COMPTABILITÉ ET AUDIT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPTABILITÉ ET AUDIT"

Transcription

1 Cet ouvrage couvre l intégralité du programme du DSCG 4 Comptabilité et audit. Clair et structuré, il est à jour des dernières évolutions du contexte légal. ii.3. express ion d une opin ion À l issue de ses diligences, l aud Cette opinion doit être justif iteur doit émettre une opin structurée et iée, motivée. ion sur les états normalisée. Elle est déliv financiers. rée à l issue Selon les dispo d une déma sitions prév ues rche nion est form par le code de ulée en term commerce (c. es de régularit teur emploi com. art. L. le vocable «é, de sincérité 823-9), l opicertifier», l assu et d image cette opinion, fidèle. Le légis rance est donc l auditeur enga laémis ge sa responsab e Trois optio ilité personnell de manière posit ive. Par ns s offrent e. à l aud iteur pour expr une opinion dite imer son opin sans réser ve. ion (CNCC, comptes peut Malgré l abs NEP 700) : form ence de réser cation des comp uler des observat ions, ves, le commissai dans un parag tes (obligatoi re aux raphe distinct rement en cas tation, ou en après la certi cas de changeme d inc fints de méthodes ertitude sur la continuité une opinion avec de l exploicomptables réser ves ; au cours de un l exercice) ; refus de certi fier les comp tes. Dans ces deux derniers cas, les motifs de doivent être précisés. la (ou des) réser ve(s) ou du refus de certifier ii.4. émi S T ER M E S C L É 30 fiches pour une structuration conforme au programme d une des comptes re et régulier complet, sincè la firme, et, plus rer du caractère s intéressés de stant à s assu» (Larousse). divers partenaire «Procédure consi de sa gestion nt auprès des té et la rigueur s en porter gara ent sur la quali entreprise, à à porter un jugem ent, ralem géné fidèle acher l image ification ptibles d ent Seuilfdefsign ées sont susce erreurs relev r duquel les Niveau à parti des comptes. Audit Définitions des termes clés dit financier états d audit des une mission lle ACcountants), ion selon laque Federation of rimer une opin ment (International à l auditeur d exp significat ifs, conformé Selon l IFAC de permettre emploiera leurs aspects pour objectif ion, l auditeur is, dans tous financiers a ont été établ imer cette opin les aspects ciers expr tous finan Pour sous les états ident ifié. rement s l comptable «présente sincè tions financière à un référentie e fidèle», ou it d informa donne une imag essions équivalentes. L aud tif. la formule «le même objec expr nus, poursuit», qui sont des significat ifs principes recon rées selon des ou autres, élabo on c tes), «une missi n de la cnc res aux comp de formuler des commissai i.2. définitio e aux comptes ie nationale fs, au commissair C (Compagn cts significati tif de permettre Selon la CNC tous leurs aspe tes a pour objec établis, dans». d audit des comp comptes sont mant si ces est applicable expri leur on qui une opini l comptable au référentie ent rmém confo cons olida 28/05/15 10:29 Bibliographies contraire bien issaire aux comp établie par les tes n ont pas instances. Et une forme «que le profe libre», ssionnel doit loin... s y tenir s Conseils des correcteurs Pour aller Plus CNCC, Outils de pratique profes sionnelle. H3C, Normes d exerc ice professionne l (NEP). 68 EP3_DSCG_p I-VIII_ indd 183 tion.indd 181 I-VIII_ EP3_DSCG_p Une seule répon e au l organigramm striel dont groupe indu tête d un petit M est à la aires. La société en annexe. d act ions ordin N est présenté exclusivement 000 à 6 ose 31 décembre dont comp ns, se actio et D à ose de sociétés A, C B, dont té B se comp Le capital des al de la socié de la société se que le capit actions On vous préci té M détient double. La socié pe industriel grou droit de vote un par % double. stratédétenue à 50 droit de vote ines décisions société C est la certa l que leque se également actionnaires. conclu selon ord des deux On vous préci actuel a été atoirement l acc un accord contr. avec lequel nécessitent oblig r la société mère t l entreprise ntrôle exercé pa giques concernan. urcentage de co la société mère u groupe, le po trôle exercé par chaque société d la nature du con 1. Définir, pour upe, u gro chaque société d 2. Définir, pour tion. solida groupe périmètre de con IgrAmme du 3. En déduire le Annexe : organ 25 % Société D Société A Société B corrigé Les réponses sont présentées e Pourcentag de contrôle ôle 4. Le taux de m suivant : 7. L actif net c T FINANCIER ompt 5. Le fonds de roulement patri la différence en monial corre tre : spond? Le PérIMÈtre IncLuse dans (oui/non) 60 % 6. Le bilan fo 62,50 % (2) 50 % nctionnel de l ent a. présente e : les b. met en évidenpostes d actif et de passif par fonction. ce ses emplois stablela capacité de l entreprise à financer s avec ses ressou c. met en éviden rces stables. ce tion de l entre le financement du cycle d exploitaprise. éré du capita l (cmpc) muni cotées est régie cation financière des entités par : non a. le règlem ent b. le code de généra l de l AMF. comm c. le code généra erce. l des impôts. 11. Lequel des ne fait pas partidocuments financiers suivan obligatoirem e des documents à remettr ts ent aux actionn e l artic aires le du cod comm e de commerce? e prévu par a. Les compt es b. Les rappo annuels. rts c. Les rappo des commissaires aux compt rts d activité es. du directoire. s repris correspond : a. au taux de rende des appor teurs ment moyen exigé par l ensemble de capitaux. b. au taux de rendement moyen exigé naires. par les action c. au taux de rendement moyen exigé par les banquiers. 10. La com Groupes Eyrolle s Groupes Eyrolle arge commercial à a. les actifs nets à court terme et les terme. dettes à court b. les capita ux permanents et les immo nettes. bilisat ions c. les liquid ités et les crédit s de trésorerie. OUI if de droit (1) Contrôle exclus OUI if de droit (1) Contrôle exclus OUI t (3) Contrôle conjoin OUI e (4) Société C Influence notabl de 25 % %). nombre de droits 50 Société D (> de vote ) sur le té des droits = s par M (2 000 ion de la majori détent détenu Car vote (1) écrit. %. droits de / = 62,50 alisé par un accord du nombre de 000) : (2) Décompte nnaires, matéri = 2 d actio e limité vote total (4 000 entre un nombr 20 %. f du contrôle de contrôle > effecti e ntage partag (3) Car e car pource d influence notabl (4) Présomption Société A Société B 28/05/15 10:29 EP3_DSCG_p I-VIII_ indd 68.indd 101 I-VIII_ Docteur en sciences de gestion, Xavier DURAND est responsable du département Finance de l'essca. Il intervient également au CNAM dans le cadre de la préparation au DSCG. Expert-comptable, docteur en sciences de gestion, diplômé de l'inscae, Tokiniaina RANANJASON RALAZA est le dirigeant fondateur d un cabinet d'audit et d'expertise comptable présent en France et au Luxembourg. Diplômée de l ESSCA, d expertise comptable, titulaire d un DESS de gestion financière internationale, Marie-Christine ROSIER exerce dans un cabinet parisien. Diplômé d expertise comptable, titulaire d un DESS audit et conseil et commissaire aux comptes, Guillaume SABY exerce dans un cabinet angevin. EP3_DSCG_p Groupe Eyrolles Diffusion Geodif 0000_Auteur_DSCG?.indd 7-9 Code éditeur : G56264 ISBN : LES AUTEURS nature du contr de synthèse té financiè a. la part de e représente : richesse dégag ée par l explo treprise par itation de l en b. la part de rapport à son chiffre d affa ires. marge réalisée par rapport aux marchandises ventes de effectuées par activités de l entreprise lors de ses c. la part du négoce. résultat net dans l entreprise. le chiffre d affa ires de QCM d auto-évaluation Société C e du tableau sous la form MANAgEMEN able corrigé tient a. de la valeur compte : comptable des l entreprise. actifs et des passifs de b. des plus ou moins-value s latentes sur d actif et de les éléments c. des correc passif. tions liées aux différences de change. 8. Le go odwill représent 2. La rentabili e : té économique : a. les éléme a. mesure la nts immatériels capac, non le patrimoine prise à génére ité de l actif économique de l entreprise, comptabilisés dans de l entrer du résultat. dernière une b. mesure la capacité bénéf qui confèrent à cette profitabilité de norma le. iciaire supéri c. mesure la l entreprise. eure à la productivité de b. les éléme nts matér l entreprise. 3. L effet de l dans le patrim iels et immatériels, compt evier permet : oine de l entre abilisés cette dernière prise, qui confèr a. de mesur une capacité er l impact de ent à à la norma le. bénéficiaire la politique d ende l entreprise supérieure c. les éléme b. d apprécier sur sa rentabilité financière. ttement de nts matér l impa moine de l entre iels comptabilisés dans rentabilité écono ct des charges financières le mique. sur la une capacité prise et qui confèrent à cette patri c. de compa bénéficiaire supéri dernière rer la rentabilité eure financière et économique. à la norma 9. Le coût moye la rentabilité le. n pond Corrigés complets 50 % CoMPTABLE ET re : a. mesure la capacité de l entre actionnaires. prise à rémun érer ses b. mesure la capac résultat financ ité de l entreprise à dégag er du c. correspond ier. à la différence entre ciers et les charg es financières. les produits finan- Mises en situation M Société mère 60 % 10 % 1. La rentabili S ENTRAÎNER se possible. 28/05/15 10:29 QcM INFoRMATIoN tion MiSe en SitUA 28/05/15 10:29 L essentiel à connaître pour réussir kit Le notio ns de COMPTABILITÉ ET AUDIT ort écri Couverture : Hung Ho Thanh s Groupes Eyrolle 101 ssion d un rapp t L opinion est formulée dans un rapport écrit aux comptes sur les comptes sur les comp tes. annuels comp ortent trois partie Les rapports du commissair certificat ion des comptes s distinctes (CNC e ; la justif C, NEP 700) ication des appré : ciatio ns ; les vérifications et informatio ns spécifique taires. Ainsi, s prévues par les commissair les textes légau es aux comp les comptes annu tes vérifient x et réglemenels (ou conso la sincérité et lidés) des infor des document la conco mations donn s adressés aux ées dans le rappo rdance avec actionnaires sur la situation rt de gestion, Bien retenir que financière et les comptes annu et les rapports émis par le comm els. mais au Sources légales et réglementaires t 29 X avier D urand DSCG 4 la n de l ifac i.1. définitio Groupes Eyrolle s de L au i. définition 183 l éta- n-un ACQUÉRIR LES CONNAISSANCES r l audit financie objectifs de nanc ier Réussir le DSCG 4 COMPTABILITÉ ET AUDIT axe 1 : cadre e L au dit fi règles d éva luation et de présentation blissement des des comptes comptes annu définies par els ou consolidé le référentie l pour s. o u t- e objec tifs d dit général de L au Collection dirigée par Réussir le Tokiniaina Rananjason Ralaza Marie-Christine Rosier Guillaume Saby Chaque thématique du programme fait l objet d une fiche qui allie présentation théorique et mise en situation corrigée de type examen. Jalonné de définitions des termes clés, de conseils des correcteurs, de renvois vers les textes légaux, Réussir le DSCG 4 guide efficacement le lecteur vers l épreuve. T okiniaina R ananjason R alaza M arie -C hristine R osier G uillaume S aby 30 exercices corrigés type examen QCM d auto-évaluation Les conseils et les astuces des correcteurs de l épreuve M 20 ILL 15 ÉS -2 IM 01 E 6 Collection dirigée par Réussir le DSCG 4 Xavier Durand format 170 x 220 mm dos 14,4 mm 17/06/ :30

2 Cet ouvrage couvre l intégralité du programme du DSCG 4 Comptabilité et audit. Clair et structuré, il est à jour des dernières évolutions du contexte légal. II.3. Express ion d une opin ion À l issue de ses diligences, l aud Cette opinion doit être justif iteur doit émettre une opin structurée et iée, motivée. ion sur les états normalisée. Elle est déliv financiers. rée à l issue Selon les dispo d une déma sitions prév ues rche nion est form par le code de ulée en term commerce (c. es de régularit teur emploi com. art. L. le vocable «é, de sincérité 823-9), l opicertifier», l assu et d image cette opinion, fidèle. Le légis rance est donc l auditeur enga laémis ge sa responsab e Trois optio ilité personnell de manière positive. Par ns s offrent e. à l aud iteur pour expr une opinion dite imer son opin sans réser ve. ion (CNCC, comptes peut Malgré l abs NEP 700) : form ence de réser cation des comp uler des observat ions, ves, le commissai dans un parag tes (obligatoi re aux raphe distinct rement en cas tation, ou en après la certi cas de changeme d inc fints de méthodes ertitude sur la continuité une opinion avec de l exploicomptables réser ves ; au cours de un refu l exercice) ; s de certifier les comptes. Dans ces deux derniers cas, les motifs de doivent être précisés. la (ou des) réser ve(s) ou du refus de certifier II.4. Émi S T ER M E S CL É 30 fiches pour une structuration conforme au programme d une des comptes re et régulier complet, sincè la firme, et, plus rer du caractère s intéressés de stant à s assu» (Larousse). divers partenaire «Procédure consi de sa gestion nt auprès des té et la rigueur s en porter gara ent sur la quali entreprise, à à porter un jugem ent, ralem géné fidèle acher l image ification ptibles d ent Seuil de sign ées sont susce erreurs relev r duquel les Niveau à parti des comptes. Audit Définitions des termes clés DIT FINANCIER états d audit des une mission lle ACcountants), ion selon laque I.1. Federation of rimer une opin ment (International à l auditeur d exp significat ifs, conformé Selon l IFAC de permettre emploiera leurs aspects pour objectif ion, l auditeur is, dans tous financiers a ont été établ imer cette opin les aspects ciers expr tous finan Pour sous les états ident ifié. rement s l comptable «présente sincè tions financière à un référentie e fidèle», ou it d informa donne une imag essions équivalentes. L aud tif. la formule «le même objec expr nus, poursuit», qui sont des significat ifs principes recon rées selon des ou autres, élabo on C tes), «une missi n de la CNC res aux comp de formuler des commissai I.2. Définitio e aux comptes ie nationale au commissair C (Compagn significatifs, tif de permettre leurs aspects Selon la CNC ptes a pour objec tes sont établis, dans tous it des comp audit om omp dd aud le». cable pppplicab nt si ces comp appli mant est aap rima x xp expri exp leur on qui nion opini une oopi om omptable érentiel comp ééfffér référ éément au réf fformém confo TION CONS OLIDA NOTIO NS DE indd I-VIII_0 EP3_DSCG_p 28/05/15 10:29 Bibliographies s contraire bien issaire aux comp établie par les tes n ont pas instances. Et une forme «que le profe libre», ssionnel doit LOIN... s y tenir POUR ALLER PLUS CNCC, Outils de pratique professionne lle. H3C, Normes d exerc ice professionne l ((NEP). EP). 68 EP3_DSCG_p I-VIII_ indd INFORMATION TION MISE EN SITUA Une seule répon e au l organigramm striel dont groupe indu tête d un petit M est à la aires. La société en annexe. d act ions ordin N est présenté exclusivement 000 à 6 ose 31 décembre dont comp ns, se actio et D à ose de sociétés A, C B, dont té B se comp Le capital des al de la socié de la société se que le capit actions On vous préci té M détient double. La socié pe industriel grou droit de vote un par % double. stratédétenue à 50 droit de vote ines décisions société C est la certa l que leque se également actionnaires. conclu selon ord des deux On vous préci actuel a été atoirement l acc un accord contr té mère. avec lequel nécessitent oblig é par la socié t l entreprise de contrôle exerc giques concernan pourcentage té mère. du groupe, le é par la socié chaque société contrôle exerc la nature du 1. Définir, pour e, group du té chaque socié on. 2. Définir, pour lidati de conso GROUPE le périmètre IGRAMME DU 3. En déduire ANNEXE : ORGAN 25 % Société D Société A Société B 4. Le taux de marg 5. Le fonds de la différence roulement patrimonial corres entre pond CORRIGÉ : à a. les actifs nets à court terme et les terme. dettes à court b. les capita ux perma nents et les immo nettes. bilisat ions c. les liquid ités et les crédit s de trésorerie. E POURCENTAG DE CONTRÔLE OUI if de droit (1) Contrôle exclus OUI if de droit (1) Contrôle exclus OUI t (3) Contrôle conjoin OUI e (4) Société C Influence notabl de 25 % %). nombre de droits 50 Société D (> de vote ) sur le té des droits = s par M (2 000 ion de la majori détent détenu Car vote (1) écrit. %. droits de / = 62,50 alisé par un accord du nombre de ) : (2) Décompte nnaires, matéri = 2 d actio e limité vote total (4 000 entre un nombr 20 %. f du contrôle de contrôle > effecti e ntage partag (3) Car e car pource d influence notabl (4) Présomption 7. L actif net comp T FINANCIER table 60 % 6. Le bilan fonct 62,50 % (2) 50 % ionnel de l entr éré du capita l (CMPC) unica cotées est régie tion financière des entité s non par : a. le règlem ent b. le code de généra l de l AMF. comm c. le code généra erce. l des impôts. 11. Lequel des ne fait pas partiedocuments financiers suiva nts des documents obligatoirem à remettre ent l article aux actionnaires comme 15 du prévu code de comm a. Les compt erce? es b. Les rappo annuels. rts c. Les rappo des comm issaires aux compt rts d activité es. du directoire. par Groupes Eyrolle s a. présente eprise : les b. met en évidenpostes d actif et de passif par fonction. ce ses emplois stablela capacité de l entreprise à financer s avec ses ressou c. met en éviden rces stables. ce tion de l entre le financement du cycle d exploitaprise. correspond : a. au taux de rende des appor teurs ment moyen exigé par l ensemble de capitaux. b. au taux de rendement moyen exigé naires. par les action c. au taux de rendement moyen exigé par les banqu iers. 10. La comm 28/05/15 10:29 EP3_DSCG_p I-VIII_ indd 68.indd 101 I-VIII_ Docteur en sciences de gestion, Xavier DURAND est responsable du département Finance de l'essca. Il intervient également au CNAM dans le cadre de la préparation au DSCG. Expert-comptable, docteur en sciences de gestion, diplômé de l'inscae, Tokiniaina RANANJASON RALAZA est le dirigeant fondateur d un cabinet d'audit et d'expertise comptable présent en France et au Luxembourg. Diplômée de l ESSCA, d expertise comptable, titulaire d un DESS de gestion financière internationale, Marie-Christine ROSIER exerce dans un cabinet parisien. Diplômé d expertise comptable, titulaire d un DESS audit et conseil et commissaire aux comptes, Guillaume SABY exerce dans un cabinet angevin. EP3_DSCG_p _Auteur_DSCG?.indd /05/15 10:29 L essentiel à connaître pour réussir t Couverture : Hung Ho Thanh LES AUTEURS RS S Groupes Eyrolle s Société A Société B e commercial a. la part de e représente richesse dégag : ée par l explo treprise par itation de l en b. la part de rapport à son chiffre d affa ires. marge réalisée par rapport aux marchandises ventes de effect uées par activités de l entreprise lors de ses c. la part du négoce. résultat net dans l entreprise. le chiffre d affa ires de QCM d auto-évaluation Société C finan MANAGEMEN corrigé tient a. de la valeur compte : comptable des l entreprise. actifs et des passifs de b. des plus ou moins-value s latentes sur d actif et de les éléments c. des correc passif. tions liées aux différences de change. 8. Le goodw 2. La rentabilité ill représente : économique a. les éléme a. mesure la : nts immatériels capac, non le patrimoine prise à génér ité de l actif économique de l entreprise, comptabilisés dans de l entredernière une b. mesure la er du résultat. capacité bénéfi qui confèrent à cette profitabilité de norma le. ciaire supéri c. mesure la l entreprise. eure à la productivité de b. les éléme nts matér l entreprise. 3. L effet de dans le patrim iels et immatériels, compt levier permet oine de l entre abilisés : cette dernière prise, qui confèr a. de mesur une capacité er l impact de ent à à la norma le. bénéficiaire la politique d ende l entreprise supérieure c. les éléme b. d apprécier sur sa rentabilité financière. ttement de nts matér l impa moine de l entre iels comptabilisés dans rentabilité écono ct des charges financières le mique. sur la une capacité prise et qui confèrent à cette patri c. de compa bénéficiaire supéri dernière rer la rentabilité eure financière et économique. à la norma 9. Le coût moye la rentabilité le. n pond Corrigés complets : hèse suivant leau de sy nt for me du tab? tées sous la LE PÉRIMÈTRE s sont présen INCLUSE DANS ÔLE Les réponse (OUI/NON) NATURE DU CONTR 28/05/15 10:29 QCM COMPTABLE ET cière : a. mesure la capacité de l entre action naires. prise à rémun érer ses b. mesure la capac résultat financ ité de l entreprise à dégag er du c. correspond ier. à la différence entre ciers et les charg es financières. les produ its finan- Mises en situation 50 % se possible. 1. La rentabilité S ENTRAÎNER M Société mère 60 % 10 % COMPTABILITÉ ET AUDIT ort écri Le s Conseils des correcteurs Groupes EEyrolle 101 ssion d un rapp t L opinion est formulée dans un rapport écrit aux comptes sur les comptes sur les comp tes. annuels comp ortent trois partie Les rapports du commissair certificat ion des comptes s distinctes (CNC e ; la justif C, NEP 700) ication des appré : ciatio ns ; les vérifications et informatio ns spécifique taires. Ainsi, s prévues par les commissair les textes légau es aux comp les comptes annu tes vérifient x et réglemenels (ou conso la sincérité et lidés) des infor des document la conco mations donn s adressés aux ées dans le rappo rdance avec actionnaires sur la situation rt de gestion, Bien retenir que financière et et les comptes annu les rapports émis par le comm els. mais au Sources légales et réglementaires X AVIE R D U R AN D DSCG 4 la l IFAC Définition de Groupes Eyrolle S DE L AU I. DÉFINITION 183 l éta- k it n - un règles d éva luation et de présentation blissement des des comptes comptes annu définies par els ou consolidé le référentie l pour s. ACQUÉRIR LES CONNAISSANCES r l audit financie Objectifs de Réussir le DSCG 4 COMPTABILITÉ ET AUDIT AXE 1 : CADRE o ut - e OBJEC TIFS DE L AUD IT FINAN CIER DIT GÉNÉRAL DE L AU Collection dirigée par Réussir le T OKINIAINA R ANANJASON R ALAZA MAR IE -C HR IS TINE R OSIE R GUILLAU ME S ABY Chaque thématique du programme fait l objet d une fiche qui allie présentation théorique et mise en situation corrigée de type examen. Jalonné de définitions des termes clés, de conseils des correcteurs, de renvois vers les textes légaux, Réussir le DSCG 4 guide efficacement le lecteur vers l épreuve. T OKINIAINA R ANANJASON R ALAZA M AR IE -C H R IS T INE R OSIE R G UILLAU M E S ABY 30 exercices corrigés type examen QCM d auto-évaluation Les conseils et les astuces des correcteurs de l épreuve M 20 ILL 15 ÉS -2 IM 01 E 6 Collection dirigée par Réussir le DSCG 4 XAVIER D UR AND format 170 x 220 mm dos 14,4 mm 17/06/ :30

3 Réussir le DSCG 4 Comptabilité et audit

4 Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain Paris Cedex 05 Ouvrage dirigé par Caroline Selmer En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l éditeur ou du Centre français d exploitation du droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, Paris. Groupe Eyrolles, 2012, 2015 ISBN :

5 Tokiniaina RANANJASON RALAZA Marie-Christine ROSIER Guillaume SABY Réussir le DSCG 4 Comptabilité et audit Collection dirigée par Xavier DURAND Deuxième édition

6 Sommaire PARTIE 1 INFORMATION COMPTABLE ET MANAGEMENT FINANCIER AXE 1 : DIAGNOSTIC FINANCIER DES SOCIÉTÉS ET DES GROUPES Analyse de la rentabilité et de la profitabilité... 3 Analyse de la structure financière Analyse par les flux AXE 2 : ÉVALUATION FINANCIÈRE DES SOCIÉTÉS ET DES GROUPES Approche patrimoniale Approche comparative Approche par les flux AXE 3 : COMMUNICATION FINANCIÈRE Communication financière et actionnariat Communication financière et gouvernance Communication financière et marchés financiers ff QCM : Information comptable et management financier Conseils de préparation PARTIE 2 LES OPÉRATIONS DE GROUPE AXE 1 : FUSIONS Fusions : contexte juridique et modalités financières Comptabilisation d une fusion-absorption simple Comptabilisation d une fusion avec participations antérieures AXE 2 : COMPTES CONSOLIDÉS ET DOCUMENTS DE SYNTHÈSE DES GROUPES Notions de consolidation Processus d élaboration des comptes consolidés

7 Sommaire V Opérations de consolidation Imposition différée Variation des pourcentages d intérêts États financiers consolidés AXE 3 : RETRAITEMENTS EN NORMES IFRS Actifs et passifs financiers en IFRS Postes de l actif du bilan Autres postes à retraiter Normes applicables pour la consolidation (IFRS 10, 11, 12) ff QCM : Les opérations de groupe Conseils de préparation PARTIE 3 CONTRÔLE INTERNE ET AUDIT AXE 1 : CADRE GÉNÉRAL DE L AUDIT Objectifs de l audit financier Cadre conceptuel de l audit Normes d audit AXE 2 : CONTRÔLE INTERNE Contrôle interne : objectifs et cadre conceptuel Contrôle interne, systèmes d information et contrôle qualité Appréciation du contrôle interne AXE 3 : PRINCIPES GARANTISSANT LA CRÉDIBILITÉ DES MISSIONS D AUDIT LÉGAL Déontologie Responsabilité civile, pénale et disciplinaire ff QCM : Contrôle interne et audit Conseils de préparation Index Les auteurs

8 L épreuve Programme de l épreuve Thèmes Sens et portée de l étude Notions et contenus 1. Information comptable et management financier (30 heures) 1.1 Diagnostic financier des sociétés et des groupes 1.2 Évaluation financière des sociétés et des groupes en normes IAS/IFRS 1.3 Communication financière Exprimer et justifier une opinion sur les comptes analysés en cernant les contours de l entité. Développer une réflexion sur la valeur à partir de la théorie économique et la transposer dans le domaine comptable. Faire le lien entre le diagnostic financier, l ingénierie financière, les contraintes économiques et juridiques et l équilibre du pouvoir. 2. Opérations de fusion (30 heures) Analyser et représenter les conséquences comptables de l agrégation financière de plusieurs entités. 3. Comptes de groupe (60 heures) 3.1 Notion de consolidation Contexte et méthodologie du diagnostic financier des sociétés et des groupes Rentabilité et profitabilité de l entité Structure financière de l entité Génération des flux de l entité Relations entre valeur comptable, valeur de marché et juste valeur Évaluation à la valeur comptable Évaluation à la valeur de marché des éléments Évaluation par actualisation des flux prévisionnels et méthode de détermination des taux d actualisation pertinents Communication financière et actionnariat Communication financière et gouvernance Communication financière et marchés financiers (introduction en Bourse, émission de titres) Contexte juridique : fusion création, fusion absorption, scission, apport partiel d actif Modalités financières du traité de fusion : évaluation des éléments apportés, critères de choix de la méthode d évaluation, parité d échange Rétroactivité des fusions Comptabilisation des différentes opérations de restructuration Incidences comptables du régime fiscal de fusions Définition des groupes Pourcentages d intérêts et de contrôle Cadre réglementaire et légal national et normes comptables internationales IFRS

9 L épreuve VII Thèmes Sens et portée de l étude Notions et contenus 3.2 Processus Comprendre l incidence Périmètre de consolidation d élaboration des comptable de la définition Opérations de préconsolidation comptes de groupe d un groupe et de son périmètre (le périmètre Méthodes de consolidation doit-il être défini selon des Retraitements de consolidation critères juridiques droit de Élimination des comptes réciproques et des résultats internes propriété ou de contrôle?) Traitement des écarts d acquisition et d évaluation Variations du pourcentage d intérêts et du périmètre de consolidation Comptes combinés 3.3 Documents Bilan, compte de résultat, annexe de synthèse des Tableau des variations des capitaux propres groupes Tableau des flux 4. Contrôle interne et audit (60 heures) 4.1 Cadre général Montrer le caractère spécifique Objectifs des audits de l audit en tant Les différents audits et leurs acteurs de l audit qu instrument de légitimation financière (crédibilité, La perception de l audit par le public sincérité, régularité, transparence). Cadre conceptuel de l audit des états financiers et d autres documents publiés Audit légal, audit contractuel Normes d audit 4.2 Le contrôle interne 4.3 Les principes garantissant la crédibilité des missions d audit légal Montrer le rôle et l importance du contrôle interne dans le fonctionnement d une organisation. Illustrer, en prenant l exemple des missions d audit, les mécanismes de légitimation de l information financière et leur rôle dans la construction de la confiance nécessaire au fonctionnement des marchés. Objectifs du contrôle interne Cadre conceptuel du contrôle interne Contrôle interne, systèmes d information et contrôle de qualité de l entreprise Appréciation du contrôle interne (y compris dans un environnement informatique) Déontologie (indépendance, secret professionnel) Responsabilité civile, pénale et disciplinaire Nature de l épreuve L épreuve de l UE 4 porte essentiellement sur des études de cas et/ou de situations pratiques auxquelles pourraient s ajouter une analyse de document(s) et des questions théoriques.

10 VIII L épreuve L épreuve dure quatre heures avec un coefficient de 1,5. Les calculatrices de poche à fonctionnement autonome, sans imprimante et aucun moyen de transmission, sont autorisées aux examens (circulaire n du 16 novembre 1999, BOEN n 42). Notez toutefois qu il est déjà arrivé, par le passé, que l utilisation de ce type de matériel soit expressément interdite. Il est donc important de s entraîner sans calculatrice lors des cas pratiques. Préparation à l épreuve Historiquement, l épreuve se présente sous forme de plusieurs dossiers couvrant la majeure partie du programme de l UE 4. Une bonne préparation sur l ensemble des thèmes est donc nécessaire. L entraînement aux cas pratiques vous permettra de vous familiariser avec les questions qui pourraient être posées lors de l épreuve, d appréhender les éventuelles difficultés et d apprendre à gérer votre temps. Au moment de l épreuve Avant de commencer, prenez le temps de lire intégralement et de manière «active» le sujet, y compris les annexes. Ce temps n est pas perdu! Cette lecture vous permettra d identifier les différents thèmes du programme abordés ainsi que les éléments importants pour traiter le sujet (à souligner ou à surligner). Vérifiez également que le sujet qui vous a été remis est exhaustif. Lors de la rédaction de vos réponses, faites attention au fond comme à la forme. Sur le fond, expliquez vos réponses et le détail de vos calculs. Lisez bien la question qui vous est posée afin de ne pas répondre «à côté». Concernant la forme, veillez à soigner la présentation de votre copie : l écriture doit être lisible, l orthographe soignée. Dès lors que le nombre de feuilles n est pas limité, nous conseillons d utiliser une feuille double d examen par dossier, afin d éviter de faire des renvois très désagréables pour le correcteur, et de faciliter le passage d un dossier à un autre lors de l examen. Traitez le sujet dans son exhaustivité : chaque thématique comprend des questions accessibles. Enfin, il est important que vous sachiez bien gérer votre temps. Faites un planning du temps de traitement des dossiers au début de l épreuve, et essayer de vous y tenir. À la fin de l épreuve, conservez quelques minutes pour relire votre copie et corriger d éventuelles erreurs d orthographe.

11 PARTIE 1 Information comptable et management financier

12

13 AXE 1 : DIAGNOSTIC FINANCIER DES SOCIÉTÉS ET DES GROUPES Analyse de la rentabilité et de la profitabilité Rentabilité TERMES CLÉS La rentabilité correspond au rapport entre un revenu obtenu ou prévu et les ressources employées pour l obtenir. La notion s applique notamment aux entreprises mais aussi à tout autre investissement. Profitabilité Indication de ce que rapporte réellement un actif après déduction du «coût d opportunité» des sommes immobilisées, c est-à-dire de la rémunération (le taux d intérêt réel par exemple) qu elles auraient pu générer si elles avaient été simplement placées sur les marchés financiers. La profitabilité est exprimée en pourcentage du capital engagé. Ratios Les ratios peuvent être définis comme étant le rapport entre deux grandeurs caractéristiques de l activité, de la situation économique ou des performances de l entité ou du groupe. Ils permettent de comparer la situation actuelle de l entité ou du groupe étudié dans le temps et dans l espace. La rentabilité et la profitabilité constituent deux notions centrales dans l appréciation de la performance financière et économique d une entreprise. L analyse de la rentabilité et celle de la profitabilité sont indissociables pour une bonne compréhension de l activité

14 4 Information comptable et management financier de l entreprise. Cette fiche thématique présente successivement l analyse de l activité, de la rentabilité et de la profitabilité d une entreprise. I. L ANALYSE DE L ACTIVITÉ L analyse de l activité s inspire essentiellement du compte de résultat de l entreprise. Le compte de résultat est un document qui récapitule «les produits et les charges d un exercice sans qu il soit tenu compte de leur date d encaissement ou de paiement ( )». Il permet de comprendre si l entreprise a réalisé, ou non, des bénéfices. Néanmoins, pour comprendre le cheminement qui mène du chiffre d affaires au résultat net, il convient de décomposer et d analyser le compte de résultat à travers les soldes intermédiaires de gestion (SIG) et les ratios correspondants. Les SIG sont abordés de manière détaillée dans le programme du DCG, nous examinerons ci-après les ratios permettant de les compléter lors de l analyse de l activité de l entreprise. I.1. Le taux de variation du chiffre d affaires (CA) Taux de variation du chiffre d affaires = (CAn CA n 1 ) CA n 1 Le chiffre d affaires constitue un indicateur important de l activité! I.2. Le taux de variation de la valeur ajoutée (VA) Taux de variation de la valeur ajoutée = (VA n VA n 1 ) VA n 1 I.3. Le taux d intégration de la valeur ajoutée VA Taux d intégration de la valeur ajoutée = Chiffre d affaires Plus ce ratio est important, plus l activité de l entreprise est fondée sur une forte valeur ajoutée.

15 Analyse de la rentabilité et de la profitabilité 5 I.4. Le taux de répartition de la valeur ajoutée La richesse créée par l entreprise est répartie entre différentes parties prenantes telles que l État, les créanciers financiers ou encore le personnel. Part de la valeur ajoutée revenant à l État au personnel aux créanciers financiers Formules Impôts et taxes Subventions VA Charges de personnel VA Charges d intérêts VA II. L ANALYSE DE LA RENTABILITÉ L analyse de l activité, à travers les SIG, permet d obtenir un premier aperçu du résultat de l entreprise. Pour obtenir ce résultat, l entreprise doit acheter à des fournisseurs, exploiter des outils de production pour transformer ses matières premières, constituer des stocks, vendre à des clients, encaisser les créances et optimiser la gestion de sa trésorerie. L ensemble de ce processus concourt à la formation de l actif économique de l entreprise. En outre, elle doit rémunérer les apporteurs de fonds (les actionnaires et les créanciers financiers) qui lui ont permis de constituer cet actif économique et de réaliser son résultat. Pour analyser la rentabilité de l entreprise, il convient d apprécier si l entreprise a utilisé efficacement les moyens mis à sa disposition (rentabilité économique), d appréhender si elle a été capable de rémunérer ses actionnaires (rentabilité financière), puis d évaluer l impact de la rémunération des créanciers financiers à travers le mécanisme d effet de levier. Les trois concepts (rentabilité financière, rentabilité économique et effet de levier) sont à maîtriser absolument II.1. La rentabilité financière La rentabilité financière permet d apprécier la capacité de l entreprise à rémunérer ses actionnaires. Résultat net de l exercice Rentabilité financière = Capitaux propres Les actionnaires exigent généralement un taux de rentabilité financière supérieur ou égal à 10 %.

16 6 Information comptable et management financier II.2. La rentabilité économique La rentabilité économique permet d apprécier la capacité de l actif économique de l entreprise à générer du résultat. Rentabilité économique = Résultat d exploitation Actif économique avec : Actif économique = Immobilisations + BFR + Trésorerie L entreprise dispose de deux leviers pour améliorer sa rentabilité économique. Elle peut, soit maximiser la marge d exploitation, soit maximiser la productivité de son actif économique. Ce qui permet de décomposer la formule de calcul de la rentabilité économique de la façon suivante : Rentabilité économique = II.3. L effet de levier Résultat d exploitation Chiffre d affaires (profitabilité) Chiffre d affaires Actif économique (productivité) L effet de levier permet d apprécier l impact de la politique d endettement de l entreprise sur sa rentabilité financière. Il met en relation la rentabilité financière, la rentabilité économique, la structure de financement de l entreprise et le coût de la dette. avec : R FIN = Rentabilité financière R ECO = Rentabilité économique i = Charges financières D = Dettes CP = Capitaux propres t = Taux d imposition R FIN = [R ECO + (R ECO i) D ] [1 t] CP Pour une entreprise endettée, l effet de levier joue positivement si le taux d intérêt est plus faible que la rentabilité économique et la rentabilité financière supérieure à la rentabilité économique après impôt. Dans le cas contraire, il n y a pas d effet de levier mais un effet inverse dit «effet de massue».

17 Analyse de la rentabilité et de la profitabilité 7 III. L ANALYSE DE LA PROFITABILITÉ Le principe consiste à ramener au chiffre d affaires dégagé un indicateur de résultat (marge, EBE, résultat). L analyse de la profitabilité permet d appréhender la capacité de l entreprise à dégager du profit ou de la marge, compte tenu de son activité. Il s agit donc d évaluer, pour chaque euro de chiffre d affaires réalisé, le profit dégagé par l entreprise. La profitabilité peut être appréciée en calculant des ratios à partir du rapport entre un SIG et le chiffre d affaires. On distingue les principaux ratios de profitabilité suivants. III.1. Le taux de marge commerciale Marge commerciale Taux de marge commerciale = Ventes de marchandises Le taux de marge commerciale représente la part de marge réalisée par rapport aux ventes de marchandises effectuées par l entreprise lors de ses activités de négoce. III.2. Le taux de marge brute d exploitation EBE Taux de marge brute d exploitation = Chiffre d affaires HT Le taux de marge brute d exploitation correspond à la part de richesse dégagée par l exploitation de l entreprise (EBE pour excédent brut d exploitation) par rapport à son chiffre d affaires. III.3. Le taux de marge bénéficiaire Résultat de l exercice Taux de marge bénéficiaire = Chiffre d affaires HT Le taux de marge bénéficiaire représente la part du résultat net dans le chiffre d affaires de l entreprise. POUR ALLER PLUS LOIN... Vernimen P., Quiry P., Le Fur Y., Finance d entreprise 2015, 13 e éd., Dalloz, Brealey R.A., Myers S.C., Allen F., Principles of Corporate Finance, 10 e éd., Mc Graw Hill, 2010.

18 8 Information comptable et management financier MISE EN SITUATION La société Tragada, créée dans les années 1950, est spécialisée dans la production et la vente de centres d emplissage de bouteilles de gaz. Il s agit d une société anonyme à conseil d administration avec un capital de 3 millions d euros. Depuis 1990, la société Tragada est détenue par M. Tragada à hauteur de 15 %, par une holding financière (Financière Tragada) à hauteur de 65 % et par divers petits actionnaires à hauteur de 20 %. Les principales données financières de la société au cours des cinq derniers exercices sont présentées comme suit : N 1 N 2 N 3 N 4 Rentabilité financière 12,25 % 12,45 % 13,56 % 12,89 % Rentabilité économique 13,89 % 13,92 % 14,16 % 13,98 % Coût de l endettement 10,00 % 9 % 9 % 8 % Structure financière (D/CP) 50 % 50 % 60 % 60 % L entreprise Tragada fait appel à votre cabinet pour effectuer une étude de rentabilité sur les cinq derniers exercices. 1. Calculez la rentabilité financière et la rentabilité économique de l entreprise au 31/12/N. Que remarquez-vous? 2. Décomposez la rentabilité économique et expliquez sa formation. 3. Faites de même pour la rentabilité financière (l explication sera donnée à travers le mécanisme de l effet de levier). Compte de résultat au 31/12/N CHARGES 31/12/N PRODUITS 31/12/N Achats de marchandises Ventes de marchandises Charges externes Ventes de produits finis Impôts et taxes 2000 Autres produits d exploitation 8000 Charges de personnel Produits financiers 3000 Dotations aux amortissements 5000 Charges financières 2000 Impôts sur les sociétés 3000 Résultat net (bénéfice) 4000 TOTAL TOTAL Taux d IS = 33 %

19 Analyse de la rentabilité et de la profitabilité 9 Bilan au 31/12/N ACTIF 31/12/N PASSIF 31/12/N Immobilisations corporelles nettes Capital Immobilisations financières 8000 Réserves Stocks de MP 4000 Résultat 4000 Stocks de marchandises 6000 Capitaux propres Stocks de produits finis 7000 Créances Dettes financières VMP 1000 Dettes d exploitation Banque TOTAL TOTAL CORRIGÉ 1. Rentabilité financière et rentabilité économique Résultat net 4000,00 Capitaux propres 34000,00 RENTABILITÉ FINANCIÈRE 11,76 % IMMOBILISATIONS CORPORELLES 21000,00 Stocks 17000,00 Créances 12000,00 Dettes d exploitation 6500,00 BFR 22500,00 TRÉSORERIE 2 500,00 ACTIF ÉCONOMIQUE ,00 RÉSULTAT D EXPLOITATION 6 000,00 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE 13,04 % N N 1 N 2 N 3 N 4 N 5 Rentabilité financière 11,76 % 12,25 % 12,45 % 13,56 % 12,89 % 12,89 % Rentabilité économique 13,04 % 13,89 % 13,92 % 14,16 % 13,98 % 14,01 %

20 10 Information comptable et management financier On constate que la rentabilité financière de l entreprise se déprécie sur les cinq derniers exercices. Il en est de même pour la rentabilité économique. 2. Décomposition de la rentabilité économique Résultat d exploitation Rentabilité économique = [ CA ] [ CA Actif économique] = Profitabilité Rotation des actifs Résultat d exploitation 6000,00 CA 50000,00 Actif économique 46000,00 Profitabilité 12,00 % Rotation des actifs 108,70 % Rentabilité économique 13,04 % La rentabilité économique de l entreprise dépend de la productivité de son actif économique (rotation des actifs) et de la richesse rapportée au chiffre d affaires dégagé par l exploitation (profitabilité). 1 L entreprise Tragada a besoin d investir 92,60 ( 100 ) pour réaliser 100 1,08 de chiffre d affaires. Pour 100 de chiffre d affaires, elle dégage 12 de résultat d exploitation. 3. Décomposition de la rentabilité financière R FIN = [ R ECO + (R ECO i) D CP ] [1 t] Rentabilité financière 11,76 % Rentabilité économique 13,04 % Rentabilité économique net d IS 8,74 % Coût de l endettement 10 % Structure financière (D / CP) 59 % La rentabilité financière de l entreprise dépend de sa rentabilité économique et de sa politique d endettement. Pour l entreprise Tragada, l exploitation génère suffisamment de résultat pour lui permettre de payer le coût de sa dette (rentabilité économique > coût de la dette). En outre, la rentabilité financière est plus importante que la rentabilité économique après impôt. Il y a donc un effet de levier positif.

21 Dans la même collection

22

23

UE 4 Comptabilité et Audit. Le programme

UE 4 Comptabilité et Audit. Le programme UE 4 Comptabilité et Audit Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Information comptable

Plus en détail

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion DSCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES Introduction 1 Le diagnostic financier des sociétés et des groupes... 1 I. L analyse du risque de faillite... 2 A. L analyse fonctionnelle... 2 B. L analyse dynamique du risque de faillite

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros manuel Finance d entreprise 2 e édition L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse Georges Legros DANS LA MÊME COLLECTION Augé B., Naro G., Mini Manuel de Contrôle de gestion, 2011 Augé B.,

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

DSCG 4 Fusion Consolidation

DSCG 4 Fusion Consolidation DSCG 4 Fusion Consolidation Robert Obert Agrégé des techniques économiques de gestion Docteur en sciences de gestion Diplômé d'expertise comptable 3 e édition Collection «Express Expertise comptable» DCG

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Programme détaillé. LES TABLEAUX DE BORD Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h)

Programme détaillé. LES TABLEAUX DE BORD Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h) Programme détaillé LES TABLEAUX DE BORD Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h) Public : Toute personne assurant ou participant à la gestion d une

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

Programme détaillé. FINANCES POUR NON FINANCIER Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h)

Programme détaillé. FINANCES POUR NON FINANCIER Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h) Programme détaillé FINANCES POUR NON FINANCIER Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h) Public : Toute personne assurant ou participant à la gestion

Plus en détail

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Résumé de l article Les regroupements d entreprises peuvent se traduire en comptabilité par une fusion régie par le règlement

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

Chapitre 3 - L interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan

Chapitre 3 - L interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan Chapitre 3 - L interprétation des documents financiers et la planification financière Plan Le bilan - présentation et signification des postes Structure en grandes masses - Le BFR Les ratios de structure

Plus en détail

Information comptable et management financier

Information comptable et management financier Information comptable et management financier APPLICATION Diagnostic financier Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor,

Plus en détail

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière Plan Le bilan - présentation et signification des postes Structure en grandes masses - Le BFR Les ratios de structure

Plus en détail

Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière

Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière Le sujet comporte trois dossiers indépendants : - un diagnostic financier basé sur le besoin en fonds de roulement normatif et le tableau de flux de trésorerie de

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

L essentiel de la finance

L essentiel de la finance Pierre Cabane L essentiel de la finance à l usage des managers Préface de Gilles Weil Vice-président de L Oréal Éditions d Organisation, 2004 ISBN: 2-7081-3019-6 Introduction L objectif de cet ouvrage

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

RAPPORT D'ÉVALUATION E.U.R.L BATI-MAISON. E.U.R.L BATI-MAISON Année 2013 Pose de revêtements de sols ANNÉE 2013

RAPPORT D'ÉVALUATION E.U.R.L BATI-MAISON. E.U.R.L BATI-MAISON Année 2013 Pose de revêtements de sols ANNÉE 2013 RAPPORT D'ÉVALUATION ANNÉE 2013 E.U.R.L BATI-MAISON BLERIOT Louis 56, Boulevard Marcel Paul BP 14658 44100 NANTES Tél : 02 40 78 98 56 Fax : 02 40 78 98 80 E-mail : Cabinet Expert Atlantique 1 rue de l'océan

Plus en détail

SESSION 2010. UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1

SESSION 2010. UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 1010006 DCG SESSION 2010 Document autorisé : Aucun document autorisé. UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement

Plus en détail

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5.

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. 28/05/14 1 1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. Périmètre de consolidation 6. Méthode de consolidation

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

Le coût du capital C H A P I T R E

Le coût du capital C H A P I T R E JOB : mp DIV : 10571 ch04 p. 1 folio : 103 --- 29/8/07 --- 11H4 [ Le coût du capital q Le coût du capital est une notion fondamentale pour les entreprises en matière de politique financière car il est

Plus en détail

DSCG 4. Comptabilité et audit CAS PRATIQUES. 3 e édition. Marie-Pierre MAIRESSE Agrégée d économie et de gestion

DSCG 4. Comptabilité et audit CAS PRATIQUES. 3 e édition. Marie-Pierre MAIRESSE Agrégée d économie et de gestion DSCG 4 Comptabilité et audit CAS PRATIQUES Robert OBERT Agrégé des techniques économiques de gestion Docteur en sciences de gestion Diplômé d expertise comptable Marie-Pierre MAIRESSE Agrégée d économie

Plus en détail

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion 1. Rappel : la trésorerie dans l analyse fonctionnelle Au 31/12/N, la SA Unibois présente les comptes synthétiques suivants : Bilan au 31 décembre N (en

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 SOMMAIRE DÉTAILLÉ INTRODUCTION : L évolution de l environnement a transformé les métiers de la finance

Plus en détail

M E T H O D E «Dossier statistique de la situation. I Les sources d information. des entreprises en 2013»

M E T H O D E «Dossier statistique de la situation. I Les sources d information. des entreprises en 2013» M E T H O D E «Dossier statistique de la situation des entreprises en 2013» Ce dossier présente les informations chiffrées disponibles à partir de l exploitation des données comptables du fichier FIBEN

Plus en détail

UE4 COMPTABILITÉ ET AUDIT

UE4 COMPTABILITÉ ET AUDIT DSCG SESSION 2013 UE4 COMPTABILITÉ ET AUDIT Éléments indicatifs de corrigé Réseau CRCF - Ministère de l'éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/16 DOSSIER 1 RÉGLEMENTATION ET INFORMATION FINANCIÈRE

Plus en détail

La consolidation comptable

La consolidation comptable La consolidation comptable Préparé par: Barzali Samia Errajraji Wafae Mounadi Hajar 2009/2010 Plan de travail: I/Rappel de cours: 1. La consolidation : définition, objectifs; 2. Les étapes des travaux

Plus en détail

Lire et analyser son Bilan (14 H) à REIMS

Lire et analyser son Bilan (14 H) à REIMS Lire et analyser son Bilan (14 H) à REIMS Public : Artisans et conjoints collaborateurs, salarié(s). Objectifs : Analyser son bilan Extraire les chiffres clés de son entreprise Permettre une analyse financière

Plus en détail

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010)

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) 1 ère année UE 1 GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE niveau M : 180 heures 20 ECTS coefficient

Plus en détail

LES METHODES D EVALUATION A APPLIQUER POUR LES ENTREPRISES DE PETITE TAILLE où LE LIEN DE DEPENDANCE DU DIRIGEANT AVEC SON ENTREPRISE EST TRES FORT

LES METHODES D EVALUATION A APPLIQUER POUR LES ENTREPRISES DE PETITE TAILLE où LE LIEN DE DEPENDANCE DU DIRIGEANT AVEC SON ENTREPRISE EST TRES FORT LES METHODES D EVALUATION A APPLIQUER POUR LES ENTREPRISES DE PETITE TAILLE où LE LIEN DE DEPENDANCE DU DIRIGEANT AVEC SON ENTREPRISE EST TRES FORT Il faut distinguer deux catégories d entreprise pour

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE6 FINANCE D ENTREPRISE - session 214 Proposition de CORRIGÉ 214 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 1 points 1.

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2014 À JOUR AU 30 MARS 2015 SOMMAIRE Introduction 2 I Présentation du Cabinet 1. Le Cabinet

Plus en détail

Chapitre 6 : Consolidation par paliers et consolidation directe

Chapitre 6 : Consolidation par paliers et consolidation directe Chapitre 6 : Consolidation par paliers et consolidation directe I Principe général II- Consolidation par paliers III - Consolidation directe Cas de synthèse 1 Case de synthèse 2 I. Principe général Les

Plus en détail

Chapitre 3 Principes d'évaluation

Chapitre 3 Principes d'évaluation Chapitre 3 Principes d'évaluation I Evaluation des actifs postérieurement à leur date d'entrée (PCG) Introduction : Règles générales concernant les dépréciations A Analyse des actifs autres que les immobilisations

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 155 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

Maîtriser ces fondamentaux de la finance d entreprise revêt, à mon sens, trois dimensions, qui fondent la structure de ce livre.

Maîtriser ces fondamentaux de la finance d entreprise revêt, à mon sens, trois dimensions, qui fondent la structure de ce livre. Introduction Toute entreprise et tout organisme économique en général aspirent à assurer leur pérennité voire leur développement. C est l objectif de tout manager que de guider son organisation à travers

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES

ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES ETATS FINANCIERS 2010 ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES 2010 EDENRED COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES Compte de résultat pro forma p.2

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 55

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 55 TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS...................................... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE.................................. 55 Table des matières 3 TITRE I LES ÉTATS

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Filière : Sciences économiques Matière : Comptabilité

Filière : Sciences économiques Matière : Comptabilité 0202 Filière : Sciences économiques Matière : Comptabilité I PROGRAMME 1 ère PARTIE : LES TRAVAUX DE FIN D EXERCICE ص 0 من 00 PROGRAMME RECOMMANDATIONS & PRÉCISIONS 1. INTRODUCTION AUX TRAVAUX DE FIN D

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle I -Notion de consolidation et de groupe A - Définition B - Motivation de la consolidation C - Comment la notion de contrôle doit-elle se comprendre? Exemple simplifié

Plus en détail

APPRENDRE A TENIR SA COMPTABILITE

APPRENDRE A TENIR SA COMPTABILITE APPRENDRE A TENIR SA Module 1 : Préparer des états comptables Personnes devant tenir la comptabilité d une entreprise 3 jours Connaître les documents commerciaux nécessaires à la production des états comptables

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division de la formation administrative et commerciale Cycle supérieur Section gestion Comptabilité Classe de 13CG Nombre de leçons: 3.0 Nombre minimal

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

Conférence du 16 avril 2013. Les quotas d émission de gaz à effet de serre : Actualité et traitement comptable

Conférence du 16 avril 2013. Les quotas d émission de gaz à effet de serre : Actualité et traitement comptable Conférence du 16 avril 2013 Les quotas d émission de gaz à effet de serre : Actualité et traitement comptable Programme résumé Les quotas en règles françaises Quel est le programme? Historique Le nouveau

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1 L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES 2005 1 Séminaire - Atelier L audit interne dans l assurance 1 ère communication : Généralités sur l audit interne 2 ème communication : L audit interne des compagnies

Plus en détail

«Evaluation de l entreprise»

«Evaluation de l entreprise» «Evaluation de l entreprise» Philippe BRIDOUX GESCO 1 Sommaire I. Introduction : quand valorise-t-on / que valorise-t-on? II. Les composantes de la valeur d une entreprise III. Les différentes méthodes

Plus en détail

Gestion de la trésorerie et du financement

Gestion de la trésorerie et du financement Gestion de la trésorerie et du financement GESTION à court terme à long terme Suivre et optimiser la trésorerie Financer le démarrage et la croissance Enregistrer les flux de trésorerie : encaissements

Plus en détail

CONFÉRENCE FINANCE ET ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE Toute personne souhaitant (re)découvrir les fondamentaux de la finance d entreprise et comprendre l évolution du modèle de consommation Conférence 1,5 jours

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

DCG session 2009 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1

DCG session 2009 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DCG session 2009 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif Première Partie 1) Evolution des SIG DOSSIER 1 Production vendue 369 458 394 023-6,2% Production stockée 1 162 2 541-54,3% Production de l'exercice

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

LES FONDAMENTAUX DE L AUDIT DES COMPTES CONSOLIDES

LES FONDAMENTAUX DE L AUDIT DES COMPTES CONSOLIDES LES FONDAMENTAUX DE L AUDIT DES COMPTES CONSOLIDES 1 SOMMAIRE 1. Les sources d information 2. Les conditions d acceptation de mission 3. La planification de l audit de la consolidation 4. Les travaux d

Plus en détail

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers Comprendre les impôts différés Les impôts différés constituent un sujet qui fait généralement peur dans la mesure où ils sont le plus souvent perçus comme abstraits et complexes. Pour autant, le développement

Plus en détail

DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS

DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS 620105bis DECF SESSION 2006 GESTION FINANCIERE Eléments indicatifs de corrigé DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS DECF 2006-Gestion financière CORRIGÉ 1/10 DOSSIER

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Université de Sfax Ecole Supérieure de Commerce Année universitaire 2009-2010 ORAL DE FINANCE

Université de Sfax Ecole Supérieure de Commerce Année universitaire 2009-2010 ORAL DE FINANCE Université de Sfax Ecole Supérieure de Commerce Année universitaire 2009-2010 ORAL DE FINANCE 2 ème Année L.F.G. Chapitre 1 : L analyse Financière selon la Conception Patrimoniale Walid KHOUFI Maître de

Plus en détail

Chapitre I. Introduction L histoire et la normalisation de la comptabilité... 15

Chapitre I. Introduction L histoire et la normalisation de la comptabilité... 15 Sommaire Avertissement au lecteur....................................................... 11 Introduction générale........................................................... 13 Chapitre I. Introduction

Plus en détail

Préface 3. Avant-propos 5. Cadre général du droit comptable en Belgique 15

Préface 3. Avant-propos 5. Cadre général du droit comptable en Belgique 15 Table des matières Préface 3 Avant-propos 5 Cadre général du droit comptable en Belgique 15 1. Le professionnel comptable et fiscal, le réviseur d entreprises : intervenants privilégiés de la société à

Plus en détail

GUIDE PEDAGOGIQUE «Lire les états financiers»

GUIDE PEDAGOGIQUE «Lire les états financiers» GUIDE PEDAGOGIQUE «Lire les états financiers» Stéphane Lefrancq Version 1.0 janvier 2013 Sommaire 1. Présentation de la ressource... 3 1.1. Le module en ligne... 3 Objectifs pédagogiques... 3 Contenu...

Plus en détail

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Introduction I - Degrés de dépendance : Critères d'appréciation du contrôle A Droits de vote B Eléments de fait TD1 - Pourcentage de droits de vote II

Plus en détail

Recueil de formules. Franck Nicolas

Recueil de formules. Franck Nicolas Recueil de formules Nous avons répertorié dans cette section, les différentes formules expliquées tout au long de cet ouvrage, afin de vous permettre de trouver rapidement l opération que vous souhaitez

Plus en détail

La société de gestion de patrimoine familial "SPF"

La société de gestion de patrimoine familial SPF La société de gestion de patrimoine familial "SPF" 3 Sommaire Introduction 4 Régime juridique 5 A. Forme sociale B. Objet social C. Actionnaires Régime fiscal 6 A. Régime d exemption B. Taxe d abonnement

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

La société de participations fi nancières "SOPARFI"

La société de participations fi nancières SOPARFI La société de participations fi nancières "SOPARFI" 3 Sommaire Introduction 4 Caractéristiques juridiques 5 A. Généralités B. Les formes de sociétés les plus utilisées pour la création de SOPARFI Caractéristiques

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION FINANCE D ENTREPRISE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 1 Objectifs Savoir définir, calculer et interpréter les soldes intermédiaires de gestion. Connaître les principaux retraitements des SIG. Pré-requis Notions sur

Plus en détail

Annexes. Attestations entrant dans le cadre de diligences directement liées à la mission de commissaire aux comptes...p. 57

Annexes. Attestations entrant dans le cadre de diligences directement liées à la mission de commissaire aux comptes...p. 57 Annexes Rapport annuel H3C 2008 Annexes FONCTIONNEMENT DU HAUT CONSEIL Pas d annexe ACTIVITÉ NORMATIVE Annexe 2.1. Liste des normes d exercice professionnel au 31 janvier 2009...p. 55 Normes homologuées

Plus en détail

UER ECONOMIE ET GESTION TRONC COMMUN : ANALYSE FINANCIERE INTRODUCTION À L ANALYSE FINANCIÈRE. Jacques NEFUSSI

UER ECONOMIE ET GESTION TRONC COMMUN : ANALYSE FINANCIERE INTRODUCTION À L ANALYSE FINANCIÈRE. Jacques NEFUSSI I N S T I T U T N A T I O N A L A G R O N O M I Q U E P A R I S - G R I G N O N UER ECONOMIE ET GESTION TRONC COMMUN : ANALYSE FINANCIERE INTRODUCTION À L ANALYSE FINANCIÈRE Jacques NEFUSSI 2006 AVANT-PROPOS

Plus en détail

SESSION 2009 UE4 COMPTABILITÉ ET AUDIT

SESSION 2009 UE4 COMPTABILITÉ ET AUDIT 920004 DSCG SESSION 2009 UE4 COMPTABILITÉ ET AUDIT Durée de l épreuve : 4 heures - coefficient : 1,5 Document autorisé : Liste des comptes du plan comptable général, à l exclusion de toute autre information.

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

COMPTABILITÉ APPROFONDIE. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - IMMOBILISATIONS DÉCOMPOSÉES ET SUBVENTION D INVESTISSEMENT

COMPTABILITÉ APPROFONDIE. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - IMMOBILISATIONS DÉCOMPOSÉES ET SUBVENTION D INVESTISSEMENT COMPTABILITÉ APPROFONDIE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - IMMOBILISATIONS DÉCOMPOSÉES ET SUBVENTION D INVESTISSEMENT 1. Expliquer les raisons pour lesquelles la société YPREMIUM ne peut

Plus en détail

Finance pour non financiers

Finance pour non financiers Finance pour non financiers Managers non financiers Responsables opérationnels ayant à dialoguer avec les comptables et les financiers Savoir communiquer avec les financiers dans l entreprise : comptabilité,

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic financier» Points clés Etablir un diagnostic financier, c est analyser la situation - passée, présente et future - d une structure d utilité sociale ou

Plus en détail