"Suivi en IRM des embolisations de fibromes utérins" F Soares, M Brisa, LS Fournier, M Sapoval, F Larousserie, O Clément, G Frija

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""Suivi en IRM des embolisations de fibromes utérins" F Soares, M Brisa, LS Fournier, M Sapoval, F Larousserie, O Clément, G Frija"

Transcription

1 "Suivi en IRM des embolisations de fibromes utérins" F Soares, M Brisa, LS Fournier, M Sapoval, F Larousserie, O Clément, G Frija

2 INTRODUCTION Étude retrospective de 30 patientes suivies pour embolisation des fibromes uterins afin de déterminer le comportement des fibromes et leur aspect après traitement

3 L embolisation des fibromes utérins est une nouvelle approche thérapeutique consistant à occlure le plexus artériel riel périmyomateux dérivd rivé des artères res utérines pour entraîner ner une ischémie des fibromes.

4 Il s agit s d une d technique très s efficace et représente une alternative à l hystérectomie et aux myomectomies en cas de ménorragies m invalidantes, dans les récidives après s myomectomie, chez les femmes ayant des facteurs de risque à la chirurgie, mais aussi chez la femme jeune avec désir d de grossesse porteuse de fibromes multiples.

5 Définitions ¼ femmes entre 40 et 50 ans Muscle lisse et tissu conjonctif Leiomyomes,, fibromyomes, fibromes ou myomes Vascularisation Périphérique rique dans la pseudo-capsule Centrale pauci-art artériellerielle mais riche Clinique: ménorragies, m métrorragies, m douleurs pelviennes ou lombaires

6 MATERIELS ET METHODES Etude rétrospective de 30 patientes porteuses de fibromes utérins avant et après embolisation. Une IRM est réalisée avant embolisation, au stade précoce (une semaine un mois) et tardif (6 mois) On réalise de séquences en T1, T2, T2 fat sat, LAVA sans et après injection de gadolinium.

7 Sagittal, coronal, axial T2

8 Axiale T1 LAVA 3D sans, artériel, riel, veineux et tardif après s injection de gadolinium

9 L IRM prétraitement permet - de déterminer le volume de l utérus (taille dans les 3 plans), - de réaliser la cartographie précise et objective, - d individualiser nettement les fibromes sous-séreux et sousmuqueux - de rechercher les contre-indications à l embolisation (fibromes sous-séreux pédiculés ou pathologies associées) - d éliminer les anomalies vasculaires qui peuvent être à l origine de saignement - de réaliser le diagnostic différentiel (adénomyose, sarcome ).

10 Volume de l utl utérus mesure dans les trois plans

11 Cartographie Localisation Corporéale Fundique Isthmique

12 Cartographie Situation Sous-séreux: sessile ou pédiculé Interstitiel Sous-muqueux Position Par rapport à la lumière utérine Par rapport aux organes de voisinage

13 Adénomyose nomyose: : diagnostic différentiel Adénomyose focale Souvent près s des cornes ou sur une face du corps utérin Masse pseudotumorale Mal limité en périphérierie locale du volume HypoT2 avec spots hyperintenses (sang)

14 Contre-indications Fibrome > 8,5 cm Fibrome principal pédiculp diculé Lésion endomètre (cancer) Grossesse Infection Allergie produit de contraste Refus de l hystl hystérectomie si complication de l embolisationl

15 T1Gado Fibrome Pédicule T2

16 L IRM précoce - montre les modifications de perfusion en cas d efficacité du traitement - permet un suivi afin d exclure des complications éventuelles. L IRM tardive - analyse le volume de l utérus et des fibromes postembolisation et leur modification de signal.

17 METHODOLOGIE Mesure de la taille de l utl utérus dans les 3 plans volume (cm 3 ) Mesure de la taille des fibromes (5 maximum) dans les 3 plans volume (cm 3 ) Étude du signal en T1, T2 Étude du rehaussement au temps artériel, riel, veineux et tardif

18 Des 30 patientes selectionnées, 6 ont dû être exclues car présentant de pathologies intercurrentes. Des 24 patientes: - 5 patientes ont eu l examen avant l embolisation, le contrôle précoce et tardif - 19 patientes ont eu l examen avant l embolisation, et un seul contrôle tardif

19 RESULTATS Des 30 patientes selectionnées, 6 ont dû être exclues car présentant de pathologies intercurrentes. 70 fibromes ont été observés chez les 24 patientes (2,9 fibromes/patiente). Les fibromes ont été embolisés entre le 20 avril 2004 et le 21 décembre 2006, soit pendant un période de 33 mois. Le délai entre l examen prè-embolisation et l embolisation était en moyenne de 54 jours (1,8 mois).

20 LOCALISATION DES FIBROMES UTERINS AVANT EMBOLISATION 11; 16% 3; 4% 56; 80% Isthmique Corporeal Fundique On observe 80% de localisations corporeales, 16% fundiques et 4% isthmiques

21 LOCALISATION MYOMETRIALE DES FIBROMES AVANT EMBOLISATION - 24 patientes/70 fibromes 15; 21% 9; 13% 46; 66% INTERSTITIEL SOUS-MUQUEUX SOUS-SEREUX LOCAL MYOMETRE INTERSTITIEL SOUS-MUQUEUX SOUS-SEREUX SOMME Les fibromes étaient interstitiels dans 46% des cas, sous-sereux dans 21% des cas et sous-muqueux dans 13% des cas.

22 Le volume de l utèrus avant l embolisation était en moyenne de 709 cm³ (variant de 239 à 1363 cm³). Le volume des fibromes des patientes avant embolisation était en moyenne de 76 cm³ (variant de 0,4 à 895 cm³).

23 Nombre de patientes Nombre de fibromes Délai moyen après embolisation (min - max) IRM précoce ,3 j (6-77) IRM tardive mois (4,6-7,9)

24 IRM PRECOCE Volume de l utl utérus - 9/14 (64%) patientes avaient une réduction du volume de l utèrus, en moyenne de -25,2% (entre -6,1 et -46,2%). - Dans 3/14 (21%) cas, on constatait une augmentation de volume de l utèrus sur des contrôles faits à 8 jours et à 15 jours après l embolisation (oedème?). - 2/14 (15%) cas ne présentaient pas de variation de volume.

25 IRM Pré et Post Embolisation Avant embolisation A 6 mois réduction de 68% du volume utérin

26 IRM PRECOCE Volume des fibromes - 34/39 (87%) fibromes présentaient une réduction de leur volume, en moyenne de -23,8% (entre -1 et 87%). - On a constaté un seul cas (1/39, 3%) d augmentation de volume du fibrome (+10,5%) lors du contrôle réalisé à 8 jours après l embolisation (oedème?). - 4/39 (10%) des fibromes étaient restés stables en volume.

27 - La diminution de volume de l utérus permet de vérifier l efficacité de l occlusion vasculaire, et soulager les symptômes des patientes génées par le syndrome de masse. - Si on considère comme un succès la réduction objective de volume des fibromes, le pourcentage de succès était de 87%. - Il faut rappeler que ce premier contrôle était réalisé en moyenne à 17 jours après l embolisation. La réduction de volume des fibromes après embolisation est donc très précoce dans la plupart des cas.

28 IRM TARDIVE Volume de l utl utérus - 15/15 patientes ont obtenu une réduction de volume de l utérus (100% des succès). - Le pourcentage de réduction du volume de l utérus était en moyenne de 31,9% (entre 2 et 63%).

29 IRM TARDIVE Volume des fibromes - 36/37 (97%) fibromes présentaient une réduction de leur volume, en moyenne de -48,4% (entre -4 et 94%). - On n a constaté aucun cas (0/14) d augmentation de volume du fibrome. - 1/37 (3%) des fibromes était resté stable en volume.

30 Si on considère comme un succès la réduction objective de volume des fibromes, le pourcentage de succès était de 97%.

31 ANALYSE DU SIGNAL EN IRM

32 Fibrome non compliqué Masse arrondie Contours parfois bosselés Isosignal T1 hyposignal T2 Rehaussement après s injection de gadolinium

33 Fibrome remanié = «vieillissement» hyper T2 et T1 variable Hyalin Oedémateux Mucoïde Graisseux Kystique Calcifié HyperT2 HypoT1 Pas de rehaussement

34 Certaines patientes n ont n pas eu la totalité des séquences. s Séquence Nombre de fibromes observés IRM précoce IRM tardive T1 T2 T1 Gado artériel T1 Gado veineux T1 Gado tardif

35 T1 avant, au 1er et au 2éme controle 100% 80% 60% % 20% 0% T1 avant l'emb T1 au 1er controle T1 au 2éme controle Hypersignal Hyposignal Isosignal Artefact

36 SIGNAL DES FIBROMES EN T1 - AVANT l embolisation, 81% (57/70) sont en ISOsignal - IRM PRECOCE, 52% (16/31) sont en HYPER et 48% (15/31) en HYPOsignal L hypersignal peut être en rapport avec une hémorragie. - IRM TARDIVE, 65% (24/37) sont en ISOsignal

37 IRM Pré et Post Embolisation F F F F T1 AVANT EMBOLISATION T1 APRÈS EMBOLISATION

38 T2 avant, au 1er et 2éme controle 100% % 60% % 20% % T2 avat l'emb T2 au 1er controle T2 au 2éme controle Hypersignal Hyposignal Isosignal

39 SIGNAL DES FIBROMES EN T2 - AVANT l embolisation, 77% (54/70) sont en HYPOsignal - IRM PRECOCE, 85% (11/13) sont toujours en HYPOsignal -IRM TARDIVE, 78% (28/36) sont encore en HYPOsignal Le signal en T2 n est pas discriminant pour l effet du traitement

40 IRM Pré et Post Embolisation F F T2 AVANT EMBOLISATION T2 APRÈS EMBOLISATION

41 ANALYSE DU REHAUSSEMENT APRÈS INJECTION DE GADOLINIUM

42 Rehaussement Non Oui T1 Gd art avant l'emb 5 52 T1 Gd art au 1er controle 28 7 T1 Gd art au 2éme controle T1 Gd arteriel avant, au 1er et 2éme controle Oui Non T1 Gd art avant l'emb T1 Gd art au 1er controle 12 T1 Gd art au 2éme controle

43 Rehaussement Non Oui T1 Gd vein avant l'emb 3 24 T1 Gd vein au 1er controle 23 4 T1 Gd vein au 2éme controle 9 10 T1 Gd veineuse avant, au 1er et 2éme controle T1 Gd vein avant l'emb T1 Gd vein au 1er controle T1 Gd vein au 2éme controle Oui Non

44 Rehaussement T1 Gd tard avant T1 Gd tard au 1er controle T1 Gd tard au 2éme controle Non Oui T1 Gd Tardif avant, au 1er et 2éme controle T1 Gd tard avant 29 7 T1 Gd tard au 1er controle T1 Gd tard au 2éme controle Oui Non

45 - Avant embolisation, les fibromes prennent le contraste au trois temps, et dont comparables au myomètre. - Après embolisation, on observe une importante réduction du rehaussement des fibromes sur l IRM précoce. - Sur l IRM tardive, certains fibromes sont à nouveau vascularisés, malgré leur diminution de volume. Ces fibromes sont-ils plus à risque de récidive?

46 IRM Pré et Post Embolisation F F T1 GD AVANT EMBOLISATION T1 GD APRÈS EMBOLISATION

47 CONCLUSION (1) 1) Notre étude montre une diminution significative du volume des fibromes après embolisation et une diminution du volume globale utérin. 2) La réduction du volume étant correlée à la réduction des symptomes chez les patientes souffrant de polyfribromatose, l embolisation des fibromes est donc une technique très éfficace et présente des avantages indiscutables.

48 CONCLUSION (2) 3) La réduction de taille des fibromes est visible dans la plupart des cas dès le contrôle précoce (> 1 mois). 4) Le meilleur signe d efficacité en terme de signal est la disparition du rehaussement des fibromes après injection de gadolinium, déjà visible sur le contrôle précoce.

49 UN CONTROLE TARDIF EST-IL VRAIMENT NECESSAIRE puisque les signes d efficacité du traitement sont déjà visibles sur le contrôle précoce?

50 CONCLUSION (3) Le contrôle tardif montre plus souvent la réduction de volume de l utérus. Certains fibromes reprennent une vascularisation et montrent à nouveau un rehaussement: signe d un risque de récidive?

Myome ou Polype fibreux?

Myome ou Polype fibreux? Myome ou Polype fibreux? " Technique associée" Doppler! Myome intra-mural : couronne vasculaire Myome intra-cavitaire (type 0) : cartographie vasculaire Polype ou myome sous-muqueux : pédicule vasculaire

Plus en détail

ADENOMYOSE. Dr Cécile SALUT Imagerie médicale, Hôpital Saint André, service du Pr Trillaud CNGOF FIBROME 20 juin 2014

ADENOMYOSE. Dr Cécile SALUT Imagerie médicale, Hôpital Saint André, service du Pr Trillaud CNGOF FIBROME 20 juin 2014 ADENOMYOSE Dr Cécile SALUT Imagerie médicale, Hôpital Saint André, service du Pr Trillaud CNGOF FIBROME 20 juin 2014 Pré TEST A. L IRM est l examen diagnostique de première intention de l adénomyose. B.

Plus en détail

Myomes et périménopause. Claudine Mathieu Université de Bordeaux CHU-Centre Aliénor d Aquitaine FMC Bordeaux juin 2014

Myomes et périménopause. Claudine Mathieu Université de Bordeaux CHU-Centre Aliénor d Aquitaine FMC Bordeaux juin 2014 Myomes et périménopause Claudine Mathieu Université de Bordeaux CHU-Centre Aliénor d Aquitaine FMC Bordeaux juin 2014 Définition de la périménopause À partir de 47 ans + année qui suit l arrêt des règles

Plus en détail

Douleurs pelviennes aiguës chez la femme A vous de jouer! A Jalaguier-Coudray, N Perrot, F Medina, A Sarran, I Thomassin-Naggara, Pr M Bazot

Douleurs pelviennes aiguës chez la femme A vous de jouer! A Jalaguier-Coudray, N Perrot, F Medina, A Sarran, I Thomassin-Naggara, Pr M Bazot Douleurs pelviennes aiguës chez la femme A vous de jouer! A Jalaguier-Coudray, N Perrot, F Medina, A Sarran, I Thomassin-Naggara, Pr M Bazot Introduction Ce poster illustre les principales étiologies des

Plus en détail

IRM des lésions kystiques du pelvis féminin. LS Fournier, M Brisa, C Lefort, G Frija

IRM des lésions kystiques du pelvis féminin. LS Fournier, M Brisa, C Lefort, G Frija IRM des lésions kystiques du pelvis féminin LS Fournier, M Brisa, C Lefort, G Frija Définitions Kyste: Collection liquidienne avec une paroi A l IRM, ce sont des lésions en hypersignal T2 En fonction de

Plus en détail

IRM en gynécologie. Technique. IRM pelvienne. Accueil de la patiente. Mnémotechnie. Installation de la patiente. «MC PVC n entre pas dans l IRM l

IRM en gynécologie. Technique. IRM pelvienne. Accueil de la patiente. Mnémotechnie. Installation de la patiente. «MC PVC n entre pas dans l IRM l IRM en gynécologie IRM pelvienne Propriétés s magnétique des tissus Technique non irradiante Alexandre BEN CHEIKH «funkyfarouk@free.fr free.fr» Permet une très s bonne différenciation par leur signal des

Plus en détail

Échographie & Ménométrorragies de cause non cervicale ou vaginale (grossesse exclue)

Échographie & Ménométrorragies de cause non cervicale ou vaginale (grossesse exclue) Échographie & Ménométrorragies de cause non cervicale ou vaginale (grossesse exclue) J. Créquat Centre Péreire Paris 23 mai 2014 Échographie : techniques associées Échographie 3D :! Réalise une vue coronale

Plus en détail

Aspect IRM des principales complications urgentes du rachis opéré.

Aspect IRM des principales complications urgentes du rachis opéré. Aspect IRM des principales complications urgentes du rachis opéré. S Chinellato, G Koch, M Nonent, D Colin, P Mériot, D Ben Salem Service de Radiologie CHU La Cavale Blanche Brest. HIA Brest INTRODUCTION

Plus en détail

Stratégie des examens d imagerie en gynécologie. Dr Thibault CARTERET Pr Hervé TRILLAUD Hôpital Saint André

Stratégie des examens d imagerie en gynécologie. Dr Thibault CARTERET Pr Hervé TRILLAUD Hôpital Saint André Stratégie des examens d imagerie en gynécologie Dr Thibault CARTERET Pr Hervé TRILLAUD Hôpital Saint André Echographie Examen de référence : 1 ère intention, innocuité, facile, faible coût Voie sus pubienne

Plus en détail

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas B RADOUANE, M JIDAL, J EL FENNI, B ZAINOUN, S CHAOUIR, T AMIL, A HANINE, M BEN AMEUR Service d Imagerie Médicale Hôpital militaire d instruction

Plus en détail

Imagerie pré thérapeutique des myomes utérins. Thibault CARTERET Bordeaux

Imagerie pré thérapeutique des myomes utérins. Thibault CARTERET Bordeaux Imagerie pré thérapeutique des myomes utérins Thibault CARTERET Bordeaux But de l imagerie Cartographie Vascularisation Co-morbidités locales Diagnostics différentiels Cartographie Cartographie Cartographie

Plus en détail

Mme M Meno métrorragies depuis 3 mois. 2 accht normaux Pas de cs depuis 3 ans. 7èmes Journées Médico - Chirurgicale du Pôle Santé de Carpentras

Mme M Meno métrorragies depuis 3 mois. 2 accht normaux Pas de cs depuis 3 ans. 7èmes Journées Médico - Chirurgicale du Pôle Santé de Carpentras FIBROME UTERIN Dr COLLETTE.E Dr GANDOLFI. C Dr CASTA. M CAS CLINIQUE Mme M Meno métrorragies depuis 3 mois 44 ans 2 accht normaux Pas de cs depuis 3 ans CAS CLINIQUE CO par oestroprogestatifs Tabac 20

Plus en détail

Indication et stratégie diagnostique des examens d imagerie en

Indication et stratégie diagnostique des examens d imagerie en Indication et stratégie diagnostique des examens d imagerie en Gynécologie 1 Professeur Alain LE BLANCHE Université de Versailles Saint-Quentin Paris Ile-de-France Ouest Simone Veil Centre hospitalier

Plus en détail

TUMÉFACTION PELVIENNE DE LA FEMME. Fibrome utérin. Types FDR. Compression : DCPC, PKU, dysurie, constipation, pesanteur, OMI localisés

TUMÉFACTION PELVIENNE DE LA FEMME. Fibrome utérin. Types FDR. Compression : DCPC, PKU, dysurie, constipation, pesanteur, OMI localisés TUMÉFACTION PELVIENNE DE LA FEMME Fibrome utérin Épidémio Fréquent Rarement unique Asymptomatique (50%) Types Interstitiel Sous-muqueux Intra-cavitaire Sous-séreux => PAS de ménorragie Circonstances de

Plus en détail

Masses annexielles: Quelle est la place de l IRM? Latifa Fellah Département d imagerie médicale Cliniques Universitaires St Luc

Masses annexielles: Quelle est la place de l IRM? Latifa Fellah Département d imagerie médicale Cliniques Universitaires St Luc Masses annexielles: Quelle est la place de l IRM? Latifa Fellah Département d imagerie médicale Cliniques Universitaires St Luc Masses annexielles Déterminer la nature des lésions => Prise en charge optimale

Plus en détail

Fibrome. Définition. Fréquence

Fibrome. Définition. Fréquence Fibrome DR GALLON FRANCOIS, METZ Adresse du site : www.docvadis.fr/gynecologie-obstetrique-metz Les fibromes de A à Z Définition Un fibrome utérin est une tumeur bénigne développée à partir des fibres

Plus en détail

L imagerie en questions : Cancer de l endomètre

L imagerie en questions : Cancer de l endomètre + L imagerie en questions : Cancer de l endomètre Corinne Balleyguier, Elise Zareski Sébastien Gouy, Philippe Morice, Catherine Genestie, Christine Haie Meder, Patricia Pautier, Alexandra Leary, Catherine

Plus en détail

Cas de la semaine # 21

Cas de la semaine # 21 Cas de la semaine # 21 6 février 2017 Préparé par Dr Jaramie Thomas-Gittens R3 Dre Marie-Claude Chevrier MD FRCPC Hôpital Sacré-Coeur Département de radiologie Faculté de médecine Histoire Clinique Se

Plus en détail

MOELLE OSSEUSE IRM DE LA MOELLE OSSEUSE MOELLE ROUGE A 25 ANS. Naissance. Conversion graisseuse. Adulte NORMALE. Franck Marin

MOELLE OSSEUSE IRM DE LA MOELLE OSSEUSE MOELLE ROUGE A 25 ANS. Naissance. Conversion graisseuse. Adulte NORMALE. Franck Marin Moelle osseuse = 95% de la cavité médullaire Moelle rouge (active) IRM DE LA NORMALE Franck Marin DRIMS 50% de la moelle osseuse chez l adulte Riche en tissu hématopoïétique 60% de cellules hématopoïétiques

Plus en détail

Doppler utérin en gynécologie. Dr A. ALFIDJA Dr Y. PTAK Pr L. BOYER Centre Jean Perrin et CHU Clermont-Ferrand

Doppler utérin en gynécologie. Dr A. ALFIDJA Dr Y. PTAK Pr L. BOYER Centre Jean Perrin et CHU Clermont-Ferrand Doppler utérin en gynécologie Dr A. ALFIDJA Dr Y. PTAK Pr L. BOYER Centre Jean Perrin et CHU Clermont-Ferrand INTRODUCTION Modalités multiples Prise en charge de l infertilité Contributives dans les pathologies

Plus en détail

IMAGERIE GYNECOLOGIQUE

IMAGERIE GYNECOLOGIQUE IMAGERIE GYNECOLOGIQUE Rédacteurs : Pour la Société d Imagerie Génito-Urinaire (SIGU) Corinne Balleyguier, Marc Bazot, Isabelle Thomassin-Naggara Relecture : Pour le Collège des Enseignants de Radiologie

Plus en détail

TRAITEMENTS CHIRURGICAUX DES MENOMETRORRAGIES ORGANIQUES. Dr M Carbonnel Hôpital Foch, Suresnes Service de Gynécologie Obstétrique du Pr Ayoubi

TRAITEMENTS CHIRURGICAUX DES MENOMETRORRAGIES ORGANIQUES. Dr M Carbonnel Hôpital Foch, Suresnes Service de Gynécologie Obstétrique du Pr Ayoubi TRAITEMENTS CHIRURGICAUX DES MENOMETRORRAGIES ORGANIQUES Dr M Carbonnel Hôpital Foch, Suresnes Service de Gynécologie Obstétrique du Pr Ayoubi Hyperplasie atypique Traitement de référence : hystérectomie

Plus en détail

Illustration des aspects IRM postphotothérapie. la prostate avec corrélations anatomopathologiques

Illustration des aspects IRM postphotothérapie. la prostate avec corrélations anatomopathologiques Illustration des aspects IRM postphotothérapie dynamique dans le cancer de la prostate avec corrélations anatomopathologiques M. Kulik, C. Nedelcu, F. Martin, C. Ridereau-Zins, M. Azouzzi, M.C. Rousselet,

Plus en détail

Jean-Baptiste Meyer IHN

Jean-Baptiste Meyer IHN Patiente de 45 ans, en surpoids.découverte fortuite d une masse pelvienne sur un scanner réalisé pour bilan d adénomégalies jugulo-carotidiennes bilatérales Quels sont les éléments sémiologiques significatifs

Plus en détail

Dr Vandenbossche François. Polyclinique Bordeaux Rive Droite

Dr Vandenbossche François. Polyclinique Bordeaux Rive Droite Dr Vandenbossche François Polyclinique Bordeaux Rive Droite 1 Les signes fonctionnels Anamnèse: âge, race noire ++, obésité, nulliparité Les méno métrorragies : signes d anémie? Les troubles du cycle :

Plus en détail

Fertilité après embolisation des artères utérines pour hémorragie du post partum à propos de 2 cas cliniques

Fertilité après embolisation des artères utérines pour hémorragie du post partum à propos de 2 cas cliniques 1 Fertilité après embolisation des artères utérines pour hémorragie du post partum à propos de 2 cas cliniques Dr. JOURNET Dorothée (Lyon) L embolisation utérine a été utilisée pour la première fois, à

Plus en détail

IRM des dilatations lymphatiques abdominales.

IRM des dilatations lymphatiques abdominales. IRM des dilatations lymphatiques abdominales. Du normal au pathologique. Derhy S, El Mouhadi S, Jolibert M, Chaillot P-F, Menu Y, Arrivé L Service de Radiologie Hôpital Saint-Antoine, Paris Objectifs Décrire

Plus en détail

Les pathologies utérines et ovariennes

Les pathologies utérines et ovariennes Les pathologies utérines et ovariennes Objectifs : Etre capable de décrire les principales pathologies utérines et ovariennes : Epidémiologie et facteurs de risques Signes cliniques Examens Traitement

Plus en détail

serving women since 1901

serving women since 1901 serving women since 1901 2 Que sont les fibromes? Les fibromes sont des tumeurs bénignes qui se développent dans la couche musculaire de l utérus aussi appelée myomètre. Le terme tumeur est souvent utilisé,

Plus en détail

Actualités sur le traitement chirurgical des fibromyomes utérins. Dr M M NIANG Pr C T CISSE

Actualités sur le traitement chirurgical des fibromyomes utérins. Dr M M NIANG Pr C T CISSE Actualités sur le traitement chirurgical des fibromyomes utérins Dr M M NIANG Pr C T CISSE Enseignement Post-Universitaire ASGO - Salle Paul Corréa (EPS1 IHS) - Mercredi 23 Mars 2016 Introduction Définition

Plus en détail

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc L hémangiome ou hémangioendothéliome est la tumeur vasculaire bénigne néonatale la plus

Plus en détail

HYPERPLASIE NODULAIRE RÉGÉNÉRATIVE. Lombard Vincent

HYPERPLASIE NODULAIRE RÉGÉNÉRATIVE. Lombard Vincent HYPERPLASIE NODULAIRE RÉGÉNÉRATIVE Lombard Vincent DEFINITION RAPPEL: = Modifications de l architecture du parenchyme hépatique secondaires à un déséquilibre des apports vasculaires. Parenchyme normal

Plus en détail

Introduction. primitive (THP) est rare. Manifestations cliniques et biologiques : non spécifiques

Introduction. primitive (THP) est rare. Manifestations cliniques et biologiques : non spécifiques Tuberculose hépatique h primitive: A propos de 10 cas. Nassar I*, Errabih I**, Hammani L*, Krami **H.Ouazzani** Imani F. *Service de radiologie. CHU Ibn Sina.. Rabat. Maroc ** Service de Médecine M B.

Plus en détail

Trouver le temps long en IRM et regarder le Survey

Trouver le temps long en IRM et regarder le Survey Trouver le temps long en IRM et regarder le Survey Rémi Duprès. (IHN) Patiente de 60ans, bilan de lombalgies chroniques 2009 T1 T2 STIR Outre la discopathie inflammatoire de type Modic 1 et les débords

Plus en détail

IRM et maladie de Crohn revue iconographique

IRM et maladie de Crohn revue iconographique Entéro IRM et maladie de Crohn revue iconographique V. Barrau(1,2), Y.Bounhik(2), P.Mammou(1), P.Novello(1), M.Zappa(2), V.Vigrain(2) Centre cardiologique du Nord, Saint Denis (1) Hôpital Beaujon, Clichy

Plus en détail

SARCOMES UTERINS. Dr Cécile SALUT Imagerie médicale, Hôpital Saint André, service du Pr Trillaud CNGOF FIBROME 20 juin 2014

SARCOMES UTERINS. Dr Cécile SALUT Imagerie médicale, Hôpital Saint André, service du Pr Trillaud CNGOF FIBROME 20 juin 2014 SARCOMES UTERINS Dr Cécile SALUT Imagerie médicale, Hôpital Saint André, service du Pr Trillaud CNGOF FIBROME 20 juin 2014 QCM A. Il existe des signes sensibles de sarcomes en échographie. B. Il existe

Plus en détail

INTERET ECHOGRAPHIE 3D EN GYNECOLOGIE. AHFMC: «Qoui de Neuf Gyneco» Le 01/ DR TRIMECH ADNENE

INTERET ECHOGRAPHIE 3D EN GYNECOLOGIE. AHFMC: «Qoui de Neuf Gyneco» Le 01/ DR TRIMECH ADNENE INTERET ECHOGRAPHIE 3D EN GYNECOLOGIE AHFMC: «Qoui de Neuf Gyneco» Le 01/1202016 DR TRIMECH ADNENE Pourquoi 3D L'échographie 3D est complémentaire mode 2D rapide et performant, Examen classique ou hystérosonographique

Plus en détail

Les tumeurs mésenchymateuses de l utérus

Les tumeurs mésenchymateuses de l utérus Les tumeurs mésenchymateuses de l utérus Objectifs : -Présenter quelques données épidémiologiques. -Reconnaitre les principales entités histo-pathologiques des tumeurs mésenchymateuses de l utérus. -Identifier

Plus en détail

IMAGERIE DES SURRENALES

IMAGERIE DES SURRENALES IMAGERIE DES SURRENALES Au quotidien, les masses surrénaliennes sont découvertes sur un scanner réalisé pour d'autres raisons. ECHOGRAPHIE Voie intercostale, transhépatique et transsplénique. Visibles

Plus en détail

Clinical Spotlight. Sarcome Pelvien Radio-Induit

Clinical Spotlight. Sarcome Pelvien Radio-Induit Clinical Spotlight Sarcome Pelvien Radio-Induit Sarcome Pelvien Historique du patient : Femme de 51 ans présentant en septembre 2009 des métrorragies révélant une volumineuse tumeur du col utérin (carcinome

Plus en détail

Imagerie des tumeurs des parties molles à contenu myxoïde

Imagerie des tumeurs des parties molles à contenu myxoïde Imagerie des tumeurs des parties molles à contenu myxoïde N.ALBERTI, A.NEUVILLE, X.BUY, E.STOECKLE, A.ITALIANO, B.BUI, J-M. COINDRE, M.KIND Strasbourg, Juin 2013 Etude retrospective (2009-2012) Série consécutive

Plus en détail

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Jeune femme de 25 ans, enceinte de 3 mois d une première grossesse Se présente

Plus en détail

TL. NGUYEN, C. BARBE, M. LOOCK, O. GRAESSLIN, C. MARCUS, C. HOEFFEL Hopital Robert Debré REIMS

TL. NGUYEN, C. BARBE, M. LOOCK, O. GRAESSLIN, C. MARCUS, C. HOEFFEL Hopital Robert Debré REIMS TL. NGUYEN, C. BARBE, M. LOOCK, O. GRAESSLIN, C. MARCUS, C. HOEFFEL Hopital Robert Debré REIMS Les abcès du pelvis sont dus à des étiologies digestives, gynécologiques ou postopératoires Facteurs favorisants:

Plus en détail

Modèle prédictif d Evolution des Accidents Vasculaires Cérébraux

Modèle prédictif d Evolution des Accidents Vasculaires Cérébraux Modèle prédictif d Evolution des Accidents Vasculaires Cérébraux en IRM PHILIPS F. Schneider, S. Burnol, P. Garnier, P. Mismetti, D. Chéchin, FG. Barral CONTEXTE L Accident Vasculaire Cérébral Déficit

Plus en détail

Tumeurs malignes Tumeurs primitives (sur foie sain) Tumeurs secondaires

Tumeurs malignes Tumeurs primitives (sur foie sain) Tumeurs secondaires Tumeurs malignes Tumeurs malignes Tumeurs primitives (sur foie sain) CHC Formes particulières Carcinome fibro lamellaire Hépatocholangiocarcinome Cholangiocarcinome intrahépatique Cystadénocarcinome biliaire

Plus en détail

Localisez et décrivez les principaux éléments de sémiologie radiologique. Temps veineux 75 sec

Localisez et décrivez les principaux éléments de sémiologie radiologique. Temps veineux 75 sec homme 61 ans, douleurs du flanc gauche depuis 3 jours avec défense, apyrétique, syndrome inflammatoire biologique (CRP à 227mg/l) ; suspicion clinique de sigmoïdite? Marion GRANDHAYE IHN Avant injection

Plus en détail

Sémiologie radiologique du foie. (Tumeurs du foie Angiome HNF (adénome) CHC méta, cirrhose. Olivier Ernst

Sémiologie radiologique du foie. (Tumeurs du foie Angiome HNF (adénome) CHC méta, cirrhose. Olivier Ernst Sémiologie radiologique du foie. (Tumeurs du foie Angiome HNF (adénome) CHC méta, cirrhose Olivier Ernst Objectifs Connaître les différentes tumeurs du foie, le contexte clinique, leur aspect en imagerie,

Plus en détail

Myomes Adénomyose Malformations utérines

Myomes Adénomyose Malformations utérines PATHOLOGIE DU MYOMETRE DIU d échographie gynécologique et obstétricale Janvier 2011 Myomes Adénomyose Malformations utérines MYOMES Myomes Tumeur bénigne du myomètre la plus fréquente chez la femme en

Plus en détail

EPU du 16/01/2012 Dr Perrine CAPMAS

EPU du 16/01/2012 Dr Perrine CAPMAS EPU du 16/01/2012 Dr Perrine CAPMAS Quel type de pathologie endocavitaire peut géner l implantation d une grossesse? ENDOMETRE PSEUDO-POLYPOÏDE Rétention de trophoblaste Polype Fibrome Synéchies Muqueuse

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS LES AVC. PL CLOUET - Aurillac

APPORT DE L IRM DANS LES AVC. PL CLOUET - Aurillac APPORT DE L IRM DANS LES AVC PL CLOUET - Aurillac http://www.rxplc.net INTRODUCTION les accidents vasculaires cérébraux (AVC): 3 ème cause de mortalité et 1ère cause de handicap chronique. 140000 AVC par

Plus en détail

Quels sont les principaux items significatifs à retenir sur l'irm du pelvis. Sybille Duroch IHN Xavier Orry ACC

Quels sont les principaux items significatifs à retenir sur l'irm du pelvis. Sybille Duroch IHN Xavier Orry ACC Patiente de 54 ans Tumeur ovarienne droite de découverte récente Hospitalisation en USIC pour thrombus intra-cardiaque découvert fortuitement à l ETT préchimiothérapie. Quels sont les principaux items

Plus en détail

Savoir interpréter une IRM du foie. S. El Mouhadi, M. Jolibert, P-F. Chaillot, L. Azizi, Y. Menu, L. Arrivé Hôpital Saint-Antoine-Paris

Savoir interpréter une IRM du foie. S. El Mouhadi, M. Jolibert, P-F. Chaillot, L. Azizi, Y. Menu, L. Arrivé Hôpital Saint-Antoine-Paris Savoir interpréter une IRM du foie S. El Mouhadi, M. Jolibert, P-F. Chaillot, L. Azizi, Y. Menu, L. Arrivé Hôpital Saint-Antoine-Paris Objectifs pédagogiques : savoir reconnaitre Les principaux artéfacts

Plus en détail

Cancers ovariens épithéliaux

Cancers ovariens épithéliaux Cancers ovariens épithéliaux F CHAMMING S, A. BELLUCCI, M-A LE-FRERE-BELDA, L FOURNIER Hôpital Européen Georges Pompidou SFR ile de France 10 septembre 2016 Introduction: les tumeurs épithéliales Tumeurs

Plus en détail

Echographie et infertilité. G Grangé V Blanchet maternité Port Royal Paris France

Echographie et infertilité. G Grangé V Blanchet maternité Port Royal Paris France Echographie et infertilité G Grangé V Blanchet maternité Port Royal Paris France Modalités et aspects techniques Sonde endovaginale à haute fréquence (7-10 MHz) nécessité d une sonde abdominale (3.5-6

Plus en détail

Imagerie RM dans l exploration des infections ostéo articulaire : Intérets, indications, aspects

Imagerie RM dans l exploration des infections ostéo articulaire : Intérets, indications, aspects Imagerie RM dans l exploration des infections ostéo articulaire : Intérets, indications, aspects OBJECTIFS Connaître les différents types d infections ostéo articulaires : cellulite, bursite, teno-synovite,

Plus en détail

LES PIEGES ET LES DIFFICULTES EN IMAGERIE MUSCULO SQUELETTIQUES KYSTE, BOURSE OU TUMEUR?

LES PIEGES ET LES DIFFICULTES EN IMAGERIE MUSCULO SQUELETTIQUES KYSTE, BOURSE OU TUMEUR? LES PIEGES ET LES DIFFICULTES EN IMAGERIE MUSCULO SQUELETTIQUES KYSTE, BOURSE OU TUMEUR? L. MOUTOUNET Université Paris 5 Hôpital cochin Radiologie B CAS N 1 Mr R. 60 ans Masse de la face dorsale de la

Plus en détail

Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur

Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur FLORES A, PROST S, LENOIR M, CHRU Besançon Société de Médecine de Franche-Comté Enfant de 5 ans adressé par son médecin traitant pour douleurs

Plus en détail

Masses annexielles: Quelle est la place de l IRM? Latifa Fellah Département d imagerie médicale Cliniques Universitaires St Luc

Masses annexielles: Quelle est la place de l IRM? Latifa Fellah Département d imagerie médicale Cliniques Universitaires St Luc Masses annexielles: Quelle est la place de l IRM? Latifa Fellah Département d imagerie médicale Cliniques Universitaires St Luc Echographie Examen de 1 ère intention Bénin Malin Complexe Echographie Lésions

Plus en détail

SEMIOLOGIE EN COUPES

SEMIOLOGIE EN COUPES SEMIOLOGIE EN COUPES DU KYSTE HYDATIQUE DES PARTIES MOLLES M.CHENNOUFI, M.BEN-MESSAOUD, A.ABASSI, O.AZAIZ, H.MIZOUNI, I.TURKI, K. NOUIRA, E.MENIF Service d imagerie médicale Hôpital la Rabta Tunis, TUNISIE

Plus en détail

femme 63 ans masse abdomino-pelvienne, bon état général ; bilan biologique hépatique normal

femme 63 ans masse abdomino-pelvienne, bon état général ; bilan biologique hépatique normal femme 63 ans masse abdomino-pelvienne, bon état général ; bilan biologique hépatique normal quel est le type de séquence utilisé quel est l'organe en cause -on reconnait les veines hépatiques -le contenu

Plus en détail

Explorations hépatiques Lésions focales

Explorations hépatiques Lésions focales Explorations hépatiques Lésions focales Introduction -Pb fréquent -Découverte fortuite : échographie, anomalies bilan bio -Données de l imagerie : Conditionnent la stratégie thérapeutique : -Lésion bénigne

Plus en détail

Evaluation IRM préthérapeutique de. l endomètre et nouvelle classification FIGO. Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne

Evaluation IRM préthérapeutique de. l endomètre et nouvelle classification FIGO. Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Evaluation IRM préthérapeutique de l infiltration ti myométriale des cancers de l endomètre et nouvelle classification

Plus en détail

IMAGERIE des MYOCARDITES : Aspect IRM et suivi évolutif. Ederhy, Ariel Cohen, Jean-Michel Tubiana, Lionel Arrivé

IMAGERIE des MYOCARDITES : Aspect IRM et suivi évolutif. Ederhy, Ariel Cohen, Jean-Michel Tubiana, Lionel Arrivé IMAGERIE des MYOCARDITES : Aspect IRM et suivi évolutif Laurence Monnier-Cholley Cholley,, Pierre Garrigoux,, Stéphane Ederhy, Ariel Cohen, Jean-Michel Tubiana, Lionel Arrivé Qu est est-ce qu une une myocardite?

Plus en détail

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi Femme de 25 ans; accouchement il y a 5 jours ; douleurs abdominales depuis deux jours, syndrome inflammatoire biologique, fièvre. Quels sont les éléments sémiologiques à retenir images CH Metz - Scanner

Plus en détail

Programme du Vendredi 3 décembre2004

Programme du Vendredi 3 décembre2004 Programme du Vendredi 3 décembre2004 Neuro C Grandin C Borschette Pédiatr Ph Clapuyt A Dignac Ostéo B Vande Berg Th Le Coroller Abdomen B Van Beers B Van Beers Thorax Femme de 56 ans Se plaint de fatigue

Plus en détail

Patiente de 30 ans, découverte d'une masse kystique de l'hypochondrre gauche, lors du bilan de douleurs abdominales épigastriques. Marine Bravetti IHN

Patiente de 30 ans, découverte d'une masse kystique de l'hypochondrre gauche, lors du bilan de douleurs abdominales épigastriques. Marine Bravetti IHN Marine Bravetti IHN Patiente de 30 ans, découverte d'une masse kystique de l'hypochondrre gauche, lors du bilan de douleurs abdominales épigastriques IRM T2 SSFSE T2 Fat Sat les images en pondération T2

Plus en détail

IRM du PELVIS FEMININ et

IRM du PELVIS FEMININ et IRM du PELVIS FEMININ et E-LEARNING CAS CLINIQUES INTERACTIFS J. Lacroix, S. Mérigeaud, D. Hoa, F. Curros Doyon, P. Taourel CHU Montpellier - France OBJECTIFS Revisiter certains aspects de l IRM du pelvis

Plus en détail

APPORT DE L EMBOLISATION DANS LE TRAITEMENT DES ANGIOMYOLIPOMES RENAUX. Bordeaux-France

APPORT DE L EMBOLISATION DANS LE TRAITEMENT DES ANGIOMYOLIPOMES RENAUX. Bordeaux-France APPORT DE L EMBOLISATION DANS LE TRAITEMENT DES ANGIOMYOLIPOMES RENAUX M Chaker,, F Basseau,, V Pérot, A Cimpean, S Ferron,, J-L J Pariente,, N Grenier Bordeaux-France INTRODUCTION L Angiomyolipome rénal

Plus en détail

Apport de l IRM diffusion en séquence Propeller dans le cholestéatome de l oreille moyenne

Apport de l IRM diffusion en séquence Propeller dans le cholestéatome de l oreille moyenne Apport de l IRM diffusion en séquence Propeller dans le cholestéatome de l oreille moyenne Benchaoui Mounira (1), Benchiheub Djamel (2) (1)Faculté de médecine B.Bensmail, université 3 de Constantine (2)

Plus en détail

Cancer primitif du foie (10 cancers les plus fréquents) Le plus souvent suite à une cirrhose. 4 cause de décès lié au cancer en France

Cancer primitif du foie (10 cancers les plus fréquents) Le plus souvent suite à une cirrhose. 4 cause de décès lié au cancer en France Cancer primitif du foie (10 cancers les plus fréquents) Le plus souvent suite à une cirrhose 4 cause de décès lié au cancer en France La réalisation d une IRM avant une radiofréquence permet de: sélectionner

Plus en détail

46 cas de méningite bactérienne compliquée colligés sur 4 ans entre 2005 et Méningite confirmée biologiquement dans

46 cas de méningite bactérienne compliquée colligés sur 4 ans entre 2005 et Méningite confirmée biologiquement dans Les complications infectieuses de la méningite restent malheureusement fréquentes dans notre contexte. Elles peuvent être responsable de complications graves: séquelles irréversibles motrices et fonctionnelles.

Plus en détail

-Quels sont les principaux éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens d'imagerie suivants

-Quels sont les principaux éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens d'imagerie suivants -femme 42 ans, malaise avec céphalées aiguës,, palpitations et hypersudation lors de la mise en place d'un spéculum en vue d'un examen gynécologique du col utérin. -Quels sont les principaux éléments sémiologiques

Plus en détail

Cas clinique fibrome et infertilité. Dr S.LEGRAND CCA gynécologie médicale Service Pr Hocké 20/06/2014

Cas clinique fibrome et infertilité. Dr S.LEGRAND CCA gynécologie médicale Service Pr Hocké 20/06/2014 Cas clinique fibrome et infertilité Dr S.LEGRAND CCA gynécologie médicale Service Pr Hocké 20/06/2014 Mme N Mme N, 38 ans, originaire du Cameroun Est adressée pour infertilité depuis 2 ans IMC 35, pas

Plus en détail

Place de l imagerie dans le diagnostic de l hépatocarcinome

Place de l imagerie dans le diagnostic de l hépatocarcinome Place de l imagerie dans le diagnostic de l hépatocarcinome Enjeux diagnostics Cinquième cancer le plus fréquent à l échelle mondiale Troisième cause de mortalité par cancer Incidence croissante y compris

Plus en détail

Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas. Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc

Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas. Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas I. Mimouni, S. Lezar, F. Essodegui, W. Zamiati, at A. Adil Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

Carcinome du col versus tumeurs mésenchymateuses du col de l utérus: Quel est l apport de l IRM?

Carcinome du col versus tumeurs mésenchymateuses du col de l utérus: Quel est l apport de l IRM? Carcinome du col versus tumeurs mésenchymateuses du col de l utérus: Quel est l apport de l IRM? M FELFEL, M JABER, M JABOU, R CHAMAKHI, H RAJHI, R HAMZA, N MNIF Service d Imagerie médicale. EPS Charles

Plus en détail

Diverticulose et complications A.OLIVER 2013

Diverticulose et complications A.OLIVER 2013 Diverticulose et complications A.OLIVER 2013 GENERALITES HAS 2006 La «diverticulose colique» correspond à un état asymptomatique : anomalie anatomique acquise du colon, caractérisée par la présence de

Plus en détail

Fibrome et stérilité. Atelier de Stérilité Collège de Gynécologie Médicale 10 mars 2011

Fibrome et stérilité. Atelier de Stérilité Collège de Gynécologie Médicale 10 mars 2011 Fibrome et stérilité Atelier de Stérilité Collège de Gynécologie Médicale 10 mars 2011 Fibrome et stérilité CERTITUDE!: Tumeur de la femme la + N en age de procréer Augmentation des fibromes avec l age!

Plus en détail

4. Diverticulose colique et ses complications

4. Diverticulose colique et ses complications 4. Diverticulose colique et ses complications HAS 2006 La «diverticulose colique» correspond à un état asymptomatique : anomalie anatomique acquise du colon, caractérisée par la présence de diverticules.

Plus en détail

Les fibromes utérins : L ampleur du problème. Une demande grandissante de conservation utérine. L émergence de nouveaux traitements.

Les fibromes utérins : L ampleur du problème. Une demande grandissante de conservation utérine. L émergence de nouveaux traitements. EMBOLISATIONS PRE-OPERATOIRES DANS LES FIBROMYOMES TRES VOLUMINEUX DE LA FEMME JEUNE Suivi à moyen long terme (33 patients) N. Butori, N. Méjean, B. Guiu, R. Loffroy, L. Mezzetta, L. Filipuzzi, L.Vadanici,

Plus en détail

B Dallaudière ¹, M Pouquet ¹, P Piver ², A Faury ¹, PM Preux ³, JP Rouanet 4, A Maubon ¹.

B Dallaudière ¹, M Pouquet ¹, P Piver ², A Faury ¹, PM Preux ³, JP Rouanet 4, A Maubon ¹. Existe t-il une association entre les contractions utérines et l infertilité féminine? Etude préliminaire en IRM. B Dallaudière ¹, M Pouquet ¹, P Piver ², A Faury ¹, PM Preux ³, JP Rouanet 4, A Maubon

Plus en détail

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder Démarche diagnostique en IRM devant une lésion parenchymateuse cérébrale à composante kystique de l adulte E Meary, C Mellerio,O Naggara, M Petkova, MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder INTRODUCTION

Plus en détail

ATELIERS PRATIQUES D IRM EN PATHOLOGIE PELVIENNE. Questionnaire sur les pratiques professionnelles Pré-test

ATELIERS PRATIQUES D IRM EN PATHOLOGIE PELVIENNE. Questionnaire sur les pratiques professionnelles Pré-test IMIM ATELIERS PRATIQUES D IRM EN PATHOLOGIE PELVIENNE Questionnaire sur les pratiques professionnelles Pré-test (*) Ce questionnaire sera rempli par le participant AVANT la formation présentielle et sera

Plus en détail

Caractérisation des kystes de l ovaire: Autres moyens de diagnostic : IRM, Scanner. LS Fournier, M Brisa, F Chamming s CNGOF 28 juin 2013

Caractérisation des kystes de l ovaire: Autres moyens de diagnostic : IRM, Scanner. LS Fournier, M Brisa, F Chamming s CNGOF 28 juin 2013 Caractérisation des kystes de l ovaire: Autres moyens de diagnostic : IRM, Scanner LS Fournier, M Brisa, F Chamming s CNGOF 28 juin 2013 Imagerie des cancers de l ovaire Echographie IRM TDM Diagnostic

Plus en détail

ETUDE DE LA MICROCIRCULATION EN IRM AU COURS DU TRAITEMENT NEOADJUVANT DU CANCERS DU SEIN

ETUDE DE LA MICROCIRCULATION EN IRM AU COURS DU TRAITEMENT NEOADJUVANT DU CANCERS DU SEIN ETUDE DE LA MICROCIRCULATION EN IRM AU COURS DU TRAITEMENT NEOADJUVANT DU CANCERS DU SEIN Cédric de Bazelaire, Clément Brunon, Cécile Farges Nathalie Siauve, Olivier Clément, Eric de Kerviler, Charles

Plus en détail

Cas de la semaine # 47

Cas de la semaine # 47 Cas de la semaine # 47 25 Septembre 2017 Préparé par Dre Fatima Ameur fellow Dre Manon Bélair MD Hôpital Notre Dame, CHUM Département de radiologie Faculté de médecine Histoire Clinique Pas d antécédents

Plus en détail

Cas 1. Patient de 42 ans Douleur thoracique, pas de fièvre Tachycardie à 129/min

Cas 1. Patient de 42 ans Douleur thoracique, pas de fièvre Tachycardie à 129/min Cas 1 Patient de 42 ans Douleur thoracique, pas de fièvre Tachycardie à 129/min Embolie pulmonaire scanner thoracique avec IV ou angioscanner thoracique Coupe axiale, fenêtre médiastinale Défect endoluminal

Plus en détail

CARCINOSARCOME DE L UTÉRUS À propos de 8 cas

CARCINOSARCOME DE L UTÉRUS À propos de 8 cas HÔPITAL NATIONAL DE GYNÉCOLOGIE - OBSTÉTRIQUE CARCINOSARCOME DE L UTÉRUS À propos de 8 cas Pr. VU Ba Quyet Dr PHAM Duy Duan Dr NGUYEN Ngoc Phuong INTRODUCTION Les carcinosarcomes (CS) utérins sont des

Plus en détail

Lésion focale intra-hépatique incidentale sur foie non-cirrhotique

Lésion focale intra-hépatique incidentale sur foie non-cirrhotique Lésion focale intra-hépatique incidentale sur foie non-cirrhotique Dr Pauline RIES-GUYE Dr Guillaume LOUIS Pr Jean HARDWIGSEN Marseille 6 février 2009 Cours intensifs FFCD Histoire de la maladie Homme

Plus en détail

ADENOMYOSE ET ENDOMETRIOSE. Dr FELLAH Latifa CLINIQUES UNIVERSITAIRES ST-LUC (UCL)

ADENOMYOSE ET ENDOMETRIOSE. Dr FELLAH Latifa CLINIQUES UNIVERSITAIRES ST-LUC (UCL) ADENOMYOSE ET ENDOMETRIOSE Dr FELLAH Latifa CLINIQUES UNIVERSITAIRES ST-LUC (UCL) DEFINITION Tissu endométrial ectopique (muqueuse et stroma) en dehors de la cavité utérine Mêmes variations cycliques que

Plus en détail

LE FIBROME NASOPHARYNGIEN: EXPÉRIENCE DU SERVICE. Pr F.Handis,Pr Z.Mallek,Dr N.Ouared,Pr D.Selmane,Service ORL CHU BEO

LE FIBROME NASOPHARYNGIEN: EXPÉRIENCE DU SERVICE. Pr F.Handis,Pr Z.Mallek,Dr N.Ouared,Pr D.Selmane,Service ORL CHU BEO LE FIBROME NASOPHARYNGIEN: EXPÉRIENCE DU SERVICE Pr F.Handis,Pr Z.Mallek,Dr N.Ouared,Pr D.Selmane,Service ORL CHU BEO Le fibrome nasopharyngien (F.N.P) est une tumeur rare du nasopharynx qui touche essentiellement

Plus en détail

EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DU FIBROME UTERIN

EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DU FIBROME UTERIN EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DU FIBROME UTERIN 2 juin 2014-5 juin 2015 Enquête réalisée par l association Fibrome Info France Avec la collaboration des hôpitaux partenaires de l association et la participation

Plus en détail

Aspects IRM des fibromes utérins dans le bilan pré embolisation en Côte d Ivoire

Aspects IRM des fibromes utérins dans le bilan pré embolisation en Côte d Ivoire Journal Africain d Imagerie Médicale 2016, volume 8 ; numéro 1 Article original Aspects IRM des fibromes utérins dans le bilan pré embolisation en Côte d Ivoire MRI of uterine fibroid in the pre embolization

Plus en détail

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale.

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectifs Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectif n 2 : Préciser les stratégies d imagerie abdomino-pelvienne en urgence

Plus en détail

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE Service de Radiologie Pédiatrique CHU Ibn Rochd Casablanca Tumeurs cérébrales chez l enfant : 2nde place après les tumeurs hématologiques.

Plus en détail

endolymphatique à point de départ utérin (dissémination le long des axes

endolymphatique à point de départ utérin (dissémination le long des axes femme 59 ans ; antécédents : hystérectomie pour fibrome, nombreux pneumothorax récidivants pendant 11 ans ; dyspnée très modérée, d'aggravation progressive examen juin 2005 examen juin 2005 examen juin

Plus en détail