Les enjeux de la fiscalité de la propriété intellectuelle Approche européenne. Université McGill

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les enjeux de la fiscalité de la propriété intellectuelle Approche européenne. Université McGill"

Transcription

1 Les enjeux de la fiscalité de la propriété intellectuelle Approche européenne Université McGill Nicolas Binctin Professeur de droit Université de Poitiers

2 Environnement Politique fiscale de la propriété intellectuelle en Europe dès les années soixante-dix. Politiques publiques de soutien à l innovation et la création orientées non pas vers les créateurs mais vers les investisseurs. Généralisation des politiques fiscales en faveur de l innovation et de la création en Europe.

3 La problématique Les opérateurs, parce qu ils ont une activité largement dématérialisée et globalisée, peuvent pleinement bénéficier de cette concurrence fiscale et organiser leur soumission à l impôt au regard de cette compétition interétatique. Les États édictent les règles, les justiciables les appliquent avec intelligence.

4 Plan Politiques fiscale européennes en faveur de la création et de l innovation(i). Le devenir de cette organisation à l aune des initiatives de l OCDE pour lutter contre l érosion de la base fiscale (II) Distinction entre les enjeux de la fiscalité de la propriété intellectuelle de ceux de la fiscalité du commerce électronique (III)

5 I/ Politiques fiscale européennes en faveur de la création et de l innovation Deux axes sont traditionnellement retenus en Europe pour la politique fiscale: - Politiques visant la création de biens intellectuels - Politiques visant leur exploitation.

6 Fiscalité de la création de biens intellectuels Plus des 2/3 des Etats de l OCDE offraient des incitations fiscales en faveur de la R&D. Pratiquement tous les Etats de l UE ont des dispositions en ce sens. Plusieurs économies émergentes, telle l Inde, le Brésil ou Israël, suivent ce mouvement Enjeu de la qualification des dépenses de création: charge ou immobilisation.

7 Partage direct des risques Le taux de retour sur investissement moyen du capital-création est nettement inférieur à celui obtenu pour le capital-investissement dans son ensemble. Le soutien fiscal compense le coût du risque et réduit la carence de fonds.

8 Généralisation des crédits d impôts Aide fiscale permettant d accroître la compétitivité des entreprises en soutenant leurs efforts de R&D et de créativité. Assiettes en volume ou en croissance Dépenses éligibles établies à partir du manuel de Frascati de l OCDE Adaptation selon la taille de l entreprise

9 Modèles complexes manquant souvent leurs cibles Influence directe sur le coût du travail. Le coût d accès consomme une part sensible de l avantage fiscale. Instabilité des mesures fiscales, sans lien avec la durée des programmes de création et développement.

10 Fiscalité de l exploitation des actifs intellectuels Le second terrain sensible de la stratégie fiscale de l innovation est le traitement fiscal des revenus générés par l exploitation de ces créations. Il n y avait pas de lien entre les deux questions: un opérateur peut placer sa création sur le territoire d un État, notamment parce que la fiscalité de l investissement créatif y est attractive, puis placer la propriété de biens intellectuels créés sur le territoire d un autre État, celui-ci offrant une fiscalité attractive pour leur exploitation. Ce sujet fut au cœur des réflexions ces dernières années. Problème de la planification fiscale Maintien d une concurrence fiscale entre les Etats européens.

11 Planification fiscale Hébergement des biens intellectuels sur le territoire d un Etat ayant une fiscalité attractive pour l exploitation des biens intellectuels. Exemples de la Suisse, du Luxembourg, de la Belgique et de la France.

12 Politique de prix de transfert Appliquée à la propriété intellectuelle, cette politique est particulièrement performante Pas de circulation de corporels d un lieu de production à l autre, pas contraintes de supply chain. Double effet fiscal du montage hybride: Limitation de la base imposable de chaque filiale en créant des charges Placer ces revenus de propriété intellectuelle sur le territoire d un Etat qui les soumet peu à l impôt et allégement une seconde fois la charge fiscale.

13 Concurrence fiscale entre les Etats La planification fiscale est essentiellement le fruit de la concurrence fiscale des Etats et l écart entre une globalisation de l économie versus une approche locale des Etats qui prélèvent l impôt. Problème de la retenue à la source. Principe de libre circulation au sein de l Union européenne.

14 II/ Des initiatives de l OCDE pour lutter contre l érosion de la base fiscale L'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfice (BEPS) concernent les stratégies de planification fiscale qui exploitent les lacunes du system fiscal international pour transférer les bénéfices dans les lieux où il y a peu ou pas d'activité économique ou de fiscalité. De l action coordonnée des entreprises vers l action coordonnée des Etats.

15 Relation entre le lieu de création et la fiscalité de l exploitation Exemple des logiciels Les actions BEPS pour renforcer le lien entre lieu de création et fiscalité de l exploitation

16 Le statut des Patent Box 2007, les Pays-Bas proposent le système d Octrooibox Mécanisme présent dans de nombreux pays, notamment, notamment l Autriche, la Belgique, le Brésil, la Chine, la Hongrie, Malte, la Corée du Sud, l Espagne, la Suisse, la Turquie. Proposition de Patent Box en Grande-Bretagne en 2013, conflit avec l Allemagne.

17 Effet BEPS L'approche recommandée nécessite un lien direct entre les revenus admissibles aux prestations, les taux d'imposition et l'activité contribuant à ce revenu. Les taux d'imposition réduits au titre de la patent box ne peuvent s'appliquer qu'aux revenus de la propriété intellectuelle lorsque l'activité proprement dite de R & D est entreprise.

18 L approche NEXUS L approche est une application spécifique de BEPS pour la propriété intellectuelle. L approche Nexus consiste à calculer le revenu provenant de la propriété intellectuelle (PI) admissible à des avantages fiscaux. Lien entre la dépense admissible engagée lors de la création des actifs de PI et le revenu provenant de ces actifs de PI. Les actifs de PI éligibles sont limités aux brevets ou à des biens incorporels de fonction équivalente, Elle suggère les définitions de «dépenses admissibles», de «dépenses globales» et de «revenus provenant des actifs de PI».

19 L enjeu du champ d application Les patents box intègrent les brevets, les CCP. Les modèles varient ensuite, certains intègrent les savoir-faire, d autres les variétés végétales. Les dessins et modèles le sont rarement, toute comme les droits d auteur, en dehors du cas des logiciels. Cette posture fiscale en faveur de certaines formes d innovation passe à côté de la nouvelle économie

20 Evolution du calcul des prix de transfert Evolution du principe de pleine concurrence Le prix de transfert devra correspondre aux bénéfices opérationnels et aux activités économiques dont ils sont issus. Les entreprises doivent pouvoir contrôler les risques qui donnent lieu aux rendements éventuels. Le simple fait d être propriétaire d un actif incorporel ne suffit pas pour générer des rendements importants.

21 Montage hybride Ces montages ne seront plus possibles même si un pays seulement adopte les règles de neutralisation de ces montages. L approche de base consiste à refuser la déduction au titre de la dépense, avec pour corollaire de taxer le revenu connexe, lorsque le pays du payeur ne neutralise pas cette déduction.

22 Maintien de la fiscalité en faveur de la création Pas de conflit, pour le moment, entre les crédits d impôts et les solutions de Patent Box. Si les Etats abaissent de façon générale le taux d imposition des sociétés, l avantage compétitif attaché à l imposition de l exploitation sera réduit, voire annulé. Maintien de la concurrence fiscale entre Etats de l UE.

23 III/ Fiscalité de la propriété intellectuelle de ceux de la fiscalité du commerce électronique L économie numérique s impose comme l économie au sens propre. Il est difficile, voire impossible, de l isoler du reste de l économie à des fins fiscales. Certains modèles économiques et attributs essentiels de l économie numérique peuvent exacerber les risques de BEPS. Exemple de l économie des plateformes. Initiatives de l UE pour engager des réformes du cadre fiscal de l UE pour la fiscalité directe et la fiscalité indirecte.

24 Les enjeux de la fiscalité directe Une directive sur la lutte contre l évasion fiscale Rendre les conventions fiscales plus étanches aux pratiques abusives Révision de la directive sur la coopération administrative Communication sur une stratégie extérieure pour une imposition effective Clause anti-abus générale: lutter contre la planification fiscale agressive lorsque d autres règles ne s appliquent pas

25 Imposition à la sortie: empêcher les entreprises de délocaliser leurs actifs dans le seul but d éluder l impôt Les actifs intellectuels ne sont pas taxés lorsqu ils sont transférés d un État membre vers un pays tiers. Les sociétés peuvent ainsi déplacer sans conséquences fiscales les actifs intellectuels. Proposition de directive pour que tous les États membres appliquent une taxe de sortie sur les actifs transférés hors de leur territoire. Maintien de la concurrence fiscale interne à l UE.

26 Fiscalité indirecte Amélioration de l environnement de la TVA pour le commerce en ligne. TVA est payée dans l État membre du consommateur final. Simplifier les mesures de collectes et de déclarations pour les opérateurs économiques. Limiter les coûts pour les opérateurs; accroître les recettes pour les Etats et lutter contre la fraude. Enjeu de la qualification des contrats (concession/service, effet sur le TVA, exemple du livre numérique).

27 Merci N. Binctin, Droit de la propriété intellectuelle, 4 ème éd. LGDJ 2016, coll. Manuel N. Binctin, Stratégie d entreprise et propriété intellectuelle, LGDJ 2015, coll. Droit des affaires.

De mettre au point des instruments propres à supprimer ou à neutraliser les effets des montages hybrides et des opérations d arbitrage.

De mettre au point des instruments propres à supprimer ou à neutraliser les effets des montages hybrides et des opérations d arbitrage. NOUS, MINISTRES ET REPRÉSENTANTS de l Afrique du sud, de l Allemagne, de l Argentine, de l Australie, de l Autriche, de la Belgique, du Brésil, du Canada, du Chili, de la Corée, du Danemark, de l Espagne,

Plus en détail

Position du Groupe PPE. sur l imposition. Groupe PPE. au Parlement européen

Position du Groupe PPE. sur l imposition. Groupe PPE. au Parlement européen sur l imposition Groupe PPE au Parlement européen sur l imposition sur l imposition 1 Table des matières 1. Priorités du Groupe PPE en matière d impôt 5 2. Mesures législatives et non-législatives précises

Plus en détail

internationaux. Le nouvel environnement

internationaux. Le nouvel environnement L instauration d un nouvel ordre fiscal international, les groupes industriels ou de distribution doivent s interroger sur leur gestion fiscale à la suite de la publication par l OCDE du rapport «BEPS»

Plus en détail

Congrès de Rio de Janeiro. Sujet 1: BEPS and taking stocks. Rapporteur : Nadia Sabin

Congrès de Rio de Janeiro. Sujet 1: BEPS and taking stocks. Rapporteur : Nadia Sabin Congrès de Rio de Janeiro Sujet 1: BEPS and taking stocks Rapporteur : Nadia Sabin 1 Sommaire 1. Vue d ensemble 1.1. Priorités 1.2. Contribution de la France 1.3. Contexte national 1.4. Impacts pour les

Plus en détail

emploi.versunnouveaumonde.fr DOSSIER DE PRESSE - 5 ANS POUR L EMPLOI

emploi.versunnouveaumonde.fr DOSSIER DE PRESSE - 5 ANS POUR L EMPLOI DOSSIER DE PRESSE emploi.versunnouveaumonde.fr SITUATION ACTUELLE DE NOS FINANCES PUBLIQUES. LE NIVEAU DES DÉPENSES PUBLIQUES EN FRANCE EST RÉSOLUMENT EXCESSIF Le graphique ci-dessous positionne la France

Plus en détail

Lutte contre l évasion fiscale au sein de l UE (note d information)

Lutte contre l évasion fiscale au sein de l UE (note d information) Conférence interparlementaire sur la stabilité, la coordination économique et la gouvernance au sein de l'union européenne (Les 16 et 18 octobre 2016, Bratislava) Session 2 Lutte contre l évasion fiscale

Plus en détail

MISE A JOUR 2015 DE L ETUDE SUR LA FISCALITE DU SECTEUR DU MEDICAMENT EN FRANCE ET EN EUROPE - SYNTHESE

MISE A JOUR 2015 DE L ETUDE SUR LA FISCALITE DU SECTEUR DU MEDICAMENT EN FRANCE ET EN EUROPE - SYNTHESE MISE A JOUR 2015 DE L ETUDE SUR LA FISCALITE DU SECTEUR DU MEDICAMENT EN FRANCE ET EN EUROPE - SYNTHESE Pour la quatrième année consécutive, le cabinet PwC Société d Avocats a réalisé à la demande du Leem

Plus en détail

Chaque pays a la possibilité de mettre en place des incitants fiscaux dans le but d attirer des investissements ou des capitaux sur son territoire.

Chaque pays a la possibilité de mettre en place des incitants fiscaux dans le but d attirer des investissements ou des capitaux sur son territoire. Impôt des sociétés : la déduction pour revenus d innovation au lieu de la déduction pour revenus de brevets Jean-Luc WUIDARD - Avocat au Barreau de Liège Acteo Cabinet d avocats La loi du 7 février 2017

Plus en détail

Optimisation fiscale et mondialisation

Optimisation fiscale et mondialisation Optimisation fiscale et mondialisation Séminaire Fourgeaud Discussion par Vincent Vicard Banque de France 18 novembre 2015 Optimisation fiscale et mondialisation Du fait de leur nature même, les entreprises

Plus en détail

TROISIÈME RÉUNION DU FORUM MONDIAL SUR LA TVA PARIS, 5-6 NOVEMBRE 2015 PROJET D ORDRE DU JOUR SESSION PLÉNIÈRE 1

TROISIÈME RÉUNION DU FORUM MONDIAL SUR LA TVA PARIS, 5-6 NOVEMBRE 2015 PROJET D ORDRE DU JOUR SESSION PLÉNIÈRE 1 TROISIÈME RÉUNION DU FORUM MONDIAL SUR LA TVA PARIS, 5-6 NOVEMBRE 2015 PROJET D ORDRE DU JOUR JEUDI 5 NOVEMBRE 2015 8.00 9.00 Enregistrement 9.00 9.30 SESSION D OUVERTURE Allocution de bienvenue Thème

Plus en détail

Droit fiscal : la réforme de l imposition des entreprises III et la patent box

Droit fiscal : la réforme de l imposition des entreprises III et la patent box 7 ème journée des Start up, des PME et de l innovation Présentation du 18 février 2016 Droit fiscal : la réforme de l imposition des entreprises III et la patent box Thierry Obrist Avocat et Professeur,

Plus en détail

CONDITIONS D UNE FISCALITÉ ÉQUILIBRÉE ENTRE COMMERCE PHYSIQUE, E-COMMERCE ET PURE-PLAYERS INTERNATIONAUX. Nicolas DUBOILLE

CONDITIONS D UNE FISCALITÉ ÉQUILIBRÉE ENTRE COMMERCE PHYSIQUE, E-COMMERCE ET PURE-PLAYERS INTERNATIONAUX. Nicolas DUBOILLE CONDITIONS D UNE FISCALITÉ ÉQUILIBRÉE ENTRE COMMERCE PHYSIQUE, E-COMMERCE ET PURE-PLAYERS INTERNATIONAUX Nicolas DUBOILLE Associé du département fiscal, Cabinet Granrut I. Origine des distorsions fiscales

Plus en détail

VERS UNE FISCALITE EUROPEENNE?

VERS UNE FISCALITE EUROPEENNE? VERS UNE FISCALITE EUROPEENNE? Espace Universitaire ULg Verviers 7 décembre 2015 Prof. Dr. Isabelle Richelle Co-Présidente Tax Institute de l Université de Liège Isabelle.Richelle@Ulg.ac.be 1957-6 2 3

Plus en détail

RÉFORME DE L IMPOSITION DES ENTREPRISES III

RÉFORME DE L IMPOSITION DES ENTREPRISES III INCUBATEUR THE ARK 1 RÉFORME DE L IMPOSITION DES ENTREPRISES III Quo Vadis CONSULTEC Conseil d entreprises et fiduciaire SA Technopôle 1 CH- 960 SIERRE Tél. : 027/456 84 84 Fax : 027/456 84 85 E-mail :

Plus en détail

Réforme fiscale au Luxembourg Un processus continu?

Réforme fiscale au Luxembourg Un processus continu? Réforme fiscale au Luxembourg Un processus continu? 7 février 2017 I. Enseignements des orateurs du cycle de conférences sur la réforme fiscale I.A. L impact d une réduction du taux d IRC/ICC M. Clemens

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5 Liste des abréviations les plus couramment utilisées 11 Préambule 13. Partie 1. La résidence fiscale 15

Table des matières. Sommaire 5 Liste des abréviations les plus couramment utilisées 11 Préambule 13. Partie 1. La résidence fiscale 15 Sommaire 5 Liste des abréviations les plus couramment utilisées 11 Préambule 13 Partie 1. La résidence fiscale 15 Titre 1. Définition 17 Chapitre 1. Contexte international 19 Section 1. Impact des conventions

Plus en détail

MISE A JOUR 2014 DE L ETUDE SUR LA FISCALITE DU SECTEUR DU MEDICAMENT EN FRANCE ET EN EUROPE - SYNTHESE

MISE A JOUR 2014 DE L ETUDE SUR LA FISCALITE DU SECTEUR DU MEDICAMENT EN FRANCE ET EN EUROPE - SYNTHESE MISE A JOUR 2014 DE L ETUDE SUR LA FISCALITE DU SECTEUR DU MEDICAMENT EN FRANCE ET EN EUROPE - SYNTHESE Pour la troisième année consécutive, le cabinet Landwell, membre du réseau international PwC, a réalisé

Plus en détail

L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe. Joan Miquel Rascagneres

L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe. Joan Miquel Rascagneres L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe Joan Miquel Rascagneres 1 I. L essentiel de l Andorre 2 1. Économie Les chiffres de l économie: - Population: 70.000 habitants - PIB: 2,5 milliards d euros.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Table des matières I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TABLE DES MATIÈRES. Table des matières I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES IX Table des matières I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1.1. Dispositions internationales et européennes 4 NOVEMBRE 1950. CONVENTION de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales.. 2 20 MARS

Plus en détail

REFLEXIONS ET PROPOSITIONS POUR UNE FISCALITE DU DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE CENTRALE

REFLEXIONS ET PROPOSITIONS POUR UNE FISCALITE DU DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE CENTRALE CONFERENCE CONSULTATIVE REGIONALE EN AFRIQUE 5 au 7 novembre 2007, ACCRA - GHANA REFLEXIONS ET PROPOSITIONS POUR UNE FISCALITE DU DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE CENTRALE Serge ABESSOLO Docteur en Droit Avocat

Plus en détail

Fiscalité internationale : une vraie (r)évolution. Creating value(s) Créateurs de valeur(s) Wir schaffen Wert(e)

Fiscalité internationale : une vraie (r)évolution. Creating value(s) Créateurs de valeur(s) Wir schaffen Wert(e) Fiscalité internationale : une vraie (r)évolution Creating value(s) Créateurs de valeur(s) Wir schaffen Wert(e) Quoi? Crise financière Evasion fiscale Volonté politique G20 Plan de lutte contre l évasion

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. Fiscalité des revenus de l'épargne sous forme de paiements d'intérêts

Les avis de la Chambre des Métiers. Fiscalité des revenus de l'épargne sous forme de paiements d'intérêts Les avis de la Chambre des Métiers Fiscalité des revenus de l'épargne sous forme de paiements d'intérêts CdM/11/06/2014-14-17 Projet de loi portant modification de la loi modifiée du 21 juin 2005 transposant

Plus en détail

AVIS II/42/ octobre 2017

AVIS II/42/ octobre 2017 10 octobre 2017 AVIS II/42/2017 - relatif au projet de loi relatif au régime fiscal de la propriété intellectuelle et modifiant - la loi modifiée du 4 décembre 1967 concernant l impôt sur le revenu ; -

Plus en détail

Annuaire de la compétitivité 2012

Annuaire de la compétitivité 2012 Annuaire de la compétitivité 2012 UEL, le 22 novembre 2012 Annuaire de la compétitivité 2012 Evolution de 24 indicateurs de compétitivité 9 indicateurs de compétitivité-coût 8 indicateurs de compétitivité

Plus en détail

Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 8 février 2016 (OR. en)

Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 8 février 2016 (OR. en) Conseil UE Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 8 février 2016 (OR. en) Dossiers interinstitutionnels: 2016/0010 (CNS) 2016/0011 (CNS) 5827/16 LIMITE PUBLIC FISC 14 ECOFIN 71 NOTE Origine: Destinataire:

Plus en détail

Intégration régionale, transition fiscale et réforme de la fiscalité indirecte interne

Intégration régionale, transition fiscale et réforme de la fiscalité indirecte interne Intégration régionale, transition fiscale et réforme de la fiscalité indirecte interne Gérard Chambas CERDI-CNRS, Université d Auvergne Conférence POLDEV FERDI-Ministère de l Economie et des Finances de

Plus en détail

Exercice d imposition Revenus 2014

Exercice d imposition Revenus 2014 L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES LA DEDUCTION D INTERET NOTIONNEL: un incitant fiscal belge novateur Exercice d imposition 2015 - Revenus 2014 www.business.belgium.be 2 Contenu 4 De

Plus en détail

Daniel Gutmann Avocat. Sorbonne (Université Paris-1)

Daniel Gutmann Avocat. Sorbonne (Université Paris-1) L approche française Daniel Gutmann Avocat Professeur à l Ecole lecole de droit de la Sorbonne (Université Paris-1) Compétitivité nationale vs compétitivité éii iéeuropéenne? L Europe, une chance ou un

Plus en détail

La chimie, un atout pour la France

La chimie, un atout pour la France Union des Industries Chimiques La chimie, un atout pour la France Pascal Juéry Président de l UIC Conférence de presse annuelle La chimie : un atout pour la France Une performance économique satisfaisante

Plus en détail

Séminaire TPA-TTF DU 28 AU 30 JUIN 2016 ACCRA

Séminaire TPA-TTF DU 28 AU 30 JUIN 2016 ACCRA République du Sénégal Ministère de l Economie et des Finances Direction de la Prévision et des Etudes Economiques Séminaire TPA-TTF DU 28 AU 30 JUIN 2016 ACCRA www.dpee.sn THEME 2 La gestion des réformes

Plus en détail

Réforme fiscale: tendances récentes et implications pour la RDC

Réforme fiscale: tendances récentes et implications pour la RDC Réforme fiscale: tendances récentes et implications pour la RDC Forum national sur la réforme du système fiscal de la RDC Kinshasa, 11-14 septembre 2017 Nicholas Staines Représentant résident (RDC) Avec

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LE TRAITEMENT DES INTÉRÊTS ET SUR LES QUESTIONS CONNEXES LIÉES À L ÉROSION DE L ASSIETTE FISCALE

QUESTIONNAIRE SUR LE TRAITEMENT DES INTÉRÊTS ET SUR LES QUESTIONS CONNEXES LIÉES À L ÉROSION DE L ASSIETTE FISCALE QUESTIONNAIRE SUR LE TRAITEMENT DES INTÉRÊTS ET SUR LES QUESTIONS CONNEXES LIÉES À L ÉROSION DE L ASSIETTE FISCALE Ce questionnaire doit être rempli par les participants aux programmes des Nations unies

Plus en détail

Mesures fiscales Questions choisies

Mesures fiscales Questions choisies Mesures fiscales Questions choisies Assemblée générale ordinaire EXPERTsuisse Ordre genevois 29 septembre 2016 29.09.2016- Page 1 Patent box Etape 1 : L'entreprise dispose-t-elle d'actifs éligibles? La

Plus en détail

BUDGET ET RÉFORMES SAMEDI BRUXELLES

BUDGET ET RÉFORMES SAMEDI BRUXELLES BUDGET ET RÉFORMES RESPECTER LES ENGAGEMENTS BUDGÉTAIRES EUROPÉENS DE LA BELGIQUE POURSUIVRE LES RÉFORMES STRUCTURELLES MISER SUR LES INVESTISSEMENTS STRATÉGIQUES SAMEDI 15.10.2016 - BRUXELLES GOUVERNEMENT

Plus en détail

La fiscalité en Belgique : qu en pensent les scandaleusement riches?

La fiscalité en Belgique : qu en pensent les scandaleusement riches? La fiscalité en Belgique : qu en pensent les scandaleusement riches? 1 Plan de l intervention 1) Les représentations autour de l impôt 2) À quoi sert l impôt? 3) Tous les impôts sont-ils logés à la même

Plus en détail

Présentation de Pascal Broulis, chef du DFIRE, 12 e rencontre du Club des Cent, Vevey, le 1 er novembre Le Canton de Vaud prêt pour la RIE III

Présentation de Pascal Broulis, chef du DFIRE, 12 e rencontre du Club des Cent, Vevey, le 1 er novembre Le Canton de Vaud prêt pour la RIE III Présentation de Pascal Broulis, chef du DFIRE, 12 e rencontre du Club des Cent, Vevey, le 1 er novembre 2016 Le Canton de Vaud prêt pour la RIE III Vaud et ses finances Superficie: 321 200 hectares (7,8%

Plus en détail

Fiscalité du E-commerce

Fiscalité du E-commerce Fiscalité du E-commerce Jean Pierre RIQUET Conseil juridique & Fiscal 1. L impôt direct et l E-commerce Double imposition CDPI Etablissem ent stable OCDE Travaux du BEPS Assujettis Localisation Vente distance

Plus en détail

Concurrence fiscale en matière d IS. COE Groupe «Emploi et financement de la protection sociale»

Concurrence fiscale en matière d IS. COE Groupe «Emploi et financement de la protection sociale» Concurrence fiscale en matière d IS COE Groupe «Emploi et financement de la protection sociale» La fiscalité peut jouer un rôle déterminant dans les choix de localisation (1) Choix de localisation des

Plus en détail

Le secteur des TICs et ALECA : Etat des lieux vs attentes du secteur

Le secteur des TICs et ALECA : Etat des lieux vs attentes du secteur Présentation au Ministère des Technologies de la Communication et de l'economie Numérique Le secteur des TICs et ALECA : Etat des lieux vs attentes du secteur Tunis, le 10 janvier 2017 Fatma MARRAKCHI

Plus en détail

TETRALERT TAX PRÊTS HYBRIDES (PPL), MONTAGES NON-AUTHENTIQUES ET FIN DE LA DÉDUCTION DES RDT

TETRALERT TAX PRÊTS HYBRIDES (PPL), MONTAGES NON-AUTHENTIQUES ET FIN DE LA DÉDUCTION DES RDT TETRALERT TAX PRÊTS HYBRIDES (PPL), MONTAGES NON-AUTHENTIQUES ET FIN DE LA DÉDUCTION DES RDT I. INTRODUCTION La directive 2011/96/UE concernant le régime fiscal commun applicable aux sociétés mères et

Plus en détail

La compétitivité de l économie luxembourgeoise marque le pas par rapport à 2007

La compétitivité de l économie luxembourgeoise marque le pas par rapport à 2007 IMD World Competitiveness Yearbook 2008 La compétitivité de l économie luxembourgeoise marque le pas par rapport à 2007 Selon le World Competitiveness Yearbook 2008, publié par l institut suisse IMD (International

Plus en détail

Les recettes fiscales totales au Canada ont atteint

Les recettes fiscales totales au Canada ont atteint Fiscalité internationale Zhengxi Lin Les recettes fiscales totales au ont atteint 324,6 milliards de dollars en 1997. Ce chiffre représentait 36,8 % du produit intérieur brut (PIB) 1, ce qui était nettement

Plus en détail

Quelle réforme fiscale pour accélérer le retour de la croissance?

Quelle réforme fiscale pour accélérer le retour de la croissance? Après avoir imposé, en 2011, la compétitivité des entreprises comme un enjeu majeur des politiques publiques, Coe-Rexecode ouvre aujourd hui un nouveau débat sur l'impact de la fiscalité sur la croissance.

Plus en détail

Table. CHAPITRE 1 Paie-l-on trop d'impôts en France?

Table. CHAPITRE 1 Paie-l-on trop d'impôts en France? Table Introduction. CHAPITRE 1 Paie-l-on trop d'impôts en France? 1. Impôts, cotisations sociales, prélèvements obligatoires : de quoi parle-t-on? 13 2. Cette distinction existe-t-elle dans tous les pays?

Plus en détail

La pression fiscale dans les pays de l OCDE retrouve les niveaux record de 2000

La pression fiscale dans les pays de l OCDE retrouve les niveaux record de 2000 Centres de l OCDE Allemagne Berlin (49-30) 288 8353 Japon Tokyo (81-3) 5532-0021 Mexique Mexico (52-55) 5281 3810 Etats-Unis Washington (1-202) 785 6323 ALLEMAGNE AUSTRALIE AUTRICHE BELGIQUE CANADA CORÉE

Plus en détail

BUDGET ET RÉFORMES SAMEDI BRUXELLES

BUDGET ET RÉFORMES SAMEDI BRUXELLES BUDGET ET RÉFORMES RESPECTER LES ENGAGEMENTS BUDGÉTAIRES EUROPÉENS DE LA BELGIQUE POURSUIVRE LES RÉFORMES STRUCTURELLES MISER SUR LES INVESTISSEMENTS STRATÉGIQUES SAMEDI 15.10.2016 - BRUXELLES GOUVERNEMENT

Plus en détail

L anti evasion fiscale au maroc: quellles mesures pour quels. resultats?

L anti evasion fiscale au maroc: quellles mesures pour quels. resultats? L anti evasion fiscale au maroc: quellles mesures pour quels resultats? Introduction La fraude fiscale est un phénomène de grande ampleur sur l économie nationale, elle consiste en une transgression des

Plus en détail

Quel est le montant total des dépenses publiques d éducation?

Quel est le montant total des dépenses publiques d éducation? Indicateur Quel est le montant total des dépenses publiques d éducation? Les pays de l OCDE consacrent, en moyenne, 12.9 % de leurs dépenses publiques totales à l éducation. Cette part varie toutefois

Plus en détail

La Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE)

La Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) La Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) Publié le 22 octobre 2012 - Dernière mise à jour le 30 mai 2017 Principes et champ d application FICHE PRATIQUE La CVAE touche toutes les personnes

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2013

Loi de finances rectificative pour 2013 Loi de finances rectificative pour 2013 Sur l'article 30 relatif aux mesures de modernisation des impositions dont les recettes sont affectées au centre national du cinéma et de l image animée La taxe

Plus en détail

Regard sur 15 ans de politiques d innovation, enjeux dans un contexte concurrentiel Rémi Lallement / Département Economie / France Stratégie

Regard sur 15 ans de politiques d innovation, enjeux dans un contexte concurrentiel Rémi Lallement / Département Economie / France Stratégie Titre de la présentation 1 Conférence co-organisée par l Association des conseils en innovation (ACI) et le Conseil Régional Auvergne Rhône-Alpes, «La mise en œuvre à l échelon local des politiques européennes

Plus en détail

La France consolide sa compétitivité dans une tendance générale à la convergence

La France consolide sa compétitivité dans une tendance générale à la convergence COMPARAISON INTERNATIONALE SUR LE COURS DU CHERCHEUR COMPTABILISÉ PAR LES GROUPES BÉNÉFICIAIRES DU CIR EN 2016 ANRT, octobre 2017 La France consolide sa compétitivité dans une tendance générale à la convergence

Plus en détail

Considérations fiscales importantes dans un contexte de vente d actions, de vente d actifs et de vente hybride

Considérations fiscales importantes dans un contexte de vente d actions, de vente d actifs et de vente hybride Considérations fiscales importantes dans un contexte de vente d actions, de vente d actifs et de vente hybride Miguel Boissonneault Marc-Antoine Brault-Brissette Agenda Vente d actions vs. vente d actifs

Plus en détail

Aperçu du budget fédéral canadien de 2016 et de son incidence sur les entreprises

Aperçu du budget fédéral canadien de 2016 et de son incidence sur les entreprises Aperçu du budget fédéral canadien de 2016 et de son incidence sur les entreprises Dion Legge Associé, Coresponsable de l équipe Fiscalité, Canada Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. Le mercredi

Plus en détail

Cadre d intervention régional «Fonds de 1 er secours»

Cadre d intervention régional «Fonds de 1 er secours» Cadre d intervention régional «Fonds de 1 er secours» 1. Préambule Le Schéma Régional de Développement Economique, d Innovation et d Internationalisation (SRDEII) présente l ambition forte d emmener les

Plus en détail

Particularités de l imposition des revenus du capital

Particularités de l imposition des revenus du capital Particularités de l imposition des revenus du capital Tendances internationales en matière de fiscalité 4 juillet 2005 Numéro 26 1 2 Aménagement du système fiscal visant à éviter la double imposition économique

Plus en détail

LETTRE DES RESEAUX. Août 2010 INTRODUCTION

LETTRE DES RESEAUX. Août 2010 INTRODUCTION Août 2010 LETTRE DES RESEAUX N U M É R O S P É C I A L INTRODUCTION PARIS 61 rue de Miromesnil 75008 Paris Tél. 01 53 96 20 00 - Fax. 01 53 96 20 01 LYON 7 rue de Bonnel 69003 Lyon Tél. 04 72 61 75 15

Plus en détail

Le commerce de produits contrefaisants et piratés:

Le commerce de produits contrefaisants et piratés: Le commerce de produits contrefaisants et piratés: Avril 2016 RÉSUMÉ La présente étude offre une analyse actualisée de l impact du commerce mondial de produits contrefaisants et piratés, que le grand public

Plus en détail

Les défis que pose la facilitation des échanges dans les pays africains

Les défis que pose la facilitation des échanges dans les pays africains Les défis que pose la facilitation des échanges dans les pays africains Anne-Marie Geourjon, FMI OCDE, Forum régional : «Optimiser les retombées de la facilitation des échanges en termes de développement»

Plus en détail

Bilan des Investissements Etrangers 2015 Provence Alpes Cote d Azur. 17 Mars 2016

Bilan des Investissements Etrangers 2015 Provence Alpes Cote d Azur. 17 Mars 2016 Bilan des Investissements Etrangers 0 Provence Alpes Cote d Azur 7 Mars 06 LESINVESTISSEMENTS étrangers CREATEURS D EMPLOIS Mars 06 EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR Les entreprises étrangères implantées en

Plus en détail

Agriculture et emploi Mettre fin aux distorsions de concurrence intra-communautaires

Agriculture et emploi Mettre fin aux distorsions de concurrence intra-communautaires Agriculture et emploi Mettre fin aux distorsions de concurrence intra-communautaires En, les productions employeuses de main d œuvre sont en déclin Les salaires minimums dans l Union européenne en 2012

Plus en détail

Atelier ONU sur les Prix de Transfert Antananarivo, Madagascar Novembre 2016

Atelier ONU sur les Prix de Transfert Antananarivo, Madagascar Novembre 2016 Atelier ONU sur les Prix de Transfert Antananarivo, Madagascar 14-17 Novembre 2016 NOTE D INFORMATION Introduction Les Nations Unies sont passées du cadre des Objectifs du millénaire pour le développement

Plus en détail

LE SYSTEME D INCITATION AUX INVESTISSEMENTS EN TUNISIE: MARS 2008

LE SYSTEME D INCITATION AUX INVESTISSEMENTS EN TUNISIE: MARS 2008 LE SYSTEME D INCITATION AUX INVESTISSEMENTS EN TUNISIE: MARS 2008 Introduction la Tunisie a opté pour une politique dynamique axée sur: l'intégration de son économie. la compétitivité. La capacité d'innovation

Plus en détail

L apport de la réforme de l imposition des entreprises III (RIE III)

L apport de la réforme de l imposition des entreprises III (RIE III) L apport de la réforme de l imposition des entreprises III (RIE III) Prise de position de actualisation du 17 juin 2016 LES EXIGENCES POSÉES À LA SUISSE : La mise en conformité avec les standards de l

Plus en détail

Le médicament. des dépenses

Le médicament. des dépenses Le médicament dans La régulation des dépenses Les données clés Fiche 1 Analyse rétrospective de l impact des lois de financement de la sécurité sociale Fiche 2 Poids du médicament dans les dépenses de

Plus en détail

Internationalisation de la R&D : tendances récentes

Internationalisation de la R&D : tendances récentes 1 Réseaux mondiaux d innovation ANRT/IFRI 30 novembre 2005, IFRI, Paris Internationalisation de la R&D : tendances récentes Kalman Kalotay Service de l analyse des questions d investissement CNUCED Les

Plus en détail

Rapport au G20 Compact with Africa Tunisie Objectif: Améliorer les conditions de l investissement (domestique et extérieur)

Rapport au G20 Compact with Africa Tunisie Objectif: Améliorer les conditions de l investissement (domestique et extérieur) Rapport au G20 Compact with Africa Tunisie Objectif: Améliorer les conditions de l investissement (domestique et extérieur) La Tunisie a engagé une refonte totale du cadre d investissement, dans l objectif

Plus en détail

POLITIQUE EUROPÉENNE DE L EMPLOI -MALTE

POLITIQUE EUROPÉENNE DE L EMPLOI -MALTE Danièle Meulders Sile O Dorchai Année 2010-2011 POLITIQUE EUROPÉENNE DE L EMPLOI -MALTE Biset-Bentchikou Carla Lavry Perrine TABLE DES MATIÈRES Caractéristiques du pays Marché du travail Groupes cibles

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL

REPUBLIQUE DU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL Ce document contient une liste provisoire de réserves et des notifications de la République du Sénégal en vertu des articles 28(7) et 29(4) de la Convention. 2 Article 2 Interprétation

Plus en détail

LA FRANCE, AU-DELÀ DES IDÉES REÇUES L ESSENTIEL EN

LA FRANCE, AU-DELÀ DES IDÉES REÇUES L ESSENTIEL EN LA FRANCE, AU-DELÀ DES IDÉES REÇUES 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 LA FRANCE, UNE PETITE ÉCONOMIE? La France est la 5 e puissance économique mondiale avec un PIB de 2 422 Md$ en 2015 (FMI), et le 2 e marché

Plus en détail

LE CREDIT D'IMPOT RECHERCHE. Evolution récente du crédit d impôt recherche en France

LE CREDIT D'IMPOT RECHERCHE. Evolution récente du crédit d impôt recherche en France LE CREDIT D'IMPOT RECHERCHE Les incitations fiscales sont devenues l un des instruments importants des politiques publiques d innovation. De nombreux pays les ont adoptées, comme des instruments généraux,

Plus en détail

Octobre raisons d investir en France

Octobre raisons d investir en France Octobre 2009 10 raisons d investir en France Keys to understanding the new France 2 1 Une économie ouverte sur le monde 23 000 implantations étrangères, employant 2,8 millions de salariés, dont: La France

Plus en détail

Panorama du crédit impôt recherche (R&D et innovation)

Panorama du crédit impôt recherche (R&D et innovation) Panorama du crédit impôt recherche (R&D et innovation) Le crédit d impôt recherche, ci-après désigné «CIR», est une mesure de soutien aux activités de recherche et développement, communément appelé «R&D»,

Plus en détail

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7.10.2016 COM(2016) 645 final 2016/0315 (NLE) Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL modifiant la décision 2007/884/CE autorisant le Royaume-Uni à continuer

Plus en détail

Table des matières PARTIE I ÉLÉMENTS DE LA THÉORIE GÉNÉRALE DE L IMPÔT LISTE DES ABRÉVIATIONS... 7 INTRODUCTION... 9

Table des matières PARTIE I ÉLÉMENTS DE LA THÉORIE GÉNÉRALE DE L IMPÔT LISTE DES ABRÉVIATIONS... 7 INTRODUCTION... 9 Table des matières LISTE DES ABRÉVIATIONS... 7 INTRODUCTION... 9 PARTIE I ÉLÉMENTS DE LA THÉORIE GÉNÉRALE DE L IMPÔT CHAPITRE I : LA NOTION D IMPÔT... 13 SECTION 1 : LA DÉFINITION JURIDIQUE DE L'IMPÔT...

Plus en détail

le taux de marge des entreprises françaises (EBE/VA) a chuté (28% en 2013, -3% en un an) en raison de :

le taux de marge des entreprises françaises (EBE/VA) a chuté (28% en 2013, -3% en un an) en raison de : Cadre politique annonce du Président de la République lors de ses vœux, conférence de presse du 14 janvier 2014, et vœux aux acteurs économiques du 21 janvier discussions entre partenaires sociaux à l

Plus en détail

Les résultats des établissements

Les résultats des établissements Chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Regards sur l éducation OCDE 2011 33 Indicateur Quel est le niveau de formation de la population adulte? Dans la

Plus en détail

INSTITUT CGT D HISTOIRE SOCIALE. Fonds de la publication «Notes économiques» ( ) 50 CFD 1-2

INSTITUT CGT D HISTOIRE SOCIALE. Fonds de la publication «Notes économiques» ( ) 50 CFD 1-2 INSTITUT CGT D HISTOIRE SOCIALE Fonds de la publication «Notes économiques» (1996-2006) 50 CFD 1-2 Mai 2008 Publication du Centre confédéral d études économiques et sociales (Secteur Activités économiques

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPE1420666D Intitulé du texte : Décret relatif aux modalités de remboursement de la taxe sur la valeur ajoutée aux assujettis non établis en France.

Plus en détail

Les incitants fiscaux en faveur de l'activité R&D

Les incitants fiscaux en faveur de l'activité R&D Les points sur les i Les incitants fiscaux en faveur de l'activité R&D Julie DELFORGE, Charles CARLIER et Remi BARNEOUD Deloitte Conseils fiscaux Avec le soutien de : Les incitants fiscaux en faveur de

Plus en détail

RESULTATS CONSOLIDES DE L'EXERCICE CLOS LE 31 MARS 2015

RESULTATS CONSOLIDES DE L'EXERCICE CLOS LE 31 MARS 2015 09 juillet 2015 RESULTATS CONSOLIDES DE L'EXERCICE CLOS LE 31 MARS 2015 Après un début d exercice difficile, les ventes annuelles se situent à 13,3% d évolution par rapport à l exercice précédent, avec

Plus en détail

Séminaire de rentrée fiscale

Séminaire de rentrée fiscale Séminaire de rentrée fiscale 13 septembre 2016 Brussels London - www.liedekerke.com Laurence Pinte Steven Peeters Tax Compliance Documentation obligatoire en matière de prix de transfert (TP) Brussels

Plus en détail

Renforcer l investissement et la Competitivité dans les pays Arabes

Renforcer l investissement et la Competitivité dans les pays Arabes Renforcer l investissement et la Competitivité dans les pays Arabes Dr. Alexander Böhmer, Head of Unit, Private Sector Development Division Atelier sur la Stratégie de Compétitivité et du Développement

Plus en détail

Le Canton de Vaud et la RIE III. Présentation de Pascal Broulis, chef du DFIRE, Séminaire fiscal du 4 octobre 2016, Lausanne

Le Canton de Vaud et la RIE III. Présentation de Pascal Broulis, chef du DFIRE, Séminaire fiscal du 4 octobre 2016, Lausanne Le Canton de Vaud et la RIE III Présentation de Pascal Broulis, chef du DFIRE, Séminaire fiscal du 4 octobre 2016, Lausanne Vaud et ses finances Superficie: 321 200 hectares (7,8% CH) Population 31.12.2015:

Plus en détail

1) La définition, le niveau et la répartition des prélèvements obligatoires

1) La définition, le niveau et la répartition des prélèvements obligatoires 1 FIPECO, le 30.05.2016 Les fiches de l encyclopédie IV) Les prélèvements obligatoires 1) La définition, le niveau et la répartition des prélèvements obligatoires Les prélèvements obligatoires ne sont

Plus en détail

STRUCTURES DE FINANCEMENT À L ÉTRANGER

STRUCTURES DE FINANCEMENT À L ÉTRANGER STRUCTURES DE FINANCEMENT À L ÉTRANGER 2014 Agenda Structure et principes de base Exemple d une structure de financement typique Survol des règles relatives au RÉATB Survol des comptes de surplus Résidence

Plus en détail

Fiche 1 Introduction à la propriété intellectuelle

Fiche 1 Introduction à la propriété intellectuelle Fiche 1 Introduction à la propriété intellectuelle I. Le droit de la propriété littéraire et artistique II. Les droits de propriété industrielle Définition La propriété intellectuelle désigne un ensemble

Plus en détail

Cession d un spectacle. Cession d un spectacle à l étranger TVA et retenue à la source

Cession d un spectacle. Cession d un spectacle à l étranger TVA et retenue à la source Cession d un spectacle à l étranger TVA et retenue à la source 1 TVA 1. Rappel des textes applicables 2. Définitions 3. Applications 2 1. Rappel des textes applicables Article 259-A 4 a du CGI Par dérogation

Plus en détail

Crédit pour le développement des affaires électroniques

Crédit pour le développement des affaires électroniques Crédit pour le développement des affaires électroniques Michel Lefebvre, avocat, CGA Centre d entreprises et d innovation de Montréal (CEIM) 17 avril 2012 Nature de l aide fiscale Taux du crédit: 30 %

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre

Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre Les chiffres du MEDEF Octobre 216 Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF octobre 216 1 SOMMAIRE I - PARTS DE MARCHÉ 1 - Poids de la France dans les exportations mondiales

Plus en détail

«Impact du climat des affaires et de la transparence sur les potentiels investisseurs»

«Impact du climat des affaires et de la transparence sur les potentiels investisseurs» COMITE DE PILOTAGE POUR L AMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES ET DES INVESTISSEMENTS EN RDC «Impact du climat des affaires et de la transparence sur les potentiels investisseurs» Alexis MANGALA NGONGO,

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2011

RESULTATS ANNUELS 2011 RESULTATS ANNUELS 2011 Carentoir, le 29 mars 2012 Les comptes de Guillemot Corporation pour l exercice 2011 clos au 31 décembre 2011 s établissent comme suit : (en millions d'euros) 1 er janvier 2011 31

Plus en détail

Angélique MONNERAYE Chargée de mission Lutte contre la contrefaçon Bureau Compétitivité et Attractivité Direction générale des entreprises

Angélique MONNERAYE Chargée de mission Lutte contre la contrefaçon Bureau Compétitivité et Attractivité Direction générale des entreprises Angélique MONNERAYE Chargée de mission Lutte contre la contrefaçon Bureau Compétitivité et Attractivité Direction générale des entreprises Comment protéger son entreprise de la contrefaçon? 1. La propriété

Plus en détail

LE DROIT À L IMAGE AU SERVICE DE LA COMPETITIVITE DES CLUBS FRANCAIS

LE DROIT À L IMAGE AU SERVICE DE LA COMPETITIVITE DES CLUBS FRANCAIS 1 2 LE DROIT À L IMAGE AU SERVICE DE LA COMPETITIVITE DES CLUBS FRANCAIS LE DROIT A L IMAGE : POURQUOI? 4 LE DROIT A L IMAGE : COMMENT? 5 LE DROIT A L'IMAGE : QUELLES CONSEQUENCES? 7 3 LE DROIT A L IMAGE

Plus en détail

LES PERSPECTIVES DES PAYS EN DEVELOPPEMENT SUR LE ROLE DE L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS

LES PERSPECTIVES DES PAYS EN DEVELOPPEMENT SUR LE ROLE DE L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS ET DES DOMAINES LES PERSPECTIVES DES PAYS EN DEVELOPPEMENT SUR LE ROLE DE L ECHANGE

Plus en détail

Le financement des collectivités locales au Sénégal

Le financement des collectivités locales au Sénégal REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE ET DU TRESOR Le financement des collectivités locales au Sénégal ABIDJAN, NOVEMBRE 2013 Introduction

Plus en détail

En France. À l international

En France. À l international Estimation des chiffres de l évitement fiscal À l international En France Dans l Union européenne 1 000 Mds C est le chiffre de la perte de recettes fiscales, par an, en Europe. Source : Commission européenne

Plus en détail

DROIT FISCAL INTRODUCTION

DROIT FISCAL INTRODUCTION DROIT FISCAL INTRODUCTION PRESENTATION Jean-Baptiste BESSON Cabinet bessonconseil Formateur-Consultant Gestion et Ingénierie financière Diplômé de Sciences Po Toulouse Diplômé d un Master Spécialiste Direction

Plus en détail

Rapport Cas Trésor France 2030: cinq scénarios de croissance. Philippe Gudin de Vallerin. 14 Décembre 2011

Rapport Cas Trésor France 2030: cinq scénarios de croissance. Philippe Gudin de Vallerin. 14 Décembre 2011 Rapport Cas Trésor France 2030: cinq scénarios de croissance Philippe Gudin de Vallerin 14 Décembre 2011 Le rapport Cas-Trésor La connaissance de la croissance potentielle est indispensable pour la conduite

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES 2017 LES PRINCIPALES DISPOSITIONS FISCALES

PROJET DE LOI DE FINANCES 2017 LES PRINCIPALES DISPOSITIONS FISCALES PROJET DE LOI DE FINANCES 2017 LES PRINCIPALES DISPOSITIONS FISCALES Octobre 2016 La présente note détaille les principales dispositions fiscales du projet de la loi de finances de 2017. 1. Impôt sur les

Plus en détail