Professeur Lounes MEDJEK

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Professeur Lounes MEDJEK"

Transcription

1 Le Bulletin du Mars 2007 n 12 Professeur Lounes MEDJEK 1

2 A/ INTRODUCTION L accident vasculaire cérébral (A.V.C) est défini comme un «déficit neurologique soudain d origine vasculaire». Sous le nom d accidents vasculaires cérébraux on a l habitude de regrouper : - d une part des accidents ischémiques aigus. - d autre part des accidents hémorragiques dont nous excluons de cette rubrique les hémorragies sous arachnoïdiennes. Il est utile d adjoindre à ce groupe les accidents ischémiques transitoires (A.I.T) qui posent des problèmes d explorations identiques. Les accidents vasculaires cérébraux représentent l une des principales causes de morbidité et la troisième cause de mortalité dans le monde, y compris dans notre pays (allongement de l espérance de vie). Il faut savoir que 10 à 20% des patients victimes d ischémies cérébrales meurent au cours des deux premiers mois d évolution alors que seulement 20 à 30% guérissent sans séquelles. Le pronostic des hémorragies intra cérébrales est encore beaucoup plus sombre ; 50% des patients atteints meurent au cours du premier mois d évolution. Explorer les accidents vasculaires cérébraux revient à répondre à plusieurs questions : - la symptomatologie neurologique est-elle en rapport avec une affection vasculaire? - s agit-il d un infarctus ou d une hémorragie? - quelle est la localisation de la lésion encéphalique, quel est son stade évolutif et quel est son pronostic? - quelle est la localisation et quelle est la nature de la lésion responsable de l accident vasculaire : intra crânienne, extra crânienne ou cardiaque? - Quelles sont les possibilités thérapeutiques, médicales (par voie générale ou locale endovasculaire), chirurgicales, curatives, préventives et pour un patient donné quel est le meilleur traitement? Pour répondre à ces questions nous disposons de la clinique, des dosages biologiques, de l examen Doppler, de la tomodensitométrie ( scanner X ), de l imagerie par résonance magnétique ( I.R.M ) et des explorations cardiaques : exploration du faisceau de Hiss et enregistrement continu de l électrocardiogramme, échocardiographie, IRM et CT cardiaques. Il est inutile et souvent déraisonnable de pratiquer tous ces examens à un même patient. Il est donc important de connaître la valeur informationnelle de chacun de ces examens pour ensuite proposer une stratégie d exploration suffisamment souple pour s adapter à chaque cas particulier. B/ EFFICACITE DES DIFFERENTS EXAMENS DANS LES ACCIDENTS ISCHEMIQUES CONSTITUES. B-I/. La clinique et la biologie La clinique est déterminante pour affirmer l origine vasculaire de l accident, par contre elle ne peut pas dans la majorité des cas faire la différence entre ischémie et hémorragie. La clinique affirme dans la majorité des cas la localisation, qui est sus tentorielle dans 80% des cas. L association clinique et biologie est essentielle pour préciser les facteurs de risques : hypertension artérielle, artériosclérose, pathologie cardiaque, diabète, obésité, tabagisme, éthylisme, prise de contraceptifs. Par contre, les performances de la clinique et de la biologie sont mauvaises pour prévoir le volume lésionnel, le territoire vasculaire et le mécanisme. B-II/. L exploration Doppler C est un examen atraumatique qui est réalisé à l aide d un appareil permettant la réalisation d un examen échographique associé à un Doppler pulsé en mode couleur. L exploration des troncs supra aortiques affirme l occlusion ou la sténose serrée des artères carotidiennes internes et des artères vertébrales. S il est incapable de différencier efficacement occlusion complète et sténose très serrée, il est par contre très fiable pour affirmer l aspect normal des axes carotidiens. 2

3 Fig 1 : Doppler mode couleur de la Bifurcation carotidienne Fig 2 : spectre normal de l artère carotide interne portion cervicale L écho Doppler trans crânien permet non seulement de visualiser les vaisseaux, mais aussi d enregistrer leur spectre pour déceler les anomalies hémodynamiques des artères sylviennes et cérébrales antérieures particulièrement leur segment A1. Dans une moindre mesure, il permet aussi d explorer les segments du polygone de Willis. Fig 3 :Spectre normal de l artère sylvienne Fig 4 : Spectre d une sténose de l artère carotide Doppler couleur transcrânien interne à 90% B-III/. La tomodensitométrie Le scanner est à réaliser sans délai. Son objectif premier est d éliminer la présence d une hémorragie afin d instaurer une thérapeutique aux antis coagulants et aux thrombolytiques. B-III-1/. A la phase aigue (au stade d œdème cytotoxique). Dans les premières heures qui suivent la survenue d une ischémie cérébrale, il peut se révéler normal comme il peut objectiver des signes précoces d infarcissement de la phase d œdème cytotoxique avant la destruction de la barrière hémato-encéphalique ; les lésions retrouvées sont : - une dédifférenciation substance blanche / substance grise au niveau de l insula entraînant une perte du ruban insulaire avec un effacement du noyau lenticulaire. - une hyperdensité unilatérale qui couvre plusieurs millimètres dans le premier segment ou le deuxième segment de l artère sylvienne. 3

4 Fig 5 : Ischémie au stade du début Hyperdensité de l artère sylvienne Fig 6 : effacement des noyaux gris centraux. - une hypodensité d un infarctus territorial - des hypodensités anciennes en rapport avec des infarctus déjà constitués ou de lésions de démyélinisation d origine vasculaire (lésions de leucoaraiose). - L angio-scanner cérébral, permet à ce stade, de montrer la thrombose artérielle responsable de l ischémie par l injection de produit de contraste iodé et les reconstructions en MIP. - B-III-2/.A la phase subaiguë (stade d œdème vasogènique) entre la 24 ème et 72 ème heure L examen tomodensitométrique peut-être soit un deuxième scanner qui permet d affirmer le diagnostic d infarctus cérébral ou d un premier scanner différé.les lésions retrouvées sont : - une hypodensité nette qui correspond à l œdème vasogénique entraînant un effet de masse avec une distribution qui correspond à un territoire vasculaire précis. - à un stade plus tardif, l injection de produit de contraste iodé entraîne un rehaussement de densité soit de type gyriforme soulignant le cortex ou une prise de contraste homogène de toute la surface de l hypodensité dans les infarctus profonds. - l angioscanner après injection peut explorer les vaisseaux endocrâniens à la recherche d une thrombose ou sténose des artères cérébrales. Il peut aussi explorer les troncs supra aortiques à la recherche d une sténose serrée ou d une thrombose des vaisseaux cervicaux à destination intra crânienne. A B En A : Angio scanner intra crânien du polygone de Willis par reconstruction en MIP En B : Angio scanner intra cranien du polygone de Willis par reconstruction surfacique En C : Angio scanner des troncs supra aortiques par reconstruction en volume rendering C Fig 7 ; Angio scanner intra crânien et des TSA. 4

5 B-IV/. L imagerie par résonance magnétique L Imagerie par Résonance Magnétique (I.R.M) est la technique de choix pour l exploration des accidents vasculaires cérébraux. Elle est quelques fois difficile à réaliser car les patients sont en général peut coopérants ou sous ventilation assistée. L IRM permet : - une plus grande sensibilité pour visualiser dans les trois premières heures la lésion grâce aux séquences de diffusion et perfusion. - la meilleure concordance entre les observateurs pour apprécier la lésion et son étendue. - la meilleure distinction entre les lésions aigues et les lésions anciennes ou séquellaires. - la meilleure approche de l étiologie. - l outil essentiel pour l appréciation de l étendue des lésions, du choix de la thérapeutique et de l efficacité du traitement. - B-IV-1/. L IRM à la phase aigue Les modifications du signal dues à l augmentation de l eau dans les tissus atteints, apparaissent après la huitième heure, cependant un effet de masse peut être visible avant toute modification parenchymateuse. On peut constater à ce stade les lésions suivantes : - la disparition de l hyposignal intra vasculaire dû au flux qui peut être observé dans les premières heures suivant l occlusion vasculaire. - en séquence FLAIR (ou séquences de suppression d eau) qui est une séquence où l eau libre (le liquide céphalo-rachidien) est visible sous la forme d hyposignal. ; cette séquence permet aussi de mieux visualiser les lésions ischémiques de signal hyper intense et de siège sous cortical et péri ventriculaire. La séquence en pondération T1 est inutile avant la 16 ème heure, mais elle peut montrer les pétéchies hémorragiques dans la zone d infarctus dès la 24 ème heure. Au stade aigue l imagerie de diffusion et de perfusion (qui sont indissociables) sont indispensables. Elles permettent le diagnostic des accidents vasculaires cérébraux dans les premières heures et évaluent la zone de pénombre qui peut être sauvée par une thérapeutique adaptée. L association avec une Angio-MR est indispensable pour bien analyser les possibilités d une thrombose intra artérielle. L intérêt clinique de l imagerie de diffusion et de perfusion à la phase aigue est : - d améliorer le diagnostic de l ischémie hyper aigue avant la 6 ème heure. - d affiner la compréhension des mécanismes physiopathologique de l ischémie. - D être un outil d évaluation de l efficacité des agents thrombolytiques. - A ce stade de l ischémie, l Angio-MR a l avantage de permettre une étude globale, morphologique et fonctionnelle des vaisseaux cervico-encéphaliques, cette étude pouvant être de surcroît concomitante avec celle de l encéphale (permettant sur une même vue, une étude du polygone de willis, des segments M1 et M2 des artères sylviennes ainsi que les segments A1 des artères cérébrales postérieures péricalleuses, du tronc basilaire et cérébrales postérieures ). L Angio-MR permet avec d excellentes sensibilités et spécificité, le diagnostic des sténoses chirurgicales et occlusions de l artère carotide interne. En revanche, elle est moins spécifique lorsque les vaisseaux à étudier sont de petite taille. 5

6 Fig 8 : IRM de diffusion et de perfusion, image de zone de pénombre qui peut Sauvé par traitement thrombolytique Fig. 9 : A gauche scanner normal À droite IRM de diffusion montre la Zone d ischémie en hyper signal Fig. 10 : intérêt de l IRM de diffusion et de l angio-mr Fig 11 :Angio-MR des trons supra Fig 12 : angio-mr des vaisseaux Aortiques et des sylviennes intra crâniens en 3DTOF 6

7 A B C Fig 13: Angio-MR ; en A et B sténose carotidienne, en C thrombose de l artère carotide primitive B-IV-2/. L IRM à la phase subaiguë - la zone d ischémie apparaît en hyposignal en pondération T1 et en hyper signal en pondération T2 ou en séquence FLAIR avec une meilleure appréciation de la topographie de la lésion. - on peut visualiser le caractère hémorragique de l ischémie beaucoup mieux qu au scanner. - l extension de la destruction de la barrière hémato-encéphalique est bien appréciée par l injection intra veineuse de chélate de gadolinium. B-V /. L angiographie numérisée Elle n est pratiquée que dans le contexte d un geste à visée thérapeutique (fibrinolyse, dilatation ou mise en place d une endoprothèse) et dans les rares cas de diagnostic étiologique pour le bilan lésionnel des artériopathies inflammatoires. C/. LES DIFFERENTS TYPES D ISCHEMIES On peut les classer selon la topographie, l étendue ou l étiologie. C-I/. Les infarctus territoriaux Ils représentent un territoire carotidien précis dont le plus souvent atteint est celui de l artère sylvienne ( 55 à 75 % des cas ). Ces infarctus sont dus essentiellement à une athérosclérose et les embolies d origine cardiaque. Dans ce cas l Angioscanner ou mieux l Angio-MR objectivent le vaisseau obstrué. Fig 14 : infarctus territorial Fig 15 : infarctus jonctionnels C-II/. Les infarctus jonctionnels 7

8 Ce sont des ischémies qui siégent entre deux territoires vasculaires adjacents.ces lésions sont causées par une hypo perfusion globale ou focale secondaire à une insuffisance cardiaque ou à des lésions carotidiennes sténosantes lorsque le réseau de suppléance est insuffisant. Les zones sous corticales sont les plus sensibles à l hypo perfusion. C-III/. Les infarctus lacunaires Il y a plusieurs types d infarctus lacunaires : - les infarctus lacunaires de type I qui sont des petits infarctus anciens, secondaires à l occlusion d une artère perforante par lipo hyalinose, embolie ou athérosclérose. Ces infarctus siègent préférentiellement dans les noyaux gris centraux, la substance blanche des centres ovales et la protubérance annulaire. - les lacunes de type II secondaires à de petites hémorragies par rupture de micro anévrisme de Charcot et Bouchard. - les lacunes de type III correspondant à des dilatations des espaces péri vasculaires de Vircho- Robin. C-IV/. La leucoaraïose C est des hypodensités au scanner ou des plages de signal hyper intenses en pondération T2 en IRM dont les contours sont mal définis, attribuées à l épaississement fibrohyalin des vaisseaux perforants de la substance blanche secondaire à une hyper tension artérielle, un diabète ou à un vieillissement physiologique. Fig. 16 : Infarctus lacunaires Fig. 17 : Lésions de leucoaraïose C-V/. Les infarctus veineux Ils ne siégent pas dans un territoire artériel. Ils sont souvent hémorragiques, de topographie corticale ou sous corticale, de caractère multifocal. Les signes directs d occlusion veineuse peuvent être visibles au scanner par les signes du delta ou de la corde ou en Angiocanner après injection intraveineuse de produit de contraste iodé. L IRM ou mieux l angio-mr veineuse permet une visualisation directe de la thrombose des sinus duraux. D/. STRATEGIE OPTIMALE D INVESTIGATION D UN AVC CONSTITUE Le diagnostic d accident vasculaire ischémique repose sur la détermination de plusieurs facteurs ; la nature, le volume, la localisation, le territoire vasculaire, les mécanismes et les facteurs étiologiques. D-I/. La nature de l AVC L exploration IRM permet : - le diagnostic différentiel entre les AVC ischémique et hémorragique. - avec la séquence FLAIR permet d éliminer une cause non vasculaire (exp. les métastases). - l IRM de diffusion le diagnostic très précoce (inférieur à une heure) de l œdème cytotoxique. - l Angio-MR permet d apprécier la perméabilité des vaisseaux intra crâniens. 8

9 L exploration tomodensitométrique permet : - d éliminer la présence d une hémorragie cérébrale - dans certains cas, il pose le diagnostic d ischémie au stade précoce. - D-II/. La localisation En termes de définition anatomique mais aussi en terme de territoire artériel, elle est mieux appréciée en IRM qu au scanner. Il existe actuellement une cartographie des territoires artériels cérébraux établie de façon à être directement adaptée aux images obtenues en IRM et au scanner. D-III/. Le territoire vasculaire Seul l IRM peut le démontrer grâce à l Angio-MR des vaisseaux intracrâniens. En effet l Angio-MR en 3 DTOF, permet de visualiser les vaisseaux thrombosés. A un moindre degré, le Doppler transcrânien complémentaire au scanner peut visualiser la thrombose si elle est proximale et située sur un gros vaisseau (artère sylvienne ou polygone de Willis). L Angio-scanner reste une méthode performante pour les vaisseaux intracrâniens et cervicaux sauf qu il est nécessaire d injecter par voie veineuse du produit de contraste iodé. Dans le cas où la sténose est extra crânienne, l Angio-MR et l Angio-scanner sont performants sauf que pour l Angio-scanner, la présence de calcifications rend la lecture difficile. L Angio-MR cervicale à l avantage de pouvoir explorer en même temps les vaisseaux intracrâniens de la base du crâne. D-IV/. Les mécanismes et les facteurs étiologiques L embolie cardiaque Les explorations biologiques (à la recherche d un infarctus du myocarde), l échocardiographie (qui peut visualiser le caillot sanguin intra-auriculaire) le Holter (pour les troubles du rythme cardiaque) et enfin l IRM cardiaque peuvent affirmer la nature emboligène de l ischémie. L athérome L échographie couplée au Doppler en mode couleur cervico-encéphalique est l examen de première intention, il permet de mesurer le degré de sténose artérielle. L angio-mr avec injection de chélate de gadolinium et/ou l Angio-scanner spiralé sont à effectuer en deuxième intention. Le couple échographie-doppler/angio-mr a d excellentes sensibilité et spécificité dans le diagnostic des sténoses athéromateuses supérieures à 70 %. La dissection carotidienne Le couple IRM/échograhie Doppler est la meilleure association pour faire le diagnostic. L échographie-doppler est l examen de première intention, il peut permettre le diagnostic, mais une échographie Doppler normale n élimine pas le diagnostic. L IRM des vaisseaux du cou et l angio-mr avec gadolinium ont une excellente sensibilité au diagnostic. A B C Fig. 18 : en A ischémie territoriale sylvienne, en B rétrécissement de la lumière de l artère carotide interne et en C angio-scanner, montrant un aspect de rétrécissement artériel en faveur d une dissection carotidienne. 9

10 En l absence de l IRM, l artériographie numérisée cérébrale et des vaisseaux du cou est à privilégier par rapport à l angioscanner (bien qu avec les multibarettes cette notion est à réviser). L angiographie permet de préciser certaines étiologies (dysplasie fibromusculaire) de la dissection et l existence d une éventuelle embolie. Angiopathies inflammatoires et autres artériopathies L IRM avec une séquence Angio-MR est l examen de première intention. Cependant, les rétrécissements des vaisseaux corticaux souvent distaux (de petits calibres) étant rarement visible en Angio-MR, le recours à l artériographie numérisée est nécessaire. Thrombose veineuse L IRM et angio-mr avec séquence de flux veineux est suffisante pour le diagnostic. L angio-scanner veineux encéphalique peut être proposé en l absence d IRM, sauf que dans ce cas on à recours à l injection intra veineuse de produit de contraste iodé. E/. LES ACCIDENTS ISCHEMIQUES TRANSITOIRES Les accidents ischémiques transitoires sont des épisodes de dysfonctionnement neurologique focalisé d installation brutale, régressant sans séquelle en moins de 24 heures (souvent en quelques minutes), et d origine ischémique. Les accidents ischémiques de courte durée (quelques minutes) ne s accompagnent en général pas d infarctus constitués au plan anatomique. Si par contre la symptomatologie a une durée supérieure à 4 heures, il est fréquent de trouver en IRM des petites lésions d infarctus. Les accidents ischémiques transitoires représentent 10 % des accidents vasculaires cérébraux et sont dans la majorité des cas secondaires à la migration de petits emboles dont l origine est artérielle (décollement d une plaque d athérome ulcérée) ou cardiaque. Il paraît important de préciser leur étiologie. En effet, le risque d accident définitif après un accident ischémique transitoire est de 3 à 4 fois plus élevé, tout particulièrement dans le premier mois qui suit l accident. Le diagnostic d accident ischémique transitoire impose de pratiquer un bilan étiologique poussé afin de mettre en œuvre le plus rapidement possible un traitement approprié. L Accident ischémique transitoire a donc une définition purement clinique qui ne préjuge en rien de l état anatomique. La clinique et la biologie précisent le territoire carotidien ou vertébro-basilaire et recherchent les facteurs de risques. Le diagnostic étiologique est confirmé à l examen tomodensitométrique qui en cas d accident ischémique transitoire authentique est toujours normal. Si l examen Doppler est normal, une étiologie cardiaque est recherchée de parti pris et le Holter et l échographie cardiaque ( trans thoracique ou mieux trans oesophagienne ) sont systématiquement pratiqués. Si le premier bilan cardiaque est normal une IRM associée à une Angio-MR cervico-céphalique est pratiquée. Si le Doppler montre une sténose serrée ou une occlusion carotidienne, un Angio-scanner ou mieux une Angio-MR des vaisseaux du cou sont nécessaires. Un bilan angiographique sera nécessaire si un doute persiste sur l aspect de la sténose (athérome ou artérite inflammatoire ). F/. ACCIDENTS HEMORRAGIQUES Les hémorragies intra cérébrales sont beaucoup moins fréquentes que les accidents ischémiques puisqu elles ne représentent 25 % de l ensemble des accidents vasculaires cérébraux. Le diagnostic de nature est assuré dans tous les cas par l examen tomodensitométrique, pratiqué sans injection intra veineuse de produit de contraste iodé. Le diagnostic étiologique est affirmé soit par un Angioscanner ou mieux un examen IRM de routine couplé à une Angio-MR en 3 DTOF, la séquence en écho de gradient T2, permet de dater l hématome (par l importance du dépôt d hémosidérine). Le plus souvent (dans 21 % des AVC) l hématome intra cérébral est dit «spontané». Il est alors secondaire à une hypertension artérielle et le plus souvent de localisation profonde. Dans cette forme, l IRM confirme le diagnostic et l Angio-MR ou l Angio-scanner ne sont d aucun apport diagnostic. 10

11 Fig. 19 : Hématome capsulaire Spontané Fig. 20 : Hématome provoqué par anévrisme Plus rarement (dans 4 % des AVC), l hémorragie est provoquée par la rupture d une malformation vasculaire ou est la conséquence d une étiologie rare (trouble de la coagulation, tumeur ayant saignée etc.). Ces étiologies seront soupçonnées lorsque le patient est jeune, non hypertendu, lorsque l hématome a un siège lobaire et surtout cortical. Dans ces deux cas, l Angio-scanner ou mieux l Angio-MR en 3DTOF sont indiqués pour mettre en évidence la malformation vasculaire. Dans certain cas, lorsque la malformation est masquée par la masse de l hématome, une angiographie est nécessaire. CONCLUSION Si les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques ne posent pas beaucoup de problème diagnostic et thérapeutique, le diagnostic d accident vasculaire ischémique est une course contre la montre. Pour une bonne prise en charge thérapeutique, il est absolument nécessaire de poser le diagnostic au stade aigue de l accident vasculaire ischémique afin d entreprendre une thérapeutique efficace et éviter aux patients des séquelles fonctionnelles importantes. Pour cela la stratégie la plus pertinentes consiste à choisir la technique la plus complète, pouvant établir en une seule exploration le diagnostic positif précoce (avant la destruction de la barrière hémato-encéphalique) et le diagnostic étiologique. A ce titre l examen de référence dont l efficacité atteint les 95% est l imagerie par résonance magnétique. Au stade sub aigue de l ischémie constituée, le couple tomodensitométrie et échographie Doppler (transcrânien ou cervical) a une bonne performance diagnostique (autour de 76 %). L angiographie n est utilisée que lorsqu on «envisage un traitement thrombolytique in situ. 11

) ))!! o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o Referral and patient transfer Emergency

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS LES AVC. PL CLOUET - Aurillac

APPORT DE L IRM DANS LES AVC. PL CLOUET - Aurillac APPORT DE L IRM DANS LES AVC PL CLOUET - Aurillac http://www.rxplc.net INTRODUCTION les accidents vasculaires cérébraux (AVC): 3 ème cause de mortalité et 1ère cause de handicap chronique. 140000 AVC par

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux

Accidents vasculaires cérébraux Accidents vasculaires cérébraux Introduction Problème de santé publique Entre 120 et 140 000 français par an Source de handicap Mortalité à 5 ans élevée Définition Atteinte du système nerveux central dont

Plus en détail

Imagerie des accidents vasculaires cérébraux hémorragiques

Imagerie des accidents vasculaires cérébraux hémorragiques Imagerie des accidents vasculaires cérébraux hémorragiques M Mahi*, A Akhaddar**, J El Fenni*, M Benameur*, S Chaouir*. *Services d Imagerie Médicale ** Service de neurochirurgie Hôpital Militaire d Instruction

Plus en détail

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3)

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) DEFINITION Hémorragie localisée aux espaces sous-arachnoïdiens du cerveau, et plus rarement aux espaces péri-médullaires. ETIOLOGIE fréquence : 5 habitants âge maximum

Plus en détail

LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX

LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX Erik BOQUET Page 1 04/02/2008 LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX (Docteur Erik BOQUET) 1 RAPPELS Le tissu nerveux est formé de cellules appelées neurones qui ont la particularité de ne pas se reproduire

Plus en détail

Utilisation des techniques d imagerie médicale dans le diagnostic étiologique des céphalées

Utilisation des techniques d imagerie médicale dans le diagnostic étiologique des céphalées Le Bulletin du 21/10/2009 www.a2l.dz Juillet 2006 n 8 Utilisation des techniques d imagerie médicale dans le diagnostic étiologique des céphalées Professeur Lounes MEDJEK Bulletin n 8 juillet 2006 2 Créé

Plus en détail

Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas. Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc

Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas. Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas I. Mimouni, S. Lezar, F. Essodegui, W. Zamiati, at A. Adil Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux AVC Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications Thérapeutique

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux : définitions L accident vasculaire cérébral () est un déficit neurologique de survenue soudaine

Plus en détail

Thérapeutiques interventionnelles en pathologie vasculaire cérébrale

Thérapeutiques interventionnelles en pathologie vasculaire cérébrale Thérapeutiques interventionnelles en pathologie vasculaire cérébrale D.U. de pathologie mini-invasive; Bordeaux, 8 mars 2011 Dr Jérôme Berge, Service de neuroradiologie diagnostique et thérapeutique, Hôpital

Plus en détail

IRM Angio-IRM Cas cliniques

IRM Angio-IRM Cas cliniques IRM Angio-IRM Cas cliniques Xavier Combaz Neuroradiologie diagnostique et Interventionnelle Hôpital de la Timone ! IRM Parenchyme Ischémie Pénombre Saignement Perfusion++ Bilan vasculaire ++ Agitation,

Plus en détail

Les urgences neurovasculaires

Les urgences neurovasculaires Les urgences neurovasculaires David LUIS Réanimation polyvalente CHU Jean Verdier, Bondy. david.luis@jvr.aphp.fr Généralités Classifications Organisation de la filière neurovasculaire Infarctus cérébraux

Plus en détail

133. Accidents vasculaires cérébraux

133. Accidents vasculaires cérébraux Sommaire 133. Accidents vasculaires cérébraux diagnostic, situations d urgence et prise en charge, attitude thérapeutique et suivi, prise en charge au long cours AVC ischémique phase aigue TDM sans injection

Plus en détail

AVC : Imagerie cérébrale: IRM

AVC : Imagerie cérébrale: IRM AVC : Imagerie cérébrale: IRM Séquence de diffusion (DWI): ischémie récente } Sensibilité élevée (83%) >>> TDM (16%) } Diagnostic précoce (dès 30 min ischémie) Les séquences diffusion... Ischémie = arrêt

Plus en détail

Voici l image en doppler pulsé au niveau de son artere vertébrale gauche :

Voici l image en doppler pulsé au niveau de son artere vertébrale gauche : Dr Priscille BOUVIER,Service de Cardiologie et Médecine vasculaire,chu NICE Patient de 47 ans, porteur d un double pontage coronaire avec greffons pediculés (Artère mamaire interne gauche- Artère Marginale

Plus en détail

Cas cliniques. AL Deloffre, AC Rey, AS Russel-Robillard Aggour M, FG Barral, C Boutet

Cas cliniques. AL Deloffre, AC Rey, AS Russel-Robillard Aggour M, FG Barral, C Boutet Cas cliniques AL Deloffre, AC Rey, AS Russel-Robillard Aggour M, FG Barral, C Boutet Cas n 1 Cas n 1 Homme de 62 ans, vient pour déficit hémicorporel droit brutal Cas n 1 Vous réalisez cette IRM à H1 :

Plus en détail

201. Évaluation de la gravité et recherche des complications précoces : chez un traumatisé cranio-facial

201. Évaluation de la gravité et recherche des complications précoces : chez un traumatisé cranio-facial Sommaire 201. Évaluation de la gravité et recherche des complications précoces : chez un traumatisé cranio-facial situations d urgence et prise en charge Imagerie Radiologie du crâne : non indiqué (+-plaie

Plus en détail

ASA/ACCF/AHA/AANS/ACR/ASNR /CNS/SAIP/SCAI/SNIS/SVM/SVS

ASA/ACCF/AHA/AANS/ACR/ASNR /CNS/SAIP/SCAI/SNIS/SVM/SVS ASA/ACCF/AHA/AANS/ACR/ASNR /CNS/SAIP/SCAI/SNIS/SVM/SVS Recommandations dans la prise en charge des patients présentant sténose carotidienne ou vertébrale extra crânienne. Recommandations pour écho-doppler

Plus en détail

Imagerie des artériopathies oblitérantes des membres inférieurs

Imagerie des artériopathies oblitérantes des membres inférieurs Imagerie des artériopathies oblitérantes des membres inférieurs M.MERNANI;EL.OURRAD;N.BOUBENDIR Service d imagerie médicale Hôpital central de l armée Mohamed Seghir NEKKACHE DEFINITION AOMI: lésions sténosantes

Plus en détail

Ischémie cérébrale : Quel bilan étiologique et dans quel délai?

Ischémie cérébrale : Quel bilan étiologique et dans quel délai? Ischémie cérébrale : Quel bilan étiologique et dans quel délai? SFR IDF Dec 2013 Julien Savatovsky F. Charbonneau, P. Roux, JC. Sadik, V. Macaigne*, M. Obadia**, F. Héran Service d Imagerie Médicale, Fondation

Plus en détail

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder Démarche diagnostique en IRM devant une lésion parenchymateuse cérébrale à composante kystique de l adulte E Meary, C Mellerio,O Naggara, M Petkova, MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder INTRODUCTION

Plus en détail

ANTONELLO LAGANA HERVE BARISEEL PIERRE-MICHEL GARCIA LIMITES ET PIEGES DES EXPLORATIONS VASCULAIRES

ANTONELLO LAGANA HERVE BARISEEL PIERRE-MICHEL GARCIA LIMITES ET PIEGES DES EXPLORATIONS VASCULAIRES ANTONELLO LAGANA HERVE BARISEEL PIERRE-MICHEL GARCIA LIMITES ET PIEGES DES EXPLORATIONS VASCULAIRES FEMME 48 ANS COIFFEUSE TABAGIQUE 30 années tabac FEVRIER 2012 BILAN DE CEPHALEES / TDM CEREBRAL INJECTE

Plus en détail

Suspicion de dissection: quel protocole en pratique? Séance SFR 12/12/13

Suspicion de dissection: quel protocole en pratique? Séance SFR 12/12/13 Suspicion de dissection: quel protocole en pratique? Séance SFR 12/12/13 Marc-Antoine Labeyrie, Antoine Guillonnet, Emmanuel Houdart Neuroradiologie Hôpital Lariboisière OBJECTFS Connaitre le protocole

Plus en détail

URGENCES HYPERTENSIVES

URGENCES HYPERTENSIVES Touggourt le 08 /01/2016 URGENCES HYPERTENSIVES Formation intensive en hypertensiologie Touggourt 24-25-26 Décembre 2015 07-08-09 Janvier 2016 Facebook: Docteurbenaouda INDICATIONS SPECIFIQUES Accident

Plus en détail

Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle survient au cours de la 2 ème décade de vie. L atteinte pédiatrique reste très rare.

Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle survient au cours de la 2 ème décade de vie. L atteinte pédiatrique reste très rare. La maladie de Takayasu est une artérite inflammatoire des vaisseaux de gros calibre qui atteint avec prédilection l aorte et ses principales branches. Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle

Plus en détail

Les accidents Vasculaires cérébraux

Les accidents Vasculaires cérébraux Les accidents Vasculaires cérébraux Notes sur le cours du Dr Abraham Le 04/11/2009 1 Table des matières 1 Dierentes formes 4 2 Examen clinique 4 3 Conduite du raisonnement clinique 6 3.1 Accident vasculaire?..............................

Plus en détail

085. Infection à VIH

085. Infection à VIH Sommaire 085. Infection à VIH information et conseils pour la prévention de la transmission sanguine et sexuelle, diagnostic, annonce d une sérologie, attitude thérapeutique et suivi Toxoplasmose cérébrale

Plus en détail

Autres lésions de la paroi

Autres lésions de la paroi Examen Ultrasonographique des Axes Artériels Cervico-Céphaliques Autres lésions de la paroi Les Carotides C Autres Lésions Michel Dauzat, Antonia Pérez-Martin, Iris Schuster-Beck, Gudrun Böge, Jérémy Laurent,

Plus en détail

EVALUATION TEMPORELLE ET RADIOLOGIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DES ACCIDENTS CEREBRO- VASCULAIRES A KINSHASA.

EVALUATION TEMPORELLE ET RADIOLOGIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DES ACCIDENTS CEREBRO- VASCULAIRES A KINSHASA. EVALUATION TEMPORELLE ET RADIOLOGIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DES ACCIDENTS CEREBRO- VASCULAIRES A KINSHASA. A. Molua Aundu, JM Kabeya, J.Mukaya, P. Katchunga, A. Mbongo Tanzia. Service de Radiologie des

Plus en détail

C.A.T. devant un AVC. C.A.T. devant un AVC. I On l'affirme : Comment? Il faut l'affirmer :

C.A.T. devant un AVC. C.A.T. devant un AVC. I On l'affirme : Comment? Il faut l'affirmer : Il faut l'affirmer : C.A.T. devant un AVC C'est facile pour la clinique, avec 85 % de sensibilité. Il faut affirmer son mécanisme dont dépend le traitement : Hémorragie/ischémie : seule l'imagerie le permet

Plus en détail

Vaisseaux de l encéphale JL BERTHELOT

Vaisseaux de l encéphale JL BERTHELOT Vaisseaux de l encéphale JL BERTHELOT Artères de l encéphale - Système carotidien. 2 -Système vertébro-basilaire Anastomosés au niveau du polygone de WILLIS (cercle artériel de la base). Veines de l encéphale

Plus en détail

Cas 1. Patient de 42 ans Douleur thoracique, pas de fièvre Tachycardie à 129/min

Cas 1. Patient de 42 ans Douleur thoracique, pas de fièvre Tachycardie à 129/min Cas 1 Patient de 42 ans Douleur thoracique, pas de fièvre Tachycardie à 129/min Embolie pulmonaire scanner thoracique avec IV ou angioscanner thoracique Coupe axiale, fenêtre médiastinale Défect endoluminal

Plus en détail

Ischémie Cérébrale. Quid des séquences classiques

Ischémie Cérébrale. Quid des séquences classiques Ischémie Cérébrale Quid des séquences classiques Séquences classiques Echo de Spin: T1, T2, FLAIR Echo de Gradient: EG T2 AngioMR TDV: Polygone de Willis + Gado: TSA Echo de Spin T1 Sagittal de repérage:

Plus en détail

Prise en charge des AIT. Marie-Hélène MAHAGNE Unité Neuro Vasculaire CHU Nice

Prise en charge des AIT. Marie-Hélène MAHAGNE Unité Neuro Vasculaire CHU Nice Prise en charge des AIT Marie-Hélène MAHAGNE Unité Neuro Vasculaire CHU Nice Définition classique «Déficit neurologique focal d installation brutale, résolutif en moins de 24 heures, d origine vasculaire

Plus en détail

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Jeune femme de 25 ans, enceinte de 3 mois d une première grossesse Se présente

Plus en détail

Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice

Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice I. Objectifs - Connaître les fréquences d'associations des différentes localisations de la maladie athéroscléreuse. - Connaître l'incidence des associations sur

Plus en détail

Accident ischémique transitoire et expertise aéronautique

Accident ischémique transitoire et expertise aéronautique Accident ischémique transitoire et expertise aéronautique Actualités et place des examens ultrasoniques MARICOURT V, NGUYEN HUYNH S, DIARD A, BISCONTE S Base aérienne 106 Mérignac MC Sylvain NGUYEN HUYNH

Plus en détail

L AVC : une urgence pédiatrique aussi. Stéphane Chabrier & Manoëlle Kossorotoff

L AVC : une urgence pédiatrique aussi. Stéphane Chabrier & Manoëlle Kossorotoff L AVC : une urgence pédiatrique aussi Stéphane Chabrier & Manoëlle Kossorotoff L AVC de l enfant : une triple spécificité Spécificité épidémiologique Spécificité étiologique artériopathie ++ cardioembolie

Plus en détail

DOSSIER DU MOIS Février 2012 n 3

DOSSIER DU MOIS Février 2012 n 3 DOSSIERDUMOIS Février2012n 3 Guillaume LEFEBVRE glefebvre@cours-galien.fr ANNEE 2011/2012 DOSSIER NEURORADIOLOGIE Une patiente de 42 ans est admise en salle de déchocage ou vous êtes de garde pour prise

Plus en détail

Imagerie de causes rares de l hypertension artérielle réno vasculaire chez l enfant

Imagerie de causes rares de l hypertension artérielle réno vasculaire chez l enfant Imagerie de causes rares de l hypertension artérielle réno vasculaire chez l enfant N.ALLALI, R.DAFIRI Service de Radio-pédiatrie Hôpital d Enfant-Maternité, CHU-Rabat INTRODUCTION L hypertension artérielle

Plus en détail

Imagerie à la phase aigue de l AVC: place de la tomodensitométrie (TDM) multimodalité en urgence

Imagerie à la phase aigue de l AVC: place de la tomodensitométrie (TDM) multimodalité en urgence place de la tomodensitométrie (TDM) multimodalité en urgence Pr Emmanuel GERARDIN, unité de neuroradiologie CHU Charles Nicolle, l AVC : Baisse du débit sanguin cérébral localisée (territoire vasculaire)

Plus en détail

Anatomie normale scanner injecté

Anatomie normale scanner injecté Neuroradiologie 1 Index Anatomie Rx standard: sinus normal Rx standard: Sinus anormal Hématome épidural en TDM Hématome sous dural en TDM Hématome intraparenchymateux en TDM HSA (hémorragie sous arachnoidienne)

Plus en détail

Hypoplasie bilatérale des carotides internes associé à un volumineux anévrisme de la terminaison basilaire. observation

Hypoplasie bilatérale des carotides internes associé à un volumineux anévrisme de la terminaison basilaire. observation Hypoplasie bilatérale des carotides internes associé à un volumineux anévrisme de la terminaison basilaire. A propos d une d observation A EL KHARRAS, T ZIOUA, S KOUKI, M LAHUTTE, C A TERIITEHAU A, R DULOU,

Plus en détail

Imagerie Cérébrale chez l homme en 2012 Quand? Comment?

Imagerie Cérébrale chez l homme en 2012 Quand? Comment? Imagerie Cérébrale chez l homme en 2012 Quand? Comment? P. HUGONET Médecin Radiologiste Académie Vétérinaire Paris - 3 Mai 2012 C est précisément la fonction de la science de fournir une représentation

Plus en détail

Diagnostic des HSA non-anévrysmales

Diagnostic des HSA non-anévrysmales Tunisie - avril 2011 Diagnostic des HSA non-anévrysmales Pr Fabrice Bonneville Service de Neuroradiologie CHU Toulouse Objectifs Reconnaitre une HSA (isodense, iso ) Proposer une méthode d exploration

Plus en détail

Nouvelles images du cœur et des vaisseaux

Nouvelles images du cœur et des vaisseaux Nouvelles images du cœur et des vaisseaux Scanner ou IRM? Indications, résultats. C Prost cardiologue 12-12-2013 Nouvelles images du cœur et des vaisseaux 1 / Imagerie cardiaque 2 / Imagerie vasculaire

Plus en détail

Monsieur B., 38 ans. HTA + Obésité négligées. Flou visuel droit. Céphalées rapidement progressives Cécité bilatérale + Syndrome confusionnel

Monsieur B., 38 ans. HTA + Obésité négligées. Flou visuel droit. Céphalées rapidement progressives Cécité bilatérale + Syndrome confusionnel Monsieur B., 38 ans HTA + Obésité négligées Flou visuel droit brutal, durée 1H, spontanément régressif reprise de la symptomatologie Céphalées rapidement progressives Cécité bilatérale + Syndrome confusionnel

Plus en détail

L IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE AORTIQUE AIGUË. S. Semlali, M. Mahi, H. Chtata, A. Hanine, S. Akjouj, M. Jidal, S. Chaouir

L IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE AORTIQUE AIGUË. S. Semlali, M. Mahi, H. Chtata, A. Hanine, S. Akjouj, M. Jidal, S. Chaouir L IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE AORTIQUE AIGUË S. Semlali, M. Mahi, H. Chtata, A. Hanine, S. Akjouj, M. Jidal, S. Chaouir But Connaître les signes en imagerie de la pathologie aigue de l aorte. Envisager les

Plus en détail

«J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA

«J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA «J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA CEPHALEES Prévalence estimée à + de 90% dans la population occidentale Motif de 4% des passages dans les services d urgence International

Plus en détail

Cet homme âgé de 54 ans, est admis

Cet homme âgé de 54 ans, est admis Un accident vasculaire cérébral en deux temps Laurent Simonnet, Philippe Hudlett, Christophe Griffon, Vincent Knauer, Dominique Stephan Service d Hypertension et Maladies Vasculaires, Hôpital civil, 67091

Plus en détail

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc L hémangiome ou hémangioendothéliome est la tumeur vasculaire bénigne néonatale la plus

Plus en détail

135. Thrombose veineuse profonde et embolie pulmonaire

135. Thrombose veineuse profonde et embolie pulmonaire Sommaire 135. Thrombose veineuse profonde et embolie pulmonaire diagnostic, situations d urgence et prise en charge, attitude thérapeutique et suivi Points clés en imagerie Importance de bien poser l indication

Plus en détail

46 cas de méningite bactérienne compliquée colligés sur 4 ans entre 2005 et Méningite confirmée biologiquement dans

46 cas de méningite bactérienne compliquée colligés sur 4 ans entre 2005 et Méningite confirmée biologiquement dans Les complications infectieuses de la méningite restent malheureusement fréquentes dans notre contexte. Elles peuvent être responsable de complications graves: séquelles irréversibles motrices et fonctionnelles.

Plus en détail

NEURORADIOLOGIE OU NEUROIMAGERIE

NEURORADIOLOGIE OU NEUROIMAGERIE NEURORADIOLOGIE OU NEUROIMAGERIE -En premier lieu, il faut expliquer en quoi consiste la Neuro-imagerie sachant que les progrès actuels de la haute technologie et du traitement de l image par ordinateurs

Plus en détail

Critères diagnostiques et évaluation radiologique des microvasculopathies cérébrales

Critères diagnostiques et évaluation radiologique des microvasculopathies cérébrales Critères diagnostiques et évaluation radiologique des microvasculopathies cérébrales Pr. Didier Leys CNNHG. Biarritz (02/10/2007) 07/10/2007 1 1. Définition Pathologie (occlusive ou hémorragique) des vaisseaux

Plus en détail

Le point de vue du radiologue

Le point de vue du radiologue Le point de vue du radiologue Noémie Butori Assistante en radiologie - CH Mâcon Le téléphone sonne à 0h30 60 ans, douleur abdominale et vomissements, multiples ATCD chir abdo. «Je suis interne d ortho,

Plus en détail

Une dissection carotide interne

Une dissection carotide interne Image d échographie Doppler Sang Thrombose Vaisseaux 2011 ; 23, n o 3 : 146-50 Une dissection carotide interne Marie-Pierre Gobin-Metteil 1, Emmanuel Touzé 2, Olivier Naggara 1, Sylvie Godon-Hardy 1, Jean-François

Plus en détail

Fiche 27 : SEMIOLOGIE NEURORADIOLOGIQUE

Fiche 27 : SEMIOLOGIE NEURORADIOLOGIQUE UE8 : Neuro Fiche 27 : SEMIOLOGIE NEURORADIOLOGIQUE I. Anomalies cérébrales A) Hyperdensités spontanées au scanner 1) Calcifications Hyperdensité très marquée, proche de celle de l os. - Physiologiques

Plus en détail

QUIZZ Neuroradiologie

QUIZZ Neuroradiologie QUIZZ Neuroradiologie Question: Identifiez les repères anatomiques Anatomie normale scanner injecté Réponses Anatomie normale scanner injecté Sinus maxillaire Artère vertébrale Bulbe rachidien Pôle cérébelleux

Plus en détail

Pathologie neurovasculaire aiguë. Dr Domitille Millon UCL

Pathologie neurovasculaire aiguë. Dr Domitille Millon UCL Pathologie neurovasculaire aiguë Dr Domitille Millon UCL ISCHÉMIE Transitoire : Accident Ischémique Transitoire Infarctus avec déficit permanent : Accident Vasculaire Cérébral HÉMORRAGIE Intra parenchymateuse

Plus en détail

HEMATOME INTRAMURAL DE L AORTE (HIA) Aortic intramural hematoma An increasingly recognized and potentially fatal entity Neilander et al.

HEMATOME INTRAMURAL DE L AORTE (HIA) Aortic intramural hematoma An increasingly recognized and potentially fatal entity Neilander et al. HEMATOME INTRAMURAL DE L AORTE (HIA) Aortic intramural hematoma An increasingly recognized and potentially fatal entity Neilander et al.chest 2001 INTRODUCTION Pathologie de + en + reconnue, il s agit

Plus en détail

UE cardio-vasculaire Imagerie radiographie, sanner et IRM cardaque et gros vaisseaux 2009

UE cardio-vasculaire Imagerie radiographie, sanner et IRM cardaque et gros vaisseaux 2009 UE cardio-vasculaire Imagerie radiographie, sanner et IRM cardaque et gros vaisseaux 2009 François Laurent Université Victor Segalen Bordeaux2 Unité d imagerie cardio-vasculaire Hôpital du Haut-Lévêque

Plus en détail

Chez l insuffisant rénal : l angioplastie est-elle plus à risques? Alain RAYNAUD

Chez l insuffisant rénal : l angioplastie est-elle plus à risques? Alain RAYNAUD Chez l insuffisant rénal : l angioplastie est-elle plus à risques? Alain RAYNAUD Clinique Alleray-Labrouste Hôpital Européen Georges Pompidou - Paris - Insuffisance rénale et facteurs de risques de l angioplastie

Plus en détail

Une priorité en matière de Santé : les Accidents Vasculaires Cérébraux IDPS

Une priorité en matière de Santé : les Accidents Vasculaires Cérébraux IDPS Une priorité en matière de Santé : les Accidents Vasculaires Cérébraux les Accidents Vasculaires Cérébraux incidence Epidémiologie 1998 2003 2008 /an (%) US 631 700 689 500 755 900 1.8 Europe 633 200 687

Plus en détail

Ischémie cérébrale en cas de dissection artérielle cervicale : mécanisme embolique ou hémodynamique?

Ischémie cérébrale en cas de dissection artérielle cervicale : mécanisme embolique ou hémodynamique? Ischémie cérébrale en cas de dissection artérielle cervicale : mécanisme embolique ou hémodynamique? A.Morel 1, O. Naggara 1, X. Leclerc 2, M. Tisserand 3, M. Chennoufi 1, N. Carpentier 1, R. Souillard

Plus en détail

Examen des artères des membres supérieurs

Examen des artères des membres supérieurs Echographie-doppler : Examen des artères des membres supérieurs Introduction L exploration en échographie-doppler des artères des membres supérieurs concerne l ensemble du réseau incluant tant les vaisseaux

Plus en détail

NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS

NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS N. Cherif Idrissi El Ganouni 1, M. Ouali Idrissi 1, A.Benhaddou 1, T. Abou El Hassan 2, O. Essadki 1, A. Ousehal 1 1 : Service de Radiologie,

Plus en détail

Echo-Doppler Transcrânien Méthodologie et résultats normaux

Echo-Doppler Transcrânien Méthodologie et résultats normaux DIU Echographie-Module Vasculaire Paris - Avril 2015 Echo-Doppler Transcrânien Méthodologie et résultats normaux Corinne Gautier Service des EFCV - CHU Lille Echo-Doppler Transcrânien - Connaissance des

Plus en détail

Biopathologie. Cours n 4 : Athérome. Jean-François Emile, Service de pathologie & EA4340 Hôp. Ambroise Paré, APHP & Université de Versailles SQY

Biopathologie. Cours n 4 : Athérome. Jean-François Emile, Service de pathologie & EA4340 Hôp. Ambroise Paré, APHP & Université de Versailles SQY Biopathologie Cours n 4 : Athérome Jean-François Emile, Service de pathologie & EA4340 Hôp. Ambroise Paré, APHP & Université de Versailles SQY Athérome / Athérosclérose Lésion des grosses et moyennes artères

Plus en détail

THROMBOSE. - les caillots sanguins formés après la mort (caillots post mortem ou cadavériques)

THROMBOSE. - les caillots sanguins formés après la mort (caillots post mortem ou cadavériques) I Introduction THROMBOSE On appelle thrombose la coagulation du sang dans les cavités vasculaires (artères, veines, capillaires ou cavités cardiaques) durant la vie. Cette définition élimine: - les caillots

Plus en détail

Clinical Spotlight. Arterial Spin Labelling (ASL) dans le suivi de l AVC. Approche non invasive pour le suivi d un AVC sans injection de Gadolinium

Clinical Spotlight. Arterial Spin Labelling (ASL) dans le suivi de l AVC. Approche non invasive pour le suivi d un AVC sans injection de Gadolinium Clinical Spotlight Arterial Spin Labelling (ASL) dans le suivi de l AVC J0 DWI b1000 J12 FLAIR T2 J12 Cerebral Blood Flow Approche non invasive pour le suivi d un AVC sans injection de Gadolinium Imagerie

Plus en détail

Pathologie hémorragique. Dr Domitille Millon UCL

Pathologie hémorragique. Dr Domitille Millon UCL Pathologie hémorragique Dr Domitille Millon UCL Sémiologie de l hémorragie : Scanner IRM Etiologie de l hémorragie : Hématome intra parenchymateux Hémorragie sous arachnoïdienne Exploration de l hémorragie

Plus en détail

Table des matières. Liste des collaborateurs... Abréviations... Préface... Hémodynamique, maladie coronaire, athéromatose

Table des matières. Liste des collaborateurs... Abréviations... Préface... Hémodynamique, maladie coronaire, athéromatose Table des matières Liste des collaborateurs... Abréviations... Préface... V VI X Hémodynamique, maladie coronaire, athéromatose 1. Athérome, épidémiologie et physiopathologie, le malade polyathéromateux...

Plus en détail

Coeur et Diabète Comment investiguer le cœur. Les tests d effort. Juan Sztajzel Service de Cardiologie HUG Genève

Coeur et Diabète Comment investiguer le cœur. Les tests d effort. Juan Sztajzel Service de Cardiologie HUG Genève Coeur et Diabète Comment investiguer le cœur Les tests d effort Juan Sztajzel Service de Cardiologie HUG Genève Introduction Chez patients atteints de diabète Risque de maladie coronarienne augmenté de

Plus en détail

Imagerie vasculaire. N. Grenier

Imagerie vasculaire. N. Grenier Imagerie vasculaire N. Grenier US et imagerie vasculaire Mode B : Imagerie de la paroi vasculaire des grosses artères Imagerie des anévrysmes de l aorte Imagerie de la perméabilité veineuse Mode Doppler

Plus en détail

LA MALADIE DE MOYA MOYA : UNE ETIOLOGIE RARE D AVC ISCHEMIQUE DE L ENFANT

LA MALADIE DE MOYA MOYA : UNE ETIOLOGIE RARE D AVC ISCHEMIQUE DE L ENFANT LA MALADIE DE MOYA MOYA : UNE ETIOLOGIE RARE D AVC ISCHEMIQUE DE L ENFANT FEKI.W, FOURATI.H, BRADAI.M, NJEH.H, ABDELKEFI.M, DAOUD.E, GARGOURI.L*, MNIF.Z SERVICE D IMAGERIE MEDICALE CHU HEDI CHAKER, SFAX,

Plus en détail

Imagerie vasculaire. N. Grenier

Imagerie vasculaire. N. Grenier Imagerie vasculaire N. Grenier 2013-2014 US et imagerie vasculaire Mode B : Imagerie de la paroi vasculaire des grosses artères Imagerie des anévrysmes de l aorte abdominale Imagerie de la perméabilité

Plus en détail

CEPHALEES par le Dr Habib HALLAK, Chef de Service de Neurologie au Centre Hospitalier de Châteauroux

CEPHALEES par le Dr Habib HALLAK, Chef de Service de Neurologie au Centre Hospitalier de Châteauroux FMC du GMBS La Châtre CEPHALEES par le Dr Habib HALLAK, Chef de Service de Neurologie au Centre Hospitalier de Châteauroux 05/01/2010 1 CEPHALEES 1) Aigues 2) Sub-aigues 3) chroniques 05/01/2010 2 CEPHALEES

Plus en détail

Anatomie de la vascularisation artérielle du cerveau

Anatomie de la vascularisation artérielle du cerveau 01/10/2014 DANIEL-MUSELLEC Zoé L3 CR : BAUMIER Vincent Système neurosensoriel et psychiatrie Pr LECORROLLER 8 pages Anatomie de la vascularisation artérielle du cerveau Plan : A. Morphologie et vascularisation

Plus en détail

Les angiographies UE 2.8.S3

Les angiographies UE 2.8.S3 Les angiographies UE 2.8.S3 Plan du cours Etymologie Exploration du système artériel Exploration du système veineux Voies d abord Avant l angiographie : rôle infirmier Déroulé d une angiographie Quelques

Plus en détail

G. Fargeix, E. Pomero, C. Billon-Grand, F. Cattin, A. Biondi. Service de Neuroradiologie et Thérapie Endovasculaire, CHRU de Besançon

G. Fargeix, E. Pomero, C. Billon-Grand, F. Cattin, A. Biondi. Service de Neuroradiologie et Thérapie Endovasculaire, CHRU de Besançon G. Fargeix, E. Pomero, C. Billon-Grand, F. Cattin, A. Biondi. Service de Neuroradiologie et Thérapie Endovasculaire, CHRU de Besançon Introduction Complication rare de l injection de produit de contraste

Plus en détail

IMAGERIE ET VERTIGES

IMAGERIE ET VERTIGES Le Bulletin du 21/10/2009 www.a2l.dz Avril. 2006 n 6 IMAGERIE ET VERTIGES Comment explorer les vertiges en imagerie médicale Conduite pratique Professeur Lounes MEDJEK Bulletin n 6 Avril 2006 Créé par

Plus en détail

Examen Ultrasonographique des Axes Artériels Cervico-Céphaliques

Examen Ultrasonographique des Axes Artériels Cervico-Céphaliques Examen Ultrasonographique des Axes Artériels Cervico-Céphaliques Les Carotides (A) Méthode et résultats normaux Michel Dauzat, Antonia Pérez-Martin, Iris Schuster-Beck, Gudrun Böge, Isabelle Aïchoun, Jérémy

Plus en détail

ARM DYNAMIQUE K-T BLAST DES TRONCS SUPRA AORTIQUES DANS L AVC AIGU, SANS ANTENNE SPÉCIFIQUE

ARM DYNAMIQUE K-T BLAST DES TRONCS SUPRA AORTIQUES DANS L AVC AIGU, SANS ANTENNE SPÉCIFIQUE ARM DYNAMIQUE K-T BLAST DES TRONCS SUPRA AORTIQUES DANS L AVC AIGU, SANS ANTENNE SPÉCIFIQUE J-C Ferré, H Raoult, S Breil, B Carsin-Nicol, T Ronzière, J-Y Gauvrit CHU Rennes, Service de Radiologie et Imagerie

Plus en détail

Champ d application de l imagerie post-mortem. Justine Vial séance bibliographique du 3 juin 2013

Champ d application de l imagerie post-mortem. Justine Vial séance bibliographique du 3 juin 2013 Champ d application de l imagerie post-mortem Justine Vial séance bibliographique du 3 juin 2013 Radiographie Indications encore actuelles : Identification : Recherche de matériel d ostéosynthèse et de

Plus en détail

Dossier n 4. QUESTION 1 Quel diagnostic évoquez-vous en premier lieu, et pourquoi? Quel autre signe recherchez-vous à l examen clinique?

Dossier n 4. QUESTION 1 Quel diagnostic évoquez-vous en premier lieu, et pourquoi? Quel autre signe recherchez-vous à l examen clinique? Dossier n 4 Un homme de 66 ans vous est adressé par son médecin traitant devant la découverte lors d un examen systématique d une masse abdominale pulsatile et expansive. Ses antécédents se résument à

Plus en détail

Modèle prédictif d Evolution des Accidents Vasculaires Cérébraux

Modèle prédictif d Evolution des Accidents Vasculaires Cérébraux Modèle prédictif d Evolution des Accidents Vasculaires Cérébraux en IRM PHILIPS F. Schneider, S. Burnol, P. Garnier, P. Mismetti, D. Chéchin, FG. Barral CONTEXTE L Accident Vasculaire Cérébral Déficit

Plus en détail

ARTERITE DES MEMBRES INFERIEURS : PRINCIPES ET PROCEDES CHIRURGICAUX. Dr Ali BADRA

ARTERITE DES MEMBRES INFERIEURS : PRINCIPES ET PROCEDES CHIRURGICAUX. Dr Ali BADRA ARTERITE DES MEMBRES INFERIEURS : PRINCIPES ET PROCEDES CHIRURGICAUX Dr Ali BADRA Indications lésions symptomatiques Objectif triple : Diminuer la gène fonctionnelle Améliorer le pronostic du membre Réduire

Plus en détail

Annexe 13. Recommandations pour la sélection des données PMSI MCO concernant l AVC

Annexe 13. Recommandations pour la sélection des données PMSI MCO concernant l AVC Annexe 13 Recommandations pour la sélection des données PMSI MCO concernant l AVC A99 Recommandations pour la sélection des données PMSI MCO concernant l AVC I. Sélection des résumés de sortie Seront

Plus en détail

Examen module optionnel cardio-vasculaire PCEM 2 21 JANVIER Choisissez la ou les réponses exactes ; il peut n y avoir aucune réponse exacte.

Examen module optionnel cardio-vasculaire PCEM 2 21 JANVIER Choisissez la ou les réponses exactes ; il peut n y avoir aucune réponse exacte. Examen module optionnel cardio-vasculaire PCEM 2 21 JANVIER 2013 CETTE EPREUVE COMPREND 22 QCM SUR 6 PAGES. Choisissez la ou les réponses exactes ; il peut n y avoir aucune réponse exacte. QCM 1 : L anévrysme

Plus en détail

Que faire en 2012 devant une plaque sténosante découverte lors d un examen par Echo Doppler?

Que faire en 2012 devant une plaque sténosante découverte lors d un examen par Echo Doppler? Que faire en 2012 devant une plaque sténosante découverte lors d un examen par Echo Doppler? Docteur Christian PETITJEAN Unité de chirurgie carotidienne Clinique Alleray-Labrouste PARIS Les sténoses asymptomatiques:

Plus en détail

Pathologie du sinus rénal

Pathologie du sinus rénal Pathologie du sinus rénal M. Edderai, S. Semlali, S. Chaouir, T. Amil, A. Hanine, S. Akjouj Service d Imagerie Médicale Hôpital Militaire d Instruction Mohamed V CHU- Rabat - Maroc Sinus rénal Carrefour

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC)

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) L accident vasculaire cérébral, dit aussi «attaque cérébrale», est dû à une interruption brutale de l irrigation sanguine d une zone du cerveau. L interruption

Plus en détail

LA DISSECTION DE L AORTE Dr Dassier HEGP

LA DISSECTION DE L AORTE Dr Dassier HEGP LA DISSECTION DE L AORTE Dr Dassier HEGP Urgence médico-chirurgicale, la dissection de l aorte (DA) impose un diagnostic précoce afin de poser au mieux les indication thérapeutique. C est dire l importance

Plus en détail