>2016 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE ANALYSE DES ACCIDENTS MORTELS ET CORPORELS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ">2016 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE ANALYSE DES ACCIDENTS MORTELS ET CORPORELS"

Transcription

1 >216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE ANALYSE DES ACCIDENTS MORTELS ET CORPORELS

2

3 216 - SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE BILAN DES ET CORPORELS 216

4 AVANT-PROPOS L amélioration de la sécurité routière est une préoccupation majeure des sociétés d autoroutes et les résultats remarquables observés à moyen et long terme dans les bilans d accidentologie traduisent les progrès liés à un meilleur comportement des conducteurs, à l amélioration de la qualité des véhicules, mais aussi aux investissements importants de sécurité réalisés par les sociétés pour toujours améliorer la sécurité des usagers, la qualité des réseaux ainsi que leur surveillance. En 216, les chiffres d accidents mortels restent dans la tendance de ceux de l année 215 (1,5 contre 1,6 accident mortel pour 1 milliard de km parcourus). En effet, depuis le début des années 2, cette tendance d évolution générale demeure très positive, avec une division par plus de 2 des taux d accidents dénombrés entre 2 et 216. Les chiffres d accidents corporels, portant sur un échantillon statistique plus large, confortent cette tendance. L analyse fine des accidents, outil essentiel de connaissance des causes et circonstances d accidents en vue d améliorer la sécurité sur les autoroutes, s est développée au fil des années pour répondre aux évolutions concernant les véhicules, leurs conducteurs et leur environnement. Afin d aller au-delà de la simple analyse statistique, l ASFA et les sociétés d autoroutes ont mis en place une méthode qui permet de mieux comprendre les mécanismes d accidents, les comportements des conducteurs et de leurs véhicules, et de concevoir des actions plus efficaces et mieux ciblées. Chaque accident mortel survenu sur le réseau concédé fait ainsi l objet d un travail d enquête approfondi par les experts des sociétés d autoroutes et de l ASFA, en collaboration avec le CEREMA. Cette analyse est réalisée à partir des relevés des sociétés et des procès-verbaux établis par les forces de l ordre et dont les résultats sont présentés dans ce bilan. Globalement, l analyse 216 conforte des éléments déjà mis en évidence en 215. Ainsi, les conducteurs les plus jeunes (de 18 à 34 ans), qui représentent près de 2 % de la population des conducteurs sur autoroute, sont plus fréquemment impliqués dans les accidents mortels (32 % des conducteurs de véhicules relevés dans ces accidents). Les conducteurs dont l âge est compris entre 35 et 64 ans, très largement majoritaires sur autoroute (67 % des conducteurs), sont en revanche plutôt moins présents dans les accidents mortels (42 % des conducteurs de véhicules relevés dans ces accidents). La représentation des conducteurs de 65 ans et plus sur autoroute (13 %) est proche de leur implication dans les accidents mortels (14 % des conducteurs de véhicules relevés dans ces accidents). Enfin, la répartition des conducteurs par sexe dans les accidents mortels, fait apparaître une certaine sous-représentation du sexe féminin par rapport à sa présence dans la population des conducteurs sur autoroute. Au-delà de ces éléments, l analyse 216 permet de relever à nouveau la plupart des caractéristiques de l accidentologie autoroutière déjà bien identifiées. Le risque d accident mortel est 3 fois plus important la nuit et les week-ends présentent un risque d accident plutôt plus élevé que celui observé au cours des autres jours de la semaine. Un tiers des victimes sont relevées au cours d accidents où un seul véhicule est impliqué, ce qui souligne encore le niveau de responsabilité des conducteurs dans les accidents autoroutiers. Ces tendances, bien que moins marquées, se retrouvent dans la statistique propre aux accidents corporels. En 216, les principales causes d accidents mortels, retrouvées également dans les accidents corporels, sont par ordre d importance : la somnolence et la fatigue, les manœuvres dangereuses ou l inexpérience à la conduite autoroutière, l inattention, la vitesse excessive et la prise d alcool, de drogues ou de médicaments.

5 Toutefois, depuis dix ans, ces facteurs d accidents évoluent de manière différente. Sur cette période, le facteur «Somnolence et fatigue» voit son importance progressivement diminuer dans les accidents mortels au fil des années. Les facteurs «vitesse excessive», «Alcool, drogues, médicaments» et «Manœuvres dangereuses ou inexpérience à la conduite autoroutière» restent pratiquement toujours aussi présents, voire diminuent légèrement dans les mêmes conditions. En revanche, le facteur «inattention» devient de plus en plus fréquent sur cette période. Plus précisément, la somnolence, facteur dont l importance est globalement en baisse notable depuis 27, intervient encore en 216 dans 26 % des accidents (chiffre supérieur à celui de 215 pour les accidents mortels mais comparable pour les accidents corporels) ; elle constitue un risque particulièrement élevé de nuit, voire en début d après-midi puisque près de 4 % des accidents mortels liés à la somnolence sont relevés au cours de cette période. Elle concerne pratiquement tous les conducteurs. Les manœuvres dangereuses ou l inexpérience des conducteurs, facteurs dont l importance est relativement stable depuis 26, sont encore relevées dans 2 % des accidents mortels (chiffre légèrement supérieur à celui de 215, tant pour les accidents mortels que pour les accidents corporels) ; ces facteurs sont particulièrement présents de nuit et au cours des week-ends (notamment le samedi) et concernent plus fréquemment les conducteurs de moins de 35 ans. La vitesse excessive, facteur dont l importance a diminué quelque peu depuis 26, intervient encore dans 16 % des accidents (chiffre comparable à celui de 215, tant pour les accidents mortels que corporels), et plus fréquemment de nuit ; elle concerne particulièrement les conducteurs de sexe masculin, de moins de 35 ans. La prise d alcool, de drogues et de médicaments, qui correspondait à un facteur d accident mortel d importance relativement stable depuis 27, enregistre une certaine baisse en 216 (ce facteur intervient dans 15 % des accidents mortels en 216 contre 25 % en 215, tendance également observée dans la statistique des accidents corporels). Ces accidents mortels surviennent principalement la nuit et les week-ends, et concernent particulièrement les conducteurs de sexe masculin, de moins de 35 ans. En outre, il est à noter que 3 conducteurs alcoolisés sur 5 présentent un taux d alcoolémie supérieur ou égal à 1,2 g/l de sang. L inattention, seul facteur d accident dont l importance est en augmentation depuis 27, intervient dans 16 % des accidents mortels (ce chiffre comparable à celui de 215 pour les accidents mortels, augmente encore pour les accidents corporels) ; elle concerne pratiquement tous les conducteurs. Contrairement aux autres, ce facteur intervient plutôt moins de nuit et au cours des week-ends et se relève donc plutôt dans les périodes de pic d activité des «distracteurs». La persistance de l évolution défavorable observée sur le facteur «Inattention» pourrait donc «suivre» le développement rapide du nombre de ces équipements embarqués. Par ailleurs, le nombre d accidents mortels impliquant des piétons est encore important (16 % des accidents mortels en 216 et 215), cette situation s observe également, à sa hauteur, dans la statistique des accidents corporels. Il s agit généralement de piétons sortant d un véhicule en panne ou accidenté, mais souvent aussi, de personnes provenant de l extérieur et traversant les voies. De même, les accidents mortels liés au facteur «Contresens et reculs», souvent associé au facteur «Alcool» (1 cas sur 3) restent encore relativement nombreux (9 % des accidents mortels en 216 et 215), avec une tendance également stable pour les accidents corporels. Enfin, le bilan des accidents mortels 216 fait apparaître que pratiquement 24 % des occupants de véhicules légers tués n étaient pas ceinturés ; ce résultat n améliore pas significativement celui de 215 et illustre les progrès à attendre d un meilleur port de la ceinture. Ce pourcentage de victimes non ceinturées, mis en regard du taux de non-port de la ceinture (1,5 %) pour l ensemble des automobilistes, rappelle en effet, en le qualifiant plus précisément, le «sur-risque» très significatif encouru par les usagers non ceinturés.

6

7 ANALYSE DES SOMMAIRE 7 I / BILAN GLOBAL Bilan des analyses détaillées des accidents mortels 1 II / FACTEURS À L ORIGINE DES Facteurs principaux Évolution des taux d accidents mortels entre 27 et 216 Facteurs relevés dans les accidents Nombre de facteurs relevés par accident Association de facteurs Répartition des accidents par facteur selon le nombre de véhicules impliqués Répartition des accidents par facteurs principaux selon l âge et le sexe des conducteurs Analyse détaillée par facteur 37 III / ANALYSE DES SCÉNARIOS ET TRAJECTOIRES Analyse des scénarios d accidents mortels Trajectoires relevées dans les accidents mortels 4 IV / LOCALISATION, CONDITIONS MÉTÉO ET LUMINOSITÉ Localisation des accidents Conditions météorologiques État de la surface Conditions de luminosité Répartition des accidents impliquant un véhicule léger selon les conditions de luminosité Répartition des accidents impliquant un poids lourd selon les conditions de luminosité Risque d accidents des véhicules légers et des poids lourds selon le trafic et les conditions de luminosité 42 ANNEXE 1 : ÉVOLUTIONS Évolutions globales Évolutions des facteurs à l origine des accidents mortels Évolutions selon les conditions de luminosité 47 ANNEXE 2 : DESCRIPTION DES Résumé des accidents mortels Tableau des correspondances accidents/facteurs 67 ANALYSE DES ACCIDENTS CORPORELS

8

9 216 I / BILAN GLOBAL BILAN DES ANALYSES DÉTAILLÉES DES Pour l année 216, les sociétés d autoroutes ont recensé 147 accidents mortels. Le taux d accidents mortels baisse depuis Cette tendance ralentit depuis 28. DÉFINITIONS Tué : Victime décédée sur le coup ou dans les trente jours qui suivent l accident. Accident mortel : Tout accident impliquant au moins un véhicule routier en mouvement, survenant sur une voie ouverte à la circulation publique, et dans lequel au moins une personne est tuée. Nombre de Taux par milliard de kilomètres parcourus Accidents Tués Accidents 1,51 1,57 1,34 Tués 1,73 1,84 1,55 TAUX D ENTRE 1997 ET 216 (Nombre d accidents pour 1 milliard de km parcourus) 5, 4,5 4, 3,5 3, 2,5 2, 1,5 1, 3,9 4,4 3,7 3,9 3,4 3,6 3, 1,9 2,4 2, 2, 1,6 1,6 1,5 1,7 1,4 1,5 1,6 1,5 1,3, RÉPARTITION DES SELON LE NOMBRE DE TUÉS Nombre d accidents mortels % d accidents mortels tué ,8 85,8 2 tués ,5 11,5 3 tués 4 3 2,7 2, 4 tués et plus 1,,7 Total La répartition du nombre de tués par accident reste relativement stable par rapport à 215. Néanmoins, une légère baisse de la gravité par accident s observe avec 2 points en moins dans la part des accidents avec 2 tués ou plus (12,2 % en 216 contre 14,2 % en 215). Bilan des analyses 216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE 7

10 RÉPARTITION DES SELON LE NOMBRE DE VÉHICULES IMPLIQUÉS Nombre d accidents mortels % d accidents mortels véhicule ,1 33,8 2 véhicules ,1 35,8 3 véhicules ,6 16,2 4 véhicules et plus ,2 14,2 Total La part d accidents avec 1 véhicule impliqué est en hausse, passant d un tiers en 215 à près de 4 % en 216. RÉPARTITION DES ET DU TRAFIC JOUR/NUIT EN % 91% Jour (6h-22h) 28% 28 % des accidents mortels surviennent la nuit pour un trafic de 9 %. 9% Nuit (22h-6h) Part des accident mortels Part du trafic Le risque d accident mortel est 3 fois plus grand la nuit. RÉPARTITION MENSUELLE DES EN % 6% 7% 7% 9% 12% 12% 4% 6% 8% 12% 11% Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Chaque année, les mois d été, dont le trafic est généralement plus élevé, sont ainsi plus accidentogènes que les autres mois. En 216, il s agit des mois de juin et juillet, avec 12 % des accidents mortels pour chacun de ces mois. En 216, les mois de novembre et décembre ont également été plus particulièrement accidentogènes. RÉPARTITION MENSUELLE DES EN FONCTION DU TRAFIC EN 216 (% des accidents % du trafic) 2, 1,8 1,6 1,4 1,2 1,,8,6,4,2,9,9,9 Janvier Février Mars,8 Avril 1,1 Mai 1,4 Juin Comme observé dans le graphique précédent, l analyse des accidents mortels en fonction du trafic met aussi en évidence un risque d accident plus fort en juin, novembre et décembre mais également en mai. 1, Juillet,4 Août,7 Septembre 1, Octobre 1,8 Novembre 1,4 Décembre 8 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE Bilan des analyses 216

11 RÉPARTITION DES TUÉS PAR CLASSE D ÂGE Nombre de tués % de tués ans 4 8 2,6 5, ans 5 2 3,2 1, ans , 18, ans ,1 15, ans ,2 13, ans ,3 28,4 65 ans et plus ,6 17,4 Non renseigné Total RÉPARTITION JOURNALIÈRE DES EN , 15,8 16% 16% 16% 14,6 14% 14% 13,4 12,2 12% 12% 11, Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche En 216, 1 accident mortel sur 3 est survenu le week-end. Les lundis ont également été particulièrement accidentogènes en 216. RÉPARTITION JOURNALIÈRE DES EN FONCTION DU TRAFIC EN 216 (% des accidents % du trafic) 1,3 1,18 1,6,94,82 1,2 1,1,9,8,8 1, 1,1,7 Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche L analyse des accidents mortels en fonction du trafic met en évidence un risque d accident plus fort en début de semaine et le week-end. RÉPARTITION DES TUÉS PAR TYPE DE VÉHICULE EN 216 NOMBRE DE VÉHICULES NOMBRE DE TUÉS DANS LE VÉHICULE NOMBRE DE PIÉTONS SORTIS DU VÉHICULE, TUÉS TOTAL DES TUÉS Véhicule léger ,8 Véhicule léger + remorque transport de Fourgon < 3,5T ,9 marchandises transport de Fourgon < 3,5T ,9 personnes Poids lourd classe ,2 Poids lourd classe ,8 Car 1, Moto ,4 Total Nombre de piétons tués venant de l extérieur : 8 % DES TUÉS Bilan des analyses 216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE 9

12 216 II / FACTEURS À L ORIGINE DES FACTEURS PRINCIPAUX Nombre d accidents mortels mettant en cause le facteur % par rapport à l ensemble des facteurs (%) 215 (%) 216 Somnolence et fatigue ,5 23,6 1 accident sur 4 Manœuvres dangereuses (dont inexpérience et interdistance) ,4 18,2 1 accident sur 5 Inattention ,3 16,9 1 accident sur 6 Vitesse excessive (dépassement des limites) Présence de piétons (sortis d un véhicule ou extérieurs) ,3 15,5 1 accident sur ,7 15,5 1 accident sur 6 Alcool, drogues, médicaments , 25, 1 accident sur 7 Contresens et reculs ,9 9,5 1 accident sur 11 Sur-accidents ,7 25, 1 accident sur 6 Le non-port de la ceinture de sécurité est un facteur d accident purement aggravant qui concerne aussi bien le conducteur que les passagers. Non-port de la ceinture de sécurité (dans les VL* et PL**) NOMBRE DE TUÉS NON CEINTURÉS % TUÉS NON CEINTURÉS NOMBRE DE TUÉS NON CEINTURÉS % TUÉS NON CEINTURÉS 31 29, 31 26,7 Le facteur «Somnolence et fatigue» est en cause dans 26,5 % des accidents mortels en 216, en hausse par rapport à 215 (23,6 %). À l inverse, le facteur «Alcool, drogues, médicaments» baisse fortement en 216 (passant de 25, % des accidents en 215 à 15, % en 216). *VL : Véhicules légers / **PL : Poids lourds ÉVOLUTION DES TAUX D ENTRE 27 ET 216,9,8,7,78 Somnolence et fatigue Alcool, drogues, médicaments Manœuvres dangereuses Vitesse excessive Inattention,6,5,4,3,2,1,32,31,19, ,4,31,23 1 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE Bilan des analyses 216

13 FACTEURS RELEVÉS DANS LES ACCIDENTS Nombre d accidents mortels mettant en cause le facteur % par rapport à l ensemble des facteurs % par rapport à l ensemble des accidents Somnolence et fatigue ,9 1,7 26,5 23,6 Obstacles véhicules , 13,8 19,1 3,4 Inattention ,5 7,7 16,3 16,9 Vitesse excessive (dépassement des limites) ,5 7,1 16,3 15,5 Présence de piétons (sortis d un véhicule ou extérieurs) ,2 7,1 15,7 15,5 Alcool, drogues, médicaments ,8 11,3 15, 25, Vitesse inadaptée au trafic ,7 7,7 1,9 16,9 Manœuvres dangereuses (dépassement dangereux, conduite agressive ) ,4 3,1 1,2 6,8 Gêne visibilité par rapport aux conditions météo ,6 1,2 8,8 2,7 Contresens ,3 4, 8,2 8,8 Inexpérience (conduite, véhicule ) ,8 3,4 5,4 7,4 Interdistance 8 1 2,8 3,1 5,4 6,8 Pneumatiques 8 9 2,8 2,8 5,4 6,1 Défaillances mécaniques ,5 3,4 4,8 7,4 Malaise 7 6 2,5 1,8 4,8 4,1 Obstacles autres que véhicules 5 8 1,8 2,4 3,4 5,4 Adhérence 4 2 1,4,6 2,7 1,4 Problèmes de navigation et d orientation 4 2 1,4,6 2,7 1,4 Vitesse inadaptée aux conditions météo 3 1 1,1,3 2,,7 Reculs 1 1,4,3,7,7 Présence d animaux 3,,9, 2, Autres facteurs ,6 6,7 6,8 14,9 Total ,2 22,4 Plusieurs facteurs peuvent être retenus pour un accident. NOMBRE DE FACTEURS RELEVÉS PAR ACCIDENT (%) (%) 1 facteur 63 42, ,3 2 facteurs 39 26, ,1 3 facteurs et plus 45 3, ,6 Total Bilan des analyses 216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE 11

14 ASSOCIATION DE FACTEURS L association de facteurs correspond au nombre d accidents pour lesquels le facteur retenu est associé à 1 ou plusieurs autre(s) facteur(s). Le taux d association est la part, pour un facteur d accident mortel donné, des accidents pour lesquels un autre facteur a pu être identifié. Exemple : 21 des 22 accidents mortels codifiés «Alcool, drogues, médicaments» se sont vus attribuer au moins 1 facteur supplémentaire. Le taux d association est donc de 95,5 %. NOMBRE D ACCIDENTS MORTELS 216 Associations 1 FACTEUR 2 FACTEURS 3 FACTEURS ET + TAUX D ASSOCIATION (%) Somnolence et fatigue ,2 Obstacles véhicules , Inattention ,5 Vitesse excessive (dépassement des limites) ,8 Présence de piétons (sortis d un véhicule ou extérieurs) ,2 Alcool, drogues, médicaments ,5 Vitesse inadaptée au trafic ,8 Manœuvres dangereuses (dépassement dangereux, conduite agressive ) ,3 Gêne visibilité par rapport aux conditions météo , Contresens ,7 Inexpérience (conduite, véhicule ) ,5 Interdistance ,5 Pneumatiques , Défaillances mécaniques ,7 Malaise ,3 Obstacles autres que véhicules , Adhérence , Problèmes de navigation et d orientation , Vitesse inadaptée aux conditions météo , Reculs 1 1 1, Présence d animaux Autres facteurs , Ces résultats montrent que, pour beaucoup de facteurs, le taux d association est élevé, ce qui signifie qu une grande majorité des accidents mortels 216 mettent en cause plusieurs facteurs. Le facteur «Alcool, drogues, médicaments» est associé à au moins un autre facteur dans 95,5 % des cas. Le facteur «Vitesse excessive» est associé à au moins un autre facteur dans 95,8 % des cas. Le facteur «Somnolence et fatigue» n est associé que dans 46,2 % des cas à au moins un autre facteur en SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE Bilan des analyses 216

15 RÉPARTITION DES ACCIDENTS PAR FACTEUR SELON LE NOMBRE DE VÉHICULES IMPLIQUÉS NOMBRE D ACCIDENTS MORTELS véhicule 2 véhicules 3 véhicules et + NOMBRE % NOMBRE % NOMBRE % Somnolence et fatigue , ,2 3 7,7 Obstacles véhicules 28, 14 5, 14 5, Inattention , ,3 5 2,8 Vitesse excessive (dépassement des limites) , ,8 8 33,3 Présence de piétons (sortis d un véhicule ou extérieurs) ,7 9 39,1 9 39,1 Alcool, drogues, médicaments ,8 9 4,9 6 27,3 Vitesse inadaptée au trafic , , 3 18,8 Manœuvres dangereuses (dépassement dangereux, conduite agressive ) ,3 8 53,3 5 33,3 Gêne visibilité par rapport aux conditions météo ,1 7 5, 5 38,5 Contresens 12, 5 41,7 7 58,3 Inexpérience (conduite, véhicule ) , 5 62,5 1 12,5 Interdistance ,5 4 5, 3 37,5 Pneumatiques , 1 12,5 5 62,5 Défaillances mécaniques 7, 4 57,1 3 42,9 Malaise ,1 3 42,9, Obstacles autres que véhicules 5,, 5 1, Adhérence 4, 2 5, 2 5, Problèmes de navigation et d orientation 4, 4 1,, Vitesse inadaptée aux conditions météo 3, 1 33,3 2 66,7 Reculs 1, 1 1,, Présence d animaux Autres facteurs 1 4 4, 5 5, 1 1, Bilan des analyses 216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE 13

16 RÉPARTITION DES ACCIDENTS PAR FACTEURS PRINCIPAUX SELON L ÂGE ET LE SEXE DES CONDUCTEURS ÂGE DES CONDUCTEURS SUR AUTOROUTE 5 45% % 15% 23% 13% % ans ans ans 65 ans et plus ans Non renseigné RÉPARTITION DES CONDUCTEURS PAR ÂGE POUR L ENSEMBLE DES ET PAR FACTEURS (période ) % 2% 15% 27% 14% 12% % 27% 15% 2% 4% 9% Ensemble des accidents mortels Vitesse excessive % 29% 21% 21% % 28% 15% 2% 1 7% 4% 1 6% 6% Alcool, drogues, médicaments Manœuvres dangereuses (dont inexpérience et interdistance) % 22% 11% 32% 12% 5% % 26% 15% 27% 1% 11% Somnolence et fatigue Inattention Les conducteurs les plus jeunes (de 18 à 34 ans), qui représentent 19 % de la population des conducteurs sur autoroute, sont plus fréquemment impliqués dans les accidents mortels (32 % des conducteurs de véhicules relevés dans ces accidents). Les conducteurs dont l âge est compris entre 35 et 64 ans, très largement majoritaires sur autoroute (68 % des conducteurs), sont en revanche plutôt moins présents dans les accidents mortels (42 % des conducteurs de véhicules relevés dans ces accidents). La représentation des conducteurs de 65 ans et plus sur autoroute (13%) est proche de leur implication dans les accidents mortels (14% des conducteurs de véhicules relevés dans ces accidents). 14 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE Bilan des analyses 216

17 RÉPARTITION DES CONDUCTEURS PAR SEXE POUR L ENSEMBLE DES ET PAR FACTEURS (période )? Homme Femme Non renseigné Ensemble des accidents mortels Vitesse excessive 79 % 13 % 8 % 92 % 4 % 4 % Alcool, drogues, médicaments Manœuvres dangereuses (dont inexpérience et interdistance) 1 % 12 % 88 % 2 % 85 % 3 % Somnolence et fatigue Inattention 13 % 14 % 85 % 2 % 82 % 4 % SEXE DES CONDUCTEURS SUR AUTOROUTE 77 % 23 % La répartition des conducteurs par sexe dans les accidents mortels fait apparaître une certaine sous-représentation du sexe féminin par rapport à sa présence dans la population des conducteurs sur autoroute. Bilan des analyses 216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE 15

18 ANALYSE DÉTAILLÉE PAR FACTEUR SOMNOLENCE ET FATIGUE ,3 % 37,6 % 28,8 % 29,1 % 25,4 % 22,8 % 23,6 % ,5 % La fatigue : son action est indirecte et intervient par l intermédiaire d un autre facteur d accident qu elle engendre : hypovigilance endormissement, faute de conduite La somnolence : sont inclus, dans cette catégorie, les différents types et degrés de baisse du niveau de veille (petite évasion de l action de conduite, somnolence, demi-sommeil, endormissement profond, ). Il est nécessaire de retenir ces facteurs comme facteurs d accidents possibles car ils appellent des actions préventives spécifiques. L ESSENTIEL En 216, le facteur «Somnolence et fatigue» a été relevé dans 26,5 % des accidents mortels. Ce facteur concerne tous les conducteurs. Heures à risque de jour 21 h 12 h 15 h 16 h Heures à risque de nuit h 9 h 3 h 8 h 4 h 18 h 6 h ÉVOLUTION DU TAUX D «SOMNOLENCE ET FATIGUE» ENTRE 1997 ET 216 (Nombre d accidents pour 1 milliard de km parcourus) 2, 1,8 1,6 1,4 1,2 1,,8,6,4,2 1,1 1,48 1,1 1,31 1,22 1,22,99,67,73,73,78,46,5,57,5,42,4,39,31, Après la baisse significative observée de 1997 à 214, le taux de ces accidents s infléchit plutôt à la hausse depuis 215 tout en restant inférieur à celui de 212 (respectivement,4 et,42). RÉPARTITION DES «SOMNOLENCE ET FATIGUE» SELON LE NOMBRE DE TUÉS (période ) Accidents mortels «Somnolence et fatigue» Ensemble des accidents mortels NOMBRE % NOMBRE % 1 tué , ,4 2 tués 23 13, ,1 3 tués 3 1,7 13 1,9 4 tués et plus 4,6 Total SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE Bilan des analyses 216

19 RÉPARTITION DES «SOMNOLENCE ET FATIGUE» SELON LE NOMBRE DE VÉHICULES IMPLIQUÉS (période ) Accidents mortels «Somnolence et fatigue» Ensemble des accidents mortels NOMBRE % NOMBRE % 1 véhicule 97 55, ,8 2 véhicules 6 34, ,1 3 véhicules 9 5, , 4 véhicules et plus 8 4,6 69 1,1 Total Sur la période , 174 accidents mortels «Somnolence et fatigue» ont été enregistrés, parmi lesquels 97, soit 56 %, ont impliqué un véhicule seul. 3 accidents mortels «Somnolence et fatigue» sur 5 ayant impliqué un véhicule seul sont survenus de jour, dont la moitié entre 12h et 18h. RÉPARTITION DES «SOMNOLENCE ET FATIGUE» SELON LES CONDITIONS DE LUMINOSITÉ (période ) Accidents mortels «Somnolence et fatigue» Ensemble des accidents mortels NOMBRE % NOMBRE % Jour 87 5, 345 5,5 Nuit 75 43, ,8 Aube, crépuscule 12 6,9 32 4,7 Total RÉPARTITION HORAIRE DES «SOMNOLENCE ET FATIGUE» ENTRE 212 ET 216 (en nombre d accidents) h-1h 8 1h-2h 5 2h-3h 6 3h-4h 13 4h-5h 1 5h-6h 6h-7h 7h-8h 6 8h-9h 9h-1h 3 3 1h-11h 5 11h-12h 6 12h-13h 3 13h-14h h-15h 15h-16h 16h-17h 5 17h-18h 8 18h-19h 19h-2h 3 3 2h-21h 2 21h-22h 1 22h-23h 7 23h-h Sur la période , 1 accident mortel «Somnolence et fatigue» sur 2 survient entre h et 8h du matin. Sur la même période, le créneau horaire 4h-8h concentre à lui seul 36 % des accidents mortels «Somnolence et fatigue». RÉPARTITION HORAIRE DES «SOMNOLENCE ET FATIGUE» EN FONCTION DU TRAFIC ENTRE 212 ET 216 (% des accidents % du trafic) 1, 8,9 8, 6, 4, 2, 4,8 h-1h 5,1 4,9 3,9 1h-2h 2h-3h 3h-4h 4h-5h 4,6 5, 5h-6h 6h-7h 2,7 7h-8h,6,3,3,4,6,3,7,8,7,4,6,3,4 8h-9h 9h-1h 1h-11h 11h-12h Rapportés au trafic, les accidents mortels dus à la somnolence et à la fatigue se produisent davantage la nuit, avec un pic entre 4h et 5h. 12h-13h 13h-14h 14h-15h 15h-16h 16h-17h 17h-18h 18h-19h 19h-2h 2h-21h,4 21h-22h,3 22h-23h 2,5 23h-h Bilan des analyses 216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE 17

20 MANŒUVRES DANGEREUSES Ce facteur comprend entre autres les facteurs «Inexpérience» et «Interdistance» ,3 % 12, % 12,8 % 13,4 % 22,5 % 27,6 % 18,2 % 216 2,4 % Ce facteur mesure la capacité à conduire. Il regroupe trois causes d accidents : Manœuvres dangereuses : toute manœuvre légale ou non mettant en danger les autres usagers, tels qu un dépassement dangereux, une conduite agressive L inexpérience : elle est retenue dans le cas d une faible expérience de la conduite sur autoroute (jeune conducteur, permis récent, habitué aux seuls réseaux national ou départemental, réalisant peu de grands déplacements ), dans le cas d une faible expérience du véhicule conduit (véhicule prêté, achat récent ou volé) ou tout autre facteur lié à l expérience. Interdistance : elle est retenue lorsque la distance de sécurité inter-véhicules n est pas respectée. L ESSENTIEL En 216, le facteur «Manœuvres dangereuses» a été relevé dans 2,4 % des accidents mortels. 2 accidents mortels sur 5 surviennent le week-end, en particulier le samedi. Les conducteurs de moins de 35 ans sont à l origine de 1 accident mortel sur 2 dus à une manœuvre dangereuse. < 35 ans ans 53 % 34 % Non renseigné 6 % 7 % 65 ans ÉVOLUTION DU TAUX D «MANŒUVRES DANGEREUSES» ENTRE 1997 ET 216 (Nombre d accidents pour 1 milliard de km parcourus) 1,,9,8,7,6,5,4,3,2,1,6,86,67,77,7,73,25,25,24,25,31,18,18,22,8,19,35,37,29, Le taux d accidents mortels «Manœuvres dangereuses», qui a diminué significativement de 1997 à 28 s infléchit à la hausse depuis 29. RÉPARTITION DES «MANŒUVRES DANGEREUSES» SELON LE NOMBRE DE TUÉS (période ) Accidents mortels «Manœuvres dangereuses» Ensemble des accidents mortels NOMBRE % NOMBRE % 1 tué , ,4 2 tués 16 11, ,1 3 tués 1,7 13 1,9 4 tués et plus, 4,6 Total SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE Bilan des analyses 216

21 RÉPARTITION DES «MANŒUVRES DANGEREUSES» SELON LE NOMBRE DE VÉHICULES IMPLIQUÉS (période ) Accidents mortels «Manœuvres dangereuses» Ensemble des accidents mortels NOMBRE % NOMBRE % 1 véhicule 31 22, ,8 2 véhicules 76 54, ,1 3 véhicules 25 17, , 4 véhicules et plus 8 5,7 69 1,1 Total Sur la période , 14 accidents mortels «Manœuvres dangereuses» ont été enregistrés, parmi lesquels 19, soit 78 %, ont impliqué deux véhicules ou plus. RÉPARTITION DES «MANŒUVRES DANGEREUSES» SELON LES CONDITIONS DE LUMINOSITÉ (période ) Accidents mortels «Manœuvres dangereuses» Ensemble des accidents mortels NOMBRE % NOMBRE % Jour 66 47, ,5 Nuit 66 47, ,8 Aube, crépuscule 8 5,8 32 4,7 Total RÉPARTITION HORAIRE DES «MANŒUVRES DANGEREUSES» ENTRE 212 ET 216 (en nombre d accidents) h-1h 5 1h-2h 5 2h-3h 4 3h-4h 6 4h-5h 7 5h-6h 8 6h-7h 9 7h-8h 6 8h-9h 5 9h-1h 2 1h-11h 5 11h-12h 7 12h-13h 4 13h-14h 1 14h-15h 6 15h-16h 5 16h-17h 8 17h-18h 18h-19h 6 19h-2h 8 2h-21h 21h-22h 3 22h-23h 7 23h-h RÉPARTITION HORAIRE DES «MANŒUVRES DANGEREUSES» EN FONCTION DU TRAFIC ENTRE 212 ET 216 (% des accidents % du trafic) 6, 4,8 3,6 2,4 1,2 4,2 h-1h 1h-2h 4,8 4, 4, 2h-3h 3h-4h 5,1 4h-5h 4, 5h-6h 2,5 6h-7h 1,5 7h-8h,8,7 8h-9h 9h-1h,2,5,8,5,1,6,5,7 1h-11h 11h-12h Rapportés au trafic, les accidents mortels «Manœuvres dangereuses» se produisent davantage la nuit, et principalement de h à 6h. 12h-13h 13h-14h 14h-15h 15h-16h 16h-17h 17h-18h 1,6 18h-19h,7 19h-2h 1,4 2h-21h, 21h-22h 1, 22h-23h 3,1 23h-h Bilan des analyses 216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE 19

22 RÉPARTITION JOURNALIÈRE DES «MANŒUVRES DANGEREUSES» ENTRE 212 ET 216 (en nombre d accidents) Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche Sur la période , 1 accident mortel sur 5 mettant en cause le facteur «Manœuvres dangereuses» est survenu le samedi. RÉPARTITION JOURNALIÈRE DES «MANŒUVRES DANGEREUSES» EN FONCTION DU TRAFIC ENTRE 212 ET 216 (% des accidents % du trafic) 2, 1,8 1,6 1,5 1,4 1,2 1,1 1,1 1,,8,9,9,8,8,6,4,2 Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche Rapportés au trafic, les accidents mortels dus aux manœuvres dangereuses se produisent davantage le samedi. 2 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE Bilan des analyses 216

23 INATTENTION ,3 % 5,3 % 16, % 11,8 % 17,4 % 17,1 % 16,9 % ,3 % L inattention est retenue si un défaut de vigilance est signalé, si le conducteur n a pas ses deux mains disponibles à la conduite ou s il n a pu garder son attention fixée à cause de la distraction. Exemples de distraction : L inattention due au multimédia : utilisation du téléphone, d un autoradio, d une TV et/ou d un GPS. Entrent donc dans cette catégorie, le réglage d un autoradio ou d un GPS, la lecture d une carte, le fait de regarder un film tout en conduisant, l utilisation d un téléphone mobile, etc. L inattention due à des activités annexes : distraction due à un passager, fouiller dans la boîte à gants, ou encore manger, boire, fumer, etc. Tout autre type de distraction du conducteur entraînant l inattention. L ESSENTIEL En 216, le facteur «Inattention» a été relevé dans 16,3 % des accidents mortels. Les accidents mortels dus à l inattention surviennent entre 17h et 2h. Les conducteurs de ans (19 % des automobilistes sur autoroute) sont plus fréquemment impliqués dans les accidents mortels liés à l inattention (37 %). < 35 ans 37 % 15 % 27 % Non renseigné 11 % 1 % 65 ans ans ans ÉVOLUTION DU TAUX D «INATTENTION» ENTRE 1997 ET 216 (Nombre d accidents pour 1 milliard de km parcourus),8,72,64,56,48,4,32,24,16,8,53,44,64,63,44,12,15,27,16,1,5,15,8,8,28,17,27,23,26, Le taux d accidents mortels «Inattention» observe une tendance à la hausse depuis 27. En 216, 24 accidents mortels sont dus à l inattention, soit 1 accident sur 6. RÉPARTITION DES «INATTENTION» SELON LE NOMBRE DE TUÉS (période ) Accidents mortels «Inattention» Ensemble des accidents mortels NOMBRE % NOMBRE % 1 tué 98 89, ,4 2 tués 7 6, ,1 3 tués 3 2,8 13 1,9 4 tués et plus 1,9 4,6 Total Bilan des analyses 216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE 21

24 RÉPARTITION DES «INATTENTION» SELON LE NOMBRE DE VÉHICULES IMPLIQUÉS (période ) Accidents mortels «Inattention» Ensemble des accidents mortels NOMBRE % NOMBRE % 1 véhicule 25 22, ,8 2 véhicules 57 52, ,1 3 véhicules 17 15, , 4 véhicules et plus 1 9,2 69 1,1 Total Sur la période , 19 accidents mortels «Inattention» ont été enregistrés, parmi lesquels 84, soit plus de 75 %, ont impliqué deux véhicules ou plus. RÉPARTITION DES «INATTENTION» SELON LES CONDITIONS DE LUMINOSITÉ (période ) Accidents mortels «Inattention» Ensemble des accidents mortels NOMBRE % NOMBRE % Jour 56 51, ,5 Nuit 46 42, ,8 Aube, crépuscule 7 6,4 32 4,7 Total RÉPARTITION HORAIRE DES «INATTENTION» ENTRE 212 ET 216 (en nombre d accidents) h-1h 1h-2h 2h-3h 3h-4h 4h-5h 5h-6h 6h-7h 7h-8h 8h-9h 9h-1h 1h-11h 11h-12h 12h-13h 13h-14h 14h-15h 15h-16h 16h-17h 17h-18h 18h-19h 19h-2h 2h-21h 21h-22h 22h-23h 23h-h Sur la période , 1 accident mortel «Inattention» sur 4 survient entre 17h et 2h. RÉPARTITION HORAIRE DES «INATTENTION» EN FONCTION DU TRAFIC ENTRE 212 ET 216 (% des accidents % du trafic) 5, 4, 4,1 3,9 4,4 3,4 3, 2, 1, 2,3 h-1h 1h-2h 1,2 2h-3h 3h-4h 4h-5h 1,5 1,6 1,7 5h-6h 6h-7h 7h-8h,7 1,,5,4 8h-9h 9h-1h 1h-11h 11h-12h Rapportés au trafic, les accidents mortels dus à l inattention se produisent davantage la nuit, avec un pic entre 4h et 5h et un autre pic secondaire de 18h à 2h.,9 12h-13h,5,7,9,1 13h-14h 14h-15h 15h-16h 16h-17h,9 17h-18h 1,3 1,6,9 18h-19h 19h-2h 2h-21h,3 21h-22h 1,3 22h-23h 23h-h 22 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE Bilan des analyses 216

25 RÉPARTITION JOURNALIÈRE DES «INATTENTION» ENTRE 212 ET 216 (en nombre d accidents) Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche Sur la période , 1 accident mortel sur 3 mettant en cause le facteur «Inattention» est survenu le mardi ou le mercredi. RÉPARTITION JOURNALIÈRE DES «INATTENTION» EN FONCTION DU TRAFIC ENTRE 212 ET 216 (% des accidents % du trafic) 2, 1,8 1,6 1,4 1,3 1,3 1,2 1, 1, 1,,9 1,,8,6,6,4,2 Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche Rapportés au trafic, les accidents mortels dus à l inattention se produisent davantage les mardis et mercredis. Bilan des analyses 216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE 23

26 VITESSE EXCESSIVE ,8 % 9, % 19,2 % 15,7 % 22,5 % 14,6 % 15,5 % ,3 % La vitesse excessive est retenue si le véhicule circulait, selon l estimation de l analyse, au-delà de la vitesse maximale autorisée : 13 km/h en section courante par temps sec dans la zone considérée, ou moins dans les zones particulières (courbes, bretelles, aires, abords de péage, chantiers, ), 11 km/h par temps de pluie et 5 km/h par brouillard. La forte diminution du facteur «Vitesse excessive» entre 22 et 27 (9 % en 27 contre 37 % en 22) est due au contexte général du programme de contrôle sanction automatisé des vitesses pratiquées sur les autoroutes. Après avoir augmenté de 21 à 213, la proportion d accidents avec vitesse excessive est revenue au niveau de 27. L ESSENTIEL En 216, le facteur «Vitesse excessive» a été relevé dans 16,3 % des accidents mortels. Les conducteurs de moins de 35 ans sont à l origine de 1 accident mortel sur 2 dus à une vitesse excessive < 35 ans Non renseigné ans 52 % 28 % 9 % > 55 ans 11 % ÉVOLUTION DU TAUX D «VITESSE EXCESSIVE» ENTRE 1997 ET 216 (Nombre d accidents pour 1 milliard de km parcourus) 2, 1,8 1,6 1,4 1,2 1,,8,6,4,2 1,33 1,15 1,15,8,82 1,33,57,38,35,3,19,25,11,14,34,35,23,2,24, Comme pour l ensemble des accidents mortels, le taux des accidents liés à une vitesse excessive a diminué de façon significative de 1997 à 27, pour rester ensuite relativement stable depuis 28. ÂGE DES CONDUCTEURS À L ORIGINE DES «VITESSE EXCESSIVE» (Période ) 52% des conducteurs à l origine des accidents mortels «Vitesse excessive» sont âgés de moins de 35 ans. RÉPARTITION DES «VITESSE EXCESSIVE» SELON LE NOMBRE DE TUÉS (période ) Accidents mortels «Vitesse excessive» Ensemble des accidents mortels NOMBRE % NOMBRE % 1 tué 96 82, ,4 2 tués 15 12, ,1 3 tués 5 4,3 13 1,9 4 tués et plus, 4,6 Total SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE Bilan des analyses 216

27 RÉPARTITION DES «VITESSE EXCESSIVE» SELON LE NOMBRE DE VÉHICULES IMPLIQUÉS (période ) Accidents mortels «Vitesse excessive» Ensemble des accidents mortels NOMBRE % NOMBRE % 1 véhicule 41 35, ,8 2 véhicules 5 43, ,1 3 véhicules 14 12, , 4 véhicules et plus 11 9,5 69 1,1 Total Sur la période , 116 accidents mortels «vitesse excessive» ont été enregistrés ; 75 d entre eux ont impliqué deux véhicules ou plus (soit 2 sur 3). RÉPARTITION DES «VITESSE EXCESSIVE» SELON LES CONDITIONS DE LUMINOSITÉ (période ) Accidents mortels «Vitesse excessive» Ensemble des accidents mortels NOMBRE % NOMBRE % Jour 54 46, ,5 Nuit 58 5, 36 44,8 Aube, crépuscule 4 3,4 32 4,7 Total RÉPARTITION HORAIRE DES «VITESSE EXCESSIVE» ENTRE 212 ET 216 (en nombre d accidents) h-1h 1h-2h 2h-3h 3h-4h 4h-5h 5h-6h 6h-7h 7h-8h 8h-9h 9h-1h 1h-11h 11h-12h 12h-13h 13h-14h 14h-15h 15h-16h 16h-17h 17h-18h 18h-19h 19h-2h 2h-21h 21h-22h 22h-23h 23h-h RÉPARTITION HORAIRE DES «VITESSE EXCESSIVE» EN FONCTION DU TRAFIC ENTRE 212 ET 216 (% des accidents % du trafic) 8, 7,3 6,4 5,8 4,8 4,6 3,8 3,1 3,4 3,2 2,6 1,8 1,9 1,6 1,3 1,6 2,1,5,3,3,5,7,4,3,5,6,9,4,6 h-1h 1h-2h 2h-3h 3h-4h 4h-5h 5h-6h 6h-7h 7h-8h 8h-9h 9h-1h 1h-11h Les accidents mortels liés à une vitesse excessive se produisent davantage la nuit, avec un pic entre 3h et 4h. 11h-12h 12h-13h 13h-14h 14h-15h 15h-16h 16h-17h 17h-18h 18h-19h 19h-2h 2h-21h 21h-22h 22h-23h 23h-h Bilan des analyses 216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE 25

28 ALCOOL, DROGUES, MÉDICAMENTS ,6 % 19,5 % 18,6 % 2,5 % 21,7 % 18,7 % 25, % , % La recherche systématique de produits stupéfiants est réalisée pour chaque accident mortel depuis le 1 er octobre 21. L alcool : il est retenu comme facteur dès que le taux légal d alcoolémie est dépassé par le conducteur d un des véhicules mis en cause dans l accident. L alcool, lorsqu il concerne un piéton, est retenu si l état alcoolique apparaît bien comme facteur d accident (exemple : marche titubante sur la chaussée). Drogues, médicaments : contrairement à l alcool, ces substances ne font pas l objet d un seuil de tolérance légale. Leur intervention éventuelle comme facteur d accident est donc à rechercher dans les conclusions de l analyse toxicologique, si elle a été pratiquée, ou dans les témoignages des proches et familiers. Les 22 accidents mortels 216 mettant en cause le facteur «Alcool, drogues, médicaments» se répartissent de la façon suivante : 11 accidents pour présence d alcool uniquement, 5 accidents pour présence de drogues uniquement, 1 accident pour présence de médicaments uniquement, 5 accidents pour présence d alcool et de drogues. L ESSENTIEL En 216, le facteur «Alcool, drogues, médicaments» a été relevé dans 15, % des accidents mortels. Les conducteurs de moins de 35 ans sont à l origine de 1 accident sur 2. 2 accidents mortels sur 5 surviennent le week-end. 3 conducteurs alcoolisés sur 5 présentent un taux d alcoolémie supérieur à 1,2g/l de sang,5 taux <,8 taux 2 1 % 3 % 33 % 27 %,8 taux < 1,2 1,2 taux < 2 Heures à risque de jour et de nuit 12 h 21 h 15 h 9 h 3 h 2 h 18 h h 1 h 6 h ÉVOLUTION DU TAUX D «ALCOOL, DROGUES, MÉDICAMENTS» ENTRE 1997 ET 216 (Nombre d accidents pour 1 milliard de km parcourus) 1,,9,8,7,6,5,4,3,2,1,46,77,47,59,61,79,66,49,52,36,32,37,4,3,33,3,33,25,39, Après une baisse relativement constante des accidents mortels «Alcool, drogues, médicaments» depuis 22, l année 215 faisait état d une hausse par rapport à 214. Mais une nette baisse s observe pour l année 216 avec un taux d accidents pour 1 milliard de km parcourus passant de,39 en 215 à,23. ALCOOLÉMIE DES CONDUCTEURS À L ORIGINE DES AVEC ALCOOL (G/L SANG) (Période ) NOMBRE %,5 Taux <, ,9,8 Taux < 1,2 8 1,4 1,2 Taux < ,3 Taux ,4 Total % des conducteurs alcoolisés présentent une alcoolémie délictueuse supérieure ou égale à,8 g/l de sang. 3 conducteurs alcoolisés sur 5 ont 1,2 g/l de sang ou plus. Le taux moyen d alcool dans le sang des conducteurs à l origine des accidents mortels avec alcool est de 1,6 g/l de sang. 26 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE Bilan des analyses 216

29 RÉPARTITION DES CONDUCTEURS À L ORIGINE DES AVEC ALCOOL, DROGUES OU MÉDICAMENTS SELON LEUR ÂGE ENTRE 212 ET 216 (En pourcentage) «ALCOOL, DROGUES, MÉDICAMENTS» ENSEMBLE DES ans 18,7 11, ans 29,1 2, ans 2,9 14, ans 2,9 27,3 65 ans et plus 6,7 13,7 Non renseigné 3,7 12,4 Total 1 1 Près de la moitié des conducteurs à l origine des accidents mortels avec alcool, drogues ou médicaments ont moins de 35 ans. Les conducteurs de moins de 45 ans sont surreprésentés dans ces accidents en comparaison de leur représentation dans l ensemble des accidents mortels (respectivement 68,7 % contre 46,6 %). RÉPARTITION HORAIRE DES AVEC ALCOOL, DROGUES OU MÉDICAMENTS ENTRE 212 ET 216 (En nombre d accidents) h-1h 1h-2h 2h-3h 3h-4h 4h-5h 5h-6h 6h-7h 7h-8h 8h-9h 9h-1h 1h-11h 11h-12h 12h-13h 13h-14h 14h-15h 15h-16h 16h-17h 17h-18h 18h-19h 19h-2h 2h-21h 21h-22h 22h-23h 23h-h RÉPARTITION HORAIRE DES AVEC ALCOOL, DROGUES OU MÉDICAMENTS EN FONCTION DU TRAFIC ENTRE 212 ET 216 (% des accidents % du trafic) 12, 9,6 7,9 8, 1,2 7,2 4,8 2,4 h-1h 1h-2h 2,9 2h-3h 3h-4h 4,3 5,2 2,8 1,4 4h-5h 5h-6h 6h-7h 7h-8h 8h-9h,1,4,4,4,2,4,2,4,5,4,6,7 9h-1h 1h-11h 11h-12h 12h-13h 13h-14h 14h-15h 15h-16h 16h-17h 17h-18h 18h-19h 2,2 19h-2h 2h-21h 1, 21h-22h 22h-23h 3,2 1,7 23h-h Les accidents mortels liés à l alcool, aux drogues ou aux médicaments ont lieu majoritairement la nuit. 51% des accidents mortels mettant en cause ce facteur surviennent entre 22h et 7h contre 36 % pour l ensemble des accidents mortels. Cette tendance est confortée lorsque les accidents sont rapportés au trafic. RÉPARTITION JOURNALIÈRE DES AVEC ALCOOL, DROGUES OU MÉDICAMENTS ENTRE 212 ET 216 (En nombre d accidents) Lundi Mardi Mercredi Jeudi 41 % des accidents mortels mettant en cause le facteur «Alcool, drogues, médicaments» sont survenus le week-end. Vendredi Samedi Dimanche Bilan des analyses 216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE 27

30 PRÉSENCE DE PIÉTONS Une victime est considérée comme «piéton» si elle ne se trouve pas à l intérieur d un véhicule au moment où elle est percutée. Ceci est valable quelle que soit la provenance de la victime (usager de l autoroute ayant quitté son véhicule ou personne venue à pied depuis l extérieur de l autoroute). Une personne qui est percutée au moment où elle descend de son véhicule est considérée comme piéton ,5 % 15, % 13,5 % 11,8 % 14,5 % 18,7 % 15,5 % ,7 % Parmi les 27 piétons tués en 216, 8 étaient d origine «extérieure» à l autoroute et 19 étaient issus d un véhicule en panne, arrêté ou accidenté. Quelques scénarios type d accidents : Un piéton descendu d un véhicule en panne se fait percuter sur voie ou sur BAU* (9 cas) Un piéton descendu d un véhicule accidenté se fait percuter sur voie ou sur BAU* (1 cas) Un piéton venant de l extérieur, traverse les voies et se fait percuter (8 cas) *BAU : Bande d Arrêt d Urgence L ESSENTIEL En 216, le facteur «Présence de piétons» a été relevé dans 15,7 % des accidents mortels. 1 piéton tué sur 4 vient de l extérieur de l autoroute. 2 piétons sur 3 sont tués sur les voies. ÉVOLUTION DU TAUX D «PRÉSENCE DE PIÉTONS» ENTRE 1997 ET 216 (Nombre d accidents pour 1 milliard de km parcourus),8,72,64,56,48,4,32,24,16,8,35,52,49,56,34,54,57,3,29,27,18,18,21,23,24,17,22,24,24, La baisse du taux des accidents mortels avec présence de piétons est plus faible que celle de l ensemble des accidents mortels entre 1997 et 216 (respectivement -32,6 % et -61,3 %). Une certaine stabilité du taux d accidents mortels avec présence de piétons s observe depuis 29. RÉPARTITION DES «PRÉSENCE DE PIÉTONS» SELON LES CONDITIONS DE LUMINOSITÉ (période ) Accidents mortels «Présence de piétons» Ensemble des accidents mortels Accidents Tués Accidents Tués NOMBRE % NOMBRE % NOMBRE % NOMBRE % Jour 31 29, , ,5 4 5,2 Nuit 68 65, , 36 44, ,8 Aube, crépuscule 5 4,8 5 4,3 32 4,7 4 5, Total Sur la période , alors que la moitié de l ensemble des accidents mortels sont survenus de jour, 65,4 % des accidents mortels en présence de piétons se sont produits de nuit. 28 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE Bilan des analyses 216

31 RÉPARTITION DES PIÉTONS TUÉS SELON LE CONTEXTE (Période ) Panne, arrêt 4 % 28 % 2 % 3 % Piéton portant assistance Agent autoroutier Accident 27 % Piéton extérieur Entre 212 et 216, 1 piéton tué sur 4 venait de l extérieur de l autoroute. RÉPARTITION DES PIÉTONS TUÉS SELON LEUR POSITION SUR LA CHAUSSÉE (Période ) Sur voie 69 % 3 % Sur aire 28 % Sur bande d arrêt d urgence Entre 212 et 216, 2 piétons sur 3 sont tués sur les voies. Bilan des analyses 216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE 29

32 CONTRESENS ET RECULS ,3 % 4,5 % 4,5 % 3,1 % 6,5 % 7,3 % 9,5 % 216 8,9 % À l origine du contresens et du recul, plusieurs comportements sont mis en évidence (2 contresens d origine inconnue en 216) : Emprunt d une bretelle d échangeur à contresens : 1 cas en 216 Demi-tour sur l autoroute (en section courante ou au péage) : 9 cas en 216 Marche arrière sur autoroute en section courante : 1 cas en 216 L ESSENTIEL En 216, le facteur «Contresens et reculs» a été relevé dans 8,9 % des accidents mortels. Les conducteurs de 7 ans et plus sont à l origine de près de 1 contresens mortel sur 2. 1 contresens mortel sur 3 est dû à une consommation excessive d alcool. Heures à risque de jour 21 h 2 h 12 h 18 h 15 h Heures à risque de nuit h 1 h 9 h 3 h 6 h ÉVOLUTION DU TAUX D «CONTRESENS ET RECULS» ENTRE 1997 ET 216 (Nombre d accidents pour 1 milliard de km parcourus),3,27,24,21,18,15,12,9,6,3,27,18,2,1,1,24,14,8,11,1,11,12,9,7,8,5,1,1,15, Après une baisse significative des contresens et reculs mortels de 1997 à 24, une persistance de ce type d accident sur les dernières années est observée. ALCOOLÉMIE DES CONDUCTEURS À L ORIGINE DES CONTRESENS ET RECULS MORTELS AVEC ALCOOL (G/L SANG) OU DROGUES/MÉDICAMENTS (Période ) NOMBRE % Taux <, ,2,5 Taux <,8 6 7,1,8 Taux < 1,2 2 2,4 1,2 Taux < 2 7 8,2 Taux ,1 Total 85 1 Entre 26 et 216, sur les 85 contresens ou reculs mortels, le facteur «Alcool» a été retenu pour 27 accidents (31,8 %). Le taux moyen d alcoolémie est de 1,8 g/l de sang. 78 % des conducteurs en état d ébriété présentent une alcoolémie délictueuse supérieure ou égale à,8 g/l de sang. Parmi ceux-ci, 57 % présentent une alcoolémie supérieure ou égale à 2 g/l de sang. 3 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE Bilan des analyses 216

33 RÉPARTITION DES CONTRESENS ET RECULS MORTELS SELON LES CONDITIONS DE LUMINOSITÉ (Période ) NOMBRE % Jour 44 45,4 Nuit 5 51,5 Aube, crépuscule 3 3,1 Total 97 1 RÉPARTITION HORAIRE DES CONTRESENS ET RECULS MORTELS ENTRE 26 ET 216 (en nombre d accidents) h-1h 1h-2h 2h-3h 3h-4h 4h-5h 5h-6h 6h-7h 7h-8h 8h-9h 9h-1h 1h-11h 11h-12h 12h-13h 13h-14h 14h-15h 15h-16h 16h-17h 17h-18h 18h-19h 19h-2h 2h-21h 21h-22h 22h-23h 23h-h RÉPARTITION HORAIRE DES CONTRESENS ET RECULS MORTELS EN FONCTION DU TRAFIC ENTRE 26 ET 216 (% des accidents % du trafic) 8, 6,4 4,8 3,2 1,6 6,9 5,8 4,9 3,4 3,3 2,1 2,4 1,4 1,3,7,8,9,4,2,3,7,6,8,7,6,9 1,5,3 h-1h 1h-2h 2h-3h 3h-4h 4h-5h 5h-6h 6h-7h 7h-8h 8h-9h 9h-1h 1h-11h 11h-12h 12h-13h 13h-14h 14h-15h 15h-16h 16h-17h 17h-18h 18h-19h 19h-2h 2h-21h 21h-22h 3,2 22h-23h 23h-h Les contresens et reculs mortels se produisent davantage la nuit, avec un pic entre h et 1h. La moitié des contresens et reculs mortels survenus entre 2h et 1h sont liés à une consommation d alcool, de drogues ou de médicaments. ÂGE DES CONDUCTEURS À L ORIGINE DES CONTRESENS ET RECULS MORTELS (Période ) UNE SURREPRÉSENTATION DES PERSONNES ÂGÉES 45 % des conducteurs à l origine de prises à contresens et de reculs mortels sont âgés de 7 ans et plus, dont 66 % ont 8 ans ou plus. Dans les cas où le contrevenant est âgé de moins de 55 ans (37 %), 53 % des conducteurs présentent une alcoolémie supérieure à la norme autorisée. Bilan des analyses 216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE 31

34 SUR-ACCIDENTS , % 13,5 % 16, % 22, % 2,3 % 26, % 25, % ,7 % La définition établie pour l analyse des accidents mortels est la suivante : il y a sur-accident si l accident comporte au moins deux séquences. Toute séquence suivant la séquence initiale constitue donc un sur-accident. Pour distinguer ces cas de l accident en chaîne dans le même mouvement, il faut que la scène se soit stabilisée et figée à l issue de la séquence initiale et que les véhicules impliqués dans celle-ci soient arrêtés quand survient la collision suivante. L ESSENTIEL En 216, le facteur «Sur-accidents» a été relevé dans 17,7 % des accidents mortels. Les principaux facteurs entraînant des sur-accidents sont : Les problèmes mécaniques L alcool, les drogues et les médicaments La vitesse La somnolence et la fatigue Les obstacles ÉVOLUTION DU TAUX DES SUR- ENTRE 1997 ET 216 (Nombre d accidents pour 1 milliard de km parcourus),7,63,56,49,42,35,28,21,14,7,4,3,5,27,48,34,29,27,35,18,29,24,28,21,28,32,31,35,39, Les sur-accidents mortels qui étaient en augmentation depuis plusieurs années diminuent significativement en 216. RÉPARTITION DES SUR- SELON LE NOMBRE DE TUÉS (période ) Sur-accidents mortels Ensemble des accidents mortels NOMBRE % NOMBRE % 1 tué , ,4 2 tués 15 9, ,1 3 tués 1,7 13 1,9 4 tués et plus 1,7 4,6 Total SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE Bilan des analyses 216

35 RÉPARTITION DES SUR- SELON LES CONDITIONS DE LUMINOSITÉ (période ) Sur-accidents mortels Ensemble des accidents mortels Accidents Tués Accidents Tués NOMBRE % NOMBRE % NOMBRE % NOMBRE % Jour 69 45, , 345 5,5 4 5,2 Nuit 77 51, 89 52, , ,8 Aube, crépuscule 5 3,3 5 2,9 32 4,7 4 5, Total LES FACTEURS PRINCIPALEMENT RELEVÉS DANS LES SÉQUENCES INITIALES DES SUR- (Période ) Le tableau ci-dessous détaille la prévalence des principaux facteurs à l origine de la séquence initiale des sur-accidents mortels enregistrés sur la période NOMBRE DE SUR-ACCIDENTS % PAR RAPPORT À L ENSEMBLE DES SUR-ACCIDENTS Problèmes mécaniques (dont pneumatiques) 39 25,8 Alcool, drogues, médicaments 18 11,9 Vitesse 17 11,3 Somnolence et fatigue 16 1,6 Obstacles 1 6,6 Entre 212 et 216, la prise d alcool, de drogues ou de médicaments est à l origine de 11,9 % des sur-accidents mortels. Bilan des analyses 216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE 33

36 PNEUMATIQUES ,3 % 3,8 % 3,8 % 11,8 % 5,1 % 9,8 % 6,1 % 216 5,4 % Ce facteur est relevé dans plusieurs cas : Perte de contrôle due à l éclatement des pneumatiques. Dans la plupart des cas, ce phénomène est dû à un sous-gonflage et donc une préparation insuffisante du véhicule avant le départ (le sous-gonflage induit un échauffement excessif du pneu, cause de son éclatement). Perte de contrôle due à l usure excessive identifiée des pneumatiques sans qu il y ait destruction préalable de ceux-ci : défaut de freinage, dérapage sur sol mouillé, perte d adhérence en virage provoquée par l usure latérale ou par des pneumatiques inadaptés. L ESSENTIEL En 216, le facteur «Pneumatiques» a été relevé dans 5,4 % des accidents mortels. Le facteur «Pneumatiques» a diminué significativement en 2 ans : -8%. 61% des véhicules impliqués dans les accidents mortels «Pneumatiques» sont des véhicules légers. ÉVOLUTION DU TAUX D «PNEUMATIQUES» ENTRE 1997 ET 216 (Nombre d accidents pour 1 milliard de km parcourus),5,45,4,35,3,25,2,15,1,5,4,3,21,23,14,22,27,1,2,6,6,11,4,6,7,17,8,13,1, Comme pour l ensemble des accidents mortels, le taux des accidents liés aux pneumatiques a diminué de façon plus significative de 1997 à 216 (respectivement -61,3 % et -79,5 %). RÉPARTITION DES VÉHICULES IMPLIQUÉS DANS LES «PNEUMATIQUES» (Période ) 61 % 2 % 3 % 3 % 31 % 34 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE Bilan des analyses 216

37 CEINTURE DE SÉCURITÉ Le non-port de la ceinture de sécurité par les victimes des accidents mortels diminue en 216. En 216, l analyse des accidents mortels fait apparaître que 23,7 % des occupants de véhicules légers tués n étaient pas ceinturés, en baisse de,8 point par rapport à 215. L ESSENTIEL 24% des tués dans les véhicules légers n ont pas attaché leur ceinture (1,5% des occupants de véhicules légers ne sont pas ceinturés). 217 : une baisse du taux de port de la ceinture de sécurité. NON-PORT DE LA CEINTURE DE SÉCURITÉ POUR LES OCCUPANTS DE VÉHICULES LÉGERS TUÉS NON CEINTURÉS % TUÉS NON CEINTURÉS TAUX DE NON-PORT CEINTURE TUÉS NON CEINTURÉS % TUÉS NON CEINTURÉS TAUX DE NON-PORT CEINTURE Conducteur 8 13,6,6 9 15,5,6 Passager avant 6 33,3 1, 9 36, 1,8 Passager arrière 8 5, 8,9 8 34,8 9,1 Ensemble 22 23,7 1, ,5 1,7 En 216, 23,7 % des tués n étaient pas ceinturés (contre 24,5 % en 215, 24,7 % en 214, 27,7 % en 213 et 22,6 % en 212). Ce taux atteint 5 % pour les passagers arrière tués. En 216, 8 tués sur 13 conducteurs de poids lourds n étaient pas ceinturés ainsi qu un passager tué non ceinturé. Dans les véhicules légers, l écart entre la part de tués non ceinturés (23,7 %) et le taux de non-port de la ceinture (1,5 %) confirme le sur-risque encouru par les usagers non ceinturés. OBSERVATOIRE DU PORT DE LA CEINTURE DE SÉCURITÉ ÉVOLUTION DU TAUX DE PORT DE LA CEINTURE DE SÉCURITÉ À BORD DES VÉHICULES LÉGERS* (période ) Avant gauche 99,3 99,4 99,4 99,5 99, 99,3 99,2 99,1 Avant droit 98,4 99, 98,2 98,9 98,1 98,3 98,6 98,1 Arrière droit 9,8 91,9 91,9 91,2 9, 85,9 89,6 93, Arrière centre 8,8 84,9 81,3 82,2 8,8 82,3 83, 86,1 Arrière gauche 87,8 91,7 91,6 89,5 92,5 93,5 91,1 92,7 ÉVOLUTION DU TAUX DE PORT DE LA CEINTURE DE SÉCURITÉ* % 95, , , 25 96,6 96, , 28 97,9 98,2 98,1 97,9 97, , ,3 98, ,6 217 Bilan des analyses 216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE 35

38 TAUX DE PORT DE LA CEINTURE DE SÉCURITÉ À BORD DES VÉHICULES LÉGERS* 217 (mars) 216 (mars) Avant gauche 99,3 % Avant droit 98,4 % Avant gauche 99,4 % Avant droit 99, % Arrière gauche 87,8 % Arrière droit 9,8 % Arrière gauche 91,7 % Arrière droit 91,9 % Arrière centre 8,8 % Arrière centre 84,9 % *Source : Rapport d étude, Le port de la ceinture de sécurité sur autoroute (217, C&D) 36 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE Bilan des analyses 216

39 216 III / ANALYSE DES SCÉNARIOS ET TRAJECTOIRES ANALYSE DES SCÉNARIOS D L ensemble des accidents mortels 216 a été codifié en fonction de différents scénarios, répartis en trois séries : les accidents (A), les sur-accidents (B) et les sur-incidents (C). Chaque scénario est associé à un pictogramme générique. Cette combinaison correspond à un déroulement préétabli d une action ou d un événement qui a pour résultat final une situation d accident. Ces scénarios permettent d avoir une vue d ensemble sur les accidents survenant sur le réseau autoroutier concédé et de formuler diverses hypothèses qui aideront à l analyse. DÉFINITIONS Accident : événement impliquant un ou plusieurs véhicules et pouvant impliquer du mobilier autoroutier. Exemples : perte de contrôle seul avec choc contre le TPC* et immobilisation sur la voie de gauche ou collision entre deux véhicules ou perte de contrôle et choc contre le dispositif de retenue de la BAU**. Sur-accident : accident faisant suite à un accident le précédant. Les véhicules du premier accident se sont immobilisés. Les collisions en chaîne dans lesquelles il n y a pas de période d immobilisation des véhicules ne sont pas des sur-accidents mais bien des accidents. Exemple : perte de contrôle d un véhicule qui percute le TPC* et s immobilise sur la voie de gauche. Un autre véhicule circulant sur la voie de gauche ne voit qu au dernier moment le véhicule arrêté et le percute. Incident : tout événement impliquant un véhicule sans collision avec un autre véhicule ou un autre usager, n impliquant pas du mobilier autoroutier, ainsi que la présence de piétons venant de l extérieur et animaux sur la chaussée. Exemples : éclatement d un pneu, panne d essence, panne mécanique, arrêt sur BAU** Sur-incident : tout accident faisant suite à un incident. Exemple : éclatement d un pneu, immobilisation sur la voie de gauche, percuté par un autre véhicule. SÉRIE A : LES ACCIDENTS 1 Les collisions fronto-arrières sans changement de direction et collisions en chaîne. 2 Les contresens ou circulations en marche arrière. 3 Les changements de file. 4 Les bretelles ou échangeurs. 5 Les pertes de contrôle (véhicule seul ou véhicule heurtant d autres véhicules, sans choc sur dispositif de retenue). 6 Les chocs sur dispositif de retenue. 7 Les accidents sur zones de chantier ou d intervention. 8 Les accidents sur barrière de péage. 9 Les accidents avec piétons. SÉRIE B : LES SUR-ACCIDENTS 1 Les collisions entre véhicules. 2 Les accidents avec piétons. SÉRIE C : LES SUR-INCIDENTS 1 Les collisions entre véhicules. 2 Les animaux et objets. 3 Les accidents avec piétons. La série A est très majoritaire avec 121 accidents mortels, soit 82 % des accidents 216. Ensuite vient la série B : 16 accidents mortels et enfin la série C : 1 accidents mortels. *TPC : Terre Plein Central **BAU : Bande d Arrêt d Urgence Série A : accidents Série C : Sur-incidents 82 % 7 % 11 % Série B : Sur-accidents Bilan des analyses 216 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE 37

40 SÉRIE A : LES ACCIDENTS Les scénarios A1 (collisions fronto-arrières sans changement de direction et collisions en chaîne), A6 (chocs sur dispositif de retenue) et A5 (pertes de contrôle) représentent les deux tiers des accidents de la série A. Répartition du nombre d accidents mortels de la série A selon le scénario A1 A6 A5 A2 A9 A3 A8 A4 A7 Sous-scénarios majoritaires regroupant 61 accidents sur 121 de la série A A11 Collision fronto-arrière entre deux véhicules. Le véhicule devant circule à vitesse normale. Codifié pour 16 accidents mortels. A15 Collision fronto-arrière entre deux véhicules. Le véhicule devant circule à vitesse réduite. Codifié pour 8 accidents mortels. A21 Collision fronto-frontale entre deux véhicules dont un circulant à contresens. Codifié pour 12 accidents mortels. A61 Percute le DR* d accotement avec franchissement. Codifié pour 7 accidents mortels. A54 Perte de contrôle d un véhicule avec sortie de la chaussée en accotement avec tonneaux et/ou renversement. A93 Percute un piéton souhaitant traverser. Codifié pour 6 accidents mortels. BAU Codifié pour 12 accidents mortels. BAU SÉRIE B : LES SUR-ACCIDENTS La série B se répartit en deux scénarios : B1 (les collisions entre véhicules) avec 1 accidents et B2 (les accidents avec piétons) avec 6 accidents. Sous-scénarios majoritaires de la série B BAU B11 Collision entre véhicules dont un immobilisé sur la chaussée suite à un accident. Codifié pour 8 accidents mortels. BAU B21 Percute un piéton sur les voies issu d un véhicule accidenté sur voie. Codifié pour 7 accidents mortels. *DR : Dispositif de Retenue 38 SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE Bilan des analyses 216

Profil détaillé des faits et des statistiques touchant les VÉHICULES LOURDS VÉHICULES LOURDS

Profil détaillé des faits et des statistiques touchant les VÉHICULES LOURDS VÉHICULES LOURDS Quoi? La conduite ou la vitesse imprudente est la principale cause des accidents mortels impliquant au moins un véhicule lourd. La conduite ou la vitesse imprudente est la principale cause d accidents

Plus en détail

DGO Données de l'enjeu "alcool" Période d'étude : SERVICE EXPERTISE TERRITORIALE RISQUES ET SECURITE

DGO Données de l'enjeu alcool Période d'étude : SERVICE EXPERTISE TERRITORIALE RISQUES ET SECURITE SERVICE EXPERTISE TERRITORIALE RISQUES ET SECURITE Sécurité Routière et Déplacements Août 2014 DGO 2013-2017 Données de l'enjeu "alcool" Période d'étude : 2009-2013 Direction Départementale des Territoires

Plus en détail

BILAN ACCIDENTALITÉ EN LOIR-ET-CHER // 2014 AUTOMOBILISTE MOTOCYCLISTE PASSAGER PIÉTON TÉLÉPHONE VITESSE ALCOOL ACCIDENT DÉCÈS ROUTE

BILAN ACCIDENTALITÉ EN LOIR-ET-CHER // 2014 AUTOMOBILISTE MOTOCYCLISTE PASSAGER PIÉTON TÉLÉPHONE VITESSE ALCOOL ACCIDENT DÉCÈS ROUTE AUTOMOBILISTE MOTOCYCLISTE PASSAGER PIÉTON TÉLÉPHONE VITESSE ALCOOL ACCIDENT DÉCÈS ROUTE BILAN ACCIDENTALITÉ EN LOIR-ET-CHER // 2014 PRÉFET DE LOIR-ET-CHER // ÉDITO // Alors que 2013 avait enregistré une

Plus en détail

Observatoire national Interministériel de la sécurité routière

Observatoire national Interministériel de la sécurité routière Accidentalité routière 2015 estimations au 26 janvier 2016 Evolution de l accidentalité en France métropolitaine : 3 464 personnes seraient décédées sur les routes de France métropolitaine en 2015, soit

Plus en détail

C (16-04) BILAN ROUTIER SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

C (16-04) BILAN ROUTIER SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC C-6216-2 (16-04) BILAN ROUTIER 2 BILAN ROUTIER 2015 SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Il y a eu 361 décès sur les routes en 2015, soit 39 de plus qu en 2014, ce qui représente une augmentation

Plus en détail

Politique locale de sécurité routière du Finistère. Vendredi 21 octobre Dossier de presse

Politique locale de sécurité routière du Finistère. Vendredi 21 octobre Dossier de presse Politique locale de sécurité routière du Finistère Vendredi 21 octobre 2016 Dossier de presse Les chiffres clés de l accidentalité en Finistère depuis le début de l année Le Finistère connaît une année

Plus en détail

ACCIDENTOLOGIE PL/VUL TYPOLOGIE, FACTEURS D ACCIDENT ET PISTES D ACTION

ACCIDENTOLOGIE PL/VUL TYPOLOGIE, FACTEURS D ACCIDENT ET PISTES D ACTION ACCIDENTOLOGIE PL/VUL TYPOLOGIE, FACTEURS D ACCIDENT ET PISTES D ACTION Mélanie D'Auria et Mohamed Bouteldja DSCR-ONISR Ministère de l'intérieur Cerema DTer Centre-Est Plan Parc des véhicules Typologie

Plus en détail

Bilan des accidents de la route 2014

Bilan des accidents de la route 2014 Bilan des accidents de la route 2014 Accidents corporels et victimes Principales tendances 2 Comparaison 2013 / 2014 2013 2014 Variation en % Accidents corporels 949 908-4 % dont mortels 41 31-24 % Victimes

Plus en détail

L'année brièvement résumée

L'année brièvement résumée TABLE DES MATIÈRES L'année brièvement résumée Pages Synthèse des accidents... - Classement des accidents... Accidents selon l'état de la route... Accidents selon la vitesse prescrite... Les accidents en

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sensibilisation sur la sécurité des personnels aux abords des chantiers routiers S O M M A I R E

DOSSIER DE PRESSE. Sensibilisation sur la sécurité des personnels aux abords des chantiers routiers S O M M A I R E 1 DOSSIER DE PRESSE Sensibilisation sur la sécurité des personnels aux abords des chantiers routiers S O M M A I R E Les Directions interdépartementales des routes «au service de tous ceux qui roulent»

Plus en détail

Observatoire départemental de sécurité routière

Observatoire départemental de sécurité routière Observatoire départemental de sécurité routière Les résultats présentés dans ce baromètre sont issus du système de remontées rapides et des données provenant des bilans provisoires d'accidents corporels

Plus en détail

Les poids lourds et les accidents de la route

Les poids lourds et les accidents de la route Les poids lourds et les accidents de la route Daniel R. Mayhew Herb M. Simpson Douglas J. Beirness Fondation de recherches sur 171, rue Nepean, bureau 2 Ottawa (Ontario) K2P B4 Mars 24 Table des matières

Plus en détail

Bilan 2010 des accidents sur les routes du Loiret

Bilan 2010 des accidents sur les routes du Loiret PRÉFET DU LOIRET Direction départementale des territoires Bilan 21 des accidents sur les routes du Loiret 14 12 1 8 4 2 9,8 8,8 9,4 Évolution du taux de gravité sur la période 21-21 1,7 11,3 8,3 12,3 1,7

Plus en détail

BILAN 2014 DE LA SECURITE EN VENDÉE SOMMAIRE

BILAN 2014 DE LA SECURITE EN VENDÉE SOMMAIRE BILAN 2014 DE LA SECURITE EN VENDÉE SOMMAIRE I. BILAN DELINQUANCE FICHE 1 : les chiffres essentiels 2014 FICHE 2 : les atteintes volontaires à l'intégrité physique FICHE 3 : les atteintes aux biens FICHE

Plus en détail

L accidentologie annuelle et son évolution. Bilan du département de l'aube 2014

L accidentologie annuelle et son évolution. Bilan du département de l'aube 2014 PREFET DE L AUBE DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES L accidentologie annuelle et son évolution Bilan du département de l'aube Observatoire Départemental de la Sécurité Routière Éditorial L année

Plus en détail

Prévention routière. Sur la route en toute sécurité

Prévention routière. Sur la route en toute sécurité Prévention routière Sur la route en toute sécurité La vitesse La vitesse, une des causes principales d accident En ville de Lausanne, les causes principales d accident de la circulation sont: > l inattention

Plus en détail

Durée de vie des films en salles

Durée de vie des films en salles Durée de vie des films en salles juillet 2008 SOMMAIRE SYNTHESE... 3 OBJECTIFS ET METHODOLOGIE... 5 I. ETALEMENT DANS LE TEMPS DES ENTREES DES FILMS EN SALLES... 6 1) UNE FREQUENTATION DE PLUS EN PLUS

Plus en détail

Conférence de presse du 24 avril Bilan des accidents de la route 2014

Conférence de presse du 24 avril Bilan des accidents de la route 2014 Conférence de presse du 24 avril 2015 Bilan des accidents de la route 2014 Accidents corporels et victimes Principales tendances 2 Comparaison 2013 / 2014 2013 2014 Variation en % Accidents corporels 949

Plus en détail

Jeudi 13 octobre 2011

Jeudi 13 octobre 2011 Point d étape sur les actions 2009 PAS DE SAM, PAS DE CAISSE! Jeudi 13 octobre 2011 1 Le risque routier des jeunes Les 18-24 ans représentent 9% de la population mais 21% des tués sur la route Le scénario

Plus en détail

6 - Les accidents du travail dans le TRM

6 - Les accidents du travail dans le TRM 6 - Les accidents du travail dans le TRM 6,7 % des salariés du transport et de la manutention ont été victimes d accidents du travail avec arrêt contre 3,9 % pour l ensemble de l économie. Ce taux atteint

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Un sac cabas pour marcher en ville en toute sécurité. Samedi 24 janvier h 30 Marché de Tulle (près du kiosque)

DOSSIER DE PRESSE. Un sac cabas pour marcher en ville en toute sécurité. Samedi 24 janvier h 30 Marché de Tulle (près du kiosque) Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, 23 janvier 2015 DOSSIER DE PRESSE Un sac cabas pour marcher en ville en toute sécurité Samedi 24 janvier 2015 8 h 30 Marché

Plus en détail

FICHE 14 L insertion et la circulation sur voies rapides

FICHE 14 L insertion et la circulation sur voies rapides Autoroute : FICHE 14 L insertion et la circulation sur voies rapides Les autoroutes sont des routes spécialement aménagés pour des liaisons rapides, sans intersections à niveau et sur laquelle s appliquent

Plus en détail

Opération Kit Festival 2014

Opération Kit Festival 2014 Opération Kit Festival 2014 Malestroit Le pont du Rock (25-26/07) Lorient Festival Interceltique (1 au 10/08) Porcaro La Madone des Motards (14-15/08) Saint-Nolff Motocultor (15 au 17/08) Dossier presse

Plus en détail

Les femmes des quartiers prioritaires

Les femmes des quartiers prioritaires 67 Les femmes des quartiers prioritaires Eléments démographiques et situation sur le marché du travail Les femmes sont légèrement plus nombreuses que les hommes dans les quartiers prioritaires. La monoparentalité

Plus en détail

CONTACTS PRESSE. Marie-Claude BOUSQUIER

CONTACTS PRESSE. Marie-Claude BOUSQUIER 8 JUILLET 2016 : GRANDS DÉPARTS EN VACANCES Les contrôles routiers seront renforcés sur les routes de Lot-et-Garonne tout au long de ce week-end de fort trafic. Dossier de presse 8 juillet 2016 CONTACTS

Plus en détail

Chapitre 13 : SECURITE

Chapitre 13 : SECURITE Chapitre 13 : SECURITE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 198 II. LISTE DES TABLEAUX... 198 III. PRÉSENTATION... 199 IV. MÉTHODOLOGIE... 199 V. SOURCES... 199 Chapitre 13 : Sécurité Page 197 I. LISTE

Plus en détail

L accidentalité routière en 2014

L accidentalité routière en 2014 Evolution de la mortalité annuelle en métropole 4500 4000 3500 3000 2500 2000 1500 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 Objectif 2010/2020 Personnes tuées L accidentalité routière en

Plus en détail

ASSR (Attestation Scolaire de Sécurité Routière )

ASSR (Attestation Scolaire de Sécurité Routière ) ASSR (Attestation Scolaire de Sécurité Routière ) De quoi s agit-il?*l ASSR1 est obligatoire pour passer le BSR (conduite de cyclomoteurs) *L ASSR2 est obligatoire pour passer le permis de conduire une

Plus en détail

Dossier de Presse Les fêtes de fin d'année et la sécurité sur les routes.

Dossier de Presse Les fêtes de fin d'année et la sécurité sur les routes. Dossier de Presse Les fêtes de fin d'année et la sécurité sur les routes. Le contexte : Les fêtes de fin d'année sont une période particulièrement sensible en matière de sécurité routière du fait des flux

Plus en détail

Les demandeurs d emploi bénéficiaires du RSA en décembre 2012

Les demandeurs d emploi bénéficiaires du RSA en décembre 2012 DIRECTION DES ENQUETES ET DES STATISTIQUES Les demandeurs d emploi bénéficiaires du RSA en décembre 2012 8 mars 2013 Le revenu de solidarité active (RSA) «a pour objet d assurer à ses bénéficiaires des

Plus en détail

du 12 au 15 octobre 2016

du 12 au 15 octobre 2016 DOSSIER DE PRESSE du 12 au 15 octobre 2016 C est quand? Les Rencontres de la sécurité auront lieu du mercredi 12 au samedi 15 octobre 2016. C est quoi? Les rencontres de la sécurité sont un rendez-vous

Plus en détail

ROUTE ET LOIS PHYSIQUES

ROUTE ET LOIS PHYSIQUES ROUTE ET LOIS PHYSIQUES Mieux comprendre pour mieux conduire (avec formules) bpa Bureau de prévention des accidents MONTER, S ATTACHER Dès que vous prenez la route, la physique s embarque avec vous. Quelques

Plus en détail

VIOLENCE À L ENDROIT DES AÎNÉS AU QUÉBEC STATISTIQUES 2010

VIOLENCE À L ENDROIT DES AÎNÉS AU QUÉBEC STATISTIQUES 2010 VIOLENCE À L ENDROIT DES AÎNÉS AU QUÉBEC STATISTIQUES. Dans ces statistiques, que signifie «violence à l endroit des aînés»? Le terme «aîné» désigne les personnes âgées de ans et plus. Par «violence à

Plus en détail

ANNEXE E. Infrastructures et Vitesse

ANNEXE E. Infrastructures et Vitesse ANNEXE E Infrastructures et Vitesse DGO / étude des accidents corporels - DGO / étude des accidents corporels - E - INFRASTRUCTURES ET VITESSE Evolution du trafic sur les principaux axes du département

Plus en détail

INTERDICTION DE DÉPASSEMENT DES PL SUR CRÉNEAUX DE L AUTOROUTE A7 I. CONTEXTE DE LA PRESTATION

INTERDICTION DE DÉPASSEMENT DES PL SUR CRÉNEAUX DE L AUTOROUTE A7 I. CONTEXTE DE LA PRESTATION INTERDICTION DE DÉPASSEMENT DES PL SUR CRÉNEAUX DE L AUTOROUTE A7 I. CONTEXTE DE LA PRESTATION En complément à la régulation des vitesses, ASF a expérimenté, pendant l été 2007, l interdiction de dépasser

Plus en détail

Alcool et conduite : le réflexe éthylotest

Alcool et conduite : le réflexe éthylotest Dossier de presse Alcool et conduite : le réflexe éthylotest La lutte contre l insécurité routière est un enjeu de sécurité majeur tant sur le plan national que départemental. Pierre BAYLE, préfet de l

Plus en détail

I. ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL

I. ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL I. I. ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL Commerce des marchandises et PIB Le commerce mondial des marchandises en termes réels croît plus rapidement que la production En 26, le volume du commerce mondial des

Plus en détail

Les Français et la sécurité routière

Les Français et la sécurité routière Les Français et la sécurité routière Contact : Frédéric MICHEAU Directeur des études d opinion Tel : 01 78 94 90 00 Email : fmicheau@opinion-way.com Septembre 2015 1 La méthodologie La méthodologie Echantillon

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sécurité routière : finale du concours du «cocktail sans alcool SAM»

DOSSIER DE PRESSE. Sécurité routière : finale du concours du «cocktail sans alcool SAM» Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, 16 décembre 2015 DOSSIER DE PRESSE Sécurité routière : finale du concours du «cocktail sans alcool SAM» Mardi 15 décembre

Plus en détail

LES FRANÇAIS SUR LES ROUTES

LES FRANÇAIS SUR LES ROUTES LES FRANÇAIS SUR LES ROUTES Décembre 2013 FICHE TECHNIQUE Sondage exclusif Institut CSA / RTL / AUTO PLUS réalisé par Internet du 17 au 19 décembre 2013. Echantillon national représentatif de 1002 personnes

Plus en détail

CYCLOMOTORISTE, CONDUCTEUR DE BUS, RIVERAIN, LIVREUR... Guide de la rue

CYCLOMOTORISTE, CONDUCTEUR DE BUS, RIVERAIN, LIVREUR... Guide de la rue CYCLOMOTORISTE, CONDUCTEUR DE BUS, AU TO M O B I L I S T E, P I É TO N, C Y C L I S T E, RIVERAIN, LIVREUR... Guide de la rue US O T À T S E E U LA R ÉDITO. guide DE LA RUE. LA RUE EST À TOUS Pourquoi

Plus en détail

La Sécurité Routière dans l'aisne Tableau de bord mensuel

La Sécurité Routière dans l'aisne Tableau de bord mensuel La Sécurité Routière dans l'aisne Tableau de bord mensuel JUILLET 213 Données de l'observatoire départemental 213 212 Variation 212/213 Aisne National 26 26,% +3% Tués 5 1 +4 +4% -5,7% Blessés 37 29 +8

Plus en détail

La sécurité routière en France Bilan de l année 2008

La sécurité routière en France Bilan de l année 2008 La sécurité routière en France Bilan de l année 2008 Conférence de presse - Hôtel de Roquelaure 19 juin 2009 Jean CHAPELON Secrétaire général de l Observatoire national interministériel de sécurité routière

Plus en détail

ODSR 39 : Observatoire Départemental de la Sécurité Routière BILAN ACCIDENTALITE 2007

ODSR 39 : Observatoire Départemental de la Sécurité Routière BILAN ACCIDENTALITE 2007 : Observatoire Départemental de la Sécurité Routière BILAN ACCIDENTALITE 2007 1 BILAN 2007 En 2007 143 accidents corporels dont 26 accidents mortels 27 196 141 hospitalisés 55 blessés légers 2 BILAN 2007

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 11 juin 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 11 juin 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 11 juin 2013 38% des adultes en formation en 2011 Les premiers résultats de l enquête sur l éducation des adultes L'enseignement et la formation occupent à nouveau une

Plus en détail

Prévisions relatives aux ventes et aux transferts, 2000

Prévisions relatives aux ventes et aux transferts, 2000 Prévisions relatives aux ventes et aux transferts, 2000 En 2000, 3 438 entreprises agricoles envisageaient une vente ou un transfert pour la période allant jusqu à 2005. La proportion des entreprises qui

Plus en détail

Enquête d audience sur le réseau VINCI Synthèse des principaux résultats. Septembre 2015

Enquête d audience sur le réseau VINCI Synthèse des principaux résultats. Septembre 2015 Enquête d audience sur le réseau VINCI Synthèse des principaux résultats Septembre 2015 L audience des usagers du réseau VINCI Autoroutes Les objectifs Mesurer l audience de la radio et des stations en

Plus en détail

Dossier de presse. Réduction des vitesses sur les autoroutes non concédées des Bouches du Rhône. Direction Interdépartementale des Routes Méditerranée

Dossier de presse. Réduction des vitesses sur les autoroutes non concédées des Bouches du Rhône. Direction Interdépartementale des Routes Méditerranée Direction Interdépartementale des Routes Méditerranée Dossier de presse Réduction des vitesses sur les autoroutes non concédées des Bouches du Rhône Juin 2012 Direction interdépartementale des routes MEDITERRANEE

Plus en détail

Enquête sur les taux de revalorisation au titre de 2010 et 2011 des contrats collectifs en cas de vie et des PERP

Enquête sur les taux de revalorisation au titre de 2010 et 2011 des contrats collectifs en cas de vie et des PERP Enquête sur les taux de revalorisation au titre de 2010 et 2011 des contrats collectifs en cas de vie et des PERP n o 7 juin 2012 1 Sommaire 1. Synthèse générale.3 2. Typologie des contrats et des organismes...5

Plus en détail

Atelier «La sécurité routière pourquoi?»

Atelier «La sécurité routière pourquoi?» Atelier «La sécurité routière pourquoi?» Version Août 2015 Evolution de la mortalité routière En France 2010 3 992 1972 : 18 034 tués 2011 2012 2013 3 970 3 645 3 268 2014 3 388 +3,7% Dans le Var 1991

Plus en détail

L essentiel. La tendance en 2012...5. Hausse des 3 indicateurs dans le Calvados par rapport à 2011... 5. L évolution sur 10 ans...

L essentiel. La tendance en 2012...5. Hausse des 3 indicateurs dans le Calvados par rapport à 2011... 5. L évolution sur 10 ans... 1 Préambule Ce document, conçu par l Observatoire Départemental de Sécurité Routière (ODSR), service de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados (DDTM), a pour objet de présenter

Plus en détail

Accidents par morsure: les chiffres de l année passée se confirment

Accidents par morsure: les chiffres de l année passée se confirment Association Suisse des Vétérinaires Cantonaux Office vétérinaire fédéral OVF Accidents par morsure: les chiffres de l année passée se confirment Depuis le 2 mai 2006, les accidents par morsure sur l'être

Plus en détail

Enquête de circulation routière sur le littoral du Nord-Pas-de-Calais

Enquête de circulation routière sur le littoral du Nord-Pas-de-Calais SYNTHESE DREAL Nord Pasde-Calais SDII Cellule Déplacements Régionaux et Urbains Avril 2014 Enquête de circulation routière sur le littoral du Nord-Pas-de-Calais Comparaison des enquêtes cordon de Calais,

Plus en détail

Les accidents du travail en Guadeloupe en 2012

Les accidents du travail en Guadeloupe en 2012 En Guadeloupe et dans les Îles du Nord (IDN), 1 633 accidents du travail ayant occasionné au moins une journée d arrêt de travail ont été reconnus en 2012. Les salariés de Guadeloupe ont subi en moyenne

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L.36 7 ; Vu la demande d avis de France Télécom, reçue 13 octobre 2000 ;

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L.36 7 ; Vu la demande d avis de France Télécom, reçue 13 octobre 2000 ; Avis n 00 1172 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 31 octobre 2000 sur les décisions tarifaires de France Télécom n 2000291 relative à la modification du prix des communications

Plus en détail

Panne de moteur : l un des sinistres les plus fréquents. Analyse de CarGarantie sur la répartition des sinistres

Panne de moteur : l un des sinistres les plus fréquents. Analyse de CarGarantie sur la répartition des sinistres COMMUNIQUÉ DE PRESSE Panne de moteur : l un des sinistres les plus fréquents Analyse de CarGarantie sur la répartition des sinistres Richwiller, le 07/09/2016. CarGarantie, l un des principaux spécialistes

Plus en détail

Opération d aménagement à 2x2 voies de la RN191. entre Ablis et Allainville-aux-Bois

Opération d aménagement à 2x2 voies de la RN191. entre Ablis et Allainville-aux-Bois Opération d aménagement à 2x2 voies de la entre Ablis et Allainville-aux-Bois 1 Sommaire Aménagement de la en voie express...3 Caractéristiques routières Diagnostic...4 Positionnement de la Données de

Plus en détail

Sécurité routière : réglementation pour les autocars

Sécurité routière : réglementation pour les autocars Sécurité routière : réglementation pour les autocars 1. Dispositions d admission pour les chauffeurs d autocars Conformément à l ordonnance réglant l admission à la circulation routière : Catégorie de

Plus en détail

Bilan des contrôles de vitesse sur la commune de Mézières. Conférence de presse Mézières 22 avril 2008

Bilan des contrôles de vitesse sur la commune de Mézières. Conférence de presse Mézières 22 avril 2008 Apaisement du du trafic trafic Bilan des contrôles de vitesse sur la commune de Mézières Conférence de presse Mézières 22 avril 2008 Apaisement du du trafic trafic Conférence de presse Mézières 22 avril

Plus en détail

Zoom sur l'emploi salarié dans les associations

Zoom sur l'emploi salarié dans les associations Avec 7 400 établissements employeurs et 91 000 salariés fin 2000, le milieu associatif regroupe plus de 85% des salariés employés (en fin d année) de l économie sociale et solidaire. En comparaison, la

Plus en détail

Les Français et le «vivre ensemble»

Les Français et le «vivre ensemble» Les Français et le «vivre ensemble» Novembre 2011 Une étude Ipsos pour : Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Le Conseil économique, social et environnemental et KPMG Échantillon

Plus en détail

Ministère de l Intérieur. Dossier de presse. Sécurité routière : 26 mesures Pour une nouvelle mobilisation

Ministère de l Intérieur. Dossier de presse. Sécurité routière : 26 mesures Pour une nouvelle mobilisation Ministère de l Intérieur Dossier de presse Sécurité routière : 26 mesures Pour une nouvelle mobilisation Présentées par M. Bernard CAZENEUVE Ministre de l Intérieur 26 janvier 2015 En 2014, + 3,7 % de

Plus en détail

Bilan Région Auvergne

Bilan Région Auvergne Bilan Région Auvergne Population au 01/01/2014 1,36 million Economie PIB 2013 (2013, en M ) : 35 662 (2013, en ): 26 260 Évolution du PIB / habitant de 2000 à 2013 (moyenne annuelle en volume) : 0,2 %

Plus en détail

Les chiffres de la sécurité routière dans le Calvados

Les chiffres de la sécurité routière dans le Calvados Préfet de la région Basse-Normandie Préfet du Calvados Les chiffres de la sécurité routière dans le Calvados sur l année 2014 En 2014, +11,5% de personnes ont été tuées et +17,6% ont été blessées sur les

Plus en détail

Accidentologie des poids lourds: typologie, facteurs de risque et prévention

Accidentologie des poids lourds: typologie, facteurs de risque et prévention Colloque : Le transport interurbain et la sécurité routière Assemblée Nationale, 22 juin 2015 Accidentologie des poids lourds: typologie, facteurs de risque et prévention Bernard JACOB, IGPEF IFSTTAR Directeur

Plus en détail

Résultats de l Observatoire Sanef des comportements

Résultats de l Observatoire Sanef des comportements Résultats de l Observatoire Sanef des comportements 03 PRÉSENTATION 04 05 06 07 08 09 QUELLES ÉVOLUTIONS DES COMPORTEMENTS SUR AUTOROUTE? La sécurité de nos clients en 2016 ÉVOLUTIONS INQUIÉTANTES DES

Plus en détail

Indicateur n 13 : Évolution des dépenses et des effectifs de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Évolution des dépenses et des effectifs de personnel des établissements de santé Indicateur n 13 : Évolution des dépenses et des effectifs de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des dépenses de personnel 140 Évolution des dépenses de personnel des

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DE L OPINION LH2 nouvelobs.com

L OBSERVATOIRE DE L OPINION LH2 nouvelobs.com - L OBSERVATOIRE DE L OPINION LH2 nouvelobs.com BAROMÈTRE LH2 nouvelobs.com - Vague de janvier 2009 - PUBLIÉ PAR MARDI 13 JANVIER 2009 1 SOMMAIRE NOTE TECHNIQUE... 3 SYNTHÈSE... 4 RÉSULTATS... 6 La cote

Plus en détail

Driver and Vehicle Safety

Driver and Vehicle Safety STANDARD LME-12:001902 Ufr Rév. B Table des matières 1 Introduction... 3 2 Exigences... 3 3 Gestion de la conduite... 4 3.1 Gestion des conducteurs à haut risque... 4 3.2 Enquêtes sur la couverture radio

Plus en détail

La sécurité routière au Maroc : Stratégie et Plan d Action

La sécurité routière au Maroc : Stratégie et Plan d Action ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L EQUIPEMENT ET DU TRANSPORT COMITE NATIONAL DE PREVENTION DES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION La sécurité routière au Maroc : Stratégie et Plan d Action Benacer BOULAAJOUL Chef

Plus en détail

Groupe ASSR. Un créneau par semaine le vendredi de 9h à 9h45. Objectif : préparer l ASSR 1 et 2. Liste des élèves :

Groupe ASSR. Un créneau par semaine le vendredi de 9h à 9h45. Objectif : préparer l ASSR 1 et 2. Liste des élèves : Groupe ASSR Un créneau par semaine le vendredi de 9h à 9h45. Objectif : préparer l ASSR 1 et 2 Liste des élèves : CONSTAT : Les attestations scolaires de sécurité routière sont des examens sanctionnant

Plus en détail

Accidents domestiques

Accidents domestiques Accidents domestiques Définition Les accidents domestiques peuvent être notamment mesurés par la mortalité qu ils entrainent. Les décès par accidents qui ne sont ni des accidents de la route ni des accidents

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ACTIVITÉS POLICIÈRES POUR LA PÉRIODE DU 5 AU 11 NOVEMBRE 2013

RÉSUMÉ DES ACTIVITÉS POLICIÈRES POUR LA PÉRIODE DU 5 AU 11 NOVEMBRE 2013 Saviez-vous que? Campagne 2013 «Attachez-vous, même la nuit.» Du 4 novembre au 1 er décembre 2013, la Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ) procède à une campagne de sensibilisation sur le

Plus en détail

Communiqué. Quelques chiffres mettant en valeur la maturité et la pertinence de TraficZen :

Communiqué. Quelques chiffres mettant en valeur la maturité et la pertinence de TraficZen : Communiqué Le service d information routière temps réel TraficZen, développé par ASF et Orange, vient d être reconnu par la ZELT* pour la qualité de l information trafic produite. Quelques chiffres mettant

Plus en détail

La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 2002

La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 2002 La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 22 Après une année 21 record en termes d activité, le montant des émissions brutes d obligations internationales libellées en euros a reculé,

Plus en détail

COTITA Ouest 15 mars 2011 IAL. Réunion Club Entretien Exploitation et Sécurité. CRICR de Rennes. Radoine DIK

COTITA Ouest 15 mars 2011 IAL. Réunion Club Entretien Exploitation et Sécurité. CRICR de Rennes. Radoine DIK COTITA Ouest 15 mars 2011 IAL Réunion Club Entretien Exploitation et Sécurité CRICR de Rennes Radoine DIK Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Chapitre 3- La perception de la maladie et du risque personnel d'être contaminé

Chapitre 3- La perception de la maladie et du risque personnel d'être contaminé La perception de la maladie et du risque personnel d être contaminé Chapitre 3- La perception de la maladie et du risque personnel d'être contaminé Ce chapitre présente l évolution de la perception du

Plus en détail

COMMISION FÉDÉRALE DES OFFICIELS FICHE TRIMESTRIELLE - COMITÉ DIRECTEUR SAISON (OCTOBRE 2014)

COMMISION FÉDÉRALE DES OFFICIELS FICHE TRIMESTRIELLE - COMITÉ DIRECTEUR SAISON (OCTOBRE 2014) COMMISION FÉDÉRALE DES OFFICIELS FICHE TRIMESTRIELLE - COMITÉ DIRECTEUR SAISON 2014-2015 (OCTOBRE 2014) 1. CHIFFRES CLÉS : BILAN DES OFFICIELS (30-10-14) 1.1 Les officiels en France (arbitres et OTM) Tableau

Plus en détail

Le cahier trimestriel des Emplois d Avenir Missions Locales d Alsace

Le cahier trimestriel des Emplois d Avenir Missions Locales d Alsace Le cahier trimestriel des Emplois d Avenir Missions Locales d Alsace Décembre 2015 Une production de l ARML Alsace Données issues de I-Milo Les jeunes salariés en Emploi d Avenir 5 526 contrats signés*,

Plus en détail

Année du recensement Population

Année du recensement Population Analyse de l évolution démographique de la commune de Sens de Bretagne (35490) Introduction La commune de Sens de Bretagne se situe à 31 km au Nord de Rennes sur la D175. Elle fait partie du canton de

Plus en détail

13,9 millions de nuitées françaises. Cœur de saison Du 11 juillet au 16 août 2015 FLUX VISION TOURISME. Conjoncture

13,9 millions de nuitées françaises. Cœur de saison Du 11 juillet au 16 août 2015 FLUX VISION TOURISME. Conjoncture FLUX VISION TOURISME Conjoncture Cœur de saison Du 11 juillet au 16 août 2015 1 Dans le cadre de Flux Vision Tourisme, dispositif de mesure des flux de tourisme de l opérateur Orange mené en partenariat

Plus en détail

NOTE DE SECURITE : La Ceinture de sécurité

NOTE DE SECURITE : La Ceinture de sécurité NOTE DE SECURITE : La Ceinture de sécurité La ceinture de sécurité n est plus aujourd hui une sangle ventrale. Elle combine plusieurs dispositifs complémentaires : 2 ou 3 points d encrage, l enrouleur-bloqueur,

Plus en détail

Messages clés (Centraide Ottawa)

Messages clés (Centraide Ottawa) Messages clés (Centraide Ottawa) 1. 1 personne sur 5 est personnellement touchée par un problème de santé mentale. 2. 10 % des Canadiens âgés de 15 ans et plus sont atteints d une toxicomanie. 3. Le suicide

Plus en détail

1.3 - LA DÉMOGRAPHIE DE FORGES

1.3 - LA DÉMOGRAPHIE DE FORGES 1.3 - LA DÉMOGRAPHIE DE FORGES L ÉVOLUTION DE LA POPULATION DE FORGES UNE POPULATION COMMUNALE STABLE En, la commune de Forges comptabilisait 197 habitants parmi lesquels 106 hommes et 91 femmes. Depuis

Plus en détail

Bilan provisoire des accidents de la route du 1er semestre 2003

Bilan provisoire des accidents de la route du 1er semestre 2003 Note à la presse Bilan provisoire des accidents de la route du 1er semestre 2003 I) L évolution des accidents au cours du 1 er semestre 2003 Par rapport aux 6 premiers mois de 2002 les indicateurs communément

Plus en détail

Trafics & Plan Régional de la Qualité de l Air

Trafics & Plan Régional de la Qualité de l Air MESURES DU TRAFIC ROUTIER Trafics & Plan Régional de la Qualité de l Air - PRQA - DRE de Basse-Normandie - SPAD Mercredi 13 déc. 2006 - CETE NC 1 La pollution routière en 2004 : jour annuel Comment les

Plus en détail

Les étudiants en formation aux professions sociales dans le Nord-Pas-de-Calais

Les étudiants en formation aux professions sociales dans le Nord-Pas-de-Calais mai 2008 N 25 Les étudiants en formation aux professions sociales dans le Nord- En 2005, environ 4 400 étudiants suivent une des treize formations aux professions sociales présentes dans le Nord-. La sélection

Plus en détail

Niveau de vie des femmes et des hommes à la retraite selon la situation conjugale : données récentes

Niveau de vie des femmes et des hommes à la retraite selon la situation conjugale : données récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 15 octobre 2014 à 14 h 30 «Structure des ménages, comportements conjugaux et retraite» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Niveau

Plus en détail

«Code de la Rue» Usage et Perception des Sas Vélos par les Usagers de la Rue, à Paris.

«Code de la Rue» Usage et Perception des Sas Vélos par les Usagers de la Rue, à Paris. Direction de la Voirie et des Déplacements «Code de la Rue» Usage et Perception des Sas Vélos par les Usagers de la Rue, à Paris. Marion Maestracci Ergonome Sécurologue Agence de la Mobilité Lundi 4 avril

Plus en détail

Une insertion en léger recul par rapport à l année précédente

Une insertion en léger recul par rapport à l année précédente Chiffre du mois # 52 septembre 14 L insertion professionnelle des ingénieurs diplômés en 13 Une insertion en léger recul par rapport à l année précédente La 22 e édition de l enquête de la CGE sur l insertion

Plus en détail

L autisme en Rhône-Alpes : personnes sont prises en charge par les établissements médico-sociaux

L autisme en Rhône-Alpes : personnes sont prises en charge par les établissements médico-sociaux N 2009-09- L - Mai 2009 Au 31 décembre 2006, environ 1 100 adultes et autant d enfants souffrant d autisme ou d une pathologie apparentée sont pris en charge par un établissement ou service médico-social

Plus en détail

N 13 4 ème trimestre 2013 Données au 31/12/2013. En région Provence-Alpes-Côte d Azur

N 13 4 ème trimestre 2013 Données au 31/12/2013. En région Provence-Alpes-Côte d Azur Publié en Mars 214 DROS OMETRE Le flash trimestriel des données RSA des régions Paca et Corse N 13 4 ème trimestre 213 Données au 31/12/213 En région Provence-Alpes-Côte d Azur Tableau 1 Nombre d allocataires

Plus en détail

L IMPACT DU CIF SUR LE PARCOURS PROFESSIONNEL DES FRANCILIENS

L IMPACT DU CIF SUR LE PARCOURS PROFESSIONNEL DES FRANCILIENS CONGÉ INDIVIDUEL DE FORMATION L IMPACT DU CIF SUR LE PARCOURS PROFESSIONNEL DES FRANCILIENS SYNTHÈSE DES RÉSULTATS DE L ENQUÊTE RÉALISÉE EN 2014 PAR LE CREDOC 2 CONGÉ INDIVIDUEL DE FORMATION L IMPACT DU

Plus en détail

DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES DE HAUTE NORMANDIE ET DU DEPARTEMENT DE LA SEINE-MARITIME

DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES DE HAUTE NORMANDIE ET DU DEPARTEMENT DE LA SEINE-MARITIME DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES DE HAUTE NORMANDIE ET DU DEPARTEMENT DE LA SEINE-MARITIME EDITORIAL DU DIRECTEUR La tenue des comptes et le conseil financier, budgétaire et fiscal des collectivités

Plus en détail

Tableau de Bord Mobile

Tableau de Bord Mobile Instance Nationale des Télécommunications Tableau de Bord Mobile Suivi des principaux indicateurs du marché de la téléphonie mobile en Tunisie Sommaire 1. Parc global......... 2 2. Taux de pénétration......

Plus en détail

L accidentalité routière en 2015

L accidentalité routière en 2015 Evolution de la mortalité annuelle en métropole 4500 4000 3500 3000 2500 2000 1500 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 Objectif 2010/2020 Personnes tuées L accidentalité routière en

Plus en détail

Note à la presse. Bilan au 30 juin 2000-2005

Note à la presse. Bilan au 30 juin 2000-2005 df/accident/bilan/2004/bilan605 Note à la presse I) L évolution des accidents 1 au cours du 1 er semestre 2005 Par rapport aux 6 premiers mois de 2004, les indicateurs communément utilisés pour évaluer

Plus en détail

Confédération Construction Wallonne. Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux

Confédération Construction Wallonne. Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux Confédération Construction Wallonne Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux Chiffres arrêtés au 8/6/211 Francis Carnoy Salim Chamcham Juin

Plus en détail

4 - Logements. 4.1 Hausse de 10 % du parc de résidences principales

4 - Logements. 4.1 Hausse de 10 % du parc de résidences principales 4 - Logements 4.1 Hausse de 10 % du parc de résidences principales En 2006, 134 400 logements environ ont été recensés à Plaine Commune dont 94 % de résidences principales. Les logements vacants représentent

Plus en détail

Lutte contre l'insécurité routière à La Réunion

Lutte contre l'insécurité routière à La Réunion Lutte contre l'insécurité routière à La Réunion Visite du centre de soins de suite et de réadaptation du CHU Sud Réunion lundi 4 avril 2016 Hôpital du Tampon Contact presse Préfecture de La Réunion - Service

Plus en détail