États Généraux. Économie Sociale et Solidaire Martinique Mai Présentation au Conseil Régional le 10 Juin 2011

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "États Généraux. Économie Sociale et Solidaire Martinique Mai Présentation au Conseil Régional le 10 Juin 2011"

Transcription

1 États Généraux Économie Sociale et Solidaire Martinique Mai 2011 Présentation au Conseil Régional le 10 Juin 2011

2 À l initiative de Claude Alphandéry et du Labo de l ESS, le projet des Etats généraux de l ESS a été proposé initialement par un regroupement d acteurs de l ESS. Objectifs : Mettre en mouvement les territoires Convaincre l'opinion Influencer les décideurs Ce sont les trois défis que le labo se propose relever pour que le changement de cap économique soit un sujet incontournable de la campagne présidentielle de 2012.

3 DÉFINITION DE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ensemble des coopératives, mutuelles, associations et fondations dont les activités de production de biens et de services ne visent pas l enrichissement individuel mais le partage et la solidarité au bénéfice de l homme. PRINCIPES ET VALEURS DE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Les entreprises de l ESS partagent des valeurs et des principes parmi lesquels : L utilité collective et sociale au service du développement durable. La non lucrativité individuelle. La gestion démocratique. La mixité possible des ressources financières. EXEMPLES : Les coopératives : SCOP, SCIC... Les mutuelles de santé et d assurance. Les associations d aide à la création d activités, de services à la personne... Les fondations de l Economie Sociale et Solidaire.

4 La Région Martinique accompagne la démarche dans une perspective de soutien à la dynamique locale de l'ess La Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire de Martinique est l organisateur local des Etats Généraux L Office caribéen de médiation et de management des organisations professionnelles est chargé d accompagner la mise en œuvre et de synthétiser les rencontres des Etats Généraux en Martinique

5 12 mai 2010 : Des acteurs de l ESS en France ont signé un appel à mobilisation : «Vers des Etats généraux de l ESS: pour une autre économie!» 25 Février 2011 : Réunion d ouverture des Etats généraux de l ESS en Martinique Mars-Avril 2011 : Ateliers et rédaction des Cahiers d espérance 16 Mai 2011: Réunion de mises en cohérence des synthèses des ateliers 10 Juin 2011 : Présentation au Conseil Régional de la synthèse finale Les 17, 18 et 19 juin 2011 : Rassemblement national des Etats généraux de l ESS au Palais Brongniart

6 ont réuni près de 150 contributeurs soit une cinquantaine d'organismes ont permis la réalisation des Cahiers d Espérance ont alimenté la réflexion sur le développement de l Économie Sociale et Solidaire en Martinique

7 6 thématiques proposées :

8 «Oui à l habitat, non au logement» Indignations Difficultés d accès au logement Des insuffisances en termes de quantité et qualité des constructions Paupérisation de l habitat Pas de prise en compte de l environnement dans l aménagement

9 Propositions les activités à développer doivent répondre à : Une qualité écologique environnementale sociale La mixité et la convivialité Une Mutualisation des couts et des études sur le territoire caribéen afin de faire des économies d échelle La prise en compte de tous les publics Personnes âgées Personnes handicapées

10 Exemple L éco quartier «Bon air» démarche participative architecture écologique adaptation à l environnement Prise en compte de la mixité sociale L habitat coopératif répond à la question du comment?

11 Indignations Prise en compte des personnes dépendantes et des plus démunies inadéquates (personnes de plus de 80 ans à d ici INSEE) Peu de soutien également aux associations de ce secteur Peu de bénévolat Plantes médicinales pas valorisées

12 Propositions Soutenir les dépendants et leur entourage Soutenir et structurer l associatif dans la prévention et les services à la personne Développer l utilisation des plantes médicinales : éducation, communication, reconnaissance législative (expérimentation)

13 Exemple Association pour l amélioration du quotidien des aidés et des aidants - ASSAQUAD Pour un système de santé où les aidés et les aidants, trop souvent oubliés, sont écoutés et accompagnés. Soutien des aidés et de leur entourage (les intervenants à domicile et la famille) Lieu d information et de formation Lieu d échange créateur de lien social

14 Indignations Non prise en compte de l environnement et de la santé du consommateur (risques d obésité, cancer, diabète,...) Contre l utilisation des molécules de synthèse et de toutes pratiques qui polluent nos terres.. Dévalorisation des produits locaux

15 Propositions Privilégier un développement local Privilégier une agriculture de qualité respectueuse de l environnement et du consommateur Donner du sens : c est communiquer sur nos produits locaux, notre culture, notre agriculture et nos agriculteurs.

16 Exemple Association LASOTE Valorisation du patrimoine immatériel Valorisation des cultures locales et d une agriculture de qualité Politique de développement durable

17 Indignations De nombreuses structures sont amenées à arrêter leur activité chaque année Pratiques managériales calquées sur l économie classique Manque de compétences managériales dans le monde associatif Les associations n ont pas les moyens financiers d avoir les personnes compétentes dont elles ont besoin

18 Propositions Identifier les besoins de formation au sein des structures de l ESS Développer des pratiques managériales propres à l ESS Développer des pôles de compétences Accompagner la professionnalisation des acteurs de l ESS.

19 Exemple IDESSAC Institut de Développement de l Economie Sociale et Solidaire des Amériques et de la Caraïbe Recherche sur le management de l ESS. Quels sont les outils à mettre en place? Partenariat avec l Université. Licence professionnelle Accompagnement de professionnels de l ESS

20 Indignations L'approche bancaire est celle des entreprises de l économie classique Réticence des banques dans le financement des investissements pour les entreprises de l'ess La baisse des contrats aidés Les porteurs de projets ne maitrisent pas l'ingénierie projet

21 Propositions Les dispositifs d'aide doivent être élargis aux entreprises de l''ess Création d'un fonds de garantie territorial Création de Groupements d'employeurs afin de mutualiser les coûts Plus grande implication des entreprises de conseil et des banques dans ce secteur (création d outils) Favoriser les synergies au travers de coopératives ou de groupements d'activité afin de «casser» l'individualisme

22 Exemple des bénéfices de la mutualisation Profession Sport Animation Martinique (P.S.A.M) Permet aux dirigeants associatifs de créer et de gérer des emplois avec le minimum de difficultés (administratives, financières) Met à disposition des structures utilisatrices adhérentes, des éducateurs sportifs et socioculturels qualifiés Permet aux intervenants diplômés demandeurs d emplois de trouver un emploi à temps plein par la mutualisation des heures de travail, mais aussi d être déclaré.

23 Un atelier transversal qui reprend les problématiques essentielles Indignations Difficultés financières Formation des cadres et administrateurs de l ESS insuffisante Leur capacité à initier une démarche projet est à développer

24 Propositions Mobiliser les banques de l ESS et les collectivités sur les enjeux de l ESS et la pertinence du financement de l utilité sociale. Se positionner face à la commande publique Identifier et répertorier les expériences qui fonctionnent, en tenant compte des réalités économiques et des besoins de la population Définir de nouveaux modèles économiques propres à l ESS, qui permettraient une plus grande indépendance financière. Un accompagnement des cadres adapté à un nouveau paradigme

25 Exemple Pourquoi pas d exemples?

26 L'ESS en Martinique représente en 2009 : 13,4% de l'emploi soit 9781 emplois. Le dynamisme affiché est à relativiser en raison d un tissu économique globalement faible. C'est donc une opportunité pour l ESS martiniquaise et le développement de l ESS est un enjeu important pour le territoire. Source : Recherches et Solidarités

27 Communication de l ESS Identification des besoins Faire ensemble Programme de développement local de l ESS

28 Synthèse générale Communication de l ESS Communiquer pour une meilleure visibilité et compréhension de l ESS Communiquer sur toutes les formes juridiques (coopératives ) La communication doit être collective Communiquer sur les valeurs mais aussi sur le concret (les produits)

29 Synthèse générale Identification des besoins Nécessité d'un diagnostic territorial de l'ess de la Martinique Une activité doit se développer en fonction des besoins et non le contraire Identifier les besoins en se détachant de ses propres représentations

30 Faire ensemble Coopérer Mutualiser Professionnaliser Accompagner

31 Programme de développement local de l ESS Définir l'ess sur le territoire dans le cadre d'une charte: - Pour avoir une définition claire et partagée de l'ess - Pour promouvoir l'ess au prés du plus grand nombre - Pour créer du réseau au sein des organisations de l'ess Développer des outils en termes d'appui financier, de méthodologie, de démarche projet et de démarche qualité.

32

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE ORIENTATIONS DE BASE Le travail reste aujourd hui le meilleur, voire le seul moyen de reconnaissance sociale. Il offre dans un certain nombre de cas des possibilités d action

Plus en détail

Avec la SMAvie BTP, construisez votre avenir

Avec la SMAvie BTP, construisez votre avenir Avec la SMAvie BTP, construisez votre avenir Un Groupe ancré dans une profession Le Groupe SMABTP est l assureur spécialiste du secteur de la construction. Parmi ses 140 000 sociétaires figurent des intervenants

Plus en détail

ATELIER 3 Comment entraîner une large adhésion et participation des citoyens pour accompagner la préservation et à la reconquête de la biodiversité?

ATELIER 3 Comment entraîner une large adhésion et participation des citoyens pour accompagner la préservation et à la reconquête de la biodiversité? ATELIER 3 Comment entraîner une large adhésion et participation des citoyens pour accompagner la préservation et à la reconquête de la biodiversité? Donner des moyens à l AFB grâce aux redevances Il existe

Plus en détail

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous?

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous? UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS Qui sommes-nous? ARCOOP est une coopérative d'activités et d'emploi (CAE) généraliste, qui regroupe 70 entrepreneurs de différents horizons et différents métiers (bâtiment,

Plus en détail

Introduction. Reconnaissance récente du rôle des hautes terres. comme contribution à l équilibre écologique général

Introduction. Reconnaissance récente du rôle des hautes terres. comme contribution à l équilibre écologique général Colloque International : L eau en montagne «Gestion intégrée des hauts bassins versants» Megève 5-6 septembre 2002 ----------------------------- Aspect sociologique des comportements humains en montagne

Plus en détail

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale»

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» 1 Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» Actuellement, plus de 100 Conseils locaux de santé mentale (Clsm) sont opérationnels dont plus de la moitié ont une

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES Diplôme d Etat d éducateur spécialisé Guide à l'intention des membres de jurys de validation des acquis de l'expérience 1 / 26 Notice explicative Vous allez prochainement

Plus en détail

Notre région, mode d emploi

Notre région, mode d emploi 01 Notre région, mode d emploi Qui fait quoi dans la Région Franco-Valdo-Genevoise? Edition : Service des affaires extérieures du canton de Genève Responsables de la publication : A-K. Kolb, C. Rivière

Plus en détail

RENOV COPRO. des ménages :

RENOV COPRO. des ménages : RENOV COPRO L énergie, un enjeu majeur pour notre territoire Un tiers des habitants dépensent aujourd hui plus de 10 % de leurs revenus pour leurs factures d énergie. Les prix de l énergie ont augmenté

Plus en détail

Introduction formation accompagnement Notre public

Introduction formation accompagnement Notre public Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail

Plus en détail

Grenelle de l Environnement

Grenelle de l Environnement 1 Grenelle de l Environnement Convention sur la mise en œuvre du programme d amélioration de la performance énergétique de 800 000 logements sociaux Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre

Plus en détail

La chaleur solaire au service de l économie locale

La chaleur solaire au service de l économie locale La chaleur solaire au service de l économie locale Mise en place d'un Plan Chaleur Solaire sur le territoire de Valence Romans Sud Rhône Alpes Collectivité TEPOS : une ambition politique et des actions

Plus en détail

Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires :

Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires : Dossier de presse Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires : la Caisse de Dépôts et Consignations la Caisse d Épargne de Bretagne, l association «Parcours Confiance

Plus en détail

Le développement de clusters et de réseaux de PME : le programme de l Onudi

Le développement de clusters et de réseaux de PME : le programme de l Onudi Outils d action Development of clusters and networks of SMEs - the UNIDO programme, Onudi, Vienne, Autriche, 2001. Brochure de l Onudi, Organisation des Nations unies pour le développement industriel.

Plus en détail

l audit énergétique l audit partagé sur mesure

l audit énergétique l audit partagé sur mesure l audit énergétique l audit partagé sur mesure Rénovation énergétique : les objectifs du Grenelle Consommation d'énergie en copropriété (kwh/m²/an) Et vous pour vous, quelle est votre consommation en kwh/m²/an?

Plus en détail

L art de vivre, un état d esprit!

L art de vivre, un état d esprit! D o s s i e r de presse J a n v i e r 2016 L art de vivre, un état d esprit! L association - Le Grand Repas - Sur le terrain! Un patrimoine, un bien commun, une mission remarquable et fédératrice L association

Plus en détail

RAppoRT D'ACTiviTé. Développement durable Responsabilité sociale de la CARSAT

RAppoRT D'ACTiviTé. Développement durable Responsabilité sociale de la CARSAT RAppoRT D'ACTiviTé Développement durable Responsabilité sociale de la CARSAT 2014 Édito La Carsat Normandie s est inscrite dans une démarche de Développement durable depuis 2008. Elle s appuie sur le plan

Plus en détail

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013 Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital Point d avancement décembre 2013. Ambition et Enjeux Ambition : Elever l expérience du patient à l hôpital au même niveau

Plus en détail

LES AGENCES IMMOBILIÈRES À VOCATION SOCIALE. Panorama DÉCEMBRE 2015

LES AGENCES IMMOBILIÈRES À VOCATION SOCIALE. Panorama DÉCEMBRE 2015 LES AGENCES IMMOBILIÈRES À VOCATION SOCIALE Panorama DÉCEMBRE 2015 Sommaire Développer un réseau professionnel 4 Les AIVS, un outil d insertion par le logement 4 Des compétences immobilières au service

Plus en détail

notre responsabilité sociale & environnementale

notre responsabilité sociale & environnementale notre responsabilité sociale & environnementale 2015 Une conscience et une responsabilité sociétale La RSE est désormais au cœur de nombreuses communications. La RSE n est plus un simple phénomène de mode

Plus en détail

Circulaire n 5528 du 15/12/2015

Circulaire n 5528 du 15/12/2015 Circulaire n 5528 du 15/12/2015 Soutien aux élèves de l enseignement secondaire pour le lancement d une campagne de lutte contre le (cyber) harcèlement au sein de l école Appel à projets Réseaux et niveaux

Plus en détail

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Le Sénégal s est inscrit, dès l origine, dans la dynamique du développement durable.

Plus en détail

Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise

Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise PLAN D ACTION Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010 2015 ENSEMBLE POUR UNE MÉTROPOLE DURABLE Le Plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010-2015 mobilise

Plus en détail

Initiative analysée (monographie) dans le cadre du projet IRIS; Rédigée par Lemoine Pierre publié le 30 juin 2005, mise à jour le 21 janvier 2008

Initiative analysée (monographie) dans le cadre du projet IRIS; Rédigée par Lemoine Pierre publié le 30 juin 2005, mise à jour le 21 janvier 2008 OpenCplusnet UN PROGICIEL LIBRE POUR LES STRUCTURES DE SERVICES À LA PERSONNE Initiative analysée (monographie) dans le cadre du projet IRIS; Rédigée par Lemoine Pierre publié le 30 juin 2005, mise à jour

Plus en détail

Modification n 1 du PLU - Approbation du Conseil Municipal en date du 12 février 2016

Modification n 1 du PLU - Approbation du Conseil Municipal en date du 12 février 2016 Modification n 1 du PLU - Approbation du Conseil Municipal en date du 12 février 2016 Projet d Aménagement et de Développement Durables (PADD) Rappel sur le Projet d Aménagement et de Développement Durables

Plus en détail

Chef de chantier gros oeuvre

Chef de chantier gros oeuvre Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 24/06/2016. Fiche formation Chef de chantier gros oeuvre - N : 19299 - Mise à jour : 08/12/2015 Chef de chantier gros oeuvre Lycée Technique

Plus en détail

SE FORMER A L ARIFTS. www.arifts.fr FORMATION PREPARATOIRE AUX METIERS EDUCATIFS ET SOCIAUX CAP PETITE ENFANCE MONITEUR EDUCATEUR

SE FORMER A L ARIFTS. www.arifts.fr FORMATION PREPARATOIRE AUX METIERS EDUCATIFS ET SOCIAUX CAP PETITE ENFANCE MONITEUR EDUCATEUR SE FORMER A L ARIFTS www.arifts.fr FORMATION PREPARATOIRE AUX METIERS EDUCATIFS ET SOCIAUX CAP PETITE ENFANCE MONITEUR EDUCATEUR ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS EDUCATEUR SPECIALISE

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE 2 ème RÉUNION DE 2013 Séance du 21 février 2013 CG 13/2 è m e /VI-04 L'an deux mille treize, le 21 février, les membres

Plus en détail

Travail social et développement social : La formation initiale au cœur du changement

Travail social et développement social : La formation initiale au cœur du changement Observatoire national De l'action Sociale décentralisée Novembre 2002 Travail social et développement social : La formation initiale au cœur du changement Ouvrage collectif réalisé avec le concours actif

Plus en détail

Notice explicative ENQUÊTE SUR LES BUDGETS DE RECHERCHE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES

Notice explicative ENQUÊTE SUR LES BUDGETS DE RECHERCHE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Direction générale de la recherche et de l innovation Direction générale pour la recherche et l'innovation Direction générale

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Energie solaire de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création entreprises Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises existent toujours trois ans après leur création Maryse Aguer Le Limousin se place au deuxième rang des régions françaises pour le taux de survie

Plus en détail

coopérative pointcarré * parce que l effet papillon, la théorie de lorenz, poincaré henri, la relativité

coopérative pointcarré * parce que l effet papillon, la théorie de lorenz, poincaré henri, la relativité coopérative pointcarré * parce que l effet papillon, la théorie de lorenz, poincaré henri, la relativité le projet pointcarré un tiers-lieu situé à Saint-Denis, dans le 93. un lieu mutualisé, de travail,

Plus en détail

Le Responsable Q.S.E.

Le Responsable Q.S.E. Le Responsable Q.S.E. Ses secteurs d activités : Tous les secteurs d activité, de la PME au grand groupe international - Mettre en place et assurer le suivi des systèmes de management internationaux ou

Plus en détail

- Compte-rendu - M. Pierre EVRARD ARCENE Mme Francine Rochefort cheffe de service DDNT

- Compte-rendu - M. Pierre EVRARD ARCENE Mme Francine Rochefort cheffe de service DDNT Réunion de travail «Filière du Bâtiment et du Numérique» - Compte-rendu - Le jeudi 11 février 2016-9h30 à 12h Lieu de réunion : Abbaye aux Dames à Caen Salle aile sainte Anne Etaient présents Acteurs du

Plus en détail

CRÉACOOP14 : Un modèle de CAE sur le territoire bas-normand

CRÉACOOP14 : Un modèle de CAE sur le territoire bas-normand CRÉACOOP14 : Un modèle de CAE sur le territoire bas-normand DIEN Alexandre DJOUBRI Abdel-Nassim PAPACHRISTOU Laura TOURÉ Aïssatou 1 SOMMAIRE AVANT-PROPOS... 3 INTRODUCTION GÉNÉRALE... 4 I. Le parcours

Plus en détail

Cinq ans, cinq millions d'emplois

Cinq ans, cinq millions d'emplois Charles-Édouard Ranchin Cinq ans, cinq millions d'emplois Par le made in France Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

Spécial TPE-PME : Des moyens exceptionnels pour le développement des compétences

Spécial TPE-PME : Des moyens exceptionnels pour le développement des compétences NumÉro NOVEMBRE 2015 8 Le Magazine de l OPCA DEFi pour le développement de l emploi et de la formation dans l industrie P. 4 le Tour De la question Spécial TPE-PME : Des moyens exceptionnels pour le développement

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION DU CONSEIL

PROJET DE DELIBERATION DU CONSEIL REPUBLIQUE FRANCAISE PROJET DE DELIBERATION DU CONSEIL n 2016-1085 Conseil du 21 mars 2016 commission principale : éducation, culture, patrimoine et sport objet : Partenariat avec l'association FC Lyon

Plus en détail

RENCONTRE QUARTIERS DURABLES RHONE-ALPES. Du Mardi 09 Juin 2015

RENCONTRE QUARTIERS DURABLES RHONE-ALPES. Du Mardi 09 Juin 2015 RENCONTRE QUARTIERS DURABLES RHONE-ALPES Du Mardi 09 Juin 2015 1 Intervenir à trois échelles : Au niveau de l agglomération = échelle de la «politique publique cohérente» Au niveau de l opération d aménagement

Plus en détail

Guide pratique pour les projets entrepreneuriaux en milieu scolaire PRIMAIRE

Guide pratique pour les projets entrepreneuriaux en milieu scolaire PRIMAIRE Guide pratique pour les projets entrepreneuriaux en milieu scolaire PRIMAIRE 2014-2015 Définitions L entrepreneuriat en général et l esprit d entreprendre en particulier sont reliés à l action. En effet,

Plus en détail

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique PO Box 84200, 2508 AE La Haye, Pays-Bas DECLARATION DE LA FIP SUR LA POLITIQUE AMELIORER L ACCES AUX MEDICAMENTS DANS LES

Plus en détail

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT 1 SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT B- LE SALON I/ PRESENTATION DU SALON II/ LES NOUVEAUTES DE LA 25 ème EDITION DU SALON DU MEUBLE III/ LES SECTEURS D EXPOSITION IV/ LES EXPOSANTS V/ LES

Plus en détail

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences»

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» J Daviaud Responsible Assurance Qualité des produits pharmaceutiques SPE/PMU/QADM AEDES -Journées

Plus en détail

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE GUIDE PRATIQUE L AUDIT ÉNERGÉTIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE Vers une réduction de la facture énergétique Réaliser un audit énergétique est devenu obligatoire pour un grand nombre de copropriétés.

Plus en détail

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES PETITE ENFANCE (MOINS DE 5 ANS) CIBLES DU PLAN D ACTION RÉGIONAL CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES CIBLE 2 - PROMOUVOIR L ALLAITEMENT MATERNEL

Plus en détail

La décision modificative n 2 au Budget régional 2006 adoptée

La décision modificative n 2 au Budget régional 2006 adoptée La décision modificative n 2 au Budget régional 2006 adoptée Session du Conseil régional des Pays de la Loire Hôtel de Région Nantes Vendredi 20 octobre 2006 Communiqué de presse p 2 et 3 Technocampus

Plus en détail

L Agence de la Biomédecine

L Agence de la Biomédecine L Agence de la Biomédecine Organisation, missions et AMP Françoise MERLET Agence de la biomédecine francoise.merlet@biomedecine.fr Loi de bioéthique du 06 août 2004 l Agence de la biomédecine Une nouvelle

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR. «Management des unités. commerciales» Préparation au diplôme. par correspondance

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR. «Management des unités. commerciales» Préparation au diplôme. par correspondance en partenariat avec BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR «Management des unités commerciales» Préparation au diplôme par correspondance - manager une unité commerciale - gérer a relation avec la clientèle -

Plus en détail

Chiffres Clés de l Isère

Chiffres Clés de l Isère Chiffres Clés de l Isère ÉDITION 2011-2012 Chambre de commerce et d industrie territoriale Nord Isère 2, place Saint Pierre CS 209 38217 Vienne cedex Tél. 04 74 95 24 00 infos@nord-isere.cci.fr Chambre

Plus en détail

Catalogue Formations de janvier à juillet 2016

Catalogue Formations de janvier à juillet 2016 Chambres de Métiers et de l Artisanat Région Provence-Alpes-Côte d Azur Territoires Bouches-du-Rhône cmar-paca.fr Catalogue Formations de janvier à juillet 2016 ET EURS REPRENEURS TRANSFORMEZ-VOUS! CHEFS

Plus en détail

Rhône-Alpes Auvergne. CCI RHÔnE-alPES CCI AUVERGNE. 148, boulevard Lavoisier. 32, quai Perrache CS 10015 T. 04 72 11 43 43 T. 04 73 60 46 46 COMMERCE

Rhône-Alpes Auvergne. CCI RHÔnE-alPES CCI AUVERGNE. 148, boulevard Lavoisier. 32, quai Perrache CS 10015 T. 04 72 11 43 43 T. 04 73 60 46 46 COMMERCE CCI AUVERGNE CCI RHÔnE-alPES Chiffres Clés Rhône-Alpes Auvergne COMMERCE International POPULATION Emploi SERVICES TRANSPORTS FORMATION RECHERCHE TOURISME ENTREPRISES INDUSTRIE CONSTRUCTION 2015 2016 Chambre

Plus en détail

Etat des lieux de l Insertion par l Activité Economique sur Ouest Provence - Année 2012 -

Etat des lieux de l Insertion par l Activité Economique sur Ouest Provence - Année 2012 - Etat des lieux de l Insertion par l Activité Economique sur Ouest Provence - Année 2012 - Observatoire Ouest Provence 1 Octobre 2013 SOMMAIRE Avant propos... 4 I Localisation des structures IAE et répartition

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

Aménagement numérique de la Saône-et-Loire

Aménagement numérique de la Saône-et-Loire Aménagement numérique de la Saône-et-Loire Département de Saône-et-Loire Comité stratégique permanent du numérique du 21 septembre 2015 Sommaire 1- Un réseau d acteurs 2- Rappel de la stratégie de déploiement

Plus en détail

Atelier «Choisir la forme juridique adaptée à son projet» Mairie de Paris Carrefour des Associations Parisiennes

Atelier «Choisir la forme juridique adaptée à son projet» Mairie de Paris Carrefour des Associations Parisiennes Atelier «Choisir la forme juridique adaptée à son projet» Mairie de Paris Carrefour des Associations Parisiennes 1 Modalités de fonctionnement Le CAP vous invite AVANT votre formation à télécharger vos

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

N 702. Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059

N 702. Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 N 702 By Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016 CONECT 2016 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 1 2 3 4 La CONECT va apporter son assistance technique à l'initiative économique

Plus en détail

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES?

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? Marie-Véronique LABASQUE FORMATRICE ET COORDINATRICE DU DEPARTEMENT D ETUDES ET DE RECHERCHES CREAI/IRFFE (AMIENS FRANCE). marie.labasque@irffe.fr

Plus en détail

ART - CULTURE INDEX. l Activités et techniques de communication spécialité chargé de communication, chef de projet communication visuelle

ART - CULTURE INDEX. l Activités et techniques de communication spécialité chargé de communication, chef de projet communication visuelle INDEX l Activités et techniques de communication spécialité chargé de communication, chef de projet communication visuelle l Activités et techniques de communication spécialité techniques de l'image et

Plus en détail

Qu est-ce que le travail décent

Qu est-ce que le travail décent Qu est-ce que le travail décent Le concept de «travail décent» apparaît pour la première fois en 1999, dans le rapport présenté par le Directeur général de l OIT à la 87 e session de la Conférence internationale

Plus en détail

Rapport pour le conseil régional

Rapport pour le conseil régional Rapport pour le conseil régional NOVEMBRE 2012 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france APPROBATION DES STATUTS ET ADHESION DE LA REGION ILE-DE- FRANCE A L

Plus en détail

Demande de prêt «Crédit accompagné»

Demande de prêt «Crédit accompagné» Parcours Confiance / Caisse d Epargne fhfghdfghdfhfgdhfgdhfdghfghfgdhfdghfghfgjhfgdhjghjdhjdjbretagne - Pays de Loire Demande de prêt «Crédit accompagné» Partenaire Social Association Rédacteur (l accompagnateur)

Plus en détail

Les Communautés de pratique et d apprentissage pour les PME et les groupes de codéveloppement

Les Communautés de pratique et d apprentissage pour les PME et les groupes de codéveloppement Les Communautés de pratique et d apprentissage pour les PME et les groupes de codéveloppement Jean-François DUMAIS et Benoît LEDUC Conférence rence-compétences Chaire de gestion des compétences, ÉSG, UQÀM

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS «REVOLUTION SENSIBLE 1.0 2014»

REGLEMENT APPEL A PROJETS «REVOLUTION SENSIBLE 1.0 2014» REGLEMENT APPEL A PROJETS «REVOLUTION SENSIBLE 1.0 2014» Organisé Par «Le Carré Bouge», laboratoire d arts appliqués dédié aux nouveaux usages et à l art de vivre et «Le COPA-Via Paysage», Programme de

Plus en détail

DONNONS UN VISAGE À L IMMOBILIER POUR LE SIÈCLE À VENIR

DONNONS UN VISAGE À L IMMOBILIER POUR LE SIÈCLE À VENIR DONNONS UN VISAGE À L IMMOBILIER POUR LE SIÈCLE À VENIR ÉDITO «Donnons un visage à l immobilier pour le siècle à venir» Né de la vision d hommes et de femmes qui, par leurs compétences et leur intuition,

Plus en détail

Catalogue. Formation des. Elus locaux. SOLen. Technopôle Lahitolle. 6 rue Maurice Roy. 18000 Bourges. Tel. 02 46 08 10 68

Catalogue. Formation des. Elus locaux. SOLen. Technopôle Lahitolle. 6 rue Maurice Roy. 18000 Bourges. Tel. 02 46 08 10 68 Service d Optimisation et de Lancement pour l Entreprenariat 2016 Catalogue Formation des SOLen Technopôle Lahitolle Elus locaux 6 rue Maurice Roy 18000 Bourges Tel. 02 46 08 10 68 Organisme agréé par

Plus en détail

TABLEAU DES ENTREVUES

TABLEAU DES ENTREVUES TABLEAU DES ENTREVUES Ce tableau regroupe les descriptions de toutes les entrevues réalisées auprès des éducatrices et éducateurs spécialisés. Pour chacun des thèmes, des suggestions de questions en lien

Plus en détail

Le jury de «Réinventer.Paris» confie à Linkcity et à ses partenaires l aménagement du site emblématique du Triangle Eole Evangile

Le jury de «Réinventer.Paris» confie à Linkcity et à ses partenaires l aménagement du site emblématique du Triangle Eole Evangile Communiqué de presse Mercredi 10 février 2016 Le jury de «Réinventer.Paris» confie à Linkcity et à ses partenaires l aménagement du site emblématique du Triangle Eole Evangile Linkcity Ile-de-France (anciennement

Plus en détail

Démarche de développement des. transformation Lean

Démarche de développement des. transformation Lean Démarche de développement des compétences des cadres pour une transformation Lean Stéphanie Thibert, Richard Cloutier et Pierre Collerette Direction des ressources humaines Le 23 mai 2014 Contexte initial

Plus en détail

CONSEIL COMMUNAUTAIRE Communauté d'agglomération Hérault Méditerranée du LUNDI 30 JUIN 2014 à 18 heures LÉZIGNAN LA CÈBE Salle polyvalente

CONSEIL COMMUNAUTAIRE Communauté d'agglomération Hérault Méditerranée du LUNDI 30 JUIN 2014 à 18 heures LÉZIGNAN LA CÈBE Salle polyvalente CONSEIL COMMUNAUTAIRE Communauté d'agglomération Hérault Méditerranée du LUNDI 30 JUIN 2014 à 18 heures LÉZIGNAN LA CÈBE Salle polyvalente ORDRE DU JOUR FINANCES N 1. BUDGET PRINCIPAL DE LA CAHM : approbation

Plus en détail

Les signataires au 13 mars 2007

Les signataires au 13 mars 2007 Les signataires au 13 mars 2007 Les signataires 13 mars 2007 Liste des signataires à la date du 13 mars 2007 représentant : l image fixe, la presse, l audiovisuel, le cinéma, la musique et le théâtre A

Plus en détail

COOP DEC Infos une lettre de l Agence COOP DEC Conseil. Voir la lettre en PdF : http://www.coopdec.org/upload/rubrique/pages/86/86_rubrique.

COOP DEC Infos une lettre de l Agence COOP DEC Conseil. Voir la lettre en PdF : http://www.coopdec.org/upload/rubrique/pages/86/86_rubrique. Voir la lettre en PdF : http://www.coopdec.org/upload/rubrique/pages/86/86_rubrique.php COOP DEC Info - n 88 mai 2012 Lettre d'informations sur la coopération décentralisée Pour tout problème de lecture,

Plus en détail

LA CONTRIBUTION DE L ERGONOME DANS UN PROJET DE CONCEPTION : UNE INTERVENTION SOUS CONDITIONS

LA CONTRIBUTION DE L ERGONOME DANS UN PROJET DE CONCEPTION : UNE INTERVENTION SOUS CONDITIONS LA CONTRIBUTION DE L ERGONOME DANS UN PROJET DE CONCEPTION : UNE INTERVENTION SOUS CONDITIONS CHRISTIAN MARTIN Laboratoire d Ergonomie des Systèmes Complexes Université Victor Segalen Bordeaux 2 16 rue

Plus en détail

Appel à Projets En région Provence Alpes Côte d Azur

Appel à Projets En région Provence Alpes Côte d Azur LEADER 2007-2013 Appel à Projets En région Provence Alpes Côte d Azur Autorité de gestion : Ministère de l agriculture et de la Pêche pour l Hexagone Cet appel à projets s adresse aux territoires de projet,

Plus en détail

IASC evaluation de l approche cluster phase 2 Rapport Synthèse

IASC evaluation de l approche cluster phase 2 Rapport Synthèse IASC evaluation de l approche cluster phase 2 résumé exécutif, AVRIL 2010 Evaluation de l Approche Cluster 2 Rapport Synthèse Julia Steets, François Grünewald, Andrea Binder, Véronique de Geoffroy, Domitille

Plus en détail

Assemblée Générale 2016 : Diversité des sujets ; dynamisme du terrain ; création du Blue Challenge

Assemblée Générale 2016 : Diversité des sujets ; dynamisme du terrain ; création du Blue Challenge Communiqué de presse 30 mars 2016 PÔLE MER BRETAGNE ATLANTIQUE Assemblée Générale 2016 : Diversité des sujets ; dynamisme du terrain ; création du Blue Challenge L assemblée générale du Pôle Mer Bretagne

Plus en détail

CHOIX DE RAISON POUR INVESTISSEMENT PASSION

CHOIX DE RAISON POUR INVESTISSEMENT PASSION CHOIX DE RAISON POUR INVESTISSEMENT PASSION INVESTISSEMENT PASSION STAR INVEST FILMS PRÉSENTE Le Cinéma est un Art, en ce qu il est vecteur d émotion. Et pour cette raison il fait briller les yeux, attire,

Plus en détail

INVITATIONS PRESSE UBS

INVITATIONS PRESSE UBS Du 07 au 11 septembre 2015 n 79 INVITATIONS PRESSE UBS INVITATION PRESSE N 1 LORIENT Mardi 8 septembre, à 11h45 Présidence Rue Armand GUILLEMOT - Conférence de presse officielle de rentrée de l UNIVERSITE

Plus en détail

Les Ressources Humaines

Les Ressources Humaines Les secteurs quirecrutent Les dossiers du SUIO Sommaire : Les secteurs qui recrutent Les lieux de travail Le principal débouché : - métiers du recrutement et gestion du personnel - métiers de la formation

Plus en détail

Proposition au vendredi 30 janvier 2015 LES MEMBRES DU COMITE EN 2015 : (SOUS RESERVE DES ADHESIONS 2015)

Proposition au vendredi 30 janvier 2015 LES MEMBRES DU COMITE EN 2015 : (SOUS RESERVE DES ADHESIONS 2015) PROPOSITIONS D AMELIORATIONS DE LA LOI SUR LES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION CULTURELLE (EPCC) Proposition au vendredi 30 janvier 2015 LES MEMBRES DU COMITE EN 2015 : (SOUS RESERVE DES ADHESIONS

Plus en détail

PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans

PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans «J ai toujours cherché à intéresser mon équipe à l évolution de l entreprise» Videur de boîte de nuit, avant d intégrer la police, Olivier Couteau,

Plus en détail

LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU

LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU DOSSIER DE PRESSE LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU CONFERENCE DE PRESSE du 24 mars 2011 www.mediation-eau.fr Agence Point Virgule Claire-Anne Brule Solenn Morgon

Plus en détail

(CNAPS) CONSEIL NATIONAL DES ACTIVITÉS PRIVÉES DE SÉCURITÉ - MODE D EMPLOI. Prestataires et clients de la sécurité privée. PourQuoi LE CNAPS?

(CNAPS) CONSEIL NATIONAL DES ACTIVITÉS PRIVÉES DE SÉCURITÉ - MODE D EMPLOI. Prestataires et clients de la sécurité privée. PourQuoi LE CNAPS? CONSEIL NATIONAL DES ACTIVITÉS PRIVÉES DE SÉCURITÉ - MODE D EMPLOI ENTRÉE EN SERVICE AU 1ER JANVIER 2012 (CNAPS) Prestataires et clients de la sécurité privée TOUT CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR

Plus en détail

Guide Opérationnel. Construction de bâtiment en matériaux locaux pour le stockage de produits agricoles

Guide Opérationnel. Construction de bâtiment en matériaux locaux pour le stockage de produits agricoles Construction de bâtiment en matériaux locaux pour le stockage de produits agricoles Guide Opérationnel Elaboré par : Ialy ANDRIAMPARANONY Adelin LESOA VELO -Octobre 2011- Construction de bâtiment de stockage

Plus en détail

FICHE DESCRIPTIVE ACTION

FICHE DESCRIPTIVE ACTION FICHE DESCRIPTIVE ACTION RAPPEL : Les actions proposées peuvent concerner aussi bien des projets de sensibilisation à l égalité femmeshommes au sein des écoles d ingénieurs ou dans la sphère professionnelle.

Plus en détail

Règlement d'admission

Règlement d'admission Règlement d'admission concernant la formation d'éducateur spécialisé 1. Définition de la profession et du contexte de l intervention des éducateurs spécialisés Selon l arrêté du 20 Juin 2007 relatif au

Plus en détail

Le financement participatif dans l'ue

Le financement participatif dans l'ue Le financement participatif dans l'ue Identification Prénom -réponse ouverte-(obligatoire) Nom de famille -réponse ouverte-(obligatoire) Quelle est la catégorie qui vous décrit le mieux? -une seule réponse-(obligatoire)

Plus en détail

DOSSIER SPONSORING. Sucé Beach Cup

DOSSIER SPONSORING. Sucé Beach Cup DOSSIER SPONSORING Sucé Beach Cup Tournoi de Kayak Polo organisé par le club de canoe-kayak de Sucé sur Erdre - Club de canoe-kayak de Sucé sur Erdre - Sucé Beach Cup - Public et campagne de communication

Plus en détail

Les droits de l enfant dans les Objectifs de développement durable

Les droits de l enfant dans les Objectifs de développement durable Les droits de l enfant dans les Objectifs de développement durable Analyse - juin 2016 «Nous, les adultes, avons malheureusement failli à notre devoir de défendre tous vos droits. Un tiers d entre vous

Plus en détail

Charte du Système d information sur la nature et les paysages (SINP) et de l observatoire régional de la biodiversité (ORB) de la région Centre Val

Charte du Système d information sur la nature et les paysages (SINP) et de l observatoire régional de la biodiversité (ORB) de la région Centre Val Charte du Système d information sur la nature et les paysages (SINP) et de l observatoire régional de la biodiversité (ORB) de la région Centre Val de Loire Version 1.0 adoptée le 8 septembre 2015 Préambule

Plus en détail

Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe

Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe Culture Portes de Gascogne Avril 2016 Contexte de l appel à projet Le projet street-art de la commune de Tournecoupe

Plus en détail

PROFIL DU DIPLOMÉ EN MÉDECINE EN HAITI

PROFIL DU DIPLOMÉ EN MÉDECINE EN HAITI Ve Conférence Internationale Charles Mérieux Hotel Karibé, 23/02/15 PROFIL DU DIPLOMÉ EN MÉDECINE EN HAITI Evans Vladimir LARSEN, MD. ObGyn Enseignant, DU en Pédagogique des Sciences Médicales 2/23/2015

Plus en détail

Bioéthanol : Atouts et enjeux

Bioéthanol : Atouts et enjeux Bioéthanol : Atouts et enjeux L environnement, véritable défi du Bioéthanol Indépendance énergétique Perspectives économiques L environnement, véritable défi du Bioéthanol Depuis 2 siècles, nos sociétés

Plus en détail

POUR LA PASSION DU DÉVELOPPEMENT DE SOI! Depuis 1970. Natation Laval. École de natation - Club compétitif - Club des maîtres

POUR LA PASSION DU DÉVELOPPEMENT DE SOI! Depuis 1970. Natation Laval. École de natation - Club compétitif - Club des maîtres 6102 lirva erttelofni mon club POUR LA PASSION DU DÉVELOPPEMENT DE SOI! Depuis 1970 École de natation - Club compétitif - Club des maîtres 3 orémun Natation Laval PLEIN FEUX SUR LE NAGE-O-THON Le vendredi

Plus en détail

Le sommaire. Les objectifs du livret 3. Nos quatre convictions 4. Nos recommandations 5. Les éléments de contexte 7. La quête du sens 9

Le sommaire. Les objectifs du livret 3. Nos quatre convictions 4. Nos recommandations 5. Les éléments de contexte 7. La quête du sens 9 1 Être Pilote des Processus sur le domaine des Ressources Humaines Nov 2015 Le sommaire Les objectifs du livret 3 Nos quatre convictions 4 Nos recommandations 5 Les éléments de contexte 7 La quête du sens

Plus en détail

l évolution de la fonderie française pour maintenir la compétitivité des entreprises Avec la mise en place de la GPEC LES CHIFFRES REPERES FONDERIE

l évolution de la fonderie française pour maintenir la compétitivité des entreprises Avec la mise en place de la GPEC LES CHIFFRES REPERES FONDERIE Accompagner l évolution de la fonderie française pour maintenir la compétitivité des entreprises Avec la mise en place de la GPEC 1 LES CHIFFRES REPERES FONDERIE CHIFFRE D AFFAIRES 5,6 milliards d euros

Plus en détail

Des établissements et services confrontés aux réformes des formations

Des établissements et services confrontés aux réformes des formations La réforme du diplôme d Etat d éducateur spécialisé a-t-il eu des incidences sur la coopération entre centres de formation et établissements et services? Qu observe-t-on de la place qui est la mienne,

Plus en détail

Montpellier Agglomération accueille les étudiants chinois

Montpellier Agglomération accueille les étudiants chinois Dossier de presse Vendredi 17 octobre 2008 Montpellier Agglomération accueille les étudiants chinois Je suis ravi d accueillir ce soir les étudiants chinois, toujours aussi nombreux dans nos universités

Plus en détail

Premiers enseignements de la réforme. RAF Angoulême 19 nov. 2015

Premiers enseignements de la réforme. RAF Angoulême 19 nov. 2015 Premiers enseignements de la réforme RAF Angoulême 19 nov. 2015 Tour d horizon des changements : - Nouvel accord de branche - Entretien professionnel - CEP Conseil en Evol. Professionnelle - CPF Compte

Plus en détail