Les épilepsies post-traumatiques. Dr. Cécile MARCHAL Neurologue, CHU Bordeaux

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les épilepsies post-traumatiques. Dr. Cécile MARCHAL Neurologue, CHU Bordeaux"

Transcription

1 Les épilepsies post-traumatiques Dr. Cécile MARCHAL Neurologue, CHU Bordeaux 1 avril 2014

2 Introduction L épilepsie post-traumatique représente 5% des épilepsies, 10 à 20% des épilepsies symptomatiques L épilepsie post-traumatique aggrave le pronostic fonctionnel et les séquelles traumatiques

3 Définitions Crise d épilepsie : ensemble de signes cliniques visibles ou perçus par le patient, liés à une décharge simultanée d un groupe de neurones. Peut être spontanée ou provoquée Epilepsie : maladie caractérisée par la récidive de crises spontanées 0,5 à 0,8% de la population est épileptique 5 à 10% des adultes feront 1 crise au moins une fois dans leur vie

4 Crises provoquées : Ne se reproduisent pas spontanément, donc pas de traitement au long cours Liées à une agression cérébrale aiguë : Accident vasculaire cérébral à la phase aiguë Traumatisme crânien dans les 7 premiers jours Encéphalite aiguë (virale, bactérienne ) Trouble métabolique (hyponatrémie, hypocalcémie ) Certains médicaments (antidépresseurs, neuroleptiques) Sevrage (benzodiazépines, alcool +++)

5 Crises spontanées Surviennent en dehors de tout contexte pathologique aigu Même si elles peuvent être favorisées par Le manque de sommeil Fatigue, surmenage, stress Modifications du traitement Leur répétition = maladie épileptique

6 trois catégories Crises immédiates (<24h) non épileptiques Crises précoces (< 7ème jour) = crises provoquées Epilepsie tardive : au moins une crise spontanée après le 7 ème jour

7 Risque de récidive après la 1ère crise 86% ont une 2ème crise dans les 2 ans (Haltiner et al, 1997)

8

9 Épilepsie post-traumatique Fréquence selon la gravité du trauma survenue d une épilepsie dans les 10 ans: (Annegers, 98) trauma léger: ratio = 1,5 (1-2,2) max à 5 ans trauma modéré: ratio = 2,9 (1,9-4,1) trauma sévère : ratio = 17 (12,3-23,6) tous: ratio = 3,1 (2,5-3,8)

10 Fréquence et facteurs de risque à Taiwan (Yeh et al, JNNP 2012) Étude de cohorte retrospective, suivi 5 à 8 ans : TC âgés de plus de 15 ans contrôles Risque relatif de développer une épilepsie : Fracture du crâne : 10,6 Trauma cranien sévère : 5,05 Trauma cranien léger : 3,02 Facteurs de risque : Sexe masculin, lésions hémorragiques

11 Fréquence selon le type de trauma Traumatisme crânien pénétrant (guerre) 50% d épilepsie post-traumatique Traumatisme crânien non pénétrant, avec contusion hémorragique +/- HSD ou HED 30% d épilepsies post-traumatiques Traumatisme crânien fermé, avec lésions axonales diffuses et lésions hippocampiques Épilepsies temporales, fréquence?

12 facteurs de risque (Eglander, 2003) contusions bipariétales plaie craniocérébrale (os, métal) neurochirurgies multiples contusions sous corticales multiples hématome sous dural opéré shift >5mm ligne médiane contusions corticales multiples (Scheid, 2010) IRM Contusions Pas les lésions axonales diffuses isolées Pas les microbleeds

13 Délais d apparition 100% 80% 60% 40% 20% 0% < 1an < 2 ans < 5 ans < 10 ans

14 Clinique Crises partielles, stéréotypées chez un même sujet Simple: sans trouble de la conscience Complexe: avec rupture du contact Secondairement généralisée (convulsive) Signes fonction du point de départ puis de la propagation de la décharge Souvent multifocale, crises d allure généralisée convulsive

15 Clinique (2) Epilepsie partielle: frontale (motrice, crises en salves, nocturnes, généralisations fréquentes) temporale (ruptures de contact, automatismes) pariétale (sensitive, vertiges) occipitale (hall. visuelles, généralisations fréquentes) souvent multifocale, crises d allure généralisée

16 Electro-encéphalogramme Peut être normal Confirme le diagnostic, latéralise le foyer Valeur prédictive quand: ondes lentes diffuses au départ puis apparition d un foyer d ondes lentes puis d un foyer de pointes Elimine d autres types d épilepsie

17 La neuro-imagerie : TDM et IRM TDM +/- IRM précoces : lésions initiales IRM tardive: confirme les lésions séquellaires élimine d autres lésions peut être normale (1 / 20) ou ne montrer que des séquelles de lésions axonales diffuses (2 / 20 : Messori, 2005 séquences de tenseur de diffusion, tractographie

18 IRM 57 épilepsies post traumatiques (Hartzfeld et al, 2008) Sclérose mésiale : 16 Hypersignal T2/FLAIR 9 Gliose periventriculaire 7 Atrophie cérébrale diffuse 5 Encéphalomalacie 3 Normale 6

19 IRM : techniques approfondies IMR fonctionnelle : rapports entre lésions et fonctions principales (langage, motricité ) suivi de la récupération Tenseur de diffusion, tractographie Mise en évidence des lésions axonales diffuses

20 Imagerie fonctionnelle : SPECT, PET Mise en évidence du foyer épileptogène Prédiction de la survenue d une épilepsie (hypodébit temporal)

21 Traitement Traitement anticonvulsivant préventif? utile dans les 7 premiers jours (phénytoïne IV) inutile et souvent néfaste après

22 Traitement anticonvulsivant (2) début par une monothérapie titration lente dose minimale efficace surveillance des effets secondaires inutilité des dosages sanguins, sauf doute sur l observance signes de toxicité, intolérance inefficacité associations médicamenteuses

23 Autour du traitement: Hygiène de vie: Sommeil suffisant, Alcool avec modération, Traitement: prises à heures régulières, effets secondaires fréquents ou rares mais graves interactions avec la pilule contraceptive risques tératogènes

24 Effets secondaires des médicaments: cognitifs: ralentissement, trouble de l attention, troubles de la mémoire, somnolence... comportement: excitation, irritabilité, insomnie prise de poids, gingivite hypertrophique, perte des cheveux, tremblements, hypertrichose anorexie, amaigrissement

25 CAT devant une crise tonico-clonique Mettre en PLS, éloigner les objets contondants, ne pas sortir la langue Attendre le retour à la conscience, rassurer Vérifier l absence de traumatisme (face), luxation (épaules), tassement vertébral Intervention médicale uniquement si : Crise inhabituelle (durée > 5mn, symptômes nouveaux) Deux crises sans retour à la conscience Retour à la conscience trop lent, Traumatisme

26 Et le rivotril/valium/buccolam? A pour but de prévenir un état de mal, devant : Crise convulsive durant plus de 5 mn Deux crises sans retour à la conscience Patient sujet aux crises répétées ou aux états de mal en IR chez le petit enfant en IVD lente, surveillance respiratoire Jamais de valium IM per os quand le patient est conscient

27 Pharmacorésistance: Persistance de crises malgré 2 modalités de traitement bien conduites (ILAE) «pseudo» résistance: Non observance du traitement, mode de vie Crises non épileptiques Doses ou médicament inadaptés

28 Traitement chirurgical: curatif Cortectomies : Ablation de la zone corticale à l origine des crises quand elle est unique et non fonctionnelle et pharmacorésistance avérée Très bons résultats (>90% sujets sans crise) dans l épilepsie temporale

29 Traitement chirurgical palliatif Stimulateur vagal Intervention simple, sous anesthésie locale Diminue de moitié la fréquence des crises, en moyenne Ne remplace pas le traitement médicamenteux

30 STIMULATEUR VAGAL

31 Pronostic : Traumatismes de guerre 53% ont une épilepsie active à 15 ans Plaies crânio-cérébrales à 5 ans: (Caveness, 1979) 50% guéris (sans crise et sans traitement) 25% stabilisés sous traitement 25% non stabilisés malgré le traitement Eftekhar (2009) vétérans guerre Irak : 75% gardent des crises 21 ans après le début Lésions spécifiques «blast-injury» plus complications du ramassage (anoxie, hypodébit )

32 Pronostic : Traumas de la vie civile Wang 2008 : crises précoces ou tardives, 170 pts 38% sans crise et sans traitement 35% sans crise sous traitement 5% crises rares non invalidantes 22% crises régulières sous traitement pronostic meilleur chez l enfant

33 Conséquences de l épilepsie : Scolarité (exclusion scolaire), insertion professionnelle Permis de conduire: autorisé si > 1 an sans crise ou crises partielles sans perte de connaissance Anxiété permanente (sujet, entourage) même quand les crises sont rares, et dépression (60% des cas) Grossesse (risques tératogènes) Mortalité augmentée (chutes, noyades, suicides, mort subite de l épileptique)

34 réduction de la capacité de travail Dans 62% des cas, l épilepsie n est pas prise en compte (37 guéris et 26 déjà totalement invalides) L épilepsie est un handicap supplémentaire dans 38% des cas (évalué à 20% en moyenne) Dont 11% des cas où elle représente le handicap professionnel majeur (Sherzer & Wurzer, 1983)

35 aspects médico-légaux imputabilité consolidation indemnisation

36 Imputabilité: le traumatisme lésion corticale certaine: notion d un déficit post-traumatique imagerie précoce (contusion, hémorragie, plaie crânio-cérébrale, hématome extra / sous-dural) compte-rendu opératoire lésion corticale probable: évaluation de la gravité (GCS initial< 9, amnésie de plus de 24 heures, crises précoces, coma) embarrure avec brèche méningée Imagerie initiale + IRM récente +++

37 Imputabilité: l épilepsie Absence d antécédent d épilepsie (15 des traumatisés crâniens étaient épileptiques avant) Absence d autre cause d épilepsie Type électro-clinique: partielle symptomatique, éventuellement concordance de siège Problème de l alcoolisme: favorise les traumas, hémorragies, l épilepsie se développe souvent après un traumatisme crânien

38 Consolidation Si l épilepsie est stabilisée: consolider après au moins 1 an sans crise ou attendre un essai de sevrage du traitement si le sujet le souhaite (retarde d un an) Si l épilepsie n est pas stabilisée: consolider après au moins 2 traitements bien conduits (en mono et/ou en bithérapie) si pas d indication chirurgicale (ILAE, 2009)

39 Indemnisation Persistance de crises Sévérité des crises Retentissement de l épilepsie Existence d un déficit intercritique Effets secondaires du traitement

40 Indemnisation Persistance de crises: des crises, même rares, sont gênantes épilepsie stabilisée après 1 an sans crise épilepsie guérie si l arrêt du traitement est possible sans récidive dans un délai d au moins un an

41 Indemnisation La sévérité des crises est fonction: du type: tonico-cloniques > avec chutes > avec perte de connaissance > sans perte de connaissance de l horaire: diurnes > nocturnes de la fréquence: de < 1/an à pluriquotidiennes d un déficit post-critique (paralysie de Todd)

42 Indemnisation Retentissement de l épilepsie: scolarité (exclusion scolaire) permis de conduire: véhicule léger : autorisé si > 1 an sans crise ou crises partielles sans perte de connaissance ou crises liées au sommeil Poids lourd : après 5 ans sans crise et sans traitement profession (restriction d aptitude...) anxiété permanente (sujet, entourage) activités de loisir contrindiquées (plongée )

43 Indemnisation Effets secondaires des médicaments: cognitifs: ralentissement, trouble de l attention, troubles de la mémoire, somnolence... comportement: excitation, irritabilité, insomnie, dépression prise de poids, gingivite hypertrophique, perte des cheveux, tremblements, hypertrichose anorexie, amaigrissement

44 barême dit du concours médical Épilepsie stabilisée, pas d effet secondaire, conduit 10% Crises épisodiques, pas d effet secondaire, pas de conduite automobile 15% Épilepsie stabilisée, effets secondaires 15% Épilepsie non stabilisée et effets secondaires 20-30%

Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse.

Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse. Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse. Une crise d épilepsie correspond aux symptômes cliniques provoqués

Plus en détail

Les convulsions chez l enfant

Les convulsions chez l enfant Les convulsions chez l enfant aurore DARON - Service de Pédiatrie - CHPLT Verviers - Décembre 2005 Définitions Crise convulsive ou crise épileptique : phénomène paroxystique aigu secondaire à un dysfonctionnement

Plus en détail

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique PLAN EPILEPSIE Dr P. KERSCHEN Service de Neurologie - Hôpital Henri Mondor 1 Rappel anatomique 2 Différents types de crises d épilepsies 3 Causes et évolution 4 Etat de mal épileptique 1 Rappel anatomique

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES Q.22 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES PLAN : Dr Omar DAHMANI, Dr Amal BELCAID, Dr Ouafa EL AZZOUZI, Dr Hayat EL HAMI INTRODUCTION HEMATOME EXTRA-DURAL II- Evolution

Plus en détail

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E.

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. LES ( T.C.E. ) ( T.C.E. ) OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. Dr. E.M. GUEYE Service de neurochirurgie C.H.U. de Limoges -Les différentes complications des T.C.E.

Plus en détail

Traumatisme crânio-cérébral cérébral. Page 1

Traumatisme crânio-cérébral cérébral. Page 1 Séquelles et pronostic à long terme Devenir d'une population d'enfants ayant été hospitalisés en service de rééducation dans le cadre d'une maltraitance possible ou certaine Trois cas cliniques H.Toure,

Plus en détail

201. Évaluation de la gravité et recherche des complications précoces : chez un traumatisé cranio-facial

201. Évaluation de la gravité et recherche des complications précoces : chez un traumatisé cranio-facial Sommaire 201. Évaluation de la gravité et recherche des complications précoces : chez un traumatisé cranio-facial situations d urgence et prise en charge Imagerie Radiologie du crâne : non indiqué (+-plaie

Plus en détail

Cas clinique. Esteban L.., 6 ans et demi. ATTARD Marie

Cas clinique. Esteban L.., 6 ans et demi. ATTARD Marie Cas clinique Esteban L.., 6 ans et demi ATTARD Marie Antécédents - Personnels: aucun, enfant unique - Familiaux: retard mental chez un cousin germain de la mère Histoire de la maladie -Juin 2011: apparition

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIENS. G.PARADOT, Service de Neurochirurgie, Hôpital Bicêtre

LES TRAUMATISMES CRANIENS. G.PARADOT, Service de Neurochirurgie, Hôpital Bicêtre LES TRAUMATISMES CRANIENS G.PARADOT, Service de Neurochirurgie, Hôpital Bicêtre DEFINITION Traumatisme crânien: «coup sur la tête» Problème majeur de santé publique Risques à court et long terme L'HTIC

Plus en détail

TRAUMATISMES CRÂNIENS

TRAUMATISMES CRÂNIENS TRAUMATISMES CRÂNIENS La prise en charge des traumatismes crâniens a été transformée par la généralisation de la tomodensitométrie (scanner) qui a permis une exploration non invasive des parties molles.

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIENS

LES TRAUMATISMES CRANIENS LES TRAUMATISMES CRANIENS Biblio: http://www.revuemedecine.com/recherche/resultat.phtml?recherche=traumatisme+cranien&x=0&y=0 AFMC Lagny Soirée du 10/05/2010 Intervenant Gaëlle MOUTON PARADOT Organisateur

Plus en détail

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies : Généralités Epilepsie Gériatrie Epilepsies : Définitions Crise d épilepsie : manifestations cliniques dues à décharge anormale hypersynchrone de

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES Stéphane LITRICO nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur Épidémiologie Première cause d admission aux urgences 57 000 hospitalisations / an Accident de

Plus en détail

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal»

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal» L EPILEPSIE DEFINITION : Affection neurologique se manifestant par des crises. Elle est l expression d un fonctionnement anormal, aigu et transitoire de l activité électrique du cerveau. Ces crises sont

Plus en détail

Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques

Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques Philippe Azouvi Service de MPR Hôpital Raymond Poincaré (AP-HP), Garches EA 4047, Université de Versailles-Saint-Quentin Distinguer Le traumatisme

Plus en détail

L épilepsie. chez les plus de 60 ans

L épilepsie. chez les plus de 60 ans L épilepsie chez les plus de 60 ans Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est un trouble qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreuses

Plus en détail

Dossier de neuroradiologie SFR Rhône Alpes Juin 2017

Dossier de neuroradiologie SFR Rhône Alpes Juin 2017 Dossier de neuroradiologie SFR Rhône Alpes Juin 2017 Dr Porta Basile IMADIS TELERADIOLOGIE 24/06/2017 Un détenu en détresse Patient de 71 ans adressé pour suspicion d AVC thrombolysable Hémiparésie gauche

Plus en détail

Conduite à tenir devant une crise convulsive de l enfant

Conduite à tenir devant une crise convulsive de l enfant Conduite à tenir devant une crise convulsive de l enfant Dr Vanina Bellavoine Neurologie Pédiatrique Hopital Robert Debré, APHP, Paris 12 Décembre 2013 Crises convulsives Le médecin Reconnaître la crise?

Plus en détail

Accident de vie. Lésions extra et intra cérébrales à la phase aigue. Lésions cérébrales séquellaires. Séquelles neurologiques

Accident de vie. Lésions extra et intra cérébrales à la phase aigue. Lésions cérébrales séquellaires. Séquelles neurologiques Spécificité des troubles cognitifs et comportementaux des Traumatisés Crâniens Pascale Pradat-Diehl Service Médecine Physique et Réadaptation Hôpital de la Salpêtrière Association Réseau Traumatisme Crânien

Plus en détail

Introduction au polyhandicap: Définition et place des aspects médicaux dans le quotidien de la personne polyhandicapée

Introduction au polyhandicap: Définition et place des aspects médicaux dans le quotidien de la personne polyhandicapée Introduction au polyhandicap: Définition et place des aspects médicaux dans le quotidien de la personne polyhandicapée LLN le 7 mars 2015 Dr D Fagnart Polyhandicap: définition Le polyhandicap est une situation

Plus en détail

Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT. Dr Raphaèle BADIOLA

Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT. Dr Raphaèle BADIOLA Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT Dr Raphaèle BADIOLA Les crises épileptiques Décharge hypersynchrone d une population de neurones Crise partielle Tout est possible: malaise, hémicorporel,

Plus en détail

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Unité d épilepsie et ICM Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris, France Contexte Patient admis dans un département

Plus en détail

Proposition d'un score électro- clinique: une aide au diagnostic?

Proposition d'un score électro- clinique: une aide au diagnostic? Proposition d'un score électro- clinique: une aide au diagnostic? Pr Marc VERNY Hôpital Salpetriêre, Paris et Sophie Dupont, Sandrine Harston, Leslie Cartz-Piver, Stéphane Schück, ck, Jennifer Martin,

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: 01062000 Réf.: CMUB- Pagination 1 / 5 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 002 Rédacteurs Dr D. HONNART (Dijon) Date 22/05/00 Validation P.

Plus en détail

EPILEPSIE. Dr Nathalie DORISON Institut Lejeune/ Hôpital Trousseau

EPILEPSIE. Dr Nathalie DORISON Institut Lejeune/ Hôpital Trousseau EPILEPSIE Dr Nathalie DORISON Institut Lejeune/ Hôpital Trousseau QU EST CE QUE L EPILEPSIE? Epilepsie = répétition de crises convulsives Crise convulsive = survenue brutale d une décharge électrique excessive

Plus en détail

Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD

Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD CHU de Dijon 2012 Le traumatisme crânien léger (TCL) Définitions multiples

Plus en détail

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque

Plus en détail

LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE

LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE PLAN 1-DEFINITIONS 1.1 La crise tonico-clonique (grand mal) 1.2 Etat d absence 1.3 Etat de mal partiel

Plus en détail

Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque de

Plus en détail

Traumatismes crâniens mineurs (GCS 14-15) et modérés (GCS 9-13) Jean-François Payen Grenoble

Traumatismes crâniens mineurs (GCS 14-15) et modérés (GCS 9-13) Jean-François Payen Grenoble Traumatismes crâniens mineurs (GCS 14-15) et modérés (GCS 9-13) Jean-François Payen Grenoble Cas clinique AVP 19 ans, le 27/01/2012 18h50 : cycliste non casqué contre VL à haute cinétique banlieue de Grenoble

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis Juin 2016

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis Juin 2016 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 356 08 Juin 2016 Titre I : Nom du médicament, DCI, dosage, forme pharmaceutique, présentation : ALEPSIA Carbamazépine 200

Plus en détail

AUTISME ET PATHOLOGIES SOMATIQUES

AUTISME ET PATHOLOGIES SOMATIQUES AUTISME ET PATHOLOGIES SOMATIQUES Dr Cabrol Dr Baudry & Dr Palix - Clinique des Campilles Thuir le 2 avril 2010 Autisme et pathologies somatiques étude faite sur 71 personnes adultes, âgés de plus de 16

Plus en détail

Quelles sont les maladies apparentées à la maladie d Alzheimer et comment les reconnaitre? MOOC Alzheimer FUN Session 1 Support.

Quelles sont les maladies apparentées à la maladie d Alzheimer et comment les reconnaitre? MOOC Alzheimer FUN Session 1 Support. ALZHEIMER : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir. Joël Belmin UPMC Programme TIL Joël Belmin Les maladies apparentées «Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l Alzheimer sans avoir pu le

Plus en détail

N INDICATIONS ET MODALITÉS D'APPEL DE L'ASTREINTE DE NEUROCHIRURGIE AU CHU DE DIJON PAR LES URGENTISTES . P R O C E D U R E..

N INDICATIONS ET MODALITÉS D'APPEL DE L'ASTREINTE DE NEUROCHIRURGIE AU CHU DE DIJON PAR LES URGENTISTES . P R O C E D U R E.. . P R O C E D U R E.. N 006 2015 INDICATIONS ET MODALITÉS D'APPEL DE L'ASTREINTE DE NEUROCHIRURGIE AU CHU DE DIJON PAR LES URGENTISTES RÉDACTEURS : RUB : Dr BARONDEAU-LEURET Agnès CMUB :. Dr FADDOUL Minerva.

Plus en détail

Bases neuroanatomiques et neurobiologiques de la mémoire. Catherine Allaire Journée CRTLA 2016

Bases neuroanatomiques et neurobiologiques de la mémoire. Catherine Allaire Journée CRTLA 2016 Bases neuroanatomiques et neurobiologiques de la mémoire Catherine Allaire Journée CRTLA 2016 Adulte et enfant Structures anatomiques et circuits neuronaux bien connus chez l adulte: Hippocampe, circuits

Plus en détail

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Jeune femme de 25 ans, enceinte de 3 mois d une première grossesse Se présente

Plus en détail

Epilepsie du sujet âgé

Epilepsie du sujet âgé Epilepsie du sujet âgé Journées scientifiques de Broca 19 Novembre 2015 Emmanuelle Duron Aucun conflit d intérêt 2 Plan Définition Epidémiologie Etiologies Diagnostic - Classification Traduction clinique

Plus en détail

Les Accidents Vasculaires Cérébraux

Les Accidents Vasculaires Cérébraux Semestre des urgences médico-chirurgicales Semestre des Cours urgences de 6 ème médico-chirurgicales année médecine Cours de Promotion 6 ème année 2016 médecine 2017 Promotion 2016 2017 Les Accidents Vasculaires

Plus en détail

EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS AUX URGENCES PEDIATRIQUES DU C.H.U DE BORDEAUX.

EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS AUX URGENCES PEDIATRIQUES DU C.H.U DE BORDEAUX. EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS AUX URGENCES PEDIATRIQUES DU C.H.U DE BORDEAUX Dr BOMBARD Adrien I. INTRODUCTION Les traumatismes crâniens (TC) sont un motif fréquent

Plus en détail

MALADIE D ALZHEIMER. Mme le Dr Claude TOUZARD Service de Médecine Interne-Gériatrie CENTRE HOSPITALIER DE LAVAL

MALADIE D ALZHEIMER. Mme le Dr Claude TOUZARD Service de Médecine Interne-Gériatrie CENTRE HOSPITALIER DE LAVAL MALADIE D ALZHEIMER Mme le Dr Claude TOUZARD Service de Médecine Interne-Gériatrie CENTRE HOSPITALIER DE LAVAL BONCHAMP le 17 novembre 2010 ESPERANCE DE VIE EN 2009 FEMMES : 84,5 ans HOMMES : 77,8 ans

Plus en détail

Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas. Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc

Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas. Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas I. Mimouni, S. Lezar, F. Essodegui, W. Zamiati, at A. Adil Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc

Plus en détail

Les traumatisés crâniens graves Dr F. LALOUA Clinique du Grésivaudan St Hilaire du Touvet

Les traumatisés crâniens graves Dr F. LALOUA Clinique du Grésivaudan St Hilaire du Touvet Les traumatisés crâniens graves Dr F. LALOUA Clinique du Grésivaudan St Hilaire du Touvet Congrès ANMSN 13 et 14 Novembre 2009 Grenoble Glasgow à 8 en France chaque année: 12 000 personnes en meurent 8

Plus en détail

Convulsions hyperthermiques du nourrisson : conduite à tenir et recommandations en 2010

Convulsions hyperthermiques du nourrisson : conduite à tenir et recommandations en 2010 Convulsions hyperthermiques du nourrisson : conduite à tenir et recommandations en 2010 Laurence Joly-Pedespan Urgences Pédiatriques CHU Bordeaux 11émes JUPSO 1 Introduction Sujet «classique», sinon «bateau»,

Plus en détail

Traumatisme crânien grave - l avis du neurochirurgien

Traumatisme crânien grave - l avis du neurochirurgien Traumatisme crânien grave - l avis du neurochirurgien Dr Zemmoura Dr Aesch Neurochirurgie CHU de Tours CMUC 17 novembre 2011 Dr ZEMMOURA - CHU Tours 1 Plan 1.Présentation du service 2.Lésions chirurgicales

Plus en détail

Présentation clinique des tumeurs cérébrales. Dr. Jean-Sébastien Guillamo Département de Neurologie CHU Caen

Présentation clinique des tumeurs cérébrales. Dr. Jean-Sébastien Guillamo Département de Neurologie CHU Caen Présentation clinique des tumeurs cérébrales Dr. Jean-Sébastien Guillamo Département de Neurologie CHU Caen Variabilité clinique: facteurs influençant la présentation - localisation -taille - rapidité

Plus en détail

LES ETATS DE MAL DU SUJET AGE. Docteur ROUVEL HOPITAL DELAFONTAINE 93 - SAINT-DENIS

LES ETATS DE MAL DU SUJET AGE. Docteur ROUVEL HOPITAL DELAFONTAINE 93 - SAINT-DENIS LES ETATS DE MAL DU SUJET AGE Docteur ROUVEL HOPITAL DELAFONTAINE 93 - SAINT-DENIS DEFINITION Répétition à bref délai de crises convulsives récurrentes, avec pendant la phase inter - critique une altération

Plus en détail

Traumatismes crâniens

Traumatismes crâniens Traumatismes crâniens Traumatismes crâniens graves Scanner cérébral = examen de référence pour le bilan lésionnel au stade aigu Sans injection Avec la charnière cervico-occipitale ± rachis cervical avec

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux : définitions L accident vasculaire cérébral () est un déficit neurologique de survenue soudaine

Plus en détail

Traumatisme crânien de l enfant, attention aux suites..

Traumatisme crânien de l enfant, attention aux suites.. Traumatisme crânien de l enfant, attention aux suites.. Marie Charlotte d Anjou, Médecin MPR Coordination en SSR pédiatrique Réseau R4P Mathilde Chevignard MPR, Hôpital National de Saint Maurice Epidémiologie

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux AVC Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications Thérapeutique

Plus en détail

Encéphalopathie ischémique. Dodley Severe Juin 2007

Encéphalopathie ischémique. Dodley Severe Juin 2007 Encéphalopathie ischémique anoxique Dodley Severe Juin 2007 Etiologie Quelque soit son étiologie, toute SFA résulte d une anoxie Celle-ci a plusieurs conséquences 1- fonctionnelles: vasoconstriction fœtale

Plus en détail

Les pathologies neurologiques

Les pathologies neurologiques Les pathologies neurologiques I Les convulsions III Quelques pathologies fréquentes La méningite Les traumatismes crâniens L hydrocéphalie Crise paroxystique, d origine cérébrale, se traduisant par des

Plus en détail

Stratégies thérapeutiques des épilepsies

Stratégies thérapeutiques des épilepsies Ministère de l`enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Constantine3 Faculté de Médecine Département de Médecine Stratégies thérapeutiques des épilepsies Dr A.Boulefkhad Année

Plus en détail

Troubles cognitifs post-avc. Dr Bennani Omar

Troubles cognitifs post-avc. Dr Bennani Omar Troubles cognitifs post-avc Dr Bennani Omar Quoi de neuf en neurologie 22/9/2016 Introduction AVC: 130 000 cas par an en France : 1ere cause de handicap acquis de l adulte Age moyen 66 ans N est pas exceptionnel

Plus en détail

céphalées définition interrogatoire Examen clinique Etiologies des céphalées aigues/subaiguës Douleur de l extrémité céphalique et faciale

céphalées définition interrogatoire Examen clinique Etiologies des céphalées aigues/subaiguës Douleur de l extrémité céphalique et faciale définition céphalées Douleur de l extrémité céphalique et faciale Toute céphalée n est pas une migraine+++ interrogatoire Début : brutal? À l effort? Signes d accompagnements : nausées, signes neurologiques+++,oculaires,

Plus en détail

«J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA

«J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA «J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA CEPHALEES Prévalence estimée à + de 90% dans la population occidentale Motif de 4% des passages dans les services d urgence International

Plus en détail

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques DCEM3 2005-2006 - Module de Pharmacologie clinique E04 TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques TD du 21.03.06 M. Grima /Pr E Hirsch

Plus en détail

Traumatisme crânien bénin de l enfant : De la régulation au retour à domicile. Dr Richer olivier Urgences pédiatriques CHU Bordeaux

Traumatisme crânien bénin de l enfant : De la régulation au retour à domicile. Dr Richer olivier Urgences pédiatriques CHU Bordeaux Traumatisme crânien bénin de l enfant : De la régulation au retour à domicile Dr Richer olivier Urgences pédiatriques CHU Bordeaux Qu est qu un traumatisme crânien léger (TCL) En anglais : minor headtrauma

Plus en détail

6 ème Rendez-Vous de l Urgence, 25 septembre Thrombolyse et AVC. Valérie WOLFF Unité Neuro-Vasculaire

6 ème Rendez-Vous de l Urgence, 25 septembre Thrombolyse et AVC. Valérie WOLFF Unité Neuro-Vasculaire 6 ème Rendez-Vous de l Urgence, 25 septembre 2008 Thrombolyse et AVC Valérie WOLFF Unité Neuro-Vasculaire «Time is brain» Lors d un AVC chaque minute compte Décision rationnelle de thrombolyse lors d un

Plus en détail

Gestion des anti-épileptiques. Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse

Gestion des anti-épileptiques. Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Gestion des anti-épileptiques Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Voltaire (1694-1778) «Les médecins administrent des médicaments dont il savent très peu à des malades dont ils

Plus en détail

Formes bénignes. de sclérose en plaques. Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques

Formes bénignes. de sclérose en plaques. Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques Brochure destinée aux personnes atteintes de sclérose en plaques et à leur entourage Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques Formes bénignes de sclérose en plaques Emmanuelle Leray Ecole

Plus en détail

LÉSION CÉRÉBRALE ET EXERCICE D UNE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE POUR DES PERSONNES AYANT DES TROUBLES COGNITIFS ET/OU COMPORTEMENTAUX

LÉSION CÉRÉBRALE ET EXERCICE D UNE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE POUR DES PERSONNES AYANT DES TROUBLES COGNITIFS ET/OU COMPORTEMENTAUX LÉSION CÉRÉBRALE ET EXERCICE D UNE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE POUR DES PERSONNES AYANT DES TROUBLES COGNITIFS ET/OU COMPORTEMENTAUX Chantal TAILLEFER, cadre de santé, ergothérapeute, IFE de Créteil, CRFTC

Plus en détail

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004 Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé Besançon, le 25 mars 2004 Paradoxe Difficulté diagnostique «Facilité de traitement» Rappels Tissu nerveux «fonction neurologique» «support» Neurones Tissu

Plus en détail

Interprétation des constatations neuroradiologiques cas cliniques quiz. Philippe Maeder Neuroradiologie C.H.U.V.

Interprétation des constatations neuroradiologiques cas cliniques quiz. Philippe Maeder Neuroradiologie C.H.U.V. Interprétation des constatations neuroradiologiques cas cliniques quiz Philippe Maeder Neuroradiologie C.H.U.V. 34 ans, accident vélo contre voiture, GCS 3 mydriase bilatérale, convulsions Contusions et

Plus en détail

N. Sadeghi Clinique de Neuroradiologie Service de Radiologie Hôpital Erasme

N. Sadeghi Clinique de Neuroradiologie Service de Radiologie Hôpital Erasme N. Sadeghi Clinique de Neuroradiologie Service de Radiologie Hôpital Erasme TRAUMATISME CÉRÉBRAL Introduction 1.6 millions de trauma. crânien chaque année aux US 50,000 de décès / an 70,000 de déficits

Plus en détail

Généralités. Régulation. Prise en charge aux urgences. Thrombolyse intra veineuse

Généralités. Régulation. Prise en charge aux urgences. Thrombolyse intra veineuse Généralités Régulation Prise en charge aux urgences Thrombolyse intra veineuse 125 000 nouveaux cas par an en France 75 % patients AVC > 65 ans 13,5 à 17,9/1000 H si > 75 ans 20 % mortalité au 1er mois

Plus en détail

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris CÉPHALÉES ET MIGRAINE Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris AMIFORM 17 et 18 Octobre 2012 GÉNÉRALITÉS Pathologie fréquente souvent sous estimée or : Menace parfois vitale Pronostic

Plus en détail

I.Traumatismes Crâniens

I.Traumatismes Crâniens I.Traumatismes Crâniens 60% accidents de la voie publique 48% automobile 17% moto 18% piéton Autres 40% Chutes 13% ébriété AT 16% Agressions 4% Sport 3% Armes à feu Enfants battus Fc intrinsèques Accident

Plus en détail

Afmed-Unikin 2014 ASPECTS CLINIQUES ET EPIDEMIOLOGIQUES DE L EPILEPSIE EN MILIEU CONGOLAIS. HUTU Victor MD, Neuropsychiatre

Afmed-Unikin 2014 ASPECTS CLINIQUES ET EPIDEMIOLOGIQUES DE L EPILEPSIE EN MILIEU CONGOLAIS. HUTU Victor MD, Neuropsychiatre Afmed-Unikin 214 ASPECTS CLINIQUES ET EPIDEMIOLOGIQUES DE L EPILEPSIE EN MILIEU CONGOLAIS HUTU Victor MD, Neuropsychiatre PLAN I. INTRODUCTION II. OBJECTIF III. MATERIEL ET METHODES IV. RESULTATS V. CONCLUSION

Plus en détail

SCLEROSE EN PLAQUES. IFSI Tenon nov dec 2008

SCLEROSE EN PLAQUES. IFSI Tenon nov dec 2008 SCLEROSE EN PLAQUES IFSI Tenon nov dec 2008 EPIDEMIOLOGIE Gradient nord - sud de prévalence < 5 - > 30 / 100 000 hbts Ecosse 184 / 100 000 France 60-80 /100 000 Malte 4 / 100 000 Incidence annuelle en

Plus en détail

NEURORADIOLOGIE OU NEUROIMAGERIE

NEURORADIOLOGIE OU NEUROIMAGERIE NEURORADIOLOGIE OU NEUROIMAGERIE -En premier lieu, il faut expliquer en quoi consiste la Neuro-imagerie sachant que les progrès actuels de la haute technologie et du traitement de l image par ordinateurs

Plus en détail

Muriel LE NALBAUT IDE CH TROYES Mars 2014

Muriel LE NALBAUT IDE CH TROYES Mars 2014 Muriel LE NALBAUT IDE CH TROYES Mars 2014 A- Rappel définition Fonctionnement anormal de l activité électrique du cerveau Caractérisé par la survenue de : crise unique (sans cause organique) crises répétées

Plus en détail

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE en Pédiatrie (nouveau né exclu) C Rousseau, SMUR A de Saint-Martin, CRéER Pôle de Pédiatrie

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE en Pédiatrie (nouveau né exclu) C Rousseau, SMUR A de Saint-Martin, CRéER Pôle de Pédiatrie ETAT DE MAL EPILEPTIQUE en Pédiatrie (nouveau né exclu) C Rousseau, SMUR A de Saint-Martin, CRéER Pôle de Pédiatrie Quelques rappels (1) Une urgence vitale, 1 ère cause d urgence neurologique chez l enfant.

Plus en détail

Delacourte et al, 1999

Delacourte et al, 1999 Delacourte et al, 1999 Progression de la MA État clinique Normal MA Pré- symptomatique MCI MA Clinique Pas de symptômes Pas de symptômes Symptômes légers Démence légère, modérée ou sévère Lésions légères

Plus en détail

Epilepsie de l enfant : généralités

Epilepsie de l enfant : généralités Epilepsie de l enfant : généralités Neuropédiatrie, CHU Gui de Chauliac, Montpellier L épilepsie est beaucoup plus fréquente chez l enfant 3 fois plus élevée dans la 1ère année de vie que par la suite

Plus en détail

Evaluation de la gravité et recherche des complications précoces chez un brûlé et/ou un polytraumatisé

Evaluation de la gravité et recherche des complications précoces chez un brûlé et/ou un polytraumatisé Evaluation de la gravité et recherche des complications précoces chez un brûlé et/ou un polytraumatisé Gérard Janvier Service d Anesthésie Réanimation II CHU de Bordeaux Y. Yordanov, La Revue du Praticien

Plus en détail

Traumatisme Cérébral et Médullaire. N. Sadeghi- P.David Clinique de Neuroradiologie Service de Radiologie Hôpital Erasme

Traumatisme Cérébral et Médullaire. N. Sadeghi- P.David Clinique de Neuroradiologie Service de Radiologie Hôpital Erasme Traumatisme Cérébral et Médullaire N. Sadeghi- P.David Clinique de Neuroradiologie Service de Radiologie Hôpital Erasme TRAUMATISME CÉRÉBRAL Introduction 1.6 millions de trauma. crânien chaque année aux

Plus en détail

INTERET DE LA SEQUENCE DE SUSCEPTIBILITE MAGNETIQUE EN IRM DANS L EXPLORATION DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS

INTERET DE LA SEQUENCE DE SUSCEPTIBILITE MAGNETIQUE EN IRM DANS L EXPLORATION DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS INTERET DE LA SEQUENCE DE SUSCEPTIBILITE MAGNETIQUE EN IRM DANS L EXPLORATION DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS Auteurs : Aurélie Delouche 1,2, Arnaud Attyé 1,2, Sylvie Grand 1,2, Irène Troprés 2, Adrian

Plus en détail

03/01/2017. Le traumatisme crânien (TC) n est pas un traumatisme comme les autres: C est un traumatisme du corps

03/01/2017. Le traumatisme crânien (TC) n est pas un traumatisme comme les autres: C est un traumatisme du corps Institut méditerranéen de formation en soins infirmiers Les traumatismes crâniens légers (TCL) sont un motif de recours fréquents dans les structures d urgences ( incidence de 150 à 300/100 000 habitants).

Plus en détail

Reprise de la conduite automobile après lésion cérébrale acquise non évolutive Recommandations HAS

Reprise de la conduite automobile après lésion cérébrale acquise non évolutive Recommandations HAS Reprise de la conduite automobile après lésion cérébrale acquise non évolutive Recommandations HAS Dr Anne-Claire d Apolito Avec le soutien de la Colloque «santé et sécurité routière» 16 septembre 2016

Plus en détail

Prévention et prise en charge des complications neurologiques tardives. Dr Denis Sablot, coordonnateur filière AVC, ARS-LR

Prévention et prise en charge des complications neurologiques tardives. Dr Denis Sablot, coordonnateur filière AVC, ARS-LR Prévention et prise en charge des complications neurologiques tardives Dr Denis Sablot, coordonnateur filière AVC, ARS-LR Prévention et prise en charge des complications neurologiques et neuropsychologiques

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux

Accidents vasculaires cérébraux Accidents vasculaires cérébraux Introduction Problème de santé publique Entre 120 et 140 000 français par an Source de handicap Mortalité à 5 ans élevée Définition Atteinte du système nerveux central dont

Plus en détail

Traumatismes crânio cérébraux

Traumatismes crânio cérébraux Traumatismes crânio cérébraux Pascale Pradat Diehl Service de Médecine Physique et de Réadaptation pascale.pradat@psl.aphp.fr Epidémiologie Une population particulière On estime en France l incidence :

Plus en détail

Vieillissement et Traumatisme crânien

Vieillissement et Traumatisme crânien Vieillissement et Traumatisme crânien L expérience d Arceau Anjou F. ETCHARRY-BOUYX Analyse des professionnels Difficultés croissantes de prise en charge avec le vieillissement Adaptation constante des

Plus en détail

Démences, confusion, dépression. DCEM4 UE Médecine

Démences, confusion, dépression. DCEM4 UE Médecine Démences, confusion, dépression DCEM4 UE Médecine Maladie d Alzheimer Points importants Début : troubles de la mémoire sans autre signe neuro Une phase pré-démentielle plusieurs années Une phase démentielle

Plus en détail

Quelle est la prise en charge des crises d épilepsies au cours et au décours d AVC?

Quelle est la prise en charge des crises d épilepsies au cours et au décours d AVC? 9ième Congrès International Francophone de Gériatrie et de Gérontologie, Nice (France), 19-21 Octobre, 2010. Quelle est la prise en charge des crises d épilepsies au cours et au décours d des AVC? Jacques

Plus en détail

Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France

Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France Encéphalites: attitude pratique Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France Encéphalites Problème fréquent 10-13 /100 000 enfants /an HSV: 1/ 250 à 500.000 enfants/

Plus en détail

Epilepsie Suspicion d Epilepsie.

Epilepsie Suspicion d Epilepsie. Epilepsie Suspicion d Epilepsie. Tout ce que je dis ici, c est du «vécu». Ca n est pas de médical, ça n est pas du juridique, c est du «vécu». Que ce soit «juste» ou «injuste» n importe pas. Ce qui importe,

Plus en détail

23/04/2014. Conséquences du syndrome démentiel. Circonstances de découverte. Sylvie PARIEL Service de gériatrie ambulatoire Hôpital Charles Foix

23/04/2014. Conséquences du syndrome démentiel. Circonstances de découverte. Sylvie PARIEL Service de gériatrie ambulatoire Hôpital Charles Foix Sylvie PARIEL Service de gériatrie ambulatoire Hôpital Charles Foix Conséquences du syndrome démentiel Problème de mémoire Sf. Cognitifs autres que la mémoire Sf. Non cognitifs Sf. Pychiatriques Circonstances

Plus en détail

Association pour la Formation des Médecins Libéraux D E T R E S S E S N E U R O L O G I Q U E S

Association pour la Formation des Médecins Libéraux D E T R E S S E S N E U R O L O G I Q U E S Association pour la Formation des Médecins Libéraux D E T R E S S E S N E U R O L O G I Q U E S Le coma: généralités Définition: Perte prolongée de l état de conscience plus ou moins complète,difficilement

Plus en détail

CAS CLINIQUE

CAS CLINIQUE CAS CLINIQUE Un chauffard âgé de 21ans victime d un AVP a consulte aux urgences. L examen :victime en bon état de conscience. Pas d ATCD pathologique notable. Pas de prise médicamenteuse. Tension artérielle

Plus en détail

TROUBLES NEURO-DEGENERATIFS ET TROUBLES DU COMPORTEMENT

TROUBLES NEURO-DEGENERATIFS ET TROUBLES DU COMPORTEMENT TROUBLES NEURO-DEGENERATIFS ET TROUBLES DU COMPORTEMENT JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE, PSYCHIATRIE DU SUJET AGE Dr Malrain Cécile (neurologue au CH de Saint Malo) 15 juin 2017 PLAN 1. Troubles psycho-comportementaux

Plus en détail

Transcranial direct current stimulation (tdcs): recherche et démence

Transcranial direct current stimulation (tdcs): recherche et démence Transcranial direct current stimulation (tdcs): recherche et démence Pr Thierry Dantoine EA 6310 Dr Murielle Girard Dr Benjamin Calvet CH Esquirol- Limoges Unité de Recherche -FRIPsyL CH Esquirol 4 ième

Plus en détail

Conduite à tenir devant des troubles mnésiques

Conduite à tenir devant des troubles mnésiques Conduite à tenir devant des troubles mnésiques 1ère partie Docteur Sylvie LEGRAND Neurologue Saint Malo 15.05.2008 Plaintes mnésiques Plaintes mnésiques Corrélées avec l âge Peuvent être formulées dès

Plus en détail

Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4. Mr le Docteur JOUVENT

Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4. Mr le Docteur JOUVENT Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4 Mr le Docteur JOUVENT Définition La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire du système nerveux central (SNC),

Plus en détail

Addiction aux médicaments psychotropes

Addiction aux médicaments psychotropes item 75 Addiction aux médicaments psychotropes (benzodiazépines et apparentés) 75 I. Introduction II. Épidémiologie III. Intoxication aiguë et usage à risque IV. Troubles addictologiques liés aux benzodiazépines

Plus en détail

Les choses ne sont jamais ce qu elles paraissent... Christian Dimitriu

Les choses ne sont jamais ce qu elles paraissent... Christian Dimitriu Les choses ne sont jamais ce qu elles paraissent... Christian Dimitriu cas 1 patiente de 39 ans, femme au foyer origine africaine depuis 3 semaines une hémiparésie droite d aggravation progressive au moment

Plus en détail

Troubles de la mémoire

Troubles de la mémoire Troubles de la mémoire Maladie d Alzheimer et formes apparentées Matthieu de Stampa PADIS, Pôle Ambulatoire Diagnostic Intervention Santé Hôpital Sainte Périne Définitions «De-mens» : privé d esprit Altération

Plus en détail