L économie électrique suisse divisée entre l attente et l activisme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L économie électrique suisse divisée entre l attente et l activisme"

Transcription

1 L économie électrique suisse divisée entre l attente et l activisme Bilan de la situation des entreprises d approvisionnementen électricité suisses

2 A propos du Boston Consulting Group (BCG) Le BCG est un cabinet international de conseil en management et le leader mondial du conseil en stratégie d entreprise. Nous travaillons avec des clients de tous les secteurs partout dans le monde pour identifier ensemble les meilleures opportunités, les aider à affronter leurs défis et faire évoluer leurs activités. A travers une approche personnalisée, nous leur apportons notre vision de la dynamique des entreprises et des marchés ainsi que notre expertise à chaque niveau de leur organisation. Nous leur garantissons ainsi un avantage concurrentiel durable, des organisations plus performantes et des résultats pérennes. Fondé en 1963, le BCG est une entreprise privée présente dans 42 pays avec 75 bureaux. L AES est l association faîtière de la branche électrique suisse. Elle s engage en faveur de conditionscadre optimales pour les entreprises électriques, ainsi qu en faveur d un approvisionnement fiable en électricité. L AES informe le grand public sur les thèmes de la branche électrique et propose à ses membres de nombreuses prestations. En tant qu association nationale, l AES est active dans toutes les régions linguistiques. En plus de son siège à Aarau, l AES possède un bureau à Lausanne et est représentée au Tessin grâce à une étroite collaboration avec l ESI. Nos principales compétences 1. Influence des conditions-cadre politiques 2. Information et communication sur les thèmes de la branche 3. Formation de base et continue dans différents domaines de la branche énergétique 4. Office spécialisé pour les questions techniques, juridiques, économiques et politiques 5. Plaque tournante pour les divers intérêts et leur regroupement

3 L économie électrique suisse divisée entre l attente et l activisme Bilan de la situation des entreprises d approvisionnement en électricité suisses Rüdiger Schicht Malte Müller Cornelius Niemeyer Michael Frank Stefan Muster Michael Meier Juin 2012 bcg.ch strom.ch

4 Glossaire EAE SER CCF CCG OFEN ONG ETS Construction (produktion) entreprise d approvisionnement en électricité sources d énergies renouvelables installations de couplage chaleur-force centrales combinées à gaz Office fédéral de l énergie organisation non gouvernementale Trialogue Energie Suisse capacité supplémentaire de production d électricité résultant de la construction de nouvelles installations ou de l extension d installations existantes 2 The Boston Consulting Group Association des Entreprises Électriques Suisses

5 Table des matières Résumé 4 Introduction: Les entreprises d approvisionnement en électricité suisses face à d importants défis 6 Libéralisation du marché: malgré la pression, les participants attendent avant de réagir 9 Malgré la pression, la majorité des EAE continuent à attendre avant de réagir 9 Nombre d EAE pensent devoir rattraper leur retard pour devenir compétitives 10 Sur le marché libéralisé, les EAE souhaitent se positionner au niveau local et régional en offrant une gamme de produits intéressante 12 Manque d auto-approvisionnement: les activités actuelles ne suffiront pas à long terme 15 Les conditions-cadre actuelles rendent le développement des potentiels de production difficile 15 La construction de capacité de production en suisse doit être fortement augmenté 17 Nouveaux modèles d affaires: signes d action 20 Le passage de la branche électrique à des structures horizontales aura-t-il lieu en Suisse? 20 Signes d activisme à travers la chaîne de création de valeur afin de se réserver toutes les options possibles 21 L économie électrique Suisse Divisé Entre L attente et L activisme 3

6 Résumé OBSERVER, ÉCONOMISER, SE RÉSER- VER TOUTES LES OPTIONS POSSI- BLES. La branche électrique suisse doit faire face à de grands défis. La seconde étape de la libéralisation du marché de l électricité permettra aux petits consommateurs de choisir librement leur fournisseur. La production d électricité nationale ne suffira plus pour satisfaire la consommation d électricité. En parallèle, de nouveaux modèles d affaires voient le jour, par exemple dans le domaine du Smart Home ou de la production d électricité décentralisée. Cela engendre une forte pression sur les entreprises d approvisionnement en électricité (EAE). Cependant, le présent bilan de la situation montre que les EAE émettent une certaine réserve au regard de ces défis. Cela s explique par le fait que le secteur de l énergie ne dispose pas de conditions-cadre sûres pour investir. L insécurité qui préoccupe les EAE est proportionnelle à ce manque. Le résultat est un amalgame de trois types de comportements: Augmenter l efficacité: dans des périodes d incertitude allant de pair avec une forte pression due au besoin de compétitivité, une augmentation de l efficacité s impose comme une stratégie essentielle. 70% des participants prévoient de réduire les coûts et 42% de supprimer des postes. L exploitation du réseau est le domaine le plus affecté par les mesures de réduction des coûts. Attendre: nombreux sont ceux qui attendent encore des mesures politiques concrètes. Ainsi, moins de la moitié des EAE a mis en œuvre des mesures pour faire face à la libéralisation du marché, combler les lacunes de l auto-approvisionnement ou introduire de nouveaux modèles d affaires. Dans nombre de cas, aucune mesure concrète n est prévues. Activisme: de nombreuses EAE montrent des signes d activisme et cherchent à se réserver toutes les options possibles. De nouveaux participants se pressent donc de rejoindre le marché dans toutes les étapes de la création de valeur. Les EAE déjà actifs souhaitent pour la plupart consolider leurs activités. LA PRÉPARATION À LA LIBÉRALISATION EN EST À SES BALBUTIEMENTS. Les EAE s attendent à une concurrence accrue, mais se sont jusqu alors montrées très réservées en ce qui concerne les mesures de préparation à la libéralisation. Selon leurs propres estimations, elles doivent encore dans une large mesure rattraper leur retard, et beaucoup d entre elles jugent qu elles ne sont pas encore compétitives dans les différentes étapes de la chaîne de création de valeur. La plupart des EAE souhaitent se démarquer de la concurrence par leur offre de produits et services ainsi que leur présence au niveau local. Cependant, pour la majorité d entre elles, les mesures prises à ce jour ne suffiront pas pour préparer la libéralisation. L EXTENSION DE LA PRODUCTION À L ÉCHELLE NATIONALE EST ENCORE TROP FAIBLE. La première date clé de la stratégie énergétique 2050 de la Confédération est A première vue, les EAE ont déjà des plans de construction étendus qui correspondent 4 The Boston Consulting Group Association des Entreprises Électriques Suisses

7 aux attentes de l Office fédéral de l énergie (OFEN). Cependant, 42% de ces constructions seront réalisées à l étranger. La Suisse est donc encore très loin des buts fixés par l OFEN dans le cadre de la stratégie énergétique En outre, plus de la moitié de ce qui est prévu en Suisse repose sur les projets de centrales à gaz à Chavalon et à Cornaux. Or ces projets n ont pas encore été confirmés. Il est possible d atteindre bien plus à long terme: les nouvelles constructions prévues dans le domaine des sources d énergies renouvelables (SER) ne représentent qu une mince fraction du potentiel à long terme que les EAE estiment avoir. Pour pallier le déficit énergétique audelà de 2020, des investissements complémentaires considérables sont nécessaires en matière d énergies renouvelables, d installations de couplage chaleur-force (CCF) et de centrales combinées à gaz (CCG). Les conditionscadre actuelles ne facilitent cependant pas le développement des potentiels de production. Du point de vue des EAE, les principales raisons sont un contexte politique peu sûr, l opposition de la population et des organisations non gouvernementales (ONG), de longues procédures d autorisation et de recours ainsi qu un prix de l électricité trop bas. LES MILIEUX POLITIQUES DOIVENT PROPOSER DES SOLUTIONS. Les milieux politiques doivent donc rapidement concrétiser les conditions-cadre pour stimuler les comportements adéquats. Les EAE doivent quant à elle faire face aux défis. Les changements apportés aux conditions-cadre appellent à des décisions, même en période d insécurité. Dans une telle situation, il faut faire preuve d un courage audacieux pour garantir en Suisse un approvisionnement en électricité à bas prix tout en respectant l environnement. Les EAE doivent revoir leur stratégie en interne et déterminer leur position future sur le marché. CONCRÈTES ET LES EAE SE POSITIONNER. Les EAE se comportent de manière rationnelle en regard des conditions-cadre actuelles, mais non sur le plan des objectifs économiques de la Suisse: du point de vue du régulateur et de celui des consommateurs, ni une attente passive ni un comportement d activisme ne sont souhaitables. De telles façons de procéder ralentissent le tournant énergétique visé et ne permettent pas d investir efficacement les ressources personnelles et financières. L économie électrique Suisse Divisé Entre L attente et L activisme 5

8 Introduction: Les entreprises d approvisionnement en électricité suisses face à d importants défis La branche électrique suisse est très fragmentée. On dénombre au total environ 730 EAE. Les 20 plus grandes EAE ont une part de marché d environ 41% des TWh consommés par les clients finaux et de 76% de la production. Parmi les plus grands acteurs, on trouve les sociétés Alpiq, Axpo et BKW FMB Energie. Les structures de propriété sont en grande partie publiques, en particulier pour les petites et moyennes EAE. En 2011, la consommation nationale d électricité s élevait à 63 TWh, dont 60 étaient produits en Suisse, à raison d environ 40% par des centrales nucléaires et 55% par des centrales hydroélectriques. année sont libres de choisir leur fournisseur d électricité. Dans les prochaines années, le marché devrait se libéraliser entièrement. Par conséquent, les ménages auront éga- Figure 1: L'étude recueille des données de plus de 50% des acteurs concernés pour l'ensemble des étapes de la chaîne de création de valeur Couverture du marché (en % TWh) Cette même année, le Conseil fédéral et le Parlement ont décidé de sortir progressivement du nucléaire. Les centrales nucléaires doivent selon toutes prévisions être arrêtées après 50 ans d exploitation, sans être remplacées, ce qui signifie que la dernière centrale nucléaire sera coupée du réseau en En 2050, si la politique énergétique ne change pas, la consommation nationale devrait atteindre quelque 80 TWh selon les prévisions de l OFEN. Le marché suisse de l électricité est partiellement libéralisé depuis En d autres termes, les clients importants consommant plus de 100 MWh par % 56% Production Commerce d'electricité de gros (vente à d'autres EAE) 64% Vente aux clients finaux Source: enquête auprès des membres de l AES, AES, analyse BCG 6 The Boston Consulting Group Association des Entreprises Électriques Suisses

9 lement ce libre choix. La structure de la branche électrique est en passe de subir un bouleversement. En effet, il semble difficile de faire croître les affaires existantes. Les installations de production décentralisées et le stockage se développent, les nouvelles technologies et applications (p. ex. Smart Home, Smart grid ou mobilité électrique) font l objet de vifs débats et l efficacité énergétique commence à se profiler comme un nouveau domaine d activité. S ensuivent l apparition de nouveaux modèles d affaires et l entrée de nouveaux acteurs sur le marché. En conséquence, l avenir proche des entreprises électriques suisses sera caractérisé par les trois défis suivants: la libéralisation du marché escomptée, le manque d autoapprovisionnement de la Suisse et le changement nécessaire qu il engendre dans la manière de concevoir le portefeuille de production et d approvisionnement puis les nouveaux acteurs sur le marché, y compris les nouveaux modèles d affaires qui sont en train de se développer. Comment les EAE suisses se sont-elles préparées à ces défis et quels sont leurs projets d avenir? Cette enquête s est déroulée de mars à début avril 2012, c est-à-dire avant le 18 avril 2012, date à laquelle le Conseil fédéral a publié son «paquet énergétique» dans le cadre de la stratégie énergétique L étude ne tient pas compte de ce paquet; elle offre des résultats pouvant servir à concrétiser le premier paquet de mesures défini par la Confédération pour les processus législatifs. Afin de permettre un bilan précis de la situation des EAE suisses à un moment donné, les résultats de l enquête ont été complétés par des données externes ainsi que des analyses effectuées par le BCG. L étude est représentative de la branche électrique suisse. En effet, elle recueille des données des acteurs qui représentent plus de 50% du marché pour l ensemble des étapes de la création de valeur et plus de 90% de la production (voire le graphique). Les participants sont répartis dans toute la Suisse. Toutes les régions et tous les cantons sont représentés. Parmi les 20 EAE faisant le plus grand chiffre d affaires, 15 ont participé. Au total, 120 EAE ont pris part à l étude. La présente étude, qui est le fruit d une première collaboration entre le Boston Consulting Group (BCG) et l Association des entreprises électriques suisses (AES), est un bilan qui reflète la situation à un moment précis et devra être revu périodiquement au cours des années à venir. Cette étude se base sur des renseignements fournis directement par les intéressés issus de la branche électrique suisse. En collaboration avec l AES, le BCG a effectué une enquête auprès des membres de l AES. et a en outre réalisé des interviews avec les EAE et les entreprises électriques les plus importantes. L économie électrique Suisse Divisé Entre L attente et L activisme 7

10 Figure 2: Répartition équitable des participants dans toute la Suisse Die Studie ist repräsentativ für die Schweizer Stromwirtschaft. In allen Wertschöpfungsstufen konnte eine Abdeckung von über 50 % erreicht werden, bei der Produktion BS sogar über 90% (Siehe Abbildung 1). Die Teilnehmer sind dabei geographisch breit über die ganze Schweiz AG BL verteilt, alle Regionen und Kantone sind repräsentiert JU (Siehe Abbildung 2). Von den nach Umsatz 20 SOgrössten EVU haben sich 15 an der Studie beteiligt, insgesamt haben 120 EVU teilgenommen. LU BE OW SH ZH ZG SZ NW UR TG AR AI SG GL FL VD FR GR VS Siège social de EAE participant Source: Enquête auprès des membres de l AES, analyse BCG 8 The Boston Consulting Group Association des Entreprises Électriques Suisses

11 Libéralisation du marché: Malgré la pression, les participants attendent avant de réagir MALGRÉ LA PRESSION, LA MAJOR- ITÉ DES EAE CONTINUENT À AT- TENDRE AVANT DE RÉAGIR. L ouverture à la concurrence escomptée et la libéralisation du marché de l électricité représentent à la fois une chance et un risque pour les EAE suisses. Les conséquences de la libéralisation sur les EAE sont difficiles à évaluer, car la mise en œuvre des conditions-cadre n est pas encore bien définie. Les commentaires des EAE montrent une réelle inquiétude quant à la planification concrète. Les petites et les grandes EAE ont des perceptions sensiblement différentes. En effet, parmi les EAE ayant participé, 77% des 20 plus grandes d entre elles s attendent à une augmentation drastique de la concurrence, contre seulement 42% chez les petites entreprises interrogées. Si le marché est libéralisé, les petits consommateurs auront également la possibilité de choisir librement leur fournisseur d électricité et donc d en changer. Des 20 plus grandes EAE, presque toutes s attendent à ce que le nombre de clients prêts à changer de fournisseur augmente, alors que le chiffre se monte à 59% pour les autres EAE. «La Suisse doit ouvrir son marché de l électricité de manière complète et rapide. L ouverture du marché n a jusqu alors pas porté ses fruits, car le prix était faussé.» Une EAE favorable à la libéralisation «Une libéralisation totale n apporte aucun avantage ni de manière générale ni aux clients. Elle engendre plutôt des risques et des coûts élevés.» Une EAE opposée à la libéralisation De manière générale, les points de vue quant à la libéralisation du marché divergent considérablement. 29% des EAE y sont ouvertement favorables, alors que 18% se disent contre. Parmi les EAE ayant déjà pris des mesures en vue de l accentuation future de la libéralisation, les différences sont plus prononcées. De fait, 35% des participants s expriment distinctement en faveur de la libéralisation, un pourcentage trois fois plus élevé que celui des EAE s y opposant clairement. La part des participants favorables, dont les deux tiers se situent parmi les 20 plus grandes EAE de Suisse, est particulièrement élevée. Ce groupe perçoit la libéralisation plus comme une chance que comme un risque. Les participants s exprimant clairement en sa faveur souhaitent pour la plupart une ouverture totale et de grande envergure du marché, comprenant la possibilité de fixer soi-même ses tarifs (suppression de l article 4 de l Ordonnance sur l approvisionnement en électricité). Les EAE sont sous pression et doivent affronter deux défis majeurs: d une part, leur affirmation propre sur le nouveau marché libéralisé et, d autre part, l utilisation des nouvelles possibilités qu offre un tel marché. Il est souhaitable d entamer des discussions le plus tôt possible, car la mise en œuvre prend du temps. L économie électrique Suisse Divisé Entre L attente et L activisme 9

12 «Nous aimerions nous La majorité des EAE préparer activement s est montrée jusqu à présent très à la libéralisation du réservée quant à la marché. La situation politique ne nous permet cependant pas d agir, mais seulement de réagir.» Membre de la direction préparation de la libéralisation du marché. Seules quelques rares entreprises parmi celles qui s attendent à une augmentation considérable de la concurrence ont à ce jour pris d importantes mesures pour notamment se repositionner, se réorganiser, renforcer le secteur des ventes ou encore augmenter leur efficacité de manière notable (voir le graphique). Six des EAE interrogées s attendent à une augmentation de la concurrence et ont déjà mis en œuvre d importantes mesures. Ces entreprises cherchent à mettre à profit les chances qui se profilent. 71 EAE s attendent quant à elles à une augmentation de la concurrence, mais n ont pas encore pris de mesures pour y faire face. Enfin, 20 EAE ne croient plus à la concurrence et n ont donc rien entrepris dans ce domaine-là. NOMBRE D EAE PENSENT DEVOIR RATTRAPER LEUR RETARD POUR DEVENIR COMPÉTITIVES. Les EAE ont plutôt mauvaise impression quant à leur capacité de supporter une libéralisation du marché. En effet, entre 25% et 41% d entre elles estiment qu elles ne sont pas compétitives dans les différentes étapes de la chaîne de création de valeur (de la production d électricité jusqu à l exploitation du réseau, voir le graphique sur la page suivante). Beaucoup d EAE perçoivent un besoin d agir particulier dans les domaines de l acquisition/du négoce et de la vente/du commerce de détail. 70% des entreprises interrogées (y compris l ensemble des 20 plus grandes entreprises) ont de ce fait prévu des mesures de réduction des coûts. 42% des EAE (y compris plus de la moitié des 20 plus grandes entreprises) ont en outre prévu de supprimer des postes de travail. Figure 3: Malgré l'augmentation escomptée de la concurrence, la plupart des EAE n'ont jusqu'à présent pas mis en œuvre de mesures concrètes. Mesures importantes Mesures prises jusqu'à présent pour maintenir les ventes Mesures peu importantes /1 Nombre d'eae Aucune Ventes < 200 GWh Ventes > 200 GWh Aucune Moyenne Augmentation escomptée de la concurrence Drastique Source: Enquête auprès des membres de l'aes, analyse BCG 10 The Boston Consulting Group Association des Entreprises Électriques Suisses

13 Exemples de mesures concrètes de grande envergure mises en œvre par des EAE Augmentation de l efficacité: réduction des coûts, mise en valeur des synergies, réorganisation, optimisation des processus en interne (p. ex. pour le controlling, la facturation ou la comptabilité) Fidélisation de la clientèle: positionnement sur l électricité écologique et sur la présence locale pour les clients, introduction de mesures pour fidéliser les clients Produits: révision des tarifs et des produits, développement et introduction de prestations de service (service de conseil) et de produits supplémentaires Marketing: renforcement des départements, développement de nouveaux concepts de communication avec la clientèle, mise en valeur de la proximité avec la clientèle, intensification du service à la clientèle, consolidation de la gestion des relations avec la clientèle Ventes: adaptation de l organisation, création d un secteur des ventes, fusion de plusieurs unités de ventes, renforcement du personnel de vente et développement des compétencesn Culture d entreprise: mouvement pour faire changer la culture d entreprise en interne et s orienter davantage vers la clientèleg «Nous maîtrisons pleinement l exploitation du réseau et n avons que peu de marge de manœuvre dans les autres domaines.» Une EAE de taille Bien que l exploitation du réseau soit le domaine pour lequel la plupart des EAE se déclarent être compétitives, c est aussi le domaine le plus concerné par les mesures de réduction des coûts. Plus d un tiers des EAE interrogées prévoient de supprimer des postes dans ce domaine. Cela peut s expliquer par deux raisons: d une part la future régulation incitative escomptée et d autre part la baisse des rentrées d argent due au bas taux d intérêt imputable des capitaux «Faire des économies pour l utilisation du réseau. Néanmoins, c est dans le domaine de dans ce domaine que les l exploitation du réseau entreprises maîtrisent signifie économiser pleinement les coûts. Cela vaut en particulier sur la sécurité.» pour les petites EAE. La Membre de la direction pression qui pèse sur les EAE et les pousse à agir d une EAE se remarque de manière notable dans les commentaires de ces entreprises. Par ailleurs, nombre de participants sont d avis que des mesures d économie auraient des répercussions négatives sur le niveau actuel de sécurité et de qualité. Compte tenu des incertitudes actuelles en regard de la réalisation concrète de la libéralisation, augmenter l efficacité s avère être un début de stratégie adapté et judicieux. Dans cette optique, il est essentiel que la capacité de fonctionnement de l entreprise puisse augmenter malgré les mesures de réduction des coûts: les EAE estiment que les facteurs de réussite les plus importants sur un marché libéralisé sont le service à la clientèle et les qualifications du personnel de l entreprise (voir le graphique). Des mesures de consolidation seraient quant à elles peu attractives. La taille serait le facteur de réussite le moins important. L économie électrique Suisse Divisé Entre L attente et L activisme 11

14 Figure 4: Une bonne moitié des EAE prévoit de réduire les coûts d exploitation du réseau 25% 75% 59% 41% 63% 37% 85% 15% Mentions des participants à l'étude (%) 60 % CHF CHF 40 % CHF CHF 20 % 0 % 29 % 16 % Production 39 % 12 % Acquisition/ négoce 27 % 14 % Vente/ Commerce de détail 49 % 34 % Exploitation Du réseau CHF 12 % 6 % Autres % des EAE qui prévoient des réductions de coûts % des EAE qui prévoient des suppressions de postes de travail % des EAE, qui ne s'estiment pas compétitives % des EAE, qui s'estiment compétitives Source: Enquête auprès des membres de l'aes, analyse BCG SUR LE MARCHÉ LIBÉRALISÉ, LES EAE SOUHAI- TENT SE POSITIONNER AU NIVEAU LOCAL ET RÉ- GIONAL EN OFFRANT UNE GAMME DE PRODUITS INTÉRESSAN- «Le plus important est TE. d être proche du client.» En ce qui concerne les coûts, la Membre de la direction planification des d une EAE mesures est déjà bien avancée chez de nombreuses EAE, mais cela ne sera pas suffisant. Les EAE doivent trouver des solutions pour se positionner de manière stratégique et avantageuse sur le marché afin d acquérir et de fidéliser des clients. Beaucoup d EAE doivent encore définir une stratégie pour se démarquer de leurs concurrents. La plupart d entre elles estiment connaître les besoins des clients: 70% des EAE indiquent qu elles connaissent largement ou complètement les besoins de leurs clients. Cependant, elles s attendent à, voire même redoutent que les clients souhaitent les quitter pour un nouveau fournisseur concurrent répondant mieux à leurs besoins. 77% des EAE affirmant bien connaître leurs clients s attendent à ce que le nombre de clients prêts à changer de distributeur augmente. «Malheureusement tout se rapporte aux prix. Cela vaut aussi et particulièrement pour les produits écologiques.» Geschäftsleitungsmitglied eines EVU Pour faire face à la concurrence attendue, les EAE commencent par introduire de nouveaux produits 12 The Boston Consulting Group Association des Entreprises Électriques Suisses

15 Figure 5: Le service à la clientèle, les qualifications du personnel et l'efficacité sont les facteurs de réussite les plus importants d'après les EAE Très haute importance Très faible importance Service à la clientèle Personnel qualifié Amélioration de l'efficacité Offre à un prix avantageux Coopérations/Partenariats Marketing Compétence en matière de négoce/d'acquisition Différenciation des produits 1,7 1,7 2,0 2,1 2,2 2,5 2,7 2,7 9 Taille Source: Enquête auprès des membres de l'aes, analyse BCG 3,0 (en rapport à l électricité ou à des services) ainsi que de nouvelles marques. Environ 80% des entreprises qui s attendent à une augmentation de la concurrence indiquent vouloir introduire de nouveaux produits et de nouvelles marques. En comparaison, seulement la moitié des entreprises ne prévoyant pas d augmentation de la concurrence souhaitent le faire. les différentes possibilités pour se démarquer de la concurrence. La question des énergies renouvelables en tant que possibilité de démarcation est particulièrement controversée. Les possibilités les plus importantes du point de vue des EAE pour se démarquer de leurs concurrents sur un marché libéralisé sont d une part l offre de produits et de services supplémentaires et d autre part l utilisation de marques régionales ou locales pour renforcer la proximité avec la clientèle. Seule une EAE sur sept indique que le prix peut servir à se démarquer de la concurrence et 10% des entreprises n y voient aucune possibilité de se démarquer. Par ailleurs, les commentaires rendus par les entreprises interrogées reflètent des opinions très diverses sur L économie électrique Suisse Divisé Entre L attente et L activisme 13

16 Figure 6: La plupart des EAE cherchent à se démarquer de la concurrence en proposant des prestations supplémentaires Mentions 1 des participants à l'étude (%) 40 36% 30 10% % 20% 14% 14% 10 11% 10% 10% 8% 6% 0 Produits/prestations de services supp. Proximité avec les clients Marchés régionaux/ locaux Prix Energies renouvelables (local) 1. Plusieurs mentions possibles 2. dont conseil en matière d'efficacité énergétique Source: Enquête auprès des membres de l'aes, analyse BCG Interconnexion Divers Aucune Qualité du service Contrats à long terme 14 The Boston Consulting Group Association des Entreprises Électriques Suisses

17 Manque d auto-approvisionnement: les activités actuelles ne suffiront pas à long terme Le public porte actuellement une attention particulière au fait que l auto-approvisionnement ne suffira plus à l avenir. C est d une part à la Confédération qu il revient de définir des lignes directrices dans sa stratégie énergétique 2050 pour clarifier de quelle manière produire de l électricité sans recourir au nucléaire. Elle doit pour cela poser les conditions-cadre et prévoir les mesures d incitations qui s imposent. D autre part, les EAE doivent changer leur manière de concevoir le portefeuille de production et d approvisionnement. Par conséquent, il est particulièrement intéressant de savoir quels sont les projets des EAE à moyen terme dans les conditions-cadre actuelles. LES CONDITIONS-CADRE ACTUELLES RENDENT LE DÉVELOPPEMENT DES POTENTIELS DE PRO- DUCTION DIFFICILE. L extension de la production d électricité prévue d ici à 2020 ne s est pas encore généralisée. Si une moitié des EAE prévoit d étendre sa production en matière d énergies renouvelables d ici à 2020, seulement 27% d entre elles ont déjà entrepris d analyser la situation en vue d une planification concrète, et 17% ont commencé à développer des projets (voir le graphique sur la page suivante). Les activités prévues pour construire dans le domaine des énergies fossiles installations de couplage chaleur-force (CCF) ou centrales combinées à gaz (CCG) sont encore moins importantes et sont entreprises uniquement par les grandes EAE. Toutefois, environ un cinquième seulement des 20 plus grandes EAE ont commencé la mise au point ou mandaté un bureau d ingénieurs pour développer leurs projets dans ces domaines. De manière générale, les prépara- «Il est impossible de tions en vue de la prévoir les décisions construction de qui seront prises en nouvelles capacités de production sont matière de politique bien plus avancées énergétique; aucun chez les grandes investissement ne peut EAE que chez les petites. être garanti.» Membre de la direction Dans leurs commentaires, les EAE d une EAE expliquent cette approche hésitante par le fait que les conditions-cadre ne sont pas favorables à une extension de la production en Suisse. Les raisons majeures sont le contexte politique incertain, l opposition de la population et des organisations non gouvernementales (ONG), de longues procédures d autorisation et de recours ainsi qu un prix de l électricité trop bas. Celles-ci sont invoquées tant pour la production fossile que pour les énergies renouvelables. C est pourquoi de nombreuses activités menées par les EAE suisses le sont à l étranger. En outre, deux tiers des EAE s attendent à ce qu il soit plus difficile de financer leurs investissements à l avenir. Les EAE suisses ayant pris part à l étude représentent actuellement plus de 90% de la capacité de production. Or, «Personne ne veut investir, parce que personne ne peut prévoir quelle sera la situation dans 5 ans.» Membre de la direction d une EAE L économie électrique Suisse Divisé Entre L attente et L activisme 15

18 Figure 7: Moins d'un cinquième des EAE travaillent actuellement au développement de projets en rapport avec les énergies renouvelables Réponses des participants à l'étude (%) % % -23% % 27% -10% 17% 0 EAE Plans d'extension des énergies renouvelables d'ici à 2020 Planification concrète entreprise Développement du projet commencé Source: Enquête auprès des membres de l'aes, analyse BCG elles prévoient d ici à 2020 de construire de manière considérable, c est-à-dire à raison de 12,3 TWh (installations propres ou participations dans des installations). Toutefois, plus de 40% des investissements sont réalisés à l étranger. La part étrangère est particulièrement élevée dans le domaine des énergies renouvelables, où elle atteint presque 70%. Ces parts peuvent servir à combler le manque d auto-approvisionnement uniquement dans la mesure où l électricité est transportée physiquement en Suisse à partir des installations situées à l étranger. Pour ce faire, il est impératif que des accords bilatéraux soient établis entre l Union européenne et la Suisse. Comme la production décentralisée d électricité gagne en «Comme la situation politique en Suisse est incertaine, nous prévoyons surtout d investir à l étranger.» Membre de la direction d une EAE importance, la production devient également intéressante pour de simples distributeurs finaux dont le potentiel est disponible dans la région d approvisionnement. Environ une moitié des quelque 40% d EAE qui jusqu alors ne produisaient pas d électricité a l intention de commencer à le faire d ici à 2020, mais cette contribution supplémentaire est assez faible, de l ordre de 0,1 TWh selon la planification actuelle. Il faut être conscient du fait que seule une concrétisation des conditions-cadre en collaboration avec les milieux politiques peut changer fondamentalement le comportement passif des EAE à l égard des investissements en Suisse. Il ne s agit pas de supprimer tout risque entrepreneurial, mais de s assurer que les investisseurs puissent calculer et donc limiter les risques. 16 The Boston Consulting Group Association des Entreprises Électriques Suisses

19 Figure 8: Les constructions prévues par les EAE en Suisse jusqu'à 2020 représentent le minimum envisagé par les scénarios de l OFEN TWh Toutefois 68% des énergies renouvelables à l'étranger 20 18, ,7 6,9 12,3 7,2 0 Constructions scénario «Poursuite de la politique actuelle» Constructions scénario «Nouvelle politique énergétique» Constructions scénario «Nouvelle politique énergétique, centrales 40 ans» Constructions escomptées d'après les participants à l'enquête 1...dont en Suisse 1 SER CCF CCG SER CCF CCG 1. Les projets de CCG de Chavalon et de Cornaux ont été inclus en intégralité. Remarque: Les énergies renouvelables sans installations de pompage-turbinage, les planifications sans l'indication Suisse ou étranger ont été enregistrées avec la Suisse. La sous-variante «C&E (fossile, solution centralisée & énergies renouvelables)» des scénarios de l'ofen est citée à chaque fois. Source: Enquête auprès des membres de l'aes, Prognos 2011, OFEN, analyse BCG LA CONSTRUCTION DE CAPACITÉ DE PRODUC- TION EN SUISSE DOIT ÊTRE FORTEMENT AUG- MENTÉE. Sur les 7 TWh de capacité de production qui selon les projets actuels vont être construits en Suisse, 2,3 TWh proviennent d énergies renouvelables, alors que le reste est issu de projets d installations de couplage chaleurforce ou de centrales combinées à gaz. Cependant, les projets de centrales à gaz de Chavalon et de Cornaux représentent plus de la moitié de la capacité de production supplémentaire prévue. Or, la réalisation de ces projets et, le cas échéant, les délais y relatifs sont encore incertains. Si l on compare les projets des EAE avec les scénarios prévus par l OFEN dans la version actuelle des perspectives énergétiques (2011), l on constate qu il est encore nécessaire d agir. La capacité de production supplémentaire que les scénarios prévoient d ici à 2020 fait encore souvent défaut compte tenu des 7 TWh planifiés pour la Suisse (voir le graphique sur la page précédente). Il suffit qu un des deux projets d installations de couplage chaleur-force à Chavalon ou à Cornaux ne soit pas réalisé pour que la différence soit très marquée, même dans le cas du meilleur scénario de l OFEN. Pour que les objectifs de l OFEN soient atteints, il faut étendre la capacité de production de façon considérable d ici à De plus, jusqu à cette date, le besoin de capacité de production L économie électrique Suisse Divisé Entre L attente et L activisme 17

20 Figure 9: Les constructions devraient encore augmenter considérablement d'ici à 2035 TWh 50 45, , , Constructions scénario «Poursuite de la politique actuelle» Constructions scénario «Nouvelle politique énergétique» Constructions scénario «Nouvelle politique énergétique, centrales 40 ans» Constructions en Suisse d'après les participants à l'enquête SER CCF CCG SER CCF CCG Remarque: Énergies renouvelables sans installations de pompage-turbinage. La sous-variante «C&E (fossile, solution centralisée & énergies renouvelables)» des scénarios de l'ofen est citée à chaque fois. Source: Enquête auprès des membres de l'aes, Prognos 2011, OFEN, analyse BCG «Les difficultés qui se posent, avec les ONG par exemple, lors de chaque projet d investissement, qu il s agisse d énergies conventionnelles ou d énergies renouvelables, sont une importante source de frustration. Certains projets finissent par s étendre sur des dizaines d années.» Membre de la direction d une EAE supplémentaire augmentera de manière notable. Dans de telles circonstances, il est intéressant de voir dans quelle mesure le potentiel qui pourrait être exploité pour les énergies renouvelables en 2020 n est pas encore déterminé par les plans actuels. Il s agit ici non pas du potentiel technique ou économique, mais des extensions probables dans les conditions-cadre escomptées. Les EAE évaluent le potentiel à long terme pour les énergies renouvelables (grande hydraulique non comprise) à quelque 14,1 TWh et sont donc plus modestes que Trialogue Energie Suisse (ETS), qui pronostique dans son étude un potentiel réalisable jusqu à 2050 de 24,5 TWh en moyenne. Les projets à moyen terme des EAE pour obtenir 2,3 TWh supplémentaires à partir d énergies renouvel- 18 The Boston Consulting Group Association des Entreprises Électriques Suisses

Notre avenir est renouvelable! L électricité de demain 2012 2050.

Notre avenir est renouvelable! L électricité de demain 2012 2050. Notre avenir est renouvelable! L électricité de demain 2012 2050. La production d électricité, aujourd hui et demain. Des défis pour ewz. Sortie du nucléaire, objectifs en matière de climat, libéralisation

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

PAR UN SEUL ET MARCHÉ DE L ÉNERGIE SYSTEME MÊME FOURNISSEUR

PAR UN SEUL ET MARCHÉ DE L ÉNERGIE SYSTEME MÊME FOURNISSEUR Relevé mobile des données des compteurs Télélecture des compteurs Gestion des données énergétiques Décompte d énergie/crm Business Process Management MARCHÉ DE L ÉNERGIE SYSTEME PAR UN SEUL ET MÊME FOURNISSEUR

Plus en détail

BKW SA - Stratégie et recommandations. Assemblée générale de ener-j / 30 avril 2014 Renato Sturani

BKW SA - Stratégie et recommandations. Assemblée générale de ener-j / 30 avril 2014 Renato Sturani BKW SA - Stratégie et recommandations Assemblée générale de ener-j / 30 avril 2014 Renato Sturani Agenda Jura et Jura Bernois Suisse Stratégie énergétique 2050 Marché de l'électricité: situation temporaire

Plus en détail

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Le marché de l énergie : mode d emploi Le marché de l énergie Un marché concurrentiel avec les garanties du Service Public L énergie

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Tournant énergétique indispensable, défis immenses

Tournant énergétique indispensable, défis immenses Communiqué de presse Position des Académies suisses à l approvisionnement suisse en électricité Tournant énergétique indispensable, défis immenses Berne/Zurich, 9 août 2012. La transition vers des énergies

Plus en détail

Sans données mesurées, rien n est possible!

Sans données mesurées, rien n est possible! Sans données mesurées, rien n est possible! Des exigences élevées sont posées aux gestionnaires de réseau de distribution en matière de gestion des données mesurées 2009 sera l année de la nouveauté pour

Plus en détail

Energies vertes, la grande illusion?

Energies vertes, la grande illusion? Energies vertes, la grande illusion? 13èmes rencontres suisses de l électricité Alain Sapin, Directeur Energie - Groupe E Lausanne, 11 mars 2010 Sommaire 1. Politique énergétique suisse 2. Prix du marché

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Daniel Büchel, Vice-directeur, directeur du programme SuisseEnergie Politique énergétique: de quoi s agit-il? Sécurité de l approvisionnement Sécurité technique

Plus en détail

Les énergies renouvelables et la transition énergétique en Allemagne. Discussions actuelles

Les énergies renouvelables et la transition énergétique en Allemagne. Discussions actuelles Les énergies renouvelables et la transition énergétique en Allemagne Discussions actuelles Contrat de coalition 2013 Les priorités gouvernementales 2014-2017 Confirmation des objectifs ambitieux Confirmation

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 Bisnode Faillites et créations arrêtées au mois de Mai 2013 Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 731b du CO: dissolutions d entreprises aux dépens de la collectivité. Entre janvier

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Mieux gérer le personnel 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Améliorer la gestion du personnel et obtenir des résultats financiers en contrôlant le trafic

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

«La sécurité d investissement comme préalable à un approvisionnement fiable» Le 5 octobre 2011 Foire du Valais, Journée de l énergie

«La sécurité d investissement comme préalable à un approvisionnement fiable» Le 5 octobre 2011 Foire du Valais, Journée de l énergie «La sécurité d investissement comme préalable à un approvisionnement fiable» Le 5 octobre 2011 Foire du Valais, Journée de l énergie Kurt Rohrbach, Président de l Association des entreprises électriques

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

«Quick-Check Asset Management»

«Quick-Check Asset Management» 1 «Quick-Check Asset Management» Audit sur le positionnement des gestionnaires de réseau de distribution en matière de gestion d actifs Septembre 2012 D un régime actuel «Cost +» La plupart des GRD se

Plus en détail

Executive Briefing Managing Data Center Performance 2013 et après

Executive Briefing Managing Data Center Performance 2013 et après Managing Data Center Performance 2013 et après Selon les entreprises de la zone économique EMEA, le plus grand défi dans l exploitation de leurs centres de calcul est d assurer la disponibilité des services

Plus en détail

Adecco Swiss Job Market Index

Adecco Swiss Job Market Index Adecco Swiss Job Market Index Quarterly Report Q1/ Q1/ Les entreprises suisses se portent très bien: le recul des offres d emploi au cours du dernier trimestre était en fait une exception saisonnière et

Plus en détail

Procédure de consultation. Prise de position de : SASSA. Plan d études cadre pour la maturité professionnelle (PEC MP) 29 février 2012

Procédure de consultation. Prise de position de : SASSA. Plan d études cadre pour la maturité professionnelle (PEC MP) 29 février 2012 29 février 2012 Procédure de consultation Plan d études cadre pour la maturité professionnelle (PEC MP) A renvoyer d ici au 30 juin 2012 à RLP-BM@bbt.admin.ch Veuillez utiliser uniquement le présent formulaire

Plus en détail

Etude tendancielle de la SaarLB sur les énergies renouvelables

Etude tendancielle de la SaarLB sur les énergies renouvelables Etude tendancielle de la SaarLB sur les énergies renouvelables Sommaire Etude tendancielle de la SaarLB 1. Principales données du sondage 2. Évaluation générale des énergies renouvelables : opportunités

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter Collecter de nouveaux Leads avec Twitter 05/05/2015 Comment générer de l intérêt pour votre marque sur Twitter? Comme tout autre réseau social, Twitter représente une bonne opportunité pour faire connaître

Plus en détail

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT DOCUMENT 1/3 Ce document a pour but d expliquer le fonctionnement du marché du gaz. Il s agit d une introduction permettant de

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES. Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo

LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES. Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo 1 Etat des lieux : les énergies renouvelables, une mine d activités en devenir Dans un contexte de lutte contre le changement climatique,

Plus en détail

Projet/firme. Adresse de contact. Auteur. Date. UBS et IFJ Institut für Jungunternehmen, Saint-Gall. Copyright

Projet/firme. Adresse de contact. Auteur. Date. UBS et IFJ Institut für Jungunternehmen, Saint-Gall. Copyright Projet/firme Adresse de contact Auteur Date Copyright UBS et IFJ Institut für Jungunternehmen, Saint-Gall UBS & IFJ Institut für Jungunternehmen, St-Gall Le business plan Introduction Le business plan

Plus en détail

The Hiring Process Report. Switzerland

The Hiring Process Report. Switzerland The Hiring Process Report Switzerland 2015 Le processus d embauche Les médias sociaux et les sites de carrières régulièrement mis à jour sont actuellement les moyens les plus populaires permettant de renforcer

Plus en détail

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Traduction Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Pour quelles raisons décisives le gouvernement fédéral veut-il sortir complètement du nucléaire d ici à 2022? Décisif

Plus en détail

Examen du réseau d'électricité. de la Nouvelle-Écosse Résumé

Examen du réseau d'électricité. de la Nouvelle-Écosse Résumé Examen du réseau d'électricité de la Nouvelle-Écosse Résumé Examen du réseau d'électricité de la Nouvelle-Écosse Résumé RÉSUMÉ À l automne 2013, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a adopté la loi

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM LIVRE BLANC L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM Une situation optimale pour la force de vente et pour le marketing LIVRE BLANC OPTIMISATION DU MARKETING 2 A PROPOS Au cours des dernières années,

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Projet de cogénération de Bécancour

Projet de cogénération de Bécancour Projet de cogénération de Bécancour Mémoire présenté dans le cadre des audiences du Bureau d audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de cogénération de Bécancour par TransCanada Energy

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour la gestion du personnel

Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour la gestion du personnel Communiqué de presse «Recruiting Trends Suisse 2012» Sondage effectué auprès des 500 plus grandes entreprises suisses Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour

Plus en détail

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN DÉFINITION l'ensemble des moyens dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients d'une manière rentable LA CONCEPTION TRADITIONNELLE

Plus en détail

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Introduction La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Un principe simple mais imparable : «Attirez votre cible vers vos offres» La stratégie «pull», ou stratégie d attraction, consiste à

Plus en détail

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES Adopté par le Bureau le 4 juin 2007 2 Liège, le 4 juin 2007 PRÉAMBULE Les différentes étapes de la régionalisation

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Note d information pour la direction

Note d information pour la direction Big Data et l analyse métier pour le client et l entreprise Les volumes impressionnants et toujours croissants des données obligent les entreprises de certains secteurs à changer la manière dont elles

Plus en détail

Bases de l économie d entreprise Examen

Bases de l économie d entreprise Examen Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2010 Bases de l économie d entreprise Examen Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: Calculatrice standard non programmable Collez ici votre

Plus en détail

AVIS. 19 décembre 2013

AVIS. 19 décembre 2013 AVIS Projet d ordonnance modifiant l ordonnance du 19 juillet 2001 relative à l'organisation du marché de l'électricité en Région de Bruxelles-Capitale et l ordonnance du 1er avril 2004 relative à l'organisation

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent Bisnode Faillites et créations d Entreprise EN Juillet Étude sur les faillites et créations d entreprises.8. Hausse des faillites de cinq pour cent 8 faillites et 888 créations d entreprise en juillet

Plus en détail

Formation de professionnels de la vente chez Würth AG

Formation de professionnels de la vente chez Würth AG Formation de professionnels de la vente chez Würth AG Formation de professionnels de la vente 1 Le monde Würth est grand. Permettez-nous de nous présenter. Würth AG est une entreprise commerciale du secteur

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Comprendre... Les Effacements

Comprendre... Les Effacements Comprendre... Les Effacements Un effacement est une diminution temporaire de Qu est-ce la consommation d électricité par rapport à une consommation initialement prévue. Cette diminution que c est? est

Plus en détail

Rapport rendant compte des résultats de la consultation

Rapport rendant compte des résultats de la consultation Commission fédérale des maisons de jeu CFMJ Secrétariat Rapport rendant compte des résultats de la consultation Auditions relatives à la modification de l art. 69 de l ordonnance du 24 septembre 2004 sur

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

MeDirect. Gestion de patrimoine en ligne, sur mesure et accessible à tous. Comment créer un revenu complémentaire de retraite?

MeDirect. Gestion de patrimoine en ligne, sur mesure et accessible à tous. Comment créer un revenu complémentaire de retraite? MeDirect Gestion de patrimoine en ligne, sur mesure et accessible à tous Comment créer un revenu complémentaire de retraite? Bonjour Chez MeDirect nous pensons que chacun devrait être capable d obtenir

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B

Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B Date de dépôt: 19 janvier 2000 Messagerie Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la motion de M mes et M. Chaïm Nissim, Fabienne Bugnon et Sylvia Leuenberger

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques

Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques Dossier de présentation Page 1 sur 6 La Franchise INFOLYS Vous souhaitez exploiter un magasin de vente de matériel informatique, nous vous

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique Initi@tive 2007 - Nice Building a New Electric World I. Le Développement Durable : l'affaire de tous II. L'Efficacité Energétique : défis

Plus en détail

Examen 2015. Matière d examen. Temps alloué: 120 minutes

Examen 2015. Matière d examen. Temps alloué: 120 minutes Berufsprüfung für Technische Kaufleute mit eidg. Fachausweis Examen professionnel pour les agents technico-commerciaux avec brevet fédéral Candidat-No... Nom: Prénom:.. Examen 2015 Matière d examen Management

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

Énoncé du vérificateur... 1

Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des services de sous-traitance RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation 11 juin 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte... 2 But et

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/09/12/11 87-11 Projet de loi modifiant la loi modifiée du 1er août 2007 relative à l organisation du marché de l électricité Avis de la Chambre des Métiers Par sa lettre du 29 juillet 2011, Monsieur

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Le case management «formation professionnelle»

Le case management «formation professionnelle» Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation professionnelle Le case management «formation professionnelle» Principes et mise

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE ET LA MISE EN PLACE CONTROVERSEE DU SYSTEME FRANÇAIS

aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE ET LA MISE EN PLACE CONTROVERSEE DU SYSTEME FRANÇAIS aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE Céline IDE Novembre 2009 Dans la perspective de mise en place d un véritable marché unique et dans le but de renforcer les conditions

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail