1. Présentation du pôle et de l action Rapport quantitatif de l action Evènements marquants... 11

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Présentation du pôle et de l action... 3. 2. Rapport quantitatif de l action... 4. 3. Evènements marquants... 11"

Transcription

1 BILAN D ACTIVITE 2014 BOUTIQUE SOLIDARITÉ Février 2015

2 SOMMAIRE 1. Présentation du pôle et de l action Rapport quantitatif de l action Nombre de personnes qui ont bénéficié de l action Compositions familiales Ages Ressources à l entrée Origines géographiques Modes d habitat Passages mensuels Réponses et orientations proposées Evènements marquants Le développement et l entretien du partenariat Les animations Les activités Problématiques rencontrées Paroles d usagers, témoignages, exemples Ressources humaines Environnement, réseau, partenariat Plan d actions ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 2

3 1. PRESENTATION DU POLE ET DE L ACTION Le pôle Accueil Ecoute & Veille Sociale s adresse : Aux femmes victimes de violence conjugale et familiale, Accueil Ecoute Femmes Aux personnes en situation ou en risque d exclusion, Accompagnement RSA Point Accueil Santé Rond Point 115, ASEP : Action Sociale sur l Espace Public, Boutique Solidarité. Aux ménages en recherche d hébergement ou de logement, Service Intégré de l Accueil et de l Orientation : SIAO La Boutique Solidarité est une des actions formant le «Rond Point» : dispositif qui permet d accueillir la personne en situation d urgence sociale, à la fois dans la proximité (Boutique Solidarité et surtout ASEP) et à l échelon départemental (115) mais aussi en toute discrétion, sans rupture dans son parcours d insertion et sans démultiplication d actions. Les réponses sont complémentaires à plusieurs niveaux : elles permettent au public d avoir un panel plus large de réponses sur des temps différents afin de couvrir le plus globalement possible les besoins. Notre objectif essentiel est d accueillir sur le principe de l accueil inconditionnel et non contractualisé, toute personne à la rue ou en détresse sociale qui vient à la Boutique Solidarité. Nos missions : Proposer différents services humanitaires répondants aux besoins élémentaires des personnes accueillies tels que la domiciliation postale, le téléphone, la bagagerie, les douches, les machines à laver et à sécher Evaluer la situation dans laquelle se trouve la personne en difficulté, et cela par rapport aux domaines suivants : l hébergement, la santé, l alimentaire, le vestimentaire et l accès aux droits, Aider la personne accueillie à retisser des liens sociaux à travers sa participation à la vie du lieu d'accueil et l'encourager dans une démarche participative, Permettre à chacun de retrouver l'accès tant à ses droits, qu'à ses devoirs de citoyen, Favoriser la relance du projet de vie et faire émerger le désir d'insertion, Donner une réponse immédiate ou différée en informant ou en orientant vers la structure ou le service le plus adapté pour répondre à ses besoins et en organisant la mise en œuvre de la réponse, Gérer des logements d urgence de type «ALT» apportant une réponse rapide en termes de mise à l abri, Travailler en réseau, dans une volonté de coopération, pour confronter les pratiques, et mobiliser les acteurs du partenariat local et national, Ne pas se substituer aux services, associations, et organismes existants, mais orienter et accompagner la personne accueillie, dans une démarche d accès au droit commun. Notre pratique s appuie sur une connaissance éprouvée des situations d urgence, acquise depuis plus de 15 ans auprès des publics en grande marginalité ou en voie d exclusion et qui connaissent à des degrés divers des difficultés de logement, d emploi, de santé, de vie familiale, de vie sociale. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 3

4 2. RAPPORT QUANTITATIF DE L ACTION 2.1 Nombre de personnes qui ont bénéficié de l action En 2014, 617 personnes ont été reçues à la Boutique Solidarité (643 en 2013), le nombre de personnes reste quasiment identique à celui de Nombre 2014 % 2014 % 2013 % 2012 Hommes % 74.81% 74.65% Femmes % 25.19% 25.35% TOTAL % 100% 100% GRAPHIQUE REPRESENTANT LA REPARTITION HOMMES / FEMMES Les hommes sont encore largement majoritaires, ils représentent 74.07% des personnes reçues (74.81% en 2013). 2.2 Compositions familiales Personnes seules Personnes seules avec un ou des enfants En couple En couple avec un ou des enfants Non communiqué TOTAL Nombre % % 5.98% 6.65% 5.15% / 100% % % 4.40% 8.22% 4.96% / 100% % % 4.95% 9.74% 4.48% 0 100% ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 4

5 Le pourcentage de personnes seules reste également très largement majoritaire, il est relativement stable, aux alentours de 80% depuis plusieurs années. Notons une légère progression des couples avec enfants et des personnes seules avec enfants et parallèlement une diminution des couples. Les enfants ne sont pas reçus physiquement sur la permanence mais ils sont comptabilisés dès lors qu ils entrent dans la composition familiale pour des demandes telles que les bons alimentaires ou les recherches de logement lorsque le ou les parents nous sollicitent Ages N.B : Pour 12 personnes nous n avons pas les informations concernant leur âge, les pourcentages suivants se basent donc sur 605 personnes % de la population accueillie à la Boutique Solidarité est âgée de moins de 40 ans (67.52% en 2013) et 36.03% est âgée de moins de 30 ans (35.56% en 2013). Les classes d âges les plus représentées sont celle des ans et des ans. La fréquentation du lieu reste donc majoritairement le fait d une population relativement jeune, isolée, masculine, qui vient pour sortir de la rue, prendre une douche, un café, nouer des liens avec les autres, rompre avec la solitude, demander un soutien ou une aide, se mobiliser pour régler les problèmes qu'elle rencontre dans la vie quotidienne. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 5

6 2.4 Ressources à l entrée A noter que, dans le tableau ci-dessous, c est la ressource principale des personnes qui est recensée. Salaire retraite Allocation chômage/ formation RSA AAH Autres Sans ressources Non communiqué Nombre * TOTAL % ,95% 3,96% 31,49% 4,95% 9,70% 44,95% / 100% % % 8.59% 27.19% 5.72% 7.69% 43.29% / 100% % % 5.43% 29.37% 7.13% 3.74% 45.67% / 100% NB : Les pourcentages sont basés sur le nombre total de personnes pour qui nous avions l information. *dont 16 ont l ATA (Allocation Temporaire d Attente) % des personnes accueillies (parmi lesquelles nous avons obtenu l information) ont des ressources, dont % perçoivent des minima sociaux (41.50% en 2013). On note tout particulièrement un pourcentage relativement important de personnes sans ressources : 44.95% (43.29% en 2013). 62,99% 30,59% 56,3 2% 43,38% 36,65% 41,54% Evolution des ressources sur 5 ans 45,67% 43,29% 44,95% 41,50% 41,93% 40,40% Minima sociaux Sans ressources Le phénomène de paupérisation des personnes constaté depuis ces dernières années se maintient avec une légère remontée de la courbe des «sans ressources». Une autre tendance se confirme depuis trois ans, celle de la diminution des personnes qui travaillent, qui perçoivent le chômage, qui suivent une formation ainsi que celles qui perçoivent l AAH. Un décrochage de l insertion par l activité et l emploi s installe durablement avec un nombre croissant de personnes qui n ont d autre issue pour survivre que «la débrouille», les aides humanitaires et les coups de mains ponctuels des proches ou des compagnons de la rue. Cette grande précarité économique du public est, sans doute, à mettre en lien avec : Le nombre important de personnes étrangères, primo-arrivantes, en demande d asile ou déboutées du droit d asile, sans papier, qui ne bénéficient d'aucune ressource régulière. Le fait que l Allocation Temporaire d Attente (ATA) n'est versée, au mieux, qu'au bout du 3ème mois de séjour. La part importante des jeunes qui ne bénéficient d'aucun revenu s'ils ne travaillent pas ou ne sont pas en formation. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 6

7 2.5 Origines géographiques St Brieuc Autre ville (SBA) Autre ville dans le 22 Autre Département Etranger Non communiqué Nombre TOTAL % ,64% 2,09% 6,98% 17,45% 25,83% / 100% % % 0.74% 5.95% 18.22% 30.48% / 100% % % 1.11% 6.80% 12.34% 23.42% / 100% 47.64% des ménages sont originaires de Saint-Brieuc, tout au moins depuis plus de 3 mois. Cette indication est importante car bon nombre de personnes d origine étrangère qui fréquentent la boutique solidarité depuis leur arrivée sur le territoire français reviennent aujourd hui avec leur titre de séjour pour entreprendre les premières démarches administratives que leur ouvre leur nouveau statut, ces personnes sont donc comptabilisées comme résidant à St Brieuc % de personnes sont originaires d autres départements % des personnes arrivent de l étranger notamment de l Afrique (République du Congo, Angola, Centrafrique) de Russie, du Kosovar ou de l Union Européenne. A noter, cette année, une légère diminution du public primo-arrivant. 2.6 Modes d habitat lors du 1 er contact 88.66% des ménages ont un mode d habitat précaire (87.62% en 2013), parmi eux, 43.74% vivent à la rue, en squat, dans leur véhicule ou dans des abris de nuit (46.53% en 2013). Nombre 2014 % 2014 % 2013 % 2012 Locataire d un logement 50 9,07% 9.94% 11.67% Hébergé chez un tiers ,30% 33.77% 29.18% Abris de nuit 34 6,17% Dont trait d union % 20.35% CHRS / PS % 1.88% 0.79% Maison Relais 1 0.8% 0.38% 0% Pension hôtel % Dont auberge de jeunesse 1 ALT % Dont ALT urgence % 3.94% 1.69% 3.15% Rue % 30.02% 21.78% Squat / véhicule % 8.07% 6.62% Autre % 3.38% 2.52% Non renseigné 66 / / / TOTAL % 100% 100% Les «sans abri» qui regroupent d une part les personnes vivant dans la rue et d autre part les personnes en hébergement d urgence, représentent 33.76% des personnes accueillies à la Boutique Solidarité (38.46% en 2013). Les personnes «sans logement» : les personnes vivant en centres d hébergement de longue durée, en pension hôtel représentent 8.06% (6.35% en 2013). ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 7

8 Les personnes en «logement précaire» : personnes vivant provisoirement chez un tiers représentent 36.30% (33.77% en 2013). Les personnes en squat représentent 9.98% et sont en augmentation (8.07% en 2013). Les personnes locataires diminuent : elles représentent 9.07% (9.94% en 2013). 2.7 Passages mensuels Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre TOTAL En moyenne, il y a eu 1119 passages par mois (1211 en 2013). L'augmentation des passages relativement constante depuis plusieurs années connaît, cette année, une baisse sensible (8,26%). On retrouve sur la Boutique Solidarité à peu près le même niveau d activité qu en personnes ne sont passées qu une seule fois (elles étaient 220 en 2013 et 59 en 2012). Cette évolution peut s expliquer de différentes manières: Les personnes ne sont pas revenues parce qu'elles n'ont pas trouvé de réponse à leur demande, Elles sont reparties sans avoir pu avoir d'entretien pour faire part de leur demande à un membre de l'équipe, l'attente étant trop longue. La réponse qu'elles ont obtenue leur a permis de trouver une solution. 82 personnes constituent le groupe des «habitués» qui fréquentent régulièrement les lieux. Ce chiffre est lui aussi en augmentation (70 en 2013, 56 en 2012). ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 8

9 2.8 Réponses et orientations proposées 328 personnes ont pu bénéficier d une domiciliation (375 en 2013, 485 en 2012 et 393 en 2011) Domiciliation Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Nombre de domiciliations en cours / / / Nombre de nouvelles domiciliations (dont renouvellements) Nombre de radiations Nombre de courriers réceptionnés Nombre de courriers enregistrés Nombre de courriers renvoyés Nombre de courriers NPAI Année 2014 La domiciliation s appuie sur un agrément Préfectoral qui permet aux usagers sans résidence stable de bénéficier d une adresse. Cette domiciliation administrative n est pas attribuée de manière systématique. Elle ne peut notamment être proposée aux demandeurs d asile primo arrivants ainsi qu aux personnes vivant régulièrement à St Brieuc ou sur les communes de l agglomération depuis des années et qui justifient de leur présence sur ces territoires. Ce service, doté d un agrément pour 350 domiciliations, connaissait une montée en charge régulière depuis 2011 et nous avons dû cette année revoir notre fonctionnement pour rester dans le cadre de notre convention qui prévoit un quota de 350 domiciliations. Nous avons dû interrompre cette année à plusieurs reprises notre service de domiciliation car nous avions atteint cette limite. Un relais est alors organisé avec le CCAS de St Brieuc de manière à ce que les personnes puissent continuer à bénéficier de ce service. Une moyenne de 1271 courriers par mois (1150 en 2013, 1079 en 2012, 914 en 2011 et 671 en 2010) ce qui fait un total sur l'année de courriers qui sont enregistrés quotidiennement ( en 2013, en 2012, en 2011 et 8061 en 2010). Un registre des passages avec le nombre de courriers distribués est tenu à jour quotidiennement. A noter également qu une réexpédition provisoire sur 3 mois peut être réalisée (sur 1 mois lorsque la personne a une nouvelle adresse définitive). Année 2013 Année 2012 Dans le cadre de ses missions, la Boutique Solidarité offre également un panel de réponses humanitaires qui correspond aux besoins des sans abris. Actions menées Nombre Aide administrative 225 Bons alimentaires 215 Entretiens contrats ALT urgence 74 Bons vestiaires 32 Consignes 2 Domiciliation 328 Orientations vers le Orientations vers le Point Accueil Santé 16 Orientation vers le SIAO 56 Orientation vers un travailleur social 36 Ouverture ou réouverture de droits 6 Recherche d emploi / formation 33 Rechercher de logement 45 Rédaction de lettres de motivation / CV 34 ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 9

10 Le service de domiciliation, l aide aux courriers, aux problèmes administratifs, l orientation vers les associations caritatives pour les colis alimentaires, l orientation vers le 115, la recherche d un hébergement via le SIAO ou d un logement par les sites internet restent les incontournables de nos actions auprès du public. C est une aide ponctuelle, un dépannage de tous les jours que nous demandent les personnes qui fréquentent le lieu. Elles sollicitent le service notamment lorsqu elles prennent connaissance de leur courrier. Elles demandent de le lire lorsqu elles ont des difficultés de lecture ou ne comprennent pas ce qui leur ait demandé. C est l occasion de mettre à jour leurs droits immédiatement par téléphone ou internet, de répondre aux relances, de mettre en place, si nécessaire, un échéancier en cas de retard de paiement d une facture, de stopper les pénalités bancaires Les réponses en dehors de ces aides concrètes sont d ordre humanitaire et répondent aux besoins essentiels de chacun : la santé, l'hygiène, l'alimentation, la sécurité, mais aussi le besoin d humanité, de rencontre, de solidarité, d entraide, d échange, pour sortir de la rue, de son isolement, du froid, de l insécurité. Avoir un lieu ou se mettre à l'abri, parler aux autres, lire le journal, s intéresser à ce qui se passe autour de soi et dans le monde, débattre de questions de tous ordres autour d un café, c est conserver sa part d humanité, de citoyenneté quelle que soit son origine, son apparence, sa religion, son sexe dans le respect des uns et des autres. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 10

11 3. EVENEMENTS MARQUANTS 3.1 LE DEVELOPPEMENT ET L ENTRETIEN DU PARTENARIAT Au cours de cette année, des rencontres mensuelles ont été mises en place avec le Trait d Union (structure d hébergement d urgence de Saint-Brieuc). Ces rencontres permettent aux deux équipes de travailler en concertation et de manière complémentaire. L Equipe Mobile Précarité Psychiatrie (L EMPP) Des rencontres bimensuelles se sont organisées avec l Equipe Mobile Psychiatrie Précarité, elles permettent d aborder les situations des personnes en souffrance psychique. C est un partenariat très important car la population accueillie sur le service est souvent confrontée à ce type de souffrance. L EMPP apporte des éléments qui permettent d adapter les interventions des uns et des autres. Ces échanges d informations sont complémentaires et importants pour les deux équipes. La Maison Du Département (MDD) La maison du département est et reste notre principale orientation en particulier pour les personnes arrivant sur le territoire afin qu un suivi social se mette en place. Des échanges réguliers ont lieu avec les travailleurs sociaux ce qui permet de débloquer les problèmes complexes autour de l ouverture des droits. Le SIRES Cette agence de location sociale est très utilisée par les usagers qui veulent obtenir un logement. Ce partenariat est difficile à maintenir car l agence rencontre souvent des difficultés avec les personnes qui, une fois le logement obtenu, ne payent pas leur loyer et occasionnent des troubles de voisinage. Nous essayons, par conséquent, de rester vigilants sur le profil des personnes à orienter. Les services de l association Nous avons la chance d avoir une association qui dispose d un panel de réponses de proximité avec le 115, l Action Sociale sur l Espace Public (ASEP), le Service Intégré de l Accueil et de l Orientation (SIAO), Hybritel, le pôle emploi/formation etc Cette diversité de réponses favorise nettement les orientations. Les intervenants extérieurs L Association AIDES assure depuis 2013 une permanence autour d actions de prévention en lien avec les conduites sexuelles à risque. Cette permanence est planifiée à raison d ½ journée tous les deux mois. Les temps d échanges Cette année encore, des réunions «temps d'échanges» ont été animées par la coordinatrice, y participaient : les membres de l équipe et surtout les usagers. Cette rencontre a pour objectif, à partir des échanges avec eux, de pouvoir adapter le fonctionnement de la Boutique Solidarité aux différentes demandes et attentes. Les propositions des usagers sont reprises lorsqu elles permettent l amélioration de la qualité du service et des échanges. Par la suite le compte rendu est affiché sur l espace et ne manque pas de susciter bon nombre de commentaires. Cette rencontre se déroule tous les deux mois afin de maintenir un suivi et une amélioration du service rendu. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 11

12 3.2 LES ANIMATIONS Au cours de cette année nous avons pu bénéficier du travail du «COPIL Animation» de l association, c est une instance qui regroupe des usagers et des professionnels afin de mettre en place des animations au sein des différents services. Cela fait maintenant deux ans que le COPIL existe ce qui permet une participation active des usagers dans la mise en place d événements qui rythment l année. Janvier : LA TRADITIONNELLE GALETTE DES ROIS C est un moment convivial qui permet un regroupement entre les usagers des services. Cette rencontre favorise une meilleure compréhension des différentes prises en charge. Avril : LE PLANT O DONS Le PLANT O DONS est un moment festif qui marque l arrivée des beaux jours. La bonne humeur domine tout au long de cette journée. Les usagers s investissent pour que cette fête soit un tournant dans l année. A noter, encore une fois, le vif succès de cette journée consacrée aux plantes. Les usagers des différents services se sont engagés dans la réussite de cette action. Certains ont exprimé leur savoir faire par la création de nichoirs ou de recettes culinaires à base de plantes. Juin : LE BARBECUE Un barbecue a été organisé en juin, les inscriptions étaient recensées à la Boutique Solidarité. C est un bon moment et les échanges sont intenses. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 12

13 Juillet : LES ESTIVALES DE VOLLEY Cette année encore, après une recherche de financement difficile, un groupe d usagers a pu participer aux estivales de volley. 4 usagers de la Boutique Solidarité ont ainsi pu prendre part au plus grand tournoi de volley de plage avec les meilleurs joueurs européens, les meilleures équipes, des joueurs professionnels internationaux évoluant dans des équipes qui parcourent le monde entier. En fait, le rôle du groupe, a été de renforcer l équipe de bénévoles qui organise ce tournoi. A défaut de jouer, le groupe a monté une centaine de terrains chaque matin, confectionné des sandwichs, monté des tribunes et pour finir les journées, démonté une centaine de terrains avec la marée montante. Septembre : LA JOURNEE PETANQUE Profitant d une météo relativement clémente à cette période de l année le tournoi annuel de pétanque a été organisé dans un parc a proximité des locaux. Les matchs ont attiré un bon nombre d usagers qui se sont affrontés dans une ambiance conviviale. Un pique-nique champêtre a ponctué cette journée de compétition qui s est clôturée par une remise de prix pour les vainqueurs. 17 Octobre : JOURNEE DU REFUS DE LA MISERE A cette occasion, un rassemblement est organisé par le collectif sur la place des droits de l homme à Saint-Brieuc auquel participent les principaux acteurs du social. Notre participation à cette journée s est traduite par la conception d un panneau fait par les usagers qui a été exposé sur le parvis des droits de l homme lors de la cérémonie. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 13

14 Décembre : LES FESTIVITES DE NOËL Cette période, au goût familial, est un moment souvent bien difficile à passer pour des personnes qui, pour la plupart, sont en rupture avec leur famille, il convient donc d apporter un peu de réconfort en leur proposant de participer à l élaboration des fêtes de Noël. Le centre social du point du jour a organisé une fête en partenariat avec ADALEA. Le thème choisi : «Noël chez les extra-terrestres». Des soupes et quelques breuvages ont été confectionnés, elles ont été offertes à la population du quartier des villages à Saint Brieuc. Cette fête remporte un réel succès aussi bien avec les usagers qu avec les professionnels.. Le 24 Décembre, un goûter a été organisé à la Boutique Solidarité. Ce goûter est destiné aux personnes de passage qui en ce jour particulier se sentent souvent seules. C est un moment convivial favorisant le contact entre les personnes présentes LES ACTIVITES Ateliers d expression artistique En 2014, des ateliers artistiques ont pu voir le jour sur le service. Des tableaux ont ainsi été créés par les usagers et exposés sur le lieu. Ces séances de dessin ont pu apporter, aux personnes qui s y sont inscrites, une certaine sérénité, un certain apaisement. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 14

15 Le CCRPA Les usagers de la Boutique Solidarité participent au Comité Consultatif Régional des Personnes Acceuillies (CCRPA). Même si le fait de mobiliser les personnes reste compliqué, un petit groupe a pu être présent dans cette instance avec, en retour, une grande satisfaction. Leur parole a pu être entendue et prise en compte dans une instance reconnue et légitimée. PAIRSVIES L Agence Régional de Santé (ARS Bretagne) a lancé un appel à projets sur le thème : «La santé des personnes en situation de précarité». Nous avons présenté un projet portant sur la formation de personnes en situation de précarité aux premiers secours (PSC1 : Prévention et Secours Civiques de niveau 1). L idée était de former 24 stagiaires aux gestes de premiers secours, en plusieurs sessions (groupes de 6 ou 8 personnes). Les sapeurs pompiers ont été chargés de dispenser ces sessions de formation. Les personnes à qui la formation s adressait étaient hébergées dans des structures d hébergement (Places de stabilisation, Maison relais, CHRS ) ou encore à la rue et mobilisées dans le cadre de l ASEP (Action Sociale sur l Espace Public). Les objectifs pour ce projet étaient de : Leur permettre d avoir les bons gestes et les bons réflexes face à une situation de détresse ou d accident dans l attente de l arrivée des secours, Les rendre actrices en les impliquant dans cette formation, Leur permettre d avoir une meilleure attention de leur état de santé, Leur permettre de développer des capacités personnelles, Favoriser leur prise de conscience de l importance d un bon état de santé et des efforts à déployer pour y parvenir Nous pouvons aujourd hui en faire le bilan puisque le projet s est déroulé d octobre 2013 à juin 2014, avec une finalisation par un bilan effectué avec les acteurs du projet (financeurs, professionnels et usagers) le 13 juin Les sapeurs Pompiers de Saint-Brieuc ont formé 16 personnes qui sont allées au bout des sessions de formation (9 heures de formation) et qui ont obtenu leur diplôme PSC1. Le partenariat avec le SDIS 22 a été une réussite et les échanges entre les stagiaires et le formateur sapeur pompier ont été de qualité. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 15

16 Parallèlement à la formation PSC1, un livret reprenant les gestes des premiers secours a été travaillé avec un groupe de 7 personnes et un graphiste professionnel. Là encore, de nombreux échanges et une adaptation au public ont permis de rendre les personnes réellement actrices et créatives. Le résultat du livret est coloré, le texte et les dessins ont été créés par le groupe. Il récapitule les mécanismes premiers à avoir en situation de danger ou d accident. Ce livret a été imprimé en exemplaires et est distribué depuis juin dernier dans des structures recevant du public (associations du département, lieux d accueil d urgence ). La journée bilan du 13 juin 2014 a été un franc succès. 25 à 30 personnes étaient présentes : quelques partenaires et la forte participation des personnes accueillies. Un diaporama retraçant le projet dans sa globalité a été présenté et Sylvie, une personne accueillie par ADALEA a pris la parole pour expliquer les étapes de la réalisation du livret par le groupe graphiste. Les personnes formées au PSC1 attendaient avec impatience la remise des certificats effectuée par Mme CHARLES (directrice d ADALEA) et Mme GILLIERON (Agence Régionale de Santé). Au-delà de la présentation du projet et du livret, les personnes ont pu s exprimer sur cette expérience et sur ce qu elles en ont retenu. Trois d entre elles ont pu dire que depuis leur formation au PSC1, elles ont été en situation d accident, et en capacité d effectuer l alerte aux secours et les premiers gestes. Par ailleurs, lors des sessions de formation, une prise de conscience sur le rapport au corps s est opérée : Comment écouter nos maux et intervenir de manière préventive lorsqu ils apparaissent? Quelles sont les conséquences possibles des excès tels que le tabac et l alcool? Comment l anatomie de notre corps peut-il se transformer à cause de ces excès?... Autant de questions qui ont pu réinterroger notre manière de vivre, et les précautions à prendre pour éviter des accidents tels que la crise cardiaque, l Accident Vasculaire Cérébral ou encore les crises d épilepsie. Ce projet a aussi et surtout permis de valoriser les personnes et de les sensibiliser à une démarche citoyenne. En effet, comme tout un chacun, nous nous devons de porter assistance à toute personne en situation de danger. L ARS Bretagne a : - accepté de renouveler cette action pour Ainsi, des contacts sont en cours avec l Union Départementale des Sapeurs Pompiers des Côtes d Armor et les personnes accueillies commencent à s inscrire pour participer aux sessions PSC1, - attribué à l action le label «Droit des usagers à la santé 2014» : ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 16

17 Le livret d accueil Une personne en service civique s est vu confier un travail autour de la conception d un livret d accueil tel que préconisé par la loi A partir des rencontres avec les usagers de la Boutique Solidarité, elle a pu sélectionner les informations utiles qui depuis figurent sur les brochures. Ce document est aujourd hui disponible au sein même des locaux, en consultation libre. Mise en place et participation au projet «Bien souper, ça ne mange pas de pain» : Participation des usagers de la Boutique Solidarité à quelques uns des 24 ateliers animés par une diététicienne. Ateliers appréciés des participants comme des professionnels qui ont donné lieu à des échanges concernant les problèmes de santé et à des rencontres entre usagers de différents services de l association. Ces ateliers donneront lieu à la rédaction d un guide pratique avec des conseils diététiques et des recettes. Cette action a été possible grâce au financement de la CPAM. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 17

18 Visite du Préfet A l occasion de la période hivernale, Mr Le Préfet est venu rendre visite aux différents services d urgence : 115, ASEP et Boutique Solidarité. Cette visite a permis de rendre visible les différentes actions et d échanger sur les évolutions tant de la fréquentation des services que des publics accueillis. De gauche à droite : Joseph PENNORS (Membre CA ADALEA), le Préfet Pierre LAMBERT, Pierre GRELLARD (Président ADALEA), Françoise PELLAN (Adjointe au Maire action sociale et solidarité), Bertrand RIGOLOT (Directeur DDCS), Alfred LE MEE (Conseiller délégué à l action contre la pauvreté et l exclusion), Manuela CHARLES (Directrice ADALEA), Marie-France BOMMERT (Vice-Présidente ADALEA), Joëlle LE MAT (Educatrice ADALEA), Marie-Claire GOLAIRE (Membre CA ADALEA), Valérie BOCQUEHO (responsable de pôle ADALEA). Bureau pour la domiciliation Comme prévu en fin d année dernière, le 115 a quitté les locaux de la Boutique Solidarité ce qui a permis de dédier un bureau pour le service de domiciliation. Une armoire à courrier ainsi qu un poste informatique ont pu y être installés afin de mieux suivre le passage des personnes domiciliées. Les procédures de suivi et de distribution du courrier ont également été revues, chaque personne doit dorénavant signer dès leur qu elles retirent leur courrier. Groupe culture FNARS Depuis 2014, la FNARS pilote un nouveau projet autour du montage d un roman photo avec la participation de plusieurs établissements. Des réunions ont lieu chaque vendredi après midi avec la présence des différents services de notre association afin de finaliser le projet. Il s en suit une mise en commun lors d une rencontre trimestrielle avec les acteurs du projet.. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 18

19 L évaluation externe A la suite de l évaluation interne conduite en 2013 et comme le prévoit la loi rénovant l action sociale et médicosociale et le Code de l Action Sociale et des Familles (CASF), les services du Rond-Point (boutique solidarité, l Asep, le 115) ont procédé à leur évaluation externe en Le cabinet Perinove, retenu de manière conjointe avec la Maison de l Argoat pour mener à bien cette démarche, est intervenu sur nos services de mars à juin Après une analyse documentaire à partir nos références (projet associatif, projets de services) et nos outils (plaquettes, compte-rendu de réunion, etc.), les intervenants de Perinove ont rencontré les différentes parties prenantes de l association : des représentants du Conseil d Administration la direction et l encadrement les professionnels les personnes accueillies et une dizaine de partenaires. A l issue de cette phase d analyse et d observation de terrain, le cabinet Perinove a transmis ses conclusions finales en octobre au sein d un rapport de 71 pages et un rapport abrégé de 24 pages transmis à la Direction Départementale de la Cohésion Sociale. Les résultats de l évaluation externe ont fait l objet d une restitution auprès des équipes en réunion de pôle et feront l objet d un panneau affichage sur les services. De manière globale, les résultats de l évaluation externe sont satisfaisants. Les axes de progrès identifiés vont venir abonder les fiches actions de l évaluation interne pour intégrer ensuite le plan d actions dans le cadre du projet associatif La rénovation des locaux de la boutique solidarité en est un axe majeur. 4. PROBLEMATIQUES RENCONTREES Les ALT d urgence Le Rond Point gère 4 logements de type ALT d urgence dont l un est réservé aux femmes victimes de violence. Ce dernier a la particularité d être situé au sein même du CHRS Clara Zetkin. Deux autres se trouvent en ville sur des quartiers relativement calmes, quant au dernier il jouxte les locaux de la Boutique Solidarité. Ces logements sont mis à disposition de personnes qui ne rentrent pas dans les dispositifs collectifs d hébergement d urgence. Les situations sont abordées en réunion d équipe avant toute orientation. Ces logements permettent à leurs occupants de bénéficier d un temps, correspondant en général au délai d attente avant une attribution du SIAO, pour apprendre ou réapprendre à vivre en logement. Ces appartements ont vocation à accueillir des personnes avec un long parcours de rue. Un agent d entretien passe chaque semaine vérifier si la personne ne manque de rien et un entretien régulier est programmé pour faire le point autour des contrats hebdomadaires. Il n est pas rare de recevoir des appels des propriétaires pour nous signaler des débordements occasionnant des plaintes du voisinage. Les faits sont alors repris avec la personne concernée et la fréquence des visites au logement est alors renforcée via l équipe de l ASEP. Peut être pourrions nous améliorer cet outil en proposant un accompagnement plus individualisé par des visites au sein même du logement par un professionnel référent afin de préparer au mieux la personne a un accompagnement plus classique de type CHRS. Les demandeurs d asile La Boutique Solidarité est un point de repère pour toute personne arrivant sur le territoire, un grand nombre de personnes «primo-arrivantes» a ainsi été accueilli en Cet endroit est identifié comme étant le seul endroit de la ville ou l on peut se mettre à l abri en journée aussi bien par les personnes que les partenaires. Ainsi, les personnes ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 19

20 viennent logiquement jusqu'à la Boutique Solidarité pour des demandes d hébergement, de soins et d hygiène, d aide alimentaire et vestimentaire. En cette année 2014, le nombre d arrivée sur le territoire a fortement baissé même si nous avons quand même accueilli un nombre important de primo-arrivants. Nous constatons que ces arrivées concernent en majorité des personnes isolées et donc moins de familles. Nous avons donc eu recours au 115 car c est le seul circuit proposé pour cette situation. Nous avons aussi accueilli des jeunes migrants qui ont pu bénéficier d un premier accueil par le Conseil général avec hébergement et scolarisation, pendant plusieurs semaines jusqu'à ce qu une fin de prise en charge soit prononcée. Elles se retrouvent donc déscolarisées et sans logement. Nous avons aussi constaté qu un grand nombre a vu ses démarches de demande d asile aboutir et elles se présentent donc à nous en possession d un titre de séjour d un an et souhaitent donc pouvoir entrer dans le droit commun par la mise en place de revenus, de couverture sociale, de recherche d emploi, d obtention d une adresse administrative, de demande de logement social sans pouvoir bénéficier du SIAO car les demandes sont rejetées. Dans ce cas précis nous sommes amenés à accompagner la personne dans une recherche de logement qui prend beaucoup de temps et d investissement. En ce qui concerne les familles, l ouverture de l hybritel a fait baisser le nombre d accueil dans l urgence car elles sont désormais orientées directement sur la structure et l urgence des situations est gérée par le personnel en place. Mais leurs interventions étant limitées par le cadre de leur fonctionnement nous intervenons en second plan pour quelques démarches de scolarisation des enfants, d aide alimentaire et/ou vestimentaire entre autres. Les personnes sans statut officiel : Depuis plusieurs années, la boutique solidarité accueille un nombre conséquent de personnes dites «sans papiers». Même si certaines voient leur situation s améliorer par le biais du mariage et donc l obtention d un statut leur permettant d ouvrir des droits sur notre territoire, les arrivées régulières de personnes souvent jeunes n ont pas cessées. Elles utilisent le lieu pour prendre des douches, laver du linge, utiliser internet pour avoir des nouvelles de la famille. Les seules interventions de notre part sont une aide à la mise en place de l AME et une aide alimentaire. Les chiens : La Boutique Solidarité accueille régulièrement des routards, des jeunes punks ou encore des voyageurs. Ces personnes sont accompagnées d animaux qu ils ne quittent pour rien au monde. Elles assument complètement le fait de ne pas pouvoir bénéficier de places en foyer, de ne pas pouvoir utiliser le réseau de bus urbain. Ce mode de vie les pousse à fréquenter la Boutique Solidarité très régulièrement. Les demandes autour de la prise en charge de l animal que se soit au niveau de la régularisation du chien ou bien vétérinaire sont fréquentes mais nous ne disposons pas, à ce jour, de partenariat si ce n est une aide financière qui reste difficile à obtenir via SPA France dont le siège se trouve à Paris ce qui ne facilite pas les choses. En cette fin d année nous avons répondu à un appel à projet via la fondation Pierre et Adrienne SOMMER afin de pouvoir répondre au mieux aux sollicitations. Les lessives : La boutique solidarité met à disposition deux machines à laver le linge et un sèche-linge. Nous avons mis en place un planning sur réservation ce qui nous fourni un support écrit en cas de contestation, nous avons aussi dû diminuer le nombre de créneaux afin de désengorger l attente devant le sèche-linge. Des comportements difficiles à gérer : Nous sommes régulièrement confrontés à des problèmes de comportement de la part des usagers. Certains sont ancrés dans des problèmes d addiction (alcool / drogue), ce qui entraine des comportements agressifs. Le bureau de la boutique solidarité est ouvert à tous, il n est pas rare que des conflits de rue entre usagers reprennent quand les protagonistes se rencontrent sur le lieu. D autres en souffrance psychologique adoptent un comportement inadapté envers les professionnels et peuvent se montrer menaçants. Même si nous pouvons compter sur le partenariat avec l EMPP, ces situations se répètent de plus en plus fréquemment. Ces attitudes sont très difficiles à gérer sur un collectif. ADALEA Saint Brieuc Bilan d activité 2014 Boutique Solidarité 20

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

Les accueils de jour du Nord

Les accueils de jour du Nord PRÉFET DU NORD Les accueils de jour du Nord Avril 2014 Direction départementale de la cohésion sociale Mission urgence sociale hébergement insertion Le dispositif d Accueil, d Hébergement et d Insertion»

Plus en détail

Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi. 13 septembre 2012

Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi. 13 septembre 2012 Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi 13 septembre 2012 Sommaire Introduction I. La plateforme de Lyon: la maison du réfugié 1. Présentation générale 2. Le réseau partenarial 3.

Plus en détail

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique 18/02/2015 Dossier de presse L hébergement d urgence en Loire-Atlantique M. Henri-Michel COMET, préfet de la région Pays de la Loire, préfet de Loire-Atlantique a rencontré le mercredi 18 février 2015

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire et d Accueil Périscolaire de la Ville de Jarvillela-Malgrange

Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire et d Accueil Périscolaire de la Ville de Jarvillela-Malgrange Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 054-215402744-20140619-N6-19-06-2014-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 26/06/2014 Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire

Plus en détail

Contribution de Médecins du Monde

Contribution de Médecins du Monde Contribution de Médecins du Monde Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et les exclusions des 10 et 11/12/12 Thématique Hébergement / logement Cette contribution fait suite à la participation

Plus en détail

Le Foyer d Hébergement

Le Foyer d Hébergement Le Foyer d Hébergement Résidences Strada et Vittoz du Complexe de Braconnac - Les Ormes Complexe de Braconnac - Les Ormes Jonquières - 81440 LAUTREC - Tél. 05 63 82 10 70 - Fax. 05 63 82 10 79 - e.mail

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013 Note de recommandation Médecins du Monde Concertation sur la Réforme de l Asile Octobre 2013 Introduction Cette note de contribution est rédigée dans le cadre de la concertation sur la Réforme de l Asile,

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

ENQUETE DOMICILIATION 2013

ENQUETE DOMICILIATION 2013 Etat des lieux de la domiciliation des personnes sans domicile stable ENQUETE DOMICILIATION 2013 ETAT DES LIEUX DE LA DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE BILAN ANNUEL 2013 DIRECTION GENERALE

Plus en détail

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE LES REGLEMENTS INTERIEURS RESTAURANT SCOLAIRE ACCUEIL PERISCOLAIRE ACTIVITES PERI-EDUCATIVES Délibéré en Conseil Municipal du 05 Juin 2014 PREAMBULE Les services périscolaires sont des prestations volontairement

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR Maison de retraite Foyer de vie 6-8 avenue Théodore d Arthez 64 120 SAINT PALAIS Tél. : 05.59.65.73.04 Fax : 05.59.65.61.82 E.mail : contact@stelisa.com Nom : Prénom :.. Date :.. CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX MAI 2011 SOMMAIRE ADMINISTRATIF - DOMICILIATION - C.N.I Carte Nationale d Identité - EXTRAIT D ACTE DE NAISSANCE - DEMANDE D ASILE

Plus en détail

Livret d accueil. Service Appartements «Les Nouveaux Cèdres»

Livret d accueil. Service Appartements «Les Nouveaux Cèdres» Plan d accès RER B station du vert galant Autoroute A1 et A3 sortie Tremblay en France, Villepinte Livret d accueil Service Appartements «Les Nouveaux Cèdres» 12 avenue Pasteur 93290 Tremblay en France

Plus en détail

rapport d activité 2010

rapport d activité 2010 rapport d activité 2010 Formation Orientation Santé Emploi Logement Mobilité 42/43 La Santé Dans le contexte d accompagnement global en Mission Locale, une prise en compte de tous les aspects de la vie

Plus en détail

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS Appel à projet hébergement et accompagnement éducatif MIE JMIE octobre 2014 1

Plus en détail

SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES. Livret d Accueil - 1 -

SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES. Livret d Accueil - 1 - SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES Livret d Accueil - 1 - Sommaire Contrat de soins p 3 Contrat de séjour d occupation de l appartement Règlement intérieur d occupation de l appartement p 6 Fiche sociale

Plus en détail

LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT.

LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT. LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT. I Des permanences d accueil et des visites à domicile Toutes les équipes de Corrèze assurent des permanences

Plus en détail

Information et orientation

Information et orientation Information et orientation Des services sociaux peuvent vous informer et vous accompagner Proxim Social Service d accueil, d information et d orientation physique et téléphonique. 0805.01.2530 appel gratuit

Plus en détail

Fiche d'orientation suivi PIADA famille..

Fiche d'orientation suivi PIADA famille.. Fiche d'orientation suivi PIADA famille.. Date: Identité Nom Prénom date de naissance lieu de naissance nationalité langue parlée langues comprises Contacts, lieu d'hébergement Département Prefecture Date

Plus en détail

Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile

Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile Direction de l Asile - PADA- Appel à Projet 2014 Juillet 2013 Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile Direction de l Asile - PADA- Appel à Projet 2014

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL CCAS. des services à la personne. CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière. + d infos : www.ville-laverriere.

LIVRET D ACCUEIL CCAS. des services à la personne. CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière. + d infos : www.ville-laverriere. LIVRET D ACCUEIL des services à la personne + d infos : www.ville-laverriere.com CCAS CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière Agrément qualité Service d Aide à la Personne : 267802783 Délivré

Plus en détail

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes Livret d accueil du service Accueil temporaire Maison Saint Cyr Rennes 1 L Accueil temporaire pour qui? L Accueil temporaire s adresse aux personnes âgées qui vivent à domicile et qui souhaitent un séjour

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION)

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION) REPUBLIQUE FRANÇAISE M A I R I E DE P O N T H E V R A R D 5, PLACE DE LA MAIRIE 78730 PONTHEVRARD TELEPHONE : 01.30.41.22.13 - TELECOPIE : 01.30.88.20.26 EMAIL : PONTHEVRARD@ORANGE.FR REGLEMENT DES SERVICES

Plus en détail

Offre(s) d emploi / stages / service civique : Dernière mise à jour le 3 juillet 2015 (4 annonces)

Offre(s) d emploi / stages / service civique : Dernière mise à jour le 3 juillet 2015 (4 annonces) Offre(s) d emploi / stages / service civique : Dernière mise à jour le 3 juillet 2015 (4 annonces) 03/07/2015 1/16 CONTRATS A DUREE INDETERMINEE 03/07/2015 2/16 LE FOYER NOTRE-DAME DES SANS-ABRI recrute,

Plus en détail

Je soussigné(e) Mme, Mlle, M.., reconnaît avoir pris connaissance du règlement ci-dessus et en accepte les conditions. Fait le..

Je soussigné(e) Mme, Mlle, M.., reconnaît avoir pris connaissance du règlement ci-dessus et en accepte les conditions. Fait le.. Fiche d inscription Prévention et Secours Civiques de Niveau 1 (PSC1) DELEGATION LOCALE DE SURESNES Madame Mademoiselle Monsieur NOM d usage : NOM de naissance : Prénom : Date de naissance : Lieu de naissance

Plus en détail

Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR

Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR portail-animation.ufcv.fr Plaine des Tilles portail-animation.ufcv.fr Ufcv Délégation régionale de Bourgogne 29 rue Jean-Baptiste BAUDIN 21000 Dijon Mis à jour le

Plus en détail

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 Réforme des rythmes scolaires Projet Educatif de territoire d Evecquemont Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 A Du PEDT au comité de suivi et d évaluation de la réforme

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

Secrétariat d État chargé des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion

Secrétariat d État chargé des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion Secrétariat d État chargé des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion Discours de Ségolène Neuville à l occasion de la journée «La domiciliation : premier pas vers l inclusion» organisé

Plus en détail

LE DISPOSITIF D ACCUEIL, D HEBERGEMENT ET D INSERTION

LE DISPOSITIF D ACCUEIL, D HEBERGEMENT ET D INSERTION LE DISPOSITIF D ACCUEIL, D HEBERGEMENT ET D INSERTION L accueil, l hébergement et l insertion des personnes vivant à la rue ou en rupture d hébergement relève de la compétence principale de l État et se

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT À L ATTENTION DES USAGERS DU SERVICE PROJ AIDE

PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT À L ATTENTION DES USAGERS DU SERVICE PROJ AIDE PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT À L ATTENTION DES USAGERS DU SERVICE PROJ AIDE Service Proj aide / Direction des Relations à la Population / 2015 Page 1 SOMMAIRE PREAMBULE... 3 CHAPITRE 1. DISPOSITIONS COMMUNES

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 Préambule La Commune de Linxe, organise un service de restauration pour son groupe scolaire. Ce service est ouvert à tous

Plus en détail

JEJC.2008.23 4 A - DESCRIPTION DE L INITIATIVE

JEJC.2008.23 4 A - DESCRIPTION DE L INITIATIVE 4 A - DESCRIPTION DE L INITIATIVE Afin de contribuer de manière efficace et concrète à l Accès au Droit et à la Justice des plus démunis, le Barreau de Paris a développé, depuis de nombreuses années, des

Plus en détail

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA!

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA! L ADIL réunit l État, les collectivités locales, les organismes d intérêt général, les professionnels publics et privés et les représentants des usagers. Elle est agréée par le Ministère chargé du Logement

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Envoyé en préfecture le 13/07/2015 Reçu en préfecture le 13/07/2015 Affiché le ID : 091-219102282-20150625-CM20150625_08-DE

Envoyé en préfecture le 13/07/2015 Reçu en préfecture le 13/07/2015 Affiché le ID : 091-219102282-20150625-CM20150625_08-DE 1 Préambule Chaque usager doit être conscient des droits et devoirs qu entraîne son inscription et la fréquentation à des activités municipales. Ce règlement intérieur a été adopté en conseil municipal

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE REPUBLIQUE FRANÇAISE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de Cagnes-sur-Mer LOGEMENT-FOYER «LA FRATERNELLE» Livret d accueil Vous avez choisi le Logement Foyer «La Fraternelle». Nous vous remercions

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE

RESTAURATION SCOLAIRE RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR L admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service rendu aux familles dans le cadre de l organisation arrêtée par la collectivité

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS I- Moyens financiers Budget 2007 : Recettes totales = 3.604.581 dont : Budget CCAS : 1.487.913 Budget annexe SSIAD : 438.284 Budget annexe MAD : 1.678.384 Dépenses

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

- 1 - REGLEMENT INTERIEUR. Des centres de loisirs municipaux. (Approuvé par le conseil municipal en date du 7 octobre 2014)

- 1 - REGLEMENT INTERIEUR. Des centres de loisirs municipaux. (Approuvé par le conseil municipal en date du 7 octobre 2014) - 1 - REGLEMENT INTERIEUR Des centres de loisirs municipaux (Approuvé par le conseil municipal en date du 7 octobre 2014) Préambule : Dispositions Générales Les centres de loisirs municipaux sont un service

Plus en détail

Règlement intérieur de la restauration scolaire ville de TERGNIER

Règlement intérieur de la restauration scolaire ville de TERGNIER Règlement intérieur de la restauration scolaire ville de TERGNIER SOMMAIRE Chapitre 1 : Inscription 3 Article 1 : Organisation de la restauration scolaire... 3 Article 2 : Fréquentation. 3 Article 3 :

Plus en détail

Restaurant scolaire : règlement intérieur

Restaurant scolaire : règlement intérieur Mairie Restaurant scolaire : règlement intérieur d Artigueloutan 4, rue de la mairie 64420 Artigueloutan Le 24 mars 2014, Préambule Durant l année scolaire, un restaurant scolaire fonctionne dans le bâtiment

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX En association avec PREFET DU RHÔNE Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Rhône 2012 2015 Commission de coordination des actions de prévention des expulsions locatives

Plus en détail

Pour en savoir plus. Guide du Comede. interassociatif sur la santé) (notamment sur les refus de soins, l AME,

Pour en savoir plus. Guide du Comede. interassociatif sur la santé) (notamment sur les refus de soins, l AME, Droits pour les Etrangers en situation irrégulière Textes de référence Toujours voir : -les textes législatifs et règlementaires - les textes internationaux -les circulaires - les jurisprudences Pour en

Plus en détail

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H Psychiatrie infanto-juvénile UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION Edition : Août 2015 Franck RENAUDIN U.P.A.H Pavillon «l Orme» 20 avenue du 19 mars 1962 72703 ALLONNES Cédex 02.43.43.51.20

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL POUR NOUS JOINDRE LOGEMENT-FOYER «RESIDENCE LES JONCHERES» Adresse :

LIVRET D ACCUEIL POUR NOUS JOINDRE LOGEMENT-FOYER «RESIDENCE LES JONCHERES» Adresse : POUR NOUS JOINDRE Adresse : Logement-Foyer «Les Jonchères» Promenade du Pré Pelote 49610 Mozé sur Louet Téléphone : 02 41 45 72 45 LIVRET D ACCUEIL LOGEMENT-FOYER «RESIDENCE LES JONCHERES» Fax : 02 41

Plus en détail

Etablissement S.A.S. / ARPADE. Services d Accueil et de Soins. - Livret d accueil -

Etablissement S.A.S. / ARPADE. Services d Accueil et de Soins. - Livret d accueil - Etablissement S.A.S. / ARPADE Services d Accueil et de Soins - Livret d accueil - Association Régionale de Prévention et d Aide face aux Dépendances et aux Exclusions Valeurs fondamentales de l Association

Plus en détail

Recours amiable devant la commission départementale de médiation en vue d une offre de logement

Recours amiable devant la commission départementale de médiation en vue d une offre de logement Ministère chargé du logement Recours amiable devant la commission départementale de médiation en vue d une offre de logement N 15036*01 (article L. 441-2-3, II, du code de la construction et de l habitation)

Plus en détail

Procédure de domiciliation du Centre Communal d Action Sociale d Amiens

Procédure de domiciliation du Centre Communal d Action Sociale d Amiens DOCUMENT 1 Procédure de domiciliation du Centre Communal d Action Sociale d Amiens Textes régissant la domiciliation : - Article 51 de la loi n 2007-290 du 5 mars 2007 instituant le droit au logement opposable

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail

Le Fonds de solidarité pour le logement (FSL)

Le Fonds de solidarité pour le logement (FSL) Le Fonds de solidarité pour le logement (FSL) Pour faciliter vos démarches et bénéficier d une aide du FSL Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Vous avez des droits en matière de logement a Vos droits

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves Réussite des élèves contribuer à améliorer la réussite des

Plus en détail

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire.

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire. Chaque famille demandant l inscription de son ou de ses enfants en restauration scolaire s engage à respecter tous les points du présent règlement, notamment les modalités d inscription, de facturation

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

ANNEXE 1 CAHIER DES CHARGES D'UN GROUPE D'ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES SOUFFRANT DE TROUBLES PSYCHIQUES

ANNEXE 1 CAHIER DES CHARGES D'UN GROUPE D'ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES SOUFFRANT DE TROUBLES PSYCHIQUES ANNEXE 1 CAHIER DES CHARGES D'UN GROUPE D'ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES SOUFFRANT DE TROUBLES PSYCHIQUES Les Groupes d'entraide mutuelle trouvent leur base légale dans la loi n 2005-102 du 11 février

Plus en détail

FOYER DES JEUNES TRAVAILLEURS C.C.A.S Ville d Avranches 15 rue du Jardin des Plantes 50300 AVRANCHES 02.33.58.06.54 E mail : fjt@avranches.

FOYER DES JEUNES TRAVAILLEURS C.C.A.S Ville d Avranches 15 rue du Jardin des Plantes 50300 AVRANCHES 02.33.58.06.54 E mail : fjt@avranches. FOYER DES JEUNES TRAVAILLEURS C.C.A.S Ville d Avranches 15 rue du Jardin des Plantes 50300 AVRANCHES 02.33.58.06.54 E mail : fjt@avranches.fr REGLEMENT INTERIEUR Préambule Le Foyer des Jeunes Travailleurs

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR

RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR L admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service facultatif rendu aux familles dans le cadre de l organisation arrêtée

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

VILLE DE MANDRES LES ROSES

VILLE DE MANDRES LES ROSES Service Enfance Jeunesse 01 45 98 66 08 Service.enfance@ville-mandres-les-roses.fr VILLE DE MANDRES LES ROSES SOMMAIRE Inscriptions page 3 Restauration scolaire page 4 Accueils périscolaires page 5 Accueils

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DU GROUPE INGENIEUR JEAN BERTIN

REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DU GROUPE INGENIEUR JEAN BERTIN REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DU GROUPE INGENIEUR JEAN BERTIN L'admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service rendu aux familles dans le cadre de

Plus en détail

RÈGLEMENT DES SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE ET D ACCUEIL PÉRISCOLAIRE DE LA VILLE DE SEICHAMPS

RÈGLEMENT DES SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE ET D ACCUEIL PÉRISCOLAIRE DE LA VILLE DE SEICHAMPS RÈGLEMENT DES SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE ET D ACCUEIL PÉRISCOLAIRE DE LA VILLE DE SEICHAMPS Règlement approuvé par délibération du Conseil Municipal en date du 29 juin 2015 Les parents devront en

Plus en détail

Livret d accueil du centre de soins d accompagnement et de prévention en addictologie de l Aveyron

Livret d accueil du centre de soins d accompagnement et de prévention en addictologie de l Aveyron A.N.P.A.A. 12 8 avenue de Paris Immeuble «La Parisienne» 12000 RODEZ Tél. : 05 65 67 11 50 Fax : 05 65 42 24 96 E-mail : comite12@anpa.asso.fr Livret d accueil du centre de soins d accompagnement et de

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2013. Service Intégré de l Accueil et de l Orientation (SIAO)

RAPPORT D ACTIVITE 2013. Service Intégré de l Accueil et de l Orientation (SIAO) RAPPORT D ACTIVITE 2013 Service Intégré de l Accueil et de l Orientation (SIAO) des Alpes de Haute Provence Rapport d activité du SIAO/115 Année 2013 Page 1 Sommaire Introduction A- Le SIAO «urgence» :

Plus en détail

Compte Rendu du CLARTE 18 septembre 2012. Etaient excusés : Patrick HENRY MDM, Anne BIRBIS CAIO, Laurent TOMASELLA LEYDET, Katia DUCLOS SSVP.

Compte Rendu du CLARTE 18 septembre 2012. Etaient excusés : Patrick HENRY MDM, Anne BIRBIS CAIO, Laurent TOMASELLA LEYDET, Katia DUCLOS SSVP. 1 Compte Rendu du CLARTE 18 septembre 2012 Etaient excusés : Patrick HENRY MDM, Anne BIRBIS CAIO, Laurent TOMASELLA LEYDET, Katia DUCLOS SSVP. Etaient présents : Françoise LAMARQUE restos du cœur, Pierre

Plus en détail

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Le SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Un dispositif de lutte contre l exclusion : 24h/24, 365j/an : 1) Une permanence téléphonique le N vert : 080099/340 2) Des équipes mobiles d aide

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS Avenue des Thermes - BP 71 01220 Divonne-les-Bains Tel/Fax : 04 50 20 29 15 Courriel : divonne.espacejeunes@alfa3a.org REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS A compter du 1 er septembre 2014

Plus en détail

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015 Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015 Objectif AOI Accompagner une amélioration de la santé dentaire de populations démunies Pays en développement France AOI - France - Val de Marne Faciliter

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

AU PLUS PROCHE DE LA PRÉCARITÉ

AU PLUS PROCHE DE LA PRÉCARITÉ 33333 Dépannage d Urgence de Nuit et Echanges service actif en matière de toxicomanie agréé par la Commission communautaire commune de la Région de Bruxelles-Capitale et «photo du dispositif mobile de

Plus en détail

MOBILISEZ VOS COLLABORATEURS POUR UNE JOURNEE DE VOLONTARIAT SOLIDAIRE

MOBILISEZ VOS COLLABORATEURS POUR UNE JOURNEE DE VOLONTARIAT SOLIDAIRE MOBILISEZ VOS COLLABORATEURS POUR UNE JOURNEE DE VOLONTARIAT SOLIDAIRE 1 Unis-Cité vous propose de concevoir, organiser et animer des Journées d Action Solidaire pour vos salariés Fédérez vos salariés

Plus en détail

Règlement intérieur de la Cité

Règlement intérieur de la Cité Règlement intérieur de la Cité 19 mai 2015 p.1 PREAMBULE Objectifs La Cité est un équipement municipal de soutien à la vie associative. C est un lieu d accueil, de promotion, d information, de formation

Plus en détail

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNEE 2013 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2013 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés

Plus en détail

Réf. Ifremer N 12/2 212 838. Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP)

Réf. Ifremer N 12/2 212 838. Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Réf. Ifremer N 12/2 212 838 Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) 1. OBJET...3 2. RESPONSABLES HABILITES...3 3. DEFINITION DES PRESTATIONS

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL CONTRAT DE SEJOUR CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DE PRISE EN CHARGE Accueil de Jour «Maison Bleue» Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l'etablissement

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS.

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS. Vous êtes stagiaire au centre social de Champbenoist, un quartier de la ville de Provins en Seine et Marne, plus particulièrement rattaché à la référente famille. Un CADA est partenaire du centre social.

Plus en détail

Règlement du restaurant scolaire

Règlement du restaurant scolaire DEPARTEMENT DE LOIR-ET-CHER REPUBLIQUE FRANCAISE ARRONDISSEMENT DE BLOIS COMMUNE DE SAINT GERVAIS LA FORET Règlement du restaurant scolaire Le présent règlement concerne l organisation du restaurant scolaire.

Plus en détail

Restaurant Scolaire d Ampuis REGLEMENT

Restaurant Scolaire d Ampuis REGLEMENT Restaurant Scolaire d Ampuis REGLEMENT Préambule : La commune d Ampuis organise un service de restauration destiné à accueillir les enfants de maternelle (service à table) et de primaire (sous forme de

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

LA JEUNESSE. l es sen LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE

LA JEUNESSE. l es sen LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE LA JEUNESSE l es sen tiel LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE sommaire LA JEUNESSE PAGES 4 À6 PAGES 7 À9 PAGE 10 PAGE 11 Le BIJ, lieu ressources Pour s informer et se documenter -

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail