L8 ANALYSER LES STRATÉGIES D ACTEURS : LA MÉTHODE MACTOR T2 Chapitre 6

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L8 ANALYSER LES STRATÉGIES D ACTEURS : LA MÉTHODE MACTOR T2 Chapitre 6"

Transcription

1 L8 ANALYSER LES STRATÉGIES D ACTEURS : LA MÉTHODE MACTOR T2 Chapitre 6 1. Origines et étapes de la méthode Mactor 2. Construire le tableau : «stratégie des acteurs» 3. influences entre acteurs, rapports de force, matrice MIDI 4 Identifier les enjeux stratégiques et les objectifs associés et Positionner chaque acteur sur les différents objectifs :la matrice MAO 5 Repérer les convergences et divergences (simples, valuées et pondérées par les rapports de force) 6 Formuler les recommandations stratégiques cohérentes et poser les questions clés pour l avenir 7 Jeux d acteurs et sécurité alimentaire L9 illustrations T2 Chapitre

2 Formuler les enjeux, identifier les champs de bataille: analyse du jeu des acteurs par la méthode MACTOR La nécessitn cessité Importance du jeu des acteurs { État présent Tendances lourdes La volonté Jeu des acteurs { Objectifs, projets des acteurs { État futur { L aléa Événements contingents + Phénomènes chaotiques Hypothèses de ruptures 9 2

3 Analyse du jeu des acteurs : Mactor Une base formée de trois listes : Identifier les acteurs Repérer les enjeux majeurs, champs de bataille Identifier les objectifs poursuivis par les acteurs pour défendre leurs intérêts sur ces champs de bataille Trois temps dans l analyse Une matrice acteurs/acteurs : influences directes entre acteurs Une matrice acteurs/objectifs : position de chaque acteur sur chaque objectif Interprétation des résultats Influence/dépendance Rapports de force Convergences divergences d intérêts «Proximités» acteurs/objectifs 10 3

4 Analyse des jeux d acteurs Pertinence de la méthode: Pour l analyse de domaines où les enjeux se situent très largement dans la confrontation d intérêts d essences différentes (public v. privé, producteurs v. consommateurs, régulateurs v. régulés, ), Pour des domaines soumis à des perspectives de changement importantes d ordre réglementaire, technologique, dans lesquels des transformations créent de fortes incertitudes et tensions sur la réalisation des projets des acteurs, leur rôle des acteurs et leur marge de manœuvre. 2 types d approche: exploratoire / normative Se doter d une représentation collective du jeu : une base d analyse: Des acteurs Des enjeux et des objectifs 2 matrices : acteurs x acteurs et acteurs x objectifs 11 4

5 Typologie des approches Participation Mactor Mactor exploratoire stratégique confidentiel confidentiel CIG CIG «avenir des des EDF EDF «avenir des des institutions combustibles européennes» irradiés» Mactor exploratoire Mactor participatif stratégique BASF Agro Agro et et sa sa participatif filière «avenir de de la la IGN IGN «avenir de de sécurité l information alimentaire» géographique» Impact stratégique 12 5

6 Se doter d une représentation collective du jeu: base d analyse du jeu des acteurs Les acteurs Les enjeux et les objectifs trouver un compromis réaliste (représentativité de la problématique étudiée) et opérationnel (temps disponible) pour se doter d une représentation commune du système La représentation du système (acteurs, enjeux, objectifs) est très largement déterminée par la perception que les acteurs (groupe de travail et personnes auditionnées) se font, aujourd hui, de la réalité du jeu. Contingence au contexte La matrice acteurs x acteurs La matrice acteurs x objectifs 13 6

7 Se doter d une représentation collective du jeu : les acteurs Définition: Un acteur a une identité, un projet et des moyens d action propres (aussi faibles soient-ils), organisés dans une stratégie pour atteindre les buts et les objectifs qu il s est fixés pour les faire aboutir. Combien d acteurs prendre en compte? retenir les acteurs qui jouent aujourd hui un rôle majeur dans le jeu. difficulté: appréhender des acteurs «polymorphes» (ex: l Etat) (dont les acteurs composants peuvent différer dans leurs objectifs, leur comportement et leurs critères de décision) et d acteurs assurant plusieurs rôles fonctionnels dans le (S) consolider la liste des acteurs en itérant avec la construction de la liste des enjeux et objectifs à retenir. En effet, les acteurs doivent être différenciés selon leur position contrastée, au travers des objectifs qu ils poursuivent, par rapport aux enjeux actuels et futurs. Retour d expérience : un nombre d acteurs compris entre 10 et

8 Exemple: liste du jeu acteurs sur le transport aérien et l aménagement du territoire en IDF Aéroports : ADP Aérodromes d Ile-de-France/proche région hors ADP Administrations compétentes en matière de TA: Gouvernement Ministère des Transports et DGAC Ministère des finances Direction de la navigation aérienne Les compagnies aériennes : Compagnie nationale Nouvelles compagnies Compagnies charters Compagnies régionales 15 8

9 Exemple: liste du jeu acteurs sur le transport aérien et l aménagement du territoire en IDF Opérateurs fer : SNCF Opérateurs du transport aérien: Transitaires, Groupeurs de fret Passagers Tours opérateurs, agences de voyages Acteurs de l aménagement du territoire : Décideurs d aménagement (Conseil régional ) Bénéficiaires d aménagement (Entreprises, CCI ) Collectivités locales d Ile-de-France 16 9

10 Fiche variable Acteur (rappel) Intitulé Définition Buts : Motivations Objectifs poursuivis Problèmes rencontrés Moyens d action (y compris alliances, coopérations, partenariats) Repérage des évolutions futures Facteurs qui peuvent affecter les relations entre les acteurs : Emergence et disparition d acteurs, changement de rôle d un acteur dans le système Règles du jeu possibles dans le futur Références / experts interrogés 17 10

11 FICHE ACTEUR Intitulé Définition Buts Motivations Objectifs poursuivis Problèmes rencontrés Moyens d action Références / experts interrogés 18 11

12 Tableau des stratégies des acteurs Acteur 1 Acteur 2 Acteur 3 Acteur 1 Stratégie Acteur 1 Moyens d influence de l Acteur 1 sur l Acteur 2 Moyens d influence de l Acteur 1 sur l Acteur 3 Acteur 2 Moyens d influence de l Acteur 2 sur l Acteur 3 Stratégie Acteur 2 Moyens d influence de l Acteur 2 sur l Acteur 3 Acteur 3 Moyens d influence de l Acteur 3 sur l Acteur 1 Moyens d influence de l Acteur 3 sur l Acteur 2 Stratégie Acteur

13 LE TABLEAU «STRATÉGIE DES ACTEURS» Action de sur Constructeurs Compagnies Etat Constructeurs But : Vivre et éviter la crise. Problèmes : Nouveaux projets d'avions plus performants par rapport aux normes de bruit et de consommation spécifiques. Moyens : Association entre constructeurs. Commandes militaires. Diversification des activités. Pression sur les compagnies pour l'achat d'avions neufs. Diversification des besoins et des avions. Offrir toute la gamme par des progrès technologiques importants. Font du chantage à l'emploi. Réclament le financement de nouveaux projets. Compagnies Réclament des avions plus conformes à leurs besoins. Critère essentiel : le coût du passager au kilomètre ou tonne effectivement transporté. Réticence à l'emploi de gros avions. Buts : Maintenir leur part de marché. Problèmes : Finances, investissements et salaires. Maintenir une fréquence et un remplissage élevés. Moyens : Cooperation entre compagnies (ATLAS). Filialisation des activités. Homogénéisation et souplesse d'utilisation de la flotte. Développement du fret. Concentration de 3e niveau. Cherchent à être protégées de la concurrence par le biais des droits de trafic sur le long courrier. Etat Sauvegarder l'industrie aéronautique nationale. Commande militaire et civiles. Financement de nouveaux projets. Crédit à l'exportation. Démarchage auprès des gouvernements étrangers. Appel au financement privé. Protectionnisme. Pressions sur les compagnies nationales pour l'achat de Mercure, Airbus,... assorties d'aides financières. L'Etat protège les compagnies à condition qu'elles se développent et améliorent leur gestion. Buts : Prestige et présence française dans le monde. Problèmes : Chômage Inflation Moyens : Croissance soutenue 20 13

14 Construire le tableau des relations d influence entre les acteurs Pour chaque acteur, on identifie et on évalue ses influences sur les autres acteurs selon l él échelle suivante : 4, lorsque l acteur l Ai peut remettre en cause ou conforte l existence l de l acteur Aj 3, lorsque l acteur l Ai peut remettre en cause ou conforte les missions de l acteur l Aj 2, lorsque l acteur l Ai peut remettre en cause ou conforte les projets de l acteur l Aj 1, lorsque l acteur l Ai peut remettre en cause ou conforte les processus opératoires de l acteur l Aj 0, lorsque l acteur l Ai n a n a aucune influence sur l acteur l Aj 21 14

15 La matrice acteurs x acteurs La matrice MID est un tableau (Acteurs x Acteurs) où l influence directe actuelle d un acteur sur un autre est notée sur une échelle allant de 0 à 4, qui traduit l intensité et la nature de cette influence Influence directe de acteur 1 acteur j acteur 5 influence Convention de remplissage 4: l acteur «i» peut remettre en cause l acteur «j» dans son existence / est indispensable à son existence acteur 1 3: l acteur «i» peut remettre en cause l accomplissement des missions de l acteur «j»/ est indispensable acteur i n 2: l acteur «i» peut remettre en cause la réussite des projets de l acteur «j»»/ est indispensable 1: l acteur «i» peut remettre en cause de façon limitée dans le acteur 5 temps et dans l espace les processus opératoires de gestion dépendance de l acteur «j»»/ est indispensable 0: l acteur «i» a peu d influence sur l acteur «j» 22 15

16 Matrice des influences directes entre acteurs (MID) A1 A2 A3 A4 A5 A6 Inf. A1 Constructeurs A2 Cies régulières A3 Cies charters A4 Etat A5 Aéroport de Paris A6 Asso. de riverains Dépendance Existence d une influence directe OUI Intensité Missions (3) 23 16

17 Analyse de la matrice acteurs/acteurs Compréhension de la place des acteurs dans le système: Acteurs dominants ou dominés, acteurs relais ou hors-jeu, acteurs autonomes au sein du système étudié Analyse du poids relatif de chaque acteur dans le système: Rapports de force (forces/faiblesses) 24 17

18 MIDI : Matrice des influentes directes et indirectes A1 A2 A3 A4 A5 A6 I i A1- Constructeurs A2- Compagnies r égulièr es A3- Compagnies char ter s A4- Etat A5- Aér opor t de Par is A6- Associations de riverains Di

19 L interprétation du plan des influences / dépendances directes et indirectes entre acteurs: principe de lecture Acteurs dominants Acteurs relais influence Axe du contrôle Axe de l implication Acteurs hors-jeu dépendance Acteurs dominés 26 19

20 Plan influence-dépendance directes et indirectes des acteurs Etat Influence Acteurs dominants Acteurs relais Constructeurs Associations de riverains Cies régulières AdP Acteurs autonomes Acteurs dominés Cies charters Dépendance 27 20

21 Plan influence et dépendance des acteurs Influen Acteurs dom inants Etat Acteurs re la is C o nstructe urs Asso. de riverains Cies régulières A éroport de Paris Acteurs autonom es Acteurs dom inés Cies charters Dépendance 28 21

22 Balance nette des influences entre acteurs A1 A2 A3 A4 A5 A6 A1 Constructeurs A2 Compagnies régulières A3 Compagnies chartères A4 Etat A5 Aéroports de Paris A6 Associations de riverains

23 Rapports de force entre acteurs Michel Godet

24 32 24 Michel Godet

25 Se doter d une représentation collective du jeu : les enjeux et les objectifs Définition: Les enjeux : des point saillants, de zones d incertitude qui correspondent à des nœuds du futur, de carrefour ou de bifurcation du système. Ils recèlent un pouvoir d interpellation critique, dont les acteurs doivent se saisir: points de passage obligé pour les acteurs, aux issues incertaines et multiples. Il y a donc possibilité de perte ou de gain pour chaque acteur impliqué d où le nom d enjeu («ce qui est en jeu»). Les objectifs, ou buts poursuivis par les acteurs autour d un champ de bataille sont exprimés à l aide d un verbe d action Quels enjeux et objectifs retenir pour décrire le jeu? Se concentrer sur des enjeux et objectifs structurants pour la problématique étudiée et dont on estime qu ils vont donner lieu à des confrontations d intérêts mettant en jeu un grand nombre d acteurs Choisir des objectifs dont on pense qu ils sont déterminants de grandes alternatives dans l évolution du système Formuler de manière suffisamment précise et explicite les objectifs. Ce travail de formulation des objectifs est fondamental car il oriente de manière très sensible, voire détermine, les positions des acteurs (favorables, défavorables ou indifférentes à la réalisation de l objectif) Nota: les enjeux constituent une étape de travail intermédiaire vers la constitution de la liste des objectifs. Ils servent à structurer la réflexion, à «encadrer» la recherche d objectifs pertinents et faciliter les arbitrages finaux sur le choix des objectifs 33 25

26 Quels enjeux & objectifs retenir pour décrire le jeu? On peut rédiger plusieurs objectifs autour d un même sujet complémentaires ou alternatifs de façon à couvrir plus précisément la problématique dans sa variété : Exemple simplifié sur l enjeu: répartition du trafic aérien pour l IDF, les aéroports d accès O1. Réaliser un 3 e aéroport pour la desserte de l IDF O2. Développer au maximum Roissy CDG O3. Déplacer certains trafics (fret,..) sur les aéroports de proximité O4. Utiliser des aérodromes plus éloignés comme terrains de desserrement pour les vols commerciaux Entre 15 et 20 objectifs rédigés de manière tranchée afin de de révéler les positions des acteurs Nota: la formulation des objectifs retenue est déjà révélatrice des préférences des acteurs, c està-dire de leur souhait individuel ou collectif soit de mettre en avant leurs différences, soit au contraire d exprimer leur volonté de les dépasser 34 26

27 Exemple: le transport aérien et l aménagement du territoire en IDF Enjeux E1. Définition des avions E2. Marché des avions E3. Partager les droits de trafic E4. Bruits et nuisances autour des aéroports Objectifs O1. Imposer les caractéristiques des avions O2. Défendre et améliorer les parts de marché des constructeurs nationaux O3. Développer les vols organisés O4. Réglementer et renforcer les normes sur le bruit 35 27

28 Enjeux et objectifs du transport aérien ENJEUX OBJECTIFS E1 - Définition des avions O1 - Imposer les caractéristiques des avions E2 - Marché des avions O2 - Défendre et améliorer les parts de marché des constructeurs nationaux E3 - Partage des droits de trafic O3 - Maintenir le partage des droits de trafic E4 - Marché des vols organisés O4 - Développer les vols organisés E5 - Bruits et nuisances autour des aéroports O5 - Réglementer et renforcer les normes sur le bruit 36 28

29 Matrice Acteurs / Objectifs : principes de lecture Attitude (Matrice 1MAO) Cies régulières Cies Constructeurs charters Attitude et intensité (Matrice 2 MAO) Cies régulières Cies Constructeurs charters «Réglementer et renforcer les normes sur le bruit» "Réglementer et renforcer les normes sur le bruit État Asso de AdP riverains État AdP Asso de riverains Echelle : 4 : Existence 3 : Missions 2 : Projets 1 : Gestion 37 29

30 Matrice Acteurs / Objectifs (2MAO) Objectif 1 Objectif I Objectif 5 Attitude de l acteur: Acteur 1 Acteur k Acteur 5 n (+) : l acteur «i» est favorable à l objectif «j» (accord) (-) : l acteur «i» est défavorable à l objectif «j» (désaccord) (0) :l acteur «i» est indifférent à l objectif «j» (attention à notion de «neutralité») Intensité: Objectif 1 Objectif I Objectif 5 4: l objectif «j» a des conséquences sur l existence même l acteur Acteur 1 3: l objectif «j» a des conséquences sur l accomplissement des missions de l acteur «i» Acteur k Acteur 5 n 2: l objectif «i» a des conséquences sur la réussite des projets de l acteur «i» 1: l objectif «j» a des conséquences limitées dans le temps et dans l espace sur les processus opératoires de gestion de l acteur «i» 38 30

31 Matrice des postions simples ActeursX Objectifs MAO O1 O2 O3 O4 O5 A1 Constructeurs A2 Compagnies régulières A3 Compagnies chartères A4 Etat A5 Aéroports de Paris A6 Associations de riverains Nombre d'accords ( +) Nombre de désaccords ( -) Nombre de positions O1: Imposer les caractéristiques des avions. O2: Défendre et améliorer les parts de marché des constructeurs nationaux. O3: Maintenir le partage des droits de trafic. O4: Développer les vols organisés. O5: Réglementer et renforcer les normes sur le bruit

32 Convergences et divergences 1CAA : Matrice des convergences «Acteurs x Acteurs» A1 A2 A3 A4 A5 A6 A1- Constructeurs A2- Compagni es r égul i èr es A3- Compagni es char ter s A4- Etat A5- Aéroport de Paris A6- Associations de riverains Nombre de convergences (1Ci)

33 Convergences et divergences 1DAA : Matrice des divergences «Acteurs x Acteurs» A1 A2 A3 A4 A5 A6 A1- Constructeurs A2- Compagni es r égul i èr es A3- Compagni es char ter s A4- Etat A5- Aér opor t de Par i s A6- Associ at i ons de r i ver ai ns Nombr e de di ver gences ( 1Di )

34 Premier graphe complet des convergences Constructeurs A Compagnies régulières A2 +2 Compagnie charters A3 +1 A4 +2 A6 +1 Associations de riverains Etat A5 +4 Aéroport de Paris 42 34

35 Premier graphe complet des divergences -2 Compagnies régulières -2 A2-2 Constructeurs A A3 Compagnies charters Associations de riverains A A5-2 A4-2 Aéroport de Paris -1 Etat 43 35

36 Matrice Acteurs / Objectifs : principes de lecture (2MAO) O1 O2 O3 O4 O5 Imp. A1 Constructeurs A2 Cies régulières A3 Cies charters A4 Etat A5 Aéroport de Paris A6 Asso. de riverains Implication Σ des valeurs absolues Renforcer les normes sur le bruit Objectif le plus impliquant Acteurs les plus impliqués ENJEUX OBJECTIFS E1 - Définition des avions O1 - Imposer les caractéristiques des avions Accords Σ des (+) Désaccords Σ des (-) % 0% 100% 20% 71% E2 - Marché des avions E3 - Partage des droits de trafic E4 - Marché des vols organisés E5 - Bruits et nuisances autour des aéroports O2 - Défendre et améliorer les parts de marché des constructeurs nationaux O3 - Maintenir le partage des droits de trafic O4 - Développer les vols organisés 44 O5 - Réglementer et renforcer les normes sur le bruit 36

37 45 37 Michel Godet

38 Convergences et divergences : Acteurs x Acteurs 2CAA : Matrice valuées des convergences A1 A2 A3 A4 A5 A6 A1- Constr ucteur s 0 0 4,0 0 2,0 A2- Compagnies r égulièr es 0 4,0 2,5 4,0 0 A3- Compagnies char ter s 0 4,0 0 8,0 0 A4- Etat 4,0 2, ,0 A5- Aér opor t de Par is 0 4,0 8,0 0 0 A6- Associ ati ons de r i ver ai ns 2, ,0 0 Nombr e de conver gences ( 2Ci) 6,0 10,5 12,0 8,5 12,0 4,

39 2DAA : Matrice valuées des divergences Acteurs x Acteurs A1 A2 A3 A4 A5 A6 A1- Constructeurs 4,0 3,0 0 3,0 0 A2- Compagnies régulières 4,0 5,0 2,0 4,0 3,0 A3- Compagnies charters 3,0 5,0 4,0 0 2,5 A4- Etat 0 2,0 4,0 3,5 0 A5- Aéroport de Paris 3,0 4,0 0 3,5 2,5 A6- Associations de riverains 0 3,0 2,5 0 2,5 Nombre de divergences (2Di)10,0 18,0 14,5 9,5 13,0 8,

40 3MAO : Matrice des positions valuées et pondérées par les rapports de force «Acteurs x Objectifs O1 O2 O3 O4 O5? A1- Constructeurs +2,5 +3, ,3 7,6 A2 - Compagni es r égul i èr es - 1, , 8-0, 9-2, 8 8, 4 A3 - Compagni es char t er s - 0, 4 0-1, 3 + 1, 3-0, 9 4, 0 A4- Etat 0 +4,1 +2,8 0 +1,4 8,3 A5 - Aér opor t de Par i s - 0, 8 0-1, 7 + 1, 7-1, 7 5, 9 A6- Associ ati ons de r i ver ai ns ,4 3,4?+ +2,5 +7,9 +5,6 +3,0 +6,0?- - 3,2 0,0-3,0-0,9-5,4 Degr é de mobi l i sat i on 5, 7 7, 9 8, 6 4, 0 1 1,

41 50 41 Michel Godet

42 3CAA : Matrice des convergences valuées et pondérées par les rapports de force «Acteurs x Acteurs» A1 A2 A3 A4 A5 A6 A1- Constr ucteur s 0,0 0,0 5,3 0,0 2,3 A2- Compagni es r égul i èr es 0,0 3,0 2,8 3,6 0,0 A3- Compagni es char ter s 0,0 3,0 0,0 5,0 0,0 A4- Etat 5,3 2,8 0,0 0,0 2,4 A5- Aér opor t de Par i s 0,0 3,6 5,0 0,0 0,0 A6- Associations de riverains 2,3 0,0 0,0 2,4 0,0 Nombre de convergences (3Ci) 7,6 9,4 8,0 10,4 8,6 4,

43 3DAA : Matrice des divergences valuées et pondérées par les rapports de force «Acteurs x Acteurs» A1 A2 A3 A4 A5 A6 A1- Constructeurs 4,2 2,6 0,0 3,2 0,0 A2- Compagnies régulières 4,2 3,2 2,1 3,6 3,1 A3- Compagnies charters 2,6 3,2 3,2 0,0 2,1 A4- Etat 0,0 2,1 3,2 3,8 0,0 A5- Aéroport de Paris 3,2 3,6 0,0 3,8 2,5 A6- Associations de riverains 0,0 3,1 2,1 0,0 2,5 Nombre de divergences (3Di)10,0 16,2 11,1 9,0 13,0 7,

44 Troisième graphe complet des convergences Constructeurs 2,3 A1 A6 5,3 2,4 Associations de riverains A4 Etat 2,8 Compagnies régulières 3,6 A2 A5 3,0 A3 Compagnie charters 5,0 Aéroport de Paris 53 44

45 Troisième graphe complet des divergences -2,6 Compagnies régulières -4,2 A2-3,2 Constructeurs A1-3,1-3,6-2,1 A3 Compagnies charters Associations de riverains A6-3,2-2,5 A5-3,8 A4-3,2 Aéroport de Paris -2,1 Etat 54 45

46 Rapports de force et implication des acteurs Rapport de force faible fort Et at Constr ucteur s Ri ver ai ns AdP Ci es r égul i èr es Ci es char t er s faible for te Implication (somme des positions valuées) 55 46

47 Plan des distances nettes entre objectifs O2-Parts de Marché O3-Droits de trafic O4-Marché des vols organisés O5-Bruits O1-Caractéristiques des avions 56 47

48 Plan Acteurs-Objectifs TA A5-ADP O4 - Vol s or ganisés A3- Cies char ter s A2-Cies régulières O3-Droits de t r af ic O2 - Par t s de Mar ché A4-Etat O1- Définition des av ions A 1- Const r uct eur s A 6- Riv er ains Br uit s- O

49 L ambivalence des acteurs Un acteur peut être à la fois en convergence avec un acteur sur certains objectifs et en divergence avec ce même acteur sur d autres objectifs. L indicateur d ambivalence peut varier, par construction, de 0 (position non ambivalente) à 1 (acteur très ambivalent)

50 Formulation des questions-clés pour la dynamique du jeu des acteurs et l avenir du système S interroger sur la dynamique d évolution du jeu des acteurs pour repérer les règles du jeu possibles dans le futur: Émergence et/ou disparition d un acteur dans le système Changements de rôle d un acteur dans le système Détection des germes de changement des rapports de force entre acteurs Formuler des hypothèses sur le processus d évolution du système possible: Repérage des facteurs qui peuvent affecter et transformer radicalement les relations entre acteurs Influence de variables non contrôlées sur l apparition des conflits 59 50

51 LA MÉTHODE MACTOR Variables clés de l'analyse structurelle et acteurs impliqués Tableau stratégies des acteurs Enjeux stratégiques et objectifs associés Matrice des positions d'acteurs/objectifs 1 MAO Matrices des influences directes MID Matrices des convergences et divergences d'objectifs 1CAA et 1DAA Matrice des positions valuées en fonction de la hiérarchie des objectifs 2 MAO Matrices des influences directes et indirectes MIDI Coefficients des rapports de forces (Ri*) Matrices des convergences et divergences d'objectifs 2CAA et 2DAA Matrices des convergences et divergences d'objectifs 3CAA et 3DAA Matrice des positions valuées pondérées par les rapports de force 3 MAO Recommandations stratégiques pour chaque acteur et questions clés de l'avenir 60 51

52 Prospective de la Distribution automobile d ici à 2008 Le résultat de deux journées d ateliers de prospective avec une vingtaine de concessionnaires en Novembre 2000 A l initiative de Gérard Mennétrier Responsable du Club de prospective du GCR Résultats présentés ici avec son aimable autorisation pour faire réfléchir la profession 61 52

53 5 Enjeux, 4 scénarios, 17 acteurs, 11 objectifs LES cinq enjeux : - La réglementation(exemption 95, Pièces d origine) - impact des TIC sur vente et après-vente - nouveaux acteurs dans l aval - information et fidélisation des clients - relations avec les constructeurs 62 53

54 Repérer les positions des acteurs Pour chaque acteur, on identifie et on évalue sa position vis-vis des objectifs selon l él échelle suivante : 4, lorsque l objectif l remet en cause ou conforte l existence de l acteur l 3, lorsque l objectif l remet en cause ou conforte les missions de l acteur l 2, lorsque l objectif l remet en cause ou conforte les projets de l acteur l 1, lorsque l objectif l remet en cause ou conforte les processus opératoires de l acteurl 63 54

55 METHODE II BASF France MATRICE ACTEURS/ACTEURS Décrire les interactions entre acteurs : influence de l'acteur "i" sur l'acteur "j" acteurs acteurs Acteur 1... Acteur j... Acteur 18 Acteur 1.. Acteur i Acteur 18 Prospective Sûreté alimentaire et Environnement échelle de 0 à 4 64 Octobre

56 METHODE II BASF France MATRICE ACTEURS/OBJECTIFS Positionner les acteurs sur les objectifs : position de l'acteur "k" sur l'objectif "l" objectifs acteurs Objectif 1... Objectif l... Objectif 21 Acteur 1.. Acteur k Acteur 18 Prospective Sûreté alimentaire et Environnement échelle de - 4 à Octobre

57 ACTEURS DOMINANTS, ACTEURS RELAIS, ACTEURS DOMINES BASF France Influence Acteurs dominants Acteurs relais Acteurs autonomes Acteurs dominés Prospective Sûreté alimentaire et Environnement Dépendance 66 Octobre

58 Plan influence dépendance des acteurs de la distribution automobile 67 58

59 Les rapports de force entre les acteurs Michel Godet

60 La mobilisation des acteurs sur les objectifs Michel Godet

61 Ambivalence des Acteurs Michel Godet

62 LES OBJECTIFS CONFLICTUELS " Appliquer le general block exemption en tenant compte des spécificités de l automobile " Favorable Défavorable 13 14,4 Les Les acteurs opposés (loueurs, flottes, grande distribution, spécialistes, consommateurs et et GCR) GCR) l emportent sur sur les les constructeurs automobiles, la la Commission Européenne et et les les grossistes

63 LES OBJECTIFS CONFLICTUELS " Concentrer le réseau de distribution " Favorable 15,5 Défavorable 10,7 Les Les acteurs favorables (amont de de la la filière filière automobile, sociétés de de financement captives du du constructeur et et indépendantes et et dans dans une une moindre mesure les les réseaux eux-mêmes) l emportent sur sur les les acteurs opposés (loueurs, grande distribution, spécialistes, Bruxelles, consommateurs, grossistes et et garagistes) 72 63

64 LES OBJECTIFS CONFLICTUELS " Innover par la qualité et les services pour fidéliser le client " Favorable Défavorable 12,4 11 D un D un côté côtéles les consommateurs, les les pouvoirs publics, les les réseaux, les les équipementiers, les les bancassureurs et et les les grossistes (acteurs favorables), de de l autre l autre les les constructeurs et et leurs leurs sociétés de de financement, la la grande distribution, les les spécialistes et et les les mandataires

65 LES OBJECTIFS CONFLICTUELS " Maîtriser la rentabilité des réseaux " Favorable 12,4 Défavorable 8,6 Les Les acteurs favorables (l amont de de la la filière filière automobile :: les les constructeurs et et leurs leurs sociétés de de financement, les les équipementiers) l emportent sur sur les les opposants (Commission Européenne, consommateurs, les les réseaux et et les les bancassureurs) 74 65

66 Conclusions stratégiques Suppression de l exemption, une bonne nouvelle si clause du client le plus favorisé Devenir adulte vis-à-vis des constructeurs partenariats avec les Organismes de Crédit Services de Location LD sur VO Initiatives sur la pièce de rechange, le VO récent 75 66

67 Conclusions stratégiques Developper le multimarquisme Réfléchir à l avenir en commun avec les autres distributeurs Pour en savoir plus : contacter Gérard Mennétrier 76 67

68 Cercle prospective des filières agricoles et alimentaires animé par le CNAM et BASF Basf Agro France et la filière agricole et agroalimentaire L avenir en commun 77 68

69 Les objectifs de départ (1995) Une demande latente dans l amont de la filière agricole : ne pas répéter l absence d anticipation des ruptures et évolutions majeures du début des années 90 : - la réforme de la PAC (1992) - les règles du GATT de Marrakech (1994) - la montée des exigences sanitaires et environnementales Un double objectif pour BASF Agro France - anticiper les évolutions du futur - nouer avec ses clients des relations différentes, autour de la construction de visions partagées de l environnement de la filière Une réponse progressive à la demande répétée des clients 78 69

70 Une méthode de travail éprouvée Un Cercle qui s est développé à partir d une réflexion partagée entre BASF et ses clients (coopératives et négoces agricoles) Un élargissement régulier du Cercle aux agriculteurs, aux IAA, à la grande distribution, aux associations de consommateurs Une ouverture à l extérieur de la filière vers les pouvoirs publics et les autres acteurs Une large diffusion des résultats : publications, assemblées générales de coopératives, colloques, séminaires,... Une conférence de presse en 2003 pour alimenter le débat sur la réforme de la PAC 79 70

71 Les principes directeurs de la démarche Choisir de répondre précisément aux questions des clients, professionnels de la filière Faire faire la prospective par ceux qui vont en utiliser les résultats : les acteurs de la filière Employer des méthodes adaptées aux délais et aux moyens disponibles Choisir des outils simples, concrets et appropriables, porteurs de l'expertise collective Associer des experts et autres acteurs pour élargir la réflexion, valider et compléter les résultats Utiliser les résultats pour poser les bonnes questions et orienter les travaux à venir 80 71

72 Une «démarche type» annuelle Un processus sur 9 à 10 mois Une journée de lancement Trois à cinq réunions de travail (1/2 à 1 journée) Une méthode choisie selon la question posée Un travail en «back office» (recherche documentaire, rédaction, animation) Des apports extérieurs (conférences, entretiens ) Un séminaire de synthèse élargi à d autres acteurs 81 72

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

L8 ANALYSER LES STRATÉGIES D ACTEURS : LA MÉTHODE MACTOR T2 Chapitre 6

L8 ANALYSER LES STRATÉGIES D ACTEURS : LA MÉTHODE MACTOR T2 Chapitre 6 L8 ANALYSER LES STRATÉGIES D ACTEURS : LA MÉTHODE MACTOR T2 Chapitre 6 1. Origines et étapes de la méthode Mactor 2. Construire le tableau : «stratégie des acteurs» 3. influences entre acteurs, rapports

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Conseil National du Commerce Extérieur L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Anticiper Partager Agir 2005 www.cnce.org.ma CHAPITRE I : Sommaire LES INDICATEURS DE

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Léopold GILLES Directeur du Département «Evaluation des politiques sociales» - CREDOC SOMMAIRE RAPPEL : entreprises solidaires

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Management Development International Institute

Management Development International Institute Comprendre l'environnement et élaborer la stratégie Connaître et utiliser les principaux outils et méthodes d'analyse stratégique et de prospective, Comprendre et évaluer le contexte culturel, économique

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

L éthique dans la société contemporaine

L éthique dans la société contemporaine L éthique dans les entreprises en contexte de gestion de crise dans le secteur agroalimentaire Horizon Marketing agroalimentaire 2009 Jeudi15 octobre 2009 M e Manon Beaumier, DSG-UQTR L éthique dans la

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Introduction Exporter est un enjeu majeur pour l entreprise 3. 2. Des raisons stratégiques poussant à l internationalisation...4

Introduction Exporter est un enjeu majeur pour l entreprise 3. 2. Des raisons stratégiques poussant à l internationalisation...4 Table des matières Introduction Exporter est un enjeu majeur pour l entreprise 3 1. Des raisons environnementales poussant à l internationalisation des activités...3 2. Des raisons stratégiques poussant

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Le management du travail

Le management du travail Le management du travail Un modèle de compréhension et d action!! Eléments de cadrage! Actions engagées par le réseau! Et du côtés de la formation des managers (FI et FC)? qui concerne l ensemble de la

Plus en détail

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques L Management Chapitre 4 La I) La notion de stratégie A) Caractéristiques 1) Définition a stratégie : consiste pour une entreprise, à se fixer des objectifs à long terme et à se donner les moyens de les

Plus en détail

GESTION D UN MAGASIN

GESTION D UN MAGASIN de la formation GESTION D UN MAGASIN Optimiser la performance commerciale du point de vente Connaître les principaux facteurs de performances commerciales Mesurer l impact de la fréquentation sur les résultats

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Comment rendre le pilotage du dispositif de Formation Professionnelle Continue plus efficace, efficient, cohérent et performant pour répondre aux 3 enjeux que

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Evaluation de la mise en œuvre des formations CRM & FH

Evaluation de la mise en œuvre des formations CRM & FH Evaluation de la mise en œuvre des formations CRM & FH 20 Décembre 2005 Evaluation de la mise en œuvre CRM & FH Objectif des travaux Evaluer la mise en œuvre de la formation de type CRM pour PNT, PNC,

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Enquête ACHATS Santé. Factea Healthcare et Pragma

Enquête ACHATS Santé. Factea Healthcare et Pragma Enquête ACHATS Santé Factea Healthcare et Pragma Présentation de l enquête ACHATS Santé Le Baromètre ACHATS Santé offre une synthèse annuelle permettant d'évaluer le niveau de confiance et le niveau d'engagement

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI L OCPAH S ENGAGE Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah Introduction Capacité de mobilisation de ressources financières et Réussite d un modèle de développement

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

OBJECTIFS DE CERTIFICATION

OBJECTIFS DE CERTIFICATION OBJECTIFS DE CERTIFICATION DESCRIPTION DE LA REFERENCE PARTAGEE ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT EN TERMES D UNITES COMMUNES D ACQUIS D APPRENTISSAGE Tableau descriptif des unités d acquis d apprentissage

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

15 séminaires De management et de droit aérien 74 journées / 444 heures

15 séminaires De management et de droit aérien 74 journées / 444 heures POLE TRANSPORTS INSTITUT DE FORMATION UNIVERSITAIRE ET DE RECHERCHE DU TRANSPORT AÉRIEN POUR ÊTRE COMPÉTITIF, PERFORMANT ET INNOVANT DANS LE TRANSPORT AÉRIEN AUJOURD HUI ET DEMAIN 15 séminaires De management

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST)

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Document élaboré par la Commission Enseignement Supérieur du CNESST. Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Ce référentiel rassemble des compétences de base en santé et

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

Charte de déontologie. Janvier 2004

Charte de déontologie. Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 1 Indépendance de jugement < Compétence < Adaptation des moyens Transparence < Qualité scientifique et technique < Devoir d information

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 La Formation Professionnelle Management Relationnel Les Fondamentaux du Management Animation d équipe, Manager Coach Développer son assertivité Communiquer efficacement avec

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

Mutualité Française Ile-de-France

Mutualité Française Ile-de-France Mutualité Française Ile-de-France Représentation régionale de la Fédération Nationale de la Mutualité Française Acteur de l économie sociale et solidaire 280 mutuelles adhérentes 5.5 millions de personnes

Plus en détail

L économie circulaire en pratique dans la Mécanique - L éco-conception comme levier d action

L économie circulaire en pratique dans la Mécanique - L éco-conception comme levier d action Page 2 L économie circulaire en pratique dans la Mécanique - L éco-conception comme levier d action Lionel MELETON Pôle PID Cetim L économie circulaire en quelques mots Page 3 Pour mémoire, l économie

Plus en détail

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés Anthropie Expert CHSCT Exper&se CHSCT Notre expertise au service du CHSCT! Anthropie, cabinet de conseil en ergonomie, est agréé par le Ministère du Travail en tant qu expert CHSCT. Notre expertise nous

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

UE Marketing Stratégique

UE Marketing Stratégique UE Marketing Stratégique Modèles et Méthodes du Marketing Stratégique Les différents modèles et méthodes en Marketing Stratégique Introduction Analyse des besoins (du marché de référence) Analyse d attractivité

Plus en détail

Le management de projet

Le management de projet OBJECTIFS Être capable de planifier, évaluer, planifier, organiser, démarrer, piloter, évaluer un projet simple Être capable de résoudre des problèmes d'optimisation dans les domaines de la logistique

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Mutations et restructurations des opérateurs français du voyage. (Synthèse)

Mutations et restructurations des opérateurs français du voyage. (Synthèse) Mutations et restructurations des opérateurs français du voyage (Synthèse) pour la direction du Tourisme Juillet 2008 1 0 Synthèse (tiré à part) Cette étude vise à permettre à la direction du Tourisme

Plus en détail

COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique

COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique 28/4/2015 Level IT Introduction Level IT est un Centre de Recherche

Plus en détail

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE CONFÉRENCE INTERNATIONALE FRANCOPHONE DE L UFAI ESTHER STERN, CONSEILLÈRE INTERRÉGIONALE, GESTION DES FINANCES PUBLIQUES NATIONS

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

L INNOVATION SOCIALE. Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011

L INNOVATION SOCIALE. Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011 L INNOVATION SOCIALE Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011 INTRODUCTION 3 INNOVATIONS 2005 : Risque de dépôt de bilan Réponse : Activité à 80 % industrielle activité à 80 % tertiaire Aujourd hui : Un des

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

«Je voudrais évoluer»

«Je voudrais évoluer» 2 «Je voudrais évoluer» Thème : L entretien d évaluation et de carrière I. Quelques éléments du contexte Comme tous les ans, Younès Boualil s apprête à rencontrer sa supérieure hiérarchique immédiate (N

Plus en détail

ÉVALUATION PERSONNELLE

ÉVALUATION PERSONNELLE ÉVALUATION PERSONNELLE Agent (e) de développement NOM : ÉVALUÉ PAR : DATE : PROFIL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES PERSONNELLES Ces compétences permettent au personnel d atteindre un équilibre et de se ressources

Plus en détail

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises Méthode d intervention du en appui aux OP béninoises Illustration par quelques expériences en cours Déroulement de la séance 1 Présentation succincte du et de son mode d intervention; 2 Illustration des

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe «Quelles perspectives pour l investissement de production» Assaad SAAB - EDF RESEAU Buenos-Aires MONDER 23-26 novembre

Plus en détail

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu LES MODÈLES ÉCONOMIQUES DU LIVRE ET LE NUMÉRIQUE 15 JUIN 2010 Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu P-J. Benghozi (Ecole polytechnique CNRS) Pierre-Jean.Benghozi@polytechnique.edu

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE Révision : 16/04/07 Impression : 16/04/07 NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE 2 JUSTIFICATION DU PROJET Le Sénégal a connu depuis la dévaluation de 1994

Plus en détail

Le secteur bancaire après la crise. Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction

Le secteur bancaire après la crise. Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction Le secteur bancaire après la crise Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction 1 Les cinq moteurs du secteur bancaire. Le secteur bancaire s adapte. Une banque du

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie-restauration présente des particularités

Plus en détail

La télésanté clinique au Québec: un regard éthique par la CEST

La télésanté clinique au Québec: un regard éthique par la CEST La télésanté clinique au Québec: un regard éthique par la CEST Dominic Cliche Conseiller en éthique Commission de l éthique en science et en technologie 18 mars 2015 Midi conférence de l Institut d éthique

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

CONSEIL - COACHING - FORMATION - ACTION - ACCOMPAGNEMENT

CONSEIL - COACHING - FORMATION - ACTION - ACCOMPAGNEMENT CONSEIL - COACHING - FORMATION - ACTION - ACCOMPAGNEMENT MAÎTRISER LES FONDAMENTAUX DES ACHATS MAÎTRISER LES FONDAMENTAUX DES APPROVISIONNEMENTS NÉGOCIATION ACHATS LES ACHATS DE SOUS-TRAITANCE LES ACHATS

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Mettre en place le télétravail : un projet qui se construit

Mettre en place le télétravail : un projet qui se construit 1 20 juillet 2015 TITRE DE LA PRÉSENTATION POWERPOINT Mettre en place le télétravail : un projet qui se construit Commission du Débat public Réseau Express Grand Lille PRÉSENTATION DE L ARACT NORD PAS

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN 2 UNE CARTE À JOUER? Grâce à leurs aptitudes, les experts comptables et conseils fiscaux sont tout désignés

Plus en détail

Maitriser la fonction approvisionnement

Maitriser la fonction approvisionnement Maitriser la fonction approvisionnement Comprendre les techniques de base : éviter les ruptures tout en minimisant le niveau de stocks. Maîtriser la relation quotidienne avec le fournisseur et être efficace

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Le déploiement du Très Haut Débit

Le déploiement du Très Haut Débit Le Haut Débit Débits : 512Kbit/s à 20 Mbits/s pour la voie montante Assuré sur le réseau cuivre, coaxial, réseau câblé, mobile 3G et UMTS, satellite et wifi La Technologie ADSl a été utilisée sur le réseau

Plus en détail