LE MEDECIN COORDONNATEUR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE MEDECIN COORDONNATEUR"

Transcription

1 LE MEDECIN COORDONNATEUR DEFINITION CONCEPT DE FRAGILITE ET EGS SES RESPONSABILITES / SON CONTRAT SES 13 MISSIONS DEFINITION INTERVIENT EN SECTEUR HEBERGEMENT - EN EHPAD - EN USLD C 'EST LE MEDECIN QUI EVALUE LA FRAGILITE POUR REHABILITER CE QUI PEUT L ÊTRE ET OPTIMISER LA PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE AGEE 1

2 PRINCIPES GENERAUX compétent en gérontologie répond à un objectif de santé publique par une meilleure qualité de prise en charge gérontologique dans un cadre nécessaire de maîtrise de dépenses de santé interlocuteur médical du (de la) directeur (rice) de l'institution : équipe responsable du projet de vie de l'établissement interlocuteur médical des différentes administrations et caisses d'assurance maladie dans le cadre de la fonction de coordination (suite) désigné par le directeur de la structure (éventuellement sur proposition des médecins intervenants dans l'institution) Tous les intervenants libéraux exerçant dans l'institution doivent adhérer au règlement intérieur : donc reconnaissance de l'existence et des missions du médecin coordonnateur 2

3 LE CONCEPT DE FRAGILITE ET EGS FRAGILITE Concept typiquement gérontologique et reconnu Etat instable et précaire : impossibilité à s'adapter aux changements - c'est un état qui témoigne d'une réduction des réserves physiologiques et d'un amenuisement de l' efficacité des systèmes assurant l'homéostasie du milieu intérieur limitant ainsi les capacités d'adaptation au stress ou au changement d'environnement FRAGILITE (suite) La Fragilité (F) traduit un équilibre médical et un contexte socio-économique précaire pouvant être rompus - par tout stress extérieur même mineur comme par exemple une pathologie bénigne - par l'effet indésirable d'un médicament - par un stress socio-affecif La F est identifiée par des conséquences cliniques le $ de F est un marqueur prédictif de l'état de santé 3

4 FRAGILITE (SUITE) Cet état de fragilité conduit à une augmentation du risque de décès ou de dépendance lourde suite à des évènements ou agressions minimes : équilibre instable mais c'est aussi un état non figé, parfois réversible(anticiper), latent Prévalence de la F : 25 % de la population âgée à domicile quasi 100 % en institution Le sujet fragile = urgence gériatrique FRAGILITE (suite) Le sujet fragile a un risque de décès à 5 ans multiplié par 3 et celui d'entrée en institution par 9 par rapport au sujet autonome 4

5 FRAGILITE (fin) Un des rôles du médecin coordonnateur est de repérer la fragilité par l' EGS : évaluation gérontologique standardisée Anticiper EGS Evaluation gérontologique standardisé = outil de dépistage et d appréciation des facteurs entrant dans le diagnostic de fragilité = permettant de dépister les sujets fragiles pour mettre en place un plan de soins adapté et d'adopter une stratégie à la fois curative et préventive mais en hiérarchisant les priorités : mettre l'accent sur les pathologies accessibles à une prise en charge active = Identité ATCD Histoire de vie motif d'admission + adéquation avec la structure. 5

6 EGS ( suite) Evaluation : cognition (MMSE), humeur (mini GDS), modifications du comportement, sommeil Etat cutané ( escarres- eczéma- ulcéres...) Nutrition (MNA, albuminémie et pronostic) Locomotion (Tinetti, get up, appui unipodal...) Douleur Vue Audition Iatrogenèse (plus de 4 médicaments / clearance) Incontinence EGS (suite) Conclusion : diagnostic de situation (et non de maladie) avec Organe atteint Personnalité Environnement (humain, financier, locaux) et évaluation des critères de fragilité (Cf...) Plan de soins : à partir des rôles vitaux (besoins fondamentaux) Motricité, Orientation, Sécurité, Hygiène, Occupation, Nutrition 6

7 CRITERES DE FRAGILITE / LES 7 I Instabilité Immobilisation Isolement Inappétence/ Immunité/ Infection Intellect Iatrogénèse Incontinence RESPONSABILITES DU MEDECIN COORDONNATEUR - déontologique : le conseil de l'ordre peut donner son avis sur le contrat (adressé obligatoirement) - pénale (assurance à souscrire ou établissement ) - administrative en établissement publique L'action majeure du médecin coordonnateur est la qualité de la prise en charge du résident par la coordination tout en s'adaptant au résident 7

8 SUITE Il décline toute demande de soins en dehors de l'urgence où il peut et doit prescrire après appel du médecin traitant si joignable. Il informe et échange toujours avec le médecin traitant - Son indépendance professionnelle est toujours respectée Suite Ses 12 missions : sous la responsabilité et l'autorité administrative du responsable de l'établissement : décret n du 27 Mai 2005 / J.O. N 123 du 28 Mai 2005 page 9363 texte n 23 obligation pour le secteur hébergement ayant signé la convention tripartite 8

9 MISSION n 1 Elabore avec l'équipe soignante et si possible les intervenants libéraux, le projet de soins s'intégrant dans le projet d'établissement, coordonne et évalue sa mise en oeuvre Commentaire : la participation des médecins libéraux est fortement souhaitable/ce projet fait partie du projet de vie Le MC assure (au mieux) la coordination avec tous les intervenants externes MISSION n 2 Donne son avis sur les admissions des personnes à accueillir en veillant notamment à l'adéquation entre leur état de santé et les capacités de prise en charge de l'institution à un moment donné Commentaire : l'avis est écrit(traçabilité) le décideur ce n'est qu'un avis : le directeur reste 9

10 MISSION n 3 Organise la coordination des professionnels de santé salariés et libéraux exerçant dans l'établissement : réunion au moins une fois par an (relatif au dispositif de permanence des soins prévu aux articles R. 730 à R. 736 du code de la santé publique) Commentaire : la CME est déjà une réunion MISSION n 4 Evalue et valide l 'état de dépendance des résidents : GIR Idem pour l'état pathologique : PATHOS COMMENTAIRE : le pathos évalue les soins requis que le résident les reçoive ou non ainsi que les états pathologiques de la personne 10

11 Mission n 5 Veille à l'application des bonnes pratiques gériatriques, y compris en cas de risques sanitaires exceptionnels, formule toute recommandation utile dans ce domaine et contribue à l'évaluation de la qualité des soins Commentaire : dialogue avec médecin traitant ou e mail + traçabilité dans les transmissions : élaboration de protocoles (nutrition, chutes, douleur, etc...) / présentés et discutés en CME pour approbation / si approbation, chaque médecin traitant signe le protocole pour son application effective Mission n 6 Contribue auprès des professionnels de santé exerçant dans l' établissement à la bonne adaptation aux impératifs gériatriques des prescriptions de médicaments et des produits et prestations inscrits sur la liste mentionnée à l'article L du code de la sécurité sociale. A cette fin, il élabore une liste, par classes, des médicaments à utiliser préférentiellement, en collaboration avec les médecins traitants des résidents, et, le cas échéant, avec le pharmacien chargé de la gérance de la pharmacie à usage intérieur. 11

12 Mission n 6 suite Commentaire : le médecin coordonnateur ne prescrit pas mais peut être rendu responsable de la non adaptation des traitements en cas de litige la traçabilité est importante En cas de prescriptions répétées hors de cette liste, déterminer s'il s'agit d'un défaut d'adhésion au principe de cette liste ou d'une nécessité de revoir la liste Mission n 7 Contribue à la mise en oeuvre d'une politique de formation et participe aux actions d'information des professionnels de santé exerçant dans l'établissement Commentaire : le médecin coordonnateur participe à la formation du personnel AS/IDE/ASH : GIR, PATHOS, etc..et à sa sensibilisation à la gérontologie : concerne les médecins, paramédicaux, libéraux ou salariés.. Le médecin coordonnateur a une formation obligatoire + FMC spécifique à la fonction 12

13 Mission n 8 Elabore un dossier type de soins Commentaire : Osiris / le dossier médical (type) : au sein de l'établissement dans un local permettant de préserver le secret médical motif d'admission pathologies, dépendance compte rendus divers (spécialistes, hospi) mesures de prévention et leurs évaluations Suite mission n 8 L'équipe IDE élabore le dossier infirmier sous la responsabilité de l' IDE référente et avec la participation du médecin coordonnateur / ce dossier inclut les grilles de dépendance utilisées par les médecins et personnel para médical 13

14 Mission n 9 Etablit un rapport annuel d'activité médicale, retraçant notamment les modalités de prise en charge des soins permettant d'objectiver les motifs d'amélioration ou d'aggravation des états de santé l'évolution de dépendance des résidents les pathologies Commentaire : exemplaire pour le directeur de l'établissement qui se charge d'en adresser un au médecin inspecteur de la DT Mission n 10 Donne un avis sur le contenu et participe à la mise en oeuvre de la ou des conventions conclues entre l'établissement et les établissements de santé au titre de la continuité des soins ainsi que sur le contenu et la mise en place, dans l'établissement, d'une organisation adaptée en cas de risques exceptionnels Commentaire : EHPAD et USLD rattachés à l'hôpital local donc conventions déjà présentes 14

15 Mission n 11 Collabore à la mise en oeuvre de réseaux gérontologiques coordonnés, Commentaire : mêmes réseaux que ceux de l'hôpital local Mission n 12 Identifie les risques éventuels : canicule, grippe aviaire, TIAC, légionelloses, infections nosocomiales, méningite Commentaire : en prévention : protocoles (cf mission n 5 en cas de risque avéré ou potentiel : le médecin coordonnateur avec aide de la DDASS + CLIN met en oeuvre ce qu'il y lieu de faire (quarantaine, information, communiqué de presse, cellule de crise...) 15

16 Decret N 2O11 du 2 septembre 2011 Relatif au temps d exercice dans une structure et aux missions du MC Mission N 13 «le MC réalise des prescriptions médicales pour les résidents en cas d urgence vitale ainsi que lors de la survenue de risques collectifs Il informe le médecin traitant» 16

Le médecin coordonnateur en EHPAD

Le médecin coordonnateur en EHPAD Le médecin coordonnateur en EHPAD Hier Aujourd hui Demain JF. Bernard,C. Levasseur, EPU «Quoi de Neuf en Gériatrie»? Rouen, 10 Avril 2014 JEAN F. BERNARD MISSION : IMPOSSIBLE Médecin Co en EHPAD avec la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels

Plus en détail

AVANT-PROJET. ARRÊTÉ du. Fixant les modèles de contrats-types prévus en application de l article L du code de l action sociale et des familles

AVANT-PROJET. ARRÊTÉ du. Fixant les modèles de contrats-types prévus en application de l article L du code de l action sociale et des familles RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la santé et des sports NOR : AVANT-PROJET ARRÊTÉ du Fixant les modèles de contrats-types prévus en application de l article L. 314-12 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Modèle de contrat de médecin coordonnateur en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Modèle de contrat de médecin coordonnateur en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes 180, boulevard Haussmann 75389 PARIS CEDEX 08 Tél. 01 53 89 32 00 Fax. 01 53 89 32 01 http : //www.conseil-national.medecin.fr Modèle de contrat de médecin coordonnateur en établissement d hébergement

Plus en détail

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D'INTERVENTION DES

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D'INTERVENTION DES JORF n 0303 du 31 décembre 2010 page 23517 texte n 91 ARRETE Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels de santé exerçant à titre libéral

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL D ACTIVITE MEDICALE DE L EHPAD : situation au 31 décembre

RAPPORT ANNUEL D ACTIVITE MEDICALE DE L EHPAD : situation au 31 décembre RAPPORT ANNUEL D ACTIVITE MEDICALE DE L EHPAD : situation au 31 décembre Année concernée par le rapport : Médecin coordonnateur : ATTENTION : PRECISER «0» ou «ND» car tout champ vide est analysé comme

Plus en détail

Formation pour les médecins coordonnateurs en EHPAD

Formation pour les médecins coordonnateurs en EHPAD Cycle gérontologie Formation pour les médecins coordonnateurs en EHPAD Décret du 27/05/2005 Décret relatif à la qualification, aux missions et aux modes de rémunération du médecin coordonnateur exerçant

Plus en détail

Rapport d'activité médicale MAISON DE RETRAITE

Rapport d'activité médicale MAISON DE RETRAITE Rapport d'activité médicale MAISON DE RETRAITE ANNEE : Code d'identification RAMEHPAD de votre établissement 5 Présentation de l'établissement Médecin coordonnateur Richard FASQUELLE Nombre de lits autorisés

Plus en détail

Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014

Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014 Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014 Définition de l HAD Définition L HAD s adresse à tous les patients quelques soit

Plus en détail

EHPAD SAINT-PHILIPPE. Existant et adapté. oui. Existant et adapté. Absent. Existant et adapté

EHPAD SAINT-PHILIPPE. Existant et adapté. oui. Existant et adapté. Absent. Existant et adapté EHPAD SAINT-PHILIPPE Finess juridique : 95 Finess géographique : 97849 RUE PRINCIPALE 94 ERCE Tél :56668344 Statut : privé lucratif Tarification partielle Habilité Aide sociale : Lits autorisés : 65 Lits

Plus en détail

Vu la proposition du Dr, chef de pole de et après avis du Président de la CME en date du

Vu la proposition du Dr, chef de pole de et après avis du Président de la CME en date du CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN CENTRE HOSPITALIER ELABORE PAR LA FEDERATION HOSPITALIERE DE FRANCE ET LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES MEDECINS Vu - Le

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Vu le code de la santé publique, notamment son article L ;

ARRÊTÉ du. Vu le code de la santé publique, notamment son article L ; RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la santé et des sports NOR : ARRÊTÉ du relatif à la convention conclue entre un établissement mentionné au 6 du I de l article L. 312-1 du code de l action sociale et

Plus en détail

Un médecin coordonnateur en EHPAD pour vous qui est ce?

Un médecin coordonnateur en EHPAD pour vous qui est ce? JOURNEE DU 23 SEPTEMBRE 2015 CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL AMCOOR HAUTE BRETAGNE LIVRE BLANC DU MEDECIN COORDONNATEUR EN EHPAD Vingt médecins coordonnateurs se sont réunis le 23 septembre à Saint Jacut

Plus en détail

PLACE DE L INFIRMIERE DANS l E.G.S. Le rôle de l infirmière clinicienne

PLACE DE L INFIRMIERE DANS l E.G.S. Le rôle de l infirmière clinicienne PLACE DE L INFIRMIERE DANS l E.G.S. Le rôle de l infirmière clinicienne PRESENTATION DE LA STRUCTURE -Cadre réglementaire - Missions de l Equipe Mobile Gériatrique Le cadre réglementaire Circulaire DHOS

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE HOSPITALISATION A DOMICILE Journée du RFClin et CCLIN-Est : prévention du risque infectieux en HAD, Besançon, 8 octobre 2013 MATHIEU Carine Directrice HAD39 Déléguée Régionale FNEHAD 1 Modalités d organisation

Plus en détail

Parcours de santé complexe, parcours du combattant?

Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Quels moyens pour prévenir les ruptures? 28 janvier 2015, cellule de coordination VISage Les différents niveaux de coordination Coordination clinique

Plus en détail

Rapport Annuel d Activité Médicale. S. Reingewirtz

Rapport Annuel d Activité Médicale. S. Reingewirtz Rapport Annuel d Activité Médicale S. Reingewirtz Références 9ème Mission du décret du 27 mai 2005: Établit un rapport annuel d activité médicale, retraçant notamment les modalités de prise en charge des

Plus en détail

LE METIER DE MEDECIN COORDONNATEUR

LE METIER DE MEDECIN COORDONNATEUR LE METIER DE MEDECIN COORDONNATEUR HISTORIQUE REGLEMENTAIRE Dr Bernard Oddos ; Président du SMC-CSMF HISTORIQUE REGLEMENTAIRE Arrêté du 26/04/1999: naissance des EHPAD et du Médecin Co. Décret du 27/05/2005:

Plus en détail

INFIRMIERE COORDINATRICE SSIAD (Service de Soins Infirmiers A Domicile)

INFIRMIERE COORDINATRICE SSIAD (Service de Soins Infirmiers A Domicile) DD-ADQ-009 Destinataires : IDEC SSIAD Modification depuis version précédente : néant INFIRMIERE COORDINATRICE SSIAD (Service de Soins Infirmiers A Domicile) Annexe 3 Date d Application : 01/01/2013 Lieu

Plus en détail

Service infirmier d aide à domicile aux personnes âgées

Service infirmier d aide à domicile aux personnes âgées Siadpa Service infirmier d aide à domicile aux personnes âgées Livret d accueil Siadpa 10, rue de la Paix 01 40 85 65 75 Sommaire Votre admission La demande d admission Page 4 Les professionnels du Siadpa

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE SSIAD (service de soins infirmiers à domicile) adresse : code postal et ville : Présidé par Représenté par Ci-après dénommé «SSIAD» d une part, ET L Hospitalisation à

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1)

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1) 1. DEFINITION DE LA FONCTION Au service du Projet de Vie Institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel, droit

Plus en détail

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale 1 Les malades L Hospitalisation à Domicile concerne des malades, atteints de pathologies graves, aiguës ou chroniques, évolutives et / ou instables qui,

Plus en détail

Place de l HAD en EHPAD

Place de l HAD en EHPAD Place de l HAD en EHPAD Mardi 13 octobre 2015 Rappels Quelques chiffres > En 1950, la population française était de 41,5 millions d'habitants, avec 6,7 millions de personnes âgées de plus de 60 ans soit

Plus en détail

Livret d accueil de l usager

Livret d accueil de l usager Livret d accueil de l usager Service de Soins Infirmiers A Domicile E.H.P.A.D La Sofiéta 2424, Bd Edouard VII 06230 Villefranche-sur-Mer Téléphone : 04.93.01.66.24 ssiad@ehpadvillef.com Livret d accueil

Plus en détail

Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales :

Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales : CHARTE DU RÉSEAU I PREAMBULE Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales : Le maintien à domicile le plus longtemps possible des

Plus en détail

Convention tripartite et EHPAD Objectifs: définir les conditions de fonctionnement de l'établissement sur le plan budgétaire et en matière de qualité

Convention tripartite et EHPAD Objectifs: définir les conditions de fonctionnement de l'établissement sur le plan budgétaire et en matière de qualité Projet d établissement en EHPAD Évaluation des risques Dr CHAUVIN de VENDÔMOIS Laure-Diane CHU Bordeaux PH Gériatre Médecin coordonnateur EHPAD 1 Lormont et EHPAD 2 Maison Retraite Alouette Convention

Plus en détail

Synthèse du rapport des experts visiteurs HAS Visite du 6 au 10 Décembre 2010

Synthèse du rapport des experts visiteurs HAS Visite du 6 au 10 Décembre 2010 ENTRE HOSPITLIER DE M ILLU Synthèse du rapport des experts visiteurs HS Visite du 6 au 10 Décembre 2010 E : Elément d ppréciation ; ES : Etablissement de Santé ; EV : Experts-visiteurs : Surcoté : Sous

Plus en détail

Fiche de poste Infirmier(e) de nuit

Fiche de poste Infirmier(e) de nuit Fiche de poste Infirmier(e) de nuit Intitulé du poste Intitulé du poste : Infirmier(e) de nuit Date d actualisation de la fiche de poste : Titulaire du poste Inter région : Filière Métier : Personnes âgées

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré NIMES Cedex 9

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré NIMES Cedex 9 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré 30029 NIMES Cedex 9 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU SERVICE D'ASTHMOLOGIE ALLERGOLOGIE ET MEDECINE INTERNE Hospitalisation de jour Vu les

Plus en détail

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Autorisation ARH Auvergne (Agence Régionale de l Hospitalisation) 23/10/07 attribuée au Centre Hospitalier Partenariat: Centre

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ PERSONNES ÂGÉES ET AUTONOMIE Direction générale de la cohésion sociale Service des politiques sociales et médico-sociales Sous-direction de l autonomie des

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré NIMES Cedex 9

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré NIMES Cedex 9 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré 30029 NIMES Cedex 9 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE L UNITE D ONCOLOGIE MEDICALE A TEMPS PARTIEL Vu les dispositions du code de la santé

Plus en détail

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande -

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande - RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS - Dossier de demande - Le présent document s adresse à l ensemble des établissements publics et privés d Aquitaine souhaitant identifier au sein de

Plus en détail

l admission en EHPAD : le rôle du médecin coordonnateur Dr Heddi BOUTI médecin généraliste médecin coordonnateur EHPAD

l admission en EHPAD : le rôle du médecin coordonnateur Dr Heddi BOUTI médecin généraliste médecin coordonnateur EHPAD l admission en EHPAD : le rôle du médecin coordonnateur Dr Heddi BOUTI médecin généraliste médecin coordonnateur EHPAD www.association-age.fr un EHPAD établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes,

Plus en détail

Contexte démographique

Contexte démographique Programme de prévention du risque infectieux en établissements d hébergement de personnes âgées dépendantes (EHPAD) Drôme Dr Philippe BURLAT DDASS de la Drôme Contexte démographique 21%> 60 ans 8 % > 75

Plus en détail

13.2 millions estimés en 2020 dont déments

13.2 millions estimés en 2020 dont déments Le grand âge: notre avenir IAS et EHPAD JC SEGUIER Responsable de l Unité Hygiène et Prévention du Risque Infectieux Centre Hospitalier Poissy St Germain en Laye 13.2 millions estimés en 2020 dont 1300

Plus en détail

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy Hospitalisation A Domicile H A D à Bourbon-Lancy HAD à Bourbon-Lancy Réunion publique 24 avril 2014 L HAD à Bourbon-Lancy Convention entre la Maison médicale, Dr Vennetier, et l HAD du Centre hospitalier

Plus en détail

RESEAU EPSILON Réseau pluridisciplinaire de soins palliatifs à domicile Charte Réseau Epsilon

RESEAU EPSILON Réseau pluridisciplinaire de soins palliatifs à domicile Charte Réseau Epsilon RESEAU EPSILON Réseau pluridisciplinaire de soins palliatifs à domicile Charte Réseau Epsilon 1 La présente charte est destinée aux professionnels de santé quels qu ils soient, souhaitant intervenir dans

Plus en détail

FICHE 3 : MOBIQUAL 3.1. PRÉSENTATION DU PRODUIT

FICHE 3 : MOBIQUAL 3.1. PRÉSENTATION DU PRODUIT FICHE 3 : MOBIQUAL 3.1. PRÉSENTATION DU PRODUIT 1 MobiQual est un programme mis en œuvre pour l amélioration des pratiques professionnelles par la société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE Formation proposée par Bien-être et santé en Baie le 4 février 2010 à Granville HOSPITALISATION A DOMICILE intervention du Dr Chantal DESPIERRES Médecin coordonnateur de l HAD du Pays de la Baie L'HAD

Plus en détail

Fragilité en gériatrie. Pr Nathalie SALLES CHU Bordeaux

Fragilité en gériatrie. Pr Nathalie SALLES CHU Bordeaux Fragilité en gériatrie Pr Nathalie SALLES CHU Bordeaux Nombre de centenaires en Europe En Europe Espérance de vie à la naissance Espérance de vie à 90 ans Patiente de 90 ans : à cet âge l espérance de

Plus en détail

Fragilité en gériatrie

Fragilité en gériatrie Fragilité en gériatrie Pr Nathalie SALLES CHU Bordeaux Nombre de centenaires en Europe En Europe Espérance de vie à la naissance 1 Espérance de vie à 90 ans Patiente de 90 ans : à cet âge l espérance de

Plus en détail

Dispositif expérimental d'astreinte d'infirmier(ère) de nuit mutualisée entre plusieurs EHPAD Cahier des Charges Direction de l Offre Médico-Sociale

Dispositif expérimental d'astreinte d'infirmier(ère) de nuit mutualisée entre plusieurs EHPAD Cahier des Charges Direction de l Offre Médico-Sociale Dispositif expérimental d'astreinte d'infirmier(ère) de nuit mutualisée entre plusieurs EHPAD Cahier des Charges Direction de l Offre Médico-Sociale et de l Autonomie 2013/2014 Sommaire Contexte et objectifs

Plus en détail

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Les soins palliatifs en HAD 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Circulaire du 30/05/2000 non parue au JO compléments en février 2004, decembre 2006

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR Unité d'hébergement Renforcée (U.H.R.)

REGLEMENT INTERIEUR Unité d'hébergement Renforcée (U.H.R.) Guérande, janvier 2012 REGLEMENT INTERIEUR Unité d'hébergement Renforcée (U.H.R.) unité 2 résidence fleur de sel - Guérande HOPITAL INTERCOMMUNAL DE LA PRESQU ILE GUERANDE-LE CROISIC 1 L UHR. L UHR répond

Plus en détail

COMMISSION DE COORDINATION GÉRIATRIQUE EN EHPAD

COMMISSION DE COORDINATION GÉRIATRIQUE EN EHPAD COMMISSION DE COORDINATION GÉRIATRIQUE EN EHPAD KIT D ORGANISATION DES RÉUNIONS : convocation & ordre du jour pouvoir de représentation relevé de conclusions suivi des avis et recommandations EDITIONS

Plus en détail

EHPAD/USLD. Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie?

EHPAD/USLD. Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie? Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie? EHPAD/USLD Table ronde 2ème journée d oncogériatrie du Centre Orléans La Source le 1 er décembre 2016 Dr Karine Barilleau

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE Vu les articles R. 6121-4-1 et D. 6124-311 du code de la santé publique, Vu l'article R.

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Nathalie PASQUIER en Saône et Loire Le PRS et les parcours : enjeux

Plus en détail

Cadre de missions des réseaux de santé gérontologiques Nord Pas de Calais

Cadre de missions des réseaux de santé gérontologiques Nord Pas de Calais Cadre de missions des réseaux de santé gérontologiques Nord Pas de Calais Référence : - circulaire DHOS/O3/CNAM n 2007-88 du 2 mars 2007 r elative aux orientations de la DHOS et de la CNAMTS en matière

Plus en détail

Médecine d Urgence de la Personne Âgée (MUPA): Bilan des 9 Mois d Activité

Médecine d Urgence de la Personne Âgée (MUPA): Bilan des 9 Mois d Activité Innovation pour le Bien vieillir Médecine d Urgence de la Personne Âgée (MUPA): Bilan des 9 Mois d Activité Dr. Achille TCHALLA, MCU-PH, Gériatrie et Biologie du Vieillissement, Service de Médecine Gériatrique

Plus en détail

LE METIER INFIRMIER. Loi du 31 mai 1978

LE METIER INFIRMIER. Loi du 31 mai 1978 Loi du 31 mai 1978 «Est considérée comme exerçant la profession d infirmier ou d infirmière toute personne qui, en fonction des diplômes qui l y habilitent, donne habituellement des soins infirmiers sur

Plus en détail

EHPAD VILLEGIALE SAINT JACQUES CHIC - CASTRES/MAZAMET

EHPAD VILLEGIALE SAINT JACQUES CHIC - CASTRES/MAZAMET EHPAD VILLEGIALE SAINT JACQUES CHIC - CASTRES/MAZAMET Finess juridique : 8138 PLACE CARNOT (CHIC - 2 BD MARECHAL FOCH BP 417) 811 CASTRES Finess géographique : 8199788 Tél :56371632 Statut : Tarification

Plus en détail

D O C U M E N T I N D I V I D U E L D E P R I S E E N C H A R G E : D I P E C. Etabli à.., le 20...

D O C U M E N T I N D I V I D U E L D E P R I S E E N C H A R G E : D I P E C. Etabli à.., le 20... D O C U M E N T I N D I V I D U E L D E P R I S E E N C H A R G E : D I P E C Etabli à.., le 20... NOM : Prénom : Ce document comprend 4 parties : - 1. Objet et Durée du Document Individuel de Prise en

Plus en détail

C. Arnoult, aide-soignante G. Conventz, agent de développement gérontologie F. Buisson, infirmière coordinatrice

C. Arnoult, aide-soignante G. Conventz, agent de développement gérontologie F. Buisson, infirmière coordinatrice Démarche d amélioration de la prise en charge de la douleur chez les personnes âgées à domicile ROLE DES AIDES SOIGNANTES DANS L EVALUATION DE LA DOULEUR C. Arnoult, aide-soignante G. Conventz, agent de

Plus en détail

Suivi téléphonique des patients en Oncogériatrie. Guillaume BONNET IDE UCOG de Picardie

Suivi téléphonique des patients en Oncogériatrie. Guillaume BONNET IDE UCOG de Picardie Suivi téléphonique des patients en Oncogériatrie Guillaume BONNET IDE UCOG de Picardie UCOG de Picardie 15 septembre 2013 Equipe de coordination Suivi téléphonique des patients en Oncogériatrie 2 ème plan

Plus en détail

Journée de sensibilisation "sécurisation circuit du médicament"

Journée de sensibilisation sécurisation circuit du médicament Journée de sensibilisation "sécurisation circuit du médicament" La gestion des risques en Ehpad : les infections associées aux soins - La poursuite du DARI Journées territoriales Novembre 2016 Janvier

Plus en détail

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITÉS DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

Document d aide à la clarification des compétences et missions au sein des EHPA et EHPAD publics non autonomes

Document d aide à la clarification des compétences et missions au sein des EHPA et EHPAD publics non autonomes Direction logistique et prospective / Direction services extérieurs Conseil juridique / Etudes et formation referent.medicosocial@cdg22.fr Document d aide à la clarification des compétences et missions

Plus en détail

Recherche en Etablissement d Hébergement pour Personnes Âgées (REHPA) TRAVAUX DE RECHERCHE FUTURES

Recherche en Etablissement d Hébergement pour Personnes Âgées (REHPA) TRAVAUX DE RECHERCHE FUTURES Recherche en Etablissement d Hébergement pour Personnes Âgées (REHPA) TRAVAUX DE RECHERCHE FUTURES Équipe REHPA Gérontopôle de Toulouse Plan Questionnaire de l enquête REHPA Objectifs de REHPA Méthodologie

Plus en détail

Vous avez fait appel à notre service de Soins à Domicile. Soyez remercié(e) de la confiance que vous nous accordez.

Vous avez fait appel à notre service de Soins à Domicile. Soyez remercié(e) de la confiance que vous nous accordez. - 2 - Madame, Monsieur, Vous avez fait appel à notre service de Soins à Domicile. Soyez remercié(e) de la confiance que vous nous accordez. Le Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD) a pour objectif.

Plus en détail

QUESTIONNAIRE V4 PRISE EN CHARGE DES PERSONNES ÂGEES DÉPENDANTES

QUESTIONNAIRE V4 PRISE EN CHARGE DES PERSONNES ÂGEES DÉPENDANTES QUESTIONNAIRE V4 PRISE EN CHARGE DES PERSONNES ÂGEES DÉPENDANTES Définition : Sont désignées comme dépendantes dans ce questionnaire, les personnes âgées qui ont besoin d être aidées pour effectuer des

Plus en détail

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion Le projet de soins UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion 2015-2018 Plan 1. Introduction 2. Définition du projet 3. Les projets en structure de soins 4. Le projet de soins individualisé : 4.1. L argumentation

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE MÉDICAL GÉRIATRIQUE BONNEDONNE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE MÉDICAL GÉRIATRIQUE BONNEDONNE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE MÉDICAL GÉRIATRIQUE BONNEDONNE ROUTE DE SAINT-JEAN 05260 SAINT -JEAN SAINT-NICOLAS Août 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué chargé des personnes âgées et de l autonomie

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué chargé des personnes âgées et de l autonomie Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué chargé des personnes âgées et de l autonomie Direction générale de la cohésion sociale Service des politiques sociales et médico-sociales

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE CLINIQUE DU ROND POINT DES CHAMPS ELYSEES

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE CLINIQUE DU ROND POINT DES CHAMPS ELYSEES ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE CLINIQUE DU ROND POINT DES CHAMPS ELYSEES 61 AVENUE FRANKLIN D. ROOSEVELT 75008 P 2012 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison. Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre septembre

Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison. Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre septembre Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre 2013 18 septembre 2013 1 Axes de la stratégie nationale sur les parcours de soins des patients Fluidifier les parcours

Plus en détail

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL Plan de la présentation Préparation de la sortie d un patient hospitalisé Accueil d un patient

Plus en détail

Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD. Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR

Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD. Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Centre hospitalier de Valence

Plus en détail

Chapitre «Parcours du patient»

Chapitre «Parcours du patient» Thème 1 : Accueil téléphonique du patient Chapitre «Parcours du patient» Objectif : accueillir les patients au téléphone conformément à leurs attentes. PDP 1.1 : Il existe des consignes pour l accueil

Plus en détail

Fragilité de la personne âgée

Fragilité de la personne âgée Fragilité de la personne âgée Dr S AUFAURE Première journée de la filière gériatrique Date18/12/2014 Centre Hospitalier Marc Jacquet de Melun 2, rue Fréteau de Pény 77011 Melun Cedex 01 64 71 60 00 www.ch-melun.fr

Plus en détail

Association de Moze. Conseil d Administration du 13 décembre Délibération portant sur la nature et l étendue des délégations

Association de Moze. Conseil d Administration du 13 décembre Délibération portant sur la nature et l étendue des délégations Association de Moze TdM / 07-11 - Délégation.doc Conseil d Administration du 13 décembre 2007 Délibération portant sur la nature et l étendue des délégations Le Conseil d Administration valablement réuni

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU ALSACE GERONTOLOGIE

CHARTE DU RESEAU ALSACE GERONTOLOGIE ACTE D ADHESION DES PROFESSIONNELS CHARTE DU RESEAU ALSACE GERONTOLOGIE Préambule D après l article D6321 4 (V) du code la santé publique, l'amélioration de la qualité du service rendu à l'usager au sein

Plus en détail

ANNEXE 1. Lits halte soins santé. Cahier des charges

ANNEXE 1. Lits halte soins santé. Cahier des charges ANNEXE 1 Lits halte soins santé Cahier des charges Préambule En 1993, ont été installés, à titre expérimental, des «lits infirmiers», chargés d accueillir des personnes sans domicile dont l état de santé

Plus en détail

CSAPA «L ESPACE» 25 bis Route d Egly ARPAJON fax FICHE DE POSTE MEDECIN ADDICTOLOGIE - ELSA

CSAPA «L ESPACE» 25 bis Route d Egly ARPAJON fax FICHE DE POSTE MEDECIN ADDICTOLOGIE - ELSA CSAPA «L ESPACE» 25 bis Route d Egly 91290 ARPAJON 01 64 90 62 00 fax 01 60 83 47 70 csst@eps-etampes.fr FICHE DE POSTE MEDECIN ADDICTOLOGIE - ELSA Localisation Equipe de liaison et de soins en Addistologie

Plus en détail

Visa DRH Validé Visa Direction des soins LOCALISATION ET RATTACHEMENT DU POSTE

Visa DRH Validé Visa Direction des soins LOCALISATION ET RATTACHEMENT DU POSTE FICHE DE POSTE : INFIRMIER EN EQUIPE D'APPUI DEPARTEMENTALE DE SOINS PALLIATIFS Famille : SOINS Métier : INFIRMIER EN SOINS GENERAUX Quotité du poste : Temps complet Rédacteur(s) : A.FEUILLATRE- MORNAY

Plus en détail

pharmaceutique informatisé

pharmaceutique informatisé Actualités s des EHPAD forfait médicaments, m dossier pharmaceutique informatisé Pr Philippe ARNAUD Hôpital Bichat Groupe hospitalier Universitaire Paris Nord val de Seine ABCPH_28 septembre 2012 Personnes

Plus en détail

CAPACITE DE GERIATRIE: module EHPAD le 16/03/2017. Dr Bernard Oddos Médecin Coordonnateur à Soulac/mer Président du SMC-CSMF

CAPACITE DE GERIATRIE: module EHPAD le 16/03/2017. Dr Bernard Oddos Médecin Coordonnateur à Soulac/mer Président du SMC-CSMF CAPACITE DE GERIATRIE: module EHPAD le 16/03/2017 Dr Bernard Oddos Médecin Coordonnateur à Soulac/mer Président du SMC-CSMF Coordination des soins et management des équipes COORDINATION DES SOINS EN EHPAD

Plus en détail

LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE?

LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE? LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE? Marie Josée Augé-Caumon Conseiller USPO 1 ACCÈS DE TOUS À DES SOINS DE QUALITÉ Article 36 I. Les articles

Plus en détail

Gestion du risque infectieux en EHPAD

Gestion du risque infectieux en EHPAD Gestion du risque infectieux en EHPAD Expérience d un médecin coordonnateur Dr Nadine CHAUVEAU-ALMAYRAC APLEIN ARLIN Nantes 24 mars 2009 Résidence de la Fontaine du jeu 262 résidents dont 15 accueils temporaires

Plus en détail

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE Tranier Alexandrine Réunion d information infirmières et aides soignants 12 septembre 2016 Sommaire Rationnel de l étude Méthodologie

Plus en détail

TITRE IV PÉNIBILITÉ DU PARCOURS PROFESSIONNEL. CHAPITRE I ER Prévention de la pénibilité. (Division et intitulé nouveaux) Article 25

TITRE IV PÉNIBILITÉ DU PARCOURS PROFESSIONNEL. CHAPITRE I ER Prévention de la pénibilité. (Division et intitulé nouveaux) Article 25 TITRE IV PÉNIBILITÉ DU PARCOURS PROFESSIONNEL CHAPITRE I ER Prévention de la pénibilité (Division et intitulé nouveaux) Article 25 I. Le chapitre IV du titre II du livre VI de la quatrième partie du code

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR Accueil Temporaire

CONTRAT DE SEJOUR Accueil Temporaire CONTRAT DE SEJOUR Accueil Temporaire Maison d Accueil spécialisée ENVOL 3 chemin de la Croix 94500 CHAMPIGNY SUR MARNE Tel : 01-55-09-14-60 Fax : 01-55-09-14-68 Mail : mas.envol@orange.fr Site : 1/8 Le

Plus en détail

HAD en EHPAD Dr Jean-Yves LEMONNIER

HAD en EHPAD Dr Jean-Yves LEMONNIER HAD en EHPAD Dr Jean-Yves LEMONNIER Montpellier - 4/6/2015 RETOUR D EXPERIENCE Dr Jean-Yves LEMONNIER Médecin coordinateur LNA HAD CENTRE PH Centre de Gériatrie CHR Orléans CONTEXTE contexte - saturation

Plus en détail

Offre de la filière gériatrique

Offre de la filière gériatrique Offre de la filière gériatrique Palette complète de prises en charge spécifiques en gériatrie dans le cadre d hospitalisations programmées et non programmées En Cs, en HDJ, en hospitalisation complète

Plus en détail

J.O n 88 du 15 avril 2005 page 6730 texte n 4

J.O n 88 du 15 avril 2005 page 6730 texte n 4 J.O n 88 du 15 avril 2005 page 6730 texte n 4 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère des solidarités, de la santé et de la famille Décret n 2005-346 du 14 avril 2005 relatif à l'évaluation

Plus en détail

Démarche qualité Le référentiel ANGELIQUE. Y. Wolmark Hôpital Bretonneau (Paris 18)

Démarche qualité Le référentiel ANGELIQUE. Y. Wolmark Hôpital Bretonneau (Paris 18) Démarche qualité Le référentiel ANGELIQUE Y. Wolmark Hôpital Bretonneau (Paris 18) LA QUALITE Aptitude à satisfaire les besoins exprimés ou implicites des utilisateurs La qualité des soins OMS Garantir

Plus en détail

Le dispositif de formation

Le dispositif de formation Le dispositif de formation Connaissance du contexte d intervention L élaboration et le pilotage du projet d établissement Les politiques publiques en faveur des personnes âgées L accueil de la personne

Plus en détail

Entre : - nom de l établissement de santé autorisé en SSR, [Raison sociale / FINESS / Adresse / Statut juridique] Représenté par ( signataire) Et :

Entre : - nom de l établissement de santé autorisé en SSR, [Raison sociale / FINESS / Adresse / Statut juridique] Représenté par ( signataire) Et : Convention type relative aux modalités de coopération entre un établissement de santé autorisé en soins de suite et de réadaptation et un établissement médico-social Entre : - nom de l établissement de

Plus en détail

Dossier de presse Filieris, un groupe de santé ouvert à tous Janvier 2017

Dossier de presse Filieris, un groupe de santé ouvert à tous Janvier 2017 Dossier de presse Filieris, un groupe de santé ouvert à tous Janvier 2017 CONTENU Une couverture santé globale... 3 Filieris, un opérateur de santé issu d un régime de protection sociale... 4 L offre de

Plus en détail

Rapport d Activité Médicale standardisé en EHPAD

Rapport d Activité Médicale standardisé en EHPAD En partenariat avec l Agence Régionale de Santé Rapport d Activité Médicale standardisé en EHPAD D UNE OBLIGATION RÉGLEMENTAIRE À UN OUTIL DE DIAGNOSTIC RÉGIONAL Congrès ORS 5 Avril 2013, Bordeaux CÉLINE

Plus en détail

Les instances hospitalières

Les instances hospitalières Les instances hospitalières La nouvelle gouvernance Grégory GUILLAN, Formateur I.F.S.I. Charles Foix Mars 2011 Objectifs Définir les différentes instances hospitalières. Déterminer les différentes missions

Plus en détail

La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour. Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes

La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour. Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes Introduction Bénéfice pour les HdJ du développement important des AcJ (Plans

Plus en détail

AVIS D APPEL A CANDIDATURE ASTREINTE IDE DE NUIT EN EHPAD. Introduction :

AVIS D APPEL A CANDIDATURE ASTREINTE IDE DE NUIT EN EHPAD. Introduction : AVIS D APPEL A CANDIDATURE ASTREINTE IDE DE NUIT EN EHPAD Introduction : Le Schéma régional de l organisation médico-sociale de la région Alsace souligne l importance d une couverture infirmière la nuit

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU S.S.I.A.D de... - Le Directeur est :... - L infirmière Coordinatrice du SSIAD est :...

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU S.S.I.A.D de... - Le Directeur est :... - L infirmière Coordinatrice du SSIAD est :... RESSIAD Touraine Groupe de Recherche et d Etudes des Services Soins Infirmiers A Domicile REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU S.S.I.A.D de... PREAMBULE En vertu du décret n 2003-1095 du 14/11/2003, le règlement

Plus en détail

ROLE ET PLACE DE LA PHARMACIE AU SEIN D UNE EHPAD

ROLE ET PLACE DE LA PHARMACIE AU SEIN D UNE EHPAD DIU MEDECIN COORDONNATEUR ROLE ET PLACE DE LA PHARMACIE AU SEIN D UNE EHPAD ALAIN DANOWICZ coordonnateur janvier 2007 1 1. INTRODUCTION PLAN 2. PHARMACIE ET LÉGISLATION 3. APPROVISIONNEMENT ET FOURNITURE

Plus en détail

Intervention de l HAD en EHPAD Novembre 2007

Intervention de l HAD en EHPAD Novembre 2007 Intervention de l HAD en EHPAD Novembre 2007 1 RAPPEL DES TEXTES Décret 22 Fév 2007 Arrêté 27 Fév 2007 Arrêtés 16 Mars et 25 Avril 2007 Décret 30 Avril 2007 Circulaire du 5 octobre 2007 + annexes Modèle

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE. Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental

RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE. Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE 2 ÈME PROCÉDURE Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental 6 bis rue du pavé- BP 03 03360 AINAY Le CHATEAU Novembre 2008 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail