Première partie. Introduction Générale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Première partie. Introduction Générale"

Transcription

1 Première partie Introduction Générale IX

2 L amélioration des espèces cultivées a pour but de produire des variétés présentant des caractéristiques nouvelles pour des caractères d intérêt agronomique (création variétale). La plupart de ces caractères agronomiques sont des caractères quantitatifs, c est à dire que leur variabilité est due à la diversité génétique de plusieurs gènes, et est influencée par l environnement. Le but de la sélection est de combiner des gènes influençant positivement des caractères d intérêt agronomique dans une même variété. De manière classique, les individus sont sélectionnés sur la base de leur phénotype, c est à dire de la résultante de l expression de leurs gènes dans un environnement particulier. La sélection phénotypique est donc une sélection indirecte sur le génotype, et l objectif principal du sélectionneur est de prédire la valeur génétique des individus. Cette valeur génétique est celle qui va conditionner le résultat de la sélection de cet individu, les effets environnementaux ne se transmettant pas à la descendance. En utilisant un modèle simple, la relation entre le phénotype (P ij ) d un individu (i) mesuré dans une condition environnementale j et sa valeur génétique (G i ) est : P ij = G i + e ij (1) où e ij est un effet de l environnement confondu entre l individu i et la condition environnementale j. Suivant ce modèle simple, on constate qu une manière d estimer la valeur génétique d un individu est d observer son phénotype dans plusieurs conditions de milieu j, de telle sorte que Ĝi = E j (P ij ) (Gallais 1990). Suivant ce modèle, la mesure de la valeur génétique des individus est d autant plus précise que le nombre des conditions environnementales dans lesquelles les phénotypes sont mesurés est plus grand. Il faut noter que dans ce cas, le génotype doit être répétable à l identique ; c est le cas des clones, des lignées pures ou des hybrides simples. Depuis longtemps, l intérêt des sélectionneurs se porte vers une meilleure connaissance des gènes impliqués dans le déterminisme des caractères sélectionnés, en particulier pour pouvoir prédire la valeur génétique des individus sur la base de leur génotype pour ces gènes. Il s agit à la fois de connaître les effets de ces gènes et leur localisation sur les chromosomes. En effet, en connaissant ces informations, il serait possible de déterminer la meilleure combinaison de gènes à mettre en place. On pourrait alors diriger les croisements entre individus pour obtenir le plus efficacement possible cette combinaison. Le but est alors de s affranchir, au moins en partie, des effets environnementaux en sélectionnant directement les individus sur leur génotype. Pour pouvoir atteindre ce but, il faut donc remplir plusieurs conditions : déterminer le nombre et les effets des gènes d intérêt, les localiser sur les chromosomes pour pouvoir les manipuler et finalement savoir comment les combiner efficacement dans un même génotype. Dans cette optique, les marqueurs moléculaires sont un outil très important. Les marqueurs moléculaires sont des locus dont le génotype chez un individu donné peut être facilement déterminé. Il est alors possible de sélectionner les individus dans une population sur leur génotype aux marqueurs (Sélection Assistée par Marqueurs, SAM). Cependant, ces marqueurs sont rarement les gènes d intérêt eux-mêmes. Pour pouvoir utiliser l information sur es génotypes aux marqueurs dans des programmes de sélection, il faut préalablement déterminer les associations entre allèles aux marqueurs et allèles aux locus d intérêt agrono- XI

3 mique. Pour des gènes impliqués dans des caractères quantitatifs (QTL pour Quantitative Trait Loci), la démarche consistant à rechercher ces associations est appelée détection de QTL. Le terme anglais QTL mapping indique bien qu il s agit également de cartographier ces locus sur le génome. De la robustesse de ces associations dépendra l efficacité de la sélection sur le génotype aux marqueurs, et nous allons donc étudier brièvement les méthodes et les résultats attendus de la détection de QTL. 1 Identification des associations gènes / marqueurs La principale utilisation des marqueurs moléculaires en amélioration des plantes à l heure actuelle est l identification de régions chromosomiques impliquées dans la variabilité des caractères quantitatifs. Ces expériences sont appelées expériences de détection de QTL. De nombreuses méthodes de détection de QTL existent, qui diffèrent d une part par les structures de population utilisées et d autre part par les méthodes d analyse statistique utilisées pour identifier les marqueurs liés aux gènes d intérêt agronomique. Nous n allons pas ici nous étendre sur les multiples méthodes de détection de QTL mais présenter l évolution récente de ces méthodes et leur lien avec la sélection assistée par marqueurs. Population bi-parentale en ségrégation La méthode la plus simple à mettre en œuvre pour détecter des QTL consiste à créer spécifiquement une population en ségrégation à partir de deux parents complètement homozygotes. Dans ce cas, les allèles parentaux sont en déséquilibre de liaison total dans l hybride F1 issu du croisement entre les parents entièrement homozygotes : chaque hybride F1 est formé de l union de deux gamètes sur chacun desquels se trouvent tous les allèles d un même parent. Typiquement, cet hybride est alors soit auto-fécondé pour produire une population F2 soit re-croisé avec un des parents pour produire une population backcross 1 (BC1). Dans ces populations en ségrégation, le déséquilibre de liaison entre gènes est réduit par les recombinaisons survenues dans les gamètes produit par l hybride F1. Les allèles ségrègent donc en fonction des taux de recombinaison entre locus. La population (F2 ou BC1) est alors constituée d individus portant des allèles des deux parents, et au sein de laquelle il existe une variabilité pour les caractères agronomiques. Pour détecter des QTL dans ces populations la méthode la plus simple est d effectuer une analyse de variance (ANOVA) à chaque marqueur pour déterminer la part de variance du caractère expliquée par le génotype des individus à ce marqueur. Ainsi, si les différences de génotypes à un marqueur entre individus expliquent une part significative des différences phénotypiques entre ces individus, cela indique que le marqueur est associé à un ou plusieurs QTL (e.g. Sax (1923)). L ANOVA à un marqueur est une méthode simple mais : (i) elle ne permet pas de savoir si le marqueur testé est lié à un ou plusieurs QTL et (ii) elle ne permet pas d estimer précisément la position du QTL. Lander et Botstein (1989) ont proposé une méthode statistique permettant de tester la présence d un QTL en n importe quelle position du génome en utilisant l information aux marqueurs flanquant la position considérée. Cette méthode est appelée Interval Mapping et XII

4 offre plusieurs avantages par rapport à l analyse à un marqueur. En particulier, la position du QTL peut-être estimée et les effets des QTL sont mieux estimés. Cependant, cette méthode présente aussi des inconvénients. En particulier, la valeur de la statistique calculée à une position ne correspondant pas à un QTL peut être affectée par la présence de QTL situés ailleurs sur le chromosome et dépasser le seuil de significativité. Si il n y a qu un seul QTL sur le chromosome, ce problème n est pas trop important car la position la plus probable du QTL sera quand même bien estimée. Cependant, si plusieurs QTL sont sur le chromosome, la statistique sera affectée par tous ces QTL et il est probable que les positions et les effets estimés des QTL détectés soient alors biaisés. Il est possible de tester la présence de plusieurs QTL sur un même chromosome par Interval Mapping, cependant, comme la méthode proposée par Lander et Botstein (1989) fait appel à la détermination d un maximum de vraisemblance, les résultats obtenus dépendent beaucoup des hypothèses génétiques étudiées et nécessitent des moyens informatiques lourds. Pour pallier ces problèmes de temps de calcul, Haley et Knott (1992) ont eu recours à une statistique de test moins gourmande en ressources calculatoires basée sur la régression multiple plutôt que le maximum de vraisemblance. Des méthodes plus complexes d analyse statistique ont été mises au point pour prendre en compte la possibilité de présence de plusieurs QTL sur le même groupe de liaison (Composite Interval Mapping, Zeng (1994) et Jansen (1993)), mais également pour permettre la détection de plusieurs QTL en même temps, et donc de détecter des effets d interaction entre QTL (épistasie) (e.g. Multiple Interval Mapping, Kao et al. (1999)). Cependant, le fait d étudier une population dans laquelle ne ségrègent que deux allèles parentaux présente des inconvénients lorsqu il s agira ensuite d utiliser les associations entre marqueurs et QTL pour produire de nouvelles variétés améliorées. En effet, en travaillant sur une base génétique plus large, on pourrait s attendre à trouver plus de QTL pour un caractère donné et obtenir ainsi un gain génétique plus important en augmentant le nombre de gènes polymorphes sur lesquels la sélection peut agir. Pour cette raison, des études ont été menées pour développer des méthodes de détection de QTL dans des populations obtenues à partir d une base génétique multiparentale. Population multi-parentale en ségrégation Pour pouvoir analyser des populations présentant une base génétique plus large, la méthode la plus simple consiste à étudier une population constituée de plusieurs populations de bases génétiques étroites (typiquement bi-parentales). La détection de QTL peut alors être faite en utilisant des méthodes similaires à celles exposées dans le paragraphe précédent. Cependant, les modèles précédents supposent des effets fixés des allèles parentaux et impliquent ainsi de distinguer autant de classes de génotypes qu il y a de génotypes possibles aux marqueurs. Dans le cas de l Interval Mapping, il faut prendre en compte tous les génotypes possibles à deux marqueurs. Par exemple, avec seulement 3 allèles possibles à chacun des marqueurs, il existe déjà 45 génotypes possibles aux deux marqueurs flanquant la position testée. Le nombre de paramètres à estimer dans le modèle devient alors rapidement très grand et les effectifs nécessaires pour les estimer trop importants. De plus, si le nombre de parents considérés XIII

5 est grand, l hypothèse qu ils portent tous un allèle différent à un QTL devient très forte. Il est donc plus réaliste de penser que certains de ces parents portent des allèles provenant d un même ancêtre commun. Ceci présente en outre l avantage que le nombre d effets alléliques à estimer est inférieur au nombre de parents de la population multi-parentale, et donc réduit le nombre des paramètres des modèles statistiques utilisés. Cependant, il faut alors identifier les parents qui portent les mêmes allèles au QTL. Pour se faire, Jansen et al. (2003) ont proposé de comparer les haplotypes aux marqueurs des parents de la population autour de chaque position testée : un haplotype aux marqueurs est le génotype aux marqueurs d un individu sur un des gamètes qui le constitue. Ainsi, un individu diploïde porte deux haplotypes. Dans le cas d haploïdes-doublés, ces haplotypes sont strictement identiques. Dans la méthode proposée par Jansen et al. (2003) si deux parents portent les mêmes haplotypes à des marqueurs autour de la position testée, il sera considérer que les haplotypes portent le même allèle au locus correspondant à la position testée. Il faut noter que pour que cette approximation ne soit pas trop forte, il faut que les taux de recombinaison entre marqueurs soient faibles et donc cette hypothèse implique de travailler avec une densité de marquage importante. Pour l analyse statistique, Jansen et al. (2003) proposent d utiliser une méthode dérivée de l Interval Mapping et d estimer les effets des haplotypes parentaux. Dans cette démarche, il est évidemment nécessaire de connaître les haplotypes des parents et de leurs descendants. Si les individus ne sont pas homozygotes, il faut reconstruire leurs haplotypes aux marqueurs, c est-à-dire identifier le génotype de chacun des gamètes qui constitue chaque individu. Cette reconstruction peut être entachée d erreur ce qui peut représenter un inconvénient pour cette méthode. L effet d erreurs dans la reconstruction des haplotypes sur la détection de QTL utilisant cette méthode reste à étudier. Une autre possibilité pour détecter des QTL dans des populations multiparentales est d avoir recours à des méthodes basées sur le calcul des probabilités d identité par descendance entre individus (IBD pour Identity By Descent). Le principe de ces méthodes est de considérer que deux individus identiques par descendance à des QTL ont plus de chances d avoir des phénotypes proches. Ces méthodes sont basées sur des modèles mixtes où les effets des QTL sont supposés distribués selon une loi normale. Ces modèles ne nécessitent pas de supposer que le nombre d allèles ségrégeant est égal au nombre de parents et requièrent donc un nombre de paramètres plus petit que les modèles à effets fixes. Ces méthodes sont appelées approches en deux étapes de l estimation des composantes de la variance ( two-step variance component approach ) (Hoeschele et al. (1997) ; Xie et al. (1998) ; George et al. (2000)). Un exemple de détection de QTL dans une population multi-parentale simulée suivant une variante de ces méthodes peut être trouvée dans Crepieux et al., (soumis). L utilisation de ces méthodes permet de détecter des QTL dans des populations issues de pedigrees complexes, le facteur limitant étant de pouvoir calculer les probabilités IBD entre individus. Dans la méthode de Crepieux et al., ces probabilités ont été calculée en utilisant le programme MDM (Servin et al. 2002), qui permet de calculer ces probabilités entre individus issus de populations bi-parentales en ségrégation produites par des successions de croisements arbitrairement complexes (e.g. lignées recombinantes et hautement XIV

6 recombinantes, backcross avancés, haploïdes doublés...). Il faut noter que, par nature, ces méthodes ne donnent pas accès directement aux effets des allèles parentaux. Une fois la position du QTL estimée, il est donc nécessaire de réestimer les effets des allèles parentaux. Dans les méthodes que nous avons décrites ci-dessus, les populations considérées sont constituées d individus descendant de croisements entre lignées entièrement homozygotes. Au départ, il y a donc association totale entre allèles aux marqueurs et allèles aux QTL chez chacun des parents : le déséquilibre de liaison entre locus est maximal dans la F1. Au cours des générations suivantes, les recombinaisons diminuent ce déséquilibre de liaison entre locus. Cette diminution est fonction du taux de recombinaison entre locus. La détection de QTL dans ces populations est appelée analyse de liaison (Linkage Analysis, LA), car les distances (ou liaison) génétiques entre locus sont les paramètres qui suffisent à calculer les probabilités des différents génotypes à la position testée. Cartographie utilisant le Déséquilibre de Liaison Une manière d analyser des populations présentant une grande diversité allélique est de regrouper des individus de provenance quelconque. Pour détecter des QTL dans ces populations, les méthodes décrites précédemment doivent être adaptées. En effet, si les individus n ont pas des relations de parenté entièrement connues ou si ces relations sont trop complexes pour permettre des calculs de transmission allélique, il n est plus possible de prendre en compte directement les liaisons entre locus pour inférer les génotypes possibles à une position testée. Dans ce cas, une solution est de recourir à d autre méthodes appelées détection utilisant le déséquilibre de liaison (LD mapping, pour une synthèse voir Terwilliger et Weiss (1998) et Weiss et Terwilliger (2000)). Dans ce cas, le déséquilibre de liaison entre locus n est pas connu a priori mais doit être estimé à partir des génotypes aux marqueurs des individus. Le principe est de supposer que des individus portant les mêmes haplotypes aux marqueurs sont identiques par descendance entre ces marqueurs. Mais l estimation des probabilités d identité par descendance ne peut plus être faite par calcul de transmission allélique. Meuwissen et Goddard (2001) ont développé une méthode permettant d estimer les probabilités d identité par descendance entre individus à partir des haplotypes aux marqueurs et de la connaissance de l histoire évolutive de l espèce à laquelle ces individus appartiennent (principalement l effectif efficace de la population estimé à partir des haplotypes aux marqueurs, Hayes et al. (2003)). Une fois ces probabilités calculées, l analyse de modèles mixtes permet de tester la présence d un QTL en une position du génome. Le principal problème de la détection de QTL par déséquilibre de liaison est qu elle nécessite une densité de marqueurs très élevée. En effet, dans des populations qui ne sont pas obtenues par croisement de lignées homozygotes, le déséquilibre de liaison entre locus diminue très rapidement avec leur distance génétique. Pour pallier ce problème, (Meuwissen et al. 2001) ont proposé d utiliser à la fois les informations sur les transmissions alléliques données par la connaissance des pedigrees des individus et sur le déséquilibre de liaison observé dans les haplotypes aux marqueurs. Cette méthode est appelée LDLA mapping (pour Linkage Analysis and Linkage Disequilibrium Mapping). En utilisant cette XV

7 démarche, Meuwissen et al. (2002) ont pu localiser finement un QTL dans un intervalle entre deux marqueurs distant de 1 centimorgans alors qu en utilisant l une ou l autre des deux méthodes séparément, l intervalle de confiance sur la position du QTL était d environ 10 centimorgans. Conclusion Partielle L utilisation de nouvelles méthodes statistiques et la disponibilité de cartes génétiques très denses (en particulier grâce aux marqueurs SNP) permettent d avoir une puissance de discrimination importante pour cartographier les QTL et donc d identifier finement leurs localisations sur le génome. Muni de cette information, il est dans certain cas possible de profiter des résultats de la génomique sur les séquences d ADN avoisinant la position du QTL et d identifier le gène correspondant. L identification des positions des QTL et éventuellement des gènes impliqués dans le déterminisme des caractères d intérêt agronomique est une information qui peut être valorisée en sélection. Cette valorisation est l objet de la sélection assistée par marqueurs. Le principe général de la sélection assistée par marqueurs est de cumuler les gènes d intérêt agronomique dans un même génotype en les manipulant soit directement soit en agissant sur les locus marqueurs qui leur sont liés. Nous allons maintenant détailler les principales pistes théoriques qui ont été explorées pour optimiser ce cumul. 2 Utilisation des associations gènes / marqueurs en sélection : la Sélection Assistée par Marqueurs (SAM) L utilisation des associations entre QTL et marqueurs en sélection peut être envisagée dans deux cadres différents. Les marqueurs peuvent être utilisés pour augmenter la précision de l estimation des valeurs génétiques des individus candidats à la sélection. Les marqueurs permettent également de suivre les évènements de recombinaisons au cours de croisements dirigés. L information que les marqueurs apportent permet ainsi de diriger le cumul de gènes préalablement cartographiés. Cette démarche est appelée construction de génotypes. 2.1 Utilisation de marqueurs pour prédire la valeur génétique des individus Comme nous l avons vu dans la section 1, il est possible de détecter des associations entre les marqueurs et des QTL. Cette information peut être utilisée pour prédire la valeur génétique des individus. Cependant, une certaine part de la variation du caractère n est pas expliquée par les différences des génotypes aux marqueurs. Les locus impliqués dans la variation non expliquée sont regroupés sous le terme de polygène. Les marqueurs ne fournissent pas forcément une information complète sur la valeur génétique des individus. Pour cette raison, Lande et Thompson (1990) ont proposé d intégrer l information donnée par les marqueurs dans l estimation de la valeur génétique des individus en construisant un XVI

8 index de sélection prenant en compte conjointement l information phénotypique et l information génotypique disponibles pour chaque individu. Cet index est : ẑ = b 0 y + b 1 s (2) où b 0 et b 1 sont les poids donné respectivement au phénotype et aux marqueurs ; y est le phénotype de l individu ; s est une valeur nommée molecular score qui tient compte du génotype de l individu aux marqueurs et de l effet additif sur le caractère associé à ces marqueurs. Ce molecular score est calculé comme suit : s = i M β i x i (3) où M représente l ensemble des marqueurs associés à un effet additif significatif détecté par régression multiple ; β i est l effet additif associé au marqueur i ; x i est le génotype de l individu au marqueur i. Lande et Thompson (1990) ont utilisé la théorie de la sélection sur index pour montrer que les poids b 0 et b 1 qui maximisent l efficacité de la sélection pouvaient être déterminés par : b 1 /b 0 = (1/h 2 1)/(1 p) (4) où h 2 est l héritabilité du caractère. C est à dire la part de la variance phénotypique due à la variance génétique additive, composée de la variance associée aux marqueurs d effets significatifs et de la variance polygénique ; et p est la part de la variance génétique additive associée aux marqueurs. Lande et Thompson (1990) ont prédit analytiquement que l utilisation de cet index permettait d augmenter l efficacité de la sélection en particulier quand l héritabilité du caractère est faible et que les marqueurs sont associés à une part importante de la variance génétique additive. Cependant, pour des caractères d héritabilité faible, il est difficile de trouver des associations significatives entre variation des génotypes aux marqueurs et variation des phénotypes. Moreau et al. (1998) ont ainsi montré qu il existe en fait une héritabilité intermédiaire optimale pour l efficacité de la SAM. Construction du score aux marqueurs La méthode proposée par Lande et Thompson (1990) pour construire l index de sélection ẑ consiste à sélectionner les marqueurs à utiliser dans le calcul du score aux marqueurs s. Dans leur étude, ils ont proposé de déterminer les effets des marqueurs en effectuant une régression multiple des phénotypes des individus sur le génotype de ces individus aux marqueurs. Ceci permet d associer à chaque marqueur un effet additif sur le caractère considéré. Seuls les marqueurs associés à des effets statistiquement significatifs sont conservés pour le calcul du score aux marqueurs s. Différents auteurs ont cherché à améliorer la méthode de sélection des marqueurs (e.g. Whittaker et al. (1995) ; Whittaker et al. (1997)). Cependant Lange et Whittaker (2001) ont démontré que sélectionner les marqueurs était toujours sub-optimal en particulier parce que cela entraîne une sur-estimation des effets qui leur sont associés. Ces auteurs ont proposé de construire l index de sélection en une seule étape en prenant en compte tous les marqueurs dans le molecular score. Ils ont montré que cette méthode permet un gain important XVII

9 dans l efficacité de la sélection. Il est intéressant de constater que la meilleure information à prendre en compte dans cette optique est donc donnée par les associations marqueursphénotype et non pas directement les associations QTL-phénotype. La détection précise de la localisation des QTL n est donc pas un pré-requis fondamental pour ce type de sélection assistée par marqueurs. Évaluation des effets des marqueurs Au cours des générations, les recombinaisons modifient les associations entre marqueurs et QTL et donc les effets associés aux marqueurs (Gimelfarb et Lande 1994). Idéalement, les effets associés aux marqueurs doivent donc être réévalués à chaque génération. Ceci fait évidemment perdre de l intérêt à la sélection assistée par marqueurs. Hospital et al. (1997) ont suggéré de réévaluer les effets des marqueurs toutes les 2 ou 3 générations. Ceci permet d alterner des cycles de sélection sur marqueurs seuls et des générations où les individus sont réévalués phénotypiquement et les effets des marqueurs réestimés. Cette alternance est particulièrement intéressante quand le phénotype des individus doit être évalué sur descendance. En effet, les étapes d évaluation phénotypique durent alors typiquement deux générations. L utilisation de cycle de sélection sur marqueurs seuls permet d augmenter le gain génétique par unité de temps. 2.2 Construction de Génotypes : Utilisation de marqueurs pour cumuler des gènes (QTL) dans un même génotype La construction de génotypes est un cas particulier de sélection assistée par marqueurs où les individus ne sont sélectionnés que sur la base de leur génotype : il s agit de sélection sur marqueurs seuls. Dans ce cas, il n y a pas d évaluation phénotypique au cours des générations de sélection ; le but est d obtenir un génotype idéal (idéotype) le plus rapidement possible. La démarche implicite de la construction de génotypes se décompose en deux étapes : 1. Définir l idéotype aux marqueurs. C est à dire le génotype de l individu qui doit sortir du processus de sélection. 2. Déterminer les moyens et les méthodes à mettre en œuvre pour obtenir cet idéotype le plus rapidement possible. La méthode de construction de génotypes la plus courante est le backcross assisté par marqueurs. Le backcross est une méthode de sélection qui a pour but d introgresser un gène issu d un parent appelé donneur dans le fond génétique d un parent receveur. C est une méthode de construction de génotypes qui ne nécessite pas forcément d utiliser les marqueurs pour être mise en place. Cependant, la sélection sur marqueurs permet ici d accélérer le processus de sélection tout en permettant de s assurer de la qualité des individus produits. Les principes d optimisation du backcross assisté par marqueurs sont explicités spécifiquement dans une partie de cette thèse et ne sont par conséquent pas détaillés ici. Le backcross assisté par marqueurs reste cependant un programme utilisé pour manipuler peu de gènes et dont l application principale est l amélioration ponctuelle de variété. XVIII

10 Lorsque l on désire manipuler beaucoup de QTL pour les cumuler dans un même génotype, le backcross n est pas une méthode de sélection adaptée : d autres méthodes de construction de génotypes doivent être développées. Pour cumuler des QTL détectés dans des populations biparentales, une solution possible consiste à identifier les paires d individus complémentaires pour les allèles favorables à des QTL. En croisant ces individus, il serait alors possible de trouver dans leur descendance des individus cumulant tous les allèles favorables aux QTL présents chez les parents. La figure 1 présente le principe de cette méthode de construction de génotype. A la première étape, les meilleures paires de parents (typiquement des lignées recombinantes (RIL) ou des haploïdes doublés (HD)) sont sélectionnées et croisées pour produire une nouvelle population de lignées. Si l idéotype est trouvé parmi ces lignées, la construction de génotypes est achevée, sinon, le processus est recommencé en sélectionnant à nouveau les meilleures paires de lignées filles. Les cycles de sélection / recroisement sont réitérés jusqu à obtention de l idéotype. Population détection de QTL (RIL, HD) Sélection des meilleurs croisements Production de populations de recombinants (RIL, HD) Oui Contient l'idéotype? Non Fin Fig. 1 Construction de génotypes par sélection récurrente dans des populations de lignées recombinantes ou d haploïdes doublés. Chaque cycle est initié en sélectionnant les paires de lignées de génotypes complémentaires aux QTL. van Berloo et Stam (1998) ont été les premiers à suggérer ce type de schéma pour le cumul de QTL. Ils ont proposé une méthode pour sélectionner les meilleures paires de RIL parmi toutes les paires possibles qui consiste à calculer un index de sélection basé sur le génotype de l hybride F1 obtenu en croisant deux lignées. Cet index est CI = ( ) β i(c) G F 1 (i(c)) (5) c où c est le chromosome considéré i(c) XIX

11 i(c) est un intervalle du chromosome c contenant un QTL β i(c) est l effet du QTL correspondant à l intervalle i(c) G F 1 (i(c)) est le nombre d allèles favorables de l hybride F1 pour l intervalle i(c) déterminé en fonction du génotype des marqueurs de l intervalle. Cet index est calculé pour chaque paire possible de RIL. Les paires de RIL présentant l index le plus élevé sont alors croisées pour obtenir un génotype cumulant les QTL des deux RIL. La sélection sur l index CI conduit à sélectionner un ensemble de lignées qui est différent de celui obtenu en conservant les lignées ayant les valeurs phénotypiques les plus élevées comme le montre la figure 2. L intérêt des marqueurs est donc ici d identifier les lignées complémentaires pour les gènes impliqués dans les caractères sélectionnés, ce qu il n est pas possible de faire par sélection phénotypique. Fig. 2 Croisements sélectionnés au sein d une population de RIL par A. sélection assistée par marqueurs B. sélection phénotypique. La sélection assistée par marqueurs permet d identifier les couples de RIL complémentaires pour le cumul de QTL. D après van Berloo et Stam (1998) van Berloo et Stam (1998) n ont envisagé qu un seul cycle de sélection de paires de RIL, qui ne permet généralement pas d obtenir l idéotype. En effet pour pouvoir l obtenir par croisement entre deux RIL uniquement, il faut que l hybride F1 porte au moins un allèle favorable à chacun des QTL, ce qui est improbable lorsque le nombre de QTL est élevé. Par ailleurs, même si un tel hybride F1 peut être obtenu, la probabilité d obtenir XX

12 ensuite l idéotype sans sélection en un seul cycle avec des tailles de population raisonnables est très faible. Pour pallier ces problèmes, Charmet et al. (1999) ont proposé d itérer le processus de sélection / recroisement entre RIL jusqu à obtenir l idéotype. Cependant, dans les deux cas, il faut noter qu aucune sélection n est effectuée dans les descendances des croisements entre les RIL, les nouvelles lignées étant obtenues typiquement par SSD (Single Seed Descent) ou haplo-diploïdisation. Sélectionner directement les descendances obtenues après croisement pourrait permettre d augmenter progressivement la probabilité d obtenir le génotype idéal au cours des générations. C est la démarche de la méthode proposée par Hospital et al. (2000) appelée MBRS (Marker Based Recurrent Selection). La méthode proposée par Hospital et al. (2000) suppose une population reproduite par panmixie au sein de laquelle les individus sont sélectionnés uniquement sur leur génotype aux marqueurs. Pour obtenir leurs résultats, ils ont supposé une population de départ en équilibre de liaison pour les QTL à cumuler. Cependant, leur méthode est applicable à partir de n importe quelle population, comme par exemple une population de RIL. A partir de cette population de départ, certains individus sont sélectionnés comme reproducteurs et sont ensuite intercroisés en panmixie. Au cours des générations suivantes, le processus est itéré, les reproducteurs étant sélectionnés en utilisant une stratégie de complémentation aux QTL (QCS, pour QTL Complementation Strategy). La première étape de la sélection suivant la stratégie QCS est de calculer pour tous les individus de la population un score aux marqueurs. Ce score aux marqueurs est calculé en fonction du génotype de l individu aux marqueurs flanquant les QTL. Les individus pourraient être sélectionnés uniquement sur cette valeur, cependant ceci entraîne une perte des allèles favorables à certains QTL (Hospital et al. (2000)). La stratégie QCS vise à éviter cette perte en s assurant qu au moins n T allèles favorables à chaque QTL sont présents dans la population de reproducteurs, le nombre d allèles favorables portés par un individu étant déterminé par son génotype aux marqueurs flanquant le QTL. Le choix des reproducteurs s opère en déterminant le plus petit sous ensemble d individus tel que le score aux marqueurs soit maximal tout en s assurant qu au moins n T allèles favorables sont présent à chaque QTL. Le nombre de reproducteur minimal, c est-à-dire la plus petite taille possible du sous-ensemble, est un paramètre de la stratégie QCS nommé N 0. Le résultat de la stratégie QCS dépend des nombres N 0 et n T. Dans leur conclusion, Hospital et al. (2000) ont montré qu une valeur de n T de 3 était efficace pour maintenir un taux de fixation des allèles aux QTL assez élevé tout en minimisant le risque de perte de ces QTL. Le nombre minimal de reproducteurs (N 0 ) a moins d influence sur l efficacité de la stratégie QCS et peut être relativement restreint pour assurer un progrès génétique suffisant. Hospital et al. (2000) suggèrent un N 0 de 3. La stratégie QCS permet de fixer en une dizaine de générations les allèles favorables aux marqueurs flanquant 50 QTL en sélectionnant 3 à 5 individus dans une population de 200. Cependant, quand les marqueurs ne sont pas situés directement sur les QTL, il existe une probabilité de perdre les associations marqueurs-qtl du fait des doubles recombinaisons survenues entre les marqueurs. L efficacité de la sélection sur marqueurs est alors réduite et la fréquence des allèles favorables aux QTL est seulement de 92% dans XXI

13 la population. Dans le cadre de la méthode MBRS, une sélection est effectuée à chaque génération de reproduction pour augmenter progressivement les fréquences alléliques au sein de la population, contrairement aux méthodes proposées par van Berloo et Stam (1998) et Charmet et al. (1999) qui proposaient des cycles de recroisement où la sélection n est effectuée qu après obtention de descendances entièrement homozygotes. La méthode de Hospital et al. (2000) est donc plus souple que les méthodes présentées ci-dessus et permettent de manipuler plus de QTL. Dans la méthode MBRS, les croisements entre reproducteurs sont fait au hasard (panmixie). Certains de ces croisements sont utiles et permettent d obtenir des individus présentant des combinaisons d allèles aux QTL meilleures que leurs parents. En revanche, d autres croisements sont inutiles et doivent réduire l efficacité de la sélection. Pour améliorer l efficacité du cumul des QTL, il faut développer des méthodes permettant de déterminer les meilleurs croisements entre individus. Il serait alors possible de déterminer la méthode de cumul optimale, c est-à-dire la meilleure succession de croisements entre individus permettant le cumul de tous les QTL. Pour l identifier, il faut donc tout d abord pouvoir explorer l espace des solutions possibles. Il est ensuite possible d évaluer l ensemble des solutions possibles et ainsi de trouver la meilleure, par exemple il est alors possible de déterminer la succession de croisement permettant d obtenir l idéotype cumulant tous les gènes d une population donnée minimisant les tailles totales de population à gérer au cours du programme de sélection. L article de Servin et al., inclus dans cette thèse, présente un cadre théorique permettant l exploration de l ensemble de ces solutions et un exemple de recherche du plan de croisement minimisant les tailles totales de population. Cette démarche est très prometteuse pour optimiser les programmes de construction de génotypes. Cependant, la méthode présentée dans Servin et al. est limitée par le nombre de gène qu elle est capable de gérer. En effet, l énumération de tous les programmes de cumul est limitée par le nombre total de solutions possibles, qui croit exponentiellement avec le nombre de QTL à cumuler : l énumération exhaustive de plan de croisement destinés à cumuler plus de 9 gènes n est pas possible du fait du nombre très élevé de solutions possibles. Pour pouvoir traiter plus de gènes, une solution est d effectuer plusieurs programmes de cumul en parallèle et de recumuler les sous-ensemble de gènes dans une deuxième étape. Une autre solution est de développer la théorie existante en optimisant la recherche du meilleur programme de sélection, c est à dire en évitant l énumération de toutes les solutions possibles sans remettre en cause la découverte de la meilleure d entre elles. Des développement théoriques sont donc encore à effectuer à partir du cadre d étude présenté dans Servin et al.. Conclusion et Perspectives Le développement de méthodes efficaces de construction de génotypes permet de limiter les coûts nécessaires à l introgression de gènes dans des fonds génétiques homogènes (Backcross Assisté par Marqueurs) et / ou au cumul de gènes dans un même génotype. L intérêt des génotypes produits par construction de génotypes peut être agronomique ; dans ce XXII

14 cas, la construction de génotypes est une méthode de création variétale. Ces génotypes peuvent également être produits pour étudier comment les gènes s expriment en fonction du fond génétique dans lequel ils se trouvent et / ou comment les gènes interagissent entre eux (c est-à-dire déterminer les relations d épistasie entre les gènes). Le développement de méthodes de construction de génotypes est donc important pour valoriser les résultats des expériences de détection de QTL et/ou d identification des gènes sous-jacents (voir en particulier les articles de Lecomte et al. (soumis) et Thabuis et al. (soumis) inclus dans cette thèse). Le développement de méthodes de construction de génotypes est basé sur le calcul des probabilités de transmission alléliques au cours d un croisement dirigé. Pour optimiser les croisements entre individus, il faut savoir quelles sont les probabilités que deux parents de génotypes connus transmettent leurs gènes à leurs enfants. La construction de génotypes se situe donc plus dans le cadre de la génétique mendélienne que dans celui de la génétique quantitative. Les probabilités de transmission de gènes peuvent être calculées aisément lorsque un ou deux gènes sont pris en compte ou lorsque les gènes ne sont pas liés génétiquement. Cependant, pour développer des méthodes générales de construction de génotypes il faut pouvoir calculer les probabilités de transmissions de nombreux gènes liés. Le programme MDM (Servin et al. 2002), développé au cours de mon DEA puis de ma thèse, permet d effectuer ces calculs dans des configurations de croisement complexes et a donc été un outil utilisé dans plusieurs de mes travaux. Les études sur la construction de génotypes éxistant avant ma thèse étaient essentiellement destinées à étudier l optimisation du backcross assisté par marqueurs. En effet, cette méthode de sélection est un cas typique de construction de génotypes, qui existait préalablement à la détection de QTL et aux développement de marqueurs moléculaires. Cependant, la sélection sur marqueurs permet d améliorer très significativement les résultats de programme de backcross. J ai donc bien évidemment travaillé sur le backcross assisté par marqueurs pour en étudier l optimisation. La plupart des travaux effectués sur le backcross assisté par marqueurs envisagent l optimisation de certains objectifs de la sélection, pris séparément. Je me suis personnellement intéressé à étudier l estimation de la composition génétique des individus produits par backcross en utilisant les informations données par les marqueurs (Servin et Hospital (2002) ; Servin, in prep.). Dans la partie de cette thèse consacrée aux principes d optimisation du backcross assisté par marqueurs, j ai repris les résultats de ces différentes études pour décrire une démarche d optimisation globale. Ce document montre que le backcross assisté par marqueurs est désormais une méthode de construction de génotypes qui peut être parfaitement optimisée. Cependant, la construction de génotypes ne se limite pas au backcross assisté par marqueurs. En effet, le backcross n est pas une méthode de sélection efficace pour cumuler de nombreux gènes. Nous avons vu dans cette introduction les méthodes théoriques développées pour cumuler plusieurs QTL dans un seul génotype. L inconvénient de ces méthodes est qu elles ne permettent pas de diriger complètement les croisements entre individus. Il s agit d un problème complexe et son étude a nécessité la construction d un nouveau cadre de modélisation des croisements dirigés entre individus. Nous avons travaillé à construire un tel cadre (Servin et al., soumis), et nous l avons utilisé pour déterminer la XXIII

15 meilleure stratégie de cumul de 8 gènes liés dans un même génotype. Cette étude montre que diriger complètement les croisements entre individus permet de réduire à la fois le temps et le coût nécessaire au cumul de ces 8 gènes en comparaison avec la stratégie MBRS (Hospital et al. 2000) décrite dans cette introduction. Ce cadre théorique doit maintenant être enrichi. Deux pistes principales de recherche peuvent être envisagées pour l améliorer. Tout d abord, il serait nécessaire d optimiser la recherche exhaustive de la meilleure stratégie de cumul par amélioration des algorithmes utilisés dans la méthode. Ceci permettra d augmenter le nombre de gènes pour lequel un résultat optimal peut-être trouvé. Ensuite, il faudrait utiliser les résultats obtenus par l énumération exhaustive de toutes les stratégies possibles pour pouvoir identifier les règles générales d optimisation du cumul de gènes qui permettent de les expliquer. Ces deux pistes de recherche sont liées : si des règles générales d optimisation sont connues, il est alors possible d écrire des algorithmes de recherche beaucoup plus performants (Servin et al. a, in prep.). Références Charmet, G., N. Robert, M. Perretant, G. Gay, P. Sourdille, et al., 1999 Marker-assisted recurrent selection for cumulating additive and interactive QTLs in recombinant inbred lines. Theoretical and Applied Genetics 99 : Crepieux, S., B. Servin, C. Lebreton, et G. Charmet, IBD-based QTL detection in multi-cross inbred-design : A case study of cereal breeding program. soumis à Genetics. Gallais, A., 1990 Théorie de la sélection en amélioration des plantes. Masson. George, A., P. Visscher, et C. Haley, 2000 Mapping quantitative trait loci in complex pedigrees : a two-step variance component approach. Genetics 156(4) : Gimelfarb, A. et R. Lande, 1994 Simulation of marker assisted selection in hybrid populations. Genet Res 63(1) : Haley, C. S. et S. A. Knott, 1992 A simple regression method for mapping quantitative trait loci in line crosses using flanking markers. Heredity Hayes, B., P. Visscher, H. McPartlan, et M. Goddard, 2003 Novel multilocus measure of linkage disequilibrium to estimate past effective population size. Genome Res 13(4) : Hoeschele, I., P. Uimari, F. Grignola, Q. Zhang, et K. Gage, 1997 Advances in statistical methods to map quantitative trait loci in outbred populations. Genetics 147(3) : Hospital, F., I. Goldringer, et S. Openshaw, 2000 Efficient marker-based recurrent selection for multiple quantitative trait loci. Genetical Research 75 : Hospital, F., L. Moreau, F. Lacoudre, A. Charcosset, et A. Gallais, 1997 More on the efficiency of marker assisted selection. Theoretical and Applied Genetics 95 : XXIV

16 Jansen, R., 1993 Interval mapping of multiple quantitative trait loci. Genetics 135(1) : Jansen, R., J.-L. Jannink, et W. Beavis, 2003 Mapping quantitative trait loci in plant breeding populations : use of parental haplotype sharing. Crop Science Kao, C., Z. Zeng, et R. Teasdale, 1999 Multiple interval mapping for quantitative trait loci. Genetics 152(3) : Lande, R. et R. Thompson, 1990 Efficiency of marker-assisted selection in the improvement of quantitative traits. Genetics 124(3) : Lander, E. et D. Botstein, 1989 Mapping mendelian factors underlying quantitative traits using RFLP linkage maps. Genetics 121(1) : Lange, C. et J. Whittaker, 2001 On prediction of genetic values in marker-assisted selection. Genetics 159(3) : Meuwissen, T. et M. Goddard, 2001 Prediction of identity by descent probabilities from marker-haplotypes. Genet Sel Evol 33(6) : Meuwissen, T., B. Hayes, et M. Goddard, 2001 Prediction of total genetic value using genome-wide dense marker maps. Genetics 157(4) : Meuwissen, T., A. Karlsen, S. Lien, I. Olsaker, et M. Goddard, 2002 Fine mapping of a quantitative trait locus for twinning rate using combined linkage and linkage disequilibrium mapping. Genetics 161(1) : Moreau, L., A. Charcosset, F. Hospital, et A. Gallais, 1998 Marker-assisted selection efficiency in populations of finite size. Genetics 148(3) : Sax, K., 1923 The association of size difference with seed-coat pattern and pigmentation in Phaseolus vulgaris. Genetics 8 : Servin, B., Optimal background selection strategy to fullfill selection objectives n marker-assisted backcrossing. in prep.. Servin, B., C. Dillmann, G. Decoux, et F. Hospital, 2002 Mdm : a program to compute fully informative genotype frequencies in complex breeding schemes. Journal of Heredity 93(3) : Servin, B. et F. Hospital, 2002 Optimal positioning of markers to control genetic background in marker-assisted backcrossing. Journal of Heredity 93(3) : Servin, B., O. C. Martin, M. Mézard, et F. Hospital, a An optimal algorithm for the optimization of gene cascading. in prep.. Servin, B., O. C. Martin, M. Mézard, et F. Hospital, b Towards a theory of marker assisted gene pyramiding. soumis à Genetics. Terwilliger, J. et K. Weiss, 1998 Linkage disequilibrium mapping of complex disease : fantasy or reality? Curr Opin Biotechnol 9(6) : van Berloo, R. et P. Stam, 1998 Marker-assisted selection in autogamous RIL populations : a simulation study. Theoretical and Applied Genetics 96 : Weiss, K. et J. Terwilliger, 2000 How many diseases does it take to map a gene with SNPs? Nat Genet 26(2) : XXV

17 Whittaker, J., R. Curnow, C. Haley, et R. Thompson, 1995 Using markermaps in marker-assisted selection. Genet Res 66(3) : Whittaker, J., C. Haley, et R. Thompson, 1997 Optimal Weighting of information in marker-assisted selection. Genetical Research 69 : Xie, C., D. Gessler, et S. Xu, 1998 Combining different line crosses for mapping quantitative trait loci using the identical by descent-based variance component method. Genetics 149(2) : Zeng, Z., 1994 Precision mapping of quantitative trait loci. Genetics 136(4) : XXVI

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Deuxième partie Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Présentation Les programmes informatiques MDM et grafgen L analyse de schémas de construction de génotypes

Plus en détail

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES Comme nous l avons vu précédemment, l étude des caractères quantitatifs est fondée sur l analyse statistique des performances mesurées des individus. Il en est de

Plus en détail

Chapitre 3 L assortiment indépendant des gènes. Des génotypes supérieurs de cultures telles que le riz ont révolutionné l agriculture.

Chapitre 3 L assortiment indépendant des gènes. Des génotypes supérieurs de cultures telles que le riz ont révolutionné l agriculture. Chapitre 3 L assortiment indépendant des gènes Des génotypes supérieurs de cultures telles que le riz ont révolutionné l agriculture. La variation de deux caractères Croisements monohybrides: entre 2 individus

Plus en détail

Gènes Diffusion - EPIC 2010

Gènes Diffusion - EPIC 2010 Gènes Diffusion - EPIC 2010 1. Contexte. 2. Notion de génétique animale. 3. Profil de l équipe plateforme. 4. Type et gestion des données biologiques. 5. Environnement Matériel et Logiciel. 6. Analyses

Plus en détail

AP SVT. Exercice 1. Exercice 2. Exercice 3.

AP SVT. Exercice 1. Exercice 2. Exercice 3. Exercice 1. AP SVT On cherche à comprendre le mode de transmission de deux caractères chez la Drosophile, organisme diploïde. Effectuez une analyse génétique pour expliquer les résultats des croisements

Plus en détail

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Introduction: - Réponse d un animal à l expérimentation (diapo 1) Facteurs environnementaux et propres à l animal - Notion d animal standardisé

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES ORIGINAL : anglais DATE : 21 octobre 2010 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE F DIRECTIVES CONCERNANT LES PROFILS D ADN : CHOIX DES MARQUEURS MOLECULAIRES ET CONSTRUCTION

Plus en détail

1A 01 Brassage génétique et sa contribution à la diversité génétique Ex 2.1 SUJET 1

1A 01 Brassage génétique et sa contribution à la diversité génétique Ex 2.1 SUJET 1 SUJET 1 On réalise deux croisements expérimentaux chez la drosophile afin d étudier le devenir de deux caractères : la couleur du corps et l aspect des ailes au cours de la reproduction sexuée La longueur

Plus en détail

Heuristique et métaheuristique. 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques. Optimisation combinatoire. Problème du voyageur de commerce

Heuristique et métaheuristique. 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques. Optimisation combinatoire. Problème du voyageur de commerce Heuristique et métaheuristique IFT1575 Modèles de recherche opérationnelle (RO) 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques Un algorithme heuristique permet d identifier au moins une solution réalisable

Plus en détail

Les outils bio-moléculaires en sélection

Les outils bio-moléculaires en sélection Les outils bio-moléculaires en sélection Vers l utilisation d outils de génotypage haut débit - FN3PT/ Inra UMR Igepp Vers l utilisation du génotypage haut débit en sélection Sélection assistée par marqueurs

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

L essentiel sur les tests statistiques

L essentiel sur les tests statistiques L essentiel sur les tests statistiques 21 septembre 2014 2 Chapitre 1 Tests statistiques Nous considérerons deux exemples au long de ce chapitre. Abondance en C, G : On considère une séquence d ADN et

Plus en détail

Les méthodes d optimisation appliquées à la conception de convertisseurs électromécaniques. Elec 2311 : S7

Les méthodes d optimisation appliquées à la conception de convertisseurs électromécaniques. Elec 2311 : S7 Les méthodes d optimisation appliquées à la conception de convertisseurs électromécaniques Elec 2311 : S7 1 Plan du cours Qu est-ce l optimisation? Comment l optimisation s intègre dans la conception?

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Maladies communes (multifactorielles)

Maladies communes (multifactorielles) Maladies communes (multifactorielles) Des variations individuelles (polymorphismes) au niveau de certains gènes peuvent prédisposer (ou protéger) à une maladie en interaction avec des facteurs de l environnement

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure (sylvie.gervais@etsmtl.ca) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

Le marquage moléculaire

Le marquage moléculaire Le marquage moléculaire Le marquage moléculaire regroupe un ensemble de techniques révélant des différences de séquences d (acide désoxyribonucléique) entre individus. Les marqueurs moléculaires permettent

Plus en détail

Arbres binaires. Hélène Milhem. Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012

Arbres binaires. Hélène Milhem. Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012 Arbres binaires Hélène Milhem Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012 H. Milhem (IMT, INSA Toulouse) Arbres binaires IUP SID 2011-2012 1 / 35 PLAN Introduction Construction

Plus en détail

Chapitre 1. L algorithme génétique

Chapitre 1. L algorithme génétique Chapitre 1 L algorithme génétique L algorithme génétique (AG) est un algorithme de recherche basé sur les mécanismes de la sélection naturelle et de la génétique. Il combine une stratégie de survie des

Plus en détail

Vers l assignation de parenté par SNP

Vers l assignation de parenté par SNP Vers l assignation de parenté par SNP Journée Génomique Sysaaf 3 juin 2015, Rennes Marc VANDEPUTTE INRA UMR Génétique Animale et Biologie Intégrative Ifremer Laboratoire 3AS L assignation de parenté Pour

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer

Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer Mathieu Emily 27 Novembre 2007 Bioinformatics Research Center - Université d Aarhus Danemark Mathieu Emily Coalescence et cancer 1 Introduction

Plus en détail

Ce principe, connu sous le nom d' "exception de l'obtenteur", est fondamental pour l'amélioration des plantes.

Ce principe, connu sous le nom d' exception de l'obtenteur, est fondamental pour l'amélioration des plantes. Dérivation essentielle et dependence Informations pratiques POURQUOI LE CONCEPT DE DERIVATION ESSENTIELLE? La Convention 1978 de l'upov (Union pour la protection des obtentions végétales) stipule que "l'autorisation

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Le bootstrap expliqué par l exemple

Le bootstrap expliqué par l exemple Le bootstrap expliqué par l exemple 1 Le bootstrap expliqué par l exemple 1. Les concepts du bootstrap 2. Des variantes adaptées au contexte 3. Comparaison des différentes méthodes 4. Les cas sensibles

Plus en détail

MÉTHODES DE CLASSIFICATION

MÉTHODES DE CLASSIFICATION MÉTHODES DE CLASSIFICATION Pierre-Louis GONZALEZ MÉTHODES DE CLASSIFICATION Objet Opérer des regroupements en classes homogènes d un ensemble d individus. Données Les données se présentent en général sous

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce

Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce Année 2007-2008 Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce B. Monsuez Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution

Plus en détail

Chapitre 6. Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI. 6.1.1 Approximation de la PLI

Chapitre 6. Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI. 6.1.1 Approximation de la PLI Chapitre 6 Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI (P) problème de PL. On restreint les variables à être entières : on a un problème de PLI (ILP en anglais). On restreint certaines variables à

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Assemblée Générale des étudiants de Louvain 17 juin 2015 1 Avant-propos Depuis quelques semaines, la question de la surpopulation dans les filières

Plus en détail

Préparation à l agrégation 2012/2013. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs.

Préparation à l agrégation 2012/2013. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs. Le jury n exige pas une compréhension exhaustive du texte. Vous êtes laissé(e) libre d organiser votre discussion

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Quelques définitions

Quelques définitions Quelques définitions Sandrine Lagarrigue et Pascale Le Roy 1 Journée Technique SYSAAF La mise en œuvre des outils de la génomique : enjeux pour le SYSAAF et ses adhérents. 03 juin 2015. Rennes Le génome

Plus en détail

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MOBILE Gaël Crochet 1 & Gilles Santini 2 1 Médiamétrie, 70 rue Rivay, 92532 Levallois-Perret, France, gcrochet@mediametrie.fr 2 Vintco SARL, 8 rue Jean

Plus en détail

Cartographie génétique & physique

Cartographie génétique & physique Cartographie génétique & physique INRA, INSERM Septembre 2012 Plan 1 Cartographier Quoi, pourquoi Comment? 2 Les croisements Pedigrees végétaux Pedigrees animaux et humains 3 Construction de cartes Ordonnancement

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

Analyse de la variance à deux facteurs

Analyse de la variance à deux facteurs 1 1 IRMA, Université Louis Pasteur Strasbourg, France Master 1 Psychologie du développement 06-10-2008 Contexte Nous nous proposons d analyser l influence du temps et de trois espèces ligneuses d arbre

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Professeur Patrice Francour francour@unice.fr Une grande partie des illustrations viennent

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

MoneyTalk - Personal Finance Day du 27 septembre 2008

MoneyTalk - Personal Finance Day du 27 septembre 2008 21/09/2008 Existe-t-il un niveau de chiffre d'affaires à partir duquel il est intéressant de passer en société? Mise en garde : cette note a servi de support à la présentation d un exposé lors de la journée

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Modèle mixte non linéaire. Application à la modélisation de processus dynamiques et prise en compte d effets génotypiques et environnementaux

Modèle mixte non linéaire. Application à la modélisation de processus dynamiques et prise en compte d effets génotypiques et environnementaux Modèle mixte non linéaire. Application à la modélisation de processus dynamiques et prise en compte d effets génotypiques et environnementaux Hervé Monod Unité MIA-Jouy en Josas INRA - Dépt Mathématiques

Plus en détail

PRÉSENTATION PRODUIT. Plus qu un logiciel, la méthode plus efficace de réconcilier.

PRÉSENTATION PRODUIT. Plus qu un logiciel, la méthode plus efficace de réconcilier. PRÉSENTATION PRODUIT Plus qu un logiciel, la méthode plus efficace de réconcilier. Automatiser les réconciliations permet d optimiser l utilisation des ressources et de générer plus de rentabilité dans

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

TS214 - Compression/Décompression d une image binaire

TS214 - Compression/Décompression d une image binaire Filière Télécommunications, 2 ème année TS214 - Compression/Décompression d une image binaire De nombreux télécopieurs utilisent la recommandation T.4 Groupe 3 de l International Telecommunications Union

Plus en détail

Un algorithme de composition musicale

Un algorithme de composition musicale Un algorithme de composition musicale Table des matières Présentation Le compositeur. Le code PMX.................................................. Structures de données utilisées........................................

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS

GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS 1. Pourquoi il est indispensable de surveiller les coûts d entrées des articles fabriqués 1.1. La règle de base de valorisation du stock

Plus en détail

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium dans le cadre du projet JASMINe Avril 2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Rappel sur JASMINe.......................................

Plus en détail

L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec

L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec Bonjour cher(ère)s auditeurs et auditrices web! SVP prendre quelques secondes pour tester vos paramètres audio via l assistant situé au haut de la page: Outils

Plus en détail

Automatisation des copies de systèmes SAP

Automatisation des copies de systèmes SAP Pour plus d informations sur les produits UC4 Software, visitez http://www.liftoff-consulting.com/ Automatisation des copies de systèmes SAP Introduction Le thème de la copie des systèmes SAP est une source

Plus en détail

Comment ne pas construire un score-titanic

Comment ne pas construire un score-titanic Comment ne pas construire un score-titanic Mon mailing Olivier Decourt ABS Technologies / Educasoft Formations 1- Les principes 2- Un premier exemple : les vins de France 3- Mise en œuvre sous SAS 4- Un

Plus en détail

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et

Plus en détail

Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I

Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I Roxane Duroux 1 Cadre de l étude Cette étude s inscrit dans le cadre de recherche de doses pour des essais cliniques

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique

4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique 4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique Ute Vogler, Anja Rott, Cesare Gessler 1, Silvia Dorn* ETH Zurich, Institute for Plant

Plus en détail

Mini-Projet de Prolog : Solver de Sudoku

Mini-Projet de Prolog : Solver de Sudoku UNIVERSITE François Rabelais TOURS Polytech Tours-Département Informatique 64, Avenue Jean Portalis 37200 TOURS Mini-Projet de Prolog : Solver de Sudoku Encadré par : Présenté par : M. J-L Bouquard Florent

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Session B2: Assurance

Session B2: Assurance 33 èmes Journées des Économistes de la Santé Français 1 er et 2 décembre 2011 Session B2: Assurance Auteurs: Sophie Guthmuller et Jérôme Wittwer, Université Paris-Dauphine Référé: Aurore Pélissier, CERDI,

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

La problématique des tests. Cours V. 7 mars 2008. Comment quantifier la performance d un test? Hypothèses simples et composites

La problématique des tests. Cours V. 7 mars 2008. Comment quantifier la performance d un test? Hypothèses simples et composites La problématique des tests Cours V 7 mars 8 Test d hypothèses [Section 6.1] Soit un modèle statistique P θ ; θ Θ} et des hypothèses H : θ Θ H 1 : θ Θ 1 = Θ \ Θ Un test (pur) est une statistique à valeur

Plus en détail

Enveloppes convexes dans le plan

Enveloppes convexes dans le plan ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE B (XECLR)

Plus en détail

Soutenance de stage Laboratoire des Signaux et Systèmes

Soutenance de stage Laboratoire des Signaux et Systèmes Soutenance de stage Laboratoire des Signaux et Systèmes Bornes inférieures bayésiennes de l'erreur quadratique moyenne. Application à la localisation de points de rupture. M2R ATSI Université Paris-Sud

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

I - Introduction à La psychologie Expérimentale

I - Introduction à La psychologie Expérimentale LA METHODE EXPERIMENTALE I - Introduction à La psychologie Expérimentale I.1. Introduction I.2. Critiques concernant l utilisation de la méthode expérimentale en psychologie I.2.A. Critiques morales I.2.A.

Plus en détail

Professeur Joël LUNARDI

Professeur Joël LUNARDI Biochimie - Biologie moléculaire Chapitre 9 : Applications médicales Professeur Joël LUNARDI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 9. APPLICATIONS

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Avant-propos. 1. Institut national de recherche en informatique et en automatique.

Avant-propos. 1. Institut national de recherche en informatique et en automatique. Avant-propos J ai découvert, un jour de 1986, l ouvrage de G. Fishman [FIS 73] sur la simulation au centre de documentation de l INRIA 1 à Rocquencourt. J ai été aussitôt attiré par ce procédé numérique

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

SOMMAIRE. II L organisation du projet. 15 II.1 La place du projet dans la structure de l entreprise. 15 II.2 Les acteurs. 18

SOMMAIRE. II L organisation du projet. 15 II.1 La place du projet dans la structure de l entreprise. 15 II.2 Les acteurs. 18 SOMMAIRE CHAPITRE 1 INTRODUCTION I Définition du projet et de la gestion de projets. 7 I.1 Définition du projet. 7 I.2 Définition de la gestion des projets. 10 I.3 Interaction formulation - résolution

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011-

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011- Protocole d étude Evaluation des résultats des centres de FIV -Activité 2011- Contexte Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a pour mission de suivre et d évaluer les activités cliniques et biologiques

Plus en détail

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 CODATU XI Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 MODELE DE SIMULATION DE FLUX DE VOYAGEURS POUR L ETUDE ET L EXPLOITATION DES STATIONS DE TRAMWAY ET DE BUS ET DE LEURS EQUIPEMENTS COMPORTEMENT DES

Plus en détail

Apprentissage par renforcement (1a/3)

Apprentissage par renforcement (1a/3) Apprentissage par renforcement (1a/3) Bruno Bouzy 23 septembre 2014 Ce document est le chapitre «Apprentissage par renforcement» du cours d apprentissage automatique donné aux étudiants de Master MI, parcours

Plus en détail

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision Dans ce tableau, si le chercheur ne s intéresse pas aux notes item par item mais simplement à la note globale, alors il conservera seulement les première et dernière colonnes et calculera des statistiques

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE 3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE P. 35/42 FICHE N 10 : Les conditions d une exploitation des fichiers de GRH P. 43/49 FICHE N

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Polymorphismes de l ADN

Polymorphismes de l ADN Introduction Polymorphismes de l ADN Présentation et mise en évidence Recherche de gènes responsables de maladies génétiques : Analyse de pedigrees où la maladie est présente Sur quel chromosome? À quel

Plus en détail

Encryptions, compression et partitionnement des données

Encryptions, compression et partitionnement des données Encryptions, compression et partitionnement des données Version 1.0 Grégory CASANOVA 2 Compression, encryption et partitionnement des données Sommaire 1 Introduction... 3 2 Encryption transparente des

Plus en détail

Classification Exemple : Enquête d opinion sur les OGM. Pauline Le Badezet Alexandra Lepage

Classification Exemple : Enquête d opinion sur les OGM. Pauline Le Badezet Alexandra Lepage Classification Exemple : Enquête d opinion sur les OGM Pauline Le Badezet Alexandra Lepage SOMMAIRE Introduction Méthodologie Méthode de partitionnement Classification Ascendante Hiérarchique Interprétation

Plus en détail

Introduction aux Méthodes de Monte Carlo

Introduction aux Méthodes de Monte Carlo Méthodes de Monte Carlo pour la Modélisation et le Calcul Intensif Applications à la Physique Numérique et à la Biologie Séminaire CIMENT GRID Introduction aux Méthodes de Monte Carlo Olivier François

Plus en détail

Espace de probabilité, indépendance et probabilité conditionnelle

Espace de probabilité, indépendance et probabilité conditionnelle Chapter 2 Espace de probabilité, indépendance et probabilité conditionnelle Sommaire 2.1 Tribu et événements........................................... 15 2.2 Probabilité................................................

Plus en détail

PRIMAVERA RISK ANALYSIS

PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRINCIPALES FONCTIONNALITÉS Guide d analyse des risques Vérification de planning Modélisation rapide des risques Assistant de registres de risques Registre de risques Analyse de

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB PAR : MAROOF ASIM DAN BENTOLILA WISSAM ESSID GROUPE 1 LM206 Lundi 10H45 INTRODUCTION : ( Ce rapport est un compte

Plus en détail