1. Présentation du pôle et de l action Rapport quantitatif de l action Evènements marquants... 11

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Présentation du pôle et de l action... 3. 2. Rapport quantitatif de l action... 4. 3. Evènements marquants... 11"

Transcription

1 BILAN D ACTIVITE 2014 BOUTIQUE SOLIDARITÉ Février 2015

2 SOMMAIRE 1. Présentation du pôle et de l action Rapport quantitatif de l action Nombre de personnes qui ont bénéficié de l action Compositions familiales Ages Ressources à l entrée Origines géographiques Modes d habitat Passages mensuels Réponses et orientations proposées Evènements marquants Le développement et l entretien du partenariat Les animations Les activités Problématiques rencontrées Paroles d usagers, témoignages, exemples Ressources humaines Environnement, réseau, partenariat Plan d actions ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 2

3 1. PRESENTATION DU POLE ET DE L ACTION Le pôle Accueil Ecoute & Veille Sociale s adresse : Aux femmes victimes de violence conjugale et familiale, Accueil Ecoute Femmes Aux personnes en situation ou en risque d exclusion, Accompagnement RSA Point Accueil Santé Rond Point 115, ASEP : Action Sociale sur l Espace Public, Boutique Solidarité. Aux ménages en recherche d hébergement ou de logement, Service Intégré de l Accueil et de l Orientation : SIAO La Boutique Solidarité est une des actions formant le «Rond Point» : dispositif qui permet d accueillir la personne en situation d urgence sociale, à la fois dans la proximité (Boutique Solidarité et surtout ASEP) et à l échelon départemental (115) mais aussi en toute discrétion, sans rupture dans son parcours d insertion et sans démultiplication d actions. Les réponses sont complémentaires à plusieurs niveaux : elles permettent au public d avoir un panel plus large de réponses sur des temps différents afin de couvrir le plus globalement possible les besoins. Notre objectif essentiel est d accueillir sur le principe de l accueil inconditionnel et non contractualisé, toute personne à la rue ou en détresse sociale qui vient à la Boutique Solidarité. Nos missions : Proposer différents services humanitaires répondants aux besoins élémentaires des personnes accueillies tels que la domiciliation postale, le téléphone, la bagagerie, les douches, les machines à laver et à sécher Evaluer la situation dans laquelle se trouve la personne en difficulté, et cela par rapport aux domaines suivants : l hébergement, la santé, l alimentaire, le vestimentaire et l accès aux droits, Aider la personne accueillie à retisser des liens sociaux à travers sa participation à la vie du lieu d'accueil et l'encourager dans une démarche participative, Permettre à chacun de retrouver l'accès tant à ses droits, qu'à ses devoirs de citoyen, Favoriser la relance du projet de vie et faire émerger le désir d'insertion, Donner une réponse immédiate ou différée en informant ou en orientant vers la structure ou le service le plus adapté pour répondre à ses besoins et en organisant la mise en œuvre de la réponse, Gérer des logements d urgence de type «ALT» apportant une réponse rapide en termes de mise à l abri, Travailler en réseau, dans une volonté de coopération, pour confronter les pratiques, et mobiliser les acteurs du partenariat local et national, Ne pas se substituer aux services, associations, et organismes existants, mais orienter et accompagner la personne accueillie, dans une démarche d accès au droit commun. Notre pratique s appuie sur une connaissance éprouvée des situations d urgence, acquise depuis plus de 15 ans auprès des publics en grande marginalité ou en voie d exclusion et qui connaissent à des degrés divers des difficultés de logement, d emploi, de santé, de vie familiale, de vie sociale. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 3

4 2. RAPPORT QUANTITATIF DE L ACTION 2.1 Nombre de personnes qui ont bénéficié de l action En 2014, 617 personnes ont été reçues à la Boutique Solidarité (643 en 2013), le nombre de personnes reste quasiment identique à celui de Nombre 2014 % 2014 % 2013 % 2012 Hommes % 74.81% 74.65% Femmes % 25.19% 25.35% TOTAL % 100% 100% GRAPHIQUE REPRESENTANT LA REPARTITION HOMMES / FEMMES Les hommes sont encore largement majoritaires, ils représentent 74.07% des personnes reçues (74.81% en 2013). 2.2 Compositions familiales Personnes seules Personnes seules avec un ou des enfants En couple En couple avec un ou des enfants Non communiqué TOTAL Nombre % % 5.98% 6.65% 5.15% / 100% % % 4.40% 8.22% 4.96% / 100% % % 4.95% 9.74% 4.48% 0 100% ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 4

5 Le pourcentage de personnes seules reste également très largement majoritaire, il est relativement stable, aux alentours de 80% depuis plusieurs années. Notons une légère progression des couples avec enfants et des personnes seules avec enfants et parallèlement une diminution des couples. Les enfants ne sont pas reçus physiquement sur la permanence mais ils sont comptabilisés dès lors qu ils entrent dans la composition familiale pour des demandes telles que les bons alimentaires ou les recherches de logement lorsque le ou les parents nous sollicitent Ages N.B : Pour 12 personnes nous n avons pas les informations concernant leur âge, les pourcentages suivants se basent donc sur 605 personnes % de la population accueillie à la Boutique Solidarité est âgée de moins de 40 ans (67.52% en 2013) et 36.03% est âgée de moins de 30 ans (35.56% en 2013). Les classes d âges les plus représentées sont celle des ans et des ans. La fréquentation du lieu reste donc majoritairement le fait d une population relativement jeune, isolée, masculine, qui vient pour sortir de la rue, prendre une douche, un café, nouer des liens avec les autres, rompre avec la solitude, demander un soutien ou une aide, se mobiliser pour régler les problèmes qu'elle rencontre dans la vie quotidienne. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 5

6 2.4 Ressources à l entrée A noter que, dans le tableau ci-dessous, c est la ressource principale des personnes qui est recensée. Salaire retraite Allocation chômage/ formation RSA AAH Autres Sans ressources Non communiqué Nombre * TOTAL % ,95% 3,96% 31,49% 4,95% 9,70% 44,95% / 100% % % 8.59% 27.19% 5.72% 7.69% 43.29% / 100% % % 5.43% 29.37% 7.13% 3.74% 45.67% / 100% NB : Les pourcentages sont basés sur le nombre total de personnes pour qui nous avions l information. *dont 16 ont l ATA (Allocation Temporaire d Attente) % des personnes accueillies (parmi lesquelles nous avons obtenu l information) ont des ressources, dont % perçoivent des minima sociaux (41.50% en 2013). On note tout particulièrement un pourcentage relativement important de personnes sans ressources : 44.95% (43.29% en 2013). 62,99% 30,59% 56,3 2% 43,38% 36,65% 41,54% Evolution des ressources sur 5 ans 45,67% 43,29% 44,95% 41,50% 41,93% 40,40% Minima sociaux Sans ressources Le phénomène de paupérisation des personnes constaté depuis ces dernières années se maintient avec une légère remontée de la courbe des «sans ressources». Une autre tendance se confirme depuis trois ans, celle de la diminution des personnes qui travaillent, qui perçoivent le chômage, qui suivent une formation ainsi que celles qui perçoivent l AAH. Un décrochage de l insertion par l activité et l emploi s installe durablement avec un nombre croissant de personnes qui n ont d autre issue pour survivre que «la débrouille», les aides humanitaires et les coups de mains ponctuels des proches ou des compagnons de la rue. Cette grande précarité économique du public est, sans doute, à mettre en lien avec : Le nombre important de personnes étrangères, primo-arrivantes, en demande d asile ou déboutées du droit d asile, sans papier, qui ne bénéficient d'aucune ressource régulière. Le fait que l Allocation Temporaire d Attente (ATA) n'est versée, au mieux, qu'au bout du 3ème mois de séjour. La part importante des jeunes qui ne bénéficient d'aucun revenu s'ils ne travaillent pas ou ne sont pas en formation. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 6

7 2.5 Origines géographiques St Brieuc Autre ville (SBA) Autre ville dans le 22 Autre Département Etranger Non communiqué Nombre TOTAL % ,64% 2,09% 6,98% 17,45% 25,83% / 100% % % 0.74% 5.95% 18.22% 30.48% / 100% % % 1.11% 6.80% 12.34% 23.42% / 100% 47.64% des ménages sont originaires de Saint-Brieuc, tout au moins depuis plus de 3 mois. Cette indication est importante car bon nombre de personnes d origine étrangère qui fréquentent la boutique solidarité depuis leur arrivée sur le territoire français reviennent aujourd hui avec leur titre de séjour pour entreprendre les premières démarches administratives que leur ouvre leur nouveau statut, ces personnes sont donc comptabilisées comme résidant à St Brieuc % de personnes sont originaires d autres départements % des personnes arrivent de l étranger notamment de l Afrique (République du Congo, Angola, Centrafrique) de Russie, du Kosovar ou de l Union Européenne. A noter, cette année, une légère diminution du public primo-arrivant. 2.6 Modes d habitat lors du 1 er contact 88.66% des ménages ont un mode d habitat précaire (87.62% en 2013), parmi eux, 43.74% vivent à la rue, en squat, dans leur véhicule ou dans des abris de nuit (46.53% en 2013). Nombre 2014 % 2014 % 2013 % 2012 Locataire d un logement 50 9,07% 9.94% 11.67% Hébergé chez un tiers ,30% 33.77% 29.18% Abris de nuit 34 6,17% Dont trait d union % 20.35% CHRS / PS % 1.88% 0.79% Maison Relais 1 0.8% 0.38% 0% Pension hôtel % Dont auberge de jeunesse 1 ALT % Dont ALT urgence % 3.94% 1.69% 3.15% Rue % 30.02% 21.78% Squat / véhicule % 8.07% 6.62% Autre % 3.38% 2.52% Non renseigné 66 / / / TOTAL % 100% 100% Les «sans abri» qui regroupent d une part les personnes vivant dans la rue et d autre part les personnes en hébergement d urgence, représentent 33.76% des personnes accueillies à la Boutique Solidarité (38.46% en 2013). Les personnes «sans logement» : les personnes vivant en centres d hébergement de longue durée, en pension hôtel représentent 8.06% (6.35% en 2013). ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 7

8 Les personnes en «logement précaire» : personnes vivant provisoirement chez un tiers représentent 36.30% (33.77% en 2013). Les personnes en squat représentent 9.98% et sont en augmentation (8.07% en 2013). Les personnes locataires diminuent : elles représentent 9.07% (9.94% en 2013). 2.7 Passages mensuels Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre TOTAL En moyenne, il y a eu 1119 passages par mois (1211 en 2013). L'augmentation des passages relativement constante depuis plusieurs années connaît, cette année, une baisse sensible (8,26%). On retrouve sur la Boutique Solidarité à peu près le même niveau d activité qu en personnes ne sont passées qu une seule fois (elles étaient 220 en 2013 et 59 en 2012). Cette évolution peut s expliquer de différentes manières: Les personnes ne sont pas revenues parce qu'elles n'ont pas trouvé de réponse à leur demande, Elles sont reparties sans avoir pu avoir d'entretien pour faire part de leur demande à un membre de l'équipe, l'attente étant trop longue. La réponse qu'elles ont obtenue leur a permis de trouver une solution. 82 personnes constituent le groupe des «habitués» qui fréquentent régulièrement les lieux. Ce chiffre est lui aussi en augmentation (70 en 2013, 56 en 2012). ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 8

9 2.8 Réponses et orientations proposées 328 personnes ont pu bénéficier d une domiciliation (375 en 2013, 485 en 2012 et 393 en 2011) Domiciliation Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Nombre de domiciliations en cours / / / Nombre de nouvelles domiciliations (dont renouvellements) Nombre de radiations Nombre de courriers réceptionnés Nombre de courriers enregistrés Nombre de courriers renvoyés Nombre de courriers NPAI Année 2014 La domiciliation s appuie sur un agrément Préfectoral qui permet aux usagers sans résidence stable de bénéficier d une adresse. Cette domiciliation administrative n est pas attribuée de manière systématique. Elle ne peut notamment être proposée aux demandeurs d asile primo arrivants ainsi qu aux personnes vivant régulièrement à St Brieuc ou sur les communes de l agglomération depuis des années et qui justifient de leur présence sur ces territoires. Ce service, doté d un agrément pour 350 domiciliations, connaissait une montée en charge régulière depuis 2011 et nous avons dû cette année revoir notre fonctionnement pour rester dans le cadre de notre convention qui prévoit un quota de 350 domiciliations. Nous avons dû interrompre cette année à plusieurs reprises notre service de domiciliation car nous avions atteint cette limite. Un relais est alors organisé avec le CCAS de St Brieuc de manière à ce que les personnes puissent continuer à bénéficier de ce service. Une moyenne de 1271 courriers par mois (1150 en 2013, 1079 en 2012, 914 en 2011 et 671 en 2010) ce qui fait un total sur l'année de courriers qui sont enregistrés quotidiennement ( en 2013, en 2012, en 2011 et 8061 en 2010). Un registre des passages avec le nombre de courriers distribués est tenu à jour quotidiennement. A noter également qu une réexpédition provisoire sur 3 mois peut être réalisée (sur 1 mois lorsque la personne a une nouvelle adresse définitive). Année 2013 Année 2012 Dans le cadre de ses missions, la Boutique Solidarité offre également un panel de réponses humanitaires qui correspond aux besoins des sans abris. Actions menées Nombre Aide administrative 225 Bons alimentaires 215 Entretiens contrats ALT urgence 74 Bons vestiaires 32 Consignes 2 Domiciliation 328 Orientations vers le Orientations vers le Point Accueil Santé 16 Orientation vers le SIAO 56 Orientation vers un travailleur social 36 Ouverture ou réouverture de droits 6 Recherche d emploi / formation 33 Rechercher de logement 45 Rédaction de lettres de motivation / CV 34 ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 9

10 Le service de domiciliation, l aide aux courriers, aux problèmes administratifs, l orientation vers les associations caritatives pour les colis alimentaires, l orientation vers le 115, la recherche d un hébergement via le SIAO ou d un logement par les sites internet restent les incontournables de nos actions auprès du public. C est une aide ponctuelle, un dépannage de tous les jours que nous demandent les personnes qui fréquentent le lieu. Elles sollicitent le service notamment lorsqu elles prennent connaissance de leur courrier. Elles demandent de le lire lorsqu elles ont des difficultés de lecture ou ne comprennent pas ce qui leur ait demandé. C est l occasion de mettre à jour leurs droits immédiatement par téléphone ou internet, de répondre aux relances, de mettre en place, si nécessaire, un échéancier en cas de retard de paiement d une facture, de stopper les pénalités bancaires Les réponses en dehors de ces aides concrètes sont d ordre humanitaire et répondent aux besoins essentiels de chacun : la santé, l'hygiène, l'alimentation, la sécurité, mais aussi le besoin d humanité, de rencontre, de solidarité, d entraide, d échange, pour sortir de la rue, de son isolement, du froid, de l insécurité. Avoir un lieu ou se mettre à l'abri, parler aux autres, lire le journal, s intéresser à ce qui se passe autour de soi et dans le monde, débattre de questions de tous ordres autour d un café, c est conserver sa part d humanité, de citoyenneté quelle que soit son origine, son apparence, sa religion, son sexe dans le respect des uns et des autres. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 10

11 3. EVENEMENTS MARQUANTS 3.1 LE DEVELOPPEMENT ET L ENTRETIEN DU PARTENARIAT Au cours de cette année, des rencontres mensuelles ont été mises en place avec le Trait d Union (structure d hébergement d urgence de Saint-Brieuc). Ces rencontres permettent aux deux équipes de travailler en concertation et de manière complémentaire. L Equipe Mobile Précarité Psychiatrie (L EMPP) Des rencontres bimensuelles se sont organisées avec l Equipe Mobile Psychiatrie Précarité, elles permettent d aborder les situations des personnes en souffrance psychique. C est un partenariat très important car la population accueillie sur le service est souvent confrontée à ce type de souffrance. L EMPP apporte des éléments qui permettent d adapter les interventions des uns et des autres. Ces échanges d informations sont complémentaires et importants pour les deux équipes. La Maison Du Département (MDD) La maison du département est et reste notre principale orientation en particulier pour les personnes arrivant sur le territoire afin qu un suivi social se mette en place. Des échanges réguliers ont lieu avec les travailleurs sociaux ce qui permet de débloquer les problèmes complexes autour de l ouverture des droits. Le SIRES Cette agence de location sociale est très utilisée par les usagers qui veulent obtenir un logement. Ce partenariat est difficile à maintenir car l agence rencontre souvent des difficultés avec les personnes qui, une fois le logement obtenu, ne payent pas leur loyer et occasionnent des troubles de voisinage. Nous essayons, par conséquent, de rester vigilants sur le profil des personnes à orienter. Les services de l association Nous avons la chance d avoir une association qui dispose d un panel de réponses de proximité avec le 115, l Action Sociale sur l Espace Public (ASEP), le Service Intégré de l Accueil et de l Orientation (SIAO), Hybritel, le pôle emploi/formation etc Cette diversité de réponses favorise nettement les orientations. Les intervenants extérieurs L Association AIDES assure depuis 2013 une permanence autour d actions de prévention en lien avec les conduites sexuelles à risque. Cette permanence est planifiée à raison d ½ journée tous les deux mois. Les temps d échanges Cette année encore, des réunions «temps d'échanges» ont été animées par la coordinatrice, y participaient : les membres de l équipe et surtout les usagers. Cette rencontre a pour objectif, à partir des échanges avec eux, de pouvoir adapter le fonctionnement de la Boutique Solidarité aux différentes demandes et attentes. Les propositions des usagers sont reprises lorsqu elles permettent l amélioration de la qualité du service et des échanges. Par la suite le compte rendu est affiché sur l espace et ne manque pas de susciter bon nombre de commentaires. Cette rencontre se déroule tous les deux mois afin de maintenir un suivi et une amélioration du service rendu. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 11

12 3.2 LES ANIMATIONS Au cours de cette année nous avons pu bénéficier du travail du «COPIL Animation» de l association, c est une instance qui regroupe des usagers et des professionnels afin de mettre en place des animations au sein des différents services. Cela fait maintenant deux ans que le COPIL existe ce qui permet une participation active des usagers dans la mise en place d événements qui rythment l année. Janvier : LA TRADITIONNELLE GALETTE DES ROIS C est un moment convivial qui permet un regroupement entre les usagers des services. Cette rencontre favorise une meilleure compréhension des différentes prises en charge. Avril : LE PLANT O DONS Le PLANT O DONS est un moment festif qui marque l arrivée des beaux jours. La bonne humeur domine tout au long de cette journée. Les usagers s investissent pour que cette fête soit un tournant dans l année. A noter, encore une fois, le vif succès de cette journée consacrée aux plantes. Les usagers des différents services se sont engagés dans la réussite de cette action. Certains ont exprimé leur savoir faire par la création de nichoirs ou de recettes culinaires à base de plantes. Juin : LE BARBECUE Un barbecue a été organisé en juin, les inscriptions étaient recensées à la Boutique Solidarité. C est un bon moment et les échanges sont intenses. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 12

13 Juillet : LES ESTIVALES DE VOLLEY Cette année encore, après une recherche de financement difficile, un groupe d usagers a pu participer aux estivales de volley. 4 usagers de la Boutique Solidarité ont ainsi pu prendre part au plus grand tournoi de volley de plage avec les meilleurs joueurs européens, les meilleures équipes, des joueurs professionnels internationaux évoluant dans des équipes qui parcourent le monde entier. En fait, le rôle du groupe, a été de renforcer l équipe de bénévoles qui organise ce tournoi. A défaut de jouer, le groupe a monté une centaine de terrains chaque matin, confectionné des sandwichs, monté des tribunes et pour finir les journées, démonté une centaine de terrains avec la marée montante. Septembre : LA JOURNEE PETANQUE Profitant d une météo relativement clémente à cette période de l année le tournoi annuel de pétanque a été organisé dans un parc a proximité des locaux. Les matchs ont attiré un bon nombre d usagers qui se sont affrontés dans une ambiance conviviale. Un pique-nique champêtre a ponctué cette journée de compétition qui s est clôturée par une remise de prix pour les vainqueurs. 17 Octobre : JOURNEE DU REFUS DE LA MISERE A cette occasion, un rassemblement est organisé par le collectif sur la place des droits de l homme à Saint-Brieuc auquel participent les principaux acteurs du social. Notre participation à cette journée s est traduite par la conception d un panneau fait par les usagers qui a été exposé sur le parvis des droits de l homme lors de la cérémonie. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 13

14 Décembre : LES FESTIVITES DE NOËL Cette période, au goût familial, est un moment souvent bien difficile à passer pour des personnes qui, pour la plupart, sont en rupture avec leur famille, il convient donc d apporter un peu de réconfort en leur proposant de participer à l élaboration des fêtes de Noël. Le centre social du point du jour a organisé une fête en partenariat avec ADALEA. Le thème choisi : «Noël chez les extra-terrestres». Des soupes et quelques breuvages ont été confectionnés, elles ont été offertes à la population du quartier des villages à Saint Brieuc. Cette fête remporte un réel succès aussi bien avec les usagers qu avec les professionnels.. Le 24 Décembre, un goûter a été organisé à la Boutique Solidarité. Ce goûter est destiné aux personnes de passage qui en ce jour particulier se sentent souvent seules. C est un moment convivial favorisant le contact entre les personnes présentes LES ACTIVITES Ateliers d expression artistique En 2014, des ateliers artistiques ont pu voir le jour sur le service. Des tableaux ont ainsi été créés par les usagers et exposés sur le lieu. Ces séances de dessin ont pu apporter, aux personnes qui s y sont inscrites, une certaine sérénité, un certain apaisement. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 14

15 Le CCRPA Les usagers de la Boutique Solidarité participent au Comité Consultatif Régional des Personnes Acceuillies (CCRPA). Même si le fait de mobiliser les personnes reste compliqué, un petit groupe a pu être présent dans cette instance avec, en retour, une grande satisfaction. Leur parole a pu être entendue et prise en compte dans une instance reconnue et légitimée. PAIRSVIES L Agence Régional de Santé (ARS Bretagne) a lancé un appel à projets sur le thème : «La santé des personnes en situation de précarité». Nous avons présenté un projet portant sur la formation de personnes en situation de précarité aux premiers secours (PSC1 : Prévention et Secours Civiques de niveau 1). L idée était de former 24 stagiaires aux gestes de premiers secours, en plusieurs sessions (groupes de 6 ou 8 personnes). Les sapeurs pompiers ont été chargés de dispenser ces sessions de formation. Les personnes à qui la formation s adressait étaient hébergées dans des structures d hébergement (Places de stabilisation, Maison relais, CHRS ) ou encore à la rue et mobilisées dans le cadre de l ASEP (Action Sociale sur l Espace Public). Les objectifs pour ce projet étaient de : Leur permettre d avoir les bons gestes et les bons réflexes face à une situation de détresse ou d accident dans l attente de l arrivée des secours, Les rendre actrices en les impliquant dans cette formation, Leur permettre d avoir une meilleure attention de leur état de santé, Leur permettre de développer des capacités personnelles, Favoriser leur prise de conscience de l importance d un bon état de santé et des efforts à déployer pour y parvenir Nous pouvons aujourd hui en faire le bilan puisque le projet s est déroulé d octobre 2013 à juin 2014, avec une finalisation par un bilan effectué avec les acteurs du projet (financeurs, professionnels et usagers) le 13 juin Les sapeurs Pompiers de Saint-Brieuc ont formé 16 personnes qui sont allées au bout des sessions de formation (9 heures de formation) et qui ont obtenu leur diplôme PSC1. Le partenariat avec le SDIS 22 a été une réussite et les échanges entre les stagiaires et le formateur sapeur pompier ont été de qualité. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 15

16 Parallèlement à la formation PSC1, un livret reprenant les gestes des premiers secours a été travaillé avec un groupe de 7 personnes et un graphiste professionnel. Là encore, de nombreux échanges et une adaptation au public ont permis de rendre les personnes réellement actrices et créatives. Le résultat du livret est coloré, le texte et les dessins ont été créés par le groupe. Il récapitule les mécanismes premiers à avoir en situation de danger ou d accident. Ce livret a été imprimé en exemplaires et est distribué depuis juin dernier dans des structures recevant du public (associations du département, lieux d accueil d urgence ). La journée bilan du 13 juin 2014 a été un franc succès. 25 à 30 personnes étaient présentes : quelques partenaires et la forte participation des personnes accueillies. Un diaporama retraçant le projet dans sa globalité a été présenté et Sylvie, une personne accueillie par ADALEA a pris la parole pour expliquer les étapes de la réalisation du livret par le groupe graphiste. Les personnes formées au PSC1 attendaient avec impatience la remise des certificats effectuée par Mme CHARLES (directrice d ADALEA) et Mme GILLIERON (Agence Régionale de Santé). Au-delà de la présentation du projet et du livret, les personnes ont pu s exprimer sur cette expérience et sur ce qu elles en ont retenu. Trois d entre elles ont pu dire que depuis leur formation au PSC1, elles ont été en situation d accident, et en capacité d effectuer l alerte aux secours et les premiers gestes. Par ailleurs, lors des sessions de formation, une prise de conscience sur le rapport au corps s est opérée : Comment écouter nos maux et intervenir de manière préventive lorsqu ils apparaissent? Quelles sont les conséquences possibles des excès tels que le tabac et l alcool? Comment l anatomie de notre corps peut-il se transformer à cause de ces excès?... Autant de questions qui ont pu réinterroger notre manière de vivre, et les précautions à prendre pour éviter des accidents tels que la crise cardiaque, l Accident Vasculaire Cérébral ou encore les crises d épilepsie. Ce projet a aussi et surtout permis de valoriser les personnes et de les sensibiliser à une démarche citoyenne. En effet, comme tout un chacun, nous nous devons de porter assistance à toute personne en situation de danger. L ARS Bretagne a : - accepté de renouveler cette action pour Ainsi, des contacts sont en cours avec l Union Départementale des Sapeurs Pompiers des Côtes d Armor et les personnes accueillies commencent à s inscrire pour participer aux sessions PSC1, - attribué à l action le label «Droit des usagers à la santé 2014» : ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 16

17 Le livret d accueil Une personne en service civique s est vu confier un travail autour de la conception d un livret d accueil tel que préconisé par la loi A partir des rencontres avec les usagers de la Boutique Solidarité, elle a pu sélectionner les informations utiles qui depuis figurent sur les brochures. Ce document est aujourd hui disponible au sein même des locaux, en consultation libre. Mise en place et participation au projet «Bien souper, ça ne mange pas de pain» : Participation des usagers de la Boutique Solidarité à quelques uns des 24 ateliers animés par une diététicienne. Ateliers appréciés des participants comme des professionnels qui ont donné lieu à des échanges concernant les problèmes de santé et à des rencontres entre usagers de différents services de l association. Ces ateliers donneront lieu à la rédaction d un guide pratique avec des conseils diététiques et des recettes. Cette action a été possible grâce au financement de la CPAM. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 17

18 Visite du Préfet A l occasion de la période hivernale, Mr Le Préfet est venu rendre visite aux différents services d urgence : 115, ASEP et Boutique Solidarité. Cette visite a permis de rendre visible les différentes actions et d échanger sur les évolutions tant de la fréquentation des services que des publics accueillis. De gauche à droite : Joseph PENNORS (Membre CA ADALEA), le Préfet Pierre LAMBERT, Pierre GRELLARD (Président ADALEA), Françoise PELLAN (Adjointe au Maire action sociale et solidarité), Bertrand RIGOLOT (Directeur DDCS), Alfred LE MEE (Conseiller délégué à l action contre la pauvreté et l exclusion), Manuela CHARLES (Directrice ADALEA), Marie-France BOMMERT (Vice-Présidente ADALEA), Joëlle LE MAT (Educatrice ADALEA), Marie-Claire GOLAIRE (Membre CA ADALEA), Valérie BOCQUEHO (responsable de pôle ADALEA). Bureau pour la domiciliation Comme prévu en fin d année dernière, le 115 a quitté les locaux de la Boutique Solidarité ce qui a permis de dédier un bureau pour le service de domiciliation. Une armoire à courrier ainsi qu un poste informatique ont pu y être installés afin de mieux suivre le passage des personnes domiciliées. Les procédures de suivi et de distribution du courrier ont également été revues, chaque personne doit dorénavant signer dès leur qu elles retirent leur courrier. Groupe culture FNARS Depuis 2014, la FNARS pilote un nouveau projet autour du montage d un roman photo avec la participation de plusieurs établissements. Des réunions ont lieu chaque vendredi après midi avec la présence des différents services de notre association afin de finaliser le projet. Il s en suit une mise en commun lors d une rencontre trimestrielle avec les acteurs du projet.. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 18

19 L évaluation externe A la suite de l évaluation interne conduite en 2013 et comme le prévoit la loi rénovant l action sociale et médicosociale et le Code de l Action Sociale et des Familles (CASF), les services du Rond-Point (boutique solidarité, l Asep, le 115) ont procédé à leur évaluation externe en Le cabinet Perinove, retenu de manière conjointe avec la Maison de l Argoat pour mener à bien cette démarche, est intervenu sur nos services de mars à juin Après une analyse documentaire à partir nos références (projet associatif, projets de services) et nos outils (plaquettes, compte-rendu de réunion, etc.), les intervenants de Perinove ont rencontré les différentes parties prenantes de l association : des représentants du Conseil d Administration la direction et l encadrement les professionnels les personnes accueillies et une dizaine de partenaires. A l issue de cette phase d analyse et d observation de terrain, le cabinet Perinove a transmis ses conclusions finales en octobre au sein d un rapport de 71 pages et un rapport abrégé de 24 pages transmis à la Direction Départementale de la Cohésion Sociale. Les résultats de l évaluation externe ont fait l objet d une restitution auprès des équipes en réunion de pôle et feront l objet d un panneau affichage sur les services. De manière globale, les résultats de l évaluation externe sont satisfaisants. Les axes de progrès identifiés vont venir abonder les fiches actions de l évaluation interne pour intégrer ensuite le plan d actions dans le cadre du projet associatif La rénovation des locaux de la boutique solidarité en est un axe majeur. 4. PROBLEMATIQUES RENCONTREES Les ALT d urgence Le Rond Point gère 4 logements de type ALT d urgence dont l un est réservé aux femmes victimes de violence. Ce dernier a la particularité d être situé au sein même du CHRS Clara Zetkin. Deux autres se trouvent en ville sur des quartiers relativement calmes, quant au dernier il jouxte les locaux de la Boutique Solidarité. Ces logements sont mis à disposition de personnes qui ne rentrent pas dans les dispositifs collectifs d hébergement d urgence. Les situations sont abordées en réunion d équipe avant toute orientation. Ces logements permettent à leurs occupants de bénéficier d un temps, correspondant en général au délai d attente avant une attribution du SIAO, pour apprendre ou réapprendre à vivre en logement. Ces appartements ont vocation à accueillir des personnes avec un long parcours de rue. Un agent d entretien passe chaque semaine vérifier si la personne ne manque de rien et un entretien régulier est programmé pour faire le point autour des contrats hebdomadaires. Il n est pas rare de recevoir des appels des propriétaires pour nous signaler des débordements occasionnant des plaintes du voisinage. Les faits sont alors repris avec la personne concernée et la fréquence des visites au logement est alors renforcée via l équipe de l ASEP. Peut être pourrions nous améliorer cet outil en proposant un accompagnement plus individualisé par des visites au sein même du logement par un professionnel référent afin de préparer au mieux la personne a un accompagnement plus classique de type CHRS. Les demandeurs d asile La Boutique Solidarité est un point de repère pour toute personne arrivant sur le territoire, un grand nombre de personnes «primo-arrivantes» a ainsi été accueilli en Cet endroit est identifié comme étant le seul endroit de la ville ou l on peut se mettre à l abri en journée aussi bien par les personnes que les partenaires. Ainsi, les personnes ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 19

20 viennent logiquement jusqu'à la Boutique Solidarité pour des demandes d hébergement, de soins et d hygiène, d aide alimentaire et vestimentaire. En cette année 2014, le nombre d arrivée sur le territoire a fortement baissé même si nous avons quand même accueilli un nombre important de primo-arrivants. Nous constatons que ces arrivées concernent en majorité des personnes isolées et donc moins de familles. Nous avons donc eu recours au 115 car c est le seul circuit proposé pour cette situation. Nous avons aussi accueilli des jeunes migrants qui ont pu bénéficier d un premier accueil par le Conseil général avec hébergement et scolarisation, pendant plusieurs semaines jusqu'à ce qu une fin de prise en charge soit prononcée. Elles se retrouvent donc déscolarisées et sans logement. Nous avons aussi constaté qu un grand nombre a vu ses démarches de demande d asile aboutir et elles se présentent donc à nous en possession d un titre de séjour d un an et souhaitent donc pouvoir entrer dans le droit commun par la mise en place de revenus, de couverture sociale, de recherche d emploi, d obtention d une adresse administrative, de demande de logement social sans pouvoir bénéficier du SIAO car les demandes sont rejetées. Dans ce cas précis nous sommes amenés à accompagner la personne dans une recherche de logement qui prend beaucoup de temps et d investissement. En ce qui concerne les familles, l ouverture de l hybritel a fait baisser le nombre d accueil dans l urgence car elles sont désormais orientées directement sur la structure et l urgence des situations est gérée par le personnel en place. Mais leurs interventions étant limitées par le cadre de leur fonctionnement nous intervenons en second plan pour quelques démarches de scolarisation des enfants, d aide alimentaire et/ou vestimentaire entre autres. Les personnes sans statut officiel : Depuis plusieurs années, la boutique solidarité accueille un nombre conséquent de personnes dites «sans papiers». Même si certaines voient leur situation s améliorer par le biais du mariage et donc l obtention d un statut leur permettant d ouvrir des droits sur notre territoire, les arrivées régulières de personnes souvent jeunes n ont pas cessées. Elles utilisent le lieu pour prendre des douches, laver du linge, utiliser internet pour avoir des nouvelles de la famille. Les seules interventions de notre part sont une aide à la mise en place de l AME et une aide alimentaire. Les chiens : La Boutique Solidarité accueille régulièrement des routards, des jeunes punks ou encore des voyageurs. Ces personnes sont accompagnées d animaux qu ils ne quittent pour rien au monde. Elles assument complètement le fait de ne pas pouvoir bénéficier de places en foyer, de ne pas pouvoir utiliser le réseau de bus urbain. Ce mode de vie les pousse à fréquenter la Boutique Solidarité très régulièrement. Les demandes autour de la prise en charge de l animal que se soit au niveau de la régularisation du chien ou bien vétérinaire sont fréquentes mais nous ne disposons pas, à ce jour, de partenariat si ce n est une aide financière qui reste difficile à obtenir via SPA France dont le siège se trouve à Paris ce qui ne facilite pas les choses. En cette fin d année nous avons répondu à un appel à projet via la fondation Pierre et Adrienne SOMMER afin de pouvoir répondre au mieux aux sollicitations. Les lessives : La boutique solidarité met à disposition deux machines à laver le linge et un sèche-linge. Nous avons mis en place un planning sur réservation ce qui nous fourni un support écrit en cas de contestation, nous avons aussi dû diminuer le nombre de créneaux afin de désengorger l attente devant le sèche-linge. Des comportements difficiles à gérer : Nous sommes régulièrement confrontés à des problèmes de comportement de la part des usagers. Certains sont ancrés dans des problèmes d addiction (alcool / drogue), ce qui entraine des comportements agressifs. Le bureau de la boutique solidarité est ouvert à tous, il n est pas rare que des conflits de rue entre usagers reprennent quand les protagonistes se rencontrent sur le lieu. D autres en souffrance psychologique adoptent un comportement inadapté envers les professionnels et peuvent se montrer menaçants. Même si nous pouvons compter sur le partenariat avec l EMPP, ces situations se répètent de plus en plus fréquemment. Ces attitudes sont très difficiles à gérer sur un collectif. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 20

LISTE DES MISSIONS DE BENEVOLAT ADALEA

LISTE DES MISSIONS DE BENEVOLAT ADALEA LISTE DES MISSIONS DE BENEVOLAT ADALEA Vous trouverez dans ce document la liste des missions de bénévolat que nous proposons au sein de notre association. Cette liste est susceptible d évoluer selon nos

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION UNIQUE D ADMISSION

FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION UNIQUE D ADMISSION FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION UNIQUE D ADMISSION Le Pôle Logement Hébergement regroupe différents services et dispositifs dont 3 Centres d Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS), des appartements

Plus en détail

Service Accueil RSA RAPPORT D ACTIVITE 2014

Service Accueil RSA  RAPPORT D ACTIVITE 2014 Service Accueil RSA RAPPORT D ACTIVITE 2014 TABLE DES MATIERES PRESENTATION DU SERVICE ET DE SON ORGANISATION... 3 BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF DU SERVICE ACCUEIL RSA... 5 1. Quelques données générales...

Plus en détail

Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi. 13 septembre 2012

Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi. 13 septembre 2012 Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi 13 septembre 2012 Sommaire Introduction I. La plateforme de Lyon: la maison du réfugié 1. Présentation générale 2. Le réseau partenarial 3.

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Mutuelle Petite Enfance Lafayette

Mutuelle Petite Enfance Lafayette Mutuelle Petite Enfance Lafayette Page 1 sur 8 1 PRESENTATION Le relais d assistantes maternelles «Canne à Sucre» se situe au 197 cours Lafayette 69006 LYON. Le relais assistantes maternelles «Canne à

Plus en détail

Inter Médiation Locative

Inter Médiation Locative C.A.I.O. Centre d Accueil d Information et d Orientation Inter Médiation Locative I.M.L Bilan de l année 2013 C.A.I.O. 6, rue du Noviciat C.S 71343 33080 Bordeaux-Cedex 05.56.33.47.80-05.56.33.47.94 polelogement@caio-bordeaux.fr

Plus en détail

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015 1 Introduction Au début de l année 2015, l EHPAD La Vasselière a réalisé une enquête de satisfaction auprès des résidents et des familles. Celle-ci s est articulée autour de 6 thèmes : Situation personnelle

Plus en détail

PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE. pour les seniors, leur famille et les professionnels

PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE. pour les seniors, leur famille et les professionnels PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE pour les seniors, leur famille et les professionnels UN LIEU D ACCUEIL,D ÉCOUTE, D INFORMATION ET D ORIENTATION L équipe du pôle seniors est à votre disposition pour vous

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

et vous Brochure d information à l usage des nouveaux bénéficiaires du RSA

et vous Brochure d information à l usage des nouveaux bénéficiaires du RSA et vous Brochure d information à l usage des nouveaux bénéficiaires du RSA Le revenu de solidarité active est une mission majeure du Conseil général des Hauts-de-Seine Le RSA? Le RSA a été créé pour vous

Plus en détail

Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg

Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg Table ronde L endettement des jeunes en pratiques : sensibilisation et intervention Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg Nicolas von Muhlenen Carrel Assistant

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet.

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet. Service AID Le Droit Au Logement Opposable (DALO) est un moyen pour des personnes qui n arrivent pas à accéder au logement social de faire valoir leur droit au logement. La Loi DALO de 2007 prévoit pour

Plus en détail

Bilan du Renfort hivernal 2013/2014

Bilan du Renfort hivernal 2013/2014 Préfet du Rhône Direction départementale de la cohésion sociale Bilan du Renfort hivernal 2013/2014 Comité technique de la veille sociale 27 mai 2014 1 Les contours du renfort hivernal Une instruction

Plus en détail

Projet Accord âge à Aix-les-Bains

Projet Accord âge à Aix-les-Bains EXPÉRIENCE Projet Accord âge à Aix-les-Bains Lancé en 2009 et porté par le CCAS, le dispositif Accord âge vise à permettre à des personnes âgées de maintenir ou recréer des liens sociaux. Le projet est

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE Chapitre 116 La Permanence d Accès aux Soins de Santé A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE 1. La loi d orientation du 29 juillet 1998 La loi d orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions

Plus en détail

Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile

Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile Direction de l Asile - PADA- Appel à Projet 2014 Juillet 2013 Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile Direction de l Asile - PADA- Appel à Projet 2014

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE CHRS

RAPPORT D ACTIVITE CHRS Accueillir Ecouter Accompagner RAPPORT D ACTIVITE 212 CHRS CHRS Association Abri de la Providence 18, rue de Nazareth 49 1 ANGERS Tel 2.41.41.41. Fax 2.41.25.3.45 lespetitesmaisons@abridelaprovidence.fr

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Veilleur de nuit VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS

Veilleur de nuit VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS Direction des Ressources humaines Veilleur de nuit G VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service : Maison des Enfants POSITIONNEMENT

Plus en détail

MAISON DES ASSOCIATIONS. 5 bis, rue de la Forêt. 95350 Saint Brice sous Forêt REGLEMENT INTERIEUR

MAISON DES ASSOCIATIONS. 5 bis, rue de la Forêt. 95350 Saint Brice sous Forêt REGLEMENT INTERIEUR MAISON DES ASSOCIATIONS 5 bis, rue de la Forêt 95350 Saint Brice sous Forêt REGLEMENT INTERIEUR 1 SOMMAIRE 1 OBJET DE LA MAISON DES ASSOCIATIONS... 1 2 ACCES A LA MAISON DES ASSOCIATIONS... 1 3 - CONDITIONS

Plus en détail

FORMATION AUX PREMIERS SECOURS

FORMATION AUX PREMIERS SECOURS Evènements FORMATION AUX PREMIERS SECOURS Mission Locale du Charolais - 17 rue Jean Bouveri - 71 130 GUEUGNON Structure support du projet Rappel de la mise en place et des objectifs de cette action. L

Plus en détail

Formation des membres du CHSCT

Formation des membres du CHSCT CONSEIL D ADMINISTRATION DU 22 JANVIER 2013 Formation des membres du CHSCT Organisme formateur : IRA Bastia Durée formation : 6 jours Date proposée : 1 er session : 28, 29 et 30 janvier 2 ème session :

Plus en détail

CONFÉRENCE DÉPARTEMENTALE LES DISPOSITIFS D ACCUEIL, D HÉBERGEMENT ET DE LOGEMENT DE L INDRE

CONFÉRENCE DÉPARTEMENTALE LES DISPOSITIFS D ACCUEIL, D HÉBERGEMENT ET DE LOGEMENT DE L INDRE CONFÉRENCE DÉPARTEMENTALE LES DISPOSITIFS D ACCUEIL, D HÉBERGEMENT ET DE LOGEMENT DE L INDRE SOLIDARITÉ ACCUEIL 25 avenue Charles de Gaulle à Châteauroux SIAO : Service de l Accueil et de l Orientation

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

COMMUNICATION. Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires. Portraits de résidents sur la toile

COMMUNICATION. Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires. Portraits de résidents sur la toile Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires Portraits de résidents sur la toile I Portraits-video de gens ordinaires : des témoignages pour faire taire les préjugés

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE RSA. Active. de Solidarité. Revenu

GUIDE PRATIQUE RSA. Active. de Solidarité. Revenu GUIDE PRATIQUE RSA Revenu de Solidarité Active I Le Département est le chef de file de l'action sociale. Dans ce cadre, le Revenu de Solidarité Active, dont la responsabilité a été confiée par la loi aux

Plus en détail

Collectif Santé Précarité Montpellier. Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM

Collectif Santé Précarité Montpellier. Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM Au menu de la rencontre : préparation du 17/10/10 - Etat des lieux : Alerte dégradation accès aux droits et aux soins

Plus en détail

DES PRESTATIONS OFFERTES AUX USAGERS

DES PRESTATIONS OFFERTES AUX USAGERS 1.1 LES ATELIERS DES PRESTATIONS OFFERTES AUX USAGERS Les usagers du SESVAD de par leurs pathologies, leurs handicaps, leur parcours social, familial, peuvent être en rupture avec leur environnement, leurs

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique 18/02/2015 Dossier de presse L hébergement d urgence en Loire-Atlantique M. Henri-Michel COMET, préfet de la région Pays de la Loire, préfet de Loire-Atlantique a rencontré le mercredi 18 février 2015

Plus en détail

1) Pourquoi une instruction spécifique

1) Pourquoi une instruction spécifique Préambule Ce guide d instruction a vocation à faciliter l examen des demandes étudiantes de gratuité des transports sur le réseau STAR en donnant à chaque instructeur des Centres Communaux ou Intercommunaux

Plus en détail

CCAS et Domiciliation Présenté par Muriel Bories Directrice du CCAS de Saint-Orens de Gameville

CCAS et Domiciliation Présenté par Muriel Bories Directrice du CCAS de Saint-Orens de Gameville CCAS et Domiciliation Présenté par Muriel Bories Directrice du CCAS de Saint-Orens de Gameville Les CCAS sont Habilités de plein droit a domicilier. ( Art L264,1 à 264.10 du CASF) C est l une de leur mission

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Assemblée Générale ordinaire du 6 Mai 2013

Assemblée Générale ordinaire du 6 Mai 2013 Assemblée Générale ordinaire du 6 Mai 2013 Le dispositif du SIAO 06 en 2012 SIAO urgence Mise à l abri et orientation : 115 et PAU Hébergement : SIAO insertion - ALT - CHRS Urgence - CHRS Insertion - Lits

Plus en détail

Livret d accueil. Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Bonsecours. www.bonsecours.fr

Livret d accueil. Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Bonsecours. www.bonsecours.fr Livret d accueil Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Bonsecours www.bonsecours.fr EDITO Chère Madame, Cher Monsieur, Le bien-être de nos Aînés est une préoccupation essentielle de votre municipalité.

Plus en détail

Le Projet pédagogique Secteur Adultes

Le Projet pédagogique Secteur Adultes Le Projet pédagogique Secteur Adultes I. Introduction... 2 II. Les Objectifs Généraux Statutaires Spécifiques au Secteur... 2 Le 2ème : Renforcer le lien social... 2 Le 3ème : Identifier et formaliser

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

COORDINATION SIAO 06. Association GALICE

COORDINATION SIAO 06. Association GALICE COORDINATION SIAO 06 COORDINATION SIAO 06 Association GALICE SIAO URGENCE ALC P.U.I.P. 115 SIAO HEBERGEMENT INSERTION GALICE Bassin Antibois Service logement CASA Bassin Cannois CCAS de Cannes SIAO LOGEMENT

Plus en détail

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Fiche action 3 Accompagnement des personnes en situation de précarité

Plus en détail

Fiche d auto-évaluation de la Mission Locale de Vichy Septembre 2014

Fiche d auto-évaluation de la Mission Locale de Vichy Septembre 2014 Fiche d auto-évaluation de la Mission Locale de Vichy Septembre 2014 D où vient-on? La mission locale par son engagement du 7 janvier 2013, souhaite remettre les jeunes au centre des dispositifs, il faut

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E13 Service de location et lavage de gobelets - SMTD BASSIN EST Monographie complète SMTD Bassin Est (Pyrénées Atlantiques) Année 1 du

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Résidence le Venasque

Résidence le Venasque Résidence le Venasque Quand le logement n est pas qu un toit Foyer de jeunes travailleurs de ST- Gaudens A.N.R.A.S Association Loi 1901. Partenaires financeurs : Conseil Général, CAF 31, DDASS 31, Ville

Plus en détail

SYNTHESE DU RAPPORT D ACTIVITE 2008. BILAN DU RESEAU DEPARTEMENTAL Période 2000-2008 BIBLIOTHEQUE DEPARTEMENTALE

SYNTHESE DU RAPPORT D ACTIVITE 2008. BILAN DU RESEAU DEPARTEMENTAL Période 2000-2008 BIBLIOTHEQUE DEPARTEMENTALE SYNTHESE DU RAPPORT D ACTIVITE 2008 BILAN DU RESEAU DEPARTEMENTAL Période 2000-2008 Bibliothèque départementale de Lot-et-Garonne BP9 - Rue du Pont de Marot 47301 Villeneuve-sur-Lot tél : 05 53 40 14 40

Plus en détail

Contrat de séjour en collectif (en référence au décret n 2004-1274 du 26.11. 2004)

Contrat de séjour en collectif (en référence au décret n 2004-1274 du 26.11. 2004) Contrat de séjour en collectif (en référence au décret n 2004-1274 du 26.11. 2004) Entre Madame ou Mademoiselle Et la représentante du C.H.R.S. Le Grand Saint Jean de l association Le Grand Saint Jean

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES 2011

RAPPORT D ACTIVITES 2011 RAPPORT D ACTIVITES SERVICE D AIDE AUX TUTEURS FAMILIAUX RAPPORT D ACIVITES Depuis 1997, les associations UDAF22 et ACAP (anciennement ADT) se sont dotées d un dispositif d aide aux tuteurs familiaux.

Plus en détail

La Maison. Départementale. des Personnes. Handicapées

La Maison. Départementale. des Personnes. Handicapées La Maison Départementale des Personnes Handicapées 0 800 31 01 31 Depuis son installation en 2006, la Maison Départementale des Personnes Handicapées assure le rôle de guichet unique départemental pour

Plus en détail

Règlement de gestion des prestations du Centre Communal d Action Sociale

Règlement de gestion des prestations du Centre Communal d Action Sociale Règlement de gestion des prestations du Centre Communal d Action Sociale I- DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : Le présent règlement a pour objet de fixer les modalités d inscription, de facturation et

Plus en détail

BILAN 2010 ACTIONS LOGEMENT TEMPORAIRE :

BILAN 2010 ACTIONS LOGEMENT TEMPORAIRE : BILAN 2010 ACTIONS LOGEMENT TEMPORAIRE : ACCUEIL, INFORMATION, ORIENTATION LOGEMENT INTERGENERATIONNEL Le service logement temporaire de la Communauté de Communes du Diois est en place depuis février 2007.

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2010 du CCAS de Châteauneuf-Sur-Loire

RAPPORT D ACTIVITE 2010 du CCAS de Châteauneuf-Sur-Loire RAPPORT D ACTIVITE 2010 du CCAS de Châteauneuf-Sur-Loire SOMMAIRE Introduction Réunions du Conseil d Administration Instruction des demandes d aide sociale légale Secours financiers Aide alimentaire Accueil

Plus en détail

formation 2012 Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes»

formation 2012 Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes» Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes» FORMA-CLLAJ formation 2012 / /Directeurs // Responsables // Élus // Cadres administratifs // Agents de collectivités territoriales

Plus en détail

Chambre des associations PJ2I Mars 2012

Chambre des associations PJ2I Mars 2012 Le projet démarre en 2008, la Cda participe en tant que membre de la Mission d'accueil et d'information des Associations (MAIA) du Val de Marne à une étude sur l engagement bénévole des jeunes de 16-25

Plus en détail

ANIMATEUR LUDOTHEQUE

ANIMATEUR LUDOTHEQUE ANIMATEUR LUDOTHEQUE Renseignements relatifs à l agent : Nom : Prénom : Catégorie : B Coefficient : 255 Sous la responsabilité et l autorité de la directrice de l Association Enfance du Biollay et de son

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Catalogue de formations Droit des étrangers

Catalogue de formations Droit des étrangers Catalogue de formations Droit des étrangers ISM Interprétariat 251, rue du Faubourg Saint-Martin 75010 Paris Info Migrants est un service d'ism Interprétariat. L association ISM Interprétariat est enregistrée

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51

DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51 DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51 N de dossier :. Date de la demande :.. /.. /.. PERSONNE(S) ET STRUCTURE AYANT EFFECTUE L ENTRETIEN Travailleur social qui oriente :.. Structure :.. Référent

Plus en détail

Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale

Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale Dossier de presse Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale Avec plus de 700 entreprises partenaires et un

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription ATELIER CV Cet atelier vous aide à travailler ou retravailler votre CV : - repérage des compétences - mise en forme du CV - possibilité d insérer une photo - enregistrement de votre CV sur différents supports

Plus en détail

I. Rôle et fonction de l éducateur :

I. Rôle et fonction de l éducateur : La Résidence Sociale Jeune a été créée en 2002 pour recevoir des jeunes de 18 à 25 ans et plus. Elle offre 20 logements autonomes à loyers modérés. La Résidence Sociale est gérée par le PACT 04. L ADSEA

Plus en détail

Café 2030 22 Novembre 2011

Café 2030 22 Novembre 2011 Café 2030 22 Novembre 2011 Ne pas oser à porter le sac d une personne âgée N a rien dit sur une attitude méprisante vis-à-vis d une femme voilée et âgée Ne rien dire aux cyclistes sur les trottoirs Le

Plus en détail

1 ADMISSION ET FORMALITES D INSCRIPTIONS

1 ADMISSION ET FORMALITES D INSCRIPTIONS REGLEMENT DES SERVIICES PERIISCOLAIIRES DE LA COMMUNE DE TOURRETTES 1 ADMISSION ET FORMALITES D INSCRIPTIONS 1.1 Bénéficiaires des services Les services périscolaires sont proposés aux familles des enfants

Plus en détail

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France PREFECTURE DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE MINISTERE DU LOGEMENT ET DE LA VILLE Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France L accueil et d hébergement en Ile-de-France

Plus en détail

PRÉSENTATION DU MICRO-LYCÉE

PRÉSENTATION DU MICRO-LYCÉE L objectif du micro-lycée Permettre à des jeunes qui ont interrompu leur scolarité au lycée de reprendre des études dans des conditions différentes et adaptées à leur situation en vue d obtenir le baccalauréat

Plus en détail

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX ANALYSE des BESOINS SOCIAUX d.soufflard-antony@laposte.net Commune de ROUSSET (13) Présentation aux Elus 29 septembre 2011 Préalable la commune de ROUSSET (13) 2 Diplômes Master² en Consultation des Organisations

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Evaluateur du projet : Observatoire régional de la santé en Languedoc-Roussillon

Evaluateur du projet : Observatoire régional de la santé en Languedoc-Roussillon Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges Corporate Creative Strategies (www.ccstrategies.be), une agence belge de communication spécialisée en communication corporate, a

Plus en détail

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement Dossier de presse Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement 7 janvier 2015 Communiqué de presse Campagne de communication «Pas de relations sexuelles sans consentement» «Pas

Plus en détail

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS I- Moyens financiers Budget 2007 : Recettes totales = 3.604.581 dont : Budget CCAS : 1.487.913 Budget annexe SSIAD : 438.284 Budget annexe MAD : 1.678.384 Dépenses

Plus en détail

PREFET DE TARN-et-GARONNE CAHIER DES CHARGES. Pour la création de 10 places de maison relais en TARN-et-GARONNE DESCRIPTIF DU PROJET PRÉAMBULE

PREFET DE TARN-et-GARONNE CAHIER DES CHARGES. Pour la création de 10 places de maison relais en TARN-et-GARONNE DESCRIPTIF DU PROJET PRÉAMBULE PREFET DE TARN-et-GARONNE CAHIER DES CHARGES Pour la création de 10 places de maison relais en TARN-et-GARONNE DESCRIPTIF DU PROJET NATURE PUBLIC TERRITOIRE Maison relais Personnes en situation de précarité

Plus en détail

RÈGLEMENT de FONCTIONNEMENT FOYER DES JEUNES TRAVAILLEURS

RÈGLEMENT de FONCTIONNEMENT FOYER DES JEUNES TRAVAILLEURS ATRIUM FJT 88, rue Alsace-Lorraine 65000 TARBES 05.62.38.91.20 - Fax: 05.62.37.69.81 E.mail : accueil@fjt-tarbes.fr Site web : www.fjt-tarbes.fr RÈGLEMENT de FONCTIONNEMENT FOYER DES JEUNES TRAVAILLEURS

Plus en détail

Les accueils de jour du Nord

Les accueils de jour du Nord PRÉFET DU NORD Les accueils de jour du Nord Avril 2014 Direction départementale de la cohésion sociale Mission urgence sociale hébergement insertion Le dispositif d Accueil, d Hébergement et d Insertion»

Plus en détail

Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers

Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers Entre le Service Départemental d Incendie et de Secours du Jura, ci-après dénommé le SDIS, représenté par Monsieur Christophe PERNY,

Plus en détail

Ses missions, ses actions

Ses missions, ses actions CCAS centre communal d'action sociale Guide du CCAS de la Ville de Meylan Ses missions, ses actions www.meylan.fr le centre communal d sociale de meylan Au plus près des habitants Le CCAS (Centre communal

Plus en détail

Résidence Clairefontaine

Résidence Clairefontaine Résidence Clairefontaine Bienvenue Madame, Monsieur, Vous venez de retirer un dossier de demande de pré-admission pour intégrer la Résidence Clairefontaine. Le Conseil d administration, la direction, tout

Plus en détail

ANI jeunes article n 1 «jeunes décrocheurs Recueil de pratiques auprès de 35 Missions Locales

ANI jeunes article n 1 «jeunes décrocheurs Recueil de pratiques auprès de 35 Missions Locales ANI jeunes article n 1 «jeunes décrocheurs Recueil de pratiques auprès de 35 Missions Locales Rappel du cadre de ce recueil : Lors du Comité de Pilotage technique paritaire ANI «jeunes décrocheurs» du

Plus en détail

JEJC.2008.23 4 A - DESCRIPTION DE L INITIATIVE

JEJC.2008.23 4 A - DESCRIPTION DE L INITIATIVE 4 A - DESCRIPTION DE L INITIATIVE Afin de contribuer de manière efficace et concrète à l Accès au Droit et à la Justice des plus démunis, le Barreau de Paris a développé, depuis de nombreuses années, des

Plus en détail

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54 LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54 S A M E D I 2 2 N O V E M B R E 2 0 1 4 P R É S E N T A T I O N P A R V A L E N T I N E D U H A U T, J U R I S T E Présentation de la réunion Le fonctionnement

Plus en détail

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Genèse du projet Les diagnostics Le premier groupe de travail s est réuni à la suite de la restitution d un diagnostic social réalisé sur le quartier Amiraux

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

Réunion «accueil migrants» Préfecture de Périgueux le 25 septembre 2015

Réunion «accueil migrants» Préfecture de Périgueux le 25 septembre 2015 Réunion «accueil migrants» Préfecture de Périgueux le 25 septembre 2015 1 Plan de la réunion 1) Introduction Monsieur le Préfet 2) Retour d expérience de l accueil de 5 familles sur les communes de Jumilhac-le-Grand

Plus en détail

COMPTE-RENDU DU 1 ER CCRPA ALSACE Jeudi 11 décembre 2014 à Strasbourg

COMPTE-RENDU DU 1 ER CCRPA ALSACE Jeudi 11 décembre 2014 à Strasbourg COMPTE-RENDU DU 1 ER CCRPA ALSACE Jeudi 11 décembre 2014 à Strasbourg Les participants : 69 personnes (50 du Bas-Rhin et 19 du Haut-Rhin) 45 personnes accompagnées et 24 professionnels Introduction de

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L'ACCUEIL DE LOISIRS ASSOCIE A L ECOLE ( A.L.A.E.) ANNEE SCOLAIRE 2015 / 2016

REGLEMENT INTERIEUR DE L'ACCUEIL DE LOISIRS ASSOCIE A L ECOLE ( A.L.A.E.) ANNEE SCOLAIRE 2015 / 2016 REGLEMENT INTERIEUR DE L'ACCUEIL DE LOISIRS ASSOCIE A L ECOLE ( A.L.A.E.) ANNEE SCOLAIRE 2015 / 2016 Dans le cadre des structures d accueil périscolaires, la Commune met en place un Accueil de Loisirs

Plus en détail

RENTRÉE 2014 MODE D EMPLOI Repérer les évolutions et bien s organiser

RENTRÉE 2014 MODE D EMPLOI Repérer les évolutions et bien s organiser RENTRÉE 2014 MODE D EMPLOI Repérer les évolutions et bien s organiser Édito Madame, Monsieur, Nous avons le plaisir de vous présenter dans ce document le fruit de presque deux longues années de concertation

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015 Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Paris, le 22 janvier 2015 La CNPTP en bref La Commission Nationale Paritaire Technique de Prévoyance (CNPTP) pilote le régime mutualisé de prévoyance des personnels

Plus en détail