Prof Yves Humblet 22 mai 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prof Yves Humblet 22 mai 2014"

Transcription

1 Prof Yves Humblet 22 mai 2014

2 Mr DemS, 56 ans, atteint de cancer de prostate Admis aux urgences pour fièvre à 38 3 au J8 post chimiothérapie Pas de comorbidité, bon EG, pas de frisson, toux grasse Pas de troubles digestifs ou urinaires Sous Zytiga, prednisone 10mg, Phénergan, Crestor Pls100/ TA 114/72 SpO2 97% t 38,1 C Examen général normal, pas de cathéter GB 1.670/mm³, Neutro 499/mm³, Plaq /mm³, CRP 0,2mg/dl Urines : négatives RX thorax : négative Devez-vous hospitaliser ce patient? 2

3 Définition : neutropénie <500 neutrophiles/mm³ ou <1000 neutrophiles/mm³ avec déclin <500 dans les 48 heures 3

4 Définition : fièvre 1 épisode >38 3 oral ou >38 5 axillaire 2 épisodes >38 sur 12 heures (sans antipyrétique) Fièvre >38 pendant 1 heure (sans antipyrétique) 1 épisode >38 avec signes cliniques Exception : fièvre définitivement non-infectieuse (médicamenteuse, allergique, sur transfusions, néoplasiques, ) 4

5 120 Incidence des infections selon la durée de la neutropénie Pourcentage d infection ère 2ème 3ème >3ème Durée de neutropénie < 100/mm³ (semaine) 5

6 Tumeurs solides : causes de fièvre Clostridium 19% Bactériémie 10% Infection cliniquement documentée 7% FUO 64% Source: : Marchetti O (EORTC), Infection in the neutropenic cancer patient ( ) 6

7 Tumeurs hématologiques : causes de fièvre Clostridium 20% FUO 48% Bactériémie 29% Infection cliniquement documentée 3% Source: Marcetti O (EORTC), Infections in the neutropenic cancer patient ( ) 7

8 Evaluation anamnestique, clinique et paraclinique Comorbidité Date de chimio Infections antérieures R/ et Antibiotiques HIV/immunodéficience Exposition (épidémie, animaux, voyage, TBC, sang) KT Peau Poumons et sinus Tube digestif Périnée (vagin, rectum) Sphère urologique Sphère neurologique Prise de sang Analyse d urine RX thorax 8

9 Evaluation microbienne Deux paires d hémoculture (périphérique + KT central) Sites spécifiques Diarrhées Peau Virus Site(s) de cathéter Vésicules Gorge 9

10 Retour au domicile? Patient externe sans comorbidité aiguë dont la durée de neutropénie sera courte et peu profonde, avec un index de Karnofsky> 60, sans insuffisance rénale ou hépatique. Indice de MASCC > 20 / 26 Bonne infrastructure sociale 10

11 Score MASCC 1 Paramètre Points Peu / moyennement malade Pas d hypotension Pas de BPCO Tumeur solide ou tumeur hémato sans infection fungique Pas de déshydratation Patient externe à l hôpital Patient < 60 ans 5 / Multinational Association for Supportive Care in Cancer 11

12 Retour au domicile? Evaluation initiale confirmée? Résultats de laboratoire confirmés? Critères sociaux : accord pour le domicile, soignant disponible, téléphone, transport, distance Traitement oral : pas de N-V, pas d intolérance aux AB oraux prévus, pas reçu de prophylaxie par fluoroquinolone 12

13 Management (à St-Luc) Administrer la première dose d AB Ciproxine 500mg/12h Amoxicilline / Ac clavulanique 875mg 3x/j Période d observation de h pour Confirmer le risque et la stabilité du patient Organiser le retour au domicile et le suivi Contrôle téléphonique à 12h - 24h 13

14 Suivi au domicile Ciproxine+ Amoxicilline / Acclavulanique pendant au moins 5 jours dont 4 sans fièvre Suivi journalier Retour à l hôpital si Culture bactériologique positive pour un germe résistant Nouveaux symptômes cliniques Fièvre persistante > 3 jours Impossibilité de poursuivre le traitement 14

15 Messages clés Fever isoftenthe first and the onlysignof infection Fever = infection unless proven otherwise Absence of fever doesn t rule out infection (steroids, specific pathogen) In the absence of host neutrophils, treat before life-threatening infection Sickles, Arch Intern Med 1975 Le traitement en milieu hospitalier est privilégié Si l indice MASCC est >20, on peut discuter un retour au domicile St-Luc,

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006

Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006 Cas clinique Hôpital Mahosot Service maladies infectieuses Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006 1 Homme, 47 ans, fonctionnaire, résident à district : Pakgnouam, province Vientiane Motif d hospitalisation : fièvre

Plus en détail

Nausées et vomissements. Urgences en cancérologie. Physiopathologie. Physiopathologie. Traitement des nausées et vomissements 04/07/2011

Nausées et vomissements. Urgences en cancérologie. Physiopathologie. Physiopathologie. Traitement des nausées et vomissements 04/07/2011 Nausées et vomissements Urgences en cancérologie Gestion des effets secondaires de la chimiothérapie et des thérapies ciblées Facteurs de risque: Protocoles classés en très faiblement, faiblement, moyennement

Plus en détail

Traitement anti-infectieux ambulatoire

Traitement anti-infectieux ambulatoire Traitement anti-infectieux ambulatoire Prescription et suivi Dr Cédric Arvieux - CHU de Rennes - Université de Rennes 1 - unité SeRAIC Objectifs Savoir surveiller un traitement antibiotique ambulatoire

Plus en détail

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie O. Leroy Service de réanimation et maladies infectieuses. CH Tourcoing Sommaire Infections urinaires

Plus en détail

Formation Continue IAL 16.04.2015. Présentation de cas. Dr. Borbala Pazar Maldonado. Service d Immunologie et Allergie

Formation Continue IAL 16.04.2015. Présentation de cas. Dr. Borbala Pazar Maldonado. Service d Immunologie et Allergie Formation Continue IAL 16.04.2015 Présentation de cas Dr. Borbala Pazar Maldonado Service d Immunologie et Allergie Mme C. L, patiente de 76 ans Antécédents: Dépression chronique récurrente Fracture déplacé

Plus en détail

Complications des chimiothérapies. Par Catherine Girard Desbiens Hémato-Oncologue Hôpital Honoré Mercier

Complications des chimiothérapies. Par Catherine Girard Desbiens Hémato-Oncologue Hôpital Honoré Mercier Complications des chimiothérapies Par Catherine Girard Desbiens Hémato-Oncologue Hôpital Honoré Mercier Conflits d intérêts Aucun Objectifs Connaître les principales complications aiguës des agents de

Plus en détail

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace 3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace Colmar, 22 octobre 2008 Médecine générale et cancer HYPERTHERMIE en cours de chimiothérapie Dr Bruno Audhuy Onco-hématologie Pôle Oncologie, Hôpital Pasteur,

Plus en détail

MESURES DE PRISE EN CHARGE MEDICALE DES MALADES ATTEINTS DE GRIPPE ET DE LEURS CONTACTS

MESURES DE PRISE EN CHARGE MEDICALE DES MALADES ATTEINTS DE GRIPPE ET DE LEURS CONTACTS DIRECTION GENERALE DE LA SANTE MESURES DE PRISE EN CHARGE MEDICALE DES MALADES ATTEINTS DE GRIPPE ET DE LEURS CONTACTS Annexe réalisée en collaboration avec l AFSSAPS et le GTA d après un document de la

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Gestion des effets secondaires de la chimiothérapie. Les plus redoutés? Eric Assenat 12/05/2011. L alopécie. Les nausées Vomissements

Gestion des effets secondaires de la chimiothérapie. Les plus redoutés? Eric Assenat 12/05/2011. L alopécie. Les nausées Vomissements Gestion des effets secondaires de la chimiothérapie Les plus redoutés? Eric Assenat 12/05/2011 Les plus redoutés? L alopécie Les nausées Vomissements A votre avis? Les sétrons sont efficaces sur les vomissements

Plus en détail

Ebola dans la pratique. Se préparer en 10 étapes

Ebola dans la pratique. Se préparer en 10 étapes Ebola dans la pratique Se préparer en 10 étapes 1 1. Qu est-ce que la fièvre Ebola? Ebola est un virus filiforme qui se rencontre en Afrique sub-saharienne Hôte naturel = animaux sauvages P. ex. chauves-souris,

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Présentation e-learning Infections urinaires Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Objectifs du module de e-learning Optimiser la prise en charge des infections urinaires

Plus en détail

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie?

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie? Conduite à tenir devant un syndrome septicémique Dr Vincent Le Moing Dr Christina Psomas Maladies Infectieuses et Tropicales CHRU de Montpellier Février 2011 Définition = bactériémie = présence de bactéries

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS FONGIQUES EN HEMATOLOGIE A PROPOS DE 25 25 CAS F TALBI K DJOUADI N.OULD KABLIA PR F/Z ARDJOUN- H ADJMI*

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS FONGIQUES EN HEMATOLOGIE A PROPOS DE 25 25 CAS F TALBI K DJOUADI N.OULD KABLIA PR F/Z ARDJOUN- H ADJMI* PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS FONGIQUES EN HEMATOLOGIE A PROPOS DE 25 25 CAS F TALBI K DJOUADI N.OULD KABLIA PR F/Z ARDJOUN- H ADJMI* Service d Hématologie, Service de Parasitologie * HCA INTRODUCTION

Plus en détail

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin.

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Spécificités de L HAD AP HP 820 places, 19 unités de soins, 1 secteur

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES

INFECTIONS URINAIRES INFECTIONS URINAIRES Terminologie IU simples Cystite ou PNA aiguë simple IU à risque de complication Cystite aigue ou PNA à risque de complication Prostatite IU graves: PNA et prostatites associées soit

Plus en détail

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LA FIEVRE AIGUE DE L ENFANT Introduction (1) Symptôme majeur Angoisse excessive Température = équilibre entre pertes et production de chaleur Fièvre = réponse normale de

Plus en détail

Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker

Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker Introduction Amélioration des résultats de la transplantation Extension des indications,

Plus en détail

Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte

Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte D. Boutoille Maladies Infec3euses et Tropicales CHU de Nantes 1 Pourquoi une actualisa/on? Précédentes recommanda3ons datant

Plus en détail

Dossiers de conférences de consensus

Dossiers de conférences de consensus Dossier N 1 Une jeune femme de 17 ans est amenée aux urgences de votre hôpital par le SAMU pour malaises associés à des vomissements et des douleurs abdominales. La famille de cette patiente vous informe

Plus en détail

Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois

Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois Dr Sophie Blumental Service de Maladies Infectieuses Pédiatriques Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola Bruxelles INTRODUCTION Fièvre = symptôme

Plus en détail

Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue

Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015 Dr Pierre Abgueguen Infectiologue Cas clinique n 1 Cas clinique 1 Femme de 49 ans, mari vétérinaire ATCD médicaux

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES

LES BONNES PRATIQUES LES BONNES PRATIQUES DE SOINS EN ÉTABLISSEMENTS D H É B E R G E M E N T POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Direction Générale de la Santé Direction Générale de l Action Sociale Société Française de Gériatrie

Plus en détail

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes 11 ème RENCONTRE SUR LES URGENCES ET COMPLICATIONS SEVERES CHEZ LE PATIENT CANCEREUX N Meuleman 16/10/2010 Atteintes pulmonaires et hémopathies malignes

Plus en détail

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur)

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) La fièvre Définitions Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) Température rectale> 38 Définitions Fièvre aiguë: Depuis moins de

Plus en détail

Prise en charge des aplasies fébriles

Prise en charge des aplasies fébriles Prise en charge des aplasies fébriles Moins de 500 PNN (ou susceptible de l être dans les 48 heures) Température sup. ou égale à 38 2 fois à au moins 1 heure d intervalle ou sup. ou égale à 38 5 une fois

Plus en détail

SPIN Bactériémies Atelier

SPIN Bactériémies Atelier SPIN Bactériémies Atelier Caroline Quach, MD MSc Microbiologiste infectiologue pédiatrique The Montreal Children s Hospital of the MUHC JASP JAPI 19 novembre 2008 Question 1 Bactériémie à S. aureus sensible:

Plus en détail

Livret pour les familles des enfants atteints de cancer.

Livret pour les familles des enfants atteints de cancer. Livret pour les familles des enfants atteints de cancer. L Hôpital des Enfants à Westmead & Le Groupe d Oncologie Infantile. Bienvenue Bienvenue dans le livret pour les familles des enfants atteints de

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

VACCINATION OFFERTE EN HÉMODIALYSE

VACCINATION OFFERTE EN HÉMODIALYSE 23 VACCINATION OFFERTE EN HÉMODIALYSE Informations générales Pour vous, pour la vie Madame, Monsieur, La vaccination demeure la mesure de santé publique la plus efficace et sécuritaire dans la prévention

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

QUIZZ. A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie

QUIZZ. A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie QUIZZ A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie Cas clinique n 1 Vous accueillez ce vendredi une patiente de 79 ans, adressée par le service des urgences pour décompensation cardiaque gauche. ATCD

Plus en détail

En juin 2013, le laboratoire a déposé un dossier de réponse à l Avis Défavorable.

En juin 2013, le laboratoire a déposé un dossier de réponse à l Avis Défavorable. JUILLET 2014 RAPPORT PUBLIC D EVALUATION BOTOX 50 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution injectable BOTOX 100 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution injectable BOTOX 200 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution

Plus en détail

Prise en charge de l aplasie fébrile. Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST

Prise en charge de l aplasie fébrile. Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST Prise en charge de l aplasie fébrile Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST 1 La préparation Un tableau de prévision des entrants (tableau fiche en T) Un

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu CONDUITE A TENIR DEVANT «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu MOTIF DE RECOURS Grosse jambe rouge Fièvre Douleur du membre inférieur Altération de

Plus en détail

Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002"

Formation continue Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002 Dr. med. Eric Breitenstein Vidy-Med SA, Schweiz Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002" Keywords: pneumonie,

Plus en détail

L ANGINE. A Epidémiologie :

L ANGINE. A Epidémiologie : L ANGINE L angine est une inflammation aiguë des amygdales d origine essentiellement virale, et secondairement bactérienne. C est les streptocoque ß hémolytique du groupe A, qui est l agent responsable

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

L analgésie péridurale pour un retour à domicile!

L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Vendée L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Une expérience partagée Mr AGRES Hugues IADE RD 85925 La Roche sur Yon Journée IRD PL B, 28 janv. 2011- REZE Le patient, La famille, L équipe soignante

Plus en détail

Infections urinaires (ITU)

Infections urinaires (ITU) Infections urinaires (ITU) Plan Considérations générales Bactériurie asymptomatique Infections urinaires chez la femme Non compliquées Compliquées Infections urinaires récidivantes Infections urinaires

Plus en détail

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Thierry COMOLET. Direction générale de la santé. Bureau des maladies infectieuses, des risques infectieux émergents et de la politique

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort)

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Motif de consultation Mr F, 38 ans, consulte aux urgences dans la nuit aux environ de 4h pour douleur dentaire avec œdème de la face.

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS I-DEFINITION Les TIAC sont définies par l apparition d au moins 2 cas d une symptomatologie gastro-intestinale dont on peut rapporter la

Plus en détail

Facteurs favorisant la survenue d une infection urinaire :

Facteurs favorisant la survenue d une infection urinaire : Page 1 de 5 CYSTITE AIGUË SIMPLE 1. DÉFINITIONS Par cystite aiguë simple on entend une infection aiguë de la vessie, non ascendante touchant les femmes adultes immunocompétentes, non enceintes, sans antécédents

Plus en détail

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil Définition : Fièvre =Température rectale > 38 c (déréglage du point d équilibre thermique au niveau Hypothalamus)

Plus en détail

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012 Présentation de cas clinique Agapitou Eleni 16.03.2012 Anamnèse Patiente de 87 ans, résidente en EMS. Anamnèse actuelle: Depuis 3 semaines: - BEG. -Douleurs abdominales diffuses. -Pas d état fébrile, elle

Plus en détail

NEUTROPENIES FEBRILES DE COURTE DUREE. Infectioform Bertrand Gachot (Villejuif)

NEUTROPENIES FEBRILES DE COURTE DUREE. Infectioform Bertrand Gachot (Villejuif) NEUTROPENIES FEBRILES DE COURTE DUREE Infectioform 2015 Bertrand Gachot (Villejuif) 1 Questions soulevées Hospitalisation ou prise en charge en ambulatoire? Quel traitement antibiotique et dans quel délai?

Plus en détail

Diarrhée aiguë du nourrisson (194a) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005)

Diarrhée aiguë du nourrisson (194a) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005) Diarrhée aiguë du nourrisson (194a) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005) Objectifs : Objectifs pédagogiques terminaux : diagnostiquer une diarrhée aiguë devant une diarrhée

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Bon usage de l antibiothérapie en EHPAD

Bon usage de l antibiothérapie en EHPAD Bon usage de l antibiothérapie en EHPAD Absence de conflit d'intérêt pour le sujet traité Bernard Pradines, spécialiste en gériatrie, formation et conseil http://www.geriatrie-albi.fr/ fragilité Ce qui

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique Méningites Définition Inflammation des méninges, les 3 membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales

Plus en détail

Cancer du sein métastatique triple négatif

Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triplenégatif Mme I., 32 ans, mariée, 1 enfant de 6 mois Nationalité italienne ATCD personnels: aucun ATCD familiaux: aucun Facteur

Plus en détail

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Cancers les plus fréquents: par ordre décroissant Poumons Côlon et rectum Sein Prostate Pancréas

Plus en détail

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis Introduction(1) L augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est inquiétante, et s explique entre

Plus en détail

situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey

situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey Récit d une d situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q Présent senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey 1) Introduction Patient de 50 ans Vu en consultation avec son épouse Motif : Fièvre persistante

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Présentation du cas clinique Mr S, 73 ans Hospitalisé en août 2014 pour une récidive d endocardite

Plus en détail

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale Malaychanh, Hué, Todisoa 1 Données générales Un garçon, 14 ans, collégien Habitant à Salakham, district Hadsayphong, capitale Vientiane Date entrée:10/

Plus en détail

La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL. Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015

La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL. Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015 La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015 Choix organisationnel de l ICL Présentation du service Ouverture du service en novembre 2013 avec 5 lits Depuis novembre 2014,

Plus en détail

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès Pathologie infectieuse en Pneumologie Bronchite Pneumopathie Abcès Prélèvements à visée infectieuse Les VA sous glottiques sont»normalement»stériles 1.ECBC:conscient,coopèrent;efforts de toux(induit?).evaluation

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES 1 Définitions Infections pouvant atteindre tous les segments de l arbre urinaire Gravité variable: de la simple cystite à l urosepsis. 2 Définitions Forme simple ou

Plus en détail

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Sylvie Monier UHE-Hôpital Hôpital Edouard Herriot JNI-11.06.2009 INTRODUCTION

Plus en détail

CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS

CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS 76, Rue de Pâturages 7390 QUAREGNON 065/956.600 065/956.548 Dossier Médical Concerne : Nom :.Prénom : Sexe : Adresse: N. Code Postal

Plus en détail

Gestion ambulatoire des neutropénies fébriles après chimiothérapie d un cancer du poumon

Gestion ambulatoire des neutropénies fébriles après chimiothérapie d un cancer du poumon Gestion ambulatoire des neutropénies fébriles après chimiothérapie d un cancer du poumon 01 et 02 Décembre 2016 Dr Pascale TOMASINI Oncologie Multidisciplinaire & Innovations Thérapeutiques Inserm U911

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement.

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. PLAN D ACTION POUR copie : patient (nom du patient) JE ME SENS BIEN Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. Non Oui JE ME SENS MOINS

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

Les chimiothérapies palliatives (Intérêts, limites, questions éthiques) Dr ODDOU Stéphanie Oncologie Médicale CHICAS GAP

Les chimiothérapies palliatives (Intérêts, limites, questions éthiques) Dr ODDOU Stéphanie Oncologie Médicale CHICAS GAP Les chimiothérapies palliatives (Intérêts, limites, questions éthiques) Dr ODDOU Stéphanie Oncologie Médicale CHICAS GAP Chimiothérapie des tumeurs solides Adjuvantes ou néoadjuvantes: Avant ou après un

Plus en détail

Grippe A/H1N1 Situation actuelle et circuit de prise en charge. VU HAI Vinh Service des Maladies Infectieuses et Tropicales

Grippe A/H1N1 Situation actuelle et circuit de prise en charge. VU HAI Vinh Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Grippe A/HN Situation actuelle et circuit de prise en charge VU HAI Vinh Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Dynamique de l épidémie pour la semaine du 4 au 20 sept 2009 -En médecine de ville

Plus en détail

Mesures d urgence lors de cétonémie

Mesures d urgence lors de cétonémie Mesures d urgence lors de cétonémie Que sont les «cétones» - Qu est-ce que la cétoacidose? En cas de carence en insuline dans l organisme, les hydrates de carbone ou les sucres ne peuvent pas entrer dans

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 142 - Juillet/Août 2014 SOMMAIRE 1) 1) Infection urinaire chez la personne âgée (PA) 1-1 Généralités 2) Quizz 1-2 Cystite aiguë à risque de complication 1-3 PNA à risque de complication

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques Dr Loïc Epelboin Service Maladies Infectieuses et tropicales GH Pitié-Salpêtrière Journée de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Plus en détail

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte?

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? A. Toumi, C. Loussaïef, H. B. Brahim, F.B. Romdhane, N. Bouzouaia, M. Chakroun. Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

Infections Respiratoires

Infections Respiratoires Infections Respiratoires Dr M. Khellaf Service de Médecine Interne CHU Mondor Avril 2003 Infections respiratoires - Epidémiologie. Infections respiratoires = 0.8 / 1000 Hab / an. Incidence si comorbidité.

Plus en détail

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT VETERINAIRE Amoxiclav-VMD 500 mg Comprimés pour chiens. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque comprimé (1800 mg) contient

Plus en détail

Mr ZIAD AB 29 ans m a consulté le 28/10/2010

Mr ZIAD AB 29 ans m a consulté le 28/10/2010 Mr ZIAD AB 29 ans m a consulté le 28/10/2010 Depuis le jeune âge toux récidivantes.1a2 exacerbations par ans. Stabilisation 2006 1 ans exacerbation rapprochée avec dyspnée et sifflement.amélioration transitoire

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs. Muriel Rainfray

Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs. Muriel Rainfray + Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs Muriel Rainfray + Rôle du vieillissement dans l apparition des troubles cognitifs + Whitehall II Etude prospective - Suivi 10 ans 5 Tests

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

chimiothérapies Avant, pendant et après

chimiothérapies Avant, pendant et après chimiothérapies Avant, pendant et après Pistes de débatd «On peut se demander si une concertation préalable entre le médecin m de famille et le spécialiste traitant ne permettrait pas d éd éviter des interventions

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-45 Pagination : 1de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 45 Rédacteurs Dr Bénédicte VALLET Date 20/10/2008 Validation Srce Commission

Plus en détail

en oncologie thoracique

en oncologie thoracique Les facteurs de croissance en oncologie thoracique Stéphanie LOZANO 17 10 2008 Toxicité hématologique de la chimiothérapie Toxicité limitante Concerne de nombreux cytotoxiques Touche toutes les lignées

Plus en détail

H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO. ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013

H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO. ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013 H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013 INTRODUCTION Sinusites aigues se définissent comme une atteinte infectieuse de la muqueuse d une ou plusieurs cavités sinusiennes

Plus en détail

L hématurie macroscopique a une prévalence

L hématurie macroscopique a une prévalence La conduite à tenir envers une hématurie macroscopique Jean-Philippe Rioux, MD et François Madore, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : La journée annuelle, Université de Montréal, octobre

Plus en détail