ANALGÉSIE PÉRIDURALE THORACIQUE ET ÉPARGNE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANALGÉSIE PÉRIDURALE THORACIQUE ET ÉPARGNE"

Transcription

1 ANALGÉSIE PÉRIDURALE THORACIQUE ET ÉPARGNE MORPHINIQUE EN CHIRURGIE GYNÉCOLOGIQUE 6 EME CONGRES NATIONNAL DE LA LUTTE CONTRE LA DOULEUR k. Meddeber, D. Benali,.Boufas,.Zelmat, F. Mazour, B. Chafi

2 INTRODUCTION Après revue de la littérature sur les avantages de la péridurale thoracique (présentation affichée), nous avons estimé légitime de démarrer une étude dans cette optique pour la chirurgie sous mésocolique (gynécologique). Notre motivation est basée non seulement sur la qualité de l analgésie procurée mais aussi sur les effets extra analgésiques et l épargne morphinique Ce ne sont la que les éléments du début d une étude que nous espérons faire évoluer.

3 METHODOLOGIE Période : étude débutée en janvier 2010 Moyenne d âge : patientes de 23 à77ans Type d intervention : chirurgie gynécologique Nombre actuel: 32 HTA + insuffisance coronaire potentielle: 5 (15.5%) Pathologie Nombre Hystérectomie totale 10 CHELL 08 Prolapsus utérin 04 Néo du sein, intervention type pathey 03 Masse latéro utérine 01 Plastie tubaire 01 Kyste de l ovaire 02 Myome utérin 03

4 METHODOLOGIE Technique : Péri thoracique avec anesthésie générale. Ponction D11-D12 métamère D9-L1 Dose: Peropératoire,30 à 40 minutes après l incision : bolus de 8 à10cc de marcaine à 0,125% renouvelé 02h après. Post opératoire : bolus de 8 à 10cc / 2à 3h pendant 48 h Evaluation de la douleur en salle de réveil : EVS et échelle comportement douloureux La surveillance: fiches préétablies ( l état hémodynamique, les signes de toxicité liés aux anesthésiques locaux, les signes alarmants d une infection locale ou générale, les troubles en rapport avec une lésion nerveuse ou récurentielle, un bloc moteur ), Formation du personnel en cours.

5 RESULTATS 1- La réduction morphinique per opératoire : les doses de fentanyl et de sufentanyl se sont trouvées réduites du quart voir du tiers avec un état hémodynamique satisfaisant. pathologie Dose Péri/AG Dose AG Hystérectomie/02h 37.5δ sufentanyl 55_60δ Tm de la vulve/02h30 250δ fentanyl 350_400δ Chell /02h30 50δ sufentanyl 60_65δ Chell =insuf coronarienne/02h δ sufentanyl 60_65δ

6 RESULTATS 2- Qualité de l analgésie : EVS 2 8.6% EVS % 47.8% EVS % EVS 3

7 RESULTATS 3- les complications et accidents de ponction : Nous avons recensé 9 échecs de ponction et progression du cathéter (expérience ) Aucune brèche dure mérienne Aucune lésion nerveuse ou radiculaire Aucune ponction hémorragique

8 RESULTATS 4- Complications et effet secondaires : Tolérance hémodynamique aux anésthesiques locaux : 02 hypota Complications infectieuses:00 Retrait accidentel du KT:02 Complication neurologiques: douleur radiculaire et section nerveuse:00 Complications hémorragiques(hematomes periduraus):00

9 DISCUSSION Pourquoi l analgésie par péridurale thoracique pour une chirurgie pelvienne? La réponse se trouve dans les effets extra analgésiques liés aux blocage des stimulations neuro endocriniennes et le gain au niveau au niveau de la stabilité hémodynamique chez des patientes souvent âgées et porteuses de dyslipidémie à retentissement artérielle et cardio vasculaire. Le deuxième point se trouve dans cette épargne morphinique en per et post opératoire qui nous permet d éviter tous les effets secondaires déjà connus des morphiniques et les autre effets qui sont à l heure encore à l étude et qui pourraient intéresser le système immunitaire. Il reste à établir le bénéfice risque de cette technique non dénuée de risque.

10 DISCUSSION Des impératifs de ponction de surveillance doivent être codifiés avant de commencer un protocole d analgésie par voie péridurale thoracique : Le consentement et l information du patient Habillage stérile et pose du cathéter au bloc opératoire ou en salle de réveil Arrêt des HBPM dans le préopératoire et ne les commencer que 6hà 8h après la mise en place du cathéter, retrait du cathéter 14hà15h après la dernière dose d HBPM Appréciation quotidienne du bloc sensitif et du bloc moteur Vérification biquotidienne du point de ponction Retrait du cathéter et mise en culture si fébricule Recherche des douleurs radiculaires Si ces impératifs sont suivis et codifiés l analgésie péridurale peut être utilisée avec beaucoup d aisance et ne peut procurer que des bénéfices antalgiques, hémodynamique et métaboliques

11 LIMITES DU TRAVAIL Les difficultés à démarrer une périanalgésie continue ; environnement et appréhension Ne pas associer pour une analgésie de meilleure qualité ( fentanyl ou sufentanyl) bien que beaucoup moins fréquente avec les morphiniques de synthèse, la dépression respiratoire reste une appréhension dans un environnement non habitué à ce type de pratique.

12 CONCLUSION Nous espérons toujours la meilleure analgésie post opératoire pour nos patientes, l administration par voie péridurale thoracique semble apporter les satisfactions attendues

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

Remerciements. Dr Philippe Mahiou Clinique des Cèdres 38130 Echirolles

Remerciements. Dr Philippe Mahiou Clinique des Cèdres 38130 Echirolles Remerciements Dr Philippe Mahiou Clinique des Cèdres 38130 Echirolles Conflit d intérêt NORDIC- Pharma : prise en charge de la présentation et de l organisation de la réunion. Introduction 40 % des ALR

Plus en détail

Cas clinique. DES Anesthésie-Réanimation Module Pédiatrie 11/9/15. AF DUREAU Interne DESAR

Cas clinique. DES Anesthésie-Réanimation Module Pédiatrie 11/9/15. AF DUREAU Interne DESAR Cas clinique DES Anesthésie-Réanimation Module Pédiatrie 11/9/15 AF DUREAU Interne DESAR Consultation préanesthésique Enzo 4 mois, 5 kg Né à terme. APGAR 10-10-10 Allaitement maternel exclusif Hernie inguinale

Plus en détail

Management pour la prévention des risques en anesthésie

Management pour la prévention des risques en anesthésie Management pour la prévention des risques en anesthésie Professeur Benoît Plaud Chu Côte de Nacre, Caen plaud-b@chu-caen.fr 5ème congrès 19-20 octobre 2006 Saint-Denis 1 Evénements indésirables graves

Plus en détail

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX Ph.TETARD ( CH Saint Camille) M.T. GATT ( CHU Avicenne) PTETARD 2009 1 1 - LÉGISLATIONPROFESSIONNELLE A. le rôle de l infirmière est fondé sur le décret

Plus en détail

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA)

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) METHODE DE CONTROLE DE LA DOULEUR AIGUE EFFICACE ET SURE. OSWALT KE 1990 OBJECTIF : METTRE EN PLACE LA PCA CHEZ LE PLUS GRAND NOMBRE DE PATIENTS SANS AUGMENTER

Plus en détail

Contraception après 40 ans

Contraception après 40 ans Contraception après 40 ans Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. Recommandations pour la pratique clinique Décembre 2004. ANAES/AFSSAPS Un vaste choix contraceptif Contraception

Plus en détail

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis JLAR 2008 Dr A. Lafanechère, service d anesthésie neurochirurgicale Pôle d anesthésie réanimation, Hôpital Roger Salengro, CHRU Lille La douleur post

Plus en détail

Bandelette sous urétrale en ambulatoire : trucs et astuces avant et pendant l intervention

Bandelette sous urétrale en ambulatoire : trucs et astuces avant et pendant l intervention : trucs et astuces avant et pendant l intervention Xavier Deffieux & Hervé Fernandez Service de gynécologie obstétrique Hôpital Antoine Béclère, Clamart Hôpital Bicêtre, Le Kremlin Bicêtre La chirurgie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE PAR les infirmières libérales Pour un suivi bien orchestré de l hôpital à la ville Prise de conscience par les équipes que tout ne s arrête pas à la porte de l

Plus en détail

Moré Nicolas. IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE

Moré Nicolas. IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE Moré Nicolas IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE Obésité morbide Prise en charge au Bloc Opératoire Problèmes, solutions, surveillance. Introduction Lors de l accueil et de l installation

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION Session ide Géraldine POUTISSOU, Nadia BOUAMARIA, Christelle MIENNE (Pole de Neurochirugie Secteur de Réanimation CHRU de Lille) Surveillance, effets secondaires, sevrage de la sédation SURVEILLANCE, EFFETS

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de la santé et de la protection sociale

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de la santé et de la protection sociale J.O n 183 du 8 août 2004 page 37087 texte n 37086 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de la santé et de la protection sociale Décret n 2004-802 du 29 juillet 2004 relatif aux parties

Plus en détail

La gestion de la douleur postopératoire

La gestion de la douleur postopératoire La gestion de la douleur postopératoire Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Comment évaluer la douleur postopératoire?...1 2 Quels sont la fréquence, l'intensité,

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Pecs blocks PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Indications Prothèse mammaire Anesthesia, 2011 The pecs block : a novel technique for providing analgesia after breast surgery: R. Blanco PAC, pacemaker

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur D. BERTIN*, J. MIRBEY**, C.NAMBOT*, S.SERRI* * Clinique St Vincent BESANCON ** Clinique Ste Marthe DIJON APDCA Association Pour le Développement de la

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE Muret Elise Ranson Charlotte Lambinet Denis Jung Emmanuelle Gangloff Sébastien DEFINITIONS LA SERINGUE AUTO-POUSSEUSE est un appareil électrique permettant d administrer

Plus en détail

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2 Généralisation 2014 d un recueil d indicateurs pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins dans les établissements de santé de soins de courte durée Consignes de remplissage - Grille

Plus en détail

GUIDE POUR L ELABORATION D UN CHEMIN CLINIQUE POUR LA CURE DE HERNIES DE L AINE EN AMBULATOIRE

GUIDE POUR L ELABORATION D UN CHEMIN CLINIQUE POUR LA CURE DE HERNIES DE L AINE EN AMBULATOIRE GUIDE POUR L ELABORATION D UN CHEMIN CLINIQUE POUR LA CURE DE HERNIES DE L AINE EN AMBULATOIRE Les recommandations européennes (1) et françaises (2) indiquent que la cure des hernies de l aine doit être

Plus en détail

Recommandations pour la Pratique Clinique BLOCS PERIMEDULLAIRES CHEZ L ADULTE

Recommandations pour la Pratique Clinique BLOCS PERIMEDULLAIRES CHEZ L ADULTE Recommandations pour la Pratique Clinique BLOCS PERIMEDULLAIRES CHEZ L ADULTE Président du Comité d organisation : Pr. J-J.Eledjam 6 groupes de travail - 30 experts Comité d Organisation Président : Jean-Jacques

Plus en détail

Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir

Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir C Decoene Pôle d anesthésie-réanimation CardioThoracique CHRU Lille Pôle de Cardiologie Pr Lablanche, Pr Kacet, Pr Rey Stimulateurs et autres

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

PCA Principe. PCA : pourquoi?! PCA : pourquoi?! P ATIENT C ONTROLLED A NALGESIA TECHNIQUES INTERTIONNELLES TECHNIQUES INTERVENTIONNELLES

PCA Principe. PCA : pourquoi?! PCA : pourquoi?! P ATIENT C ONTROLLED A NALGESIA TECHNIQUES INTERTIONNELLES TECHNIQUES INTERVENTIONNELLES TECHNIQUES INTERTIONNELLES TECHNIQUES INTERVENTIONNELLES FORMATION DOULEUR IRR MAI 2009 e.cuignet royer@chu nancy.fr 1. PCA :Analgésie Contrôlée par le PaNent 1. ALR : Anesthésie LocoRégionale AL : Anesthésiques

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

XXXII ème Journée d Anesthésie Réanimation de Picardie. Jean Marie Desmonts Professeur Emérite de l Université Paris 7 Denis Diderot

XXXII ème Journée d Anesthésie Réanimation de Picardie. Jean Marie Desmonts Professeur Emérite de l Université Paris 7 Denis Diderot XXXII ème Journée d Anesthésie Réanimation de Picardie Jean Marie Desmonts Professeur Emérite de l Université Paris 7 Denis Diderot Les sources les plus fréquentes des litiges actuels 1. Le non respect

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

CEPHALEES POST-BRECHE DURALE. Post Dural Puncture Headache (PDPH)

CEPHALEES POST-BRECHE DURALE. Post Dural Puncture Headache (PDPH) CEPHALEES POST-BRECHE DURALE Post Dural Puncture Headache (PDPH) G. Buzançais Dr E. Morau 6 Mars 2013 Plan Introduction Physiopathologie Traitements Conclusion Définitions Brèche durale Ponction de dure-mère

Plus en détail

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Michel MAILLET Unité d Anesthésie & Chirurgie Ambulatoires Hôpital Tenon, AP-HP 4 rue de la Chine; 75020 Paris Chemin Clinique Éligibilité

Plus en détail

Chirurgie digestive de l obésité : qui sont les patients et comment sont-ils pris en charge?

Chirurgie digestive de l obésité : qui sont les patients et comment sont-ils pris en charge? Chirurgie digestive de l obésité : qui sont les patients et comment sont-ils pris en charge? dossier de presse 10 mars 2004 Le rapport complet est consultable sur le site de l assurance maladie en ligne

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération

GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération Voici un petit guide qui vous renseignera sur tous les éléments à connaître concernant votre chirurgie. AVANT L OPÉRATION Les

Plus en détail

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00 Session 1 Lundi 5 novembre 2012 Visioconférence Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 10.00 11.00 11.00 12.00 14.00 15.00 15.00 16.00 16.00 16.15 16.00 16.30 16.30 17.15

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION CHIRURGIE AMBULATOIRE ET STÉRILISATION Professeur Claude CLÉMENT Journées Nationales de stérilisation Reims 10 avril 2014 Initialement Une seule UCA de 24 places dans 12 lits 4 salles d opération dédiées

Plus en détail

Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier. Evolution vers l U²

Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier. Evolution vers l U² Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier Evolution vers l U² Docteur F Dravet ICO NANTES Reunion ARS septembre 2013 Intime conviction intérêt pour malades

Plus en détail

Récupération améliorée après chirurgie

Récupération améliorée après chirurgie Récupération améliorée après chirurgie ENHANCED RECOVERY AFTER SURGERY Présentation du programme à l Hôpital du Valais www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch ERAS ET SON HISTOIRE Pendant 10 ans, un groupe d

Plus en détail

DOSSIER de PRESSE. Du changement à la La Clinique Saint-Vincent, clinique de proximité au coeur de Saint-Denis. Saint-Denis, Janvier 2011

DOSSIER de PRESSE. Du changement à la La Clinique Saint-Vincent, clinique de proximité au coeur de Saint-Denis. Saint-Denis, Janvier 2011 DOSSIER de PRESSE Du changement à la La Clinique Saint-Vincent, clinique de proximité au coeur de Saint-Denis Saint-Denis, Janvier 2011 A l occasion de la rénovation de sa façade, validée par l architecte

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

CONCLUSIONS. EON Mini, système de neurostimulation médullaire implantable rechargeable. AVIS DE LA CNEDiMTS 23 juillet 2013

CONCLUSIONS. EON Mini, système de neurostimulation médullaire implantable rechargeable. AVIS DE LA CNEDiMTS 23 juillet 2013 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 23 juillet 2013 CONCLUSIONS EON Mini, système de neurostimulation médullaire implantable rechargeable

Plus en détail

Guide du patient. La coronarographie L angioplastie coronaire

Guide du patient. La coronarographie L angioplastie coronaire Guide du patient La coronarographie L angioplastie coronaire 8 rue Dr Calmette - CS 10043-38028 GRENOBLE CEDEX 1 Tél : 04 76 70 70 54 Fax : 04 76 70 71 45 secr.cardiologie@ghm-grenoble.fr www.ghm-grenoble.fr

Plus en détail

CONTRACEPTION HORMONALE

CONTRACEPTION HORMONALE CONTRACEPTION HORMONALE 22/02/10 Dr Ausias Pharma I. Généralités II. Les associations oestroprogestatives combinées 1. Pilule normodosée 2. Pilule minidosée : microdosée B. Voie cutanée C. Voie vaginale

Plus en détail

Anesthésie pour la chirurgie thoracique (laser exclu)

Anesthésie pour la chirurgie thoracique (laser exclu) Anesthésie pour la chirurgie thoracique (laser exclu) Auteur O Kurdi Version 1.0 Date de réalisation 19 Janvier 2007 Type d interventions usuelles et durée moyenne Lobectomie: 3H (4H si curage ganglionnaire)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Dépose du matériel de curiethérapie utilisé dans les cancers gynécologiques : Prévention et amélioration de la prise en charge de la douleur

Dépose du matériel de curiethérapie utilisé dans les cancers gynécologiques : Prévention et amélioration de la prise en charge de la douleur Dépose du matériel de curiethérapie utilisé dans les cancers gynécologiques : Prévention et amélioration de la prise en charge de la Mme C. Toulouse, Centre Huguenin- St Cloud 1. Présentation du geste

Plus en détail

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007 Mobilisation des connaissances 1- Quand est devenue la Réanimation une spécialité à part entière? Selon quel texte réglementaire 2- Donnez la définition d une unité de réanimation 3- Quel est l effectif

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

- Support de Cours (Version PDF) - La rachianesthésie. Date de création du document 2008-2009. - Université Médicale Virtuelle Francophone -

- Support de Cours (Version PDF) - La rachianesthésie. Date de création du document 2008-2009. - Université Médicale Virtuelle Francophone - La rachianesthésie Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Introduction... 1 2 Indications...2 2. 1 Chirurgie... 1 2. 2 Terrain...1 3 Contre-indications...3 4 Technique...4 4. 1 Préparation

Plus en détail

ESSURE : du Concept de Stérilisation à celui de Contraception Définitive Pr Patrice Lopes patrice.lopes@chu-nantes.fr

ESSURE : du Concept de Stérilisation à celui de Contraception Définitive Pr Patrice Lopes patrice.lopes@chu-nantes.fr ESSURE : du Concept de Stérilisation à celui de Contraception Définitive Pr Patrice Lopes patrice.lopes@chu-nantes.fr Conflit d intérêt : Journées de formation à la pose d Essure sans anesthésie parrainées

Plus en détail

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS 9 ème journée mondiale des Soins Palliatifs LYON DR VIRGINIE DESSUS-CHEVREL SOINS PALLIATIFS CHLS INTRODUCTION Douleur de courte durée induite par un soignant, une thérapeutique

Plus en détail

Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice

Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice DIPLOME UNIVERSITAIRE DE SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice Comité pédagogique : Pr C Ichai, Dr JC Orban,

Plus en détail

PROGRAMME 2016 PARIS B

PROGRAMME 2016 PARIS B PROGRAMME 2016 PARIS B!1 1. OBJECTIFS 1. Savoir 1. Acquérir un savoir validé sur la relation thérapeutique, l hypnose médicale appliquée à la douleur aiguë, ses intérêts et ses limites dans les soins.

Plus en détail

Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire

Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2012 Sfar. Tous droits réservés. Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire N. DUFEU (PHAR) Unité de chirurgie ambulatoire

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

Un avantage décisif pour la résection des polypes et des myomes. Système

Un avantage décisif pour la résection des polypes et des myomes. Système Un avantage décisif pour la résection des polypes et des myomes Système Nouvelle norme en résection hystéroscopique Truclear apporte une précision, une clarté et une efficacité sans précédents pour réséquer

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix?

Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix? Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix? Pendant que vous vous préparez à la naissance de votre bébé, ce livret répondra à plusieurs questions que vous vous

Plus en détail

BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES. Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012

BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES. Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012 BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012 Une place d auto-assureur unique en France : Rôle traditionnel de défense de l Institution

Plus en détail

Hypnose et Douleurs Aiguës. Dr Claude VIROT - depuis 1994 PROGRAMME 2015 PARIS. !Programme détaillé formation HDAA 2015 PARIS - Emergences

Hypnose et Douleurs Aiguës. Dr Claude VIROT - depuis 1994 PROGRAMME 2015 PARIS. !Programme détaillé formation HDAA 2015 PARIS - Emergences PROGRAMME 2015 PARIS Programme détaillé formation HDAA 2015 PARIS - Emergences 1 1. OBJECTIFS" 1. Savoir" 1. Acquérir un savoir validé sur la relation thérapeutique, l hypnose médicale appliquée à la douleur

Plus en détail

L HYPNOSE et l Analgésie

L HYPNOSE et l Analgésie L HYPNOSE et l Analgésie IFSI- 2013 Dr Jean-Marc BENHAIEM Responsable D. U. d Hypnose Médicale - Paris VI, Pitié-Salpêtrière Centres d'evaluation et de Traitement de la Douleur Hôpital Ambroise Paré (92

Plus en détail

Demain 80% d ambulatoire? V. Villefranque C.H. René Dubos Pontoise

Demain 80% d ambulatoire? V. Villefranque C.H. René Dubos Pontoise Demain 80% d ambulatoire? V. Villefranque C.H. René Dubos Pontoise Etats Unis 80% d ambulatoire Hôpitaux : 63% d ambulatoire Mais l ambulatoire est réalisé dans : 47% centres hospitaliers 37% Ambulatory

Plus en détail

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Définition Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Compétence 4 UE 2.8 Véronique Nédélec-Gimbert octobre 2012 L'infarctus du myocarde (IDM étant une abréviation courante) est une nécrose (mort de cellules)

Plus en détail

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP)

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) «Dr Claude Benedetto» Votre médecin vous propose de vous mettre en place un accès veineux

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Partie 1 Unité d'enseignement 2.11.S1 - Pharmacologie générale - 1 re année

Partie 1 Unité d'enseignement 2.11.S1 - Pharmacologie générale - 1 re année Table des matières Introduction Partie 1 Unité d'enseignement 2.11.S1 - Pharmacologie générale - 1 re année Sous-partie 1-1 La pharmacologie générale (Chapitres 1 à 5) Chapitre 1 Introduction à la pharmacologie

Plus en détail

Le ministre de la santé ;

Le ministre de la santé ; Arrêté du ministre de la santé n.. du. fixant la liste des appareils de prothèse et d orthèse médicales, des dispositifs médicaux et implants admis au remboursement ou à la prise en charge au titre de

Plus en détail

Question 2 Indiquez 6 éléments essentiels que vous recherchez à l examen clinique de l enfant aux urgences.

Question 2 Indiquez 6 éléments essentiels que vous recherchez à l examen clinique de l enfant aux urgences. Énoncé D1-2011 Un enfant de 9 ans, sans antécédents particuliers en dehors d une allergie à la pénicilline, vous est adressé aux urgences à la suite d une morsure profonde au niveau de la face par le chien

Plus en détail

Rappels : Aménorrhée : on nomme ainsi l'absence des règles d'une femme non ménopausée.

Rappels : Aménorrhée : on nomme ainsi l'absence des règles d'une femme non ménopausée. Le May Francis IFSI Douai 2ème année Module de Pédiatrie TD n 1 - Etude de situation 1 Accueil de l'enfant en salle de naissance et son adaptation à la vie extra-utérine Rappels : Aménorrhée : on nomme

Plus en détail

Hématome rétro-placentaire ( HRP )

Hématome rétro-placentaire ( HRP ) Hématome rétro-placentaire ( HRP ) L hématome rétroplacentaire (HRP) ou abruptio placentae correspond au décollement prématuré d un placenta normalement inséré (DPPNI). La lésion anatomique est formée

Plus en détail

Diplôme Universitaire L Infirmier(e) de Salle de Surveillance Post-Interventionnelle (SSPI)

Diplôme Universitaire L Infirmier(e) de Salle de Surveillance Post-Interventionnelle (SSPI) Responsables: Diplôme Universitaire L Infirmier(e) de Salle de Surveillance Post-Interventionnelle (SSPI) - Pr Nathalie NATHAN-DENIZOT, service Anesthésie Réanimation, CHU Dupuytren Limoges et Faculté

Plus en détail

RESULTATS A LONG TERME DE L A BANDELETTE SOUS-URETRALE TVT DANS L IUE CHEZ LA FEMME. ALGER DECEMBRE 2014

RESULTATS A LONG TERME DE L A BANDELETTE SOUS-URETRALE TVT DANS L IUE CHEZ LA FEMME. ALGER DECEMBRE 2014 RESULTATS A LONG TERME DE L A BANDELETTE SOUS-URETRALE TVT DANS L IUE CHEZ LA FEMME. ALGER DECEMBRE 2014 INTRODUCTION L IUE : définie comme une perte involontaire d urine à travers le méat urétral lors

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 FISTULA CARE Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 EngenderHealth, 440 Ninth Avenue, New York, NY 10001, USA Téléphone: 212-561-8000; Fax: 212-561-8067;

Plus en détail

Traitement des douleurs par Neuromodulation chirurgicale = Neurostimulation et Infusion intrathécale implantées

Traitement des douleurs par Neuromodulation chirurgicale = Neurostimulation et Infusion intrathécale implantées 21em journées EURO-PHARMAT LYON 2011 Traitement des douleurs par Neuromodulation chirurgicale = Neurostimulation et Infusion intrathécale implantées Patrick MERTENS MD, PhD Département de Neurochirurgie

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE CHIRUGIE DIGESTIVE FOUQUE (FCG)

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE CHIRUGIE DIGESTIVE FOUQUE (FCG) LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE CHIRUGIE DIGESTIVE FOUQUE (FCG) PRESENTATION HOPITAL SAINT JOSEPH Le personnel de l hôpital Saint Joseph est heureux de vous accueillir et de participer à votre formation. Établissement

Plus en détail

La grossesse extra-utérine. Dr A. JACQUET

La grossesse extra-utérine. Dr A. JACQUET La grossesse extra-utérine Dr A. JACQUET Incidence INCIDENCE: 100 à 175 GEU/ an pour 1.000.000 a.f. 2 GEU pour 1OO naissances Fréquence: années 1970-1990 années 1990-2000 puis stabilisation Bouyer Registre

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER FRANCIS ROBERT Ancenis

CENTRE HOSPITALIER FRANCIS ROBERT Ancenis CENTRE HOSPITALIER FRANCIS ROBERT Ancenis Journée de la Commission de Soins Infirmiers et de Rééducation Médico- Technique 15 Novembre 2011 Unité de Chirurgie Ambulatoire Participantes : JEANIN Gisèle

Plus en détail

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor Coup d envoi Définition de l urgence Fonction des personnes : Pour les patients : «ça ne va pas», «il n est pas comme d habitude», «il

Plus en détail

Problèmes médico-légaux liés aux liposuccions Pr Ag Mohamed ALLOUCHE Dr Maha SHIMI Pr Moncef HAMDOUN

Problèmes médico-légaux liés aux liposuccions Pr Ag Mohamed ALLOUCHE Dr Maha SHIMI Pr Moncef HAMDOUN Problèmes médico-légaux liés aux liposuccions Pr Ag Mohamed ALLOUCHE Dr Maha SHIMI Pr Moncef HAMDOUN Service de Médecine Légale-HCN 1 Chirurgie esthétique Spécialité à haut risque médico-légal 3 ème spécialité

Plus en détail

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Vrai / Faux? L incontinence urinaire est fréquente L incontinence urinaire fait partie du vieillissement normal L incontinence urinaire

Plus en détail

LA SURVEILLANCE D'UNE THYROIDECTOMIE EN SSPI

LA SURVEILLANCE D'UNE THYROIDECTOMIE EN SSPI LA SURVEILLANCE D'UNE THYROIDECTOMIE EN SSPI E ALASTOR, I PHILIPPOT, G MION Hôpital d'instructions des Armées VAL DE GRÂCE 74 Boulevard du Port Royal - 75005 PARIS Infirmière anesthésiste Cadre de Santé,

Plus en détail

Antiplaquettaires : qui en péri-opératoire? Enquête déclarative de la Société d Anesthésie de Charleroi

Antiplaquettaires : qui en péri-opératoire? Enquête déclarative de la Société d Anesthésie de Charleroi Antiplaquettaires : qui en péri-opératoire? Enquête déclarative de la Société d Anesthésie de Charleroi Dans le cadre de la préparation de la réunion du 12 avril 28, la Société d Anesthésie de Charleroi

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Arthroscopie en chirurgie ambulatoire. Dr Nicolas Bonnevialle Hôpital Riquet

Arthroscopie en chirurgie ambulatoire. Dr Nicolas Bonnevialle Hôpital Riquet Arthroscopie en chirurgie ambulatoire Dr Nicolas Bonnevialle Hôpital Riquet Introduc*on LCA = 40 000 interven*ons par an en France 2,4% en ambulatoire en 2013 L hospitalisa*on, une spécificité (trop) française

Plus en détail

PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE. Marcelle Haddad

PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE. Marcelle Haddad PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE Marcelle Haddad PLUSIEURS CATEGORIES DE CHIRURGIE 1-Perte d un d organe ou d une fonction Ex: cholecystectomie,appenticectomie 2-Ablation d une tumeur,, d un d

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

En annexe, des références ont été misent pour chaque indicateur afin de faciliter la recherche de l information par l infirmière.

En annexe, des références ont été misent pour chaque indicateur afin de faciliter la recherche de l information par l infirmière. Ce document énonce une liste d éléments que l infirmière devrait connaître ou maîtriser avant le début de l orientation aux soins critiques. La liste n est pas exhaustive, il s agit d indicateurs pour

Plus en détail

«Généralités,politique de santé en France, Place de l ambulatoire»

«Généralités,politique de santé en France, Place de l ambulatoire» Réussir l ambulatoire en cancérologie «Généralités,politique de santé en France, Place de l ambulatoire» Cancérologie et chirurgie ambulatoire Réunion «teches» cancer du sein et ambu Lille 26.09.2013 Congres

Plus en détail

SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775

SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775 SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775 Hôpital Cochin - Service Médecine Interne du Pr Le Jeunne 27, rue du Faubourg Saint Jacques - 75014 PARIS

Plus en détail