SEANCE DU CONSEIL COMMUNAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SEANCE DU CONSEIL COMMUNAL"

Transcription

1 263 SEANCE DU CONSEIL COMMUNAL 26 septembre 2005 à 20h00 Présidence : Mme Marie-Claude Volper Madame Volper souhaite la bienvenue à chacun pour cette cinquième séance de l année. Elle salue plus particulièrement la municipalité, qui siège in corpore, MM. Jean-Luc Jaccard, boursier communal et Fabien Cathélaz, secrétaire municipal, le représentant de la presse, ainsi que le public. Quarante-quatre conseillères et conseillers répondent à l'appel. Sont excusés : Mmes et MM. Marc Bornand, Willy Delafontaine, René Hauri, Christian Hefermehl, Alain Hirt, Michel Mietta, Yves Moser, Gisèle Page et Jean-Pierre Vouardoux. Absent non excusé : M. Jean-Luc Meystre. Le bureau est représenté par MM. Antoine Lambert et Rudolf Wampfler, scrutateurs. Mme la présidente informe que M. Michel Mietta, victime d un accident au cours de l hiver, s était en fait excusé en avril et jusqu à nouvel avis. Elle formule ses vœux pour un prompt rétablissement. Le quorum étant atteint, la présidente ouvre officiellement la séance en proposant une modification à l ordre du jour avec un point 3 nouveau : prise et contenu du PV, qu elle soumet à la discussion, puis au vote. Ce point étant accepté, elle lit l ordre du jour modifié 1. Appel 2. Lecture et adoption de l ordre du jour de la séance 3. Prise et contenu du PV 4. Correspondance Préavis et éventuellement rapports sur 5. Demande de crédit pour la participation à la construction d un local pour le service de défense incendie et de secours, SDIS-Pèlerin secteur bas, conclusion d un contrat de location d une durée de 25 ans avec la maison BP (Switzerland) au bénéfice d un droit de superficie sur les parcelles 603 et 604, situées route de Châtel 16 à Corseaux ( ) Commission (Mme et MM. Rudolf Wampfler, Ernest Bühler, Pierre-Alain Genoud, Corinne Spycher et Jean-Marc Chanson) Commission des finances 6. Communications de la municipalité 7. Communications du bureau 8. Propositions individuelles

2 PV Conseil communal du 26 septembre Le procès-verbal de la séance du 26 août 2005 n a pu être fait à temps en raison de pannes réitérées de l enregistreur. Il sera soumis pour la prochaine séance. PRISE ET CONTENU DES PV Les dernières séances ont été retranscrites littéralement, contrairement à ce qui se faisait précédemment (PV synthétiques et décisionnels). Un juriste de l Etat a été consulté à ce propos. Cas échéant, le recourant doit produire des pièces étayant ses arguments, un PV décisionnel étant une pièce parmi d autres. Mais au besoin, le recourant devrait pouvoir produire un extrait du PV intégral. Le Tribunal administratif ou le Conseil d Etat par exemple pourraient ordonner au bureau du conseil la production d un ou plusieurs PV complets des séances du CC. Par souci de transparence, certaines communes mettent l intégralité des PV sur internet. Dans le PV décisionnel, les propos de chacun n apparaissent pas dans leur intégralité, sauf si un intervenant le demande. Dans le cas où le conseil souhaite en revenir aux PV décisionnels, les conseillers qui veulent voir apparaître leur propos in extenso seraient invités à remettre leur intervention sous forme écrite (et si possible informatisée. NDRL). Les enregistrements doivent être conservés pendant la durée des recours. Les récentes séances ont justifié la production d un PV intégral, compte tenu des recours possibles, et réalisés. Lors d un recours, il est extrêmement agréable de disposer d un PV intégral, expérience faite par M. Marc Hitz. Considérant que le travail des conseillers est de prendre des décisions, le conseil décide à l unanimité moins quatre abstentions de s en tenir aux PV décisionnels, enregistrements conservés le temps du recours. CORRESPONDANCE Lettre-signature du 16 septembre 2005 à Mme Volper de M. Ernest Bühler, conseiller communal à propos du préavis , SDIS-Pèlerin, lettre que M. Bühler conclut en demandant le retrait de l objet mentionné de l ordre du jour du 26 septembre compte tenu des difficultés (impossibilités) d obtenir les renseignements suffisants à temps. Le président de dite commission, M. Rudolf Wampfler, ainsi que M. Alain Volet, municipal concerné, réfutent les arguments de M. Bühler. Le temps nécessaire a été consacré lors de l unique séance tenue par la commission pour apporter toutes les informations requises, et il était tout à fait possible de rapporter dans les temps. Par la suite, un seul commissaire a demandé par écrit à la municipalité des compléments d information et il les a reçues, avec copies aux commissaires de Corsier et de Corseaux pour information. Durant l absence de M. Volet, ses collègues de la municipalité - municipalité qui fonctionne en collège - étaient aptes à le remplacer pour toutes les demandes d informations sur le préavis du SDIS-Pèlerin. M. Bühler a en revanche, en l absence de M. Volet, contacté directement M. Isler de BP, nonobstant l article 42 du conseil. Après lecture de l article 14, al. 1 et 2 et de l article 18, al. 1 à 3 de la loi sur les marchés publics (LMP-VD), Mme la présidente, considérant que M. Bühler outrage par ses propos la municipalité, demande à l assemblée de se prononcer sur la décision à prendre. Si Mme Marianne Volet cautionne entièrement ce qui vient d être dit, M. Mike Jilani souhaite demander à «l accusé» de quelles informations il aimerait encore disposer. M. Bühler répond qu il a demandé le procès-verbal de réception d ouverture des appels d offre concernant cet objet ; sans appels d offre, pas de PV. Pour M. Eric von Büren comme pour M. Philippe de Kinkelin, les attaques contre la municipalité sont inconvenantes, et si elle travaille aussi mal que le prétend M. Bühler, pourquoi cela n apparaît-il pas lors des comptes, du rapport de gestion et du budget? Bien au contraire, la bonne marche de notre commune est régulièrement mise en avant par notre conseil. Si on estime que la municipalité n est plus capable de faire son travail, on doit le dire plutôt que de laisser s installer un climat de suspicion. Par ailleurs, un appel est fait aux conseillers pour qu ils prennent la peine de lire le règlement du conseil communal, ce qui éviterait bien des discussions interminables, inutiles et sans intérêt.

3 PV Conseil communal du 26 septembre M. Hitz témoigne qu il est difficile de travailler en tant que commissaire de minorité. En général, les commissions se passent bien, mais un certain nombre de dossiers semblent avoir été préparés dans la précipitation. Il revendique la liberté d expression et en appelle lui aussi au fair play. Au vote, la proposition de retirer le préavis de l ordre du jour est refusée. PRÉAVIS (11-05) Demande de crédit pour la participation à la construction d un local pour le service de défense incendie et de secours, SDIS-Pèlerin secteur bas, conclusion d un contrat de location d une durée de 25 ans avec la maison BP (Switzerland) au bénéfice d un droit de superficie sur les parcelles 603 et 604, situées route de Châtel 16 à Corseaux Mme la présidente annonce que le rapport de majorité sera lu en premier. Au moment du vote, le rapport de minorité sera soumis en premier. Rapport de majorité La commission de Corseaux composée de MM. Rudolf Wampfler président, Ernest Bühler, Pierre-Alain Genoud excusé, Jean-Marc Chanson et Mme Corinne Spycher rapporteur ; ainsi que la commission de Corsier composée de Mmes et MM. Roch Genoud, président, Ursula Bücher, Christine Testa, Jean-Luc Moser et Walter Martin, se sont réunies le 23 août 2005 à la salle du conseil communal de Corseaux, en présence de MM. Alain Volet et Pierre-André Glauser, municipaux de Corseaux et Corsier. Le capitaine Nicolas Luyet, responsable du secteur bas du SDIS Pèlerin, était également présent pour répondre à nos questions. Au cours de cette séance, les municipaux présents et M. Luyet nous ont rappelé les changements qui sont en cours pour la défense incendie du canton de Vaud, et qui ont motivé la réflexion de trouver un site adapté aux besoins actuels et à venir. Cette réflexion mûrit depuis bientôt quatre ans, et après avoir examiné plusieurs alternatives, le site de la station BP, bien que comportant des contraintes a été retenu. Nous avons reçu des explications claires concernant l aménagement à l intérieur des locaux sur les plans détaillés du projet. Suite à une question des commissions, il est à noter que cet aménagement intérieur serait adaptable aux éventuels changements de besoins. Suite à une autre question, la politique d avenir de l ECA est abordée et nous apprenons que l avenir n est pas à la professionnalisation des pompiers, mais à la répartition des forces et à l entraide mutuelle, comme c est déjà le cas actuellement. Nous avons pu visionner les différents travaux qui seront nécessaires pour adapter le bâtiment à l accueil du SDIS, et qui seront à la charge des communes. Dans une optique de cohérence, c est à l architecte maître d œuvre de BP que les travaux ont été confiés. L emplacement de la future caserne des pompiers, sous la station d essence, ne pose pas de problème. Le projet a été examiné et approuvé par l ECA. Les commissions ont souhaité savoir si les utilisateurs de la future caserne avaient aussi été consultés. Nous avons appris que l état-major des pompiers a pu se prononcer sur ce projet. Les commissions ont été insistantes en ce qui concerne la problématique de l accès à la future caserne, problématique qui a fait l objet de nombreuses questions et suppositions. Elles souhaitent émettre une recommandation à la Municipalité afin que ce sujet soit dans la mesure du possible examiné et solutionné avec les utilisateurs. A ce jour, le pourcentage de la participation financière de l ECA sur les investissements n est pas définitivement connu, mais pourrait être de l ordre de 50 à 60 %. A titre de comparaison, la caserne de Moudon, fonctionnant pour un bassin de population similaire au nôtre ( 5000 pers.) a reçu une participation financière de plus de 50 %. En ce qui concerne les conditions de location, la durée du contrat et les garanties, la commission est satisfaite des renseignements fournis. La majorité de la commission, à savoir Mme Corinne Spycher, MM. Jean-Marc Chanson, et Rudolf Wampfler ont décidé de soutenir l approbation de ce projet. M. Ernest Bühler a souhaité vous proposer un rapport minoritaire contre ce projet.

4 PV Conseil communal du 26 septembre En conclusion, nous vous prions Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs les Conseillers, de bien vouloir prendre les décisions suivantes (voir ci-après, page270) Corseaux, le 29 août 2005 Au nom de la majorité de la commission : Rudolf Wampfler, président, et Corinne Spycher, rapporteur Rapport de minorité Les deux commissions de Corseaux et de Corsier se sont réunies en date du 23 août 2005 à Corseaux, avec les conseillers municipaux Alain Volet et Pierre-André Glauser, ainsi que le capitaine Nicolas Luyet, responsable pour le SDIS secteur bas. Suite à cette première et unique réunion, la majorité de trois membres de notre commission a décidé de rapporter. Pour ma part, je souhaitais encore étudier plus en avant certains aspects du montage financier et juridique de ce projet, en particulier le rôle de l'eca dans le financement et les contraintes techniques de cet objet. Je retiens de ce projet que notre commune propose à BP SWITZERLAND une coquette subvention de Fr , sous forme d'un investissement dans un ouvrage privé, bâtiment dont nous ne serons jamais propriétaire des murs ni du fonds. A l'échéance du 31 décembre 2032, ce bâtiment retournera de plein droit aux propriétaires du terrain, qui disposeront à loisir d'un magnifique bâtiment clef en main. Je retiens de cette situation que ce projet n'est pas compatible avec la conservation durable de notre patrimoine communal. Lors de l'entrée en matière de principe sur cette étude de cas l'eca a demandé à la municipalité de Corseaux de présenter des alternatives à ce mode de location, par exemple en bâtissant sur un terrain en propriété. La municipalité de Corseaux a répondu qu'il n'y avait pas d'alternative. Or la parcelle communale, ex Barbey Frères aurait parfaitement pu remplir cette solution alternative en propriété. L'option sur le terrain cantonal à la route La Crottaz aurait aussi pu être une meilleure alternative, plus facile à construire avec une meilleure accessibilité par tous les temps. Je regrette ce manque de volonté de notre municipalité pour rechercher une solution véritablement durable pour notre patrimoine communal. Il me semble aussi à l'étude de ce dossier, que l'intervention des fonds publics des deux communes n'a pour objectif final que d'obtenir un loyer subventionné par l'eca, selon un mode de calcul déterminé par l'eca et dont les conclusions ne sont pas encore rendues, car M. Marti, collaborateur de l'eca, ne dispose pas encore de tous les éléments nécessaires sur ce projet. En particulier il n'a pas vu le projet de bail de 25 ans. Contrairement à ce qui a été dit au conseil communal de Corsier et dans la presse par le municipal Pierre-André Glauser, sur une possible subvention de 50 à 60 % par l'eca, M. Marti m'a certifié de manière orale que la participation de l'eca sera à coup sûr inférieure à 50 % et n'est pas à comparer avec la caserne de Moudon, compte tenu qu'il s'agit chez nous d'un bâtiment en location pour seulement 25 ans, de plus résiliable! Je retiens que les informations données par la municipalité sur l'éventuelle participation de l'eca sont pour le moins contradictoires avec mes recherches et le taux de 50 à 60 % est pour le moins une hypothèse optimiste, qui ne sera pas atteinte. Il y a aussi ce projet régional d'une association à buts multiples entre toutes les communes du district de Vevey, dont le lancement devrait intervenir courant 2006, pour permettre la régionalisation de la défense incendie et de secours, la protection civile et la police, tel que décrit dans un article de 24 Heures du 31 août Dans ces conditions, est-il vraiment raisonnable de faire cavalier seul, pour mettre les autres communes devant le fait accompli, d'une caserne flambant neuve, plus grande et plus spacieuse que celle de la ville de Vevey, à 1,5 km de celle-ci? Il est à noter aussi que dans le district de Vevey, toutes les casernes de pompiers sont en moyenne distantes de moins de 3 km l'une de l'autre. Faut-il encore densifier? La clause du besoin pour la création d'un énorme garage de 437 m 2, 1900 m 3, pour ranger les trois véhicules actuels de la plate-forme du bas, avec quelques chariots de matériel et une échelle ne me paraît pas non plus en ligne avec les moyens engagés, soit plus de Fr ~ par véhicule ou Fr. 170 à Fr de charges annuelles par m 2 qui s'ajoute au loyer fixe de Fr /m 2, soit près de Fr /m 2 et par année! De plus, nos deux communes disposent de quantité de salles en tous genres, bien agencées et confortables, libres la plupart du temps, avec le personnel d'exploitation nécessaire à leur entretien. Il est

5 PV Conseil communal du 26 septembre de ce fait parfaitement inutile de construire de nouvelles salles de réunion dans un garage souterrain, froid, digne d'un abri anti-atomique, impossible à louer pour autre chose, sur la parcelle artisanale la plus cotée de la commune. La clef fixe de répartition des charges d'investissement et d'exploitation, à raison de 50 % pour Corseaux et 50 % pour Corsier me semble également une mauvaise solution. Une répartition selon la population de nos deux communes me semble plus juste, en regard de la capacité financière de Corsier et de son potentiel de développement dans les nouvelles zones constructibles. Ce mode de répartition selon la population se pratique déjà dans de nombreux projets de collaboration intercommunale, de la culture aux tâches spéciales, en passant par les écoles. Pourquoi pas pour les pompiers? Nous avons également appris lors de la séance du 23 août 2005, par la bouche de M. Pierre-André Glauser, que la rampe d'accès à la caserne ne serait pas chauffée et que celle-ce deviendra un chemin public pour desservir les parcelles voisines, avec un pont sur la Bergère, pour accéder sur la commune de Corsier, car certains propriétaires dont la commune souhaitent y construire des garages et des places de parc. La question d'une participation financière des privés à ce chemin d'accès public n'a pas été abordée lors de la séance. C'est encore un exemple à peine voilé d'un projet d'aménagement privé financé par de l'argent public, sans clarté comptable, car trop compliqué. Compte tenu du début du chantier par BP, qui est déjà bien avancé, je constate que nous sommes mis devant la politique du fait accompli. Dés lors, BP SWITZERLAND, filiale de la troisième compagnie pétrolière du monde, avec des moyens financiers qui dépassent notre imagination, n'a qu'à construire ce bâtiment selon ses voeux et ses plans. Libre à eux de trouver ensuite un locataire disposé à conclure un bail longue durée pour un loyer raisonnable, au prix du marché. Lors de mon travail de commissaire, j'ai demandé à la municipalité de pouvoir accéder au dossier, pour étudier les soumissions rentrées, soumissions dont on m'a dit qu'elles étaient sélectives, sur invitation. A ma grande surprise, il m'a été répondu par lettre du 31 août 2005, dont je me permets de citer les passages les plus intéressants : - Aucune procédure d'appel d'offre n'a été entreprise à ce jour. - Des demandes d'offres ont été faites par notre mandataire afin que nous puissions disposer de montants crédibles en vue de la rédaction du préavis. - La municipalité n'a pas connaissance du détail des appels d'offres. - En regard des montants relatifs à chaque CFC concerné, II n'est pas prévu de procéder à des appels d'offres selon la procédure ouverte, ni selon la procédure sélective. - Tant les appels d'offres que les soumissions sont frappées de confidentialité et protégées par la loi sur la propriété intellectuelle et les droits d'auteurs. - La surveillance de l'application et du respect des procédures est de la compétence des autorités cantonales. - Il est également de la compétence de la municipalité d'interpréter les montants des postes d'un préavis, fondés sur des devis, sans reprendre forcément les montants exacts. Toutes ces réponses démontrent une grande confusion de la municipalité face à la transparence, l'information sur les finances et les marchés publics. Je constate que des éléments contraires à la vérité sont employés pour prendre appui et prétexter le refus à l'information demandée, ce qui constitue une entrave à l'information selon la loi cantonale sur l'information. Dans ces conditions de contraintes, selon tous les éléments exposés dans ce rapport, je ne peux que conclure au rejet du préavis 11//2005, en vous invitant à en faire de même. Corseaux, le 20 septembre 2005 Ernest Bühler, rapporteur minoritaire Mme la présidente demande au rapporteur de minorité d écrire ses conclusions clairement puis de les relire devant le conseil. (voir ci-après, page 269). M. Bühler apporte encore les informations suivantes : selon lui, après vérification à la calculette, le montage financier présente des erreurs. Le coût total du projet est effectivement de Fr , la part de financement acceptée par la commune de Corsier est de Fr , et il reste à la commune de Corseaux de financer par Fr , montant duquel il convient de soustraire Fr correspondant au compte de réserve du service du feu de la commune

6 PV Conseil communal du 26 septembre de Corseaux au 31 décembre Le montant à charge de la commune de Corseaux est donc réduit à Fr au lieu de Fr tel que demandé. Il propose soit le retrait du préavis, soit son rejet. Discussion Activités du SDIS. Mme Volet souhaite connaître le nombre d interventions ayant déjà eu lieu cette année, marquée par le feu, la grêle et les intempéries. M. Volet donne les statistiques du SDIS-Pèlerin bas : 2003, 86, et 2004, 64. Pour 2005, le nombre d interventions à faire juste après la grêle était de 90. Population desservie. Suite à une question de M. Hitz, M. Volet précise la répartition démographique des communes concernées : Chardonne c est habitants, Jongny 1200 et Corsier secteur haut 600 à 800, soit au total environ 5000 dans les hauts. Le partage du financement 50/50 avec Corsier tient compte du fait que la population de Corseaux est de 2000 habitants, tout comme celle des bas de Corsier. Les hauts de Corsier dépendent du SDIS-Pèlerin secteur haut, situé à Jongny, qui intervient sur les communes de Chardonne, Jongny et Corsier. M. Wamppfler rappelle qu aujourd hui le SDIS-Pèlerin est un détachement de premiers secours, qui a pour tâches de sortir seul, sans Vevey, pour toutes les premières interventions. Mme Martine Ecoeur demande si la même répartition sera faite au moment des interventions. Dira-t-on qu on ne va pas là, ou là, parce qu ils ont payé moins? Ce discours la choque, alors que les pompiers sont un mal nécessaire. Elle en profite pour transmettre aux pompiers les remerciements de ses voisins pour les interventions de cet été. Rampe d accès. Mme Antoinette Loup voudrait être bien certaine qu il ne serait pas opportun de chauffer la rampe. M. Yves Raboud pense notamment qu il vaudrait mieux que les véhicules soient chaînés en hiver, plutôt que de chauffer la rampe, puisque leurs interventions devraient dépasser celle-ci. Ce que confirme M. Volet, ajoutant que le chauffage est interdit pour des raisons de protection de l environnement. Au surplus, en cas de menace de neige, les véhicules de première intervention sont chaînés préventivement, comme c est déjà le cas à Vevey, où il n y a pas de pente. En effet, ce qui est important, ce n est pas la rampe pour quitter le local, c est l objectif à atteindre. Emplacement. A Mme Eva Meier qui demande pourquoi on n a pas tenu compte des terrains en Sosselard, M. Volet répond que le projet pour Sosselard comprenait le tri des déchets, des locaux de voirie et le service du feu. C était il y a une quinzaine d années et la stratégie de défense incendie a beaucoup évolué ces dernières années, l ECA ayant complètement changé sa façon de travailler. Si on avait réalisé ces travaux à ce moment, on serait aujourd hui à nouveau en train de chercher une solution pour loger le service du feu. En outre, En Sosselard, il y a des questions d accessibilité et de parcage pour les véhicules privés. Un emplacement à la hauteur de l autoroute avait aussi été évoqué, mais n a jamais été discuté, selon M. Hitz, qui, tout comme M. Olivier Mürset, rappelle qu en commission les mêmes critiques avaient été apportées par le municipal en ce qui concerne la parcelle Barbey. M. Mürset constate que le plan du bâtiment prévoit des vestiaires pour 45 personnes, ce qui est peut-être un peu trop. Mais deux corps de pompiers, c est plausible lors de gros problèmes. Quelles sont les possibilités de parcage prévues dans ce cas? Pour y répondre, M. Volet rappelle qu il faut différencier deux activités des pompiers. D une part, les exercices, où l on est en effet susceptible d avoir 45 personnes en même temps. Dans ce cas, il est possible de venir à vélo, à pied, etc. D autre part, lors des sinistres, les équipes de première intervention sont constituées de quatre pompiers, donc quatre véhicules à parquer. Le groupe suivant, c est aussi quatre personnes, mais on a plus de temps. Au total, les possibilités de stationnement s élèvent à quatorze, ce qui correspond à la moitié de l effectif ; les interventions ont à ce jour rarement dépassé l engagement de 20 pompiers. Plusieurs conseillers demandent que l on compare la taille du bâtiment prévu avec celui de Vevey, et que l on précise à quelle distance ils seraient l un de l autre. M. Volet ignore si celle de Vevey est plus ou moins grande que celle prévue ici. Quant à la distance, elle n est pas connue précisément, on parle de 2-3 km. M. Hitz déplore l absence de plan de situation global, y compris en ce qui concerne la répartition des habitants.

7 PV Conseil communal du 26 septembre ECA. Le préavis découle d une nouvelle stratégie d'intervention de l ECA. La commune n'a pas décidé de faire cavalier seul, dit M. Volet, qui précise que la stratégie de l ECA repose sur une répartition locale des moyens d intervention. Les missions de l ECA sont définies par des lois, des règlements, des stratégies d intervention. Si auparavant, on privilégiait les points d intervention forts, comme Vevey, Lausanne, Yverdon, la nouvelle stratégie veut qu on ait des points d intervention locaux, près des sinistres. Plus ceux-ci sont importants, plus le rayon d aide s élargit. Les missions du centre d intervention du SDIS- Pèlerin bas, centre qualifié de C1, correspondent à une attribution de matériel pour lesquels l ECA a des budgets d investissement, des dotations pour les pompiers locaux. L ECA fournit le matériel, et nous devons l abriter. Et là réside le problème actuel. Par exemple, les locaux de Corsier ont dû être transformés pour pouvoir faire entrer le camion, qui sinon ne passe pas la porte. Bail. Mme Loup désire savoir si le contrat de bail, échu après 25 ans, est assorti d un droit de préemption pour Corseaux, dans l hypothèse par exemple où BP viendrait à vendre. M. Volet, le contrat de bail, signé avec BP, sera enregistré au Registre foncier. En cas de vente, il est obligatoirement repris par l acquéreur, quel qu il soit. La commune peut se porter acquéreur, mais n est pas obligée de le faire. Si le bailleur veut résilier le bail, il doit donner un délai de deux ans aux communes. Si le bail était interrompu, à n importe quel moment, un remboursement linéaire, 1/25 par année, est amorti et le solde de l entier de l investissement serait intégralement versé. Pourquoi un bail de 25 ans seulement? Pourquoi pas 50 ans? demandent MM. Barbey et Hitz. Le loyer, sur ces 25 ans, se montera à Fr par commune, c est un investissement lourd pour une durée courte. En définitive, 25 ans, c était la limite. En dessous, l ECA n accorderait aucun subside. N aurait-il pas été judicieux alors de négocier un bail plus long, avec peut-être de meilleurs subsides? M. Volet précise que trois raisons dictent le choix portant sur 25 ans : 1) L ECA a posé comme condition de base à un subventionnement une durée minimum de 25 ans ; 2) BP dispose d un droit de superficie, pour une durée limitée et il ne peut pas s engager au-delà ; 3) Le bail sera protégé par son enregistrement au Registre foncier pour une durée de 25 ans. Il sera renouvelable à son échéance. M. Yves Beldi demande pourquoi pas une PPE et devenir propriétaire. M. Volet répond que tel n est pas l objet. BP n est pas propriétaire, on ne peut pas constituer une PPE. Le propriétaire a donné l usage de sa parcelle à BP pendant 30 ans, et on ne peut rien faire d autre. Financement. A M. Jilani qui demande quel est le coût total de l entier de la construction prévue et si nous ne prenons pas le risque de se retrouver sans rien dans 25 ans après avoir financé le bâtiment, M. Volet rétorque qu il ne nous appartient pas de connaître l investissement que BP consent pour la construction de la station-service, c est une affaire privée. Il est vrai que le volume de notre participation est important dans la construction et il s explique d une part par le fait que le sol devra être abaissé et, d autre part, que si la disposition des colonnes permettait la construction d une station-service, elle devra être modifiée afin que les véhicules disposent d une place réglementaire, tout en assurant une portance suffisante à la dalle supérieure. Le financement de la commune correspond à ce que BP n aurait pas besoin de payer si nous n étions pas le locataire. Suite notamment à une intervention de M. Jacques Blanc, M. Volet admet que ce n est pas un projet bon marché ; le crédit total monte à Fr avec les loyers payés par les deux communes. Mais le prix du m 2 pour des locaux industriels à aménager par le locataire est de Fr , ce qui n est pas cher par rapport aux tarifs en vigueur actuellement dans la région Puidoux-Châtel. A propos du montage financier dénoncé par M. Bühler, et dont l expression déplait à M. Volet, il est rappelé au rapporteur de minorité que les fonds de réserve figurant dans les comptes communaux ne signifient pas que la somme est à disposition ; elle ne peut pas venir en déduction d un emprunt à réaliser. Les conclusions décrivent clairement le financement de l ouvrage : la commune de Corseaux doit apporter la totalité du montant requis et encaissera, en déduction, la participation de Corsier et le subside de l'eca, sous réserve de la réception par l ECA et la commune de Corsier de leurs contributions. M. Wampfler résume son sentiment en disant qu un montant arrondi de Fr pour 25 ans pour les pompiers dans notre commune, ce n est pas cher.

8 PV Conseil communal du 26 septembre Subsides. Les subsides accordés par l ECA dépendent de la mission confiée au centre d intervention mais pas forcément de la somme engagée pour réaliser l ouvrage. M. Volet cite des exemples où les subsides ECA vont de 9 à 50 %. Aussi, avant d avoir la proposition de l ECA, il ne peut pas donner de chiffres. Ceux-ci nous seront apportés par l ECA, dûment étayés. M. Charles Heymoz demande des éclaircissements : si le subside de l ECA est censé couvrir le matériel exigé par leurs soins, cela ne devrait-il pas apparaître au budget? M. Volet redit que le subside de l ECA concerne la construction. L ECA a un budget d investissement pour fournir du matériel à SDIS-Pèlerin, mais à ses frais (à l ECA), sans que cela coûte quoi que ce soit à la commune, sauf l obligation de l abriter, objet du présent préavis. Commission des finances. M. de Kinkelin annonce que la commission des finances approuve le préavis. Stratégie. M. Barbey demande s il est vrai, comme le prétend le rapporteur de minorité, qu un changement de philosophie aura lieu dans un an ou deux. M. Volet répond qu il ne faut pas confondre deux choses. D une part, la régionalisation des secours, qui devrait regrouper sous le même commandement et la même structure administrative par un conseil intercommunal ou association de communes, police, ambulance, service du feu, samaritains et protection civile. Mais cela ne signifie pas qu on pourra avoir un seul garage pour ambulances, véhicules de pompiers et de police. Et d'autre part, la stratégie de l ECA est d avoir des bases d intervention réparties sur l ensemble du territoire. M. Hitz dénonce la précipitation qui dicte ce préavis mais M. Volet rappelle le déroulement du travail de préparation du préavis : premiers contacts avec BP le 22 avril 2002, l ECA se déplace pour étude le 26 janvier 2004, rédaction du premier projet de bail le 13 août 2004, premières esquisses de plan par un architecte le 14 juin La municipalité travaille en amont pour vous présenter un projet abouti et non pas un choix de solutions. M. Maillard rappelle que nous avons un partenaire, Corsier, qui s est prononcé favorablement. Lui-même, ainsi que M. Minacci, saluent le travail de M. Volet. (Applaudissements). Mme Filomena Broggi, qui prend la parole pour la première fois dans cette assemblée, pense, comme femme de pompier, que l on n ira jamais assez vite dans la réalisation de ce projet. M. Hitz redit qu il ne conteste pas le besoin d un outil adapté mais la distance de celui-ci par rapport à la caserne de Vevey. La discussion n est plus demandée, elle est close Décisions Les conclusions du rapport de minorité sont soumises au vote : Le Conseil Communal de Corseaux vu le préavis no du 11 juillet 2005 concernant la demande de crédit pour la participation à la construction et à l équipement d un local pour le Service de Défense Incendie et de Secours «SDIS Pèlerin» secteur bas et la conclusion d un contrat de location d une durée de vingt-cinq ans avec la maison BP (Switzerland), au bénéfice d un droit de superficie sur les parcelles 603 et 604, situées route de Châtel 16 à Corseaux, ouï le rapport de la commission chargée de rapporter sur cet objet qui a été porté à l ordre du jour, ouï le rapport de la commission des finances, décide 1. de refuser un crédit de Fr à verser à BP (Switzerland) pour l installation d un local pour le service du feu, 2. de refuser un crédit de Fr pour la construction et l aménagement d un local pour le service du feu à la route de Châtel 16 à Corseaux. Le rapport de minorité est rejeté par la majorité des conseillers, avec 2 oui et 5 abstentions. Les conclusions du rapport de majorité sont soumises au vote :

9 PV Conseil communal du 26 septembre Le Conseil Communal de Corseaux vu le préavis no du 11 juillet 2005 concernant la demande de crédit pour la participation à la construction et à l équipement d un local pour le Service de Défense Incendie et de Secours «SDIS Pèlerin» secteur bas et la conclusion d un contrat de location d une durée de vingt-cinq ans avec la maison BP (Switzerland), au bénéfice d un droit de superficie sur les parcelles 603 et 604, situées route de Châtel 16 à Corseaux, ouï le rapport de la commission chargée de rapporter sur cet objet qui a été porté à l ordre du jour, ouï le rapport de la commission des finances, décide 1. d accorder un crédit de Fr à verser à BP (Switzerland) en paiement des coûts entraînés par l installation d un local pour le service du feu, sous déduction du subside ECA à recevoir, 2. d accorder un crédit de Fr pour la construction et l aménagement d un local pour le service du feu à la route de Châtel 16 à Corseaux, sous déduction du subside ECA à recevoir, 3. d autoriser la Municipalité à signer tout contrat et acte de location et d inscription pour la location d une surface de 770 m 2 pour une durée de 25 ans au moins, 4. d autoriser la Municipalité à emprunter Fr au maximum auprès d un établissement bancaire de son choix, 5. d autoriser la Municipalité à signer toute convention utile au partage par moitié des crédits d investissements ci-dessus et des charges d exploitation, avec la commune de Corsier, pour 25 ans au moins, 6. d amortir le solde de la dépense, après prélèvement sur le compte «Réserve service du feu», sur 25 ans au maximum. Le rapport de majorité est accepté par la majorité des conseillers, avec 2 non et 6 abstentions. COMMUNICATIONS DE LA MUNICIPALITÉ M. Gaston Barman déclare que le 18 juillet de cette année fut un jour noir (grêle) et seulement 10 % de la récolte des vignes de la commune sera disponible. Les bâtiments en revanche n ont pas subi de dégâts importants. M. Jean-Pierre Allegra (1) apporte des renseignements sur des crédits votés par le conseil entre 1996 et Plan général d évacuation des eaux : montant accordé Fr ; coût : Fr ;solde positif Fr Crédit accordé au SIT communal Fr ; déficit : Fr. 55,55 - PPA Chatacombe (classement d un terrain en vigne en terrain toujours en vigne, et non pas le PQ refusé par le conseil), crédit : Fr ; solde positif Fr. 5166,25 - Plan directeur communal, découvert : Fr. 2807,25 soit pour ces quatre préavis un montant total Fr et un solde disponible de Fr ,20. Ces éléments pourront faire l objet d une analyse par la commission de gestion de l année prochaine. M. Allegra (2) tient des propos plus personnels. En début de soirée, M. Hitz a eu une remarque qui lui a fortement déplu lorsqu'il s'est plaint du manque de transparence et de collaboration de la municipalité avec les rapporteurs minoritaires, citant le cas Espace Lac 2. M. Allegra lit un extrait du rapport de minorité de M. Hitz daté du 10 août 2005, deuxième paragraphe : «M. Jean-Pierre Allegra, dont je remercie la présence et la qualité des réponses données, a au cours de cette séance

10 PV Conseil communal du 26 septembre notamment apporté trois informations nouvelles( )». Et M. Allegra de demander à M. Hitz : Que croire, vos écrits ou vos paroles? M. François Rod, syndic, (1) invite les conseillers à jeter un coup d œil sur le nouveau site internet, mis en place tout récemment. De plus, avec la commune d Yverdon, nous agirons en commune pilote pour le développement par notre partenaire Ofisa Informatique d un guichet virtuel, pour la présaisie des informations (arrivées, départs, etc.) au niveau du contrôle des habitants. M. Rod (2) informe qu au pilier public figure l information que le référendum contre la décision du CC à propos d Espace Lac 2 a abouti avec 374 signatures, pour un minimum requis de 239. La votation aura lieu vraisemblablement le 27 novembre prochain (demande déposée au CE). Un débat public sera organisé au tout début de novembre. COMMUNICATIONS DU BUREAU Des difficultés, notamment de procédure et d atteinte à la sphère privée, ont caractérisé les débats autour d Espace Lac 2 et le préavis SDIS-Pèlerin traité aujourd hui. En appui à ceci, la présidente donne lecture de plusieurs lettres : de M. Bühler à son adresse privée en date du 24 août, de la réponse du bureau à M. Bühler le 31 août et de la lettre-signature de M. Bühler à nouveau à son adresse privée ; elle cite également la lettre qu elle a envoyée à M. Hitz, avec copie à la municipalité. Ayant consulté le préfet, la présidente informe qu elle ne tolérera plus de tels comportements. Dès lors, toute la correspondance et toutes les demandes devront obligatoirement être adressées au bureau du conseil exclusivement et traitées par celui-ci et non par la présidente personnellement. Ni elle ni aucun membre du conseil n étant professionnel de la politique, tout le monde a ici un rôle de milice. Elle remercie tous ceux qui l ont soutenue, membres du bureau, certains membres du conseil, municipalité, administration. PROPOSITIONS INDIVIDUELLES Mme Ecoeur rappelle que les conseillers qui se sentent lésés ou qui ne sont plus en accord avec ce qu ils font, ont le loisir de démissionner. M. Barbey (1) cite le papillon qu il a remis à chacun ce soir sur la conférence sur les droits de la famille. M. Barbey (2) est gêné par le fait que, contrairement à ce qui était le cas jusqu alors, il n a pas été convoqué assez tôt pour pouvoir siéger dans la commission sur le Règlement du SDIS pour laquelle il avait été nommé depuis un certain temps déjà. Il a vérifié, il sait que ce n est pas en raison d un oubli du bureau. En outre, il vient de recevoir l avis qu il a été nommé pour une autre commission qui doit siéger dans un délai extrêmement bref (Réfection des installations de distribution d eau du complexe de Châtonneyre). Les délais sont trop courts, il sait que c est également le cas pour une autre commission qui vient d être nommée (Vente conditionnelle des parcelles No 271 et 272 sises au lieu-dit En Sosselard). Il demande par conséquent que les premiers membres soient dorénavant consultés. Mme Volper mentionne une lettre envoyée récemment à la municipalité requérant des délais plus longs. Elle propose que le bureau se rassemble après la séance pour mettre à jour les commissions en procédant à des remplacements. M. Beldi, se fait le porte-parole de plusieurs habitants des hauts de la commune et demande aux autorités d intervenir auprès de la maison Obrist et du cirque Knie afin qu ils trouvent un autre emplacement pour le dépôt des engrais et des matières fécales animales. Il demande une réponse écrite, le syndic acquiesce. La parole n est plus demandée et la présidente lève la séance. Il est 22h05 La secrétaire La présidente M. Thonney Viani M.-C. Volper

SÉANCE DU CONSEIL COMMUNAL

SÉANCE DU CONSEIL COMMUNAL 504 SÉANCE DU CONSEIL COMMUNAL 9 mai 2011 à 20h00 à la Cantine scolaire "Ondine" Présidence : Monsieur Antoine Lambert Monsieur le Président salue l assemblée et a le plaisir d'ouvrir la séance du Conseil

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11259-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11259-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11259-A Date de dépôt : 8 octobre 2013 Rapport de la Commission des droits politiques et du règlement du Grand Conseil chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat

Plus en détail

PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 19 mars 2015

PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 19 mars 2015 PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 19 mars 2015 Lieu : à 19 h 30 en sa salle Présidence : M. André BACH Le Président, M. André BACH, salue les membres du Conseil, M. le Syndic

Plus en détail

F ONDS CULTUREL R IVIERA

F ONDS CULTUREL R IVIERA F ONDS CULTUREL R IVIERA CONVENTION ENTRE LES COMMUNES DE BLONAY, CHARDONNE, CORSEAUX, CORSIER, JONGNY, MONTREUX, ST-LÉGIER-LA CHIÉSAZ, LA TOUR-DE-PEILZ, VEVEY ET VEYTAUX FONDS CULTUREL R IVIERA - SERVICE

Plus en détail

Fixation des plafonds en matière d emprunts et de risques pour cautionnement - Législature 2011-2016

Fixation des plafonds en matière d emprunts et de risques pour cautionnement - Législature 2011-2016 Préavis No 27/2011 Fixation des plafonds en matière d emprunts et de risques pour cautionnement - Législature 2011-2016 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers-ères, Depuis 1956, les

Plus en détail

PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 1 er décembre 2011

PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 1 er décembre 2011 PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 1 er décembre 2011 Lieu : à 19 h. 30, en sa salle Présidence : M. André BACH Le Président, M. André BACH, remercie les conseillères et conseillers

Plus en détail

Procès-verbal de l Assemblée Communale ordinaire du 30 avril 2014 À l Abri de protection civile à Ecublens à 20h00

Procès-verbal de l Assemblée Communale ordinaire du 30 avril 2014 À l Abri de protection civile à Ecublens à 20h00 Procès-verbal de l Assemblée Communale ordinaire du 30 avril 2014 À l Abri de protection civile à Ecublens à 20h00 L Assemblée Communale a été convoquée par une insertion dans la Feuille Officielle du

Plus en détail

COMMUNE DE < > PRÉAVIS N < > 2005 DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL SUR

COMMUNE DE < > PRÉAVIS N < > 2005 DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL SUR COMMUNE DE < > PRÉAVIS N < > 2005 DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL SUR L ADOPTION DU RÈGLEMENT SUR LE SERVICE DE DÉFENSE CONTRE L INCENDIE ET DE SECOURS (SDIS) 1. OBJET DU PREAVIS Le présent préavis

Plus en détail

Commune de Bussigny-près-Lausanne

Commune de Bussigny-près-Lausanne Municipalité T. 021 706 11 20 F. 021 706 11 39 greffe@bussigny.ch N/réf : CW/fc AU CONSEIL COMMUNAL 1030 BUSSIGNY-PRES-LAUSANNE Bussigny-près-Lausanne, le 18 août 2010 Préavis municipal N 10 /2010 relatif

Plus en détail

PV de l assemblée communale du 28 mai 2014 à 20h00

PV de l assemblée communale du 28 mai 2014 à 20h00 Ménières, le 28 mai 2014 PV de l assemblée communale du 28 mai 2014 à 20h00 M. le Syndic Joël Robert souhaite la bienvenue et présente la table du Conseil, la table administrative et excuse Mme Pouget,

Plus en détail

I - Convocation et transmission de l ordre du jour et des documents

I - Convocation et transmission de l ordre du jour et des documents Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail d établissement public du Centre d études et d expertise sur les risques, l environnement, la mobilité et l aménagement

Plus en détail

Commune de Lucens Municipalité Service des finances

Commune de Lucens Municipalité Service des finances Commune de Lucens Municipalité Service des finances Préavis n 14 2011 au Conseil communal Fixation des plafonds en matière d emprunts et de risques pour cautionnements Lucens, le 31 octobre 2011 Table

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 10573-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 10573-A Secrétariat du Grand Conseil PL 10573-A Date de dépôt : 26 janvier 2010 Rapport de la Commission des finances chargée d'étudier le projet de loi du Conseil d'etat ouvrant un crédit d'investissement de

Plus en détail

COMMUNE D AVENCHES. Législature 2011-2016. Préavis municipal n 35 au Conseil communal

COMMUNE D AVENCHES. Législature 2011-2016. Préavis municipal n 35 au Conseil communal COMMUNE D AVENCHES Municipalité Législature 2011-2016 Préavis municipal n 35 au Conseil communal «Gestion des archives de la commune d Avenches» Approuvé en séance de Municipalité le 27 août 2012 1 Monsieur

Plus en détail

Commune de Bussigny-près-Lausanne

Commune de Bussigny-près-Lausanne Commune de Bussigny-près-Lausanne Municipalité AU CONSEIL COMMUNAL 1030 BUSSIGNY-PRES-LAUSANNE Bussigny-près-Lausanne, le 02 avril 2012 Préavis municipal N 07/2012 relatif à la demande de crédits d étude

Plus en détail

Préavis municipal no 65 relatif à l'acquisition d'une échelle automobile d'occasion pour le service du feu

Préavis municipal no 65 relatif à l'acquisition d'une échelle automobile d'occasion pour le service du feu MUNICIPALITE DE GLAND Préavis municipal no 65 relatif à l'acquisition d'une échelle automobile d'occasion pour le service du feu Date proposée pour la séance de la commission: - jeudi 2 juillet 2009 à

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 9335-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 9335-A Secrétariat du Grand Conseil PL 9335-A Date de dépôt: 4 janvier 2005 Messagerie Rapport de la Commission des travaux chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat ouvrant un crédit d'investissement

Plus en détail

Procès-verbal du Conseil d administration. Domaine Bel-Air. Le jeudi 17 juillet 2014

Procès-verbal du Conseil d administration. Domaine Bel-Air. Le jeudi 17 juillet 2014 Procès-verbal du Conseil d administration Domaine Bel-Air Le jeudi 17 juillet 2014 Rédigé par Mélanie Turgeon le 17 juillet 2014 Étaient présents : Mesdames Holly Fortier Mélanie Turgeon Messieurs Daniel

Plus en détail

Plafond d endettement et de risques de cautionnement, législature 2011 2016

Plafond d endettement et de risques de cautionnement, législature 2011 2016 PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL No 09/11 Plafond d endettement et de risques de cautionnement, législature 2011 2016 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, I. PREAMBULE Conformément

Plus en détail

Conseil Général Séance du 1 er décembre 2009 au Centre communal

Conseil Général Séance du 1 er décembre 2009 au Centre communal 1. Appel Conseil Général Séance du 1 er décembre 2009 au Centre communal 2. Procès-verbal de la séance du 16 juin 2009 3. Assermentation des nouveaux membres 4. Communications du Président du Conseil 5.

Plus en détail

Statuts de la «ChâBal» Maison de Quartier et Jardin Robinson de Châtelaine-Balexert

Statuts de la «ChâBal» Maison de Quartier et Jardin Robinson de Châtelaine-Balexert Titre I : Dénomination Durée Siège Art. 1 Dénomination Il est constitué sous le nom de «La ChâBal» Maison de quartier et Jardin Robinson de Châtelaine-Balexert une association sans but lucratif, politiquement

Plus en détail

PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014. 1. Préambule. concernant. l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne

PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014. 1. Préambule. concernant. l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014 concernant l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne Au Conseil communal de Lutry Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers,

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11015-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11015-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11015-A Date de dépôt : 19 novembre 2012 Rapport de la Commission des finances chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat ouvrant un crédit d investissement de

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11487-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11487-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11487-A Date de dépôt : 3 février 2015 Rapport de la Commission des travaux chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat de bouclement de la loi 9335 ouvrant un

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

LA MUNICIPALITE DE CORSEAUX AU CONSEIL COMMUNAL

LA MUNICIPALITE DE CORSEAUX AU CONSEIL COMMUNAL LA MUNICIPALITE DE CORSEAUX AU CONSEIL COMMUNAL Préavis no 10-2011 Fixation de plafonds en matière d endettement et de risques pour cautionnements pour la législature 2011-2016 Monsieur le Président, Mesdames,

Plus en détail

Commune de Préverenges

Commune de Préverenges Commune de Préverenges PREAVIS MUNICIPAL N 1/08 DEMANDE D'UN CREDIT COMPLEMENTAIRE DE FR. 54'552.95 POUR LA COUVERTURE DU DEPASSEMENT DU CREDIT ACCORDE POUR L'ETUDE COMPLEMENTAIRE DU PLAN DE QUARTIER "EN

Plus en détail

Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS

Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS Actes-types : 1 / Fixation du nombre d administrateurs 2 / Délibération portant élections des représentants élus 3 / Affichage pour publicité aux

Plus en détail

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD Page : 1 sur 5 ARTICLE 1 CREATION & COMPETENCE GEOGRAPHIQUE En vertu des dispositions de l article R 441.9 du Code de la Construction et de l Habitation, il a été créé et validé par le Conseil d Administration

Plus en détail

Chaque location fait l objet d un contrat établi par la Mairie sur la base d une requête écrite du locataire.

Chaque location fait l objet d un contrat établi par la Mairie sur la base d une requête écrite du locataire. Règlement des salles de réunions et autres locaux communaux, adopté par le Conseil administratif de Chêne-Bougeries en application de ses compétences découlant de l article 48, lettres a) et v), de la

Plus en détail

PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE

PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE Annexe Conv GDXX/15 PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE Entre, La Communauté d Agglomération du Grand Dole Dont le siège est fixé Place de L Europe 39100 DOLE Représentée par son Président

Plus en détail

SEANCE PUBLIQUE DU 10 MARS 2014

SEANCE PUBLIQUE DU 10 MARS 2014 Page 1 sur 7 SEANCE PUBLIQUE DU 10 MARS 2014 L an Deux mille quatorze, le dix mars, à vingt heures trente minutes, le Conseil Municipal, légalement convoqué, s est réuni à la Mairie, sous la présidence

Plus en détail

Préavis municipal n 14 relatif à la détermination du plafond d endettement et de cautionnement pour la législature 2011-2016

Préavis municipal n 14 relatif à la détermination du plafond d endettement et de cautionnement pour la législature 2011-2016 MUNICIPALITE DE GLAND Préavis municipal n 14 relatif à la détermination du plafond d endettement et de cautionnement pour la législature 2011-2016 Personne responsable: Daniel Collaud, municipal Gland,

Plus en détail

V I L L E D E C H A T E L - ST- D E N I S

V I L L E D E C H A T E L - ST- D E N I S V I L L E D E C H A T E L - ST- D E N I S Message pour le Conseil général No. 21 Objet : Installation de la société Marvinpac SA au «Pré aux Oies» - Achat de la parcelle 6818 Crédit d investissement -

Plus en détail

PRÉAVIS No 02/2012 PRESENTE PAR LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL DANS SA SEANCE DU LUNDI 2 AVRIL 2012. relatif à

PRÉAVIS No 02/2012 PRESENTE PAR LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL DANS SA SEANCE DU LUNDI 2 AVRIL 2012. relatif à COMMUNE DE VEYTAUX PRÉAVIS No 02/2012 PRESENTE PAR LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL DANS SA SEANCE DU LUNDI 2 AVRIL 2012 relatif à la rémunération des membres de la Municipalité, à la réadaptation des

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

C dc. Genève, le 5 juin 2013. Comptes de la compagnie des sapeurs-pompiers de Thônex. Monsieur,

C dc. Genève, le 5 juin 2013. Comptes de la compagnie des sapeurs-pompiers de Thônex. Monsieur, Rue du XXXI-Décembre 8 Case postale 3159 1211 Genève 3 Tél.: +41 (0)22 388 77 90 Fax: +41 (0)22 388 77 99 Internet: www.ge.ch/cdc Genève, le 5 juin 2013 Comptes de la compagnie des sapeurs-pompiers de

Plus en détail

Municipalité Direction administration générale, finances et affaires culturelles. Préavis No 2-2007 au Conseil communal

Municipalité Direction administration générale, finances et affaires culturelles. Préavis No 2-2007 au Conseil communal Municipalité Direction administration générale, finances Préavis No 2-2007 Crédit cadre - Crédits d'études années 2007-2011 31 janvier 2007 Table des matières 1. Objet du préavis... 1 2. Fonctionnement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel. Budget primitif 2012 non voté

REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel. Budget primitif 2012 non voté REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel 2 ème Section Département du Pas-de-Calais Budget primitif 2012 non voté N 2012-0097 Article L. 1612-2

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

MUNICIPALITE DE PAYERNE

MUNICIPALITE DE PAYERNE MUNICIPALITE DE PAYERNE Au Conseil communal de Payerne : Préavis n 14/2014 Objet du préavis Reprise à la SA des Domaines agricoles de la SRA du solde des capitaux non amortis et engagés par celle-ci sur

Plus en détail

REGLEMENT COMMUNAL SUR LE SERVICE DE DEFENSE CONTRE L INCENDIE ET DE SECOURS

REGLEMENT COMMUNAL SUR LE SERVICE DE DEFENSE CONTRE L INCENDIE ET DE SECOURS REGLEMENT COMMUNAL SUR LE SERVICE DE DEFENSE CONTRE L INCENDIE ET DE SECOURS Le Conseil général de la commune de Rances Vu l article 3 de la loi du 17 novembre 1993 sur le service de défense contre l incendie

Plus en détail

Affaire : Préfet de la Côte d Or c/ Société d'entraide et d'action psychologique (SEDAP)

Affaire : Préfet de la Côte d Or c/ Société d'entraide et d'action psychologique (SEDAP) 1 REPUBLIQUE FRANCAISE COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.94.036 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : M. BONNET Commissaire du gouvernement : Mme CHEMLA Séance du

Plus en détail

COMMUNE DE SAVIGNY. Préavis de la Municipalité de Savigny au Conseil communal 12/2010

COMMUNE DE SAVIGNY. Préavis de la Municipalité de Savigny au Conseil communal 12/2010 COMMUNE DE SAVIGNY Préavis de la Municipalité de Savigny au Conseil communal 12/2010 l aménagement d une déchetterie aux Gavardes Réf. : TR 1939 I:\4-travaux\classement\1939\Preavis_12-2010.doc Savigny,

Plus en détail

N/réf. 1201 - PG/cv V/réf. Orbe, le 12 mai 2015 A rappeler dans la réponse s.v.p.

N/réf. 1201 - PG/cv V/réf. Orbe, le 12 mai 2015 A rappeler dans la réponse s.v.p. Commune d Orbe CP 32 Hôtel de Ville 1350 Orbe T +41 24 442 92 10 F +41 24 442 92 19 greffe@orbe.ch www.orbe.ch MUNICIPALITE Au Conseil communal 1350 Orbe N/réf. 1201 - PG/cv V/réf. Orbe, le 12 mai 2015

Plus en détail

PREAVIS NO 3/2005 BÂTIMENT COMMUNAL AGRANDISSEMENT DES BUREAUX ADMINISTRATIFS ET CREATION D UN APPARTEMENT DE DEUX PIECES

PREAVIS NO 3/2005 BÂTIMENT COMMUNAL AGRANDISSEMENT DES BUREAUX ADMINISTRATIFS ET CREATION D UN APPARTEMENT DE DEUX PIECES Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Par le présent préavis, votre municipalité sollicite l octroi d un crédit de fr. 135'000. destiné à des travaux de transformations dans le bâtiment communal.

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL N 24/4.15 OCTROI D UNE AIDE FINANCIÈRE À LA SOCIÉTÉ COOPÉRATIVE IMMOBILIÈRE COOPÉLIA, FUTURE PROPRIÉTAIRE, POUR LA RÉALISATION DE 18 LOGEMENTS À LOYERS MODÉRÉS

Plus en détail

CONVENTION N 2015-C-DGAE-DAC-17 RELATIVE A L OPERATION D AIDE A L ACHAT D INSTRUMENTS DE MUSIQUE Année 2015

CONVENTION N 2015-C-DGAE-DAC-17 RELATIVE A L OPERATION D AIDE A L ACHAT D INSTRUMENTS DE MUSIQUE Année 2015 CONVENTION N 2015-C-DGAE-DAC-17 RELATIVE A L OPERATION D AIDE A L ACHAT D INSTRUMENTS DE MUSIQUE Année 2015 ENTRE le Département de la Vienne, Place Aristide Briand, 86008 Poitiers représenté par Monsieur

Plus en détail

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité.

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité. 2MODELE DE CONVENTION GENERALE ENTRE UNE COLLECTIVITE ET UNE ASSOCIATION (Convention obligatoire lorsque le montant de la subvention dépasse 23 000 ) (Suivant la nature du cosignataire de la convention,

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

Préambule. Yvonand, le 18 janvier 2010 AU CONSEIL COMMUNAL 1462 YVONAND. Préavis municipal No 2010/01

Préambule. Yvonand, le 18 janvier 2010 AU CONSEIL COMMUNAL 1462 YVONAND. Préavis municipal No 2010/01 Yvonand, le 18 janvier 2010 AU CONSEIL COMMUNAL 1462 YVONAND Préavis municipal No 2010/01 Concerne : Demande d un crédit de construction pour des travaux de transformations du bâtiment ECA 859, chemin

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION DU CLOS DE KERBERDERY. de location initialement prévue sur le présent contrat, sauf accord du propriétaire.

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION DU CLOS DE KERBERDERY. de location initialement prévue sur le présent contrat, sauf accord du propriétaire. CONDITIONS GENERALES DE LOCATION DU CLOS DE KERBERDERY DISPOSITIONS GENERALES Le locataire ne pourra en aucune circonstance se prévaloir d un quelconque droit au maintien dans les lieux à l expiration

Plus en détail

CONSEIL COMMUNAL D ORBE

CONSEIL COMMUNAL D ORBE D ORBE Rapport de la commission sur le préavis no 22/12 : Demande de crédit pour la construction d une caserne du feu au lieu dit La Motte Président : Membres : Suppléants : Arnaud Bouverat Brahim Ajvazi,

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ATLANTIQUES Maison des Communes - B.P. 609 64006 PAU CEDEX Tél : 05 59 84 40 40 Télécopie : 05 59 84 11 98 Internet : www.cdg-64.fr GA/2/10/MLO

Plus en détail

SOUTIEN À LA VIE ASSOCIATIVE

SOUTIEN À LA VIE ASSOCIATIVE SUBVENTIONS 2015 SOUTIEN À LA VIE ASSOCIATIVE DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT 2015 DATE LIMITE DE DÉPÔT DES DOSSIERS 30 JANVIER 2015 Dossier à déposer à l EVAC, un accusé de réception

Plus en détail

Au Conseil Général de la Commune de Senarclens

Au Conseil Général de la Commune de Senarclens Au Conseil Général de la Commune de Senarclens Préavis municipal concernant l aménagement du terrain communal situé en zone village au lieu-dit «Les Condémines» Validation de l avant-projet et élaboration

Plus en détail

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE. Genève, le 25 juin 2013. Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du Moulin à Danses

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE. Genève, le 25 juin 2013. Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du Moulin à Danses Rue du XXXI-Décembre 8 Case postale 3159 1211 Genève 3 Tél.: +41 (0)22 388 77 90 Fax: +41 (0)22 388 77 99 Internet: www.ge.ch/cdc Genève, le 25 juin 2013 Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE À LA GESTION LOCATIVE ADAPTÉE ENTRE LE DÉPARTEMENT DES DEUX-SÈVRES ET L ASSOCIATION «UN TOIT EN GATINE» 2013-2015

CONVENTION RELATIVE À LA GESTION LOCATIVE ADAPTÉE ENTRE LE DÉPARTEMENT DES DEUX-SÈVRES ET L ASSOCIATION «UN TOIT EN GATINE» 2013-2015 Annexe 1 PROJET CONVENTION RELATIVE À LA GESTION LOCATIVE ADAPTÉE ENTRE LE DÉPARTEMENT DES DEUX-SÈVRES ET L ASSOCIATION «UN TOIT EN GATINE» 2013-2015 ENTRE Le Département des Deux-Sèvres, représenté par

Plus en détail

Présenté par le Réseau FADOQ devant la Commission de l aménagement du territoire

Présenté par le Réseau FADOQ devant la Commission de l aménagement du territoire Projet de loi 22 concernant la pénalité en cas de résiliation de bail: Une avancée législative, mais un timide impact dans le quotidien des aînés et de leur famille Présenté par le Réseau FADOQ devant

Plus en détail

Conseil Général Séance du 14 juin 2011 au centre communal

Conseil Général Séance du 14 juin 2011 au centre communal Conseil Général Séance du 14 juin 2011 au centre communal Ordre du jour 1. Appel 2. Procès-verbal de la séance du 23 novembre 2011 3. Assermentation des nouveaux membres 4. Communications du Président

Plus en détail

Vente de la parcelle communale n 288

Vente de la parcelle communale n 288 Municipalité Direction administration générale, Préavis No 6-2008 Vente de la parcelle communale n 288 Chemin des Osches Chemin des Prouges 9 avril 2008 Table des matières 1. Objet du préavis... 1 2. Préambule...

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE JM Préavis n 19 28 avril 2005 RAPPORT AU CONSEIL COMMUNAL D'YVERDON-LES-BAINS concernant le rachat par la Commune des créances détenues par le Crédit Suisse contre

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

BASE LEGALE DU PREAVIS

BASE LEGALE DU PREAVIS BASE LEGALE DU PREAVIS Loi sur les communes Art. 35 (extrait) «Les propositions présentées par la Municipalité au Conseil général ou communal sont formulées par écrit. Elles sont nécessairement renvoyées

Plus en détail

Autorisation donnée à Monsieur le Maire de signer la convention avec l I.F.A.P.E.

Autorisation donnée à Monsieur le Maire de signer la convention avec l I.F.A.P.E. PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE DU 24 OCTOBRE 2014 Le Conseil Municipal dûment convoqué s'est réuni en session ordinaire à la Salle Fontanarosa sous la présidence de Mr René JOURDAN Date de convocation : 17

Plus en détail

2008/8930 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 FEVRIER 2008

2008/8930 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 FEVRIER 2008 2008/8930 Direction de l'enfance PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 FEVRIER 2008 Commission Education - Petite Enfance du 31 janvier 2008 Objet : Attribution d'une subvention d'investissement

Plus en détail

COMMUNE DE PAYERNE MUNICIPALITE. Préavis n 19/2011 AU CONSEIL COMMUNAL

COMMUNE DE PAYERNE MUNICIPALITE. Préavis n 19/2011 AU CONSEIL COMMUNAL COMMUNE DE PAYERNE MUNICIPALITE Préavis n 19/2011 AU CONSEIL COMMUNAL Objet : Fixation des plafonds d'endettement et de risques pour cautionnement (et autres formes de garanties) pour la législature 2011

Plus en détail

1143 Apples, le 19 mai 2014

1143 Apples, le 19 mai 2014 1143 Apples, le 19 mai 2014 M U N I C I P A L I T E APPLES Préavis N 04/2014 de la Municipalité au Conseil communal concernant : la demande d'un crédit de Fr. 730'000. pour le développement des études

Plus en détail

dos. 5067 Orbe, le 31 octobre 2006

dos. 5067 Orbe, le 31 octobre 2006 MUNICIPALITE D ORBE Secrétariat : tél. 024/442.92.10 fax 024/442.92.19 Hôtel de Ville - 1350 Orbe greffe@orbe.ch Au Conseil communal dos. 5067 Orbe, le 31 octobre 2006 Préavis no 10/06 : Fixation de plafonds

Plus en détail

Préavis No 06/2011 Château-d'Oex, le 17 février 2011 N/réf. : Conseil\Préavis 06/2011/MUN/EM

Préavis No 06/2011 Château-d'Oex, le 17 février 2011 N/réf. : Conseil\Préavis 06/2011/MUN/EM Préavis No 06/2011 Château-d'Oex, le 17 février 2011 N/réf. : Conseil\Préavis 06/2011/MUN/EM Demande de crédit pour : la participation financière communale à l Entreprise de correction fluviale (ECF) du

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE Le processus administratif de suivi et de traitement d une demande

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

P R E A V I S N 2 5 / 2 0 0 8. Règlement communal d utilisation de caméras de vidéosurveillance

P R E A V I S N 2 5 / 2 0 0 8. Règlement communal d utilisation de caméras de vidéosurveillance P R E A V I S N 2 5 / 2 0 0 8 Règlement communal d utilisation de caméras de vidéosurveillance Au Conseil communal de et à Chavannes-près-Renens Madame la Présidente, Mesdames, Messieurs, L utilisation

Plus en détail

C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES :

C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES : C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES : La Ville de Nantes, représentée par Madame Fabienne PADOVANI, Adjointe au Maire, agissant en cette qualité en vertu d une délibération du Conseil Municipal en

Plus en détail

Que vais-je apprendre en suivant ce cours?

Que vais-je apprendre en suivant ce cours? BIENVENUE à l atelier des Trésoriers CHÂTEAU FRONTENAC Québec 3,4,5 MAI 2013 Atelier donné par : Lion Marie-Paule Boudreault, trésorière Club Lion Clermont La Malbaie Que vais-je apprendre en suivant ce

Plus en détail

Date de réception du dossier : N dossier Service Habitat :

Date de réception du dossier : N dossier Service Habitat : AIDE À L ACCESSION À LA PROPRIETE en 2013 Formulaire de demande de subvention Date de réception du dossier : N dossier Service Habitat : (A compléter par le service habitat de Saint-Brieuc Agglomération)

Plus en détail

Réponse à l interpellation de Mme la Conseillère Anne Viredaz-Ferrari

Réponse à l interpellation de Mme la Conseillère Anne Viredaz-Ferrari Municipalité Réponse à l interpellation de Mme la Conseillère Anne Viredaz-Ferrari Politique du logement Concours d investisseurs en vue de la construction de logements sur la parcelle communale Boverattes-Est

Plus en détail

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre Règlement adopté lors de la réunion du CHSCT du 16 février 2015,

Plus en détail

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial.

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial. STATUTS ASASE ASSOCIATION SUISSE DES AMIS DE SŒUR EMMANUELLE 19, rue du Rhône 1204 Genève T: +41 (0)22 311 20 22 F: + 41 (0)22 310 21 93 info@asase.org www.asase.org VERSION 2011 A. Raison sociale, but,

Plus en détail

Commune de Courchapoix

Commune de Courchapoix Téléphone et fax 032 438 88 54 Courchapoix, le 31 mars 2015 Courriel : admin.com@courchapoix.ch com.courchapoix@bluewin.ch Mairie : mairie@courchapoix.ch Assemblée communale extraordinaire du 31 mars 2015

Plus en détail

Statuts du Parti vert libéral vaudois

Statuts du Parti vert libéral vaudois Statuts du Parti vert libéral vaudois Modifiés par l Assemblée générale du 7 mai 2013 GENERALITES Article 1 Le Parti vert'libéral vaudois (ci-après «le Parti») est une Association régie par les présents

Plus en détail

Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012

Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012 Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012 Le Conseil municipal, régulièrement convoqué, s est réuni en Mairie en séance publique, mercredi 16 mai 2012 à 21h sous la présidence

Plus en détail

RÈGLEMENT CONCERNANT L ADOPTION D UN PROGRAMME DE REVITALISATION DES FAÇADES COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES À L ÉGARD DE SECTEURS PARTICULIERS

RÈGLEMENT CONCERNANT L ADOPTION D UN PROGRAMME DE REVITALISATION DES FAÇADES COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES À L ÉGARD DE SECTEURS PARTICULIERS MUNICIPALITÉ DE DOLBEAU-MISTASSINI RÈGLEMENT NUMÉRO 1576-14 RÈGLEMENT CONCERNANT L ADOPTION D UN PROGRAMME DE REVITALISATION DES FAÇADES COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES À L ÉGARD DE SECTEURS PARTICULIERS

Plus en détail

dos. 1172 Orbe, le 20 avril 2010 Préavis no 103/10 : Législature 2011-2016 - Fixation des traitements et indemnités de la Municipalité

dos. 1172 Orbe, le 20 avril 2010 Préavis no 103/10 : Législature 2011-2016 - Fixation des traitements et indemnités de la Municipalité MUNICIPALITE D ORBE Secrétariat : tél. 024/442.92.10 fax 024/442.92.19 Hôtel de Ville - 1350 Orbe greffe@orbe.ch Au Conseil communal dos. 1172 Orbe, le 20 avril 2010 Préavis no 103/10 : 2011-2016 - Fixation

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

Préavis municipal concernant la rémunération de la Municipalité, en réponse à la proposition de décision présentée par le conseiller Raymond Durussel

Préavis municipal concernant la rémunération de la Municipalité, en réponse à la proposition de décision présentée par le conseiller Raymond Durussel 1 Préavis municipal concernant la rémunération de la Municipalité, en réponse à la proposition de décision présentée par le conseiller Raymond Durussel N 33/12 août 2009 AU CONSEIL COMMUNAL DE BALLAIUGES

Plus en détail

Ordonnance sur les formulaires et registres à employer en matière de poursuite pour dettes et de faillite et sur la comptabilité

Ordonnance sur les formulaires et registres à employer en matière de poursuite pour dettes et de faillite et sur la comptabilité Ordonnance sur les formulaires et registres à employer en matière de poursuite pour dettes et de faillite et sur la comptabilité (Oform) 281.31 du 5 juin 1996 (Etat le 1 er janvier 1997) Le Tribunal fédéral

Plus en détail

Préavis N 19-2011 au Conseil communal

Préavis N 19-2011 au Conseil communal Municipalité Préavis N 19-2011 au Conseil communal Fixation du plafond d'endettement et du plafond pour les cautionnements Responsabilité(s) du dossier : Direction de l administration générale, des finances

Plus en détail

STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy

STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy Article 1 er Dénomination Durée Siège Objet Accusé de réception Ministère de l intérieur 68488072 I. Il est constitué, une Association régie par la

Plus en détail

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR)

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Page 1 / 8 Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Art. 1 Constitution I. Constitution, siège Sous la dénomination «Pôle scientifique et technologique

Plus en détail

DEPARTEMENT DU NORD - ARRONDISSEMENT DE LILLE COMMUNE DE LOMPRET

DEPARTEMENT DU NORD - ARRONDISSEMENT DE LILLE COMMUNE DE LOMPRET DEPARTEMENT DU NORD - ARRONDISSEMENT DE LILLE COMMUNE DE LOMPRET R E G L E M E N T I N T E R I E U R D U C O N S E I L M U N I C I P A L Adopté par délibération n 36/2014 en date du 02 juillet 2014 Commune

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire)

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) (Mandataire 2014) MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1, Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX

Plus en détail

Vente des immeubles «Auberge de Morcles», «Vieux Collège» et «Sur la Fontaine».

Vente des immeubles «Auberge de Morcles», «Vieux Collège» et «Sur la Fontaine». Commune de LAVEY-MORCLES Préavis de la Municipalité au Conseil communal N 02/2012 Vente des immeubles «Auberge de Morcles», «Vieux Collège» et «Sur la Fontaine». Lavey, le 18 août 2012 Au Conseil communal

Plus en détail

Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium

Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium Cinquante-sixième Session 25/03/2014 Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium POINT SUR LE PROJET DE «NOUVEAU CENTRE» 1. Ce document décrit l état d avancement du projet de «Nouveau Centre» présenté dans les documents

Plus en détail

CONVENTION DE SUBVENTION ENTRE LE DEPARTEMENT DE L ISERE, GRENOBLE-ALPES METROPOLE

CONVENTION DE SUBVENTION ENTRE LE DEPARTEMENT DE L ISERE, GRENOBLE-ALPES METROPOLE CONVENTION DE SUBVENTION ENTRE LE DEPARTEMENT DE L ISERE, GRENOBLE-ALPES METROPOLE ET L ASSOCIATION POUR UN CONSERVATOIRE DE L INFORMATIQUE ET DE LA TELEMATIQUE (ACONIT) ENTRE Le DÉPARTEMENT DE L ISÈRE

Plus en détail