Technologies de l information et activité bancaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Technologies de l information et activité bancaire"

Transcription

1 Technologies de l information et activité bancaire

2 Introduction (1) 1er réseaux électroniques globaux = sur les marchés financiers des années 80 (interconnexion des systèmes de négociations). Décentralisation = avec Internet : atteint facilement et à des coûts bas le grand public. Bien immatériel, les produits financiers se prêtent aisément à la distribution via des canaux numériques Entrée des nouvelles banques 100 % Internet Deux discours existent : 11) «A moyen terme, les gens feront la majorité de leurs opérations bancaires courantes en ligne. La banque en ligne représentera 25 % du marché européen» PDG Zebank 12) «Seuls 10% des clients de notre banque se disent pouvoir se passer d une agence physique» PDG de BNP-Paribas

3 Introduction (2) Comment les TI modifient l organisation de l activité bancaire (disparition des agences pour les Gourus du tout Internet)? Quelle place pour les nouveaux entrants? Quelle est la réaction des banques traditionnelles?

4 Plan de la scéance 1. Produits numérisables et nouveaux canaux de distribution 2. L évolution de la demande des produits bancaires 3. L évolution de l organisation industrielle Les nouveaux entrants - La réaction des banques 4. Le cas de Zebank : un echec

5 1- Produits numérisables et nouveaux canaux de distribution

6 1. Produits numérisables et nouveaux canaux de distribution 1. Les nouveaux canaux de distribution Forte valeur ajoutée du service le conseiller personnel Banque Directe Conseil en patrimoine Accès à distance uniquement Produits d épargne standardisés Compte courant Informations boursières et passages d ordre Face à face agence Multicanaux Audiotel Dab/Gab Service de base sans valeur ajoutée Le self-service client Source :Banque stratégie, n 128, juin 1996

7 Deux grandes catégories de produits financiers: Plus la valeur est élevée, le volume des transactions faibles, plus le mode de distribution se rapproche des modes traditionnels (ex. conseil en patrimoine) Plus la valeur est faible, le volume des transactions élevé (et la complexité faible), 1. Produits numérisables et nouveaux canaux de distribution plus ces produits peuvent être distribués sur Internet (cartes de crédits, épargne, ) Ainsi les produits liés au compte courant et à l épargne (Sicav, comptes rémunérés, obligations, ): fortement standardisés, avec des risques faibles, peuvent être distribués via des canaux numériques au grand public Au contraire, il existe une revendication des clients pour conserver un contact humain pour les opérations complexes.

8 1. Produits numérisables et nouveaux canaux de distribution La distribution sur les nouveaux canaux : Si les sites Web des banques étaient à l origine essentiellement informatifs, ils ont très vites évolués vers des models transactionnels. = 1 moyen supplémentaire de vendre des produits. Avec les avantages de ses canaux (accessibilité, rapidité, coût), Internet devient un moyen efficace de distribution et remet en cause le critère de proximité pour le choix d une banque. Internet introduit le principe de «principe de proximité à Distance». (La proximité sur l'image de la banque ou le type de client deviendrait plus importante) Zoom sur un avantage: les coûts Internet permet de diviser par dix les coûts de distributions des produits bancaires Le transfert d un client sur le canal Internet permet de réaliser une économie de 66 % Tout ceci est à mettre en relation avec l'évolution de la demande

9 Résumé - I Différents métiers sont recouverts par le terme "banque" : il faut distinguer selon ces métiers pour prendre en compte l'impact des TI. Les produits fortement standardisés avec une faible valeur ajoutée du conseiller se prêtent particulièrement à la distribution sur Internet Les économies de distribution via le Web sont de l'ordre de 66%.

10 2- L évolution de la demande des produits bancaires

11 2. L évolution de la demande des produits bancaires La baisse relative des produits réglementés : Baisse du degré d aversion au risque des épargnants + succès marché actions sur certaines périodes => exigence d une plus forte rentabilité chez les épargnants => Portefeuilles diversifiés et risqués comprenant au moins: livrets d épargne, assurance-vie, épargne logement et actions (valeurs mobilières, plan d épargne actions, comptes-titres). Les assurances vies constituent en elles mêmes un ensemble de produits multi-support. Enjeux et concurrence sur les produits d épargne plus importants : les banques innovent de + en + pour attirer les clients: choix de produits plus vaste et différentiés. Cf le marché de l'assurance vie et des supports.

12 2. L évolution de la demande des produits bancaires L interconnexion compte d épargne/compte courant Forte liaison entre les deux comptes. Deux critères dans la gestion de l épargne: la disponibilité et la rémunération faire face à des dépenses éventuelles et rémunérer les excédents de trésorerie. L arbitrage entre les 2 est fait grâce au compte courant. Avant les TI, l interconnexion entre compte d épargne et compte courant était «incomplète»: Le transfert entre ces comptes => déplacement du client vers une agence (procédure coûteuse en temps) ou Transfert par ordre de «virement permanent». Cpt pose 2 limites : transfert vers 1 compte tiers est facturée, pas de gestion efficace de la trésorerie car transfert fixe, ne permet pas de faire face aux incertitudes (recettes, dépenses)

13 2. L évolution de la demande des produits bancaires Introduction des TI dans le B2C du monde bancaire 1) Les outils TI facilitent la gestion de cette interconnexion entre les 2 comptes. Banque à distance => baisse des coûts de transaction du consommateur => peut facilement interconnecter plusieurs produits sans qu il soient dans la même banque Selon une enquête AFB, une rémunération + attrayante serait une raison suffisante pour 70 % des clients d ouvrir un compte en ligne. 2) Une demande mieux informée (baisse des coûts de recherche) Internet permet diffusion rapide et large de l information => éléments de comparaison dispo pour l épargnant, accès à temps réel aux informations financières de mise en concurrence des banques, de suivi des comptes et traitement des données + possibilité de faire des simulations précises (par catégories de placement, de tarification, et en fonction de leur budget, horizon de placement, aversion au risque)

14 2. L évolution de la demande des produits bancaires 3) Une baisse des coûts de transactions = surtout sur les passation d ordre: ordre de virement, de commande de chéquier, d ordres de placements financiers (baisse de 15 à 30 % des tarifs sur Internet, commissions demandées par courtiers sur Internet = plus faibles) Tous ces changements vont avoir un impact important sur l organisation industrielle de l industrie bancaire qui voit arriver de nouveaux entrants avec des Business model originaux + réaction des banques traditionnels se fait ressentir

15 2. L évolution de la demande des produits bancaires Une fonction informative très valorisée :richesse, réactivité, actualité Appelés à noter Internet de 1 à 10 sur huit dimensions, les épargnants français lui décernent de très bonnes, voire d excellentes notes en ce qui concerne : La richesse/diversité des informations fournies (8,1/10) La rapidité de transmission des informations (7,4/10) L actualité/fraîcheur des informations fournies (7,3/10) Dans le domaine bancaire, un outil bien, voire mieux placé que les chargés de compte pour l information des produits disponibles. Source COB

16 Résumé - II Exigence plus forte de rentabilité Gestion plus dynamique : importance de l'interconnexion CC - Epargne Impact TIC / demande bancaire : Facilient l'interconnexion Demande mieux informée Baisse des coûts de transactions

17 3- L évolution de l organisation industrielle Les nouveaux entrants

18 3. Évolution de l organisation industrielle. Caractéristiques principales des stratégies développées par les nouveaux entrants: 1- L enjeu de la distribution Intensification ces dernières années de la relation consommateur/banque qui a => banalisation de produits bancaires. Enjeu = pas seulement d offrir + de produits (difficile de construire 1 avantage durable sur cela car absence de brevets) mais aussi avoir un système de distribution efficace Distribution = activité clef de la chaîne de valeur pour produits standardisé comme épargne, source d avantage concurrentiel : elle a justifié la course à l ouverture des guichets et prends relais maintenant sur Internet Nouveaux entrants se basent sur cette nouvelle forme de distribution

19 3.Évolution de l organisation industrielle Caractéristiques principales des stratégies développées par les nouveaux entrants: 2- Cible principale : les produits d épargne L épargne = un enjeu considérable en termes de collecte et gestion de capitaux: flux de l ordre de milliards d Euros pour les 5 ans à venir => Convoitise de beaucoup d acteurs Le taux d'épargne est de 15% en France : l'un des plus élevés d'europe. 65% investie dans les produits réglementés(lep, Livret A, PEP, ), 35% dans produits plus risqués: SICAV, FCP, Assurance vie. Pratique du bundling répandue : intègrent des services inutiles + les prix des package > prix vendus à l unité, seuls 7% des consommateurs s en déclarent satisfaits (AFB) => Produits Faiblement différentiés => Possibilité de construire de rémunération plus attractives sur l épargne des français

20 3.Évolution de l organisation industrielle Caractéristiques principales des stratégies développées par les nouveaux entrants: 2- Cible principale : les produits d épargne (suite): viser un type de clientèle Satisfaction Fidélité Comportement Fidèle + Apôtres Elevée Elevée Réachat+aptitude de supporter Infidèle + Terroristes Basse à moyenne Basse à moyenne Quittent ou ont quitté+mécontent Mercenaire :défient les règles satisfactionfidélité Elevée Basse à moyenne Vont et viennent, faible engagement Otages Basse à moyenne Elevée Incapables de changer, captifs Source, Crie Dominique, «Rétention de clientèle et fidélité des clients», Décisions Marketing n 7, 2000 Les cibles sont les catégories en rouge dans le tableau.

21 3.Évolution de l organisation industrielle Caractéristiques principales des stratégies développées par les nouveaux entrants: Profil des utilisateurs: (par rapport à la moyenne) + diplômé, + de revenus (> euros), + de produits consommé = surtout une clientèle aisée et stratégique pour les banques (= une stratégie «d écrémage») Autre catégorie: les jeunes (près de 8 millions) car : taux d équipement dans banque traditionnel faible (souvent CC + CE) + «génération Internet» = une population peu nombreuse ( ) mais très recherchée car potentiel fort de rentabilité. Cpt : cette clientèle a des exigences biens spécifiques + est relativement volatile (6O % de ce segment de clientèle surveillent les produits proposés par les concurrents)

22 3.Évolution de l organisation industrielle Caractéristiques principales des stratégies développées par les nouveaux entrants: 3) S appuyer sur des coûts de structure plus faibles Avec Internet, baisse des coûts fixes d installation: Coût total de réalisation d un site web transactionnel complet, sécurisé et connecté en temps réel au système central de l établissement = 1 million d Euros (software, hardware, et développement). De +: zone de chalandise site = 1 réseau de mille agences. Tandis que la création d une agence coûte entre 1,5 et 2 millions d Euros Avec Internet, baisse des coûts d une transaction: transactions 10 à 50 fois moins couteuse

23 3. Évolution de l organisation industrielle Coût d'une transaction selon le canal utilisé (en $) Internet $0,01 Distributeur $0,27 Téléphone $0,54 Courrier $0,73 Agence $1,07 Source :» New entrants in the financial industrie», Novamétrie, Arthur Andersen, Mai 2001 => Cette structure de coût permet de tarifer différemment les produits

24 Une Comparaison des tarifications banque en ligne Vs banque internet montre écart important: Carte bleu (Visa à Débit différé) Taux du découvert Ordre de Bourse de F Abonneme nt au site Bipop 211,82 F 9,6% 51 F Gratuit Banque AGF 70 F 9,9% En projet Gratuit ING Direct Pas d offre Pas de découvert 66F Gratuit Zebank 146,65 F 10% 39,36 F Gratuit BNP Paribas 232,67 F 13,4% 134,67 F 45 F/ mois Crédit Lyonnais 254, 51 F 11 à 15, 9% 76 F 45 F/mois Caisse d épargne 249,26 F 12,5% 80 F Gratuit

25 3. Évolution de l organisation industrielle Ainsi, les coûts moyens de budget bancaire des clients des banques en ligne sont inférieurs : Banque Coût moyen du budget bancaire* Zebank 308 francs Banque directe Banque AGf E.creditlyonnais.com Société générale Caisse d épargne (Ile de France) Crédit Lyonnais BNP Paribas 511 francs 654 francs 797 francs 989,56 francs 895,90 francs 878,90 francs 810,28 francs Source : Testepourvous.com * Ces coûts sont calculés en prenant en compte les frais supportés par un client actif pour une vingtaine de services : un découvert autorisé, un virement permanent par mois, un virement occasionnel par an, quelques opérations exceptionnelles comme des oppositions, chèques de banque et une carte Visa à débit immédiat + De nombreux «cadeaux»: exemple 250 fr offert pour toute ouverture de compte chez ING Directe, 1000 fr de chèques cadeaux pour tout investissement > 1000 fr dans les fonds de placements Zebank,

26 3. Évolution de l organisation industrielle CEPENDANTS DES LIMITES AUX NOUVEAUX ENTRANTS SUR LES COUTS Des coûts d acquisition des clients élevées pour les nouveaux entrants Stratégie = gagner des clients avec 1 politique commerciale agressive Mise en place de «produits d appels»: souvent 1 compte d épargne sur rémunéré (5 % vs 3 % dans les grandes banques), qui allie à la fois liquidité + rémunération et concurrence le modèle français du «ni-ni» Une politique marketing agressive pour faire connaître la marque => Dépenses pub. Cf tout ce qui évoqué dans le slide précédent

27 3. Évolution de l organisation industrielle En résumé : raccourcissement des cycles, limitation des investissements en dur, compétitivité par la chute des coûts Raisonnement économique sur l ampleur de ces coûts d acquisition: Consommateur change de banque si: Va1 < Va2 Cout Sortie - Cout Rentrée Besoin de subventionner Va2 pour que dépasse Va1 + CS + CR Miser sur une relation à long terme Principe: produit d appel à faible rendement pour la banque + Services complémentaires fortement rémunérateurs pour rentabiliser le client («subvention croisée entre les produits») Cependant: stratégie pas toujours soutenable + réaction forte des «incumbents» : la banque de détail = la partie la plus rentable des banques

28 Résumé / nouveaux entrants Avoir un système de distribution efficace est un avantage clé pour le domaine bancaire : importance des TI. Structure du marché de l'épargne qui offre des possibilités, l'offre existante : bundling, peu différenciée, pourrait être plus rémunerée. Le positionnement à adopter : viser des clients "mercenaires" à hauts revenus et développer un modèle à faibles côuts de structure. Objectif : atteindre une masse critique

29 3- L évolution de l organisation industrielle Les acteurs traditionnels : réactions et enjeux

30 3. Évolution de l organisation industrielle L adaptation des banques traditionnelles à ce nouvel environnement concurrentiel 1) Les «atouts historiques» La France et l Allemagne sont dominés par des pays dont le marché bancaire, de grande taille est dominé par des grandes banques généralistes. + opportunité de vendre à une large panoplie de produits Accent mis sur la relation globale à la différence des pays anglo-saxons (+ forte spécialisation) Opportunité de vendre de nombreux produits à une large clientèle Grande Taille du marché Petite Faible USA UK JAPON Les banques spécialisées dominent Marché peu rentable où dominent des banques étrangères Important France Allemagne Marché bancaire mixte, coexistence de banques universelles et de banques spécialisées Pays bas, Belgique, Danemark Les banques universelles prédominent => Avantages importants des banques en France: taux d équipement élevés (facilite inertie + subvention croisée), donc clientèle relativement fidèle + de plus en plus de banques distribuent les produits des concurrents (course à la performance)

31 3. Évolution de l organisation industrielle 1) La réaction des banques traditionnelles Avant: banquier attendait dans son agence passage client pour lui proposer des produits Avec la disponibilité des innovations TI : banques «pro-actives»: étudient besoin consommateurs et proposent des produits adaptés. Raisonnement économique: les coûts d acquisition d un client est > au coût de fidélisation. De + fidélisation paye ( hausse de 5 % de la fidélité d 1 client => hausse du profit de 25 à 85 %) Outil = a) Investir massivement dans les TI (banque 1er dans investisseur TI) b) Optimiser ses investissements :logique de rationalisation car l informatique pèse lourdement sur les frais généraux => concentration des centres informatiques, harmonisation des SI, accompagnement aux changements : expliquer les enjeux technologiques aux conseillers et postes-métiers + les enjeux économiques aux informaticiens (à l heure actuelle moins de 50 % des projets TI dans la banque sont effectivement dans les délais)

32 3. Évolution de l organisation industrielle Suite aux actions des nouveaux entrants => effet mimétique (proposer même chose que les nouveaux concurrents) => 2 grands types de stratégies: a) La stratégie multicanale: objectif s adapter au client en leur proposant = moyens d accès à leurs produits : services classiques transposés sur Internet. Logique de ce modèle = de répartir la valeur ajouté des opérations suivant le coût des canaux: agence reste le pivot de la relation avec le client, canaux à distance servent à traiter les tâches administratives et désengorger les guichets (incitations/sanctions) b) L offre en ligne déconnecté du «brick and mortard» : offrir une réponse appropriée aux utilisateurs qui sont prêts à adopter une banque en ligne, car + simple et chère Le lancement de nouvelles banques Internet permet de proposer des tarifs avantageux (Nabab, E-creditLyonnais, Banque Directe)

33 3. Évolution de l organisation industrielle Exemple du LCL : trois services bancaires en ligne : «Crédit Lyonnais interactif» pour les particuliers (stratégie tarifaire = un service de base gratuit + un service par abonnement pour l offre complète (bourse, crédits, etc. ) «Crédit Lyonnais access» pour les professionnels (uniquement par abonnement) «e.creditlyonnias «pour les clients préférant la relation 100 % en ligne)

34 3. Évolution de l organisation industrielle Les technologies utilisées et utilisables

35 Bilan des nouveaux entrants : Majorité des banques en ligne => dépôt de bilan ou rachat Ex. Dexiaplus, Ebanking Nombre de visiteurs internautes chez les nouveaux entrants = 6 fois plus faible par rapport aux visites banques traditionnelles De plus même si certains ont réussi à attirer des clients (egg clients) mais leur compte plombe souvent celui de leur groupe Ceux qui existent encore Exemple INGdirect : n ont pas visé à se substituer à la banque principale mais se positionne comme 2nd banque => renforcement de la multibancarisation + existe ventes croisées avec une cellule de prise en charge des coûts de sortie. + spécialiste comme courtage en ligne exemple Cortal (crée en 98, bénéficiaire dès 2002, clients multicanaux (téléphone nottament) Internet = un canal parmi d autres) + Entrée des acteurs traditionnels d autres secteurs : assurance (exemple Banque AGF) + grande distribution (exemple Banque Covefi) => marque connu (confiance) + réseau de clients sur leur activité La réalité dans l utilisation des services bancaires : surtout succès des banques traditionnelles

36 Importance du contact direct en agence : en 2003 : 93 % des européens se rendent physiquement dans une agence; 76 % considèrent que la proximité de l interlocuteur en agence constitue le mode idéal de la relation avec la banque + inertie dans les comportements bancaires : a) ) Les coûts de sortie Les coûts «ex anté»: zone de monopole, coûts de recherche. Les coût de transferts: coûts psychologiques, coûts de clôture du compte courant (certaine banques facture la clôture Ex. 20 euros au C.L.), coûts de transfert PEA, coûts de transfert PEP. Les coûts «ex post» : coûts de portage, coûts d apprentissage (tarifs), perte d efficacité dans la gestion des produits b) La valorisation du «one stop banking» Source: modèle de banque généraliste. Gain de temps. Relation de L.T. avec la banque. Interconnexion plus efficace. Renforcé par la stratégie de bundling des acteurs. Cross selling bundling + «loyalty bundling» => fidélité et coûts de sortie plus importants

37 La réalité dans l utilisation des services bancaire (suite) : succès de la banque en ligne tout de même : Utilisateurs de services bancaires en ligne (en millions) Millions d'utilisateurs Dans les banques traditionnelles 75 % des internautes ayant l intention d ouvrir un compte bancaire en ligne = sur les banques traditionnels Les grandes banques traditionnelles constituent 99 % des comptes bancaires en ligne Association entre agence et réseau Internet. Constat : plus il y a de possibilités d accéder à services à distance, plus il y a d agences et réciproquement les outils Internet irriguent le passage en agence ces dernières années le nombre d agences bancaire est en nette hausse

38 Résumé / réaction des acteurs traditionnels Développement fort de la fonction marketing des banques. Pour une large partie, marketing de fidélisation. => TI Les SI sont re-pensés => TI Mimétisme par rapport aux nouveaux entrants. La réaction des acteurs traditionnels a provoqué l'éviction de nouveaux acteurs avec un nouveau modèle économique sur le marché français.

39 4- Le cas de Zebank : un échec

40 1999 : Lancement du projet Zeproject. Accumulation de 4. retard Le cas malgré de Zebank un budget : un de éhec 110 millions (80% viennent le fond internet de Bernard Arnault) Dexia rejoint le projet en 2000 Objectif et positionnement : Arnault espère prendre de vitesse les banques en lignes sur le nouveau canal de distribution que représente Internet. Le projet est très ambitieux : volonté d'une hyperbanque assurant tous les services bancaires (dont Bourse et assurance) => retard dans la création d'un site intégrant des logiciels hétérogènes. Fin 2000, présentation de la première version à Bernard Arnault, il est demandé aux employés de ne pas surcharger le site pendant la démonstration. Le projet a déjà beaucoup perdu de son sens à ce moment là : les banques traditionnelles ont une interface en ligne.

41 4. Le cas de Zebank : un éhec Fin 2000, présentation de la première version à Bernard Arnault, il est demandé aux employés de ne pas surcharger le site pendant la démonstration. Le projet a déjà beaucoup perdu de son sens à ce moment là : les banques traditionnelles ont une interface en ligne. Etude de Arthur Andersen à ce moment là : fortes résèrves tirées de l'audit : les procédures clients sont beaucoup trop lâches. Le projet se pousuit malgré ce rapport.

42 4. Le cas de Zebank : un éhec Début 2001 : Ouverture commerciale. Un test sur prospects se montre extremement négatif : seuls 10% ouvrent un compte. Deux propositions émergent pour contrer l'échec : => s'associer à un acteur de poids, Axa, Auchan et Carrefour, => se doter d'un réseau physique minimaliste. La direction poursuit alors dans la même voie cependant. Plan pour acquérir massivement de la clientèle plutôt qu'une autre solution

43 Plan d'augmentation 4. Le de cas la masse de Zebank des clients : un éhec : "C'est tout le décalage dans la gestion de Zebank. L'équipe a continué à appliquer le grand principe de la Nouvelle économie qui faisait recette avant l'e-krach : une logique de croissance forcée du nombre de clients afin de gonfler la valorisation. Mais, quand les sorties boursières et les rapprochements deviennent des voies sans issue, cette logique condamne par avance l'entreprise" Le coût de l'acquisition client va exploser. Fin 2001, l'objectif de clients n'est pas atteint : seulement. Le coût d'acquistion d'un client est passé de 450 à 1000 euros.

44 4. Le cas de Zebank : un éhec Un problème rencontré en pratique : celui soulevé par Arthur Andersen : problème de récupération des documents des clients. cf l'obligation en France de fournir une pièce d'identité et un justificatif de domicile. Des clients n'envoient pas les montants minimaux à l'ouverture des comptes => laxisme dans la récupération des documents, inquiétudes à relancer les clients. => une clientèle fichée "Banque de France" va profiter de l'oppportunité 70% de taux de problèmes clients.

45 4. Le cas de Zebank : un éhec Idée d'un des responsables : ZeCompte, 1er compte rémunéré en France (3%), interdit en France, mais montage financier qui aurait permis de braver la législation, au vu des risques, le projet est abandonné. 15 septembbre 2001 : Bernard Arnault refusera de rajouter des fonds. Les echecs de Fortis et de BNP Paribas sur la banque en ligne ne sont qu'autant de signes + 11 septembre.

46 Rachat en 2002 de Zebank par Egg. Entre 2002 et 2003, 4. Le les cas pertes de avant Zebank impôts : un se éhec sont ainsi envolées de 107 % Lorsque Egg a du organiser la cessation d'activité de sa filiale française, elle n'a pu trop de difficultés cf le fait que les clients étaient tous affiliés à une autre banque. Un rapport indique que l'erreur de Egg aura été de plaquer le modèle britannique en France sans prendre en compte le pouvoir dde réaction de banques nationales fr

47 Conclusion La banque est un métier de marketing et de technologies, s appuyant sur des principes solides de gestion des risques. Les informaticiens vont devoir intégrer de plus en plus les problématiques métiers. Les problématiques métiers de plus en plus l informatique. + Importance de la confiance pour l acquisition de clients dans la banque et des coûts de sortie dans la concurrence entre banque. Le futur? «Votre agent financier personnel et électronique (un robot logiciel qui agit comme un moteur de recherche intelligent) a reçu aujourd hui votre paie. Il a réparti immédiatement le fonds sur vos différents instruments financiers, en fonction du niveau de risque que vous avez retenu. Une partie de ces fonds est alors dirigée verts un compte courant, où il sont stockés en sécurité. Le robot en affecte le reste sur les comptes souscrits chez les fournisseurs offrant de rémunérer vos avoirs aux taux les plus élevés du marché. Si le robot détecte une meilleure opportunité, il réalisera immédiatement un transfert vers un autre fournisseur». Prévision Accenture pour

Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr D ossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1

Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr D ossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1 Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr Dossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1 SOMMAIRE Qu est-ce qu une banque en ligne? 3 Les avantages

Plus en détail

Banques en ligne : où faut-il souscrire?

Banques en ligne : où faut-il souscrire? Banques en ligne : où faut-il souscrire? Par Léa Billon pour VotreArgent.fr, publié le 11/07/2013 Les banques en ligne séduisent d'abord par leurs services à moindre coût, voire gratuits. Leurs livrets

Plus en détail

Les nouvelles attentes des clients face aux nouvelles technologies ont été mises en évidence par diverses études :

Les nouvelles attentes des clients face aux nouvelles technologies ont été mises en évidence par diverses études : La banque à distance I - DEFINITION La banque à distance peut être définie comme «toute activité bancaire destinée à un client ou à un prospect, se déroulant à partir d un point de service électronique

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

La Réunion. Surcoût package La Banque Postale Martinique Guadeloupe Réunion. Meilleur prix. Prix Package

La Réunion. Surcoût package La Banque Postale Martinique Guadeloupe Réunion. Meilleur prix. Prix Package La Réunion A l aide des brochures tarifaires en vigueur au 1 er février 2011, nous avons relevé, pour nos trois profils type les tarifs des produits à la carte et ceux du le plus avantageux pour chacun,

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER ARANTIR INFORMER PRÊTER PROTÉGER ADAPTER PARGNER FIDÉLISER DÉVELOPPER ACCOMPAGNER INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER

Plus en détail

Tarification du teneur de compte Cortal Consors

Tarification du teneur de compte Cortal Consors Tarification du teneur de compte Cortal Consors Applicable à partir du 1er Juillet 2009 aux clients suivis par les Conseillers Financiers Indépendants GESTION COURANTE DES COMPTES 2-3 OPCVM Opérations

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

Tarification du teneur de compte Cortal Consors

Tarification du teneur de compte Cortal Consors Tarification du teneur de compte Cortal Consors Applicable aux clients suivis par les Conseillers Financiers Indépendants à partir du 1 er avril 2010 GESTION COURANTE DES COMPTES 2-3 OPCVM Opérations &

Plus en détail

Conférence de presse 28 janvier 2008. 2008 Encore plus d innovations et de services. dans la stratégie et l offre de. monabanq.

Conférence de presse 28 janvier 2008. 2008 Encore plus d innovations et de services. dans la stratégie et l offre de. monabanq. Conférence de presse 28 janvier 2008 1 Conférence de presse 28 janvier 2008 2008 Encore plus d innovations et de services dans la stratégie et l offre de monabanq. 2 Introduction Thierry Vittu Président

Plus en détail

La Société Générale lance le premier service de banque par téléphone

La Société Générale lance le premier service de banque par téléphone DOSSIER DE PRESSE La Société Générale lance le premier service de banque par téléphone CONFÉRENCE DE PRESSE - 13 MARS 2007 Communiqué de Presse - L évènement Fiche Produit SOGETEL - Présentation du service

Plus en détail

Coûts de transfert de compte bancaire

Coûts de transfert de compte bancaire LA MOBILITE BANCAIRE La concurrence ne peut fonctionner que si la mobilité du client est assurée. Avec 2 %, le marché français semble présenter un des taux les plus faibles d attrition au niveau des marchés

Plus en détail

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE?

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE? Groupama Banque - Direction de la communication externe - Groupama participe à la protection de l'environnement en utilisant un site imprim vert et des papiers issus des forêts gérées durablement et en

Plus en détail

demandez plus à votre Banque Privée

demandez plus à votre Banque Privée demandez plus à votre Banque Privée 2009125E LCL_COUV_brochure.qxd 21/09/09 10:35 Page 2 Nos implantations Lcl Banque Privée Vous êtes unique demandez plus à votre Banque Privée Chez LCL Banque Privée,

Plus en détail

Sommaire. Vos opérations avec l étranger... 10-11. Vos opérations de change... 12-13. Les incidents de fonctionnement... 12-13

Sommaire. Vos opérations avec l étranger... 10-11. Vos opérations de change... 12-13. Les incidents de fonctionnement... 12-13 Sommaire AXA Banque se réserve la possibilité de facturer toute opération ayant généré un coût spécifique et en informera préalablement le Client. Toute mesure d ordre législatif ou règlementaire ayant

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

FRONTeO Plateforme digitale pour les banques. Dossier de presse

FRONTeO Plateforme digitale pour les banques. Dossier de presse FRONTeO Plateforme digitale pour les banques Dossier de presse 2015 Sommaire Page 3 Editorial «La banque se digitalise, l informatique évolue, MAINSYS anticipe...» Page 4 Une gamme complète de solutions

Plus en détail

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010 Internet modifie la relation des Français ais à leurs banques Présentation du 12 janvier 2010 1 Objectif et méthodologie Objectif Mesurer le type de services bancaires possédé par les Français Analyser

Plus en détail

BIL Belgique À vos côtés, pour vous.

BIL Belgique À vos côtés, pour vous. FR banque privée BIL Belgique À vos côtés, pour vous. BELGIUM BIL Belgique À vos côtés, pour vous. Enseigne réputée et reconnue dans la plus pure tradition des banques privées internationales, BIL Belgique

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE AVRIL 2015

DOSSIER DE PRESSE AVRIL 2015 DOSSIER DE PRESSE AVRIL 2015 1- LA BANQUE EN LIGNE FORTUNEO Créée en 2000, Fortuneo est une banque en ligne qui propose une gamme complète de produits et services de bancassurance à destination des particuliers

Plus en détail

MON COMPTE AU QUOTIDIEN

MON COMPTE AU QUOTIDIEN MON COMPTE AU QUOTIDIEN EXTRAIT DES CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AUX PARTICULIERS CONVENTION JANVIER 2011 UNE RELATION FONDÉE SUR LA CLARTÉ EST LE GAGE DE VOTRE CONFIANCE ET DE VOTRE FIDÉLITÉ. Pour

Plus en détail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail 2012 Financial Breakthroughs - Ver-2012-02-06 - Document sous licence CC-BY-NC-ND I FICHE RESUME DE CE LIVRE BLANC... 1 II INTRODUCTION...

Plus en détail

Demande d'ouverture de compte d'instruments financiers

Demande d'ouverture de compte d'instruments financiers Gérer son patrimoine Demande d'ouverture de compte d'instruments financiers axabanque.fr Demande d ouverture de compte d intruments financiers Toutes les informations doivent être renseignées pour le traitement

Plus en détail

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0 Universitaire : 2010.2011 0 Introduction : Chaque jour à travers le monde, des managers déplorent la baisse de fidélité de leurs clients qui sont courtisés plus fébrilement par des concurrents offrant

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Groupe Cornèr Banque. Produits et services pour la Clientèle privée. Vos valeurs, nos valeurs.

Groupe Cornèr Banque. Produits et services pour la Clientèle privée. Vos valeurs, nos valeurs. Groupe Cornèr Banque Produits et services pour la Clientèle privée Vos valeurs, nos valeurs. Services de base 2 Private Banking 4 Markets 7 Crédits et Commercial 8 Services Cornèronline 9 CornèrTrader

Plus en détail

Demande d'ouverture de compte d'instruments financiers

Demande d'ouverture de compte d'instruments financiers GéRER SON PATRImOINE Demande d'ouverture de compte d'instruments financiers axabanque.fr (1/2) de jeune fille 1 er titulaire 2 nd titulaire (hors PEA) Adresse Code postal Ville Pays Adresse actuelle Tél.

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 7 bis du 15 septembre 2006 C2006-66 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 13 juillet

Plus en détail

Les internautes face aux services financiers

Les internautes face aux services financiers Les internautes face aux services financiers Banque, Finance, Assurance & Crédit en ligne 4 4ème baromètre des comportements multicanaux des internautes pour la gestion, la recherche d information et la

Plus en détail

Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011

Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011 Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011 Véronique Brionne Marilyn Faugas Karine Paul Jean-Christophe Boccon-Gibod Sommaire 1. Pourquoi avons-nous choisi Progressive?

Plus en détail

Techniques bancaires 2015/2016. 6 e édition. > L environnement bancaire > Produits d épargne > Marchés financiers > Fiscalité > Crédits

Techniques bancaires 2015/2016. 6 e édition. > L environnement bancaire > Produits d épargne > Marchés financiers > Fiscalité > Crédits Philippe Monnier Sandrine Mahier-Lefrançois Techniques bancaires 2015/2016 > L environnement bancaire > Produits d épargne > Marchés financiers > Fiscalité > Crédits 6 e édition Compléments en ligne Comment

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature Direction de la stratégie Service de Veille et d Intelligence économiques et stratégiques du Groupe Mission de la Recherche @res @rgos Note de synthèse La relation bancaire avec la clientèle des particuliers

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES DE LA RELATION CLIENTS

LES BONNES PRATIQUES DE LA RELATION CLIENTS LES BONNES PRATIQUES DE LA RELATION CLIENTS Lorsque la conjoncture économique est plus dure, l'entreprise ne peut plus se permettre de gérer approximativement ses prospects et ses clients. Chaque dossier

Plus en détail

RECRUTEMENT. IMMOFINANCES.NET est un réseau spécialisé. Courtier de proximité en réseau

RECRUTEMENT. IMMOFINANCES.NET est un réseau spécialisé. Courtier de proximité en réseau RECRUTEMENT IMMOFINANCES.NET est un réseau spécialisé Courtier de proximité en réseau en crédit immobilier, assurance de prêt, rachat de crédit, crédit pro et réméré immobilier Vous avez envie d entreprendre?

Plus en détail

Compte Titres Cardif Plan d'épargne en Actions Cardif Livret Cardif

Compte Titres Cardif Plan d'épargne en Actions Cardif Livret Cardif A joindre à votre demande d'ouverture de compte complétée et signée : un chèque personnel du 1 er titulaire, à son ordre et endossé, un RIB de son compte principal, la photocopie d un justificatif d identité

Plus en détail

Service actions et options

Service actions et options Rob Wilson/schutterstock.com Service actions et options Réussir ses investissements en actions exige du temps, des recherches et de la discipline. Le service actions et options de KBC Private Banking vous

Plus en détail

Banque des Entreprises au Luxembourg Des experts au cœur de vos projets

Banque des Entreprises au Luxembourg Des experts au cœur de vos projets Banque des Entreprises au Luxembourg Des experts au cœur de vos projets Communication Marketing Juin 2011 bgl.lu Sommaire BGL BNP Paribas au service des entreprises 5 Un interlocuteur dédié 6 Un interlocuteur

Plus en détail

Prospection. Laurent Dorey

Prospection. Laurent Dorey Prospection Laurent Dorey Mercredi 17 Sep 2014 Programme : Appel ca. 05 Concepts abordés Prospection Calcom CI processus commercial données empiriques raisons de fidéliser philosophie types de clients

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse. Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com

Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse. Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com E-BOOK LOBOURSE Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com Il est interdit de proposer cet e-book à la vente sans l'autorisation du Webmaster

Plus en détail

DU Paris II Modèle de l économie numérique. Commerce électronique et conflits de canaux de distribution

DU Paris II Modèle de l économie numérique. Commerce électronique et conflits de canaux de distribution DU Paris II Modèle de l économie numérique Commerce électronique et conflits de canaux de distribution Introduction La notion de canaux de distribution : => réseaux de distribution propre : automobiles,

Plus en détail

CERNA, Centre d économie industrielle École Nationale Supérieure des Mines de Paris

CERNA, Centre d économie industrielle École Nationale Supérieure des Mines de Paris CERNA, Centre d économie industrielle École Nationale Supérieure des Mines de Paris 60, bld St Michel - 75272 Paris cedex 06 Tél. : (33) 01 40 51 91 83 Fax : (33) 01 44 07 10 46 daley@cerna.ensmp.fr http

Plus en détail

A S S O C I A T I O N S. JAZZ ASSOCIATIONS L essentiel pour la gestion bancaire de votre association

A S S O C I A T I O N S. JAZZ ASSOCIATIONS L essentiel pour la gestion bancaire de votre association A S S O C I A T I O N S JAZZ ASSOCIATIONS L essentiel pour la gestion bancaire de votre association UN FORFAIT MENSUEL REGROUPANT DES SERVICES INDISPENSABLES Une remise de 25% sur votre Carte Business

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE. BNP PARIBAS INDICE FRANCE Fonds commun de placement de droit français

PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE. BNP PARIBAS INDICE FRANCE Fonds commun de placement de droit français OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE 1 - PRESENTATION SUCCINCTE

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse. Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com

Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse. Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com E-BOOK LOBOURSE Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com Il est interdit de proposer cet e-book à la vente sans l'autorisation du Webmaster

Plus en détail

Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité?

Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité? Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité? 4 e édition Avril 2014 Sommaire Baromètre Confiance 2014 : statu quo Fidélité clients : mythe ou réalité? 2 Relations banques et clients édition

Plus en détail

sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE

sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE Ouverture, transformation, clôture 4 Relevés de compte 4 Tenue de compte 4 Services en agence 4-5 BANQUE À DISTANCE

Plus en détail

Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur. vie Universelle. L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada

Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur. vie Universelle. L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur vie Universelle L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada Concevoir votre portefeuille d'épargne et de placements Votre contrat

Plus en détail

Principales conditions tarifaires

Principales conditions tarifaires PROFESSIONNELS Principales conditions tarifaires Applicables au 1 er mai 2015 www.bnpparibas.net/entrepros BNP Paribas vous informe des principales évolutions tarifaires des produits et services pour l

Plus en détail

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 9 septembre 2010 Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité Au 30 juin 2010 : PNB consolidé : 2 640 millions

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 1 Cette fiche d information financière décrit les modalités du produit qui sont d application

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

GUIDE DES PRINCIPAUX PRODUITS, SERVICES ET TARIFS

GUIDE DES PRINCIPAUX PRODUITS, SERVICES ET TARIFS Professionnels Entrepreneurs GUIDE DES PRINCIPAUX PRODUITS, SERVICES ET TARIFS janvier 2014 Professionnels Entrepreneurs Sommaire Vous êtes artisan, commerçant, agriculteur, profes sionnel libéral, dirigeant

Plus en détail

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT Après une phase de diagnostic et d'études, la Banque d'algérie et les banques de la place ont entrepris, à partir de 2003 et d'une

Plus en détail

LE REDRESSEMENT CONFIRMÉ DU GROUPE CRÉDIT DU NORD. Bruno Flichy

LE REDRESSEMENT CONFIRMÉ DU GROUPE CRÉDIT DU NORD. Bruno Flichy LE REDRESSEMENT CONFIRMÉ DU GROUPE CRÉDIT DU NORD Bruno Flichy Journée Société Générale - 20 juin 2000 1 Sommaire Positionnement Atouts : Un système d information unique sur le marché bancaire français

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES Des produits et services proposés par Groupama Banque Applicables au 1 er JANVIER 2015 Clientèle DES PROFESSIONNELS AGRICOLES Des artisans, commerçants et prestataires de services

Plus en détail

Sommaire Votre Compte Oligo........................... 4-5 Votre compte de dépôt au quotidien....... 6-9

Sommaire Votre Compte Oligo........................... 4-5 Votre compte de dépôt au quotidien....... 6-9 Sommaire Page Votre Compte Oligo........................... 4-5 La rémunération des liquidités du Compte Oligo Les avantages du Compte Oligo Les prestations incluses dans le Compte Oligo La cotisation

Plus en détail

Dossier de presse. Skandia Liberté

Dossier de presse. Skandia Liberté Dossier de presse Skandia Liberté nos talents à votre mesure SKANDIA / DOSSIER DE PRESSE / MARS 2008 0 Sommaire Communiqué de presse... 2 Skandia diversifie son offre produits... 4 La clientèle patrimoniale,

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

Contrat d assurance-vie Skandia Horizon

Contrat d assurance-vie Skandia Horizon Contrat d assurance-vie Skandia Horizon Pourquoi choisir un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant? Le Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant est l interlocuteur idéal pour gérer votre

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme

La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 juin 2012 La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme Acteur engagé avec La Poste dans le développement des territoires,

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse Mardi 23 octobre 2007 Séminaire Schumann-bourse La Bourse : environnement économique et monétaire Définition de la bourse et de son rôle dans l'économie Influence des taux d'intérêts Déterminer les cycles

Plus en détail

MON COMPTE AU QUOTIDIEN EXTRAIT DES CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AUX PARTICULIERS CONVENTION

MON COMPTE AU QUOTIDIEN EXTRAIT DES CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AUX PARTICULIERS CONVENTION MON COMPTE AU QUOTIDIEN EXTRAIT DES CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AUX PARTICULIERS CONVENTION Juillet 2013 LA VOLONTÉ DU CRÉDIT MUTUEL : AMÉLIORER SANS CESSE L INFORMATION TRANSMISE. et nous vous en

Plus en détail

PROFESSIONNELS. Gérez. votre activité en toute sérénité

PROFESSIONNELS. Gérez. votre activité en toute sérénité PROFESSIONNELS Gérez votre activité en toute sérénité Sommaire pages 4/5/6 Gérez votre activité en toute sérénité Nos Conventions à votre service Profitez de la rémunération de votre compte courant, dès

Plus en détail

GESTION DE VOS COMPTES Opérations courantes

GESTION DE VOS COMPTES Opérations courantes Ce dépliant n'indique que les frais des opérations bancaires courantes et ne constitue pas un tableau exhaustif de tous nos frais et conditions. Les tarifs indiqués peuvent être modifiés à tout moment

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Mon futur à composer Cardif Multiplus Perspective Mon assurance vie diversifiée aujourd hui pour mes projets de demain Cardif propose Cardif

Plus en détail

Améliorer la gestion de la correspondance des établissements financiers avec Adobe LiveCycle ES

Améliorer la gestion de la correspondance des établissements financiers avec Adobe LiveCycle ES Article technique Améliorer la gestion de la correspondance des établissements financiers avec Adobe LiveCycle ES Gérer la communication pour satisfaire et fidéliser les clients Sommaire 1 La communication

Plus en détail

Sommaire. Informations clés... 04. Profil... 06. Corporate et Institutional Banking... 08. Retail Banking... 10. Private Banking...

Sommaire. Informations clés... 04. Profil... 06. Corporate et Institutional Banking... 08. Retail Banking... 10. Private Banking... _ FR Sommaire Informations clés... 04 Profil... 06 Corporate et Institutional Banking... 08 Retail Banking... 10 Private Banking... 12 Treasury et Financial Markets... 14 La BIL à votre service depuis

Plus en détail

Lic. Pro Assurance, banque, finance / Développement et gestion des clientèles professionnelles

Lic. Pro Assurance, banque, finance / Développement et gestion des clientèles professionnelles Nombre de diplômés 101 Nombre de répondants 85 Situation au 01/12/11 En emploi 81 En études 2 Recherche d'emploi 2 85 Activités de services administratifs et de soutien Chargé de mission Charge de la gestion

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Jean-Louis DELPÉRIÉ Directeur ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Antoine FOURNIER Directeur LES DEUX DERNIÈRES DÉCENNIES ONT VU L ÉMERGENCE EN FRANCE DES

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE NOTE CONJONCTURELLE BANQUE Quel avenir pour les réseaux d agences des banques de détail? Quelles menaces pour l emploi? Première partie: Un contexte économique, technologique et réglementaire en mouvance,

Plus en détail

BANQUE & DIGITAL : Comportement des consommateurs, enjeux et opportunités

BANQUE & DIGITAL : Comportement des consommateurs, enjeux et opportunités ACTIVIS - 1 BANQUE & DIGITAL : Comportement des consommateurs, enjeux et opportunités SOMMAIRE PARTIE 1 : UNE NOUVELLE RELATION À L ARGENT ET À SA BANQUE PARTIE 2 : ENJEUX ET LEVIERS DIGITAUX ET CROSS

Plus en détail

I- LE RESEAU CREDIT AGRICOLE ET L AGENCE DE VILLEBOURBON:

I- LE RESEAU CREDIT AGRICOLE ET L AGENCE DE VILLEBOURBON: I- LE RESEAU CREDIT AGRICOLE ET L AGENCE DE VILLEBOURBON: Une banque est une entreprise qui gère les dépôts et collecte l épargne des clients, accorde des prêts et offre des services financiers. Elle effectue

Plus en détail

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Thierry Pénard Mai 2004 Crédit Agricole-Crédit Lyonnais Le leader sur le marché bancaire français 9 100 agences avec deux réseaux différents 21 millions de clients

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS

CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS Tarifs en vigueur au 1 er juillet 2015 Sommaire Sommaire... 2 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS... 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE... 3

Plus en détail

Livret d epargne SaLariaLe

Livret d epargne SaLariaLe Livret d Epargne Salariale Chère collaboratrice, Cher collaborateur, En tant que salarié(e) de PAGE PERSONNEL, vous bénéficiez de l accord de participation en vigueur dans l entreprise. En complément de

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Exemples de contrats d'assurance-vie solidaires labellisées Finansol

Exemples de contrats d'assurance-vie solidaires labellisées Finansol Exemples de contrats d'assurance-vie solidaires labellisées Finansol Assurance-vie Entraid'Epargne Carac http://finansol.org/fr/quels-sont-les-produits-labellises/produit/assurance-vie-entraid-epargnecarac.html

Plus en détail

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation?

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation? Relation client : satisfaction? fidélisation? Un pilier fondamental de la GRC : la satisfaction client La gestion de la relation client Les missions de l entreprise Créer de la valeur pour les clients

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES DE LA RELATION CLIENTS

LES BONNES PRATIQUES DE LA RELATION CLIENTS LES BONNES PRATIQUES DE LA RELATION CLIENTS 1. Améliorez votre efficacité commerciale pour augmenter le taux de réussite de vos devis 80% du temps d un commercial n est pas affecté à la vente (Proudfoot

Plus en détail

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale Banque de détail Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale L évolution de l environnement et les enjeux dans la Banque de détail CENTRES D'APPELS Intensification du

Plus en détail

La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants?

La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants? La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants? Natalie LEMAIRE, Directrice des relations avec les épargnants de l AMF, Coordonnatrice du pôle commun AMF/ACP Jeudi

Plus en détail

Le commerce électronique et la banque

Le commerce électronique et la banque Le commerce électronique et la banque Auteur : Jérôme CAPIROSSI - Juin 2000 1 Introduction A moyen terme, les banques françaises vont devoir faire face à une intensification de la concurrence tout azimut,

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES Clientèle des particuliers CONDITIONS TARIFAIRES Des produits et services proposés par Groupama Banque APPLICABLES AU 1 er Janvier 2015 www.groupamabanque.com EXTRAIT STANDARD DES TARIFS* Les tarifs ci-dessous

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE CARREFOUR BANQUE PLUS DE 30 ANS D EXPÉRIENCE AU SERVICE DES CLIENTS Carrefour Banque commercialise des solutions de paiement, de financement, d épargne et d assurance. Depuis le lancement de la première

Plus en détail

Simplifier la gestion de l'entreprise

Simplifier la gestion de l'entreprise Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Objectifs Simplifier la gestion de l'entreprise Optimiser la gestion et assurer la croissance de votre PME Optimiser la gestion et assurer

Plus en détail

Connectez-vous sur www.bmci.ma1

Connectez-vous sur www.bmci.ma1 Connectez-vous sur www.bmci.ma1 LA BMCI, FILIALE DU GROUPE BNP PARIBAS AU MAROC, ACCOMPAGNE TOUS LES MAROCAINS DU MONDE. La BMCI, filiale du groupe BNP PARIBAS, a le plaisir de vous offrir ce guide, exclusivement

Plus en détail

La signature électronique en agence une étape clé de la banque numérique Conférence de presse

La signature électronique en agence une étape clé de la banque numérique Conférence de presse 17 Avril 2013 La signature électronique en agence une étape clé de la banque numérique Conférence de presse Jean Yves FOREL, directeur général, membre du directoire de BPCE en charge de la Banque commerciale

Plus en détail

Conditions et tarifs

Conditions et tarifs BANQUE ET ASSURANCES Conditions et tarifs Convention de compte de dépôt 1 er janvier 2013 3 > 4 > 5 > 7 > 8 > 9 > 11> Extrait standard des tarifs ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte Ouverture,

Plus en détail