Document téléchargeable sur notre site Internet. COMPLEMENTAIRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Document téléchargeable sur notre site Internet. http://www.felin.re COMPLEMENTAIRES"

Transcription

1 Document téléchargeable sur notre site Internet AUDIT PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONNAISSANCE DES PERSONNELS ET OBSERVATION DES MOYENS TECHNIQUES ET ORGANISATIONNELS MIS EN ŒUVRE GUIDE METHODOLOGIQUE Antenne Régionale CCLIN FELIN Réunion Mayotte CHR, site CH Félix Guyon Route de Bellepierre ST DENIS CEDEX 5 Tél Fax

2 Connaissances et moyens techniques et organisationnels de mise en place des PC. GROUPE DE TRAVAIL Pilotage du projet et Rédaction : Antenne régionale CCLIN FELIN Réunion Mayotte : Dr Cécile MOURLAN, PH coordinatrice Catherine PAYET, Infirmière coordinatrice Johanna BEGUE, Secrétariat Composition du Groupe de travail Ouest de la FELIN: NOM PRENOM ETABLISSEMENT FONCTION BALLET ANNE CELINE EPSMR Pharmacien HH BELLON FRANCOISE C. JEANNE D ARC-ORC. DSSI CAZALI NICOLAS AURAR Pharmacien HH FLORESTAN JOSIE ARAR.HAD Cadre HH FROMME CELINE CHGM Infirmière HH GEOFFROY SANDRINE M. des OLIVIERS Cadre IDE HERVE SOPHIE EPSMR Infirmière HH HO POON SUNG KARINE AURAR Pharmacien HH LIGNEREUX ANNE CHGM Médecin biologiste PAYET CATHERINE CHD Infirmière HH REBATET REGINE C. JEANNE D ARC-ORC. Pharmacien HH SEQUEIRA NATHALIE INSTITUT ROBERT DEBRE Cadre IDE STCHERBININE DAMIEN M. des OLIVIERS - IRD Qualiticien YOU SEEN JACQUELINE CHGM Cadre HH ZITTE MARIE JEANNE CHGM Infirmière HH - 2 -

3 SOMMAIRE INTRODUCTION... 5 OBJECTIFS... 6 PROTOCOLE... 6 I - Conception générale... 6 II - Période d enquête... 7 III - Population étudiée... 7 III.1 - Etablissements concernés...7 III.2 - Services concernés...7 IV - Organisation pratique... 8 IV.1 Audit de connaissance :... 8 IV.11 Personnel audité...8 IV.12 - Présentation de la fiche «Connaissance»...9 IV.2 Audit de moyens techniques et organisationnels IV.3 La validation des données IV.4 Saisie informatique: IV.4.1 Outil Observation PC A. Une première feuille de saisie «indication PC» B. Deuxième feuille de saisie «matériel dispo» C. Troisième feuille «synthèse» D. Quatrième feuille «graphe» IV.4.2 Outil Connaissance PC A. Une première feuille de saisie B. Deuxième feuille «synthèse» C. Troisième feuille «graphe» Page IV.5 - Envoi des données IV.6 - Traitement des données IV.7 - Restitution des résultats IV.8 - Confidentialité et d anonymat IV.9 - Utilisation des résultats ANNEXES ANNEXE 1 : Questionnaire ANNEXE 2 : Réponse commentée

4 4

5 INTRODUCTION Les précautions complémentaires (PC) au même titre que les précautions standard et l hygiène des mains ont un rôle essentiel dans la prévention de la transmission croisée. Néanmoins, elles sont souvent mal appliquées car non connues ou mal comprises, et des erreurs sont fréquentes dans leur application. Une personne porteuse d un agent infectieux contagieux est susceptible de contaminer d autres personnes via les différents modes de transmissions connues. Le mésusage des antibiotiques depuis de nombreuses années a permis l émergence de bactéries multi-résistantes conduisant à des impasses thérapeutiques. Certains microorganismes peuvent transmettre leur résistance à d autres. La prévention de la transmission croisée est donc un élément fondamental de la maîtrise d épidémie et de l apparition de nouvelles résistances. En effet si tout le monde s accorde sur le fait que le «risque zéro» est illusoire en terme d infections associées aux soins, les structures de soins ont le devoir d en prévenir la part «évitable» afin d améliorer la sécurité et la qualité des soins dispensés aux patients. Des recommandations ont été largement diffusées ces dernières années, auprès des professionnels de santé. Entre autres, l isolement septique en 1998, les 100 recommandations et maîtrise de la diffusion des bactéries multi-résistantes aux antibiotiques en 1999, puis dernièrement, prévention de la transmission croisée : précautions complémentaires contact en Avril 2009 et recommandations pour l hygiène des mains en Juin de la même année. Qu en est-il aujourd hui de l application de ces pratiques dans les services? Dans ce contexte, la FELIN a donc souhaité développer un audit régional sur les connaissances et moyens techniques et organisationnels des précautions complémentaires, afin de mieux déterminer les points à améliorer et d adapter les actions de formation ou de sensibilisation en adéquation avec les dernières recommandations. Le groupe de travail «Ouest» a construit et élaboré la méthodologie proposée dans ce document, afin d aider les équipes en charge de l hygiène dans les établissements de santé à mener cet audit. Ce travail a été validé par l ensemble des Hygiénistes Réunion - Mayotte. Un tableur Excel automatisé est mis à la disposition de l ensemble des établissements de la région pour une analyse locale. La FELIN assurera l analyse régionale. 5

6 OBJECTIFS 1. Evaluer la connaissance des personnels médicaux et paramédicaux sur les précautions complémentaires. 2. Observer les moyens techniques et organisationnels mis en œuvre lors d une indication. 3. Proposer aux établissements de construire un plan d amélioration des situations observées et ce, à partir de leurs propres résultats. Au vu et après analyse des résultats de cette évaluation, il appartiendra aux équipes qui le souhaitent et le jugent nécessaire, de mettre en œuvre une réflexion sur les éventuelles discordances mises en évidence au cours de cet audit par rapport aux nouvelles recommandations d avril Des actions correctrices pourront alors être ciblées en fonction des résultats en termes de formations, équipements et organisation. PROTOCOLE I - CONCEPTION GENERALE Cette étude est placée sous l'égide de la FELIN. La méthodologie utilisée est basée sur la réflexion du groupe de travail de l ouest. Celui-ci s est inspiré des différentes méthodologies et grilles proposées : RFCLIN : audit d observation des pratiques d isolement 2004, Audit RHH, évaluation des connaissances, Audit utilisation pancarte d isolement, Hôpital Broussais, HEGP, Evaluation des connaissances Clinique Charcot «Isolement septique». Le choix du type d audit et les grilles élaborées ont été choisis pour répondre à nos objectifs selon les moyens disponibles dans nos établissements. Nous avons proposé deux phases complémentaires pour cerner au mieux les pratiques sans être trop chronophage. Une première enquête a pour objectif de vérifier la connaissance du personnel sur les mesures à mettre en œuvre lors des précautions complémentaires. La deuxième permet de contrôler sur le terrain les moyens disponibles en condition réelle, lors d indication de mise en place de précaution complémentaire. 6

7 Un audit des pratiques des mesures à mettre en œuvre (observation hygiène des mains, port du masque, protection de la tenue ) a volontairement été éliminé car trop lourd. La bonne connaissance du personnel et l application de la prescription, la signalétique et la mise à disposition du matériel nécessaire à l application des recommandations lors des indications sur le terrain, sont un pré requis aux bonnes pratiques des mesures de précautions complémentaires. La participation à cet audit est basée sur le volontariat. L outil sera diffusé à l ensemble des établissements des régions Réunion - Mayotte. II - PERIODE D ENQUETE Les deux phases d audit sont indépendantes. Chaque établissement pourra choisir de réaliser un seul ou les deux volets de cette enquête. Pour participer à la synthèse régionale, l audit devra se dérouler avant le 30 juin III - POPULATION ETUDIEE III.1 - ETABLISSEMENTS CONCERNES Tous les établissements de soins et associations de soins volontaires des régions Réunion Mayotte. III.2 - SERVICES CONCERNES La sélection des unités de soins sera réalisée par l'équipe du CLIN, l'equipe Opérationnelle d'hygiène Hospitalière et le service des soins infirmiers de l'établissement. Le groupe de travail propose une liste des services / spécialités susceptibles de participer à l'audit : Médecine Réanimation/SI SSR/SLD Chirurgie Pédiatrie Hémodialyse Gyneco-obstétrique. Psychiatrie Autres 7

8 IV - ORGANISATION PRATIQUE Les grilles d audit sont présentées en annexe 1. Les propositions de réponses attendues, au vu des recommandations actuelles, sont proposées en annexe 2. Les réponses proposées, sont données à titre indicatif. Les protocoles internes de chaque établissement peuvent différer de celles ci. IV.1 - AUDIT DES CONNAISSANCES Chaque établissement étudiera le mode de fonctionnement correspondant le mieux à sa structure. Pour pouvoir mener à bien l'audit sur les connaissances et attitudes sur les précautions complémentaires, il est recommandé que les questionnaires soient diffusés le plus largement possible et que l exhaustivité des retours soit la plus grande possible. C'est la raison pour laquelle il est souhaitable que la personne responsable (le référent) de la conduite de cet audit, avant le début de l'étude, réunisse au sein de l établissement les cadres infirmiers et les chefs de service ou de pôles pour préciser : - l'objectif de l'audit, - les modalités de diffusions et de retours des questionnaires d audit, - une présentation du questionnaire pour répondre à d éventuelles questions. Le groupe de travail recommande une implication des cadres et des chefs de service ou de pôle en expliquant bien le cadre régional de cet audit. IV Les personnels audités Tous les personnels médicaux et paramédicaux réalisant des soins ou des actes hôteliers sont concernés par cet audit. Les ASH et les brancardiers bien que concernés par les PC ne sont pas ciblés par cet audit, qui demande une expertise médicale ou paramédicale. L'équipe du CLIN de l'établissement et l'equipe Opérationnelle d'hygiène Hospitalière, relais de l'organisation de cette étude, devront préciser la qualification professionnelle, définir le nombre de personnes auditées. La liste des professionnels ci-dessous est proposée à titre indicatif. Infirmière et spécialisée Médecin, interne Sage-Femme Aide-Soignante / auxiliaire puériculture Kinésithérapeute Manipulateur Radio 8

9 IV Présentation de la fiche «Connaissance» Chaque personnel enquêté répond de façon individuelle, Chaque personnel enquêté indique dans ses réponses les conditions rencontrées dans sa pratique, Si la situation ne se présente jamais dans sa pratique, le personnel répond NA (non applicable). Si la personne ne connaît pas la réponse cocher NSP (ne sait pas). FONCTION DU PERSONNEL AUDITE : SERVICES: Trois grandes catégories sont proposées. o Médicaux : médecin, interne, sage-femme o Paramédicaux : IDE, Puéricultrice, Kiné, Manipulateur radio o AS : Aide soignant, auxiliaire de puériculture o Autres A renseigner par le personnel qui rempli le questionnaire. Quelle est votre fonction? Dans quelle unité de soins travaillez-vous? MEDICAL PARAMEDICAL AS Autre Médecine Pédiatrie Psychiatrie Chirurgie SSR SLD Réa - SI Gyneco-Obs. HEMODIALYSE AUTRES. ITEMS PROTOCOLE, PRESCRIPTION ET SIGNALETIQUE : Existe-t-il un protocole facilement accessible sur les précautions complémentaires dans votre service? Les précautions complémentaires doivent-elles faire l objet d une prescription médicale écrite? Existe-t-il une signalétique (logo, affiche ) pour les précautions complémentaires dans votre service? OUI NON NSP Sur quel(s) support(s), cette signalétique est elle mise en place dans votre service? (cocher une réponse pour chaque ligne) OUI NON NSP NA Porte de la chambre du patient Dossier de soins papier Dossier de soins informatisé Fiche de planification murale en salle de soins Demande d examens complémentaires Fiche de transport ou de transfert Fiche de liaison bloc 9

10 ATTITUDES PRATIQUES : Le répondant indique pour chaque situation ce qu il appliquerait si il y était confronté : Existe-t-il encore des indications de vaisselle à usage unique pour un patient infecté hospitalisé? OUI NON NSP Attention le personnel doit cocher le geste qu il réalise le plus souvent, donc une seule réponse doit être donnée : Après la prise en charge d un patient avec précautions complémentaires de type contact (hors cas de gâle et clostridium difficile), quelle hygiène des mains réalisez-vous le plus souvent (cocher une seule réponse)? lavage simple lavage antiseptique ou lavage simple suivi d une friction HA friction hydro-alcoolique NSP Attention le personnel doit cocher une seule réponse : Un patient présente une diarrhée Clostridium difficile producteur de toxine, quelle mesure spécifique est applicable à l entretien des locaux? Cocher une seule réponse Utilisation d un détergent seul Utilisation d un détergent désinfectant Utilisation d eau de javel seule Utilisation d un détergent, rinçage, puis d eau de javel NSP Après la prise en charge d un patient atteint de gâle, quelle hygiène des mains réalisez-vous? Cocher une seule réponse lavage simple lavage antiseptique ou lavage simple + friction hydro alcoolique friction hydro-alcoolique NSP Indiquer pour chaque infection (présentée en ligne) le type de précaution à appliquer pour chaque situation, deux types de précautions complémentaires peuvent être associées. ex : Infection respiratoire à BMR : (PS+contact) et (PS+gouttelette). 10

11 Quelle type de précautions est applicable, en cas de : Précautions standard seules PS + Contact PS + Gouttelette PS + air NSP plaie chronique colonisée par une Bactérie MultiResistante infection respiratoire à Bactérie MultiResistante (BMR) Varicelle Diarrhée à rotavirus ou salmonelles Grippe saisonnière Légionellose Méningite à meningocoque Tuberculose active Hépatite B, C, VIH Indiquer pour chaque infection (présentée en colonne) toutes les mesures à appliquer dans cette situation : Indiquer pour chaque infection (présentée en colonne) toutes les mesures à appliquer dans cette situation : ex : porte fermée+ masque FFP2+. Abcès à BMR Tuberculose active Grippe saisonnière Chambre individuelle si possible Chambre individuelle obligatoire Maintien de la porte fermée Port de surblouse lors d un soin Port du masque chirurgical lors d un soin Port du masque chirurgical dès l entrée Port du masque FFP1 ou 2 (type «bec de canard») IV.2 - AUDIT DE MOYENS TECHNIQUES ET ORGANISATIONNELS MIS EN OEUVRE Il s agit d un audit d observation directe dans les services, sur les moyens techniques et organisationnels mis en œuvre dans les indications de précautions complémentaires. Selon la fréquence des indications de l établissement, deux approches sont proposées : - 30 indications de PC (BMR, tuberculose, varicelle, VRS ) ou plus pour les établissements ayant de nombreuses occasions, - toutes les indications de PC rencontrées pendant une période de 3 mois pour les établissements ayant peu d indications de PC. Pour chaque microorganisme nécessitant la mise en place de précautions complémentaires, le laboratoire devra informer le responsable de l audit. 11

12 L auditeur se rendra alors dans le service, 24 h après le rendu du résultat et contrôlera les points suivants : 1. Il existe une prescription des PC dans le dossier Prescription médicale Autres consignes Aucune trace 2. Signalisation sur la porte de la chambre oui non 3. Mise à disposition de matériel : cf tableau ci dessous Indiquer pour chaque type de précaution complémentaire tout le matériel mis à disposition des soignants : Matériels disponibles à l entrée de la chambre ou à l intérieur Précaution Contact Précaution Gouttelettes Précaution Air SHA Gants Masque chirurgical Masque FFP1 ou 2 à l extérieur de la chambre Tablier à UU Sac à DASRI Thermomètre dédié Tensiomètre dédié Stéthoscope dédié IV.3 - LA VALIDATION DES DONNEES Elle sera faite par le référent, avant la saisie informatique. IV.4 - SAISIE INFORMATIQUE Après validation des données, la saisie sera réalisée dans l établissement par la personne chargée de l'enquête. Les fiches papiers seront saisies sur le tableur Excel réalisé par l antenne régionale. Le retour des données à la FELIN se fera sous forme de fichier informatique uniquement. 12

13 Deux tableurs sont disponibles : - un pour l audit des connaissances intitulé «outil connaissance», - un sur l audit observationnel intitulé «outil observation». Ils permettent de saisir les réponses des différentes fiches et génèrent automatiquement une synthèse des résultats et des graphes. Les 2 tableurs contiennent des feuilles de saisie (2 feuilles pour outil observation, 1 feuille pour outil connaissance). Les feuilles saisies ont des cellules vertes qui sont à saisir. Pour audit observations 30 fiches sont prévues, mais il est possible qu un établissement en réalise plus. Il suffit alors de rajouter les lignes (feuille1) ou les colonnes (feuille 2) à l intérieur du tableur donc avant la dernière observation. Pour l audit connaissance, il y a 100 colonnes en cas de questionnaires supplémentaires il faut insérer les colonnes nécessaires avant la dernière colonne observation. Il est indispensable de respecter cet impératif sur le rajout de ligne ou de colonne car, les menus déroulants mais surtout les formules de calculs et les graphes automatisés ne sont mis à jour avec l ensemble des données que si on insère à l intérieur de la zone prévue dans le tableur d origine. Les feuilles présentant la synthèse des résultats et les graphes sont protégés. Les établissements qui souhaitent avoir accès à ces zones pour les modifier pourront joindre l antenne régionale qui communiquera le code pour «déprotéger» la feuille excel. En cas de modification souhaitée : - La saisie originale se fera dans le classeur protégé qui sera transmis à l antenne pour analyse régionale (obligation d avoir exactement le même format pour la fusion des fichiers). - Une copie sera enregistrée sous un autre nom par le responsable de l audit pour le modifier selon les besoins de l établissement (changement dans les graphiques par exemple ou simplification des tableaux en cas d item manquants pour l établissement concerné). IV.4.1 Outil Observation PC Pour chaque item, si la réponse est cochée il faut saisir 1 dans le tableur, si non ne rien saisir (ou 0). Il est composé de 4 feuilles : deux feuilles de saisie, une feuille de synthèse et une feuille de graphe. A. Une première feuille de saisie «indication PC» Elle concerne la prescription et la signalisation. La première zone à renseigner est le nombre d observation faite : dans l exemple ci dessous 12 observations ont été réalisées. 13

14 Les colonnes B, C, et D du tableau concerne la prescription des PC retrouvée lors de l audit. Dans notre exemple nous avons trouvé dans le dossier la prescription médicale (1). En l absence de prescription médicale l auditeur recherchera une autre consigne (transmission infirmière par exemple). La colonne E mentionne la présence ou non d une signalisation sur la porte de la chambre (oui dans notre exemple, donc 1). Exemple : Nbre d'observation 12 PRESCRIPTION PC SIGNALISATION oui = 1 non = 0 ou rien Existence prescription medicale autres consignes aucune trace Présence signalisation porte obs Après l observation 30, une zone en rose apparaît, pour signaler que si vous avez plus de 30 observations il faut insérer des lignes supplémentaires avant la dernière observation (voir consigne p 12). Dans notre exemple pour 7 des observations nous avons retrouvé une prescription médicale, pour 3 une autre consigne (sans signature médicale) et rien dans 2 des cas. La signalisation sur la porte était présente dans 8 observations. 14

15 B. Deuxième feuille de saisie intitulée «matériel dispo» est consacrée aux moyens disponibles observés La première zone à remplir concerne le nombre d observation ventilé par type de précautions complémentaires. Nb d'observation CONTACT 25 GOUTELETTE 7 AIR 2 Dans notre exemple, 25 PC contacts, 7 PC gouttelettes et 2 PC air ont été observées. Le deuxième tableau détaille pour chaque PC les moyens mis à disposition des soignants devant la porte ou dans la chambre. On ne saisira que le chiffre 1 dans la case du matériel retrouvé lors de l audit dans le cadre du type de précaution indiqué. Si 2 PC sont associées (ex contact+gouttelette) les 2 seront comptabilisées et seront renseignées dans le tableau détaillant les moyens pour chaque type de PC. Un % de conformité est automatiquement calculé en fonction de la présence ou non des éléments indispensables pour la mise en œuvre des précautions complémentaires indiquées (fond de cellule coloré = élément indispensable). La présence d éléments supplémentaires, «en trop», n est pas visible dans cette expression des résultats. Elle le sera sur le graphe qui totalise pour chaque matériel le % de fois où il est retrouvé devant la chambre. Cette ligne conformité s affiche en rouge et un commentaire s affiche si vous cliquez sur la cellule «attention ne rien saisir, formule de calcul automatisée» afin d éviter que l on modifie la formule de calcul involontairement. Attention ne rien saisir, formule de calcul automatisée 15

16 Dans notre exemple ci dessus, l observation N 1 éta it un isolement contact + gouttelette, devant la chambre était disponible tous les éléments listés sauf le masque FFP2, le % de conformité était donc de 100 % pour les 2 types de précautions. Dans l observation 2, il n y avait pas de matériel dédié à ce patient mis sous précaution contact, des masques FFP2 était mis à disposition sur l unité mobile devant la chambre, le % de conformité est de 57 % car 3 éléments manquaient sur 7 nécessaires. La présence du masque FFP2 n apparaît pas dans l expression du % de conformité, il sera illustré dans les graphes de résultats. C. Troisième feuille «synthèse» Cette feuille présente l ensemble des résultats des fiches saisies dans les deux premières feuilles. Elle est protégée par un mot de passe, les calculs sont automatisés et chaque tableau exprime les résultats pour chaque question posée dans le questionnaire, en pourcentage. Le nombre d observation par type de précautions complémentaires est indiqué en bas de la cellule indiquant le type de PC (dans notre exemple ci dessous PC Contact = 25). D. Quatrième feuille «graphes» Elle présente les données en graphe. Elle est protégée et non modifiable. Vous pouvez vous adresser à l antenne si vous souhaitez débloquer une copie de votre fichier afin d en modifier le contenu. Un premier graphe illustre l existence de la prescription médicale ou d une autre consigne ainsi que la signalétique sur la porte de la chambre. Pour chaque type de précaution complémentaire, un premier graphe présente le % de présence devant ou dans la chambre pour chaque élément (gant, SHA, masques ). La conformité de chaque observation tel que définie ci-dessus est illustrée par un deuxième graphe qui présente pour chacune des observations réalisées le % de conformité obtenu. 16

17 IV.4.2 Outil Connaissance PC Il est composé de 3 feuilles : saisie, synthèse, graphe. A. Feuille «saisie» Pour chaque item un menu déroulant permet de saisir pour chaque fiche la réponse donnée par le répondant. Chaque colonne représente la saisie d une fiche papier. 100 colonnes sont prévues mais vous pouvez en insérer d autre si besoin. Fonction : sélectionner dans le menu déroulant la fonction du répondant de la fiche 1 saisie obligatoire Attention cet item est obligatoire à saisir pour toutes les fiches que vous rentrerez sur ce tableur car il permet le compte automatique des fiches saisies qui conditionne l ensemble des calculs en % et le contenu des graphes!! Un message s affiche dès que l on se positionne sur cette cellule précisant «saisie obligatoire» Si la donnée n est pas présente sur votre fiche papier sélectionnez «non renseigné» 17

18 Spécialité : sélectionner dans le menu déroulant la fonction du répondant de la fiche 1 Pour les trois items suivants : Protocole (ligne 4), prescription (ligne 5) et existence d une signalétique (ligne 7), sélectionner oui, non ou NSP. On peut ne rien saisir si la réponse est non ou NSP car seules les réponses positives seront exprimées dans les résultats (gain de temps à la saisie). Concernant la localisation de cette signalétique : pour chaque localisation sélectionnez la réponse cochée par le répondant oui ou non applicable, les réponses non ou NSP peuvent ne pas être saisies car seules les réponses positives seront exprimées dans les résultats, les réponses non applicable sont à saisir car elle sont prises en compte pour l expression des résultats en % (on exclut les non applicable du total des réponses) : Utilisation de Vaisselle à UU : sélectionner oui, non ou NSP. On peut ne rien saisir si la réponse est non ou NSP car seules les réponses positives seront exprimées dans les résultats (gain de temps à la saisie). Hygiène des mains en sortant de la chambre en cas de PC Contact : sélectionner le type de gestes : LS (lavage simple), LA (lavage antiseptique) ou LS+FHA (lavage simple + friction hydro alcoolique), FHA (friction hydro alcoolique) ou NSP (ne sait pas). Nettoyage des locaux en cas de CD : sélectionner la réponse : détergent, DD (détergent-désinfectant), eau de Javel (seule), D+Rinc+Javel (détergent+ rinçage+eau de javel), NSP (ne sait pas). 18

19 Hygiène des mains en sortant de la chambre en cas gâle : sélectionner le type de gestes : LS (lavage simple), LA (lavage antiseptique) ou LS+FHA (lavage simple + friction hydro alcoolique), FHA (friction hydro alcoolique) ou NSP (ne sait pas). Type de Précaution selon la pathologie : plaie BMR, Infection respiratoire à BMR, Varicelle, Diarrhée à rotavirus ou salmonelle, grippe saisonnière, légionellose, méningite, tuberculose et hépatite : sélectionner le type de PC ou l association de PC que le répondant a coché. Dans l exemple ci-dessous pour l infection respiratoire à BMR le répondant a coché PS+contact et PS+ gouttelettes. Type de mesures techniques mis en place en cas de : Abcès BMR, Tuberculose active, grippe saisonnière : pour chaque mesure cochée par le répondant sélectionner la réponse oui. Dans notre exemple, le répondant a coché la chambre individuelle si possible lors d un abcès à BMR. On peut ne rien saisir si la réponse est non ou NSP car seules les réponses positives seront exprimées dans les résultats (gain de temps à la saisie). 100 colonnes sont prévues pour tout ajout supplémentaire il faut insérer des colonnes a l intérieur du tableau avant la dernière colonne verte. 19

20 B. Feuille «synthèse» Comme dans le tableur sur les observations, la feuille synthèse présente l ensemble des résultats des fiches saisies dans la feuille saisie. Elle est protégée par un mot de passe, les calculs sont automatisés et chaque tableau exprime les résultats pour chaque question posée dans le questionnaire, en pourcentage. C. Feuille «graphe» Elle présente les données en graphe. Cette feuille est remplie automatiquement par vos données saisies dans la feuille saisie. Elle est protégée et non modifiable. Vous pouvez vous adresser à l antenne si vous souhaitez débloquer une copie de votre fichier afin d en modifier le contenu. 20

21 IV.5 - ENVOI DES DONNEES Les fichiers de données devront être envoyés par mail à la FELIN avant le 30 Juin pour participer à l analyse régionale. IV.6 - TRAITEMENT DES DONNEES Chaque établissement génère ces propres résultats grâce aux synthèses et graphes automatisés. L antenne assurera la fusion des fichiers transmis par les établissements afin d analyser les résultats régionaux. Les résultats régionaux seront renvoyés à l ensemble des établissements pour une analyse comparée du résultat de l établissement. Cette comparaison doit aider à mettre en évidence les points sur lesquels il convient d intervenir en priorité pour améliorer la mise en œuvre des précautions complémentaires dans la structure. L analyse régionale permettra de dégager les axes à privilégier dans la formation continue organisée par la Félin et la réalisation de support afin d aider les Equipes Opérationnelles en Hygiène à améliorer les pratiques. Pour une analyse par service au sein d un établissement il convient de copier le tableur général et de supprimer toutes les données saisies ne correspondant pas à la spécialité (par exemple pour isoler les données des services de médecine, on supprime toutes les colonnes où la spécialité n est pas médecine, on s aidera par la fonction tri d excel, en sélectionnant tout l intérieur du tableau, puis option tri, en ligne, précisez tri par ligne n 3. 21

22 IV.7 - RESTITUTION DES RESULTATS Les résultats globaux de l'analyse seront envoyés par la FELIN au Président de CLIN et à l EOH de chaque établissement. Le référent de l'enquête, en accord avec le Président du CLIN, se devra d'effectuer localement une rétro information aux participants en leur donnant les résultats de leur établissement, de leurs services et ceux de la région s ils le souhaitent. Un poster des résultats régionaux pourra être édité. IV.8 - CONFIDENTIALITE ET ANONYMAT La FELIN s'engage donc à assurer la confidentialité des données pour le service et l'hôpital. Seuls les résultats régionaux seront rendus à l ensemble des établissements et publiés dans le rapport régional. IV.9 - UTILISATION DES RESULTATS Le rapport général de la FELIN est un document public et à ce titre peut avoir une large diffusion. Il sera mis en ligne sur le site Internet Aucune donnée non anonyme n'y figurera ; mais on y retrouvera la liste des établissements ayant participé à l'audit. 22

23 Annexe 1 : GRILLES D AUDIT PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES Audit observationnel des moyens techniques et organisationnels mis en œuvre lors d une indication de PC: 1. Il existe une prescription des PC dans le dossier Prescription médicale Autres consignes Aucune trace 2. Signalisation sur la porte de la chambre oui non 3. Mise à disposition de matériel : cf tableau ci dessous Matériels disponibles à l entrée de la chambre ou à l intérieur Précaution Contact Précaution Gouttelettes Précaution Air SHA Gants Masque chirurgical Masque FFP1 ou 2 à l extérieur de la chambre Tablier à UU Sac à DASRI Thermomètre dédié Tensiomètre dédié Stéthoscope dédié 23

24 TEST DE CONNAISSANCE ET MISE EN ŒUVRE DES MESURES DE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES (ISOLEMENT SEPTIQUE) L équipe opérationnelle d hygiène hospitalière et/ou le Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales de l établissement vous sollicite pour participer à une évaluation de vos connaissances concernant les mesures à mettre en oeuvre en cas d indication de précautions complémentaires (isolement septique). Ce questionnaire est anonyme. Il s adresse aux médecins, infirmiers (ères) et aides-soignants(tes) de jour comme de nuit intérimaires ou non. Merci de répondre à l ensemble des questions : pour chaque item cocher OUI ou NON Lorsque vous ne connaissez pas une réponse, cochez NSP (ne sait pas). Si la question n est pas adapté à votre pratique, cochez NA (non adapté). Pour certaines questions vous devez cocher une seule réponse. Quelle est votre fonction? Dans quelle unité de soins travaillez-vous? * : Médecin, sage-femme, puéricultrice, anesthésiste, etc ** : Infirmière, kinésithérapeute, ergothérapeute, etc *** : Aide-soignants. Auxiliaire de puériculture. MEDICAL* PARAMEDICAL** AS*** Autre Médecine Pédiatrie Psychiatrie Chirurgie SSR SLD Réa - SI Gyneco-Obs. HEMODIALYSE AUTRES. Existe-t-il un protocole facilement accessible sur les précautions complémentaires dans votre service? Les précautions complémentaires doivent-elles faire l objet d une prescription médicale écrite? Existe-t-il une signalétique (logo, affiche ) pour les précautions complémentaires dans votre service? Sur quel(s) support(s), cette signalétique est-elle mise en place dans votre service (cocher une réponse pour chaque ligne)? OUI NON NSP OUI NON NSP NA Porte de la chambre du patient Dossier de soins papier Dossier de soins informatisé Fiche de planification murale en salle de soins Demande d examens complémentaires Fiche de transport ou de transfert Fiche de liaison bloc Existe-t-il encore des indications de vaisselle à usage unique pour un patient infecté hospitalisé? OUI NON NSP Après la prise en charge d un patient avec précautions complémentaires de type contact (hors cas de gâle et clostridium difficile), quelle hygiène des mains réalisez-vous le plus souvent (cocher une seule réponse)? lavage simple lavage antiseptique ou lavage simple suivi d une friction HA friction hydro-alcoolique NSP 24

25 Un patient présente une diarrhée Clostridium difficile producteur de toxine, quelle mesure spécifique est applicable à l entretien des locaux? Cocher une seule réponse Utilisation d un détergent seul Utilisation d un détergent désinfectant Utilisation d eau de javel seule Utilisation d un détergent, rinçage, puis d eau de javel NSP Après la prise en charge d un patient atteint de gâle, quelle hygiène des mains réalisez-vous? Cocher une seule réponse lavage simple lavage antiseptique ou lavage simple + friction hydro alcoolique friction hydro-alcoolique NSP Indiquer pour chaque infection (présentée en ligne) le type de précaution à appliquer pour chaque situation. Deux types de précautions complémentaires peuvent être associées. Ex : (PS+contact) et (PS+gouttelette) Précautions standard seules PS + Contact PS + Gouttelette PS + air NSP plaie chronique colonisée par une Bactérie MultiResistante infection respiratoire à Bactérie MultiResistante (BMR) Varicelle Diarrhée à rotavirus ou salmonelles Grippe saisonnière Légionellose Méningite à meningocoque Tuberculose active Hépatite B, C, VIH Indiquer pour chaque infection (présentée en colonne) toutes les mesures à appliquer dans cette situation : ex : porte fermée+ masque FFP2+. Abcès à BMR Tuberculose active Grippe saisonnière Chambre individuelle si possible Chambre individuelle obligatoire Maintien de la porte fermée Port de tablier lors d un soin Port du masque chirurgical lors d un soin Port du masque chirurgical dès l entrée Port du masque FFP1 ou 2 (type «bec de canard») 25

26 REPONSES AUDIT PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES LES REPONSES PROPOSEES, SONT DONNEES A TITRE INDICATIF SELON LES RECOMMANDATIONS EN VIGUEURS. LES PROTOCOLES INTERNES DE CHAQUE ETABLISSEMENT PEUVENT DIFFERER DE CELLES CI. AUDIT D OBSERVATION des moyens techniques et organisationnels 4. Il existe une prescription des PC dans le dossier Prescription médicale Autres consignes Aucune trace LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES FONT L OBJET D UNE PRESCRIPTION MEDICALE. IL EST POSSIBLE D AJOUTER A CETTE PRESCRIPTION D AUTRES CONSIGNES 5. Signalisation sur la porte de la chambre oui non LES RECOMMANDATIONS COMPORTENT HABITUELLEMENT LA SIGNALISATION SUR LA PORTE DE LA CHAMBRE. IL S AGIT D UNE MESURE DE BON SENS POUR AIDER A L APPLICATION DES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES. 6. Mise à disposition de matériel : cf. tableau ci dessous Matériels disponibles à l entrée de la chambre ou à l intérieur Précaution Contact Précaution Gouttelettes Précaution Air SHA L hygiène des mains est à renforcer lors de la mise en place des 3 types de précautions complémentaires Gants Selon les établissements, les protocoles de mise en place des précautions contact peuvent préconiser le port de gants de soins non stériles pour certains gestes. Depuis avril 2009, il n est plus recommandé de les porter systématiquement en entrant dans la chambre, avant de pratiquer un soin sur peau saine ou avant de toucher l environnement proche du patient. Ils doivent être mis dans les indications des précautions standard et l hygiène des mains réalisées avant et après tout contact avec le patient, son environnement et avant de sortir de la chambre. Il existe des exceptions pour certains MO (Clostridium difficile toxinogène, entérocoque résistants..) Masque chirurgical Transmission par sécrétions respiratoires ou salivaires produites pendant la toux, les éternuements et projetées sur une courte distance (oreillons, rubéole, infection à Méningocoques, grippe, coqueluche, pharyngite à Strepto A.) Masque FFP1 ou 2 à l extérieur de la chambre Transmission par sécrétions respiratoires < à 5 microns qui restent en suspension dans l air et diffusant à distance de la source (tuberculose, rougeole, varicelle.) Tablier à UU Même logique que pour les gants. Depuis avril 2009, il n est pas recommandé de revêtir une tenue de protection systématiquement à l entrée de la chambre mais lors d un soin direct ou dans les indications des précautions standard. Sac à DASRI Il est réglementaire d éliminer les déchets issus des patients placés en précautions complémentaires selon la filière d élimination des DASRI. Les dernières recommandations sont moins catégoriques. Thermomètre dédié Tensiomètre dédié Stéthoscope dédié Privilégier l individualisation du matériel réutilisable dans la chambre d un patient auquel s appliquent les précautions complémentaires contact. 26

27 AUDIT DE CONNAISSANCE pour le personnel Existe-t-il un protocole facilement accessible sur les précautions complémentaires dans votre service? Les précautions complémentaires doivent-elles faire l objet d une prescription médicale écrite? Existe-t-il une signalétique (logo, affiches ) pour les précautions complémentaires dans votre service? OUI NON NSP L ACCESSIBILITE FACILE DES PROTOCOLES PERMET LA BONNE CONNAISSANCE ET L APPLICATION DE CEUX-CI. LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES FONT L OBJET D UNE PRESCRIPTION MEDICALE ET LA SIGNALETIQUE PERMET L INFORMATION DE TOUS LES ACTEURS PRENANT EN CHARGE, MEME OCCASIONNELLEMENT, LE PATIENT. Sur quel(s) support(s), cette signalétique est-elle mise en place dans votre service (cocher une réponse pour chaque ligne)? OUI NON NSP NA Porte de la chambre du patient Dossier de soins papier Dossier de soins informatisé Fiche de planification murale en salle de soins Demande d examens complémentaires Fiche de transport ou de transfert Fiche de liaison bloc IL EST RECOMMANDE D INFORMER TOUS LES ACTEURS PRENANT EN CHARGE LE PATIENT (LE SERVICE, LES PLATEAUX TECHNIQUES, LES AUTRES SERVICES OU HOPITAUX LORS D UN TRANSFERT) Existe-t-il encore des indications de vaisselle à usage unique pour un patient infecté hospitalisé? OUI NON NSP Il n y a pas besoin de modifier les procédures habituelles de traitement de la vaisselle en cas de précautions complémentaires. Après la prise en charge d un patient avec précautions complémentaires de type contact (hors cas de gâle et clostridium difficile), quelle hygiène des mains réalisez-vous le plus souvent?cocher une seule réponse lavage simple lavage antiseptique ou lavage simple suivi d une friction HA friction hydro-alcoolique NSP 1. La plus recommandée est la friction hydro alcoolique 2. Le lavage simple suivi d une friction hydro alcoolique en cas de mains visiblement sales 3. Selon les dernière recommandations de la SFHH de juin 2009, le lavage antiseptique n a plus d indication. Un patient présente une diarrhée Clostridium difficile producteur de toxine, quelle mesure spécifique est applicable à l entretien des locaux? Cocher une seule réponse Utilisation d un détergent seul Utilisation d un détergent désinfectant Utilisation d eau de javel seule Utilisation d un détergent, rinçage, puis d eau de javel NSP 27

28 Note DHOS N 335 du 1 er septembre 2006 Après la prise en charge d un patient atteint de gâle, quelle hygiène des mains réalisez-vous? Cocher une seule réponse lavage simple lavage antiseptique ou lavage simple + friction hydro alcoolique friction hydro-alcoolique NSP Le sarcopte de la gale n est ni une bactérie, ni un virus, ni un champignon, c est un acarien, Les SHA ne sont pas efficaces sur les parasites. Il doit être éliminé par lavage mécanique.un lavage antiseptique ou lavage simple suivi d une friction hydro alcoolique permet d avoir une action antiseptique en cas de portage simultané de BMR ou d une autre infection. Indiquer pour chaque infection (présentée en ligne) le type de précaution à appliquer pour chaque situation. Deux types de précautions complémentaires peuvent être associées. Ex : (PS+contact) et (PS+gouttelette) plaie chronique colonisée par une Bactérie MultiResistante Précautions standard seules PS + Contact PS + Gouttelette PS + air NSP infection respiratoire à Bactérie MultiResistante (BMR) Varicelle Diarrhée à rotavirus ou salmonelles Grippe saisonnière Légionellose Méningite à meningocoque Tuberculose active Hépatite B, C, VIH Selon les 100 recommandations de 1999 Indiquer pour chaque infection (présentée en colonne) toutes les mesures à appliquer dans cette situation : ex : porte fermée+ masque FFP2+. Abcès à BMR Tuberculose active Grippe saisonnière Chambre individuelle si possible Chambre individuelle obligatoire Maintien de la porte fermée Port de tablier lors d un soin Port du masque chirurgical lors d un soin Port du masque chirurgical dès l entrée Port du masque FFP1 ou 2 (type «bec de canard») Selon les 100 recommandations de

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE Liliane GUILLORET**, Mireille LAMBERT*, ** Coordinatrice de SSIAD, Infirmière re hygiéniste *PH responsable EOHH, Président du CLIN HOPITAL LOCAL MONTFORT

Plus en détail

Audit Précautions Complémentaires 2014

Audit Précautions Complémentaires 2014 Audit Précautions Complémentaires 2014 Présentation S Desmons ARLIN PACA Avril 2014 1 PLAN : Contexte Objectifs Méthodologie de l audit Données recueillies Organisation de l audit Saisie informatique S

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte PROPIN (programme national de prévention des infections nosocomiales) 2009-2013 Objectif Renforcer la prévention du risque infectieux soignants/soignés

Plus en détail

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PROCÉDURE METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PG INF 011 v4 03/2014 1/7 MODIFICATIONS APPORTÉES Application des précautions complémentaires air ou gouttelettes, mars 2013 En cas de transfert

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact GUIDE POUR L ORGANISATION DE L ÉVALUATION ET LE RECUEIL DES DONNÉES Novembre 2011 Composition groupe de travail / Etablissements test : CH Germon

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Formation des auditeurs

Formation des auditeurs Audit «Hygiène des mains» Partie II Qualité technique des gestes d hygiène des mains Formation des auditeurs Contexte 1 L hygiène des mains : 1 ère mesure de prévention des infections associées aux soins

Plus en détail

Réseau de lutte contre les Infections Nosocomiales de la Sarthe

Réseau de lutte contre les Infections Nosocomiales de la Sarthe Réseau de lutte contre les Infections Nosocomiales de la Sarthe Formation - Surveillance - Evaluation Centre Hospitalier du Mans Réseau LUTIN 72 LUTte contre les Infections Nosocomiales en Sarthe La FORMATION

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Les BMR en EHPAD Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 2009 SGRIVi CHRU - Lille Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Résistante aux antibiotiques Ex: SARM

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PG SPI SUR 014 v1 2011 1/5 OBJET Conduite à tenir dans le cadre de l'arrivée d'un patient atteint ou suspect de portage de Clostridium

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Audit de connaissance en hygiène hospitalière des professionnels médicaux et paramédicaux dans un hôpital SSR

Audit de connaissance en hygiène hospitalière des professionnels médicaux et paramédicaux dans un hôpital SSR XXIIème Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hospitalière Evaluation médicale Hôpital San Salvadour Audit de connaissance en hygiène hospitalière

Plus en détail

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Modifiez le style des sous-titres du masque Dr Sandrine Linares Généralités

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE en 2012 Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Centre Hospitalier de

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE)

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PROCÉDURE PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PG INF 008 v2 03/2014 1/10 MODIFICATIONS APPORTÉES Ce document remplace et annule les

Plus en détail

La mise en place des précautions «contact»

La mise en place des précautions «contact» La mise en place des précautions «contact» Expérience du CRMPR «Les Herbiers» S. Verfaille, MPR, président du CLIN Les précautions «contact» Quand? En complément des précautions «standard» A chaque fois

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD Les mesures d isolement Les mesures d isolement Objectifs Établir des barrières res de niveaux variables afin de limiter ou supprimer la transmission de micro-organismes organismes D un malade à un autre

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Dr. Aurélie Fourneret-Vivier Praticien hospitalier Equipe Opérationnelle en Hygiène Centre Hospitalier Métropole

Plus en détail

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire Nouveaux indicateurs Règles de remplissage/contrôle/preuves inconnus: En 2012, on devra saisir 2011 Eléments «nouveaux» (officieux et pas définitifs) Il faut idéalement d ici le 31 décembre pour: La Direction

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

Comité de pilotage. «Evalimag 2007» Audit en imagerie médicale. Contexte. Comité d organisation. Objectifs. Contexte

Comité de pilotage. «Evalimag 2007» Audit en imagerie médicale. Contexte. Comité d organisation. Objectifs. Contexte «Evalimag 2007» Audit en imagerie médicale Comité de pilotage M Bordier, CHU Reims V Bussy-Malgrange, Resclin-Champagne-Ardenne G. Calmet, cabinet radiologie Saint Remi, Reims O Toubas, chef de pôle imagerie,

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

Présentation de l audit

Présentation de l audit Audit «Hygiène des mains» Partie II Qualité technique des gestes d hygiène des mains Présentation de l audit Contexte 1 L hygiène des mains : 1 ère mesure de prévention des infections associées aux soins

Plus en détail

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Bruno Grandbastien pour le groupe de travail du HCSP Faculté

Plus en détail

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ARS LIMOUSIN / G. ESPOSITO/ novembre 2014 XX/XX/XX Les indicateurs de lutte contre

Plus en détail

AUDIT PRECAUTIONS STANDARD

AUDIT PRECAUTIONS STANDARD AUDIT PRECAUTIONS STANDARD MANUEL INFORMATIQUE - 2011 GROUPE DE TRAVAIL GIARD Marine, praticien en hygiène hospitalière, CCLIN Sud-Est LAPRUGNE-GARCIA Elisabeth, cadre de santé en hygiène hospitalière,

Plus en détail

Etude d évaluation du dispositif de surveillance, d alerte et de gestion du risque infectieux épidémique en EHPAD dans le Nord-Pas-de-Calais

Etude d évaluation du dispositif de surveillance, d alerte et de gestion du risque infectieux épidémique en EHPAD dans le Nord-Pas-de-Calais Etude d évaluation du dispositif de surveillance, d alerte et de gestion du risque infectieux épidémique en EHPAD dans le Nord-Pas-de-Calais Dr Karine Wyndels, Dr Pascal Chaud Cellule de l InVS en Région

Plus en détail

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 L hygiène des mains N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 Un peu d histoire I. Introduction La première pratique remonte au milieu du XIXème siècle, lorsque le Dr Semmelweiss le demande aux étudiants en médecine

Plus en détail

mentaires en EHPAD : Quand les lever?

mentaires en EHPAD : Quand les lever? Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Réseau CEN T RE HO S PIT AL IE R LE MANS Les Précautions Complémentaires mentaires en EHPAD : Quand les lever? 2 ème Journée inter-régionale Prévention

Plus en détail

constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D.

constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D. 1 constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D. Limiter la diffusion des «BMR» Indiquer la conduite à tenir

Plus en détail

SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES

SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES CONTEXTE Contexte Surveillance quotidienne par l EOH des BMR et autres germes nécessitant la mise en place

Plus en détail

Liste des indicateurs de qualité en hygiène hospitalière dans les hôpitaux aigus

Liste des indicateurs de qualité en hygiène hospitalière dans les hôpitaux aigus Liste des indicateurs de qualité en hygiène hospitalière dans les hôpitaux aigus Cahier des charges : Définitions, consignes de remplissage et éléments de preuve Chaque hôpital doit rassembler, dans un

Plus en détail

AUDIT «HYGIENE DES MAINS» Partie II Qualité technique des gestes d hygiène des mains

AUDIT «HYGIENE DES MAINS» Partie II Qualité technique des gestes d hygiène des mains AUDIT «HYGIENE DES MAINS» Partie II Qualité technique des gestes d hygiène des mains MANUEL INFORMATIQUE 2011 MODE D EMPLOI DU MODULE DE SAISIE ET D ANALYSE SOMMAIRE A INSTALLATION DE QUALIMAINS.XLS...

Plus en détail

Groupe «Vaccination» Préparation de la campagne de vaccination. La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

Groupe «Vaccination» Préparation de la campagne de vaccination. La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 30 janvier 2014 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Corinne DENIS praticien

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

Gestion d une épidémie de gale. EHPAD Les Minimes

Gestion d une épidémie de gale. EHPAD Les Minimes Gestion d une épidémie de gale EHPAD Les Minimes PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Etablissement privé composé de deux bâtiments Résidence Dedelay Résidence H.Durand Capacité de 133 lits dont 10 lits pour

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

Précautions complémentaires d hygiène

Précautions complémentaires d hygiène Précautions complémentaires d hygiène Évaluation des pratiques au CHU de Nîmes et au CRLC Val d Aurelle Jeudi 6 décembre 2012 Amandine Minchella Pharmacien Équipe opérationnelle d hygiène CRLC Val d Aurelle

Plus en détail

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Annexe Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Le document explicite la pondération de chaque item servant au calcul des indicateurs

Plus en détail

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY Gestion d une épidémie de Klebsiella pneumoniae (Kpn) productrice de carbapénèmase OXA 48 dans un service de Maladies nfectieuses et Tropicales francilien. C. BLLON, C. BURNAT, S.DELLON C. FORTAT, M. PALOMNO

Plus en détail

Les précautions complémentaires

Les précautions complémentaires Les précautions complémentaires Réunion des enseignants en instituts de formation des professionnels de santé Mardi 9 avril 2013 Amphithéâtre - Faculté de Médecine - Nancy De l isolement Aux précautions

Plus en détail

Précautions Complémentaires

Précautions Complémentaires Contact Gouttelettes Air Page : 1 / 15 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source. Objectifs - Prévenir la transmission croisée

Plus en détail

AUDIT «HYGIENE DES MAINS» Partie I Observance / pertinence

AUDIT «HYGIENE DES MAINS» Partie I Observance / pertinence AUDIT «HYGIENE DES MAINS» Partie I Observance / pertinence MANUEL INFORMATIQUE 2008 MODE D EMPLOI DU MODULE DE SAISIE ET D ANALYSE SOMMAIRE A INSTALLATION DE HYGMAIN_TABLEUR.XLS... 3 B SAISIE DES DONNEES...

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN SOINS INFIRMIERS

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN SOINS INFIRMIERS RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN SOINS INFIRMIERS Tenue du dossier de soins infirmiers du malade à domicile Novembre 2004 I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en

Plus en détail

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Bilan des activités Esther et perspectives dans le cadre APPS Partenariat ESTHER- CHU de BORDEAUX- OMS Colloque Geres/ESTHER/ISSA Lomé, Togo

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D.

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. DAURIAC MARIE-CHRISTINE INFIRMIERE EQUIPE MOBILE DE GERIATRIE CH AUCH 9 JUIN 2011 Projet de vie / projet de soins Les deux projets,

Plus en détail

1. Le changement de système

1. Le changement de système JOURNEE MONDIALE HYGIENE DES MAINS 2014 Auto-évaluation de la promotion et des pratiques d hygiène des mains dans les établissements de soins et médico-sociaux en région Picardie NOM DE L'ETABLISSEMENT

Plus en détail

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD «Parcours-Bassin» Merci à l Arlin PACA pour quelques images de diaporamas. Valérie de SALINS Les maladies du péril fécal sont des maladies infectieuses

Plus en détail

Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique

Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique Dr Philippe PANOUILLOT pharmacien inspecteur de santé publique dept. Inspection contrôle évaluation (DICE) - ARS25 novembre

Plus en détail

LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD

LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD Quiz ARLIN Aquitaine Réseau des Ides et cadres hygiénistes d Aquitaine 18 juin 2015 Reco de 2006 en cours d actualisation par groupe de travail : SF2H,

Plus en détail

ROLE ET MISSIONS DU MEDECIN COORDONNATEUR D EHPAD

ROLE ET MISSIONS DU MEDECIN COORDONNATEUR D EHPAD ROLE ET MISSIONS DU MEDECIN COORDONNATEUR D EHPAD F DELAMARRE DAMIER MD MBA PH CH Cholet,et Médecin coordonnateur d EHPAD EHPADS d Aigrefeuille sur Maine et de Boussay 44 1 PLAN 1. Evolution du métier

Plus en détail

https://webpub.chu-rennes.fr/cclin/apc/

https://webpub.chu-rennes.fr/cclin/apc/ Audit précautions complémentaires https://webpub.chu-rennes.fr/cclin/apc/ Année 2013 I. Connexion... 4 II. Authentification... 5 III. Accès à l application... 6 IV. Fonctionnalités... 8 V. Organisation

Plus en détail

8.6 TABLEAUX ANNEXES / ÉTATS FINANCIERS

8.6 TABLEAUX ANNEXES / ÉTATS FINANCIERS 8.6 TABLEAUX ANNEXES / ÉTATS FINANCIERS La fonction décrite ci-dessous n est disponible que si le tableur Excel de Microsoft (version 2007 ou supérieure) est installé sur votre poste de travail. Les rapports

Plus en détail

Outil d évaluation de la fonction linge en établissement de santé et en EHPAD

Outil d évaluation de la fonction linge en établissement de santé et en EHPAD Outil d évaluation de la fonction linge en établissement de santé et en EHPAD Guide informatique Centre de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales CCLIN Sud-Est Hôpital Henry Gabrielle

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

Précautions Standard et Précautions Complémentaires

Précautions Standard et Précautions Complémentaires Précautions Standard et Précautions Complémentaires FORMATION DES REFERENTS HYGIENE DES E.M.S. 2014 INTRODUCTION Le terme «Isolement» a disparu (en 2009) au profit du terme «Précautions complémentaires»

Plus en détail

SURVEILLANCE DE LA CONSOMMATION RESEAU ATB RAISIN DES ANTIBIOTIQUES EN 2014 RESEAU D ALERTE, D INVESTIGATION

SURVEILLANCE DE LA CONSOMMATION RESEAU ATB RAISIN DES ANTIBIOTIQUES EN 2014 RESEAU D ALERTE, D INVESTIGATION RESEAU D ALERTE, D INVESTIGATION ET DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES RAISIN SURVEILLANCE DE LA CONSOMMATION DES ANTIBIOTIQUES EN 2014 RESEAU ATB RAISIN GUIDE D UTILISATION DE L OUTIL INFORMATIQUE

Plus en détail

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer La démarche qualité appliquée à l établissement «test» 1) Le contexte Dégradation des résultats

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

Patients porteurs de BMR en EHPAD

Patients porteurs de BMR en EHPAD Patients porteurs de BMR en EHPAD Formation hygiène en Gériatrie ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr La colonisation par les BMR (bactéries multirésistantes aux antibiotiques) Simple portage Aucun symptôme

Plus en détail

Réseau ISO-Raisin. Surveillance des. Infections du Site Opératoire. (Surveillance des interventions prioritaires)

Réseau ISO-Raisin. Surveillance des. Infections du Site Opératoire. (Surveillance des interventions prioritaires) Réseau ISO-Raisin Surveillance des Infections du Site Opératoire (Surveillance des interventions prioritaires) Guide d utilisation de l application WEBISO Année 2015 Sommaire Guide utilisateur - Application

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène

Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène B. Branger, H. Sénéchal, N. Garreau, S. Bataillon, MA. Ertzscheid, F. Coulomb, R. Baron, F. Borgey, N. Van der Mee-Marquet,

Plus en détail

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE Risque infectieux et psychiatrie - Jeudi 15 novembre 2012 - Rennes. Christelle MORINIERE IDE hygiéniste CH saint Jean de Dieu-Dinan-St Brieuc Pôle

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la santé

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance de l offre de soins Bureau de la qualité et de la sécurité des soins

Plus en détail

Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales de l'interrégion Paris - Nord Antenne Régionale de Picardie

Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales de l'interrégion Paris - Nord Antenne Régionale de Picardie Installation et utilisation du logiciel pour saisir les données de l enquête «Etat des lieux du BIONETTOYAGE en EHPAD et établissements médico-sociaux» Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections

Plus en détail

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie)

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Cette évaluation s est réalisée sur le mois d aout 2013. Un groupe de travail a été formé avec le médecin coordonateur, l infirmière coordinatrice,

Plus en détail

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central.

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central. Page : 1/7 Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central DESTINATAIRES - Cadres de santé - Pharmacie Centrale et Pharmacies d'etablissement - Tous les destinataires des classeurs CLIN - Tous les médecins

Plus en détail

CRÉER UN FORMULAIRE EN LIGNE SUR GOOGLE

CRÉER UN FORMULAIRE EN LIGNE SUR GOOGLE CRÉER UN FORMULAIRE EN LIGNE SUR GOOGLE Google vous permet de réaliser différents travaux en ligne, notamment des formulaires. Afficher la page Google Cliquer sur Plus Cliquer sur Documents Il faut avoir

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

Manuel utilisateur de l application

Manuel utilisateur de l application ENP 0 Application e-prev Manuel utilisateurs Manuel utilisateur de l application SOMMAIRE. Préambule 4.. A qui s adresse ce manuel 4.. Objectif et portée de ce manuel 4.3. Symboles utilisés dans ce manuel

Plus en détail

Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens

Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens Dr Dominique TRIVIER Service d Hygiène Hospitalière SHH Dr Trivier 1 L ERV au CHL: phase d émergence Le 9 mai 2008 un patient de pneumologie

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD.

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD. DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE PLEURX : SURVEILLANCE ET DRAINAGE Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date 20/03/09 CLIN 26/03/10 Dr Le Moulec

Plus en détail

Installation et utilisation du logiciel pour saisir les données de l enquête «DARI en EHPAD et établissements médico-sociaux»

Installation et utilisation du logiciel pour saisir les données de l enquête «DARI en EHPAD et établissements médico-sociaux» Installation et utilisation du logiciel pour saisir les données de l enquête «DARI en EHPAD et établissements médico-sociaux» mars 2013 Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales

Plus en détail

Gestion des risques en

Gestion des risques en Gestion des risques en Réseau des Praticiens en Hygiène hospitalière du Rhône 12 novembre 2012 endoscopie B Grisi : PH en Hygiene A Boudilmi : Ingénieur Qualité L hôpital nord ouest Villefranche Région

Plus en détail

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable :

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Patient : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Personnes à joindre : Contacts : Service hospitalier Etablissement de santé Acteurs

Plus en détail