Lésions de petite taille et ponction sous écho-endoscopie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lésions de petite taille et ponction sous écho-endoscopie"

Transcription

1 Lésions de petite taille et ponction sous écho-endoscopie Quels sont les gestes astucieux? Résultats préliminaires Docteur Simone GUARALDI DA SILVA

2 écho-endoscopie et les cancers digestifs et thoraciques POUVOIR de RÉSOLUTION STRUCTURE caractère malin ACCÈS direct dangereux STAGING... et la spécificité?... est quasi indispensable... Giovannini, M et col Acta Endoscopica, 995 Gress, F et col Gastrointestinal Endoscopy, 997 Rosch, T et col Gastroenterologic endosonography, Thieme stade N... efficacité entre 50 et 90% La littérature

3 écho-endoscopie et les cancers digestifs et thoraciques La différentiation... PONCTION BÉNIGNES ADÉNOPATHIES MASSES Sensibilité = 92% Spécificité = 93% Efficacité = 92% Wiersema, M et col Gastroenterology, 997 Vantages: lésion < cm étude cytologique obtention de microbiopsie risque d essaimage MALIGNES

4 écho-endoscopie et les cancers digestifs et thoraciques Le but... À partir de ponctions de lésions de petite taille (< 25mm), recueil et analyse, mettre en évidence des gestes astucieux dans la manipulation de la ponction guidée par écho-endoscopie et dans l évaluation macroscopique du prélèvement, afin qu il se prête de façon fiable à un diagnostic cyto-histologique. À noter qu il s agit de gestes automatiques de l endoscopiste, passant habituellement pour non réfléchis, et pour cela très peu documentés.

5 ponctions guidées par écho-endoscopie lésions de petite taille Les critères de... taille < 25mm EXCLUSIONS taille > 25mm contre-indication hétérogénéité bords irréguliers forme irrégulière hypoéchogénicité critères échographiques de malignité perdus de vue ponction dossier incomplet résultat de la ponction décision thérapeutique INCLUSIONS

6 ponctions guidées par écho-endoscopie lésions de petite taille Institut Paoli-Calmettes Unité d Endoscopie Digestive Giovannini, M étude prospective mars à août P-EE(45,5%) 22 P-EEh: 2 P-EEb: 83 EE 24(5,6%) 2 exclusions INDICATIONS diagnostic histologique enquête diagnostique surveillance staging recherche du primitif réévaluation 50,0% 3,7% 3,7% 9,0% 9,0% 4,6%

7 ponctions guidées par écho-endoscopie lésions de petite taille Les patients Sexe 08 femmes - 36,6% 4 hommes - 63,4% Âge intervalle - 33 à 79 ans moyenne - 6,5 ans Tumeur Primitive (5/22) poumon 7,6% cardia 7,6% oesophage,7% estomac,7% autres 4,4% Traitement (/22) chir 5 chimio/radio 3 chir/radio 2 radio 2 chir/chimio chir/chimio/radio chimio/radio/chir

8 données d imagerie 22 patients GANGLION n=6 TUMEUR n=6 échogénicité 00,0% homogénéité 56,2% solidité 00,0% contours réguliers 87,5% forme régulière/ronde 93,7% taille(moyenne) 5,8 X,mm échogénicité 00,0%* homo/hétérogénéité 50,0% solidité 66,6% contour rég/irrég 50,0% forme irrégulière 66,6% taille(moyenne) 7,5 X 3,3mm 2 sousgroupes / L écho-endoscopie Linéaire 5,0 0,0 MHz Total Sensibilité = 00% VPP = 59% Site cervical mediastinal abdominal pelvien suspect malin 8 3 Sensibilité VPP 00% 50% 00% 83% *composante anéchogène = 33,3% DIAGNOSTIC DE RÉFÉRENCE biopsie présence de malignité chirurgie autre examen(irm) surveillance

9 données techniques 29 passages d aiguille/22 patients Nombre de passage 2 3 Interruption du geste oui non Cible de la ponction centre centre et périphérie Mouvements de va-et-vient Min Moyen Max Grattage oui Non Sensibilité Spécificité VPP VPN g * , 4, % 00% 00% 89% t , % 00% 00% 50% La ponction par écho-endoscopie moyenne,3 passages,3 g/, t *2/4 - repositionnement moyenne 25,2 4,7 prélèvement adéquat 00,0% prélèvement adéquat 63,6% antibioprophylaxie Echo-Tip Total Sensibilité = 83% Spécificité = 00% VPP = 00% VPN = 8%

10 données techniques échec du premier passage La ponction par écho-endoscopie PATIENT PREMIER / SECOND DERNIER ESSAI QUANTITÉ DE MATÉRIEL HISTOLOGIQUE 3 va-et-vient 59 va-et-vient grattage Suffisante 7 va-et-vient 38 va-et-vient grattage Suffisante 4 va-et-vient 20 va-et-vient Insuffisante 36 va-et-vient(er) 22 va-et-vient(2ème) 53 va-et-vient grattage Suffisante 8 va-et-vient 20 va-et-vient grattage Suffisante 22 va-et-vient 2 va-et-vient grattage Suffisante

11 lésions de petite taille Les prélèvements... moyenne de lâmes = 3,4 (0 5) Seringue (ser) L aspect (S*) Microbiopsie (mb) * ps peu sanguinolent ts très sanguinolent DIAGNOSTIC DE RÉFÉRENCE Présence de matériel cyto-histologique interprétable ADÉQUAT Ser / S / mb 9 Jugement correct Exactitude = 86,3% INADÉQUAT Ser / S / mb - ts Ser - / S / mb Ser - / S / mb - ps - ts Jugement incorrect

12 prélèvement Classification macroscopique * ps peu sanguinolent ts très sanguinolent NS non sanguinolent ADÉQUAT INADÉQUAT Seringue (ser) L aspect (S*) Microbiopsie (mb) Seringue (ser) L aspect (S*) Microbiopsie (mb) ts/ps ps - ts - ps - NS - NS

13 lésions de petite taille L étude cyto-histologique Bénigne Tissu normal 5 Tissu inflammatoire 2 Tissu fibreux 2 Sarcoïdose Tissu stromal Cystoadénome mucineux Maligne Adénocarcinome 6 Carcinome epidermoïde 3 Non concluant Tissu hematique

14 décision thérapeutique L impact du geste Aucune complication 4 8,2% 8 8,8% Chirurgie Surveillance Réprise de la radiothérapie Réprise de la chimiothérapie

15 ponctions guidées par écho-endoscopie lésions de petite taille Conclusion préliminaire - série = 22 patients La ponction de petites lésions (<25mm) guidée par écho-endoscopie s est avérée une technique... sensible (83%), spécifique (00%), efficiente (VPP = 00%) et sûre (pas de complications).

16 ponctions guidées par écho-endoscopie lésions de petite taille Conclusion préliminaire - 2 Afin d obtenir un diagnostic cyto-histologique à partir des P-EE de lésions de petite taille, il serait souhaitable que l opérateur insiste sur les gestes techniques appélés dans cette étude, astucieux: nombre de passage de l aiguille (idéal: à 3) 2 mouvements de va-et-vient (en moyenne 25,2 fois) 3 réalisation du grattage 4 analyse macroscopique du prélèvement

17 ponctions guidées par écho-endoscopie lésions de petite taille Conclusion préliminaire - 3 La P-EE a prouvé avoir un impact positif sur la décision thérapeutique dans 8,8% de cas. Des études controlées sont nécessaires pour corroborer les résultats de cette série.

Adénocarcinome du pancréas

Adénocarcinome du pancréas Société de Chirurgie de Lyon Conférence de Chirurgie et Pathologie Digestive, Hépato-Biliaire et Pancréatique de la Fédération de Chirurgie Digestive et Générale de H.E.H. Adénocarcinome du pancréas Quelle

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Pancréas

Thésaurus du Cancer du Pancréas Thésaurus du Cancer du Pancréas 1 Classification TNM TX T0 Tis T1 T2 T3 T4 Renseignements insuffisants pour classer la tumeur primitive. Pas de signe de tumeur primitive. Carcinome in situ. Tumeur limitée

Plus en détail

Recommandations ESGE sur les indications de ponction sous échoendoscopie (PSE) Bertrand PUJOL Hopital Privé Jean Mermoz - LYON

Recommandations ESGE sur les indications de ponction sous échoendoscopie (PSE) Bertrand PUJOL Hopital Privé Jean Mermoz - LYON Recommandations ESGE sur les indications de ponction sous échoendoscopie (PSE) Bertrand PUJOL Hopital Privé Jean Mermoz - LYON CFE Paris 2012 Méthodologie Méthodologie Sous - groupes / indications Etude

Plus en détail

"Corrélations échographique, cytologique et histologique dans le diagnostic du cancer de la thyroïde"

Corrélations échographique, cytologique et histologique dans le diagnostic du cancer de la thyroïde "Corrélations échographique, cytologique et histologique dans le diagnostic du cancer de la thyroïde" DR YAHIA, DR TALEB,DR OUAIL, DR BELOUI, PR ABDELALI SERVICE DE BIOLOGIE CELLULAIRE CHU HUSSEIN DEY

Plus en détail

TEP au 18 F-FDG FDG et cancers ORL: le point de vue du chirurgien

TEP au 18 F-FDG FDG et cancers ORL: le point de vue du chirurgien TEP au 18 F-FDG FDG et cancers ORL: le point de vue du chirurgien Pr CONESSA Claude Dr Clément, Pr Poncet Service ORL du Val-de de-grâce Paris Rencontre APRAMEN 13/06/06 La TEP En fonction de notre expérience

Plus en détail

Les cancers différenciés de la thyroïde : épidémiologie, moyens diagnostic, et prise en charge

Les cancers différenciés de la thyroïde : épidémiologie, moyens diagnostic, et prise en charge Les cancers différenciés de la thyroïde : épidémiologie, moyens diagnostic, et prise en charge K.Laouamri, K.Khaloua, I.Laaref, S.Chouane, S,Derradj, Pr A.Bouchair Introduction La prévalence du cancer

Plus en détail

Bilan devant suspicion ou diagnostic d adénocarcinome mucineux de l ovaire

Bilan devant suspicion ou diagnostic d adénocarcinome mucineux de l ovaire Bilan devant suspicion ou diagnostic d adénocarcinome mucineux de l ovaire Anamnèse (appendicectomie, antécédents de chirurgie ovarienne pour cystadénome ou borderline mucineux, troubles digestifs) Examen

Plus en détail

Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale. Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive

Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale. Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale + Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive ED DCEM1 20 octobre 2008 patient médecin en charge du patient

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs Frontières de l ovaire - Borderline. Prise en charge

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs Frontières de l ovaire - Borderline. Prise en charge Référentiel -version mars 2014 Page 1 sur 6 Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Suspicion d une tumeur frontière de l ovaire Bilan Bilan diagnostique : examen clinique Echographie pelvienne

Plus en détail

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES Pr Frank Boudghène Hopital Tenon - Université Paris 6 IMAGERIE des TUMEURS epidermiques des parties molles DERMATOLOGIE Utilise peu les techniques

Plus en détail

Nodules thyroïdiens: éléments prédictifs de malignité E SAADAOUI, K DJILALI AIAD, A BENSAAD

Nodules thyroïdiens: éléments prédictifs de malignité E SAADAOUI, K DJILALI AIAD, A BENSAAD Nodules thyroïdiens: éléments prédictifs de malignité E SAADAOUI, K DJILALI AIAD, A BENSAAD Introduction le cancer thyroïdien reste rare. qui se présente le plus souvent sous forme d un nodule froid, Il

Plus en détail

Etude de cas Cancer Ovarien

Etude de cas Cancer Ovarien Etude de cas Cancer Ovarien DIAGNOSTIC Patiente âgée de 78 ans Bilan d extension (Scanner/IRM/Echographie abdominopelvienne) : Lésion primitive de l épithélium et du stroma touchant les 2 ovaires associée

Plus en détail

Echographie : masse de l ovaire gauche de 20 cm.

Echographie : masse de l ovaire gauche de 20 cm. 22 ans. Nullipare Ballonnements abdominaux & douleurs. Echographie : masse de l ovaire gauche de 20 cm. Laparotomie : Aspiration du kyste puis annexectomie. Pas d extension macroscopique hors de l ovaire.

Plus en détail

Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale. Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive

Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale. Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale + Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive ED DCEM1 23 octobre 2006 patient médecin en charge du patient

Plus en détail

Les nouveaux moyens diagnostiques des tumeurs kystiques du pancréas? B Napoléon

Les nouveaux moyens diagnostiques des tumeurs kystiques du pancréas? B Napoléon Les nouveaux moyens diagnostiques des tumeurs kystiques du pancréas? B Napoléon Lésions kystiques du pancréas Observation Résection ou observation Résection Kyste unique écho, TDM, IRM, EE Multiple kystes

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Anatomie pathologique - Définition Application aux cellules et tissus prélevés de diverses méthodes d analyse basées principalement sur

Plus en détail

Biopsies du sein ambulatoires. Nouvelles procédures (système INTACT; expérience de l Hôpital Saint Louis)

Biopsies du sein ambulatoires. Nouvelles procédures (système INTACT; expérience de l Hôpital Saint Louis) Biopsies du sein ambulatoires. Nouvelles procédures (système INTACT; expérience de l Hôpital Saint Louis) Marcela Albiter, Cédric de Bazelaire Service de radiologie 1 Introduction Intact BLES = Breast

Plus en détail

Chirurgie mammaire à visée diagnostique

Chirurgie mammaire à visée diagnostique Chirurgie mammaire à visée diagnostique Dr L.Cahen-Doidy Hôpital Saint-Louis Circonstances de découverte des tumeurs mammaires - Autopalpation des seins - Examen clinique - Bilan radiologique!! Mammographie!!

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques. Suspicion d une tumeur frontière de l ovaire - Borderline. Bilan

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques. Suspicion d une tumeur frontière de l ovaire - Borderline. Bilan Référentiel -version mars 2016 Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Page 1 sur 6 Suspicion d une tumeur frontière de l ovaire - Borderline Bilan Bilan diagnostique : examen clinique Echographie

Plus en détail

PLACE DE L ECHO ENDOSCOPIE ET DE LA CYTOPONCTION DANS LE BILAN PRÉ THÉRAPEUTIQUE DES TUMEURS DU PANCRÉAS RESECABLES

PLACE DE L ECHO ENDOSCOPIE ET DE LA CYTOPONCTION DANS LE BILAN PRÉ THÉRAPEUTIQUE DES TUMEURS DU PANCRÉAS RESECABLES PLACE DE L ECHO ENDOSCOPIE ET DE LA CYTOPONCTION DANS LE BILAN PRÉ THÉRAPEUTIQUE DES TUMEURS DU PANCRÉAS RESECABLES Marc Wangermez Journées intensives FFCD Avril 2015 INTRODUCTION: L ECHO ENDOSCOPIE Examen

Plus en détail

Nodule thyroïdien YTOPONCTION VS

Nodule thyroïdien YTOPONCTION VS 30 e Congrès de la Société Algérienne d Endocrinologie Métabolisme SAEM A L G E R, L E 1 3 J U I N 2 0 1 4 C Nodule thyroïdien YTOPONCTION VS A Endocrinologie-Diabétologie Clinique Laribère CHU ORAN M.

Plus en détail

types histologiques épidermoïde et adénocarcinome

types histologiques épidermoïde et adénocarcinome Fiche tumeur gynécologique carcinome COL UTERIN types histologiques épidermoïde et adénocarcinome Tis TNM Col Utérin FIGO In situ 0 T1 -T1a -T1a1 -T1a2 -T1b -T1b1 -T1b2 -T2 -T2a -T2b -T3 -T3a -T3b T4 N1

Plus en détail

FAIT ON TROP DE MICRO ET MACRO BIOPSIES?

FAIT ON TROP DE MICRO ET MACRO BIOPSIES? FAIT ON TROP DE MICRO ET MACRO BIOPSIES? V Juhan, P Siles Hôpital La Timone, Marseille SFSPM, Marseille, Nov 2011 Progrès technologiques Pression commerciale Principes de précaution Exigence des patients

Plus en détail

Cytoponction à l aiguille fine des nodules thyroïdiens : comparaison interobservateurs. échographiques et corrélation cytologique

Cytoponction à l aiguille fine des nodules thyroïdiens : comparaison interobservateurs. échographiques et corrélation cytologique Cytoponction à l aiguille fine des nodules thyroïdiens : comparaison interobservateurs des données échographiques et corrélation cytologique L Chami, S Bidault, M Schlumberger, A Mauguen, N Lassau, P Viehl

Plus en détail

Imagerie des cancers:

Imagerie des cancers: Imagerie des cancers: Dépistage et bilan d extension HTrillaud Trillaud, Herve.trillaud@chu-bordeaux.fr Service de radiologie Hôpital Saint-André Bordeaux Objectif Définir la notion de dépistage en imagerie

Plus en détail

PREAMBULE. Ce référentiel a été établi en collaboration par les médecins. Il constitue une aide à la prescription pour les situations couramment

PREAMBULE. Ce référentiel a été établi en collaboration par les médecins. Il constitue une aide à la prescription pour les situations couramment PREAMBULE Ce référentiel a été établi en collaboration par les médecins nucléaires et oncologues du CHU, CRLC et libéraux de la région, en connaissance des données actuelles de la littérature, des Standards

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE THYROÏDIEN. Q.Charbonnier Hôpital R.Salengro

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE THYROÏDIEN. Q.Charbonnier Hôpital R.Salengro CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE THYROÏDIEN Q.Charbonnier Hôpital R.Salengro 02.04.2012 généralités (1) Lésion parenchymateuse Diagnostic clinique Découverte fortuite généralités (2) Incidence élevée

Plus en détail

Prise en charge des incidentalomes thyroïdiens

Prise en charge des incidentalomes thyroïdiens Prise en charge des incidentalomes thyroïdiens Dr Camille Buffet Pr Laurence Leenhardt Groupe de Recherche Clinique sur la Thyroïde Hôpital Pitié Salpêtrière Découverte fortuite Inattendu Asymptomatique

Plus en détail

Journée de Sénologie Interactive. Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid

Journée de Sénologie Interactive. Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Journée de Sénologie Interactive Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Mme S 51 ans XVII journées de sénologie le 18/09/14 Cas clinique interactif Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Mme S., 51ans, consulte

Plus en détail

SARCOMES DES TISSUS MOUS. Prise en charge des adolescents et jeunes adultes

SARCOMES DES TISSUS MOUS. Prise en charge des adolescents et jeunes adultes SARCOMES DES TISSUS MOUS Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Avril 2014 Sarcomes des tissus mous Version validée : avril 2014 Cible(s) Spécialités de la pathologie concernée. Rédacteur(s)

Plus en détail

Cancer de l oesophage. Pr M.B.BENKADA

Cancer de l oesophage. Pr M.B.BENKADA Cancer de l oesophage Pr M.B.BENKADA Introduction 5 000 nouveaux cas/an (France) Prédominance masculine Age moyen est de 55 et 69 ans Le traitement curateur est la chirurgie Radiochimiothérapie est périopératoire

Plus en détail

Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires.!

Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires.! Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires. 3 situations Primitif connu et nodule suspect de métastase pulmonaire Métastase pulmonaire avérée - recherche d autres lésions Métastase pulmonaire

Plus en détail

On voit une hyper fixation au niveau du poumon droit ( pathologique) et au niveau de la vessie ( physiologique car on élimine le produit )

On voit une hyper fixation au niveau du poumon droit ( pathologique) et au niveau de la vessie ( physiologique car on élimine le produit ) VI Imagerie: En imagerie une tumeur se représente comme: Une masse (supérieur a 3 cm) ou nodule (moins de 3cm et plus de 3mm) avec un contour irrégulier (polylobé, spiculé extension de la tumeur le long

Plus en détail

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE 1. BILAN INITIAL... 2 2. METHODES THERAPEUTIQUES... 2 2.1. CHIRURGIE...2 2.2. HISTOLOGIE...3 2.3. CHIMIOTHERAPIE...3 2.3. RADIOTHERAPIE...3 2.4. HORMONOTHERAPIE...3 3.

Plus en détail

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire Fiche tumeur épithéliale de l ovaire FIGO I II III IV IA IB IC IIA IIB IIC IIIA IIIB IIIC tumeur limitée aux ovaires tumeur limitée à un ovaire : capsule intacte, pas de tumeur à la surface de l ovaire,

Plus en détail

Cas clinique interactif

Cas clinique interactif Cas clinique interactif XVIII ème Journées de sénologie interactive Sylvie BONFILS Centre des Maladies du Sein Hôpital St Louis Madame A!. 30 ans!! Consulte pour renouvellement de contraception progestative

Plus en détail

Nodule Thyroïdien Actualités. Dr Anis SIF ORL Hôpital Med VI- Mdi q

Nodule Thyroïdien Actualités. Dr Anis SIF ORL Hôpital Med VI- Mdi q Nodule Thyroïdien Actualités Dr Anis SIF ORL Hôpital Med VI- Mdi q INTRODUCTION Masse située dans la thyroïde Pathologie fréquente Bénigne Pb de santé publique Nature histologique: large spectre simple

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire de Liège

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Adjoint Adjoint Indications neurologiques 1. Epilepsie Si la thérapie sous forme d une intervention chirurgicale est influencée de manière décisive, pour la localisation d un foyer épileptogène d une épilepsie

Plus en détail

Document de travail - 24/11/2010. Les cancers primitifs du vagin sont rares et représentent moins de 1% des cancers gynécologiques.

Document de travail - 24/11/2010. Les cancers primitifs du vagin sont rares et représentent moins de 1% des cancers gynécologiques. De OncologiK. Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire

Plus en détail

Christine LEFORT. Tumeurs gastriques sous muqueuses

Christine LEFORT. Tumeurs gastriques sous muqueuses Christine LEFORT Tumeurs gastriques sous muqueuses connaître la nouvelle classification connaître la place des différents examens dans le diagnostic étiologique connaître les indications thérapeutiques

Plus en détail

Densification retro-mammelonaire du sein G

Densification retro-mammelonaire du sein G DOSSIER SENO 4 1691-07 Densification retro-mammelonaire du sein G 1691-07 SEIN G 1691-07 1691-07 SEIN G 1691-07 SEIN D SEIN D 1691-07 Carcinome lobulaire infiltrant bilatéral Association à D avec un foyer

Plus en détail

PLACE DE L IMAGERIE DANS LES INDICATIONS DE LOBO-ISTHMECTOMIE Rôle de l échographiste avant et après

PLACE DE L IMAGERIE DANS LES INDICATIONS DE LOBO-ISTHMECTOMIE Rôle de l échographiste avant et après PLACE DE L IMAGERIE DANS LES INDICATIONS DE LOBO-ISTHMECTOMIE Rôle de l échographiste avant et après Docteur Gilles Russ Centre de Pathologie et d Imagerie Paris Hôpital La Pitié-Salpêtrière Service de

Plus en détail

«des boules et des glandes»

«des boules et des glandes» «des boules et des glandes» Xavier Poullias, C. Dechaud, E. Gontier, G. Bonardel, H. Foehrenbach Service de Médecine Nucléaire du Val-de-Grâce, Paris HDM : Patient de 58 ans alcoolo-tabagique Ecoulement

Plus en détail

IRM Mammaire : Comment Optimiser L interprétation?

IRM Mammaire : Comment Optimiser L interprétation? IRM Mammaire : Comment Optimiser L interprétation? BORDEAUX 2016 Rim MAHJOUB VILLARD, Béatrice DELARBRE, Aurélie JALAGUIER COUDRAY Service d Imagerie Médicale Institut Paoli Calmettes, Marseille Surveillance

Plus en détail

JFR OCTOBRE 2013 PARIS

JFR OCTOBRE 2013 PARIS JFR OCTOBRE 2013 PARIS Biopsies percutanées scano-guidées de l appareil musculosqueletique Aspects techniques et rentabilité Beldjehem.N * - Mosbah.R**- Gari.W ** * * Centre Nedjm de Radiologie et d Imagerie

Plus en détail

Dépistage organisé du cancer colorectal : listing des indicateurs disponibles

Dépistage organisé du cancer colorectal : listing des indicateurs disponibles Dépistage organisé du cancer colorectal : listing des indicateurs disponibles L objectif du dépistage du cancer colorectal est de réduire la mortalité par ce cancer et d en diminuer l incidence. L annexe

Plus en détail

Métastases Pulmonaires

Métastases Pulmonaires Métastases Pulmonaires Diagnostic, et traitement «local» Philippe Girard, Stéphane Lenoir Institut Mutualiste Montsouris, Paris Métastases Pulmonaires 1. Présentation radio-clinique, diagnostic 2. Traitement

Plus en détail

Echographie ovarienne pour masse annexielle H Marret 2013

Echographie ovarienne pour masse annexielle H Marret 2013 Echographie ovarienne pour masse annexielle H Marret 2013 IOTA 2000 Ils ont ainsi défini les caractéristiques et mesures à effectuer sur les masses ovariennes et il faut : -mesurer les ovaires et les masses

Plus en détail

Incidentalomes thyroïdiens

Incidentalomes thyroïdiens Incidentalomes thyroïdiens Léopoldine Bricaire-Dubreuil Hôpital Cochin Service d endocrinologie et maladies métaboliques Samedi 21 janvier 2017 Prévalence * 5%- 1% Risque cancer* 15% 67% 5-13% 1-2% 30%

Plus en détail

Item 303 (ex item 153) Tumeurs de l'ovaire Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 303 (ex item 153) Tumeurs de l'ovaire Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 303 (ex item 153) Tumeurs de l'ovaire Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis... 3 2. Types histologiques des tumeurs de l'ovaire...3 2.1. Tumeurs épithéliales...

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

Le médiastin en images. F. MELLOT Service de Radiologie

Le médiastin en images. F. MELLOT Service de Radiologie Le médiastin en images F. MELLOT Service de Radiologie Le médiastin en images Diagnostic par la localisation Les localisations atypiques Le thymus Les biopsies IRM Le pet scanner Médiastin : localisation

Plus en détail

Prise en charge des tumeurs frontières de l ovaire. Bilan

Prise en charge des tumeurs frontières de l ovaire. Bilan Suspicion tumeur maligne de l ovaire dite rare Bilan Anamnèse Examen clinique Examens biologiques : AFP, HCG, LDH, CA 19.9, CA 125, Oestradiol, Inhibine B, NSE, AMH Scanner TAP +/- cérébral (si maladie

Plus en détail

SCANNER ET ECHO- ENDOSCOPIE DANS LE CANCER DE L'ŒSOPHAGE J. NDAYISHIMIYE; F. GERARD

SCANNER ET ECHO- ENDOSCOPIE DANS LE CANCER DE L'ŒSOPHAGE J. NDAYISHIMIYE; F. GERARD SCANNER ET ECHO- ENDOSCOPIE DANS LE CANCER DE L'ŒSOPHAGE J. NDAYISHIMIYE; F. GERARD Consultation tardive RAPPELS Deux types histologiques: épidermoïde +++ adénocarcinome Terrain particulier: alcoolo-tabagique

Plus en détail

Imagerie du cancer du pancréas. Le point de vue du radiologue

Imagerie du cancer du pancréas. Le point de vue du radiologue Imagerie du cancer du pancréas Le point de vue du radiologue 3 questions 1. L IRM fait-elle mieux que le scanner pour détecter les cancers du pancréas? 2. Quelle imagerie pour assurer le bilan de résécabilité?

Plus en détail

SCORE TI-RADS. Mise en œuvre

SCORE TI-RADS. Mise en œuvre SCORE TI-RADS Nouvelle version simplifiée avec ou sans élastographie Mise en œuvre Dr Gilles Russ Centre de Pathologie et d Imagerie Paris 14 ème et Hôpital de la Pitié-Salpétrière SYSTEME TI-RADS Acronyme

Plus en détail

Biopsie osseuse scanno-guidée : intérêt et apport des techniques d imagerie. Accuracy CT-guided core needle biopsy and contribution of imaging

Biopsie osseuse scanno-guidée : intérêt et apport des techniques d imagerie. Accuracy CT-guided core needle biopsy and contribution of imaging Biopsie osseuse scanno-guidée : intérêt et apport des techniques d imagerie Accuracy CT-guided core needle biopsy and contribution of imaging G. Buia 1, G. Rochcongar 1, L. Florescu 2, T. Guillemain 2,

Plus en détail

Dr Gilles Russ. Apports de l e chographie et de la microbiopsie. Prise en charge des nodules indéterminés de Bethesda

Dr Gilles Russ. Apports de l e chographie et de la microbiopsie. Prise en charge des nodules indéterminés de Bethesda Prise en charge des nodules indéterminés de Bethesda Apports de l e chographie et de la microbiopsie Dr Gilles Russ Centre de Pathologie et d Imagerie Unité Thyroïde - Tumeurs endocrines Service de Médecine

Plus en détail

TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM. Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI

TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM. Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI INTRODUCTION Les tumeurs parotidiennes représentent 3% des tumeurs cervicales et 80% des tumeurs

Plus en détail

Imagerie dans les cancers des VADS: ses avantages et ses limites

Imagerie dans les cancers des VADS: ses avantages et ses limites Imagerie dans les cancers des VADS: ses avantages et ses limites Philippe Halimi, MD Service de Radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Faculté de Médecine Paris-V; Université René Descartes

Plus en détail

Cholangiocarcinome : les préalables au traitement oncologique 1. Obtention d une preuve histologique 2. Traitement de l ictère

Cholangiocarcinome : les préalables au traitement oncologique 1. Obtention d une preuve histologique 2. Traitement de l ictère Cholangiocarcinome : les préalables au traitement oncologique 1. Obtention d une preuve histologique 2. Traitement de l ictère Yann Touchefeu Institut des Maladies de l Appareil Digestif Nantes. INSERM

Plus en détail

Tumeurs testiculaires de l enfant. P. Ravasse Tumeurs testicule enfant

Tumeurs testiculaires de l enfant. P. Ravasse Tumeurs testicule enfant Tumeurs testiculaires de l enfant Pathologie rare concernant 0,5 à 2 garçons /100 000 Représente 1 à 2% des tumeurs solides de l enfant Assez bon pronostic car: Au moins 40% de tumeurs bénignes Taux de

Plus en détail

Technologies utilisées pour la stadification clinique du cancer de l œsophage

Technologies utilisées pour la stadification clinique du cancer de l œsophage RÉSUMÉ Introduction Au Québec, on estime que 339 personnes ont reçu un diagnostic de cancer de l œsophage et que 319 sont décédées à cause de cette maladie au cours de l année 2007. Chez environ 50 % des

Plus en détail

Prise en Charge médico-chirurgicale d un nodule de la thyroïde

Prise en Charge médico-chirurgicale d un nodule de la thyroïde 27ème Forum des Facultés de médecine Prise en Charge médico-chirurgicale d un nodule de la thyroïde Dr RENAUD, Dr GRUNENWALD, Dr DECOTTE Madame S. 33 ans infirmière consulte en médecine du travail. Le

Plus en détail

1 - Adenofibrome : a) Clinique : b) Anatomie pathologique : c) Radiologiquement :

1 - Adenofibrome : a) Clinique : b) Anatomie pathologique : c) Radiologiquement : 1 - Adenofibrome : a) Clinique : Tuméfaction unique (ou multiple soit d'emblée soit plus tard) chez une patiente jeune (20 à 30 ans) ayant tous les critères de la bénignité : - bien limitée - élastique

Plus en détail

Recommandations françaises pour la prise en charge d un. PENDANT LA GROSSESSE. Paris CNGOF 2009 CNGOF SFCP SFOG

Recommandations françaises pour la prise en charge d un. PENDANT LA GROSSESSE. Paris CNGOF 2009 CNGOF SFCP SFOG Recommandations françaises pour la prise en charge d un CANCER DE L OVAIRE PENDANT LA GROSSESSE. Paris CNGOF 2009 CNGOF SFCP SFOG Méthodologie I Différente de la méthodologie des autres recommandations

Plus en détail

Les tumeurs sous muqueuses gastriques. Christine Lefort, Bruno Landi

Les tumeurs sous muqueuses gastriques. Christine Lefort, Bruno Landi Les tumeurs sous muqueuses gastriques Christine Lefort, Bruno Landi Cas clinique patiente de 65 ans tumeur sous muqueuse gastrique découverte fortuitement (RGO) Diagnostics des TSM Principales lésions

Plus en détail

AR- Nodule pulmonaire. Nodule pulmonaire

AR- Nodule pulmonaire. Nodule pulmonaire ABECASSIS Anna L3 20/10/2014 Appareil respiratoire CR : AUDOUARD Justine Pr Greillier 8 pages Nodule pulmonaire Plan I. Définitions et physiopathologie II. Circonstances de découverte III.Diagnostic radiologique

Plus en détail

ED Anatomie Pathologique UE Cancérologie. Cas 1

ED Anatomie Pathologique UE Cancérologie. Cas 1 ED Anatomie Pathologique UE Cancérologie Cas 1 L3 2016-2017 Cas clinique Mr H, 60 ans, éthylique et grand tabagique (50 paquets-années), Consulte en raison d une difficulté à avaler les aliments. Ce qui

Plus en détail

UE4-Appareil respiratoire Dr. C REVEL. TEP et cancer pulmonaire

UE4-Appareil respiratoire Dr. C REVEL. TEP et cancer pulmonaire UE4-Appareil respiratoire Dr. C REVEL Date: 19/10/2015 Promo: DFGSM2 2015/2016 Ronéistes : TSANG Ronan LEBEAU Greg Plage horaire: 10h30-11h45 Enseignant : Dr. C Revel TEP et cancer pulmonaire I. Diagnostic

Plus en détail

CANCER DU SEIN. Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie

CANCER DU SEIN. Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie CANCER DU SEIN Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie CANCER DU SEIN Incidence: 50 000 nouveaux cas Décès: plus de 11 000 par an 1 femme sur 8 Problème de santé publique Implications sociales

Plus en détail

Foire aux questions : la prise en charge diagnostique des sarcomes des tissus mous

Foire aux questions : la prise en charge diagnostique des sarcomes des tissus mous Foire aux questions : la prise en charge diagnostique des sarcomes des tissus mous Les sarcomes cutanés Quelle est la proportion malin/bénin? Quelle est la conduite à tenir face à une tumeur superficielle?

Plus en détail

Objectif principal. Objectifs secondaires. Résumé / Schéma de l'étude. Phase : III. Type d'essai : Interventionnel. Classe d'âge : Adultes

Objectif principal. Objectifs secondaires. Résumé / Schéma de l'étude. Phase : III. Type d'essai : Interventionnel. Classe d'âge : Adultes SHAPE Essai randomisé de phase III comparant une hystérectomie élargie avec lymphadénectomie pelvienne à une hystérectomie simple avec lymphadénectomie pelvienne chez des patientes atteintes de cancer

Plus en détail

Quelle prise en charge des tumeurs papillaires non malignes après diagnostic percutané?

Quelle prise en charge des tumeurs papillaires non malignes après diagnostic percutané? Quelle prise en charge des tumeurs papillaires non malignes après diagnostic percutané? R. Plantade* F Gérard** JC Hammou** *Cabinet d imagerie Nice-Europe **Cabinet de Pathologie Nice Journées Françaises

Plus en détail

COMMENT SUIVRE UNE PATIENTE TRAITEE POUR CANCER DU SEIN? K. EL JOUALI, R. LATIB, L. JROUNDI, I. CHAMI, MN. BOUJIDA Service de Radiologie, INO, Rabat

COMMENT SUIVRE UNE PATIENTE TRAITEE POUR CANCER DU SEIN? K. EL JOUALI, R. LATIB, L. JROUNDI, I. CHAMI, MN. BOUJIDA Service de Radiologie, INO, Rabat COMMENT SUIVRE UNE PATIENTE TRAITEE POUR CANCER DU SEIN? K. EL JOUALI, R. LATIB, L. JROUNDI, I. CHAMI, MN. BOUJIDA Service de Radiologie, INO, Rabat 4660 nouveaux cas de cancer du sein / an (à RABAT) -

Plus en détail

Prise en charge des métastases hépatiques sans primitif connu. Patrick DUFOUR Centre Paul Strauss Strasbourg

Prise en charge des métastases hépatiques sans primitif connu. Patrick DUFOUR Centre Paul Strauss Strasbourg Prise en charge des métastases hépatiques sans primitif connu Patrick DUFOUR Centre Paul Strauss Strasbourg Données épidémiologiques Les cancers sans site primitif connu représentent environ 5% des cancers

Plus en détail

SARCOMES UTERINS. Dr Cécile SALUT Imagerie médicale, Hôpital Saint André, service du Pr Trillaud CNGOF FIBROME 20 juin 2014

SARCOMES UTERINS. Dr Cécile SALUT Imagerie médicale, Hôpital Saint André, service du Pr Trillaud CNGOF FIBROME 20 juin 2014 SARCOMES UTERINS Dr Cécile SALUT Imagerie médicale, Hôpital Saint André, service du Pr Trillaud CNGOF FIBROME 20 juin 2014 QCM A. Il existe des signes sensibles de sarcomes en échographie. B. Il existe

Plus en détail

Cancers des VADS Dom o i m n i i n q i u q e u e C he h v e al a ile i r e

Cancers des VADS Dom o i m n i i n q i u q e u e C he h v e al a ile i r e Cancers des VADS Dominique Chevalier Epidémiologie cavité orale, pharynx larynx Incidence standardisée monde en 2012 Hommes : 16.1 Femmes : 5.4 Incidence région Nord-Ouest : 2012 Hommes : 35 Estimation

Plus en détail

Etude EFFECT. Formulaire d enregistrement prospectif

Etude EFFECT. Formulaire d enregistrement prospectif Etude EFFECT Formulaire d enregistrement prospectif Les variables marquées d un REQ en exposant sont des variables à remplir obligatoirement. Les variables avec sont des variables single-select ; on ne

Plus en détail

Adénocarcinome mucineux de l ovaire

Adénocarcinome mucineux de l ovaire Vous voyez en consultation Madame G, âgée de 37 ans, G0P0,qui vient d être opérée en urgence pour une suspicion de torsion de l annexe droite. Compte Rendu Opératoire : Annexectomie droite par coelioscopie

Plus en détail

Réseau de Ca ancérologie de Midi-Pyrénées

Réseau de Ca ancérologie de Midi-Pyrénées Réseau de Ca ancérologie de Midi-Pyrénées Sarcome des tissus mous de l adulte Dr. Richard Aziza Radiologue Institut Claudius Regaud, Toulouse Dr. Christine Chevreau Oncologue Institut Claudius Regaud,

Plus en détail

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES DEFINITION Molécules chimiquement définies ou non Synthétisées par le tissu tumoral

Plus en détail

Radiologie des cancers : Bases diagnostiques et techniques appliquées

Radiologie des cancers : Bases diagnostiques et techniques appliquées UE2 Cancérologie Cours 7 - Professeur de Bazelaire Mercredi 9/10/13, à 10h30 Ronéotypeuse : Alice VARRON Ronéoficheuse : Jeanne PIERRE Cours 7 Radiologie des cancers : Bases diagnostiques et techniques

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS DIAGNOSTIC ET IDENTIFICATION DU TYPE DE CANCER L EXAMEN ANATOMOPATHOLOGIQUE (1,2) Le diagnostic de cancer repose sur un examen anatomopathologique : Étude macroscopique et microscopique du tissu tumoral,

Plus en détail

L échographie de surveillance des cancers thyroïdiens

L échographie de surveillance des cancers thyroïdiens L échographie de surveillance des cancers thyroïdiens Jean Tramalloni Laurence Leenhardt Radiologie Adultes Necker-Enfants Malades Médecine Nucléaire La Pitié-Salpêtrière Recommandations pour la prise

Plus en détail

Cas cliniques. Bordeaux, 29 novembre 2012

Cas cliniques. Bordeaux, 29 novembre 2012 Cas cliniques Certificat t Cancérologie. Bordeaux, 29 novembre 2012 Cas clinique 1 Mme C, née le 17 juin 1921 À 82 ans (2003) : Atcdts : Angine de poitrine, AVC ischémique régressif, sténose carotidienne

Plus en détail

Les macrobiopsies mammaires sous IRM. R. Plantade Centre de Sénologie Nice-Europe Journées Françaises de Radiologie Paris, Octobre 2005

Les macrobiopsies mammaires sous IRM. R. Plantade Centre de Sénologie Nice-Europe Journées Françaises de Radiologie Paris, Octobre 2005 Les macrobiopsies mammaires sous IRM R. Plantade Centre de Sénologie Nice-Europe Journées Françaises de Radiologie Paris, 15-19 Octobre 2005 L IRM mammaire, examen de deuxième intension En sénologie, l

Plus en détail

Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS

Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS Dr Damien Le Pennec Problématique du délai Contenu de la première consultation : Anticipation des prises en charge Prise en charge diagnostique

Plus en détail

Biopsies percutanées

Biopsies percutanées Intérêt des biopsies percutanées scanoguidées en pathologie ostéoarticulaire Sigmann MH, Pearson E, Runge M, Bonneville JF Service de Radiologie B (CHU Besançon) Biopsies percutanées En 1930 : diagnostic

Plus en détail

Cancers du poumon (ICD-OC34)

Cancers du poumon (ICD-OC34) Cancers du poumon (ICD-OC34) Règles de classification Cette classification s applique uniquement aux carcinomes. Une confirmation histologique est nécessaire pour permettre la subdivision selon le type

Plus en détail

BILAN DU CANCER RECTAL. L BEDENNE Cours intensif de cancérologie digestive

BILAN DU CANCER RECTAL. L BEDENNE Cours intensif de cancérologie digestive BILAN DU CANCER RECTAL L BEDENNE Cours intensif de cancérologie digestive ALGER 6-5-2009 THESAURUS NATIONAL DE CANCEROLOGIE DIGESTIVE 2009 (tncd.org) Explorations pré-thérapeutiques : TR : distance, mobilité,

Plus en détail

Thésaurus du cancer de l ovaire

Thésaurus du cancer de l ovaire Thésaurus du cancer de l ovaire - 1 - Cancers de l ovaire Bilan - Anamnèse personnelle et familiale - +/- Echographie vaginale et/ou pelvienne - IRM abdomino-pelvienne de préférence, TDM à défaut - Si

Plus en détail

Cancer de l'ovaire Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Cancer de l'ovaire Collège Français des Pathologistes (CoPath) Cancer de l'ovaire Collège Français des Pathologistes (CoPath) 201 3 1 Table des matières 1. Fréquence, épidémiologie... 3 2. Types histologiques... 3 3. Facteurs de risque, carcinogenèse, modalités d'extension...3

Plus en détail

Construisons ensemble le premier centre intégré de prise en charge des cancers thoraciques

Construisons ensemble le premier centre intégré de prise en charge des cancers thoraciques Construisons ensemble le premier centre intégré de prise en charge des cancers thoraciques Les cancers thoraciques sont multiples Grande variété de tumeurs (poumons primitifs, métastases, médiastin, sarcomes,

Plus en détail

Peut-on ne pas faire de bilan d extension?

Peut-on ne pas faire de bilan d extension? Peut-on ne pas faire de bilan d extension? Dr Claudia Lefeuvre-Plesse 12/06/2015 Avec le soutien de Pierre Kerbrat De Jean-Sebastien Fresnel 2 histoires en parallèle. Noemie, 38 ans Autopalpation Bilan

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du col utérin

Thésaurus du Cancer du col utérin Thésaurus du Cancer du col utérin - 1 - Bilan pré thérapeutique Diagnostic d un micro infiltrant sur pièce de conisation - Ia1, limites saines : pas d autre investigation - Ia1, limites non saines ou emboles

Plus en détail