Flux de gènes dans le complexe Beta vulgaris : diversité génétique comparée des betteraves mauvaises herbes et maritimes dans le Nord de la France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Flux de gènes dans le complexe Beta vulgaris : diversité génétique comparée des betteraves mauvaises herbes et maritimes dans le Nord de la France"

Transcription

1 Les Actes du BRG, 4 (2003) BRG, 2003 Article original Flux de gènes dans le complexe Beta vulgaris : diversité génétique comparée des betteraves mauvaises herbes et maritimes dans le Nord de la France Joël CUGUEN (1)*, Maxime DELESCLUSE (1) & Frédérique VIARD (2) (1) Université Lille I, Génétique et évolution des populations végétales, Bât. SN2, Villeneuve-d'Ascq Cedex, France (2) Évolution et Génétique des Populations Marines, UMR CNRS 7127, Station Biologique de Roscoff, BP 74, Roscoff Cedex, France Abstract - Gene flow within the complex Beta: genetic diversity of weed and wild sea beets in northern France. Among the commonly listed risks associated with environmental release of genetically engineered cultivars is the hybridisation of transgenic plants with wild relatives. The beet complex is of particular interest as crop (Beta vulgaris ssp. vulgaris), wild (Beta vulgaris ssp. maritima) and weedy forms are all interfertile and can be found in parapatry and sympatry in Europe, hence heightening the likelihood of accidental hybridisation events. In Northern France, sugar beet fields can be found close to the coastline, together with the common wild sea beet populations. Nine wild populations and 12 weedy populations were sampled and examined for chloroplastic and nuclear variation using PCR-RFLP and microsatellite length variation. Most of weed populations were characterised by a unique haplotype, Svulg characteristic of cultivated lines. Although no clear diagnostic alleles were depicted using microsatellite markers, a clear genetic differentiation occurred between weed and wild forms. Furthermore, weed populations displayed a significant lower allelic diversity in addition to significant departures from Hardy-Weinberg expectations. This suggests either an introgression between genetically differentiated gene pool within the region of seed-production, or the presence of self-compatibility alleles commonly used in breeding programs. Altogether, our results seem to indicate a low level of gene exchanges between neighbouring populations of wild and weed beets. gene flow / genetic diversity / weeds/ microsatellites / mtdna Résumé - La diversité génétique de 9 populations maritimes de betteraves sauvages situées le long des côtes de la Manche et de 12 populations d individus mauvaises herbes récoltés à l intérieur de champs de production de betteraves sucrières a été étudiée à l'aide de marqueurs de l'adn chloroplastique et de microsatellites nucléaires. La plupart des populations de mauvaises herbes des champs présentent un * Correspondance et tirés à part : 369

2 J. Cuguen et al. unique haplotype Svulg, caractéristique des betteraves cultivées sucrières, confirmant ainsi l origine maternelle cultivée des betteraves mauvaises herbes. En revanche, parmi les 9 populations maritimes échantillonnées, seules 2 populations renferment une faible fréquence d'individus présentant le type Svulg (3 et 4 % respectivement), ce qui suggère néanmoins la possibilité d'un rare apport de graines en provenance des champs. Concernant les marqueurs microsatellites, une nette différenciation se dessine entre les deux groupes en termes de distance génétique et de structure génotypique, ce qui suggère un isolement reproducteur des deux compartiments. Les populations de mauvaises herbes présentent en outre une plus faible diversité allélique ainsi qu'un déficit en hétérozygotes systématique, suggérant un mélange de pools génétiques différenciés lors de la contamination des lots de semences et/ou la présence d'allèles d'auto-compatibilité originaires des formes cultivées. En conclusion, nos résultats suggèrent des flux géniques limités entre les formes mauvaises herbes et maritimes. flux de gènes / diversité génétique / mauvaises herbes / microsatellites / mtdna 1. INTRODUCTION Le potentiel d'amélioration génétique des plantes cultivées est largement conditionné par le maintien et l'évolution de la diversité génétique des apparentées sauvages. Or, de nombreux cas d hybridation entre les compartiments cultivés et sauvages au sein d une espèce ou d un complexe d espèces ont été répertoriés à ce jour [revue dans 7]. Ces échanges sont notamment fonction de l intensité du flux de gènes entre les plantes cultivées et leurs apparentées sauvages mais aussi des types de croisements menant à ces introgressions, les mauvaises herbes cospécifiques jouant dans ce contexte un rôle pivot pour la diffusion de transgènes [8], [15]. Le complexe Beta vulgaris représente un excellent modèle d'étude pour analyser les effets de ces introgressions entre compartiments cultivés et sauvages car, au sein de la même espèce, coexistent différentes formes inter-fertiles. Ainsi, dans le nord de la France, trois formes sont présentes : la betterave sucrière (B. v. vulgaris), la forme sauvage littorale (B. v. maritima) et des betteraves mauvaises herbes présentes dans les champs de production de betterave sucrière [1], [4]. Sur la base de marqueurs cytoplasmiques mitochondriaux à hérédité maternelle, une hybridation entre les compartiments sauvage rudéral et cultivé a été mise en évidence dans les zones de production des semences du Sud- Ouest de la France [2], [4]. Au sein de l agrosystème, la comparaison de traits d histoire de vie entre des betteraves mauvaises herbes dans le rang de culture et hors du rang dans des champs de betteraves sucrières a mis en évidence une perte rapide du syndrome de domestication [3]. Les mauvaises herbes de première génération sont issues d un croisement entre individus 370

3 Flux de gènes dans le complexe Beta vulgaris cultivés (composante maternelle) et sauvages (composante paternelle) dans les zones de multiplication de semences. Les individus de seconde génération et suivantes, au sein des champs de culture, sont le résultat de croisements variés pouvant potentiellement impliquer des individus de populations sauvages avoisinantes dans les situations de contact [5], [17]. La connaissance de la constitution génétique des mauvaises herbes et l'évaluation des flux géniques avec les populations sauvages devrait permettre d évaluer les risques liés à l utilisation de transgènes selon le mode d incorporation de ces gènes [5], [14]. Cette étude a donc pour but : i) d'évaluer la diversité génétique nucléaire et cytoplasmique des populations littorales et mauvaises herbes dans les zones de contact, ii) de rechercher l existence de flux de gènes par les voies de dispersions maternelle et paternelle entre les populations cultivées et leurs apparentés sauvages. 2. MATÉRIEL ET MÉTHODES 2.1. Échantillonnage Un échantillonnage de 9 populations naturelles situées le long des côtes de la Manche a été réalisé. Cet échantillonnage a pris en compte l'ensemble des populations littorales connues, depuis la baie de Somme jusqu'au Cap Gris-Nez. Parallèlement à cet échantillonnage, une collecte de 12 populations de betteraves mauvaises herbes a été réalisée au sein des champs de production de betteraves sucrières, le plus près possible des populations littorales précédentes (tableau I). Les champs échantillonnés sont situés dans une bande côtière inférieure à 25 km de large, le long du littoral de la mer du Nord (figure 1). Dans chaque population, 30 individus au minimum ont été échantillonnés, avec au total 495 individus mauvaises herbes et 309 individus sauvages. Pour chaque individu, quelques feuilles ont été récoltées, séchées puis conservées dans des boîtes hermétiques contenant du gel de silice jusqu'à l'extraction de l'adn Extraction et amplification de l ADN Un fragment de 10 mg de feuilles séchées est finement broyé avec une bille de tungstène par agitation dans un broyeur (Mixer Mill MM300). L ADN génomique total est ensuite extrait à l aide du kit d extraction DNeasy 96 de Qiagen. 371

4 J. Cuguen et al. Tableau I : Caractéristiques des 21 populations échantillonnées. Taille de l'échantillon (N), richesse allélique (Ar), hétérozygoties observées (Ho) et attendues sous l hypothèse de panmixie (He, diversité génétique) et déficit en hétérozygotes F IS. W : population appartenant au compartiment «mauvaise herbe» ; S : populations appartenant au compartiment «sauvage maritime». Nom Localisation Latitude Longitude N Ar Ho He FIS Mauvaises Herbes Sauvages maritimes Gîte Cap Gris-nez N 50 51,0 E 1 35,2 39 5,12 0,44 0,56 0,209 Gn Falaise Gris-nez N 50 50,4 E 1 35,2 40 3,84 0,47 0,53 0,126 Baz Bazinghem N 50 47,3 E 1 38,6 40 4,94 0,53 0,58 0,084 Wim Wimille N 50 45,9 E 1 38,3 40 5,49 0,39 0,62 0,371 Lef Lefaux N 50 34,3 E 1 38,8 39 5,96 0,52 0,60 0,131 Mar Maresville N 50 31,3 E 1 42,6 42 5,63 0,42 0,61 0,320 Vil Villiers N 50 29,7 E 1 39,0 39 6,12 0,47 0,62 0,234 The Tigny N 50 21,0 E 1 41,7 42 4,51 0,42 0,54 0,216 Mur Le Muret N 50 20,0 E 1 39,0 40 6,22 0,48 0,65 0,276 Rue Le Champ Neuf N 50 15,8 E 1 37,0 41 4,62 0,41 0,52 0,225 Hour Le Hourdel N 50 11,2 E 1 33,2 40 6,09 0,49 0,58 0,170 Ault Hable d'ault N 50 09,6 E 1 29,6 52 4,89 0,41 0,55 0,263 Moyenne 5,28 0,45 0,58 0,222 Aud Audresselles N 50 49,4' E 1 35,4' 30 7,27 0,54 0,61 0,104 Slack Ambleteuse N 50 48,5' E 1 36,4' 37 6,65 0,57 0,63 0,095 Wim Wimereux N 50 46,1' E 1 36,6' 38 7,18 0,61 0,61-0,006 Can Etaples N 50 30,9' E 1 38,4' 39 6,99 0,56 0,64 0,124 Aut La Madelon N 50 22,3' E 1 37,6' 33 5,12 0,53 0,56 0,064 Maye Maye N 50 15,7' E 1 37,2' 36 5,79 0,52 0,56 0,074 NoyCro Noyelles Crotoy N 50 12,8' E 1 40,1' 34 5,79 0,50 0,55 0,088 Hour Le Hourdel N 50 12,9' E 1 33,9' 27 4,86 0,50 0,48-0,052 Ault Ault N 50 06,4' E 1 27,2' 35 5,93 0,54 0,64 0,164 Moyenne 6,18 0,54 0,59 0,

5 Flux de gènes dans le complexe Beta vulgaris Littorales Mauvaises herbes Gn Aud Slack Wim Gite Baz Wimille Lef Can Mar Vil Auth Maye NoyCro The Mur Rue Hour Ault Hour Ault Figure 1. Localisation géographique des populations échantillonnées. La stérilité mâle appelée couramment CMS Owen est universellement utilisée dans les programmes d amélioration et d obtention de variétés de betteraves sucrières. A ce titre, le type cytoplasmique Owen est un excellent marqueur diagnostique des formes sucrières cultivées et de la dispersion de leurs graines [2]. Ran & Michaelis [13] ont défini les amorces spécifiques encadrant la région contenant un site de restriction HindIII spécifique de l ADN chloroplastique de la CMS Owen. La technique de PCR-RFLP (amplification suivie d une digestion enzymatique) permet de visualiser facilement et rapidement la présence/absence du site de restriction HindIII sur le chloroplaste et donc l appartenance au type cytoplasmique cultivé CMS Owen. Environ 25 ng d ADN natif sont amplifiés dans un volume final de 15 µl avec 3,5 mm de MgCl2, 200 µm de chaque nucléotide, 2 pmoles d amorces forward et reverse et 0,5 unités de Taq polymérase standard (Perkin Elmer ). 32 cycles avec une température d appariement de 43 C sont effectués dans un thermocycleur Perkin Elmer GeneAmp PCR System Cinq µl des produits de cette amplification sont digérés pendant une nuit à 37 C par HindIII (5U par échantillon). Les fragments de restriction sont ensuite séparés par électrophorèse sur gel d agarose (1,5 %) contenant du bromure d éthidium pendant une heure à 80 V et visualisés sur table UV. L étude du polymorphisme nucléaire est menée à l aide de 7 locus microsatellites mis au point par le laboratoire [11], [17]. Les amplifications PCR sont réalisées dans un thermocycleur Perkin Elmer GeneAmp PCR Sys- 373

6 J. Cuguen et al. tem selon les conditions suivantes : 25 ng d ADN total, 0,5 unités de Taq polymérase standard (Perkin Elmer ), 1,5 mm de MgCl 2, 200 µm de chaque nucléotide, 2 pmoles d amorces forward et reverse pour un volume final de 15 µl. Une des deux amorces est marquée avec un marqueur infrarouge (IRD41). Les différents niveaux alléliques sont détectés par électrophorèse sur un séquenceur automatique (LiCor 4200L). La taille des différents allèles est d abord déterminée grâce à une séquence PUC19 puis des témoins sont élaborés par un mélange d amplifiats d allèles d individus dont le génotype est connu [11], [17] Analyses statistiques Les différents paramètres génétiques ont été calculés au moyen du logiciel FSTAT ver [9]. La richesse allélique a été estimée suivant la méthode de raréfaction de El Mousadik et Petit [6]. Les indices de diversité Ho et He ont été estimés selon Nei [12]. Les indices F IS, décrivant l écart à la panmixie à l échelle intra-populationnelle, et F ST, décrivant la différenciation allélique entre les populations, ont été estimés selon la procédure définie par Weir & Cockerham [18]. Une matrice des indices de différenciation (F ST) calculés entre paires de populations a été réalisée. La signification statistique des différents estimateurs a été testée par permutations. Les comparaisons multiples de F ST ont fait l'objet d'une correction de Bonferroni. Un arbre de distances génétiques de Reynolds [16], non enraciné a été construit en utilisant la méthode du «neighbour-joining». La robustesse des nœuds a été estimée par bootstrap (1 000). Ne figurent sur l'arbre que les valeurs de bootstrap > RÉSULTATS & DISCUSSION Les populations maritimes et mauvaises herbes présentent des diversités cytoplasmiques très contrastées : près de quatre vingt dix pour cent des mauvaises herbes des champs présentent l'haplotype Svulg, caractéristique du cytoplasme CMS Owen des betteraves cultivées sucrières, confirmant ainsi l origine maternelle majoritairement cultivée des betteraves mauvaises herbes (figure 2). Néanmoins, certaines populations de mauvaises herbes présentent des proportions importantes de cytoplasmes non-cms : les populations Gris-Nez - Gîte, Maresville et Ault présentent respectivement 87 %, 19 % et 15 % d individus caractérisés par un cytoplasme différent de l'haplotype cytoplasmique Svulg. Les populations Gris-Nez - Gîte et Ault ont la particularité d être parmi les plus proches du littoral (quelques centaines de mètres). Les mauvaises herbes échantillonnées sur ces sites pourraient résulter d'un mélange avec une banque de graines d'origine maritime provenant d'anciennes populations naturelles de betteraves littorales [14]. Même s'il n y a pas actuellement de population sauvage identifiée à proximité im- 374

7 Flux de gènes dans le complexe Beta vulgaris médiate du champ, les conditions écologiques générales (proximité immédiate de la mer) sont favorables à la possibilité d une existence passée de telles populations et la persistance de graines dans le sol du champ. En revanche, la population de Maresville est située à 6 km du littoral, sur les contreforts de l'artois et il est peu vraisemblable que des populations maritimes aient pu s'y développer antérieurement. L'analyse détaillée des haplotypes non-cms de ces différentes populations devrait permettre d'apporter des précisions sur la diversité des origines de ces populations de mauvaises herbes. Parmi les neuf populations maritimes échantillonnées, seules deux populations renferment une faible fréquence d'individus présentant le type mitochondrial Svulg (3 % et 4 % respectivement dans les populations Authie et Ault), ce qui suggère néanmoins un apport de graines en provenance des champs. Cytoplasme Svulg Cytoplasme Non Svulg Figure 2 : Polymorphisme cytoplasmique des populations sauvages littorales et «mauvaises herbes». La structuration de la diversité génétique nucléaire des compartiments maritimes et mauvaises herbes est moins contrastée, mais reste hautement significative. La richesse allélique moyenne des populations est élevée. On remarque néanmoins que la richesse allélique des populations de mauvaises herbes est significativement plus faible que celle des populations maritimes (tableau I, P < 0,05), mais sans conséquence sur la diversité allélique He (P > 0,05). La différenciation génétique entre les populations est modérée et équivalente au sein de chaque compartiment (F ST = 0,063 et 0,062 respectivement pour les populations maritimes et mauvaises herbes, P < 0,001 dans 375

8 J. Cuguen et al. les deux cas). La matrice des F ST par paires de populations montre une forte variation des estimateurs, systématiquement significativement positifs à une exception près (tableau II). Ce résultat souligne la puissance de détection des marqueurs microsatellites. Une différenciation génétique hautement significative se dessine entre les compartiments (F ST = 0,112, P < 0,001). Cette séparation se traduit par l'existence de deux groupes de populations complètement distincts sur l'arbre des distances génétiques (figure 3). La relative faiblesse des valeurs de bootstrap au sein de l'arbre en comparaison des valeurs hautement significatives de la matrice des F ST a vraisemblablement pour origine la très faible structuration géographique des populations au sein des deux compartiments. Wim Compartiment sauvage littoral NoyCro Hour Can 57 Ault Gn Gite Wim Mar Lef Hour Mur Vil 58 Baz Rue The Ault Slack Aut Maye Aud Compartiment «mauvaise herbe» Figure 3 : Différenciation génétique des populations pour les 7 marqueurs microsatellites. Arbre de Neighbour-Joining fondé sur la distance de Reynolds (1983). Seules figurent les valeurs de bootstrap supérieures à 50. La structure génotypique diffère fortement ente les compartiments : les populations littorales ne sont guère éloignées de la panmixie (F IS moyen = 0,079 ; P > 0,05), alors que des déficits en hétérozygotes significatifs sont détectés quasi systématiquement dans les populations de mauvaises herbes (F IS moyen = 0,222 ; P < 0,01). 376

9 Flux de gènes dans le complexe Beta vulgaris Tableau II: Matrice des indices de différenciation (FST) calculés entre paires de populations selon la méthode de Weir & Cockerham (1984) en dessous de la diagonale. La signification de chaque estimateur a été testée par permutations et est indiquée au dessus de la diagonale : * P < 0,05 ; *** P < 0,001 après correction de Bonferroni. Aud Slack Wim Can Aut Maye NoyCro Hourd Ault Aud -- *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** Slack 0,05 -- *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** Wim 0,05 0,02 -- *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** Can 0,04 0,01 0,05 -- *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** Aut 0,04 0,03 0,04 0,04 -- *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** Maye 0,04 0,06 0,08 0,04 0,05 -- *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** NoyCro 0,11 0,07 0,12 0,06 0,09 0,06 -- *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** Hourd 0,09 0,11 0,13 0,09 0,10 0,04 0,06 -- *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** Ault 0,04 0,06 0,08 0,05 0,08 0,04 0,11 0,11 -- *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** Gn 0,17 0,19 0,20 0,16 0,22 0,18 0,24 0,29 0,12 -- *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** Gite 0,10 0,16 0,18 0,12 0,16 0,12 0,19 0,21 0,09 0,07 -- *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** Baz 0,15 0,18 0,21 0,14 0,21 0,16 0,21 0,25 0,08 0,11 0,09 -- *** *** *** *** *** *** *** *** *** Wim 0,11 0,13 0,17 0,10 0,15 0,12 0,17 0,21 0,07 0,13 0,09 0,02 -- *** *** *** *** *** *** *** *** Vil 0,08 0,12 0,15 0,08 0,13 0,10 0,16 0,18 0,08 0,11 0,05 0,06 0,04 -- *** NS *** *** *** *** *** Mar 0,10 0,13 0,16 0,09 0,15 0,11 0,16 0,20 0,07 0,04 0,03 0,04 0,04 0,03 -- * *** *** *** *** *** Lef 0,10 0,14 0,17 0,10 0,16 0,11 0,17 0,20 0,06 0,07 0,03 0,03 0,03 0,02 0,01 -- *** *** *** *** *** The 0,21 0,22 0,27 0,19 0,26 0,22 0,27 0,33 0,14 0,10 0,10 0,08 0,09 0,10 0,07 0,07 -- *** *** *** *** Mur 0,08 0,11 0,13 0,08 0,12 0,09 0,14 0,19 0,06 0,06 0,05 0,07 0,06 0,06 0,03 0,04 0,08 -- *** *** *** Rue 0,17 0,19 0,22 0,15 0,21 0,15 0,22 0,27 0,10 0,09 0,10 0,06 0,07 0,10 0,05 0,06 0,09 0,06 -- *** *** Hour 0,14 0,16 0,21 0,13 0,17 0,14 0,20 0,24 0,09 0,10 0,08 0,06 0,05 0,06 0,02 0,05 0,07 0,04 0,03 -- *** Ault 0,18 0,19 0,24 0,15 0,22 0,17 0,24 0,27 0,11 0,11 0,08 0,06 0,07 0,07 0,04 0,05 0,05 0,06 0,06 0,03 -- Gn Gite Baz Wim Vil Mar Lef The Mur Rue Hour Ault 377

10 J. Cuguen et al. Ces déficits en hétérozygotes peuvent être la conséquence d'une hétérogénéité de la banque de semences des mauvaises herbes dans les champs suggérant un mélange de pools génétiques différents lors de la contamination des lots de semence et/ou le reflet de la présence d'allèles d'autocompatibilité utilisés au sein des géniteurs des variétés cultivées et diffusés dans les mauvaises herbes [10], [14], [17]. Une analyse détaillée de la structure génétique des populations de mauvaises herbes, couplée à une analyse du système de reproduction permettra de quantifier les parts respectives de ces deux phénomènes. L'ensemble des résultats obtenus dans cette étude montre qu'une différenciation génétique significative existe entre les compartiments sauvages maritimes et mauvaises herbes, malgré leur proximité génétique et géographique. Cependant, de rares évènements de migration vers les populations littorales sont néanmoins détectés par la présence du cytoplasme Svulg. Le maintien de l'isolement reproducteur entre les compartiments mauvaises herbes et maritimes est vraisemblablement dû à un décalage des périodes de floraison entre les populations littorales (juin) et les populations de mauvaises herbes (juillet) [14], [15]. Une analyse fine de la phénologie de floraison est donc nécessaire afin d'identifier les situations géographiques favorables et les moments clefs pour la diffusion des gènes via le pollen entre les compartiments. Une situation de contact étroit a été identifiée le long de la rivière de Wimereux. Suite à des travaux d'aménagement qui ont remis en surface des graines provenant de la banque de semences du sol, des individus de type «mauvaises herbes» ont été mis en contact avec une population sauvage littorale. L'analyse de cette situation permettra de préciser les possibilités de flux de gènes lors d'une rencontre entre les compartiments. REMERCIEMENTS Cette étude a été réalisée avec le soutien financier du BRG. Maxime Delescluse a bénéficié d'une allocation de recherche cofinancée par l'inra GAP et le Conseil Général de la Région Nord-Pas-de-Calais. RÉFÉRENCES [1] Bartsch D., Lehnen M., Clegg J., Pohl-Orf M., Schuphan I., Ellstrand N. C., Impact of gene flow from cultivated beet on genetic diversity of wild sea beet populations, Mol. Ecol. 8 (1999) [2] Boudry P., Mörchen M., Saumitou-Laprade P., Vernet P., Van Dijk H., The origin and evolution of weed beets: consequences for the breeding and release of herbicide resistant transgenic sugar beets, Theor. Appl. Genet. 87 (1993)

11 Flux de gènes dans le complexe Beta vulgaris [3] Desplanque B., Betteraves mauvaises herbes et rudérales: diversité génétique, traits d'histoire de vie et flux de gènes au sein du complexe d'espèces cultivéessauvages Beta vulgaris ssp., Thèse de doctorat, Université de Lille 1, 1999, 70 p. [4] Desplanque B., Boudry P., Broomberg K., Saumitou-Laprade P., Cuguen J., Van Dijk H., Genetic diversity and gene flow between wild, cultivated and weedy forms of Beta vulgaris L. (Chenopodiaceae), assessed by RFLP and microsatellite markers, Theor. Appl. Genet. 98 (1999) [5] Desplanque B., Hautekèete N.-C., Van Dijk H., Transgenic weed beets: possible, probable, avoidable? J. Appl. Ecol. 39 (2002) [6] El Mousadik A., Petit R. J., High level of genetic differentiation for allelic richness among population of the argan tree [Argania spinosa (L.) Skeels] endemic to Morocco, Theor. Appl. Genet. 92 (1996) [7] Ellstrand N. C., Prentice H. C., Hancock J. F., Gene flow and introgression from domesticated plants into their wild relatives, Ann. Rev. Ecol. Syst. 30 (1999) [8] Ellstrand N. C., Schierenbeck K. A., Hybridization as a stimulus for the evolution of invasiveness in plants? Proc. Natl. Acad. Sci. USA 97 (2000) [9] Goudet J., FSTAT (Version 1.2). A computer program to calculate F-Statistics. J. Hered. 86 (1995) [10] Mackay I. J., Gibson J. P., Caligari P. D. S., The genetics of selfing with concurrent backcrossing in breeding hybrid sugar beet (Beta vulgaris altissima L.), Theor. Appl. Genet. 98 (1999) [11] Mörchen M., Cuguen J., Michaelis G., Hanni C., Saumitou-Laprade P., Abundance and lenght polymorphism of microsatellite repeats in Beta vulgaris L., Theor. Appl. Genet. 92 (1996) [12] Nei M., Molecular Evolutionary Genetics, Columbia University Press, New York, [13] Ran Z., Michaelis G., Mapping of a chloroplast RFLP marker associated with the CMS cytoplasm of sugar beet (Beta vulgaris), Theor. Appl. Genet. 91 (1995) [14] Raybould A. F., Transgenes and agriculture - going with the flow? Trends Plant Sci. 4 (1999) [15] Raybould A. F., Gray A. J., Will hybrids of genetically modified crops invade natural communities? Trends Ecol. Evol. 9 (1994) [16] Reynolds J., Weir B. S., Cockerham C. C., Estimation of the coancestry coefficient: basis for a short-term genetic distance, Genetics 105 (1983) [17] Viard F., Bernard J., Desplanque B., Crop-weed interactions in the Beta vulgaris complex at a local scale: allelic diversity and gene flow within sugar beet fields, Theor. Appl. Genet. 104 (2002) [18] Weir B. S., Cockerham C. C., Estimating F-Statistics for the analysis of population structure, Evolution 38 (1984)

Utilisation des marqueurs ISSR pour l'étude du polymorphisme génétique d'artemisia herba-alba

Utilisation des marqueurs ISSR pour l'étude du polymorphisme génétique d'artemisia herba-alba Utilisation des marqueurs ISSR pour l'étude du polymorphisme génétique d'artemisia herba-alba Haouari M., Ferchichi A. in Ferchichi A. (comp.), Ferchichi A. (collab.). Réhabilitation des pâturages et des

Plus en détail

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES Comme nous l avons vu précédemment, l étude des caractères quantitatifs est fondée sur l analyse statistique des performances mesurées des individus. Il en est de

Plus en détail

Quentin Rougemont, Guillaume Evanno, Sophie Launey INRA Rennes UMR ESE

Quentin Rougemont, Guillaume Evanno, Sophie Launey INRA Rennes UMR ESE Quentin Rougemont, Guillaume Evanno, Sophie Launey INRA Rennes UMR ESE Rennes Le 19/02/2013 Evolution de l anadromie chez les lamproies Contexte général Objectifs Méthodologie Etats des connaissances Résultats

Plus en détail

Les documents présentés dans ce cours sont issus : soit de travaux personnels soit de travaux présentés sur le web Leur utilisation ne doit donner

Les documents présentés dans ce cours sont issus : soit de travaux personnels soit de travaux présentés sur le web Leur utilisation ne doit donner Les documents présentés dans ce cours sont issus : soit de travaux personnels soit de travaux présentés sur le web Leur utilisation ne doit donner lieu à aucune exploitation commerciale D. LOCKER Professeur

Plus en détail

Le marquage moléculaire

Le marquage moléculaire Le marquage moléculaire Le marquage moléculaire regroupe un ensemble de techniques révélant des différences de séquences d (acide désoxyribonucléique) entre individus. Les marqueurs moléculaires permettent

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES ORIGINAL : anglais DATE : 21 octobre 2010 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE F DIRECTIVES CONCERNANT LES PROFILS D ADN : CHOIX DES MARQUEURS MOLECULAIRES ET CONSTRUCTION

Plus en détail

Polymorphismes de l ADN

Polymorphismes de l ADN Introduction Polymorphismes de l ADN Présentation et mise en évidence Recherche de gènes responsables de maladies génétiques : Analyse de pedigrees où la maladie est présente Sur quel chromosome? À quel

Plus en détail

Gènes Diffusion - EPIC 2010

Gènes Diffusion - EPIC 2010 Gènes Diffusion - EPIC 2010 1. Contexte. 2. Notion de génétique animale. 3. Profil de l équipe plateforme. 4. Type et gestion des données biologiques. 5. Environnement Matériel et Logiciel. 6. Analyses

Plus en détail

Mise en place d'un test de génotoxicité sur le gardon Rutilus rutilus introduit dans des lagunes de traitement de lixiviats.

Mise en place d'un test de génotoxicité sur le gardon Rutilus rutilus introduit dans des lagunes de traitement de lixiviats. Mise en place d'un test de génotoxicité sur le gardon Rutilus rutilus introduit dans des lagunes de traitement de lixiviats Ivan Starikov Encadrant: Lotfi Aleya Co-encadrant: Nicolas Capelli UMR CNRS 6249

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN MANIPULATION D ADN Clonage du gène «venus» dans des plasmides et expression de celui-ci chez les bactéries E.Coli. Assistants: U. Loizides M. Umebayashi C. Gehin - 1 - 1. Résumé Lors de notre expérience,

Plus en détail

Interprétation des résultats et troubleshooting

Interprétation des résultats et troubleshooting Interprétation des résultats et troubleshooting Le Service de séquençage du Centre d innovation Génome Québec et Université McGill utilise des appareils 3730xl DNA Analyzer d Applied Biosystems. Cette

Plus en détail

Explications théoriques

Explications théoriques Explications théoriques L'ADN: Définitions L'ADN (Acide Désoxyribo Nucléique) est la molécule qui est utilisée dans la nature comme support matériel de l'information génétique des êtres vivants, un peu

Plus en détail

L'ADN mitochondrial a été découvert en 1962 par Margit MK Nass et Sylvan Nass par microscopie électronique.

L'ADN mitochondrial a été découvert en 1962 par Margit MK Nass et Sylvan Nass par microscopie électronique. L L'ADN mitochondrial a été découvert en 1962 par Margit MK Nass et Sylvan Nass par microscopie électronique. Figure 1 Mitochondries observées au microscope électronique à transmission Plus tard, cet ADN

Plus en détail

Rapport final. Dossier n o 710.145. Rapport commandité par la SODIM

Rapport final. Dossier n o 710.145. Rapport commandité par la SODIM Bases physiologiques et génétiques de la croissance chez la mye commune, Mya arenaria Rapport final Dossier n o 710.145 Rapport commandité par la SODIM 1. Numéro de projet: Q-06-04-001 2. Titre du projet:

Plus en détail

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli.

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Samueal Joseph, Romain Laverrière, Elias Laudato, Noé Mage Assisstants : Gisele Dewhurst, Charlotte Gehin, Miwa Umebayashi Résumé [1] L expérience consiste

Plus en détail

Chapitre 3 L assortiment indépendant des gènes. Des génotypes supérieurs de cultures telles que le riz ont révolutionné l agriculture.

Chapitre 3 L assortiment indépendant des gènes. Des génotypes supérieurs de cultures telles que le riz ont révolutionné l agriculture. Chapitre 3 L assortiment indépendant des gènes Des génotypes supérieurs de cultures telles que le riz ont révolutionné l agriculture. La variation de deux caractères Croisements monohybrides: entre 2 individus

Plus en détail

IMPORTANCE DE LA DISPERSION DANS LA STRUCTURATION GÉNÉTIQUE ET L ÉVOLUTION DU SYSTÈME DE REPRODUCTION CHEZ UNE ESPÈCE GYNODIOIQUE

IMPORTANCE DE LA DISPERSION DANS LA STRUCTURATION GÉNÉTIQUE ET L ÉVOLUTION DU SYSTÈME DE REPRODUCTION CHEZ UNE ESPÈCE GYNODIOIQUE UNIVERSITÉ DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LILLE LILLE 1 DOSSIER DE CANDIDATURE JEAN-FRANÇOIS ARNAUD EN VUE D OBTENIR L HABILITATION À DIRIGER DES RECHERCHES IMPORTANCE DE LA DISPERSION DANS LA STRUCTURATION

Plus en détail

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Introduction: - Réponse d un animal à l expérimentation (diapo 1) Facteurs environnementaux et propres à l animal - Notion d animal standardisé

Plus en détail

Génotypage par Séquençage (GBS) : Création d une carte génétique haute densité de Tournesol Population INEDI (RILs PSC8 x XRQ)

Génotypage par Séquençage (GBS) : Création d une carte génétique haute densité de Tournesol Population INEDI (RILs PSC8 x XRQ) Génotypage par Séquençage (GBS) : Création d une carte génétique haute densité de Tournesol Population INEDI (RILs PSC8 x XRQ) Baptiste Mayjonade (IE-CDD SUNRISE) Génétique et génomique des réponses aux

Plus en détail

Taq'Ozyme Purple Mix MANUEL D UTILISATION

Taq'Ozyme Purple Mix MANUEL D UTILISATION Taq'Ozyme Purple Mix OZYA003-40 - 40 réactions OZYA003-200 - 200 réactions (avec supplément de MgCl 2 ) OZYA003-200XL - 200 réactions (avec supplément de MgCl 2 ) OZYA003-1000 - 1000 réactions (avec supplément

Plus en détail

AP SVT. Exercice 1. Exercice 2. Exercice 3.

AP SVT. Exercice 1. Exercice 2. Exercice 3. Exercice 1. AP SVT On cherche à comprendre le mode de transmission de deux caractères chez la Drosophile, organisme diploïde. Effectuez une analyse génétique pour expliquer les résultats des croisements

Plus en détail

Etude du polymorphisme moléculaire par AFLP d'accessions d'h. coronarium en Tunisie

Etude du polymorphisme moléculaire par AFLP d'accessions d'h. coronarium en Tunisie Etude du polymorphisme moléculaire par AFLP d'accessions d'h. coronarium en Tunisie Marghali S., Trifi-Farah N., Ghariani S., Marrakchi M. in Ferchichi A. (comp.), Ferchichi A. (collab.). Réhabilitation

Plus en détail

Licence d Informatique Année 2001-2002 Option: Introduction à la biologie moléculaire. LA P.C.R. Polymerase Chain Reaction

Licence d Informatique Année 2001-2002 Option: Introduction à la biologie moléculaire. LA P.C.R. Polymerase Chain Reaction Licence d Informatique Année 2001-2002 Option: Introduction à la biologie moléculaire LA P.C.R. Polymerase Chain Reaction "chercher une aiguille dans une meule de foin"? Chercher à repérer un gène particulier

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2008 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR B CANDIDATS DES SECTEURS A ET C

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES ORIGINAL: anglais DATE: 18 janvier 2007 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE F PROJET DIRECTIVES CONCERNANT LES PROFILS D ADN : CHOIX DES MARQUEURS MOLÉCULAIRES ET CONSTRUCTION

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

10b : La PCR (locus PV92)

10b : La PCR (locus PV92) 10b : La PCR (locus PV92) Cette expérience a été mise en place afin de remplacer le protocole intitulé "PCR (locus D1S80)". L amplification est en effet meilleure et les résultats plus simples à interpréter.

Plus en détail

LES MARQUEURS MOLECULAIRES

LES MARQUEURS MOLECULAIRES LES MARQUEURS MOLECULAIRES Il y a différents types de marqueurs : o Les caractères phénotypiques : limités, observations sur l arbre entier et sur différentes années o Les marqueurs biochimiques o Les

Plus en détail

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles Séquençage de l ADN 1- Un brin complémentaire de l ADN à séquencer est fabriqué

Plus en détail

Le séquençage haut-débit

Le séquençage haut-débit Nouveaux outils en biologie Le séquençage haut-débit DES d hématologie 16 janvier 2015 Paris Alice Marceau-Renaut Laboratoire d hématologie CHRU Lille NGS = Next-Generation Sequencing Whole-genome Whole-exome

Plus en détail

P.C.R. POLYMERASE CHAIN REACTION ou AMPLIFICATION PAR POLYMERISATION EN CHAÎNE

P.C.R. POLYMERASE CHAIN REACTION ou AMPLIFICATION PAR POLYMERISATION EN CHAÎNE P.C.R. POLYMERASE CHAIN REACTION ou AMPLIFICATION PAR POLYMERISATION EN CHAÎNE P.C.R.: Méthode rapide d'amplification d'une séquence déterminée d'a.d.n. à partir d'une matrice. Elle permet d'obtenir plusieurs

Plus en détail

Approche pratique de la transgénèse :

Approche pratique de la transgénèse : Approche pratique de la transgénèse : Recherche et analyse fine d une modification génétique dans le génome murin octobre 2006 1) 2) 3) 7) 8) 9) 10) 11) 12) 13) 14) Plan / Introduction Extraction et Préparation

Plus en détail

DANS LES EAUX DE DISTRIBUTION D ABIDJAN,

DANS LES EAUX DE DISTRIBUTION D ABIDJAN, RECHERCHE DE LEGIONELLA SPP. DANS LES EAUX DE DISTRIBUTION D ABIDJAN, CÔTE D IVOIRE KOUADIO K 1,OULAI A 1,4, KAKOU-NGAZOA S 2,, KALPY C 3, MANIZAN P 1,COULIBALY E 1,3, NIAMKE S 4 et DOSSO M 1,2,3. 1. Unité

Plus en détail

Les outils bio-moléculaires en sélection

Les outils bio-moléculaires en sélection Les outils bio-moléculaires en sélection Vers l utilisation d outils de génotypage haut débit - FN3PT/ Inra UMR Igepp Vers l utilisation du génotypage haut débit en sélection Sélection assistée par marqueurs

Plus en détail

Détection de mutations somatiques par NGS sur GAIIx

Détection de mutations somatiques par NGS sur GAIIx Détection de mutations somatiques par NGS sur GAIIx Aude Lamy Laboratoire de Génétique Somatique des Tumeurs CHU de Rouen Inserm U1079 Faculté de Médecine et Pharmacie de Rouen La médecine personalisée

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

Méthodes diagnostiques en génétique moléculaire

Méthodes diagnostiques en génétique moléculaire Méthodes diagnostiques en génétique moléculaire P. Latour Praticien Hospitalier Responsable UF 3427 Neurogénétique Moléculaire Laboratoire de Neurochimie Pr Renaud HCL Centre de Biologie Est DES Neurologie

Plus en détail

L essentiel sur les tests statistiques

L essentiel sur les tests statistiques L essentiel sur les tests statistiques 21 septembre 2014 2 Chapitre 1 Tests statistiques Nous considérerons deux exemples au long de ce chapitre. Abondance en C, G : On considère une séquence d ADN et

Plus en détail

8.3.3 Réactifs. La polymérase catalyse la synthèse de brins complémentaires d ADN.

8.3.3 Réactifs. La polymérase catalyse la synthèse de brins complémentaires d ADN. 8.3.3 Réactifs 1. AD polymérase: La polymérase catalyse la synthèse de brins complémentaires d AD. Des polymérases qui sont résistantes à la chaleur sont utilisées, telles que la Taq polymérase (Thermus

Plus en détail

Lettres: A, T, G, C. Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine). Ponctuation

Lettres: A, T, G, C. Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine). Ponctuation 2- Les molécules d ADN constituent le génome 2-1 La séquence d ADN représente l information génétique Lettres: A, T, G, C Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine).

Plus en détail

LA PCR QUANTITATIVE EN TEMPS REEL OU LA "TAQMAN"

LA PCR QUANTITATIVE EN TEMPS REEL OU LA TAQMAN LA PCR QUANTITATIVE EN TEMPS REEL OU LA "TAQMAN" I- Terminologie Le terme TaqMan est souvent utilisé par abus de langage pour désigner : - la technique de PCR quantitative par détection en temps réel de

Plus en détail

Chapitre 2 La diversification du vivant

Chapitre 2 La diversification du vivant Chapitre 2 La diversification du vivant 1 Introduction Méiose et fécondation : sources de diversité Mutations germinales : processus fondamental de diversification génétique, générateur de biodiversité

Plus en détail

Maladies communes (multifactorielles)

Maladies communes (multifactorielles) Maladies communes (multifactorielles) Des variations individuelles (polymorphismes) au niveau de certains gènes peuvent prédisposer (ou protéger) à une maladie en interaction avec des facteurs de l environnement

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Génie génétique. Définition : Outils nécessaires : Techniques utilisées : Application du génie génétique : - Production de protéines

Génie génétique. Définition : Outils nécessaires : Techniques utilisées : Application du génie génétique : - Production de protéines Génie génétique Définition : Ensemble de méthodes d investigation et d expérimentation sur les gènes. Outils nécessaires : ADN recombinant, enzyme de restriction, vecteur, banque ADNc, sonde nucléique...

Plus en détail

Une colonisation tardive

Une colonisation tardive CHAPITRE V Une colonisation tardive De l avis général, un seul et même peuple issu du continent asiatique aurait peuplé les îles de la Polynésie. La colonisation des îles polynésiennes se serait effectuée

Plus en détail

Entandrophragma cylindricum (Sprague) Sprague, au sud-est du Cameroun

Entandrophragma cylindricum (Sprague) Sprague, au sud-est du Cameroun Fabien Garcia * Gilles Moynot * Eric Forni ** Marie-Hélène Chevallier * * CIRAD-Forêt TA 10/C Programme forêts naturelles Campus international de Baillarguet 34398 Montpellier Cedex 5 France ** BP 2572

Plus en détail

Professeur Joël LUNARDI

Professeur Joël LUNARDI Biochimie - Biologie moléculaire Chapitre 9 : Applications médicales Professeur Joël LUNARDI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 9. APPLICATIONS

Plus en détail

Biodiversité, Taxonomie et Barcode moléculaire. Nicolas Puillandre puillandre@mnhn.fr

Biodiversité, Taxonomie et Barcode moléculaire. Nicolas Puillandre puillandre@mnhn.fr Biodiversité, Taxonomie et Barcode moléculaire Nicolas Puillandre puillandre@mnhn.fr Biodiversité : - les écosystèmes - les espèces - les gènes Taxonomie : Description des unités taxonomiques Classification

Plus en détail

2: Les enzymes de restriction

2: Les enzymes de restriction 2: Les enzymes de restriction Les enzymes de restriction sont des protéines synthétisées par des bactéries pour se protéger des infections de virus (bactériophages). Ces enzymes coupent l ADN viral à des

Plus en détail

PERCIMAP. Oreochromis niloticus. Construction d une carte RH à haute densité du génome de Tilapia CNRS UMR 6061

PERCIMAP. Oreochromis niloticus. Construction d une carte RH à haute densité du génome de Tilapia CNRS UMR 6061 PERCIMAP Construction d une carte RH à haute densité du génome de Tilapia Oreochromis niloticus CIRAD UPR20 Aquaculture et gestion des ressources aquatiques, Montpellier H. D Cotta E. Pepey J.F. Baroiller

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

Les co-structures génétiques d un parasite (Schistosoma

Les co-structures génétiques d un parasite (Schistosoma Les co-structures génétiques d un parasite (Schistosoma mansoni) et de ses hôtes (rongeurs et mollusques) dans la mangrove dulçaquicole de Guadeloupe : échelles spatiale, fonctionnelle et co-évolutive.

Plus en détail

BAC S SVT METROPOLE 2009

BAC S SVT METROPOLE 2009 BAC S SVT METROPOLE 2009 Q1 : Restitution des connaissances (8 points). PARENTÉ DES ÊTRES VIVANTS ACTUELS ET FOSSILES - PHYLOGENÈSE - ÉVOLUTION Toutes les espèces vivantes actuelles et toutes les espèces

Plus en détail

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil 47 Définition du phénotype MSI (MicroSatellite Instability) Environ 15% des cancers colo-rectaux présentent

Plus en détail

Préparation et réalisation de réactions de séquence (Quick Start Kit, Beckman Coulter)

Préparation et réalisation de réactions de séquence (Quick Start Kit, Beckman Coulter) MODE OPERATOIRE Code : SSG / 001 UMR 1229 MGS Microbiologie et Géochimie des Sols 17 rue Sully BP86510 21065 Dijon Cedex Rédigé par : D. Bru Préparation et réalisation de réactions de séquence (Quick Start

Plus en détail

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Deuxième partie Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Présentation Les programmes informatiques MDM et grafgen L analyse de schémas de construction de génotypes

Plus en détail

Diver e s r it i é t é e t e t s tr t u r ct c u t re r e g é g n é ét é i t que e d e d s e p o p p o u p la l ti t on o s d u d

Diver e s r it i é t é e t e t s tr t u r ct c u t re r e g é g n é ét é i t que e d e d s e p o p p o u p la l ti t on o s d u d Diversité et structure génétique des populations du puceron lanigère du peuplier Phloeomyzus passerinii Stéphanie Bankhead, Sophie Pointeau, Carine Martin, François Lieutier Université d Orléans Laboratoire

Plus en détail

TP ENZYMES DE RESTRICTION, OUTILS DE LA BIOLOGIE MOLECULAIRE

TP ENZYMES DE RESTRICTION, OUTILS DE LA BIOLOGIE MOLECULAIRE THÈME : Des débuts de la génétique aux enjeux actuels des biotechnologies Niveau : Spécialité terminale S TP ENZYMES DE RESTRICTION, OUTILS DE LA BIOLOGIE MOLECULAIRE EXTRAIT DU BO: Notions et contenus

Plus en détail

La thermographie infrarouge et le bâtiment

La thermographie infrarouge et le bâtiment Patrick ROBE En thermographie depuis 25 ans Certifié Niveau 3 ITC (standard ASNT) Collaborateur de l Université de Liège Laboratoire de thermodynamique Formateur certifié ITC pour Niveaux 1 & 2 Consultant

Plus en détail

MODELISATION DES EFFETS DES SYSTEMES DE CULTURE

MODELISATION DES EFFETS DES SYSTEMES DE CULTURE Séminaire de restitution des résultats de l AIP "OGM et Environnement" 998- Paris, avril MODELISATION DES EFFETS DES SYSTEMES DE CULTURE SUR LES FLUX GENIQUES HORS DE NOUVELLES VARIETES DE COLZA VERS LES

Plus en détail

Recherche et analyse de polymorphismes SNP

Recherche et analyse de polymorphismes SNP Recherche et analyse de polymorphismes SNP 1- Tablet : Détection visuelle de SNP avec Tablet Tablet est un outil graphique de visualisation d assemblage et d alignement de séquences issues de NGS (Next

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Carge virale du VHB : ADN-VHB ADN-VHB 11CHB1 Mars 2011 Edition : Septembre 2011 Afssaps -143/147, Bd Anatole France F-93285 Saint

Plus en détail

Evolution de la diversité génétique des variétés de plantes cultivées

Evolution de la diversité génétique des variétés de plantes cultivées Evolution de la diversité génétique des variétés de plantes cultivées André Gallais 1 Différence entre l amélioration des plantes cultivées et l amélioration des animaux domestiques L amélioration des

Plus en détail

Analyse de marqueurs microsatellites dans le genre Phoenix

Analyse de marqueurs microsatellites dans le genre Phoenix Analyse de marqueurs microsatellites dans le genre Phoenix Contexte de l étude Développement de marqueurs moléculaires pour Phoenix dactylifera avec le CIRAD en marge d une opération sur Elaeis guineensis

Plus en détail

4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique

4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique 4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique Ute Vogler, Anja Rott, Cesare Gessler 1, Silvia Dorn* ETH Zurich, Institute for Plant

Plus en détail

TD 5 : Génétique humaine

TD 5 : Génétique humaine TD 5 : Génétique humaine Exercice 1 (pour se mettre en forme...). Une femme de vision normale dont le père est daltonien (maladie héréditaire récessive, caractérisée par un défaut de vision des couleurs,

Plus en détail

Génotypage par séquençage d une grande population (BCNAM) de sorgho.

Génotypage par séquençage d une grande population (BCNAM) de sorgho. Generation Challenge Programme Research Initiative II : Amélioration de la productivité et de la qualité du grain de sorgho dans les régions soudanosahéliennes. Génotypage par séquençage d une grande population

Plus en détail

Etude de la rétention des aérosols par une paroi en béton fissurée

Etude de la rétention des aérosols par une paroi en béton fissurée Etude de la rétention des aérosols par une paroi en béton fissurée T. Gelain*, T. Lequette, J. Vendel. Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire Service d'etudes et de Recherches en Aérodispersion

Plus en détail

ATELIER EPIGENETIQUE

ATELIER EPIGENETIQUE Juin 2012 ATELIER EPIGENETIQUE Utilisation de la Q-PCR pour analyser des données de ChIP ou de MeDIP Emmanuèle Mouchel-Vielh I. La PCR quantitative: principe et généralités II. Interprétation des résultats

Plus en détail

Kit d extraction PicoPure DNA

Kit d extraction PicoPure DNA Directement à la PCR Le kit PicoPure DNA permet une extraction simple et rapide de l ADN génomique prêt à l utilisation en PCR. Extraire et amplifier l ADN dans le même tube, sans phase d extraction organique

Plus en détail

Taq Ozyme (Nouvelle Formulation) ADN polymérase thermostable

Taq Ozyme (Nouvelle Formulation) ADN polymérase thermostable Taq Ozyme (Nouvelle Formulation) OZYA001-1000 - 1000 unités OZYA001-5000 - 5000 unités OZYA001-1000D - 1000 unités + dntp Premix - 4x10 mm Stockage et stabilité : Taq Ozyme : 2 ans à -20 C dntp Premix

Plus en détail

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène TD Révision BIO57 Connaissance et Technique du gène Novembre 2007 Cécile BAUDOT cecile.baudot@medecine.univ-mrs.fr INSERM 910 «Génétique Médicale et Génomique Fonctionnelle» Maladies Neuromusculaires Le

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S ÉPREUVE DU MERCREDI 24 JUIN 2015 Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice

Plus en détail

Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies ( POECB ) 2002-2004. Synthèse des résultats

Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies ( POECB ) 2002-2004. Synthèse des résultats Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies ( POECB ) 2002-2004 Synthèse des résultats Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies Présentation

Plus en détail

Deuxième Partie La répartition spatiale des facteurs de risque: les couches d information géographique

Deuxième Partie La répartition spatiale des facteurs de risque: les couches d information géographique Rapport préliminaire sur les cartes de risque de grippe aviaire Deuxième Partie: La répartition spatiale des facteurs de risque: les couches d information géographique 2 Deuxième Partie La répartition

Plus en détail

Comment ne pas construire un score-titanic

Comment ne pas construire un score-titanic Comment ne pas construire un score-titanic Mon mailing Olivier Decourt ABS Technologies / Educasoft Formations 1- Les principes 2- Un premier exemple : les vins de France 3- Mise en œuvre sous SAS 4- Un

Plus en détail

Hêtre ou ne pas hêtre: une approche intégrée pour reconstituer l'histoire écologique de Fagus sylvatica à sa marge chaude de répartition.

Hêtre ou ne pas hêtre: une approche intégrée pour reconstituer l'histoire écologique de Fagus sylvatica à sa marge chaude de répartition. Hêtre ou ne pas hêtre: une approche intégrée pour reconstituer l'histoire écologique de Fagus sylvatica à sa marge chaude de répartition. G. de Lafontaine, A. Ducousso, C. A. Amasifuen Guerra, S. Lefèvre

Plus en détail

LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE

LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE Plan Introduction I - Qu est ce Que le génie génétique? II - Quels sont les outils du génie génétique? II.1- Les Enzymes II.1.1- Enzymes de restriction II.1.2-

Plus en détail

ED Biologie moléculaire. E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007

ED Biologie moléculaire. E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007 ED Biologie moléculaire E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007 PCR 1983: Kary Mullis Amplification in vitro par une méthode enzymatique d'un fragmentd'adn en présence de deux oligonucléotides spécifiques

Plus en détail

Vers l assignation de parenté par SNP

Vers l assignation de parenté par SNP Vers l assignation de parenté par SNP Journée Génomique Sysaaf 3 juin 2015, Rennes Marc VANDEPUTTE INRA UMR Génétique Animale et Biologie Intégrative Ifremer Laboratoire 3AS L assignation de parenté Pour

Plus en détail

La PCR en temps réel

La PCR en temps réel La PCR en temps réel Hôpital La Rabta Tunis 6 juin 2013 Dr Sabine Favre-Bonté Maître de Conférences, Université Claude Bernard Lyon 1 UMR CNRS 5557 Ecologie Microbienne Equipe Multi-résistance environnementale

Plus en détail

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 Marc DELPECH CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 En 24 ans les progrès ont été considérables Premières utilisation des techniques de génétique moléculaire en diagnostic : 1984 Une palette de techniques très

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Lilian Ceballos. Diffusion d ADN et de protéines transgéniques dans les écosystèmes aquatiques

Lilian Ceballos. Diffusion d ADN et de protéines transgéniques dans les écosystèmes aquatiques Le Champ de la Terre Lilian Ceballos Diffusion d ADN et de protéines transgéniques dans les écosystèmes aquatiques Plantes GM Premières cultures commerciales en 1996 Surfaces cultivées: 125 MHa 25 pays

Plus en détail

Biogeography and evolution of the Phialocephala fortinii s.l. Acephala applanata species complex (PAC)

Biogeography and evolution of the Phialocephala fortinii s.l. Acephala applanata species complex (PAC) DISS ETH N 18967 Biogeography and evolution of the Phialocephala fortinii s.l. Acephala applanata species complex (PAC) A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZÜRICH for

Plus en détail

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSIN 2014 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 Durée totale de l épreuve: 4 heures Les sujets

Plus en détail

ANNATUT. [Année ] Qcm issus des Tutorats. Correction détaillée

ANNATUT. [Année ] Qcm issus des Tutorats. Correction détaillée ANNATUT [Année 2012-2013] Qcm issus des Tutorats Correction détaillée SOMMAIRE 1. QCM Mixtes... 3 Correction :... 6 Le tutorat est gratuit. Toute reproduction ou vente sont interdites. Page 2 sur 7 2011

Plus en détail

S 4B0602: Biologie Moléculaire pour les Biotechnologies

S 4B0602: Biologie Moléculaire pour les Biotechnologies S 4B0602: Biologie Moléculaire pour les Biotechnologies 16h TP: Sexage de viande bovine Production d une protéine recombinante, la TAQ ADN Polymérase. 12h CM: Empreintes génétiques Détection d OGM Construction

Plus en détail

Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer

Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer Mathieu Emily 27 Novembre 2007 Bioinformatics Research Center - Université d Aarhus Danemark Mathieu Emily Coalescence et cancer 1 Introduction

Plus en détail

Analyse Chromosomique sur Puce à ADN Applications en Prénatal

Analyse Chromosomique sur Puce à ADN Applications en Prénatal Analyse Chromosomique sur Puce à ADN Applications en Prénatal Véronique Satre, Charles Coutton, Gaëlle Vieville, Françoise Devillard et Florence Amblard Maladies génétiques Anomalies chromosomiques Cytogénétique

Plus en détail

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels Influence d s sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels La mouche du chou Delia radicum (Insecte Diptère, Anthomyidae) est le principal ravageur des cultures de Crucifères (choux, navets,

Plus en détail

10a: La PCR (locus D1S80)

10a: La PCR (locus D1S80) 10a: La PCR (locus D1S80) Pour des raisons techniques, ce protocole n'est plus utilisé. Il a été remplacé par le protocole "PCR locus PV92" ainsi que le nouveau protocole "PCR sensibilité au PTC". Il reste

Plus en détail

Isolement et Diversité Génétique des Dugongs de Nouvelle Calédonie

Isolement et Diversité Génétique des Dugongs de Nouvelle Calédonie Isolement et Diversité Génétique des Dugongs de Nouvelle Calédonie Rapport final Marc OREMUS, Claire GARRIGUE & Christophe CLEGUER Opération Cétacés B.P. 12 827, 98802 Nouméa, Nouvelle-Calédonie Tél. /

Plus en détail

Influence du nombre de réplicats dans une analyse différentielle de données RNAseq

Influence du nombre de réplicats dans une analyse différentielle de données RNAseq Influence du nombre de réplicats dans une analyse différentielle de données RNAseq Statisticiens: Sophie Lamarre Steve Van Ginkel Sébastien Déjean - Magali San Cristobal Matthieu Vignes Biologistes: Stéphane

Plus en détail

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation.

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation. THEME 1A : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Chapitre 2 : Variabilité Génétique et Mutation de l ADN TP-3-: Réparation de l ADN, mutations et polyallélisme Les mutations de l ADN

Plus en détail

GENETIQUE MEDICALE- Étude de ségrégation, ED génétique moléculaire

GENETIQUE MEDICALE- Étude de ségrégation, ED génétique moléculaire 20/11/2013 GUIMERA Jordan L2 Génétique Médicale C. BEROUD 24 pages Relecteur n 3 Etude de ségrégation, ED génétique moléculaire (haplotype, interprétation des données mutationnelles, notion bio-informatique,

Plus en détail

génétique et flux polliniques

génétique et flux polliniques Article original Organisation spatiale de la diversité génétique et flux polliniques dans une chênaie mixte Réjane Streiff, Alexis Ducousso, Antoine Kremer* Institut national de la recherche agronomique,

Plus en détail

Plateforme de Recherche de Mutations

Plateforme de Recherche de Mutations Plateforme de Recherche de Mutations Jean-Marc Aury contact: pfm@genoscope.cns.fr 29 janvier 2009 Introduction Présentation des données produites par le GSFLX : type, qualité, Méthodes de détection de

Plus en détail