Les enjeux clefs du nouveau régime des IOBSP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les enjeux clefs du nouveau régime des IOBSP"

Transcription

1 Les enjeux clefs du nouveau régime des IOBSP 22 novembre avenue des Champs-Elysées Paris - Tél. : +33 (0) Fax : +33 (0)

2 Sommaire 1 2 Conditions formelles d exercice registre unique et immatriculation Le choix du statut 3 La couverture RC 4 Le contrôle des IOBSP 5 6 Champ d application & articulation avec d autres métiers Synthèse: le point de vue pratique d une association sur la réforme 2

3 Contexte & Calendrier Les décrets du 26 janvier 2012 ont été pris en application de la loi de régulation bancaire et financière ( LRBF ), dans le prolongement du rapport Deletré qui préconisait d étendre à l ensemble des intermédiaires, dont les intermédiaires en opérations de banque, le dispositif existant pour les conseillers en investissements financiers. Juillet 2009 Rapport Deletré 26 janvier 2012 Décrets d application LRBF 4 avril 2012 Arrêté portant sur les programmes de formation + 3 mois pour inscription des IOBSP 22 octobre 2010 LRBF 1er mars 2012 Arrêtés précisant (i) les seuils d exemption et (ii) le contenu du dossier d immatriculation ORIAS Janvier 2013 Entrée en vigueur: mise en place du registre unique des intermédiaires par l ORIAS + 6 mois pour inscription des CIF 3

4 Sommaire 1 2 Conditions formelles d exercice registre unique et immatriculation Le choix du statut 3 La couverture RC 4 Le contrôle des IOBSP 5 Champ d application & articulation avec d autres métiers 6 Synthèse: le point de vue pratique d une association sur la réforme 4

5 Registre unique et immatriculation Grégoire Dupont Secrétaire Général 22 novembre 2012 Conférence LPA 5

6 Le Registre unique Société XXXXX Numéro unique Intermédiaires en assurance (IAS) Intermédiaires en opérations de banque (IOBSP) Conseillers en Investissements Financiers (CIF) / Agents liés de PSI Courtier Agent Général Mandataire d assurance MIA Courtier Mandataire exclusif Mandataire non exclusif MIOB 22 novembre 2012 Conférence LPA 6

7 Le Registre unique - Statistiques Registre unique intermédiaires en assurance???? intermédiaires en opérations de banque CIF 27 Agents liés de PSI ACP : (01/01/2012) 22 novembre 2012 Conférence LPA 7

8 Calendrier Suppression au 1 er janvier 2013 du fichier DBF/BdFrance Ouverture du Registre Unique + 3 mois : Délai pour inscription des IOBSP + 6 mois : Délai pour inscription des CIF 22 novembre 2012 Conférence LPA 8

9 IOBSP - Qualification juridique «toute personne qui exerce, à titre habituel, contre une rémunération ou toute autre forme d'avantage économique, l'intermédiation en opérations de banque (et SP)» 22 novembre 2012 Conférence LPA 9

10 IOBSP - Calendrier IAS inscrits à l ORIAS ayant une activité d IOBSP Inscription simplifiée en qualité d «IOBSP dérogataires» dans les trois mois Présentation de toutes pièces justificatives lors du premier renouvellement (janvier/février 2014) IOBSP commençant leur activité après l ouverture du Registre unique ou non inscrits comme IAS Inscription à l ORIAS (dossier complet) dans les trois mois 22 novembre 2012 Conférence LPA 10

11 IOBSP- Les catégories d inscription Etablissement de crédit / de paiement Courtier en banque Mandataire de banque lié (MBL - exclusif Mandataire de banques (MB - non exclusif) Mandataire d IOB (MIOB) Mandataire d IOB (MIOB) Mandataire d IOB (MIOB) 22 novembre 2012 Conférence LPA 11

12 Initiative/contrôle de l inscription Une double obligation : Une obligation d inscription pèse sur l intermédiaire Une obligation de contrôle de la bonne inscription pèse sur les établissements de crédits Les formalités peuvent être effectuées par l intermédiaire ou, pour les mandataires, par les mandants (les établissements de crédits) 22 novembre 2012 Conférence LPA 12

13 Les conditions d inscription «Courtier en banque» «Mandataire de banque exclusif ou non» «Mandataire d IOBSP» Kbis mentionnant «courtier en opérations de banque et en service de paiement» Kbis (société et commerçant) ou copie CNI/Passeport (entrepreneur individuel) Assurance de RCP - IOBSP Mandat(s) de banque(s) Mandat(s) d IOBSP En cas de «fonds confiés», Garantie financière - IOBSP Capacité professionnelle-iobsp Niveau I, II ou III Contrôle de l honorabilité (croisement de données avec le CJN) - ORIAS Frais (30 euros sous réserve) Frais (30 euros sous réserve) Frais (30 euros sous réserve) 22 novembre 2012 Conférence LPA 13

14 Détermination du niveau de capacité professionnelle Courtier en banque Cas général Exception : activité IOB à titre accessoire et distribution de crédit/sp en complément de la vente d un bien ou service Niveau I - IOB MB (non exclusif) Niveau I - IOB Niveau III - IOB MBL (exclusif) Niveau II - IOB Niveau III - IOB MIOB Alignement sur leur mandant 22 novembre 2012 Conférence LPA 14

15 Justification de la capacité professionnelle Diplômes (RNCP-313) Finances, Banques, assurances, immobilier cf. Expérience professionnelle dans la réalisation d OBSP Formation (cf. programme et modalités) Niveau I - IOB Niveau II - IOB Niveau III - IOB «Licence ou plus» (niveau I, I/II ou III- RNCP) Cadre : 2 ans dans les 3 ans Non-cadre et TNS : 4 ans dans les 5 ans 22 novembre 2012 Conférence LPA «BTS ou plus» (niveau I, I/II, II ou III-RNCP) Cadre : 1 ans dans les 3 ans Non-cadre et TNS : 2 ans dans les 5 ans 6 mois dans les 2 ans Stage de 150h Stage de 80h Stage d une durée suffisante et adaptée aux produits (+ formation crédit conso.) 15

16 Sommaire 1 2 Conditions formelles d exercice registre unique et immatriculation Le choix du statut Typologie & rappel des règles de bonne conduite y applicables Implications stratégiques en fonction du profil ou du métier : le point de vue d un établissement de crédit Formalisation des conventions 3 La couverture RC 4 Le contrôle des IOBSP 5 Champ d application & articulation avec d autres métiers 6 Synthèse: le point de vue pratique d une association sur la réforme 16

17 L IOBSP est désormais doté d un statut contraignant, décliné en quatre sous-catégories distinctes, en fonction notamment de son degré d indépendance à l égard des établissements de crédit (EC) et de paiement (EP), dont il présente/propose les services/produits : le courtier en opérations de banque et en services de paiement qui exerce son activité en vertu du mandat d'un client, à l exclusion de tout mandat d un EC/EP, en mettant en concurrence les établissements sur la base d une analyse de marché, aux fins de rechercher la meilleure offre de services ou de produits pour son client le mandataire non exclusif qui exerce en vertu d un ou plusieurs mandats non exclusifs délivrés par un ou plusieurs EC ou EP; le mandataire exclusif qui exerce en vertu d'un mandat d'un EC ou d'un EP et est soumis à une obligation contractuelle de travailler exclusivement avec l'un de ces établissements pour une catégorie déterminée d'opérations de banque ou de services de paiement; et le mandataire d IOBSP, qui exerce son activité en vertu de mandats délivrés par des personnes appartenant aux trois catégories précédentes. 17

18 Obligation Courtier Mandataire exclusif Loyauté (art. R du CMF) Information lors de l entrée en relation (art. R , R II et R du CMF) Mandataire non exclusif Mandataire d IOBSP Obligation de se comporter avec loyauté et d agir au mieux des intérêts des clients, y compris potentiels Identification de l IOBSP Identification des EC/EP avec lesquels l IOBSP a enregistré plus du tiers du CA Indication des participations de plus de 10% détenues par des EC/EP ou leurs entités «contrôlantes» dans le capital de l IOBSP A la demande du client, indication de toute participation de plus de 10% détenue par l IOBSP dans l EC ou l EP concerné Procédures de recours et de réclamation Coordonnées de l ACP Identification et nombre des EC et EP avec lesquels il travaille et indication du montant et des modalités de calcul de leur rémunération éventuelle Identification de l IOBSP Identification du mandant Procédures de recours et de réclamation Coordonnées de l ACP A la demande du client, indication des participations de plus de 10% détenues par l IOBSP dans un EC ou EP Identification de l IOBSP Identification des établissements avec lesquels l IOBSP a enregistré plus du tiers du CA Indication des participations de plus de 10% détenues par des EC/EP ou leurs entités «contrôlantes» dans le capital de l IOBSP A la demande du client, indication des participations de plus de 10% détenues par l IOBSP dans un EC ou EP Procédures de recours et de réclamation Coordonnées de l ACP Identification de l IOBSP Identification du mandant Procédures de recours et de réclamation Coordonnées de l ACP A la demande du client, indication de toute participation de plus de 10% détenue par l IOBSP dans l EC ou l EP concerné 18

19 Obligation Courtier Mandataire exclusif Collecte d information (art. R et R du CMF) Même obligation que les trois autres catégories (cicontre). Mandataire non exclusif Mandataire d IOBSP S enquérir des connaissances, expériences, situation financière, besoins, ressources et charges du client et prêts en cours (lorsque le contrat porte sur une opération de crédit) pour une Offre adaptée - adéquation - conseil (art. R du CMF) Obligation de collaboration avec les EC/EP Analyser un nombre suffisant de contrats offerts pour pouvoir fonder une analyse objective du marché et recommander un contrat/service adapté* Proposer les contrats/opérations les plus appropriés et s abstenir de proposer une opération / contrat non adapté* Lorsque le mandant est un courtier, les obligation du courtier s appliquent au mandataire *Sauf si l IOB ne fournit au client qu une aide pour des travaux préparatoires, à l exclusion de toute autre forme d intermédiation, auquel cas il peut limiter son analyse aux contrats pour lesquels il a été sollicité par le client. 19

20 Obligation Courtier Mandataire exclusif Mise en garde (article R CMF) Mandataire non exclusif Mandatair e d IOBSP Présenter les caractéristiques essentielles du services/contrat proposé et attirer l attention du client (y compris potentiel) sur les conséquences que peut avoir la souscription du service/contrat sur la situation financière et les biens remis en garantie le cas échéant (cas de l opération de crédit) Informations précontractuelles (Art. R519-2 al. 2 du CMF) Mêmes obligations que les trois autres catégories, avec des exigences supplémentaires: Informations portant sur la description et la comparaison des différents types de contrats disponibles sur le marché, de manière personnalisée et adaptée Information sur les règles applicables aux opérations de banque et les devoirs et obligations des IOBSP Information sur les modalités et le niveau des frais et de la rémunération éventuelle (en rappelant, pour les opérations de crédit, l interdiction légale de percevoir des frais avant le versement effectif des fonds) Information relevant du Code de la consommation (notamment sur l existence et les modalités d un droit de rétractation) en cas de commercialisation d un contrat à distance 20

21 Obligation Courtier Mandataire exclusif Mandataire non exclusif Mandataire d IOBSP Obligation de communication claire, exacte et sur un support durable à la disposition du client (y compris potentiel) (art. R du CMF) Obligation d identifier l IOBSP et sa catégorie sur toute correspondance / support de publicité (art. R du CMF) 21

22 Sommaire 1 2 Conditions formelles d exercice registre unique et immatriculation Le choix du statut Typologie & rappel des règles de bonne conduite y applicables Implications stratégiques en fonction du profil ou du métier : le point de vue d un établissement de crédit Formalisation des conventions 3 La couverture RC 4 Le contrôle des IOBSP 5 Champ d application & articulation avec d autres métiers 6 Synthèse: le point de vue pratique d une association sur la réforme 22

23 GE Money Bank

24 Une présence historique dans les services financiers GE Money Bank est une banque française issue de l acquisition en 1995 du Crédit de L Est et de la Banque Sovac Données 2011(hors DOMs) Encours 8.5 Mds Nouveau Volume 1 Md Gamme de produits de financement Données 2010 en % d encours Crédit immobilier Crédit à la consommation Crédit Auto & Moto 6% 41% 9% 44% Consolidation de crédit Premier établissement spécialisé à avoir répondu, sous une seule et même enseigne, à l'ensemble des besoins de financement des particuliers : crédit immobilier, crédit auto & moto, crédit à la consommation, consolidation de crédits Depuis sa création, la banque met l accent sur la proximité et s appuie sur un réseau de partenaires conseils collaborateurs Réseau de distribution 30 agences métropolitaines Partenaires en financements immobiliers Apporteurs Conseillers en Gestion de Patrimoine Indépendants Conférence LPA IOBSP 22/11/2012

25 Une offre produits orientée sur la réponse aux besoins de financement des particuliers > Prêts Immobiliers Crédits hypothécaires ou cautionnés Crédits à tx fixe ou variable Financement primo/ secondant accédants Crédit investisseur Crédit aux non-résidents > Crédit à la consommation Crédit renouvelable Prêt personnel Crédit sur le lieu de Vente Carte de fidélité / paiement Carte privative Carte bancaire (co-brandée) Carte de retrait > Regroupement de crédits Hypothécaire Non hypothécaire Crédits à tx fixe ou variable > Prêts auto et moto Vente à crédit Location avec option d achat Crédit bail Location longue durée > Produits & Services complémentaires Epargne Assurances emprunteurs Assistance Assurance perte financière 25 Conférence LPA IOBSP 22/11/2012

26 Une forte culture du partenariat Une expérience historique de la gestion des partenariats : sous multiples formes (partenariats, JV...) sur tout type de produit de crédit (immo, auto, conso) avec une présence des IOB majoritaire dans nos métiers : de consolidation de crédits : 98% de financement immobiliers : + de 50% Les IOB, au centre de notre stratégie de distribution 26 Conférence LPA IOBSP 22/11/2012

27 Le choix du statut Quelques pistes : Typologie de l IOB Spécialiste => mandataire (recherche offre ciblée) Généraliste => courtier (recherche offre large) Marché Immobilier => courtier (beaucoup de «fournisseurs» potentiels, recherche du meilleur prix, pas de mandat) Regroupement de crédit, automobile. => mandataire (recherche solution adaptée, plus de proximité avec la Banque) 27 Conférence LPA IOBSP 22/11/2012

28 Sommaire 1 2 Conditions formelles d exercice registre unique et immatriculation Le choix du statut Typologie & rappel des règles de bonne conduite y applicables Implications stratégiques en fonction du profil ou du métier : le point de vue d un établissement de crédit Formalisation des conventions 3 La couverture RC 4 Le contrôle des IOBSP 5 Champ d application & articulation avec d autres métiers 6 Synthèse: le point de vue pratique d une association sur la réforme 28

29 Pour les IOBSP de «catégories 2 et 3» : convention de mandat conclue avec l établissement de crédit ou de paiement (mandat conclu avec un IOBSP pour les MIOBSP) Pour les IOBSP «de catégorie 1», le mandat conclu avec le client n interdit pas la mise en place / le maintien d une convention distincte avec tout établissement de crédit ou de paiement, sous réserve qu elle ne soit pas constitutive du mandat d IOBSP. Une convention d apport d affaires ou de partenariat peut ainsi fonder le principe d une rémunération versée par l établissement de crédit - schéma à mettre en perspective avec les débats entourant le principe de double rémunération des conseillers en investissements financiers indépendants, dans le cadre de la révision de la directive MIF 29

30 o Avec la nouvelle règlementation, les conventions ou mandats seront revus La profession des IOBSP s est organisée pour réfléchir à des mandats et conventions standard (réflexion conjointe avec les banques de la place) entre établissement bancaire et IOBSP (convention ou mandat) Entre IOBSP et mandataire d IOBSP (mandat) Entre IOBSP et client (mandat) o Et contrats d indication d affaires 30

31 Mandat donné par le client à l IOBSP Obligation d information du client concernant notamment: L impossibilité pour l IOBSP de percevoir des honoraires avant le versement effectif par l EC des fonds prêtés, Identité de l IOBSP et catégorie à laquelle il appartient. S il s agit d un franchisé, indiquer sont statut d entreprise indépendante Information du client relative aux conséquences que la souscription du contrat de prêt pourrait avoir sur sa situation financière et sur ses biens remis en garantie La possibilité de recourir à la procédure de traitement des réclamations, Droit d accès aux données personnelles o Cas particulier des IOBSP qui exercent dans le cadre de franchises 31

32 Aujourd hui double mandat, de l emprunteur (recherche de financement) et de la Banque (dont l IOB est le mandant) possible? Demain ces 2 mandats sont scindés et séparés - éviter mélange Mandataires : Convention «mandat» avec la Banque avec versement d une commission au titre de ce mandat et possibilité de facturer des honoraires ou frais «d intermédiation» au client Courtiers : convention d apport d affaires avec la Banque + versement d une commission d intermédiation (TVA?), et mandat de recherche de financement émanant du client (TVA?) MIOB : dans les 2 cas connaissance et agrément du MIOB (sans établissement de convention) 32 Conférence LPA IOBSP 22/11/2012

33 Sommaire 1 2 Conditions formelles d exercice registre unique et immatriculation Le choix du statut 3 La couverture RC 4 Le contrôle des IOBSP 5 6 Champ d application & articulation avec d autres métiers Synthèse: le point de vue pratique d une association sur la réforme 33

34 RCP/GF, des couvertures obligatoires Une des conditions d accès et d exercice à la profession d IOBSP : la souscription d un contrat d assurance RCP/GF (articles L et L519-4 du CMF) Qu est ce qu une Garantie Responsabilité Civile Professionnelle? Qu est ce qu une Garantie Financière? 34

35 Qui est concerné? Montants de garantie/date d effet Le courtier IOBSP (Article L du CMF) Les Montants de couverture et la date d effet du contrat et des garanties (Articles R (RCP) et R (GF) du CMF) Montants - en Responsabilité Civile Professionnelle - en Garantie Financière Date d effet/période de garantie, principe identique en RCP & en GF. 35

36 De nouvelles responsabilités, vers une nécessaire culture de l écrit Une responsabilité accrue si l IOBSP agit en tant que Courtier IOBSP (Mandat de son client) De nouvelles obligations d information et de conseil prévues et régies par les textes communes à l ensemble des catégories (R à R du CMF) supplémentaires pour les courtiers (R à R du CMF) 36

37 Exemples de sinistres IOBSP Cas pratiques Attention particulière à l activité de courtier d assurance «garantie emprunteur», pratiquée à titre accessoire 37

38 Points clés à identifier lors de la souscription d un contrat Points à identifier Objet de la garantie Montant de la Couverture/ Franchise Souscripteur/Assuré(s) Activité(s) Pratiqué(es) Prime d assurance Exclusions Frais de défense / sinistre Territorialité Questions en présence Il peut permettre de limiter le champ du contrat (définition positive du champ de la garantie) -Respect des minima requis? Attention en cas de pluralité d Assuré au contrat - La franchise est elle applicable sur les Frais de défense? Qui est couvert? Les mandataires sont ils dans le champ de la couverture? La couverture est consentie par activité pratiquée, suis-je couvert pour l ensemble du périmètre de mes activités? Révisable sur le Chiffre d Affaires (CA) quel est le taux de régularisation? Forfaitaire sur quelle tranche de CA? Elles doivent être claires, limitées et précises. A regarder avec précaution. Les frais de défense sont ils inclus ou pas dans le plafond de la garantie? Qui gère mes sinistres? L Assureur prend ou pas la direction du procès? Vérifier l adéquation de la couverture à la territorialité de vos activités? Attention en cas de Liberté de Prestation de Service 38

39 HYALIN SAS HYALIN SAS, est un courtier grossiste, spécialiste des risques RCPRO/Garantie Financière des professions réglementées et non réglementées. HYALIN est né du fruit de l expérience et l expertise de ses dirigeants dans le domaine de l assurance, animés d une volonté de mettre leur savoir faire au service des intermédiaires d assurance tout en gardant le client au cœur de leurs préoccupations. Le dernier né de l offre produit : HYALIN PRO IOBSP - Le contrat dédié aux IOBSP Coordonnées : Hyalin SAS (N Orias ) 18, rue Pasquier PARIS Tel :

40 Sommaire 1 2 Conditions formelles d exercice registre unique et immatriculation Le choix du statut 3 La couverture RC 4 Le contrôle des IOBSP 4.1 Contrôle de l ACP / contrôle des établissements : rappel des principes 4.2 Orientations pratiques des établissements 5 Champ d application & articulation avec d autres métiers 6 Synthèse: le point de vue pratique d une association sur la réforme 40

41 Les IOBSP sont soumis au contrôle de l ACP depuis la LRBF (art. L , II, 3 du CMF): Sanctions allant, selon la gravité du manquement constaté, de l avertissement à l interdiction de pratiquer l activité d intermédiation pendant une durée maximale de 10 ans (art. L du CMF) Sanctions pécuniaires de 100 millions d euros maximum (art. L du CMF) Les EC et EP doivent déclarer à l ACP les IOBSP (personnes physiques ou morales) avec lesquels ils ont conclu un mandat, l ACP en publiant la liste complète (art. L du CMF). Les établissements peuvent être amenés à contrôler les IOBSP dans la mesure où une «tâche opérationnelle essentielle ou importante» leur a été confiée/externalisée (i.e. participation à la distribution de produits, diffusion d information commerciale sur ces produits et participation à la conclusion d opérations bancaires/de paiement) cf. art du règlement CRBF n

42 Sommaire 1 2 Conditions formelles d exercice registre unique et immatriculation Le choix du statut 3 La couverture RC 4 Le contrôle des IOBSP 4.1 Contrôle de l ACP / contrôle des établissements : rappel des principes 4.2 Orientations pratiques des établissements 5 Champ d application & articulation avec d autres métiers 6 Synthèse: le point de vue pratique d une association sur la réforme 42

43 o Mesures préventives : Intégration, dans le mandat entre l IOBSP et l EC, de dispositions imposant aux IOBSP le respect des éléments règlementaires: Les éléments déjà vérifiés par l ORIAS pourraient ne pas être revus par les EC (capacité professionnelle et non condamnation, notamment). Il suffit, dans ce cas, que l EC s assure que l IOBSP est immatriculé o Lorsqu un mandat est donné par un établissement de crédit à un IOBSP, l établissement de crédit s assure de la bonne application par l IOBSP des obligations qui découlent du mandat. L EC peut donc contrôler l IOBSP de la façon suivante: En se rendant sur le site internet de l IOBSP pour s assurer de la conformité des informations présentées 43

44 En effectuant des contrôles sur pièces: Procédures: Traitement des réclamations Relations avec les clients Secret professionnel Gestion des conflits d intérêts Information du client Publicité et communication Procédure CNIL Plan de contrôle Rapport de contrôles effectués en interne ou externe sur l application des procédures et de la réglementation Mandat client Informations données à la clientèle En effectuant des contrôles ponctuels sur place dans les réseaux: Vérification de l affichage Revue des documents précontractuels Analyse de quelques dossiers clients 44

45 Un process d agrément formalisé sur l ensemble de nos apporteurs, répondant à nos critères «compliance», financiers, commerciaux (enquête notoriété, visite locaux, connaissance des interlocuteurs et du process de vente, bilans, Orias ) Choisir et connaître l IOB & les MIOB avec lesquels nous souhaitons travailler (liste des MIOB demandée) Former les IOB, leurs salariés et les MIOB : avoir une bibliothèque de formation adaptée à la transmission des connaissances (produits, process, normes, nos exigences..) 45 Conférence LPA IOBSP 22/11/2012

46 Contacter le Client : des contrôles réguliers & formalisés à travers notamment des «post-sale calls» et de «pre-sale calls» Des contrôles de conformité & de solvabilité de nos apporteurs agréés tout au long de la vie de nos partenariats Vérification et contrôle de la communication (pub) de l IOB Formalisation lors d un comité «dealer» qui synthétise les données (sinistralité, fraudes, % de défaut, éléments financiers, changement d actionnariat, pratique ventes..) et prend des décisions sur la collaboration avec un PV de comité «auditable» Contrôle sur pièce de l IOB & contrôle à distance des pratiques de vente (courtier et MNE) 46 Conférence LPA IOBSP 22/11/2012

47 Sommaire 1 2 Conditions formelles d exercice registre unique et immatriculation Le choix du statut 3 La couverture RC 4 Le contrôle des IOBSP 5 Champ d application & articulation avec d autres métiers Exemptions : haut de bilan, liées aux seuils Cas de l indication et du conseil sans intermédiation Le sort du démarchage 6 Synthèse: le point de vue pratique d une association sur la réforme 47

48 Sont exclues du régime de l IOBSP les activités liées à certaines opérations concernant les entreprises (ingénierie financière, fusions et rachats d entreprises etc.), dites «connexes» aux opérations de banque En pratique : la recherche et la négociation des financements nécessaires aux opérations de croissance externe ou d optimisation de la gestion financière ne sera pas encadrée par le régime IOBSP sous réserve qu elle soit intégrée à une offre globale d ingéniérie Différence apparente avec le régime du conseil en investissement financier qui ne prévoit pas de dérogation spécifique pour les opérations d acquisitions de titres 48

49 Exemptions à l obligation d immatriculation pour les intermédiaires qui offrent des crédits à la consommation ou des crédits professionnels sur le lieu de vente de manière complémentaire à leur activité professionnelles, en deçà de certains seuils annuels fixés par arrêté (respectivement 20 opérations ou Euros) Cette exemption ne s applique pas à l offre de crédit immobiliers, de regroupement de prêts, ou de prêts viagers hypothécaires Le caractère complémentaire de l activité est écarté à partir du moment où l intermédiation est assortie d un démarchage 49

50 Sommaire 1 2 Conditions formelles d exercice registre unique et immatriculation Le choix du statut 3 La couverture RC 4 Le contrôle des IOBSP 5 Champ d application & articulation avec d autres métiers Exemptions : haut de bilan, liées aux seuils Cas de l indication et du conseil sans intermédiation Articulation avec le régime du courtage en assurances / le régime des CIF Le sort du démarchage 6 Synthèse: le point de vue pratique d une association sur la réforme 50

51 L indication recouvre le fait (i) soit d indiquer des établissements à un prospect, sans remise de documentation autre que publicitaire et / ou (ii) inversement de transmettre à un établissement les coordonnées d un prospect (définition qui se rapproche sensiblement de la définition de l IOB avant la réforme, sous réserve de l exigence formelle d un «mandat») Le conseil sans intermédiation n est pas spécifiquement identifié par la loi ou le règlement 51

52 Sommaire 1 2 Conditions formelles d exercice registre unique et immatriculation Le choix du statut 3 La couverture RC 4 Le contrôle des IOBSP 5 Champ d application & articulation avec d autres métiers Exemptions : haut de bilan, liées aux seuils Cas de l indication et du conseil sans intermédiation Le sort du démarchage 6 Synthèse: le point de vue pratique d une association sur la réforme 52

53 Conséquences pour les IOBSP des modifications apportés par la LRBF au régime du démarchage: L IOBSP devient un démarcheur habilité «per se» (sans obligation d être mandaté par un établissement de crédit) Conséquences pour les démarcheurs de l entrée en vigueur de la réforme des IOBSP : Les textes applicables aux IOBSP assimilent «la présentation, proposition ou aide à la conclusion d une opération de banque» au «fait de solliciter ou de recueillir l accord du client sur l opération de banque ou de service de paiement» En pratique, ces dispositions vident largement de son contenu la catégorie des démarcheurs mandatés ne disposant pas d un statut réglementé : fin de la dissociation théorique entre démarchage et conseil pour les produits bancaires? 53

54 Conséquences pour l avenir du démarchage Intérêt du maintien d un cadre «autonome» sur le démarchage en matière bancaire dans la mesure où la notion-même de sollicitation, les obligations d information et le principe de l enregistrement sont absorbés par l IOBSP? Des aspects spécifiques à prendre en compte néanmoins : formalisme attaché au «porte-à-porte», protection des investisseurs nonqualifiés etc. Problématique de cohérence au regard du démarchage sur les produits et services d investissements pour lesquels la désignation, par mandat, d intermédiaires non habilités en tant que tels, demeure possible Evolution prévisible des textes 54

55 Sommaire 1 2 Conditions formelles d exercice registre unique et immatriculation Le choix du statut 3 La couverture RC 4 Le contrôle des IOBSP 5 6 Champ d application & articulation avec d autres métiers Synthèse: le point de vue pratique d une association sur la réforme 55

56 Conférence LPA du 22 Novembre 2012 Réforme du statut IOBSP: Le point de vue des Associations Professionnelles

57 L Anacofi en quelques chiffres Anacofi / Anacofi CIF créées en 2004/2006 -Structure confédérale: 5000 entreprises / emplois -Première association multi-métiers (8 métiers représentés) -Principale association de CGP -Première association CIF: PM / 2700 PP (chiffres 2012) FIN % 4% 3% 17% 44% 30% CIP ANACOFI CIF CNCIF CCIFTE CCGPI

58 Une nouvelle association professionnelle dédiée aux IOBSP Anacofi-IOBSP -Créée en Octobre L ANACOFI est de fait, la principale association professionnelle revendiquant la représentation des IOBSP (1 association par le nombre d entreprises et d hommes) -chiffres: IOBSP (Oct. 2012) Fin diversité des métiers de l IOBSP représentés

59 Diversité des métiers de l IOBSP représentés -Prêt immobilier -Restructuration de crédits -Prêt hypothécaire -Crédit professionnel -Crédit consommation -Services de paiement -Produits de placements bancaires (Compte Epargne, Livret.)

60 Rôle de l association professionnelle/ IOBSP A la différence des CIF pas de rôle de co-régulateur avec l ACP Information et Encadrement des IOBSP Formation (accès au statut et formation continue) Représentation et Défense des Intérêts (Autorité de tutelle/ministère/banques) Médiation entre professionnels /avec les établissements de crédit Elaboration des CBC / Recommandation des bonnes pratiques professionnelles

61 Quelques problématiques règlementaires identifiées Pas de catégorie spécifique pour l intermédiation des produits d épargne bancaire Rigidité des différentes catégories d intermédiaires en considération du choix des différentes spécialités de métier (immo, conso, hypo viager, rachat) Prêt Viager hypothécaire : catégorie qui n a pas de sens Rien de prévu pour les partenariats entre IOBSP de différentes catégories MIOBSP : l alignement des conditions de compétence sur celles du mandant apparaissent excessives dans le cadre de mandatement à titre accessoire

62 Rappel des missions de l ACP / IOBSP «L ACP est chargé de veiller au respect par les personnes soumises à son contrôle des règles destinées à assurer la protection de leur clientèle: -des codes de conduite approuvés à la demande d'une association professionnelle ainsi que -des bonnes pratiques de leur profession qu'elle constate ou recommande..» (Article L II 3 CMF)

63 Dans le cadre de sa mission de protection de la clientèle l ACP élabore une «soft Law» applicable aux IOBSP Recommandations publiées: Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2012-R-01 du 6 avril 2012 Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

64 Rôle Des Associations Professionnelles D IOBSP Elaboration des Code de Bonne Conduite (CBC) Les associations professionnelles représentant les intérêts des IOBSP peuvent (Article L CMF) Elaborer des CBC dans le domaine de la commercialisation et de la protection de la clientèle Demander l approbation d un CBC à l Autorité de Contrôle Prudentiel en charge de la en vérification de sa compatibilité avec les dispositions législatives et réglementaires qui leur sont applicables

65 Constatation des Bonnes pratiques L'ACP peut demander à une associations professionnelles, de lui faire des propositions/recommandations en matière de bonnes pratiques professionnelles relatives à la commercialisation et la protection de la clientèle Leur publication dans le recueil de l ACP les rend applicable à tous les membres de l association

66 Merci de votre attention et n hésitez pas à : -consulter notre site: -me contacter pour des informations complémentaires : Arieh Brunschwig Service Juridique Anacofi / Anacofi-CIF/Anacofi-IOBSP Accueil: 92 rue d Amsterdam Paris Siège :21 Boulevard des Batignolles Paris Tel : (ligne directe)/ Fax: Mail :

67 Marie-Christine Peyroux Associé, Assurance Inscrite au Barreau de Paris depuis , DESS en droit européen des affaires, Université de Paris V 1989, Diplôme de traducteur trilingue, ISIT (Institut Supérieur d'interprétation et de Traduction) : français, anglais et allemand 1988, Diploma in English Law, Université de Kent, Canterbury, G.B. Marie-Christine PEYROUX Assurance Tél. : +33 (0) Fax : +33 (0) Principaux domaines d intervention Risques financiers RC Pro Fraude Expérience Assistance et conseil auprès de compagnies d assurances françaises ou étrangères : Analyse, provisionnement et gestion de sinistres (risques financiers et notamment fraude/responsabilité des banques, des entreprises d investissement, des gestionnaires de patrimoine, des dirigeants, des courtiers en assurances, des experts comptables ). Négociation et rédaction de polices d assurances. Adaptation de polices étrangères au marché français. Contentieux pour les compagnies d assurances et/ou leurs assurés.

68 Nicolas Mordaunt-Crook Associé, Banque Finance Inscrite au Barreau de Paris depuis /1988 : Sciences Po Paris (Service Public) 1989/1990 : Maîtrise droit des affaires (Paris I ) 1990/1991 : DEA droit (Paris II) Nicolas Mordaunt-Crook Banque - Finance Tél.: + 33 (0) Fax: +33 (0) Principaux domaines d intervention Gestion d actifs Droit des marchés financiers Droit bancaire Droit du financement Réglementation européenne Expérience Conseil d'établissements étrangers et français sur les conditions et modalités de fourniture, en France de services financiers et de distribution / commercialisation de produits bancaires et / ou d'instruments financiers Structuration réglementaire d'activités de fonds «ouverts» et de fonds communs de titrisation en France Rédaction / négociation de contrats de et de sûretés Rédaction / négociation de contrats de services d'investissement y compris en liaison avec des offres au public Conseil et assistance en matière de commercialisation d instruments financiers

Etablissements de Crédits et IOB

Etablissements de Crédits et IOB Etablissements de Crédits et IOB GE Money Bank Une présence historique dans les services financiers GE Money Bank est une banque française issue de l acquisition en 1995 du Crédit de L Est et de la Banque

Plus en détail

Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement

Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement 1. Qualificati on juri di que Est intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement toute personne qui exerce l'intermédiation

Plus en détail

LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP)

LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) La loi de régulation bancaire et financière n 2010-1249 du 22 octobre 2010 a mis en place différentes mesures visant

Plus en détail

Statut des IOBSP LA REFORME DU. CrediPro Novembre 2012. Livre Blanc

Statut des IOBSP LA REFORME DU. CrediPro Novembre 2012. Livre Blanc LA REFORME DU Statut des IOBSP Livre Blanc CrediPro Novembre 2012 Le dispositif du Gouvernement dans la Loi de régulation Bancaire (RBF) et Financière du 22 octobre 2010: - harmonise les statuts des différents

Plus en détail

J E P 2013. Partenaires de la FPI

J E P 2013. Partenaires de la FPI J E P 2013 Partenaires de la FPI 23 & 24 janvier 2013 2 LA RÉFORME DU STATUT DES IOBSP Document strictement réservé aux Partenaires Professionnels 23 et 24 janvier 2012 SOMMAIRE Le contenu de la réforme

Plus en détail

Conférence ANACOFI-IOBSP

Conférence ANACOFI-IOBSP Conférence IOBSP Paris, le 30 Janvier 2013 NOUVEAU STATUT IOBSP : Comment appréhender la nouvelle réglementation, enjeux et stratégies? 30 janvier 2013 Conférence ANACOFI-IOBSP Ouverture de la conférence

Plus en détail

Définition de l activité d IOBSP (Articles L.519-1 et R.519-1 du Code Monétaire et Financier)

Définition de l activité d IOBSP (Articles L.519-1 et R.519-1 du Code Monétaire et Financier) INTERMEDIAIRE EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENTS IOBSP (conformément à la Loi n 2010-1249 du 22/10/2010, aux décrets n 2012-100 et 2012-101 du 26/01/2012 et aux arrêtés des 01/03/2012 et

Plus en détail

INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT

INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT 2.1 Qualification juridique L article L. 519-1 du CMF précise la définition d un IOBSP, à savoir «est intermédiaire en opérations de banque

Plus en détail

INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP)

INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) 1. Qualification juridique L article L. 519-1 du CMF reprend, en la précisant, la définition assurantielle, en déclarant qu «est

Plus en détail

FICHE EXPERT HYALIN LE NOUVEAU STATUT D IOBSP

FICHE EXPERT HYALIN LE NOUVEAU STATUT D IOBSP FICHE EXPERT HYALIN LE NOUVEAU STATUT D IOBSP 01 78 41 44 60 DEFINITION D UN IOB / IOBSP L article L. 519-1 du CMF reprend, en la précisant, la définition assurantielle, en déclarant : «Est un intermédiaire

Plus en détail

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 4 avril 2012 Contact: Marie-Agnès NICOLET Présidente de REGULATION PARTNERS 06 58 84 77 40 IOBSP: les évolutions réglementaires o Après le rapport Deletré

Plus en détail

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33.6.58.84.77.40

Plus en détail

Fédération Française des Intermédiaires Bancaires (FFIB)

Fédération Française des Intermédiaires Bancaires (FFIB) HYALIN PRO IOBSP Fédération Française des Intermédiaires Bancaires (FFIB) VOUS ETES IOBSP ET VOUS PRATIQUEZ L ACTIVITE D INTERMEDIATION D ASSURANCE UNIQUEMENT EN GARANTIE EMPRUNTEUR ACTIVITES CONCERNEES

Plus en détail

Réunion Assureurs de RCP-GF

Réunion Assureurs de RCP-GF Réunion Assureurs de RCP-GF Grégoire Dupont Secrétaire Général 03/12/2014 Réunion Assureurs de RCP-GF 1 Sommaire Introduction : Actualités de l ORIAS 1. Mise en perspectives des données Evolution du nbre

Plus en détail

Démarchage bancaire ou financier & Conseillers en investissements financiers (CIF) ASPECTS JURIDIQUES ET PRATIQUES

Démarchage bancaire ou financier & Conseillers en investissements financiers (CIF) ASPECTS JURIDIQUES ET PRATIQUES Démarchage bancaire ou financier & Conseillers en investissements financiers (CIF) ASPECTS JURIDIQUES ET PRATIQUES La loi de sécurité financière, dix ans après PHILIPPE ARESTAN 5 e édition augmentée et

Plus en détail

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle ATELIER n 2 Devoir de conseil et responsabilité professionnelle Vincent Patrimonio, GRAS SAVOYE Professions «Les conseilleurs ne sont pas les payeurs». Est-ce vrai? A quels risques s exposent les professionnels

Plus en détail

Réunion Mandants. Grégoire Dupont Secrétaire Général. 25/11/2014 Réunion Mandants 1

Réunion Mandants. Grégoire Dupont Secrétaire Général. 25/11/2014 Réunion Mandants 1 Réunion Mandants Grégoire Dupont Secrétaire Général 25/11/2014 Réunion Mandants 1 Sommaire Introduction : Actualités de l ORIAS 1. Mise en perspectives des données Evolution du nbre d intermédiaires et

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

HONG KONG 香 港 GUANGZHOU 广 州 SHANGHAI 上 海 BUREAUX D ASIE

HONG KONG 香 港 GUANGZHOU 广 州 SHANGHAI 上 海 BUREAUX D ASIE HONG KONG 香 港 GUANGZHOU 广 州 SHANGHAI 上 海 BUREAUX D ASIE LPA UNE PRESENCE FORTE EN CHINE Shanghai Francfort PARIS Guangzhou Hong Kong AlgER CASABLANCA Créé il y a 25 ans, Lefèvre Pelletier & associés (LPA)

Plus en détail

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Paris, 4 avril 2012 Cécile Sellier - Directeur adjoint Direction du contrôle des pratiques commerciales 1 Sommaire 1. Mission

Plus en détail

Notre devise : Formation : IOBSP. Intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement. Durée : 150 heures (22 jours)

Notre devise : Formation : IOBSP. Intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement. Durée : 150 heures (22 jours) Notre devise : «Offrir une qualité optimale de formation basée en premier lieu sur la confiance des Hommes et des Femmes qui font et feront l entreprise de demain en Outre-Mer» Formation : IOBSP Intermédiaires

Plus en détail

Sommaire. 6. Relations avec l ACP/AMF. ORIAS - 2012-12-26- Page 1 sur 38

Sommaire. 6. Relations avec l ACP/AMF. ORIAS - 2012-12-26- Page 1 sur 38 NOTE RELATIVE AU FONCTIONNEMENT DU REGISTRE UNIQUE DES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES (IAS), INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT(IOBSP), CONSEILLERS EN INVESTISSEMENT FINANCIER

Plus en détail

ORIAS - 2013-05-27 Page 1 sur 36

ORIAS - 2013-05-27 Page 1 sur 36 NOTE RELATIVE AU FONCTIONNEMENT DU REGISTRE UNIQUE DES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES (IAS), INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT(IOBSP), CONSEILLERS EN INVESTISSEMENT FINANCIER

Plus en détail

PERSONNE MORALE ou PERSONNE ENREGISTREE EN INDEPENDANTE:

PERSONNE MORALE ou PERSONNE ENREGISTREE EN INDEPENDANTE: Pour accéder à l adhésion ANACOFI-CIF il est obligatoire, si vous n êtes pas membre d une association confédérés ou réseau, d adhérer à l ANACOFI (voir formulaire dans «Adhérer- Renouveler»). La cotisation

Plus en détail

ORIAS - 2013-05-27 Page 1 sur 36

ORIAS - 2013-05-27 Page 1 sur 36 NOTE RELATIVE AU FONCTIONNEMENT DU REGISTRE UNIQUE DES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES (IAS), INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT(IOBSP), CONSEILLERS EN INVESTISSEMENT FINANCIER

Plus en détail

GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION

GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION FORMATION IOBSP Niveau 1 Catalogue permanent VALORIALE 2012-2013 Agrément 91 3407225 34 Objectifs de la formation Répondre aux obligations légales issues du décret

Plus en détail

Premier bilan de la mise en place du Registre unique et actualité de l intermédiation en assurance, banque et finance

Premier bilan de la mise en place du Registre unique et actualité de l intermédiation en assurance, banque et finance Premier bilan de la mise en place du Registre unique et actualité de l intermédiation en assurance, banque et finance Grégoire Dupont Secrétaire Général 18/09/2013 Atelier - JDC 2013 1 Plan Introduction

Plus en détail

8. Relations avec l ACPR/AMF 8.1 Echanges d informations 8.2 Contribution pour frais de contrôle. Sommaire. ORIAS - 2015-07-15 Page 1 sur 43

8. Relations avec l ACPR/AMF 8.1 Echanges d informations 8.2 Contribution pour frais de contrôle. Sommaire. ORIAS - 2015-07-15 Page 1 sur 43 NOTE RELATIVE AU FONCTIONNEMENT DU REGISTRE UNIQUE DES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES (IAS), INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP), CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

QUESTIONNAIRE RC PROFESSIONNELLE DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP)

QUESTIONNAIRE RC PROFESSIONNELLE DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) QUESTIONNAIRE RC PROFESSIONNELLE DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) Proposant LE PROPOSANT 1. Nom de l assuré (Nom et Prénom pour une personne physique ou Raison

Plus en détail

QUESTIONNAIRE RC PROFESSIONNELLE DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP)

QUESTIONNAIRE RC PROFESSIONNELLE DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) QUESTIONNAIRE RC PROFESSIONNELLE DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) Proposant LE PROPOSANT 1. Nom de l assuré (Nom et Prénom pour une personne physique ou Raison

Plus en détail

CGP REGLEMENTATION APPLICABLE A LA PROFESSION

CGP REGLEMENTATION APPLICABLE A LA PROFESSION CGP REGLEMENTATION APPLICABLE A LA PROFESSION Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine 4, rue de Longchamp 75016 Paris Tél. : 01.42.56.76.50 Fax : 01.42.56.76.51 e-mail : info@cncgp.fr Site

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations

Plus en détail

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

Rappels sur le démarchage financier

Rappels sur le démarchage financier Rappels sur le démarchage financier Club Asset Management 11 juillet 2012 Christophe Jacomin, Avocat Associé Lefèvre Pelletier & associés 136, avenue des Champs Elysées 75008 PARIS Tél. : 01 53 93 29 56

Plus en détail

THEME : FOCUS SUR LE STATUT de l'iobsp

THEME : FOCUS SUR LE STATUT de l'iobsp Compte-rendu Les rencontres de l ANACOFI-IOBSP- 22 janvier 2015 THEME : FOCUS SUR LE STATUT de l'iobsp Premier bilan deux ans après la mise en application du nouveau statut de l'intermédiation bancaire.

Plus en détail

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF. Réunion du 19 juin 2014

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF. Réunion du 19 juin 2014 LE FINANCEMENT PARTICIPATIF Réunion du 19 juin 2014 SOMMAIRE Le financement participatif 1. Définition 2. Les risques encourus 3. L ordonnance du 30 mai 2014 1. Définition Historique Le crowdfunding ou

Plus en détail

Fiche d'information Légale DOCUMENT D'ENTRÉE EN RELATION

Fiche d'information Légale DOCUMENT D'ENTRÉE EN RELATION Fiche d'information Légale DOCUMENT D'ENTRÉE EN RELATION Vous avez choisi ou êtes sur le point de confier la mission de vous assister, à un professionnel réglementé et contrôlé. Nous vous invitons à prendre

Plus en détail

HYALIN PRO IOBSP COMBI

HYALIN PRO IOBSP COMBI HYALIN PRO IOBSP COMBI Fédération Française des Intermédiaires Bancaires (FFIB) VOUS ETES IOBSP ET VOUS PRATIQUEZ D AUTRES ACTIVITES DU DOMAINE DE L INTERMEDIATION FINANCIERE, IMMOBILIERE ET D ASSURANCE

Plus en détail

Intermédiaires en Assurance

Intermédiaires en Assurance Intermédiaires en Assurance 1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

JORF n 0088 du 13 avril 2012. Texte n 15

JORF n 0088 du 13 avril 2012. Texte n 15 Le 13 avril 2012 JORF n 0088 du 13 avril 2012 Texte n 15 ARRETE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement

Plus en détail

Principaux impacts de la transposition de la directive AIFM

Principaux impacts de la transposition de la directive AIFM Principaux impacts de la transposition de la directive AIFM Jérôme Abisset, directeur des affaires juridiques de l AFG Stéphane Janin, directeur des affaires internationales de l AFG Nicolas Mordaunt-Crook,

Plus en détail

Réponses aux questions fréquemment posées

Réponses aux questions fréquemment posées Le 6 avril 2012 Contribution pour frais de contrôle due par les courtiers en assurance ou réassurance et les intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement au titre de l année 2012 Réponses

Plus en détail

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS 23/07/2012 La loi dite de sécurité financière du 1er août 2003 a donné un statut à l activité de conseil en investissements financiers (CIF) du fait de la complexité

Plus en détail

Crowdfunding : Rêve ou réalité?

Crowdfunding : Rêve ou réalité? Crowdfunding : Rêve ou réalité? L encadrement du financement participatif : contrainte ou opportunité? Mardi 16 septembre 2014 Cinquième Matinale CCEF Cercle de l Union Interalliée (Paris) SOMMAIRE Le

Plus en détail

[CAHIERs] L ère de l intermédiation financière. COORDINATION Jérôme Speroni. www.argusdelassurance.com supplément 27 avril 2012 N 7263-7264

[CAHIERs] L ère de l intermédiation financière. COORDINATION Jérôme Speroni. www.argusdelassurance.com supplément 27 avril 2012 N 7263-7264 [CAHIERs] pratiques L ère de l intermédiation financière COORDINATION Jérôme Speroni www.argusdelassurance.com supplément 27 avril 2012 N 7263-7264 [ Intermédiation financière et d assurance ] L ère de

Plus en détail

La distribution de contrats d assurance propriétaire non-occupant (PNO) par les administrateurs de biens

La distribution de contrats d assurance propriétaire non-occupant (PNO) par les administrateurs de biens La distribution de contrats d assurance propriétaire non-occupant (PNO) par les administrateurs de biens 1 Rappel : une nouvelle obligation légale dans le cadre de la Loi Alur L article 9-1 précise que

Plus en détail

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF)

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF) MARS 2006 S informer sur... Les conseillers en investissements financiers (CIF) Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Un conseiller en investissements financiers est une personne

Plus en détail

Cabinet ULYS BANQUE & INNOVATION, 30 SEPTEMBRE 2014. Me Cathie-Rosalie JOLY Me Lise Breteau

Cabinet ULYS BANQUE & INNOVATION, 30 SEPTEMBRE 2014. Me Cathie-Rosalie JOLY Me Lise Breteau BANQUE & INNOVATION, 30 SEPTEMBRE 2014 Me Cathie-Rosalie JOLY Me Lise Breteau Cabinet ULYS 30/09/2014 www.ulys.net - cathierosalie.joly@ulys.net - ULYS 2014 1 "CROWDFUNDING ET RÉGLEMENTATION : QUELS IMPACTS

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION HABILITANTE FINANCES, ASSURANCES & PRODUIT D EPARGNE COURTIERS et MANDATAIRES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUES

PROGRAMME DE FORMATION HABILITANTE FINANCES, ASSURANCES & PRODUIT D EPARGNE COURTIERS et MANDATAIRES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUES AGENCE PIERRE&PARTNERS ORGANISME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION HABILITANTE FINANCES, ASSURANCES & PRODUIT D EPARGNE COURTIERS et MANDATAIRES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUES Formation validant

Plus en détail

FORMATION IOBSP Niveau 1

FORMATION IOBSP Niveau 1 GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION FORMATION IOBSP Niveau 1 Catalogue des formations valable jusqu au 31/12/13 VALORIALE 2012-2013 Objectifs de la formation Répondre aux obligations légales issues du

Plus en détail

QUESTIONNAIRE RC PROFESSIONNELLE DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP)

QUESTIONNAIRE RC PROFESSIONNELLE DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) Le proposant 1. Nom de l assuré (Nom et Prénom pour une personne physique ou Raison Sociale pour une société): 2. Nom(s) dirigeant(s) : Adresse email : 3. Adresse du siège social: Code postal : Ville :

Plus en détail

Actualité du droit et de la fiscalité de l immobilier

Actualité du droit et de la fiscalité de l immobilier Actualité du droit et de la fiscalité de l immobilier Bilan 2012 et perspectives 2013 Hôtel George V Mardi 05 février 2013 136 avenue des Champs-Elysées 75008 Paris - Tél. : +33 (0)1 53 93 30 00 Fax :

Plus en détail

Le volet immobilier de la loi Pinel... ...entre Parlement et Sénat

Le volet immobilier de la loi Pinel... ...entre Parlement et Sénat Rencontre LPA Le volet immobilier de la loi Pinel......entre Parlement et Sénat Mardi 25 mars 2014 136 avenue des Champs-Elysées 75008 Paris - Tél. : +33 (0)1 53 93 30 00 Fax : +33 (0)1 53 93 30 30 www.lpalaw.com

Plus en détail

courtier en prêts Guide Offres Crédits Professionnels

courtier en prêts Guide Offres Crédits Professionnels courtier en prêts Guide Offres Crédits Professionnels Une équipe de techniciens bancaires à votre disposition La société IT PRET a été fondée en Octobre 2007. Jean-Louis BAHANS, son créateur, a tout d

Plus en détail

La formation des IOBSP

La formation des IOBSP Quelle formation pour quel IOBSP? Intervenant : Ravi CAUSSY, Président de la Commission Formation AFIB Convention du 31 mai 2012 - Paris Quelle formation pour quel IOBSP? Quelles catégories et activités

Plus en détail

Demande de devis RC PRO FINANCE ET PATRIMOINE

Demande de devis RC PRO FINANCE ET PATRIMOINE Demande de devis RC PRO FINANCE ET PATRIMOINE Responsabilité Civile Professionnelle des Conseillers en Gestion de Patrimoine (CGP), Conseil en Investissement Financier (CIF), Démarcheurs Bancaires et Financiers

Plus en détail

GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATES-FORMES ET DES PORTEURS DE PROJET

GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATES-FORMES ET DES PORTEURS DE PROJET GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATESFORMES ET DES PORTEURS DE PROJET Selon les modalités de financement retenues, un opérateur de crowdfunding peut être soumis au respect

Plus en détail

Conférence sur le crowdfunding. Mardi 16 décembre 2014 Espace Hamelin - Paris

Conférence sur le crowdfunding. Mardi 16 décembre 2014 Espace Hamelin - Paris Conférence sur le crowdfunding Mardi 16 décembre 2014 Espace Hamelin - Paris SOMMAIRE Le financement participatif 1. Les modalités du financement participatif 2. Les risques encourus 3. La réglementation

Plus en détail

Avis général sur les modifications proposées

Avis général sur les modifications proposées A l attention de : Objet : Alexis ZADJENWEBER chef du bureau «Services bancaires et moyens de paiement». Hervé de VILLEROCHE chef du service «du financement de l économie». Réponse à la Consultation concernant

Plus en détail

Crystal Finance est le leader du conseil en gestion patrimoniale globale auprès d une clientèle privée et de non-résidents français.

Crystal Finance est le leader du conseil en gestion patrimoniale globale auprès d une clientèle privée et de non-résidents français. Crystal Finance est le leader du conseil en gestion patrimoniale globale auprès d une clientèle privée et de non-résidents français. Créée en 1992, Crystal Finance conseille près de 10 000 clients à travers

Plus en détail

Fiche d information légale, Présentation du Cabinet

Fiche d information légale, Présentation du Cabinet Fiche d information légale, Présentation du Cabinet Cette fiche résume toutes les informations légales que le conseiller ou sa société doivent avoir communiqué au client dès le début de la relation. Le

Plus en détail

Rencontre LPA. Sécurisation de l emploi : La nouvelle donne des licenciements économiques et du dialogue social. Mise en œuvre de la réforme

Rencontre LPA. Sécurisation de l emploi : La nouvelle donne des licenciements économiques et du dialogue social. Mise en œuvre de la réforme Rencontre LPA Sécurisation de l emploi : La nouvelle donne des licenciements économiques et du dialogue social Mise en œuvre de la réforme Intervenants : Françoise Pelletier, avocat associé, spécialiste

Plus en détail

PME Finance 29 avril 2014

PME Finance 29 avril 2014 PME Finance 29 avril 2014 http://www.pmefinance.org/9587-crowdfunding-analyse-du-projet-d-ordonnance.html Crowdfunding : le projet d'ordonnance se précise Très attendu, le projet d'ordonnance de simplification

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

FICHE D'INFORMATIONS LEGALES / D.E.R

FICHE D'INFORMATIONS LEGALES / D.E.R FICHE D'INFORMATIONS LEGALES / D.E.R 1 La présente fiche (ou DER) est un élément essentiel de la relation entre le client et son conseiller (ou intermédiaire). Elle résume toutes les informations légales

Plus en détail

Lancement de l Association Professionnelle des Intermédiaires en Crédits (APIC)

Lancement de l Association Professionnelle des Intermédiaires en Crédits (APIC) Lancement de l Association Professionnelle des Intermédiaires en Crédits (APIC) Cafpi, leader historique en matière de courtage en crédit immobilier, Meilleurtaux.com dont le développement s est appuyé

Plus en détail

Traitement de la FRA/CIF 2015 6 mars 2015

Traitement de la FRA/CIF 2015 6 mars 2015 Traitement de la FRA/CIF 2015 6 mars 2015 Préambule Fiche de renseignements annuels dédiée aux conseillers en investissements financiers - FRA/CIF - - AMF - Mise à jour de l instruction 2013-07 Les Conseillers

Plus en détail

Code de Déontologie. Mai 2009-43

Code de Déontologie. Mai 2009-43 Mai 2009-43 PRÉAMBULE Le présent Code a pour but de définir les règles de déontologie applicables aux adhérents de la CNCIF. Le Conseil en Investissements Financiers, membre de la CNCIF est un professionnel

Plus en détail

Plans de prévention des risques technologiques :

Plans de prévention des risques technologiques : Plans de prévention des risques technologiques : Autorisations d urbanisme et contrôle des constructions Jeudi 4 décembre 2014 136 avenue des Champs-Elysées 75008 Paris - Tél. : +33 (0)1 53 93 30 00 Fax

Plus en détail

S informer sur. Les conseillers en investissements financiers (CIF)

S informer sur. Les conseillers en investissements financiers (CIF) S informer sur Les conseillers en investissements financiers (CIF) Autorité des marchés financiers Les conseillers en investissements financiers (CIF) Sommaire Qu est ce qu un conseiller en investissements

Plus en détail

Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011. Tous droits réservés 2011

Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011. Tous droits réservés 2011 Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Les produits, les services et les instruments

Plus en détail

iii. L activité consistant à fournir du conseil en termes de placements financiers ou immobiliers a pendant longtemps été peu réglementée.

iii. L activité consistant à fournir du conseil en termes de placements financiers ou immobiliers a pendant longtemps été peu réglementée. CONSEIL EN GESTION DE PATRIMOINE Contribution de l AMAFI à la mission menée par M. Giscard d Estaing 1. Le Premier Ministre a confié à M. Louis Giscard d Estaing une mission en vue de proposer des mesures

Plus en détail

CGPI. Un métier très réglementé. L'OR des CGPI pour INFINITIS - Avril 2012 1

CGPI. Un métier très réglementé. L'OR des CGPI pour INFINITIS - Avril 2012 1 CGPI Un métier très réglementé 1 L activité de CGP Indépendant relève aujourd hui d un nombre important de REGLEMENTATIONS et STATUTS. Cette multiplicité OBLIGE la mise en place de procédures et d outils

Plus en détail

Article 173 de la Loi ALUR du 24 mars 2014 sur la réforme des sites et sols pollués

Article 173 de la Loi ALUR du 24 mars 2014 sur la réforme des sites et sols pollués Article 173 de la Loi ALUR du 24 mars 2014 sur la réforme des sites et sols pollués Le socle attendu d un droit des sites et sols pollués cohérent et autonome tourné vers le redéveloppement des friches

Plus en détail

3. LES DISPOSITIONS JURIDIQUES ENCADRANT LE CRÉDIT RENOUVELABLE

3. LES DISPOSITIONS JURIDIQUES ENCADRANT LE CRÉDIT RENOUVELABLE 3. LES DISPOSITIONS JURIDIQUES ENCADRANT LE CRÉDIT RENOUVELABLE Selon le Code de la consommation, le crédit à la consommation couvre toute opération de crédit, ainsi que son cautionnement éventuel, consentie

Plus en détail

Convention de Co-Courtage REFERENCE

Convention de Co-Courtage REFERENCE Convention de Co-Courtage REFERENCE Le présent protocole est établi entre : Nom de votre Cabinet : Raison Sociale et Nom du Responsable : Adresse du siège social : Code Postal : Ville : Tél : Fax : Mobile

Plus en détail

BANQUE & INNOVATION, 01 OCTOBRE 2015. Me Cathie-Rosalie JOLY Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit, thèse sur les paiements en ligne

BANQUE & INNOVATION, 01 OCTOBRE 2015. Me Cathie-Rosalie JOLY Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit, thèse sur les paiements en ligne BANQUE & INNOVATION, 01 OCTOBRE 2015 Philippe RIBOULIN Avocat au barreau de Paris philippe.riboulin@ulys.net Me Cathie-Rosalie JOLY Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit, thèse sur les paiements

Plus en détail

Diagnostic technique de l immeuble et vente de logements par lot : - Actualité du sujet - Comment maitriser les risques?

Diagnostic technique de l immeuble et vente de logements par lot : - Actualité du sujet - Comment maitriser les risques? Rencontre LPA Diagnostic technique de l immeuble et vente de logements par lot : - Actualité du sujet - Comment maitriser les risques? Laurent Devaux, Directeur Technique, Crédit Foncier Immobilier Sidonie

Plus en détail

Réglementation des activités des CGPI

Réglementation des activités des CGPI Vente de produits immobiliers : Les conditions d'exercice des activités relatives à certaines opérations portant Réglementation des activités des CGPI Extrait Présentation : Afin de répondre aux attentes

Plus en détail

Conseillers en investissements financiers (CIF)

Conseillers en investissements financiers (CIF) S informer sur Conseillers en investissements financiers (CIF) QU EST-CE QU UN CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS (CIF)? QUELLES SONT LES ACTIVITÉS INTERDITES AUX CIF? QUELLES SONT LES OBLIGATIONS

Plus en détail

ANACOFI IOBSP. Le statut IOBSP. Etat des lieux après deux ans de mise en application

ANACOFI IOBSP. Le statut IOBSP. Etat des lieux après deux ans de mise en application ANACOFI IOBSP Le statut IOBSP Etat des lieux après deux ans de mise en application Janvier 2015 Préambule La crise financière de 2008 a révélé une mauvaise commercialisation des produits bancaires et financiers.

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DES INDEPENDANTS DU PATRIMOINE

CODE DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DES INDEPENDANTS DU PATRIMOINE CODE DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DES INDEPENDANTS DU PATRIMOINE Sont membres de la Chambre des indépendants du patrimoine à la fois les personnes morales mais aussi toutes les personnes physiques

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT Courtier d Assurance INFORMATIONS GENERALES 1. Etes-vous? Courtier et / ou Agent général compagnie Laquelle :... 2. Nombre de personnes travaillant dans votre cabinet (y compris

Plus en détail

OFFRES RACHAT DETTES

OFFRES RACHAT DETTES courtier en prêts OFFRES RACHAT DETTES Une équipe de techniciens bancaires à votre disposition La société IT PRET a été fondée en Octobre 2007. Jean-Louis BAHANS, son créateur, a tout d abord travaillé

Plus en détail

SODEJE Assurances & Patrimoine

SODEJE Assurances & Patrimoine SODEJE Assurances & Patrimoine FICHE D'INFORMATIONS LEGALES Remis à : V e r s i o n d u 2 9 s e p t e m b r e 2 0 1 5 Page 1 La présente fiche est un élément essentiel de la relation entre le client et

Plus en détail

Valorisons. vos projets. Valorisons. vos projets

Valorisons. vos projets. Valorisons. vos projets Valorisons Valorisons Des spécialistes à votre service Un interlocuteur unique pour vous conseiller, auditer, valoriser et suivre l ensemble de votre patrimoine. PLACEMENTS RETRAITE IMMOBILIER DÉFISCALISATION

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D'ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE (Renseignements servant de base à l'établi ssement d'un éventuel contrat en euros)

QUESTIONNAIRE D'ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE (Renseignements servant de base à l'établi ssement d'un éventuel contrat en euros) QUESTIONNAIRE D'ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE (Renseignements servant de base à l'établi ssement d'un éventuel contrat en euros) Attention : conformément aux dispositions de l article

Plus en détail

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Décembre 2011 Les principes d application sectoriels,

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DES INDEPENDANTS DU PATRIMOINE

CODE DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DES INDEPENDANTS DU PATRIMOINE CODE DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DES INDEPENDANTS DU PATRIMOINE Sont membres de la Chambre à la fois la structure morale (le cabinet qui adhère) mais aussi toutes les personnes physiques qui,

Plus en détail

FICHE D INFORMATION LEGALE. L ENTREPRISE HORIZON INVESTISSEMENTS SIREN : 477 936 421 00015 Siège : 5 rue Blanche 75009 PARIS

FICHE D INFORMATION LEGALE. L ENTREPRISE HORIZON INVESTISSEMENTS SIREN : 477 936 421 00015 Siège : 5 rue Blanche 75009 PARIS FICHE D INFORMATION LEGALE La présente fiche est un élément essentiel de la relation entre le client et son conseiller. Vous avez choisi de confier la mission à un professionnel réglementé et contrôlé,

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2006-23 Questions-réponses relatives au régime applicable aux conseillers en investissements financiers

Position recommandation AMF n 2006-23 Questions-réponses relatives au régime applicable aux conseillers en investissements financiers Position recommandation AMF n 2006-23 Questions-réponses relatives au régime applicable aux conseillers en investissements financiers Textes de référence : article L. 541-1 du code monétaire et financier

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public.

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public. Règlement intérieur du Conseil d administration (tel que modifié le 25 août 2014) Les membres du Conseil d administration de Accor (ci-après la «Société») ont souhaité adhérer aux règles de fonctionnement

Plus en détail

Actualité sociale. Françoise Pelletier, avocat associé Karine Bézille, avocat counsel. Mardi 23 octobre 2012

Actualité sociale. Françoise Pelletier, avocat associé Karine Bézille, avocat counsel. Mardi 23 octobre 2012 Actualité sociale Françoise Pelletier, avocat associé Karine Bézille, avocat counsel Mardi 23 octobre 2012 Propos introductifs Propos introductifs Les grandes tendances La question prioritaire de constitutionnalité

Plus en détail

Mentions légales INFORMATION PREALABLE

Mentions légales INFORMATION PREALABLE Mentions légales INFORMATION PREALABLE La présente fiche est un élément essentiel de la relation entre le client et son conseiller. Elle résume toutes les informations légales que le conseiller ou sa société

Plus en détail

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM 8 janvier 2014 Agrément SGP : Etat des lieux et perspectives de mise en œuvre La préparation de la mise en œuvre Les efforts de pédagogie Le Guide «Acteurs»

Plus en détail

GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATES-FORMES ET DES PORTEURS DE PROJET

GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATES-FORMES ET DES PORTEURS DE PROJET GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATESFORMES ET DES PORTEURS DE PROJET Selon les modalités de financement retenues, un opérateur de crowdfunding peut être soumis au respect

Plus en détail

Questionnaire RC Professionnelle des Intermédiaires Financiers et Immobiliers et des Courtiers d Assurance

Questionnaire RC Professionnelle des Intermédiaires Financiers et Immobiliers et des Courtiers d Assurance Ce questionnaire a pour objet de renseigner l Assureur sur le risque à garantir. Les réponses apportées aux questions posées ci-après ainsi que les documents à fournir serviront de base à l établissement

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail