CONSEIL RÉGIONAL DE LA MARTINIQUE. Note de synthèse portant conclusion de l audit d organisation et du fonctionnement des services régionaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL RÉGIONAL DE LA MARTINIQUE. Note de synthèse portant conclusion de l audit d organisation et du fonctionnement des services régionaux"

Transcription

1 Jérôme DUPUIS CONSULTANT Conseil en Gestion Des Organisations Publiques CONSEIL RÉGIONAL DE LA MARTINIQUE portant conclusion de l audit d organisation et du fonctionnement des services régionaux Le Cardenal BELBEZE DE LAURAGAIS Tél. : Fax : N SIRET : Code APE : 7022 Z Organisme de Formation Professionnelle n Conseil Régional de la Martinique 1

2 SOMMAIRE I LES CONSTATS SUR LA PERIODE CLOSE AU 31/03/ Une configuration organisationnelles relevant plus de la constellation que d une administration régionale en ordre de marche 4 2. Des modalités de fonctionnement éloignées de la rigueur et peu efficaces 6 3. Des fonctions RH et management en déserrance 9 II DES ATOUTS QUI CONSTITUENT UN POINT D APPUI AUX EVOLUTIONS A CONDUIRE Des points forts de l organisation existante méritant d être consolidés Des initiatives déjà lancées par la nouvelle équipe de nature à répondre aux attentes dans les services 13 III DES RECOMMANDATIONS PROPRES A REPONDRE AU DIAGNOSTIC ET AUX ENJEUX Un scénario d organisation à privilégier Une proposition d organisation administrative qui répond aux principaux dysfonctionnements identifiés lors du diagnostic Une proposition d organisation administrative qui répond aux axes prioritaires du projet de la nouvelle équipe politique Une proposition d organisation administrative qui répond en grande partie aux principes directeurs et objectifs arrêtés avec l Exécutif et la Direction Générale 23 Conseil Régional de la Martinique 2

3 L audit que notre cabinet a réalisé avait pour objectif de prendre en compte les forces et les points de progrès de l organisation et du fonctionnement des services régionaux afin de proposer un nouvel organigramme en lien avec les axes stratégiques définis par la nouvelle mandature. Notre travail s est appuyé sur l analyse des rapports d activité des services sur les 3 dernières années, l exploitation de données internes (délibérations, procédures, tableaux de bord.. ), la réalisation d entretiens avec l ensemble des directeurs et chefs de service, des réunions de travail avec des cadres et une rencontre avec les représentants des organisations syndicales (CGTM-FSM, UPCTM-UNSA, CGTM-SGEN et Equipement CGT, FO). Nous avons livré nos conclusions de diagnostic le 4 octobre 2010, proposé plusieurs pistes d architecture organisationnelle le 22 octobre 2010 et remis nos préconisations détaillées (schémas d organisation, de fonctionnement et de gestion) le 13 décembre Conseil Régional de la Martinique 3

4 I LES CONSTATS SUR LA PERIODE CLOSE AU 31/03/ Une configuration organisationnelles relevant plus de la constellation que d une administration régionale en ordre de marche Le bilan de l organisation des services régionaux à l issue de la précédente mandature a fait apparaître des problèmes majeurs de clarification de celle-ci : DYSFONCTIONNEMENTS - Flou dans la définition des missions et la répartition des périmètres d intervention - Dispersion et éclatement des tâches sur plusieurs services ou personnes - De multiples niveaux intermédiaires entre le DGS et les agents - Émiettement des responsabilités - Organisation spatiale source de dysfonctionnements CONSÉQUENCES Tâches en doublon, conflits de compétences, prises de décisions difficiles Cloisonnement des services et des personnes, tensions inutiles Répartition des tâches au coup par coup de façon peu claire quant aux capacités et aux missions, des responsabilités d encadrement mal établies Démotivation et routine Problèmes de sécurité et de canalisation des flux visiteurs, conditions de travail peu satisfaisantes pour de nombreux agents, services éclatés sur plusieurs étages, fonction accueil dispersée... Conseil Régional de la Martinique 4

5 Ces premières conclusions conduisent à des incidences sur le plan de la «dynamique» organisationnelle et principalement de la communication dans les services et entre les services : DYSFONCTIONNEMENTS - Des services qui s inscrivent dans une culture du chacun chez soi voire du chacun pour soi - Une difficulté des (certains) services à coproduire avec les élus - Un éclatement de missions / activités entre plusieurs services, une hétérogénéité des regroupements administratifs - Des changements incessants de priorité - Un manque de réflexion sur les projets sans analyse des incidences sur les charges de travail, les modes de travail et d organisation, les nouvelles tâches à accomplir, la formation nécessaire, le temps d appropriation - Une guerre inter-services souvent larvée, parfois manifeste mais difficilement admise (hypocrisie) - Une absence d animation globale inter-services et le plus souvent en intra-services CONSÉQUENCES Décalage avec la mise en œuvre du projet régional Culture de l «impossible» qui peut bloquer les initiatives des élus Difficulté de communication interne, absence ou multiplication (voire contradiction) des lieux de régulation Urgence comme règle de fonctionnement Des charges de travail souvent soit surestimées, soit sous-estimées par manque de connaissance des tâches réelles effectuées par les agents Difficultés de dialogue entre cadres et collaborateurs, une autonomie de certains agents confinant au «laisserfaire» Résolution des problèmes le plus souvent entre collègues de même niveau hiérarchique ou en fonction d affinités communes Conseil Régional de la Martinique 5

6 2. Des modalités de fonctionnement éloignées de la rigueur et peu efficaces La situation examinée à l issue de l ancienne mandature laisse apparaître des problèmes d absence ou d insuffisante efficacité des procédures et outils de gestion : DYSFONCTIONNEMENTS - Circuits internes complexes et lourds - Procédures budgétaires et comptables incertaines - Une gestion en Autorisations de Programme / Crédits de Paiement non stabilisée CONSÉQUENCES Bureaucratisation, lenteur des réactions, tâches réalisées en doublon Absence de cadrage, non distinction des temps de l arbitrage administratif et de l arbitrage politique Un budget initial qui n est plus un acte de prévision compte tenu du vote de DM en décembre en même temps que BP n+1 visant à annuler les crédits inutilisés Logique d affectation sur opérations préalables à l engagement peu usitée, absence d engagement sur AP avant la commission sectorielle, engagements pluriannuels peu lisibles et des Restes à Couvrir incertains - Absence ou lourdeur de procédures administratives et d accès aux outils de partage de l information - Développement incomplet de l informatisation ou inadaptation des outils de gestion - Absence de plan de formation global - Absence de critères d évaluation de l efficacité des actions - Absence de contrôle interne et de contrôle de gestion Circuits parallèles de circulation de l information Maintien de tâches primaires de gestion Insuffisance de la capacité d adaptation des compétences internes aux nouvelles exigences de l équipe politique régionale Impossibilité de reconnaître l atteinte des objectifs Manque de maîtrise de gestion, absence de vigilance des risques de toute nature - Absence d outils statistiques Absence de visibilité sur l activité des services, sur l avancement des projets et dispositifs régionaux Conseil Régional de la Martinique 6

7 Même si la plupart des services sont concernés par ces observations, il convient de relever des difficultés majeures en matière de gestion patrimoniale avec entre autres : Un patrimoine bâti du Conseil Régional en retard d entretien et d investissement (10 ans entre la décision de réaliser une opération et sa livraison ; nombre d avis défavorables des commissions de sécurité dû à des défauts d attestation de conformité électrique, des non-réalisation ou production des justificatifs de maintenances obligatoires ) De nombreux problèmes de contentieux aussi bien pour les constructions neuves que pour les programmes de rénovation (opérations non soldées : estimations ; problèmes d évaluation du patrimoine régional ; problème de gel financier des retenues de garanties ou de seuils de travaux à compléter) Un morcellement des travaux de rénovation Une absence de garantie technique sur les prestations réalisées, sans respect des procédures de commande publique, le manque ou la mauvaise mise en œuvre de la concurrence produisant des coûts plus élevés des prestations Une fonction de maîtrise d ouvrage peu ou mal assurée en matière bâtimentaire Une fonction de conduite d opération à renforcer Une répartition entre maintenance / petit entretien peu claire, des choix d externalisation mal appréciés conduisant à des avenants systématiques Des fonds versés en subvention pour travaux aux lycées pour suppléer le manque de réactivité des interventions conduisant à un gonflement des fonds de réserves, une non maîtrise de l usage des fonds régionaux, un risque d incohérence des interventions techniques L aspect précédent se combine avec des problèmes de pilotage des services : DYSFONCTIONNEMENTS - Missions non clairement attribuées - Faiblesse de la programmation - Faiblesse des concertations administratives - Absence de procédures d échanges et de coordination des actions CONSÉQUENCES Absence de définition des objectifs de travail Fonctionnement à l urgence Conflits inter-individuels Insuffisante animation des services et défaut d anticipation - Absence de reconnaissance et de valorisation des performances Autonomie des services, sentiments de méfiance Conseil Régional de la Martinique 7

8 DYSFONCTIONNEMENTS collectives et individuelles CONSÉQUENCES - Système de management éclaté Manque de transversalité et de travail en commun (logique «guichet» au détriment de la logique «projet») Conseil Régional de la Martinique 8

9 3. Des fonctions RH et management en déserrance Le diagnostic en termes de GRH nous a conduit à faire le constat d une organisation dans laquelle la fonction RH était pour le moins peu considérée, voire abandonnée DYSFONCTIONNEMENTS - Absence de reconnaissance du travail, des responsabilités exercées - Opacité sur les droits et devoirs - Une gestion administrative des personnels déficiente (retards CAP, règles incertaines de mobilité, absence de bourse de l emploi, des dossiers individuels des agents éparpillés dans les différents services de la DPH et non sécurisés - Dossiers du personnel tenus de façon imparfaite CONSÉQUENCES Démotivation, manque de signes positifs Absence de règles du jeu, arrangements divers Problème d énonciation et de respect des règles Absence de tableau de bord de gestion des entrées et des sorties - Des missions ne correspondant pas aux grades et catégories (une gestion des affectations problématique, une absence de fiches de postes ) - Une durée du travail illégale et des horaires inadaptés (au besoin des services, des agents et du public) Problème de reconnaissance Problème de flexibilité - Des questions d hygiène et de sécurité ignorées (absence de fiche de risque, de rapport annuel de prévention) ; des conditions de travail largement ignorées ; une absence ou un sous dimensionnement d ACMO et ACFI Des risques mal ou peu pris en considération Conseil Régional de la Martinique 9

10 DYSFONCTIONNEMENTS - Système de promotion et avancements peu transparent - Un système de notation et d évaluation contestable et contesté (absence de critères clairement énoncés, absence d harmonisation ) CONSÉQUENCES Frustrations, conflits, suspicions Problème d équité - Une politique de formation peu soutenue Une professionnalisation incertaine - Absence de stratégie de développement des compétences - Des attributions d avantages en nature incertaines sur la plan juridique et peu transparentes (véhicules, logements, GSM, micro-ordinateurs portables...) Formations intra sous-développées, formations catalogues Risques juridiques Après avoir entendu de nombreux cadres et collaborateurs, quelque soit les secteurs et niveaux hiérarchiques, un malaise managérial est apparu de façon forte et insistante qui, pour notre part, est en grande partie la résultante du point précédent. DYSFONCTIONNEMENTS - Des problèmes restés sans solution par la voie hiérarchique normale (Chefs de service et Directeurs) dans un grand nombre de cas - Une absence de points de repères, de lieux d échange, d occasions de mutualisation des connaissances - Une déresponsabilisation des cadres intermédiaires et des agents de plus en plus forte - Une prise de risques ou d initiatives souvent mal vue CONSÉQUENCES Une information en grande partie descendante ; frustration, sentiment d impuissance Une écoute quasi inexistante Un nombre conséquent de «responsables» qui jouent les «chefs» et se contredisent pour exister Reconnaissance et soutien sont des mots inconnus Conseil Régional de la Martinique 10

11 DYSFONCTIONNEMENTS - Des exécutants peu ou pas tenus informés des différentes étapes nécessaires au bon déroulement des opérations CONSÉQUENCES Des problèmes au moment de la réalisation concrète En conclusion, les dispositifs d organisation et de management et les outils de pilotage audités semblent manifestement insuffisants, inappropriés, voire déficients : - Le constat est, pour le moins partagé, l incohérence actuelle de l organisation de la collectivité régionale, ce qui est un frein fort à la mise en œuvre des actions pour les services en lien avec les objectifs de l Exécutif, et ce, dans un contexte économique, financier et institutionnel turbulent ; - Une attente forte existe, à cet égard en matière d organisation et de stabilisation de la structure, vu les incohérences (regroupements et séparations inadaptés de directions, de services, de missions) motivées par l absence de ligne stratégique, de règles du jeu et parfois même l existence de conflits entre cadres et / ou collaborateurs ou une volonté (plus ou moins subie) d isolement de certains d entre eux ; - Un manque de transversalité entre services et directions est dommageable à l efficacité et à l efficience de l institution ; - Les procédures en vigueur au sein de la collectivité ne sont pas suffisantes pour assurer la sécurité juridique notamment pour les achats, la gestion budgétaire et financière, le patrimoine, les ressources humaines... ; - Par ailleurs l institution n a pas développé les outils essentiels d une gestion dynamique des ressources humaines ce qui a pour conséquence notamment une carence de certaines compétences clés (insuffisance de l encadrement, déficit des missions de programmation et d évaluation...), une mobilité interne mal maîtrisée, une démotivation générale voire une souffrance au travail ; - Enfin ces difficultés d organisation sont également liées à des déficiences propres au management, irréguliers et incertains à tous les niveaux de la collectivité, souvent causés par l absence de vision stratégique partagée et de règles de fonctionnement claires, connues et pérennes. Conseil Régional de la Martinique 11

12 Aussi, la situation laissée par l ancienne mandature laisse-t-elle pendante une série de problématiques organisationnelle et managériale qui constituent autant de défis pour la nouvelle mandature, et par la même, de contraintes à lever pour mener non seulement son projet, mais aussi pour remettre en ordre et en dynamique normale de fonctionnement l ensemble des services régionaux. Ces aspects suscitent désormais de fortes attentes. II DES ATOUTS QUI CONSTITUENT UN POINT D APPUI AUX EVOLUTIONS A CONDUIRE 1. Des points forts de l organisation existante méritant d être consolidés D un côté, trois conclusions constituent les premières perceptions des initiatives depuis l installation de la nouvelle mandature : - Une impulsion politique forte et la plupart du temps énoncé (même si la traduction programmatique est encore en constitution) Une volonté des élus à faire ensemble, une dynamique de projets et d initiatives nouvelles Enthousiasme de l équipe politique - Une nouvelle Direction Générale à l écoute Une Direction Générale soucieuse de redonner un cadre de travail rigoureux et méthodique Une DGS disponible et donnant des points de repères - Un personnel en attente d un nouveau mode de fonctionnement Un personnel globalement consciencieux dans les tâches qu il accomplit et souvent en attente d une autre organisation du travail et mode de fonctionnement Sens du service public De l autre, trois autres sont pour nous des constats présents de façon plus ancienne : - Des compétences «métiers» reconnues de nombreux chefs de service et cadres intermédiaires Capacité à faire, souvent à bien faire - Une gestion par chacun de la charge de travail attachée à sa fonction liée à la confiance accordée par les encadrants aux agents qui dépendent d eux et à la connaissance qu ils ont de leurs compétences et contraintes respectives Capacité à l autonomie - Des relations intra services (parfois même interservices) qui constituent un moyen de fluidité de fonctionnement Conseil Régional de la Martinique 12

13 Des agents ayant quasiment tous leur «réseau social» leur permettant de partager des connaissances, les façons de faire, de se rendre service 2. Des initiatives déjà lancées par la nouvelle équipe de nature à répondre aux attentes dans les services Le Président du Conseil Régional, au vu de nos conclusions, a sans attendre nos recommandations complètes souhaité associer dès le 18 octobre dernier l ensemble des cadres et agents à la mise en mouvement de l organisation régionale à travers des groupes de travail transversaux : - Un groupe chargé de faire des propositions d initiatives réalisables à court terme - Un groupe chargé de formaliser une charte des valeurs partagées prenant appui sur les attentes identifiées par notre Cabinet - Des groupes chargés de répondre de façon concrète aux attentes pointées dans le rapport de diagnostic (besoin de transparence, de règles du jeu, de points de repères dans la conduite des projets, les pratiques managériales et organisationnelles ; besoin de reconnaissance et de justice ; besoin de responsabilités, d initiatives et de décisions ; besoin d anticipation et de programmation des actions, une priorisation des projets ; besoin de transversalité, de communication à tous les niveaux, dans les services et entre les services ; besoin d écoute, de dialogue, et d association plus large à la prise de décision) III DES RECOMMANDATIONS PROPRES A REPONDRE AU DIAGNOSTIC ET AUX ENJEUX 1. Un scénario d organisation à privilégier Il s'agirait de créer : 4 directions générales adjointes opérationnelles au sein desquelles seraient regroupés les cœurs de métiers opérationnels de la collectivité - DGA compétitivité (économie - emploi / recherche et innovation / agriculture pêche / tourisme ) - DGA formation tout au long de la vie (éducation - enseignement supérieur / formation professionnelle et apprentissage) - DGA cohésion sociale (culture / jeunesse et sports / vie associative / solidarités ) - DGA interventions techniques et cohésion territoriale (routes / bâtiments / aménagement et politiques territoriales / transport-mobilités / TIC / environnement et énergies ) 6 Directions déléguées rattachées à la Direction Générale des Services qui porteraient les fonctions supports stratégiques permettant l'opérationnalité des métiers de la Région : - Direction déléguée aux ressources financières et patrimoniales Conseil Régional de la Martinique 13

14 - Direction déléguée aux ressources humaines - Direction déléguée aux ressources logistiques (matérielles et techniques) secrétariat général - Direction déléguée aux systèmes d information et télécommunications - Direction déléguée à la sécurité juridique (Assemblées, Commande publique, affaires juridiques et contentieux ) - Direction déléguée, aux affaires européennes et internationales Et enfin 2 missions d appui transversales permettant à la Présidence de piloter et d évaluer l efficacité des métiers régionaux - Mission d appui au pilotage, à la performance et à l évaluation des politiques régionales - Mission d appui aux études, à la prospective et à la stratégie régionale (mission 2020) Avantages - Cette organisation permet de favoriser la combinaison entre la logique verticale autour des métiers de politique publique (services rendus à la population et aux territoires) et la logique horizontale à 2 niveaux : entre secteurs proches et complémentaires dans chaque DGA, entre fonctions supports et l ensemble de l organisation - La DGS peut alors s appuyer pour conduire l organisation, tout autant sur un d un «état major» de 6 directions déléguées et 2 missions d appui que sur les dirigeants des directions opérationnelles - Cette organisation présente donc trois axes de pilotage de la collectivité : Un axe fonctionnel de pilotage assuré grâce aux directions supports fonctionnelles donnant de la visibilité et facilitant le pilotage des actions opérationnelles sur les aspects juridiques, financiers, humains Un axe opérationnel de pilotage assuré grâce aux directions opérationnelles en adéquation avec le programme «projet» du Président et de son équipe politique Un axe transversal de pilotage assuré grâce aux missions d appui et facilitant le travail en mode projets des services - Ces fonctions supports auront un rôle important à jouer dans la fusion des collectivités Financier : adéquation des nomenclatures, budget... RH : uniformisation des statuts et conventions collectives Juridique : suivi juridique de la fusion SI : adéquation des systèmes d'information et des outils Etc Points de vigilance - Cette organisation nécessite l organisation d un Codir régulier mais aussi de Coordinations administratives à géométrie variable pour ne pas couper la DGS du lien direct avec les services Conseil Régional de la Martinique 14

15 - Elle exige que les Unités composant les DGA soient, en fonction des périmètres des missions à venir, des effectifs à gérer, des profils de cadres susceptibles de manager des Directions ou des services pour ne pas multiplier le nombre de niveaux hiérarchiques Conseil Régional de la Martinique 15

16 2. Une proposition d organisation administrative qui répond aux principaux dysfonctionnements identifiés lors du diagnostic Problèmes de clarification de l organisation des services régionaux DYSFONCTIONNEMENTS - Flou dans la définition des missions et la répartition des périmètres d intervention - Dispersion et éclatement des tâches sur plusieurs services ou personnes - De multiples niveaux intermédiaires entre le DGS et les agents - Émiettement des responsabilités - Organisation spatiale source de dysfonctionnements RÉPONSES Une organisation en Directions Générales Adjointes repensées par vocations et domaines d actions stratégiques Des regroupements par missions (déclinées elles-mêmes en activités et tâches de gestion) Des centres de responsabilités (directions, services) considérés comme unités structurantes de l organisation Une réduction des niveaux de responsabilités (DGA ; Directeurs ou Chefs de services, encadrants de proximité en fonction de l importance des effectifs ou d une répartition géographique sur le terrain) Un réaménagement cohérent par DGA et site, une signalétique fondée sur des couleurs (par DGA) pour faciliter le repérage Conseil Régional de la Martinique 16

17 Problèmes de pilotage des services et d animation interne DYSFONCTIONNEMENTS - Faiblesse de la programmation - Faiblesse des concertations administratives - Absence de procédures d échanges et de coordination des actions RÉPONSES La création d une entité spécialement dédiée aux grands projets et à la programmation (charte projet) Des coordinations administratives à géométrie variable directement impulsées par la DGS Des circuits courts et une réactivité dans la coordination administrative (reporting et outils de pilotage) - Absence de reconnaissance et de valorisation des performances collectives et individuelles - Système de management éclaté - Missions non clairement attribuées Des directions et/ou services considérés comme de réels centres de responsabilités (conduite de missions avec des objectifs et des moyens contractualisés) Des liens directs entre la DGS et les cadres (DGA et centres de responsabilités) Une charte organisationnelle précisant les missions, activités... de chaque DGA, direction et service Conseil Régional de la Martinique 17

18 Problèmes d absence ou d insuffisante efficacité des procédures et outils de gestion DYSFONCTIONNEMENTS - Absence de plan de formation global - Absence de critères d évaluation de l efficacité des actions - Absence ou lourdeur de procédures administratives et d accès aux outils de partage de l information - Développement incomplet de l informatisation ou inadaptation des outils de gestion - Circuits internes complexes et lourds - Procédures budgétaires et comptables incertaines RÉPONSES Une dynamique programmée et concertée de mobilité et de progression des cadres (+ détection et accompagnement des potentiels) Des critères de mesure de réalisation (activités des services) et de résultats (au regard des objectifs de gestion et des objectifs de politique publique) Une simplification et une diffusion de procédures structurantes (+ outils partagés) Un schéma directeur des systèmes d information Une réduction des visas, une incitation à la prise d initiative et de responsabilité Un règlement financier rénové - Une gestion en Autorisations de Programme / Crédits de Paiement non stabilisée Une gestion pluriannuelle formalisée Conseil Régional de la Martinique 18

19 Problèmes de communication dans les services et de cohérence entre projet politique et organisation / fonctionnement des services DYSFONCTIONNEMENTS - Des services qui s inscrivent dans une culture du chacun chez soi voire du chacun pour soi - Une difficulté des (certains) services à coproduire avec les élus - Un éclatement de missions / activités entre plusieurs services, une hétérogénéité des regroupements administratifs - Des changements incessants de priorités RÉPONSES Des centres de responsabilité en charge de la mise en œuvre avec des politiques fonctionnelles (services rendus en interne) et des politiques publiques (services rendus à la population) et des missions transversales en appui Des règles de fonctionnement (Élus/services/DGS/Cabinet) partagées et énoncées Une organisation lisible et simple ; une identification cohérente du ou des commissions référentes pour chaque centre de responsabilité Des lettres de mission annuelles entre DG et directions précisant les objectifs et actions de projets et de progrès - Un manque de réflexion sur les projets sans analyse des incidences sur les charges de travail, les modes de travail et d organisation, les nouvelles tâches à accomplir, la formation nécessaire, le temps d appropriation - Une guerre inter-services souvent larvée, parfois manifeste mais difficilement admise (hypocrisie) Une charte de la gestion par projets Une clarification du qui fait quoi - Une absence d animation globale inter-services et le plus souvent en intra-services Une charte managériale de la collectivité Conseil Régional de la Martinique 19

20 Problèmes de gestion des ressources humaines DYSFONCTIONNEMENTS - Système de promotion et avancements peu transparent - Absence de reconnaissance du travail, des responsabilités exercées - Opacité sur les droits et devoirs - Absence de stratégie de développement des compétences RÉPONSES Un processus de promotion et d avancements repensé et concerté Une charte managériale précisant les valeurs partagées, les règles de subsidiarité et de partage, les critères d appréciation Des règles du jeu relatives au fonctionnement quotidien des services coproduites La mise en place comme chantier prioritaire d une réelle GPEEC accompagnant la mise en œuvre de la nouvelle organisation - Une gestion administrative des personnels déficiente (retards CAP, des dossiers individuels des agents éparpillés dans les différents services de la DPH et non sécurisés ) Des procédures RH formalisées - Des missions ne correspondant pas aux grades et catégories (une gestion des affectations problématique, une absence de fiches de postes ) - Une durée du travail illégale et des horaires inadaptés (au besoin des services, des agents et du public) Des procédures de promotion et d affectation garantes des règles Un régime de travail repensé en régularité, efficacité et équité - Des questions d hygiène et de sécurité ignorées (absence de fiche de risque, de rapport annuel de prévention) ; des conditions de travail largement ignorées ; une absence ou un sous dimensionnement d ACMO et ACFI Un plan d Hygiène et de Sécurité formalisé Conseil Régional de la Martinique 20

21 DYSFONCTIONNEMENTS - Un système de notation et d évaluation contestable et contesté (absence de critères clairement énoncés, absence d harmonisation ) - Une politique de formation peu soutenue RÉPONSES Un système d évaluation rénové fondé sur des entretiens professionnels Un plan de formation rénové Conseil Régional de la Martinique 21

22 3. Une proposition d organisation administrative qui répond aux axes prioritaires du projet de la nouvelle équipe politique L organisation générale de la Région proposée s inscrit dans le double souci de répondre d une part aux exigences de qualité des prestations dans les domaines de base des compétences régionales ; à la conduite et à la réalisation des grands projets transversaux portés par l équipe politique, d autre part. C est ainsi que : - L axe «relance de l emploi et de l activité» sera piloté administrativement par la Mission d appui Pilotage Performance et Evaluation des politiques publiques en s adossant à l ensemble des DGA et plus particulièrement Interventions techniques - Cohésion territoriale / compétitivité - L axe «gouvernance» sera piloté administrativement par les missions d appui «Etudes, prospective et stratégie régionale (Mission 2020)» et «Pilotage, performance et évaluation des politiques régionales» en s adossant particulièrement aux directions désignées - L axe «culture et éducation» sera piloté administrativement par les DGA Formation tout au long de la vie et Cohésion sociale - L axe «solidarités» sera piloté administrativement par la DGA Cohésion sociale - L axe «autonomie énergétique» sera piloté administrativement par la DGA interventions techniques / cohésion territoriale - L axe «coopération» sera piloté administrativement par la Direction déléguée aux affaires européennes et internationales en s adossant plus particulièrement à la DGA Compétitivité Conseil Régional de la Martinique 22

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 2 LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement Financée par le Conseil

Plus en détail

- CONSEIL RÉGIONAL DE LA MARTINIQUE

- CONSEIL RÉGIONAL DE LA MARTINIQUE Jérôme DUPUIS CONSULTANT Conseil en Gestion Des Organisations Publiques - CONSEIL RÉGIONAL DE LA MARTINIQUE Note de synthèse portant conclusion de l audit de gestion de la politique sportive régionale

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

Un nouvel État territorial

Un nouvel État territorial La réforme de l administration territoriale de l État 1 / 7 Un nouvel État territorial L organisation territoriale de l État en France est caractérisée par : une architecture historique calée sur les départements

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

L entretien professionnel, retours d expériences

L entretien professionnel, retours d expériences L entretien professionnel, retours d expériences les incontournables et les facteurs de réussite Service conseil en organisation et ressources humaines L entretien professionnel Octobre 2012 Sommaire Préambule

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

Mutualisation (ou partage) des services et personnels. Novembre 2013

Mutualisation (ou partage) des services et personnels. Novembre 2013 Mutualisation (ou partage) des services et personnels Novembre 2013 1 Cadrage général et principes Une définition : la mutualisation, au-delàdes différentes formes juridiques qu elle peut revêtir, est

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire :

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire : 2 Sommaire : INTRODUCTION / PRESENTATION La GPEC, pourquoi?... 3 La GPEC, c est quoi?... 4 La GPEC, comment?... 5 Les objectifs du guide... 6 Comment utiliser ce guide?... 7 LE GUIDE D AUTODIAGNOSTIC Projet

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014 RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION INC - 27 janvier 2014 DIAGNOSTIC DU RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION SOMMAIRE La formation et le RIF : constats Les engagements de la COG Ucanss 2013-2016 La création

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Partie 1 : Parties prenantes et structures de gouvernances XV 1 Cartographie et attentes des parties prenantes... 9 I. Les apporteurs de capitaux... 10 A. Les actionnaires...

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

LE PARTAGE DE LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES EN PETITE COURONNE

LE PARTAGE DE LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES EN PETITE COURONNE LES DIAGNOSTICS DE L'EMPLOI TERRITORIAL REPÈRES RH 2 AVRIL 2010 OBSERVATION DES PRATIQUES LE PARTAGE DE LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES EN PETITE COURONNE Le CIG adresse ses remerciements particuliers

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

Le 360 T&I Evaluations

Le 360 T&I Evaluations Le 360 T&I Evaluations Du développement personnel à la cartographie managériale Qui sommes-nous? Options RH, un cabinet de conseil spécialisé en Management des Hommes et des Organisations Depuis 14 ans,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management et organisation de l Université Paris-Dauphine Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Utilisation du logigramme d activité dans un projet informatique, pour simuler les compétences futures, et évaluer la charge de travail. WWW.ANACT.FR OUTIL DE SIMULATION

Plus en détail

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE Chantal LAMEYNARDIE Consultante chef de projets RH - Groupe MONPLAISIR Quelles compétences pour

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Projet de note relative à la préparation de la mise en œuvre du décret GBCP au sein de l université Bordeaux Montaigne.

Projet de note relative à la préparation de la mise en œuvre du décret GBCP au sein de l université Bordeaux Montaigne. Projet de note relative à la préparation de la mise en œuvre du décret GBCP au sein de l université Bordeaux Montaigne. La refonte des règles relatives à la gestion budgétaire et comptable publique était

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Guide d'auto-évaluation des établissements d'enseignement supérieur

Guide d'auto-évaluation des établissements d'enseignement supérieur Guide d'auto-évaluation des établissements d'enseignement supérieur avril 2008 Les références européennes pour l auto-évaluation 1 Le processus de Bologne qui vise à créer un espace européen d enseignement

Plus en détail

Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion

Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion 1/9 Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion La loi du 13 août 2004 a confié à l'assurance Maladie de nouvelles responsabilités en matière de

Plus en détail

Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP)

Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP) Le point sur Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP) Depuis le début des années 90 s est développé un nouveau type de logiciel de gestion : le PGI, ou Progiciel de Gestion Intégré, plus connu sous

Plus en détail

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Thème: Améliorer les capacités

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

SYNDICATS DES TERRITORIAUX VILLE DE NANTES ET C.C.A.S.

SYNDICATS DES TERRITORIAUX VILLE DE NANTES ET C.C.A.S. SYNDICATS DES TERRITORIAUX VILLE DE NANTES ET C.C.A.S. 16 rue du Moulin 44000 NANTES T. 02-40-41-95-46 F. 02-40-41-59-83 Syndicatville-cgt@mairie-nantes.fr SITE : www.cgt-nantes.fr Après l ouverture du

Plus en détail

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens Frédéric ELIEN SEPTEMBRE 2011 Sommaire Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens... 3 «Pourquoi?»...

Plus en détail

Nouveau processus budgétaire. performance: Le projet tunisien

Nouveau processus budgétaire. performance: Le projet tunisien Nouveau processus budgétaire axé sur le résultat r et la performance: Le projet tunisien Mohsen Thabet Ministère des Finances Unité GBO Atelier GBO Tunis 26-27 27 Juin Plan de l interventionl 1. Système

Plus en détail

progressons ensemble dans votre organisation et vos relations

progressons ensemble dans votre organisation et vos relations progressons ensemble dans votre organisation et vos relations CONSEIL FORMATION MANAGEMENT - RH L entreprise est notre challenge Nous soutenons votre entreprise dans toutes les réalisations visant sa réussite.

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

Rapport sur l offre de formation «licence professionnelle»

Rapport sur l offre de formation «licence professionnelle» Section des Formations et des diplômes Rapport sur l offre de formation «licence professionnelle» de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et

Plus en détail

Réussir la Démarche de Management

Réussir la Démarche de Management Formation à la norme ISO 9001, V 2008 Formateur Dr Mohammed Yousfi Formateur Auditeur Consultant QSE Réussir la Démarche de Management Réussir le Projet ISO 9001, Version 2008 1 Programme Introduction

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I CONTEXTE DE LA REFORME BUDGETAIRE II OBJECTIFS ET AXES DE LA REFORME BUDGETAIRE III CARACTERISTIQUES DE LA REFORME BUDGETAIRE IV FACTEURS CLES DE SUCCES 2 Modernisation

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT CONTEXTE GÉNÉRAL L amélioration de la compétitivité logistique des flux import-export, en termes de développement

Plus en détail

Présentation des guides d audit et du processus d audit d un réseau académique de formation continue

Présentation des guides d audit et du processus d audit d un réseau académique de formation continue Décembre 2011 Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la Recherche Inspection générale de l'éducation nationale Présentation des guides d audit et du processus d audit d

Plus en détail

16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes.

16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes. Recommandations : 16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes. 17- Assurer non seulement une meilleure lisibilité

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

Organisation et qualité

Organisation et qualité 12 Organisation Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est d améliorer la qualité de service aux clients et l efficience de l entreprise, par la conduite de projets ou de démarches contribuant

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

Le partenaire des directions financières

Le partenaire des directions financières Le partenaire des directions financières IFRS due diligences transaction services direction financière fast close reporting controlling évaluation externalisation CSP business plan consolidation Notre

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

Amiens Métropole. Étude de cadrage de l évolution du SIRH et du SIF. Restitution des travaux et propositions d orientation.

Amiens Métropole. Étude de cadrage de l évolution du SIRH et du SIF. Restitution des travaux et propositions d orientation. Extrait du document remis à la DG Amiens Métropole Étude de cadrage de l évolution du SIRH et du SIF Restitution des travaux et propositions d orientation 8 juin 2007 Sommaire 1.Existant et attentes SI

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

RESPONSABLE DU DEPARTEMENT ADMINISTRATIF ET FINANCIER

RESPONSABLE DU DEPARTEMENT ADMINISTRATIF ET FINANCIER RESPONSABLE DU DEPARTEMENT ADMINISTRATIF ET FINANCIER Rattaché à la Direction Générale de PORTNET S.A, le responsable du département administratif et financier a pour mission d assurer la bonne performance

Plus en détail

LE référentiel des métiers

LE référentiel des métiers LE référentiel des métiers 2 Le référentiel des métiers de Pôle emploi FILIÈRE RELATION DE SERVICES Métiers MISSIONS ACTIVITÉS COMPÉTENCES Le référentiel des métiers de Pôle emploi 3 4 Le référentiel des

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES Véronique ANATOLE TOUZET, Directrice Générale Elisabeth GLOAGUEN, Coordonnateur Général é ldes Soins Francis VENCHIARUTTI, Cadre Supérieur de Santé LA PLACE DES CADRES

Plus en détail

La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur. Contribution à la mission de contrôle du Sénat

La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur. Contribution à la mission de contrôle du Sénat La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur Contribution à la mission de contrôle du Sénat Avril 2010 Avant-propos La présente contribution est issue des travaux effectués par

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement

Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement PRESIDENCE DU FASO BURKINA FASO = = = = = = = Unité Progrès Justice Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement Recommandations de la Première Session du CPI 5 6 Novembre 2009 0 SYNTHESE

Plus en détail

Le Plan de formation. Ressources Humaines. Le Plan de formation. Les hommes et les femmes, agents des collectivités, ne sont pas des «ressources»

Le Plan de formation. Ressources Humaines. Le Plan de formation. Les hommes et les femmes, agents des collectivités, ne sont pas des «ressources» Approche «Gestion des Ressources Humaines» www.cdg87.fr Ressources Humaines Les hommes et les femmes, agents des collectivités, ne sont pas des «ressources» ils ou elles ont des ressources La GRH, la Gestion

Plus en détail

RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES ELEMENTS DE CONTEXTE

RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES ELEMENTS DE CONTEXTE RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES SUR L EFFICACITE DE L AIDE EXTERIEURE AUX SYSTEMES DE SANTE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE ELEMENTS DE CONTEXTE L audit réalisé par la Cour des Comptes européennes

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE PORTANT SUR LA DUREE EFFECTIVE, L ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL ET LES CONGES

ACCORD D ENTREPRISE PORTANT SUR LA DUREE EFFECTIVE, L ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL ET LES CONGES ACCORD D ENTREPRISE PORTANT SUR LA DUREE EFFECTIVE, L ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL ET LES CONGES PREAMBULE Dans un contexte commercial et économique difficile, qui se traduit en cette fin d année 2011,

Plus en détail

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76)

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) 1. Qu est-ce que le SDET : schéma directeur des espaces numériques de travail?

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

Pour une gestion active du patrimoine

Pour une gestion active du patrimoine Pour une gestion active du patrimoine Présentation CETE du 07-06-2012 1 sommaire 1. Introduction 2. La gestion active du patrimoine : qu est-ce que c est? 3. Une nouvelle organisation 4. Le Plan Stratégique

Plus en détail

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE 1 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours SOMMAIRE LE CADRE

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Quoi Besoin identifié Comment faire? Comment lever les freins? Statut Déclarer l'aide aux aidants «grande cause nationale»

Quoi Besoin identifié Comment faire? Comment lever les freins? Statut Déclarer l'aide aux aidants «grande cause nationale» Méthode : Tester et déployer sur la base de l évaluation du rapport : impact social / coût Reconnaître Faciliter Les aidants Les associations d'aidants / en faveur des aidants Les initiatives en faveur

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail

Gestion des risques liés aux systèmes d'information, dispositif global de gestion des risques, audit. Quelles synergies?

Gestion des risques liés aux systèmes d'information, dispositif global de gestion des risques, audit. Quelles synergies? Gestion des risques liés aux systèmes d'information, dispositif global de gestion des risques, audit. Quelles synergies? gil.delille@forum-des-competences.org Agenda Les enjeux liés aux systèmes d information

Plus en détail

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre 25 MARS 2010 Fonction RH du cadre 1 une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la première agglomération

Plus en détail

Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA)

Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA) APPEL A PROPOSITIONS Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA) Région Provence Alpes Côte d Azur Région Rhône-Alpes Axe 3 «Développer la résilience des territoires et des populations

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Définition. Caractéristiques

Définition. Caractéristiques REPENSER LA PRESENTATION DU BUDGET : UNE NOMENCLATURE STRATEGIQUE Le budget des collectivités de plus de 3 500 habitants peut être présenté par nature et par fonction. La nomenclature fonctionnelle permet

Plus en détail

Guide pour. grandissent,

Guide pour. grandissent, Guide pour la cartographie des emplois/ compétences quand les talents grandissent, les collectivités progressent Guide pour la cartographie Emplois/Compétences Ce guide accompagne la mise en œuvre de

Plus en détail

Bâtiments - Infrastructures

Bâtiments - Infrastructures 93 CONCEPTEUR D OUVRAGE ET D ÉQUIPEMENT Code : INF01 Concepteur d ouvrage et d équipement FPEINF01 Il conduit ou participe à des opérations d infrastructures dans le cadre de la réalisation d opérations

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Utilisation du logigramme d activité dans un projet informatique WWW.ANACT.FR OUTILS DE SIMULATION : Logigramme d activité Utilisation du logigramme d activité dans

Plus en détail

«LES PRINCIPES ET OUTILS ESSENTIELS DU CONTRÔLE DE GESTION»

«LES PRINCIPES ET OUTILS ESSENTIELS DU CONTRÔLE DE GESTION» Pour une performance durable et solidaire «LES PRINCIPES ET OUTILS ESSENTIELS DU CONTRÔLE DE GESTION» Audit et contrôle de gestion, quelle complémentarité? Port Leucate Les 12-13-14 septembre 2012 1 Pour

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr FINANCES VOS CONTACTS : Nadège WADOUX Conseillère Formation Domaines Affaires juridiques, Finances et Europe nadege.wadoux@cnfpt.fr Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

Plus en détail

Mercredi 27 mai 2015. Les agences et opérateurs dans la modernisation de l Etat

Mercredi 27 mai 2015. Les agences et opérateurs dans la modernisation de l Etat Mercredi 27 mai 2015 Les agences et opérateurs dans la modernisation de l Etat Les agences et opérateurs de l Etat jouent un rôle déterminant dans de nombreuses politiques publiques, en apportant expertise,

Plus en détail

La préfiguration des contrats de ville de nouvelle génération

La préfiguration des contrats de ville de nouvelle génération Comité d animation des sites préfigurateurs des contrats de ville - 18 juin 2013 - Paris La préfiguration des contrats de ville de nouvelle génération Éléments de cadrage Le comité interministériel des

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

PLAN OPÉRATIONNEL DE L ETNIC

PLAN OPÉRATIONNEL DE L ETNIC PLAN OPÉRATIONNEL DE L ETNIC Date de réalisation : 19/12/2008 Date de mise en œuvre : 19/02/2009 Date d évaluation prévue : 19/02/2011 TABLE DES MATIERES 1. Vision... 2 2. Missions... 4 3. Organigramme...

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises Évaluation des dispositifs publics d aide à la création d entreprises Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises MM. Jean-Charles TAUGOURDEAU et Fabrice VERDIER, rapporteurs

Plus en détail