Portrait. France. sectoriel. Étude. sectorielle. Hôtellerie - Restauration & Activités de loisirs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Portrait. France. sectoriel. Étude. sectorielle. Hôtellerie - Restauration & Activités de loisirs"

Transcription

1 Portrait sectoriel Étude sectorielle 0 Hôtellerie - Restauration & Activités de loisirs France

2 Éditorial Le secteur de l Hôtellerie, la Restauration et des activités de loisirs regroupe des branches qui assurent la satisfaction des besoins des individus hors de leur domicile : héberger, nourrir, mais aussi détendre ou divertir. Ses établissements répondent aux souhaits des individus comme des collectivités. Actuellement, le secteur renvoie une image aux multiples facettes auprès des interlocuteurs institutionnels comme du grand public. Cette situation constitue un frein au recrutement de nouveaux professionnels ; elle dissimule également les possibilités d itinéraires professionnels diversifiés que le secteur propose. Ce portrait sectoriel, comme d autres documents créés par l Observatoire, en particulier le répertoire des métiers et les fiches qui y sont associées, vise à renforcer la reconnaissance du secteur. Casinos jeux Cafétérias Services des traiteurs Monde de la nuit Bowlings Restauration traditionnelle Secteur Débits de boissons Restauration collective Thalassothérapie Hôtels Il présente ses diverses activités, ses entreprises, ses emplois et ceux qui les occupent, ainsi que les formations qui s y attachent. Le secteur figure parmi les locomotives de l économie nationale ; il est présent sur tout le territoire, presque dans chaque commune. Créateur d emplois depuis des décennies, il contribue à faire de la France l un des premiers acteurs mondiaux du tourisme, de la restauration commerciale ou collective. J ai l espoir que ce portrait participe à une meilleure connaissance de nos activités, des hommes et des femmes qui y concourent. Je souhaite qu il incite à la découverte de ses métiers et des opportunités de carrière que le secteur offre. Le président de l Observatoire Sommaire Un «poids lourd» de l économie nationale Marchés, clients et activités Les régions et la couverture sectorielle du territoire Les établissements Les emplois et les actifs Les métiers du secteur L accès à la profession La formation première La formation professionnelle continue Annexes Portrait sectoriel national : 3 e édition

3 Le secteur et ses branches Restaurer, héberger, divertir et détendre, les activités des entreprises du secteur répondent à nos besoins hors du domicile, dans un cadre de loisirs ou professionnel, en déplacement touristique ou d affaires. Le secteur offre ainsi un large éventail de services de proximité à travers ses multiples établissements. La restauration traditionnelle regroupe un éventail de diverses formes de restauration publique : restaurants traditionnels, restauration de chaîne, brasserie, restauration à thème, Ces activités consistent à proposer des repas aux clients avec un service à table. L offre de service se caractérise par sa grande diversité et sa facilité d accès sur l ensemble du territoire. Les hôtels et hôtels restaurants rassemblent les établissements d hébergement qui mettent à disposition des chambres ou des suites pour des séjours de durée variable, sur une base journalière généralement, avec un service des lits et de nettoyage quotidien. Ces établissements proposent une large gamme de prestations et s adressent à une clientèle d affaires comme de loisirs ; ils sont largement disséminés sur l ensemble du territoire bien que leur nombre tende à décroître légèrement en milieu rural. Les cafétérias et autres libres-services en restauration commerciale mettent à disposition des places assises mais n assurent pas le service à table. Les traiteurs organisent des réceptions avec la fourniture de services de restauration commerciale sur la base de dispositions contractuelles conclues avec le client, à l endroit précisé par celui-ci et pour une occasion particulière privée ou professionnelle. Les entreprises de restauration collective fournissent des repas au profit de collectivités. Les repas sont généralement préparés sur place mais parfois aussi dans des cuisines centrales. Les entreprises de restauration collective assurent également l exploitation en concession de services de restauration. Les débits de boissons (cafés, bars, ), services de vente de boissons, ont diversifié leurs thématiques depuis plusieurs années et tentent de capter de nouvelles clientèles. Ces établissements proposent de plus en plus fréquemment une petite restauration légère. Les instituts de thalassothérapie, lancés il y a plus de cinquante ans, recentrent progressivement leur activité vers la forme physique et l esthétique. Les casinos constituent des complexes de loisirs au sein desquels le jeu tient une place centrale. Délégataires d un service public municipal, ils regroupent par obligation trois activités distinctes sous une direction unique : les jeux, l animationspectacle et la restauration. Une offre hôtelière complète parfois cet ensemble indissociable. Les bowlings constituent une branche spécifique du secteur ; une partie d entre eux est homologuée pour une pratique sportive qui dépasse la simple activité de divertissement. À savoir : Près de établissements dont sans salarié actifs dont près de salariés et non salariés. Près de postes saisonniers en été et postes saisonniers en hiver 3

4 Un «poids lourd» de l économie nationale Le secteur «Hôtellerie-Restauration» pèse,4 % du PIB et 4, % des services marchands. Le secteur est très sensible aux facteurs conjoncturels, politiques et législatifs. Sa production et sa valeur ajoutée en volume ont repris une progression similaire à celle des Production par branche à prix courant (milliards ) Valeur ajoutée par branche en volume (base 00 = 996) Production par branche en volume (base 00 = 996) Production par branche à prix courant (base 00 = 996) Valeur ajoutée par branche à prix courant (base 00 = 996) services marchands après avoir marqué le pas au cours des années 90. Un partie du rattrapage est consécutif à la hausse des prix. Hôtellerie Restauration (secteur 55) Services Marchands Total économie 8, 67, ,9 9,4 39,5 8,5 9,6 5, 37,3 7, ,6 70,4 55, Source : Insee (007) Valeur ajoutée en volume (année 996 = 00) Source : Insee (007) Hôtels et restaurants Ensemble Services marchands Les établissements du secteur, soit 5,3 % de l ensemble des établissements en France, emploient plus de actifs, soit plus de deux fois et demi les effectifs de la fabrication de matériel de transport, plus que l agriculture ou les activités financières. Les emplois (salariés et non salariés) Hôtellerie, Restauration et activités de loisirs Fabrication de denrées alimentaires, boissons Construction Agriculture, sylviculture, pêche, Fabrication de matériel de transport Activités financières et d assurances Source : Insee (009) 4 - Il s agit du «secteur 55» selon l INSEE, qui inclut aussi les autres hébergements touristiques et la restauration de type rapide. Il diffère donc légèrement du secteur traité dans cette publication ; néanmoins, les données présentées reflètent convenablement les poids respectifs des différentes activités. - Valeur de la production à prix constant.

5 Un secteur créateur d emplois Le secteur a été l un des rares créateurs d emplois depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. À partir du début des années 90, leur progression suit plus ou moins la tendance de celle du tertiaire, avec un faible décrochage au début des années 000. Le secteur retrouve ensuite une progression qui lui permet de rattraper pratiquement le niveau des activités tertiaires. Elle est, sur l ensemble de la période, sensiblement plus forte que celle de l emploi global. Le retournement de conjoncture économique à la fin de la décennie impacte brutalement l emploi dans le secteur et marque un coup d arrêt à sa croissance. Évolution des emplois (base 00 = 993) Tertiaire Secteur Total emploi salarié Industrie Source : Insee (006) Un acteur majeur du tourisme Première destination touristique mondiale, la France doit largement ce rang à l apport du secteur à l activité touristique. Celui-ci représente près des deux tiers des 8 milliards d euros de chiffre d affaires et près des trois quarts des 35 milliards d euros de la valeur ajoutée des entreprises du secteur du tourisme. En effet, si les Français choisissent majoritairement leur résidence secondaire ou le logement chez les amis comme mode d hébergement touristique, les étrangers fréquentent largement les hôtels, ce qui fait des branches hôtelières et de la restauration les principaux contributeurs à l excédent de la balance touristique. Chiffre d affaires (millions HT) Valeur ajoutée (millions HT) Hôtels Autres hébergements touristiques Restauration traditionnelle et cafétérias Restauration rapide Débits de boisson Agences de voyage et autres TOTAL Source : Mémento du tourisme édition 009 Données 007 EAE Insee Répartition du chiffre d affaires de l activité touristique Agences de voyages et autres activités touristiques 9% Débits de boissons 8 % Autres hébergements touristiques 6 % Hôtels 9% Restauration rapide % Restauration traditionnelle et cafétérias 37 % Source : Insee enquête annuelle d entreprise dans les services (007) 5

6 Marchés, clients et activités Les branches du secteur constituent les points d ancrage de deux activités économiques majeures en France, la restauration hors foyer et le tourisme. À la conjonction de ces deux pôles, le monde des loisirs diversifie l offre de services du secteur. La restauration hors foyer est l activité majeure des branches du secteur. Celles-ci, restauration traditionnelle, cafétérias, services des traiteurs, restauration collective concédée, proposent une large palette de prestations. L hôtellerie, second pôle majeur d activité sectoriel, s intègre dans l ensemble de l hébergement touristique marchand dont elle constitue en chiffre d affaires l élément principal. Les branches du secteur liées aux loisirs répondent aux souhaits de clientèles distinctes. Débits de boissons, casinos, centres de thalassothérapie, bowlings sont souvent juxtaposés avec des activités de restauration ou d hôtellerie, dans le cadre de contraintes légales ou d une synergie d offre de services multiples à la clientèle. La restauration, cœur du secteur La restauration représente les deux tiers de l activité globale du secteur : elle sert plus de quatre milliards de repas par an, pour un chiffre d affaires de plus de 40 milliards d euros. Cette activité s inscrit dans l ensemble de la restauration hors foyer ; extrêmement dynamique elle est en évolution constante et innove en permanence. Le modèle du repas pris à domicile est encore fort en France ; un repas sur sept seulement est pris hors foyer contre un sur trois en Grande- Bretagne et un sur deux aux États-Unis. Même au regard d un modèle latin, la France se situe parmi les pays où la restauration hors domicile est faiblement pratiquée (Espagne : un repas sur six). 6 -Source : Gira conseil

7 Panorama de la restauration hors foyer La restauration hors domicile en 009 CA HT millions e Cette évolution renforce l importance de la notion de service proposé au client par rapport à la production culinaire La restauration hors foyer représente chaque année en France 0,5 milliards de repas ou de prestations servis pour un chiffre d affaire hors taxes de près de 75 milliards d euros Repas 68 servis (millions) La part de ces activités détenue par les branches du secteur est conséquente : plus de 40 % du nombre de repas ou prestations servis et plus de 55% du chiffre d affaires hors taxes Source : Gira conseil 5 84 Repas servis par les établissements du secteur millions de repas (année 009) Rest. Commerciale - Indépendants Rest. Commerciale - Cafés-bars-brasseries Rest. Commerciale - Groupes & chaînes Rest. Hôtelière Rest. Collective concédée Rest. Collective autogérée Rest. Automatique - CAA Restauration d hôtels 5 % (0) Restauration collective concédée 3 % ( 347) La restauration hors foyer a vécu de profondes transformations au cours des dernières années. L éloignement domicile-lieu de travail conduit de plus en plus les Français à prendre leurs repas hors de chez eux : en moyenne près de trois repas par semaine sont pris hors du foyer contre deux voici cinquante ans. Si la vie quotidienne s organisait alors autour des repas souvent pris en famille, désormais l alimentation, de plus en plus individualisée, s insère dans les interstices de la vie professionnelle ou quotidienne. Parallèlement, le repas peut constituer un événement en soi ou se réduire à une contrainte physiologique d alimentation. La relation entre activités-marchés-clients prend donc de multiples aspects qui remettent en question une segmentation rigide de la clientèle et des activités des entreprises du secteur. Face à une clientèle «vagabonde», les entreprises de restauration cherchent leur marché entre niches et diversification de leurs prestations. Source : Gira conseil Restauration commerciale sectorielle 63 % ( 683) Les trois modes de restauration hors foyer qui ne sont pas intégrés dans les activités du secteur sont, en premier lieu, la restauration collective autogérée qui délivre plus du tiers des repas servis pour moins du cinquième du chiffre d affaires total, puis les circuits alternatifs de restauration et la restauration automatique, enfin la restauration rapide. Au sein du secteur, en 009, le nombre total de repas servis s est élevé à plus de 4, milliards. La restauration commerciale et la restauration d hôtels représente plus des deux tiers des repas servis, la restauration collective concédée près d un tiers. 7

8 La restauration commerciale et hôtelière dans le secteur La restauration commerciale s adresse à une clientèle individuelle, qui est largement libre du choix des établissements qu elle souhaite fréquenter, dans la mesure où il existe une offre de restauration. Cette offre peut être localement restreinte ou contrainte comme dans les infrastructures ou les moyens de transports. La restauration hôtelière ne représente qu une part marginale des repas servis. Cette restauration commerciale peut prendre de multiples aspects : café-restaurant, brasserie, restaurant gastronomique, cafétérias, Ces dernières années, la restauration commerciale a également fait l objet d une forte visibilité médiatique : les débats autour de la baisse de la TVA, la multiplication des émissions télévisées mettant en scène des cuisiniers induisent un fort impact auprès d une large partie de la population. Moins visible, mais concernant directement les salariés des entreprises de restauration, la mise en place d un dispositif de protection sociale amélioré constitue une évolution sensible des conditions de travail dans le secteur. L attrait des consommateurs pour la restauration est contrebalancé par les contraintes économiques réelles ou ressenties : en 00 le nombre de clients a baissé, bien que dans une moindre proportion qu en 009 (-5 % de fréquentation) qui avait été une année de baisse franche d activité. Cette baisse a été amplifiée en 009 par un recul du ticket moyen. Dans le but de capter ou de conserver ses clients, la restauration commerciale, sous diverses formes établissements indépendants, chaînes, cafétérias- innove en permanence en proposant de nouveaux environnements, de nouvelles formules. Une attention croissante est portée au rapport coût/qualité de la prestation, avec l émergence de formules simplifiées, la prise en compte systématique de populations spécifiques (enfants, ) et des contraintes de la vie professionnelle et urbaine ; le temps de consommation hors domicile, toutes formules confondues, est passé de plus d une heure et demie en 975 à une demiheure en 005. L implantation d établissements de restauration accompagne également le développement des centres et zones commerciales en périphérie des villes. Elle doit simultanément faire face à la réimplantation de commerces dédiés aux circuits alternatifs alimentaires dans les centres-villes. L ensemble de ces éléments pousse à un moins grand cloisonnement entre les offres de restauration. La frontière entre repas traditionnel et prestation «alimentaire» est de plus en plus incertaine et la diversification des enseignes vise à s adapter aux souhaits immédiats de la clientèle. La restauration commerciale reste dominée par les indépendants qui représentent plus des neufs dixièmes des établissements du secteur. Toutefois les chaînes de restauration assurent plus du quart des repas servis et près du cinquième du volume d affaires. Celles-ci se sont développées autour d enseignes spécialisées sur des formules à thème (viandes, poissons, pizzas, ), des segments de marchés (autoroutes, catering aérien, restauration ferroviaire) ou des formules spécifiques de brasserie ou de cuisine régionaliste. Principaux groupes de restauration commerciale du secteur en France Groupes / Sociétés CA HT 009 (millions d ) Nombre d unités (009) Agapes restauration (Flunch, Pizza Pai, ) Buffalo Grill Elior (marques propres, Arche, ) Servair 57 nc Flo (Hippopotamus, Brasseries, Bistro Romain, ) Le Duff (Brioche Dorée, pizza del Arte, ) Casino restauration NB : certains groupes intègrent en partie des activités de restauration rapide - Source : Néo-Restauration mai 00 8

9 Le marché de la restauration commerciale doit s adapter à une évolution de plus en plus rapide des habitudes de consommation de la clientèle. Dans ce contexte, la restauration, notamment la restauration indépendante, connaît un tassement de son activité tandis que les formules les plus simplifiées, en dehors du secteur, poursuivent leur croissance. Les chaînes et groupes du secteur ont mieux profité des opportunités, comme celles ouvertes par la baisse de la TVA. Pour l avenir, la restauration commerciale du secteur dispose d atouts : une offre diversifiée, une forte irrigation du territoire, une croissance de l emploi, une activité largement non délocalisable car liée à des besoins quotidiens, des perspectives de développement de la restauration hors foyer qui se rapprochent des pratiques alimentaires des pays anglo-saxons. Le processus de financiarisation des entreprises du secteur a permis aux principaux opérateurs de restauration commerciale de financer leur développement ; il reste cependant à déterminer si les résultats financiers des investissements réalisés seront à la hauteur des prévisions des investisseurs et si d autres secteurs d activités n offriront pas à l avenir des perspectives plus attrayantes à leurs yeux, ce qui pourrait bouleverser profondément et rapidement l activité de restauration. Les freins au développement de la restauration commerciale tiennent à la structure des établissements avec une très forte proportion d entreprises de très petite taille, parfois situées dans des zones peu fréquentées. C est la contrepartie de la densité du maillage territorial des restaurants. Le second frein est la difficulté pour nombre d entreprises de dégager des marges permettant d assurer son développement par des investissements matériels ou immatériels. Le vieillissement des infrastructures, l incapacité à répondre à l évolution des normes est un risque réel pour nombre d établissements indépendants. La restauration collective concédée La restauration collective répond à un besoin directement lié à la nécessité de s alimenter au quotidien ; elle s adresse principalement à des collectivités de personnes clairement définies ayant un lien avec leur cadre de travail ou de vie : salariés dans leur entreprise, personnes hospitalisées, militaires, jeunes scolarisés, pensionnaires de maisons de retraite, La restauration collective concédée assure près du tiers des repas servis par les établissements du secteur et la restauration collective y compris autogérée- près de la moitié des repas et prestations alimentaires tous types de restaurations hors foyer confondus. Une entreprise ou une collectivité qui souhaite assurer la restauration de ses ayants droit peut : confier la confection des repas à une structure interne : il s agit alors de la restauration collective autogérée ; déléguer à une entreprise de restauration collective spécialisée qui intervient alors comme prestataire extérieur : il s agit de la restauration collective concédée. Seules les entreprises de restauration collective concédée font partie du secteur. La restauration collective autogérée est rattachée au secteur ou à la branche d appartenance de l entreprise ou de la collectivité qui la met en œuvre. 9

10 Au regard de l ensemble des prestations de restauration collective, l activité des sociétés de restauration collective concédée, qui sont la part sectorielle de cette activité, est moins développée que la part autogérée par les entreprises et les collectivités. Cette part s élève à un peu plus d un repas sur cinq. Cette branche d activité sectorielle très dynamique diversifie ses prestations pour retenir une clientèle - les donneurs d ordres - et des convives dont les attentes ne sont pas nécessairement compatibles. À cette fin elle fait évoluer sous forte contrainte de prix ses prestations, en offrant de nouvelles formules de restauration, en optimisant les espaces ou les îlots de distribution dédiés à des thèmes (pizzas, grillades, plats exotiques, bios, ). Elle propose des animations festives autours d évènements en soignant l environnement des restaurants et en rendant l offre de repas moins routinière. Les sociétés de restauration collective sont également, et depuis de nombreuses années, impliquées dans les programmes et les recommandations de nutrition santé et la traçabilité des aliments. Principales sociétés de restauration collective en France en 009 Groupes/Sociétés CA HT 009 (millions ) Nombre de restaurants Sodexo Elior Compass 6 37 API Restauration Ansamble Dupont restauration 6 47 La restauration collective concédée est dominée par de grands groupes. Le développement de la concession des activités de restauration a facilité la constitution de groupes aux niveaux mondial, européen ou national, dans une situation de forte concurrence. Les leaders du marché français, Sodexo et Elior, sont également présents à l étranger où ils se situent derrière le leader mondial anglais Compass Group. Identification des phénomènes marquants des 0-5 dernières années phénomènes ont un impact élevé sur la restauration collective ANCIENS. Baisse régulière des budgets consacrés à l alimentation. Droit du travail : passage aux 35 heures et coûts du travail 3. Désaffection des métiers de service et image de la restauration collective 4. Évolutions démographiques : vieillissement de la population, diminution de la population active et fluctuations du nombre de jeunes scolarisés 5. Évolutions sociales : couples d actifs et familles monoparentales 6. Règles d hygiène et de sécurité alimentaires - la directive HACCP RÉCENTS 7. PNNS, GEM RCN, recommandations diététiques et règles de santé alimentaire 8. Fluctuations des coûts matières 9. Évolutions des habitudes et goûts alimentaires des Français 0. Grenelle de l Environnement et montée des préoccupations environnementales. TVA à 5,5 % en restauration commerciale. Objectif de 0 % de produits Bio en restauration collective d État Source : Collectivités Express avril 00 0

11 Le marché de la restauration collective comprend trois segments : les entreprises et les administrations, la santé et le social, l enseignement. Chacun recouvre des clientèles spécifiques. Les parts de marchés de la gestion concédée sont très distinctes. Alors que la gestion concédée génère près du tiers du chiffre d affaires total de la restauration collective, elle représente 70 % du taux de concession dans les entreprises et administrations, 7 % dans l enseignement et 8 % dans la santé. La morosité de l activité économique des dernières années, particulièrement en 009, pèse fortement sur le principal segment de marché (les entreprises) où sont implantées les sociétés de restauration collective. Vis-à-vis du marché de l enseignement, les contraintes des budgets publics et des marchés négociés à la baisse rencontrent simultanément des exigences renforcées ou nouvelles en matière de nutrition. Leur coût devient incompatible avec les prix moyens recherchés par les donneurs d ordres. Cette situation entraîne une fragilisation des plus petites structures qui ne disposent pas de spécificités en matière d offre de produits et de services. Certains groupes cherchent à dépasser ces contraintes en développant des services (titres restaurants, ) ou en recherchant de nouveaux marchés (services aux particuliers et à domicile). Analyse des contraintes et axes d évolution de la restauration collective 8 axes structurent les évolutions passées et à venir MOYENS MATÉRIELS ET FINANCIERS. Évolution des relations clientsfournisseurs (amont et aval). Évolutions des moyens budgétaires et financiers des restaurants de collectivités 3. Évolution de l offre de restauration collective 4. Évolution des équipements et des process de production NORMES ET COMPÉTENCES 5. Évolution des publics et des attentes des consommateurs 6. Évolution des profits des employés et des effectifs selon les types de postes 7. Évolution des tâches et des compétences requises selon les types de postes 8. Évolution des besoins de formation

12 Les débits de boissons Les cafés, bars et débits de boissons français sont en mutation. Les débits de boissons (NAT 56.30Z) génèrent un chiffre d affaires qui s élève à près de 7 milliards d euros. (Source : Insee-ESANE 008) La branche a vécu un déclin massif depuis trente ans. La baisse de la fréquentation résultant des modes de vie, de l urbanisation, de la disparition des cafés d usines et de l éloignement des lieux d activité par rapport à ceux de résidence a été amplifiée par une réglementation plus contraignante (tabac, alcool, ). Ce déclin semble cependant être enrayé. En zone rurale, le café est souvent l un des seuls commerces qui demeure. Il devient parfois un point de distribution multi-services, éventuellement avec l appui des collectivités locales inquiètes de constater la transformation des villages en dortoirs sans commerce, peu adaptés aux attentes des populations non actives. En zone urbaine, le renouveau de l activité est passé par un développement d activités nouvelles et une plus grande attention portée à la décoration, à la propreté des locaux et en innovant pour prendre en compte les nouvelles contraintes légales, en particulier en ce qui concerne l interdiction de fumer. Des activités thématiques se sont développées (cafés littéraires, jeux, accueil d événements, ) qui permettent de concilier différentes clientèles dans un même espace, en commun ou à divers moments de la journée ou de la soirée. De nouvelles clientèles (enfants dans les manga-cafés, ) répondent à la diversification des services proposés par ces établissements et permettent une exploitation améliorée du patrimoine immobilier et immatériel. Les établissements du monde de la nuit supportent également des contraintes renforcées (sécurité, bruit, lutte contre l alcoolisme, ) qui ont un fort impact sur leur activité. Cet impact est d autant plus difficile à mesurer que les pouvoirs de police des maires sont importants en ces matières et non homogènes sur l ensemble du territoire. Les établissements indépendants, souvent sans ou avec un très petit nombre de salariés, constituent l essentiel des ces exploitations. Des chaînes nationales ou internationales se développent dans les centres villes comme dans les grands centres commerciaux sous l impulsion des brasseurs ou des chaînes de restauration rapide qui trouvent ici l opportunité de maintenir ou de diversifier leur activité. L hôtellerie La clientèle de l hôtellerie est en déplacement professionnel ou personnel. Le marché de l hébergement hors domicile se partage entre une offre marchande et une offre non commerciale (amis, famille, résidences secondaires). La part de cette activité qui ressort du secteur correspond aux hôtels et hébergements similaires (NAF 55.0Z) ; elle représente les trois quarts de l hébergement marchand et atteint un chiffre d affaires de 6 milliards d euros. (Source : Insee- ESANE 008) Les séjours de la clientèle d affaires sont généralement de courte durée. Ils représentent une part relativement stable de l activité de l hôtellerie indépendante et une part importante de celle de l hôtellerie de chaîne, corrélée avec l activité économique générale. Au cours des dernières années les entreprises ont porté une attention accrue aux budgets consacrés à cette activité, ce qui s est traduit par une réduction de la durée des séjours et des prestations ou par la mise en place de nouvelles formes de rencontres et d échanges qui ne nécessitent plus de déplacement (visio-conférences, ). Si les dépenses de tourisme d affaire des entreprises établies en France ont progressées en 00 après une année 009 marquée par une chute brutale, elles n ont pas retrouvé le niveau d avant crise. La clientèle individuelle plébiscite désormais les courts séjours et les week-ends ; la contrainte financière joue également un rôle primordial dans la fréquentation de l hôtellerie. Les choix sont arrêtés au dernier moment et la fidélisation de cette clientèle vagabonde reste à réaliser. La concurrence étrangère (séjours à l étranger) ou locale (hôtellerie de plein air, gîtes, chambres d hôtes) est de plus en plus présente sur ce segment d activité.

13 La clientèle se positionne désormais sur un marché qui s élargit géographiquement, ce qui induit une grande sensibilité aux phénomènes climatiques, météorologiques, économiques et politiques. Ces influences peuvent se révéler favorables ou défavorables à la demande hôtelière en France. Elle fait l objet de brusques revirements difficilement prévisibles. L hôtellerie indépendante est fortement affectée par ces modes de consommation. France - Hôtellerie homologuée 00 Répartition du CA 00 % 36 % 0 % 9 % 8 % Répartition du nombre de chambres 4 % 43 % 9 % 0/* * 3* 4* Source : HTR-MKG hospitality février 0 HÔTELLERIE DE TOURISME Le classement hôtelier a été réformé en décembre 009. Il est volontaire pour les établissements et définit de nouveaux et nombreux critères et une nouvelle procédure de classement des hôtels de tourisme. Les critères portent sur les équipements de l établissement, les services aux clients proposés, l accessibilité et le développement durable. L ancienne classification disparaitra en juillet 0. Le nouveau classement comporte cinq catégories, de une à cinq étoiles. Il est créé, hors catégorie, une appellation «Palace» parmi les établissements cinq étoiles. Le parc hôtelier français de l ordre de établissements pour chambres - est très diversifié, tant au plan des types d hôtels que du maillage territorial. La différenciation des établissements se fait par la localisation (centre-ville, périphérie, zone rurale), la nature des prestations (avec ou sans restauration), la période d ouverture (hôtels saisonniers ouvert neuf mois au plus l an), et par l appartenance ou non à une chaîne ou un groupe hôtelier. Le parc de l hôtellerie homologuée, après une période de stabilité au début des années 000 est en phase de recul. Il comprend l hôtellerie indépendante et une hôtellerie de chaîne volontaire ou intégrée. L autre hôtellerie, non classée et de petite taille, est mal recensée. Elle joue un rôle social en constituant une solution d hébergement pour des populations qui ne peuvent accéder à un logement stable. 3

14 Le concept d hôtellerie de chaîne recouvre une grande diversité de situations. Les chaînes volontaires regroupent des hôteliers indépendants sous une même enseigne. Ceux-ci partagent une politique commune de commercialisation et d image, parfois des services et des systèmes de réservation ou des centrales d achat. Les chaînes intégrées se distinguent des précédentes par des produits et des services plus identifiés et normalisés, avec une priorité à la commercialisation et à la vente de l activité de chaîne. Certaines d entreelles accueillent des hôteliers indépendants sous franchise. Dans ce cas, les contraintes imposées dans le cadre du contrat de franchise sont généralement plus strictes que pour les chaînes volontaires. Classement janvier 0 Hôtellerie indépendante Nombre d hôtels Nombre de chambres Nombre d hôtels Hôtellerie de chaîne Nombre de chambres 0/* * * * et plus Total Source : HTR-MKG hospitality février 0 Depuis le début des années 000 et jusqu au milieu de la décennie, le nombre d établissements du parc hôtelier français paraissait stabilisé ou en très légère baisse. Cette stabilité recouvrait des redéploiements importants selon les différents segments, avec une érosion de l hôtellerie indépendante, hormis pour les établissements de 3* ou plus qui avaient maintenu leur développement. Sous l effet de la récente crise économique, le parc hôtelier a accéléré son évolution en subissant une contraction notable. C est l hôtellerie indépendante qui a pâti de cette conjoncture, les chaînes hôtelières ayant été seulement freinées dans leur développement. Principales chaînes hôtelières en France (janvier 0) Chaîne Nombre d hôtels Nombre de chambres Ibis (Accor) Etap Hôtel (Accor) Mercure (Accor) La restructuration de l offre profite à l hôtellerie de chaîne. Elle représente 43 % de l offre globale en 00. Même dans la catégorie des établissements *, qui constitue la majorité des exploitations indépendantes, la part des enseignes intégrées s élève désormais à 30 % de la capacité totale. La redéfinition du classement hôtelier, la faiblesse des investissements antérieurs et leur situation géographique parfois peu favorable sont autant de contraintes qui vont continuer à peser sur la pérennité des établissements indépendants. Leur reprise et la poursuite de leur activité deviennent hypothétiques, même en zone urbaine où le foncier peut trouver dans d autres activités des sources de profits supérieurs. En zone rurale, la transformation des établissements en résidence secondaires ou en logements par des promoteurs subit les effets de la crise économique. Campanile (Grp du Louvre) Hôtel F (Accor) Première Classe (Grp du Louvre) Novotel (Accor) Best Western (Best Western) B & B (Grp B & B Hôtels) Kyriad (Grp du Louvre) Source : MKG HTR février-mars 0

15 MISE EN CONFORMITÉ DES PETITS HÔTELS La mise en conformité des petits hôtels accueillant moins de 00 personnes et comptant moins de 30 chambres implique pour ces établissements dont le nombre est de l ordre de des investissements lourds. Ils portent sur la sécurité incendie mais aussi sur l accessibilité aux personnes handicapées. Le montant des investissements à réaliser pour l été 0 en ce qui concerne l incendie et pour janvier 05 pour l accessibilité - n est pas à la portée d un grand nombre de ces établissements. Une mission d évaluation est constituée pour examiner les difficultés rencontrées. Le début des années 000 a vu s accélérer une double tendance : la cession des murs des établissements et l intervention massive des fonds d investissement dans le capital des chaînes. La cession des murs répond à une logique financière. L hôtellerie est l un des secteurs d activités dont le ratio d intensité capitalistique est le plus élevé ( de chiffre d affaires nécessite 3 d investissement). La cession des murs et/ou du fonds de commerce à une foncière hôtelière avec un contrat de gestion permet de dégager des fonds immédiatement employables. Les contrats de cession peuvent prendre différentes formes qui assurent une grande souplesse. Le maintien d une participation dans la foncière hôtelière permet de participer à la valorisation de l immobilier sur une longue période. Un contrat de location à long terme avec des possibilités de sortie anticipée garantit une flexibilité de l exploitation. Enfin, l acquisition en partenariat avec des foncières hôtelières ou immobilières offre un effet de levier permettant d accélérer le développement pour un montant donné de fonds propres. Parallèlement, la conjonction au milieu de la décennie de disponibilités considérables dans divers fonds d investissement, d un faible coût de l argent, d un marché immobilier orienté à la hausse et de bons résultats des groupes hôteliers s était traduite par un intérêt financier croissant à leur égard. Les groupes hôteliers se sont donc retrouvés à des degrés divers sous la dépendance de ces fonds. Les conséquences pouvaient être de nature opposées selon que les stratégies d investissement étaient de nature spéculative à court terme ou de recherche de plus value à moyen terme. Dans le premier cas, les investisseurs ont tendance à réduire les investissements pour améliorer les résultats financiers immédiats, dans le second cas l amélioration régulière des établissements est une nécessité. 5

16 L activité de l hôtellerie de tourisme La France est la principale destination touristique mondiale. L hébergement marchand accompagne cette situation avec une offre de près de 5,8 millions de lits. L hôtellerie de tourisme représente plus du cinquième de cette offre et elle réalise plus de 75% du chiffre d affaires total de l hébergement marchand. L hôtellerie de plein air regroupe la majeure partie de l offre d hébergement (47%) et bénéficie ces dernières années d une croissance régulière. Hébergement marchand - Nombre de lits Chambres d hôtes % Auberges de jeunesse % Meublés de tourisme 3 % Hôtel de tourisme % Villages de vacances 5 % Nombre de lits Résidences de tourisme % Source : Memento du Tourisme Hôtellerie de plein air 47 % La fréquentation de l hôtellerie de tourisme a évolué entre 998 et 008. Arrivées et nuitées ont augmentées de près d un quart. L année 008 marque toutefois un recul sur ces deux indicateurs, les arrivées de touristes étrangers subissant la baisse la plus sensible. La fréquentation de l hôtellerie de tourisme par les Français a fortement progressé : de 998 à 008 les arrivées ont augmenté de 38 % et les nuitées de 33 %. Hôtellerie de tourisme - Arrivées Hôtellerie de tourisme - Nuitées 008 en milliers : en milliers : Étrangers Étrangers % % % (milliers) % % (milliers) % Français Français 70 % 64 % Source : Memento du Tourisme 6

17 La fréquentation des touristes étrangers se caractérise sur cette période par une sensibilité aux divers aléas économiques, politiques, avec d importants écarts d une année sur l autre. En 008, ces étrangers représentaient 37 % des arrivées et 4 % des nuitées. Près de huit étrangers sur dix sont originaires d Europe, au premier rang desquels les britanniques (0 % des nuitées d étrangers) suivis des italiens (0 %) puis des allemands, des espagnols et des belges (8 % à 9 %). Le continent américain essentiellement des ressortissants des États-Unis - représente plus de % des nuitées ; l Asie et l Océanie, dont le poids se renforce progressivement, plus de 9 %. La durée moyenne des séjours des étrangers est en légère augmentation, passant de, en 998 à, jours en 008. Cette durée moyenne recouvre des écarts significatifs selon les pays d origine. L augmentation de la durée des séjours reste un objectif pour l hôtellerie touristique française. L activité «professionnels /entreprises» Outre ces marchés touristiques, des marchés plus spécifiques comme celui des séminaires d entreprises ou des salons professionnels ont connu un développement rapide. L évolution de l activité économique, les contraintes financières des entreprises, voire les phénomènes naturels (éruptions volcaniques, ) ou technologiques (pollutions) provoquent une stagnation de ces activités, voire un léger déclin. La thalassothérapie Avec quarante-huit établissements répartis sur le littoral, cette branche d activité tournée vers le bien-être est essentiellement constituée d établissements de chaînes ; seuls quelques établissements indépendants participent à cette activité. La branche connaît donc une double évolution au cours de la décennie : un accroissement du nombre de clients ( en 006), contrebalancé par une baisse de la durée moyenne des séjours (6 jours en 996, 3 jours en 006). L activité est marquée par des fréquentations saisonnières. La branche emploie environ actifs pour un chiffre d affaires de l ordre de 0 millions d euros, y compris l activité hôtelière associée. Un grand nombre d établissements a été conçu alors que la clientèle demeurait plusieurs jours sur place pour faire une cure, ce qui a conduit à la cohabitation d infrastructures lourdes utilisant l eau de mer (piscines, jets, ) et d établissements hôteliers offrant une restauration adaptée aux souhaits des curistes comme de leurs accompagnants. La dimension «santé» s est désormais estompée au profit d une attente de soins orientés «bien-être». Cette attente se traduit par une consommation de service très différente : moins de séjours, demande de soins de courte ou très courte durée qui n impliquent plus de résider ou de se restaurer sur place. Le patrimoine immobilier hôtelier et celui lié à l utilisation de l eau de mer éprouve des difficultés pour atteindre un seuil de rentabilité élevé. Les établissements réorientent leurs services vers ces nouvelles attentes des consommateurs, tout en tenant compte des contraintes patrimoniales héritées du passé et dans un contexte de concurrence accrue (spa, instituts de soins). Les prestations proposées portent désormais tant sur des soins «thalasso» que «bien-être». Ils visent parfois des clientèles spécifiques (jeunes mamans, fumeurs, ). La branche est fortement concurrencée par les pays de la rive sud de la Méditerranée qui peuvent offrir des prestations à prix très concurrentiels du fait du faible coût de l hébergement. La thalassothérapie consiste en l usage appliqué au corps humain, sous surveillance médicale, des ressources naturelles marines (eau, boues, algues, sables). Cette activité ne peut être pratiquée qu en bord de mer. 7

18 Les casinos En 009 il y avait 97 casinos en France, ils employaient plus de salariés. Le produit des jeux de,3 milliards d euros pour l exercice 008/009 est orienté à la baisse (- 8 %) par rapport à l exercice précédent. Les machines à sous, qui ont donné en une vingtaine d années une nouvelle impulsion à la branche d activités, génèrent désormais l essentiel des recettes, les jeux de table traditionnels étant, de ce point de vue, marginalisés. La branche des casinos a fortement évolué du fait de la concentration des activités avec la constitution et le développement de groupes de casinos. Sa structure reste cependant majoritairement constituée de petites unités : plus de la moitié des casinos ont un produit des jeux annuel inférieur à 8 millions d euros. Après une longue période de progression grâce à la diversification des jeux, les contraintes qui s appliquent depuis quelques années à ces établissements (contrôle des entrées, interdiction de fumer) ont un impact négatif sur l activité. Les obligations qui pèsent sur les casinos (animations-spectacles et restauration) génèrent des coûts élevés. Le renforcement des contraintes économiques générales pèsent également sur la capacité des joueurs à pratiquer ces activités de loisirs, d autant que d autres modes de jeux se développent. Les bowlings Les bowlings, au nombre de 30 dont 80 établissements homologués, attirent une clientèle de tout âge à la recherche d une activité ludique ou sportive. L activité de loisirs est surtout développée en soirée ou le week-end, les clients consommant repas et boissons. En semaine, des prestations «clefs en main» incluant l utilisation des installations et des repas sont proposées à des groupes comme les comités d entreprises. L activité sportive s exerce plutôt en journée ou en début de soirée avant l arrivée de la clientèle qui fréquente les installations à des fins ludiques. 8

19 Les établissements Les régions et la couverture sectorielle du territoire La fine répartition des établissements sur l ensemble du territoire est une des caractéristiques du secteur. Le maillage est très dense pour la restauration ; il est important pour l hôtellerie si on le compare aux autres pays européens. En effet, en Espagne et au Portugal, les hôtels se concentrent dans les zones touristiques et, si la situation en Italie du nord est semblable à celle de la France, il n en est pas de même au sud de la péninsule. Cette importante couverture géographique est un facteur de développement touristique, principalement du tourisme vert qui prolonge largement le tourisme balnéaire ou de montagne, été comme hiver. Certaines régions, du fait de leur population résidente ou de leur activité touristique, offrent un important volume de prestations destiné à la restauration ou à l hébergement. L Île-de-France regroupe le cinquième des établissements sectoriels avec salariés de métropole, les régions Rhône Alpes et Provence Alpes Côte d Azur près du dixième chacune. Les établissements du secteur et leur répartition par région (% par rapport à l ensemble des établissements avec salariés du secteur) 5 06 (4,3 %) 6 77 (5,7 %) 835 (,4 %) 6 07 (5, %) 804 (,4 %) 33 (,9 %) (0, %) 843 (,6 %) 4 00 (3,5 %) 959 (,5 %) 3 5 (,8 %) 730 (,5 %) 3 46 (3 %) France : établissements avec salariés 0 % et plus DOM : 779 (,5 %) 799 (,4 %) (4,9 %) 85 ( %) (4,3 %) 5 3 (4,5 %) 499 (, %) 3 43 (,5 %) 563 (9,9 %) 004 (0,9 %) de 9 % à moins de 0 % de 3 % à moins de 9 % de % à moins de 3 % moins de % des établissements Source : Pôle emploi 3 décembre 008 9

20 Les salariés La répartition régionale des salariés du secteur en métropole se structure autour de plusieurs ensembles. Les deux premiers sont constitués de l Îlede-France où sont employés près de 30 % des effectifs salariés du secteur et des régions Rhône-Alpes et Provence Alpes Côte d Azur avec chacune près du dixième des effectifs. La moitié des salariés du secteur exercent leur activité dans l une de ces régions. Un troisième ensemble est constitué par les régions du Sud-ouest, du Grand Ouest (Bretagne et Pays de la Loire) auxquelles s ajoutent le Nord - Pas-de-Calais et l Alsace. Elles emploient chacune de 3 à 5% des salariés du secteur. Les autres régions concernent chacune moins de 3% des salariés du secteur. Deux régions, la Corse et le Limousin, n emploient que de faibles effectifs salariés. Cette répartition concerne les emplois permanents. Dans les régions touchées par des activités saisonnières, les effectifs salariés peuvent brusquement augmenter pour des durées comprises entre quelques semaines ou quelques mois. Les salariés du secteur et leur répartition par région (% par rapport à l ensemble des salariés du secteur) (4,4 %) 8 64 (4, %) (,9 %) 3 4 (,9 %) 375 (,8 %) 08 3 (9,6 %) 0 39 (,5 %) (,6 %) 967 (3,3 %) France : salariés (4, %) 0 54 (,9 %) 5 76 (, %) (, %) 0 % et plus de 9 % à moins de 0 % DOM : 4 43 (, %) ( %) (4,4 %) 5 95 (0,8 %) (,5 %) (, %) de 3 % à moins de 9 % de % à moins de 3 % moins de % des salariés Source : Pôle emploi 3 décembre (3,4 %) 5 44 (3,6 %) (9,4 %) 3 78 (0,5 %) 0

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX Analyse de l environnement concurrentiel français de l hôtellerie bordelaise SOMMAIRE pages CE QU IL FAUT

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

La filière française compte 195 casinos autorisés sur le territoire national pour l exercice 2010/2011 (Source : les casinos.org). Il en existait 155

La filière française compte 195 casinos autorisés sur le territoire national pour l exercice 2010/2011 (Source : les casinos.org). Il en existait 155 "Rechute de l activité de la filière casinos" Analyse et traitement par Coach Omnium Extrait de notre grande étude prospective sur les casinos français, réalisée pour le FAFIH et ses partenaires. L OFFRE

Plus en détail

Le secteur de la restauration commerciale : données économiques, évolution des prix et du nombre de plaintes du secteur

Le secteur de la restauration commerciale : données économiques, évolution des prix et du nombre de plaintes du secteur N 28 juillet 2014 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Auteur : Nicolas ROUX 1 Le secteur de la

Plus en détail

Avec près des deux tiers des

Avec près des deux tiers des Les Dossiers de l Observatoire Régional du Tourisme n 42 - mars 2012 Le poids économique de l hôtellerie de plein air en Pays de la Loire Plus de 600 campings Un chiffre d affaires annuel de 230 millions

Plus en détail

Les vacances des Français depuis 40 ans

Les vacances des Français depuis 40 ans Les vacances des Français depuis 40 Laurence Dauphin, Marie-Anne Le Garrec et Frédéric Tardieu* Entre 1964 et 2004, les personnes vivant en France sont parties de plus en plus nombreuses en vacances. Leur

Plus en détail

447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements. Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr

447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements. Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr 447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr NOTRE MÉTIER, l hébergement touristique. Le SNRT regroupe l essentiel des exploitants professionnels

Plus en détail

DÉBIT DE BOISSONS. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

DÉBIT DE BOISSONS. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 DÉBIT DE BOISSONS SOMMAIRE LE MARCHÉ DU DÉBIT DE BOISSONS... 2 LA RÉGLEMENTATION DU DÉBIT DE BOISSONS... 4 L'ACTIVITÉ DU DÉBIT DE BOISSONS... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU DÉBIT DE BOISSONS... 10 EN SAVOIR

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN. 7 avril 2009

QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN. 7 avril 2009 ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN 7 avril 2009 Objectifs de l enquête Définir les caractéristiques des clientèles touristiques du Limousin : motivations, profils et comportements Mesurer leur

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

Tableau de bord du tourisme

Tableau de bord du tourisme Tableau de bord du tourisme février 2013 T O U R I S M E Directeur de la publication : Pascal Faure Direction éditoriale : François Magnien Auteurs : Séverine Francastel, Abdel Khiati, Jean-Christophe

Plus en détail

Rapport national d enquête Pays: France

Rapport national d enquête Pays: France RESPONS Responsible Skills Alliance for Sustainable Management of Small Hotels and Restaurants 539920-LLP-1-2013-1-BG-LEONARDO-LMP Rapport national d enquête Pays: France SOMMAIRE : Chapitre 1 : la base

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

La création d entreprise en milieu rural

La création d entreprise en milieu rural La création d entreprise en milieu rural Une définition du milieu rural Définir le monde rural à partir de la taille des communes nous paraît insuffisant. En effet, il est important de prendre en compte

Plus en détail

La clientèle d affaires

La clientèle d affaires La clientèle d affaires venue en avion, en train et par la route Résultats 2014 Méthodologie d enquête aéroports, Soit trains et 15,2 32,6% millions de touristes d affaires à Paris Île-de-France. de l

Plus en détail

de l hôtellerie, de la restauration et des activités de loisirs les métiers PORTRAIT RÉGIONAL Provence - Alpes - Côte d'azur

de l hôtellerie, de la restauration et des activités de loisirs les métiers PORTRAIT RÉGIONAL Provence - Alpes - Côte d'azur HÉBERGER DÉTENDRE les métiers de l hôtellerie, de la restauration et des activités de loisirs 2013 PORTRAIT RÉGIONAL Provence - Alpes - Côte d'azur HÉBERGER DÉTENDRE sommaire Provence - Alpes - Côte d'azur

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-85 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 15 septembre

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014 Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014 Contacts Ipsos Public Affairs : Fabienne SIMON 01

Plus en détail

Contrat d Objectifs Territorial «Hôtellerie restauration et activités de loisirs»

Contrat d Objectifs Territorial «Hôtellerie restauration et activités de loisirs» N 3 N - Septembre 46 - Novembre2009 201 2 Contrat d Objectifs Territorial «Hôtellerie restauration et activités de loisirs» Tableau de bord Emploi Formation Le Contrat d Objectifs Territorial «Métiers

Plus en détail

Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques. Marketing - Tourisme

Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques. Marketing - Tourisme Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques Une enquête commandée par : L Ardesi Midi-Pyrénées La Caisse des Dépôts et Consignations La Direction du Tourisme Le

Plus en détail

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL Etat du tissu associatif et bilan de l emploi du secteur non lucratif en 2013 En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé poursuit son

Plus en détail

APPUI TECHNIQUE : Rapport final

APPUI TECHNIQUE : Rapport final 2014 APPUI TECHNIQUE : ATTENTES «FORMATION» DES ENTREPRISES DE MOINS DE 300 SALARIES DU SECTEUR DE L HOTELLERIE, LA RESTAURATION ET LES ACTIVITES DE LOISIRS Rapport final Sommaire Objectifs et méthode

Plus en détail

Mémento du tourisme. Édition 2013

Mémento du tourisme. Édition 2013 Mémento du tourisme Édition 2013 Date de parution : novembre 2013 Directeur de la publication : Pascal Faure Rédaction en chef : François Magnien Coordination : Gwenaëlle Solignac Maquette : Hélène Allias-Denis,

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Observatoires de la vie étudiante Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Enquête menée dans quatre grands établissements d enseignements supérieur de Midi-Pyrénées : Toulouse 1

Plus en détail

régionale. politique Garonne

régionale. politique Garonne Enquêtes de fréquentation : le pourquoi du comment Observer, développer, promouvoir La première mission du Comité Régional de Tourisme d Aquitaine (CRTA)) consiste à promouvoir la région en France et à

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS

PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS L hébergement chez l habitant existe depuis de nombreuses années sous différentes formes et son développement s est accentué

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

L activité des casinos en Alsace

L activité des casinos en Alsace L activité des casinos en Alsace Une analyse de l Observatoire Régional du Tourisme d Alsace (ORTA) Les casinos en France Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes, le spectacle,

Plus en détail

LA FREQUENTATION TOURISTIQUE VAROISE EN 2014... 5 L OFFRE D ACCUEIL EN HEBERGEMENT TOURISTIQUE DANS LE VAR...

LA FREQUENTATION TOURISTIQUE VAROISE EN 2014... 5 L OFFRE D ACCUEIL EN HEBERGEMENT TOURISTIQUE DANS LE VAR... 1 SOMMAIRE LA FREQUENTATION TOURISTIQUE VAROISE EN 2014... 5 L OFFRE D ACCUEIL EN HEBERGEMENT TOURISTIQUE DANS LE VAR... 11 L offre d accueil en hébergement marchand... 13 L offre d accueil en hébergement

Plus en détail

OBSERVATOIRE TOURISME D AFFAIRES. Année 2012 CONTEXTE

OBSERVATOIRE TOURISME D AFFAIRES. Année 2012 CONTEXTE OBSERVATOIRE TOURISME D AFFAIRES Année 2012 CONTEXTE Depuis septembre 2012, le bassin de vie de Bourg-en-Bresse s est doté d un service congrès situé dans les bureaux de l office de tourisme de Bourg-en-Bresse

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

PRÉSENTATION D EXTENDAM

PRÉSENTATION D EXTENDAM MANDAT DE GESTION ISF 2015 PRÉSENTATION D EXTENDAM Un métier : l investissement pour compte de tiers Extendam est une société de gestion indépendante qui réalise des investissements pour le compte de clients,

Plus en détail

Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007

Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007 Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007 1 Sommaire 1. Objectif et méthode p. 3 2. Données de cadrage : les séjours en Bourgogne en 2007, Suivi de la Demande Touristique

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

Étude sur les retombées économiques de l activité des congrès en France et en Île-de-France. Décembre 2012

Étude sur les retombées économiques de l activité des congrès en France et en Île-de-France. Décembre 2012 Étude sur les retombées économiques de l activité des congrès en France et en Île-de-France Décembre 2012 1 1 PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Lieux d échanges, de connaissance et d innovation, mais surtout lieux

Plus en détail

La traduction des sites internet touristiques en langues étrangères comme outil de valorisation et de promotion des territoires aquitains

La traduction des sites internet touristiques en langues étrangères comme outil de valorisation et de promotion des territoires aquitains La traduction des sites internet touristiques en langues étrangères comme outil de valorisation et de promotion des territoires aquitains Alexandre Bertin NOTE STRATEGIQUE Note stratégique réalisée par

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et suivants)

Plus en détail

Hôtellerie & Tourisme

Hôtellerie & Tourisme SALARY SURVEY 2014 & & Sélection et approche directe de cadres confirmés www.michaelpage.fr INTRODUCTION Michael Page & est une division de Michael Page, leader du conseil en recrutement, spécialiste de

Plus en détail

La clientèle belge dans l hôtellerie + hôtellerie de plein air régionale (données 2014)

La clientèle belge dans l hôtellerie + hôtellerie de plein air régionale (données 2014) BELGIQUE Fiches Marchés étrangers Population : 11,2 millions d habitants Source : www.populationdata.net La clientèle belge dans l hôtellerie + hôtellerie de plein air régionale (données 2014) 339 100

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

Le tourisme : un secteur économique porteur

Le tourisme : un secteur économique porteur Le tourisme : un secteur économique porteur Marie-Anne Le Garrec* Le tourisme est un secteur économique de première importance pour la France. En effet, le poids du tourisme dans le produit intérieur brut

Plus en détail

Accor : une nouvelle dynamique

Accor : une nouvelle dynamique Communiqué de presse Paris, le 19 mai 2010 Accor : une nouvelle dynamique Accor devient un «pure player» hôtelier concentré sur : Son portefeuille de marques et ses clients Son métier d opérateur et de

Plus en détail

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE LES RENDEZ VOUS DE L AGENCE D URBA AU PAVILLON CYCLE VILLE ET COMMERCE LES ENJEUX DE L ÉQUIPEMENT COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE PATRICE DUNY, DIRECTEUR AUCAME CAEN NORMANDIE RAPPEL : LE COMMERCE EST CONSUBSTANTIEL

Plus en détail

Les visiteurs étrangers en France

Les visiteurs étrangers en France Les visiteurs étrangers en France Marie Antczak et Marie-Anne Le Garrec* Le tourisme constitue un apport essentiel pour les échanges extérieurs de la France puisque depuis 1999, il représente le premier

Plus en détail

Garantir le bon déroulement d un séjour : une profession réglementée.

Garantir le bon déroulement d un séjour : une profession réglementée. Agent de Voyages Rome G1303 1 Le métier Le métier : Agent de voyage Recevoir le client, le conseiller, conclure une vente en réglant toutes les formalités nécessaires tel est l objectif de l agent de voyages.

Plus en détail

de l hôtellerie, de la restauration et des activités de loisirs les métiers PORTRAIT RÉGIONAL Nord - Pas-de-calais

de l hôtellerie, de la restauration et des activités de loisirs les métiers PORTRAIT RÉGIONAL Nord - Pas-de-calais HÉBERGER DÉTENDRE les métiers de l hôtellerie, de la restauration et des activités de loisirs 2013 PORTRAIT RÉGIONAL Nord - Pas-de-calais HÉBERGER DÉTENDRE sommaire nord - Pas-de-Calais 4 Chiffres-clés

Plus en détail

Bilan 2014 et perspectives 2015

Bilan 2014 et perspectives 2015 Communiqué de presse - 9 janvier 2015 Bilan 2014 et perspectives 2015 Une année 2014 florissante et une année 2015 ambitieuse, marquée par la célébration du 60 e anniversaire de de France de France, leader

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE L ACTIVITÉ TOURISTIQUE DE L OISE

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE L ACTIVITÉ TOURISTIQUE DE L OISE Oise Tourisme TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE L ACTIVITÉ TOURISTIQUE DE L OISE Ce document présente les indicateurs de l économie touristique de l Oise. Edition mai 11 www. SOMMAIRE Rédaction : Oise

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

I - QU EST-CE QU UN CASINO?

I - QU EST-CE QU UN CASINO? LES CASINOS I - QU EST-CE QU UN CASINO? Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes» : Le spectacle, La restauration Le jeu Sous une même direction L IMPLANTATION I DES CASINOS

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION

TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION MAIRIE DE COURNON D'AUVERGNE SERVICE TOURISME TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION Sommaire : Page 2 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Présentation de la taxe de séjour -qui est habilité

Plus en détail

Diagnostics Accompagnements Entreprises du tourisme, de l hôtellerie, la restauration et des activités de loisirs

Diagnostics Accompagnements Entreprises du tourisme, de l hôtellerie, la restauration et des activités de loisirs Diagnostics Accompagnements Entreprises du tourisme, de l hôtellerie, la restauration et des activités de loisirs Mai 2015 Date limite de réponse : 20 juin 2015 Cahier des charges Pour accompagner les

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

LE TOURISME N A PAS DE FRONTIERE

LE TOURISME N A PAS DE FRONTIERE LE TOURISME N A PAS DE FRONTIERE Samedi 30 mai 2015 Photo : Jaymantir UNE DESTINATION, C EST QUOI? Juin 2015 Brigitte Bloch Le touriste, un oiseau migrateur Le touriste n a pas de frontière. Sa vision

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Propositions et axes de travail pour le développement touristique dans le département des Pyrénées orientales

Propositions et axes de travail pour le développement touristique dans le département des Pyrénées orientales 1 TOURISME - 66 Propositions et axes de travail pour le développement touristique dans le département des Pyrénées orientales Marie Thérèse Costa Fesenbeck Bernard Reyes Carole Pelou 2 Introduction Après

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION FORMATION METHODE HACCP TECHNIQUES DE BASE Uniformation Département Ressources

Plus en détail

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Résultats annuels 2014 des dispositifs permanents d enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur les aires d autoroutes

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

L accueil comme priorité. Fréquentation des principaux sites touristiques en millions de visiteurs

L accueil comme priorité. Fréquentation des principaux sites touristiques en millions de visiteurs 27 millions de visiteurs, dont 7 millions d étrangers et 0 millions de Français 44 millions de visiteurs au total pour Paris et sa région Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre Principales nationalités

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Pics des températures et des résultats 2015 pour Gîtes de France!

Pics des températures et des résultats 2015 pour Gîtes de France! Communiqué de presse - juillet 2015 Bilan 1 er semestre 2015 et prévisions de réservations estivales Pics des températures et des résultats 2015 pour Gîtes de France! En ce début de saison estivale 2015,

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

«Le ras-le-bol d une profession»

«Le ras-le-bol d une profession» «Le ras-le-bol d une profession» Nous vous rappelons la position de l UMIH concernant les points suivants : I. Projet de loi REBSAMEN : Une usine à gaz pour nos TPE Nous sommes totalement opposés à toute

Plus en détail

Les sports d hiver : pratiques et pratiquants

Les sports d hiver : pratiques et pratiquants Les sports d hiver : pratiques et pratiquants En 2004, un peu moins de 9 % de la population française pratique les sports d hiver. Le ski alpin domine, suivi loin derrière par le ski de fond, les autres

Plus en détail

la création d entreprise en nord-pas de calais

la création d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 184 SEPTEMBRE 2014 la création d entreprise en nord-pas de calais Près de 24 000 créations d entreprise en 2013 en Nord-Pas de Calais En 2013, les créations ont légèrement baissé en

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Le poids économique de Lourdes

Le poids économique de Lourdes Fréquentation / Chiffre d affaires / Enjeux Etude réalisée pour le compte de HPTE Le poids économique de Lourdes CONTOURS - 163, Boulevard Murat - 75016 PARIS - Tél. 01.42.88.44.29 - Fax. 01.42.88.97.00

Plus en détail

Révision du modèle d affaires en tourisme

Révision du modèle d affaires en tourisme Révision du modèle d affaires en tourisme La révision du modèle d affaires Le point de départ (1/2) Volonté du gouvernement de relancer l économie et l emploi rapidement; Investissements privés, innovation,

Plus en détail

MINISTERE DE LA CULTURE ET DU TOURISME DIRECTION GENERALE DU TOURISME TABLEAU DE BORD DES STATISTIQUES DU TOURISME 2010

MINISTERE DE LA CULTURE ET DU TOURISME DIRECTION GENERALE DU TOURISME TABLEAU DE BORD DES STATISTIQUES DU TOURISME 2010 MINISTERE DE LA CULTURE ET DU TOURISME DIRECTION GENERALE DU TOURISME TABLEAU DE BORD DES STATISTIQUES DU TOURISME 2010 Août 2011 Tableau de bord des statistiques du tourisme 2010 1 I. AVANT PROPOS ---------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail