PRESIDENCE REPUBIQUE FRANCAISE N /PPS. Nouméa, le 24 décembre Le Président,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRESIDENCE REPUBIQUE FRANCAISE N 3860-2008/PPS. Nouméa, le 24 décembre 2008. Le Président,"

Transcription

1 REPUBIQUE FRANCAISE PRESIDENCE N /PPS PROVINCE SUD NOUVELLE-CALEDONIE Nouméa, le 24 décembre 2008 Le Président, à Monsieur le Président de la Chambre Territoriale des Comptes de Nouvelle-Calédonie Monsieur le Président, Par lettre en date du 25 novembre 2008, vous avez bien voulu me faire parvenir le rapport d'observations définitives de la Chambre établi à la suite de l'examen de la gestion de la politique de développement touristique de la Province Sud. Conformément à l'article L du code des juridictions financières, je vous prie de bien vouloir trouver ci-jointe une réponse écrite à ce rapport d'observations. Nos remarques tendent à mettre en évidence les efforts considérables entrepris par la collectivité pour inscrire durablement notre destination dans une dynamique concertée de développement touristique. Car ce secteur est essentiel à la vie économique du pays (4 % du PIB, 4900 salariés, 22 milliards de recettes d'exportations) et joue un rôle moteur dans l'aménagement du territoire par la création d'emplois dans les communes de l'intérieur et des iles. On peut noter à ce sujet l'augmentation significative du nombre d'emplois touristiques ces 3 dernières années : de 4004 en 2005 à 4773 en 2007, soit une augmentation de 19,2 %. L'élaboration du Plan de Développement Touristique Concerte de Nouvelle-Calédonie (PDTC-NC) a permis à la Nouvelle-Calédonie de se doter, pour la première fois, d'une véritable stratégie en matière de politique touristique, commune aux professionnels et aux provinces. Depuis son adoption, le PDTC-NC est devenu un cadre de référence pour l'ensemble des services de l'etat et de la Nouvelle-Calédonie pour l'instruction des dossiers touristiques éligibles aux dispositifs de défiscalisation locale et métropolitaine. B.P Nouméa cedex TEL : (687) FAX : (687)

2 Les moyens humains et financiers conséquents investis dans la promotion internationale de notre destination - multiplié par 3 depuis ont incontestablement contribué à stabiliser les flux touristiques ( en en 2007) dans une conjoncture internationale défavorable marquée notamment par une dévaluation du yen, alors même que les principales destinations concurrentes de la zone Pacifique Sud enregistrent une chute de leur fréquentation touristique (-20 % en Polynésie française entre 2004 et 2008, baisse significative de la fréquentation japonaise en Australie et en Nouvelle Zélande depuis 2005). Nous considérons que, sans l'effort considérable entrepris en matière de promotion internationale de notre destination depuis 4 ans, la Nouvelle-Calédonie aurait subi une baisse de fréquentation touristique équivalente à celle de la Polynésie. Par ailleurs, exception faite du Japon, il convient de souligner que, le nombre de touristes en provenance des autres pays est en hausse : + 5 % entre 2005 et 2007 pour le marché métropolitain, + 10,7 % pour l'australie entre 2006 et 2007, et + 57 % pour la Nouvelle-Zélande entre 2003 et Ces résultats sont directement liés à la politique renforcée de promotion internationale de notre destination. En outre, le taux global d'occupation des hôtels a progressé de 1,2 points entre 2003 (59,7 %) et 2007 (60,9 %). Au niveau des transports, la Province Sud a contribué activement à l'ouverture supplémentaire de nouvelles lignes aériennes internationales aux côtés des autorités compétentes (2 fréquences hebdomadaires Nouméa-Paris via Séoul depuis juin 2008, 2 fréquences hebdomadaires nouvelles Nouméa-Paris via La Réunion et Sydney grâce à Air Austral à partir d'avril 2009). En matière d'hébergements, un nombre important de rénovation-extension conforme aux exigences du PDTC-NC a été réalisé : Le Surf (amélioration du confort des chambres), le Kou Bugny (rénovation de l'existant et création d'un nouveau bâtiment de 26 chambres 3*), le Résidhôtel le Stanley (59 chambres rénovées et 30 unités d'hébergement supplémentaires), le Lagon (rénovation complète et construction, d'un nouveau bâtiment pour un total de 62 unités d'hébergement 3*), l'hôtel Kanua de Port Boisé (rénovation des 4 bungalows et construction de 14 nouveaux bungalows catégorie 3*), le relais de Kodjeu de l'ile des pins (rénovation de 21 bungalows) etc... De nouvelles unités devraient également voir le jour très prochainement, notamment sur Gouaro Deva avec la construction de 4 unités hôtelières pour un total de 370 clés dont 2 hôtels 3*, 1 hôtel 4* (220 clés) et 1 resort 5* (50 clés), dont la lere pierre devrait être posée dans les prochains mois. Enfin, outre une politique d'hébergement dynamique, la Province Sud s'est attelée à une meilleure organisation de l'accueil et de l'information, amélioré la qualité dans les hôtels, soutenu et structuré les filières d'activités touristiques, préparé des formations qualifiantes, créé des infrastructures d'accueil, des outils de promotion des hôtels,...autant d'actions fondatrices et structurantes qui commencent à porter leur fruit. Ces efforts devront être maintenus pour faire de la Nouvelle-Calédonie une destination connue et reconnue. En vous remerciant, je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma haute considération. B.P Nouméa cedex TEL : (687) FAX : (687)

3 j \ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PRESIDENCE N -2008/PPS PROVINCE SUD NOUVELLE-CALEDONIE Nouméa, le Réponse aux observations définitives de la Chambre Territoriale des Comptes 1. Le secteur du tourisme en Province Sud : Les flux plivsiques Observations de la Chambre : «La forte croissance du nombre de croisiéristes contraste avec la stagnation du nombre (le touristes de séjour. Il est à souligner l'effet pervers de l'augmentation des croisiéristes sur le tourisme de séjour. Un nombre certainement significatif de touristes qui auraient pu découvrir la Calédonie par un séjour touristique l'ont réalisé seulement via une croisière, avec une contribution très faible à l'économie touristique locale.» Réponse : La Province Sud relève que la Chambre persiste à affirmer que l'augmentation du nombre de croisiéristes a un effet pervers sur le tourisme de séjour sans apporter la preuve d'une telle corrélation. Au contraire, la Province a déjà transmis à votre juridiction à l'appui de sa démonstration l'enquête de satisfaction réalisée auprès des croisiéristes sur les périodes et Cette enquête a révélé que trois quarts des croisiéristes déclarent qu'ils souhaiteraient revenir en Nouvelle-Calédonie pour un séjour de plus longue durée, tandis que 9 croisiéristes sur 10 indiquent qu'ils prescriront la destination à leur entourage. L'augmentation du nombre de croisiéristes est donc un complément utile au tourisme de séjour et peut constituer une étape pour amorcer le développement d'un tourisme de séjour. Observations de la Chambre : La Chambre continue de poser comme postulat que la croisière apporte rune contribution très faible à l'économie touristique locale sans fournir les statistiques idoines. La Province Sud a déjà tranmis à votre juridiction le résultat d'une étude sur l'impact économique (le la croisière en NC mené par le cabinet TNS en Juillet Elle entend rappeler ici les principales conclusions de cette étude: Réponse : Les retombées économiques de la croisière en Nouvelle-Calédonie sont loin d'être négligeables :? Un impact direct de 230 millions de F.CFP générés par les 120 entreprises liées directement aux croisières? Un impact indirect de 731 millions de F.CFP générés par plus de visiteurs? Un impact induit de 1,8 milliards de F.CFP injectés dans l'économie du territoire. En outre, la Chambre persiste à négliger l'impact certain et conséquent du marché des croisières sur l'essor économique des zones excentrées de la Nouvelle-Calédonie, notamment des communes de l'intérieur, telles que Poum, Hienghène, ou l'ile des Pins. B.P Nouméa cedex TEL : (687) FAX : (687)

4 Observations de la Chambre «Il est à noter un recul important des taux d'occupation pour les hôtels de trois étoiles et plus qui perdent presque 5% en Au niveau global, ceci est masqué par l'augmentation des taux (le l'hôtellerie classée deux étoiles. Un tel chiffre n'est pas véritablement en phase avec l'orientation (le la Province (le développer l'hôtellerie haut (le gamine.» Réponse : S'agissant de la stagnation du taux d'occupation des hôtels 3*, l'auteur maintient qu'elle est due à une baisse de fréquentation. La Province tient à rappeler que cette stagnation du taux est due uniquement à l'effet arithmétique d'une augmentation du nombre de chambres disponibles. A cet égard, le nombre de chambres occupées ne varie pas entre 2003 et Enfin, le rapport définitif de la Chambre occulte totalement le taux global d'occupation satisfaisant obtenu en 2007 (60,9 %), qui progresse de 1,2 points par rapport à 2003 (59,7). Observations de la Chambre Sur les moyens investis dans le tourisme. Réponse :La Province Sud relève avec satisfaction que la Chambre a nuancé à juste titre son jugement sur les moyens investis dans le tourisme qui ont permis d'éviter un recul important du nombre de touristes dans une conjoncture mondiale peu favorable. La Province ajoute qu'à fortiori ces moyens sont insuffisants eu regard au poids de ce secteur dans l'économie calédonienne : 4 % du PIB, 20.7 milliards de valeur ajoutée, plus de salariés soit plus de 7,4 % des salariés en Nouvelle-Calédonie (source IEOM: «la Nouvelle-Calédonie en 2007»). Observations de la Chambre «L'argument consistant à imputer le recul du marché japonais au cours du Yen n'est pas déterminant car les chiffres des années 1997 et 1998 ont été bien meilleurs avec rte parité similaire.» Réponse :La Chambre minimise les conséquences de la dévaluation du yen sur le tourisme japonais. Certes, si le cours du yen n'est pas le seul argument de nature à expliquer le recul du marché japonais, à contrario, la Province note qu'à une forte hausse de la parité du yen en 1986 et 1995 correspond un accroissement important du flux de touristes japonais vers l'étranger. Il existe donc une forte corrélation entre la demande touristique et les fluctuations monétaires. En outre, on constate que les japonais visitent de moins en moins les pays de la zone Pacifique. Le phénomène affecte également les pays de la zone Europe en raison de la dépréciation du yen de près de 25% sur les 2 dernières années. Sur ce point, la Chambre ne souligne pas suffisamment la bonne tenue de la Nouvelle-Calédonie à l'égard du marché japonais, par rapport aux autres destinations du Pacifique. La Province tient à rappeler que la clientèle japonaise traditionnelle - les «office ladies» - se situe dans une catégorie socioprofessionnelle moyenne. Son pouvoir d'achat lors de voyages à l'étranger se trouve donc particulièrement pénalisé par la dépréciation de la monnaie japonaise. On ne peut en aucun cas comparer les années 1996/1997 aux années 2006/2007, la conjoncture du marché japonais n'étant pas du tout la même. En effet, la parité du yen est bien inférieure en 2007 puisqu'elle s'établit à 0,74 pour 0,87 en Par ailleurs, on constate une baisse de la fréquentation japonaise sur l'ensemble des destinations resort de 15 à 20% ; la Nouvelle-Calédonie étant impactée qu'après toutes les autres destinations (dés 2005 pour l'australie et la Polynésie française par exemple). Aujourd'hui, il convient de constater que le cycle du marché japonais est entré dans sa phase de maturité et son taux de croissance n'est plus celui des années En effet, du fait du vieillissement de sa population et de la diminution du nombre des mariages, on constate depuis 2006 une stagnation du nombre de voyages effectués à l'étranger. B.P Nouméa cedex TEL : (687) FAX : (687)

5 Arrivées des touristes ianonais années variation 2006/2003 Australie ,0% Polynésie Française ,0% Nouvelle-Calédonie ,7% Nouvelle-Zélande ,5% (statistiques Japan Association of Travel Agents) Dans son rapport définitif la Chambre ne semble pas avoir pris en considération la stratégie offensive de diversification développée par la Province dans un contexte international défavorable. La Province entend rappeler que le GIE Nouvelle-Calédonie Tourisme Point Sud a élargi sa cible notamment aux seniors et aux marchés de niche que sont les pratiquants d'activités sportives comme la plongée ou le trekking. Le marché des séjours «incentive» bénéficie également de toute notre attention et enregistre une progression significative depuis 2006, et ce alors même que ce segment est particulièrement concurrentiel, notamment du fait des pays de la zone dollar. Un partenariat a été signé avec une agence japonaise spécialisée dans l'organisation de voyages événementiels et le GIE Nouvelle-Calédonie Tourisme Point Sud travaille à l'élaboration d'un produit touristique spécifique pour capter la clientèle «famille» qui nous échappe actuellement. Dans la même optique, le budget affecté à la promotion de la destination Nouvelle-Calédonie au Japon a sensiblement augmenté ces dernières années, permettant de soutenir les actions à destination de l'ensemble de ces cibles. Un employé supplémentaire a été engagé et quatre nouveaux bureaux ouverts dans les communes de Nagoya, Sendaï, Fukuoka et Sapporo. Des accords passés avec certains tours opérateurs permettent de proposer des séjours packagés au départ de ces villes. Et de manière plus générale, les actions à destination de tours opérateurs ont été intensifiées Une juste analyse des retombées économiques du tourisme nécessite de pouvoir distinguer le tourisme international du tourisme domestique Observations de la Chambre : La Chambre constate que «les véritables touristes internationaux (hors affinitaires)» ne représentent respectivement que 10 et 35% des clients de l'hôtellerie 2 et 3* et plus de la Province Sud. Réponse : la Province rappelle que les actions de promotion internationale mises en oeuvre par le GIE NCTPS ont été réorientées et amplifiées à compter de l'année L'impact de ces opérations ne peut se mesurer sur le court terme, mais à l'expiration d'une durée minimale de trois ans. Il est donc prévu que la fréquentation de ces établissements augmentera dès que l'effort de promotion aura produit son plein effet sur la clientèle des touristes internationaux. La Province a noté que la suggestion formulée par la Chambre dans son rapport provisoire d'estimer le nombre d'emplois touristiques créés à partir des dépenses des touristes internationaux est intéressante. Elle permettrait ainsi de déterminer la contribution des dépenses touristiques internationales dans la création de l'emploi local. Toutefois, la Chambre n'a pas répondu à la requête de la Province Sud de lui fournir les expériences, pratiques ou les modèles économétriques dont elle a pu éventuellement s'inspirer pour formuler cette proposition. Observations ale la Chambre : La Chambre maintient son analyse qui consiste à exclu r e les touristes affinitaires de la catégorie ales touristes internationaux. En effet, si les métropolitains ne consomment pas d'hébergement sur Nouméa, ils visitent la Grande Terre, l'île des Pins et les îles Loyautés. Elle estime que si les touristes étrangers et affnitaires concourent tous deux de la même façon aux recettes d'exportation, les premiers justifient les moyens investis en marketing international, alors que ce point est sans effet sur une grande partie des seconds qui viennent retrouver de la famille on des amis. Réponse : Remarquons que le budget promotionnel du GIE NCTPS à destination de la métropole pour l'année 2007 s'élève à 182 MFCFP (y compris certaines opérations ponctuelles), ce qui en fait le deuxième poste après le Japon dans ce domaine. B.P Nouméa cedex TEL : (687) FAX : (687)

6 Selon les recommandations du Plan de développement touristique concerté de Nouvelle-Calédonie, le GIE développe une stratégie de marque fondée sur l'image de la Nouvelle-Calédonie en tant que «Grande Terre» et «île paradisiaque». Cet effort de promotion, qui vise notamment à inciter la clientèle métropolitaine à visiter l'intérieur et les îles, constitue un levier de développement économique important pour ces régions. La contribution des touristes non résidents se mesure :? à leur part dans le chiffre d'affaires des entreprises touristiques calédoniennes ; elle représente la l è`e activité exportatrice en termes de services à hauteur de 17 milliards et elle a progressé de 20% entre 2000 et 2007 ;? dans son soutien au maintien de plus de emplois, qui contribuent au dynamisme de l'économie calédonienne. Observations de la Chambre : La juridiction maintient son analyse sur les dépenses des touristes non résidents. Elle considère notamment que : La contribution ales croisiéristes à l'économie touristique est très minime (cf tableau 1) ; Les touristes ont une contribution à l'économie en progression sensible mais qui ne représente que 35 % des 48 milliards F.CFP du chiffre d'affaires des entreprises touristiques calédoniennes (cf tableau 2) ; Ce sont les touristes venant de France qui ont le plus fort niveau (le dépenses par séjour (...)» Réponse : La Province a déjà répondu supra sur la contribution des croisiéristes. Pour déterminer le niveau de dépenses par séjour, votre rapport définitif se fonde sur le montant global de cette dépense selon l'origine du touriste non résident. La Province considère encore une fois que cette analyse manque de rigueur dès lors que l'on rapporte cette dépense globale à la durée moyenne du séjour. Le calcul fait ainsi apparaître que la dépense quotidienne des touristes japonais ( F) et australiens ( F) est bien supérieure à celle des métropolitains (5.430 F). France Japon Australie Dép enses moyennes par F F séjour.929 F DMS 33,9 jours 5,9 jours 11,3 jours Dépenses moyennes par jour F / jour F /, jour F /, jour 2. Les acteurs p provinciaux et publics de la politique du tourisme me dans le Sud Observations de la Chambre : La Chambre continue (le considérer que «la mise en oeuvre d'une démarche partenariale et concertée n'a sur de nombreux sujets (agence interprovinciale, classification des hôtels,...) pas pu aboutir jusqu'à présent.» Réponse : La Province entend encore une fois démontrer par les exemples qui suivent que ce partenariat débouche sur des résultats concrets. Ainsi, le GIE NCTPS réalise des actions de promotion internationale ciblant les trois Provinces. Au plan de la formation, celles-ci ont participé conjointement avec la Nouvelle-Calédonie à la définition du contrat d'objectifs du secteur du tourisme qui va être prochainement signé. La création de certifications locales pour les métiers du tourisme (agent de tourisme, guide de randonnées équestres) est achevée et la certification pour les randonnées pédestres est en bonne voie. De même, les offices du tourisme des trois Provinces ont mis en commun leurs moyens en signant une convention de partenariat pour diffuser l'information aux touristes en un lieu unique à Nouméa. Enfin, des groupes de travail réunissant les trois Provinces ont travaillé en 2008 pour établir un classement harmonisé des différents hébergements touristiques (hôtels, gîtes, campings) qui sera adopté en B.P Nouméa cedex TEL : (687) FAX : (687)

7 21.3.2: 12O millions d'a kles au tihe des mesures d'an jience ara ente epiises tornisliques en difficulté Observations de la Chambre : La Chambre maintient sa conception restrictive de ce dispositif. Elle persiste dans son analyse selon laquelle «le choix d'une aide de retour à l'équilibre plutôt qu'une aide à l'emploi entraîne des différences importantes du ratio de ces aides au nombre d'emplois protégés.» Réponse : La Province confirme que le maintien de l'emploi est en effet l'objectif recherché par le plan d'urgence de soutien aux ent r eprises touristiques en difficulté. La collectivité adapte son aide aux difficultés propres à chaque entreprise en privilégiant une approche globale de la situation de celle-ci et en s'intéressant à l'ensemble des causes qui peuvent provoquer un déséquilibre financier. Une approche partielle liant étroitement son soutien au nombre d'emplois effectivement en cause feraient perdre à la mesure toute son efficacité Lesprntenanes dutourismeenprovince Sud Observations de la Chambre : La juridiction n'a pas repris toutes les actions menées par la Province en matière de professionnalisation des filières. Elle continue d'affirmer que «la structuration des syndicats et des associations des professionnels reste encore à opérer.» Réponse : Pourtant, la Province, par l'intermédiaire de l'organisation de la conférence annuelle du tourisme, ne s'efforce pas seulement de créer une dynamique et une synergie entre ces syndicats pour progresser dans la réalisation des objectifs du PDTC-NC. Elle les associe également activement aux actions engagées. Elle a ainsi encouragé la création du syndicat calédonien des cordistes professionnels, qui regroupe notamment les opérateurs touristiques proposant des activités de canyoning, d'escalade, dans le but de créer un diplôme local de guide d'escalade. La Province rappelle qu'elle soutient le syndicat des activités et des transports nautiques touristiques en finançant la mise à niveau obligatoire des skippers professionnels au regard de la réglementation internationale (Capitaine 200). Une réflexion est d'ailleurs actuellement engagée pour créer au sein de ce syndicat des collèges pour que chaque profession soit mieux représentée (collège des centres de plongée, collèges des charters,...). Depuis 2004, la Province Sud favorise le développement de la filière «plongée sous-marine» en finançant l'association sécurité Plongée chargée d'assurer la maintenance et le fonctionnement du caisson hyperbare. Des chantiers sont également en cours dans la structuration de la filière chasse et des pourparlers ont lieu avec les fédérations de chasseurs pour coordonner et améliorer les services des prestataires existants. 3. Les études antérieures à la période contrôlée 3.1. Lerappoif awv pose le bilan dès 1993 et la plupmt desobjedifs Observations de la Chambre La juridiction n'a pas pris en compte les remarques de la Province. Elle affirme qu'«une grande partie des préconisations opérationnelles et du cadre de développement du rapport CLARY sont restées «lett r es mortes». Malheureusement peu de réalisations, en dehors des hôtels «Méridien», et peu de résultats globaux ont été enregistrées depuis lors. De tels rapports n'ont d'utilité que s'ils sont suivis d'une mise en oeuvre suivant la méthodologie qu'ils ont adoptée.» Peut-être convenait il de mettre en oeuvre sans attendre certaines préconisations du rapport CLARY avant ou parallèlement au PDTC.N-C Réponse : Si la province approuve le fait que ces rapports avaient diagnostiqué l'essentiel des problématiques touristiques dès 1993, elle relève cependant que la situation de l'offre d'hébergement (fermeture du Club Med, ouverture du Méridien...), la situation des professionnels du secteur notamment des compagnies aériennes ainsi que la conjoncture internationale ont profondément évolué. Reprendre un diagnostic après le rapport Ezzano (approuvé en 2000), à l'expiration d'une période de 5 ou 6 ans est impératif à l'instar de la métropole où les schémas de développement touristique départementaux et régionaux sont réactualisés tous les 5 ans. Comme le remarque à juste titre l'auteur du rapport, le PDTC-NC élaboré par les provinces permet désormais de disposer d'un cadre susceptible d'éclairer les services de l'etat pour l'analyse des dossiers de défiscalisation. Il semble donc que les deux documents évoqués ci-dessus n'étaient pas de nature à apporter à l'etat une lisibilité suffisante sur la politique du tourisme en Nouvelle-Calédonie. B.P Nouméa cedex TEL : (687) FAX : (687)

8 Le PDTC-NC Engajementdel'éh deet fo,medurappo t Observations (le la Chambre «La chambre note que même si le projet n'a pas été onéreux par le coût rapporté aux moyens (coût horaire de consultants ayant unie réelle expertise), il l'a été par le coût rapporté aux résultats, surtout si l'on considère que la pleine efficacité du PDTC-NC, qui demeure un document (le programmation stratégique, ne porterait ses fruits qu'à la mise en place (le l'organisme en charge (le sa mise en oeuvre opérationnelle (l'aidt), ce qui ne s'est pas opéré à ce jour.» Réponse : La Chambre considère que l'espace de concertation pour la programmation stratégique ouvert par les journées de conférence de 2007 et de 2008 ne peut être satisfaisant comparé à un organisme doté d'un budget et d'objectifs opérationnels en la matière. Elle ne prend pas en considération le rôle du Bureau du tourisme (service du développement économique - Direction de l'économie, de la formation et de l'emploi de la Province Sud) qui a pris le relais dans la mise en oeuvre et le suivi des objectifs, à savoir :? Hébergements : bilan des projets terminés, en cours de réalisation et en cours de définition, pilotage de la définition du classement des hébergements touristiques.? Produits : participation au lancement d'un plan «Plages» suivi par la direction du patrimoine et des moyens de la Province Sud dans le cadre du schéma de développement durable du littoral, développement des filières d'activités nautiques, de la pêche, de la chasse, incitation à destination des prestataires pour se mettre aux normes (mise aux normes sanitaires des cuisines des petits établissements de l'intérieur, formation en hygiène, en sécurité-incendie, en anglais).? Organisation des acteurs : amélioration du fonctionnement des bureaux d'information touristique (points i) existants, maillage du territoire par la création de 2 nouveaux points i (Thio et Bourail), participation à la définition d'un charte de bonne conduite pour l'observation des cétacés à destination des prestataires nautiques touristiques,...? Marketing et promotion internationale : soutien de la Province au GIE NCTPS en vue de renforcer la présence de la Nouvelle-Calédonie sur les marchés émetteurs classiques (Japon, Australie, Nouvelle-Zélande et Métropole) et de pénétrer de nouveaux marchés (Corée du Sud, Chine, Europe).? Formation : participation de la Province à la formation test d'accompagnateur de randonnée équestre, à la formation du personnel du Relais de Port Boisé et de l'hôtel Le Lagon actuellement en travaux pour rénovation-extension, à la formation itinérante en faveur des petits prestataires de l'intérieur (amélioration de l'accueil et de l'aménagement, gestion), aide au montage et accompagnement des projets touristiques par l'intermédiaire des ateliers de la création (Chambre des métiers et de l'artisanat) et du parcours du créateur (CCI) Lamisee l concunwnceetlescoîds: rnmeétudeonéreusequi n'apis,espedéles, lesde,,,keen concrnrence Observations de la Chambre «Une convention de partenariat a été signée, en 2005, par les 3 présidents (le province pour confier au GIE un «mandat ale gestion afin d'assurer le suivi administratorganisationnel et financier du PDTCNC». Ce mandat (le gestion, pour une somme de plus (le 75 millions (le F. CFP pour assurer la maîtrise d'ouvrage d'une étude pour le compte (les 3 provinces, imposait le lancement d'un appel d'offres dès lors que la prestation (le service était effectuée pour un montant correspondant à près de 8 fois le seuil rendant obligatoire le recours à un marché public pour les provinces. Ceci n'a pas été le cas et a conduit à soustraire irrégulièrement cette étude à la procédure (les marchés publics. Un tel contournement ne correspond pas à mie gestion régulière des deniers publics.» Réponse : La Province conteste le fait que la procédure des marchés publics ait fait l'objet d'un contournement à l'occasion du mandat de gestion confié au GIE NCTPS. S'agissant d'une action interprovinciale, la procédure d'appel d'offres ne pouvait être engagée unilatéralement par une seule Province. Le GIE étant un espace de collaboration interprovinciale au plan de la promotion internationale, il lui revenait de porter cette opération, et non à la Province Sud. B.P Nouméa cedex TEL : (687) FAX : (687)

9 4.1.2 Lesobjedi`s faésprn r lepdtg-ncnesont p(6suivis Observations de la Chambre «Il est à souligner que les objecte de lancement d'actions, et chiffrés (tableaux de bord) dans tous les sous-domaines du PDTC-NC, ne donnent pas lieu à un pointage et une analyse systématique, ôtant par là l'intérêt de la «sophistication (le l'étude initiale». la Chambre ajoute même dans son rapport définitif que «la province semble avoir considéré que ces tableaux très précis et détaillé constituaient cul simple rappel et noir un outil opérationnel de suivi destiné à être complété au fur et à mesure de l'exécution du PDTC-N--C. Ce faisant la province s'est privée d'un outil précieux de pilotage. Réponse : La province tient à rappeler que ces tableaux de synthèse constituent essentiellement un document résumant l'ensemble des axes stratégiques concernant chaque phase. Les objectifs et les actions sont déclinés à travers ses propres outils de pilotage et de suivi des objectifs annuels construit par un cabinet spécialisé en management (Cabinet Algoe). Des masters plans (outil de programmation annuelle) et des tableaux de bord (outil de réalisation de la programmation) permettent de suivre les objectifs du PDTC-NC. Les recommandations et phases du PDTC-NC sont comprises dans ces outils La sensibilisation des calédoniens : notamment inteivenlion en milieu swlaire Observations de la Chambre «Force est de constater que l'ensemble de ces actions a été abandonné en 2004, sans véritable évaluation ou bilan.» Réponse : La Chambre n'a pas pris en compte toute la politique de sensibilisation des populations au développement touristique. Ainsi, des campagnes de promotions ont été menées localement en collaboration avec l'office du Tourisme et les professionnels. Par ailleurs, les médiateurs ont contribué à la mobilisation des habitants des tribus, des représentants locaux des activités économiques et de la société civile pour la constitution des comités de gestion participative associés au maintien de l'intégrité des sites du lagon inscrits au patrimoine mondial de l'unesco. La Province Sud s'attache également à susciter dans les tribus l'émergence de projets touristiques (gîtes, campings, tables d'hôtes) pour faciliter l'intégration de ces populations dans le tissu économique local. Dans la commune de Yaté, le dispositif économique prévu par le plan de reclassement des salariés démobilisés à la fin de la construction de l'usine du Sud (PREGO) soutient les projets touristiques des habitants de la commune Le pmtage des interventions entre le sedan. public d pizvé Observations (le la Chambre. La Chambre continue de relever que les modalités de partage dans la réalisation d'objectifs opérationnels du PDTC-NC entre le secteur public et le secteur privé n'ont pas toujours été clairement définies, notamment en matière d'hébergement ou (le desserte maritime. De ce fait, le plan arrêté manque d'une complète transparence quant aux choix à effectuer.» Réponse : La province maintient à cet égard, qu'un partage «organisé» entre les interventions du secteur public et privé ne saurait être réaliste, dès lors que la Province n'est en mesure de s'engager que sur ses propres projets. De surcroit, les opérateurs privés, essentiellement guidés par des impératifs de rentabilité, ne sauraient se sentir liés par des orientations définies par le PDTC-NC dans ce domaine. La Province peut cependant orienter les choix des opérateurs privés par les mesures incitatives, soit au titre des avis émis pour les agréments fiscaux locaux et métropolitains, soit au titre des aides du code provincial des aides financières à l'investissement U neaudœ prix Observations de la Chambre : «Les enquêtes de satisfaction ont montré que jusqu'à 45 % des personnes interrogées sont mécontentes du prix (les excursions. Le handicap lié air niveau (les prix semble sous-évalué dans les différentes études. Il n'est pas non plus réalisé de suivi du rapport qualité -prix (les produits touristiques» Réponse : Le niveau des prix est de toute évidence un handicap pour la destination, mais ce handicap peut être compensé par l'amélioration du rapport qualité-prix. La Chambre déplore qu'il ne soit pas réalisé de suivi du rapport qualité-prix des produits touristiques. B.P Nouméa cedex TEL : (687) FAX : (687)

10 Ce suivi est assuré par l'office du Tourisme par le biais du système de traitement des plaintes. A terme, une centrale de réservation sera créée, qui mettra en relation les agences de tourisme agissant pour le compte des tours opérateurs étrangers et les prestataires locaux. Elle mettra en concurrence les prestataires locaux et ne référencera plus les prestataires défaillants. Ce qui permettra de garantir aux touristes un bon rapport qualité-prix. Les efforts ont également porté sur la création des packages en mettant en réseau les acteurs de l'hébergement et ceux de l'animation et du transport Lasaisonnaldé de la fiéquentation d l'insu t ancedel'o e induite Observations de la Chambre «La chambre persiste à considérer que rien n'a vraiment été entrepris pour traiter l'insuffisance de l'offre de transport en haute saison.» Réponse : La province relève au contraire que :? l'ouverture d'une nouvelle ligne aérienne Nouméa-Sydney par Air Austral à partir d'août 2009 va augmenter l'offre sur l'australie ainsi que sur la métropole ; la création d'une nouvelle fréquence sur Osaka en fin 2004 a facilité la desserte du Japon et désengorger le tronçon Tokyo-Paris ;? l'ouverture d'une nouvelle ligne aérienne Nouméa-Séoul ( 2 fréquences hebdomadaires) va faciliter la prospection de nouveaux marchés asiatiques en contribuant à l'amélioration de la desserte sur la métropole. Contrairement à ce que suggère la Chambre, l'adaptation du calendrier scolaire n'est pas la panacée, puisque la Polynésie française, bien qu'ayant procédé à cette adaptation, connaît cependant une chute de sa fréquentation touristique passant de touristes à entre 2000 et 2007 avec une baisse de 1.5 % sur les deux dernières années. 5. Le PDTC-NC : premier bilan Les deux projets «en cocus» depuis bientôt 10 ans Observations (le la Chambre «La chambre constate que le projet (le la baie (le Sainte Marie, qui figure toujours au PDTC- NC, malgré des engagements juridiques et des investissements financiers importants, est au point mort depuis Aucun bilan ou étude n'a été engagé par la province pour identifier les raisons qui bloquent sa réalisation.» Réponse : Les motifs concourant au report du projet de la baie de Ste-Marie ne nécessitent aucune étude et sont bien connus. Le juge en identifie d'ailleurs certains (suspension des régimes de défiscalisation métropolitain et calédonien). De plus, la Direction Générale des Impôts a reporté l'instruction des dossiers en attendant l'adoption du PDTC-NC. Monsieur O'HALLORAN de la SARL SOCARESORT a sollicité très récemment l'avis de la Province sur l'opportunité de relancer le projet de construction d'un complexe hôtelier sous l'enseigne Sheraton, sur l'îlot Sainte- Marie, avant de redéposer des demandes d'agrément aux dispositifs de défiscalisation métropolitaine et locale. Il lui a été adressé un courrier de soutien de la Province pour la concrétisation de ce projet. Contrairement à ce qu'indique le juge, il a repris contact avec l'adecal au mois de février Le projet est maintenant en bonne voie puisque le promoteur a effectué un séjour en Nouvelle-Calédonie et entamé des démarches auprès des institutions pour le relancer. Le rapporteur spécule sur les perspectives de réalisation du projet de la baie Maa tout en admettant qu'il petit être réalisé même s'il ne le sera pas dans les conditions initiales. Par conséquent, faute d'informations précises, la Province Sud considère qu'il n'y a pas lieu de se substituer à d'éventuels promoteurs dans leur décision en retirant le projet des prévisions. B.P Nouméa cedex TEL : (687) FAX : (687)

11 LaréactunlisNion du plan prévisionnel du volet hébergement dupdt CNC Observations de la Chambre «Le PDTC-NC prévoyait des objectifs (le livraison ale chambres d'hôtel à hauteur de 1060 «clés» à la fin de la phase 2 e n 2011). Le PDTC-NC prévoyait des objectifs de livraison de chambres d'hôtel à hauteur de 2400 «clés» à la fin de la phase 3 e n 2016). Les perspectives de réalisation à la fin de la phase 2 s'élèvent à 36 % d'objectifs prévisionnels, soit 387 «clés». Les perspectives de réalisation à la fin de la phase 3 s'élèvent à 28 % d'objectifs prévisionnels, soit 692 «clés». Réponse : La Chambre maintient toujours que les perspectives de la phase 2 s'élèvent à 36% d'objectifs prévisionnels.. La province veut rappeler encore une fois que ce constat est totalement prématu r é dans la mesure où la phase 2 s'échelonne jusqu'à la fin 2011, soit dans 3 ans et que le ralentissement du programme de construction a été soumis à des aléas purement conjoncturels :? Le gel du dispositif de défiscalisation métropolitaine pendant presque une année, le temps de l'adoption du PDTC, conformément aux instructions du ministre Dominique BUSSEREAU.? L'absence de régime d'incitation fiscale à l'investissement en Nouvelle-Calédonie pendant plus de six mois entre la fin du mois de juin 2007 et le début de l'année L'instruction des nouveaux dossiers a été suspendue le temps de l'adoption de la nouvelle loi du pays. Cette nouvelle loi de Pays devrait aujourd'hui permettre de rattraper le retard dans les investissements et de favoriser l'émergence de projets d'envergure, notamment la réalisation des grands resorts préconisés par le PDTC dans la mesure où l'assiette éligible n'est plus plafonnée à 3 milliards comme par le passé. Contrairement à ce qu'indique la Chambre, le vote d'un nouveau dispositif fiscal a permis de relancer la dynamique d'investissement en matière d'hébergements touristiques : rénovation du Château Royal, extension du Méridien Ile des Pins, reprise du projet de complexe hôtelier sur l'îlot Ste-Marie, mise en oeuvre de trois nouveaux projets de 3*, 4*- et 5* sur le site de Gouaro Deva. Enfin, en complément de l'initiative privée, les Provinces, par le biais de leur SEM (Promosud, Sofinor et Sodil), mènent une politique «Hébergements» dynamique L'Agence interprovinciale mi a. le développement du tourisme (AIDT) avait été posée comme un outil essentiel au sein de la arise en ceu ne diupdt C Nouvelle-Gdédonie Observations (le la Chambre «L'iin des axes forts du plan ale développement concerté résidait dans lai mise en place d'un pilotage interproviricial. Or, près de trois ans après le projet (le sa création, non seulement la structure ne fonctionne pas, niais de nouveaux obstacles paraissent en ralentir la mise en oeuvre, ce qui laisse à penser que la situation ale 1'interprovincialité s'est dégradée depuis le lancement du PDTC-NC de la province Sud. Le PDTC-NC n'est formellement que l'esquisse de l'élan donné par les assises dii tourisme. L'agence interprovinciale devait leur apporter toute son efficacité par l'élaboration ale plans opérationnels permettant (le rapprocher les coûts, les calendriers et les priorités des différents plans d'actions pour chaque «volet» du plier concerté. L'absence de fonctionnnement ale l'aidt pourrait, ale ce fait, être considérée comme un échec du PDTC-NC dans son ensemble.» Réponse : La Province rappelle que l'interprovincialité a déjà connu des difficultés avant le PDTC-NC, lorsque l'unique GIE existant pour assurer la promotion internationale du territoire a été remplacé par trois GIE distincts au sein de chaque Province. Le PDTC-Nouvelle-Calédonie, qui est une initiative commune, constitue maintenant un élément fédérateur aux trois Provinces et son existence a permis de lancer de nombreux chantiers interprovinciaux, même si le fonctionnement du GIE ne peut qu'être amélioré. De ce fait, la conclusion selon laquelle l'absence de fonctionnement de l'agence interprovinciale de développement touristique constitue purement et simplement «un échec du PDTCNC dans son ensemble» est totalement arbitraire. B.P Nouméa cedex TEL : (687) FAX : (687) lo

12 La Province Sud rappelle une fois de plus que les trois Provinces ne captent et ne ciblent pas les mêmes clientèles touristiques, mais que leurs offres différentes sont plutôt complémentaires. Les trois entités géotouristiques que constituent les trois Provinces ont chacune des atouts à valoriser qui permettent de facto de répondre aux attentes de clientèles variées. Pour exemple, les Japonais sont très friands des îles Loyauté, les métropolitains de la Province Nord. Par contre, il est inexact de dire que les Coréens ne sont pas attirés par ce que peut offrir la Province Nord. Ils recherchent également la montagne et la randonnée pédestre. Les atouts de la Province Nord et de la Province Sud peuvent donc tout à fait répondre à leurs attentes. Concernant les classifications des structures hôtelières différentes, un chantier interprovincial a débuté en début d'année 2008 pour établir une définition homogène et interprovinciale d'un classement pour l'ensemble des hébergements touristiques. Si les stratégies retenues par chaque Province ne sont pas identiques, cela résulte du fait que chaque territoire géotouristique présente un caractère identitaire spécifique. Il n'en demeure pas moins, par exemple, que les objectifs du plan de la Province Nord sont tout à fait compatibles avec ceux du PDTCNC. Les deux documents se recoupent largement dans leurs orientations et on peut même dire que le plan de la Province Nord s'apparente à une déclinaison du PDTCNC au plan territorial. Il est donc tout à fait possible de mener une gestion interprovinciale des politiques du tourisme. C'est d'ailleurs le cas pour toutes les régions en métropole. Les comités régionaux du tourisme (CRT) fédèrent les comités départementaux du tourisme (CDT) qui ont pour chacun opté pour des stratégies différentes. Et il s'agit bien de gestion inter-département Des chai es etmr recrutement onéreux Observations de la Chambre «La chambre constate l'engagement particulièrement peu économe de dépenses en salaires, locaux et aménagements entraînant une dépense globale de plus (le 40 millions de F CFP, alors que l'agence interprovinciale reste sans aucune activité.» Réponse : Dès la constitution de l'agence, la Province Sud a voulu la doter des moyens nécessaires pour lui permettre de démarrer ses travaux. Son intention était de lui donner à l'origine une impulsion suffisante pour impliquer par la suite les deux autres Provinces dans son fonctionnement. La Province Sud ne peut être tenue pour responsable des dysfonctionnements qui marquent le démarrage de cette structure Lereporl(lepmst5ansaetamise en place trial observatoire dutotarsme Observations de la Chambre : la Chambre insiste sur l'opportunité de créer sui generis un organisme en charge de réaliser un suivi spécifique des paramètres économiques et sociaux du tourisme, malgré l'identification depuis 15 ans de la nécessité de sa mise en oeuvre. Réponse : La province affirme que depuis 2007, soit depuis l'adoption du PDTC-NC, l'isee a mis en place, sur les préconisations du dit plan, des comptes satellites du tourisme et c'est cet institut qui est chargé de suivre les paramètres économiques et sociaux du tourisme. De surcroît, il paraît superfétatoire de constituer un organisme à vocation provinciale pour collecter et analyser des données statistiques qui concernent l'ensemble du territoire de la Nouvelle-Calédonie La centralisation et letraitement_problèmes de satisfaction destoiazstes Observations (le la Chambre «Le traitement en amont directement auprès (le ces touristes mécontents permettrait (l'éviter une dégradation (le l'image (le l'accueil en Calédonie.» Réponse : Le rapport définitif indique qu'il n'existe pas un service de la Province qui aurait en charge la centralisation et le traitement des litiges. L'Office du Tourisme dispose des moyens les mieux adaptés pour effectuer cette mission. Chargé de coordonner le réseau des points d'information touristique, il constitue l'échelon le plus adéquat pour établir des relations entre les professionnels et les usagers. Il est mieux qualifié pour régler les conflits entre ces deux catégories, à la différence d'un observatoire qui a un rôle de veille économique. B.P Nouméa cedex TEL : (687) FAX : (687)

13 .a Le choix d'un service provincial pour la centralisation et le traitement des litiges ne serait pas pertinent. En effet, la Province, actionnaire d'hébergements touristiques par l'intermédiaire de sa SEM PROMOSUD, risquerait d'être juge et partie dans ce domaine La nraîhise nécessaire des dépenses de pivniotion inteisndionale e! sa dispe,sion : une conhibudion de la province à son GIE de promotion interrndionalenmltipliéepar zen 10 ans Observations de 1a Chambre «La chambre souligne le coût relatif très important de la promotion internationale de la Calédonie par rapport à ses concurrents et souligne le faible résultat de cet investissement. La chambre souligne que la multiplication par 7 en 10 ans du budget du GIE doit entraîner un surcroît d'encadrement juridique, financier et stratégique de celui-ci.» Réponse : La Province est soucieuse de l'emploi des dotations qu'elle verse au G1E. Il est prévu un accroissement de l'encadrement du G1E par le biais du contrôle de gestion. Cette action sera réalisée au moyen d'une amélioration des documents de synthèse comptables. L'évaluation de l'utilisation des fonds affectés à la promotion sera améliorée par la mise en place d'outils d'évaluation, plus particulièrement destinés à mesurer les effets des nouvelles actions sur les marchés prescripteurs L'absence de cohérence dans l'engagement du PDTC-NC au sujet de la desserte aérienne Observations de la Chambre «La chambre relève que le PDTC-NC a indu pour roue part importante de son analyse stratégique la desserte aérienne, hors de sa compétence, mais dès lors qu'il est question (le considérer l'impact de la situation monopolistique d'aircalin et du niveau du prix des billets, cette question de compétence est soulevée. Ceci n'a pas empêché dans le cadre du PDTC-NC, financé et très largement piloté par la province Sud, de développer des plans d'actions très précis, à court, moyen et long terme pour la desserte aérienne.» Réponse : La Chambre souligne à juste titre que le transport aérien ne relève pas de la compétence provinciale. Les autorisations sont délivrées par le gouvernement de Nouvelle-Calédonie. Toutefois, comme le relève la Chambre, la desserte aérienne constitue un axe important pour le développement touristique de la Nouvelle- Calédonie. Le PDTCNC dégage ainsi une série d'orientations et de préconisations pour améliorer cette desserte. Son objectif est de proposer des solutions dont pourront s'inspirer les acteurs du transport aérien. Si la Province ne peut faire valoir que son influence dans ce domaine, elle n'en adopte pas moins une approche dynamique et active. Ainsi, les relations qu'elle a su tisser avec la collectivité de la Réunion ont pu avoir un rôle dans l'arrivée de la compagnie Air Austral, dont les appareils vont relier la Métropole, la Réunion et l'australie à la Nouvelle- Calédonie L ' onianisationdesproduitsetfilièresdumente Observations de la Chambre La chambre persiste à minimiser les actions menées par la Province pour la création de nouvelles structures de services en plus de l'hébergement. Réponse : La Province rappelle qu'elle est tout aussi présente dans le développement des produits et filières que dans les constructions et rénovations hôtelières. Elle consent un effort financier important en faveur de la filière des produits et des activités touristiques (plongée sous-marine, base de loisirs nautiques et terrestres, transport nautique et terrestre, centres équestres,...) en accordant des aides financières à l'investissement aux entreprises du secteur. L'étude sur les attentes des résidents en matière de consommation touristique en Nouvelle-Calédonie, commandée par la DEFE et réalisée par le cabinet MBA-TNS en 2006, a fait apparaître que les concepts produits les plus intéressants pour les résidents sont ceux qui permettent d'avoir des réductions tarifaires. La principale demande enregistrée concerne l'aménagement de tarifs préférentiels ou de forfaits (21 %) et la réduction du coût du tourisme en général (21 %). B.P Nouméa cedex TEL : (687) FAX : (687)

14 Fort de ce constat, il a donc été décidé d'axer la campagne annuelle de communication «Vacances en Province Sud» dans la conception de séjours «tout compris» vendus à un prix global. Si cette campagne a rencontré un grand succès auprès du public, par contre les agences de tourisme ont manifesté une certaine réticence pour assurer la commercialisation de ces packages. Trois agences de tourisme (Arc-en-Ciel, Nouméa Discoveiy et Nautilus Tours), l'ot et la Direction des Affaires économiques de la Nouvelle-Calédonie ont donc été consultés afin de définir des mesures incitatives pour organiser et commercialiser des forfaits touristiques. Les principaux éléments évoqués sont la nécessaire professionnalisation des petits prestataires et le besoin de sécuriser leurs réservations pour éviter les «no-shows» ou les annulations de dernière minute. Pour atteindre ces objectifs, les professionnels ont émis l'idée de créer une centrale de réservation, servant d'intermédiaire entre les opérateurs touristiques et les agences de tourisme, non accessible au public. Cette centrale serait une succursale commune aux agences de tourisme, chargée de gérer le planning des prestataires, les réservations,... Concernant l'organisation des produits et filières du tourisme, les exemples qui suivent démontrent que la seule activité de la Province ne se réduit pas aux domaines de la réglementation et la création de diplômes. Le bureau du tourisme participe à l'élaboration d'un plan d'aménagement du Grand Sud comprenant la structuration des filières de développement durable (activités d'écotourisme) et la création d'une destination touristique «Grand Sud». Cinq zones géographiques ont été identifiées dans ce secteur, et notamment le lac de Yaté pour y développer différentes activités touristiques. Le plan d'aménagement de la réserve du Cap N'Doua est une des premières phases opérationnelles de ce plan d'aménagement. Pour les activités nautiques, la Province a financé la mise à niveau obligatoire des skippers professionnels au regard de la nouvelle réglementation internationale en vigueur, en vue d'obtenir le capitaine 200. Pour les activités terrestres, la Province a réalisé le tracé et le balisage d'un sentier de grande randonnée labellisé par la Fédération Française de Randonnée Pédestre (FFRP) et géo-référencé dans les guides nationaux. Elle a également créé un parc à vocation touristique, le Parc des Grandes Fougères, proposant des sentiers de randonnées pédestres et VTT situés dans une réserve naturelle. Depuis 2004, la Province finance la remise en état et le fonctionnement du caisson hyperbare, outil indispensable pour développer la plongée sous-marine touristique. La Province a commandé une étude de faisabilité pour la création d'une base de loisirs à l'ile des Pins. Enfin, sans être exhaustif, le bureau du tourisme a amorcé la structuration de la filière «chasse» avec la Fédération de la chasse et la direction du développement rural de la Province Sud, participe au projet de musée de la seconde guerre mondiale, travaille à l'organisation d'événementiels de grande envergure (salon de la gastronomie, régate people), à la création d'une centrale de réservation, La formation professionnelle Observations (le la Chambre «La chambre constate le caractère t r ès incomplet du PDTC NC drues son analyse et dans ses propositions sur la formation aux métiers du tourisme, ce qui a nécessité d'engager deux nouvelles études en sus du plan concerté. Ces études n'ont toujours pas abouti à des contrats d'objectifs opérationnels.» Réponse : En matière de formation professionnelle, les compétences de la Nouvelle-Calédonie et des Provinces sont dans une certaine mesure concurrentes. C'est la raison pour laquelle ces institutions se sont engagées avec les professionnels dans l'élaboration d'un contrat d"objectifs du secteu r, qui est sur le point d'être finalisé et signé. Celui-ci définit sept axes de préconisation pour le système de formation professionnelle en Nouvelle-Calédonie : 1. Structurer et adapter l'offre de formation professionnelle et de l'apprentissage; 2. Créer tin référentiel de qualification ; 3. Poursuivre l'effort sur la formation professionnelle des demandeurs d'emploi ; 4. Offrir un parcours de formation de niveau II et III en Nouvelle-Calédonie et à l'extérieur ; 5. Promouvoir les spécificités locales ; B.P Nouméa cedex TEL : (687) FAX : (687)

15 h 6. Développer l'offre de formations pour les salariés en lien avec les besoins des professionnels du secteur ; 7. Développer l'apprentissage des langues étrangères pour les salariés et les demandeurs d'emploi. Un comité technique sectoriel du tourisme est chargé de la mise en oeuvre de ce contrat. Il est composé de la Nouvelle-Calédonie, des trois Provinces, des partenaires sociaux, de l'idcnc et du Vice-Rectorat. Des actions ont été déclinées pour chaque axe, avec un calendrier d'exécution et la désignation d'un référent par axe. Les structures de formation existantes (Ecotel, ETFPA, Lycée professionnel) sont surtout adaptées au formations de niveau IV et V dans le secteur de la restauration et de l'hébergement pour les établissements haut de gamme (3 étoiles et supérieur). Toutefois, les capacités d'accueil demeurent insuffisantes pour remplir les objectifs prévus en matière d'hébergement par le PDTCNC. La Province entend rappeler son rôle d'impulsion et de proposition dans la création d'un Institut de formation au tourisme de pays qui permettrait également de combler les lacunes dans les domaines de formation suivants : Secteur de la petite hôtellerie : gites, camping, hôtel 1 ou 2 étoiles.? Plateforme découverte du secteur de l'hôtellerie? Activités touristiques? Secteur de l'hôtellerie de luxe (4 et 5 étoiles). Par conséquent, la création du nouvel Institut s'articule avec les plateaux techniques existants et s'inscrit parfaitement dans le cadre du premier axe énoncé par le contrat d'objectifs, qui vise à structurer et adapter l'offre de formation professionnelle. La Nouvelle-Calédonie a ainsi prévu de proposer à l'union Européenne de participer au financement de cette structure dans le cadre du Xème Fonds européen de développement. B.P Nouméa cedex TEL : (687) FAX : (687)

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES ALPES DE HAUTE-PROVENCE ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE REFLEXION MARKETING ET ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

LA TRINITE SUR MER STRATEGIE 2015/2016

LA TRINITE SUR MER STRATEGIE 2015/2016 LA TRINITE SUR MER STRATEGIE 2015/2016 OFFICE DE TOURISME - 30 cours des Quais - 56470 LA TRINITE-SUR-MER www.ot-trinite-sur-mer.fr date d'application : 26 mai 2015 rev 001 PREAMBULE 2 L Office de Tourisme

Plus en détail

La demande touristique et ses évolutions. 1. État actuel de la demande touristique

La demande touristique et ses évolutions. 1. État actuel de la demande touristique III. La demande touristique et ses évolutions 1. État actuel de la demande touristique Les statistiques internationales et européennes : Croissance du tourisme international de 5 à 6 % en 2005 Forte croissance

Plus en détail

LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME

LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME Direction de la réglementation des métiers du tourisme, des classements et de la qualité 18 août 2010 SOMMAIRE PRÉSENTATION DE ATOUT FRANCE 1. LES GRANDS

Plus en détail

Appel à Projets Tourisme 2014 Le Tourisme de Proximité pour et par les Bourguignons

Appel à Projets Tourisme 2014 Le Tourisme de Proximité pour et par les Bourguignons Appel à Projets Tourisme 2014 Le Tourisme de Proximité pour et par les Bourguignons Conseil régional de Bourgogne 17 boulevard de la Trémouille CS 23 502-21035 DIJON APPEL A CANDIDATURES PREAMBULE Le tourisme

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FEDER

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FEDER Page 1 Axe Axe 2 : développer l économie réunionnaise dans l environnement international Service instructeur Région Direction des Affaires Economiques Dates agréments CLS 6 août 2009 4 mars 2010 05 novembre

Plus en détail

L ACTUALITE DES STATIONS CLASSEES DE TOURISME ET LE NOUVEAU CLASSEMENT DES OFFICES DE TOURISME

L ACTUALITE DES STATIONS CLASSEES DE TOURISME ET LE NOUVEAU CLASSEMENT DES OFFICES DE TOURISME LACTUALITE DES STATIONS CLASSEES DE TOURISME ET LE NOUVEAU CLASSEMENT DES OFFICES DE TOURISME Présenté par Michel CAZAUBON Chef du bureau des destinations touristiques 1 Actualité de la station classée

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com DOSSIER DE PRESSE La Ville d ANGERS, Angers Loire Métropole, Angers Loire Tourisme, Angers Expo Congrès et la Chambre de Commerce et d Industrie de Maine et Loire ont décidé de créer à ANGERS un BUREAU

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL 2014CP0043 POITOU-CHARENTES S.3 COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL RÉGIONAL. Réunion du 24 janvier 2014

CONSEIL RÉGIONAL 2014CP0043 POITOU-CHARENTES S.3 COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL RÉGIONAL. Réunion du 24 janvier 2014 CONSEIL RÉGIONAL 2014CP0043 POITOU-CHARENTES S.3 Réception à la Préfecture de la Vienne : 30/01/14 Affichage à la Maison de la Région : 30/01/14 ID Télétransmission : 086-238600019-20140124-8493A-DE-1-1

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739 Séance publique du 21 juin 2005 Délibération n 2005-2739 commission principale : développement économique objet : Démarche Lyon ville de l'entrepreneuriat - Soutien à l'association Action'elles pour son

Plus en détail

Elle aboutira à la rédaction d un cahier des charges pour le lancement d une campagne de communication.

Elle aboutira à la rédaction d un cahier des charges pour le lancement d une campagne de communication. Axe 1.1 : Création d une destination «Gironde» Action 1.1.1 : Lancement d une étude sur l image et le positionnement marketing de la Gironde La Gironde a des images, des sites touristiques Cependant, il

Plus en détail

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES ALPES DE HAUTE-PROVENCE ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE REFLEXION MARKETING ET ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Préambule A l horizon 2015, la Région Picardie souhaite dynamiser son offre touristique pour permettre aux acteurs régionaux

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI. Note de problématiques

REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI. Note de problématiques 12/10/2007 REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI Note de problématiques Les travaux des groupes paritaires de la délibération sociale ont fait

Plus en détail

régionale. politique Garonne

régionale. politique Garonne Enquêtes de fréquentation : le pourquoi du comment Observer, développer, promouvoir La première mission du Comité Régional de Tourisme d Aquitaine (CRTA)) consiste à promouvoir la région en France et à

Plus en détail

table ronde La part de la production locale dans la restauration collective

table ronde La part de la production locale dans la restauration collective LA RÉUNION, TERRE D AVENIR table ronde La part de la production locale dans la restauration collective dossier de presse 12 décembre 2014 table ronde - enjeux et perspectives Préambule La Réunion est riche

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UNE ACTIVITE DE RESTAURATION SUR LA COMMUNE DE SAZOS

CAHIER DES CHARGES ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UNE ACTIVITE DE RESTAURATION SUR LA COMMUNE DE SAZOS CAHIER DES CHARGES ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UNE ACTIVITE DE RESTAURATION SUR LA COMMUNE DE SAZOS Le contexte : La commune de Sazos située dans le canton de Luz Saint Sauveur sur la route

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2013. «Accompagner les projets d'investissements des petites et très petites entreprises de production qui souhaitent se développer»

APPEL A PROJETS 2013. «Accompagner les projets d'investissements des petites et très petites entreprises de production qui souhaitent se développer» Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises APPEL A PROJETS 2013 «Accompagner les projets d'investissements des petites et très petites entreprises de production qui souhaitent se développer»

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Pôle de compétitivité Aerospace Valley Prestation de consultant Action Collective CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Cahier des charges Accompagnement de PME à l international Réf. AV-2014-271 AEROSPACE VALLEY

Plus en détail

DELIBERATION relative aux bureaux d information touristique

DELIBERATION relative aux bureaux d information touristique République Française ASSEMBLEE SECRETARIAT GENERAL N 32 2005/APS Du 1 er décembre 2005 AMPLIATIONS HC 1 Com Del 1 Gouvernement 1 Congrès 1 APS 40 SGPS 2 Trésorier 1 Directions 11 JONC 1 DELIBERATION relative

Plus en détail

... ... N SIRET: / / / / / / / / / / / / / / / (fourni par l INSEE) Activité exercée :.. Code postal / / / / / / Commune :... Courriel :. @..

... ... N SIRET: / / / / / / / / / / / / / / / (fourni par l INSEE) Activité exercée :.. Code postal / / / / / / Commune :... Courriel :. @.. DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE AU DEVELOPPEMENT DU E-TOURISME I - RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LE PORTEUR DE PROJET Raison sociale : Nom de la personne ou de la collectivité..... Forme juridique N

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et suivants)

Plus en détail

Principaux partenaires de la CCI Paris Ile-de-France dans la filière des rencontres et événements d affaires

Principaux partenaires de la CCI Paris Ile-de-France dans la filière des rencontres et événements d affaires Principaux partenaires de la CCI Paris Ile-de-France dans la filière des rencontres et événements d affaires ATOUT France ATOUT FRANCE, né du rapprochement en 2009 d ODIT FRANCE et de Maison de la France

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Appui-Conseil contrat de génération. Appel d offres. Appel d offres. «Appui-conseil contrat de génération»

Appui-Conseil contrat de génération. Appel d offres. Appel d offres. «Appui-conseil contrat de génération» Appui-Conseil contrat de génération Appel d offres Appel d offres «Appui-conseil contrat de génération» 1 PRESENTATION OPCAIM / ADEFIM 74 La branche de la Métallurgie regroupe des entreprises de toutes

Plus en détail

2. Les aides financières permettant de concrétiser un projet professionnel

2. Les aides financières permettant de concrétiser un projet professionnel 2. Les aides financières permettant de concrétiser un projet professionnel 2.1 Les aides de la Nouvelle-Calédonie allouées aux stagiaires 2.2 Le dispositif ANT 2.3 La Bourse Territoriale de Formation (B.T.F.)

Plus en détail

Intitulé du projet : ... Coût total du projet en HT : (cf tableau des dépenses/recettes)

Intitulé du projet : ... Coût total du projet en HT : (cf tableau des dépenses/recettes) DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION FILIERE TOURISME D AFFAIRE Intitulé du projet : Coût total du projet en HT : (cf tableau des dépenses/recettes) Montant de la subvention sollicitée :.. (cf tableau des

Plus en détail

Règlement de la Consultation (R.C.)

Règlement de la Consultation (R.C.) Règlement de la Consultation (R.C.) Personne publique Office de Tourisme Intercommunal Mende Cœur de Lozère Pouvoir Adjudicateur Monsieur le Directeur de l Office de Tourisme Intercommunal Mende Cœur de

Plus en détail

Club Nature et Découverte

Club Nature et Découverte Club Nature et Découverte Club Nature et Découverte C ATOUT FRANCE Née de la fusion de l ex GIE Maison de la France et de l ex GIP ODIT France, l agence de développement touristique ATOUT FRANCE est l'opérateur

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION

CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION Maître d ouvrage : Syndicat mixte de gestion du Parc naturel régional de Camargue Objet de la consultation : Passation d'une commande pour prestation de services

Plus en détail

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui Réf.: AF 826401 Monsieur le Président, Dans le cadre du contrôle des comptes et de la gestion du service départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien préalable avec le conseiller-rapporteur,

Plus en détail

CHARTE SUR L ORGANISATION DE L OFFRE DES SERVICES PUBLICS ET AU PUBLIC EN MILIEU RURAL

CHARTE SUR L ORGANISATION DE L OFFRE DES SERVICES PUBLICS ET AU PUBLIC EN MILIEU RURAL CHARTE SUR L ORGANISATION DE L OFFRE DES SERVICES PUBLICS ET AU PUBLIC EN MILIEU RURAL A l issue des travaux de la Conférence nationale des services publics en milieu rural, l Etat, les collectivités territoriales,

Plus en détail

UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE. Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises

UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE. Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises 1 OBJECTIFS Permettre aux entreprises de réaliser des investissements dans une démarche globale et structurée comprenant

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES DU PROJET DE PARC REGIONAL DE PERCE

PLAN D AFFAIRES DU PROJET DE PARC REGIONAL DE PERCE ACTUALISATION DU CONCEPT DE PARC RÉCRÉOTOURISTIQUE À PERCÉ Rapport d étape préliminaire DU PROJET DE PARC REGIONAL DE PERCE Présenté à la Société de développement économique de Percé Février 2012 580,

Plus en détail

REFERENTIEL DE QUALIFICATION

REFERENTIEL DE QUALIFICATION REFERENTIEL Pour l attribution et le suivi d une qualification d entreprise 11, rue de la Vistule 75013 PARIS tel 01 43 21 09 27 www.qualipropre.org Date d application : Avril 2013 1/7 SOMMAIRE 1. Objet

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION Page 1 Axe Objectif thématique (art. 9 Règ. général et Règ. FEDER) Objectif Spécifique Priorité d'investissement (art. 5 Règ. FEDER) Intitulé de l'action 3- Améliorer la compétitivité des entreprises OT

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 06/10/ à 11:29:43 PROGRAMME 862 : PRÊTS POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Plus en détail

Information Economique

Information Economique Information Economique L ACTIVITE DE L HOTELLERIE en AVEYRON Analyse de données, saisons 211 et 212 L Observatoire mensuel d activité ACTISCOPE TOURISME est un outil qui a pour but de permettre aux différents

Plus en détail

Directives concernant l octroi de contributions financières en faveur du secteur de l hébergement

Directives concernant l octroi de contributions financières en faveur du secteur de l hébergement Directives concernant l octroi de contributions financières en faveur du secteur de l hébergement du 9 juin 2015 Le Gouvernement de la République et Canton du Jura, vu la loi du 18 mars 1998 sur l'hôtellerie,

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

- organiser plus efficacement la gouvernance touristique du Cotentin.

- organiser plus efficacement la gouvernance touristique du Cotentin. LEADER 2014-2020 GAL du Pays du Cotentin Action 2 Conforter et optimiser la dynamique touristique de la destination Cotentin Sous-mesure 19.2 - Aide à la mise en œuvre d opérations dans le cadre de la

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE ORIENTATIONS STRATEGIQUES N 10 : Animer et développer la production touristique : produits, équipements et hébergements N 11 : Favoriser la professionnalisation

Plus en détail

RECOMMANDATIONS CONJOINTES AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (MSSS) 20 décembre 2012

RECOMMANDATIONS CONJOINTES AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (MSSS) 20 décembre 2012 RECOMMANDATIONS CONJOINTES AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (MSSS) 20 décembre 2012 Mise en place du comité Lors de la dernière négociation des conventions collectives SQEES-FTQ et SCFPFTQ,

Plus en détail

Paris, le 04 novembre 2013. Page 1 sur 8

Paris, le 04 novembre 2013. Page 1 sur 8 Charte d Engagement des industries des produits entrant dans la construction pour le développement des formations aux économies d énergie dans le bâtiment et la promotion de la mention RGE «Reconnu Garant

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Fédérer, responsabiliser votre personnel autour d un projet commun. Un outil intelligent de management. Séminaire démarche qualité en hôtellerie, 23/01/07

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION

DEMANDE DE SUBVENTION DEMANDE DE SUBVENTION FONDS NATIONAL D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE REGION : Centre Département : CHER (18) INFORMATIONS CONCERNANT LE PROJET Intitulé du projet et résumé de l objet :.....

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés 1 Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés La réforme de la formation professionnelle a été publiée au Journal officiel mars 2014. Nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

Les soutiens de l ADEME aux Plans de Déplacements Entreprise en Île-de-France

Les soutiens de l ADEME aux Plans de Déplacements Entreprise en Île-de-France Les soutiens de l ADEME aux Plans de Déplacements Entreprise en Île-de-France Les PDE sont des démarches liées à l'établissement : accessibilité et attitudes de mobilité. Vous devez au préalable vérifier

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

Elaboration du Schéma de Développement Touristique de la Corrèze. Réunion de lancement du 3 avril 2014

Elaboration du Schéma de Développement Touristique de la Corrèze. Réunion de lancement du 3 avril 2014 Elaboration du Schéma de Développement Touristique de la Corrèze 2015 2018 Réunion de lancement du 3 avril 2014 Le Schéma 2009/2014 adopté en 2009, le schéma 2009/2013 a été prorogé d'une année sur 2014

Plus en détail

Atelier site Internet professionnel pour les acteurs du tourisme de Bretagne (espace Pro)

Atelier site Internet professionnel pour les acteurs du tourisme de Bretagne (espace Pro) Atelier site Internet professionnel pour les acteurs du tourisme de Bretagne (espace Pro) Rennes, le 26 février 2009 Plan de l atelier Stratégie marketing du CRT Objectif du projet Présentation des différentes

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône»

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» APPEL A PROJETS «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» PROJET BENEFICIANT DU CONCOURS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Préalable L appel à projets décrit ci-après

Plus en détail

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques Journée d information du 5 novembre 2012 Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques Gabrielle LABESCAT Principales tendances du tourisme urbain impactant la mobilité

Plus en détail

ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP

ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER VILLE DE METZ GESTION DES INVESTISSEMENTS PAR AUTORISATIONS DE PROGRAMME ET CREDITS DE PAIEMENT La

Plus en détail

Chambre régionale des comptes de Bourgogne. EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire,

Chambre régionale des comptes de Bourgogne. EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Chambre régionale des comptes de Bourgogne EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Par lettre en date du 8 février 2000, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

Itinéraire de formation. Politique de développement touristique. Délégation régionale Basse-Normandie. www.calvados-tourisme.com

Itinéraire de formation. Politique de développement touristique. Délégation régionale Basse-Normandie. www.calvados-tourisme.com 2015 Itinéraire de formation Politique de développement touristique Délégation régionale Basse-Normandie www.calvados-tourisme.com ITINÉRAIRES POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE CODE ITINÉRAIRE ITSUN

Plus en détail

AIDES AUX ENTREPRISES. artisanat commerce tourisme. Le Conseil régional de Picardie soutient les projets des entreprises picardes

AIDES AUX ENTREPRISES. artisanat commerce tourisme. Le Conseil régional de Picardie soutient les projets des entreprises picardes AIDES AUX ENTREPRISES artisanat commerce tourisme Le Conseil régional de Picardie soutient les projets des entreprises picardes Le Conseil régional de Picardie participe activement au développement économique

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD 2015 1 ORDRE DU JOUR Rapport d activité 2014 Les comptes 2014 Orientations & Budget prévisionnel 2015 Questions diverses 2 LE TERRITOIRE DE COMPETENCES 3 RAPPORT D'ACTIVITE

Plus en détail

Opération collective 2014 123 M Energie

Opération collective 2014 123 M Energie Opération collective 2014 123 M Energie Candidature pour accompagner en collectif les entreprises du Limousin s engageant dans la mise en place par étapes d une démarche de management de l énergie ISO

Plus en détail

1A 01 44 A. B., la Direction de l'instruction publique et des affaires culturelles; (Refus d'octroi d'un congé scolaire; art.

1A 01 44 A. B., la Direction de l'instruction publique et des affaires culturelles; (Refus d'octroi d'un congé scolaire; art. Ière Cour administrative. Séance du 11 juin 2001. Statuant sur le recours interjeté le 23 mai 2001 (1A 01 44) par A. et son fils B., contre la décision rendue le 7 mai 2001 par la Direction de l'instruction

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 07/10/ à 08:46:40 PROGRAMME 862 : PRÊTS POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Plus en détail

La stratégie du CDT face aux nouveaux enjeux du tourisme

La stratégie du CDT face aux nouveaux enjeux du tourisme 1. Projet d entreprise 2. Stratégie de veille économique 3. Stratégie de développement 4. Stratégie Marketing 1. Le projet d entreprise : une «agence de développement» Au bénéfice de la destination Hérault,

Plus en détail

Loueur en meublés Chambre d hôtes - Gîte

Loueur en meublés Chambre d hôtes - Gîte Loueur en meublés Chambre d hôtes - Gîte 2014-2015 Sommaire Sommaire 2 Synthèse 6 Présentation de la profession 8 1. Définition... 8 2. Accès à la profession... 8 a. Conditions d ouverture... 8 b. Demande

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)13 du Comité des Ministres aux Etats membres sur la gouvernance et la gestion du patrimoine universitaire et son Rapport explicatif (adoptée

Plus en détail

25,2 millions d'euros.

25,2 millions d'euros. PREFECTURE DE LA REGION AUVERGNE AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Pour la sélection d'un opérateur financier chargé de la gestion d'un fonds de participation européen régionalisé financé principalement

Plus en détail

N/Réf. : BO818802. Monsieur le Président,

N/Réf. : BO818802. Monsieur le Président, N/Réf. : BO818802 Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires sur la gestion de la SEMASCL (SEM pour la promotion et la gestion

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS

POUR DIFFUSION AUX AGENTS MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/SEC/BR/LL/FG/DEJ/SPEJ/N 12-15 Lila LALAM 01 43 93 89 65 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : CHARGE DE LA MUTUALISATION DES ACHATS

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Agent comptable. Référentiels métier des personnels d encadrement. des établissements publics d'enseignement supérieur.

Agent comptable. Référentiels métier des personnels d encadrement. des établissements publics d'enseignement supérieur. Référentiels métier des personnels d encadrement des établissements publics d'enseignement supérieur et de recherche Agent comptable Sous-direction de la gestion prévisionnelle et des missions de l encadrement

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire.

Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire. CAHIER DES CHARGES - ANNEE 2011 PROGRAMME LOCAL DE FORMATION Territoire concerné : Grand Villeneuvois Fumélois Lémance Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire.

Plus en détail

PRIX DE L'INNOVATION LOZERE TOURISME "PILOT" EDITION 2015 DEPARTEMENT DE LA LOZERE REGLEMENT

PRIX DE L'INNOVATION LOZERE TOURISME PILOT EDITION 2015 DEPARTEMENT DE LA LOZERE REGLEMENT PRIX DE L'INNOVATION LOZERE TOURISME "PILOT" EDITION 2015 DEPARTEMENT DE LA LOZERE REGLEMENT 1 ARTICLE 1 : le contexte du concours et ses objectifs Le schéma départemental du tourisme de la Lozère pour

Plus en détail

L année a incontestablement été marquée par l impact de

L année a incontestablement été marquée par l impact de Une année marquée par l'impact de Lille 2004 L année a incontestablement été marquée par l impact de «Lille 2004 - Capitale européenne de la culture». Cet évènement a eu des répercussions très importantes

Plus en détail

ORIENTATIONS STRATEGIQUES

ORIENTATIONS STRATEGIQUES EVALUATION DU PLAN D ACTIONS TOURISME DURABLE 2009-2013 DEFINITION D UN NOUVEAU PLAN D ACTIONS 2014-2019 ORIENTATIONS STRATEGIQUES 1 Réalisé avec le soutien financier de : SOMMAIRE Objectifs et méthode...

Plus en détail