AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION?"

Transcription

1 AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION? Stéphane VALLÉE, M.A., M.Sc. Chef de programme DM traumatologie Laurentides Anie COUTURE, B.sc. Erg., M. Sc. Réadapt. Coordonnatrice clinique DM traumatologie Laurentides Centre de réadaptation en déficience physique Le Bouclier

2 DIAGNOSTIC INTERVENTIONS PRÉCOCES PERSISTANCE DES SYMPTÔMES 2

3 ADMISSIBILITÉ EN SERVICES DE RÉADAPTATION SPÉCIALISÉE 2 E LIGNE Diagnostic TCCL émis selon les critères du guide de l INESSS Symptômes persistants depuis au moins trois mois Malgré les interventions précoces effectuées en première ligne Présenter une compromission du retour au travail/à l école ou aux activités socio-occupationnelles Problématiques de toxicomanie, de santé mentale, stabilisées ou adressées et n intervenant pas ou peu avec le processus de réadaptation Ne pas présenter un profil caractérisé par la présence concomitante de plusieurs problèmes reliés au vieillissement La personne doit être volontaire. 3

4 PROFIL CLINIQUE DE LA CLIENTÈLE ADMISSIBLE EN SERVICES SPÉCIALISÉES DE 2 e LIGNE Plaintes physiques et sensorielles: Difficultés vestibulaires, d équilibre, céphalées, fatigue, hypersensibilité auditive et visuelle Plaintes cognitives: Mémoire, attention, concentration, accès lexical, organisation, endurance à l effort mental TCCL Plaintes affectives et comportementales: Irritabilité, anxiété, affect dépressif, perte de confiance en soi, deuil des capacités et des projets de vie, difficultés d adaptation à la situation TSPT Retour au travail/ aux études Conditions associées Santé mentale Musculo-squelettiques Santé physique Troubles neurologiques divers 4

5 PROBLÉMATIQUES DE LA CLIENTÈLE QUI REQUIERT DE LA RÉADAPTION Fonctionnait avant le TCCL dans leur habitudes de vie (ont été déstabilisé par l accident) Fausse cognition (perception de la condition et de l état par rapport au conséquent du TCCL) Pensée catastrophique (amplification de l impact et de la durée des symptômes) Kinésiophobie (craintes de bouger et de se réactiver, évitement) Recherche de solutions concrètes (à la recherche de baguettes magiques) 5

6 NOTRE APPROCHE But ultime Remise en action dans leurs habitudes de vie (principalement le travail) Modèles théoriques soutenant nos interventions Approche interdisciplinaire Approche psychoéducative Auto-responsabilisation (empowerment) Approche cognitivo-behaviorale 6

7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX DE LA RÉADAPTATION Soutenir à l ajustement/l adaptation à leur condition Identifier les facteurs interférant avec l adaptation à la condition Départager ce qui appartient au TCCL versus à d autres conditions/situations Recadrer les fausses croyances associées à la symptomatologie Apprendre à gérer les symptômes Soutenir (coacher) l amélioration des capacités (physiques, cognitives, sensorielles) Utiliser des outils compensatoires (cognitifs, physiques, psychologiques) Soutenir la remise en action 7

8 MODALITÉS UTILISÉES EN RÉADAPTATION AVEC CETTE CLIENTÈLE Évaluation Identifie les obstacles et facilitateurs à la remise en action Basée sur les plaintes rapportées en entrevue, mises en situation et observations Enseignement/psychoéducation Soutien pour les amener à identifier les besoins et les problématiques de santé mentale associées Développement des capacités Soutien au reconditionnement physique et mental Soutien au retour au travail Références pertinentes MD, démarches nécessaires pour la reprise de la conduite auto, etc.) 8

9 CARACTÉRISTIQUES DE L ORGANISATION DES RESSOURCES Accueil Évaluation initiale interdisciplinaire Message simultané sur l inter relation des symptômes Donne un portrait plus complet et élimine les problématiques rapidement Être compris sur toutes les sphères simultanément Évite de chroniciser des questionnements Donne confiance PII : rapidement suite à l évaluation Évite de créer de fausses attentes Rassure rapidement la clientèle Diminue les attentes de la clientèle Accentue le message de mobilisation 9

10 CARACTÉRISTIQUES DE L ORGANISATION DES RESSOURCES Interventions Interdisciplinarité, mais à une fréquence disciplinaire considérablement diminuée Fréquence 1x/2 sem. Augmentation de la reconnaissance de la clientèle Révision PII : serrée aux 90 jours Diminution de l absentéisme Raccourcissement du temps d intervention Congé Atteint son projet de réadaptation Absence d évolution entre deux PII : approche ne fonctionne pas Conditions associées dominent 10

11 AUTRES CARACTÉRISTIQUES Équipe Coordo clinique Équipe interdisciplinaire Autres programmes possibles (DA, DV, ECAV) Accès Congé HPS (hr/client) 11

12 HISTOIRE DE CAS Madame D : adulte travailleur; temps plein Accident de voiture: 4 janvier 2013 Diagnostic : TCCL, cervico-dorsalgie Intervention 1 re ligne : Suivi médical Suivi privé en physio-ostéo Attente suivi privé en psychologie (pour ESPT) Consultation massothérapie 12

13 HISTOIRE DE CAS Madame D : adulte travailleur; temps plein Référée en réadaptation par MD traitant : mai 2013 Symptômes/plaintes : Physique : sensibilité à la lumière et au bruit, maux de tête, douleurs cervico-thoraco-abdominales, étourdissements, pertes d équilibre, nausées, diminution de l endurance Cognitif : bégaiement +++, ralentissement psychomoteur, perte de mémoire, trouble de l attention, d organisation Au niveau de l affect : se sent à plat, nerveuse Habitudes de vie compromises : Travail Loisirs Conduite automobile 13

14 PII OBJECTIFS FONCTIONNELS MODALITÉS Mai 2013 Madame reprendra la marche, 1h, 3x/semaine. Madame ira danser 1h dans un club. Août 2013 Madame travaillera comme inspectrice chez son employeur à temps plein. Madame reprendra la conduite automobile. Décembre 2013 Février 2014 CONGÉ Reprise de la conduite automobile Reprise du travail 4jours/sem. Ergo. & neuropsy.: 4 6 rencontres de 90min. Physiothérapie: privée Ergo. & physio. : 1 x 60 min./2 3 sem. Neuropsy. : au besoin Suivi psychologie : privé Ergo. & physio. : 1 x 30 min./ 3 sem. Psychologie: privé Psychologie: privé 14

15 HISTOIRE DE CAS Ado : 15 ans Diagnostic : TCCL répétitifs, 4 coups à la tête sur une période de 18 mois Accueilli en réadaptation : juillet 2013 Symptômes : diminution de l attention, irritabilité, céphalées constantes Habitudes de vie compromises : Retour à l école Loisirs 15

16 PII OBJECTIFS FONCTIONNELS MODALITÉS Juillet 2013 Intégrera le 4 e secondaire avec une meilleure gestion des ses symptômes (douleurs, concentration, impulsivité). Sera en mesure de réagir plus calmement devant une contrariété. Octobre 2013 Janvier 2014 Connaîtra des stratégies pour améliorer l efficacité de ses apprentissages/ mémorisation. Neuropsychologie et physiothérapie : 1 x/sem. Ergothérapie au besoin Ergothérapie : 3 à 4 rencontres Neuropsychologie : 5 à 6 rencontre Contrôle en physiothérapie au besoin Neuropsy. : 2h/sem. (projet de recherche) Ergo. : 6 rencontres Avril 2014 Congé prévu Référence CSSS en psychologie 16

17 OBJECTIFS FONCTIONNELS PII JANVIER 2014 Connaîtra des stratégies pour améliorer l efficacité de ses apprentissages/ mémorisation. Enseignement de mnémotechniques Mises en situation à partir du matériel scolaire Suivi des aménagements scolaires Contacts avec l école au besoin Gestion de la charge de travail et de l énergie Rendez-vous en avril 2014 avec le pédiatre traitant pour discuter de la possibilité d introduire un psychostimulant Expression et contrôle des émotions Stratégies de relaxation Contrôle en physiothérapie au besoin Neuropsychologie : 2h/sem. (projet de recherche) Ergothérapie : 6 rencontres Psychologie : référé au privé PII AVRIL 2014 Congé prévu Référence CSSS en psychologie 17

18 CLIENTÈLE AYANT REÇU CONGÉ Quelques informations : Peu de données sur la qualité de vie de la clientèle Peu d impact sur la symptomatologie douloureuse chronique (céphalée) Rassure la clientèle Redonne confiance en leurs capacités Reprise de leurs habitudes de vie Inconnu Aucun potentiel Refus Transfert Reprise optimale 18

19 CONCLUSION Prise en charge systématique où le même message est véhiculé permet de faire cheminer l adaptation à la condition et ultimement la reprise des habitudes de vie. Pistes d amélioration nécessaires : Arrimage avec les MD traitants Arrimage avec la santé mentale Malheureusement, il n y a pas de baguette magique 19

20 RÉFÉRENCE Guidelines for Concussion/Mild Traumatic Brain Injury & Persistent Symptoms second edition, Ontario Neurotrauma Foundation, sept _2nd_Edition_COMPLETE.pdf Santé et services sociaux du Québec (2005), Orientation ministérielles pour le traumatisme craniocérébral léger, 2005, 2010, Gouvernement du Québec. Agence de la santé et des services sociaux des Laurentides (2013), Organisation régionale des services pour les personnes victimes d un traumatisme craniocérébral léger

Des critères d admissibilité en réadaptation bien définis pour une clientèle mieux desservie

Des critères d admissibilité en réadaptation bien définis pour une clientèle mieux desservie Des critères d admissibilité en réadaptation bien définis pour une clientèle mieux desservie Myriam Lanctôt, Neuropsychologue, CRDP Le Bouclier Programme de traumatologie, LN 9 e Congrès québécois de réadaptation

Plus en détail

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Pratique de pointe Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Présenté par les Programmes de Soutien à l intégration

Plus en détail

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience motrice

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience motrice Langues desservies: français et anglais MISSION Le Centre de réadaptation MAB-Mackay (CRMM) contribue à maximiser l autonomie et la participation sociale de ses usagers, et ce, dans le but d améliorer

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Présentation des formateurs Cheminement de l usager à l IRDPQ Équipe et rôles des intervenants Plans d intervention Ergothérapie

Plus en détail

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE Programmes et services 1 2 Bienvenue Le Centre de rééducation professionnelle appartient à Travail sécuritaire NB, lequel en assure la gestion. Il offre des services

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Présentation des différents RPS et de leurs mécanismes La prévention collective des RPS: étapes, objectifs, ressources Sur le plan physique Migraines, maux d'estomac,

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Facteurs pronostics du retour au travail

Facteurs pronostics du retour au travail Facteurs pronostics du retour au travail LES FACTEURS PERSONNELS Facteurs personnels 1. Âge Facteur favorable : la personne à moins de 36 ans en déficience visuelle 4 ; Facteur défavorable : la personne

Plus en détail

Vous êtes médecin traitant?

Vous êtes médecin traitant? Programme Vous êtes médecin traitant? Que représente ce programme... - pour vous? - pour votre patient? Saviez-vous que...? Chaque année, plus de 30 000 personnes remplissent une demande d indemnité suite

Plus en détail

Annexe I : Anamnèse de l athlète

Annexe I : Anamnèse de l athlète Annexe I : Anamnèse de l athlète 1. Renseignements nominatifs Nom et prénom de l athlète : Date de naissance : Date de l entrevue : Âge au moment de l entrevue : Sexe : Masculin Féminin Numéro de téléphone

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans?

Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans? Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans? L évaluation formative d une intervention interdisciplinaire

Plus en détail

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines: la personne au premier plan LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 LES

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

L enfant immigrant en détresse et l école

L enfant immigrant en détresse et l école L enfant immigrant en détresse et l école Le rôle d une Intervenante Communautaire Scolaire Interculturelle (ICSI) Alice Dreimanis Norma Miranda Intervenante communautaire scolaire interculturelle Directrice,

Plus en détail

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires E Les programmes des Services éducatifs complémentaires X Juin 2006 T Services éducatifs particuliers et complémentaires R A OBJECTIF 3.1 Accompagner l élève, de façon continue, dans la construction de

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Le Traumatisé Craniocérébral Modéré ou Grave à sa sortie du Consortium: Enjeux et Défis

Le Traumatisé Craniocérébral Modéré ou Grave à sa sortie du Consortium: Enjeux et Défis Le Traumatisé Craniocérébral Modéré ou Grave à sa sortie du Consortium: Enjeux et Défis Par: Carl Montpetit, chargé de projet Pour: Le consortium TCC modéré grave adulte de la Mauricie et du Centre-du-Québec

Plus en détail

Le traumatisme cranio-cérébral (TCC) léger

Le traumatisme cranio-cérébral (TCC) léger Le traumatisme cranio-cérébral (TCC) léger Guide à l intention des personnes qui présentent des symptômes persistants plus de 3 mois après avoir subi un TCC léger Centre de réadaptation Estrie, 2014 Qu

Plus en détail

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience auditive

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience auditive Âge : tous les âges MISSION Le Centre de réadaptation MAB-Mackay (CRMM) contribue à maximiser l autonomie et la participation sociale de ses usagers, et ce, dans le but d améliorer leur qualité de vie.

Plus en détail

Centre hospitalier régional De Lanaudière

Centre hospitalier régional De Lanaudière Centre hospitalier régional De Lanaudière Présentation Programme de la gestion intégrée de la présence au travail Pierre Hétu Directeur des ressources humaines et Alain St-Pierre Chef du Service de santé

Plus en détail

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 Sommaire...V Préface...VII Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 1. Introduction... 1 2. Un climat polémique... 4 3. Mutations de la psychiatrie... 7

Plus en détail

Outil de détection précoce du burnout

Outil de détection précoce du burnout Outil de détection précoce du burnout Guide d utilisation Objectif de l outil L objectif principal de cet outil est d apporter une aide aux professionnels de la santé pour déceler les signes avant-coureurs

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET STRESS AU TRAVAIL CORA FRANCE LE STRESS AU TRAVAIL FAIT PARTIE DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET STRESS AU TRAVAIL CORA FRANCE LE STRESS AU TRAVAIL FAIT PARTIE DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET STRESS AU TRAVAIL CORA FRANCE DEMOTIVATION, FATIGUES DES EQUIPES, TURN-OVER IMPORTANT, TAUX D ABSENTEISME EN CONSTANTE AUGMENTATION LE STRESS AU TRAVAIL FAIT PARTIE DES RISQUES

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES L Hôpital Rivière-des-Prairies (HRDP), situé dans le nord-est de l île de Montréal, est un centre hospitalier de soins psychiatriques, d'enseignement et de recherche, affilié

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

Les Commotions Cérébrales. Plan d attaque. Définition 2012-04-24. CDSG, 26 mars 2012

Les Commotions Cérébrales. Plan d attaque. Définition 2012-04-24. CDSG, 26 mars 2012 Les Commotions Cérébrales CDSG, 26 mars 2012 Marie-Josée Klett, MD, CFFP, Dip Sport Med Professeure adjointe, départment de médecine familiale, Université d Ottawa Marie-Claire Holland, Pht, diplôme en

Plus en détail

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE La personne ayant une déficience intellectuelle rencontre des défis au niveau cognitif, psychomoteur ou social qui limitent souvent son développement

Plus en détail

Regards sur la réadaptation en déficience visuelle

Regards sur la réadaptation en déficience visuelle Regards sur la réadaptation en déficience visuelle Introduction : Nous sommes ici pour vous présenter «une vue d ensemble» du programme en déficience visuelle. Avant de commencer, avez-vous remarqué les

Plus en détail

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté 27e Entretiens Jacques Cartier Sherbroke, le 6 octobre 2014 Le suivi intensif dans

Plus en détail

La gestion du stress

La gestion du stress La gestion du stress Colloque en santé et sécurit s curité Octobre 2012 1. Présentation de l animatrice de l atelier Christine Meunier, intervenante communautaire en santé mentale, employée du CSSST depuis

Plus en détail

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie TABLE S MATIÈRES L ARTICLE 39.4 DU CO S PROFESSIONS PRINCIPALES DÉFINITIONS

Plus en détail

Déploiement stratégique LEAN (Hoshin kanri) et les outils. Stéphane Mercier, bacc. Erg., M.Sc., directeur Direction qualité et performance

Déploiement stratégique LEAN (Hoshin kanri) et les outils. Stéphane Mercier, bacc. Erg., M.Sc., directeur Direction qualité et performance Déploiement stratégique LEAN (Hoshin kanri) et les outils Stéphane Mercier, bacc. Erg., M.Sc., directeur Direction qualité et performance Objectifs de la présentation Présenter sommairement la démarche

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Prévention des TMS par les acteurs de l entreprise : une intervention dans une usine de bonbons Julie Fontanals M.Sc., Ergonome, CSSS de la Haute-Yamaska Anick Truchon Coordonnatrice SST, Entreprise Allan

Plus en détail

STAGE DES ENTRAINEURS

STAGE DES ENTRAINEURS STAGE DES ENTRAINEURS RÉGIONAUX (SOCCER) François Lévesque, physiothérapeute Action Sport Physio Sherbrooke Action Sport Physio, 2011 François Lévesque, physiothérapeute Copropriétaire de la clinique Action

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger «si c est au plan physique que l on ressent la douleur, c est le psychisme qui la supporte». François BOUREAU Quelques définitions

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

La conduite automobile avec un système télescopique bioptique (STB) Programme provincial de développement d habiletés compensatoires

La conduite automobile avec un système télescopique bioptique (STB) Programme provincial de développement d habiletés compensatoires La conduite automobile avec un système télescopique bioptique (STB) Programme provincial de développement d habiletés compensatoires 8 mai 2014 Présentation Partenariats Historique Objectifs du programme

Plus en détail

Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique. Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral

Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique. Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral Pour plus d informations 1. En théorie Plan 2. En pratique 3. Et l écologie dans tout

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Réseau suisse d écoles en santé Manque de temps Gestion du temps Gestion du stress

Réseau suisse d écoles en santé Manque de temps Gestion du temps Gestion du stress Réseau suisse d écoles en santé Manque de temps Gestion du temps Gestion du stress Leïla Ksontini: psychologue du travail Plan de l atelier Actualité Définition - Stress + et Source de stress Réponse au

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations Catalogue de formations Initiation à l ergonomie Toute personne désirant découvrir les bases de l ergonomie et de la prévention de la santé au travail - Connaître les différents axes et champs de l ergonomie

Plus en détail

La prévention des chutes: du domicile à l hébergement

La prévention des chutes: du domicile à l hébergement La prévention des chutes: du domicile à l hébergement CSSS de la Vieille-Capitale 8 centres d hébergement (1315 lits) 5 cliniques réseaux 4 unités de médecine familiale Serv. gériatriques spécialisés (SGS):

Plus en détail

Prévention des Risques Professionnels

Prévention des Risques Professionnels Prévention des Risques Professionnels Risques PsychoSociaux (RPS) - Troubles Musculo Squelettiques (TMS) Amélie DARCY Pôle Psychologie du Travail Sylviane POTIER Manager de la Prévention des risques professionnels

Plus en détail

CYCLE DE FORMATION 2014-2015

CYCLE DE FORMATION 2014-2015 Intitulé de la formation Intervenir au quotidien auprès de personnes avec autisme Public Parents d enfants présentant un trouble du spectre autistique ; professionnels intervenant auprès de personnes présentant

Plus en détail

Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral

Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral Nadia L Espérance, Ph. D. Nadia_lesperance@ssss.gouv.qc.ca Agente de planification, programmation et recherche Chercheure en établissement

Plus en détail

SANTE AU TRAVAIL. Risques Psycho-Sociaux & Document Unique, démarche intégrée? Mardi 17 janvier Citédes Entreprises 8h30-10h30

SANTE AU TRAVAIL. Risques Psycho-Sociaux & Document Unique, démarche intégrée? Mardi 17 janvier Citédes Entreprises 8h30-10h30 SANTE AU TRAVAIL Risques Psycho-Sociaux & Document Unique, démarche intégrée? Mardi 17 janvier Citédes Entreprises 8h30-10h30 Le management des RPS dans son entreprise RPS, de quoi parle-t-on? Quelle démarche

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

POUR LA CLIENTÈLE SLA UN DÉFI ET UNE RÉALITÉ

POUR LA CLIENTÈLE SLA UN DÉFI ET UNE RÉALITÉ LA PLEINE RÉALISATION DES HABITUDES DE VIE POUR LA CLIENTÈLE SLA UN DÉFI ET UNE RÉALITÉ POUR LES ÉQUIPES CLINIQUES EN RÉADAPTATION Gilles Trudel, coordonnateur clinique Denis Hallé, éducateur spécialisé

Plus en détail

Le point sur les commotions cérébrales

Le point sur les commotions cérébrales Le point sur les commotions cérébrales Football, hockey, vélo ou ski, quel que soit le sport pratiqué, personne n est à l abri d une commotion cérébrale. Si l'on en entend énormément parler depuis quelques

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

L évaluation de la capacité de conduire à la 17/09/2010

L évaluation de la capacité de conduire à la 17/09/2010 L évaluation de la capacité de conduire à la SAAQ 17/09/2010 Société de l'assurance automobile du Québec, 2009 C est quoi la SAAQ? La Société de l assurance automobile du Québec est un organisme de: gestion

Plus en détail

L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement.

L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement. L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement. Présenté par: Lyne Roberge, chef en réadaptation Rina Dupont, coordonnatrice clinique

Plus en détail

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire présentant une déficience langagière Document d information et critères d admissibilité du service Document révisé : Juin 2014 1. Présentation

Plus en détail

LA COMMOTION CÉRÉBRALE

LA COMMOTION CÉRÉBRALE LA COMMOTION CÉRÉBRALE Philippe Fait, PhD, ATC, CAT(C) Thérapeute du Sport Agréé, Professeur-Chercheur à l UQTR Fondateur de la clinique Cortex Médecine & Réadaptation Séminaire St-Joseph, le 14 avril

Plus en détail

assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective

assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective Les forces du changement en assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective La pénurie de main-d œuvre ralentira la croissance D ici 2030, il manquera 363 000 travailleurs

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Marie-Josée Filteau, MD, FRCP(C) Patricia Gravel Clinique Marie-Fitzbach Plan Stress au travail Burnout Trouble de l adaptation Dépression majeure Troubles

Plus en détail

Direction réseau personne perte d autonomie

Direction réseau personne perte d autonomie Mai 2012 Véronique Fortin, Arh CSSS du Suroît CLSC Salaberry-de-Valleyfield Direction réseau personne perte d autonomie Suivi préventif dans le cadre d une relocalisation en résidence privée pour personnes

Plus en détail

PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI

PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI PROFIL DE DIRECTION : POSTE : PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI CONNAISSANCES (SAVOIRS) LIÉES À L ORGANISATION LIÉES À LA DIRECTION LIÉES AU POSTE Population et territoire

Plus en détail

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION PRÉSENTATION: M. KOFFI AGBEMADON, INTERVENANT EN RELATION D AIDE M. LAURENT QUINT, INTERVENANT EN RELATION D AIDE CONFÉRENCE DU 14 JUIN 2011 1 PLAN 1.

Plus en détail

Politique d intervention lors de commotions cérébrales en milieu scolaire Mai 2014

Politique d intervention lors de commotions cérébrales en milieu scolaire Mai 2014 Séminaire Saint-François Politique d intervention lors de commotions cérébrales en milieu scolaire Mai 2014 Ce document a été préparé en collaboration avec notre équipe de professionnels de la santé de

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

STRUCTURE DES COMITÉS

STRUCTURE DES COMITÉS STRUCTURE DES COMITÉS Afin d assurer une opérationalisation efficiente du programme de soins et services pour les personnes traumatisées, le CHRR s est doté d une structure de comités chargés de la coordination

Plus en détail

Isabelle Meilleur, M.O.A., orthophoniste Agente de planification, programmation et recherche Membre clinicienne du CRIR

Isabelle Meilleur, M.O.A., orthophoniste Agente de planification, programmation et recherche Membre clinicienne du CRIR Mesure de la satisfaction et des effets suscités par les ateliers d information adressés aux parents d enfants dysphasiques débutant un processus de réadaptation Isabelle Meilleur, M.O.A., orthophoniste

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE Complément 2013 2015 du Centre jeunesse de Laval et

Plus en détail

Programme de gestion de l invalidité et des absences ProAvantages MD

Programme de gestion de l invalidité et des absences ProAvantages MD Programme de gestion de l invalidité et des absences ProAvantages MD Assurance collective ProAvantages MD Offert par l Assurance collective Manuvie, le programme ProAvantages MD est constitué d un ensemble

Plus en détail

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Objectifs 1. Définition des risques psychosociaux 2. La prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

Repérage de la perte d autonomie

Repérage de la perte d autonomie Repérage de la perte d autonomie France Morissette, MSc. Inf Directrice, Opérations soins 24 novembre 2014 LE GROUPE MAURICE PROFIL CORPORATIF, EN BREF Fondé en 1998 Un seul créneau : l habitation pour

Plus en détail

Services aux enfants présentant des retards de développement

Services aux enfants présentant des retards de développement Services aux enfants présentant des retards de développement 29 octobre 2015 Geneviève D Amours Chantal Monette CISSS de l Outaouais Objectif du projet Adopter une trajectoire de service accessible, continue

Plus en détail

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile Conseils Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile www.douglas.qc.ca Le retour Le retour Votre proche a eu des gestes ou des propos agressifs. Vous êtes inquiet pour lui et

Plus en détail

Recherche sur le Burnout en Belgique

Recherche sur le Burnout en Belgique Recherche sur le Burnout en Belgique Outil de détection précoce STRAETMANS Mélanie, psychologue melanie.straetmans@emploi.belgique.be SPF Emploi, Travail et Concertation sociale Direction générale Humanisation

Plus en détail

Gestion inrmière du migraineux en crise

Gestion inrmière du migraineux en crise Gestion inrmière du migraineux en crise P. Gilet 18/09/2009 La migraine est mal perçue car elle ne se voit pas, de plus elle est épisodique => on y croit pas (crise courte) Automédication Épidémiologie

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

Les cas problématiques de l évaluation de la capacité à conduire Christine Dupuis et Jamie Dow NMEDA Canada, Québec 16 septembre 2010 23 septembre 2010 Société de l'assurance automobile du Québec, 2010

Plus en détail

La conduite automobile et le vieillissement

La conduite automobile et le vieillissement La conduite automobile et le vieillissement Présenté par Martin Lavallière, M.Sc. Étudiant au doctorat, Faculté de Médecine Document préparé par Martin Lavallière, Marie Eve Roussel et Philippe Voyer Bonjour,

Plus en détail

FORMATION «ACCOMPAGNANT PETITE ENFANCE»

FORMATION «ACCOMPAGNANT PETITE ENFANCE» FORMATION «ACCOMPAGNANT PETITE ENFANCE» Thème Bien qu un enfant soit unique, il est le fruit d un même schéma de développement dès sa conception. Ce schéma repose sur une succession d étapes précises,

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS

CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS SRSOR Les Services de Réadaptation du Sud-Ouest et du Renfort CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS USAGER PRÉSENTANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE OU UN TROUBLE ENVAHISSANT DU DÉVELOPPEMENT Février 2007

Plus en détail

IMPORTANCE D UN RÉSEAU INTÉGRÉ

IMPORTANCE D UN RÉSEAU INTÉGRÉ 21 février 2012 IMPORTANCE D UN RÉSEAU INTÉGRÉ DE SERVICES CONTINUS DANS LA RÉALISATION DE PROJETS DE VIE STIMULANTS POUR LES PERSONNES AYANT SUBI UN AVC Christian Lalonde Coordonnateur clinique Programme

Plus en détail

LE STRESS COMME CAUSE D ABSENTEISME

LE STRESS COMME CAUSE D ABSENTEISME 1 LE STRESS COMME CAUSE D ABSENTEISME Dr. Jean-Pol PIRONET chef du service Qualité Médicale Medex 2 Dr. Hans Selye (1907-1982) Syndrome de stress ou S.G.A. (Syndrome général d adaptation) Le stress de

Plus en détail

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM TM FORMATION THÉORIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

1. Qu est-ce que l UEROS?

1. Qu est-ce que l UEROS? Réorientation socioprofessionnelle après lésions cérébrales : Rôle du neuropsychologue en. 5, rue du Docteur Charcot 59000 Lille neuropsy@ueros.fr Laurence Danjou, neuropsychologue 1. Qu est-ce que l?

Plus en détail

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX ANNEXE 9 Objectifs spécifiques du stage en Clinique spécialisée : Sclérose en plaques Programme de neurologie Université de Montréal Au terme de

Plus en détail

Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail

Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail Michèle Parent, MScA, CRHA Vice-présidente adjointe, Invalidité groupe, Québec et Est de l Ontario 1er décembre 2014 PRÉVENIR,

Plus en détail

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Le contexte règlementaire L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

Personnes avec un problème de toxicomanie et de santé mentale

Personnes avec un problème de toxicomanie et de santé mentale Intervention de réadaptationr Personnes avec un problème de toxicomanie et de santé mentale Équipe d appariement d toxico/santé mentale Le plan d action d ministériel en dépendanced Le cheminement d un

Plus en détail

Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile

Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile Février 2015 Table des matières 1. La Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne

Plus en détail

Mise en garde 418 523-1502

Mise en garde 418 523-1502 Mise en garde Afin de compléter ce questionnaire, nous te recommandons d être accompagné d un adulte afin de pouvoir valider certaines informations. Sinon, nous t invitons à contacter les intervenants

Plus en détail

Le bonheur au travail

Le bonheur au travail Programme d aide aux employés Jacques Lamarre et associés Le bonheur au travail Présenté par Anne Gauvin et Marie-Véronique Matte «Le plus beau destin que puisse connaître un être humain, c est d être

Plus en détail

Mai 2015. Présenté par: En collaboration avec :

Mai 2015. Présenté par: En collaboration avec : Présenté par: Mme Anne-Marie Goulet, conseillère cadre intérimaire (depuis mars 2014) Direction des soins infirmiers, de la qualité et de la santé publique Mme Linda Boucher, chargée de projet programme

Plus en détail

MON carnet accès santé

MON carnet accès santé MON carnet accès santé Direction + Diane Milliard Rédaction + Sylvie Dubois Supervision + Suzanne Pinard Révision linguistique + Chantal Gosselin Conception graphique + Agence Médiapresse inc. Ce projet

Plus en détail