ENJEUX, POSTURES ET MEDIATION DE L AVS F. FONDEVILLE CRFMS ERASME

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENJEUX, POSTURES ET MEDIATION DE L AVS F. FONDEVILLE CRFMS ERASME"

Transcription

1 ENJEUX, POSTURES ET MEDIATION DE L AVS F. FONDEVILLE CRFMS ERASME 1

2 LA FONCTION D AVS Différentes dimension de la fonction : affective de réassurance, technique d assistance, sociale de médiation (PUIG, 2005). C est l accompagnement à la scolarisation qui est au cœur de la fonction. Qu est-ce qu accompagner et comment? La fonction d accompagnement : «est souvent caractérisée par le fait que l éducateur ( ) tente de se situer comme une sorte de médiateur entre le sujet et son environnement». (Capul, Lemay, 1999). C est être «médiateur», tiers entre l élève et ses espaces scolaires. 2

3 COMPETENCES DE L AVS «Savoirs Empiriques» : savoirs issus de l expérience, savoirs «incorporés». Compétences : Constater les difficultés, en repérer les répercussions, utiliser différentes techniques pédagogiques, mener des activités (pour certains), stimuler, Des savoir-être : s adapter, être à l écoute, observer, évaluer les situations, les élèves, les groupes, comprendre les situations, le fonctionnement de la classe, de l élève, identifier, Mise à distance. 3

4 QUELLE POSTURE? QUELS ENJEUX? Aider à la scolarisation. Aider l enfant à accéder à l école (dans ses différentes dimensions). Créer les conditions pour que l élève et les autres puissent agir. Action sur de «l informel», mise à distance. Se «mettre au milieu de» «Faire tiers» : sortir de la relation de face à face, sortir de la relation duelle. 4

5 QUELLE POSTURE? QUELS ENJEUX? En tenant compte du contexte organisationnel et institutionnel - Connaissance des acteurs en lien avec l école, en lien avec l enfant (IME, Educateur ). Identification des modes de relation. En tenant compte de la relation à l équipe éducative - Participation ou non aux réunions - Information de l équipe ou non, information à l équipe ou non En tenant compte de la relation à l enseignant - Retours à l enseignant, sous quelle forme? En tenant compte de leurs lieux d intervention de présence possibles - Participation ou non à la vie scolaire? Sous quelle forme? 5

6 POSTURE DE MEDIATION La fonction d accompagnement : «est souvent caractérisée par le fait que l éducateur ( ) tente de se situer comme une sorte de médiateur entre le sujet et son environnement» (Capul, Lemay, 1999). Qu est-ce que la médiation? «Etre médiateur c est se mettre au milieu» F. Tosquelles «Fait de servir d intermédiaire, en particuliers dans la communication». Larousse Faciliter une relation, comprendre une situation. Adopter une posture de neutralité. L écoute est un préalable à la médiation. 6

7 LES LIEUX DE MEDIATION L activité scolaire dans la classe La «vie scolaire» : - l accueil - la récréation - les repas 7

8 LES FORMES DE MEDIATION La médiation comme processus éducatif : la médiation par l activité La médiation comme processus de socialisation : la médiation par le groupe La médiation comme posture de facilitation : la médiation par la communication, la médiation par la gestion de conflits 8

9 LA MEDIATION COMME PROCESSUS EDUCATIF LA MEDIATION PAR L ACTIVITE L activité comme support : - de développement de capacités cognitives et motrices (postures ), sensorielles, perspectives temporelles, acquisition de repères - de socialisation : sentiment d appartenance, partage, identification, règles collectives et sociales - de construction de l identité : réalisation individuelle, valorisation, prise de conscience de soi, de son propre fonctionnement, trouver un sens à son existence 9

10 LA MEDIATION COMME PROCESSUS EDUCATIF LA MEDIATION PAR L ACTIVITE Différents types d activités: - l activité à but spécifique (but de scolarisation, but d apprentissage ) - l activité conviviale (accueil par ex.) - le jeu - l activité de routine (repas, accompagnement aux toilettes) 10

11 LA MEDIATION COMME PROCESSUS EDUCATIF LA MEDIATION PAR L ACTIVITE Place du «médiateur» dans l activité: - Préparation matérielle - Rituel d entrée et d accueil + poser le cadre : règles de fonctionnement, vie de groupe, contenu, précision du temps - Facilite : à un niveau technique, au niveau des émotions, au niveau des affects (régule) - Canalise les relations de groupe - Est garant du cadre 11

12 LA MEDIATION COMME PROCESSUS DE SOCIALISATION LA MEDIATION PAR LE GROUPE Médiation par la socialisation Avoir une démarche socialisante c est «favoriser l intégration de chacun dans une communauté qui, comme tout espace social, est régi par des lois permettant la vie commune» 12

13 LA MEDIATION COMME FACILITATION LA MEDIATION PAR LA COMMUNICATION Médiation par la communication : intervention d un tiers pour faciliter la communication. Nécessite une posture distanciée et d écoute. La posture d écoute: «disponibilité attentive pour ce qui est dit et ce qui est fait, afin de transmettre aux différents protagonistes la conviction de leurs valeurs et de leur faire sentir que les réponses apportées à leurs formulations ou sollicitations cherchent le plus possible à rester conforme à leur demande». «Décodage des contenus latents». (Capul, Lemay, 1999). 13

14 LA MEDIATION COMME FACILITATION LA MEDIATION PAR LA COMMUNICATION La communication. Shannon et Weaver (1949) Référent Message Emetteur Canal Récepteur Code 14

15 LA MEDIATION COMME FACILITATION LA MEDIATION PAR LA COMMUNICATION L Emetteur : personne ou groupe qui émet le message. Il code. Le récepteur : personne ou groupe qui reçoit le message. Il décode. Le message : représente l objet de la communication. Le canal : c est la voie de circulation des messages. Le référent : renvoie à un ensemble de signes et de combinaison de signe. Le code : désigne le contexte, la situation, les objets auxquels renvoient la communication. 15

16 LA MEDIATION COMME FACILITATION LA MEDIATION PAR LA COMMUNICATION Les enjeux de la communication Les facteurs de la personne : la motivation, l état affectif et émotionnel, le niveau de compétences, le système de valeurs culturel, l histoire personnelle, les projections. La situation sociale : les statuts et rôles des personnes en présence. Les représentations réciproques (Ex. l effet Pygmalion. Rosenthal et Jacobson, 1968) Question de la neutralité 16

17 LA MEDIATION COMME FACILITATION LA MEDIATION PAR LA COMMUNICATION Eléments en jeu dans la communication et effets sur la posture d écoute Définis par Effets sur la posture d écoute Motivation Finalités et envies Implications différentes Emotion Etat affectif et émotionnel Ressentis différents Distorsions du message Statuts Positions sociales Orientation des attitudes Histoire Vécu des interlocuteurs Perceptions différentes Projections Assimilation de la pensée de l autre à la sienne Distorsion du message, orientation de la posture et de la formulation Valeurs Cadre de référence Perception différente du message Représentations Comment on perçoit, on se représente les interlocuteurs Implication différente Perception du message, Oriente 17 les attitudes

18 LA MEDIATION COMME FACILITATION LA MEDIATION PAR LA COMMUNICATION Les attitudes d écoute. Classification de E. Porter L évaluation. Elle est sous-tendue par du jugement (positif ou négatif) faisant référence aux valeurs. L interprétation. Déformation du sens global du message suivi d une explication. Le soutien. Forme d encouragement, de consolation. C est une banalisation qui ne permet pas de traiter le message. L investigation, l enquête. Fait de creuser le message par des questions orientées. La solution. C est le fait de trouver des solutions immédiates à ce que la personne est en train de dire. La compréhension. C est la reformulation des éléments clé du discours. Reflet ou clarification de ce qui vient d être dit. 18

19 LA MEDIATION COMME FACILITATION LA MEDIATION PAR LA COMMUNICATION Mise en situation Pensez à des situations de médiation où vous avez été en difficultés. Décrivez les nous. 19

20 ELEMENTS BIBLIOGRAPHIQUES Belmont, B., Plaisance, E. et Vérillon, A. (2011). Conditions d emploi des auxiliaires de vie scolaire et qualité de l accompagnement des élèves handicapés. Capul, M., Lemay, M. (1999 ). De l éducation spécialisée. Edouard, M. (2003). Agrandir la vie. Les fonctions des Auxiliaires de Vie Scolaire. Documentaires «La brise et les murs. Regards sur une école inclusive». Réalisation F. Delpech. Production de l IUFM Midi-Pyrénées. «Récréations». Réalisation Claire Simon. 20

ANNEXE 1-2 GRILLE DE LECTURE DYNAMIQUE DU PROGRAMME D INFORMATION ET COMMUNICATION AU REGARD DES COMPETENCES DE L ETUDE DE CAS DE TERMINALE

ANNEXE 1-2 GRILLE DE LECTURE DYNAMIQUE DU PROGRAMME D INFORMATION ET COMMUNICATION AU REGARD DES COMPETENCES DE L ETUDE DE CAS DE TERMINALE ANNEE 1-2 GRILLE DE LECTURE DYNAMIQUE DU PROGRAMME D INFORMATION ET COMMUNICATION AU REGARD DES COMPETENCES DE L ETUDE DE CAS DE TERMINALE A. LE COMPORTEMENT DES INDIVIDUS THÈMES NOTIONS ET CONTENUS À

Plus en détail

Parcours BEP-ASH. vers une Ecole inclusive CONCEVOIR ET METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS D ENSEIGNEMENT ADAPTÉ

Parcours BEP-ASH. vers une Ecole inclusive CONCEVOIR ET METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS D ENSEIGNEMENT ADAPTÉ ŒUVRE DES Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l éducation. (juillet 2013) Programmes et Socle Commun Lois 2005. Les dispositifs d aide. Interroger le sens et les

Plus en détail

La technique d entretien, pratique professionnelle du CPE. Sophie Carrère CPE CLG Montaigne Lormont

La technique d entretien, pratique professionnelle du CPE. Sophie Carrère CPE CLG Montaigne Lormont La technique d entretien, pratique professionnelle du CPE Sophie Carrère CPE CLG Montaigne Lormont Plan du stage Présentation du stage Définition de la situation d entretien en tant que communication L

Plus en détail

De la «femme de service» des salles d asile. à «l agent territorial spécialisé des écoles maternelles» IEN Irigny Soucieu Mornant

De la «femme de service» des salles d asile. à «l agent territorial spécialisé des écoles maternelles» IEN Irigny Soucieu Mornant De la «femme de service» des salles d asile à «l agent territorial spécialisé des écoles maternelles» La réglementation Loi du 30 octobre 1886 : organisation de l enseignement primaire «Une femme de service

Plus en détail

Augmenter le champ des possibles pour que chacun trouve sa place et s y sente bien

Augmenter le champ des possibles pour que chacun trouve sa place et s y sente bien Augmenter le champ des possibles pour que chacun trouve sa place et s y sente bien Coaching individuel pour les adolescents visant l épanouissement personnel, l utilisation de ses aptitudes cognitives,

Plus en détail

Identité de l élève. Structure pédagogique Environnement général de l élève :

Identité de l élève. Structure pédagogique Environnement général de l élève : Année scolaire 20.. / 20.. Document à joindre au «formulaire de demande(s) auprès de la MDPH» Identité de l élève Nom et prénom :.. Date de naissance :. Structure pédagogique Environnement général de l

Plus en détail

AVS ET ASH. 2 ème journée

AVS ET ASH. 2 ème journée AVS ET ASH 2 ème journée Comprendre l évolution des conceptions du handicap et la construction de la définition légale La signification du handicap Période : de l Antiquité au siècle des Lumières Le Handicap

Plus en détail

Les nouveaux programmes de Maternelle et leur intérêt pour les élèves les plus vulnérables

Les nouveaux programmes de Maternelle et leur intérêt pour les élèves les plus vulnérables Les nouveaux programmes de Maternelle et leur intérêt pour les élèves les plus vulnérables Betty Bouchoucha CPC ASH Enseignants coordonnateurs EMS 29 mars 2017 Une école maternelle complètement revue dans

Plus en détail

L ENTRETIEN DANS L AIDE A L ORIENTATION FAIP 2012

L ENTRETIEN DANS L AIDE A L ORIENTATION FAIP 2012 L ENTRETIEN DANS L AIDE A L ORIENTATION FAIP 2012 SOMMAIRE I DEFINITION II - APPROCHE ROGERIENNE III LES ATTITUDES IV - LES VARIABLES DE L ENTRETIEN V- LES TECHNIQUES D ENTRETIEN VI - CONDUIRE UN ENTRETIEN

Plus en détail

GRILLE DE LECTURE DYNAMIQUE DU PROGRAMME D INFORMATION ET COMMUNICATION AU REGARD DES COMPETENCES DE L ETUDE DE CAS DE TERMINALE

GRILLE DE LECTURE DYNAMIQUE DU PROGRAMME D INFORMATION ET COMMUNICATION AU REGARD DES COMPETENCES DE L ETUDE DE CAS DE TERMINALE GRILLE DE LECTURE DYNAMIQUE DU PROGRAMME D INFORMATION ET COMMUNICATION AU REGARD DES COMPETENCES DE L ETUDE DE CAS DE TERMINALE A. LE COMPORTEMENT DES INDIVIDUS THÈMES NOTIONS ET CONTENUS À CONSTRUIRE

Plus en détail

Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur

Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention Le moniteur-éducateur participe

Plus en détail

L apprentissage, une affaire de coeur

L apprentissage, une affaire de coeur Psychoéducateur et orthopédagogue L apprentissage, une affaire de coeur 1 1 Les recherches démontrent que la façon dont l enseignant s occupe de sa classe et fait travailler ses élèves a un effet direct

Plus en détail

Référentiel professionnel DEES du 20 juin 2007

Référentiel professionnel DEES du 20 juin 2007 Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de moniteur éducateur DE ME

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de moniteur éducateur DE ME Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de moniteur éducateur DE ME Annexe 1 de l arrêté du 20 juin 2007, Journal Officiel n 168 du 7 juillet 2007. Contexte de l intervention Le moniteur-éducateur

Plus en détail

Comment renforcer et optimiser son recrutement dans les SAP

Comment renforcer et optimiser son recrutement dans les SAP Comment renforcer et optimiser son recrutement dans les SAP 1 - Le processus de recrutement 2- Les aides à l embauches en 2016 3 - Les dispositifs et la formation dans les SAP 4 - Les acteurs du recrutement

Plus en détail

Conditions structurelles. pour une mise en œuvre de la bientraitance dans l accompagnement d enfants à besoins particuliers

Conditions structurelles. pour une mise en œuvre de la bientraitance dans l accompagnement d enfants à besoins particuliers Conditions structurelles pour une mise en œuvre de la bientraitance dans l accompagnement d enfants à besoins particuliers 1. Au niveau d une structure Petite Enfance, qu est-ce qui est mis en place d

Plus en détail

L entretien individualisé

L entretien individualisé Mercredi 10 Novembre 2010 L entretien individualisé Sylvie Hurel ex Directrice de CIO, adjointe au CSAIO du Rectorat de Rouen Jean Philippe Chatelain Directeur du Service Territorial Education en Milieu

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLOME D'ÉTAT DE MONITEUR-ÉDUCATEUR

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLOME D'ÉTAT DE MONITEUR-ÉDUCATEUR Institut du Travail Social Tours RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLOME D'ÉTAT DE MONITEUR-ÉDUCATEUR Annexe 1 de l arrêté du 20 juin 2007, Journal Officiel n 168 du 7 juillet 2007. Contexte de l intervention

Plus en détail

La péd agogie active en crèche

La péd agogie active en crèche La péd agogie active en crèche J aimerais dire mon engagement, mon enthousiasme, mon bonheur à accompagner et soutenir des enfants et leurs familles sans rien attendre en retour. Si ce n est, de conserver

Plus en détail

éléments principaux du rapport IGEN

éléments principaux du rapport IGEN Etat des lieux : éléments principaux du rapport IGEN «L école maternelle» (octobre 2011) Contres mercredi 05 /12 / 12 1 Quel constat? Au niveau de l école Des coopérations entre différents professionnels

Plus en détail

Plan. Chapitre 2 : L Homme. Chapitre 2 : L HOMME 08/10/13. ISCAE - Principes de ges7on- 1ère LFG 1. Chapitre 1 : L Entreprise. Chapitre 3 : Le Capital

Plan. Chapitre 2 : L Homme. Chapitre 2 : L HOMME 08/10/13. ISCAE - Principes de ges7on- 1ère LFG 1. Chapitre 1 : L Entreprise. Chapitre 3 : Le Capital ISCAE-1 ère année-lfg -Principes de Gestion 1 Plan Chapitre 1 : L Entreprise Chapitre 2 : L Homme Chapitre 3 : Le Capital Chapitre 4 : L Information Chapitre 5 : Le Marché Chapitre 6 : La Technique Chapitre

Plus en détail

Implanter un programme

Implanter un programme Implanter un programme Sensibiliser et construire le programme avec la communauté éducative Mettre en œuvre un programme de renforcement des compétences psychosociales conduit à s interroger sur leurs

Plus en détail

Le management de proximité

Le management de proximité 1 Programme de formation Le management de proximité Une entrerpise souhaite aider ses managers à améliorer leur impact sur leurs équipes. En outre de leur connaissance du management par objectif, les managers

Plus en détail

UE 4.2.S2 Soins Relationnels LES CONCEPTS FONDATEURS DE LA RELATION DANS UN CONTEXTE DE SOINS

UE 4.2.S2 Soins Relationnels LES CONCEPTS FONDATEURS DE LA RELATION DANS UN CONTEXTE DE SOINS UE 4.2.S2 Soins Relationnels LES CONCEPTS FONDATEURS DE LA RELATION DANS UN CONTEXTE DE SOINS Sommaire Objectifs d apprentissage La compétence 6 En préalable quelques définitions ou rappels La relation

Plus en détail

L aide humaine à l école maternelle MARIE-ELISABETH ROCHE, INSPECTRICE CHARGÉE DE MISSION ACADÉMIQUE POUR L'ÉCOLE MATERNELLE.

L aide humaine à l école maternelle MARIE-ELISABETH ROCHE, INSPECTRICE CHARGÉE DE MISSION ACADÉMIQUE POUR L'ÉCOLE MATERNELLE. L aide humaine à l école maternelle COLLÈGE TEILHARD DE CHARDIN 14 FÉVRIER 2017 MARIE-ELISABETH ROCHE, INSPECTRICE CHARGÉE DE MISSION ACADÉMIQUE POUR L'ÉCOLE MATERNELLE. 1 L école maternelle UNE ÉCOLE

Plus en détail

Ressource GROUPE HANDI - Nantes 2010

Ressource GROUPE HANDI - Nantes 2010 Ressource GROUPE HANDI - Nantes 2010 Titre : CONCERTATION LORS DE L INTEGRATION D UN ELEVE D ULIS EN COURS D EPS Résumé : Accueillir un élève appartenant à une Unité Localisée pour l Inclusion Scolaire

Plus en détail

METIERS DU COACHING REFERENTIEL DES COMPETENCES

METIERS DU COACHING REFERENTIEL DES COMPETENCES METIERS DU COACHING REFERENTIEL DES COMPETENCES Deuxième degré technique (T2) Objectif du référentiel : 1. Donner les repères pour évaluer les compétences du coach, 2. Savoir se positionner dans le rôle

Plus en détail

NOTE DE PRÉSENTATION GÉNÉRALE

NOTE DE PRÉSENTATION GÉNÉRALE NOTE DE PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES MODULES DIDACTIQUES REPERES CONJUGUER L HISTOIRE DE L EUROPE AVEC L HISTOIRE DE L EUROPÉEN 1.- FINALITÉS DU PROJET REPERES REPERES est une démarche innovante de formation

Plus en détail

Démarche de la création du référentiel de formation. basé sur le référentiel de compétence validé par le Groupe Interministériel et Associatif

Démarche de la création du référentiel de formation. basé sur le référentiel de compétence validé par le Groupe Interministériel et Associatif Démarche de la création du référentiel de formation basé sur le référentiel de compétence validé par le Groupe Interministériel et Associatif Enseignements fondamentaux DF 1 Individu, handicap et environnements

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX MONITEURS EDUCATEURS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX MONITEURS EDUCATEURS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX MONITEURS EDUCATEURS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DE MONITEURS EDUCATEURS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION. Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT

PROGRAMME DE FORMATION. Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT PROGRAMME DE FORMATION Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT Formation en 2 temps (total de 6 jours) 1 er session (3 jours) : 26-27-28

Plus en détail

La communication un Art difficile

La communication un Art difficile La communication un Art difficile Les trois lois de la communication On ne peut pas ne pas communiquer Tout est communication Ce que nous avons communiqué est ce que l autre à compris Les filtres de la

Plus en détail

Toujours centrée sur le développement global de la personne, sa mission présente toutefois des réalités plurielles, où la formation

Toujours centrée sur le développement global de la personne, sa mission présente toutefois des réalités plurielles, où la formation «Une promesse d avenir Francophone, public, urbain et métissé, le Collège de Maisonneuve bat au rythme de la société québécoise depuis plus de 75 ans. Résolument moderne et ouvert sur le monde, il s inscrit

Plus en détail

Implication des parents dans l éducation plurilingue et interculturelle

Implication des parents dans l éducation plurilingue et interculturelle Implication des parents dans l éducation plurilingue et interculturelle 1 Les relations école-familles demeurent peu développées, or cette collaboration peut donner des résultats très encourageants : meilleur

Plus en détail

Enseigner, apprendre. Claire Tardieu

Enseigner, apprendre. Claire Tardieu Enseigner, apprendre Claire Tardieu 2007-2008 Un bon professeur d anglais, c est celui qui (classez ces propositions de 1 à 10) A- Maîtrise bien la langue et la culture anglophone B- Transmet les valeurs

Plus en détail

GESTION DES CONFLITS Médiation par les élèves

GESTION DES CONFLITS Médiation par les élèves GESTION DES CONFLITS Médiation par les élèves Public visé : Elèves de l école élémentaire Compétence visée Former les élèves à la médiation par les pairs «être capable de réguler des conflits entre élèves

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

ROLE et MISSIONS de L'AVS

ROLE et MISSIONS de L'AVS ROLE et MISSIONS de L'AVS Sources: BO du 19 juin 2003 et Auxiliaire de vie scolaire: accompagner l'élève handicapé, G. Cochetel et M. Edouard, SCEREN, ASH CALAIS ASH MODALITES D'ATTRIBUTION D'UN AVS L'attribution

Plus en détail

BACHELIER EN EDUCATION SPECIALISEE EN ACCOMPAGNEMENT PSYCHO-EDUCATIF : STAGE D IMMERSION

BACHELIER EN EDUCATION SPECIALISEE EN ACCOMPAGNEMENT PSYCHO-EDUCATIF : STAGE D IMMERSION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION BACHELIER

Plus en détail

FORMATION PEPS. Principes, organisation, objectifs

FORMATION PEPS. Principes, organisation, objectifs FORMATION PEPS Principes, organisation, objectifs QUI PEUT Y ASSISTER? Conçue à l attention des acteurs de l éducation, la formation P.E.P.S est ouverte à tous ceux que la question intéresse : parents,

Plus en détail

Finalités et mise en œuvre de l enseignement moral civique aux cycles 2 et 3 Transmettre des valeurs fondées sur la morale civique

Finalités et mise en œuvre de l enseignement moral civique aux cycles 2 et 3 Transmettre des valeurs fondées sur la morale civique Finalités et mise en œuvre de l enseignement moral civique aux cycles 2 et 3 Transmettre des valeurs fondées sur la morale civique Liberté, égalité, fraternité, laïcité, solidarité, justice, respect, absence

Plus en détail

AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.3 DOMAINES DE COMPETENCES

AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.3 DOMAINES DE COMPETENCES DOMAINE DE COMPETENCES COMPETENCES INDICATEURS DE COMPETENCES DC1 : CONNAISSANCE DE LA PERSONNE 1/1 Situer la personne aidée au stade de son développement - Connaissance générale des différentes étapes

Plus en détail

Programme de formation au titre professionnel Enseignant de la sécurité et de la conduite routière

Programme de formation au titre professionnel Enseignant de la sécurité et de la conduite routière Programme de formation au titre professionnel Enseignant de la sécurité et de la routière Les modules communs Activité 1 Activité 2 ; CCP1 CCP2 Nom du module Items du module Profils des Module Pédagogique

Plus en détail

Plan de professionnalisation des adultes-relais d Île-de-France

Plan de professionnalisation des adultes-relais d Île-de-France Plan de professionnalisation des adultes-relais d Île-de-France LE POSITIONNEMENT ET LE CADRE D INTERVENTION DE LA MEDIATION SOCIALE 3 jours (soit 21h de formation) S approprier le rôle et la posture du

Plus en détail

Les périodes «typiques» de développement dans le métier d enseignant

Les périodes «typiques» de développement dans le métier d enseignant 1 Apprendre et se développer professionnellement : Les «règles» du métier d enseignant, un accompagnement proposé par le groupe des conseillers pédagogiques de l'ariege et constitué dans le cadre d'une

Plus en détail

Identité de l élève. Structure pédagogique Environnement général de l élève :

Identité de l élève. Structure pédagogique Environnement général de l élève : Année scolaire 20.. / 20.. Document à joindre au «formulaire de demande(s) auprès de la MDPH» Identité de l élève Nom et prénom :.. Date de naissance :. Structure pédagogique Environnement général de l

Plus en détail

La communication dans un contexte de soins. Le grands modèles. IFSI CHGR 2013 Gérard Guingouain

La communication dans un contexte de soins. Le grands modèles. IFSI CHGR 2013 Gérard Guingouain La communication dans un contexte de soins Le grands modèles IFSI CHGR 2013 Gérard Guingouain 1 La communication Il existe 2 grands modèles d analyse de la communication : Ø Le modèle techniciste de SHANNON

Plus en détail

Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle

Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle Aspects psychologiques et communication date Etablissement 1 Aspects psychologiques 2 Aspects psychologiques (1/2) Côté patient La sidération

Plus en détail

Education thérapeutique Repères pratiques. Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE

Education thérapeutique Repères pratiques. Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE Education thérapeutique Repères pratiques Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE 26 septembre 2009 1 ère partie: au fil des étapes de l ETP 2 ème partie: au carrefour du soin et

Plus en détail

Formation : Médiateur social

Formation : Médiateur social Formation : Médiateur social Objectif de la formation Accompagner les médiateurs sociaux dans l appropriation de la posture de médiation et des méthodes et outils nécessaires à la production d un travail

Plus en détail

Le suivi de l élève en dispositif ULIS

Le suivi de l élève en dispositif ULIS Le suivi de l élève en dispositif ULIS Deux modes de suivi Deux modes de suivi Un suivi institutionnel Un suivi de proximité Les procédures L enseignant coordonnateur de l ulis ESS Les procédures Les procédures

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de Moniteur Éducateur

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de Moniteur Éducateur Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de Moniteur Éducateur Annexe 1 de l arrêté du 20 juin 2007 relatif au Diplôme d État de Moniteur Éducateur fixant les modalités d accès à la formation,

Plus en détail

Communication dans les organisations

Communication dans les organisations Communication dans les organisations COURS 9 COMMUNICATION INFORMELLE Communication formelle informelle S inscrit dans les règles et normes de Cible = position sociale dans Utilisation des canaux de transmission

Plus en détail

Programme d'enseignement de l'école maternelle

Programme d'enseignement de l'école maternelle Programme d'enseignement de l'école maternelle Arrêté du 18-2-2015 BO du 26 mars 2015 Mai/Juin 2015 Plan 1 Code de l éducation 2 Quelle évolution? 3 Charte des programmes Philosophie et principes 4 Architecture

Plus en détail

L intérêt du binôme aide soignant infirmière

L intérêt du binôme aide soignant infirmière L intérêt du binôme aide soignant infirmière INTRODUCTION Nécessité d appliquer de manière stricte la liste d acte Travail pluridisciplinaire Dans le cadre théorique suivant: Le rétablissement La Thérapie

Plus en détail

Plan de l exposé. Etat des lieux : éléments principaux du rapport IGEN «L école maternelle» (octobre 2011) Pause. Langage et oral à la Maternelle

Plan de l exposé. Etat des lieux : éléments principaux du rapport IGEN «L école maternelle» (octobre 2011) Pause. Langage et oral à la Maternelle Plan de l exposé Etat des lieux : éléments principaux du rapport IGEN «L école maternelle» (octobre 2011) Pause Langage et oral à la Maternelle 1 Etat des lieux : éléments principaux du rapport IGEN «L

Plus en détail

MONITEUR EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Référentiel Fonction / Activités Educateur Spécialisé

Référentiel Fonction / Activités Educateur Spécialisé Référentiel Fonction / Activités Fonction 1 Fonction 2 Fonction 3 Fonction 4 Établissement d une relation, Diagnostic éducatif Accompagnement éducatif de la personne ou du groupe Conception et conduite

Plus en détail

Langage culture et apprentissage

Langage culture et apprentissage Langage culture et apprentissage Agnès Perrin-Doucey MCF Langue et littérature françaises FDE / ESPE LR - Des dénominations différentes pour l accès à la langue Langue maternelle ou première Langage et

Plus en détail

PROGRAMME DE L'ECOLE MATERNELLE. BO Spécial N 2 26 mars 2015

PROGRAMME DE L'ECOLE MATERNELLE. BO Spécial N 2 26 mars 2015 PROGRAMME DE L'ECOLE MATERNELLE BO Spécial N 2 26 mars 2015 Un cycle unique, fondamental Première étape Pour asseoir les futurs apprentissages! Établir les Fondements éducatifs et pédagogiques Une école

Plus en détail

RESPONSABLE DE STRUCTURE MULTI ACCUEIL

RESPONSABLE DE STRUCTURE MULTI ACCUEIL RESPONSABLE DE STRUCTURE MULTI ACCUEIL I. IDENTIFICATION DU POSTE - Intitulé du poste : responsable d une structure multi-accueil - Rattachement hiérarchique : Conseil d Administration, Association Gestionnaire

Plus en détail

Le service d hémodialyse de l hôpital

Le service d hémodialyse de l hôpital Le projet d'éducation personnalisé en unité d'hémodialyse Aline LEGENDRE - Thionville Le service d hémodialyse de l hôpital Bel Air à Thionville est un centre composé de vingt-sept postes de dialyse chronique,

Plus en détail

LES SOINS RELATIONNELS. IFSI S2 Soraya Baccouche Psychologue clinicienne MFME/DRH CHUMartinique

LES SOINS RELATIONNELS. IFSI S2 Soraya Baccouche Psychologue clinicienne MFME/DRH CHUMartinique IFSI S2 Soraya Baccouche Psychologue clinicienne MFME/DRH CHUMartinique LA RELATION 1. DEFINITION La relation est une rencontre entre deux personnes, où interviennent des caractéristiques liées à chacune

Plus en détail

Dispositif départemental d accompagnement des candidats libres au CAPA-SH Option D et option F

Dispositif départemental d accompagnement des candidats libres au CAPA-SH Option D et option F Dispositif départemental d accompagnement des candidats libres au CAPA-SH Option D et option F 2014-2015 Mise en œuvre d un accompagnement départemental à la formation professionnelle spécialisée destinée

Plus en détail

COMPETENCES DE L ELEVE : DEVENIR AUTONOME

COMPETENCES DE L ELEVE : DEVENIR AUTONOME Se construire une attitude d élève affective et relationnelle COMPETENCES DE L ELEVE : DEVENIR AUTONOME organisationnelle cognitive Se construire une attitude d élève Comprendre la fonction de l école

Plus en détail

CONTENU DEAES. DC1 : Se positionner comme professionnel dans le champ de l action sociale -140h-

CONTENU DEAES. DC1 : Se positionner comme professionnel dans le champ de l action sociale -140h- CONTENU DEAES DC1 : Se positionner comme professionnel dans le champ de l action sociale -140h- Contenu du socle commun (126h) : Les bases des politiques publiques et des lois régissant le secteur social

Plus en détail

Session de travail via Skype : Jeudi 27 octobre 2016

Session de travail via Skype : Jeudi 27 octobre 2016 Accueil et scolarisation des enfants de moins de 3 ans École maternelle = à partir de 3 ans Possibilité de scolarisation dès 2 ans en classe de TPS (Toute Petite Section) Développement de l accueil des

Plus en détail

Ateliers Français Maths 6 ème

Ateliers Français Maths 6 ème MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Ateliers Français Maths 6 ème Dossier de présentation 2013-2014 Dispositif d accompagnement à la scolarité en

Plus en détail

Gestion des conflits au moyen des outils de la médiation.

Gestion des conflits au moyen des outils de la médiation. Gestion des conflits au moyen des outils de la médiation. Bienvenue André Grivel, Médiateur assermenté GE-VD Membre FSM Formateur d adultes FSEA Etc. Qu est-ce que la médiation? Définition : La médiation

Plus en détail

Coopérer avec les familles

Coopérer avec les familles Coopérer avec les familles Cadre de coopération avec les familles Une mission inscrite dans un cadre institutionnel La coopération est le contraire de l opposition, la rivalité, l absence de relation,

Plus en détail

Bilan sur les activités de l étudiant contractuel alternant (M1 en alternance) Adopté en Conseil d'école du 21 novembre 2016

Bilan sur les activités de l étudiant contractuel alternant (M1 en alternance) Adopté en Conseil d'école du 21 novembre 2016 La formation par alternance s appuie sur une approche par compétences adossée au référentiel des métiers du professorat et de l éducation 1. Elle implique deux lieux de formation : l ÉSPÉ et l école ou

Plus en détail

Tiré du Guide pour l'élaboration du programme d'activités du service de garde en milieu scolaire du MELS

Tiré du Guide pour l'élaboration du programme d'activités du service de garde en milieu scolaire du MELS Le programme d activités d un service de garde en milieu scolaire doit mettre l accent sur le plaisir, la détente et les loisirs tout en favorisant des activités stimulant le développement global des enfants.

Plus en détail

LES PARTENAIRES DE L ÉCOLE : FAMILLE ET INSTITUTIONS

LES PARTENAIRES DE L ÉCOLE : FAMILLE ET INSTITUTIONS LES PARTENAIRES DE L ÉCOLE : FAMILLE ET INSTITUTIONS Olivier LODÉHO IUFM de la Réunion «Nous venons à l école pour apprendre à tisser des liens» cette phrase d Albert Jacquard 1 pourrait nous faire penser

Plus en détail

Comment faire pire en croyant faire bien?

Comment faire pire en croyant faire bien? Comment faire pire en croyant faire bien? Par Katryn DRIFFIELD Psychologue Clinicienne 47è journées d Études de l A.F.D.N Reims, le Vendredi 5 juin 2009 Un peu d humour pour commencer Le poids des mots

Plus en détail

Écouter, aider, coopérer, demander de l'aide

Écouter, aider, coopérer, demander de l'aide Devenir élève Emmanuel Le Du, Hélène Salmon, Michel Deslandes, Annie Poinot PôLE MATERNELLE 17 programmes 2008 Écouter, aider, coopérer, demander de l'aide Cette compétence s enrichit tout au long du cursus

Plus en détail

FORMATION CONTINUEE DES CADRES

FORMATION CONTINUEE DES CADRES CENTRE CATHOLIQUE POUR LA FORMATION EN COURS DE CARRIERE (CECAFOC) APPEL A CONCURRENCE en vue de l année 2016-2017 FORMATION CONTINUEE DES CADRES FICHES TECHNIQUES DU CAHIER DES CHARGES Critères pris en

Plus en détail

QUELLLES COMPETENCES TRAVAILLER AVEC LES ELEVES TED

QUELLLES COMPETENCES TRAVAILLER AVEC LES ELEVES TED QUELLLES COMPETENCES TRAVAILLER AVEC LES ELEVES TED 1. Compétences adaptées lors d'une première scolarisation pour un jeune qui n arrive pas à entrer dans des tâches scolaires. Objectif et travail avec

Plus en détail

AEC TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE (JEE.0K)

AEC TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE (JEE.0K) AEC TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE (JEE.0K) Présentation des cours Mars 2016 450 929-0852 Campus de Varennes 1555, boulevard Lionel-Boulet Varennes (Québec) J3X 1P7 322-704-RL PROFESSION D ÉDUCATEUR

Plus en détail

Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques

Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques CRFTC Hôpital Broussais 14 Mai 2012 N. GEGOUT Psychologue clinicien Unité EVC/EPR Korian Canal de l Ourcq 75019 gegoutnicolas@gmail.com Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques 1 PRESENTATION: Préambule

Plus en détail

Livret de Positionnement Candidat

Livret de Positionnement Candidat CQP de l Interbranches des Établissements d Enseignement Privés Livret de Positionnement Candidat CQP Éducateur de vie scolaire Démarche CQP validée par l accord national interbranches sur les objectifs

Plus en détail

Auxiliaire de Vie Scolaire AVS

Auxiliaire de Vie Scolaire AVS Auxiliaire de Vie Scolaire AVS Présentation des Référentiels : Fonctions-activités et compétences A l occasion de la table ronde : «De l auxiliaire de vie scolaire à l accompagnement de vie scolaire et

Plus en détail

LES GRANDES LIGNES DU PROJET EDUCATIF DE LA CRECHE LA CIGOGNE ==================================================== Introduction :

LES GRANDES LIGNES DU PROJET EDUCATIF DE LA CRECHE LA CIGOGNE ==================================================== Introduction : LES GRANDES LIGNES DU PROJET EDUCATIF DE LA CRECHE LA CIGOGNE ==================================================== Introduction : Ce document présente et définit le cadre et les objectifs généraux de la

Plus en détail

PROTOCOLE DE GESTION. Des élèves présentant des difficultés ou des troubles du comportement dans le 1 er degré

PROTOCOLE DE GESTION. Des élèves présentant des difficultés ou des troubles du comportement dans le 1 er degré PROTOCOLE DE GESTION Des élèves présentant des difficultés ou des troubles du comportement dans le 1 er degré NIVEAU 1 : Dans la classe, le temps du repérage et des adaptations pédagogiques Dans l école,

Plus en détail

PROGRAMMES 2015 ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE - CYCLE 3

PROGRAMMES 2015 ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE - CYCLE 3 PROGRAMMES 2015 ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE - CYCLE 3 1 PREAMBULE Les programmes : Arrêté du 12 juin 2015, publié au Journal Officiel le 21 juin 2015. Le nom d enseignement moral et civique apparait

Plus en détail

Toutes ces situations peuvent déclencher des sentiments de gêne, de honte et de culpabilité.

Toutes ces situations peuvent déclencher des sentiments de gêne, de honte et de culpabilité. Fratrie et autisme I. Contexte Les enfants qui grandissent avec un frère ou une sœur autiste sont confrontés à une situation familiale particulière. En effet, les liens fraternels vécus à cette époque

Plus en détail

Résoudre un conflit selon GORDON

Résoudre un conflit selon GORDON Résoudre un conflit selon GORDON Résoudre un conflit, c est répondre à 4 questions : 1. Est-ce que j ai envie d établir une véritable relation avec l autre? 2. Qui a le problème? Est-ce moi ou l autre

Plus en détail

Enjeux et finalités de la loi du 11 février dans le second degré

Enjeux et finalités de la loi du 11 février dans le second degré Enjeux et finalités de la loi du 11 février 2005 dans le second degré Enjeux et finalités de la loi du 11 février 2005 dans le second degré 1. Bref rappel : 1.1.La loi du 11 février 2005 1.2. Les conséquences

Plus en détail

Bernard Meyrand PARCOURS SCOLAIRES ET EDUCATIFS LA COMMUNAUTE EDUCATIVE FACE AU SOCLE COMMUN DE CONNAISSANCES,COMPETENCES ET DE CULTURE

Bernard Meyrand PARCOURS SCOLAIRES ET EDUCATIFS LA COMMUNAUTE EDUCATIVE FACE AU SOCLE COMMUN DE CONNAISSANCES,COMPETENCES ET DE CULTURE PARCOURS SCOLAIRES ET EDUCATIFS LA COMMUNAUTE EDUCATIVE FACE AU SOCLE COMMUN DE CONNAISSANCES,COMPETENCES ET DE CULTURE Bernard Meyrand Association Nationale des Directeurs Education des Villes ANDEV/

Plus en détail

L atelier d Education Populaire Un centre de Formation dédié aux secteurs du social et de l éducatif

L atelier d Education Populaire Un centre de Formation dédié aux secteurs du social et de l éducatif Fédération de l Hérault L atelier d Education Populaire Un centre de Formation dédié aux secteurs du social et de l éducatif Le Projet Pédagogique SOMMAIRE L émergence du projet, le contexte... 3 Présentation

Plus en détail

RASED. Atelier 1. Un tableau de bord commun à tous les acteurs du RASED. Quelle forme? N Nom Prénom Ecole Fonction

RASED. Atelier 1. Un tableau de bord commun à tous les acteurs du RASED. Quelle forme? N Nom Prénom Ecole Fonction RASED Atelier 1 Un tableau de bord commun à tous les acteurs du RASED. Quelle forme? N Nom Prénom Ecole Fonction 1 JEAN-MARIE Roseline Morne-Vert Ducos ME Personnes Ayant participé à l élaboration du document

Plus en détail

Référentiel de compétences BEJUNE pour la formation secondaire

Référentiel de compétences BEJUNE pour la formation secondaire C1 Agir en tant que professionnel, interprète critique d objets de savoirs et/ou de culture 1. Manifester une compréhension critique des savoirs à enseigner, afin de permettre aux élèves de se les approprier

Plus en détail

Fiche Repère 12 > Critères pour évaluer une action d'eedd

Fiche Repère 12 > Critères pour évaluer une action d'eedd Fiche Repère 12 > Critères pour évaluer une action d'eedd LE PROJET Le contexte du projet Prise en compte du contexte territorial (géographique économique, social, culturel, institutionnel, juridique)

Plus en détail

Référentiel de compétences en éducation pour la santé

Référentiel de compétences en éducation pour la santé Référentiel de compétences en éducation pour la santé Version synthétique septembre 2012 Comité consultatif pour l élaboration des programmes de formation en éducation pour la santé (Décret n 2006-57 du

Plus en détail

Pour une pédagogie de la construction de compétences

Pour une pédagogie de la construction de compétences Revue n 2, Janvier 2012 compétences Pour une pédagogie de la construction de compétences Delphine EVAIN, Bernard LEBRUN IA-IPR EPS, Nantes Les compétences s appuient sur des savoirs étendus, explicites

Plus en détail

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL L ENTRETIEN PROFESSIONNEL Centre de gestion de la Drôme Septembre 2015 1 L entretien professionnel, une nouvelle façon de manager les agents et les équipes L entretien professionnel, une nouvelle façon

Plus en détail

Stimulus - Interne (Faim, fatigue, Sensation - Ouïe - Vue - Odorat - Toucher - Goût. Représentation de la réalité.

Stimulus - Interne (Faim, fatigue, Sensation - Ouïe - Vue - Odorat - Toucher - Goût. Représentation de la réalité. PARTIE 1 LE COMPORTEMENT DES INDIVIDUS DOSSIER 3 LA DYNAMIQUE COMPORTEMENTALE I LES SENSATIONS Un stimulus est une information reçue par l un des cinq organes sensoriels : l ouïe, la vue, l odorat, le

Plus en détail

Présentation, conditions d atteinte des objectifs

Présentation, conditions d atteinte des objectifs Document d accompagnement du Référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : DNB Classes de quatrième et troisième de l enseignement agricole Objectif général : Se préparer à l

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE ACM 11-14 ANS Janvier 2015

PROJET PEDAGOGIQUE ACM 11-14 ANS Janvier 2015 PROJET PEDAGOGIQUE ACM 11-14 ANS Janvier 2015 Les pré-ados que nous allons appeler «Jeunes» dans ce document sont au centre de plusieurs enjeux éducatifs (citoyenneté, ), territoriaux (mobilité des jeunes,

Plus en détail

07/04/2017. Plan. Approche psychocorporelle en psychogériatrie. 1. Spécificités de la psychomotricité en psychogériatrie

07/04/2017. Plan. Approche psychocorporelle en psychogériatrie. 1. Spécificités de la psychomotricité en psychogériatrie Approche psychocorporelle en psychogériatrie Amélie Truptil Psychomotricienne à l Hôpital Bretonneau Plan 1. Spécificités de la psychomotricité en psychogériatrie 2. Le corps du malade d Alzheimer 3. La

Plus en détail

Scolariser les élèves à Besoins éducatifs particuliers

Scolariser les élèves à Besoins éducatifs particuliers Scolariser les élèves à Besoins éducatifs particuliers Master MEEF 1ère année UE25 Julien Despois julien.despois2@univ-rouen.fr Qu est-ce qu un élève à Besoins éducacfs parcculiers? Qu est-ce qu un élève

Plus en détail