Chapitre 8 : Introduction à la biologie

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 8 : Introduction à la biologie"

Transcription

1 Chapitre 8 : Introduction à la biologie Cette introduction est proposée dans le but de faire des rappels des classes précédentes et de mettre en place quelques notions nécessaires à cette année. 1- La composition commune des êtres vivants 2- La structure commune des êtres vivants 3- Les quatre grands types de cellules 4- La production d énergie chimique de la cellule 5- L ADN, support de l information génétique 6- Le génome, stabilité au niveau de l espèce 7- Le génotype, variabilité au niveau de l individu 8- La dérive génétique et la sélection naturelle 9- Le cycle cellulaire 10- L expression des gènes : les protéines 11- Indice de parenté 12- Sujets du bac NB : - Fiche : Quelques logiciels de biologie - EPCC du chapitre 8 1

2 Chap 8, Doc n 1 : Composition commune des êtres vivants 1a- Les molécules organiques, des molécules carbonées Formule développée d un lipide 1b- Composition moléculaire de différents êtres vivants Formule développée de l aspirine Animal : être humain Végétal : algue Bactérie : E.coli Eau 59 % 94 % 70 % Ions minéraux 4,3 % 0,75 % 1,1 % Glucides 0,7 % 3,6 % 1,3 % Lipides 18 % 0,2 % 13,6 % Protides 18 % 1,2 % 14 % Tableau de la composition en molécules de différents êtres vivants 1c- Une autre catégorie de molécules organiques Les acides nucléiques sont des macromolécules (= très grandes molécules) formées par un enchaînement de nucléotides : ils sont le support de l information génétique. Les nucléotides sont le résultat de l'association de trois molécules : une base azotée, un glucide et de l'acide orthophosphorique PO(OH)3. Parmi ces acides nucléiques, on distingue : - l'adn (Acide DésoxyriboNucléique) qui porte les gènes et que l on trouve essentiellement dans le noyau des cellules, - les ARN (Acides RiboNucléiques) qui sont des copies des gènes qui permettent le transfert de l information dans le cytoplasme pour être traduit en protéines. 2 1 La composition commune des êtres vivants La matière inerte et la matière organique utilisent les mêmes atomes qu ils puisent dans ceux disponibles sur Terre mais dans des proportions différentes. Les atomes composant essentiellement la matière organique sont : - le carbone C, - l hydrogène H, - l oxygène O - l azote N. Moyen mnémotechnique : CHON La matière organique des êtres vivants est essentiellement composée des molécules : - d eau (matière minérale) - organiques, classées en quatre groupes : - les protides (protéines et aa) - les glucides, - les lipides - les acides nucléiques (ADN et ARN). Grâce aux longues chaines de carbone caractéristiques des molécules organiques, la matière organique se nomme aussi matière carbonée (Elle a la particularité de brûler.) Cette composition commune de la matière organique est un indice de parenté des êtres vivants. 3

3 Chap 8, Doc n 2 : Structure commune des êtres vivants 2a- Unicellulaires et pluricellulaires 2 La structure commune des êtres vivants Les êtres vivants sont composés de cellules : - une seule cellule pour les unicellulaires, - plusieurs cellules pour les pluricellulaires. Une cellule est un petit compartiment délimité par une membrane plasmique et contenant du cytoplasme et une information génétique. Schéma des différentes possibilités d unicellulaires et de pluricellulaires eucaryotes selon les grands groupes d êtres vivants NB : Les virus ne possèdent que des protéines et des acides nucléiques mais ils sont obligés d utiliser les cellules d autres êtres vivants pour se reproduire. 2b- Procaryotes et eucaryotes La localisation de l information génétique dans la cellule va permettre de déterminer deux grands groupes : - les procaryotes dont l information génétique se trouve dans le cytoplasme (bactérie). - les eucaryotes dont l information se trouve enfermée dans un noyau (cellules végétales, animales et fongiques). La cellule est l unité du vivant donc c est aussi un indice de parenté des êtres vivants. Schéma d un procaryote Les procaryotes sont identifiés aux bactéries : leur ADN se trouve dans le cytoplasme de la cellule. Les eucaryotes (ou «noyau-vrai») possèdent un noyau, compartiment séparé du reste du contenu cellulaire, qui contient l ADN. NB : Les eucaryotes sont unicellulaires ou pluricellulaires mais les procaryotes sont tous unicellulaires même si certaines bactéries peuvent s associer en chaînette. 4 5

4 Chap 8, Doc n 3 : Quatre grands types de cellules 3a- La cellule est un espace limité par une membrane qui échange de la matière et de l énergie avec son environnement. Cette unité structurale et fonctionnelle commune à tous les êtres vivants est un indice de leur parenté. Mais il en existe quatre grands types qui déterminent les quatre grands embranchements : les bactéries, les champignons, les animaux et les végétaux. 3 Les quatre grands types de cellules La cellule procaryote, la bactérie : - paroi, membrane plasmique, cytoplasme - information génétique dans le cytoplasme (pas de noyau) La cellule eucaryote végétale : - paroi, membrane plasmique, cytoplasme - noyau (où se trouve l information génétique) - mitochondries et chloroplastes La cellule eucaryote fongique : - paroi, membrane plasmique, cytoplasme - noyau (où se trouve l information génétique) - mitochondries 6 3b- Bilan sur les types cellulaires TOUTES LES CELLULES Membrane plasmique Cellule procaryote, la bactérie Paroi Pas de noyau, pas d organite Cellule fongique Paroi Noyau Organites : mitochondries Schéma des quatre types cellulaires Cytoplasme Cellule animale Noyau Organites : mitochondries Cellule végétale Paroi Noyau Organites : mitochondries et chloroplastes La cellule eucaryote animale : - membrane plasmique, cytoplasme - noyau (où se trouve l information génétique) - mitochondries Des structures communes dans la cellule sont aussi un indice de parenté des êtres vivants. 7

5 Chap 8, Doc n 4 : Production d énergie chimique de la cellule 4a- La fermentation La fermentation permet de produire de l énergie sous forme de molécules, appelées ATP, en petite quantité, en l absence de dioxygène. Il y a deux types de fermentation : - la fermentation lactique (Ex : bactéries, muscles en manque de O2) : Glucose C6H12O6 à à Énergie + Acide lactique 2 ATP + 2 C3H6O3 - la fermentation alcoolique ( Ex : bactéries, levures, ) : Glucose à C6H12O6 Énergie + Ethanol + Dioxyde de carbone à 2 ATP + 2 C2H6O + 2 CO2 Cette production d énergie se fait dans le cytoplasme (soit par absence de mitochondrie, soit par milieu anoxique). Document n 4b : La respiration cellulaire La respiration cellulaire permet de produire de l énergie sous forme de molécules d ATP, en grande quantité. Celles-ci serviront à d autres réactions chimiques qui nécessitent de l énergie. Glucose C6H12O6 + Dioxygène + 6 O2 à à Énergie + Dioxyde de carbone + Eau 36 ATP + 6 CO2 + 6 H2O Cette production d énergie se fait grâce à un organite, la mitochondrie. La respiration cellulaire est utilisée par la cellule des organismes de type animal, végétal ou fongique. Schéma d une cellule animale 8 Photo d une mitochondrie vue au microscope électronique (x 30000) 4- La production d énergie chimique de la cellule Le métabolisme d une cellule est l ensemble des échanges et des réactions que réalise cette cellule. Cela nécessite souvent de l énergie. Cette énergie peut être produite et stockée sous forme d une molécule appelée ATP. Deux réactions permettent de la produire : - soit par la fermentation qui produit peu d énergie, directement dans le cytoplasme : elle est utilisée par les procaryotes, d autres cellules (levures, cellules musculaires) peuvent se servir de cette voie lorsque le milieu est anoxique (sans dioxygène). - soit par la respiration cellulaire qui produit beaucoup d énergie grâce aux mitochondries : elle est utilisée par toutes les cellules eucaryotes. Cette utilisation de la molécule d ATP est aussi un indice de parenté des êtres vivants. 9

6 Chap 8, Doc n 5 : ADN, support de l information génétique 5a- ADN, support de l information génétique 5- L ADN, support de l information génétique L information génétique est présente dans chaque cellule de notre corps depuis la première cellule créée à partir des gamètes (un ovule et un spermatozoïde), appelée la cellule-œuf. Dans chaque cellule eucaryote, le noyau renferme l information génétique. Celle-ci a comme support les molécules d ADN. Schéma de l organisme à l ADN 5b- La condensation de la molécule de l ADN Ces molécules sont la plupart du temps sous forme diffuse (déroulée ou décondensée) appelée chromatine. Mais lors de la division cellulaire, elles se condensent en bâtonnets appelés chromosomes et deviennent visibles au microscope. Toutes les espèces utilisent un langage universel, le même «alphabet» de nucléotides : A,T,G,C. Cette universalité de l ADN est un indice de la parenté des êtres vivants. NB : Possibilité de transgenèse Schéma de la condensation de l ADN L ADN est constitué de deux très longues chaines de nucléotides en forme de double hélice. Il n y a que quatre nucléotides différents : l adénine A, la thymine T, la guanine G et la cytosine C. A forme toujours une paire avec T (liés par 2 liaisons H) et G toujours avec C (liés par 3 liaisons H). Selon les molécules d ADN, les nucléotides sont en nombre différent et dans un ordre différent

7 Chap 8, Doc n 6 : Génome, stabilité au niveau de l espèce 6a- Nombre de chromosomes et espèces Chaque espèce possède un nombre différent de chromosomes, c est-à-dire de molécules d ADN condensées en bâtonnets. Espèce Bactérie Maïs Baleine Homme Chimpanzé Cheval Nombre de chromoso mes Tableau du nombre de chromosomes pour quelques espèces 6b- Les caryotypes Un caryotype est la représentation (photo souvent) des chromosomes d une cellule, par paires homologues (sauf les gamètes) classés selon la taille. Caryotype humain (à gauche), de chimpanzé (au centre), de drosophile (à droite) 6c- Les chromosomes homologues 6 Le génome, stabilité au niveau de l espèce Le nombre de molécules d ADN est caractéristique de l espèce. Ce nombre peut être révélé en faisant un caryotype. Ces molécules d ADN sont fragmentées en gènes, fragment d ADN qui code une information génétique (=une protéine). Elles sont présentes de façon identique dans chaque cellule de notre corps mais les gènes qui sont utiles à la cellule seront activités et les autres gènes resteront silencieux. Dans chaque cellule, les gènes sont toujours sur le même chromosome au même endroit appelé locus). Il existe deux exemplaires de chaque chromosome appelés chromosomes homologues : les gènes sont donc en double exemplaire dans chaque cellule. L être humain possède 46 chromosomes donc 23 paires. Cet ensemble des gènes d une espèce et les parties non-codantes est appelé le génome. ou Schéma d une paire de chromosomes homologues (à gauche à deux chromatides dupliqués et à droite à une chromatide) 12 13

8 Chap 8, Doc n 7 : Génotype, variabilité au niveau de l individu 7a- Le gène «groupe sanguin» avec l exemple du doc 3a Allèle A Allèle B Allèle O Cet exemple présente le fragment d ADN (= la succession particulière de nucléotides) du gène du «groupe sanguin». Les traits signifient que le fragment possède les mêmes nucléotides. Seuls sont indiqués les nucléotides qui ont changé (autre lettre) ou qui manquent (vide). 7b- Faire un schéma des différentes possibilités de groupes sanguins. 7c- Les différentes mutations - les substitutions : nucléotide remplacé par un autre (ou plusieurs). - les délétions : perte d un nucléotide (ou plusieurs). - les additions : ajout d un nucléotide (ou plusieurs) Le génotype, variabilité au niveau de l individu La séquence des nucléotides de l ADN peut subir des modifications correspondant à un changement d un ou plusieurs nucléotides. Ces modifications (substitution, addition ou délétion) sont appelées mutations. Chaque mutation entraine la modification de l information génétique, qui mène à une nouvelle version de ce gène. Si cette variante est significativement présente dans une population, elle est appelée allèle. Cette diversité des allèles est à l origine de la variabilité des individus d une même espèce. L ensemble des allèles d un individu est appelé le génotype. Chaque individu possédant les chromosomes en double, les chromosomes homologues, ont deux versions de chaque gène : - s il possède la même version, on dit que le gène est homozygote - s il possède deux versions différentes, on dit que le gène est hétérozygote. Donc les chromosomes homologues possèdent les mêmes gènes mais pas forcément les mêmes allèles. Les caractères observables de l expression de ce génotype influencé par les facteurs de l environnement donnent le phénotype (niveau moléculaire, cellulaire et macroscopique). NB : Les variations de l ADN peuvent être très importantes au cours du temps et aboutir parfois à de nouveaux gènes donc à de nouvelles espèces. 15

9 Chap 8, Doc n 8 : Dérive génétique et sélection naturelle 8a- La dérive génétique 8- La dérive génétique et la sélection naturelle La dérive génétique consiste en une modification aléatoire de la fréquence des allèles d une population au cours des générations. Plus la population est petite, plus la dérive génétique est importante. La sélection naturelle est une sélection d un caractère (=allèle) sous la pression des facteurs du milieu. Ces deux mécanismes sont à l origine de l évolution des êtres vivants au cours de l histoire de la vie sur Terre. Schéma d un exemple de dérive génétique 8b- La sélection naturelle Schéma d un exemple de sélection naturelle 16 17

10 Chap 8, Doc n 9 : Le cycle cellulaire 9a- Le cycle cellulaire : interphase + mitose Le cycle cellulaire se divise en deux étapes : - l interphase : réplication de l ADN, croissance et préparation à la mitose - la mitose : production de deux cellules strictement identiques 9b- La mitose : production de deux cellules strictement identiques Schéma de prophase Schéma de métaphase 9- Le cycle cellulaire Le cycle cellulaire permet à partir d une seule cellule la fabrication de deux cellules strictement identiques génétiquement à celle d origine. On parle d une cellule-mère qui donne deux cellules-filles. Ce processus permet la croissance de l individu et le renouvellement cellulaire. Le cycle cellulaire se divise en deux étapes : - l interphase qui se divise en trois étapes : * la phase G1, phase de croissance et de préparation à la duplication * la phase S permettant la réplication de l ADN (les chromosomes fabriquent leurs jumeaux, une deuxième chromatide, pour permettre, en fin de cycle, de faire deux lots strictement identiques au lot de départ.) * la phase G2, phase de croissance et de préparation à la mitose - la mitose qui se divise en quatre étapes : * la prophase : molécules d ADN se condensent en chromosomes, visibles au microscope et la membrane nucléaire se rompt. * la métaphase : positionnement des chromosomes sur la plaque équatoriale et fixation par leurs centromères au fuseau mitotique. * l anaphase : clivage des deux chromatides et migration vers les pôles. * la télophase : division de la cellule en deux et reconstitution de la membrane nucléaire autour des deux nouveaux lots de chromosomes. 18 Schéma d anaphase Schéma de télophase 19

11 Chap 8, Doc n 10 : L expression des gènes : les protéines 10a- 10- L expression des gènes : les protéines 10b- Schéma de la production des protéines Les molécules de protéine sont le support du phénotype (= ensemble des caractères observables chez un individu). On constate une grande diversité de phénotypes au sein d une même espèce. Chez les cellules eucaryotes, l'adn se trouve protégé dans le noyau. Cependant, la synthèse des protéines s'effectue dans le cytoplasme. Il existe donc un intermédiaire qui transmet l'information génétique du noyau vers le cytoplasme : ARNm qui est une copie du gène. L expression d un gène se fait en deux grandes étapes : - la transcription est la production de copies de gènes, les ARNM, dans le noyau grâce à une enzyme appelée l ARNpolymérase. NB : Les ARNm peuvent subir un épissage qui mène à des versions différentes d une même protéine. - la traduction est la fabrication d un polypeptide : en effet, l'arnm est suffisamment court pour passer à travers les pores de la membrane nucléaire et atteindre les ribosomes, ateliers de fabrication des protéines, situés dans le cytoplasme. Là, cet ARNm va être décodé pour permettre l'assemblage des acides aminés en polypeptide. NB : Les acides aminés sont apportés aux cellules par l alimentation via la digestion puis le sang. Ils sont apportés spécifiquement aux ribosomes par des structures spécialisées appelées des ARNt (transfert). 20 Schéma de la production des protéines 21

12 Chap 8, Doc n 11 : Indice de parenté Document n 13a : Indice de parenté 11a- La Un arbre phylogénétique est une figure qui va illustrer des liens de parenté. Plus l'ancêtre commun à différentes espèces sera éloigné dans l'histoire de la vie, plus les espèces seront éloignées. Arbre phylogénétique - Au bout des branches, il y a les espèces ou les groupes. - Les ronds représentent les innovations évolutives. - Les carrés sont les ancêtres communs hypothétiques. - Le temps progresse du bas vers le haut. - Les ancêtres communs sont hypothétiques : on ne peut jamais être sûr qu'un fossile trouvé soit le 1 er représentant à posséder cette innovation évolutive. - Les fossiles ne se placent jamais au niveau des nœuds, ils occupent la même place que les espèces actuelles. Ainsi, un arbre phylogénétique représente les liens de parenté (il ne s agit pas d un arbre généalogique). 11b- Représentation de l évolution de la cellule 11- Indice de parenté La parenté des êtres vivants peut être représentée par des arbres phylogénétiques. Plus des espèces partagent de caractères communs, plus elles sont proches dans l évolution du vivant. Ex : Évolution de la structure de la cellule Information génétique Membrane plasmique Cytoplasme Noyau Mitochondries Chloroplastes Bactérie Cellule animale Cellule végétale Tableau des structures cellulaires des différents types de cellules 22 23

13 Chap 8, Doc n 12 : Sujets du bac 12a : Les ECE (4 points) L ECE (Évaluation des Capacités Expérimentales) est une évaluation d une heure que vous passerez en fin d année dans le lycée. Vous aurez à répondre à un problème que vous aurez tiré au hasard dans une liste. Les étapes seront toujours les mêmes : - Etape 1 : Concevoir une stratégie pour résoudre une situation. - Etape 2 : Réaliser un protocole de résolution. - Etape 3 : Présentation des résultats (dessin, schéma, tableau, ). - Etape 4 : Exploitation des résultats pour répondre à la situation. Doc n 12b : Les écrits (16 points) Les épreuves écrites sont une évaluation que vous passerez au mois de juin durant 3h30 et qui est divisée en deux parties : - la partie I permet d évaluer la maîtrise des connaissances acquises, notée sur 8 points, (cela peut être une rédaction ou un QCM long ou un peu des deux ) ; - la partie II permet d évaluer la pratique du raisonnement scientifique et de l argumentation ; elle est subdivisée en deux exercices : * le II-1 noté sur 3 points (un QCM court ou un doc à analyser), * le II-2 noté sur 5 points (toujours une rédaction avec des docs). Chap 8, Fiche : Quelques logiciels de biologie 1- Logiciel «Rastop» : 2- Logiciel «Anagene» : L épreuve, notée sur 20 points, est affectée d un coefficient 6 (8 pour les élèves en enseignement de spécialité). 12c : Le contrôle d oral (ou rattrapage) Si vous passez aux rattrapages (moyenne totale des épreuves entre 8 et 10) et que vous choisissez les SVT, seuls les points obtenus audessus de votre note d écrit compteront. L épreuve qui dure 20 minutes est précédée d un temps de préparation de 20 minutes. Vous tirerez au sort un sujet comportant deux questions, relatives à deux parties différentes du programme et vous devrez traiter les deux questions. Ces questions portent une sur le programme obligatoire et l autre sur celui de spécialité. 3- Logiciel «Phylogene» : 24 25

14 EPCC du chapitre 8 1- Quels sont les quatre principaux atomes de la matière organique? Les quatre principaux atomes sont le carbone C, l hydrogène H, l oxygène O et l azote N (CHON). 2- Quelles les quatre groupes de molécules organiques? Les quatre groupes de molécules organiques sont les glucides, les lipides, les protides et les acides nucléiques. 3- Comment se nomme un être vivant constitué d une seule cellule? Un être vivant constitué d une seule cellule est un unicellulaire. 4- Comment se nomme un être vivant constitué de plusieurs cellules? Un être vivant constitué de plusieurs cellules est un pluricellulaire. 5- Comment se nomme une cellule dont l information génétique est dans le cytoplasme? Une cellule dont l information génétique est dans le cytoplasme est une cellule procaryote. 6- Comment se nomme une cellule dont l information génétique est dans le noyau? Une cellule dont l information génétique est dans le noyau est une cellule eucaryote. 7- Citer les quatre grands types cellulaires? Les grands types cellulaires sont les cellules bactériennes, animales, fongiques et végétales. 8- Quelles sont les structures communes à toutes les cellules? Les structures communes à toutes les cellules sont la membrane plasmique, le cytoplasme et l information génétique. 9- Citer les deux réactions permettant à la cellule de produire de l énergie? Les deux réactions qui permettent à la cellule de produire de l énergie sont la fermentation et la respiration cellulaire. 10- Quelles sont les caractéristiques de la fermentation? La fermentation produit peu d énergie mais peut se réaliser dans le cytoplasme (sans organite) et en milieu anoxique. 11- Quelles sont les caractéristiques de la respiration cellulaire? La respiration cellulaire produit beaucoup d énergie mais nécessite la présence d un organite, la mitochondrie, et d un gaz, le dioxygène 12- Quelle est la molécule support de l information génétique? La molécule support de l information génétique est l ADN. 13- Quelle est la structure de l ADN? L ADN est formé de deux brins en double-hélice. 14- Quelles sont les deux formes que peut présenter l ADN? La molécule d ADN est essentiellement sous forme décondensée appelée la chromatine mais lors d une division cellulaire, elle est sous forme condensée appelée chromosome (forme la plus connue). 15- Quelle est la composition de l ADN? Chaque brin d ADN est une longue succession de nucléotides. 16- Quels sont les nucléotides? Les nucléotides sont l adénine A, la thymine T, la cytosine C et la guanine G. 17- Comment s appareillent les nucléotides? Les nucléotides s appareillent par paire A avec T (liés par deux liaisons H) et G avec C (liés par trois liaisons H). 18- Qu est-ce qu un gène? Un gène est un fragment d ADN qui code une information génétique. 19- Qu est-ce que le génome? Le génome est l ensemble des gènes d une espèce. 20- Qu est-ce que le caryotype? Le caryotype est l ensemble des chromosomes classés par paire et par taille. 21- Quel est le nombre de chromosomes chez l être humain? L être humain possède 46 chromosomes (23 paires). 22- Qu est-ce qu un allèle? Un allèle est une version différente d un gène. 23- Quels sont les deux mécanismes de l évolution? Les deux mécanismes de l évolution sont : - la dérive génétique qui est la modification au hasard de la fréquence des allèles dans une population au cours des générations successives - la sélection naturelle qui est la sélection d un caractère favorisant la survie donc la reproduction d individus sous la pression des facteurs du milieu

15 24- Que permet le cycle cellulaire? Le cycle cellulaire permet la croissance de l individu et le renouvellement cellulaire. 25- Quels sont les deux étapes du cycle cellulaire? Les deux étapes du cycle cellulaire sont l interphase et la mitose. 26- Quelles sont les phases de la première étape du cycle cellulaire? Les phases de la première étape du cycle cellulaire sont : - Phase G1 où il y a croissance et préparation à la phase suivante, - Phase S où il y a réplication de l ADN, - Phase G2 où il y a croissance et préparation à la phase suivante. 27- Quelles sont les phases de la deuxième étape du cycle cellulaire? Les phases de la deuxième phase du cycle cellulaire sont : - la prophase : condensation de la chromatine en chromosomes à deux chromatides - la métaphase : positionnement des chromosomes à deux chromatides sur la plaque équatoriale - l anaphase : clivage des deux chromatides qui migrent vers les pôles - la télophase : division de la cellule en deux cellules-filles. 28- Qu est-ce que le phénotype? Le phénotype est l ensemble des caractères observables d un individu. 29- Quelles sont les molécules support de l expression des gènes? Les molécules support de l expression des gènes sont les protéines. 30- Quelles sont les deux étapes de la fabrication des protéines? Les deux étapes de la fabrication des protéines sont la transcription et la traduction. 31- Que permet la première étape de la fabrication des protéines? La transcription permet la copie du gène, appelée ARNm. 32- Que permet la deuxième étape de la fabrication des protéines? La traduction permet grâce aux ribosomes de traduire l ARNm en un ensemble d acides aminés appelé polypeptide qui est la future protéine. 28

16

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Biologie LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Février 2006 I. L'INTRODUCTION Chaque cellule d'un organisme supérieur provient de la multiplication d'une cellule préexistante (cellule

Plus en détail

Séquence 1. Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN Variabilité génétique et mutation de l ADN

Séquence 1. Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN Variabilité génétique et mutation de l ADN Séquence 1 Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN Variabilité génétique et mutation de l ADN Sommaire 1. Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN 2. Variabilité

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

1 les caractères des êtres humains.

1 les caractères des êtres humains. Quelques rappels des classes précédentes ACTIVITÉ livre pages 8 et 9 : apprendre le bilan de la page 9 Les êtres vivants sont répartis en espèces. Chaque être vivant est formé de cellules. schéma d une

Plus en détail

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Séquence 4. La nature du vivant. Sommaire. 1. L unité structurale et chimique du vivant. 2. L ADN, support de l information génétique

Séquence 4. La nature du vivant. Sommaire. 1. L unité structurale et chimique du vivant. 2. L ADN, support de l information génétique Séquence 4 La nature du vivant Sommaire 1. L unité structurale et chimique du vivant 2. L ADN, support de l information génétique 3. Synthèse de la séquence 4. Exercices Devoir autocorrectif n 2 Séquence

Plus en détail

Univers Vivant Révision. Notions STE

Univers Vivant Révision. Notions STE Univers Vivant Révision Notions STE Chap. 13) L Écologie 1) a) Qu est-ce que l empreinte écologique? L empreinte écologique correspond à la surface terrestre et aquatique totale nécessaire à un individu,

Plus en détail

Séquence 2. L expression du patrimoine génétique. Sommaire

Séquence 2. L expression du patrimoine génétique. Sommaire Séquence 2 L expression du patrimoine génétique Sommaire 1. La synthèse des protéines 2. Phénotypes, génotypes et environnement Synthèse de la séquence 2 Exercices de la séquence 2 Glossaire des séquences

Plus en détail

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek I) Les cellules procaryotes II) Les cellules eucaryotes o 1) Caractéristiques générales des cellules eucaryotes o 2) Organisation des cellules eucaryotes

Plus en détail

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne ULBI 101 Biologie Cellulaire L1 Le Système Membranaire Interne De la nécessité d un SMI Le volume augmente comme le cube de la dimension linéaire, alors que la surface n'est augmentée que du carré Une

Plus en détail

L universalité et la variabilité de l ADN

L universalité et la variabilité de l ADN L universalité et la variabilité de l DN Unité 4 3 μm hromosomes observés en microscopie électronique à balayage. Les chromosomes, présents dans le noyau, sont constitués d acide désoxyribonucléique (DN).

Plus en détail

INFORMATION GÉNÉTIQUE et REPRODUCTION SEXUÉE

INFORMATION GÉNÉTIQUE et REPRODUCTION SEXUÉE Partie 1, Chapitre 4 INFORMATION GÉNÉTIQUE et REPRODUCTION SEXUÉE Constat : à l'exception des jumeaux, chaque individu est unique. Ses caractères héréditaires dependent des info génétiques (allèles) portées

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

Information génétique

Information génétique chapitre 3 Information génétique et division cellulaire L étude de la division cellulaire est abordée pour découvrir comment est transmise et conservée l information génétique portée par les chromosomes.

Plus en détail

Banque Agro-Veto Session 2014 Rapport sur les concours A filière BCPST

Banque Agro-Veto Session 2014 Rapport sur les concours A filière BCPST 1 Épreuve de biologie Épreuve non prise en compte au concours PC BIO Concours Nb cand. Moyenne Ecart type Note la plus basse Note la plus haute A BIO 2158 11,94 4,10 1 20 A ENV 883 13,54 3,69 1,5 20 Ce

Plus en détail

Les débuts de la génétique

Les débuts de la génétique HPITRE 9 DES DÉBTS DE L ÉNÉTIQE X ENJEX TELS DES BIOTEHNOLOIES 1 Les débuts de la génétique est avec les travaux de regor Mendel vers la fin du XIX e siècle que furent posées les bases de la génétique.

Plus en détail

Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015

Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015 Andrew Tolonen atolonen@genoscope.cns.fr Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015 A- Généralités I- La vie sur terre telle que nous la connaissons ne

Plus en détail

grande simple microscope microscope inventé années 1825. biologie = cellule) et (logos de plus en Anglais. Utilise un La microscopie, 1665,

grande simple microscope microscope inventé années 1825. biologie = cellule) et (logos de plus en Anglais. Utilise un La microscopie, 1665, Cours de Biologie Cellulaire Présentés par Mr CHELLI A. FSNV 2012/ /2013 CHAPITRE I : INTRODUCTION A LA BIOLOGIE CELLULAIRE A- Introduction et définitionn de la biologie cellulaire : Il était difficile

Plus en détail

2 C est quoi la chimie?

2 C est quoi la chimie? PARTIE 1 AVANT LA CHIMIE VERTE... 2 C est quoi la chimie? L inconnu étant source d angoisse, nous allons essayer de définir les grands domaines de la chimie pour mieux la connaître, l appréhender et donc

Plus en détail

Chapitre 2 - Complexité des relations entre génotype et phénotype

Chapitre 2 - Complexité des relations entre génotype et phénotype Chapitre 2 - Complexité des relations entre génotype et phénotype Chaque chromosome est en double exemplaire Donc chaque gène (situé sur son locus) est en double exemplaires : et peut être sous différente

Plus en détail

Epreuve de biologie... 2 Annexe : Liste des sujets de la session 2013... 9

Epreuve de biologie... 2 Annexe : Liste des sujets de la session 2013... 9 Epreuve de biologie... 2 Annexe : Liste des sujets de la session 2013... 9 Travaux pratiques de biologie... 17 Annexe : Liste des sujets de la session 2013... 26 Travaux d initiative personnelle encadrés

Plus en détail

Formavie 2010. 2 Différentes versions du format PDB...3. 3 Les champs dans les fichiers PDB...4. 4 Le champ «ATOM»...5. 6 Limites du format PDB...

Formavie 2010. 2 Différentes versions du format PDB...3. 3 Les champs dans les fichiers PDB...4. 4 Le champ «ATOM»...5. 6 Limites du format PDB... Formavie 2010 Les fichiers PDB Les fichiers PDB contiennent les informations qui vont permettre à des logiciels de visualisation moléculaire (ex : RasTop ou Jmol) d afficher les molécules. Un fichier au

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Stabilitéet variabilitédes génomes au cours de la reproduction sexuée

Stabilitéet variabilitédes génomes au cours de la reproduction sexuée Stabilitéet variabilitédes génomes au cours de la reproduction sexuée 1 1 Reproduction sexuée et stabilitéde l espèce 2 2 L évolution du nombre de chromosones au cours de la reproduction sexuelle Le cycle

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

4 : MÉTHODES D ANALYSE UTILISÉES EN ÉCOLOGIE MICROBIENNE

4 : MÉTHODES D ANALYSE UTILISÉES EN ÉCOLOGIE MICROBIENNE 4 : MÉTHODES D ANALYSE UTILISÉES EN ÉCOLOGIE MICROBIENNE L écologie microbienne (ou étude des micro-organismes de l environnement) étudie : les relations entre les différentes populations de micro-organismes

Plus en détail

Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide

Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide Prof. Marc HENRY Chimie Moléculaire du Solide Institut Le Bel, 4, Rue Blaise Pascal 67070 Strasbourg Cedex, France Tél: 03.68.85.15.00 e-mail:

Plus en détail

Génétique et génomique Pierre Martin

Génétique et génomique Pierre Martin Génétique et génomique Pierre Martin Principe de la sélections Repérage des animaux intéressants X Accouplements Programmés Sélection des meilleurs mâles pour la diffusion Index diffusés Indexation simultanée

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Introduction au Monde VégétalV. Les Champignons. Les Algues. Introduction au Monde Animal. Les Invertébr. (Les Lichens)

Introduction au Monde VégétalV. Les Champignons. Les Algues. Introduction au Monde Animal. Les Invertébr. (Les Lichens) Enseignement de Biologie des Organismes 11 ère ère année de de Licence DEUG STS STPIBGS Introduction au Monde VégétalV Les Champignons Les Algues Introduction au Monde Animal Les Invertébr brés (Les Lichens)

Plus en détail

PARTIE I Compte pour 75 %

PARTIE I Compte pour 75 % PARTIE I Compte pour 75 % Instructions : Noircissez la lettre correspondant à la bonne réponse sur la feuille de réponse fournie. 1. Dans le diagramme, quelles structures font partie du système nerveux

Plus en détail

Le trajet des aliments dans l appareil digestif.

Le trajet des aliments dans l appareil digestif. La digestion. La digestion, c est la transformation des aliments en nutriments assimilables par l organisme. Dans le tube digestif, les aliments subissent une série de dégradations mécaniques et chimiques

Plus en détail

LA A RESPIRATION CELLULAIRE

LA A RESPIRATION CELLULAIRE Instructions aux professeurs Domaine : 1.1 Le transport de substances, réaction chimique de la respiration cellulaire, p. 6 Travail à réaliser : Les élèves répondent aux questions. Matériel : Feuilles

Plus en détail

Détection des duplications en tandem au niveau nucléique à l'aide de la théorie des flots

Détection des duplications en tandem au niveau nucléique à l'aide de la théorie des flots Université Toulouse 3 Paul Sabatier(UT3 Paul Sabatier) Informatique Spécialité Bioinformatique Eric AUDEMARD lundi 28 novembre 2011 Détection des duplications en tandem au niveau nucléique à l'aide de

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

VI- Expression du génome

VI- Expression du génome VI- Expression du génome VI-1.- EXPRESSION DU GÉNOME- PRINCIPES GÉNÉRAUX DOGME CENTRAL Les gènes et l information génétique sont conservés sous forme d acides nucléiques La perpétuation à l identique de

Plus en détail

Coordinateur Roland Calderon

Coordinateur Roland Calderon SVT-3 e -/Sciences de la Vie et de la Terre-/ erre-/-programme 2008 LIVRE DU PROFESSEUR Coordinateur Roland Calderon Les auteurs Vincent Béranger Professeur à Paris Louis-Marie Couteleau Professeur à Paris

Plus en détail

Feuille d exercices 2 : Espaces probabilisés

Feuille d exercices 2 : Espaces probabilisés Feuille d exercices 2 : Espaces probabilisés Cours de Licence 2 Année 07/08 1 Espaces de probabilité Exercice 1.1 (Une inégalité). Montrer que P (A B) min(p (A), P (B)) Exercice 1.2 (Alphabet). On a un

Plus en détail

Vue d ensemble de la vie microbienne

Vue d ensemble de la vie microbienne Vue d ensemble de la vie microbienne C HAPITRE D EUX I Structure cellulaire et évolution 22 2.1 Les structures cellulaires et virales 22 2.2 L organisation de l ADN dans les cellules microbiennes 24 2.3

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Conférence technique internationale de la FAO

Conférence technique internationale de la FAO Décembre 2009 ABDC-10/7.2 F Conférence technique internationale de la FAO Biotechnologies agricoles dans les pays en développement: choix et perspectives pour les cultures, les forêts, l élevage, les pêches

Plus en détail

Séquence 6. Mais ces espèces pour autant ne sont pas identiques et parfois d ailleurs ne se ressemblent pas vraiment.

Séquence 6. Mais ces espèces pour autant ne sont pas identiques et parfois d ailleurs ne se ressemblent pas vraiment. Sommaire Séquence 6 Nous avons vu dans les séances précédentes qu au cours des temps géologiques des espèces différentes se sont succédé, leur apparition et leur disparition étant le résultat de modifications

Plus en détail

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION Mardi 24 janvier 2012 au Centre de Formation Multimétiers de REIGNAC L objectif de cet atelier sur la santé est de guider chacun vers une alimentation plus

Plus en détail

Commentaires sur les épreuves de Sciences de la Vie et de la Terre

Commentaires sur les épreuves de Sciences de la Vie et de la Terre Commentaires sur les épreuves de Sciences de la Vie et de la Terre Épreuve ÉCRITE de BIOLOGIE A...2 Épreuve ÉCRITE de BIOLOGIE B...9 Épreuve ORALE de BIOLOGIE...13 ANNEXE 1 : LISTE DES SUJETS D ORAL PROPOSÉS

Plus en détail

LA TRANSMISSION DES CARACTÈRES

LA TRANSMISSION DES CARACTÈRES LA TRANSMISSION DES CARACTÈRES HÉRÉDITAIRES BIO-5065-2 GUIDE D APPRENTISSAGE BIOLOGIE Janvier 2005 Version révisée (avril 2005) 2 Ce document, produit par la Commission scolaire Marie-Victorin, reprend

Plus en détail

Contrôle de l'expression génétique : Les régulations post-transcriptionnelles

Contrôle de l'expression génétique : Les régulations post-transcriptionnelles Contrôle de l'expression génétique : Les régulations post-transcriptionnelles http://perso.univ-rennes1.fr/serge.hardy/ utilisateur : biochimie mot de passe : 2007 L'ARNm, simple intermédiaire entre le

Plus en détail

Section «Maturité fédérale» EXAMENS D'ADMISSION Session de février 2014 RÉCAPITULATIFS DES MATIÈRES EXAMINÉES. Formation visée

Section «Maturité fédérale» EXAMENS D'ADMISSION Session de février 2014 RÉCAPITULATIFS DES MATIÈRES EXAMINÉES. Formation visée EXAMENS D'ADMISSION Admission RÉCAPITULATIFS DES MATIÈRES EXAMINÉES MATIÈRES Préparation en 3 ou 4 semestres Formation visée Préparation complète en 1 an 2 ème partiel (semestriel) Niveau Durée de l examen

Plus en détail

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence.

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence. Règle de l octet : tendance qu on les atomes à s entourer de 8 électrons dans l édifice moléculaire. Ce n est pas une règle générale. Composés respectant la règle de l octet Composés ne respectant pas

Plus en détail

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules I. La liaison covalente 1) Formation d une liaison covalente Les molécules sont des assemblages d atomes liés par des liaisons chimiques résultant d interactions

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Bases moléculaires des mutations Marc Jeanpierre

Bases moléculaires des mutations Marc Jeanpierre Bases moléculaires des mutations Marc Jeanpierre Chaque enfant qui naît hérite de 10 à 30 nouvelles mutations ponctuelles. L essentiel des ces mutations sont heureusement des variations neutres de séquence

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

ne définition de l arbre.

ne définition de l arbre. LA PHYSIOLOGIE DES ARBRES. U ne définition de l arbre. L es arbres sont des êtres vivants qui occupent une place à part dans le monde végétal. Ils sont indispensables à la vie sur terre et ils ont largement

Plus en détail

Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année)

Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année) Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année) Equipe pédagogique Université Bordeaux-1 Didier Morin, Michel Moenner, Sophie North, Gérard Tramu et IJsbrand Kramer Contact : i.kramer@iecb.u-bordeaux.fr

Plus en détail

Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB)

Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB) Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB) Responsable : Jean-François Cavin (Pr. Microbiologie Biotechnologie) Tel 03 80 77 40 72, Fax 03 80 77 23 84 jf.cavin@agrosupdijon.fr

Plus en détail

Compléments - Chapitre 5 Spectroscopie

Compléments - Chapitre 5 Spectroscopie ompléments - hapitre 5 Spectroscopie Spectroscopie par résonance magnétique nucléaire (RMN 13 ) Tandis que la spectroscopie RMN 1 H fournit des données sur la disposition des atomes d'hydrogène dans une

Plus en détail

Plateforme Transgenèse/Zootechnie/Exploration Fonctionnelle IBiSA. «Anexplo» Service Transgenèse. Catalogue des prestations

Plateforme Transgenèse/Zootechnie/Exploration Fonctionnelle IBiSA. «Anexplo» Service Transgenèse. Catalogue des prestations Plateforme Transgenèse/Zootechnie/Exploration Fonctionnelle IBiSA «Anexplo» Service Transgenèse Catalogue des prestations 04/01/12 - Page 1 sur 8 Présentation du service de Transgenèse Le service de Transgenèse

Plus en détail

MABioVis. Bio-informatique et la

MABioVis. Bio-informatique et la MABioVis Modèles et Algorithmes pour la Bio-informatique et la Visualisation Visite ENS Cachan 5 janvier 2011 MABioVis G GUY MELANÇON (PR UFR Maths Info / EPI GRAVITE) (là, maintenant) - MABioVis DAVID

Plus en détail

École secondaire Mont-Bleu Biologie générale 035-534

École secondaire Mont-Bleu Biologie générale 035-534 École secondaire Mont-Bleu Biologie générale 035-534 I. Rappel sur anatomie du système digestif Unité 3 La vie une question d adaptation 2 Unité 3 La vie une question d adaptation 3 Unité 3 La vie une

Plus en détail

- pellicule de fruits qui a un rôle de prévention contre l'évaporation, le développement de moisissures et l'infection par des parasites

- pellicule de fruits qui a un rôle de prévention contre l'évaporation, le développement de moisissures et l'infection par des parasites LES LIPIDES Quelles Sont les Idées Clés? Les lipides sont les huiles et les graisses de la vie courante. Ils sont insolubles dans l eau. Pour les synthétiser, une réaction : l Estérification. Pour les

Plus en détail

Université de Montréal. Développement d outils pour l analyse de données de ChIP-seq et l identification des facteurs de transcription

Université de Montréal. Développement d outils pour l analyse de données de ChIP-seq et l identification des facteurs de transcription Université de Montréal Développement d outils pour l analyse de données de ChIP-seq et l identification des facteurs de transcription par Eloi Mercier Département de bioinformatique Faculté de médecine

Plus en détail

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I)

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) Collaboration: - Laboratoire de Radiotoxicologie et Oncologie (L. Sabatier) CEA, DSV - Laboratoire de Génotoxicité et Modulation de l Expression

Plus en détail

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés Molécules et matériaux organiques Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés bjectifs du chapitre Notions à connaître

Plus en détail

L univers vivant De la cellule à l être humain

L univers vivant De la cellule à l être humain L univers vivant De la cellule à l être humain La cellule humaine Voir : http://www.biologieenflash.net/sommaire.html Voir : http://fr.wikipedia.org/ La cellule humaine Unité de base de tous les êtres

Plus en détail

I. La levure Saccharomyces cerevisiae: mode de vie

I. La levure Saccharomyces cerevisiae: mode de vie LES LEVURES UE «levures» -5 avril: généralités (MN Simon) -6 avril: analyse génétique (MN Simon) -6 avril: Cycle cellulaire I: la réplication (E. bailly) -7 avril: Cycle cellulaire II: la mitose (E. Bailly)

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

Journée SITG, Genève 15 octobre 2013. Nicolas Lachance-Bernard M.ATDR Doctorant, Laboratoire de systèmes d information géographique

Journée SITG, Genève 15 octobre 2013. Nicolas Lachance-Bernard M.ATDR Doctorant, Laboratoire de systèmes d information géographique Monitorint spatio-temporel intégré de la mobilité urbaine Monitoring spatio-temporel de l ADN urbain Une réponse aux défis, problèmes, enjeux et risques des milieux urbains Nicolas Lachance-Bernard M.ATDR

Plus en détail

Module 5 La maturation de l ARN et le contrôle post-transcriptionnel chez les eucaryotes

Module 5 La maturation de l ARN et le contrôle post-transcriptionnel chez les eucaryotes Module 5 La maturation de l ARN et le contrôle post-transcriptionnel chez les eucaryotes Où trouver l'information complémentaire? MCB -11, GVII-5, 22, 23. La maturation des ARNm chez les eucaryotes Les

Plus en détail

Utilisation des substrats énergétiques

Utilisation des substrats énergétiques Utilisation des substrats énergétiques Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Les organes et les substrats... 3 I.1 Les substrats énergétiques...

Plus en détail

Exercices de génétique classique partie II

Exercices de génétique classique partie II Exercices de génétique classique partie II 1. L idiotie phénylpyruvique est une maladie héréditaire dont sont atteints plusieurs membres d une famille, dont voici l arbre généalogique : 3 4 5 6 7 8 9 10

Plus en détail

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Notice MESURACOLOR Colorimètre à DEL Réf. 22020 Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Indicateur Etalonnage Bouton Marche/Arrêt Indicateur de sélection de la longueur d'onde Indicateur de mode chronomètre

Plus en détail

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution Chapitre 2 - Modèle Les solutions 1 Définitions sur les solutions 1.1 Définition d une solution : Une solution est le mélange homogène et liquide d au moins deux espèces chimiques : Le soluté : c est une

Plus en détail

2015-2016. Médecine Pharmacie Dentaire Sage-femme ANNÉE UNIVERSIT AIRE

2015-2016. Médecine Pharmacie Dentaire Sage-femme ANNÉE UNIVERSIT AIRE Médecine Pharmacie Dentaire Sage-femme ANNÉE UNIVERSIT AIRE 2015-2016 SudMédical Montpellier-Nîmes Établissement d Enseignement Supérieur Privé Espace Saint-Charles - 300, rue Auguste Broussonnet - 34090

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE І) INTRODUCTION II) BASES PHYSIOLOGIQUES III) PRINCIPES GENERAUX DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE IV) ENTRAINEMENT DANS LES DIFFERENTES FILIERES V) LA PLANIFICATION

Plus en détail

TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique

TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique Partie 1 : Spécificité d'un anticorps pour un déterminant antigénique du VIH La séropositivité pour le VIH correspond à la présence

Plus en détail

BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES SUJET

BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES SUJET SESSION 2010 France métropolitaine Option : élevage canin et félin BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES ÉPREUVE E DU DEUXIÈME GROUPE Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Calculatrice

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Fonctionnement de l organisme et besoin en énergie

Fonctionnement de l organisme et besoin en énergie Partie 2 Fonctionnement de l organisme et besoin en énergie Y Cette partie doit permettre à l élève d appréhender quelques aspects généraux concernant le fonctionnement du corps humain. Il s agit principalement

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Luca : à la recherche du plus proche ancêtre commun universel Patrick Forterre, Simonetta Gribaldo, Céline Brochier

Luca : à la recherche du plus proche ancêtre commun universel Patrick Forterre, Simonetta Gribaldo, Céline Brochier MEDECINE/SCIENCES 2005 ; 21 :???-??? > L application des méthodes de la biologie moléculaire à l étude des premières étapes de l évolution a montré que le monde vivant pouvait être divisé en trois domaines

Plus en détail

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES Plan de cours STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES 101-FYA-PT Pondération 3-1-2 Gilles Bourbonnais (C360) gilles.bourbonnais@dgpc.ulaval.ca Sciences de la Nature / PASC@L http://ici.cegep-ste-foy.qc.ca/profs/gbourbonnais/

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

34018 MONITEUR BELGE 27.05.2013 BELGISCH STAATSBLAD

34018 MONITEUR BELGE 27.05.2013 BELGISCH STAATSBLAD 34018 MONITEUR BELGE 27.05.2013 BELGISCH STAATSBLAD COMMUNAUTE FRANÇAISE FRANSE GEMEENSCHAP MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANÇAISE [2013/29334] 2 MAI 2013. Arrêté du Gouvernement de la Communauté française

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE)

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE DES PLANTES

Plus en détail

Nicolas DEPRUGNEY Julien CARTON 1 SA TPE 1 S. Les Phéromones de la Fourmi

Nicolas DEPRUGNEY Julien CARTON 1 SA TPE 1 S. Les Phéromones de la Fourmi Nicolas DEPRUGNEY Julien CARTON 1 SA TPE 1 S Les Phéromones de la Fourmi 1 Introduction... p.3 Comment les fourmis communiquent-elles entre elles? I. Mise en évidence des phéromones p.4 Expérience avec

Plus en détail