IDENTIFICATION DES PARAMETRES MECANIQUES DU SOL RENCONTRE LORS DU CREUSEMENT D UN TUNNEL PAR ANALYSE INVERSE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IDENTIFICATION DES PARAMETRES MECANIQUES DU SOL RENCONTRE LORS DU CREUSEMENT D UN TUNNEL PAR ANALYSE INVERSE"

Transcription

1 Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'ingénieur - JNGG' 2006 Lyon (France) IDENTIFICATION DES PARAMETRES MECANIQUES DU SOL RENCONTRE LORS DU CREUSEMENT D UN TUNNEL PAR ANALYSE INVERSE Stéphanie ECLAIRCY-CAUDRON 1, Daniel DIAS 1, Richard KASTNER 1, Laurent CHANTRON 2 1 INSA LYON, Villeurbanne, France 2 CETU, Bron, France RÉSUMÉ L utilisation de techniques d analyse inverse en temps réel sur les observations effectuées en cours de travaux peut être un moyen de lever les incertitudes existantes sur la valeur des paramètres du terrain rencontré et d adapter les procédés de creusement. Dans cet article, un logiciel d optimisation, SiDoLo, couplé à un logiciel de calcul aux éléments finis, est évalué sur la modélisation du creusement d un tunnel en déformations planes. 1. Introduction Les méthodes d analyse inverse tentent d identifier les paramètres du sol à partir de résultats d essais ou/et de mesures expérimentales réalisées durant la construction. Différentes méthodes existent. Hicher (Hicher, 2002) en distingue trois types: les méthodes analytiques, les méthodes à base de corrélations et les méthodes d optimisation. Les méthodes analytiques consistent à utiliser les équations du modèle de comportement de façone à obtenir un système d équations linéaires dont les inconnues sont les paramètres recherchés. C est l approche dite inverse. Des travaux récents ont utilisé cette méthode avec la loi élastoplastique de Nova (Mestat et al, 2000). Les méthodes à base de corrélations sont utilisées bien souvent en complément d une approche par optimisation. Elles donnent une première estimation des paramètres du sol qui peut constituer la valeur initiale des paramètres introduits dans une démarche d optimisation. Les méthodes d optimisation sont appliquées lorsque les paramètres d un modèle de comportement se prêtent mal à une approche directe par construction graphique ou approche analytique. Un algorithme d optimisation est utilisé pour minimiser une fonction qui dépend de l ensemble des paramètres et qui mesure l écart entre la réponse numérique et la réponse expérimentale. Les résultats expérimentaux peuvent être d origines diverses : essais de laboratoire, essais in situ, mesures de convergences en tunnel Des travaux d identifications à partir d essais pressiométriques ont été réalisés ces dernières années (Zentar, 2001). Malgré le développement croissant des méthodes d identification, peu ont été employées sur un ouvrage réel (Jeon et al, 2004 ; Finno et al, 2005). Cet article présente l application d une méthode d optimisation au creusement d un tunnel simulé par une modélisation bidimensionnelle en déformations planes. Le logiciel d optimisation testé est couplé au code de calcul CESAR-LCPC qui fournit la réponse numérique. Cet article permet de mettre en évidence l influence de la valeur initiale des paramètres sur le résultat de l optimisation. Pour cela, plusieurs valeurs initiales sont étudiées. Cette étude n est pas fondée sur un cas réel et a pour but de compléter l évaluation du logiciel préalablement effectuée pour l appliquer à un ouvrage souterrain réel. En effet, ce logiciel a déjà fait l objet de tests sur des essais simples (Eclaircy-Caudron et al, 2006b) et sur la modélisation du creusement d un tunnel en conditions axisymétriques (Eclaircy-Caudron et al, 2006a). Tout d abord, nous allons présenter la méthode d optimisation, le logiciel utilisé ainsi que la démarche suivie. Puis, nous présenterons le modèle numérique réalisé. Enfin, nous donnerons les principaux résultats obtenus. Session 1 - Risques géotechniques sur les ouvrages de génie civil et industriel I - 105

2 S. Eclaircy-Caudron et al. 2. Présentation générale 2.1. La méthode d optimisation : principes et recommandations Le problème inverse est illustré en figure 1. Il s agit de déterminer les paramètres (P) du modèle de comportement adopté (M) connaissant la réponse du système (S) sous les sollicitations imposées (A). L identification se ramène à la résolution d un problème d optimisation non linéaire. Le procédé d optimisation tente de minimiser une fonction coût qui mesure, pour un jeu de paramètres donné, l écart entre les prévisions du modèle et la réalité physique représentée par les observations expérimentales (réponse mesurée en figure 1). Les prévisions du modèle sont obtenues par des simulations numériques (réponse calculée en figure 1). Le processus s arrête quand la fonction coût est inférieure à une valeur fixée au préalable. Le jeu de paramètres correspondant est alors le jeu de paramètres recherché. Chargement (A) Système (S) Conditions initiales Conditions aux limites Modèle de comportement (M) Réponse calculée Jeu de paramètres initial Données d entrée CESAR-LCPC INTERFACE Résultats numériques Paramètres (P)? Réponse mesurée Résultats d essais Auscultations Réponse mesurée SiDoLo Jeu de paramètres optimum Figure 1. Principe du problème inverse Figure 2. Principe du couplage Avant d avoir recours à des procédés d analyses inverses, il faut mener une étude de sensibilité des paramètres afin de cerner les paramètres qui ont une influence sur la réponse du modèle de comportement. Seuls ces paramètres pourront être identifiés. De plus, il faut évidemment disposer de mesures fiables sans quoi les paramètres identifiés seront erronés. Le modèle numérique qui sert à calculer la réponse doit être adapté au problème. La loi de comportement adoptée doit être représentative du chemin de contrainte suivi par le massif. Les conditions initiales et aux limites doivent êtres fidèles à la réalité. La géométrie doit être également la plus proche possible de la géométrie réelle Le logiciel d optimisation Le logiciel utilisé : SiDoLo (Pilvin, 1983) est en fait un outil de simulation et d optimisation. Il permet de programmer très simplement les équations d un modèle explicite ou différentiel et d obtenir les réponses de ce modèle à diverses sollicitations. Mais, pour les modèles qui nécessitent la résolution d autres types d équations, il convient de le coupler à un code de calcul extérieur et de n utiliser que sa fonction d optimisation. Dans cet article, nous le couplons avec CESAR-LCPC. Le principe du couplage est illustré en figure 2. Pour faire le lien entre les deux logiciels, il est nécessaire d écrire un programme interface. La fonction identification de SiDoLo permet une estimation de tous les paramètres du modèle de comportement. En effet, le nombre de paramètres à identifier n est pas limité. Il est aussi possible de limiter le domaine de variation de certains paramètres en définissant des bornes. Des contraintes d optimisation peuvent également être introduites. Ces contraintes sont définies par des inégalités et sont fonctions des paramètres. Le nombre d itérations peut être limité si nécessaire afin de conserver des temps de calcul acceptable. Le logiciel utilise un algorithme d optimisation I Session 1 - Risques géotechniques sur les ouvrages de génie civil et industriel

3 JNGG 2006 hybride qui combine deux techniques classiques de minimisation : la méthode du gradient et une variante de la méthode de Lavenberg-Marquardt pour accélérer la convergence lorsque la solution est proche Démarche suivie Afin d évaluer la capacité du logiciel à identifier les paramètres mécaniques d un modèle de comportement, la réponse calculée avec un jeu de paramètres de référence est considérée comme la référence expérimentale. Cette approche permet de nous affranchir des problèmes liés à la représentativité du modèle de comportement adopté et des conditions aux limites simulées. La valeur de référence des paramètres que nous allons tenter d identifier est présentée dans le tableau I. Les différentes valeurs initiales considérées pour chaque paramètre sont également répertoriées dans le tableau I. En effet, différents jeux de valeurs initiales ont été introduits afin de montrer leur influence sur les résultats de l optimisation. Un modèle de comportement linéaire élastique parfaitement plastique avec un critère de rupture de Mohr-Coulomb est adopté. Tableau I. Valeurs initiales et de référence de chaque paramètre Paramètres Valeurs de valeurs initiales référence Jeu 1 Jeu 2 Jeu 3 Jeu 4 E (MPa) C (kpa) Φ ( ) 35 17, ,25 43,75 Ψ ( ) 0 9,75 9,75 5,5 5,5 Dans un premier temps, les paramètres sont identifiés avec peu de variables observées puis le nombre d observations est augmenté afin de montrer l influence de la quantité de mesures disponibles sur les résultats obtenus. 3. Présentation du modèle 3.1. Le modèle numérique Le tunnel est modélisé en déformations planes. Le maillage réalisé s étend sur 100 m (=7D) dans le sens de la hauteur et sur 75 m (=5D) dans la direction transversale afin de limiter l influence des conditions aux limites. Il comporte environ 3300 nœuds et 1600 éléments. Le modèle réalisé est illustré en figure 3. Le champ de contraintes initiales est anisotrope. Le coefficient de pression des terres est pris égal à 0,7. Une hauteur de couverture de 25 m est simulée au dessus de la clé de voûte. Après la phase d excavation, un soutènement de 0,2 m d épaisseur est activé Les observations expérimentales La figure 4 situe les différents points de mesures expérimentales utilisés pour l optimisation. Trois d entre eux correspondent à la convergence et au nivellement de la paroi du tunnel dans une section transversale donnée (points 1 à 3 en figure 4). Cinq mesures sont observées pour ces trois points : nivellement pour les trois points et convergence pour les points 2 et 3. La section transversale étudiée est supposée suffisamment éloignée du front de taille pour que l équilibre soit atteint. Le taux de déconfinement introduit est alors celui calculé par la méthode convergence confinement (Panet, 1995) et est pris égal à 0,784. Le taux de déconfinement correspondant de la section étudiée pourrait également constituer un paramètre supplémentaire Session 1 - Risques géotechniques sur les ouvrages de génie civil et industriel I - 107

4 S. Eclaircy-Caudron et al. à identifier. Les autres points correspondent aux déplacements mesurés le long de deux extensomètres radiaux à une distance de 1 m, 2 m, 4 m, 6 m, 8 m et 10 m de la paroi de l excavation en clé de voûte (extensomètre 1 en figure 4) ou dans la partie circulaire (extensomètre 2 en figure 4). Pour chaque extensomètre, six mesures sont observées. Finalement, cinq (mesures de convergence et de nivellement), six (mesures relevées sur un extensomètre), douze (mesures issues des deux extensomètres) ou dix-sept (toutes les mesures) observations expérimentales sont utilisées pour l optimisation. Extensomètre 1 9 R=7 m 8 7 0,2 m 6 7D 5D 3,7 m Extensomètre ,5 m 3 Figure 3. Le maillage global Figure 4. Localisation des points de mesure 4. Résultats 4.1. Etude de sensibilité des paramètres Tableau II. Influence des paramètres sur les variables observées Paramètres Convergence Nivellement Extensomètre en voûte Extensomètre au milieu de la voûte E C Φ ν Ψ Avant de recourir à l analyse inverse, une étude de sensibilité a été réalisée afin de mettre en évidence les paramètres qui ont une influence sur la valeur des variables observées. Seuls ces paramètres pourront être identifiés par la méthode d optimisation. L influence de chaque paramètre sur les variables observées est notifiée dans le tableau II. Finalement, ce sont le coefficient de Poisson et l angle de dilatance qui ont le moins d influence sur les variables observées. Leur influence est très faible sur les mesures de convergences et de nivellement. Par conséquent, ces paramètres ne seront pas identifiés à partir des mesures de convergences et de nivellement seules. L influence de ν sur les déplacements mesurés le long des extensomètres est également très faible. Donc, ce paramètre ne pourra pas être identifié. Il sera pris égal à 0,3, ce qui correspond généralement à la valeur observée pour les sols. Par contre, l angle de dilatance influence les déplacements mesurés le long de l extensomètre situé en clé de voûte. Donc, ce paramètre pourra être identifié en présence des déplacements mesurés sur l extensomètre situé en clé de voûte. Les trois autres paramètres pourront tenter d être identifiés quelles que soient les variables observées considérées. I Session 1 - Risques géotechniques sur les ouvrages de génie civil et industriel

5 JNGG Analyse inverse En élastoplasticité, un nombre important de tests a été réalisé. Les mesures de convergence et de nivellement ou les mesures issues d un extensomètre suffisent seules pour identifier chacun des paramètres du modèle de manière individuelle avec les différents jeux de valeurs initiales. Le nombre d itérations nécessaire à l optimisation de chacun des paramètres varie selon le paramètre considéré et la valeur initiale introduite. Les paramètres sont identifiés avec une bonne précision puisque la valeur optimisée par SiDoLo diffère d au plus 0,01 % de la valeur de référence quel que soit le paramètre. Comme chacun des paramètres peut être identifié individuellement quelles que soient les variables observées considérées, l identification de plusieurs paramètres simultanément a été tentée. Les résultats obtenus sont présentés en fonction des variables observées considérées Mesures de convergence - nivellement Le tableau III présente les tentatives d identifications de couples réalisées en présence des mesures de convergence et de nivellement comme variables observées (points 1 à 3) et les résultats obtenus. Tableau III. Tests réalisés à partir des mesures des points 1 à 3 Paramètres Succès E, Φ non E, C non C, Φ non Les résultats présentés dans le tableau III montrent que l identification de couples de paramètres à partir des mesures de convergence et de nivellement seules n est pas possible. En effet, les couples de paramètres identifiés par SiDoLo dépendent de la valeur initiale des paramètres introduite. Le processus d optimisation converge vers un couple solution qui n est pas toujours celui attendu. La solution du problème d optimisation n est donc pas unique Mesures issues d un extensomètre Tableau IV. Tests réalisés à partir des mesures des points 4 à 9 Paramètres Succès E, Φ non E, C non C, Φ non E, Ψ non C, Ψ non Φ, Ψ non A partir des mesures de l un des deux extensomètres, les mêmes résultats sont obtenus. Les résultats présentés dans les tableaux IV et V montrent en effet que l identification de couples de paramètres à partir de ces mesures n est pas possible. Le processus d identification converge vers une solution qui n est pas toujours celle attendue. Donc, la solution du problème n est pas unique comme le montre la figure 5 qui compare, pour l optimisation du couple E, Φ, la réponse calculée avec le jeu de référence à la réponse numérique calculée à partir d un jeu de paramètres E, Φ fourni par SiDoLo qui ne correspond pas au jeu de référence. Bien que le couple solution ne soit pas le jeu de référence, la réponse numérique calculée est proche de la réponse de référence. Il faut donc disposer d un plus grand nombre de mesures pour identifier plusieurs paramètres du modèle simultanément. Des essais d identifications des paramètres à partir des mesures des deux extensomètres ont donc été menés. Session 1 - Risques géotechniques sur les ouvrages de génie civil et industriel I - 109

6 S. Eclaircy-Caudron et al. Tableau V. Tests réalisés à partir des mesures des points 10 à 15 Paramètres Succès E, Φ non E, C non C, Φ non -4-4 Déplacement (mm) Réponse de référence Réponse numérique après optimisation -2.8 pt 4 pt 5 pt 6 pt 7 pt 8 pt 9 Déplacement (mm) Réponse de référence Réponse numérique après optimisation -2 pt 4 pt 5 pt 6 pt 7 pt 8 pt 9 Figure 5. Comparaison des réponses obtenues après optimisation du couple E, Φ pour une valeur initiale des paramètres égale à celle du jeu 3 (cf. tableau I). Figure 6. Comparaison des réponses obtenues pour l extensomètre 1 après optimisation des paramètres E, Φ, Ψ pour une valeur initiale des paramètres égale à celle du jeu 2 (cf. tableau I) Mesures issues des deux extensomètres Tableau VI. Tests réalisés à partir des mesures des points 4 à 15 Paramètres Succès Ecart ou valeur maximal E, Φ oui E : 15 % ; Φ : 8 % E, C oui E : 11 % ; C : 11 % C, Φ oui C : 4 % ; Φ : 2% E, Ψ oui E : 2 % ; Ψ=0,2 C, Ψ oui C : 2 % ; Ψ=0,6 Φ, Ψ oui Φ : 0,7 % ; Ψ=0,3 E, C, Φ non E : 33 % ; C : 25 % ; Φ : 31 % E, Φ, Ψ non E : 37 % ; Φ : 12 % ; Ψ=6,6 E, C, Ψ oui E : 12 % ; C : 12 % ; Ψ=1,4 C, Φ, Ψ non C : 30 % ; Φ : 10 % ; Ψ=4,5 Le tableau VI résume l ensemble des tentatives d identification réalisées en présence des mesures issues des deux extensomètres (point 4 à 15). Les résultats indiqués montrent qu à partir des mesures des deux extensomètres radiaux il est possible d identifier tous les couples de paramètres. La différence maximale entre la valeur de référence et le couple optimisé est de l ordre de 15 % et est obtenue pour le couple E, Φ. Cette différence reste faible bien que le processus d optimisation ne soit pas toujours terminé au bout du nombre limité d itérations. Les résultats obtenus dans le tableau VI montrent aussi qu il est possible d identifier avec ces mesures les trois paramètres E, C et ψ simultanément. Les résultats obtenus lors de l identification de ces trois paramètres sont répertoriés dans le tableau VII. Le processus d identification conduit à d assez bons résultats même si l optimisation n est pas terminée à la dernière itération. En effet, la valeur optimisée fournie par SiDoLo diffère d au plus 12 % de la valeur de référence. Pour les autres ensembles de trois paramètres, les résultats obtenus sont dépendants de la valeur initiale des paramètres introduite dans l algorithme sauf pour le I Session 1 - Risques géotechniques sur les ouvrages de génie civil et industriel

7 JNGG 2006 paramètre Φ qui est toujours identifié avec une bonne précision puisque sa valeur optimisée diffère d au plus 13 % de sa valeur de référence. Cette observation peut s expliquer par le fait que ce paramètre est celui qui influence le plus les variables observées. Bien que la valeur fournie par SiDoLo pour les autres paramètres ne s approche pas de la valeur de référence la réponse numérique calculée avec le jeu optimisé est toujours proche de la réponse de référence comme l illustre la figure 6 lors de l identification des paramètres E, Φ, ψ pour une valeur initiale. Cela signifie donc que le module d Young et l angle de dilatance n influencent pas assez les variables observées pour être identifiés en même temps que l angle de frottement avec une bonne précision. Pour identifier simultanément tous les ensembles de trois paramètres, Il semble donc nécessaire de disposer de mesures complémentaires. Tableau VII. Résultats obtenus lors de l identification des paramètres E, C et ψ à partir des mesures des deux extensomètres Valeurs initiales Valeurs optimisées E C Ψ ( ) E (MPa) C (kpa) Ψ ( ) 1,5Eo 1,5Co 9, ,29 0,5Eo 0,75Co 9, ,6 1,25Eo 1,25Co 5, ,4 0,75Eo 0,75Co 5, , Mesures issues des deux extensomètres et mesures de convergence - nivellement Les tentatives d identification réalisées à partir de tous les points de mesures et les résultats obtenus sont présentés dans le tableau VIII. Tableau VIII. Tests réalisés en élastoplasticité à partir des mesures des points 1 à 15 Paramètres Succès E, C, Φ non E, Φ, Ψ non E, C, Ψ non C, Φ, Ψ non Dans le cas de l optimisation des paramètres E, C et ψ, il semble que le nombre de mesures disponibles soit surabondant puisque les trois paramètres E, C et ψ qui étaient identifiés à partir des mesures issues des deux extensomètres ne sont pas toujours identifiés en présence de l ensemble des mesures. En effet, le résultat obtenu dépend de la valeur initiale des paramètres introduite car pour un jeu initial de paramètre (Jeu 1 dans le tableau I) la solution fournie n est pas celle attendue. Pour les autres ensembles de trois paramètres, deux phénomènes apparaissent. Soit SiDoLo converge vers une solution qui n est pas toujours celle attendue bien que la réponse calculée avec les paramètres fournis soit encore proche de la réponse de référence. Soit, il fourni une bonne valeur pour Φ mais pas pour les autres paramètres comme en présence des deux extensomètres seuls. L identification de trois paramètres ou plus ne semble pas envisageable pour des projets classiques mais l est probablement pour des projets de recherches où l instrumentation est plus importante. 5. Conclusions L étude présentée permet de mettre en évidence pour certaines identifications l influence de la valeur initiale introduite dans le processus d optimisation sur les résultats obtenus. En effet, quelque fois le processus converge vers des minimums locaux différents de ceux espérés. Cet article permet aussi de montrer les difficultés qui peuvent être rencontrées lors de l identification de paramètres qui influencent peu les variables observées. Finalement, les résultats présentés permettent de déterminer les paramètres que nous pouvons espérer identifier en fonction des Session 1 - Risques géotechniques sur les ouvrages de génie civil et industriel I - 111

8 S. Eclaircy-Caudron et al. variables observées dont nous disposons avec une modélisation bidimensionnelle en déformations planes et de les limiter au nombre de deux. 6. Références bibliographiques Eclaircy-Caudron S., Billat E., Dias D., Kastner R. (2006a) Inverse analysis on an axisymetric model of a tunnel. First Euro Mediterranean in Advances on Geomaterials and Structures, Hammamet (Tunisia), 3-5 May Eclaircy-Caudron S., Dias D., Chantron L., Kastner R. (2006b) Evaluation of a back analysis method on simple tests. Fouth International FLAC Symposium on Numerical Modelling in Geomechanics, Madrid (Spain), May Finno R.J., Calvello, M. (2005) Supported Excavations: the Observational Method and Inverse Modeling. Journal of Geotechnical and Geoenvironmental Engineering 131 (7), Hicher P.Y., Shao J.F. (2002) Modèles de comportement des sols et des roches 2: lois incrémentales, viscoplasticité, endommagement. Hermès Science Publications. Itech (2002) Cleo2D user s manual. Jeon Y.S., Yang H.S. (2004) Development of a back analysis algorithm using FLAC. International Journal of Rock Mechanics and Mining Sciences 41 (1), Mestat Ph., Arafati N. (2000) Modélisation des sables avec la loi de Nova: détermination des paramètres et influence sur les simulations. Bulletin des LCPC 225, Panet M. (1995) Le calcul des tunnels par la méthode convergence-confinement. Presses de l école nationale des Ponts et Chaussées. Pilvin P. (1983) Modélisation du comportement d assemblages des structures à barres. Thèse, Université Paris VI, Paris, France. SiDoLo version (2003) Notice d utilisation. Laboratoire Génie Mécanique et Matériaux de l Université de Bretagne-Sud, Lorient, France. Zentar R. (1999) Analyse inverse des essais pressiométriques : Application à l argile de Saint- Herblain. Thèse, Ecole Centrale, Nantes, France. I Session 1 - Risques géotechniques sur les ouvrages de génie civil et industriel

Interprétation des essais pressiométriques

Interprétation des essais pressiométriques Interprétation des essais pressiométriques II. Détermination des caractéristiques hydromécaniques des sols fins saturés par analyse inverse Pierre-Yves Hicher - Damien Rangeard Institut de Recherche en

Plus en détail

1 Construction par couche d un matériau élastique

1 Construction par couche d un matériau élastique GEFDYN - Tests de construction par couches 1D d un sol bi-phasique saturé 1 Tests de construction par couches 1D d un sol bi-phasique saturé 12 avril 6 Fernando Lopez-Caballero & Arezou Modaressi Version

Plus en détail

Le Calcul des tunnels

Le Calcul des tunnels Le Calcul des tunnels Philippe Autuori Michel Pré Hervé Thiébaut 1 2ème Séance La méthode convergence confinement: élasto-plasticité La méthode du solide composite Stabilité de front 2 La méthode convergence

Plus en détail

MODELISATION NUMERIQUE BIDIMENSIONNELLE

MODELISATION NUMERIQUE BIDIMENSIONNELLE Modélisation numérique bidimensionnelle MODELISATION NUMERIQUE BIDIMENSIONNELLE Les deux chapitres suivants concernent la modélisation numérique bidimensionnelle en milieu continu, visant à simuler le

Plus en détail

Mastère Génie Civil Européen

Mastère Génie Civil Européen ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES Année 2009-2010 Mastère Génie Civil Européen Géotechnique Essais en place ÉLÉMENTS THÉORIQUES 1. Essai pressiométrique 1.1. Principe de l essai et interprétation

Plus en détail

SSNV126 - Éprouvette en traction-relaxation anisotherme avec le modèle VENDOCHAB

SSNV126 - Éprouvette en traction-relaxation anisotherme avec le modèle VENDOCHAB Titre : SSNV126 - Éprouvette en traction-relaxation anisot[...] Date : 02/06/2016 Page : 1/19 SSNV126 - Éprouvette en traction-relaxation anisotherme avec le modèle VENDOCHAB Résumé : Le modèle VENDOCHAB,

Plus en détail

SSNA112 Test d arrachement axisymétrique pour l étude de la liaison acier-béton : loi JOINT_BA

SSNA112 Test d arrachement axisymétrique pour l étude de la liaison acier-béton : loi JOINT_BA Titre : SSNA112 Test d arrachement axisymétrique pour l [...] Date : 29/05/2013 Page : 1/8 SSNA112 Test d arrachement axisymétrique pour l étude de la liaison acier-béton : loi JOINT_BA Résumé : Dans ce

Plus en détail

Modélisation numérique de l effet de la construction d un ouvrage souterrain sur les terrassements en surface. Application au Métro d Alger.

Modélisation numérique de l effet de la construction d un ouvrage souterrain sur les terrassements en surface. Application au Métro d Alger. Modélisation numérique de l effet de la construction d un ouvrage souterrain sur les terrassements en surface. Application au Métro d Alger. Djenane Mohamed (1), Hamami Mounir (2), Hammoud Farid (3) 1

Plus en détail

- 3 - Introduction - CESAR-LCPC version 4.1

- 3 - Introduction - CESAR-LCPC version 4.1 : itech - 2011 12-16 Rue de Vincennes 93100 Montreuil France Tel : +33 1 48 70 47 41 Fax : +33 1 48 59 12 24 cesar-lcpc@itech-soft.com www.cesar-lcpc.com - 1 - - 3 - Introduction - CESAR-LCPC version

Plus en détail

Le Calcul des tunnels

Le Calcul des tunnels Le Calcul des tunnels Philippe Autuori Michel Pré Hervé Thiébaut 1 Programme des 3 séances 1 :Panorama des méthodes de calcul Les méthodes semi-empiriques Les méthodes d interaction Les réactions hyperstatiques

Plus en détail

Contexte. ! Comment passer de : ! à : Mise au point 2/35. Fabrice Morestin SF2M2014 INSA de LYON

Contexte. ! Comment passer de : ! à : Mise au point 2/35. Fabrice Morestin SF2M2014 INSA de LYON Caractérisation du comportement plastique des tôles minces Point de vue phénoménologique! Fabrice MORESTIN! INSA de Lyon! Laboratoire de Mécanique des Contacts et des Structures 1/35 Contexte! Comment

Plus en détail

PRESENTATION DE L'OUTIL DE SIMULATION ET MODELES DE COMPORTEMENT

PRESENTATION DE L'OUTIL DE SIMULATION ET MODELES DE COMPORTEMENT CHAPITRE 03 PRESENTATION DE L'OUTIL DE SIMULATION ET MODELES DE COMPORTEMENT 3-1Introduction : L estimation de l influence des modes de mouvement d un écran de soutènement sur les pressions de terre est

Plus en détail

Identification des paramètres mécaniques des sols par analyse inverse sur des essais et ouvrages géotechniques

Identification des paramètres mécaniques des sols par analyse inverse sur des essais et ouvrages géotechniques Identification des paramètres mécaniques des sols par analyse inverse sur des essais et ouvrages géotechniques Séverine Levasseur 3S-R Grenoble Universités CNRS/UJF/INPG UMR 5521 BP53 38 041 Grenoble Cedex

Plus en détail

INFLUENCE DES MODES DU MOUVEMENT ET LA FLEXIBILITE D ECRAN SUR LES PRESSIONS PASSIVES ET ACTIVES DES TERRES

INFLUENCE DES MODES DU MOUVEMENT ET LA FLEXIBILITE D ECRAN SUR LES PRESSIONS PASSIVES ET ACTIVES DES TERRES CHAPITRE 04 : INFLUENCE DES MODES DU MOUVEMENT ET LA FLEXIBILITE D ECRAN SUR LES PRESSIONS PASSIVES ET ACTIVES DES TERRES Introduction : L évaluation de la pression active et passive de la terre agissant

Plus en détail

Formation à la Modélisation et à l Identification du Comportement Mécanique des Matériaux

Formation à la Modélisation et à l Identification du Comportement Mécanique des Matériaux Formation à la Modélisation et à l Identification du Comportement Mécanique des Matériaux OBJECTIF Il s agit ici de mécanique appliquée aux matériaux : métaux et alliages, polymères, céramiques et composites.

Plus en détail

Modélisation et simulation numérique d un quai sur pieu avec le code de calcul FLAC 2D

Modélisation et simulation numérique d un quai sur pieu avec le code de calcul FLAC 2D Modélisation et simulation numérique d un quai sur pieu avec le code de calcul FLAC 2D Hermime Tassadit 1, Gabi Smail 2 1 Département de Génie-civil, Laboratoirede Recherche de Géo matériaux Environnement

Plus en détail

2. Capacité portante d une fondation superficielle sur sol purement cohésif non pesant

2. Capacité portante d une fondation superficielle sur sol purement cohésif non pesant Influence du comportement plastique de la structure sur l état limite ultime dans les problèmes d interaction sol-structure Sylvain Plumey 1. Introduction Il existe un certain nombre d incertitudes sur

Plus en détail

Réflexions sur la prise en compte des effets tridimensionnels pour l analyse et la conception des ouvrages souterrains

Réflexions sur la prise en compte des effets tridimensionnels pour l analyse et la conception des ouvrages souterrains Réflexions sur la prise en compte des effets tridimensionnels pour l analyse et la conception des ouvrages souterrains François LAIGLE EDF- Centre d Ingénierie Hydraulique CFMR Séance du 5 mars 2009 Modélisation:

Plus en détail

PROJET DE FIN D ETUDE

PROJET DE FIN D ETUDE PROJET DE FIN D ETUDE Etude du comportement mécanique des matériaux granulaires compactés non saturés sous chargements cycliques Auteur : YOUSFI Adel INSA Strasbourg, spécialité génie civil, option construction

Plus en détail

Code_Aster. SDNS01 - Modèle probabiliste non paramétrique - paramétrique d une plaque en flexion avec non linéarités localisées de choc

Code_Aster. SDNS01 - Modèle probabiliste non paramétrique - paramétrique d une plaque en flexion avec non linéarités localisées de choc Titre : SDNS01 - Modèle probabiliste non paramétrique pa[...] Date : 06/01/2009 Page : 1/12 Organisme(s) : EDF-R&D/AMA Manuel de Validation Fascicule V5.06 : Dynamique non linéaire des coques et plaques

Plus en détail

Manuel de validation Fascicule v7.20 : Thermo-mécanique statique non linéaire des structures axisymétriques

Manuel de validation Fascicule v7.20 : Thermo-mécanique statique non linéaire des structures axisymétriques Titre : HSNA100 - Séchage d'un mur d'enceinte en béton Date : 01/03/2011 Page : 1/10 Manuel de Validation Fascicule V7.20 : Thermo-mécanique statique non linéaire des structures axisymétriques Document

Plus en détail

MODELISATION DU SOULEVEMENT DU TERRAIN PAR UNE INJECTION APPLICATION AUX EXCAVATIONS

MODELISATION DU SOULEVEMENT DU TERRAIN PAR UNE INJECTION APPLICATION AUX EXCAVATIONS Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l Ingénieur JNGG 8 - Nantes, 18-2 juin 28 MODELISATION DU SOULEVEMENT DU TERRAIN PAR UNE INJECTION APPLICATION AUX EXCAVATIONS NUMERICAL MODELLING

Plus en détail

Qualité des calculs par éléments finis

Qualité des calculs par éléments finis Qualité des calculs par éléments finis 16 mars 2011 Philippe Mestat (Ifsttar) Qu est-ce qu un bon modèle de calcul? Qu est-ce qu un modèle correct? Qualité des données Qualité du logiciel Cohérence des

Plus en détail

Outils numériques. Partie IV SIMULATIONS NUMÉRIQUES

Outils numériques. Partie IV SIMULATIONS NUMÉRIQUES Outils numériques Partie IV SIMULATIONS NUMÉRIQUES 225 Outils numériques Chapitre VIII Simulations numériques des essais sous chargement simple 226 Outils numériques Table des matières I. OUTILS NUMÉRIQUES...

Plus en détail

Simulation de la localisation des déformations lors du procedé d hydroformage de tubes

Simulation de la localisation des déformations lors du procedé d hydroformage de tubes Simulation de la localisation des déformations lors du procedé d hydroformage de tubes D. Daly*, P. Duroux**, M. Rachik*, J.M. Roelandt*, J.Wilsius** * Laboratoire ROBERVAL ( UMR 6066 : UTC/CNRS) Université

Plus en détail

8 - CONCEPTION - DIMENSIONNEMENT - VERIFICATIONS

8 - CONCEPTION - DIMENSIONNEMENT - VERIFICATIONS 8 - CONCEPTION - DIMENSIONNEMENT - VERIFICATIONS 1/Cadre règlementaire 2/Critères de conception et de dimensionnement 3/Règles constructives 4/Critères de rupture 5/Choix des paramètres de terrain 6/Actions

Plus en détail

Code_Aster. SSNV233 Essai de torsion avec la loi de Mohr- Coulomb

Code_Aster. SSNV233 Essai de torsion avec la loi de Mohr- Coulomb Titre : SSNV233 Essai de torsion avec la loi de Mohr-Cou[...] Date : 22/10/2013 Page : 1/6 SSNV233 Essai de torsion avec la loi de Mohr- Coulomb Résumé : On réalise un essai de torsion avec la loi de Mohr-Coulomb.

Plus en détail

ED 2A OPM Déformation Plastique. Simulation numérique des procédés de déformation plastique via le logiciel Forge

ED 2A OPM Déformation Plastique. Simulation numérique des procédés de déformation plastique via le logiciel Forge ED 2A OPM Déformation Plastique Simulation numérique des procédés de déformation plastique via le logiciel Forge Etienne Pessard Simulation numérique des procédés de déformation plastique via le logiciel

Plus en détail

Optimisation globale et applications en

Optimisation globale et applications en Optimisation applications en Laurent Dumas Laboratoire Jacques-Louis Lions,UPMC 2 octobre 2006 1 Exemples de problèmes en 2 globale 3 Principaux résultats 4 1 Exemples de problèmes en : pose d un stent

Plus en détail

MATHÉMATIQUES I : Algèbre linéaire et calcul MAT102 VIRGINIE CHARETTE DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

MATHÉMATIQUES I : Algèbre linéaire et calcul MAT102 VIRGINIE CHARETTE DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE MATHÉMATIQUES I : Algèbre linéaire et calcul MAT102 VIRGINIE CHARETTE DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE Hiver 2009 Remarques sur le texte. 1- Les définitions principales et les théorèmes

Plus en détail

Travail de fin d études

Travail de fin d études Travail de fin d études Modélisation hydromécanique de l argile à Opalines: retour d expérience sur le micro-tunnel HG-A BERTRAND François Université de Liège Juin 2014 BERTRAND François (Université de

Plus en détail

itech Rue de Vincennes Montreuil France Tel : Fax :

itech Rue de Vincennes Montreuil France Tel : Fax : itech - 2011 12-16 Rue de Vincennes 93100 Montreuil France Tel : +33 1 48 70 47 41 Fax : +33 1 48 59 12 24 cesar-lcpc@itech-soft.com www.cesar-lcpc.com 1. INTRODUCTION La capacité portante d une fondation

Plus en détail

Modèle physique de contact pneumatique-chaussée Comparaisons mesures/calculs

Modèle physique de contact pneumatique-chaussée Comparaisons mesures/calculs Journée de clôture de l opération de recherche 11D21 «Les sources de bruit routier» Modèle physique de contact pneumatique-chaussée Comparaisons mesures/calculs Julien Cesbron (LCPC - ENPC - ECN) Contact

Plus en détail

FIELD: Engineering sciences.

FIELD: Engineering sciences. Exemples d utilisation d un modèle élastoplastique avec élasticité non linéaire pour la modélisation d ouvrages géotechniques Emmanuel BOURGEOIS Sophie COQUILLAY Philippe MESTAT Laboratoire Central des

Plus en détail

École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire Mécanique des sols et des roches

École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire Mécanique des sols et des roches École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire 2008-2009 Mécanique des sols et des roches Contrôle des connaissances 2 (Séance du 2 février 2009) CORRIGÉ Exercice 1. Résistance au cisaillement et

Plus en détail

Ingénierie SNCF - LCPC

Ingénierie SNCF - LCPC Ingénierie SNCF - LCPC Comportement de massifs en sol renforcé par armatures métalliques sous voie ferrée, études expérimentales et numériques Laurent Soyez IG Département OA LCPC Division MSRGI Ouvrages

Plus en détail

Le défi de l ingénierie géotechnique face à la généralisation des modèles numériques

Le défi de l ingénierie géotechnique face à la généralisation des modèles numériques Le défi de l ingénierie géotechnique face à la généralisation des modèles numériques Fahd Cuira Terrasol Juin 2017 - Apports des modèles numériques dans l identification des mécanismes de ruine et d interaction

Plus en détail

«Approches expérimentale et numérique du dimensionnement d une couche de sol renforcée par géosynthétiques sur cavités potentielles»

«Approches expérimentale et numérique du dimensionnement d une couche de sol renforcée par géosynthétiques sur cavités potentielles» Journée technique CFMS-CFG «Les Géosynthétiques et leurs applications» «Approches expérimentale et numérique du dimensionnement d une couche de sol renforcée par géosynthétiques sur cavités potentielles»

Plus en détail

Dimensionnement d un barrage

Dimensionnement d un barrage Dimensionnement d un barrage en l honneur des 12 ans de l article pionnier de Maurice Lévy 1 On se propose d étudier, dans l hypothèse des petites perturbations, l équilibre d un barrage constitué d un

Plus en détail

Conclusion générale CONCLUSION GÉNÉRALE

Conclusion générale CONCLUSION GÉNÉRALE CONCLUSION GÉNÉRALE Dans un centre de stockage de déchets, la réalisation d une barrière de sécurité passive a pour but l obtention d un confinement continu, homogène, présentant l épaisseur et les caractéristiques

Plus en détail

Méthodes de calcul en stabilité des pentes

Méthodes de calcul en stabilité des pentes ENTPE cours Mécanique des sols 2 Méthodes de calcul en stabilité des pentes R.M. Faure Principes de base Une partie mobile du sol glisse sur une partie fixe Le frottement est défini par la loi de Coulomb

Plus en détail

Influence du degré d expansion sur le retard de propagation des fissures

Influence du degré d expansion sur le retard de propagation des fissures Influence du degré d expansion sur le retard de propagation des fissures A. BELAZIZ 1, M. MAZARI 1 1 Département de Génie Mécanique, Laboratoire de Matériaux et Systèmes Réactifs LMSR, Université Djilali

Plus en détail

itech Rue de Vincennes Montreuil France Tel : Fax :

itech Rue de Vincennes Montreuil France Tel : Fax : : itech - 2011 12-16 Rue de Vincennes 93100 Montreuil France Tel : +33 1 48 70 47 41 Fax : +33 1 48 59 12 24 cesar-lcpc@itech-soft.com www.cesar-lcpc.com 1. INTRODUCTION 1.1. Objectifs du didacticiel

Plus en détail

Couplage faible hydraulique et thermique dans la modélisation du refroidissement d une pièce automobile

Couplage faible hydraulique et thermique dans la modélisation du refroidissement d une pièce automobile Couplage faible hydraulique et thermique dans la modélisation du refroidissement d une pièce automobile R. Choufany 1,2, G. Lavaud 1, M. Albertelli 1 P. Breitkopf 2, C. Vayssade 2 1 Renault, Technocentre,

Plus en détail

Calcul de structure par la méthode des éléments finis Traction sur une éprouvette cylindrique

Calcul de structure par la méthode des éléments finis Traction sur une éprouvette cylindrique Calcul de structure par la méthode des éléments finis Traction sur une éprouvette cylindrique Clarisse Rivon Nasar Nabeebaccus Benoni Paumier mercredi 18 mars 2015 Table des matières I. Introduction structure

Plus en détail

Methodes d Optimisation Assimilation de données Méthode du gradient conjugué

Methodes d Optimisation Assimilation de données Méthode du gradient conjugué Methodes d Optimisation Assimilation de données Méthode du gradient conjugué BIZZARI Romain MUSCAT Laurent VAUBOURG Audrey 3HY MSN 24 Octobre 2014 Sommaire Introduction 3 1 Explication de la méthode 4

Plus en détail

Modélisation du comportement dynamique des écrans pare-blocs

Modélisation du comportement dynamique des écrans pare-blocs Modélisation du comportement dynamique des écrans pare-blocs Journée Dimensionnement des ouvrages au rocher 28/10/15 - Toulouse Auteurs: Marie-Aurélie CHANUT, Jibril COULIBALY Date: 28 octobre 2015 Plan

Plus en détail

Développement d un macroélément 3D. pour l analyse du comportement. sismique des fondations superficielles

Développement d un macroélément 3D. pour l analyse du comportement. sismique des fondations superficielles Développement d un macroélément 3D pour l analyse du comportement sismique des fondations superficielles Par: Youssef Abboud (IFSTTAR GERS) Sous la direction de: Jean-François Semblat (IFSTTAR GERS) et

Plus en détail

Optimisation de structure

Optimisation de structure Optimisation de structure Structure bois - formes, limites technologiques et optimum 1 Plan de présentation Introduction Optimisation Bois ABAQUS Objectifs Premières simulations Assemblage «souple» Assemblage

Plus en détail

Module 1. Connaissances de base

Module 1. Connaissances de base MASTERE SPECIALISE TUNNELS et OUVRAGES SOUTERRAINS De la conception à l exploitation Module. Connaissances de base.2. Comportement mécanique des sols Denis BRANQUE ENTPE CONNAISSANCES DE BASES: Comportement

Plus en détail

CSMA ème Colloque National en Calcul des Structures mai 2017, Presqu île de Giens (Var)

CSMA ème Colloque National en Calcul des Structures mai 2017, Presqu île de Giens (Var) CSMA 2017 13ème Colloque National en Calcul des Structures 15-19 mai 2017, Presqu île de Giens (Var) Optimisation topologique par lignes de niveaux : mise en œuvre non intrusive F.Bordeu 1, J. Cortial

Plus en détail

Identification d une loi de comportement de l os du crâne humain en quasi-statique

Identification d une loi de comportement de l os du crâne humain en quasi-statique Identification d une loi de comportement de l os du crâne humain en quasi-statique C. DELILLE *#, R. DELILLE *, S. BAIVIER *, B. CANAPLE *, P. DRAZETIC *, C. MASSON #, E. MARKIEWICZ *, D. CESARI #. * IUT

Plus en détail

SSNA111 - Indentation d un massif par un poinçon. Ce test concerne l étude d'un poinçon conique déformant une structure massive élasto-plastique.

SSNA111 - Indentation d un massif par un poinçon. Ce test concerne l étude d'un poinçon conique déformant une structure massive élasto-plastique. Titre : SSNA111 - Indentation d'un massif par un poinçon Date : 24/09/2013 Page : 1/6 SSNA111 - Indentation d un massif par un poinçon Résumé : Ce test concerne l étude d'un poinçon conique déformant une

Plus en détail

Analyse du comportement non linéaire des structures par la méthode des éléments finis. Christian Rey

Analyse du comportement non linéaire des structures par la méthode des éléments finis. Christian Rey Analyse du comportement non linéaire des structures par la méthode des éléments finis Christian Rey christian.rey@safran.fr Mastère Spécialisé Design des Matériaux et des Structures DMS 1 1 Plan du cours

Plus en détail

RÉDUCTION DE MODÈLE EN MÉCANIQUE NON LINÉAIRE. David Ryckelynck M. Abbas, D. Amsallem, F. Chinesta, A. Hamdouni, E. Hachem, J.

RÉDUCTION DE MODÈLE EN MÉCANIQUE NON LINÉAIRE. David Ryckelynck M. Abbas, D. Amsallem, F. Chinesta, A. Hamdouni, E. Hachem, J. RÉDUCTION DE MODÈLE EN MÉCANIQUE NON LINÉAIRE David Ryckelynck M. Abbas, D. Amsallem, F. Chinesta, A. Hamdouni, E. Hachem, J. Salomon M. Abbas, D. Amsallem, A. Hamdouni, E. Hachem, F. Chinesta, G. Peyre,

Plus en détail

Optimisation topologique. D. Chablat

Optimisation topologique. D. Chablat Optimisation topologique D. Chablat 1 Optimisation But : optimiser la forme d un pièce pour minimiser son coût, son volume, etc en respectant des contraintes de forme, de tenue mécanique Formulation mathématiques

Plus en détail

SSNV207 Essai de cisaillement cyclique incluant des micro-décharges avec la loi de Hujeux

SSNV207 Essai de cisaillement cyclique incluant des micro-décharges avec la loi de Hujeux Titre : SSNV207 Essai de cisaillement cyclique incluant [...] Date : 01/08/2011 Page : 1/6 SSNV207 Essai de cisaillement cyclique incluant des micro-décharges avec la loi de Hujeux Résumé On réalise un

Plus en détail

INTERACTION BUTEE DES RIDEAUX EN VIS-A-VIS

INTERACTION BUTEE DES RIDEAUX EN VIS-A-VIS INTERACTION BUTEE DES RIDEAUX EN VIS-A-VIS INTERACTION ANALYSIS ON PASSIVE PRESSURE OF ABUTMENT BETWEEN TWO OPPOSITE RETAINING WALLS Christophe JASSIONNESSE 1, Martin CAHN 1, Alkisti TSIROGIANNI 1 1 GEOS

Plus en détail

Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Fonctionnement d éléments de structures en béton armé dégradés par corrosion et estimation des paramètres mécaniques dégradés a posteriori Présenté par : Benjamin RICHARD Organismes : LCPC Paris Paris

Plus en détail

SDLS128 - Sollicitation sismique d'une colonne de sol avec le modèle linéaire équivalent

SDLS128 - Sollicitation sismique d'une colonne de sol avec le modèle linéaire équivalent Titre : SDLS128 - Sollicitation sismique d'une colonne de [...] Date : 29/06/2015 Page : 1/12 SDLS128 - Sollicitation sismique d'une colonne de sol avec le modèle linéaire équivalent Résumé : L'objectif

Plus en détail

Modélisation numérique du comportement d un écran de soutènement auto stable avec fondation ancrée

Modélisation numérique du comportement d un écran de soutènement auto stable avec fondation ancrée Modélisation numérique du comportement d un écran de soutènement auto stable avec fondation ancrée Chogueur Aissa 1, Zadjaoui Abdeldjalil 1 1 Département de génie civil, Laboratoire RisAM, Université de

Plus en détail

Programme TUNREN v 1.00

Programme TUNREN v 1.00 Guide de l utilisateur de TUNREN C Notice technique de TunRen : Convergence-Confinement Programme TUNREN v 1.00 C. Notice technique: Convergence-Confinement 1. TABLE DES MATIERES 1. TABLE DES MATIERES...

Plus en détail

SDLL118 - Poutre soumise à une excitation fluide-élastique axiale

SDLL118 - Poutre soumise à une excitation fluide-élastique axiale Titre : SDLL118 - Poutre soumise à une excitation fluide_é[...] Date : 05/04/2013 Page : 1/9 SDLL118 - Poutre soumise à une excitation fluide-élastique axiale Résumé : On considère un tube en PVC placé

Plus en détail

NUMERICAL AND PHYSICAL MODELING OF THE BEHAVIOR OF A RETAINING WALL. FIELD: Engineering sciences.

NUMERICAL AND PHYSICAL MODELING OF THE BEHAVIOR OF A RETAINING WALL. FIELD: Engineering sciences. Modélisation numérique et physique du comportement d une paroi de soutènement Christophe GAUDIN University of Western Australia. Centre for offshore Foundations systems Horatio POPA Technical University

Plus en détail

Identification des propriétés hygrothermiques des matériaux par stratégie d évolution CMA

Identification des propriétés hygrothermiques des matériaux par stratégie d évolution CMA Identification des propriétés hygrothermiques des matériaux par stratégie d évolution CMA Simon Rouchier LOCIE Université de Savoie Contexte et objectifs Diagnostic de l existant pour la réhabilitation

Plus en détail

Cours des Méthodes Numériques Appliquées Master I Energie Solaire- Département de Génie Mécanique. Discrétisation des EDP. Dr H.

Cours des Méthodes Numériques Appliquées Master I Energie Solaire- Département de Génie Mécanique. Discrétisation des EDP. Dr H. Cours des Méthodes Numériques Appliquées Master I Energie Solaire- Département de Génie Mécanique Discrétisation des EDP Dr H. Madani 1 Les trois familles des EDP Les différences finies: la méthode consiste

Plus en détail

EN OM F R A ESSAI AU VERIN PLAT TYPE SURRADIAL MECANIQUE DES ROCHES ESSAIS IN SITU. INGENIERIE en GEOTECHNIQUE et AUSCULTATION

EN OM F R A ESSAI AU VERIN PLAT TYPE SURRADIAL MECANIQUE DES ROCHES ESSAIS IN SITU. INGENIERIE en GEOTECHNIQUE et AUSCULTATION INGENIERIE en GEOTECHNIQUE et AUSCULTATION fondée en 1969 Mécanique des sols et des roches Géologie - Hydrogéologie Mesure et Instrumentation Environnement 6, 8 avenue Eiffel 77220 Gretz-Armainvilliers

Plus en détail

Optimisation linéaire

Optimisation linéaire Cours 1 Optimisation linéaire L optimisation linéaire est un domaine de la recherche opérationnelle. Elle consiste à modéliser des problèmes de recherche opérationnelle à l aide d inégalités linéaires

Plus en détail

LA SIMULATION DU PROCEDE DE MISE EN FORME EMBOUTISSAGE

LA SIMULATION DU PROCEDE DE MISE EN FORME EMBOUTISSAGE LA SIMULATION DU PROCEDE DE MISE EN FORME EMBOUTISSAGE L emboutissage est un procédé de formage par déformation, à chaud ou à froid, des métaux visant à transformer une tôle en une pièce plus ou moins

Plus en détail

Etude de stabilité non linéaire d un réservoir sous sollicitation sismique

Etude de stabilité non linéaire d un réservoir sous sollicitation sismique Etude de stabilité non linéaire d un réservoir sous sollicitation sismique Nicolas Greffet Aimery Assire, Jérôme Pigat, Jean-Michel Proix EDF - R&D/AMA EDF R&D Un réservoir potentiellement instable...

Plus en détail

Tenue à la pression des tapes GV mécano-vissées

Tenue à la pression des tapes GV mécano-vissées Journée des utilisateurs de Code_Aster 2010 Tenue à la pression des tapes GV mécano-vissées EDF SEPTEN RE/TM Y. Mézière SOM Groupe ORTEC S. Gouater N. Ranchon 16/03/2010 Journée annuelle des utilisateurs

Plus en détail

Étude bidimensionnelle de la répartition des charges dans une vis à billes par photoélasticimétrie

Étude bidimensionnelle de la répartition des charges dans une vis à billes par photoélasticimétrie Étude bidimensionnelle de la répartition des charges dans une vis à billes par photoélasticimétrie R. Bertolaso 1, Y. Barranger 3, M. Cheikh 2, J.C. Dupré 3, A. Germaneau 3, P. Doumalin 3 1 CROMeP (Mines

Plus en détail

Examen de contrôle continu, module «Mécanique du Solide» 19 octobre h30-16h00 avec calculatrice 1 page de document autorisé

Examen de contrôle continu, module «Mécanique du Solide» 19 octobre h30-16h00 avec calculatrice 1 page de document autorisé Examen de contrôle continu, module «Mécanique du Solide» 19 octobre 2011 14h30-16h00 avec calculatrice 1 page de document autorisé Partie 1 : Question de cours [2pt] Qu est ce que le coefficient de Poisson?

Plus en détail

SSNS100 - Comportement non linéaire d une nappe d armatures sous chargement thermique

SSNS100 - Comportement non linéaire d une nappe d armatures sous chargement thermique Titre : SSNS100 - Comportement non linéaire d une nappe Date : 06/01/2009 Page : 1/22 Organisme(s) : EDF-R&D/AMA Manuel de Validation Fascicule V6.05 : Statique non linéaire Document : V6.05.100 SSNS100

Plus en détail

Comportement mécanique de joints adhésifs pour composites GLARE estimé par corrélation d images

Comportement mécanique de joints adhésifs pour composites GLARE estimé par corrélation d images Comportement mécanique de joints adhésifs pour composites GLARE estimé par corrélation d images R. Fedele 1, F. Hild 2, S. Roux 2 1 Département d Ingénierie des Structures, Politecnico di Milano, P.zza

Plus en détail

Modélisation numérique en mécanique: Des matériaux aux structures

Modélisation numérique en mécanique: Des matériaux aux structures Colloques STI Gymnases 2014 Modélisation numérique en mécanique: Des matériaux aux structures Joël Cugnoni Laboratoire de mécanique appliquée et d analyse de fiabilité Processus de conception mécanique:

Plus en détail

Turbine Basse Chute VLH. Critères Ichthyophiles : préétude 8 pales. Sommaire

Turbine Basse Chute VLH. Critères Ichthyophiles : préétude 8 pales. Sommaire Critères Ichthyophiles : préétude 8 pales Sommaire 1 Introduction : les critères utilisés... 2 2 Géométrie utilisée pour la pré-étude, maillage, conditions du calcul et résultats globaux.... 3 3 Vérification

Plus en détail

1 Essai 1 : géométrie proche d'une poutre. L'éprouvette utilisée pour effectuer la mesure est la suivante : Dimensions de la structure :

1 Essai 1 : géométrie proche d'une poutre. L'éprouvette utilisée pour effectuer la mesure est la suivante : Dimensions de la structure : Annexe : Influence de la géométrie de la poutre Mise en évidence du domaine de validité de la théorie des poutres par la corrélation d images numériques Edité le 17/05/2006 Damien CLAIRE - Jean-Loup PRENSIER

Plus en détail

Les ponts en maçonnerie du diagnostic à la réparation

Les ponts en maçonnerie du diagnostic à la réparation Les ponts en maçonnerie du diagnostic à la réparation Fonctionnement des ouvrages en maçonnerie Sébastien NEIERS / Cerema Direction Territoriale Est / DOA NANCY, 24 septembre 2015 1 Matériaux constitutifs

Plus en détail

Volume I N 3 Revue de l Entrepreneuriat et de l Innovation Etude Numérique du Comportement d une Eprouvette de Traction en PVC Rigide

Volume I N 3 Revue de l Entrepreneuriat et de l Innovation Etude Numérique du Comportement d une Eprouvette de Traction en PVC Rigide Etude Numérique du Comportement d une Eprouvette de Traction en PVC Rigide A. ENNAJI 1, GH. ARID 1, I. LOULIDI, A. SAOUD 1, M. CHERGUI 1 1 Laboratoire de Contrôle et Caractérisation Mécanique des Matériaux

Plus en détail

Chapitre 5 TASSEMENT ET CONSOLIDATION

Chapitre 5 TASSEMENT ET CONSOLIDATION Chapitre 5 TASSEMENT ET CONSOLIDATION Le tassement est par définition la variation de hauteur d une couche de sol sous l effet d une charge. La consolidation est l évolution du tassement dans le temps.

Plus en détail

Suivi géologique et géotechnique en tunnel assisté par SIG

Suivi géologique et géotechnique en tunnel assisté par SIG Suivi géologique et géotechnique en tunnel assisté par SIG Auteurs: Laurent Thum: laurent.thum@toscano.ch Reto De Paoli: reto.depaoli@toscano.ch D&T Geodata Management En partenariat avec EDY TOSCANO SA

Plus en détail

SSNV136 - Essai triaxial drainé avec le modèle CJS (niveau 2)

SSNV136 - Essai triaxial drainé avec le modèle CJS (niveau 2) Titre : SSNV136 - Essai triaxial drainé avec le modèle CJS[...] Date : 22/03/2010 Page : 1/6 Manuel de Validation Fascicule V6.04 : Statique non linéaire des structures volumiques Document : V6.04.136

Plus en détail

IDENTIFICATION DES EFFORTS APPLIQUES AUX PALIERS VILEBREQUIN D UN CARTER CYLINDRE DE GMP PAR PROBLEME INVERSE

IDENTIFICATION DES EFFORTS APPLIQUES AUX PALIERS VILEBREQUIN D UN CARTER CYLINDRE DE GMP PAR PROBLEME INVERSE IDENTIFICATION DES EFFORTS APPLIQUES AUX PALIERS VILEBREQUIN D UN CARTER CYLINDRE DE GMP PAR PROBLEME INVERSE Résumé On considère le problème de l identification des sources de vibrations à l intérieur

Plus en détail

Analyse du comportement sismique des sols renforcés. par des inclusions rigides

Analyse du comportement sismique des sols renforcés. par des inclusions rigides Analyse du comportement sismique des sols renforcés par des inclusions rigides Alia HATEM*, Isam SHAHROUR*, Machhour SADEK**, Serge LAMBERT** *Laboratoire de Mécanique de Lille (UMR ), Université Lille,

Plus en détail

SSNS112 Essai de compression et traction alternée d'un poteau de béton armé

SSNS112 Essai de compression et traction alternée d'un poteau de béton armé Titre : SSNS112 Essai de compression et traction d'un po[...] Date : 17/07/2015 Page : 1/9 SSNS112 Essai de compression et traction alternée d'un poteau de béton armé Résumé : L'objectif de ce test est

Plus en détail

PROJET DE RECHERCHE TECHNOLOGIQUE : DECOUVERTE DE CESAR-LCPC SOFTWARE ET MODELISATION DE STRUCTURES.

PROJET DE RECHERCHE TECHNOLOGIQUE : DECOUVERTE DE CESAR-LCPC SOFTWARE ET MODELISATION DE STRUCTURES. PROJET DE RECHERCHE TECHNOLOGIQUE : DECOUVERTE DE CESAR-LCPC SOFTWARE ET MODELISATION DE STRUCTURES. Professeur encadrant : Mr Cyrille CHAZALLON Septembre 2008 / Janvier 2009 Sommaire Introduction... -

Plus en détail

Méthode de dimensionnement

Méthode de dimensionnement Scierie BatiPlus Contrôle et Vérifications Techniques CANONICA CARTIGNIES ARCHITECTES Méthode de dimensionnement Justifications de la portance des pieux selon l Eurocode 7 et la norme NF P 94-6 Méthode

Plus en détail

Expérience acquise après le creusement dans les argilites du laboratoire souterrain de Meuse/Haute- Marne (Andra)

Expérience acquise après le creusement dans les argilites du laboratoire souterrain de Meuse/Haute- Marne (Andra) Expérience acquise après le creusement dans les argilites du laboratoire souterrain de Meuse/Haute- Marne (Andra) Y. WILEVEAU 1, J.P. PIGUET 2, G. ARMAND 1, J. MOREL 1 1 Andra, Agence Nationale pour la

Plus en détail

Calcul d instabilité au flambement sur un carter de turbomachine

Calcul d instabilité au flambement sur un carter de turbomachine Calcul d instabilité au flambement sur un carter de turbomachine S. BRUNA SNECMA Moteurs, Direction Technique Centre de Villaroche 77550 MOISSY CRAMAYEL, France Table des matières. Introduction : 2 2.

Plus en détail

Analyse du comportement non linéaire des structures par la méthode des éléments finis. Christian Rey

Analyse du comportement non linéaire des structures par la méthode des éléments finis. Christian Rey Analyse du comportement non linéaire des structures par la méthode des éléments finis Christian Rey christian.rey@safran.fr Mastère Spécialisé Design des Matériaux et des Structures DMS 1 1 Plan du cours

Plus en détail

INVESTIGATIONS SUR LES ÉCHAUFFEMENTS PAR BRASSAGE D HUILE D UNE TRANSMISSION HAUTE VITESSE

INVESTIGATIONS SUR LES ÉCHAUFFEMENTS PAR BRASSAGE D HUILE D UNE TRANSMISSION HAUTE VITESSE INVESTIGATIONS SUR LES ÉCHAUFFEMENTS PAR BRASSAGE D HUILE D UNE TRANSMISSION HAUTE VITESSE Journées des Transmissions Mécaniques Lyon, le 11 juillet 2016 Auteurs : Vincent Abousleiman, Guillaume Robinet,

Plus en détail

Caractérisation de l adhérence des renforcements locaux sur des structures bois

Caractérisation de l adhérence des renforcements locaux sur des structures bois Caractérisation de l adhérence des renforcements locaux sur des structures bois Travaux expérimentaux et numériques Département GCE Association RBR Julie LARTIGAU Directeur de thèse : Stéphane Morel Equipe

Plus en détail

Code_Aster. ADLV301 Problème de couplage cavité-plaque

Code_Aster. ADLV301 Problème de couplage cavité-plaque Titre : ADLV301 Problème de couplage cavité-plaque Date : 02/07/2015 Page : 1/9 ADLV301 Problème de couplage cavité-plaque Résumé : L'objectif de ce cas-test est de calculer les champs de pression dans

Plus en détail

SSNS112 Essai de compression et traction alternée d'un poteau de béton armé

SSNS112 Essai de compression et traction alternée d'un poteau de béton armé Titre : SSNS112 Essai de compression et traction d'un po[...] Date : 11/09/2015 Page : 1/11 SSNS112 Essai de compression et traction alternée d'un poteau de béton armé Résumé : L'objectif de ce test est

Plus en détail

Durabilité des renforcements par collage de matériaux composites

Durabilité des renforcements par collage de matériaux composites Équipe ressource «Collage et Matériaux Composites» LR Autun S. Chataigner Durabilité des renforcements par collage de matériaux composites S. Chataigner LRPC Autun K. Benzarti LCPC Paris M. Rabasse LRPC

Plus en détail

Simulation de la fissuration des briques de graphite pour les réacteurs AGR. Laure PELLET (EDF Energy R&D UK Centre) Samuel GENIAUT ( EDF R&D/AMA)

Simulation de la fissuration des briques de graphite pour les réacteurs AGR. Laure PELLET (EDF Energy R&D UK Centre) Samuel GENIAUT ( EDF R&D/AMA) Simulation de la fissuration des briques de graphite pour les réacteurs AGR Laure PELLET (EDF Energy R&D UK Centre) Samuel GENIAUT ( EDF R&D/AMA) Plan 1. Contexte et objectifs 2. Benchmark sur la propagation

Plus en détail

Y.LAFON-JALBY - M.MASSENZIO B. PAYET - S.RONEL

Y.LAFON-JALBY - M.MASSENZIO B. PAYET - S.RONEL 1 SEMESTRE 4 MODULE M41 02C : MÉTHODES ÉNERGÉTIQUES ET MODÉLISATION PAR ÉLÉMENTS FINIS TRAVAUX PRATIQUES Y.LAFON-JALBY - M.MASSENZIO B. PAYET - S.RONEL 2 1. TP PLAQUE TROUEE But du TP Le TP consiste à

Plus en détail

Interprétation des essais pressiométriques

Interprétation des essais pressiométriques Interprétation des essais pressiométriques I. Influence de la perméabilité du sol Damien Rangeard - Pierre-Yves Hicher Institut de Recherche en Génie Civil et Mécanique Ecole Centrale de Nantes, BP 90

Plus en détail

HSNS102 Plaque en béton armé avec chargement thermique. Fascicule v7.23 : Thermo-mécanique statique non linéaire des structures surfaciques

HSNS102 Plaque en béton armé avec chargement thermique. Fascicule v7.23 : Thermo-mécanique statique non linéaire des structures surfaciques Titre : HSNS102 - Plaque en béton armé avec chargement the[...] Date : 06/09/2012 Page : 1/7 HSNS102 Plaque en béton armé avec chargement thermique Résumé : Ce test a pour but principal de vérifier la

Plus en détail