. Patellofemoral arthroplasty. Arthroplasty 1990;5: [72] Lenfant J, Goutallier D. Les prothèses fémoropatellaires du groupe Guépar : revue d une série de 28 cas au recul moyen de 5,5 ans. Rev Chir Orthop 1996;87(supplII):86. [73] Rand JA, Ilstrup DM. Survivorship analysis of total knee arthroplasty: cumulative rates of survival of 9200 total knee arthroplasties. J Bone Joint Surg Am 1991;73: [74] Goodfellow JW, O Connor J. Clinical results of the Oxford knee. Surface arthroplasty of the tibiofemoral joint with a meniscal bearing prosthesis. Clin Orthop Relat Res 1986;205:21-4. [75] Hungerford DS, Krackow KA, Kenna RV. Cementless total knee replacement in patients 50 years old and under. Orthop Clin North Am 1989; 20: [76] Rosenberg AG, Barden R, Galante JO. A comparison of cemented and cementless fixation with the Miller-Galante total knee arthroplasty. Orthop Clin North Am 1989;20:

13 Chirurgie de la gonarthrose A-10 [77] Buechel FF, Pappas MJ. New Jersey low contact stress knee replacement system. Ten-year evaluation of meniscal bearings. Orthop Clin North Am 1989;20: [78] Wright RJ, Lima J, Scott RD, Thornhill TS. Two-to four-year results of posterior cruciate-sparing condylar total knee arthroplasty with an uncemented femoral component. Clin Orthop Relat Res 1990;260: [79] Kobs JK, Lachiewicz PF. Hybrid total knee arthroplasty. Two- to fiveyear results using the Miller-Galante prosthesis. Clin Orthop Relat Res 1993;286: [80] Toksvig-Larsen S, Magyar G, Onsten I, Ryd L, Lindstrand A. Fixation of the tibial component of total knee arthroplasty after high tibial osteotomy: a matched radiostereometric study. J Bone Joint Surg Br 1998;80: [81] Martin SD, McManus JL, Scott RD, Thornhill TS. Press-fit condylar total knee arthroplasty. 5- to 9-year follow-up evaluation. J Arthroplasty 1997;12: [82] Stern SH, Insall JN, Windsor RE, Inglis AE, Dines DM. Total knee arthroplasty in patients with psoriasis. Clin Orthop Relat Res 1989;248: [83] Colizza WA, Insall JN, Scuderi GR. The posterior stabilized total knee prosthesis. Assessment of polyethylene damage and osteolysis after a ten-year-minimum follow-up. J Bone Joint Surg Am 1995;77: [84] Scott WN, Rubinstein M, Scuderi G. Results after knee replacement with a posterior cruciate substituting prosthesis. J Bone Joint Surg Am 1998;70:1163. [85] MalkaniAL, Rand JA, Bryan RS, Wallrichs SL. Total knee arthroplasty with the kinematic condylar prosthesis. A ten-year follow-up study. J Bone Joint Surg Am 1995;77: [86] Ritter MA, Herbst SA, Keating EM, Faris PM, Meding JB. Long-term survival analysis of a posterior cruciate-retaining total condylar total knee arthroplasty. Clin Orthop Relat Res 1994;309: [87] Rinonapoli E, Mancini GB, Azzará A, Aglietti P, Santucci C. Survivorship of the Total Condylar I prosthesis: Results of a series of 100 total knee arthroplasties. Ital J Orthop Traumatol 1991;17:31-9. [88] Dennis DA, Clayton ML, O Donnell S, Mack RP, Stringer EA. Posterior cruciate condylar total knee arthroplasty. Average 11-year follow-up evaluation. Clin Orthop Relat Res 1992;281: [89] Ranawat CS, Hansraj KK. Effect of posterior cruciate sacrifice on durability of the cement-bone interface. Anine-year survivorship study of 100 total condylar knee arthroplasties. Orthop Clin North Am 1989; 20:63-9. [90] Rand JA. Cement or cementless fixation in total knee arthroplasty? Clin Orthop Relat Res 1991;273: [91] Buechel FF, Pappas MJ. New Jersey low contact stress knee replacement system. Ten-year evaluation of meniscal bearings. Orthop Clin North Am 1989;20: [92] Hirsch HS, Lotke PA, Morrison LD. The posterior cruciate ligament in total knee surgery. Save, sacrifice, or substitute. Clin Orthop Relat Res 1994;309:64-8. [93] Vinciguerra B, Pascarel X, Honton JL. results of total knee prostheses with or without preservation of the posterior cruciate ligament. Rev Chir Orthop 1994;80: [94] Sorrels RB, Stiehl JB, Voorhorst PE. Midterm results of mobile bearing total knee arthroplasty in patients younger than 65 years. Clin Orthop Relat Res 2001;390:182. [95] Laskin RS. Total knee replacement with posterior cruciate ligament retention in patients with a fixed varus deformity. Clin Orthop Relat Res 1996;331: [96] Shoji H, Wolf A, Packard S, Yoshino S. Cruciate retained and excised total knee arthroplasty. A comparative study in patients with bilateral total knee arthroplasty. Clin Orthop Relat Res 1994;305: [97] Becker MW, Insall JN, Faris PM. Bilateral total knee arthroplasty. One cruciate retaining and one cruciate substituting. Clin Orthop Relat Res 1991;271: [98] Dorr LD, Ochsner JL, Gronley J, Perry J. Functional comparison of posterior cruciate-retained versus cruciate-sacrificed total knee arthroplasty. Clin Orthop Relat Res 1988;236: G. Bellier P. Djian. Cabinet Goethe, 23, avenue Niel, Paris, France. Toute référence à cet article doit porter la mention : Bellier G., Djian P. Chirurgie de la gonarthrose. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris),, A-10, Disponibles sur Arbres décisionnels Iconographies supplémentaires Vidéos / Animations Documents légaux Information au patient Informations supplémentaires Autoévaluations Cas clinique 13

Anatomie du genou : Principe de l ostéotomie :

Anatomie du genou : Principe de l ostéotomie : L Ostéotomie Tibiale Anatomie du genou : C est une structure du corps où l extrémité inférieure du fémur s articule avec l extrémité supérieure du tibia pour permettre l appui du membre inférieur et les

Plus en détail

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Information supplémentaire 3 Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Installation Sur table normale, en décubitus dorsal

Plus en détail

Les lésions traumatiques des ménisques du genou (257b) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les lésions traumatiques des ménisques du genou (257b) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les lésions traumatiques des ménisques du genou (257b) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : anatomie du genou imagerie du genou examen clinique du genou Résumé : La lésion méniscale est

Plus en détail

Techniques de reconstruction du ligament croisé postérieur!

Techniques de reconstruction du ligament croisé postérieur! Techniques de reconstruction du ligament croisé postérieur D. Saragaglia => 2 principes et 3 techniques 1. Principe à 1 faisceau " " -"Anatomique => remplace le faisceau " " " " "antéro-latéral" " - Isométrique

Plus en détail

La pathologie méniscale

La pathologie méniscale Dr. KABBACHE Morhaf Chirurgie Orthopédique 39 1 01260 6 00 3 30 1 41 Membre de la Société Française de Chirurgie Orthopédie et traumatologie Tél. 0384798062 La pathologie méniscale Les ménisques, au nombre

Plus en détail

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial Arthrose Définition n Dégradation du cartilage associée à des remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial n Touche tous les éléments

Plus en détail

Gonarthrose prise en charge. Dr M.Baba aissa Rhumatologue Paris EL MENIAA 2009

Gonarthrose prise en charge. Dr M.Baba aissa Rhumatologue Paris EL MENIAA 2009 Gonarthrose prise en charge Dr M.Baba aissa Rhumatologue Paris EL MENIAA 2009 Définition La gonarthrose est une maladie articulaire chronique du genou caractérisée par une dégradation cartilage. Primitive:

Plus en détail

Problème rotulien. Les problèmes rotuliens sont dominés par 3 pathologies :

Problème rotulien. Les problèmes rotuliens sont dominés par 3 pathologies : Problème rotulien Les problèmes rotuliens sont dominés par 3 pathologies : Le syndrôme rotulien. L instabilité de la rotule (luxation). L arthrose de la rotule. 1. Le syndrôme rotulien : C est l ensemble

Plus en détail

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Traumatologie du Membre Inférieur Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Fractures du col du fémur Fractures du col de fémur Fracture très fréquente chez le sujet âgé Ostéoporose

Plus en détail

15% 19% France Genou Stable. Méniscectomie Réparation Reconstruction. Réparation Méniscale Qu en attendre? indications excessives

15% 19% France Genou Stable. Méniscectomie Réparation Reconstruction. Réparation Méniscale Qu en attendre? indications excessives Méniscectomie Réparation Reconstruction Ph Beaufils, N Pujol, P Boisrenoult Versailles indications excessives Nombre de méniscectomies Méniscectomies sur genou arthrosique Méniscectomies sur rupture du

Plus en détail

IRM DU GENOU TRAUMATIQUE. Comment éviter la méniscectomie. A. Lesavre, A. Miquel, C. Phan, Y. Menu CHU du Kremlin Bicêtre

IRM DU GENOU TRAUMATIQUE. Comment éviter la méniscectomie. A. Lesavre, A. Miquel, C. Phan, Y. Menu CHU du Kremlin Bicêtre IRM DU GENOU TRAUMATIQUE Comment éviter la méniscectomie : A. Lesavre, A. Miquel, C. Phan, Y. Menu CHU du Kremlin Bicêtre Introduction Toutes les lésions méniscales ne relevant pas d un traitement chirurgical,

Plus en détail

Les techniques de réparation du ligament croisé antérieur

Les techniques de réparation du ligament croisé antérieur Les techniques de réparation du ligament croisé antérieur C. CHAUSSARD CChaussard@chu-grenoble.fr introduction Techniques chirurgicales multiples Reconstruction du LCA avec des transplants aponévrotiques

Plus en détail

LE LIGAMENT CROISE ANTERIEUR

LE LIGAMENT CROISE ANTERIEUR LE LIGAMENT CROISE ANTERIEUR Sommaire : Quel est le rôle du Ligament Croisé Antérieur? Quelles sont les conséquences de la rupture du ligament croisé antérieur? Comment se fait on une entorse du ligament

Plus en détail

EXAMEN DU GENOU. Méthodologie clinique à travers l anatomie et la bio-mécanique

EXAMEN DU GENOU. Méthodologie clinique à travers l anatomie et la bio-mécanique EXAMEN DU GENOU Méthodologie clinique à travers l anatomie et la bio-mécanique Pr Gilbert VERSIER Service de chirurgie orthopédique HIA Begin 94160 St-Mandé L iconographie est notamment issue des ouvrages

Plus en détail

Le genou de l enfant sportif Dr J. Knörr Chirurgie Orthopédique Pédiatrique. Hôpital des Enfants. CHU-Toulouse

Le genou de l enfant sportif Dr J. Knörr Chirurgie Orthopédique Pédiatrique. Hôpital des Enfants. CHU-Toulouse Le genou de l enfant sportif Dr J. Knörr Chirurgie Orthopédique Pédiatrique. Hôpital des Enfants. CHU-Toulouse Différences enfant-adulte Croissance, développement, physiologie Les variables physiologiques

Plus en détail

INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU

INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU Votre état nécessite la réalisation d'une ostéotomie au niveau du genou. Cette fiche est destinée à vous en expliquer les grands principes, le but et les bénéfices

Plus en détail

Infections en chirurgie prothétique. tique Particularités s du genou

Infections en chirurgie prothétique. tique Particularités s du genou Infections en chirurgie prothétique tique Particularités s du genou Dr J.HUMMER Dr M. MELET AGREG GECO 19 Janvier 2009 Problématique Aucune étude comparative Notamment un temps versus deux temps Des expériences

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed

Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed Service de Rhumatologie EPS Tahar Sfar de Mahdia JSBM 2013 Introduction Maladie dégénérative de l articulation due à une dégradation progressive

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

Guident les indications et les résultats

Guident les indications et les résultats Dr B. Rubens-Duval, Pr D. Saragaglia Clinique universitaire de Chirurgie Orthopédique et de Traumatologie du Sport, Hôpital Sud CHU de Grenoble 2 cadres nosologiques Arthrite septique => sans matériel

Plus en détail

FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE

FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE MOMENT DE LA FRACTURE Fracture per-opératoire iatrogène cave pathologique! Fracture post-opératoire traumatique FRACTURE PEROPERATOIRE Souvent méconnue = diagnostic

Plus en détail

La chirurgie du car,lage

La chirurgie du car,lage La chirurgie du car,lage Yoann BOHU, Nicolas LEFEVRE, Serge HERMAN Clinique du Sport Paris V, Paris Institut de l Appareil Locomoteur Nollet, Paris Clinique Maussins-Nollet, Paris CHONDROPATHIE TRAUMATIQUE

Plus en détail

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 L arthrose de la Hanche Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 Définition L arthrose est une maladie

Plus en détail

PROTHÈSE UNI-COMPARTIMENTALE du GENOU

PROTHÈSE UNI-COMPARTIMENTALE du GENOU Dr Alain CAZENAVE chirurgien orthopédiste traumatologie sportive 52 rue du Dr calot 62600 BERCK/mer FRANCE tel: 03 21 89 20 44 site web : www.orthopale.org PROTHÈSE UNI-COMPARTIMENTALE du GENOU GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

PROTHÈSE TOTALE DE GENOU

PROTHÈSE TOTALE DE GENOU Dr Alain CAZENAVE chirurgien orthopédiste traumatologie sportive 52 rue du Dr calot 62600 BERCK/mer FRANCE tel: 03 21 89 20 44 site web : www.orthopale.org PROTHÈSE TOTALE DE GENOU QUELQUES GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

LES ARTHROSES. DR Hosni BEN FREDJ

LES ARTHROSES. DR Hosni BEN FREDJ LES ARTHROSES DR Hosni BEN FREDJ Introduction un processus dégénératif résultant des phénomènes:mécaniques et biologiques déstabilisent l équilibre entre la synthèse et la dégradation du cartilage et de

Plus en détail

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques M-A Camezind-Vidal, B Caire-Gana, F Castaing, * N Orsoni*, M Pouquet, P de Brunanchon,I Jammet, E Pascaud, D Mouliès* *, A Maubon Services

Plus en détail

L ARTHROSE EN 2005? J. Touba, Ph. Thomas

L ARTHROSE EN 2005? J. Touba, Ph. Thomas L ARTHROSE EN 2005? J. Touba, Ph. Thomas La définition de l OMS L arthrose est la résultante des phénomènes mécaniques et biologiques qui déstabilisent l équilibre entre la synthèse et la dégradation du

Plus en détail

Vis-plaque condylienne DCS (Dynamic Condylar Screw)

Vis-plaque condylienne DCS (Dynamic Condylar Screw) Vis-plaque condylienne DCS (Dynamic Condylar Screw) P. Chélius La DCS ou vis-plaque condylienne est un implant conçu pour la fixation spécifique des fractures épiphyso-métaphyso-diaphysaires du fémur.

Plus en détail

> Pathologie du pied. Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique

> Pathologie du pied. Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique > Pathologie du pied Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique > Fracture du calcanéus Anatomie Thalamus Sustentaculum tali Tubérosité Corps

Plus en détail

Les fractures du coude de l enfant. Saad ABU AMARA Joël LECHEVALLIER

Les fractures du coude de l enfant. Saad ABU AMARA Joël LECHEVALLIER Les fractures du coude de l enfant Saad ABU AMARA Joël LECHEVALLIER Épidémiologie des fractures du coude Les fractures : 10 à 25% des traumatismes de l enfant Fractures du coude : 16% de l ensemble des

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 08 février 2011 CONCLUSIONS

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 08 février 2011 CONCLUSIONS COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 08 février 2011 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles

Plus en détail

Les PRP : indications chirurgicales actuelles

Les PRP : indications chirurgicales actuelles Les PRP : indications chirurgicales actuelles Yoann BOHU Chirurgien orthopédique et traumatologique, manager médical et chirurgien du Racing Métro 92 En traumatologie, biomécanique et biologie sont les

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

La rupture du ligament croisé crânial chez le chien. Traitements. Pronostic. Page 4-5

La rupture du ligament croisé crânial chez le chien. Traitements. Pronostic. Page 4-5 La rupture du ligament croisé crânial chez le chien Matthieu Gatineau, DMV, IPSAV, MSc, Dipl. ACVS-ECVS, ACVSMR Juin 2013 Symptômes Diagnostic Page 1-3 Traitements Pronostic Page 4-5 Convalescence Page

Plus en détail

Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur. Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille

Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur. Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille TIGER WOODS ET LE PRP Dans des revues sportives Américaines Tiger Woods : J ai

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

ARTHROSE. Pr BAHIRI RACHID CHU Rabat-Salé

ARTHROSE. Pr BAHIRI RACHID CHU Rabat-Salé ARTHROSE Pr BAHIRI RACHID CHU Rabat-Salé DOULEUR FONCTION STRUCTURE DEFINITION DE L ARTHROSE Nom sous lequel on désigne d des affections chroniques dégénératives d non inflammatoires de l articulation,

Plus en détail

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Anatomie descriptive et fonctionnelle de l extrémité inférieure du radius Résumé : Les fractures

Plus en détail

Les fractures bimalléolaires Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les fractures bimalléolaires Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les fractures bimalléolaires Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Anatomie descriptive et fonctionnelle de la cheville Résumé : Les fractures bimalléolaires sont très fréquentes et peuvent

Plus en détail

ACTIVMOTION PLAQUE D OSTÉOTOMIE TIBIALE D ADDITION INTERNE INNOVATION MEANS MOTION

ACTIVMOTION PLAQUE D OSTÉOTOMIE TIBIALE D ADDITION INTERNE INNOVATION MEANS MOTION INNOVATION MEANS MOTION ACTIVMOTION PLAQUE D OSTÉOTOMIE TIBIALE D ADDITION INTERNE FIXATION POLYAXIALE VERROUILLÉE DUALTEC SYSTEM Implant anatomique : courbure proximale et pente métaphysaire. Design et

Plus en détail

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Service de chirurgie orthopédique et de traumatologie du sport. CHU de Grenoble, hôpital sud. Introduction Entorses de la cheville -> très fréquentes

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic.

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic. LE CONFLIT SOUS ACROMIAL a) Fonction Lors des mouvements du membre supérieur, les tendons de la coiffe des rotateurs passent sous un élément osseux et ligamentaire (arche) composé de la face inférieure

Plus en détail

B. Longis Hôpital de la Mère et de l Enfant CHU Dupuytren 87042 LIMOGES Cedex. 09 décembre 2009 EPU Argenton sur Creuse

B. Longis Hôpital de la Mère et de l Enfant CHU Dupuytren 87042 LIMOGES Cedex. 09 décembre 2009 EPU Argenton sur Creuse B. Longis Hôpital de la Mère et de l Enfant CHU Dupuytren 87042 LIMOGES Cedex Mon enfant a les pieds qui tournent! Mon enfant a les genoux en X! Mon enfant boite! Motif de consultation fréquent Pose plusieurs

Plus en détail

Les entorses de la cheville

Les entorses de la cheville Les entorses de la cheville François Bonnomet Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Rappels anatomiques Tubercule de Tillaux Ligament tibio fibulaire antérieur Malléole latérale Malléole médiale Ligament

Plus en détail

LA PROTHESE TOTALE DE GENOU

LA PROTHESE TOTALE DE GENOU LA PROTHESE TOTALE DE GENOU Introduction : La destruction du cartilage est fréquente au niveau du genou qui est une articulation très sollicitée et soumise à tout le poids du corps. La conséquence de cette

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

L arthrose (57) P. Lafforgue et J.N. Argenson Mars 2006 (Mise à jour 2007-2008)

L arthrose (57) P. Lafforgue et J.N. Argenson Mars 2006 (Mise à jour 2007-2008) L arthrose (57) P. Lafforgue et J.N. Argenson Mars 2006 (Mise à jour 2007-2008) 1. Introduction L arthrose peut être définie comme l altération du cartilage articulaire et ses conséquences. Elle est l

Plus en détail

Arthrose attitude thérapeutique. Dr Bonvarlet IAL Nollet de l INSEP

Arthrose attitude thérapeutique. Dr Bonvarlet IAL Nollet de l INSEP Arthrose attitude thérapeutique Dr Bonvarlet IAL Nollet Ancien médecin m de l INSEP Arthrose définitiond! Facteurs génétiquesg! Age! Sexe féminin f > masculin! Hyperpression articulaire Synthèse Dégradation

Plus en détail

Service d Hématologie. Journée Romande Association Suisse des Hémophiles. ou problèmes?

Service d Hématologie. Journée Romande Association Suisse des Hémophiles. ou problèmes? Service d Hématologie Professeur associée Anne Angelillo-Scherrer Journée Romande Association Suisse des Hémophiles 28.05.2011 Prothèse de cheville: avantages ou problèmes? Arthropathie hémophilique douloureuse

Plus en détail

Bilan pré-thérapeutique

Bilan pré-thérapeutique TRAITEMENT DE L ARTHROSE DE LA CHEVILLE. V LEGRE, P LAFFORGUE, B PICLET CHU Conception Marseille 147 Bd Baille 13005 MARSEILLE Congrès Sport et Appareil Locomoteur Journée de Bichat du 1 er Avril 2006

Plus en détail

Pathologie de la cheville et tendinites

Pathologie de la cheville et tendinites Pathologie de la cheville et tendinites Chapitre I : Pathologie de la cheville 1) Anatomie : L articulation de la cheville (articulation talo-crurale) est une articulation synoviale à un degré de liberté.

Plus en détail

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab Rappel anatomique! Phalanges: P1 P2 P3 = os longs! Articulations IP = trochléennes un seul degré de liberté. - tête

Plus en détail

La luxation médiale de la rotule chez le chien. Matthieu Gatineau, DMV, IPSAV, MSc, Dipl. ACVS-ECVS, ACVSMR Juin 2013. Traitements.

La luxation médiale de la rotule chez le chien. Matthieu Gatineau, DMV, IPSAV, MSc, Dipl. ACVS-ECVS, ACVSMR Juin 2013. Traitements. La luxation médiale de la rotule chez le chien Matthieu Gatineau, DMV, IPSAV, MSc, Dipl. ACVS-ECVS, ACVSMR Juin 2013 Symptômes Diagnostic Page 1-3 Traitements Pronostic Page 4-5 Convalescence Page 6 Introduction

Plus en détail

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges BOITERIE DE L ENFANT Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges DEFINITION Asymétrie du schéma de marche Douleur Raideur articulaire Déformation Affection neuromusculaire Étiologies

Plus en détail

3D analysis of the misalignment fo the lower extremity, a pre, per and postoperative study

3D analysis of the misalignment fo the lower extremity, a pre, per and postoperative study 3D analysis of the misalignment fo the lower extremity, a pre, per and postoperative study Laurent Nodé-Langlois To cite this version: Laurent Nodé-Langlois. 3D analysis of the misalignment fo the lower

Plus en détail

La baropodométrie dynamique

La baropodométrie dynamique La baropodométrie en chirurgie du pied Bordeaux le 27 mars 2004 La baropodométrie dynamique dans la chirurgie des troubles statiques du pied Docteur E. Toullec Centre de Chirurgie du Pied Polyclinique

Plus en détail

Prise en charge post interventionnelle de la chirurgie de l épaule. Dr. Jean Aouston

Prise en charge post interventionnelle de la chirurgie de l épaule. Dr. Jean Aouston Prise en charge post interventionnelle de la chirurgie de l épaule Dr. Jean Aouston Les grands principes de la rééducation 0 Introduction 1 Pathologie et traitement 2 RRF de l épaule opérée 3 Cas clinique

Plus en détail

L analyse baropodométrique du pied creux varus

L analyse baropodométrique du pied creux varus Paris,19 septembre 2009 L analyse baropodométrique du pied creux varus Dr Bernard BAUDET- TOULOUSE Dr Eric TOULLEC - BORDEAUX Conflit d intérêt : sans bénéfice Classiquement, l évaluation de la répartition

Plus en détail

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Introduction Kinésithérapie Dénervation Arthrolyse - Artholyse chirurgicale - Artholyse + ligamentotaxis

Plus en détail

REPRISE DE PTH. Prof. G. VERSIER HIA Bégin Saint-Mandé

REPRISE DE PTH. Prof. G. VERSIER HIA Bégin Saint-Mandé REPRISE DE PTH Prof. G. VERSIER HIA Bégin Saint-Mandé Nécessité de classification Prise en compte d un phénomène Analyses de lésions Comparaison de lésions Choix de technique Evaluation de techniques Etudes

Plus en détail

Les boiteries chez l enfant

Les boiteries chez l enfant Les boiteries chez l enfant Motif de consultation ++ Causes multiples, Pronostic ++ Pr B. YOUSRI Boiterie Esquive Equilibration Aigue Chronique ATCD Infection Tumeur Dystrophie Traumatisme Infection /

Plus en détail

Diagnostic d une boiterie de hanche chez l enfant et l adolescent (299) Professeur Philippe MERLOZ Octobre 2004

Diagnostic d une boiterie de hanche chez l enfant et l adolescent (299) Professeur Philippe MERLOZ Octobre 2004 Diagnostic d une boiterie de hanche chez l enfant et l adolescent (299) Professeur Philippe MERLOZ Octobre 2004 Pré-requis : Anatomie de la hanche Croissance de la hanche Résumé : Les boiteries chez l

Plus en détail

Gonarthrose fémoro-tibiale!

Gonarthrose fémoro-tibiale! Gonarthrose fémoro-tibiale! GONARTHROSE Gonarthrose et Traumatismes Dr Alain Daragon Service de Rhumatologie Diagnostic " Facteurs de risque de survenue " Facteurs de risque d!aggravation " Évaluation

Plus en détail

Sémiologie articulaire du membre inférieur. Module bio clinique Appareil locomoteur

Sémiologie articulaire du membre inférieur. Module bio clinique Appareil locomoteur Sémiologie articulaire du membre inférieur Module bio clinique Appareil locomoteur Hanche Sémiologie de la hanche Articulation profonde Mobilité complexe flexion/extension rotations abduction/adduction

Plus en détail

La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues.

La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues. La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues. YAKOUBI. M MEZIANI. N YAHIA CHERIF. M ZEMMOURI. A BENBAKOUCHE. R CHU BAB EL OUED FACULTE DE MEDECINE

Plus en détail

Guide pratique de traumatologie du sport, acanthe-masson, 1999 ENTORSE

Guide pratique de traumatologie du sport, acanthe-masson, 1999 ENTORSE Guide pratique de traumatologie du sport, acanthe-masson, 1999 ENTORSE Définition Entorse : étirement ou une déchirure - des ligaments, - des bandes dures de tissu fibreux qui relient les os entre eux

Plus en détail

PROTHESE TOTALE DE GENOU

PROTHESE TOTALE DE GENOU PROTHESE TOTALE DE GENOU QUELLE PARTIE DU CORPS? Utilité de cette partie du corps Une articulation est l endroit où des os sont reliés tout en pouvant bouger les uns par rapport aux autres dans certaines

Plus en détail

LIGAMENT CROISE ANTERIEUR ET REDUCATION. Dr B VESSELLE

LIGAMENT CROISE ANTERIEUR ET REDUCATION. Dr B VESSELLE LIGAMENT CROISE ANTERIEUR ET REDUCATION Dr B VESSELLE Ouverte : Point fixe proximal Chaîne Fermée : Point fixe distal Totale Interne -moyenne - externe Course Contraction musculaire MODALITES DE LA CONTRACTION

Plus en détail

FMH Verbindung der Schweizer Ärztinnen und Ärzte Fédération des médecins suisses Federazione dei medici svizzeri Swiss Medical Association

FMH Verbindung der Schweizer Ärztinnen und Ärzte Fédération des médecins suisses Federazione dei medici svizzeri Swiss Medical Association F O E D E R A T I O M E D I C O R U M H E L V E T I C O R U M FMH Verbindung der Schweizer Ärztinnen und Ärzte Fédération des médecins suisses Federazione dei medici svizzeri Swiss Medical Association

Plus en détail

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations SEMESTRE 4 UE 2.7.S4 Défaillances organiques et processus dégénératifs 7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations Etude de l'appareil locomoteur (articulations, os, muscles, tendons) Douleur en

Plus en détail

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE Eric HALLARD, Kinésithérapeute La rupture du LCAE est de plus en plus fréquente

Plus en détail

GUIDE D INTERPRÉTATION D UNE LÉSION DU LABRUM GLÉNOIDIEN SUPÉRIEUR EN IMAGERIE AVEC CONTRASTE INTRA-ARTICULAIRE

GUIDE D INTERPRÉTATION D UNE LÉSION DU LABRUM GLÉNOIDIEN SUPÉRIEUR EN IMAGERIE AVEC CONTRASTE INTRA-ARTICULAIRE GUIDE D INTERPRÉTATION D UNE LÉSION DU LABRUM GLÉNOIDIEN SUPÉRIEUR EN IMAGERIE AVEC CONTRASTE INTRA-ARTICULAIRE L.MEZITI,JL.DRAPE, A.MIRAT,E.PESSIS, C. ANDREUX, H.GUERINI, S.MALAN, A.CHEVROT SERVICE DE

Plus en détail

MATTHIEU GUYARD SEBASTIEN MARTRES GUALTER VAZ JEAN-PAUL CARRET

MATTHIEU GUYARD SEBASTIEN MARTRES GUALTER VAZ JEAN-PAUL CARRET MATTHIEU GUYARD SEBASTIEN MARTRES GUALTER VAZ JEAN-PAUL CARRET PROTHESE TOTALE DE HANCHE POUR OSTEONECROSE ASEPTIQUE DE LA TETE FEMORALE Analyse d une série de 126 arthroplasties. Hôpital Edouard HERRIOT

Plus en détail

Technique chirurgicale. Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous.

Technique chirurgicale. Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous. Technique chirurgicale Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous. Table des matières Indications et contre-indications 3 Implants 4 Instruments 4 Planification

Plus en détail

Traitement chirurgical des tendinopathies chroniques et des séquelles de lésions musculaires

Traitement chirurgical des tendinopathies chroniques et des séquelles de lésions musculaires Traitement chirurgical des tendinopathies chroniques et des séquelles de lésions musculaires DR ROCH MADER SERVICE DE CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE ET TRAUMATOLOGIQUE H ÔPITAL SUD - CHU DE GRENOBLE Plan Tendinopathies

Plus en détail

Du diagnostic à la prise en charge de la gonarthrose

Du diagnostic à la prise en charge de la gonarthrose 22 Disponible en ligne sur www.smr.ma Du diagnostic à la prise en charge de la gonarthrose From diagnosis to management of knee osteoarthritis Fadia Rahal 1, Sabrina Haid 1, Samy Slimani 2, Nadjia Brahimi

Plus en détail

La chirurgie dans la PC

La chirurgie dans la PC La chirurgie dans la PC GF PENNECOT Marchant ou déambulant Grand handicapé Kinésith sithérapie Appareillage Médicaments Chirurgie neuro ortho LESION NEUROLGIQUE STABLE Spasticité Perte de la sélectivit

Plus en détail

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations FACE A FACE Péroné vascularisé / Péroné non vascularisé Reconstruction après résection tumorale Dr NOURI / Dr BEN MAITIGUE SOTCOT Juin 2012 Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a

Plus en détail

Genou non traumatique

Genou non traumatique Epidémiologie Genou non traumatique Laure Brulhart (Paola Chevallier) 25 37% des patients >50 ans souffrent de gonalgie 50% restriction dans les AVQ 33% consultent leur généraliste Facteurs associés avec

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

Boiterie chez l enfant

Boiterie chez l enfant DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2010 - PARIS Boiterie chez l enfant F FITOUSSI BOITERIE BOITERIE : Modification récente r de la démarche d liée à un phénom nomène ne douloureux IMPOTENCE:

Plus en détail

Compression Nerf ulnaire coude

Compression Nerf ulnaire coude Compression Nerf ulnaire coude site de compression Arcade du cubital antérieur Défile epitrochléoolécranien Atteinte Nerf ulnaire Parésthésie D4-D5 Perte de force : interosseux 1 Compression Nerf ulnaire

Plus en détail

Fracture de l extrémité inférieure du radius chez l adulte

Fracture de l extrémité inférieure du radius chez l adulte I-00-Q000 II-Q238 Fracture de l extrémité inférieure du radius chez l adulte P r Henry Coudane, D r Frédéric Eloy Service A.T.O.L., hôpital central CO no 34 54035 Nancy Cedex henry.coudane@wanadoo.fr Chez

Plus en détail

LE COUDE DU SPORTIF. G Saillant. Saint Tropez- 2005

LE COUDE DU SPORTIF. G Saillant. Saint Tropez- 2005 LE COUDE DU SPORTIF G Saillant Saint Tropez- 2005 Le coude du sportif! Sports spécifiques (force, mobilité, stabilité du coude)! Gestes stéréotypés et répétés (amplitude, vitesse, force)! Facteurs extrinsèques

Plus en détail

SEMINAIRE SFMU 2003. Séminaire SFMU 2003 Frey A, Brana A, Prise en charge d un traumatisme du Genou PRISE EN CHARGE D UN TRAUMATISME DU GENOU

SEMINAIRE SFMU 2003. Séminaire SFMU 2003 Frey A, Brana A, Prise en charge d un traumatisme du Genou PRISE EN CHARGE D UN TRAUMATISME DU GENOU SEMINAIRE SFMU 2003 PRISE EN CHARGE D UN TRAUMATISME DU GENOU Docteur Alain FREY, Docteur Aurélie BRANA SAU C.H.I. Poissy St Germain en Laye 10, rue du Champ gaillard 78300 Poissy I INTRODUCTION : L examen

Plus en détail

Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique

Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique 1980 2004 P. ABOUKRAT Consultation de podologie. CHU Hôpital Lapeyronie - Montpellier Diagnostic aisé, l origine reste

Plus en détail

PATHOLOGIE MENISCALE: INTERET DES MANIPULATIONS OSTEOPATHIQUES

PATHOLOGIE MENISCALE: INTERET DES MANIPULATIONS OSTEOPATHIQUES PATHOLOGIE MENISCALE: INTERET DES MANIPULATIONS OSTEOPATHIQUES Dr Ivan RADUSZYNSKI Le blocage du genou d origine méniscale est un motif de consultation fréquent dans un cabinet de médecin-ostéopathe. Nous

Plus en détail

TPLO Synthes. Apporter de meilleurs soins aux animaux

TPLO Synthes. Apporter de meilleurs soins aux animaux TPLO Synthes. Apporter de meilleurs soins aux animaux Veterinary L anatomie de votre chien Rotule Fémur (os de la cuisse) Plateau tibial Tibia (os de la jambe) Une nouvelle qualité de vie pour votre compagnon.

Plus en détail

Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX

Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX 1. DEFINITIONS-CLASSIFICATIONS 2. RAPPELS ANATOMIQUES 3. L ARTHROSE 4. L ARTHRITE 5. L OSTEOPOROSE 6. CONCLUSION DEFINITIONS -CLASSIFICATION Articulation =

Plus en détail

Conduite à tenir devant un kyste poplité

Conduite à tenir devant un kyste poplité Conduite à tenir devant un kyste poplité Emmanuel Hoppé Service de rhumatologie Journée de FMC du 30.01.2014 Kyste de Baker (XIXè ) Kyste de nature synoviale liquide synovial + synoviocytes Mécanisme Hernie

Plus en détail

23/10/2012. Mme B. 72 ans, vient vous voir en consultation pour une gonalgie droite.

23/10/2012. Mme B. 72 ans, vient vous voir en consultation pour une gonalgie droite. Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Cas clinique ED MT4/7.2 Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs Christian Hérisson

Plus en détail

Table des matières. Hanche. Généralités. Chapitre 3 Anatomie fonctionnelle 27. Chapitre 1 Rappels et généralités 3

Table des matières. Hanche. Généralités. Chapitre 3 Anatomie fonctionnelle 27. Chapitre 1 Rappels et généralités 3 Table des matières Introduction 1 Généralités Chapitre 1 Rappels et généralités 3 Brefs rappels sur la nouvelle approche manipulative........................ 3 Ni structurel, ni fonctionnel (3). Notre

Plus en détail

CONSIGNES POST-OPÉRATOIRES ACTIVITÉ PHYSIQUE

CONSIGNES POST-OPÉRATOIRES ACTIVITÉ PHYSIQUE CONSIGNES POST-OPÉRATOIRES ACTIVITÉ PHYSIQUE Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque M.IRRAZI (Metz) 7 et 8 mai PARIS OBJECTIFS Anticiper la douleur Récupération fonctionnelle Gérer les

Plus en détail

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques Introduction Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche Caractère inadapté de la hanche aux fonctions vitales et cérébrales? = prévalence de la coxarthrose 1.3% à 80 ans incidence 80/100 000 par an

Plus en détail

ALGORITHME DECISIONNEL

ALGORITHME DECISIONNEL ALGORITHME DECISIONNEL RACHIS LOMBAIRE SACRO ILIAQUES COXO FEMORALES BILAN 1 DIM RAS PATHOLOGIE LIMITEES TRAITEMENT 1 TNF LOMBAIRE NON TRAITE TNF SACRO ILIAQUE NON TRAITE BILAN CONTROLE 2 BIEN = DEBUT

Plus en détail