Liban. Source : «GEOATLAS.com 2009 Graphi-Ogre»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Liban. Source : «GEOATLAS.com 2009 Graphi-Ogre»"

Transcription

1 Liban Source : «GEOATLAS.com 2009 Graphi-Ogre» Données générales Superficie : km² Capitale : Beyrouth (1,5 million d habitants). Monnaie : livre libanaise (LBP), indexée sur le dollar américain. 1 EUR = LBP (11 septembre 2012) Langue : arabe Population : 4,1 millions (estimation 2010). Source : «GEOATLAS.com 2009 Graphi-Ogre» Démographie : Population urbaine : 88 % de la population totale. Densité : 359 hab/km² (2005). Indice de fécondité : 2,28 enfants par femme en Tranches d âges : ans : 37,2 % de la population ; ans : 55,3 % de la population ; - 65 ans et plus : 7,4 % de la population. Infrastructures Réseau routier : km. Données politiques Type de régime Le Liban est une république parlementaire dont la Constitution date de Depuis, celle-ci a été amendée à plusieurs reprises, dont deux fois de manière significative : en 1943, puis en 1990, pour tenir compte des modifications apportées par les accords de Taëf. Avant 1990, le pouvoir était concentré dans les mains du président de la République. L Assemblée nationale était élue au suffrage universel et les députés élisaient le président. Les accords de Taëf de 1989 modifient profondément le paysage politique en transférant une partie de l exécutif au Conseil des ministres et en renforçant le rôle du président de l Assemblée, dont les 128 sièges de députés, élus au suffrage universel direct, sont répartis de manière égale entre les chrétiens et les musulmans, pour un mandat de quatre ans UBIFRANCE

2 FOCUS EXPORT PAYS Le pouvoir législatif est monocaméral. La structure administrative, juridique et judiciaire du pays est largement inspirée du système français. L essentiel des décisions politiques ou sociales est centralisé dans la capitale, les administrations locales ayant peu de pouvoir. Chaque ordre de juridiction est placé sous l égide d une instance prestigieuse, Cour de cassation et/ou Conseil d État. Le Conseil constitutionnel et le tribunal militaire jouent également un rôle important dans l application du droit. Les prochaines élections : Les prochaines élections se déroulant au Liban seront les élections législatives, au printemps 2013, tandis que la prochaine élection présidentielle aura lieu en Les principaux dirigeants : Président : Michel SLEIMAN, élu le 25 mai Premier ministre : Najib MIKATI, désigné le 25 janvier 2011, a formé un nouveau gouvernement le 13 juin Président de l Assemblée nationale : Nabih BERRY, réélu pour 4 ans en juin Données économiques Principaux indicateurs économiques Indicateurs France (2011) PIB (milliards USD) 34,7 37, Mds USD Déficit public en % du PIB - 8,3-7,7-5,6 5,2 % Dette publique en % du PIB ,8 % PIB par habitant USD Taux de croissance 8,5 7 1,5 1,7 % Taux d inflation 1,2 4,5 5 2,3 % Sources : Commission européenne, INSEE. Situation économique du pays Les services du Fonds monétaire international (FMI) évaluent à 1,5 % la croissance en volume du PIB en 2011, après avoir atteint environ 8 % par an en moyenne sur la période De son côté, l inflation, relativement maîtrisée depuis le début des années 2000, serait passée de 4,5 % en 2010 à 5 % en Les incertitudes liées à l évolution de la crise syrienne ainsi qu une conjoncture économique mondiale morose ont provoqué cette baisse de l activité tout au long de l année. Deux des trois «poumons» de l économie libanaise, le secteur immobilierconstruction et celui du tourisme-consommation n ont pas été aussi dynamiques que les années précédentes. Seul le secteur bancaire a terminé l année avec des indicateurs d activité pouvant être considérés comme satisfaisants. S agissant des comptes publics, la dégradation a été moins marquée que prévue. Le déficit public aurait atteint 5,6 % du PIB en 2011 (au lieu de 7,7 % du PIB en 2010) et le poids relatif de la dette publique par rapport au PIB a continué de diminuer (il atteint 136 % en 2011, au lieu de 142 % en 2010). La forte augmentation des recettes non fiscales a compensé la rigidité croissante de la dépense publique et l absence de consensus politique pour augmenter les recettes fiscales (notamment le taux moyen de la TVA qui est actuellement de 10 %). Au regard de l évolution du contexte politique et économique régional, le scénario économique de l année 2011 a toute chance de se reproduire en Le taux de croissance du PIB devrait être compris entre 1 % et 1,5 % et l inflation serait comparable à celle de l an dernier (malgré la hausse des salaires). ues

3 Cependant la situation des comptes publics semble se détériorer en Le déficit public a augmenté de plus de 30 % entre le premier semestre 2011 et le premier semestre 2012 (il devrait dépasser les 9 % du PIB sur l ensemble de l année 2012) et le ratio dette publique/pib ne diminuerait pas par rapport à ce qu il était à la fin de l année 2011, ce qui constitue une rupture avec la tendance à la baisse qu il a connu depuis le milieu des années Accords politiques, juridiques et multilatéraux Le Liban est un pays résolument tourné vers l extérieur. L étroitesse de son marché et sa faible dotation en ressources naturelles exploitables lui imposent une politique commerciale libérale. Des accords de libre-échange ont été signés entre le Liban et ses principaux partenaires commerciaux, à savoir l Union européenne (UE) en 2002, les États de l AELE (Suisse, Liechtenstein, Norvège, Islande) en 2004 et les Pays du Golfe (CCG) en Un marché de libre-échange arabe a même été créé en 2005 via la signature des accords du Gafta. La libéralisation du commerce implique la modernisation de la législation commerciale par la simplification des procédures et l assouplissement des restrictions. À l exception d un nombre restreint de produits (armes et munitions, produits toxiques, narcotiques, produits alimentaires dont la durée de validité est inférieure à deux mois ), la plupart des marchandises est libre à l importation et n est soumise à aucune restriction. Certains produits agricoles (agrumes, pommes de terre, olives, pêches et abricots ) sont soumis à des périodes d ouverture, ou interdits à l importation. Le Liban a déposé sa candidature pour une adhésion à l OMC en janvier Le groupe de travail, chargé du dossier, est entré dans la dernière phase du processus d adhésion. Commerce extérieur Importations en 2011 : 20,2 milliards USD ; Exportations en 2011 : 4,3 milliards USD. Poids de la France dans les importations du [pays] : 5,45 % des importations du Liban. État des lieux du commerce extérieur Le volume des échanges commerciaux (de biens) du Liban aurait atteint plus de 24,4 milliards USD en 2011, soit une progression de près de 10 % par rapport à Structurellement déficitaire (absence de ressources naturelles, faiblesse de l industrie, etc.), le solde de la balance commerciale libanaise s est encore aggravé en 2011 à - 15,9 milliards USD, soit une hausse de 15,9 % par rapport à Ce déficit est plus de deux fois plus important qu en Cette situation pèse sur le solde courant, qui suit la même évolution, avec une augmentation du déficit courant qui atteint 14,4 % du PIB en La dégradation du compte courant associé à une diminution des investissements étrangers en 2011 a pour conséquence de réduire l excédent de la balance des paiements, qui est passé de 2,8 milliards USD en 2010 à 0,4 milliard en Le déficit de la balance commerciale devrait s accroître en 2012, celui du compte courant se stabiliserait à un niveau voisin de celui de Malgré cela, la situation de la balance des paiements devrait s améliorer et elle pourrait connaître un excédent proche de celui de 2010 (environ 3 milliards USD). Enfin, le stock d avoirs en devises qui, même s il stagne ou n augmente que faiblement, devrait représenter de 10 à 11 mois d importations de biens et services UBIFRANCE

4 La France est le 4 e fournisseur du Liban en 2011, progressant d une place par rapport à avec une part de marché s élevant à 7 % (1,1 milliard EUR d exportations). La France se classe derrière les États-Unis (10 % de parts de marché), l Italie (9 %) et la Chine (8 %), mais devant l Allemagne (6 %). Les exportations françaises ont progressé de + 21,2 % en 2011 par rapport à Malgré le ralentissement de l activité économique au Liban, nos exportations ont augmenté notamment dans les secteurs des produits pétroliers raffinés (+ 60 %), des équipements électriques et ménagers (+ 21,3 %), et des produits chimiques, parfums et cosmétiques (+ 18,5 %). Cette hausse est remarquable au regard des chiffres de l année 2010 (progression de + 5 % des exportations hors aéronefs). La France était le 3 e client du Liban en 2010, et son 16 e client en 2011 avec une part de marché s élevant à 1 % (40,2 millions). Les importations de biens libanais en France ont augmenté de + 20 % en 2011 par rapport à L augmentation des importations se retrouve dans les secteurs des objets d art, d antiquité et de collection (+ 251 %), des produits manufacturés divers (+ 126 %), et des produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l aquaculture (+ 82 %). En revanche, une baisse sensible est à noter dans les secteurs des produits chimiques, parfums et cosmétiques (- 50 %), des produits métallurgiques et métalliques (- 36 %) et du bois papier et carton (- 32 %). Le déséquilibre structurel de la balance commerciale bilatérale en faveur de la France se maintient : ainsi, le solde de la balance commerciale s est élevé à 1,1 milliard EUR en Principaux produits échangés entre la France et le Liban, 2011 Principaux produits exportés par la France vers le Liban en 2011 Principaux produits importés par la France du Liban en er Produits pétroliers raffinés et coke 39,6 % 1 er Équipements mécaniques, matériel 30,2 % électrique, électronique 2 e Équipements mécaniques, matériel 10,3 % 2 e Produits manufacturés divers 20,9 % électrique, électronique 3 e Produits des industries agroalimentaires 9,9 % 3 e Produits des industries agroalimentaires 17 % 4 e Produits chimiques, parfums et cosmétiques 7,6 % 4 e Textiles, habillement, cuirs et chaussures 5 e Produits pharmaceutiques 8 % 5 e Produits divers 5,7 % 10 % Source : Douanes françaises, en % du total des exportations vers le Liban Source : douanes françaises, en % du total des importations libanaises Les bonnes raisons de s intéresser au marché libanais Ouvert et francophone, le marché libanais est particulièrement accueillant pour les produits français, tous secteurs confondus, et a de plus la particularité d offrir une ouverture régionale exceptionnelle, profitant de sa position de carrefour entre l Europe et le Proche et Moyen-Orient. Ce marché se distingue par : - une économie libéralisée, avec un PIB qui croît au taux annuel moyen de 4,9 % depuis 1990 ; - un marché libanais d importations : celles-ci représentent en valeur 70 % du PIB ; - un pays francophone, et francophile, ce qui s explique par les liens historiques forts entre les deux pays ; - une main-d œuvre qualifiée et trilingue, notamment grâce aux excellentes infrastructures dédiées à l éducation ; - une plate-forme régionale et une porte d entrée du Proche et Moyen-Orient ; - un secteur bancaire très solide (10 % du PIB) ; - un mode de consommation très occidentalisé, présentant un attrait particulier pour les produits français, notamment les produits innovants ; - des partenaires incontournables dans tous les secteurs d activités, et connus du Bureau UBIFRANCE UBIFRANCE

5 Les secteurs porteurs et la présence française Les secteurs du BTP, de l énergie et de l électricité Le secteur du BTP et second-œuvre du bâtiment est un secteur clé de l économie libanaise (10 % du PIB), avec d importants projets touristiques, hôteliers et résidentiels de luxe, notamment. La demande pour ces produits est couverte à hauteur de 75 % par des importations. Les opportunités sont nombreuses dans le domaine de l électricité et de l énergie, avec la construction de nouvelles centrales de production électrique et l entretien des centrales existantes. De nouvelles opportunités apparaissent avec la prochaine exploitation des réserves en offshore, sous réserve de la mise en place attendue de l Autorité de régulation du pétrole. Les biens de consommation Ce secteur est porteur au Liban, notamment pour les produits français considérés comme prestigieux et de qualité. La demande sur la majorité des segments demeure importante. Ce phénomène est renforcé par la forte convergence des comportements d achat des consommateurs. Le marché du luxe est étendu et dynamique tout au long de l année. La clientèle est constituée de Libanais, ainsi que d habitants et de touristes des pays du Golfe (EAU, Arabie saoudite, Koweït et Qatar). L offre française est significative et très bien positionnée sur l ensemble des segments du marché libanais du luxe : mode et accessoires, cosmétiques, ameublement, gastronomie, arts de la table (nappes, verrerie, etc.) La France est le premier fournisseur du Liban en produits de luxe. Le développement du secteur immobilier et la multiplication des investissements des pays du Golfe dans les secteurs touristique et résidentiel de luxe a permis de soutenir la demande dans le secteur de l architecture d intérieur et plus généralement celui de l ameublement et de la décoration. Les produits de qualité, plutôt européens, concernent les secteurs résidentiel moyen et de luxe, commercial, hôtelier, de la restauration et des night clubs, ainsi que les bureaux. Le marché libanais est également très porteur pour les produits innovants. Le secteur du matériel médical, du fait de la progression du nombre de clients étrangers provenant des pays du Golfe et de la diaspora libanaise, présente de nombreuses opportunités, grâce notamment au tourisme médical ou à la chirurgie esthétique. Il faut également mentionner les produits pharmaceutiques où la France détient déjà 20 % des parts d un marché, en pleine croissance. Le secteur des produits cosmétiques et du bien-être est en continuelle expansion et diversification. On note une croissance au Liban de la demande touchant au secteur de la beauté (soins du visage et du corps) en raison de l essor du nombre de salons et d instituts de beauté, notamment à Beyrouth. Le secteur agroalimentaire Le Liban n est pas autosuffisant dans le secteur agroalimentaire : le pays importe près de 70 % des produits alimentaires, des vins et des spiritueux consommés. Il est intéressant de noter qu il existe dans ce secteur une convergence des comportements d achat et que les consommateurs libanais apprécient les produits français. La France est traditionnellement le 1 er fournisseur du Liban pour les vins et champagnes (la France représente 63 % des importations de vins de raisins frais au Liban en 2011). Les importations ont progressé de 23 % entre 2008 et 2011, encouragées par la récente baisse des droits de douane à l importation des vins. La filière de l agriculture biologique s organise au Liban, avec la multiplication des opérateurs : agriculteurs, transformateurs, distributeurs et importateurs. De nouvelles exploitations labellisées bio sont apparues dans presque toutes les filières : les légumes et fruits en priorité, l huile d olive, les œufs, les conserves En 2008 (derniers chiffres connus), hectares étaient dédiées à l agriculture biologique, contre 200 en Ce sont désormais 250 fermes qui travaillent dans ce domaine. Le secteur des nouvelles technologies, de l innovation et des services Le marché des TIC connaît une croissance très rapide, soutenue par une main-d œuvre locale qualifiée, la création de logiciels performants, et de nombreux fournisseurs de contenu média. Les investissements massifs dans les UBIFRANCE

6 infrastructures de télécommunications et le développement programmé des réseaux à haut-débit devraient stimuler la demande d équipements (modems, routeurs avec et sans fil, commutateurs, cartes d interfaces ), d équipements pour les infrastructures (câbles, fibre optique, ) et de matériel de sécurité informatique (boîtiers pare-feu, chiffreurs IP, cartes à puce, etc.). Le marché des télécommunications dispose d un fort potentiel de croissance, mais reste pour l instant en attente de libéralisation. Le Liban pourrait devenir un pôle régional de services de télécommunications si les réformes nécessaires au secteur sont menées à bien. Des possibilités se présentent avec l amélioration de la connexion Internet (haut-débit) grâce au déploiement du réseau de fibre optique. La 3G, qui a commencé à être mise en place fin 2011, devrait offrir de nombreuses opportunités dans le domaine de l Internet mobile, des services e-banking, des applications mobiles, etc. La grande distribution, à dominante alimentaire, présente un potentiel très intéressant. De nombreuses enseignes étrangères sont présentes au Liban, qui est un tremplin pour atteindre une dizaine de destinations au Proche et Moyen-Orient. Le secteur de la banque et des services financiers, moteur de la croissance libanaise (plus de 10 % du PIB en 2011), est un secteur fiable, encadré et développé où les capitaux sont en libre circulation et la livre libanaise est ancrée au dollar. Le secteur des services du tourisme, voyages et transports représente une part importante de l activité de l économie libanaise (près de 10 % du PIB en 2011). Le nombre croissant de touristes (plus de 1,5 M en 2011), de projets immobiliers et de loisirs afférents offre des perspectives intéressantes. Les investissements Source : Ubifrance IDE français au Liban (en M EUR) Les investissements L économie libanaise est très attractive pour les investisseurs étrangers : en témoigne la constante progression des flux d IDE vers le pays qui se sont établis à 4,7 milliards USD en 2010 (en progression de + 88 % par rapport à 2004), dont 69 % dans le secteur immobilier et 24 % dans le secteur des services et plus de 4 milliards en 2011 (avec une croissance plus faible : 1,5 %). La part des IDE dans le PIB a diminué depuis 2009 en passant de 13,8 % à 9 % en Hors pays arabes, la France reste l un des premiers investisseurs au Liban avec un stock d investissements directs (IDE) estimé à 405 millions EUR en 2010, montant en progression de 40 % par rapport à UBIFRANCE

7 Environnement des affaires et conseils pratiques Les pratiques commerciales du pays Mode de règlement S agissant des entreprises, les contrats internationaux peuvent prévoir le règlement des créances dans la devise choisie par les parties. Les facilités de paiement sont monnaie courante et fluctuent entre 90 et 180 jours. Tous les moyens de paiement sont possibles mais la lettre de crédit, confirmée et irrévocable, est le mode de paiement le plus communément utilisé pour garantir le paiement des marchandises importées. Quelques éléments sur l environnement des affaires : - L accès au marché libanais est relativement aisé et peu de contraintes sont imposées aux investisseurs étrangers qui souhaitent créer une société 1, une agence ou une succursale (sous réserve d obtention d un permis du ministère de l Économie et du Commerce). - Le Liban s est doté d un cadre juridique moderne qui protège les droits et avoirs des investisseurs étrangers et qui leur oppose peu d obstacles. En l absence de code spécifique, les sociétés à participation étrangère sont, de fait, assujetties au droit commun en matière commerciale, de législation du travail et de fiscalité. - Investisseurs locaux et étrangers sont soumis au même code du commerce, exception faite des acquisitions de terrain et des investissements dans le secteur des médias. - Avec un taux d impôt sur les bénéfices des sociétés de 15 %, les entreprises sont assujetties à une pression fiscale, de droit commun, parmi les plus faibles du monde. Des exonérations fiscales partielles ou totales sont accordées aux entrepreneurs, locaux ou étrangers, investissant dans des zones défavorisées désignées ou dans certains secteurs-clés (tourisme, industrie, agroalimentaire, agriculture, télécommunications et technologies de l information). Règles de communications lors des contacts professionnels et personnels : La langue officielle est l arabe. C est dans cette langue que sont diffusés la plupart des journaux de la presse quotidienne et les principales chaînes de télévision, mais le français et l anglais sont très répandus. S il n est pas rare de rencontrer des Libanais qui ne parlent qu arabe, les décideurs parlent au moins deux langues. L homme d affaires français en prospection devra être capable de s exprimer en anglais s il veut renconrer l ensemble des responsables de son domaine, mais son français lui sera utile la plupart du temps. Conseils et renseignements pratiques Site de l Ambassade de France au Liban : Site du bureau UBIFRANCE Liban : Formalités : Un passeport en cours de validité est obligatoire pour l entrée sur le territoire libanais. Le visa est également obligatoire, sauf pour les ressortissants arabes. Les visas peuvent être obtenus en France aux adresses suivantes : Ambassade du Liban à Paris 3 villa Copernic Paris Tél. : Consulat du Liban à Paris 123 avenue Malakoff Paris Tél. : Consulat général du Liban à Marseille 2 avenue Parc Borely Marseille Tél. : Office du tourisme du Liban à Paris 124 rue du Faubourg Saint Honoré Paris Tél. : Plusieurs types de société peuvent être créés : société anonyme, société à responsabilité limitée, société holding, société offshore, société de personnes, société en participation UBIFRANCE

8 Les ressortissants français peuvent également obtenir un visa touristique sans aucun problème à l arrivée à l aéroport international de Beyrouth. Le passage de la frontière israélo-libanaise est actuellement impossible. Il est impératif de ne pas avoir de visa d Israël sur le passeport présenté, sous peine d expulsion immédiate et de retour au pays d origine. Téléphone (numérotation) : France Liban : Composer le suivit du numéro du correspondant, puis le code à un chiffre de larégion, et enfin les six chiffres du numéro. Liban France : Composer le (indicatif de zone) suivit du numéro du correspondant (sans le 0 initial). Décalage horaire : Le Liban a un décalage horaire de + 1 heure avec la France, en hiver comme en été. Les changements d heure s effectuent aux mêmes dates qu en France. Bon à savoir : Aucune vaccination n est obligatoire pour venir au Liban. Il est cependant conseillé d être à jour dans ses vaccinations traditionnelles, contre les hépatites A et B et contre la diphtérie et la coqueluche pour les enfants. Il est fortement recommandé de contracter uen assurance pour soins médicaux et pour rapatriement sanitaire avant le départ. En matière sanitaire, il est impératif de boire de l eau minérale en bouteille dans la mesure où l eau courante n est pas potable. Aérien : Compagnies aériennes desservant Beyrouth : Air France (en direct depuis Paris et Marseille), Middle East Airlines (en direct depuis Paris), Alitalia, Austrian airlines, British Airways, Cyprus Airlines, Lufthansa, Olympic Airways, Swissair. Déplacements : L aéroport international de Beyrouth se situe à quelques kilomètres au sud du centre-ville (6-8 km). Prix moyen du taxi entre l aéroport et le centre-ville : à LBP. UBIFRANCE au Liban : Espace des Lettres - Rue de Damas - Beyrouth - LIBAN - Tél : +961 (0) Fax : +961 (0) Autres contacts sur place : Ambassade de France et consulat Rue de Damas - Espace des Lettres Ras El-Nabaa - Beyrouth / Tél. : [961] (1) Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) Section Liban : École Supérieure des Affaires : Les bonnes pratiques en matière de commerce international En matière de commerce international, le paiement de «faveurs» peut s avérer une pratique courante afin de favoriser la conclusion d une affaire. Une quelconque facilité (matérielle ou pécuniaire) peut être attendue en échange de services fournis par l administration, ou par d autres entreprises. Ainsi, certaines entreprises qui travaillent régulièrement à l international peuvent être invitées à payer des pots-de-vin en vue de gagner des contrats, ou des «pourboires» afin d obtenir un traitement prioritaire de leur dossier au sein des administrations UBIFRANCE

9 L entreprise doit cependant être consciente que pratiquer la corruption peut être dangereux d une part parce que certains pays la condamnent fortement aux travers de mesures anti-corruption, d autre part parce que la corruption peut avoir des implications directes sur la gestion de l entreprise. Le manager international doit être très attentif à tracer une ligne distincte entre «la voie raisonnable» pour faire du commerce international, et des pratiques relevant directement de la corruption. Les pots-de-vin ouvrent la voie vers une performance de mauvaise qualité et à la perte de repères moraux parmi le personnel de l entreprise. La corruption mène à la propagation de pratiques commerciales contraires à l éthique. C est pourquoi l OCDE a adopté une convention, en décembre 1997, sur la lutte contre la corruption qui établit des normes juridiquement contraignantes tendant à faire de la corruption d agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales une infraction pénale et prévoit un certain nombre de mesures visant à mettre en œuvre efficacement cette infraction. Notre Agence souscrit aux principes de cette convention et invite l ensemble de ses clients à prendre connaissance du décret n du 28 septembre 2000 portant publication de cette Convention et à en mesurer les enjeux dans le cadre de leurs pratiques professionnelles. UBIFRANCE vous propose quatre gammes complètes de produits et services d accompagnement pour vous aider à identifier les opportunités des marchés et à concrétiser vos projets de développement international. Gamme Conseil : pour obtenir la bonne information sur les marchés étrangers et bénéficier de l expertise des spécialistes d UBIFRANCE. Gamme Contact : pour identifier vos contacts d affaires et vous faire bénéficier de centaines d actions de promotion à travers le monde. Gamme Communication : pour communiquer à l étranger sur votre entreprise, vos produits et votre actualité. Volontariat International en Entreprise (VIE) : pour optimiser votre budget ressources humaines à l international Retrouver le détail de nos produits sur : Ubifrance Toute reproduction, représentation ou diffusion, intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, sur quelque support que ce soit, papier ou électronique, effectuée sans l autorisation écrite expresse d Ubifrance, est interdite et constitue un délit de contrefaçon sanctionné par les articles L et L du code de la propriété intellectuelle. Clause de non-responsabilité : Ubifrance ne peut en aucun cas être tenu pour responsable de l utilisation et de l interprétation de l information contenue dans cette publication dans un but autre que celui qui est le sien, à savoir informer et non délivrer des conseils personnalisés. Les coordonnées (nom des organismes, adresses, téléphones, télécopies et adresses électroniques) indiquées ainsi que les informations et données contenues dans ce document ont été vérifiées avec le plus grand soin. Toutefois, Ubifrance ne saurait en aucun cas être tenu pour responsable d éventuels changements. Auteur : UBIFRANCE Liban Bureau de Beyrouth Adresse : Espace des Lettres, Rue de Damas, Beyrouth - Liban Rédigée par : Flavien Piticco Revue par : Henri Castorès Version originelle du : 24 septembre 2012 Version mise à jour le 28 septembre 2012 Prestation réalisée sous système de management de la performance certifiée BVC ISO 9001 : UBIFRANCE

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE»

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Ministère de l Industrie de la PME et de la de la Promotion des Investissements Communication «L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Présentée par: Mr A.C. BOUDIA Madrid, Octobre 2012 Une importante position Géo-Stratégique

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Comprendre le Royaume-Uni 15

Comprendre le Royaume-Uni 15 Préface.......................................................................... 7 Comprendre le Royaume-Uni 15 Repères essentiels........................................................ 17 Chiffres clefs................................................................

Plus en détail

MISSION D AFFAIRES PACA EN RUSSIE

MISSION D AFFAIRES PACA EN RUSSIE vous proposent, dans le cadre du programme consulaire régional, une : MISSION D AFFAIRES PACA EN RUSSIE du 23 au 29 Juin 2013 Prospections personnalisées à Moscou et/ou Saint-Pétersbourg Secteurs : agroalimentaire

Plus en détail

INVESTIR EN FRANCE s 2015 mar Réalisation :

INVESTIR EN FRANCE s 2015 mar Réalisation : INVESTIR EN FRANCE LA FRANCE RÉUNIT TOUTES LES CONDITIONS DE SUCCÈS POUR VOTRE INVESTISSEMENT Une grande économie au cœur de l Europe, une porte d accès vers la Méditerranée et l Afrique : 5 e économie

Plus en détail

«Ensemble Osons l International»

«Ensemble Osons l International» MISSION DE PROSPECTION ALGERIE, ALGER DU 29 SEPTEMBRE AU 2 OCTOBRE 2014 «Ensemble Osons l International» 1 P a g e [ ALGERIE ] Chiffres clés Capitale : Alger Taux de croissance : 3,2% en 2014 (prévision)

Plus en détail

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire Panorama de la RDC La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire La situation économique générale en RDC ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Plus en détail

Vietnam FICHE PAYS. Données générales. Données politiques

Vietnam FICHE PAYS. Données générales. Données politiques Source : «GEOATLAS.com 2009 Graphi-Ogre» Données générales Superficie : 331 698 km² Capitale : Hanoi Monnaie : dong (VND) Langue : vietnamien ou khin Population : 90,5 millions d habitants (mai 2012) ;

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres

L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres La croissance économique L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres 1- Le Liban a connu une croissance économique exceptionnelle et solide à partir de 2007 jusqu'en 2010, le

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA Session 2012 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé SOCONA Première partie Élaboration d un diagnostic

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Les moyens de paiement en Inde

Les moyens de paiement en Inde Les moyens de paiement en Inde 2010 - Ubifrance et les Missions Economiques Introduction Actualisation au 31 mai 2010 Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne. Capitale : Varsovie. Président : Bronislaw Komorowski. Président du conseil : Donald Tusk

Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne. Capitale : Varsovie. Président : Bronislaw Komorowski. Président du conseil : Donald Tusk Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne Capitale : Varsovie Président : Bronislaw Komorowski Président du conseil : Donald Tusk Superficie : 312 685 km² Population : 38 441 588 habitants Croissance

Plus en détail

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT CONTEXTE GÉNÉRAL L amélioration de la compétitivité logistique des flux import-export, en termes de développement

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale Chypre Géographie Situation générale Chypre est appelée officiellement la République de Chypre et est un pays insulaire eurasien situé au milieu de la mer Méditerranée orientale. Chypre se trouve au sud

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

N 417. Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 417. Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 417 By Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 Mardi 16 Juin 2015 1 Site tunisien de l investissement Des handicaps qui persistent

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention d entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Sommaire. ENVIRONNEMENT économique, POLITIQUE ET SOCIAL 19. Remerciements...3 Avant-propos...5. A. Environnement politique et social...

Sommaire. ENVIRONNEMENT économique, POLITIQUE ET SOCIAL 19. Remerciements...3 Avant-propos...5. A. Environnement politique et social... Sommaire Sommaire Remerciements...3 Avant-propos.........................................................................................5 ENVIRONNEMENT économique, POLITIQUE ET SOCIAL 19 A. Environnement

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

«Ensemble Osons l International

«Ensemble Osons l International COREE DU SUD/JAPON Mission de prospection Du 7 au 14 JUIN 2014 DOSSIER D INSCRIPTION «Ensemble Osons l International» 1 P a g e [ COREE DU SUD ] Chiffres clés Capitale : Séoul Taux de croissance : 2% en

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

GHANA. Les relations commerciales de la Belgique avec le

GHANA. Les relations commerciales de la Belgique avec le Les relations commerciales de la Belgique avec le GHANA Cette note est également disponible sur le site internet de l Agence pour le Commerce extérieur : www.abh-ace.be P a g e 1 TABLE DES MATIÈRES 1 La

Plus en détail

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE 2015 Résumé Le niveau et la dynamique de développement du transport aérien suisse sont analysés et évalués dans le cadre d un vaste monitoring

Plus en détail

Tunisie FICHE PAYS. Données générales. Données politiques. Superficie : 162 155 km². Capitale : Tunis (Gouvernorat de Tunis)

Tunisie FICHE PAYS. Données générales. Données politiques. Superficie : 162 155 km². Capitale : Tunis (Gouvernorat de Tunis) Source : «GEOATLAS.com 2009 Graphi-Ogre» Tunisie Données générales Superficie : 162 155 km² Capitale : Tunis (Gouvernorat de Tunis) Monnaie : le Dinar Tunisien (1 EUR= 2,18 DT le 1 er mars 2015) Langue

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Conférence Tunisie : Une nouvelle dynamique industrielle

Conférence Tunisie : Une nouvelle dynamique industrielle CHAMBRE TUNISO-FRANCAISE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE Conférence Tunisie : Une nouvelle dynamique industrielle CCI de Paris 8 Octobre2009 SOMMAIRE Secteurs porteurs & grands projets Approche du marché tunisien

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Département Econome. Indicateur de Conjoncture

Département Econome. Indicateur de Conjoncture Département Econome Indicateur de Conjoncture Septembre 211 Conjoncture Economique Sommaire SOMMAIRE... 2 1. CREATIONS D ENTREPRISES... 4 2. CONSOMMATION... 4 3. TOURISME... 5 4. BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS...

Plus en détail

Fiche-Pays : République de l Italie

Fiche-Pays : République de l Italie Royaume du Maroc Ministère délégué auprès du Ministère de l'industrie, du Commerce, de l'investissement et de l'economie Numérique, Chargé du Commerce Extérieur المملكة المغربية الوزارة المنتدبة لدى وزارة

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Mission de prospection multisectorielle JAPON

Mission de prospection multisectorielle JAPON en partenariat avec organise une : Mission de prospection multisectorielle Du lundi 27 au vendredi 31 octobre 2014 A Tokyo et Kobe JAPON [Tapez un texte] 3 ème PIB mondial en 2014 Zoom sur le Japon Superficie

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE RELEVÉ DES S ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE Nomenclature générale des codes de transactions à produire par les Déclarants Directs Généraux Pour application à compter du 1 er juillet 2012 15 décembre

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Présentation de David Cobham Heriot-Watt University, Edinburgh 1 Esquisse: Les variables coloniales dans les modèles de gravité

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

Zones franches et places financières offshore au Maroc

Zones franches et places financières offshore au Maroc Zones franches et places financières offshore au Maroc Actualisation au 1 mai 2002 MINEFI DREE/TRÉSOR Soucieux de consolider sa politique d ouverture commerciale, d améliorer ses capacités d exportation

Plus en détail

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA Global Consulting est une société de consultation internationale, constituée à Tunis. Cette

Plus en détail

DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE. Do you Renminbi?

DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE. Do you Renminbi? ENTREPRISES COMMERCE INTERNATIONAL DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE Do you Renminbi? PROSPECTEZ ET LANCEZ-VOUS SUR LE MARCHÉ CHINOIS ADOPTEZ LE RENMINBI, LA DEVISE CHINOISE SÉCURISEZ ET FINANCEZ VOS

Plus en détail

Comprendre la Malaisie 13. Données et tendances de l économie... 30

Comprendre la Malaisie 13. Données et tendances de l économie... 30 Sommaire Préface......................................................................... 7 Comprendre la Malaisie 13 Repères essentiels....................................................... 15 Chiffres

Plus en détail

3. Libre circulation des marchandises (y compris l Union douanière)

3. Libre circulation des marchandises (y compris l Union douanière) X. DROIT EUROPEEN 0. Revues 1. Ouvrages généraux : traités, manuels encyclopédies, dictionnaires sur l Union européenne a. Recueils de textes de droit européen (primaire et dérivé) 2. Libertés de circulation

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Occasions d affaires en Fédération de Russie

Occasions d affaires en Fédération de Russie Occasions d affaires en Fédération de Russie Justine Hendricks Vice-présidente, Groupe des ressources Énoncé des occasions d affaires La Russie est un marché exigeant qui offre des occasions d affaires

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

des changes : Application pratique des principes du contrôle des changes

des changes : Application pratique des principes du contrôle des changes La réglementation r des changes : Application pratique des principes du contrôle des changes Le contrôle des changes Définition = système de réglementation des mouvements de fonds entre les résidents et

Plus en détail

Le Marché des Changes haïtien

Le Marché des Changes haïtien Le Marché des Changes haïtien Le taux de change Vers la fin des années 1980 la parité fixe de 5 gourdes pour 1 dollar américain qui prévalait depuis plus de 60 ans allait progressivement disparaître en

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010

Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010 Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010 30 mars 2011 UCPF - 88 Avenue Kléber - 75116 PARIS Tél : 01.55.73.32.32 - Fax : 01.55.73.32.33 www.ucpf.fr - email : ucpf@ucpf.fr

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 en quelques chiffres (Loi de finances initiale) Évaluation des recettes perçues par l État en 2014 (art. 60 de la loi de finances initiale pour 2014) RECETTES FISCALES

Plus en détail

Les Politiques macro-économiques

Les Politiques macro-économiques Politique Financière Politique Monétaire Politique Fiscale Les Politiques macro-économiques Politique Budgétaire Politique de Crédit Politique Commerciale Politique d Investissement Jocelerme PRIVERT POLITIQUE

Plus en détail

L élaboration de ce dossier a été coordonnée par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor, avec les contributions des

L élaboration de ce dossier a été coordonnée par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor, avec les contributions des L élaboration de ce dossier a été coordonnée par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor, avec les contributions des sous-directions Diagnostic et prévisions, Financement international

Plus en détail

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS Les Emirats bénéficient d'une des économies les plus dynamiques au monde. Réputé pour sa beauté naturelle et son "art de vivre", Dubaï a également acquis la réputation

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Vous manquez de place? Vous cherchez un prestataire logistique? Un lieu de conditionnement?

Vous manquez de place? Vous cherchez un prestataire logistique? Un lieu de conditionnement? Vous manquez de place? Vous cherchez un prestataire logistique? Un lieu de conditionnement? Nous vous offrons un entrepôt de stockage modulable selon vos attentes défiant toute concurrence avec la main

Plus en détail

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance Avant - Économie congolaise caractérisée par un tissu industriel délabré - Infrastructures socio-économiques de base détruites - Inflation galopante - Monnaie chancelante Après - Ambitieux programme de

Plus en détail

Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc. Mr. Marwane MANSOURI

Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc. Mr. Marwane MANSOURI Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc Mr. Marwane MANSOURI Chef de la Division des Etudes et de l Information Direction des Investissements Amman, Jordanie 4 septembre 2007 Direction des Investissements,

Plus en détail

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Plan de la fiche 1. Notions de base 2. Problèmes économiques et sociaux 3. Théories et auteurs 4. Repères historiques La croissance économique dans le monde est-elle

Plus en détail

FICHE PAYS CHILI. Données générales. Données politiques. Superficie : 756 096 km 2 soit 1,4 fois la superficie de la France

FICHE PAYS CHILI. Données générales. Données politiques. Superficie : 756 096 km 2 soit 1,4 fois la superficie de la France CHILI Source : «GEOATLAS.com» Données générales Superficie : 756 096 km 2 soit 1,4 fois la superficie de la France (plus 1 250 000 km 2 revendiqués en Antarctique) Capitale : Santiago (5,9 millions d habitants)

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Profils du consommateur américain

Profils du consommateur américain Profils du consommateur américain Septembre 2007 MINEFE DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001 Il n existe pas un consommateur américain Les Etats-Unis

Plus en détail

WWW.INVEST.GOV.MA. Réformes et libéralisation des investissements Maroc. Souraya Ouali 26 juin 2007

WWW.INVEST.GOV.MA. Réformes et libéralisation des investissements Maroc. Souraya Ouali 26 juin 2007 Réformes et libéralisation des investissements Maroc Souraya Ouali 26 juin 2007 Direction des Investissements, email : info@invest-in-morocco.gov.ma 1 Réformes et libéralisation des investissements au

Plus en détail

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver?

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? «Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? Mme BLEYER et M. LEMESRE (Banque Populaire) M. BREHIER (Oséo) M. BRUN (Coface) M. HAM (DIRRECTE) Sommaire 1. Je m informe Grâce

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Présentation du 30 septembre 2010 «SÉMINAIRE ET RENCONTRES D AFFAIRES MAROC : Le réseau de Finances et Conseil Méditerranée au service du

Présentation du 30 septembre 2010 «SÉMINAIRE ET RENCONTRES D AFFAIRES MAROC : Le réseau de Finances et Conseil Méditerranée au service du Présentation du 30 septembre 2010 «SÉMINAIRE ET RENCONTRES D AFFAIRES MAROC : Le réseau de Finances et Conseil Méditerranée au service du développement des PME» Le Groupe Crédit du Maroc 1 Le Groupe Crédit

Plus en détail