Objectifs du chapitre. 1. Principe du chiffrement. division euclidienne par 26, on obtient

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Objectifs du chapitre. 1. Principe du chiffrement. division euclidienne par 26, on obtient"

Transcription

1 3 Entiers A premiers entre eux Objectifs du chapitre En utilisant un nouveau système de chiffrement, nous allons étudier la notion d entiers premiers entre eux. B Pour débuter Activité 3 Chiffrement de Hill 1. Principe du chiffrement On fixe quatre entiers a, b, c et d qui constituent la clé du chiffrement. Les lettres du message sont regroupées par blocs de 2. Chaque lettre est ensuite codée par un nombre compris entre 0 et 25 suivant son ordre dans l alphabet (A 00, B 02, etc.). On obtient une suite de nombres P1, P2, P3, P4... On chiffre ensuite le bloc de deux nombres PP 12 par le bloc C 1 C 2 de la manière suivante : a b P on effectue le calcul matriciel c d 1 ; P2 en remplaçant chaque coordonnée du vecteur obtenu par son reste dans la C 1 division euclidienne par 26, on obtient C2. On procède de la même façon avec le bloc P P Le texte sera chiffré par le texte où les nombres C1C2C3C4... sont remplacés par les lettres correspondant à leur rang dans l alphabet. Exemple Prenons a = 3, b = 5, c = 6 et d = 17 et chiffrons le texte MATHEMATIQUE. Compléter le tableau suivant : Lettre M A T H E M A T I Q U E Rang P i 12 0

2 a) Le premier bloc est (12 0). Indiquer les autres blocs. b) Chiffrons ce bloc. C 1 Écrivons «C2 = (mod 26)» pour C1 = (mod 26) C2 = (mod 26) C1 = 10 On a alors :. C2 = 20 De la même façon, chiffrer les blocs suivants et compléter le tableau suivant : Rang C i Lettre K U 2. Principe du déchiffrement Le rang PP 12 P3P4... de chaque lettre du texte clair est obtenu par le calcul matriciel suivant : P 1 1 a b C1 «(mod 26). P2 = c d» C2 1 a b On sait calculer la matrice c d. Cette égalité «(mod 26)» signifie que l on doit donc chercher, si elle existe, une matrice à coefficients entiers dont le produit matriciel avec a b c d nous donne «modulo 26», la matrice I 2. Prenons un exemple. Calculer à l'aide d'une écriture utilisant des entiers. a) Compléter la table de multiplication par 21 modulo 26 ci-dessous : (mod 26) 21 11= (mod 26) 21 1= (mod 26) = (mod 26) 21 2 = (mod 26) = (mod 26) 21 3 = (mod 26) = (mod 26) 21 4 = (mod 26) = (mod 26) 21 5 = (mod 26) = (mod 26) 21 6 = (mod 26) = (mod 26) 21 7 = (mod 26) = (mod 26) 21 8 = (mod 26) = (mod26) 21 9 = (mod 26) = (mod 26) = (mod 26)

3 b) En déduire «un inverse de 21 modulo 26» (c est-à-dire un entier qui, multiplié par 21, est égal à 1 modulo 26 et une matrice « mod.» a) Compléter la deuxième ligne du tableau ci-dessous. Lettre chiffrée J W K T Rang C i 9 Rang P i 7 Lettre claire H P C1 b) En utilisant l égalité «5 26 P2 = 6 3 C2 (mod )», compléter la troisième ligne du tableau et déchiffrer le message JWKT. 3. À l aide du tableur pour chiffrer Préparer la feuille de calcul suivante : On utilise la fonction «=CODE» du tableur pour obtenir le code ASCII d une lettre puis on soustrait 65 pour obtenir son rang dans l alphabet. (Cf. Prérequis C de la séquence 1.) Compléter la ligne 5. Compléter les cellules B6 et C6. Compléter les cellules B7. On pourra utiliser la fonction «=MOD» du tableur. Compléter les cellules B8. On pourra utiliser la syntaxe «=CAR(B7+65)» pour obtenir : Copier-glisser les formules.

4 4. À l aide du tableur pour déchiffrer Sur la même feuille de calcul, ajouter les informations suivantes : Compléter la ligne 13. Calculer l inverse de 21 modulo 26. Pour cela, effectuer le produit modulo 26 de chacun des entiers de 1 à 25 par 21. Saisir en Q3 «= MOD(O3*$Q$1;26)» et copier-glisser jusqu en Q27. Retenir celui qui donne un produit égal à 1. Saisir en R3 «=SI(Q3=1;O3;»» )» et copier-glisser jusqu en R27. Afficher l inverse de 21 modulo 26 en faisant la somme des éléments de R3 à R27. Saisir en R28 «=SOMME(R3;R27)». On obtient : Compléter les cellules B14 et C14.

5 Compléter les cellules B15 puis B16. On obtient : Copier-glisser les formules. 5. Modification de la clé Modifier la feuille de calcul précédente en prenant successivement : a) a = 3, b = 9, c = 2 et d = 20. b) a = 7, b = 8, c = 4 et d = 6. c) a = 12, b = 8, c = 4 et d = 5. d) a = 10, b = 5, c = 3 et d = 5. En regardant dans chaque cas le nombre ad bc, conjecturer une condition nécessaire pour que le calcul de l inverse modulo 26 soit possible et, ainsi, le déchiffrement du message. Activité 4 Combinaison linéaire Pour stocker des matériaux, une entreprise dispose au maximum de 9 petits conteneurs et de 6 grands conteneurs. Un petit conteneur peut contenir 10 m 3 de matériaux et un grand 15 m 3. L entreprise veut stocker 120 m 3. On note x le nombre de petits conteneurs nécessaires et y celui de grands. Justifier que x et y vérifient le système suivant : x 0 x 9 y 0 y 6 2 y x

6 Représenter dans un repère la zone du plan définie par le système ci-dessus. Donner la liste de toutes les solutions possibles pour l entreprise. Quelle est celle qui nécessite le moins de conteneurs? C Cours 1. Définition Définition 2 Entiers premiers entre eux Soit a et b deux entiers relatifs non nuls. Les entiers a et b sont premiers entre eux lorsque PGCD (a, b) = 1. Remarque Il ne faut pas confondre nombres premiers et nombres premiers entre eux. Propriété 7 Soit a et b deux entiers relatifs non nuls. On note PGCD (a, b) = d et a et b les entiers tels que a = da et b = db. Alors on a PGCD (a, b ) = 1. Démonstration Supposons que PGCD( a, b ) = d 1, alors a = d a et b = d b où a et b sont des entiers. Par conséquent, a = dd a et b = dd b et ainsi dd (qui est strictement supérieur à d) est un diviseur de a et de b, ce qui contredit PGCD (a, b) = d. Donc PGCD (a, b ) = Théorème de Bézout a) Le théorème Point historique Étienne Bézout ( ) Bézout est d une famille de magistrats de Nemours. La lecture d Euler décide Bézout à ne pas suivre la voie familiale ; ses premiers mémoires de mathématiques lui donnent accès à l Académie des sciences en C est en 1763 que la carrière de Bézout prend une nouvelle orientation. Bézout est chargé par le duc de Choiseul d être l examinateur des Gardes du pavillon et de la marine. Le poste est important : il décide de la carrière de nombreux

7 jeunes militaires. Il est lucratif : Bézout écrit son propre cours de mathématiques en 6 volumes (arithmétique, géométrie et trigonométrie, algèbre, mécanique, applications de la mécanique, traité de navigation). En 1768, Bézout accroît son influence en devenant examinateur des élèves de l artillerie. Il écrit un nouveau Cours complet de mathématiques à l usage de la marine et de l artillerie, qui aura un succès considérable. Napoléon Bonaparte a connu les livres de Bézout quand il était élève à l école de Brienne. Il continuait à les étudier dans son exil de Sainte-Hélène. Cned, revue Diagonales Théorème Théorème de Bézout Soit a et b deux entiers relatifs non nuls. On a PGCD (a, b) = 1 si, et seulement si, il existe deux entiers relatifs u et v tels que au + bv = 1. Remarque Démonstration La relation au + bv = 1 est appelée relation de Bézout. On rappelle que toute partie non vide de Nadmet un plus petit élément. Supposons que PGCD (a, b) = 1. Considérons l ensemble E des entiers naturels non nuls s écrivant sous la forme au + bv où U et V sont des entiers relatifs. L ensemble E est une partie non vide de N, il possède donc un plus petit élément. Notons n 0 le plus petit élément de E, n 0 est de la forme n0 = au+ bv. La division euclidienne de a par n 0 donne : a= n0 q+ r = ( au+ bv) q+ r avec 0 r < n 0. On a donc r = a ( au+ bv) q = a( 1 u) + b( vq) donc r est de la forme au + bv. Si r 0, comme r < n 0 et que r est de la forme au + bv, r est un élément de E strictement plus petit que n 0. Il y a contradiction, on en déduit que r = 0. Donc n 0 divise a. De la même façon, n 0 divise b. L entier n 0 est donc un entier naturel diviseur commun à a et à b. Ces entiers sont premiers entre eux donc n 0 = 1 et, ainsi, il existe des entiers relatifs u et v tels que 1= au + bv. Réciproque Supposons qu il existe des entiers u et v tels que au + bv = 1. Si d est le PGCD de a et b, il divise a et b donc d divise au + bv soit d divise 1. Ainsi d = 1 (car d est positif). On a donc PGCD (a, b) = 1, c est-à-dire que a et b sont premiers entre eux.

8 Point méthode Exemple 2 Solution Déterminer les coefficients de la relation de Bézout Par tâtonnements! Soit a = 4 et b = 7. Trouver trois couples (u, v) tels que au + bv = 1. On cherche un multiple de 4 et un multiple de 7 qui diffèrent de 1. On a 4 2= 8 et 7 1= 7donc 2 4+ ( 1) 7= 1. Ainsi, u = 2 et v = 1 conviennent. On a 4 9 = 36 et 7 5 = 35 donc 9 4+ ( 5) 7= 1. Ainsi, u = 9 et v = 5 conviennent. On a 4 5 = 20 et 7 3 = 21 donc = 1. Ainsi, u = 5 et v = 3 conviennent. Remarque Exemple 3 Solution Le couple (u, v) n est pas unique. À l aide d un algorithme En utilisant l algorithme d Euclide, démontrer que 392 et 33 sont premiers entre eux. En déduire deux entiers relatifs u et v tels que 392u + 33v = 1. On écrit les divisions euclidiennes successives de l algorithme d Euclide : 392 = = donc PGCD(392, 33) = 1 et, ainsi, 392 et 33 sont 29 = premiers entre eux. 4= // Pour déterminer u et v, on écrit chaque reste en repartant de la fin : 29 = donc 1= , 33 = donc 4= , 392 = donc 29 = ; puis on reporte chaque reste : 1= ; on remplace 4 : 1= 29 7 ( ) = ; on remplace 29 : 1= 8 ( ) 7 33 = Ainsi, 1= donc u = 8 et v = 95 conviennent.

9 b) Coefficients de la relation de Bézout et TICE Soit a et b deux entiers relatifs non nuls premiers entre eux avec a > b. On souhaite écrire un algorithme donnant un couple d entiers relatifs (u ; v) tels que au + bv = 1. Langage naturel Entrées a ; b Initialisation u prend la valeur 1, v prend la valeur 0 Traitement Tant que b >0 x prend la valeur 0, y prend la valeur 1 c prend la valeur 0, d prend la valeur 0 Fin du Tant que q prend la valeur Partie Entière (a / b) ; r prend la valeur a bq ; c prend la valeur u ; d prend la valeur v ; u prend la valeur x ; v prend la valeur y ; x prend la valeur c xq ; y prend la valeur d yq ; a prend la valeur b ; b prend la valeur r ; Sortie Afficher a, u et v

10 Calculatrice Texas Instrument Casio Exemple : 3. Théorème de Gauss a) Théorème de Gauss Point historique Karl Friedrich Gauss ( ) Gauss naît dans une famille très pauvre à Brunswick [en Allemagne] à 150 kilomètres de Hambourg. Il aimait à raconter des histoires de son enfance à ses

11 proches. Il avait appris à lire et compter seul vers 3 ans, questionnant les adultes autour de lui. À 7 ans, il est remarqué par son instituteur pour avoir calculé instantanément la somme des nombres de 1 à 100, expliquant qu il suffisait de grouper les nombres en 50 paquets de somme 101 : 100+1, 99+2, 98+3, etc. Il a la chance de rencontrer un jeune mathématicien qui le guide (il a une dizaine d années) dans ses premières lectures mathématiques. Le soutien financier du duc de Brunswick lui permet de continuer ses études. Les découvertes de Gauss en arithmétique se succèdent alors rapidement et Gauss publie (il a 24 ans) en 1801 ses Recherches arithmétiques (en latin). Il est impossible de décrire l ensemble de l œuvre de Gauss. Toute sa vie, Gauss poursuivra ses travaux théoriques et pratiques en mathématiques (géométrie des surfaces, arithmétique, analyse numérique), en astronomie, en statistique (loi normale et courbe en cloche), en topographie (cartographie de Hanovre), en physique et géologie (magnétisme), en économie, etc. Dans tous ces domaines, la contribution de Gauss est exceptionnelle et c est à juste titre qu on l a appelé Prince des mathématiciens. Cned, revue Diagonales Théorème 2 Théorème de Gauss Soit a, b et c des entiers. Si a divise le produit bc et si a est premier avec b alors a divise c. Démonstration Si a est premier avec b, d après le théorème de Bézout, il existe des entiers relatifs u et v tels que au + bv = 1. En multipliant par c, on obtient : acu + cbv = c. Or, a divise acu et, comme a divise bc, a divise bcu. Ainsi, a divise acu + cbv c est-à-dire a divise c. Conséquences Si deux entiers a et b premiers entre eux divisent un entier c, alors ab divise c. Si un nombre premier p divise un produit ab, alors p divise a ou p divise b. Démonstration Comme c est divisible par a et b, il existe des entiers k et k tels que c = ka = k b. Comme a divise c, a divise k b. Comme a et b sont premiers entre eux, d après le théorème de Gauss, a divise k, donc il existe un entier n tel que k = na. On en déduit que c = k b = nab, donc que c est divisible par ab. Soit un nombre premier p divisant un produit ab. Si p divise a, la propriété est démontrée.

12 Si p ne divise pas a, alors p et a sont premiers entre eux. Comme p divise le produit ab, d après le théorème de Gauss, p divise b. b) Applications Résolution d équations diophantiennes Une équation diophantienne est une équation dont les coefficients sont des nombres entiers et dont les solutions recherchées sont également entières. Équation du type ax = by d inconnues x et y appartenant à Z Exemple 4 Solution Exemple 5 Solution Déterminer les entiers x et y tels que 4x = 3y. L entier 4 divise 3y et 4 est premier avec 3. D après le théorème de Gauss, 4 divise y. Ainsi, il existe un entier k tel que y = 4k. On a donc 4x = 3 4k d où x = 3k. Réciproquement, si x = 3k et y = 4k, 4x = 4 3k = 12k et 3y = 3 4k = 12k donc on a bien 4x = 3y. Les solutions de cette équation sont les couples (3k ; 4k) avec k Z. Équation du type ax + by = c d inconnues x et y appartenant à Z Déterminer les entiers x et y tels que 2x + 3y = 1. Déterminer les entiers x et y tels que 2x + 3y = 5. ( ) On remarque que 2 ( 1) + 3 1= 1 donc le couple 1; 1 est solution de cette équation. De plus, 2x + 3y = 1 équivaut à 2x + 3y = 2 ( 1) équivaut à 2( x + 1) = 3( y + 1). Supposons que (x ; y) soit solution de 2x + 3y = 1 alors 3 divise 2( x + 1). Comme 3 est premier avec 2, d après le théorème de Gauss, 3 divise (x + 1). Donc il existe un entier k tel que x + 1 = 3k soit x = 1+ 3 k. En reportant la valeur de x dans 2( x + 1) = 3( y + 1), on obtient 2 3k = 3( y + 1)soit y + 1= 2 k,soit y = 1 2 k. Réciproquement, si x = 1+ 3 k et y = 1 2 k, 2x + 3y = 2( 1+ 3k) + 31 ( 2k) = 2+ 6k + 3 6k on a bien 2x + 3y = 1. ( ) Z Les solutions de cette équation sont les couples + 1 3k ; 1 2k avec k. Comme 2 ( 1) + 3 1= 1,en multipliant par 5 on a : 2 ( 5) + 3 5= 5, donc le couple ( 5 ; 5) est solution de cette équation. De plus, 2x + 3y = 5 équivaut à 2x + 3y = 2 ( 5) équivaut à 2( x + 5) = 3( y + 5).

13 Supposons que (x ; y) soit solution de 2x + 3y = 5 alors 3 divise 2( x + 5). Comme 3 est premier avec 2, d après le théorème de Gauss, 3 divise (x + 5). Donc il existe un entier k tel que x + 5 = 3k soit x = 5+ 3 k. En reportant la valeur de x dans 2( x + 5) = 3( y + 5), on obtient 2 3k = 3( y + 5)soit y + 5= 2 k ou encore y = 5 2 k. Réciproquement, si x = 5+ 3 k et y = 5 2 k, 2x + 3y = 2( 5+ 3k) + 3( 5 2k) = k k on a bien 2x + 3y = 5. ( ) Les solutions de cette équation sont les couples 5+ 3k ; 5 2k avec k Z. Remarquons que l on aurait aussi pu raisonner comme au 1 en remarquant que (1 ; 1) était solution de cette équation diophantienne. Point historique Petit théorème de Fermat Pierre de Fermat Il a vécu de 1601 à Originaire de la région de Toulouse, il a une brillante carrière de magistrat dans cette ville. Cela lui laisse peu de temps pour faire, en amateur, des recherches en mathématiques. La vie scientifique commence à s animer en France dans les années 1630 sous l impulsion du Père Mersenne qui écrit inlassablement aux uns et aux autres pour les informer de leurs recherches respectives. C est ainsi que Fermat prend contact avec les autres grands scientifiques de son époque : Descartes, Desargues, Pascal. Dans tous les domaines qu il étudie, il apporte des contributions importantes : il participe à la fondation des calculs différentiel et intégral en donnant, par exemple, une méthode nouvelle de recherche de maxima et minima et en 1654, un échange célèbre de lettres avec Blaise Pascal est à l origine du calcul des probabilités. Mais il est un domaine où personne n est capable de rivaliser avec Pierre de Fermat, c est celui de l arithmétique. Les questions qu il pose sont profondes et d une très grande difficulté. Il donnera heureusement, en 1659, un aperçu de ses méthodes. L un des problèmes que s est posé Fermat a une histoire extraordinaire : montrer qu un entier strictement positif qui est une puissance n-ième d entier ne peut être, pour n > 2, une somme de deux puissances n-ièmes d entiers strictement positifs, autrement dit, l équation a n + b n = c n n admet pas de solution en nombres entiers strictement positifs. Ce problème, Fermat a cru l avoir résolu, mais on en doute, tellement les mathématiciens des siècles suivants ont «séché» dessus. Ce n était pas toujours en pure perte, car de belles théories, utiles pour les mathématiques, ont été construites pour essayer de le résoudre. Mais le problème résistait toujours. Dans les années , le problème de Fermat a été réinterprété : on a montré que ce serait une conséquence d une propriété très générale. C est en que le mathématicien anglais Andrew Wiles a démontré cette propriété. Du coup, le théorème de Fermat était enfin prouvé. Pour une fois,

14 tous les journaux ont parlé de mathématiques. Ce théorème a un énoncé d une grande simplicité, compréhensible par tout lycéen. A-t-il un intérêt pratique? Pour le moment aucun, mais les mathématiques qu il a contribué à développer en ont certainement un! Cned, revue Diagonales Le théorème suivant n est pas une connaissance exigible du programme. Théorème 3 Soit n un entier. p 1 Si p est un nombre premier ne divisant pas n, alors n 1[ p]. Corollaire p Si p est un entier naturel premier et n est un entier naturel alors n n [ p ]. Démonstration La démonstration du théorème et de son corollaire font l objet de l exercice I. D Exercice 6 Exercices d apprentissage Les nombres suivants sont-ils premiers entre eux? 171 et et Exercice 7 Déterminer les entiers x et y tels que 55x = 9y. Déterminer les entiers x et y tels que 21x = 56y. Exercice 8 Déterminer les entiers x et y tels que 11x + 31y = 1. Déterminer les entiers x et y tels que 11x + 31y = 78. Exercice 9 Exercice 10 7 À l aide du petit théorème de Fermat, montrer que, pour tout entier n, n n est divisible par 21. On se propose de déterminer l ensemble des entiers relatifs n vérifiant le système :. n 917 [ ] n 35 [ ]

15 Recherche d un élément de On désigne par (u ; v) un couple d entiers relatifs tel que 17 u + 5 v = 1. a) Justifier l existence d un tel couple (u ; v). b) On pose n0 = 3 17u+ 9 5v. Démontrer que n 0 appartient à. c) Donner un exemple d entier n 0 appartenant à. Caractérisation des éléments de a) Soit n un entier relatif appartenant à. Démontrer que n n0 085 [ ]. b) En déduire qu un entier relatif n appartient à si, et seulement si, il peut s écrire sous la forme n = k où k est un entier relatif. Application Zoé sait qu elle a entre 300 et 400 jetons. Si elle fait des tas de 17 jetons, il lui en reste 9. Si elle fait des tas de 5 jetons, il lui en reste 3. Combien a-t-elle de jetons? Exercice 11 Le but de l exercice est d étudier certaines propriétés de divisibilité de l entier n 4 1, lorsque n est un entier naturel. Démontrer que, pour tout entier naturel n, 4 n est congru à 1 modulo Prouver, à l aide du petit théorème de Fermat, que 4 1 est divisible par 29. Pour 1 n 4, déterminer le reste de la division de 4 n par 17. En déduire 4k que, pour tout entier k, le nombre 4 1 est divisible par 17. n Pour quels entiers naturels n le nombre 4 1 est-il divisible par 5? À l aide des questions précédentes, déterminer quatre diviseurs premiers de

PGCD ET NOMBRES PREMIERS

PGCD ET NOMBRES PREMIERS PGCD ET NOMBRES PREMIERS Cours Terminale S 1. Plus grand commun diviseur de deux entiers Tous les diviseurs de 36 sont : 1, 2, 3, 4, 6, 9, 12, 18, 36 Tous les diviseurs de 48 sont : 1, 2, 3, 4, 6, 8, 12,

Plus en détail

Séquence 3. Arithmétique et problèmes de codages (suite) Sommaire

Séquence 3. Arithmétique et problèmes de codages (suite) Sommaire Séquence 3 Arithmétique et problèmes de codages (suite) Sommaire 1. Prérequis 2. Plus grand commun diviseur (PGCD) 3. Entiers premiers entre eux 4. Retour sur les nombres premiers et application au chiffrement

Plus en détail

Cours : Théorème de Bézout. Théorème de Gauss. Ainsi, au moins l un des deux nombres a ou b est non nul, par exemple a.

Cours : Théorème de Bézout. Théorème de Gauss. Ainsi, au moins l un des deux nombres a ou b est non nul, par exemple a. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître l identité et le théorème de Bézout. savoir calculer les coefficients de Bézout par «descente» ou par remontée de l algorithme d Euclide.

Plus en détail

Problème. A 1. a) On effectue la division euclidienne de 41 par tous ,1 ; donc le plus grand premier à utiliser est 19.

Problème. A 1. a) On effectue la division euclidienne de 41 par tous ,1 ; donc le plus grand premier à utiliser est 19. CHAPITRE 3 Les nombres premiers SÉQUENCE 1 Les nombres premiers (page 76) RÉSOLUTION DE PROBLÈMES Problème 1 A 1. Conjecture possible : le produit des nombres associés aux extrémités est égal à l ordonnée

Plus en détail

Terminale S Spécialité Cours : PGCD - Théorème de Bézout. Théorème de Gauss.

Terminale S Spécialité Cours : PGCD - Théorème de Bézout. Théorème de Gauss. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître l identité et le théorème de Bézout. savoir calculer les coefficients de Bézout par «descente» ou par remontée de l algorithme d Euclide.

Plus en détail

pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications

pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications 7 pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications Le théorème de division euclidienne et les sous-groupes de (Z, +) sont supposés connus. Pour tout entier relatif n, on note : nz = {n q q Z} l ensemble

Plus en détail

Arithmétique. 1 Divisibilité dans Z

Arithmétique. 1 Divisibilité dans Z 1 Divisibilité dans Z 1.1 Généralités Définition 1 : Soit m et n deux entiers relatifs. On dit que n divise m (ou que n est un diviseur de m ou encore que m est un multiple de n) lorsqu il existe un entier

Plus en détail

PGCD : D Euclide à Bézout

PGCD : D Euclide à Bézout Chapitre 3 PGCD : D Euclide à Bézout 1 PGCD de deux entiers Activités 1 et 2 page 34 pour se rafraîchir la mémoire et découvrir quelques propriétés du PGCD. Considérons un entier relatif a. On notera D(a)

Plus en détail

PGCD et PPCM de deux entiers :

PGCD et PPCM de deux entiers : PGCD et PPCM de deux entiers : Table des matières I Plus grand commun diviseur de deux entiers :................................ 1 II Détermination du PGCD par l algorithme d Euclide............................

Plus en détail

Définition Soient a et b deux entiers non tous nuls. Le plus grand diviseur commun à a et b est le PGCD de a et b. On le note PGCD (a ; b) ou a b.

Définition Soient a et b deux entiers non tous nuls. Le plus grand diviseur commun à a et b est le PGCD de a et b. On le note PGCD (a ; b) ou a b. PGCD de deux entiers naturels Diviseurs communs à deux entiers naturels Soient a et b deux entiers naturels non tous les deux nuls. L ensemble des diviseurs communs à a et b est une partie de Z non vide

Plus en détail

Deux éléments quelconques de Z sont comparables (l ordre est total). C est-à-dire que pour n, m dans Z on a soit n m soit m n.

Deux éléments quelconques de Z sont comparables (l ordre est total). C est-à-dire que pour n, m dans Z on a soit n m soit m n. 6 Arithmétique dans Z 6.1 L anneau Z des entiers relatifs On désigne par Z l ensemble des entiers relatifs, soit : Z = {, n,, 2, 1, 0, 1, 2,, n, }. On note Z l ensemble Z privé de 0. On rappelle que l

Plus en détail

Équations diophantiennes du premier degré

Équations diophantiennes du premier degré du premier degré Z, auctore 3 octobre 2007 Résumé Soient a, b, c trois entiers. Résoudre l équation diophantienne ax + by = c. consiste à déteminer toutes les paires de nombres entiers x et y qui en sont

Plus en détail

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 6. Arithmétique dans Z

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 6. Arithmétique dans Z Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 6 Arithmétique dans Z 1 Divisibilité, division euclidienne Exercice 1 Combien 15! admet-il de diviseurs? Exercice 2 Trouver le reste de la division par 13

Plus en détail

1 Exercices à savoir faire

1 Exercices à savoir faire Licence 1 Mathématiques 2008 2009 Algébre et Arithmétique 1 Feuille n 4 : Nombres premiers 1 Exercices à savoir faire Exercice 1 Effectuer sans calculatrice la division euclidienne de 66227 par 13. Exercice

Plus en détail

Exo7. Arithmétique dans Z. 1 Divisibilité, division euclidienne

Exo7. Arithmétique dans Z. 1 Divisibilité, division euclidienne Exo7 Arithmétique dans Z 1 Divisibilité, division euclidienne Exercice 1 Sachant que l on a 96842 = 256 375+842, déterminer, sans faire la division, le reste de la division du nombre 96842 par chacun des

Plus en détail

ARITHMETIQUE. I/ Divisibilité dans Z :

ARITHMETIQUE. I/ Divisibilité dans Z : ARITHMETIQUE I/ Divisibilité dans Z : Définition : Soit a et b deux entiers relatifs. On dit que a est un multiple de b s il existe un entier relatif k tel que a=k.b Si de plus b 0, alors on dit aussi

Plus en détail

La division euclidienne est la division avec reste des entiers naturels. On rappelle ce qui la caractérise.

La division euclidienne est la division avec reste des entiers naturels. On rappelle ce qui la caractérise. Chapitre 1 Arithmétique Ce texte est une liste d exercices avec un résumé succinct des principaux résultats et définitions du cours. Il ne remplace donc pas le cours! Pour le contenu du chapitre Arithmétique,

Plus en détail

EXERCICES D ARITHMÉTIQUE

EXERCICES D ARITHMÉTIQUE 101. 1. n désigne un entier naturel. a. Vérifier que, pour n = 15, le reste de la division euclidienne de (n + 2) 3 par n 2 est égal à 12n + 8. b. Déterminer tous les entiers n pour lesquels cette propriété

Plus en détail

Ex 1 : Montrer que pour tout entier naturel n, 9 divise 10 n 1. En déduire que pour tout entier naturel n, 9 ne divise pas 10 n + 1.

Ex 1 : Montrer que pour tout entier naturel n, 9 divise 10 n 1. En déduire que pour tout entier naturel n, 9 ne divise pas 10 n + 1. Fiches méthodes arithmétique Comment traiter un problème de divisibilité? Méthode : Pour les problèmes de divisibilité dans N ou dans Z, on se ramène à la définition de la divisibilité : b divise a signifie

Plus en détail

CAPES session 2015 Épreuve 2. Problème n o 1

CAPES session 2015 Épreuve 2. Problème n o 1 CAPES session 2015 Épreuve 2 Problème n o 1 A. P. M. E. P. Problème n o 1 Notations On note N l ensemble des entiers naturels, N l ensemble des entiers naturels non nuls et Z l ensemble des entiers relatifs.

Plus en détail

Chapitre III : PGCD, Théorème de Bézout, Théorème de Gauss

Chapitre III : PGCD, Théorème de Bézout, Théorème de Gauss Terminale S (Spécialité) Chapitre III : PGCD, Théorème de Bézout, Théorème de Gauss Année scolaire 2015/2016 I) PGCD de deux entiers naturels : 1) Définition : Soient a et b, deux entiers naturels non

Plus en détail

Partie A : Plus Grand Commun Diviseur / Théorème de Bachet-Bézout / Théorème de Gauss

Partie A : Plus Grand Commun Diviseur / Théorème de Bachet-Bézout / Théorème de Gauss Partie A : Plus Grand Commun Diviseur / Théorème de Bach-Bézout / Théorème de Gauss I Le Plus Grand Commun Diviseur 1 / Diviseurs communs à deux entiers : a) Problème de pavage On veut paver une pièce

Plus en détail

grand commun diviseur (PGCD)

grand commun diviseur (PGCD) 2 Plus A grand commun diviseur (PGCD) Objectifs du chapitre À travers des problèmes de pavages, nous allons revoir la notion de PGCD déjà vue en classe de troisième. B Pour débuter Activité 1 Carrelage

Plus en détail

( ) 2 = n( n 3 + 2n) +1. ( ) 2 et ( n 3 + 2n) sont premiers entre eux.

( ) 2 = n( n 3 + 2n) +1. ( ) 2 et ( n 3 + 2n) sont premiers entre eux. Exercices : PGCD et nombres entiers premiers entre eux Exercice 1 Si on divise 4294 et 3521 par un même entier positif, on obtient respectivement 10 et 11 comme reste. Quel est cet entier? Exercice 2 Les

Plus en détail

Synthèse de cours PanaMaths Divisibilité et congruences

Synthèse de cours PanaMaths Divisibilité et congruences Synthèse de cours PanaMaths Divisibilité et congruences Rappelons que, sans plus de précision, «nombre entier» désigne un élément de. Division euclidienne Diviseurs Soit a et b deux nombres entiers. On

Plus en détail

Divisibilité, nombres premiers, division euclidienne et congruences

Divisibilité, nombres premiers, division euclidienne et congruences 1 Divisibilité, nombres premiers, division euclidienne et congruences DIVISIBILITÉ DANS Z Définition Soient a et b deux entiers relatifs On dit que a divise b (ou que a est un diviseur de b, ou que b est

Plus en détail

Arithmétique. Divisibilité dans Z. 1) Diviseurs et multiples

Arithmétique. Divisibilité dans Z. 1) Diviseurs et multiples Arithmétique I Divisibilité dans Z 1) Diviseurs et multiples Exercice 1 : trouver tous les diviseurs des nombres 20, 36, 80, 120, 150, 157, 185, 230, 700, 1440 et 2048 Exercice 2 : un nombre entier est

Plus en détail

Chapitre 2 - PGCD et PPCM

Chapitre 2 - PGCD et PPCM Chapitre 2 - PGCD et PPCM Dans ce chapitre, lorsque nous parlerons de diviseur, cela signifiera diviseur positif. 1 Plus grand commun diviseur : PGCD 1.1 Définition du plus grand commun diviseur Soit a

Plus en détail

Feuille 5 : Arithmétique

Feuille 5 : Arithmétique Université Claude Bernard Lyon Semestre d automne 206-207 UE Fondamentaux des Mathématiques I Feuille 5 : Arithmétique Exercice Montrer que pour tout n 2 N :. n(n + )(n + 2)(n + 3) est divisible par 24,

Plus en détail

2 Plus grand commun diviseur

2 Plus grand commun diviseur 2 Plus grand commun diviseur PGCD DE DEUX ENTIERS NATURELS Définition Soit deux nombres entiers naturels a et b non nuls. Un nombre entier naturel δ qui divise chacun de ces nombres est appelé diviseur

Plus en détail

PGCD ET PPCM. Par convention, dans ce paragraphe, lorsque l on parlera de diviseurs d un entier naturel, il s agira toujours des diviseurs positifs.

PGCD ET PPCM. Par convention, dans ce paragraphe, lorsque l on parlera de diviseurs d un entier naturel, il s agira toujours des diviseurs positifs. PGCD ET PPCM I. Plus grand commun diviseur Par convention, dans ce paragraphe, lorsque l on parlera de diviseurs d un entier naturel, il s agira toujours des diviseurs positifs. 1. Diviseurs communs à

Plus en détail

Divisibilité Division euclidienne Nombres premiers Théorème fondamental PGCD Congruences - entiers modulo n. Arithmétique

Divisibilité Division euclidienne Nombres premiers Théorème fondamental PGCD Congruences - entiers modulo n. Arithmétique 1/52 Divisibilité Division euclidienne Nombres premiers Théorème fondamental PGCD Congruences - entiers modulo n Arithmétique Partie 2 : Arithmétique modulaire Laurent Debize Ingésup 2/52 Divisibilité

Plus en détail

Congruences. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices

Congruences. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices DOMAINE : Arithmétique AUTEUR : Nicolas SÉGARRA NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 014 CONTENU : Cours et exercices Congruences Commençons par trois exercices permettant de rappeler ce qui a été vu

Plus en détail

PGCD et PPCM Thms de BEZOUT, GAUSS et FERMAT

PGCD et PPCM Thms de BEZOUT, GAUSS et FERMAT PGCD et PPCM Thms de BEZOUT, GAUSS et FERMAT I PGCD Définition 1 Soient a et b deux entiers non nuls. Le plus grand commun diviseur de a est b, noté (a, b) ou a b, est l entier positif d qui satisfait

Plus en détail

Multiples. Division euclidienne. Congruence

Multiples. Division euclidienne. Congruence DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 septembre 2014 à 12:26 Multiples. Division euclidienne. Congruence Table des matières 1 Avant propos 2 2 Multiples et diviseurs dans Z 2 2.1 Déition.................................

Plus en détail

Premier cours : division euclidienne sur Z et K[X]

Premier cours : division euclidienne sur Z et K[X] Premier cours : division euclidienne sur Z et K[X] Avant de donner la définition formelle d anneau, notion qui sera l objet principal de ce cours, on révise deux exemples importants : l ensemble Z des

Plus en détail

Cours de Terminale S - Spécialité /PGCD et nombres premiers entre eux. E. Dostal

Cours de Terminale S - Spécialité /PGCD et nombres premiers entre eux. E. Dostal Cours de Terminale S - Spécialité /PGCD et nombres premiers entre eux E. Dostal juin 2015 Table des matières 3 PGCD et entiers premiers entre eux 2 3.1 PGCD de deux entiers......................................

Plus en détail

Arithmétique modulaire pour la cryptographie

Arithmétique modulaire pour la cryptographie Université de Limoges, XLIM-DMI, 123, Av. Albert Thomas 87060 Limoges Cedex France 05.55.45.73.10 pierre-louis.cayrel@xlim.fr Licence professionnelle Administrateur de Réseaux et de Bases de Données IUT

Plus en détail

Division euclidienne dans Z

Division euclidienne dans Z 23 Division euclidienne dans Z 23.1 L anneau Z des entiers relatifs On désigne par Z l ensemble des entiers relatifs, soit : Z {, n,, 2, 1, 0, 1, 2,, n, }. On note Z l ensemble Z privé de 0. On rappelle

Plus en détail

( ) ; 8!, donc 4 est un diviseur de 32. ( )( n +1) ; n 1! donc si n 1, alors n +1est un

( ) ; 8!, donc 4 est un diviseur de 32. ( )( n +1) ; n 1! donc si n 1, alors n +1est un I. Divisibilité dans Z Activité 1 1. Définition Soit a, b et c trois nombres entiers relatifs non nuls. On dit que b divise a, si et seulement si, il existe un entier relatif k tel que a = kb. On dit aussi

Plus en détail

PGCD - PPCM Théorèmes de Bézout et de Gauss

PGCD - PPCM Théorèmes de Bézout et de Gauss DERNIÈRE IMPRESSION LE 15 juillet 2016 à 11:11 PGCD - PPCM Théorèmes de Bézout et de Gauss Table des matières 1 Plus grand commun diviseur 2 1.1 Définition................................. 2 1.2 Nombres

Plus en détail

ARITHMETIQUE. Exercice 4 :

ARITHMETIQUE. Exercice 4 : ARITHMETIQUE Exercice 1 : Étant donnés cinq nombres entiers consécutifs, on trouve toujours parmi eux (vrai ou faux et pourquoi) : 1. au moins deux multiples de 2. 2. au plus trois nombres pairs. 3. au

Plus en détail

PGCD et PPCM 1 PGCD Définitions Propriétés ROC Algorithme d Euclide Méthode Algorithme...

PGCD et PPCM 1 PGCD Définitions Propriétés ROC Algorithme d Euclide Méthode Algorithme... PGCD et PPCM Table des matières 1 PGCD 2 1.1 Définitions.................................................... 2 1.2 Propriétés ROC................................................ 2 1.3 Algorithme d Euclide..............................................

Plus en détail

Sylvain ETIENNE 2003\2004 PLC1 Exposé 11

Sylvain ETIENNE 2003\2004 PLC1 Exposé 11 Sylvain ETIENNE 00\004 etiennesy@wanadoofr PGCD ET PPCM DE DEUX ENTIERS NATURELS NOMBRES PREMIERS ENTRE EUX APPLICATIONS L EXPOSE POURRA ETRE ILLUSTRE PAR UN OU DES EXEMPLES FAISANT APPEL A L UTILISATION

Plus en détail

1 Le problème. 2 Conjecture sur tableur. 3 Démonstration. 4 Amélioration d une feuille de calcul

1 Le problème. 2 Conjecture sur tableur. 3 Démonstration. 4 Amélioration d une feuille de calcul Le paragraphe 4 et la généralisation concernent les élèves suivant la spécialité. Adaptation de l exercice 95 page 91 du livre hyperbole spécialité TS (édition 2002). 1 Le problème On dispose de pièces

Plus en détail

ÉQUATIONS DIOPHANTIENNES MODULO N

ÉQUATIONS DIOPHANTIENNES MODULO N ÉQUATIONS DIOPHANTIENNES MODULO N Igor Kortchemski - Rappels de cours - Pour résoudre des équations diophantiennes, on a souvent recours à des congruences en considérant l équation modulo N. Mais quel

Plus en détail

PGCD - PPCM. Exemple 2 On a vu dans le chapitre précédent pgcd(2, 3) = 1 et pgcd(10, 25) = 5.

PGCD - PPCM. Exemple 2 On a vu dans le chapitre précédent pgcd(2, 3) = 1 et pgcd(10, 25) = 5. PGCD - PPCM 1 Plus grand diviseur commun de deux entiers 1.1 Définition - Exemples Définition 1 Soient a et b deux éléments de Z. az+bz est un sous-groupe de Z donc il existe δ N tel que az + bz = δz.

Plus en détail

1 Arithmétique : nombres premiers et division euclidienne

1 Arithmétique : nombres premiers et division euclidienne 1 Arithmétique : nombres premiers et division euclidienne 1. MULTIPLES ET DIVISEURS D'UN ENTIER 1.1. Définition Soit a et b deux entiers relatifs. Dire que b divise a signifie qu'il existe un entier relatif

Plus en détail

On considère l'application T dans le plan qui, à un point M(x ; y), associe le point M ' (x' ; y') définie par le { ( 2)+1=3 , M 3 1 2= 1.

On considère l'application T dans le plan qui, à un point M(x ; y), associe le point M ' (x' ; y') définie par le { ( 2)+1=3 , M 3 1 2= 1. Classe: TS spé Maths Bac blanc spécialité jeudi 7 février 04 Partie I- Matrices et systèmes. Le plan est muni d'un repère orthonormal (O; u, v. On considère l'application T dans le plan qui, à un point

Plus en détail

Multiples. Division euclidienne Congruence Algorithme

Multiples. Division euclidienne Congruence Algorithme dernière impression le 15 septembre 2014 à 10:52 Multiples. Division euclidienne Congruence Algorithme Multiples et diviseurs Exercice 1 Dresser la listes des diviseurs de : 150 et 230 Exercice 2 Déterminer

Plus en détail

DIVISIBILITÉ ET CONGRUENCES

DIVISIBILITÉ ET CONGRUENCES DIVISIBILITÉ ET CONGRUENCES Cours Terminale S 1. Divisibilité dans Z 1) Multiples et diviseurs d un entier relatif a) Définition Définition 1 : Soient a et b deux entiers. On dit que a divise b si, et

Plus en détail

PGCD ET NOMBRES PREMIERS

PGCD ET NOMBRES PREMIERS 1 PGCD ET NOMBRES PREMIERS I. PGCD de deux entiers 1) Définition et propriétés Vidéo https://youtu.be/sc2ipy27ym0 Tous les diviseurs de 60 sont : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 10, 12, 15, 20, 30, 60 Tous les diviseurs

Plus en détail

Exercices d arithmétiques

Exercices d arithmétiques Exercices d arithmétiques 18 janvier 2014 Exercice 1. 1. Montrer que si n est somme des carrés de deux entiers consécutifs alors 2n 1 est le carré d un entier. 2. Montrer que si 2n 1 est le carré d un

Plus en détail

Divisibilité et congruences

Divisibilité et congruences CHAPITRE Divisibilité et congruences SÉQUENCE Divisibilité et division euclidienne (page 8) RÉSOLUTION DE PROBLÈMES Problème A. a) Le numéro du premier samedi 0 est 7 ; celui du deuxième samedi est 4 ;

Plus en détail

FICHE DE RÉVISION DU BAC

FICHE DE RÉVISION DU BAC Introduction Pré-requis : Ensemble de nombres Plan du cours 1. Divisibilité dans Z 2. Congruence 3. Plus grand commun diviseur 1. Divisibilité dans Z Dans tout ce qui suit, on se place dans l ensemble

Plus en détail

Spécialité en terminale S

Spécialité en terminale S Spécialité en terminale S Contents 1 Arithmétique 2 1.1 Multiples et diviseurs............................................. 2 1.1.1 Cours................................................. 2 1.1.2 Exercices...............................................

Plus en détail

PGCD. d est le dernier reste non nul : d = pgcd (945 ; 882) = Les diviseurs de 63 sont : 1, 3, 7, 9, 21, 63. Problème

PGCD. d est le dernier reste non nul : d = pgcd (945 ; 882) = Les diviseurs de 63 sont : 1, 3, 7, 9, 21, 63. Problème CHAPITRE 2 PGCD Théorème de Bézout Théorème de Gauss SÉQUENCE 1 PGCD de deux entiers naturels (page 40) RÉSOLUTION DE PROBLÈMES Problème 1 1. 945 = 882 + et 882 = 14. Donc PGCD (945 ; 882) = car d doit

Plus en détail

> 1 ère partie : > 2 e partie : Nombres premiers dans. Congruence dans. Séquence 3 MA03. Cned Académie en ligne

> 1 ère partie : > 2 e partie : Nombres premiers dans. Congruence dans. Séquence 3 MA03. Cned Académie en ligne > 1 ère partie : Nombres premiers dans > 2 e partie : Congruence dans 1 Partie 1 : Nombres premiers dans Chapitre 1 > Définition et propriétés... A AB Définition Propriétés Chapitre 2 > Méthode de recherche

Plus en détail

COURS ARITHMÉTIQUE Site MathsTICE de Adama Traoré Lycée Technique Bamako

COURS ARITHMÉTIQUE Site MathsTICE de Adama Traoré Lycée Technique Bamako COURS ARITHMÉTIQUE Site MathsTICE de Adama Traoré Lycée Technique Bamako Ensemble N des entiers naturels I Propriétés de N: - Propriétés de l addition dans N: L opération est une loi de composition interne

Plus en détail

Exercices d arithmétique

Exercices d arithmétique DOMAINE : Arithmétique AUTEUR : Vincent JUGÉ NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2013 CONTENU : Exercices Exercices d arithmétique - Énoncé des exercices - Exercice 1 (Algorithme d Euclide) Soit a et

Plus en détail

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z Le Chiffrement de S. Hill (Lester S. Hill (1891-1961)) Le chiffrement de Hill est un chiffrement polygraphique, c est-à-dire que l on ne (dé)chiffre pas les lettres les une après les autres, mais par paquets,

Plus en détail

Master Enseignement Mathématiques

Master Enseignement Mathématiques Master Enseignement Mathématiques Eric Edo Leçons d Arithmétique à l oral du CAPES. Il y a cinq leçons d arithmétique à l oral du CAPES : L12. Multiples, diviseurs, division euclidienne. L13. PGCD, PPCM

Plus en détail

TERMINALE S DIVISIBILITÉ ET NOMBRES PREMIERS. I Divisibilité dans Z. Mathématiques, enseignement de spécialité

TERMINALE S DIVISIBILITÉ ET NOMBRES PREMIERS. I Divisibilité dans Z. Mathématiques, enseignement de spécialité TERMINALE S Mathématiques, enseignement de spécialité DIVISIBILITÉ ET NOMBRES PREMIERS I Divisibilité dans Z 1 Division euclidienne dans Z. Soient a un nombre entier relatif et b un entier naturel non

Plus en détail

PGCD - PPCM. 1 Plus grand diviseur commun de deux entiers. 1.1 Dé nition - Exemples

PGCD - PPCM. 1 Plus grand diviseur commun de deux entiers. 1.1 Dé nition - Exemples 1 PGCD - PPCM 1 Plus grand diviseur commun de deux entiers 1.1 Dé nition - Exemples Dé nition 1 Soient a et b deux élément de Z. az + bz est un sous-groupe de Z donc il existe 2 N tel que az + bz = Z.

Plus en détail

Arithmétique (2) Multiples ; diviseurs ; PGCD ; PPCM. 1 ère L Option. 5 ) Liste de tous les diviseurs d un entier naturel

Arithmétique (2) Multiples ; diviseurs ; PGCD ; PPCM. 1 ère L Option. 5 ) Liste de tous les diviseurs d un entier naturel 1 ère L Option I. Multiples et diviseurs 1 ) Définition Arithmétique (2) Multiples ; diviseurs ; PGCD ; PPCM 5 ) Liste de tous les diviseurs d un entier naturel Question : Trouver tous les diviseurs d'un

Plus en détail

Spécialité Terminale S IE4 Bézout - Fermat S

Spécialité Terminale S IE4 Bézout - Fermat S Spécialité Terminale S IE4 Bézout - Fermat S1 2011-2012 1) Soit p V, p premier. 2) a) Montrer que pour tout n W, n 13 n est divisible par 546. 1) On considère l équation (E) dans W² : 8x + 5y = 1 a) Donner

Plus en détail

Divisibilité. La divisibilite dans Z pour 4è annee

Divisibilité. La divisibilite dans Z pour 4è annee Divisibilité : Divisibilité La divisibilite dans Z pour 4è annee Dans ce module d introduction à l arithmétique, retour sur les notions connues depuis le collège que sont la division euclidienne, les nombres

Plus en détail

1 Divisibilité dans Z

1 Divisibilité dans Z 1 Divisibilité dans Z Soient a et b deux entiers avec b 0. On dit que b divise a, ou que b est un diviseur de a, s il existe un entier q tel que a = b q. Si b divise a, on écrit b a; dans le cas contraire,

Plus en détail

Olympiades Françaises de Mathématiques Envoi Numéro 3 Corrigé

Olympiades Françaises de Mathématiques Envoi Numéro 3 Corrigé Olympiades Françaises de Mathématiques 2012-2013 Envoi Numéro 3 Corrigé 1 Exercices Juniors Exercice 1. On appelle diviseur propre d un entier n un diviseur positif de n qui est différent de 1 et de n.

Plus en détail

Leçon n 14 : Multiples, diviseurs, division euclidienne

Leçon n 14 : Multiples, diviseurs, division euclidienne Leçon n 14 : Multiples, diviseurs, division euclidienne (En bleu : ce qui n'est pas projeté) Introduction / Programmes - Ces notions d'arithmétiques sont introduites dès l'école primaire, où les élèves

Plus en détail

Polynômes et fractions rationnelles

Polynômes et fractions rationnelles Polynômes et fractions rationnelles Exercice 1. Factoriser dans [ ] et dans [ ] le polynôme Allez à : Correction exercice 1 Exercice 2. Soit Factoriser dans [ ], puis dans [ ] et enfin dans [ ] Allez à

Plus en détail

Exercice 2 ( 5 points ) Réservé aux candidats ayant suivi l enseignement de spécialité

Exercice 2 ( 5 points ) Réservé aux candidats ayant suivi l enseignement de spécialité Exercice 2 ( 5 points ) Réservé aux candidats ayant suivi l enseignement de spécialité Soit a et b deux entiers naturels non nuls; on appelle réseau associé aux entiers a et b l'ensemble des points du

Plus en détail

Chapitre 1. Arithmétique

Chapitre 1. Arithmétique Chapitre 1. Arithmétique 1. Raisonnement par récurrence 1.1 Principe Il s agit d un raisonnement inductif, c est-à-dire un raisonnement visant à produire des connaissances par des conclusions plus générales

Plus en détail

Equations diophantiennes

Equations diophantiennes DOMAINE : Arithmétique NIVEAU : Intermédiaires CONTENU : Exercices AUTEUR : François LO JACOMO STAGE : Cachan 20 (junior) Equations diophantiennes - Équations diophantiennes- Les équations diophantiennes

Plus en détail

Index Antilles-Guyane TES-L spé 14 septembre 2012

Index Antilles-Guyane TES-L spé 14 septembre 2012 Index Antilles-Guyane TES-L spé 14 septembre 2012... 1 108 page 113 Comment payer avec deux billets... 4 109 page 113 codage exponentiel... 9 Antilles-Guyane TES-L spé 14 septembre 2012 La qualité de la

Plus en détail

La division euclidienne

La division euclidienne DOCUMENT 2 La division euclidienne La division euclidienne joue un role central en arithmétique. Comme c est l un des tous premiers résultats que l on démontre, il est important de savoir exactement ce

Plus en détail

Arithmétique. Partie 3 : Introduction à la cryptologie. Laurent Debize. Lexique Les deux types de cryptographie Théorèmes Application à la cryptologie

Arithmétique. Partie 3 : Introduction à la cryptologie. Laurent Debize. Lexique Les deux types de cryptographie Théorèmes Application à la cryptologie 1/36 Lexique Les deux types de cryptographie Théorèmes Application à la cryptologie Arithmétique Partie 3 : Introduction à la cryptologie Laurent Debize Ingésup 2/36 Lexique Les deux types de cryptographie

Plus en détail

Étude de N et Z ( Spécialité Maths) Terminale S

Étude de N et Z ( Spécialité Maths) Terminale S Étude de N et Z ( Spécialité Maths) Terminale S Dernière mise à jour : Jeudi 22 Novembre 2007 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 2007-2008) Lycée Stendhal, Grenoble ( Document

Plus en détail

Nombres premiers. Résolution de problèmes

Nombres premiers. Résolution de problèmes Nombres premiers Résolution de problèmes 1 Le nombre de diviseurs positifs d un entier 1. Non : 4 a 3 diviseurs et 5 n en a que. 1 a un seul diviseur. 60, 7, 84, 90 et 96 ont 1 diviseurs.. a. Ils sont

Plus en détail

Multiples et diviseurs

Multiples et diviseurs TS spé Multiples et diviseurs I. Divisibilité 1 ) Définition Plan du chapitre : I. Divisibilité II. Ensemble des diviseurs d un entier III. Exercices d application de la définition IV. Parité d un entier

Plus en détail

Suites. 1 Notion de matrice-vocabulaire Exemple d utilisation Définitions et vocabulaire... 2

Suites. 1 Notion de matrice-vocabulaire Exemple d utilisation Définitions et vocabulaire... 2 Table des matières 1 Notion de matrice-vocabulaire 1 1.1 Exemple d utilisation......................................... 1 1.2 Définitions et vocabulaire...................................... 2 2 Multiplication

Plus en détail

CHAPITRE 1 : L ensemble Z=nZ

CHAPITRE 1 : L ensemble Z=nZ CHAPITRE 1 : L ensemble Z=nZ Dans tout ce chapitre, n désigne un entier supérieur ou égal à 2. I Dé nitions. Dé nition I.1 Soit a et b deux entiers relatifs. On dit que a est congru à b modulo n si a de

Plus en détail

Module M33 : Arithmétique et Compléments d Algèbre

Module M33 : Arithmétique et Compléments d Algèbre L2 Maths-Info Université Evry Val d Essonne Module M33 : Arithmétique et Compléments d Algèbre 2016-2017 TD d Arithmétique 1 Divisibilité Exercice 1. Faire la liste de tous les diviseurs positifs de 12.

Plus en détail

Objectifs du chapitre

Objectifs du chapitre 4 Congruence A dans Objectifs du chapitre Nous allons étudier la notion de congruence dans Z qui sera utilisée dans des problèmes de codage. B Pour débuter Activité 3 Le er janvier 202 était un dimanche.

Plus en détail

DOSSIER N 88. Présenter un choix d exercices sur le thème suivant :

DOSSIER N 88. Présenter un choix d exercices sur le thème suivant : DOSSIER N 88 Question : Présenter un choix d exercices sur le thème suivant : Exemples de problèmes conduisant à la résolution, pour u et v entiers relatifs, d équations du type au + bv = k, où a, b et

Plus en détail

ARITHMETIQUE L.KAYRIDINE JANOURA. MR : AMMAR BOUAJILA GSM : éme MATHS SERIE N 13

ARITHMETIQUE L.KAYRIDINE JANOURA. MR : AMMAR BOUAJILA GSM : éme MATHS SERIE N 13 L.KAYRIDINE JANOURA ARITHMETIQUE MR : AMMAR BOUAJILA GSM :92 741 567 4 éme MATHS SERIE N 13 EXERCICE 1 On se propose de montrer qu il existe une infinité de nombres premiers de la forme 4k +3. On raisonne

Plus en détail

LFA / Terminale S SPÉCIALITÉ MATHS Mme MAINGUY. Les nombres contenus dans ce tableau sont appelés les coefficients de la matrice.

LFA / Terminale S SPÉCIALITÉ MATHS Mme MAINGUY. Les nombres contenus dans ce tableau sont appelés les coefficients de la matrice. Les matrices chapitre 2 : calcul matriciel I / Définitions Soit n et p deux entiers naturels non nuls Une matrice n p (on dit aussi de format n ; p ( ) est un tableau de nombres réels à n lignes et p colonnes

Plus en détail

I. Divisibilité dans Z

I. Divisibilité dans Z 1 I. Divisibilité dans Z Définition : Soit a et b deux entiers relatifs. a divise b s'il existe un entier relatif k tel que b = ka. On dit également : - a est un diviseur de b, - b est divisible par a,

Plus en détail

S7. Autour des MULTIPLES ET DIVISEURS

S7. Autour des MULTIPLES ET DIVISEURS CRPE S7. Autour des MULTIPLES ET DIVISEURS Mise en route A. Vrai ou faux? Tout multiple de 3 est multiple de 9. Un nombre divisible par 4 est divisible par 2. Un nombre divisible par 2 est divisible par

Plus en détail

EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE

EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE Igor Kortchemski N.B. Certains exercices utilisent le théorème Lifting the exponent (LTE). - Rappels de cours - On considère a Z et n 1 des entiers premiers entre

Plus en détail

LEÇON N 12 : Multiples, diviseurs, division euclidienne.

LEÇON N 12 : Multiples, diviseurs, division euclidienne. LEÇON N 12 :. Pré-requis : Z est bien ordonné et archimédien ; Toute partie non vide et minorée (respectivement majorée) de Z possède un plus petit (repectivement grand) élément ; Notions de groupes, sous-groupes

Plus en détail

Baccalauréat S Asie juin 2006

Baccalauréat S Asie juin 2006 Baccalauréat S Asie juin 2006 EXERCICE 1 4 points ( Le plan complexe est muni d un repère orthonormal direct O, u, v (unité graphique : 2 cm. On rappelle que pour tout vecteur w non nul, d affixe z, on

Plus en détail

Puissances n-ieme d une matrice. Application aux systèmes linéaires. x + 2y = 6 Exemple : soit à résoudre le système linéaire ( )

Puissances n-ieme d une matrice. Application aux systèmes linéaires. x + 2y = 6 Exemple : soit à résoudre le système linéaire ( ) II Application aux systèmes linéaires { x + 2y = 6 Exemple : soit à résoudre le système linéaire où x et y sont les inconnues x + 2y = 5 x 6 On forme ensuite les matrices suivantes : A =, X = et B = Donc

Plus en détail

L essentiel du cours 2013/2014 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence. Sommaire

L essentiel du cours 2013/2014 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence. Sommaire L essentiel du cours 2013/2014 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence Sommaire 1. Arithmétique 2 1.1. Division euclidienne......................... 2 1.2. Congruences.............................

Plus en détail

Type bac janvier Corrigé

Type bac janvier Corrigé Exercice (Métropole 24) Commun à tous les élèves Type bac janvier 27 - Corrigé Partie A ) L image de par la fonction f est : f () +e. Le point d abscisse sur la courbe C, représentative de la fonction

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2011 SPÉCIALITÉ MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 9 ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2011 SPÉCIALITÉ MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 9 ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 011 MATHÉMATIQUES Série S Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 9 ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformément à

Plus en détail

EXERCICES D ARITHMÉTIQUE

EXERCICES D ARITHMÉTIQUE 1. On note D(a) l'ensemble des diviseurs positifs de l'entier a. a) Déterminer l'ensemble des diviseurs positifs de 60, puis l'ensemble des diviseurs positifs de 11. Déterminer ensuite l'intersection de

Plus en détail

Quelques exercices d arithmétique (divisibilité, division euclidienne)

Quelques exercices d arithmétique (divisibilité, division euclidienne) Quelques exercices d arithmétique (divisibilité, division euclidienne) Exercise.1 Si on divise 4 294 et 3 521 par un même entier positif on obtient respectivement pour restes 10 et 11. Quel est ce nombre?

Plus en détail

Groupes finis et arithmétique basique. Si p, q sont deux entiers relatifs, on note p q le pgcd de p et q et p q le ppcm de p et q.

Groupes finis et arithmétique basique. Si p, q sont deux entiers relatifs, on note p q le pgcd de p et q et p q le ppcm de p et q. Groupes finis et arithmétique basique Énoncé Si p, q sont deux entiers relatifs, on note p q le pgcd de p et q et p q le ppcm de p et q. I Les nombres de Fermat On appelle nombre de Fermat tout entier

Plus en détail

Exercices sur la division euclidienne

Exercices sur la division euclidienne TS spé Exercices sur la division euclidienne On rédigera une phrase sur le modèle suivant : D après la calculatrice, on peut conjecturer que pour n..., le reste de la division euclidienne de 7n 15 par

Plus en détail