ENQUETE SUR LA DISPONIBILITE ET LES PRIX DES MEDICAMENTS AU BURUNDI. Etude de cas : Les composantes des prix des médicaments

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENQUETE SUR LA DISPONIBILITE ET LES PRIX DES MEDICAMENTS AU BURUNDI. Etude de cas : Les composantes des prix des médicaments"

Transcription

1 1 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA ENQUETE SUR LA DISPONIBILITE ET LES PRIX DES MEDICAMENTS AU BURUNDI. Etude de cas : Les composantes des prix des médicaments Rapport définitif Ph. Séverin KAMBAYEKO Bujumbura Janvier 2014 ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE

2 2 LES COMPOSANTES DES PRIX DES MEDICAMENTS 1. Introduction 4 2. Méthodologie suivie Résultats Données centrales sur les composantes des prix Résultats obtenus en suivant les médicaments le long de la chaîne de distribution Comparaison des données centrales et des résultats obtenus Discussion Recommandations Conclusion ANNEXES : Tableaux récapitulatifs des composantes des prix des médicaments Annexe 1 : Analyse des valeurs par région : urbaine Annexe 2 : Analyse des valeurs par région : rurale Annexe 3 : Marge cumulative par étape en % et marge cumulée totale par région : Urbaine Annexe 4 : Marge cumulative par étape en % et marge cumulée totale par région : Rurale Annexe 5 : Pourcentage de contribution au prix final par région : Urbaine Annexe 6 : Pourcentage de contribution au prix final par région : Rurale Annexe 7 : Analyse des valeurs par secteur : Public Annexe 8 : Analyse des valeurs par secteur : Privé Annexe 9 : Analyse des valeurs par secteur : Confessionnel Annexe 10 : Marge cumulative par secteur : Public Annexe 11 : Marge cumulative par secteur : Privé Annexe 12 : Marge cumulative par secteur : Confessionnel Annexe 13 : Pourcentage de contribution au prix final par secteur : Public Annexe 14 : Pourcentage de contribution au prix final par secteur : Public Annexe 15 : Pourcentage de contribution au prix final par secteur : Confessionnel

3 LES COMPOSANTES DES PRIX DES MEDICAMENTS 3

4 4 1. INTRODUCTION Le prix payé pour un médicament comprend un certain nombre de composantes dont l une d entre elles est le prix de vente du fabricant. Tout au long de la chaîne d approvisionnement / distribution qui va du fabricant au patient, des coûts supplémentaires s ajoutent au prix de vente du fabricant (PVF). Les composantes des prix peuvent prendre la forme de frais de transport, de taxes du gouvernement, de taxes et de marges bénéficiaires prélevées par les intermédiaires pour couvrir leur frais généraux et les frais d approvisionnement. Ces frais, souvent élevés, composent généralement entre 30 à 45% du prix du médicament dispensé, mais peuvent parfois dépasser les 100%. Les composantes des médicaments ont un impact aussi bien direct que cumulé sur les prix des médicaments. Les composantes individuelles des prix ainsi que leur impact sur les prix des médicaments au point de dispensation sont étudiés dans le cadre de l enquête sur les prix des médicaments OMS/HAI. Les données recueillies sur les composantes de prix peuvent être utilisées pour mettre au point des politiques pharmaceutiques nationales telles que la création d exemptions de taxes ou de droits, le contrôle des marges bénéficiaires et la mise en place de prix de vente recommandés par le gouvernement, avec comme objectif d augmenter l accès aux médicaments essentiels. L étude des composantes des prix a deux objectifs dont le premier est triple : Aider à catégoriser les coûts représentés par les composantes des prix dans le système national de santé ; Identifier les composantes dont l impact est le plus important sur le prix final ; Mettre au point des politiques pharmaceutiques qui permettraient de réduire les prix payés pour les médicaments dispensés. Le deuxième objectif est de rassembler des données sur le prix de vente des fabricants pour effectuer des comparaisons internationales fiables. 2. METHODOLOGIE SUIVIE La méthodologie de recueil des données sur les composantes des prix comprend deux étapes : une enquête sur les politiques pharmaceutiques au niveau central, et la recherche des composantes des prix tout au long de la chaîne de distribution des médicaments. Le recueil des données a commencé au niveau central où nous avons recueilli des informations sur les politiques nationales qui concernent les prix des médicaments, notamment : Des informations relatives aux tarifs appliqués aux produits finis importés, y compris les mesures d exemption pour certains produits ou acheteurs ; Les charges financières encourues lors de l importation de produits pharmaceutiques, telles que les frais sur les lettres de crédit ou les frais de transfert dans les banques ;

5 5 Les politiques en matière de taxes prélevées sur les médicaments, tout au long de la chaîne d approvisionnement : distribution et sur le prix final ; Les politiques qui régissent les marges bénéficiaires dans la chaîne de distribution ; Les politiques sur l assurance qualité, telles que fixées par le Ministère ayant la Santé Publique dans ses attributions, et les frais pour tout contrôle de qualité requis ; Les points d entrée des médicaments importés dans le pays ainsi que les frais portuaires et les frais de dédouanement qui sont dus. Nous avons procédé par interview du personnel des ministères et services concernés. La deuxième partie de l enquête comprend le recueil de données sur les composantes des prix d un ensemble de médicaments tout au long de la chaîne de distribution. Sélection des secteurs et des zones: Les données ont été recueillis dans les 3 secteurs : public, privé et confessionnel. Deux des quatre zones de l enquête générale sur la disponibilité et les prix des médicaments ont été choisies à savoir : Le principal centre urbain : Mairie de Bujumbura Une zone d enquête supplémentaire, rurale et loin du centre urbain : Province de Kayanza. Sélection des médicaments : La méthodologie recommande de sélectionner au maximum sept médicaments qui reflètent la politique des prix dans le pays. Nous en avons sélectionné six sur base des critères suivants : listes mondiales et régionales des médicaments de base inclus dans l enquête sur la disponibilité et les prix des médicaments ; Etre couramment disponibles dans tous les secteurs enquêtés ; Médicaments importés et fabriqués localement lorsque les deux existent; Volume de vente / utilisation importants ; Produits de source unique ou multiple ; Médicaments appartenant à la liste nationale des médicaments essentiels ; Traitement de maladies aigües et chroniques ; Diverses formes pharmaceutiques (comprimé, solution, injectable) ; Traitement des affections des adultes et pédiatriques Les médicaments sélectionnés sont présentés dans le tableau suivant :

6 6 Tableau 1 : Médicaments sélectionnés N Médicament Statut 1 Amoxycilline capsule 500mg Importé et fabriqué localement 2 Hydrocortisone injectable 100 mg 3 Mébendazole comprimé 100 mg (non chewable tab) Importé et fabriqué localement 4 Métronidazole injectable 5mg/ml 100ml 5 Quinine comprimé 500mg Importé et fabriqué localement 6 Salbutamol inhaler 100mcg/dose 200 doses Les données sont recueillies aussi bien pour la marque d origine que pour le générique équivalent le moins cher lorsqu ils existent. Sélection des points de vente de médicaments à enquêter : Dans chaque zone, au moins un point de vente est étudié par secteur. Les sites sélectionnés sont les suivants : Tableau 2 : sites sélectionnés Zone Secteur public Secteur privé Secteur confessionnel Zone urbaine : Mairie de Z1Pu1 Z1Pr2 Z1Co4 Bujumbura Zone rurale : Province de Kayanza Z2Pu1 Z2Pr5 Z2CoR1 Recueil des données en suivant les médicaments tout au long de la chaîne de distribution: Le recueil des données sur terrain s est effectué en même temps que l enquête générale sur la disponibilité et les prix des médicaments. Certaines données ont dû être vérifiées plus tard. Les données ont été recueillies pour la marque d origine et pour le médicament générique le moins cher lorsque les deux existaient. Les visites ont été effectuées dans les points de dispensation des médicaments, chez les détaillants, les grossistes, la CAMEBU, et le fabricant local SIPHAR. Toutefois, les visites auprès des responsables dans certains Ministères, des grossistes ou des responsables d une agence en douane se sont faites après avoir obtenu les résultats de l enquête générale.

7 7 Nature des données recueillies : Une approche par étapes des composantes des prix nous permet de mieux comprendre les données à rechercher lors des visites : Etape 1 : Prix de vente du fabricant + assurance + frêt Le prix de l étape 1 comprend : un prix de base du médicament (PVF) auquel s ajoutent les frais d assurance et de frêt dans le cas d un produit importé. Dans le cas d un médicament produit localement, le prix de l étape 1 est le PVF. Etape 2 : Prix franco dédouané Le prix franco dédouané est le prix du médicament à son arrivé dans un pays, et après avoir payé effectué toutes les formalités douanières. Le prix franco dédouané inclut notamment : le PVF, l assurance, le frêt, l inspection internationale, les frais bancaires sur les lettre de crédit ou les transfert bancaires, les droit de douanes et taxes à l importation, les frais d inspection au port ou aéroport d arrivée, les frais portuaires et de dédouanement (frais de l agence en douane) les frais de transport vers l importateur, le grossiste ou les centrales d achats, la taxe de l organe national de réglementation des médicaments, les frais de contrôle de la qualité, la marge bénéficiaire de l importateur, la taxe nationale ou TVA si elle est applicable. Etape 3 : Prix de vente du grossiste ou prix des centrales d achat Le prix de vente du grossiste inclut tous les coûts imputés à la fin de l étape 2 auxquels s ajoutent les coûts du grossiste, sa marge bénéficiaire, ainsi que les frais liés au transport de la marchandise du grossiste chez le détaillant, et toute autre taxe régionale qui serait applicable. Dit simplement, il s agit du prix de la marchandise lorsqu elle quitte les centrales d achat dans les secteurs public et confessionnel, et les locaux du grossiste dans le secteur privé. Etape 4 : Prix au détail (secteur privé) ou prix dispensé (secteur public) Les composantes des prix de l étape 4 comprennent les frais supplémentaires du détaillant ou du centre de santé notamment : l entreposage, le manutention, les frais généraux et la marge bénéficiaire. Etape 5 : Prix dispensé A cette étape de la chaîne de distribution, les composantes des prix sont la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) et tout honoraire de dispensation perçu lorsque le médicament est dispensé lorsqu ils sont applicables.

8 8 Ne sont pas inclus dans l analyse de la composante des prix : les frais d enregistrement des médicaments, les honoraires payés par le patients pour des services autres que le coût du médicament (frais d ouverture du dossier médical, frais de consultation, frais des analyses de laboratoire ou autres examens médicaux, frais informels que l on ne peut connaître qu en interviewant les patients chez eux, les réductions de prix). Les données recueillies sur terrain sont consignées sur un formulaire qui accompagne le manuel. Comme les médicaments sont suivis en remontant la chaîne de distribution, le formulaire de recueil des données de terrain est rempli de bas (étape 5) en haut (étape 1). Visite des points de dispensation dans les secteurs public, privé et confessionnel : La visite des points de dispensation dans les secteurs public, privé et confessionnel avait comme objectif: D obtenir le prix auquel ils achètent et vendent les médicaments de l enquête ; D identifier les coûts supplémentaires des étapes 4 et 5 ; Savoir où les médicaments ont été obtenus (chez le grossiste ou la centrale d achat) ; Afin de pouvoir remonter la chaîne de distribution de ces médicaments. 3. RESULTATS 3.1. Données centrales sur les composantes des prix Les données centrales sur les composantes des prix des médicaments ont été obtenus en interviewant le personnel au niveau du Ministère de la Santé Publique et de la lutte contre ne SIDA principalement du Département de la Pharmacie du Médicament et des Laboratoires, de la CAMEBU, des pharmacies grossistes, d une société de transport international en même temps agence en douane au Burundi, de la Société Industrielle Pharmaceutique. Informations sur le PVF/CIF : La CAMEBU lance chaque année un avis d appel d offres international pour des médicaments et des dispositifs médicaux. Les médicaments sont décrits sous leur dénomination commune internationale, et doivent faire partie de la Liste Nationale des Médicaments Essentiels. Les soumissionnaires peuvent être des fabricants de produits pharmaceutiques ou des établissements de vente en gros de produits pharmaceutiques disposant d une autorisation d exercice comme fabricant ou comme établissement de vente en gros de produits pharmaceutiques délivré par les autorités sanitaires des pays où ils sont établis.

9 9 Dans son offre, le fournisseur doit donner le prix unitaire et le prix total du produit «rendu entrepôts de la CAMEBU» à Bujumbura. Le fournisseur doit aussi donner le prix FOB, le frêt et indiquer le fabricant du produit. Les pharmacies grossistes ou détaillantes importatrices négocient directement avec leurs fournisseurs qui peuvent être des fabricants ou des établissements de vente en gros de produits pharmaceutiques. Elles demandent que la cotation sépare le FOB du frêt. D une manière générale, il est difficile de cerner le prix du fabricant pour les produits importés du fait que la plupart proviennent d établissements de vente en gros de produits pharmaceutiques. L assurance. L assurance est obligatoirement prise auprès d une société locale d assurance et payée localement. Le taux se négocie individuellement sur base des volumes annuels estimés d importation. Les importateurs contactés l estime à 1% du C&F. Le transport international des produits importés Il peut être aérien ou maritime et se négocie sur base du poids et du volume des produits importés. Le coût du transport aérien est estimé en moyenne à 3 Euros par kilogramme départ aéroport européen. Le transport maritime est côté par container. Exemple (exemple de cotation donnée par un transporteur consulté) : 3330 dollars américains un container de 20 pieds port européen jusqu à Dar-Es-Salam pour les produits dits légers 5430 dollars américains un container de 20 pieds port européen jusqu à Dar-Es-Salam pour les produits dits lourds tels que les solutés massifs (exemple : sérum glucosé) 5630 dollars américains un container de 40 pieds port européen jusqu à Dar-Es-Salam quelle que soit la catégorie (lourd ou léger). Lorsque les produits arrivent à l aéroport sans que le coût du transport soit précisé par une facture, l agence en douane utilise pour établir la déclaration 1,34 Euros par kilogramme et pour l assurance, 1% du FOB + Frêt. En général, les importateurs considèrent que le frêt revient à 10% du FOB. Inspection internationale Tous les produits importés au Burundi doivent inspectés (contrôlés) par une société internationale agréée (comme la SGS : Société Générale de Surveillance). Les frais d inspection s élèvent à 1% du FOB

10 10 Frais bancaires Ce sont tous les frais que la banque prélève pour se payer les services lorsqu un importateur introduit un dossier d importation des produits pharmaceutiques ou autres bien. Ceux-ci incluent les frais d ouverture de dossier, les frais d ouverture d une licence d importation, les frais d ouverture d une lettre de crédit (ou crédit documentaire), les frais de suivi et de paiement de la lettre de crédit, les frais de transfert bancaire, les frais de clôture d une lettre de crédit etc. Les importateurs les estiment comme variant entre 3 et 6% du CAF (ou CIF). Frais portuaires A l arrivée des produits les colis sont transitoirement entreposés au port lorsqu ils arrivent par voie maritime (lac Tanganyika), à la gare routière lorsqu ils arrivent par route via Dar- Es-Salm ou Mombasa, et à la SOBUGEA (Société Burundaise de Gestion de l aéroport) lorsqu ils arrivent par avion. Durant 5 jours comptés à partir de l arrivée des produits dans les entrepôts, les frais sont calculés à 100FBU par kilogramme + la TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) de 18% pour tous les colis. A partir du sixième jour s ajoutent des frais supplémentaires de 50 FBU par kilogramme par jour + la TVA de 18%. Frais de l agence en douane : A l arrivée des produits, tout importateur doit recourir, aux services d une agence en douane agréée par le Ministère ayant les Finances dans ses attributions et reconnue par l Office Burundais des Recettes (OBR). L agence en douane calcule ses frais suivant les services rendus. Ceux-ci incluent les honoraires de l agence, le transport ou remise à domicile des colis, la TVA, les frais de photocopie et les frais de laissez-suivre. La déclaration est faite par l agence en douane par internet via le serveur de l Office Burundais des Recettes. Le formulaire de déclaration ne peut être imprimé qu après déclaration complète approuvée par le système, signifiant ainsi que le client est prêt à payer les frais y relatifs (une redevance administrative de 0,5% pour les médicaments), et que l agence en douane peut poursuivre le processus de retrait des colis. Une fois les produits arrivés dans les entrepôts de l importateur, l on calcule le prix de revient des produits. Le calcul du prix de revient se fait en additionnant tous ces coûts pour une commande ou un ensemble de colis objets d une livraison partielle d une commande globale. L importateur calcule alors le coefficient. Prix de revient total Coefficient = Valeur FOB total en devises

11 11 C est avec ce coefficient que l on calcule alors le prix de revient unitaire pour chaque produit. Prix de revient unitaire = Coefficient x valeur FOB unitaire. Le prix de vente de l importateur ou grossiste = P.R. unitaire x marge bénéficiaire du grossiste. En suivant tout de processus, l on se rend bien compte qu il est plutôt difficile répercuter chaque type de frais ou de charge à une unité d un produit d une commande donnée. D ailleurs tous les importateurs ne suivent pas nécessairement tout ce schéma dans leurs calculs des prix de revient et des prix de vente. Marges bénéficiaires Dans le secteur public : Dans le cadre de la mise en place des réformes du secteur de la santé, le Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida a fixé des marges bénéficiaires applicables dans les formations sanitaires publiques par la décision ministérielle n 630/1360/2009 comme suit : La CAMEBU applique à ses clients (les hôpitaux publics, les districts sanitaires, les structures sanitaires gérées par les confessions religieuses) une marge bénéficiaire de 15% sur le prix d achat ; Les districts sanitaires appliquent aux hôpitaux et les centres de santé une marge bénéficiaire de 5% sur le prix d achat à la CAMEBU ; Les hôpitaux de districts et les centres de santé appliquent aux bénéficiaires une marge bénéficiaire de 10% sur les prix d achat dans la pharmacie de district. Dans le secteur privé : Les marges bénéficiaires ne sont pas réglementées. Les importateurs et grossistes consultés nous ont déclaré appliquer une marge bénéficiaire variant entre 15 et 35% suivant la nature du produit et la concurrence. Les grossistes disent que les détaillants pratiquent automatiquement une marge bénéficiaire de 40%, mais savent aussi que cette marge peut être largement dépassée et aller jusqu à plus de 100%. Les détaillants consultés déclarent appliquer une marge bénéficiaire allant de 20 à 40%.

12 Résultats obtenus en suivant les médicaments le long de la chaîne de distribution Le tableau suivant donne la synthèse des résultats obtenus en suivant les médicaments le long de la chaîne de distribution Tableaux 3 : SYNTHESE DES COMPOSANTES DES PRIX DES MEDICAMENTS Les tableaux que nous présentons ici sont la synthèse des composantes des prix pour les six médicaments étudiés. Le lecteur intéressé trouvera tous les détails des résultats obtenus en suivant les médicaments le long de la chaîne de distribution, notamment des graphiques circulaires pour les médicaments sélectionnés et des tableaux récapitulatifs dans les tableaux en annexe. Amoxycilline capsule 500 mg conditionnement 24 capsules Région urbaine Région rurale Public Privé Confessionnel Public Privé Confessionne l Valeurs loc % de marge cumulée % % % % 7% % %contributio PVF/CI n au prix final F 47,16% Étape 1 Etape 2 Etape3 Etape4 48,02 % 35,28% 47,80% 39,68 % 43,40% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 2,22% 2,26% 0,35% 2,25% 0,00% 2,04% 17,28% 33,33% 15,08 % 25,72% 17,52% 34,64 % 38,65% 32,43% 15,87 % 15,91% 44,44 % 38,65% Le produit étudié est le générique le moins cher. Il est importé et fabriqué localement. Le prix de vente fabricant (PVF) du produit fabriqué localement est plus bas que le PVF du produit importé. En région urbaine, le prix final payé par le patient est plus élevé de 67% dans le secteur confessionnel et de 22,82% dans le secteur privé par rapport au secteur public.

13 13 Par contre, en région rurale, le prix final payé par le patient est plus élevé de 10,59% dans le secteur public par rapport au secteur privé, et de 53,91% dans le secteur confessionnel par rapport au secteur privé. L analyse des marges révèle que : o En région urbaine, le pourcentage de marge cumulé est nettement plus élevé dans le secteur confessionnel que dans les deux autres secteurs. Le pourcentage de marge cumulée dans le secteur public est plus élevé (112,04%) que dans le secteur privé (108,27%). Cependant, le patient paie moins quand il achète l amoxycilline dans le secteur public (1950 FBU contre 2395 FBU dans le secteur privé). Ceci s explique par le fait que le prix de base (PVF) est plus bas pour le produit vendu dans le secteur public (920 FBU contre 1150 FBU). De même, la marge bénéficiaire prélevée dans le secteur public est plus bas que dans le secteur privé. o En région rurale, la marge cumulée est plus élevée pour le générique fabriqué localement. Cependant, le patient paie moins pour le produit fabriqué localement que pour le produit importé. L on s attendrait à ce que les coûts dans la chaîne de distribution contribuent davantage au prix final du médicament dans la région rurale que dans la région urbaine. Pourtant, la comparaison des pourcentages de contribution au prix final dans le secteur public et dans le secteur confessionnel ne révèle pas de différence significative entre la région urbaine et la région rurale. Par contre, cette différence est sensible dans le secteur privé. o Ceci pourrait s expliquer par le fait que dans les points de vente enquêtés, aucun d entre eux ne fait des calculs détaillés des coûts de distribution. Dans les trois secteurs, ce sont les responsables des points de vente qui vont s approvisionner dans le centre urbain (Bujumbura). Les coûts d approvisionnement sont alors couverts par la marge appliquée. Les marges obtenues lors des visites au niveau central (services du Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le SIDA ; les pharmacies grossistes ; les pharmacies détaillantes) sont de loin inférieures à celles observées sur terrain.

14 14 Hydrocortisone inj.100mg conditionnement :1 flacon Région urbaine Région rurale Public Privé Confessionnel Public Privé Confessionnel Valeurs % de marge cumulée % % % 61.36% % % %contribution au prix final PVF/CIF Étape 1 Etape 2 Etape3 Etape4 40,37% 30,94% 44,41% 61,97% 40,35% 44,41% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 1,90% 1,46% 2,09% 2,92% 1,90% 2,09% 19,84% 15,23% 6,98% 9,73% 19,86% 6,98% 37,89% 52,38% 46,52% 25,37% 37,89% 46,52% Le produit étudié est le générique le moins cher. Il est uniquement importé et on ne trouve pas de spécialité d origine correspondante dans les points de vente enquêtés. L analyse des valeurs en région urbaine révèle que le patient paie moins cher le produit dans le secteur confessionnel par rapport aux deux autres secteurs : - 61% par rapport au secteur public et 101% par rapport au secteur privé. En région rurale, le patient paie moins cher le produit dans le secteur public par rapport aux deux autres secteurs : - 39,86% par rapport au secteur confessionnel et 125,17% par rapport au secteur privé. L analyse des marges révèle qu en région urbaine, le pourcentage de marge cumulée est très élevé dans le secteur privé (223,24%), suivi par le secteur public (147,69%) et moins élevé dans le secteur confessionnel (125,18%). o Par contre en région rurale, le pourcentage de marge cumulée est plus bas dans le secteur public (61,36%) et plus élevé dans le secteur privé (147,81%). o Dans le secteur confessionnel, le pourcentage de marge cumulée est identique dans les deux régions. En comparant les pourcentages de contribution au prix final dans les secteurs public et privé, ceux-ci sont plus élevés en région urbaine qu en région rurale. Dans le secteur confessionnel, ils sont identiques dans les deux régions.

15 15 Mebendazole comprimé 100 mg conditionnement 6 comprimés Région urbaine Région rurale Public Privé Confessionnel Public Privé Confessionnel Valeurs 100 loc loc. 100 loc. 120 loc. 100 loc. % de marge cumulée 103% % 103% 103% % 92.85% %contribution au prix final PVF/CIF Étape 1 Etape 2 Etape3 Etape4 49,26% 32,77% 49,26% 49,26% 41,80% 51,85% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 1,54% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 22,17% 15,44% 22,17% 22,17% 18,81% 23,33% 28,57% 50,25% 28,57% 28,57% 39,39% 24,81% Le produit étudié est le générique le moins cher. Il est importé et fabriqué localement. Le produit fabriqué localement a été trouvé dans 5 des 6 sites enquêtés, et le produit importé en région urbaine. L analyse des valeurs en région urbaine montre que le patient paie le produit importé le double du prix du produit fabriqué localement. L analyse des marges montre qu en région urbaine, la marge cumulée est identique dans les secteurs public et confessionnel pour le produit fabriqué localement (103%). o En région rurale, la marge cumulée est plus élevée dans le secteur privé (139,25%). o Elle est identique dans le secteur public aussi bien en région urbaine qu en région rurale, et légèrement plus bas dans le secteur confessionnel en région rurale. Dans le secteur confessionnel où on trouve le même produit fabriqué localement, les pourcentages de contribution au prix final sont plus bas en région rurale qu en région urbaine.

16 16 Metronidazole inj. 5mg/ml conditionnement 100 ml Région urbaine Région rurale Public Privé Confessionnel Public Privé Confessionnel Valeurs % de marge cumulée % % 24.03% %contribution au prix final PVF/CIF Étape 1 Etape 2 Etape3 Etape4 26,03% 37,64% 80,63% 0,00% 0,00% 0,00% 1,23% 1,77% 3,80% 12,27% 17,73% 12,66% 60,47% 42,86% 2,91% Le produit étudié est le générique le moins cher. Il est seulement importé. L analyse des valeurs en région urbaine montre que le patient paie 25% moins dans le secteur confessionnel que dans le secteur public. o La comparaison des valeurs dans le secteur public dans les deux régions montre que le patient paie 257% moins cher en région rurale qu en région urbaine. L analyse des marges en région urbaine montre que la marge cumulée est 1,7 fois plus élevée dans le secteur public (284,12%) que dans le secteur confessionnel (165,70%). o Plus étonnant encore, la marge cumulée dans le secteur public est 11,8 fois plus élevée en région urbaine qu en région rurale. Les pourcentages de contribution au prix final sont plus élevés dans le secteur public en région urbain qu en région rurale.

17 17 Quinine comprimé 500 mg conditionnement 21 comprimés Région urbaine Région rurale Public Privé Confessionnel Public Privé Confessionnel Valeurs 3685 loc loc 4000 loc 4000 loc 4200 loc % de marge cumulée 75.50% 87.43% 90.35% 90.35% 90.35% 99.80% %contribution au prix final PVF/CIF Étape 1 Etape 2 Etape3 Etape4 56,98% 53,35% 52,53% 52,53% 52,53% 50,05% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 2,51% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 19,94% 0,00% 18,39% 18,39% 18,39% 17,52% 23,08% 44,13% 29,08% 29,08% 29,08% 32,43% Le produit étudié est le générique le moins cher. Il est importé et fabriqué localement. Le produit fabriqué localement est le plus distribué. Il est trouvé dans cinq des six sites enquêtés. Le produit importé est trouvé dans le site en région urbaine. L analyse des valeurs en région urbaine montre que le patient paie 62,82% plus cher en achetant la quinine importée dans le secteur privé qu en achetant la quinine fabriquée localement dans le secteur public. Il paie 50% plus cher en achetant la quinine fabriquée localement dans le secteur confessionnel. o En région rurale, c est la quinine fabriquée localement qui est couramment distribuée. L on constate que le patient paie le même prix dans les trois secteurs. L analyse des marges cumulées sur le produit fabriqué localement montre qu elles sont plus élevées dans le secteur confessionnel que dans le secteur public. L analyse des pourcentages de contribution au prix final dans le secteur public montre qu ils sont plus élevés en région rurale qu en région urbaine. o Par contre, dans le secteur privé, ils sont plus élevés en région urbaine qu en région rurale.

18 18 Salbutamol inhaler 100mcg/dose conditionnement 200 doses Région urbaine Région rurale Public Privé Confessionnel Public Privé Confessionnel Valeurs % de marge cumulée 28.27% % 83.76% % %contribution au prix final PVF/CIF Étape 1 Etape 2 Etape3 Etape4 77,96% 48,98% 54,42% 46,79% 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% 3,67% 2,31% 2,56% 2,20% 0,00% 15,38% 17,09% 14,70% 18,37% 33,33% 25,93% 36,31% Salbutamol inhaler 100mcg/dose 200 doses ; Spécialité d origine Région urbaine Région rurale Valeurs % de marge cumulée 97.90% % Public Privé Confessionnel Public Privé Confessionnel %contribution au prix final PVF/CIF Étape 1 Etape 2 Etape3 Etape4 50,53% 45,91% 0,00% 0,00% 2,38% 2,16% 18,52% 0,00% 28,57% 51,92% Les deux types de produits (spécialité d origine et générique le moins cher) sont importés. Le prix de vente du fabricant est 1,6 fois plus élevé que le prix du générique le moins cher.

19 19 L analyse des valeurs montre que le patient paie presque trois fois (2,86%) plus cher le produit de marque d origine par rapport au générique. L examen des marges montre que la marge cumulée pour le produit de marque d origine est plus élevée dans le secteur privé que dans le secteur public. o Quant au produit générique, le patient le paie moins cher dans le secteur public que dans le secteur confessionnel. o La comparaison des pourcentages de contribution au prix final montre qu ils sont plus élevés en région rurale qu en région urbaine dans le secteur confessionnel Comparaison des données centrales et des résultats obtenus pour les médicaments Lors de l enquête, nous avons constaté des divergences surtout au niveau des marges déclarées et celle appliquées. Dans le secteur public, les pharmacies des hôpitaux de référence nationale à gestion autonome n appliquent pas les marges fixées par la Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le SIDA car ils ne sont pas obligés de le faire. 4. DISCUSSION En général, les pourcentages de contribution au prix final, celui payé par le patient, sont plus élevés aux étapes 3 et 4. Les pourcentages de contribution au prix final sont encore plus élevés à l étape 4 qu à l étape 3. Plus le prix de base (PVF/CIF) du produit est bas, plus élevés seront les pourcentages de contribution aux étapes 3 et 4. En revanche, plus le prix de base (PVF/CIF) sera élevé, plus bas seront les pourcentages de contributions aux étapes 3 et 4. Le fait que les marges bénéficiaires des grossistes et des détaillants ne soient pas réglementées leur laisse une grande liberté de fixation des prix. Le constat général lors de cette enquête est que les marges bénéficiaires appliquées par les grossistes et celles appliquées par les détaillants sont relativement élevées. En suivant les médicaments sélectionnés dans le secteur public, on ne remarque l effet de la limitation des marges par la Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le SIDA dans ce secteur. Ceci est dû au fait que les médicaments ont été suivis dans des pharmacies de vente des hôpitaux à gestion autonome qui ne sont pas obligés de suivre cette directive. En plus, nous avons constaté que les approvisionnements se sont plus faits chez les grossistes privés qu à la CAMEBU. Alors qu à la Centrale d Achats du secteur public (CAMEBU) la marge bénéficiaire maximale est limitée à 15% (à ce jour) sur tous les produits, elle n est pas réglementée dans le secteur privé. Bien que les structures de soins agréées gérées par les confessions religieuses sont autorisées de s approvisionner à la CAMEBU, l on constate que les prix payés par le patient pour les médicaments dans ces structures sont souvent plus élevés que dans les structures de soins publiques. Deux explications à ce phénomène sont possibles : - Certains coûts comme les frais de consultation ou de laboratoire sont peut-être indirectement inclus dans le coût des médicaments.

20 20 - Ces structures s approvisionnent également chez les grossistes locaux, notamment en cas de rupture de stock à la CAMEBU - Une fois que le prix de vente pour un médicament a été calculé et fixé, il est appliqué quel que soit le prix auquel il a été obtenu à la CAMEBU ou chez le grossiste. Il est probable que le prix de vente soit calculé sur base du prix d acquisition le plus élevé. 5. RECOMMANDATIONS Le Gouvernement a fait des efforts considérables en réduisant au minimum possible les droits de douane et taxes sur les médicaments (seule une redevance administrative de 0,5% du CIF est prélevée). Pourtant, les prix des médicaments restent élevés et il devient de plus en plus difficile à la population d accéder financièrement aux médicaments notamment ceux qui soignent les maladies chroniques comme le diabète, l hypertension, l asthme etc. L analyse des pourcentages de contribution au prix final des médicaments montre que l action pour abaisser un peu plus le prix payé par le patient peut se faire à deux niveaux : Au niveau du PVF/CIF par une meilleure négociation des prix de base chez les fournisseurs. Pour ce faire, les importateurs pourraient se référer aux prix de référence internationaux notamment ceux mis à jour et publiés régulièrement par MSH (http://erc.msh.org/) Diminuer les pourcentages de contribution au prix final payé par le patient aux étapes 3 et 4 en réglementant les marges bénéficiaires appliquées par les grossistes et les détaillants. 6. CONCLUSION Le Burundi s est doté en Juillet 2012 d une Politique Pharmaceutique Nationale dont l objectif général est de «Contribuer à l atteinte des objectifs de la Politique Nationale de Santé en garantissant l accès équitable de la population aux produits pharmaceutiques de qualité, sûrs, efficaces et à un prix abordable». Pour atteindre cet objectif, il s avère nécessaire et urgent que le Burundi développe une politique claire des prix des médicaments et actualise sa réglementation sur l exercice de la pharmacie.

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque.

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque. glossaire Accessibilité financière Le coût d un traitement par rapport au revenu de la population. dans cette enquête, le salaire journalier minimum d un employé non-qualifié du secteur public est comparé

Plus en détail

Ministère de la Santé de la Population et de la Reforme Hospitalière Fixation des prix des médicaments en Algérie Dr HAFED H. DPH Objectifs de la politique pharmaceutique Objectifs de santé : accès au

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

2 Le choix. d une solutiontransport

2 Le choix. d une solutiontransport 2 Le choix d une solutiontransport 1. Première étape : définir les solutions possibles 21 1.1. Le parcours 21 1.1.1. Concernant le lieu de départ (l usine ou l entrepôt dans le cas de l export) 21 1.1.2.

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Madeleine NGUYEN-THE IMPORTER. Le guide. Deuxième édition. Éditions d Organisation, 2002, 2004 ISBN : 2-7081-3168-0

Madeleine NGUYEN-THE IMPORTER. Le guide. Deuxième édition. Éditions d Organisation, 2002, 2004 ISBN : 2-7081-3168-0 Madeleine NGUYEN-THE IMPORTER Le guide Deuxième édition, 2002, 2004 ISBN : 2-7081-3168-0 Sommaire Introduction...1 Première partie LA PLACE DE L IMPORT DANS LES ÉCHANGES INTERNATIONAUX Chapitre 1. Enjeux

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3

1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3 FOURNISSEUR DE NAVIRES 1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3 5. LES CONDITIONS D APPROVISIONNEMENT,

Plus en détail

Chapitre 3. Les achats de biens et de services

Chapitre 3. Les achats de biens et de services Chapitre 3 de biens et de services de biens de services Les réductions sur achats de biens et de services, nécessaires à l exploitation, s enregistrent sur la base des pièces justificatives (factures).

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc.

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc. COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc. Avis du 19 mai 2010 L article 15 opère une distinction, sur la base du chiffre d affaires annuel, du total

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER

DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER Le 1 er juillet 2015, la réforme de la réglementation fiscale relative à l octroi de mer doit entrer en vigueur. Elle s inscrit dans le cadre de

Plus en détail

PREFACE LA MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA. Hon. Dr Sabine NTAKARUTIMANA. ième

PREFACE LA MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA. Hon. Dr Sabine NTAKARUTIMANA. ième PREFACE ième Le Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida présente la 7 édition de la Liste Nationale des Médicaments Essentiels en exécution de la Politique Nationale de Santé. Il s'agit

Plus en détail

ENQUETE SUR LES PRIX DES MEDICAMENTS AU TCHAD

ENQUETE SUR LES PRIX DES MEDICAMENTS AU TCHAD REPUBLIQUE DU TCHAD MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION GENERALE DES ACTIVITES SANITAIRES DIRECTION DE LA PHARMACIE, DU MEDICAMENT ET DES LABORATOIRES UNITE-TRAVAIL-PROGRES **********

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

Politique d Approvisionnement et Distribution des Médicaments aux districts sanitaires dans le secteur public

Politique d Approvisionnement et Distribution des Médicaments aux districts sanitaires dans le secteur public Politique d Approvisionnement et Distribution des Médicaments aux districts sanitaires dans le secteur public Présenté par Dr AKE Awoh Pierre Pharmacien Gestionnaire des Grands Comptes Régionaux Zone Commerciale

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

Madeleine NGUYEN-THE IMPORTER. Le guide. Troisième édition. Groupe Eyrolles, 2002, 2004, 2007 ISBN 10 : 2-7081-3740-9 ISBN 13 : 978-2-7081-3740-0

Madeleine NGUYEN-THE IMPORTER. Le guide. Troisième édition. Groupe Eyrolles, 2002, 2004, 2007 ISBN 10 : 2-7081-3740-9 ISBN 13 : 978-2-7081-3740-0 Madeleine NGUYEN-THE IMPORTER Le guide Troisième édition, 2002, 2004, 2007 ISBN 10 : 2-7081-3740-9 ISBN 13 : 978-2-7081-3740-0 Sommaire Introduction...1 Première partie LA PLACE DE L IMPORT DANS LES ÉCHANGES

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l éducation. Corrigé de l épreuve de GESTION

REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l éducation. Corrigé de l épreuve de GESTION REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l éducation Corrigé de l épreuve de GESTION Session Principale 2009 Corrigé de l épreuve de GESTION SESSION PRINCIPALE Juin 2009. Recommandations Chers élèves, on vous

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Pour la saison 2014-2015 de vaccination contre la grippe

Pour la saison 2014-2015 de vaccination contre la grippe Programmes publics de médicaments de l Ontario, Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Avis de l administratrice Administration par un pharmacien du vaccin antigrippal subventionné et demande

Plus en détail

LES PRIX DES MEDICAMENTS AU TCHAD

LES PRIX DES MEDICAMENTS AU TCHAD LES PRIX DES MEDICAMENTS AU TCHAD MESURER LES PRIX DES MEDICAMENTS Un tiers de la population mondiale ne dispose pas d'un accès régulier aux médicaments dont elle a besoin et la plus part des patients

Plus en détail

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires La Bourse Régionale des produits de base Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires 11 1 Sommaire Introduction générale...3 1- Choix de l'entrepôt...5 2- Dépôt de la marchandise...5

Plus en détail

UE9 INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ

UE9 INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ SESSION 2013 UE9 INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Liste des comptes du plan comptable général, à l exclusion de toute autre information.

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

JIRO SY RANO MALAGASY D.G.A.A DIRECTION DES APPROVISIONNEMENTS. - Juillet 2007 - Procédures Achats Import JIRAMA 1

JIRO SY RANO MALAGASY D.G.A.A DIRECTION DES APPROVISIONNEMENTS. - Juillet 2007 - Procédures Achats Import JIRAMA 1 JIRO SY RANO MALAGASY D.G.A.A DIRECTION DES APPROVISIONNEMENTS PROCEDURES ACHATS IMPORT - Juillet 2007 - JIRAMA 1 SOMMAIRE ARTICLE 1 : OBJECTIFS ARTICLE 2 : DEFINITIONS ARTICLE 3 : PASSATION DE COMMANDE

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE ReMeD Réseau Médicaments et Développement Table ronde du 9 novembre 2004 Faculté de Pharmacie Paris V Communication Dr Nicole Ridolphi pharmacien inspecteur général honoraire EVOLUTION DE L INSPECTION

Plus en détail

Madeleine Nguyen-The. Importer. Quatrième édition. Groupe Eyrolles, 2002, 2004, 2007, 2011 ISBN : 978-2-212-54939-3

Madeleine Nguyen-The. Importer. Quatrième édition. Groupe Eyrolles, 2002, 2004, 2007, 2011 ISBN : 978-2-212-54939-3 Madeleine Nguyen-The Importer Quatrième édition, 2002, 2004, 2007, 2011 ISBN : 978-2-212-54939-3 Sommaire Introduction... 1 PREMIÈRE PARTIE La place de l import dans les échanges internationaux Chapitre

Plus en détail

Reprise du dédouanement d envois pour les clients DHL à Moscou, Russie. Service disponible uniquement aux importateurs commerciaux en Russie

Reprise du dédouanement d envois pour les clients DHL à Moscou, Russie. Service disponible uniquement aux importateurs commerciaux en Russie 1 Reprise du dédouanement d envois pour les clients DHL à Moscou, Russie. Service disponible uniquement aux importateurs commerciaux en Russie Les autorités douanières en Russie ont adopté des mesures

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

«Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles»

«Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles» Dossier de presse 27 novembre 2012 «Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Une satisfaction globalement élevée pour

Plus en détail

REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES

REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES Septembre 2007 La présente publication a été élaborée avec l appui financier

Plus en détail

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Juin 2010 Remarque : Les renseignements fournis dans ce guide étaient à jour au moment de

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Techniques des prévisions de ventes

Techniques des prévisions de ventes Techniques des prévisions de ventes Introduction Les techniques des prévisions de ventes servent à : Anticiper, à éviter les risques et à maitriser au mieux l avenir dans un contexte concurrentiel. PLAN

Plus en détail

«Les Français et l optique»

«Les Français et l optique» Dossier de presse 3 octobre 2012 «Les Français et l optique» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Le coût et la qualité des prestations optiques, en tête des préoccupations des Français. Les réseaux

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Table des matières. Introduction... 1

Table des matières. Introduction... 1 Table des matières Introduction... 1 Sommaire... 4 Introduction... 5 1.1 Intermédiaires impliqués dans la transaction internationale... 5 1.1.1 Fournisseurs en matières... 5 1.1.2 Courtiers en douane...

Plus en détail

Les nouvelles mesures d assouplissement du contrôle de change. Mars 2007

Les nouvelles mesures d assouplissement du contrôle de change. Mars 2007 Les nouvelles mesures d assouplissement du contrôle de change Mars 2007 1 PLAN I. Paiements Courants II. Commerce Extérieur III. Opérations en Capital IV. Comptes Réglementés 2 I. Paiements courants 1.

Plus en détail

formation des prix I - Etude d une situation : II - Formation des prix :

formation des prix I - Etude d une situation : II - Formation des prix : formation des prix I - Etude d une situation : - Retrouver et souligner dans le texte les nouveaux termes. - Mettre sous forme d expressions mathématiques les indications du texte. Un commerçant achète

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

LE CREDIT DOCUMENTAIRE

LE CREDIT DOCUMENTAIRE LE CREDIT DOCUMENTAIRE Le crédit documentaire est l engagement d une banque de payer un montant déterminé au fournisseur d une marchandise ou d une prestation, contre remise, dans un délai fixé, de documents

Plus en détail

Enquête sur les Prix des Médicaments Congo Juillet 2007

Enquête sur les Prix des Médicaments Congo Juillet 2007 Enquête sur les Prix des Médicaments Congo Juillet 2007 Réalisée en collaboration entre Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille Organisation Mondiale de la Santé La présente publication

Plus en détail

LA METHODE DES COÛTS COMPLETS. Les coûts successifs dans une activité industrielle. Cas de synthèse sur la méthode des coûts complets.

LA METHODE DES COÛTS COMPLETS. Les coûts successifs dans une activité industrielle. Cas de synthèse sur la méthode des coûts complets. LA METHODE DES COÛTS COMPLETS Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o Les coûts successifs dans une activité industrielle. Les principes de la comptabilité de gestion. Cas de synthèse sur la méthode

Plus en détail

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Mise à jour : avril, 2015 Version 1.0 HISTORIQUE DES RÉVISIONS Le présent document sera régulièrement révisé dans

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

Madeleine Nguyen-The. Importer. Quatrième édition. Groupe Eyrolles, 2002, 2004, 2007, 2011 ISBN : 978-2-212-54939-3

Madeleine Nguyen-The. Importer. Quatrième édition. Groupe Eyrolles, 2002, 2004, 2007, 2011 ISBN : 978-2-212-54939-3 Madeleine Nguyen-The Importer Quatrième édition, 2002, 2004, 2007, 2011 ISBN : 978-2-212-54939-3 Chapitre 18 Le prix de revient import Si ce chapitre est placé en fin d ouvrage, c est simplement qu il

Plus en détail

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier Loi n 13-89 relative au commerce extérieur promulguée par le dahir n 1-91-261 du 13 joumada I 1413 (9 novembre 1992), telle quelle a été modifiée et complétée par la loi n 37-93 promulguée par le dahir

Plus en détail

Franco à bord : expédition d'un produit dont les frais de port sont payés par l'expéditeur.

Franco à bord : expédition d'un produit dont les frais de port sont payés par l'expéditeur. DESTINATAIRE : Toutes les unités administratives Émise le : Révisée le : ÉMISE PAR : Direction des ressources financières et des partenariats économiques APPROUVÉE PAR : Directeur de la DRFPEl Date : BUT

Plus en détail

Guide pour e-commerçants

Guide pour e-commerçants Guide pour e-commerçants Explications claires des obligations légales des e-commerçants Conseils pratiques pour mettre votre site en conformité Modèles de textes faciles à adapter Mars 2015 Glynnis Makoundou

Plus en détail

Norme comptable internationale 2 Stocks

Norme comptable internationale 2 Stocks Norme comptable internationale 2 Stocks Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des stocks. Une des questions fondamentales de la comptabilisation des stocks

Plus en détail

LEGENDE. Douane / Frontière. Usines Transport terrestre. Transport maritime. Container / Stationnement. Aéroport

LEGENDE. Douane / Frontière. Usines Transport terrestre. Transport maritime. Container / Stationnement. Aéroport LES INCOTERMS 2000 Chargement / Déchargement Transport aérien LEGENDE Douane / Frontière Usines Transport terrestre Container / Stationnement Transport maritime Aéroport Frais de transport Frais de transport

Plus en détail

UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif

UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DCG session 2009 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif 1. Définir la normalisation comptable. DOSSIER 1 - Normalisation comptable La normalisation comptable consiste à : - produire des normes

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE.

CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE. CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE. ARTICLE 1 : DEFINITIONS Liste Cadeaux : Ensemble d au moins un produit identifié par le Bénéficiaire de liste comme cadeau

Plus en détail

COMPTABILITÉ DES ACTIVITÉS COMMERCIALES

COMPTABILITÉ DES ACTIVITÉS COMMERCIALES COMPTABILITÉ DES ACTIVITÉS COMMERCIALES TVA, PERTES SUR CLIENTS Rémy Bucheler Exercices Rémy Bucheler Jean-Marc Ducrest Antoine Melo LES CAHIERS FORMATION Cette collection aborde des matières complexes

Plus en détail

Le Crédit documentaire

Le Crédit documentaire FinancEmEnt En devises Et trade FinancE Le Crédit documentaire que vous exportiez ou importiez des marchandises et/ou des services, vous avez besoin de garanties : garantie du paiement de vos ventes si

Plus en détail

Grossiste répartiteur et Bonnes Pratiques de Distribution de produits pharmaceutiques

Grossiste répartiteur et Bonnes Pratiques de Distribution de produits pharmaceutiques MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA Grossiste répartiteur et Bonnes Pratiques de Distribution de produits pharmaceutiques Prof Agrégé Mahama OUATTARA Journées Bilan de l Activité Pharmaceutique

Plus en détail

Memo: Comment évaluer la valeur de marché d un bateau d occasion

Memo: Comment évaluer la valeur de marché d un bateau d occasion Memo: Comment évaluer la valeur de marché d un bateau d occasion (Mis à jour en janvier 2015) Pour avoir une idée sérieuse de la valeur de marché d un bateau d occasion, on ne devrait considérer que les

Plus en détail

Société immobilière de l Ontario Services de gestion des immobilisations et des locaux

Société immobilière de l Ontario Services de gestion des immobilisations et des locaux Chapitre 4 Section 4.10 Société immobilière de l Ontario Services de gestion des immobilisations et des locaux Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2006

Plus en détail

MINISTERE DE L INTERIEUR ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES. Direction de la Protection Civile

MINISTERE DE L INTERIEUR ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES. Direction de la Protection Civile MINISTERE DE L INTERIEUR ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES Direction de la Protection Civile PROCEDURES POUR LA REQUETE DE FRANCHISE pour les donations faites à l Etat et aux citoyens Haïtiens en cas

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA FORMULES DE CALCUL Le prix : Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA Ex : PV TTC = 250 x 1,196 = 299. TVA = 250 x 19,6 % = 49. PV HT = 299 = 250.

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

Plan financier automatisé : Utilisation

Plan financier automatisé : Utilisation Plan financier automatisé : Utilisation 1. Introduction Le plan financier d Excel vous permet d encoder des données afin qu elles soient traitées et mises en forme pour donner un plan financier abouti

Plus en détail

Vérification Interne. Vérification du cadre de contrôle des stocks

Vérification Interne. Vérification du cadre de contrôle des stocks Vérification Interne Vérification du cadre de contrôle des stocks Juin 2010 Table des matières SOMMAIRE EXÉCUTIF...5 1. INTRODUCTION...9 1.1 CONTEXTE...9 1.2 OBJECTIFS...9 1.3 ÉTENDUE DE LA VÉRIFICATION...9

Plus en détail

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA Étude Total Economic Impact réalisée par Forrester Pour SAP Directrice du projet : Shaheen Parks Avril 2014 Analyse des coûts projetés de SAP HANA Économies réalisables en migrant vers SAP HANA Synthèse

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Frais de déplacement et dépenses connexes

Frais de déplacement et dépenses connexes Chapitre 4 Section 4.12 Ministère des Services gouvernementaux Frais de déplacement et dépenses connexes Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.12 du Rapport annuel 2004 Contexte

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2

THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2 Unité 2 Thème 2 Unité 2 COURS Thème 2 THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2 SÉQUENCE 1... 3 Les opérations de vente complexes et leur comptabilisation...

Plus en détail

Quelles sont les principales formules utiles pour l étude de cas de vente?

Quelles sont les principales formules utiles pour l étude de cas de vente? Quelles sont les principales formules utiles pour l étude de cas de vente? Approvisionnement et gestion des stocks : des quantités vendues dans un Du stock initial, final et des livraisons, des commandes

Plus en détail

Nous vous présentons...

Nous vous présentons... Nous vous présentons... les services de gestion de régimes d assurance médicaments et la pharmacie d Express Scripts Canada. SM Un moyen pratique et sûr d optimiser votre régime d assurance médicaments

Plus en détail

Marché de fourniture de périodiques français et étrangers dans leurs versions imprimées ou couplées imprimées/numériques

Marché de fourniture de périodiques français et étrangers dans leurs versions imprimées ou couplées imprimées/numériques École normale supérieure 45, rue d Ulm 75230 Paris cedex 05 CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES (C.C.A.P) Marché de fourniture de périodiques français et étrangers dans leurs versions imprimées

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

Informations sur les demandes de paiement. Principes généraux

Informations sur les demandes de paiement. Principes généraux Informations sur les demandes de paiement Principes généraux Conditions préalables Le porteur de projet et ses partenaires co-financeurs préfinancent le projet. Le versement de la subvention communautaire

Plus en détail

COLLEGE. Réunion du jeudi 16 janvier 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 8 - LES STOCKS

COLLEGE. Réunion du jeudi 16 janvier 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 8 - LES STOCKS COLLEGE Réunion du jeudi 16 janvier 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 8 - LES STOCKS 2/14 NORME N 8 LES STOCKS NORME N 8 LES STOCKS SOMMAIRE 3/14 EXPOSÉ DES MOTIFS...

Plus en détail

OCTROI DE MER ET OCTROI DE MER REGIONAL

OCTROI DE MER ET OCTROI DE MER REGIONAL DIRECTION GÉNÉRALE DOUANES ET DES DROITS INDIRECTS N OCTROI DE MER ET OCTROI DE MER REGIONAL Déclaration relative au trimestre N 9*0 Formulaire obligatoire en vertu des dispositions de l'article de la

Plus en détail

Document d information relatif à la catégorisation des clients

Document d information relatif à la catégorisation des clients Document d information relatif à la catégorisation des clients Edition Novembre 2007 Document d information relatif à la catégorisation des clients 1 SOMMAIRE 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE

Plus en détail

Vérification des contrôles et de la sécurité liés à l impression des chèques prioritaires. Énoncé du vérificateur... 1

Vérification des contrôles et de la sécurité liés à l impression des chèques prioritaires. Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des contrôles et de la sécurité liés à l impression des chèques prioritaires RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation Mai 2004 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1

Plus en détail

2. Principes de la politique de placement

2. Principes de la politique de placement Directives générales de la Banque nationale suisse (BNS) sur la politique de placement du 27 mai 2004 (état le 1 er avril 2015) 1. But et champ d application Les présentes directives générales précisent

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. La mesure du chômage par l Insee. N 4 Septembre 2012. Combien y a t il de chômeurs en France?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. La mesure du chômage par l Insee. N 4 Septembre 2012. Combien y a t il de chômeurs en France? L INSEE EN BREF L Insee en bref N 4 Septembre 2012 La mesure du chômage par l Insee Combien y a t il de chômeurs en France? Quelle définition des chômeurs retient l Insee? Comment l Insee mesure t il le

Plus en détail

FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA)

FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA) FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2015-2016 Remarque : L état des revenus et des dépenses

Plus en détail

UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle

UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle Pour le Cacao Version 3.1, Juin 2012 Introduction La liste de contrôle UTZ Certified est un outil pour les organisations à évaluer leur performance

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise.

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. COMPTABILITE La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. Toutes les entreprises dont l activité

Plus en détail

La prise en charge du diabète au Mali. David Beran

La prise en charge du diabète au Mali. David Beran La prise en charge du diabète au Mali David Beran Le diabète dans les pays en voie de développement Le nombres de cas du diabète est estimé à 150 millions Pour 1 personne diagnostiquée il y a 8 non-diagnostiquées.

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS La présente politique fournit des lignes directrices aux administrateurs, aux dirigeants, aux employés et aux consultants de Groupe HNZ Inc.

Plus en détail

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes C O N S E I L N A T I O N A L D E R E C H E R C H E S C A N A D A Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes V é r i f i c a t i o n i n t e r n e, C N R C N O V E M B R E 2011

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC PARTIE 1 Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC THÈME 2 Le traitement des charges : les charges directes et indirectes EXERCICE 2 Méthode des centres d analyse et méthode simplifiée

Plus en détail