Liban. Source : «GEOATLAS.com 2009 Graphi-Ogre»

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Liban. Source : «GEOATLAS.com 2009 Graphi-Ogre»"

Transcription

1 Liban Source : «GEOATLAS.com 2009 Graphi-Ogre» Données générales Superficie : km² Capitale : Beyrouth (1,5 million d habitants). Monnaie : livre libanaise (LBP), indexée sur le dollar américain. 1 EUR = LBP (11 septembre 2012) Langue : arabe Population : 4,1 millions (estimation 2010). Source : «GEOATLAS.com 2009 Graphi-Ogre» Démographie : Population urbaine : 88 % de la population totale. Densité : 359 hab/km² (2005). Indice de fécondité : 2,28 enfants par femme en Tranches d âges : ans : 37,2 % de la population ; ans : 55,3 % de la population ; - 65 ans et plus : 7,4 % de la population. Infrastructures Réseau routier : km. Données politiques Type de régime Le Liban est une république parlementaire dont la Constitution date de Depuis, celle-ci a été amendée à plusieurs reprises, dont deux fois de manière significative : en 1943, puis en 1990, pour tenir compte des modifications apportées par les accords de Taëf. Avant 1990, le pouvoir était concentré dans les mains du président de la République. L Assemblée nationale était élue au suffrage universel et les députés élisaient le président. Les accords de Taëf de 1989 modifient profondément le paysage politique en transférant une partie de l exécutif au Conseil des ministres et en renforçant le rôle du président de l Assemblée, dont les 128 sièges de députés, élus au suffrage universel direct, sont répartis de manière égale entre les chrétiens et les musulmans, pour un mandat de quatre ans UBIFRANCE

2 FOCUS EXPORT PAYS Le pouvoir législatif est monocaméral. La structure administrative, juridique et judiciaire du pays est largement inspirée du système français. L essentiel des décisions politiques ou sociales est centralisé dans la capitale, les administrations locales ayant peu de pouvoir. Chaque ordre de juridiction est placé sous l égide d une instance prestigieuse, Cour de cassation et/ou Conseil d État. Le Conseil constitutionnel et le tribunal militaire jouent également un rôle important dans l application du droit. Les prochaines élections : Les prochaines élections se déroulant au Liban seront les élections législatives, au printemps 2013, tandis que la prochaine élection présidentielle aura lieu en Les principaux dirigeants : Président : Michel SLEIMAN, élu le 25 mai Premier ministre : Najib MIKATI, désigné le 25 janvier 2011, a formé un nouveau gouvernement le 13 juin Président de l Assemblée nationale : Nabih BERRY, réélu pour 4 ans en juin Données économiques Principaux indicateurs économiques Indicateurs France (2011) PIB (milliards USD) 34,7 37, Mds USD Déficit public en % du PIB - 8,3-7,7-5,6 5,2 % Dette publique en % du PIB ,8 % PIB par habitant USD Taux de croissance 8,5 7 1,5 1,7 % Taux d inflation 1,2 4,5 5 2,3 % Sources : Commission européenne, INSEE. Situation économique du pays Les services du Fonds monétaire international (FMI) évaluent à 1,5 % la croissance en volume du PIB en 2011, après avoir atteint environ 8 % par an en moyenne sur la période De son côté, l inflation, relativement maîtrisée depuis le début des années 2000, serait passée de 4,5 % en 2010 à 5 % en Les incertitudes liées à l évolution de la crise syrienne ainsi qu une conjoncture économique mondiale morose ont provoqué cette baisse de l activité tout au long de l année. Deux des trois «poumons» de l économie libanaise, le secteur immobilierconstruction et celui du tourisme-consommation n ont pas été aussi dynamiques que les années précédentes. Seul le secteur bancaire a terminé l année avec des indicateurs d activité pouvant être considérés comme satisfaisants. S agissant des comptes publics, la dégradation a été moins marquée que prévue. Le déficit public aurait atteint 5,6 % du PIB en 2011 (au lieu de 7,7 % du PIB en 2010) et le poids relatif de la dette publique par rapport au PIB a continué de diminuer (il atteint 136 % en 2011, au lieu de 142 % en 2010). La forte augmentation des recettes non fiscales a compensé la rigidité croissante de la dépense publique et l absence de consensus politique pour augmenter les recettes fiscales (notamment le taux moyen de la TVA qui est actuellement de 10 %). Au regard de l évolution du contexte politique et économique régional, le scénario économique de l année 2011 a toute chance de se reproduire en Le taux de croissance du PIB devrait être compris entre 1 % et 1,5 % et l inflation serait comparable à celle de l an dernier (malgré la hausse des salaires). ues

3 Cependant la situation des comptes publics semble se détériorer en Le déficit public a augmenté de plus de 30 % entre le premier semestre 2011 et le premier semestre 2012 (il devrait dépasser les 9 % du PIB sur l ensemble de l année 2012) et le ratio dette publique/pib ne diminuerait pas par rapport à ce qu il était à la fin de l année 2011, ce qui constitue une rupture avec la tendance à la baisse qu il a connu depuis le milieu des années Accords politiques, juridiques et multilatéraux Le Liban est un pays résolument tourné vers l extérieur. L étroitesse de son marché et sa faible dotation en ressources naturelles exploitables lui imposent une politique commerciale libérale. Des accords de libre-échange ont été signés entre le Liban et ses principaux partenaires commerciaux, à savoir l Union européenne (UE) en 2002, les États de l AELE (Suisse, Liechtenstein, Norvège, Islande) en 2004 et les Pays du Golfe (CCG) en Un marché de libre-échange arabe a même été créé en 2005 via la signature des accords du Gafta. La libéralisation du commerce implique la modernisation de la législation commerciale par la simplification des procédures et l assouplissement des restrictions. À l exception d un nombre restreint de produits (armes et munitions, produits toxiques, narcotiques, produits alimentaires dont la durée de validité est inférieure à deux mois ), la plupart des marchandises est libre à l importation et n est soumise à aucune restriction. Certains produits agricoles (agrumes, pommes de terre, olives, pêches et abricots ) sont soumis à des périodes d ouverture, ou interdits à l importation. Le Liban a déposé sa candidature pour une adhésion à l OMC en janvier Le groupe de travail, chargé du dossier, est entré dans la dernière phase du processus d adhésion. Commerce extérieur Importations en 2011 : 20,2 milliards USD ; Exportations en 2011 : 4,3 milliards USD. Poids de la France dans les importations du [pays] : 5,45 % des importations du Liban. État des lieux du commerce extérieur Le volume des échanges commerciaux (de biens) du Liban aurait atteint plus de 24,4 milliards USD en 2011, soit une progression de près de 10 % par rapport à Structurellement déficitaire (absence de ressources naturelles, faiblesse de l industrie, etc.), le solde de la balance commerciale libanaise s est encore aggravé en 2011 à - 15,9 milliards USD, soit une hausse de 15,9 % par rapport à Ce déficit est plus de deux fois plus important qu en Cette situation pèse sur le solde courant, qui suit la même évolution, avec une augmentation du déficit courant qui atteint 14,4 % du PIB en La dégradation du compte courant associé à une diminution des investissements étrangers en 2011 a pour conséquence de réduire l excédent de la balance des paiements, qui est passé de 2,8 milliards USD en 2010 à 0,4 milliard en Le déficit de la balance commerciale devrait s accroître en 2012, celui du compte courant se stabiliserait à un niveau voisin de celui de Malgré cela, la situation de la balance des paiements devrait s améliorer et elle pourrait connaître un excédent proche de celui de 2010 (environ 3 milliards USD). Enfin, le stock d avoirs en devises qui, même s il stagne ou n augmente que faiblement, devrait représenter de 10 à 11 mois d importations de biens et services UBIFRANCE

4 La France est le 4 e fournisseur du Liban en 2011, progressant d une place par rapport à avec une part de marché s élevant à 7 % (1,1 milliard EUR d exportations). La France se classe derrière les États-Unis (10 % de parts de marché), l Italie (9 %) et la Chine (8 %), mais devant l Allemagne (6 %). Les exportations françaises ont progressé de + 21,2 % en 2011 par rapport à Malgré le ralentissement de l activité économique au Liban, nos exportations ont augmenté notamment dans les secteurs des produits pétroliers raffinés (+ 60 %), des équipements électriques et ménagers (+ 21,3 %), et des produits chimiques, parfums et cosmétiques (+ 18,5 %). Cette hausse est remarquable au regard des chiffres de l année 2010 (progression de + 5 % des exportations hors aéronefs). La France était le 3 e client du Liban en 2010, et son 16 e client en 2011 avec une part de marché s élevant à 1 % (40,2 millions). Les importations de biens libanais en France ont augmenté de + 20 % en 2011 par rapport à L augmentation des importations se retrouve dans les secteurs des objets d art, d antiquité et de collection (+ 251 %), des produits manufacturés divers (+ 126 %), et des produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l aquaculture (+ 82 %). En revanche, une baisse sensible est à noter dans les secteurs des produits chimiques, parfums et cosmétiques (- 50 %), des produits métallurgiques et métalliques (- 36 %) et du bois papier et carton (- 32 %). Le déséquilibre structurel de la balance commerciale bilatérale en faveur de la France se maintient : ainsi, le solde de la balance commerciale s est élevé à 1,1 milliard EUR en Principaux produits échangés entre la France et le Liban, 2011 Principaux produits exportés par la France vers le Liban en 2011 Principaux produits importés par la France du Liban en er Produits pétroliers raffinés et coke 39,6 % 1 er Équipements mécaniques, matériel 30,2 % électrique, électronique 2 e Équipements mécaniques, matériel 10,3 % 2 e Produits manufacturés divers 20,9 % électrique, électronique 3 e Produits des industries agroalimentaires 9,9 % 3 e Produits des industries agroalimentaires 17 % 4 e Produits chimiques, parfums et cosmétiques 7,6 % 4 e Textiles, habillement, cuirs et chaussures 5 e Produits pharmaceutiques 8 % 5 e Produits divers 5,7 % 10 % Source : Douanes françaises, en % du total des exportations vers le Liban Source : douanes françaises, en % du total des importations libanaises Les bonnes raisons de s intéresser au marché libanais Ouvert et francophone, le marché libanais est particulièrement accueillant pour les produits français, tous secteurs confondus, et a de plus la particularité d offrir une ouverture régionale exceptionnelle, profitant de sa position de carrefour entre l Europe et le Proche et Moyen-Orient. Ce marché se distingue par : - une économie libéralisée, avec un PIB qui croît au taux annuel moyen de 4,9 % depuis 1990 ; - un marché libanais d importations : celles-ci représentent en valeur 70 % du PIB ; - un pays francophone, et francophile, ce qui s explique par les liens historiques forts entre les deux pays ; - une main-d œuvre qualifiée et trilingue, notamment grâce aux excellentes infrastructures dédiées à l éducation ; - une plate-forme régionale et une porte d entrée du Proche et Moyen-Orient ; - un secteur bancaire très solide (10 % du PIB) ; - un mode de consommation très occidentalisé, présentant un attrait particulier pour les produits français, notamment les produits innovants ; - des partenaires incontournables dans tous les secteurs d activités, et connus du Bureau UBIFRANCE UBIFRANCE

5 Les secteurs porteurs et la présence française Les secteurs du BTP, de l énergie et de l électricité Le secteur du BTP et second-œuvre du bâtiment est un secteur clé de l économie libanaise (10 % du PIB), avec d importants projets touristiques, hôteliers et résidentiels de luxe, notamment. La demande pour ces produits est couverte à hauteur de 75 % par des importations. Les opportunités sont nombreuses dans le domaine de l électricité et de l énergie, avec la construction de nouvelles centrales de production électrique et l entretien des centrales existantes. De nouvelles opportunités apparaissent avec la prochaine exploitation des réserves en offshore, sous réserve de la mise en place attendue de l Autorité de régulation du pétrole. Les biens de consommation Ce secteur est porteur au Liban, notamment pour les produits français considérés comme prestigieux et de qualité. La demande sur la majorité des segments demeure importante. Ce phénomène est renforcé par la forte convergence des comportements d achat des consommateurs. Le marché du luxe est étendu et dynamique tout au long de l année. La clientèle est constituée de Libanais, ainsi que d habitants et de touristes des pays du Golfe (EAU, Arabie saoudite, Koweït et Qatar). L offre française est significative et très bien positionnée sur l ensemble des segments du marché libanais du luxe : mode et accessoires, cosmétiques, ameublement, gastronomie, arts de la table (nappes, verrerie, etc.) La France est le premier fournisseur du Liban en produits de luxe. Le développement du secteur immobilier et la multiplication des investissements des pays du Golfe dans les secteurs touristique et résidentiel de luxe a permis de soutenir la demande dans le secteur de l architecture d intérieur et plus généralement celui de l ameublement et de la décoration. Les produits de qualité, plutôt européens, concernent les secteurs résidentiel moyen et de luxe, commercial, hôtelier, de la restauration et des night clubs, ainsi que les bureaux. Le marché libanais est également très porteur pour les produits innovants. Le secteur du matériel médical, du fait de la progression du nombre de clients étrangers provenant des pays du Golfe et de la diaspora libanaise, présente de nombreuses opportunités, grâce notamment au tourisme médical ou à la chirurgie esthétique. Il faut également mentionner les produits pharmaceutiques où la France détient déjà 20 % des parts d un marché, en pleine croissance. Le secteur des produits cosmétiques et du bien-être est en continuelle expansion et diversification. On note une croissance au Liban de la demande touchant au secteur de la beauté (soins du visage et du corps) en raison de l essor du nombre de salons et d instituts de beauté, notamment à Beyrouth. Le secteur agroalimentaire Le Liban n est pas autosuffisant dans le secteur agroalimentaire : le pays importe près de 70 % des produits alimentaires, des vins et des spiritueux consommés. Il est intéressant de noter qu il existe dans ce secteur une convergence des comportements d achat et que les consommateurs libanais apprécient les produits français. La France est traditionnellement le 1 er fournisseur du Liban pour les vins et champagnes (la France représente 63 % des importations de vins de raisins frais au Liban en 2011). Les importations ont progressé de 23 % entre 2008 et 2011, encouragées par la récente baisse des droits de douane à l importation des vins. La filière de l agriculture biologique s organise au Liban, avec la multiplication des opérateurs : agriculteurs, transformateurs, distributeurs et importateurs. De nouvelles exploitations labellisées bio sont apparues dans presque toutes les filières : les légumes et fruits en priorité, l huile d olive, les œufs, les conserves En 2008 (derniers chiffres connus), hectares étaient dédiées à l agriculture biologique, contre 200 en Ce sont désormais 250 fermes qui travaillent dans ce domaine. Le secteur des nouvelles technologies, de l innovation et des services Le marché des TIC connaît une croissance très rapide, soutenue par une main-d œuvre locale qualifiée, la création de logiciels performants, et de nombreux fournisseurs de contenu média. Les investissements massifs dans les UBIFRANCE

6 infrastructures de télécommunications et le développement programmé des réseaux à haut-débit devraient stimuler la demande d équipements (modems, routeurs avec et sans fil, commutateurs, cartes d interfaces ), d équipements pour les infrastructures (câbles, fibre optique, ) et de matériel de sécurité informatique (boîtiers pare-feu, chiffreurs IP, cartes à puce, etc.). Le marché des télécommunications dispose d un fort potentiel de croissance, mais reste pour l instant en attente de libéralisation. Le Liban pourrait devenir un pôle régional de services de télécommunications si les réformes nécessaires au secteur sont menées à bien. Des possibilités se présentent avec l amélioration de la connexion Internet (haut-débit) grâce au déploiement du réseau de fibre optique. La 3G, qui a commencé à être mise en place fin 2011, devrait offrir de nombreuses opportunités dans le domaine de l Internet mobile, des services e-banking, des applications mobiles, etc. La grande distribution, à dominante alimentaire, présente un potentiel très intéressant. De nombreuses enseignes étrangères sont présentes au Liban, qui est un tremplin pour atteindre une dizaine de destinations au Proche et Moyen-Orient. Le secteur de la banque et des services financiers, moteur de la croissance libanaise (plus de 10 % du PIB en 2011), est un secteur fiable, encadré et développé où les capitaux sont en libre circulation et la livre libanaise est ancrée au dollar. Le secteur des services du tourisme, voyages et transports représente une part importante de l activité de l économie libanaise (près de 10 % du PIB en 2011). Le nombre croissant de touristes (plus de 1,5 M en 2011), de projets immobiliers et de loisirs afférents offre des perspectives intéressantes. Les investissements Source : Ubifrance IDE français au Liban (en M EUR) Les investissements L économie libanaise est très attractive pour les investisseurs étrangers : en témoigne la constante progression des flux d IDE vers le pays qui se sont établis à 4,7 milliards USD en 2010 (en progression de + 88 % par rapport à 2004), dont 69 % dans le secteur immobilier et 24 % dans le secteur des services et plus de 4 milliards en 2011 (avec une croissance plus faible : 1,5 %). La part des IDE dans le PIB a diminué depuis 2009 en passant de 13,8 % à 9 % en Hors pays arabes, la France reste l un des premiers investisseurs au Liban avec un stock d investissements directs (IDE) estimé à 405 millions EUR en 2010, montant en progression de 40 % par rapport à UBIFRANCE

7 Environnement des affaires et conseils pratiques Les pratiques commerciales du pays Mode de règlement S agissant des entreprises, les contrats internationaux peuvent prévoir le règlement des créances dans la devise choisie par les parties. Les facilités de paiement sont monnaie courante et fluctuent entre 90 et 180 jours. Tous les moyens de paiement sont possibles mais la lettre de crédit, confirmée et irrévocable, est le mode de paiement le plus communément utilisé pour garantir le paiement des marchandises importées. Quelques éléments sur l environnement des affaires : - L accès au marché libanais est relativement aisé et peu de contraintes sont imposées aux investisseurs étrangers qui souhaitent créer une société 1, une agence ou une succursale (sous réserve d obtention d un permis du ministère de l Économie et du Commerce). - Le Liban s est doté d un cadre juridique moderne qui protège les droits et avoirs des investisseurs étrangers et qui leur oppose peu d obstacles. En l absence de code spécifique, les sociétés à participation étrangère sont, de fait, assujetties au droit commun en matière commerciale, de législation du travail et de fiscalité. - Investisseurs locaux et étrangers sont soumis au même code du commerce, exception faite des acquisitions de terrain et des investissements dans le secteur des médias. - Avec un taux d impôt sur les bénéfices des sociétés de 15 %, les entreprises sont assujetties à une pression fiscale, de droit commun, parmi les plus faibles du monde. Des exonérations fiscales partielles ou totales sont accordées aux entrepreneurs, locaux ou étrangers, investissant dans des zones défavorisées désignées ou dans certains secteurs-clés (tourisme, industrie, agroalimentaire, agriculture, télécommunications et technologies de l information). Règles de communications lors des contacts professionnels et personnels : La langue officielle est l arabe. C est dans cette langue que sont diffusés la plupart des journaux de la presse quotidienne et les principales chaînes de télévision, mais le français et l anglais sont très répandus. S il n est pas rare de rencontrer des Libanais qui ne parlent qu arabe, les décideurs parlent au moins deux langues. L homme d affaires français en prospection devra être capable de s exprimer en anglais s il veut renconrer l ensemble des responsables de son domaine, mais son français lui sera utile la plupart du temps. Conseils et renseignements pratiques Site de l Ambassade de France au Liban : Site du bureau UBIFRANCE Liban : Formalités : Un passeport en cours de validité est obligatoire pour l entrée sur le territoire libanais. Le visa est également obligatoire, sauf pour les ressortissants arabes. Les visas peuvent être obtenus en France aux adresses suivantes : Ambassade du Liban à Paris 3 villa Copernic Paris Tél. : Consulat du Liban à Paris 123 avenue Malakoff Paris Tél. : Consulat général du Liban à Marseille 2 avenue Parc Borely Marseille Tél. : Office du tourisme du Liban à Paris 124 rue du Faubourg Saint Honoré Paris Tél. : Plusieurs types de société peuvent être créés : société anonyme, société à responsabilité limitée, société holding, société offshore, société de personnes, société en participation UBIFRANCE

8 Les ressortissants français peuvent également obtenir un visa touristique sans aucun problème à l arrivée à l aéroport international de Beyrouth. Le passage de la frontière israélo-libanaise est actuellement impossible. Il est impératif de ne pas avoir de visa d Israël sur le passeport présenté, sous peine d expulsion immédiate et de retour au pays d origine. Téléphone (numérotation) : France Liban : Composer le suivit du numéro du correspondant, puis le code à un chiffre de larégion, et enfin les six chiffres du numéro. Liban France : Composer le (indicatif de zone) suivit du numéro du correspondant (sans le 0 initial). Décalage horaire : Le Liban a un décalage horaire de + 1 heure avec la France, en hiver comme en été. Les changements d heure s effectuent aux mêmes dates qu en France. Bon à savoir : Aucune vaccination n est obligatoire pour venir au Liban. Il est cependant conseillé d être à jour dans ses vaccinations traditionnelles, contre les hépatites A et B et contre la diphtérie et la coqueluche pour les enfants. Il est fortement recommandé de contracter uen assurance pour soins médicaux et pour rapatriement sanitaire avant le départ. En matière sanitaire, il est impératif de boire de l eau minérale en bouteille dans la mesure où l eau courante n est pas potable. Aérien : Compagnies aériennes desservant Beyrouth : Air France (en direct depuis Paris et Marseille), Middle East Airlines (en direct depuis Paris), Alitalia, Austrian airlines, British Airways, Cyprus Airlines, Lufthansa, Olympic Airways, Swissair. Déplacements : L aéroport international de Beyrouth se situe à quelques kilomètres au sud du centre-ville (6-8 km). Prix moyen du taxi entre l aéroport et le centre-ville : à LBP. UBIFRANCE au Liban : Espace des Lettres - Rue de Damas - Beyrouth - LIBAN - Tél : +961 (0) Fax : +961 (0) Autres contacts sur place : Ambassade de France et consulat Rue de Damas - Espace des Lettres Ras El-Nabaa - Beyrouth / Tél. : [961] (1) Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) Section Liban : École Supérieure des Affaires : Les bonnes pratiques en matière de commerce international En matière de commerce international, le paiement de «faveurs» peut s avérer une pratique courante afin de favoriser la conclusion d une affaire. Une quelconque facilité (matérielle ou pécuniaire) peut être attendue en échange de services fournis par l administration, ou par d autres entreprises. Ainsi, certaines entreprises qui travaillent régulièrement à l international peuvent être invitées à payer des pots-de-vin en vue de gagner des contrats, ou des «pourboires» afin d obtenir un traitement prioritaire de leur dossier au sein des administrations UBIFRANCE

9 L entreprise doit cependant être consciente que pratiquer la corruption peut être dangereux d une part parce que certains pays la condamnent fortement aux travers de mesures anti-corruption, d autre part parce que la corruption peut avoir des implications directes sur la gestion de l entreprise. Le manager international doit être très attentif à tracer une ligne distincte entre «la voie raisonnable» pour faire du commerce international, et des pratiques relevant directement de la corruption. Les pots-de-vin ouvrent la voie vers une performance de mauvaise qualité et à la perte de repères moraux parmi le personnel de l entreprise. La corruption mène à la propagation de pratiques commerciales contraires à l éthique. C est pourquoi l OCDE a adopté une convention, en décembre 1997, sur la lutte contre la corruption qui établit des normes juridiquement contraignantes tendant à faire de la corruption d agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales une infraction pénale et prévoit un certain nombre de mesures visant à mettre en œuvre efficacement cette infraction. Notre Agence souscrit aux principes de cette convention et invite l ensemble de ses clients à prendre connaissance du décret n du 28 septembre 2000 portant publication de cette Convention et à en mesurer les enjeux dans le cadre de leurs pratiques professionnelles. UBIFRANCE vous propose quatre gammes complètes de produits et services d accompagnement pour vous aider à identifier les opportunités des marchés et à concrétiser vos projets de développement international. Gamme Conseil : pour obtenir la bonne information sur les marchés étrangers et bénéficier de l expertise des spécialistes d UBIFRANCE. Gamme Contact : pour identifier vos contacts d affaires et vous faire bénéficier de centaines d actions de promotion à travers le monde. Gamme Communication : pour communiquer à l étranger sur votre entreprise, vos produits et votre actualité. Volontariat International en Entreprise (VIE) : pour optimiser votre budget ressources humaines à l international Retrouver le détail de nos produits sur : Ubifrance Toute reproduction, représentation ou diffusion, intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, sur quelque support que ce soit, papier ou électronique, effectuée sans l autorisation écrite expresse d Ubifrance, est interdite et constitue un délit de contrefaçon sanctionné par les articles L et L du code de la propriété intellectuelle. Clause de non-responsabilité : Ubifrance ne peut en aucun cas être tenu pour responsable de l utilisation et de l interprétation de l information contenue dans cette publication dans un but autre que celui qui est le sien, à savoir informer et non délivrer des conseils personnalisés. Les coordonnées (nom des organismes, adresses, téléphones, télécopies et adresses électroniques) indiquées ainsi que les informations et données contenues dans ce document ont été vérifiées avec le plus grand soin. Toutefois, Ubifrance ne saurait en aucun cas être tenu pour responsable d éventuels changements. Auteur : UBIFRANCE Liban Bureau de Beyrouth Adresse : Espace des Lettres, Rue de Damas, Beyrouth - Liban Rédigée par : Flavien Piticco Revue par : Henri Castorès Version originelle du : 24 septembre 2012 Version mise à jour le 28 septembre 2012 Prestation réalisée sous système de management de la performance certifiée BVC ISO 9001 : UBIFRANCE

Source : «GEOATLAS.com 2009 Graphi-Ogre»

Source : «GEOATLAS.com 2009 Graphi-Ogre» Liban Source : «GEOATLAS.com 2009 Graphi-Ogre» Données générales Superficie : 10 452 km² Capitale : Beyrouth (1,5 million d habitants) Monnaie : livre libanaise (LBP), indexée sur le dollar américain.

Plus en détail

1- Depuis la reprise amorcée en 2010, le commerce bilatéral progresse à un rythme relativement soutenu

1- Depuis la reprise amorcée en 2010, le commerce bilatéral progresse à un rythme relativement soutenu Mexique : 2013, année record pour le commerce francomexicain DG Trésor Février 2014 En 2013, le montant des échanges commerciaux entre la France et le Mexique, bien qu encore relativement modeste, a atteint

Plus en détail

Comprendre l Ouzbékistan 15

Comprendre l Ouzbékistan 15 Préface.......................................................................... 7 Comprendre l Ouzbékistan 15 Repères essentiels........................................................ 17 Chiffres clés

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION DOSSIER D INSCRIPTION SRI LANKA, Colombo Mission de prospection DU 30 MARS AU 3 AVRIL 2015 [ Contact ] CGPME Rhône-Apes 55 rue Sergent Michel Berthet 69009 LYON Tel : 04 72 53 74 74 Sandy Argoud 06 04

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

Comprendre le Maroc 13

Comprendre le Maroc 13 Préface.......................................................................... 5 Comprendre le Maroc 13 Repères essentiels........................................................ 15 Territoire et ressources....................................................

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Pourquoi une forte demande des PME en Sourcing Asie?

Pourquoi une forte demande des PME en Sourcing Asie? Sourcing en Asie Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département Développement International de la Chambre de Commerce et d Industrie de Saint-Etienne / Montbrison Tél : 04.77.43.04.50

Plus en détail

RENCONTRES ACHETEURS Mission Luxe Liban Beyrouth 21 22 février 2012

RENCONTRES ACHETEURS Mission Luxe Liban Beyrouth 21 22 février 2012 RENCONTRES ACHETEURS Mission Luxe Liban Beyrouth 21 22 février 2012 Après le succès rencontré par l opération Luxe en 2011, la Mission Economique de Beyrouth Ubifrance, vous propose de découvrir ou redécouvrir

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros)

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros) 116/2015-26 juin 2015 Sommet Union européenne Chine Hausse significative du commerce de biens et de services de l UE avec la Chine en 2014 Déficit de l UE pour les échanges de biens, excédent pour les

Plus en détail

Performance Compte Étranger

Performance Compte Étranger Performance Compte Étranger Développement à l'international V L accompagnement personnalisé pour l ouverture d un compte bancaire à l étranger www.entreprises.societegenerale.fr Performance Compte Étranger

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

DG Trésor Septembre 2015

DG Trésor Septembre 2015 Les échanges commerciaux entre la France et le Portugal au premier semestre 2015 (balance des biens) DG Trésor Septembre 2015 Le déficit commercial de la France avec le Portugal a poursuivi sa décrue au

Plus en détail

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014 Banque Centrale de Tunisie Direction Générale des Statistiques Direction de la Balance des Paiements et de la PEG Sous direction des opérations courantes Service du commerce Extérieur Analyse des Echanges

Plus en détail

N 1236 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1236 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 13 novembre 2008 N 1236 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 5 novembre 2008.

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

www.export.midipyrenees.fr

www.export.midipyrenees.fr Note de presse www.export.midipyrenees.fr La plateforme numérique d accompagnement des entreprises de Midi-Pyrénées à l international Lancement officiel vendredi 22 février 2013 Toulouse Service de presse

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Factoring Quand liquidité rime avec sécurité

Factoring Quand liquidité rime avec sécurité Quand liquidité rime avec sécurité Plus de souplesse grâce au factoring. Votre entreprise va connaître une croissance organique, vous souhaitez vous développer à l étranger ou simplement accroître votre

Plus en détail

CLIMAT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITES D INVESTISSEMENT AU NIGER

CLIMAT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITES D INVESTISSEMENT AU NIGER CLIMAT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITES D INVESTISSEMENT AU NIGER 1 Présenté par: BONZOUGOU ABDOULLAHI Conseiller Technique du Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé Plan de la Présentation

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020 Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Toutes les politiques

Plus en détail

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN EXTRAIT DE LA LOI N 2013/004 DU 11 AVRIL 2013 TITRE II CHAPITRE I DES INCITATIONS FISCALES ET DOUANIERES ARTICLE 5. Les incitations

Plus en détail

Partie I L Allemagne

Partie I L Allemagne Partie I L Allemagne Avant-propos L Allemagne est le premier partenaire économique de la France, le plus grand marché de consommateurs en Europe et, selon la banque mondiale, c est le pays qui est actuellement

Plus en détail

AXE 3 AMELIORER FICHE THEMATIQUE 3-4 : LA COMPETITIVITE DES PME L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC. Version adoptée au CPR du 12/12/14 2

AXE 3 AMELIORER FICHE THEMATIQUE 3-4 : LA COMPETITIVITE DES PME L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC. Version adoptée au CPR du 12/12/14 2 AXE 3 AMELIORER LA COMPETITIVITE DES PME FICHE THEMATIQUE 3-4 : L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC Version adoptée au CPR du 12/12/14 2 PRIORITE D INVESTISSEMENT N 3d : Soutien à la capacité des PME à participer

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

Index d encadrés. Bilan : l année méditerranéenne. 453 Med.2010 Index d encadrés

Index d encadrés. Bilan : l année méditerranéenne. 453 Med.2010 Index d encadrés Index d encadrés Bilan : l année méditerranéenne Politiques méditerranéennes Moyen-Orient Vers une communauté de l eau et de l énergie au Moyen-Orient........................ 208 La Turquie-Les Balkans

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Corrigé - Les Laboratoires Cattier

Corrigé - Les Laboratoires Cattier CIE4DME Session 2009 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé - Les Laboratoires Cattier PARTIE I : L ÉTUDE

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

directs, les Sem jouent un rôle majeur dans l immobilier, l aménagement et la gestion des services publics locaux.

directs, les Sem jouent un rôle majeur dans l immobilier, l aménagement et la gestion des services publics locaux. ? Sem, vrai ou faux Avec 1 115 sociétés recensées et 54 200 emplois directs, les Sem jouent un rôle majeur dans l immobilier, l aménagement et la gestion des services publics locaux. Mais que connaissez-vous

Plus en détail

lifelong-learning.lu, la formation tout au long de la vie Services aux offreurs de formation - Tarifs d adhésion

lifelong-learning.lu, la formation tout au long de la vie Services aux offreurs de formation - Tarifs d adhésion Version 1/2015 - Page 1 sur 6 Services aux offreurs de formation - Tarifs d adhésion Packages «Offreurs de formation» Formations Appels d offres Portrait 1 Présentation de votre organisme sur le portail

Plus en détail

SIMME & 3 4 2012 PALEXPO

SIMME & 3 4 2012 PALEXPO LE MAROC CHEZ-VOUS organise sous l égide du Ministère de l Urbanisme, de l Habitat et de l Aménagement de l Espace et en partenariat avec la Chambre du Commerce d industrie et des Services de Casablanca

Plus en détail

Occasions d affaires en Fédération de Russie

Occasions d affaires en Fédération de Russie Occasions d affaires en Fédération de Russie Justine Hendricks Vice-présidente, Groupe des ressources Énoncé des occasions d affaires La Russie est un marché exigeant qui offre des occasions d affaires

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

ASSOCIATION France MAURICE (Association loi 1901) Développement économique en milieu insulaire PAR DIDIER MERLE

ASSOCIATION France MAURICE (Association loi 1901) Développement économique en milieu insulaire PAR DIDIER MERLE ASSOCIATION France MAURICE (Association loi 1901) Développement économique en milieu insulaire PAR DIDIER MERLE La croissance économique mauricienne prendra réellement son essor au cours des années soixante-dix

Plus en détail

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA Global Consulting est une société de consultation internationale, constituée à Tunis. Cette

Plus en détail

EXCELLENTS RÉSULTATS INTÉGRATION DE SUMMIT RÉUSSIE ET SYNERGIES RÉALISÉES TOUJOURS PRÊT POUR DE NOUVELLES ACQUISITIONS

EXCELLENTS RÉSULTATS INTÉGRATION DE SUMMIT RÉUSSIE ET SYNERGIES RÉALISÉES TOUJOURS PRÊT POUR DE NOUVELLES ACQUISITIONS 27 février 2008 COMMUNIQUÉ POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Diffusion restreinte au Canada uniquement. Ce communiqué ne doit faire l objet d aucune diffusion aux États-Unis par l entremise d agences de transmission.

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

La demande touristique et ses évolutions. 1. État actuel de la demande touristique

La demande touristique et ses évolutions. 1. État actuel de la demande touristique III. La demande touristique et ses évolutions 1. État actuel de la demande touristique Les statistiques internationales et européennes : Croissance du tourisme international de 5 à 6 % en 2005 Forte croissance

Plus en détail

Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Cahier des charges

Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Cahier des charges Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Division de la Qualité et de la Sécurité Industrielle Cahier des charges relatif à la sélection des entreprises et organismes

Plus en détail

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI PAR LA CREATION D ACTIVITES FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS ASSOCIATIFS Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 8.3 : promotion d'emplois pérennes

Plus en détail

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS Présenté par : YEO SIONLE Date : 4 au 6 novembre 2009 Lieu : CCT/BNETD Département des Etudes Economiques et Financières Plan

Plus en détail

VILLE D ANZIN. Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce. Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux

VILLE D ANZIN. Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce. Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux VILLE D ANZIN Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce PREALABLE : Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux Règlement d attribution des aides financières directes

Plus en détail

CBI La garantie d un partenariat sur mesure

CBI La garantie d un partenariat sur mesure CBI La garantie d un partenariat sur mesure CBI, l expert pour la promotion des exportations en provenance des pays en développement L achat de produits ou l externalisation d activités dans des pays en

Plus en détail

Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1-Communiqué de presse

Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1-Communiqué de presse Dossier de presse Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1- Communiqué de presse 2- Maroc-Fédération de Russie : Focus économique 3- Les atouts du Maroc agroalimentaire pour se positionner dans le marché russe. 4- Perspectives

Plus en détail

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine.

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Afin d en profiter, le Plan d Epargne en Actions (1) (PEA) et le Plan d Epargne

Plus en détail

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Commentaire Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014 Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Le Conseil constitutionnel a été saisi le 18 août 2014, par

Plus en détail

Résultat du commerce extérieur

Résultat du commerce extérieur Publication Statistique P 0104 Résultat du commerce extérieur Octobre 2012 Prochaine publication Novembre 2012 06 Décembre 2012 Date prévue de parution Pour plus de détails, contacter l unité information

Plus en détail

440 hectares 2 milliards d euros

440 hectares 2 milliards d euros EUROSITY EUROSITY, UNE PLATEFORME SINO-EUROPéENNE UNIQUE EN EUROPE Une plateforme innovante de coopération industrielle, commerciale et académique, d une ampleur sans précédent, entre la France et la Chine,

Plus en détail

Canada-Suisse. Alexandre Gauthier* Publication n o 2011-130-F Le 15 novembre 2011

Canada-Suisse. Alexandre Gauthier* Publication n o 2011-130-F Le 15 novembre 2011 Canada-Suisse Publication n o 211-13-F Le 15 novembre 211 Alexandre Gauthier* Division des affaires internationales, du commerce et des finances Service d information et de recherche parlementaires Canada-Suisse

Plus en détail

Venir travailler en Russie : les démarches

Venir travailler en Russie : les démarches Venir travailler en Russie : les démarches Actualisation au 19 août 2008 MINEFE DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001 NB : Cette fiche a pour but de

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Forum économique Canada CCG- Maghreb ------ «TUNISIE: Avantages Comparatifs d une Economie Emergente»

Forum économique Canada CCG- Maghreb ------ «TUNISIE: Avantages Comparatifs d une Economie Emergente» Forum économique Canada CCG- Maghreb ------ «TUNISIE: Avantages Comparatifs d une Economie Emergente» ----- Présentation faite par S.E Mouldi SAKRI Ambassadeur de Tunisie au Canada ( Palais des Congrès

Plus en détail

«Ensemble Osons l International»

«Ensemble Osons l International» MISSION DE PROSPECTION ALGERIE, ALGER DU 29 SEPTEMBRE AU 2 OCTOBRE 2014 «Ensemble Osons l International» 1 P a g e [ ALGERIE ] Chiffres clés Capitale : Alger Taux de croissance : 3,2% en 2014 (prévision)

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

Portes et Fenêtres Design ltée 1

Portes et Fenêtres Design ltée 1 Portes et Fenêtres Design ltée 1 Le 15 janvier 2007, Robert Lemeilleur, président et chef de la direction de Portes et Fenêtres Design ltée (PFD) est sorti tout content de la réunion du conseil d administration.

Plus en détail

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 en quelques chiffres (Loi de finances initiale) Évaluation des recettes perçues par l État en 2014 (art. 60 de la loi de finances initiale pour 2014) RECETTES FISCALES

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL MARQUE PARC NATUREL REGIONAL La présente fiche traite du cas concret du PNR du Morvan. C est un exemple méthodologique transférable à d autres territoires pour l éligibilité du processus de marquage «Parc

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Document relatif aux principaux points abordés dans la loi le projet de la loi de Finances 2015

Document relatif aux principaux points abordés dans la loi le projet de la loi de Finances 2015 Document relatif aux principaux points abordés dans la loi le projet de la loi de Finances 2015 Décembre 2014 Suite à l'adoption du projet de loi de finances 2015 en Conseil des Ministres le 22 octobre

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT CHAPITRE 05 : LES OPERATIONS D ACHATS ET DE VENTES I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT A. Définition La facture est un écrit dressé par un commerçant et constatant les conditions auxquelles il a vendu

Plus en détail

DIRECTION DU TOURISME

DIRECTION DU TOURISME LA CLIENTELE TOURISTIQUE ALLEMANDE EN LANGUEDOC- ROUSSILLON DIRECTION DU TOURISME DONNEES GENERALES Données économiques et touristiques Population globale : 82,1 millions d habitants Densité de population

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE

FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION PROFESSIONNELLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 4 L'ACTIVITÉ DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 8 DECEMBRE 2010 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Les zones franches Une stratégie de développement spatiale réfléchie. Marwane Mansouri

Les zones franches Une stratégie de développement spatiale réfléchie. Marwane Mansouri Les zones franches Une stratégie de développement spatiale réfléchie Marwane Mansouri. Les zones franches Des espaces déterminés du territoire douanier où les activités industrielles et de service qui

Plus en détail

FINANCIÈRE CENTURIA LUXEMBOURG S.A.

FINANCIÈRE CENTURIA LUXEMBOURG S.A. FINANCIÈRE CENTURIA LUXEMBOURG S.A. L évolution du cadre législatif de la SICAR Sommaire : Préambule I) La raison sociale II) III) IV) La notion d investisseur averti La séparation du patrimoine de la

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE RABAT, 18 OCTOBRE 2012 Les relations entre le Maroc et la Russie sont anciennes. Toutefois, elles n ont connu

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries EXTRAITS DU N 45 NOVEMBRE 2010 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries Des

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06 Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes étudiants avant le mardi 15 décembre 2009 (cachet de la Poste faisant foi) par courrier à :

Plus en détail

offre 2011 L investissement dans les PME FCPI FCPI alto innovation 10 www.altoinvest.fr

offre 2011 L investissement dans les PME FCPI FCPI alto innovation 10 www.altoinvest.fr offre 2011 L investissement L investissement les PME dans les PME dans FCPI alto innovation 10 fip FRANCE ALTO 7 FCPI Europe Alto Innovation www.altoinvest.fr gamme classique FCPI alto innovation 10 Code

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail