Asthme chez l'adulte

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Asthme chez l'adulte"

Transcription

1 22/10/14 DE WAARD Aurianne L3 CR : BAUMIER Vincent Appareil respiratoire Pr. CHARPIN 8 pages Asthme chez l'adulte Plan : Cas clinique A. Quel est votre diagnostic à l'admission aux urgences? B. Comment qualifier le contrôle de l asthme de Mademoiselle G au cours des semaines qui précèdent son admission aux urgences? C. Mademoiselle G fait-elle partie des patients à haut risque de décès par asthme, argumenter? D. Quel traitement proposez-vous aux urgences? E. Quels sont les éléments de surveillance de cette patiente aux urgences? F. La courbe débit volume est la suivante, interprétez? G. Quel traitement lui proposez-vous pour les 6 mois à venir? H. Comment évaluez-vous la sévérité et le contrôle de son asthme? Mademoiselle G., 24 ans, est amenée aux urgences par son ami pour des symptômes d asthme qui ne cèdent pas au traitement habituel. Elle est asthmatique depuis l enfance, traitée par Salbutamol (ventoline) en aérosol doseur à la demande, et prend de temps en temps du Budésonide 200 μg (corticoïde inhalé) lorsqu elle se sent gênée. Une sensibilisation aux acariens et phanères de chat a été documentée. Elle a déjà été hospitalisée il y a un an pour asthme aigu grave. Elle fume depuis 8 mois, 5 à 10 cigarettes par jour. La patiente vous dit que depuis quelques semaines elle prenait du salbutamol plusieurs fois par jour, qu elle était réveillée la nuit plusieurs fois par semaine et qu elle avait du mal à monter les escaliers. Au cours de la dernière semaine elle avait, à la suite d un épisode viral, des symptômes de plus en plus fréquents. Elle tousse et crache un peu depuis 48 heures. À l entrée, la patiente répond aux questions en reprenant sa respiration à chaque phrase. Sa fréquence respiratoire est à 22/min et la fréquence cardiaque à 105/min (tachycardie). L auscultation révèle des râles sibilants diffus. Le débit expiratoire de pointe est à 270 L/min (63 % de la théorique). La SpO2 est à 91% (au delà de 95 normalement). /!\ Quand un asthmatique appelle le 15 et n'arrive pas à dire plus de 2/3 mots à la suite, c'est qu'il est en asthme aigu grave /!\ 1/8

2 A. Quel est votre diagnostic à l'admission aux urgences? Il s'agit d'une exacerbation d'asthme de sévérité «modérée». (On ne parle plus de «crise d'asthme», on parle d'une «exacerbation d'asthme» lorsque les symptômes d'asthme durent longtemps et induisent une demande thérapeutique particulière). L'état de Mademoiselle G présente des facteurs de gravité : elle est amenée aux urgences, elle est en polypnée, elle présente des troubles de la parole, elle est en tachycardie. La gravité n'est cependant pas extrême puisqu'elle peut prononcer des phrases, son débit expiratoire de pointe (DEP) est supérieur à 60%, et sa spo2 reste supérieure à 90%. Le facteur déclenchant pourrait être son infection récente par un virus, l'infection virale étant la première cause d exacerbation d'asthme (mais ça pourrait également être dû au tabagisme). (tableau caractérisant l'exacerbation d'asthme en fonction de différents paramètres) On parle d'asthme aigu grave lorsque l'exacerbation d'asthme est sévère ou que l'arrêt respiratoire est imminent. La mise en jeu des muscles respiratoires accessoires intervient quand le diaphragme fatigue, le patient fait appel à d'autres muscles qu'il ne sollicite pas physiologiquement : c'est le tirage. Ce qui est important c'est que le DEP s'améliore après administration de vasodilatateurs. S'il ne s'améliore pas c'est un signe de gravité. La gazométrie est essentielle : c'est le thermomètre du pneumologue. On mesure la PaO2, la PaCO2, le ph, la réserve alcaline et le taux d'hémoglobine (via la pince digitale). Il n'y a pas de score chiffré en matière d'exacerbation d'asthme ce qui fait d'elle une notion un peu subjective. 2/8

3 B. Comment qualifier le contrôle de l'asthme au cours des semaines précédentes? Il s'agit d'un asthme non contrôlé car il y a présence de plus de deux caractéristiques de «non contrôle» de l'asthme : jour. Elle fait plus de deux épisodes de réveils nocturnes par semaine, Elle est gênée tous les jours, à plusieurs reprises, Il provoque une limitation de ses activités (elle a du mal à monter les escaliers), Le traitement de secours (bronchodilatateur de courte durée d'action) est utilisé plusieurs fois par Pour qualifier un asthme on utilise des termes importants, non interchangeables : la sévérité (concerne le passé plus lointain, hospitalisations? Corticoïdes par voie générale?), le contrôle de l'asthme (s'apprécie sur les 4 à 6 dernières semaines), la gravité (ce qu'on observe au temps 0, la personne qui arrive aux urgences est-elle en danger?). (tableau avec les différents paramètres permettant d'apprécier le contrôle de l'asthme selon la classification internationale) L'asthme est bien contrôlé si il n'y a aucun de ces critères (première colonne). Parmi les patients asthmatiques que l'on peut rencontrer, seulement 5% ont un asthme parfaitement contrôlé, la majorité des patients ont un asthme partiellement contrôlé et environ 20% ont un asthme totalement incontrôlé. Il y a une grande discordance entre ce que ressent le patient et ce que pense le spécialiste. Le patient n'est pas gêné par ses petits symptômes quotidiens qui nécessitent de la ventoline, par contre il n'aime pas les grosses crises, les exacerbations.. L'observance du traitement de fond (corticoïdes inhalés) n'est pas bonne chez les asthmatiques car l'arrêter ne change pas leur vie dans l'immédiat, contrairement à un diabétique qui ne ferait pas ses piqûres d'insuline. Généralement un patient qui devrait prendre des corticoïdes inhalés pendant des années en prend en moyenne pendant 1 mois : l'asthme est une maladie négligée par les patients. 3/8

4 C. Mademoiselle G fait-elle partie des patients à haut risque de décès par asthme, argumenter? Mademoiselle G fait partie des patients à haut risque pour plusieurs raisons : ayant déjà fait un asthme aigu grave, elle est à risque d'en refaire un autre et mademoiselle G a été hospitalisée pour ça l'an passé. Elle n'a pas de traitement de fond par corticoïdes inhalés (elle prenait le budésonide uniquement quand elle était gênée). Elle a un recours quotidien aux agonistes β2 d'action rapide inhalés. Elle fume. Les patients à haut risque de décès par asthme sont de moins en moins nombreux grâce à une prise en charge qui s'est bien améliorée depuis les années 90, permettant de diviser le nombre de décès par 2. Il s'agit de patients : avec des ATCD d'asthme quasi fatal ayant nécessité une intubation («intuber un asthmatique est une décision très difficile à prendre car ses bronches sont très rétrécies on va donc devoir envoyer l'air à très haute pression dans le poumon : on prend le risque de percer le poumon et de faire un pneumothorax») et une ventilation mécanique, avec des ATCD d'hospitalisation ou de consultation en urgence pour asthme dans l'année passée, avec traitement oral par glucocorticostéroides en cours ou récemment arrêtés (ils sont prescrits seulement chez les patients les plus sévères, les effets secondaires étant très nombreux), Sans traitement par glucocorticoïdes inhalés, ayant un recours quotidien fréquent aux agonistes β2 inhalés d'action rapide, avec ATCD de maladies psychiatriques ou problèmes psychosociaux, dont la prise de sédatifs, avec ATCD de non compliance aux traitements de fond de l'asthme (corticoïdes inhalés+++), surtout chez des personnes perturbées psychiquement, qui ne se soignent que par les urgences. D. Quel traitement proposez-vous aux urgences? La patiente étant hypoxémique (spo2 à 91%) on la met sous oxygène avec des lunettes nasales, le but étant de récupérer une spo2 supérieure ou égale à 95%, On va utiliser des doses massives de bronchodilatateurs : c'est ce qui va tirer le patient d'affaire car ils ont une action immédiate. C'est un point crucial! On utilise des bronchodilatateurs β adrénergiques par inhalation ou par nébulisation aux urgences mais on peut également utiliser en urgence au domicile du patient son propre bronchodilatateur à très forte dose (de l'ordre de 50 bouffées de ventoline ce qui correspond à une nébulisation de salbutamol). On lui donne des glucocorticostéroides oraux (0,5 à 1 mg/kg d'équivalent prednisone/24h) bien que ce ne soit pas ça qui sauve le patient étant donné qu'ils agissent au bout de 4 à 6h, mais ils sont indispensables car ils agissent sur l'inflammation des bronches. Anticholinergiques en nébulisations (ne sont à ajouter qu'en 2ème intention). 4/8

5 E. Quels sont les éléments de surveillance de cette patiente aux urgences? Les éléments de surveillance sont avant tout cliniques et associent l'évaluation des symptômes. On va surveiller : la mise en jeu des muscles inspiratoires accessoires, la fréquence respiratoire (doit diminuer), la fréquence cardiaque (doit diminuer), l'auscultation (les sibilants disparaîtront au bout de quelques jours seulement), l'élocution de la patiente (prononce t-elle des phrases, des morceaux de phrases, des mots?) une éventuelle cyanose. On va réaliser de fréquentes mesures du débit expiratoire de pointe (DEP), ou pic flow qui est censé augmenter rapidement après l'administration de bronchodilatateurs. La spo2 est également à surveiller, elle doit se maintenir à plus de 94/95%. En raison de la bonne réponse au traitement et d un entourage familial attentif, la sortie de Mademoiselle G a été autorisée au bout de 6 heures avec un rendez-vous de consultation à J6 et une ordonnance pour le traitement suivant : corticothérapie orale pour 6 jours Budésonide 400 μg, une dose deux fois par jour et salbutamol à la demande. Elle est revue six jours plus tard en consultation, elle vous dit aller beaucoup mieux et ne se plaint plus que d une toux sèche peu invalidante. Son examen clinique est normal. F. La courbe débit volume est la suivante, interprétez? 5/8

6 Il s'agit d'une boucle débit/volume qui représente le débit expiré (en ordonnée) et le volume expiré (en abscisse). Les courbes au dessus de l'abscisse représentent l'expiration, celles en dessous l'inspiration. Les ronds figurent la courbe normale : la courbe de mademoiselle G est donc concave vers le bas. Le document comporte également une mesure du volume expiré avant et après la prise de bronchodilatateurs : Avant les bronchodilatateurs le VEMS est de 2,01L, la valeur attendue de 2,76L, Mademoiselle G était donc à 73% de la valeur attendue. Après les bronchodilatateurs, le VEMS est évalué à 2,65L soit 85% de la valeur attendue. Les critères officiels de réversibilité significative parlent d'un gain d'au moins 12% du VEMS et en valeur absolue d'au moins 200mL. Le diagnostic d'asthme est confirmé : Mademoiselle G a une obstruction bronchique en partie réversible avec un bronchodilatateur. Pourquoi après bronchodilatateur sa fonction respiratoire n'est pas normale? Dans l'obstruction bronchique il y a deux composantes : d'une part le muscle lisse qui est sensible aux bronchodilatateurs et d'autre part l'inflammation des bronches, traitées par les corticoïdes qui pour être totalement efficaces doivent être pris pendant des années. L'inflammation des bronches de mademoiselle G est donc toujours présente! G. Quel traitement lui proposez-vous pour les 6 mois à venir? Arrêt du tabac (travail sur la motivation) car le tabagisme induit une cortico-résistance de l asthme, Prescription : 1. d un corticoïde inhalé à faible dose associé à un β2-agonistes longue durée d action. C'est le choix préférentiel. A prescrire matin et soir. alternatives : corticoïde inhalé à moyenne ou forte dose seul (moins efficace), ou corticoïde inhalé à faible dose associé à un anti-leucotriènes (moins efficace). 2. d un β2-agoniste d action rapide en cas de gène respiratoire. Éducation thérapeutique : Très efficace, malheureusement les gens qui en auraient le plus besoin ne viennent pas, et ceux qui acceptent d'y participer sont ceux qui ont déjà réfléchis à la question. apprentissage de l utilisation de différents systèmes d inhalation information concernant l éviction allergénique donner un numéro de tel de recours rappel si ne vient pas en consultation 6/8

7 Pour le niveau 1 il n'y a pas de traitement de fond, seulement un bronchodilatateur en cas de gène. Au niveau 2 correspond un asthme persistant, on ajoute un traitement de fond de corticoïdes inhalés à faible dose ou des anti-leucotriènes, Au niveau 3 on ajoute des bronchodilatateurs de longue durée d'action aux corticoïdes inhalés à faible dose OU moyenne/forte dose, Au niveau 4 on augmente la dose quotidienne de corticoïdes inhalés ajoutés aux B2LDA, Au niveau 5 on met en place de corticoïdes oraux, traitement beaucoup plus lourd (concerne 2 à 3% des asthmatiques). Il existe de nos jours des traitements ciblés de l'asthme comme par exemple des anticorps monoclonaux anti IgE qui existent depuis une dizaine d'années. Ce traitement est extrêmement coûteux mais ses résultats peuvent être spectaculaires. Mademoiselle G est revue 6 mois plus tard. Elle prend son traitement à doses faibles de corticoïdes inhalés matin et soir associé à un β2-agoniste de longue durée d action. Elle présente 2 à 3 gênes nocturnes par mois et a recours au salbutamol 2 à 4 fois par mois. Le VEMS est mesuré à 2,7 L. H. Comment évaluez-vous la sévérité et le contrôle de son asthme? Son asthme est presque contrôlé, elle est revenue à une valeur normale de son VEMS. D'après le résumé de la progression thérapeutique Mademoiselle G est au stade 3, elle a donc un asthme persistant modéré. 7/8

8 8/8

Traitements de l asthme de l adulte

Traitements de l asthme de l adulte Traitements de l asthme de l adulte Pierre-Régis Burgel Service de Pneumologie, Hôpital Cochin Epidémiologie: prévalence de l asthme en France Population adulte : 5,8% en 2000 Plus élevée chez l enfant

Plus en détail

1- QRU 2- QRM facteurs épidémiologiques

1- QRU 2- QRM facteurs épidémiologiques Une femme de 30 ans, asthmatique depuis l enfance, traitée par salbutamol en aérosol doseur à la demande et de temps en temps par budésonide 200 μg le matin lorsqu elle se sent gênée, est amenée aux urgences

Plus en détail

Traitement de fond d un asthme

Traitement de fond d un asthme Traitement de fond d un asthme Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com OBJECTIF : A l'état stable, contrôle de l'asthme : mener une vie normale, c'està-dire - Peu ou pas de symptômes

Plus en détail

ASTHME : Plan du cours

ASTHME : Plan du cours ASTHME : Plan du cours Définitions : GINA, anatomique, fonctionnelle Epidémiologie L asthme au quotidien La crise d asthme: signes et traitement Facteurs déclenchants et/ou aggravants L asthme en état

Plus en détail

DOSSIER 3 : DEFAILLANCES RESPIRATOIRES AIGUËS

DOSSIER 3 : DEFAILLANCES RESPIRATOIRES AIGUËS DOSSIER 3 : DEFAILLANCES RESPIRATOIRES AIGUËS Il est 04h15 du matin ; le permanencier d'un Centre 15 met en communication le médecin régulateur de garde avec l'ami d'une jeune patiente de 26 ans qui fait

Plus en détail

Les urgences de l enfant asthmatique

Les urgences de l enfant asthmatique Les urgences de l enfant asthmatique Neuvièmes Journées d Urgences Pédiatriques du Sud- Ouest. Décembre 2008 Stéphane DEBELLEIX Pneumopédiatre Centre de Référence R des Maladies Neuromusculaires Définitions

Plus en détail

DEFINITION. Chronicité, Variabilité, Réversibilité

DEFINITION. Chronicité, Variabilité, Réversibilité ASTHME DEFINITION CLINIQUE : Crise de dyspnée, paroxystique, sifflante, volontiers nocturne, récidivante, réversible spontanément ou sous l effet du traitement. Chronicité, Variabilité, Réversibilité DEFINITION

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 26 avril 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 26 avril 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 26 avril 2006 BECLOSPIN 400 microgrammes/1 ml, suspension pour inhalation par nébuliseur en récipient unidose Boîte de 20 récipients unidoses (CIP : 369 634-4) BECLOSPIN

Plus en détail

Les exacerbations de BPCO

Les exacerbations de BPCO Les exacerbations de BPCO Université de Batna Dr Djenfi Pr Djebbar 2015 INTRODUCTION Une des principales complications de la BPCO qui survient dans tous stades de gravité. C est une cause majeure de morbi-mortalité

Plus en détail

Place de l EFR dans le traitement de l asthme et de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE-LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite

Place de l EFR dans le traitement de l asthme et de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE-LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Place de l EFR dans le traitement de l asthme et de la BPCO Dr Vincent BOISSERIE-LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Préambule Démarche médicale Poser le diagnostic Établir et adapter

Plus en détail

Asthme: Recommandations

Asthme: Recommandations Asthme: Recommandations Asthme aux Urgences Pascal Chanez Pascal.chanez@univmed.fr Asthme aux Urgences Quelques définitions Recommandations: pourquoi? Asthme aigu grave Asthme aggravation infection Virale

Plus en détail

L Asthme Aiguë Régulation et Prise en Charge en Pré-hospitalier. Dr Pierre Michelet Pôle Réanimation Urgences SAMU - Hyperbarie

L Asthme Aiguë Régulation et Prise en Charge en Pré-hospitalier. Dr Pierre Michelet Pôle Réanimation Urgences SAMU - Hyperbarie L Asthme Aiguë Régulation et Prise en Charge en Pré-hospitalier Dr Pierre Michelet Pôle Réanimation Urgences SAMU - Hyperbarie Place de l Asthme dans le paysage médical français L Asthme c est Environ

Plus en détail

Annexe au versement Liste détaillée des données TABLE DES MATIÈRES

Annexe au versement Liste détaillée des données TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES Comorbidités...p 1 Contexte socio-économique...p.1 Contrôle au cours du mois écoulé...p.1 Crise actuelle...p.1 Facteurs de risques environnementaux...p.3 Gestion...p.3 Histoire de la

Plus en détail

Maladie inflammatoire chronique des bronches responsable : d une obstruction bronchique variable, réversible

Maladie inflammatoire chronique des bronches responsable : d une obstruction bronchique variable, réversible DEFINITION Maladie inflammatoire chronique des bronches responsable : d une obstruction bronchique variable, réversible spontanément ou sous l effet d un bronchodilatateur et d une hyperréactivité bronchique

Plus en détail

5 : EFR quand, comment, à quel âge?

5 : EFR quand, comment, à quel âge? 5 : EFR quand, comment, à quel âge? EFR indispensables pour Mesures, quantification de l obstruction bronchique Viser la normalisation de la fonction respiratoire par le traitement Discordances entre la

Plus en détail

Identification des patients à risque. et prise en charge de la crise d asthme aigue

Identification des patients à risque. et prise en charge de la crise d asthme aigue Identification des patients à risque et prise en charge de la crise d asthme aigue Adresse de correspondance : Professeur Frédéric Thys Service des Urgences Cliniques Universitaires Saint-Luc Université

Plus en détail

Bronchiolite en 2015 Recommandations en ambulatoire

Bronchiolite en 2015 Recommandations en ambulatoire Bronchiolite en 2015 Recommandations en ambulatoire Pas de kiné systématique pas d antitussifs Pas d antibiotiques Pas de corticoïdes Pas de bronchodilatateurs Surveillance et éducation des parents sur

Plus en détail

ASTHME AIGU GRAVE CRISE D'ASTHME AIGUE SEVERE = ETAT DE MAL ASTHMATIQUE 2000 MORTS EN FRANCE LE PLUS SOUVENT EN DEHORS DE L'HOPITAL

ASTHME AIGU GRAVE CRISE D'ASTHME AIGUE SEVERE = ETAT DE MAL ASTHMATIQUE 2000 MORTS EN FRANCE LE PLUS SOUVENT EN DEHORS DE L'HOPITAL ASTHME AIGU GRAVE CRISE D'ASTHME AIGUE SEVERE = ETAT DE MAL ASTHMATIQUE I EPIDEMIOLOGIE =============== 2000 MORTS EN FRANCE LE PLUS SOUVENT EN DEHORS DE L'HOPITAL II CAUSES DE MORTALITE DE L'ASTHME GRAVE

Plus en détail

URGENCES-REANIMATION 1998 DOSSIER 3

URGENCES-REANIMATION 1998 DOSSIER 3 Monsieur L D., 21 ans, célibataire, est asthmatique depuis l'âge de 11 ans environ. Durant les cinq dernières années il a consulté de nombreux médecins, plusieurs spécialistes, a spontanément modifié ou

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique de l asthme grave de l enfant

Prise en charge thérapeutique de l asthme grave de l enfant Prise en charge thérapeutique de l asthme grave de l enfant Rola Abou Taam Pneumologie et Allergologie Pédiatriques Hôpital Necker-Enfants Malades Paris 4ème Congrès Francophone Pédiatrique de Pneumologie

Plus en détail

Asthme aigu grave. Dr Céline CHARASSE

Asthme aigu grave. Dr Céline CHARASSE Asthme aigu grave Dr Céline CHARASSE PLAN Épidémiologie Définition Facteurs de risque Aspects cliniques Aspects gazométriques Traitement 9 % enfants France 2002-2010 : Epidémiologie 35 000 séjours hospitaliers

Plus en détail

Traitement de l asthme

Traitement de l asthme Traitement de l asthme Dr. Samy Kammoun SFAX L obstruction bronchique secondaire à plusieurs composantes Bronchoconstriction Œdème de la paroi bronchique Hypersécrétion bronchique 2 Site web de l Am. Academy

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 QVAR AUTOHALER 100 microgrammes/dose, solution pour inhalation en flacon pressurisé Flacon de 200 doses (CIP : 351 606-9) TEVA SANTE béclométasone Liste

Plus en détail

Recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO. Mise à jour Thème : Traitement pharmacologique à l état stable

Recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO. Mise à jour Thème : Traitement pharmacologique à l état stable Recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO Mise à jour 2008-2008 Thème : Traitement pharmacologique à l état stable Que peut-on attendre du traitement pharmacologique dans la BPCO? (1)

Plus en détail

Maylise, 7 ans et 5 mois. A.BRUNEL DES Pédiatrie CHU Clermont-Ferrand 6/03/2009

Maylise, 7 ans et 5 mois. A.BRUNEL DES Pédiatrie CHU Clermont-Ferrand 6/03/2009 Maylise, 7 ans et 5 mois A.BRUNEL DES Pédiatrie CHU Clermont-Ferrand 6/03/2009 Antécédents Née à 38 SA, Pds : 3330g, T : 48cm, APGAR 10/10 Multiples épisodes de bronchiolite Asthme Vaccination à jour 2

Plus en détail

Santé respiratoire et allergies

Santé respiratoire et allergies Santé respiratoire et allergies Introduction Les questions qui suivent portent sur la santé respiratoire et les allergies. Les réponses à toutes ces questions sont importantes pour la recherche, qu'elles

Plus en détail

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON Mlle D. est essoufflée Pierre-Antoine ODDON ses études. Elle vient vous consulter car, depuis son arrivée, elle se sent parfois essoufflée et elle voudrait bien que vous calmiez cette maudite toux qui

Plus en détail

BPCO Pathologie qui regroupe l ensemble des maladies obstructives broncho-pulmonaires, à l exclusion de l asthme Maladie caractérisée par une diminuti

BPCO Pathologie qui regroupe l ensemble des maladies obstructives broncho-pulmonaires, à l exclusion de l asthme Maladie caractérisée par une diminuti BRONCHITE CHRONIQUE BPCO EMPHYSEME BPCO Pathologie qui regroupe l ensemble des maladies obstructives broncho-pulmonaires, à l exclusion de l asthme Maladie caractérisée par une diminution peu ou pas réversible

Plus en détail

dimanche 21 octobre 12 1 Source :

dimanche 21 octobre 12 1 Source : 1 Source : www.bpco.org Source : www.bpco.org 2 EXACERBATION aggravation de symptôme(s) DECOMPENSATION rupture de l'équilibre charge-capacité INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE hypoxie sévère ± acidose hypercapnique

Plus en détail

L Exploration Fonctionnelle Respiratoire en pratique pneumologique. Service Pneumo-Phtisiologie Pr Djebbar Secteur Sanitaire de Batna

L Exploration Fonctionnelle Respiratoire en pratique pneumologique. Service Pneumo-Phtisiologie Pr Djebbar Secteur Sanitaire de Batna L Exploration Fonctionnelle Respiratoire en pratique pneumologique Pr A.DJEBBAR F.CHAOUKI Service Pneumo-Phtisiologie Pr Djebbar Secteur Sanitaire de Batna L appareil respiratoire : Un échangeur O² CO²

Plus en détail

Asthme. Dr Thibault Vieira Chef de clinique assistant Hôpital Tenon

Asthme. Dr Thibault Vieira Chef de clinique assistant Hôpital Tenon Asthme Dr Thibault Vieira thibault.vieira@aphp.fr Chef de clinique assistant Hôpital Tenon Définition Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes une obstruction bronchique diffuse et variable,

Plus en détail

*Introduction - L'asthme et la grossesse

*Introduction - L'asthme et la grossesse *Introduction - L'asthme et la grossesse Objectifs poursuivis : Prévenir les femmes asthmatiques enceintes des effets possibles de la grossesse sur leur asthme et, inversement, de l'asthme sur leur grossesse.

Plus en détail

Quelle place pour Cinqaero et Nucala dans le traitement de l asthme sévère?

Quelle place pour Cinqaero et Nucala dans le traitement de l asthme sévère? BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour Cinqaero et Nucala dans le traitement de l asthme sévère? Cinqaero (reslizumab) est indiqué chez l'adulte en traitement additionnel de l asthme éosinophilique

Plus en détail

Traitement d une crise d asthme aigue simple

Traitement d une crise d asthme aigue simple Traitement d une crise d asthme aigue simple Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com Médicaments 1. Dans la crise simple ß2-adrénergiques action rapide inhalés (aérosols doseurs ;

Plus en détail

Questions défaillances respiratoires aiguës

Questions défaillances respiratoires aiguës Questions défaillances respiratoires aiguës QCM 1 Parmi ces signes ou symptômes, quel est celui qui est primordial pour définir l'insuffisance respiratoire aiguë? A la douleur thoracique B les marbrures

Plus en détail

Florilège de fonctions respiratoires. Dr JD Aubert Service de Pneumologie CHUV

Florilège de fonctions respiratoires. Dr JD Aubert Service de Pneumologie CHUV Florilège de fonctions respiratoires. Dr JD Aubert Service de Pneumologie CHUV L exploration fonctionnelle respiratoire: tests courants Spirométrie Pléthysmographie (volumes) Facteur de diffusion au CO

Plus en détail

CRISE D ASTHME DE L ENFANT. KN BENHALLA Pédiatrie «A» CHU Béni Messous

CRISE D ASTHME DE L ENFANT. KN BENHALLA Pédiatrie «A» CHU Béni Messous CRISE D ASTHME DE L ENFANT KN BENHALLA Pédiatrie «A» CHU Béni Messous Crise d asthme Crise d asthme ou Exacerbation: aggravation aiguë ou subaiguë des symptômes et détérioration de la fonction respiratoire

Plus en détail

*Introduction - Comment savoir si je suis asthmatique?

*Introduction - Comment savoir si je suis asthmatique? *Introduction - Comment savoir si je suis asthmatique? Objectif poursuivi : Faire connaître les principaux moyens de diagnostic de l'asthme. L asthme peut se manifester de différentes façons. La personne

Plus en détail

L'ASTHME. C est une maladie des bronches, des voies aériennes. La phase initiale touche la trachée et les bronches.

L'ASTHME. C est une maladie des bronches, des voies aériennes. La phase initiale touche la trachée et les bronches. Module 7 : Philippe Carré Vendredi 03/02 10h30-12h30 Paquier Solène Ribollet Sophie L'ASTHME C est une maladie des bronches, des voies aériennes. La phase initiale touche la trachée et les bronches. I)Epidémiologie

Plus en détail

Dossier Progressif. Unité d enseignement Insuffisance respiratoire aiguë de l'adulte

Dossier Progressif. Unité d enseignement Insuffisance respiratoire aiguë de l'adulte Dossier Progressif Ce dossier progressif a été construit, revu et corrigé par au moins 4 enseignants du Collège des Enseignants de Pneumologie (CEP). Il s appuie sur l enseignement du Référentiel National

Plus en détail

prise en charge de l enfant asthmatique,

prise en charge de l enfant asthmatique, Dossier Choix thérapeutiques et adaptations doi: 10.1684/mtp.2008.0211 Bronchodilatateurs Les bronchodilatateurs inhalés sont principalement représentés par les bêta2-mimétiques. Les molécules à courte

Plus en détail

J-At1 EFR (enfant, adulte) initiation jeudi 23 Avril 2015 de 8h 30mn à 11h

J-At1 EFR (enfant, adulte) initiation jeudi 23 Avril 2015 de 8h 30mn à 11h J-At1 EFR (enfant, adulte) initiation jeudi 23 Avril 2015 de 8h 30mn à 11h Animateur organisateur : Dr Abdelkader Attia Expert Anaforcal : Dr Patrick Rufin Résumé : L exploration fonctionnelle respiratoire

Plus en détail

item 205 Bronchopneumopathie Chronique Obstructive

item 205 Bronchopneumopathie Chronique Obstructive item 205 Bronchopneumopathie Chronique Obstructive Figure 1 Orientation devant une symptomatologie de bronchite chronique Figure 2 : le rapport VEMS/CVF post-bd est mesuré à 50% (< 70%) en pré-bd et est

Plus en détail

Qu'est-ce que l'asthme? Pourquoi? Quels symptômes et quelles conséquences? Asthme Publié sur le site Tous à l'école (http://www.tousalecole.

Qu'est-ce que l'asthme? Pourquoi? Quels symptômes et quelles conséquences? Asthme Publié sur le site Tous à l'école (http://www.tousalecole. Corps du texte 1.Qu'est-ce que l'asthme? 2.Pourquoi? 3.Quels symptômes et quelles conséquences? 4.Quelques chiffres 5.Traitement 6.Conséquences sur la vie scolaire 7.Quand faire attention? 8.Comment améliorer

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 juillet 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 juillet 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 juillet 2006 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 17 janvier 2001 par arrêté du 9 janvier 2001 SERETIDE 125/25 microgrammes/dose,

Plus en détail

Maladies broncho-pulmonaires obstructives

Maladies broncho-pulmonaires obstructives Maladies broncho-pulmonaires obstructives Asthme Maladies Emphysème BPCO différentes TTT différents Parfois zone de DDB recouvrement Asthme Plan Généralitésé Définitions Epidémiologie Données anatomo-pathologiques

Plus en détail

La bronchiolite en GMM 22 janvier 2015 Laurence Martinat

La bronchiolite en GMM 22 janvier 2015 Laurence Martinat La bronchiolite en 2015 GMM 22 janvier 2015 Laurence Martinat La bronchiolite Infection virale respiratoire épidémique et saisonnière Plus de 400 000 NRS, dizaines de milliers d H

Plus en détail

DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL DES LARYNGITES AIGUES

DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL DES LARYNGITES AIGUES DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL DES LARYNGITES AIGUES LARYNGITE VIRALE EPIGLO 1 1 ITE AGE 3 mois - 3 ans (1) 3 ans - 6 ans (3) DYSPHAGIE absente présente LARYNGITE BACTERIENNE 3 mois - 12 ans (4) absente POSITION

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE Administration de salbutamol (ventolin TM ) lors d une crise d asthme ou d une MPOC décompensée

ORDONNANCE COLLECTIVE Administration de salbutamol (ventolin TM ) lors d une crise d asthme ou d une MPOC décompensée ORDONNANCE COLLECTIVE Administration de salbutamol (ventolin TM ) lors d une crise d asthme ou d une MPOC décompensée Référence à un protocole : oui non Titre ou numéro : de mise en vigueur : Janvier 2008

Plus en détail

DOSSIER N 1 - CORRECTION. ED PNEUMOLOGIE

DOSSIER N 1 - CORRECTION. ED PNEUMOLOGIE DOSSIER N 1 - CORRECTION ED PNEUMOLOGIE emilie.perino01@chu-lyon.fr Vous recevez en consultation de pneumologie une patiente de 20 ans ayant pour antécédents une dermatite atopique dans l enfance, des

Plus en détail

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012)

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) Couverture Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) BPCO : Problématique 1 Un enjeu de santé publique : contexte épidémiologique

Plus en détail

Docteur, j ai du mal de respirer

Docteur, j ai du mal de respirer Dr Michel Cassiers Département de Pédiatrie Hôpital de Jolimont Réunion infirmières 2007 Ou Comment je prends en charge une détresse respiratoire de l enfant admis aux urgences Une détresse respiratoire

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 14 janvier 2004 SYMBICORT TURBUHALER 200/6 mg par dose, poudre pour inhalation Inhalateur de 120 doses SYMBICORT TURBUHALER 400/12

Plus en détail

Actualités en pneumologie pédiatrique : Omalizumab Traitement de l asthme sévère allergique, non contrôlé

Actualités en pneumologie pédiatrique : Omalizumab Traitement de l asthme sévère allergique, non contrôlé Actualités en pneumologie pédiatrique : Omalizumab Traitement de l asthme sévère allergique, non contrôlé Dr Stéphane DEBELLEIX PH Pneumologie Pédiatrique CHU Bordeaux Médecin co-investigateur Accelence

Plus en détail

BPCO. EPU du 15/09/2004

BPCO. EPU du 15/09/2004 La BPCO EPU du 15/09/2004 Définition La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) se définit comme une maladie chronique qui est lentement progressive caractérisée par une diminution non complètement

Plus en détail

Asthme aigu aux urgences Expérience française ASUR Sergio Salmeron Hôpital Saint Joseph, Paris

Asthme aigu aux urgences Expérience française ASUR Sergio Salmeron Hôpital Saint Joseph, Paris Asthme aigu aux urgences Expérience française Sergio Salmeron Hôpital Saint Joseph, Paris Asthme en France Prévalence cumulée de l asthme 8% population générale = 5 millions Prévalence actuelle 5% population

Plus en détail

ETAT DE MAL ASTHMATIQUE (EMA) ET ASTHME AIGU GRAVE (AAG) (QI n 92 et 93)

ETAT DE MAL ASTHMATIQUE (EMA) ET ASTHME AIGU GRAVE (AAG) (QI n 92 et 93) ETAT DE MAL ASTHMATIQUE (EMA) ET ASTHME AIGU GRAVE (AAG) (QI n 92 et 93) Objectifs assignés aux étudiants : 1. Savoir reconnaître un EMA un AAG 1. Durée 2. Gravité symptomatique respiratoire cardiovasculalire

Plus en détail

Catherine Lemière, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007

Catherine Lemière, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007 Quelques nouveautés dans le traitement de l asthme faisons le point Catherine Lemière, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007

Plus en détail

L asthme de l enfant Information pour les parents

L asthme de l enfant Information pour les parents L asthme de l enfant Information pour les parents L asthme est aujourd hui la maladie chronique la plus fréquente chez l enfant, touchant 10-15 % des enfants d âge scolaire, et deux fois plus les garçons

Plus en détail

I - Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.): II - Eléments à attester par un médecin-spécialiste en pneumologie:

I - Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.): II - Eléments à attester par un médecin-spécialiste en pneumologie: Annexe A: Modèle du formulaire pr demande initiale Formulaire pr demande initiale de rembrsement de la spécialité XOLAIR ( 3790000 chapitre IV de l AR du 21 décembre 2001) I - Identification du bénéficiaire

Plus en détail

L asthme DR MEHANNAOUI SERVICE DE PNEUMOLOGIE CHG CARCASSONNE

L asthme DR MEHANNAOUI SERVICE DE PNEUMOLOGIE CHG CARCASSONNE L asthme DR MEHANNAOUI SERVICE DE PNEUMOLOGIE CHG CARCASSONNE DEFINITION L asthmeest une affection inflammatoire chronique des bronches, caractérisée par la survenue d épisodes paroxystiques de dyspnée,

Plus en détail

Le suivi de l asthmatique L éducation thérapeutique

Le suivi de l asthmatique L éducation thérapeutique Le suivi de l asthmatique L éducation thérapeutique Frédéric Gormand, PH Hospices Civils de Lyon samedi 13 octobre 2007 Le suivi de l asthmatique Tolérance et observance Stratégie et adaptation thérapeutique

Plus en détail

Prise en charge de la crise d asthme chez l enfant

Prise en charge de la crise d asthme chez l enfant Prise en charge de la crise d asthme chez l enfant Recommandations Françaises Grapp/SP²A C. Marguet Rouen EVALUER LA CRISE D ASTHME Interrogatoire+++ Asthme déjà traité Asthme déséquilibré Survenue brutale

Plus en détail

PROTOCOLE DE JUSTIFICATION THERAPEUTIQUE POUR L'UTILISATION DE BETA-2 AGONISTES

PROTOCOLE DE JUSTIFICATION THERAPEUTIQUE POUR L'UTILISATION DE BETA-2 AGONISTES PROTOCOLE DE JUSTIFICATION THERAPEUTIQUE POUR L'UTILISATION DE BETA-2 AGONISTES 1. Généralités Pour justifier de la prise d'un traitement par les bêta-2 agonistes précités, le sportif doit donc fournir

Plus en détail

ASTHME ET SPORT DR F. VOISIN 01 DÉCEMBRE 2015

ASTHME ET SPORT DR F. VOISIN 01 DÉCEMBRE 2015 ASTHME ET SPORT DR F. VOISIN 01 DÉCEMBRE 2015 ASTHME Maladie respiratoire Chronique Caractérisée par: Hyperréactivité bronchique Bronchoconstriction Sécrétion bronchique Obstruction réversible des bronches

Plus en détail

Prise en charge de la crise d asthme aigue en salle d urgence.

Prise en charge de la crise d asthme aigue en salle d urgence. Prise en charge de la crise d asthme aigue en salle d urgence. Quelques points clefs : Ne jamais sous-estimer une crise d asthme, certaines représentent un risque vital imminent!! Identifier rapidement

Plus en détail

Quelle place pour Xolair dans le traitement de l asthme sévère?

Quelle place pour Xolair dans le traitement de l asthme sévère? BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour Xolair dans le traitement de l asthme sévère? Xolair (omalizumab) est indiqué chez l adulte et l adolescent et chez l enfant à partir de 6 ans, en traitement additionnel,

Plus en détail

Item n 226 : Asthme de lʼenfant et de lʼadulte

Item n 226 : Asthme de lʼenfant et de lʼadulte Item n 226 : Asthme de lʼenfant et de lʼadulte Maladie inflammatoire chronique des bronches Définition La gravité concerne la crise, elle conditionne le traitement dʼurgence La sévérité sʼapplique à lʼhistoire

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l asthme

La prise en charge de votre maladie, l asthme GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, l asthme Vivre avec un asthme Mars 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide, La prise en charge de votre

Plus en détail

Management du BIE 03/06/2016

Management du BIE 03/06/2016 Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG Management du BIE Pr Anne Charloux, Service de Physiologie et d Explorations Fonctionnelles, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

L ABC du traitement de l asthme

L ABC du traitement de l asthme L ABC du traitement de l asthme Par Isabelle Tremblay B. Pharm. MBA " Objectifs Définir les étapes du traitement de l asthme Critiquer le plan de traitement d un patient asthmatique en fonction des lignes

Plus en détail

VENTILATION NON INVASIVE

VENTILATION NON INVASIVE VENTILATION NON INVASIVE INDICATIONS DE LA VNI Envisageable chez un patient en IRA capable de comprendre et de collaborer : Fatigué mais non épuisé, Signes de détresse notamment FR > 25/minute, respiration

Plus en détail

Asthme et rhinite allergique associée

Asthme et rhinite allergique associée Asthme et rhinite allergique associée Aujourd hui, il est clairement démontré qu asthme et rhinite allergique sont intimement liés. Près de 80 % des asthmatiques souffrent de rhinite allergique associée.

Plus en détail

Programme. BPCO les Jeudis de l'europe séminaire FPC des 09 & 10 décembre 2005 I. J1. Ressources

Programme. BPCO les Jeudis de l'europe séminaire FPC des 09 & 10 décembre 2005 I. J1. Ressources Ressources - experts o spécialiste : Dr Frédéric Gormand, pneumologue o généraliste : Dr Pierre Wolff - animateurs o Dr Frédérique Grain o Dr Georges Granet - organisateur o Dr Pierre Wolf Programme I.

Plus en détail

L asthme mal maîtrisé

L asthme mal maîtrisé L asthme mal maîtrisé Comment corriger cette situation? Catherine Lemière, MD, MSc Présenté de le cadre de : Les 14 ièmes Journées annuelles du Département de médecine, Université de Montréal, novembre

Plus en détail

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo EXERCICE 1 : Un enfant de 10 ans est amené par ses parents aux urgences

Plus en détail

L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme?

L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme? CAS CLINIQUE L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme? Commencer Réalisé par le Pr Just Chef du Service d Allergologie Centre de l asthme et des Allergies Hôpital Trousseau Paris 12 Suite Paul,

Plus en détail

Recouvrement / chevauchement BPCO asthme

Recouvrement / chevauchement BPCO asthme Recouvrement / chevauchement BPCO asthme Nicolas Roche Paris Définitions GINA GOLD 2014 Asthme Maladie hétérogène habituellement caractérisée par une inflammation chronique des voies aériennes, définie

Plus en détail

ASTHME : GÉNÉRALITES (1)

ASTHME : GÉNÉRALITES (1) ASTHME ASTHME : GÉNÉRALITES (1) Epidémiologie 6 millions d asthmatiques en France (8 % des adultes, 10-15 % des moins de 25 ans) 1000 à 1500 décès par an 500 000 crises d asthme/an Définition Maladie inflammatoire

Plus en détail

Mon bébé peut-il avoir de l'asthme?

Mon bébé peut-il avoir de l'asthme? Mon bébé peut-il avoir de l'asthme? Un nourrisson qui présente des épisodes répétés de sifflements respiratoires peut avoir de l'asthme. Il est important de prendre en charge sa maladie même si, dans plus

Plus en détail

ASTHME. Ce guide a été agréé par le comité médical consultatif pour les AUT sur le fondement des travaux du docteur Jean-François DESSANGES.

ASTHME. Ce guide a été agréé par le comité médical consultatif pour les AUT sur le fondement des travaux du docteur Jean-François DESSANGES. DEMANDE D AUTORISATION A DES FINS THERAPEUTIQUES ASTHME Ce guide a été agréé par le comité médical consultatif pour les AUT sur le fondement des travaux du docteur Jean-François DESSANGES. I. Protocole

Plus en détail

Traitements de la BPCO (Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive)

Traitements de la BPCO (Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive) Traitements de la BPCO (Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive) A N N L I S E M I K O L A J C Z A K, I N T E R N E E N P H A R M A C I E C O U R S D U M A R D I 1 3 S E P T E M B R E 2 0 1 6 I F S

Plus en détail

Allergologue - Institut Pasteur - Certificat d Immuno-Allergologie Clinique (CIAC) Association Franco Vietnamienne de Pneumologie

Allergologue - Institut Pasteur - Certificat d Immuno-Allergologie Clinique (CIAC) Association Franco Vietnamienne de Pneumologie Michèle RAFFARD Allergologue - Institut Pasteur - mraffard@free.fr Certificat d Immuno-Allergologie Clinique (CIAC) Association Franco Vietnamienne de Pneumologie (AFVP) Hôpital Universitaire de HCMV 3-7

Plus en détail

L asthme en crise : De quoi parle-t-on?

L asthme en crise : De quoi parle-t-on? L asthme en crise : De quoi parle-t-on? Antoine Deschildre Lille Cfp2a 2013 un motif fréquent d hospitalisation enquête INVS : données du PMSI 1998/2002 Pascal, Rev Mal Respir 2007 284873 séjours pour

Plus en détail

Asthme de l enfant. Le 01/12/2009 FMC GMBS La Châtre Dr Laurent COTTE

Asthme de l enfant. Le 01/12/2009 FMC GMBS La Châtre Dr Laurent COTTE Asthme de l enfant Le 01/12/2009 FMC GMBS La Châtre Dr Laurent COTTE Diagnostic difficile Les sifflements épisodiques sont fréquents sans pour autant être de l asthme, surtout avant 3 ans. 3 catégories

Plus en détail

Question 1 (QROC) Question 2 (QROC) Question 3 (QRU)

Question 1 (QROC) Question 2 (QROC) Question 3 (QRU) De garde dans le service de pneumologie vous recevez un appel du médecin de famille d une patiente, âgée de 60 ans, obèse, hypertendue, suivie par le service pour une BPCO, qui sollicite votre avis face

Plus en détail

Les EFR pour l ECN. Réponses aux 15 questions. Pr Charles-Hugo Marquette

Les EFR pour l ECN. Réponses aux 15 questions. Pr Charles-Hugo Marquette Les EFR pour l ECN Réponses aux 15 questions Pr Charles-Hugo Marquette Cas n 1 : Patiente au tabagisme cumulé à 40 paquets-années. Décrivez le trouble ventilatoire? Cas n 1 Compte tenu du contexte et des

Plus en détail

Médicaments de l asthme

Médicaments de l asthme Médicaments de l asthme IFSI 10 avril 2015 Ivan Berlin Département de pharmacologie Hôpital Pitié-Salpêtrière Université P. & M. Curie, Faculté de médecine - INSERM 1178, Paris, France Asthme: Affection

Plus en détail

Introduction. Nos outils Notre expérience Conclusion Témoignages.

Introduction. Nos outils Notre expérience Conclusion Témoignages. EDUCATION THERAPEUTIQUE Introduction L Equipe d éducation Nos outils Notre expérience Conclusion Témoignages Education therapeutique A L AR RAIRLOR Un Médecin Une Infirmière L EQUIPE Une Kiné-Psychologue

Plus en détail

CFP2A, 16 novembre 2013 Et maintenant

CFP2A, 16 novembre 2013 Et maintenant CFP2A, 16 novembre 2013 Et maintenant JC Dubus Unité de pneumopédiatrie CHU Timone-Enfants, Marseille Tan tan tan tan Dans cette chanson, une caisse clairefrappe quasi invariablement le même rythme, faisant

Plus en détail

Définition : Spasme des bronches, diminution du calibre des bronches par constriction pulmonaire qui entraîne augmentation des résistances pulmonaires

Définition : Spasme des bronches, diminution du calibre des bronches par constriction pulmonaire qui entraîne augmentation des résistances pulmonaires Mardi, 30 Juin 2009 20:52 Mis à jour Mardi, 30 Juin 2009 20:56 Définition : Spasme des bronches, diminution du calibre des bronches par constriction pulmonaire qui entraîne augmentation des résistances

Plus en détail

3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT

3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT 3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT DIFFÉRENTES CLASSES THÉRAPEUTIQUES ET LEURS RÔLES RESPECTIFS Component 4 : Asthma Management and Prevention Program DÉFINITION

Plus en détail

Asthme aigu MAJ : 28/08/2007. Items I. DIAGNOSTIC ET DÉFINITIONS

Asthme aigu MAJ : 28/08/2007. Items I. DIAGNOSTIC ET DÉFINITIONS Asthme aigu I. Diagnostic et définitions II. Éléments de gravité d'une crise d'asthme III. Traitement IV. Prise en charge Points clés Items 226. Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes.

Plus en détail

QCM DIUFRAL 2014 Module 4 : Pneumologie Module 5 : Hyménoptères. Cocher les réponses justes

QCM DIUFRAL 2014 Module 4 : Pneumologie Module 5 : Hyménoptères. Cocher les réponses justes QCM DIUFRAL 2014 Module 4 : Pneumologie Module 5 : Hyménoptères Cocher les réponses justes 1. Concernant la pathologie asthmatique, quelles sont les propositions exactes? A. L asthme est une maladie inflammatoire

Plus en détail

Dyspnées aux urgences

Dyspnées aux urgences Dyspnées aux urgences 1 Définition. 2 2 Signes de gravité. 2 2.1 Signes de gravité respiratoire. 2 2.2 Signes de gravité cardio-vasculaire. 2 2.3 Signes de gravité neurologiques. 2 3 Interrogatoire et

Plus en détail

LA BRONCHIOLITE. I/ Les virus VRS = Virus Respiratoire Syncytial Adénovirus Haemophilus influenzae...

LA BRONCHIOLITE. I/ Les virus VRS = Virus Respiratoire Syncytial Adénovirus Haemophilus influenzae... LA BRONCHIOLITE Bronchopathies obstructives virales I/ Les virus VRS = Virus Respiratoire Syncytial Adénovirus Haemophilus influenzae... II/ Epidémie- Epidémiologie automno- hivernale pic en décembre touche

Plus en détail

Place de l EFR dans le diagnostic et la surveillance d une BPCO Généraliste vs. Pneumologue

Place de l EFR dans le diagnostic et la surveillance d une BPCO Généraliste vs. Pneumologue Vendredi 20 Mai 2016: 11h00-11h20 Place de l EFR dans le diagnostic et la surveillance d une BPCO Généraliste vs. Pneumologue Pr. H BEN SAAD (MD, PhD) ERS National Delegate (2013-2016) ERS Spirometry Driving

Plus en détail

LES CORTICOÏDES INTERMITTENTS

LES CORTICOÏDES INTERMITTENTS ROUEN LIGUE MAGNUS LYON Division 1 LES CORTICOÏDES INTERMITTENTS SONT AUSSI EFFICACES QUE LES TRAITEMENTS AU LONG COURS CHEZ LE JEUNE ENFANT Christophe Marguet Pneumologie & Allergologie pédiatrique EA3830/CIC

Plus en détail