La légionellose en Haute-Normandie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La légionellose en Haute-Normandie"

Transcription

1 La légionellose en Haute-Normandie Situation épidémiologique Gestion des déclarations obligatoires par la DDASS Situation épidémiologique Cire de Haute-Normandie - DDASS de Seine Maritime Réunion régionale des CLIN et équipes d hygiène de Haute-Normandie 1er avril 2008 Plan de l exposé Situation en France Description des cas Evolution du nombre de cas 76 Bactériologie Conclusion Situation en France Augmentation régulière du nombre de cas depuis 1998 Incidence 2,3 cas / ère année avec baisse 2007 (données provisoires) pic saisonnier entre juillet et octobre Augmentation du nombre de cas plus précoce qu en 2006 Taux d'incidence pour ,00 2,50 2,00 1,50 1,00 0,50 0, Nombre de cas Fin août+ 20 % de cas 2007 vs Jan Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc

2 Description des cas En France en cas recensés en 2006 soit une incidence de 2,3 cas / Létalité de 10% stable depuis 2 ans Age médian 61 ans sexe ratio 2,8 Un facteur favorisant retrouvé chez 71% des cas Cas nosocomiaux :87 cas (6%) dont 28 cas certains 56 cas probables 56 cas (4%) ayant séjourné en maisons de retraite Dans la région en 2007 (2006) 33 cas (43 en 2006) 2 décès en 2007 soit 6% (3 en 2006) Age médian 58 ans sexe ratio 2,8 Facteur favorisant pour 57% des cas 1 cas nosocomial certain exposé en région parisienne (1 cas certain et 2 cas probables en 2006) 0 cas ayant séjourné en maison de retraite (1 cas en 2006) Evolution du nombre de cas en Seine Maritime nombre de cas janv-04 mars-04 mai-04 juil-04 sept-04 nov-04 janv-05 mars-05 mai-05 juil-05 sept-05 nov-05 janv-06 mois mars-06 mai-06 juil-06 sept-06 Suspicion cas groupés nov-06 janv-07 mars-07 mai-07 juil-07 sept-07 nov-07 En France: Bactériologie 95% Legionella pneumophila serougroupe 1 Isolement d une souche pour 220 cas soit 15% Pour 42 cas sporadiques, une comparaison avec des souches environnementales a permis dans 21 cas (50%) de confirmer l origine de la contamination Le réseau d eau à l origine de la contamination dans 6 hôpitaux Etude sur 11 épisodes de cas groupés entre 1998 et 2006 Confirmation de la notion de cas groupés (profil de souche identique) Comparaison identique (souches environnementales et cliniques): 8 Dans la région: Tour AéroRéfrigérante (TAR): source de contamination 7/8 dont 1 TAR d un hôpital en souches cliniques en 2007 avec confirmation de l origine pour 2 cas Conclusion Baisse de l incidence en France en 2006 pour la première fois mais trop tôt pour conclure Amélioration de la réactivité du système de surveillance car baisse des délais de déclaration 9% des cas ont séjourné dans un hôpital ou une maison de retraite Effort à poursuivre sur prévention dans les établissements accueillant les personnes âgées ou fragiles (réseau d eau chaude, protocole entretien, TAR) Importance de disposer de prélèvements cliniques (comparaison de souches) pour investigation

3 Plan de l exposé Gestion des déclarations obligatoires par la DDASS Contexte réglementaire Définitions Modalités de signalement Gestion des déclarations Conclusion Contexte réglementaire (1) Prévention : différents textes relatifs à la surveillance, entretien et la maintenance des installations à risque (TAR, ECS en ERP, Etab.PA, Etab.Santé) Etablissements de Santé et ECS : Circ DGS/SD7A/SD5C- DHOS/E4 N 2002/243 du 22/04/02 relative à la prévention du risque lié aux légionelles dans les étab. de santé Expertise des installations, Définition d un programme de surveillance, Protocole d entretien et de maintenance, Planification de travaux de réfection, Elaboration d un plan d action Mise en place d un carnet sanitaire, Gestion des patients à haut risque, Protocole de gestion des cas de légionelloses. Contexte réglementaire (2) Notication et signalement obligatoires des légionelloses : La légionellose est une maladie à déclaration obligatoire (MDO) depuis Article R CSP : tout cas de légionellose possible ou confirmé doit être signalé sans délai au médecin inspecteur de santé publique de la DDASS, par le médecin qui en fait le diagnostic, le responsable du laboratoire d'analyses de biologie médicale ou du service de biologie. Articles R et R CSP : Le médecin ou le responsable doit le notifier à l'aide de la fiche de déclaration à la DDASS.

4 Contexte réglementaire (3) Signalement des infections nosocomiales : Décret N du 26/07/2001 relatif au signalem ent des IN (Décret N du 20/07/2005 = Articles R à 17 du CSP) Circulaire DHOS\E2-DGS\SD5C N 21 du 22/01/04 relative au signalement des IN et à l information des patients dans les étab. de santé Définitions (1) Signes cliniques et radiologiques accompagnés d au moins 1 des signes biologiques suivants : Isolement de Legionella (culture) Présence d antigène soluble urinaire Augmentation du titre d anticorps (X4) Immunoflurescence directe positive Titre unique élevé 1/256 Définition de cas Cas CONFIRME Cas POSSIBLE Définitions (2) Modalités de signalement (1) Cas avec hospitalisation durant la totalité des 10 jours avant la date de début des signes cliniques Cas avec hospitalisation pdt une partie des 10 jours avant la date de début des signes cliniques Cas nosocomial CERTAIN Cas nosocomial PROBABLE Maladie à déclaration obligatoire Source : médecins et laboratoires Signalement sans délai par téléphone à la DDASS Notification à l aide de la fiche à la DDASS Centralisation des notifications par l InVS

5 Modalités de signalement (2) Infections nosocomiales Le professionnel de santé chargé du signalement y procède par écrit sans délai auprès de la DDASS et du directeur du centre de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales de l'interrégion. Fiche de signalement (Circulaire DHOS\E2-DGS\SD5C N 21 du 22/01/04 relative au signalement des IN et à l information des patients dans les étab. de santé). Gestion des déclarations (1) Actions menées (1) (Circulaire DGS/SD5C/SD7A/DESUS/ 2005/323 du 11 juillet Guide d investigation et d aide à la gestion des cas isolés) Réception d une DO : La DDASS interroge systématiquement le malade (ou un proche). Recueil d information sur 14 jours précédant la DDS : lieux fréquentés (ERP : ETS, Hôtel, Camping, ), déplacements y compris ceux à l étranger (travail, loisirs), lieux de prise de douches (date, durée, fréquence, adresse). Identification des potentielles sources de contamination (ECS, TAR, ). Ensemble des informations rassemblées sur questionnaire standardisé (données médicales + enquête environnementale). Gestion des déclarations (2) Actions menées (2) Recherche d autres cas PLV et analyse si prise de douche au domicile Contact DRIRE NH : résultats de surveillance des TAR 3km autour des lieux identifiés Information du gestionnaire avec demande de PLV et analyse si prise de douche en ERP, Immeuble collectif, Lieu de travail... Contact médecine du W Contact DDASS (DRIRE) des autre(s) dpt(s) si déplacement en France Gestion des déclarations (3) Actions menées (3) Contact EWGLI via InVS si voyage en France (hébergement touristique) ou étranger Contact voyagiste si voyage organisé Contact CLIN pour enquête si cas nosocomial probable ou certain : rech exposition "à risque" (douches, oxygénothérapie, lavage des canules, TAR ), vérif. maintenance et résultats des PLV ECS et TAR, Nouveaux PLV. Actions correctives sur les installations identifiées comme étant à risque. Comparaison souches cliniques et souches environnementales par le CNR.

6 Gestion des déclarations (4) Résultat Seine Maritime (1) : 25 cas + 5 signalés par autres départements Plusieurs cas ont pu être exposés hors 76 : 3 cas hors 76 sur les 14 j, 4 présents sur 1 j ou 2, 3 ont séjourné à l'étranger, 11 dans autre(s) dpts, aucun dépassement de seuil des TAR ds ces dpts. 9 d entre eux ont fréquenté des ERP, principalement sur leur lieu de vacances : 2 dépassements de seuil sur ECS (1 camping et 1 hôtel). Aucun cas n a fréquenté d ERP 76 (Sauf cas signalé par un autre dpt : hôtel ECS ok). Selon DRIRE 76, 4 TAR > à 1000 UFC/L, 1 TAR a présenté une flore interférente. Sur 18 plv au domicile et 3 hors 76, 3 > à 1000 UFC/L (2 réseaux collectifs, 1 réseau individuel). Gestion des déclarations (5) Résultat Seine Maritime (2) : Pour 2 cas, des comparaisons entre souche environnementale et souche clinique ont pu être réalisées et ont permis de déterminer le lieu de contamination : Souche clinique comparée à une souche prélevée dans le réseau ECS d'un camping hors 76 : souches sporadiques identiques. Souche clinique comparée à une souche prélevée au niveau d une TAR de l'agglomération rouennaise et à une souche prélevée dans le réseau ECS d'un logement individuel hors 76. La souche clinique est une souche endémique («Louisa») identique à celle retrouvée au niveau du réseau d ECS. Gestion des déclarations (6) Le réseau : Médecins Laboratoires EOH - CLIN CCLIN DDASS CIRE InVS EWGLI CNR Déclaration Obligatoire Signalement des infections nosocomiales Gestion des souches et confirmation de diagnostic Surveillance Européenne (Cas étrangers ou français liés aux voyages) Suivi épidémiologique et soutien à l investigation (cas groupés notamment) Conclusion Importance de la rapidité du signalement L'identification des installations à risque par le biais de prélèvements environnementaux permet de prévenir l'apparition de nouveaux cas. La comparaison par le CNR des souches environnementales collectées lors de l'enquête environnementale avec des souches cliniques permet quant à elle de corréler les informations épidémiologiques, d'identifier la source réelle de contamination et, dans le cadre de suspicion de cas groupés, de mettre en évidence une souche et/ou une source commune de contamination.

7 Fiche MDO Fiche IN Questionnaire

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 Journée «Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD» Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 18/11/2010 Plan de l exposé La légionellose Description

Plus en détail

Risque Legionella dans les établissements de santé

Risque Legionella dans les établissements de santé Risque Legionella dans les établissements de santé * Surveillance de l environnement hospitalier : - une priorité nationale en matière de lutte contre les infections nosocomiales (100 recommandations )

Plus en détail

Direction des soins. Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose. Tous les services de soins et le service technique

Direction des soins. Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose. Tous les services de soins et le service technique PROCEDURE HYGIENE CAT Version 1 Direction des soins Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose Page 1/4 Janvier 2005 Contenu de la procédure Ce document décrit les mesures à prendre

Plus en détail

de la mise en conformité réglementaire d un établissement de santé à l accréditation d un laboratoire

de la mise en conformité réglementaire d un établissement de santé à l accréditation d un laboratoire Gestion des risques liés aux légionelles : de la mise en conformité réglementaire d un établissement de santé à l accréditation d un laboratoire D. Lecointe Dr. en Pharmacie, Dr. de l Université Paris

Plus en détail

Cas groupés de légionellose en EHPAD

Cas groupés de légionellose en EHPAD PRENDRE SOIN Cas groupés de légionellose en EHPAD Août 2012 Sandra INDJEIAN, Directrice d EHPAD Marie-Claire JOUAN, Cadre de santé ARLin 14 février 2013 Présentation de l EHPAD 92 chambres simples - Rez-de-chaussée:

Plus en détail

Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire. Réglementation et rôle de l autorité sanitaire.

Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire. Réglementation et rôle de l autorité sanitaire. Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire Réglementation et rôle de l autorité sanitaire 19 mars 2015 Contexte 1976 : 1 ère description de la maladie - Congrès annuel

Plus en détail

Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010.

Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010. Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010. Le présent document est destiné aux hôtels, campings et résidences de tourisme. Il a pour objectif

Plus en détail

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Réglementations 14/204 Eau destinée à la consommation humaine : la directive 98/83 et sa transposition Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Code de la santé publique Livre III - Titre

Plus en détail

Bilan des signalements de foyers d IRA et de GEA en Ehpad et USLD en Ile-de-France pendant la saison hivernale

Bilan des signalements de foyers d IRA et de GEA en Ehpad et USLD en Ile-de-France pendant la saison hivernale Cire Ile-de-France Champagne Ardenne Bilan des signalements de foyers d IRA et de GEA en Ehpad et USLD en Ile-de-France pendant la saison hivernale 2011-12 E. Daimant, Cellule régionale de veille, alerte

Plus en détail

LES LEGIONELLOSES DECLAREES EN FRANCE EN 1998

LES LEGIONELLOSES DECLAREES EN FRANCE EN 1998 Retour au sommaire des BEH de 2000 LES LEGIONELLOSES DECLAREES EN FRANCE EN 1998 C. Campese, B.Decludt Institut de Veille Sanitaire! > ATTENTION : VEUILLEZ CONSULTER LE RECTIFICATIF DE SEPTEMBRE 2000 INTRODUCTION

Plus en détail

PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE ACTIONS A REALISER :

PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE ACTIONS A REALISER : PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE Page 1/7 ACTIONS A REALISER : I. ALERTE : Le Bactériologiste, prévient sans délai : - Le médecin du patient infecté, - Le Président du CLIN, le médecin

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-16 12h04 16h56 - - 1h54 57 14h05 52 8h48 21h10 0h42 5h29 13h02 17h32 2h43 47 14h56 43 9h32 21h57 1h45 6h18 13h48 18h22 3h48 40 16h08 37 10h28 22h58 2h44 7h24 15h07 19h36 5h04 37 17h27 38 11h38

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-17 9h13 14h42 21h43 3h04* 11h26 82 23h50 81 6h18 18h37 9h52 15h19 22h24 3h43* 12h05 79 --:-- --- 6h55 19h15 10h35 15h58 23h09 4h26* 0h30 77 12h46 74 7h34 19h55 11h22 16h41 23h59 5h13* 1h14 71 13h32

Plus en détail

Epidémiologie de la tuberculose en France.

Epidémiologie de la tuberculose en France. Epidémiologie de la tuberculose en France d.antoine@invs.sante.fr d.che@invs.sante.fr La surveillance de la tuberculose en France en 2008 : les sources Données de la déclaration obligatoire (InVS) Tuberculose

Plus en détail

ENQUETE AUTOUR D UN CAS DE TUBERCULOSE

ENQUETE AUTOUR D UN CAS DE TUBERCULOSE ENQUETE AUTOUR D UN CAS DE TUBERCULOSE En pratique Épidémiologie de la tuberculose en France en 2005 De 2004 à 2005: le nombre de cas a baissé de 3% 5374 cas (5195+179) Taux de déclaration: 8.9/100 000:

Plus en détail

Bilan de la surveillance de l épidémie de grippe saisonnière en Haute-Normandie saison hivernale 2013/14

Bilan de la surveillance de l épidémie de grippe saisonnière en Haute-Normandie saison hivernale 2013/14 1 Bilan de la surveillance de l épidémie de grippe saisonnière en Haute-Normandie saison hivernale 2013/14 Benjamin LARRAS Cire Normandie Journée régionale de veille sanitaire de Haute-Normandie 6 novembre

Plus en détail

Investigation d un épisode de cas groupés de légionellose dans les Hauts-de-Seine (août 2012)

Investigation d un épisode de cas groupés de légionellose dans les Hauts-de-Seine (août 2012) Investigation d un épisode de cas groupés de légionellose dans les Hauts-de-Seine (août 2012) M.Taouqi, C.Bassi, C.Giroux, K.Andrianarijaona, G.Jue, N.Gaillard, A.Brasseur, C.Merle, B.Lorenzi, L.Bernard,

Plus en détail

Épidémiologie des infections nosocomiales liés à l environnement

Épidémiologie des infections nosocomiales liés à l environnement Épidémiologie des infections nosocomiales liés à l environnement Risques et germes Travaux Risques Aspergillus Germes Humidificateurs, nébulisateurs Dispositifs médicaux Aérosols douche et bain Produits

Plus en détail

Oltra Luc, Cadre de santé en hygiène. Service d hygiène, épidémiologie et prévention Groupement Hôpital Edouard Herriot (GHEH), Lyon, France

Oltra Luc, Cadre de santé en hygiène. Service d hygiène, épidémiologie et prévention Groupement Hôpital Edouard Herriot (GHEH), Lyon, France Analyse de la politique de maîtrise de la diffusion des entérobactéries résistantes aux C3G dans 3 unités de réanimation d un centre hospitalier universitaire Oltra Luc, Cadre de santé en hygiène Service

Plus en détail

Cas groupés d infections en EHPAD

Cas groupés d infections en EHPAD Cas groupés d infections en EHPAD bilan des signalements 2010/2011 évaluation de l outil régional d aide à la gestion perspectives Séverine MESSELIER ARS Haute Normandie Arnaud MATHIEU Cire Normandie Denis

Plus en détail

Situation épidémiologique des cas de rougeole en Indre-et-Loire: printemps-été 2009

Situation épidémiologique des cas de rougeole en Indre-et-Loire: printemps-été 2009 Cellule interrégionale d'épidémiologie Centre Situation épidémiologique des cas de rougeole en Indre-et-Loire: printemps-été 2009 Sandra AYMERIC 24 septembre 2009 Description de l épisode Début de l épidémie:

Plus en détail

Document d information concernant les modifications de la déclaration obligatoire de la tuberculose. Juin 2007

Document d information concernant les modifications de la déclaration obligatoire de la tuberculose. Juin 2007 Document d information concernant les modifications de la déclaration obligatoire de la tuberculose Juin 2007 La déclaration obligatoire de la tuberculose a été modifiée pour prendre en compte : la nécessité

Plus en détail

Contexte démographique

Contexte démographique Programme de prévention du risque infectieux en établissements d hébergement de personnes âgées dépendantes (EHPAD) Drôme Dr Philippe BURLAT DDASS de la Drôme Contexte démographique 21%> 60 ans 8 % > 75

Plus en détail

Epidémiologie de la tuberculose

Epidémiologie de la tuberculose Colloque régional, Lyon, 01 avril 2014 Epidémiologie de la tuberculose France et Rhône Alpes Cellule de l InVS en région Rhône-Alpes ars-rhonealpes-cire@ars.sante.fr Comité Régional de la Tuberculose Rhône-Alpes

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Mercredi 4 décembre d IFSI Rennes Pierre GUILLAUMOT MISP ARS BRETAGNE CVAGS ARS BERTAGNE Risque infectieux en EHPAD: Contexte Les personnes âgées sont plus sensibles aux infections

Plus en détail

Gestion du risque infectieux en EHPAD

Gestion du risque infectieux en EHPAD Gestion du risque infectieux en EHPAD Expérience d un médecin coordonnateur Dr Nadine CHAUVEAU-ALMAYRAC APLEIN ARLIN Nantes 24 mars 2009 Résidence de la Fontaine du jeu 262 résidents dont 15 accueils temporaires

Plus en détail

Gestion du risque infectieux en établissement de santé Retour d expérience et analyse des causes

Gestion du risque infectieux en établissement de santé Retour d expérience et analyse des causes Gestion du risque infectieux en établissement de santé Retour d expérience et analyse des causes Dr J-M GUERIN Hôpital Lariboisière Paris Qu est ce que la gestion des risques? Connaissance et identification

Plus en détail

Cire Nord Pas-de-Calais Picardie 8 juin 2012

Cire Nord Pas-de-Calais Picardie 8 juin 2012 Dépistage des infections à VHB, VHC, VIH, syphilis et chlamydia chez les patients susceptibles d avoir subi en 2006 et 2007 des examens échographiques endocavitaires dans des cabinets d imagerie médicale

Plus en détail

Analyse des causes selon la méthode ORION Campagne de prévention et sensibilisation

Analyse des causes selon la méthode ORION Campagne de prévention et sensibilisation 1 Epidémie de grippe dans un établissement de santé Analyse des causes selon la méthode ORION Campagne de prévention et sensibilisation Chubilleau C. (1,2), Marteau S. (2), Vincent C. (2), Mureau B. (2),

Plus en détail

VALEURS DES INDICES. PPEI val.définitive. Réf: 2000 (Prix à la Production de l'industrie et des

VALEURS DES INDICES. PPEI val.définitive. Réf: 2000 (Prix à la Production de l'industrie et des à la Contrats 97-07 et Biogaz valeur juillet 04 112,3 (juillet 04) valeur juillet 04 104,3 (juillet 04) connue en janvier 05 113,2 (déc.04) connue en janvier 05 104,8 (sept.04) connue en janvier 05 127,1

Plus en détail

Infections à streptocoque A en chirurgie plastique

Infections à streptocoque A en chirurgie plastique 2 e Journée régionale de veille sanitaire (JRVS) Artigues-près-Bordeaux, 8/12/11 Infections à streptocoque A en chirurgie plastique C. Gautier 1, R.Dutrech 1, A-G. Venier 2, C. Dumartin 2 1 Antenne Régionale

Plus en détail

Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD. Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR

Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD. Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Centre hospitalier de Valence

Plus en détail

Centre de Lutte Anti. nti- Tuberculeuse de METZ. Docteur MILLOT Viviane

Centre de Lutte Anti. nti- Tuberculeuse de METZ. Docteur MILLOT Viviane Centre de Lutte Anti nti- Tuberculeuse de METZ Docteur MILLOT Viviane La lutte anti-tuberculeuse La loi du 13 août 2004 : la lutte contre la tuberculose relève de l État. Possibilités de conventions avec

Plus en détail

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Publication : XX/2011 Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2010 En 2010, 1 032 foyers de toxi infections alimentaires collectives (Tiac) ont

Plus en détail

Epidémiologie de la tuberculose en France

Epidémiologie de la tuberculose en France Epidémiologie de la tuberculose en France Données 2014 InVS - Département des maladies infectieuses Mise à jour : Mars 2016. Surveillance nationale de la tuberculose en France : les sources de données

Plus en détail

L éclosion de légionellose de Québec et la mise en place d une réglementation visant les TARs

L éclosion de légionellose de Québec et la mise en place d une réglementation visant les TARs L éclosion de légionellose de Québec et la mise en place d une réglementation visant les TARs SympoLegio 2013 Philippe Cantin, Ph.D., microbiologiste Centre d expertise en analyse environnementale du Québec

Plus en détail

Surveillance discontinue de l incidence des infections associées aux soins en soins de

Surveillance discontinue de l incidence des infections associées aux soins en soins de Surveillance discontinue de l incidence des infections associées aux soins en soins de suite, réadaptation r et soins de longue durée e gériatriquesg Nouara Baghdadi 1, Martine Queverue 1, Laurence Cauchy

Plus en détail

Risques infectieux en Hémodialyse. Cas pratique. Analyse. Méthode d analyse. Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives

Risques infectieux en Hémodialyse. Cas pratique. Analyse. Méthode d analyse. Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives Risques infectieux en Hémodialyse Cas pratique Analyse Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives Cas d infections nosocomiales virales Méthode d analyse 1. Description de l événement

Plus en détail

Légionelloses : données épidémiologiques. JRHH Aquitaine 24 mars 2016 Dr AG Venier - CCLIN Sud-Ouest

Légionelloses : données épidémiologiques. JRHH Aquitaine 24 mars 2016 Dr AG Venier - CCLIN Sud-Ouest Légionelloses : données épidémiologiques JRHH Aquitaine 24 mars 2016 Dr AG Venier - CCLIN Sud-Ouest Epidémiologie mondiale Incidence mondiale inconnue Niveaux de surveillance différents selon les pays

Plus en détail

15 / 09 /2015 Dr Michel TIV Dr Jean Louis GROSS

15 / 09 /2015 Dr Michel TIV Dr Jean Louis GROSS 15 / 09 /2015 Dr Michel TIV Dr Jean Louis GROSS 2 Définition (1) Augmentation significative de la fréquence d'une maladie au-delà de ce qui est habituellement observé en un lieu et une période de temps

Plus en détail

GESTION DES RISQUES SANITAIRES ET INDUSTRIELS Focus sur la bactérie de la Légionelle et les microorganismes de l environnement

GESTION DES RISQUES SANITAIRES ET INDUSTRIELS Focus sur la bactérie de la Légionelle et les microorganismes de l environnement . JOURNEE DE FORMATION-SEMINAIRE GESTION DES RISQUES SANITAIRES ET INDUSTRIELS Focus sur la bactérie de la Légionelle et les microorganismes de l environnement Date : Jeudi 21 novembre 2013 Lieu : Paris

Plus en détail

Grippe, maladies chroniques et seniors

Grippe, maladies chroniques et seniors Grippe, maladies chroniques et seniors Résultats t d une étude rétrospective ti menée en France de 2003 à 2013 Anne Mosnier 1 Isabelle Daviaud 1 Martine Valette 2 Vincent Enouf 2 1 Coordination Nationale

Plus en détail

ASSOCIATION FRANCAISE DES INFIRMIERS DE SANTÉ PUBLIQUE

ASSOCIATION FRANCAISE DES INFIRMIERS DE SANTÉ PUBLIQUE ASSOCIATION FRANCAISE DES INFIRMIERS DE SANTÉ PUBLIQUE Rennes 9 octobre 2008 Edith Chapitreau Infirmières de santé publique Cadre législatif Synthèse des fiches de postes Compétences spécifiques des IDESP

Plus en détail

Point épidémiologique VIH - sida

Point épidémiologique VIH - sida Point épidémiologique VIH - sida Unité VIH-IST-VHC, Département des maladies infectieuses, InVS Françoise Cazein, Florence Lot, Stéphane Le vu, Josiane Pillonel, Roselyne Pinget, Caroline Semaille Réunion

Plus en détail

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Page : 1 / 9 Page : 2 / 9 Généralités - Définitions Legionella et risques : Legionella est un bacille intracellulaire Gram négatif qui est responsable de 0,5 à 5% des pneumonies communautaires nécessitant

Plus en détail

Mise à jour : 28 Avril 2009

Mise à jour : 28 Avril 2009 Fiche D.1 A. - Grippe au virus émergent A/H1N1 - Conduite à tenir en présence d un malade ou d une personne suspectée d être contaminée en période d alerte pandémique Mise à jour : 28 Avril 2009 Cette

Plus en détail

Gestion des alertes sanitaires et risque émergent

Gestion des alertes sanitaires et risque émergent Gestion des alertes sanitaires et risque émergent Josiane Pillonel, Epidémiologiste-Démographe Institut de Veille Sanitaire Département des maladies infectieuses Contexte et objectifs Contexte Crises sanitaires

Plus en détail

Bilan de la surveillance de l épidémie de grippe saisonnière en Basse-Normandie - saison hivernale

Bilan de la surveillance de l épidémie de grippe saisonnière en Basse-Normandie - saison hivernale 1 Bilan de la surveillance de l épidémie de grippe saisonnière en Basse-Normandie - saison hivernale 2012-2013 Arnaud MATHIEU / Benjamin LARRAS Cire Normandie 7 novembre 2013 Missions de l InVS et de ses

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO MINISTÈRE DE LA SANTÉ

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO MINISTÈRE DE LA SANTÉ RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO MINISTÈRE DE LA SANTÉ Politique nationale en matière de Surveillance Epidémiologique Intégrée en République Démocratique du Congo Mars 2002 2 AVANT PROPOS 1. En République

Plus en détail

Plan d actions pour le contrôle des infections à Clostridium difficile

Plan d actions pour le contrôle des infections à Clostridium difficile Plan d actions pour le contrôle des infections à Clostridium difficile Décembre 2006 Clostridium difficile est une bactérie responsable de diarrhées survenant après traitements antibiotiques. Elle est

Plus en détail

Déclinaison régionale de la lutte contre les résistances aux antibiotiques. Expériences vers les praticiens

Déclinaison régionale de la lutte contre les résistances aux antibiotiques. Expériences vers les praticiens Déclinaison régionale de la lutte contre les résistances aux antibiotiques Expériences vers les praticiens Réflexions et actions en cours dans la région Nord Pas-de-Calais Dr C. Lahoute, C. Dupont 4 ème

Plus en détail

Surveillance épidémiologique de la bronchiolite du nourrisson en France

Surveillance épidémiologique de la bronchiolite du nourrisson en France Surveillance épidémiologique de la bronchiolite du nourrisson en France Pascal Chaud, Institut de Veille Sanitaire en région Nord 9 ème journée des Réseaux Bronchiolite 1 er juin 2012 - Lille Epidémiologie

Plus en détail

Investigation de cas groupés de légionellose

Investigation de cas groupés de légionellose Investigation de cas groupés de légionellose Montpellier Juillet Août 2003 MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LAPROTECTION SOCIALE Drass Paca Cire Sud Ddass de l Hérault Rédacteur Cellule interrégionale d épidémiologie

Plus en détail

Équipe opérationnelle d hygiène dédiée aux EHPAD : Bilan de trois ans d expérience

Équipe opérationnelle d hygiène dédiée aux EHPAD : Bilan de trois ans d expérience Équipe opérationnelle d hygiène dédiée aux EHPAD : Bilan de trois ans d expérience Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Centre hospitalier

Plus en détail

Investigation épidémiologique de trois cas de contamination collective par le plomb lors de chantiers de rénovation

Investigation épidémiologique de trois cas de contamination collective par le plomb lors de chantiers de rénovation Investigation épidémiologique de trois cas de contamination collective par le plomb lors de chantiers de rénovation Contexte Trois chantiers concernés Loir-et-Cher (41) : Onzain Romorantin Loiret (45)

Plus en détail

Mise en place d une démarche HACCP. F. Berdin CH Laval. C.CLIN OUEST Journée Maternité 15 mai 2014

Mise en place d une démarche HACCP. F. Berdin CH Laval. C.CLIN OUEST Journée Maternité 15 mai 2014 Mise en place d une démarche HACCP F. Berdin CH Laval C.CLIN OUEST Journée Maternité 15 mai 2014 CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE LA DEMARCHE Bénéfices et risques du don de lait maternel personnalisé Bénéfices

Plus en détail

Bulletin grippe A (H1N1) 2009

Bulletin grippe A (H1N1) 2009 Point de situation au 11 août 2009 (11h) En métropole, la circulation du virus est effective mais reste limitée. Le recours aux médecins de ville et aux urgences hospitalières pour cause de syndromes grippaux

Plus en détail

BPCO, Asthme Epidémiologie. Claire Fuhrman, Marie-Christine Delmas Département des maladies chroniques Institut de veille sanitaire

BPCO, Asthme Epidémiologie. Claire Fuhrman, Marie-Christine Delmas Département des maladies chroniques Institut de veille sanitaire BPCO, Asthme Epidémiologie Claire Fuhrman, Marie-Christine Delmas Département des maladies chroniques Institut de veille sanitaire BPCO BPCO = maladie qui peut être évitée et traitée prévention primaire

Plus en détail

ORGANISATION DE LA VEILLE SANITAIRE EN REGION CENTRE

ORGANISATION DE LA VEILLE SANITAIRE EN REGION CENTRE Cire Centre ORGANISATION DE LA VEILLE SANITAIRE EN REGION CENTRE Déclaration obligatoire des mésothéliomes Réunion de lancement de la 22 mai 2012 ARS du Centre et CIRE Centre. Réunion de lancement de la

Plus en détail

Epidémie de Streptocoque A dans un EHPAD, retour d expérience

Epidémie de Streptocoque A dans un EHPAD, retour d expérience Epidémie de Streptocoque A dans un EHPAD, retour d expérience 3 ème Journée régionale de Martinique Prévention du risque infectieux en établissement médico-social Rachel Dutrech Cadre de santé Antenne

Plus en détail

LE PLOMB ET LE SATURNISME

LE PLOMB ET LE SATURNISME LE PLOMB ET LE SATURNISME De la recherche aux actions de réduction des expositions 29 Janvier 2015, Paris 29 Janvier 2015, Paris L activité de dépistage du saturnisme en France et ses résultats, 1995-2013

Plus en détail

HOPITAL SAINT-MAURICE AVENUE MAURICE THOREZ MOYEUVRE-GRANDE TEL : TELECOPIE :

HOPITAL SAINT-MAURICE AVENUE MAURICE THOREZ MOYEUVRE-GRANDE TEL : TELECOPIE : REFERENCE 46 : Traitement et Prévention des Escarres 1) Critères de choix du sujet et objectifs : Fréquence des troubles trophiques chez la personne âgée du fait de la multiplicité des facteurs de risque.

Plus en détail

LE SIGNALEMENT, LA DÉCLARATION OBLIGATOIRE

LE SIGNALEMENT, LA DÉCLARATION OBLIGATOIRE CIRCUIT DE SIGNALEMENT OBJECTIFS DU SIGNALEMENT Détecter et signaler pour agir et prévenir les risques d Analyser l évolution dans le temps des maladies et adapter les recommandations, les politiques de

Plus en détail

Bilan de la surveillance des infections à MERS-Cov

Bilan de la surveillance des infections à MERS-Cov Bilan de la surveillance des infections à MERS-Cov Mise à jour au 25 septembre 2013 Pascal CHAUD Cire Nord Sources Institut de veille sanitaire (InVS) http://www.invs.sante.fr/ European center for diseases

Plus en détail

Evaluation du Risque lié aux légionelles en EHPAD. Guide d utilisation des outils

Evaluation du Risque lié aux légionelles en EHPAD. Guide d utilisation des outils Evaluation du Risque lié aux légionelles en EHPAD Guide d utilisation des outils La légionellosel Gravité de cette pathologie : Létalité 10 à 25 % en communautaire Risque de légionellose augmente avec

Plus en détail

Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides

Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides Yohann PAMELLE DREAL PACA SOMMAIRE Principes de fonctionnement et types de Tours Aéroréfrigérantes La réglementation

Plus en détail

LEGIONELLOSE COMPLEMENTS D INFORMATION AU PLAN GOUVERNEMENTAL DE PREVENTION DES LEGIONELLOSES * * *

LEGIONELLOSE COMPLEMENTS D INFORMATION AU PLAN GOUVERNEMENTAL DE PREVENTION DES LEGIONELLOSES * * * LEGIONELLOSE COMPLEMENTS D INFORMATION AU PLAN GOUVERNEMENTAL DE PREVENTION DES LEGIONELLOSES Sommaire : Fiche n 1 : information générale sur la légionellose Fiche n 2 : réglementation applicable aux tours

Plus en détail

Cas groupés de légionellose Paris Austerlitz juillet- septembre 2006

Cas groupés de légionellose Paris Austerlitz juillet- septembre 2006 Cas groupés de légionellose Paris Austerlitz juillet- septembre 2006 D. Dejour Salamanca, C. Campese, A. Mathieu, D.Che, H. Isnard (InVS CIRE IDF) Dr Bomnang Ung, C.Cosson, N. Micolas, A. L. Thos, Y. Pavageau

Plus en détail

Epidémie d angines streptococciques dans un camping : Penser à une toxi-infection alimentaire! ARS Corse - Cire Sud. Roselyne Mariani 19 avril 2013

Epidémie d angines streptococciques dans un camping : Penser à une toxi-infection alimentaire! ARS Corse - Cire Sud. Roselyne Mariani 19 avril 2013 Epidémie d angines streptococciques dans un camping : Penser à une toxi-infection alimentaire! ARS Corse - Cire Sud Roselyne Mariani 19 avril 2013 Alerte Alerte de l ARS Corse et de la cire sud le 22 juillet

Plus en détail

DGOS/PF2/ Dr. V. VAN ROSSEM European antibiotic awareness Day _ 18/11/2010/

DGOS/PF2/ Dr. V. VAN ROSSEM European antibiotic awareness Day _ 18/11/2010/ Les indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales : SARM et ICATB Dr. V. VAN ROSSEM DGOS/Bureau qualité et sécurité des soins Objectifs L indice SARM (1/2) Estimer l évolution de la

Plus en détail

LE COUT DES INFECTONS NOSOCOMIALES PLAN

LE COUT DES INFECTONS NOSOCOMIALES PLAN LE COUT DES INFECTONS NOSOCOMIALES PLAN I- INTRODUCTION II- CARACTERISTIQUES DES COUTS III- COMMENT MESURER LES COUTS - Coût de la lutte - Coût des conséquences - Méthodologie - Coût Global des IN IV-

Plus en détail

Hospitalisations pour brûlures à partir des données du Programme de médicalisation des systèmes d information, France métropolitaine, 2008

Hospitalisations pour brûlures à partir des données du Programme de médicalisation des systèmes d information, France métropolitaine, 2008 Décembre 1 Maladies chroniques et traumatismes Maladies chroniques et traumatismes Hospitalisations pour brûlures à partir des données du Programme de médicalisation des systèmes d information, France

Plus en détail

Prévention des infections dans les Etablissements Médico-Sociaux

Prévention des infections dans les Etablissements Médico-Sociaux Prévention des infections dans les Etablissements Médico-Sociaux Dr Zoher KADI Responsable ARLIN Picardie Définitions Contamination Colonisation Infection Infection Associée aux Soins Formation des Référents

Plus en détail

RECHERCHE ET DENOMBREMENT DES LEGIONELLES LE RÔLE DU LABORATOIRE. 3ème Symposium International de l Eau

RECHERCHE ET DENOMBREMENT DES LEGIONELLES LE RÔLE DU LABORATOIRE. 3ème Symposium International de l Eau RECHERCHE ET DENOMBREMENT DES LEGIONELLES LE RÔLE DU LABORATOIRE 3ème Symposium International de l Eau 1 PRESENTATION LANFRANCHI Jean-Paul Pharmacien biologiste Directeur de Laboratoire d Analyses Médicales

Plus en détail

TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_-

TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_- TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_- Réflexion sur les indicateurs du projet de tableau de bord: intérêts et difficultés E Martin, CHI Elbeuf-Louviers/Val de Reuil

Plus en détail

SUIVI DU PROTOCOLE PANSEMENT EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES DANS UN SERVICE DE REANIMATION

SUIVI DU PROTOCOLE PANSEMENT EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES DANS UN SERVICE DE REANIMATION SUIVI DU PROTOCOLE PANSEMENT EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES DANS UN SERVICE DE REANIMATION Hélène LEFORT Cadre infirmier Service de Réanimation Médicale Hôpitaux de Brabois CHRU NANCY 18ème

Plus en détail

MAITRISE D UNE ÉPIDÉMIE D INFECTION NOSOCOMIALE : PLACE DU SERVICE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE

MAITRISE D UNE ÉPIDÉMIE D INFECTION NOSOCOMIALE : PLACE DU SERVICE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE MAITRISE D UNE ÉPIDÉMIE D INFECTION NOSOCOMIALE : PLACE DU SERVICE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE 1 Dr Houyem SAID LATIRI Service de Prévention et de Sécurité des Soins CHU Sahoul CAS CLINIQUE Investigation d

Plus en détail

Protocole de l évaluation de la diffusion d une souche Enterobacter cloacae LSE dans les établissements de l inter région Ouest

Protocole de l évaluation de la diffusion d une souche Enterobacter cloacae LSE dans les établissements de l inter région Ouest Protocole de l évaluation de la diffusion d une souche Enterobacter cloacae LSE dans les établissements de l inter région Ouest Rapporteur : H. Sénéchal, CCLIN-Ouest, Rennes Mars 2012 Sommaire 1. Contexte

Plus en détail

DGS/SD5 C/SD7 A/DESUS

DGS/SD5 C/SD7 A/DESUS ANT4 Bulletin Officiel N 2005 8: Annonce N 31 1 sur 42 05/03/2014 10:10 Circulaire DGS/SD5 C/SD7 A/DESUS n o 2005 323 du 11 juillet 2005 relative à la diffusion du guide d investigation et d aide à la

Plus en détail

La grippe nosocomiale en gériatrie: expérience dans une unité de court séjour à l hôpital Edouard Herriot, Lyon

La grippe nosocomiale en gériatrie: expérience dans une unité de court séjour à l hôpital Edouard Herriot, Lyon La grippe nosocomiale en gériatrie: expérience dans une unité de court séjour à l hôpital Edouard Herriot, Lyon 2004-2009 Philippe Vanhems, Corinne Régis, Brigitte Comte, Christine Gorain, Silene Pires-Cronenberger,

Plus en détail

Douze ans de signalements externes d infections puerpérales à Streptococcus pyogenes. A.Kervella, H. Sénéchal, M. Aupée

Douze ans de signalements externes d infections puerpérales à Streptococcus pyogenes. A.Kervella, H. Sénéchal, M. Aupée Douze ans de signalements externes d infections puerpérales à Streptococcus pyogenes A.Kervella, H. Sénéchal, M. Aupée 15/05/2014 Journée «Maternité» Infections puerpérales XVIIème siècle : introduction

Plus en détail

Surveillance / signalement / maitrise des épidémies d IRA et GEA en Ehpad

Surveillance / signalement / maitrise des épidémies d IRA et GEA en Ehpad Surveillance / signalement / maitrise des épidémies d IRA et GEA en Ehpad B Hubert Cire des Pays de la Loire, Institut de Veille Sanitaire 1 1 Les Ehpad Ehpad : maisons de retraite, foyers logements, USLD

Plus en détail

! " #! $ # % & " # # ' ( % $ " $ ( ) * " +, - + ' ) + $$. / & 0 1 & 0 & $ 2

!  #! $ # % &  # # ' ( % $  $ ( ) *  +, - + ' ) + $$. / & 0 1 & 0 & $ 2 ! " #! $ # %&" # # ' ( % $ "$ ( ) * " +, -+ ')+ $$. / &01 &0&$ 2 ," " " $ $ " $ /$ %$ 23 " % $ ) 4 $ " )" $ 5" $ 67'8' /$ " $ " 4 / " "$ " $& 9 $ $ :44 4#4(4*; 9 4 3 & 4$"

Plus en détail

C.CLIN-Ouest. Surveillance des infections nosocomiales en Réanimation. Emmanuelle Leray, Bernard Branger, C.CLIN-Ouest.

C.CLIN-Ouest. Surveillance des infections nosocomiales en Réanimation. Emmanuelle Leray, Bernard Branger, C.CLIN-Ouest. C.CLIN-Ouest Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Basse-Normandie Centre Bretagne Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Surveillance des infections

Plus en détail

Sécurité, composante critique de la qualité

Sécurité, composante critique de la qualité Sécurité, composante l expérience de l Anaes en France Henri Parent Madrid, 8 février 2005 HP Madrid 8 février 2005 1 2 remarques préliminaires l Anaes n est pas la seule institution nationale, loin s

Plus en détail

Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire

Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire 1 LES SOURCES Les principales sources de risques sont : les circuits d eau chaude sanitaire

Plus en détail

Tableau 1 Nombre de MDO déclarées dans nos régions, , données au 27/11/2014

Tableau 1 Nombre de MDO déclarées dans nos régions, , données au 27/11/2014 CIRE BOURGOGNE FRANCHE-COMTE décès. MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE AGENCES REGIONALES DE SANTE DE BOURGOGNE ET DE FRANCHE-COMTE Surveillance sanitaire en et en Point n 214/48 du 27 novembre

Plus en détail

Actions de prévention de la légionellose en EHPAD

Actions de prévention de la légionellose en EHPAD Actions de prévention de la légionellose en EHPAD 16 décembre 2014 Corinne CHANTEPERDRIX DD26 Audrey COMTE DD01 2ème rencontre des Equipes Mobiles d Hygiène - Centre hospitalier Lyon Sud LES MISSIONS DES

Plus en détail

Centres antipoison et de toxicovigilance. Réponse téléphonique à l urgence toxicologique

Centres antipoison et de toxicovigilance. Réponse téléphonique à l urgence toxicologique Centres antipoison et de toxicovigilance Réponse téléphonique à l urgence toxicologique CENTRES ANTIPOISON 1949 : Premier CAP, aux Pays Bas 1959 : Premier CAP français, Paris 1998 : 10 CAP français Répartition

Plus en détail

Epidémie d infections à EHEC O157 liée à la consommation de viande de bœuf hachée surgelée en Nord-Pas de Calais et Picardie, juin 2011

Epidémie d infections à EHEC O157 liée à la consommation de viande de bœuf hachée surgelée en Nord-Pas de Calais et Picardie, juin 2011 Epidémie d infections à EHEC O157 liée à la consommation de viande de bœuf hachée surgelée en Nord-Pas de Calais et Picardie, juin 2011 Résultats provisoires XVIIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse

Plus en détail

Un nouveau guide pour les EHPA

Un nouveau guide pour les EHPA Un nouveau guide pour les EHPA Groupe indépendant Eau des établissements pour personnes âgées : Maîtrise des risques sanitaires Delphine Verjat-Trannoy Pharmacien hygiéniste CCLIN Paris-Nord Membre du

Plus en détail

Mise à jour: Le 8 août, 2016 Page 1

Mise à jour: Le 8 août, 2016 Page 1 Rapport sommaire de l activité grippale au Nouveau-Brunswick : saison 2015-2016 (données recueillies du 30 août 2015 au 4 juin 2016) Faits saillants de la saison grippale 2015-2016 : L activité grippale

Plus en détail

Nouvelle organisation de la veille sanitaire dans le Nord Pas de Calais Journée Régionale de Veille Sanitaire CHRU Lille 22 Novembre 2012

Nouvelle organisation de la veille sanitaire dans le Nord Pas de Calais Journée Régionale de Veille Sanitaire CHRU Lille 22 Novembre 2012 Nouvelle organisation de la veille sanitaire dans le Nord Pas de Calais Journée Régionale de Veille Sanitaire CHRU Lille 22 Novembre 2012 Christophe RAOUL Cellule régionale de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Risque professionnel et Tuberculose Quelles actualités?

Risque professionnel et Tuberculose Quelles actualités? Risque professionnel et Tuberculose Quelles actualités? Dominique Abiteboul Service de Santé au travail Bichat-Claude Bernard GERES La tuberculose Mycobactéries du complexe tuberculosis M tuberculosis,

Plus en détail

Actualité sur l épidémiologie du VIH/sida Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, DMI, Institut de Veille Sanitaire

Actualité sur l épidémiologie du VIH/sida Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, DMI, Institut de Veille Sanitaire Actualité sur l épidémiologie du VIH/sida Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, DMI, Institut de Veille Sanitaire Réunion des Associations Jeudi 19 Novembre 2009 Surveillance du VIH/sida un nouvel indicateur

Plus en détail

Audit de pratique professionnelle:

Audit de pratique professionnelle: Audit de pratique professionnelle: le sondage évacuateur stérile Réseau de Surveillance des Infections Nosocomiales en Maternité L. Ayzac, P. Battagliotti, M. Berland, M. Besson, R. Girard, C. Haond. Contexte

Plus en détail

LE POINT SUR... Foyer épidémique de légionelloses à Paris en juin et juillet 1998 : le point de la situation au 14/08/98

LE POINT SUR... Foyer épidémique de légionelloses à Paris en juin et juillet 1998 : le point de la situation au 14/08/98 Retour au sommaire des BEH de 1998 LE POINT SUR... Foyer épidémique de légionelloses à Paris en juin et juillet 1998 : le point de la situation au 14/08/98 A. Perrocheau 1, L. Guillotin 2, J. Etienne 3,

Plus en détail

Réseau Limousin. Bulletin d'information n 2 Période de surveillance du 1 er avril 2004 au 31 mars 2006 LA MALADIE DE LYME

Réseau Limousin. Bulletin d'information n 2 Période de surveillance du 1 er avril 2004 au 31 mars 2006 LA MALADIE DE LYME SURVEILLANCE DE LA MALADIE DE LYME Réseau Limousin Bulletin d'information n 2 Période de surveillance du 1 er avril 2004 au 31 mars 2006 avril 2004 à mars 2005 (1) (1) selon les données consolidées le

Plus en détail

Le point sur l infection à VIH et la situation du sida en région Midi- Pyrénées en 2006 *

Le point sur l infection à VIH et la situation du sida en région Midi- Pyrénées en 2006 * Le point sur l infection à VIH et la situation du sida en région Midi- Pyrénées en 2006 * La surveillance des maladies à déclaration obligatoire (DO) est assurée par l ensemble des médecins et biologistes

Plus en détail