Complications des examens endoscopiques et pharmacologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Complications des examens endoscopiques et pharmacologie"

Transcription

1 Complications des examens endoscopiques et pharmacologie ENDOFIC 2015 Th. De Ronde UCL Mont-Godinne

2 PLAN Erreur médicale? Complication? Facteurs de risque Sédation et anesthésie Risque infectieux Transmission d infections Prophylaxie antibiotique Désinfection du matériel Risque hémorragique Anticoagulants et antiagrégants Risques spécifiques

3 Erreur médicale PROJET DE LOI relatif à l indemnisation des dommages résultant de soins de santé (Loi en application depuis 2012) Il n y aurait qu une erreur médicale pour actes accomplis. Le risque d erreur médicale est donc de l ordre de 0,005 %. Malgré cette sécurité des soins, les assureurs enregistrent environ déclarations de sinistres par an. En outre, il est bien connu que tous les accidents ne font pas l objet d une réclamation. Il est, dès lors, raisonnable de penser qu il y a chaque année, près de accidents liés aux prestations de soins.

4 Complication Echec de procédure Echec technique (cannulation) Geste inefficace Récidive précoce (occlusion prothèse) Evénement imprévu Complication: connotation négative

5 Effet secondaire (adverse event) Impact négatif sur le patient Atteinte directe, indirecte ou potentielle Augmentation du temps de procédure Nécessité d examen ou de R/ complémentaire Anticipé ou non Pré-per- ou post-procédure Nécessite de réaction rapide Différents degrés de sévérité

6 Incident Événement Anticipé Identifié et corrigé rapidement Sans répercussion pour le patient N empêche pas de terminer la procédure N augmente pas de façon excessive la durée de la procédure

7 Complications ou risques calculés? Tout examen endoscopique est à risque Risque acceptable? Risque prévisible? Risque gérable? La technicité croissante augmentera le risque

8 Comment l évaluer? Influence sur le déroulement de la procédure? (arrêt, geste supplémentaire) Changement d orientation du patient? (H, USI) Nécessité de geste correcteur invasif? (chirurgie, radiologie, endoscopie)

9 Complications ou risques calculés? Prévention Matériel adapté et performant Formation du personnel Information orale et écrite (consentement éclairé) Reconnaissance précoce et gestion adéquate

10 Gestion et communication des complications Information immédiate et compréhensible Nature et cause de la complication Stratégie de gestion Médecins impliqués dans le management Issue attendue Par le responsable direct Au patient, sa famille, son MT Au chirurgien si nécessaire

11 Delvaux, Hannover 2009

12 Communication avant procédure Consentement éclairé du patient: Information orale et écrite préalable (Cs) Information personnalisée avec preuve de celle-ci dans le dossier Balance risque-bénéfice de la procédure Type et fréquence de complications selon données de la littérature et expérience personnelle

13

14 Communication après procédure A qui? Patient, famille Médecins référents et impliqués dans la gestion Compagnie d assurance Comment? Données de la littérature Compte-rendu détaillé de la procédure et du suivi recommandé (écrits, anesthésiste, photos, films, RX, )

15 FACTEURS DE RISQUE Liés au patient Indication Diagnostic Age Co-morbidités médications Liés à l opérateur Training Expérience Volume Pression N.B. L infarctus récent < 30j ne majore pas le risque de complications

16

17 FACTEURS DE RISQUE Procédure Programmation Instructions préalables Sédation et monitoring Post-procédure Surveillance immédiate Instructions de suivi Follow-up Lieu d activité (hôpital ou privé)

18 SEDATION ET ANESTHÉSIE Diminuer l inconfort physique ou psychologique Atténuer la douleur Accroître la sécurité de l acte

19 Avant l acte endoscopique Interrogatoire du patient: antécédents, allergies, âge Médicaments: anticoagulants ou antiagrégants insuline, metformine anxiolytiques, sédatifs, opiacés, A jeun? liquides 3-4 heures solides 6 heures

20 Surveillance Monitoring du patient avant, pendant et APRES la procédure Fréquence cardiaque et respiratoire, SaO2 (O2 systématique réduit la désaturation inévitable) TA ECG continu si patient à risque Utiliser la dose la plus faible possible Les réactions indésirables augmentent avec la complexité de la procédure Perfusion: même un acte non douloureux peut entraîner une syncope vagale Pas de sédation en IM

21 Complications 50% des complications majeures sont cardio-pulmonaires soit 0,6-2,1%, conséquences de l hypoxémie induite par les médications ( H > F) Désaturation < 90% 7-40% des OGD 1-81% des coloscopies Surtout si BMI élevé

22 Recommandations Pas de dose fixe type mg/kg Adaptez la dose au patient Personnaliser le traitement sédatif Toujours utiliser des médicaments facilement réversibles

23 Xylocaïne Spray Fausse déglutition Allergie Méthémoglobinémie (cyanose clinique sans chute de la P O2) bleu de méthylène iv 2 mg/kg Bradycardie, vomissements, vertiges

24 Dormicum (midazolam) Sédatif et hypnotique, mais non analgésique Action centrale rapide 3-5 min par l intermédiaire des récepteurs GABA (effet inhibiteur) Durée d action : 1-3h Hydrosoluble, métabolisation hépatique CI: patients traités par anti-protéases (HIV) ont une sensibilité extrême au midazolam: soit s abstenir soit diminuer de manière drastique les doses E2: rares réactions paradoxales, hypotension, apnée (accentuée par opiacés) dysphorie, amnésie antérograde Présentation 5 et 15 mg dose habituelle: 3-4 mg IVD réduire la dose de 30% si associé aux opiacés

25 Opiacés c/ind absolue avec IMAO (Aurorix ) qui potentialisent leurs effets Fentanyl analgésique peu sédatif Effet en 5-8 min, durée d action 1-3h Dose initiale µg IV à répéter si nécess toutes les 2 min jusqu à µg Dépression respiratoire, hypotension Rapifen (alfentanil) Synergie puissante avec le midazolam, prudence!!

26 Diprivan (propofol) Sédatif à courte durée d action, amnésiant et hypnotique, peu analgésique, non barbiturique Effet en sec, demi-vie 2-4 min Métabolisation hépatique temps de demi-vie d élimination 60 min c/ind allergie aux œufs et aux bisulfites Douleur à l injection (10-20%, phlébite <1%) Apnée (3-7%) Hypotension (4-7%) Dose initiale : 25µ/kg/min en perfusion

27 Anticholinergiques Indications: excès de salivation ou de secrétions gastriques hypermotilité réaction vagale CI: glaucome, HTIC Visceralgine 5 mg/2ml spasmolytique musculotrope antimuscarinique Robinul Buscopan

28 Dolantine (péthidine) CI absolue: IMAO Temps de demi-vie plasmatique 3 à 6 heures

29 Antagoniste des benzodiazépines Anexate flumazenil Effet en 1-2 min, durée d action 1-2 h Ampoules de 0.5 mg/5 ml Dose initiale 0,2 mg i.v. en 15 secondes + si néc 0,1 mg après 1 min. Max 1 mg Risque de ré-sédation : perfusion de 0.1 à 0.4 mg/h Plus efficace pour la dépression neurologique que respiratoire Pas de risque de surdosage

30 Antagoniste des opiacés Narcan naloxone Effet en 1-2 min, durée d action 1-3h Dose de départ 0.1 mg IV soit ¼ ampoule diluée dans 9 ml de physio jusqu à 0.4 mg toutes les 2-3 minutes si nécessaire Titration jusqu à l effet souhaité Effet souvent non associé aux manifestations d hyperactivité sympathique (douleur, agitation, N+, V+, tachycardie, arythmie, œdème pulmonaire) visibles après utilisation de la naloxone, pfs nécessité de perfusion (2 ampoules dans 500 cc de physio)

31 Situation d urgence Ventilation inadéquate Demander au patient une respiration profonde Si pas de réponse: stimuli douloureux et puis même instruction SI respiration spontanée, oxygène au masque, surveiller les réflexes des voies aériennes et les bruits respiratoires. Canule de Guedel. Si pas de ventilation : luxer la mâchoire inf., oxygène au masque, ventiler au ballon Antagonistes Prendre pression artérielle Appeler la réanimation (min 2 personnes + tél!!)

32 Suivi post-procédure Salle de repos Monitoring saturation TA, pouls, douleur O2 si nécessaire Surveillance active

33 Instructions post-procédure Sédation en gastroentérologie

34 RISQUE INFECTIEUX

35 Antibioprophylaxie Patient à risque Procédures à risque

36 Gastrointestinal Endoscopy 2008 (6) Bactériémie Dilatation œsophagienne aux bougies: 12-22% Sclérose de varices: 0-52% (moyenne 14,6%) Ligature de varices : 1-25% (moyenne 8,8%) ERCP sans obstruction: 6,4% ERCP avec obstruction: 18% OGD: 0-8% (moyenne 4,4%) Coloscopie: 0-25% (moyenne 4,4%) Ponction sous EUS de lésion kystique ou solide: 4,0-5,8%

37

38 Prophylaxie antibiotique Pas de lien démontré entre endocardite et endoscopie Pas de preuve de l utilité de la prophylaxie AB systématique

39

40

41 risque cardiaque élevé Risque Procédure AB prophylaxie Prothèse valvulaire Sclérose de VO Oui (c/ entérocoques) AP d endocardite Dilatation de sténose Péni, ampi, pipéra, vanco Shunt pulmonaire Greffé cardiaque avec valvulopathie Cardiopathie congénitale - non opérée -< 6 mois post-op ERCP pour obstruction biliaire

42 Recommandations ASGE 2014 GIE 2014 Etat du patient Procédure endoscopique Recommandation AB Prévention endocardite Toute procédure Non Risque cardiaque élévé Pour sepsis avec possibilité entérocoque Oui Obstruction biliaire sans angiocholite ERCP avec drainage complet Non Greffé hépatique ou obstruction biliaire sans angiocholite Collection pancréatique stérile communiquant avec le Wirsung ERCP avec drainage incomplet ERCP Collection pancréatique stérile Drainage transmural Oui Masse solide TD supérieur EUS-FNA Non Lésion kystique (médiastin, pancréas, péri-pancréas) EUS-FNA Tout patient GEP-JEP cefazoline Hémorr Dig Aiguë sur cirrhose Toute procédure ceftriaxone (Rocéphine ) Dialyse péritonéale Endoscopie basse oui Prothèse vasculaire, défibrillateur, Toute procédure Non Oui Oui Oui

43 Résistance des micro-organismes aux désinfectants Bactéries sporulées Bacillus subtilis- Clostridium difficile Mycobactéries Virus non-lipidiques Polio-Rhino Champignons Bactéries végétatives Pseudomonas,... Virus lipidiques HBV-HIV-HSV

44 Asepsie Désinfection de haut niveau des endoscopes Stérilisation du petit matériel

45 Transmission virale Importance du suivi des recommandations de désinfection Endoscopes: désinfection mécanique (lave-endoscope) Matériel: Usage unique Autoclave

46 Contamination par aiguille souillée HBV: 30% HCV: 2,1-5,4% HIV: 0,3%

47 Détection de l ARN d Hépatite C dans le canal opérateur 19 patients HCV (+) T0: prélèvement sanguin avant la procédure Deflandre et al T1: rinçage du canal opérateur après la procédure et recueil du liquide T2: rinçage du canal opérateur après nettoyage et recueil du liquide T3: rinçage du canal opérateur après la désinfection et recueil du liquide T3 E C: écouvillonnage de l extrémité de l endoscope

48 Détection de l ARN d Hépatite C dans le canal opérateur Procédures: Biopsies: 15/19 Ligatures de VO: 3/19 Sclérothérapie: 1/19 Deflandre et al T1: 10/19 (53%) T2: 0/19 T3 - T3 EC : 0/19

49 Transmission de l HCV par injections IV Acute hepatitis C by contaminated anaesthetic ampoules Tallis et al J. Vir. Hepatitis 2003 Cluster of HCV after sedation by multidose vials Massari et al J. Clin. Microbio HCV contamination in a IV clinic (antibiotic) Larke et al Transfusion 2002

50 HCV «Incident Cidex» Près de patients testés Positivité HCV 265 (dont 99 connus) Confirmation : 65/166 Relation avec endoscopie non exclue Mais probabilité d infection ancienne

51 Transmission de l hépatite C Nécessité de procédure invasive (biopsie, ) Rôle probable des injections iv anesthésiques Désinfection classique efficace

52 Hépatite B du canard: transmission par angioscopes Chauffour et al.j Vasc Surg présence virus Contrôles 100% Rinçage à l eau stérile 93% Non-nettoyé + Glutar. (2%) ~ 5min 90% Non-nettoyé + Glutar. (2%) ~ 10min 70% Non-nettoyé + Glutar. (2%) ~ 20min 6% Nettoyé + Glutar. (2%) quel que soit le temps 0%

53 Transmission de l hépatite B Risque élevé de transmission aux patients et au personnel soignant Désinfection (dont nettoyage immédiat) efficace Vaccination!

54 Transmission de l hépatite A Transmission par endoscope impossible à moins d erreurs grossières Transmission au personnel soignant jeune est possible Vaccination!

55 Prions Les seules procédures valables de désinfection détruiraient le matériel d endoscopie Matériel strictement à usage unique, y compris l endoscope Eviter de faire une endoscopie à des patients souffrant de pathologies à prions

56 VIH, VHC et VHB: ordre de passage? France 2007 Avis du Comité Technique des Infections Nosocomiales et des Infections Liées aux Soins sur la pertinence d instaurer pour la réalisation d actes invasifs médico-chirurgicaux un ordre de passage dans les programmes quotidiens d interventions où figurent des patients porteurs de virus hématogènes

57 VIH, VHC et VHB: ordre de passage? En endoscopie : l analyse rétrospective des cas publiés de transmission de virus hématogènes par endoscopie suggère que le risque lié à cette pratique est faible, même en cas de désinfection insuffisante des endoscopes ; la transmission du VHC a été estimée, à partir de l ensemble des données de la littérature médicale, dans l hypothèse la plus pessimiste à 1/ actes ; récemment, le suivi prospectif d une cohorte de 9000 malades ayant bénéficié d une endoscopie digestive dans des centres ne pratiquant pas d ordre de passage en fonction du statut infectieux virologique, a montré l absence de transmission du VHC

58 VIH, VHC et VHB: ordre de passage? Le CTINILS ne recommande pas l instauration d un ordre de passage pour tout patient porteur de virus hématogène lors d actes invasifs médico-chirurgicaux, et notamment lors d endoscopies, hémodialyses ou interventions chirurgicales. En revanche, le CTINILS considère comme une priorité l application des précautions standard et le respect des mesures de prévention de la transmission croisée. Cependant, la décision d instaurer un ordre de passage reste subordonnée à l avis de l opérateur (endoscopiste, chirurgien) sous réserve d une stricte observance des précautions standard.

59 RISQUE HEMORRAGIQUE Anticoagulants Antiagrégants

60 Agrégation plaquettaire

61 Antiagrégants plaquettaires (AAP) Aspirine Inhibition COX1 irréversible empêche la synthèse de thromboxane A2 Thiénopyridine clopidogrel (Plavix ) prodrogue activée par Cytochrome P450 se fixe de façon irréversible sur les récepteurs ADP des PS prasugrel (Efient )idem, mais moins sensible aux variations génétiques et aux interactions médicamenteuses, durée d action plus longue ticlopidine (Ticlid ) moins utilisé (E2 ++) Ticagrelor (Brilique ) Inhibition réversible

62

63 Arrêt des AAP 10% des PS sont renouvelés chaque jour PS/µL sont nécessaires pour une coagulation normale Retour à une coagulation normale: Aspirine et clopidogrel: 5 jours Prasugrel: 7 jours

64 AAS: risque hémorragique Dose dépendant

65 Recommandations Parekh et al Am J Gastroenterol 2014; 109: 9-19

66 Cascade de la coagulation

67

68 Anticoagulants iv ou sc Héparine Héparine de bas poids moléculaire (HBPM) activation antithrombine modérée Inhibition Xa > 12h après une dose unique Inhibiteur du Xa Fondaparinux (Arixtra )

69 Anticoagulants oraux Antagonistes de la Vitamine K (II, VII, IX, X, prot C et S) acénocoumarol (Sintrom ) phenprocoumone (Marcoumar ) warfarine (Marevan ) Inhibiteur de la thrombine Dabigatran (Pradaxa ) Inhibiteurs du Xa Apixaban (Eliquis ) Rivaroxaban (Xarelto )

70 Durée d action après une dose: Sintrom 3j Marcoumar 7-10j Marevan 5j

71 Recommandations Parekh et al Am J Gastroenterol 2014; 109: 9-19

72 Dabigatran et fonction rénale Parekh et al Am J Gastroenterol 2014; 109: 9-19

73 Recommandations Parekh et al Am J Gastroenterol 2014; 109: 9-19

74 Desai et al Gastrointes Endosc 78 (2) ,

75 Dabigatran vs warfarine Pradaxa Parekh et al Am J Gastroenterol 2014; 109: 9-19

76 Rivaroxaban vs warfarine Xarelto Parekh et al Am J Gastroenterol 2014; 109: 9-19

77 Desai et al Gastrointes Endosc 78 (2)

78

79

80

81

82

83

84

85 Risque thrombotique du patient stenté SFED-HAS: Service des bonnes pratiques professionnelles juin 2012

86 Stents coronaires et Plavix

87 Interruption des AAP mg/j

88

89

90

91

92

93

94

95

96

97

98

99

100

101

102

103

104

105

106

107

108 RISQUE SPECIFIQUE Toute endoscopie Perforation Lié à la technique Hémorragie Autre

109 Perforation Causes, diagnostic et choix thérapeutique Traitement endoscopique

110 Fréquence Examen Δ Examen R/ mortalité Œsophage (60% des perforations) 0,018% Dilat: 0,1-5% <48h: 0-30% Estomac % 2-5% >48h:36-56% ERCP 0,3-1% 0.5-1% Côlon 0,2-0,4% 0,3-1% EMR 0,2% ESD 5,7% 0.02%

111 Coumaros 2010

112 Coumaros 2010

113 Cessot, 2008

114 Perforation de l œsophage: facteurs favorisants Intubation Ostéophytes cervicaux Introduction à l aveugle Pathologie sous-jacente Paroi fragilisée (sclérodermie, sténose, inflammation, caustique) Tumeur Zenker

115 Perforation de l œsophage: diagnostic Per-endoscopie Douleur Emphysème Fièvre tachycardie Pneumomédiastin Pneumopéritoine CT scan

116 Post OGD thérapeutique Dilatation: 0,1% à 1-5% (achalasie) EMR: 0,5% ESD: 4%

117 Perforation de l œsophage: traitement Médical À jeun strict, parentérale SG? AB Drainage collections éventuelles Surveillance stricte Endoscopique Chirurgical si échec ou dégradation EG

118 Perforation Causes, diagnostic et choix thérapeutique Traitement endoscopique Fermeture: clips, prothèse, colle, suture By-pass Pneumopéritoine Infection

119 CLIPS EZ Clip Quick Clip Resolution TriClip Olympus Olympus Boston Cook Taille 9-11 mm 10 mm 11 mm 12 mm Réutilisable Oui Les + Rotation Prix Rotation Ecartement Recapturable Orientation Les - A monter Non recapturable Non recapturable Prix Prix Manipulation

120 Clips Le clip idéal n existe pas: ouverture large, orientable (axial et latéral), préhension, transfixiant Limitations Taille de la perforation : > 2 cm impossible (Raju 2005) > 1 cm discutable (Seewald 2006) <1 cm indication idéale Tangence pariétale (œsophage) : confrontation des berges difficiles

121 Clip Resolution Boston Scientific

122

123

124 Prothèses Indiqué pour l œsophage (18-24 mm) guérison 73-92% complications 18-37% (migration) estomac: absence d étanchéité (sleeve gastrectomy) colo-rectal: absence de publication Caractéristiques: extractible donc «couverte» étanche (diamètre adapté) précise (positionnement optimal TTS) Barthet postgraduate UEGW 2007 Amrani, Barthet JFPD 2008 Siersema GIE 2005; 61: Raju GIE 2005; 62: Eisendrath Endoscopy2007; 39:625-30

125 Taewong NitiS

126 Polyflexstent Boston Scientific Retrait après 10 semaines

127 Partially covered non TTS stent (Ultraflex Boston Scientific)

128 Colle Biologique (fibrine glue+aprotinine) non ulcérogène promoteur de cicatrisation moins de risque de complication plus utilisé, chirurgie ++ Cyanoacrylate (Histoacryl ) ulcérogène promoteur de réponse corps étranger BonanomiG Surg Endosc 2004;18: Papavramidis GIE 2004;59: Rotondano GIE 2008;67:

129 Indications Pas de séries randomisées 37 cas décrits Sessions multiples (6-8), délai 3-4 semaines Succès 55-87% Fistule longue, fine, étroite Problème des fistules chroniques ré-épithélialisées Technique abrasion des berges si chronique (plasma argon, sonde thermique) aiguille ou catheter droit ou ballonnet injection lumière +/-berges, sécurisation avec clips? Richter GT J Pediatr Surg 2008;43: BonanomiG Surg Endosc 2004;18: Rabago Endoscopy 2002;34:632-8 Papavramidis GIE 2004;59: Rotondano GIE 2008;67:

130 Suture endoscopique Traitement endoscopique du RGO: Endocinch Bard ESD Cook

131 Eagle Claw Endoscopic Suturing Device (ECESD) suture trans-pariétale perforation de 1,5 à 2 cm de long Pham GIE 2006; 64: 113-9

132 Perforation post-dilatation œsophagienne

133 Problèmes Lavage et drainage préalable (drainage médiastinal chirurgical ou radiologique) Prothèse extractible couverte: risque migration 18%-37% : clip? modèle spécifique avec 5 mm de collerette sup non couverte? Extraction après min 4 semaines : choix entre risque de persistance fistule et inextractibilité: délai idéal 6 à 8 semaines Barthet postgraduate UEGW 2007 Amrani, Barthet JFPD 2008 Siersema GIE 2005; 61: Raju GIE 2005; 62: Schubert GIE 2005 Gebelman Endoscopy2004

134 Gestion du pneumopéritoine Risque de diffusion au médiastin et au rétropéritoine Problème de ventilation par hyperpression abdominale Limiter l insufflation, aspiration régulière Exsufflation à l aiguille 14G CO2!! Seewald GIE 2006; 63 : Minami GIE 2006; 63: Raju GIE 2005; 62:

135 Gestion de l infection Fermeture rapide Fermeture étanche Antibiothérapie précoce Drainage endoscopique transluminal EUS ou NOTES Association drainage chirurgical? (médiastin, péritoine) Seewald GIE 2006; 63 : Minami GIE 2006; 63: Raju GIE 2005;62:278-86

136 Traitement endoscopique des perforations iatrogènes Œsophage < 1-2 cm: clips (colle) large: prothèse Estomac Clips (succès 98% post EMR) Côlon Clips (possible 81%, succès 69%) Taku Gastroenterol Hepatol 2007;22:

137 Risque lié à l urgence Avant l endoscopie: Troubles de la coagulation? PS< , INR >2 Troubles cardio-pulmonaires sévères? Modifications anatomiques? Instabilité hémodynamique? ATTENDRE Hématémèse massive? INTUBATION

138 HDH et pneumonie d inhalation Intubation préalable à l OGD Koch et al. GI Dig Dis Sci 2007 Risque d aspiration massive lors d une OGD en urgence pour HDH, évitable par intubation mais sans répercussion statistique sur morbidité et mortalité

139 Où et comment faire l endoscopie? Salle d endoscopie? Salle d urgence? USI? Jamais seul avec une infirmière Jamais en salle d endoscopie le WE ou la nuit

140 Risque lié à la technique OGD <0,1% Coloscopie 0,25% dont décès 1/14000 ERCP 5-8% EUS-FNA 0,1-2% EMR 0-10% ESD 23-54% GEP 4-24% dont décès 0,4% DBE? (pancréatite) VCE 1-2%

141 OGD Complications rares Cardiaques : embolie gazeuse Neurologiques : œdème cérébral aigu, embolie gazeuse cérébrale Oculaires : luxation oculaire, hémorragie sousconjonctivale, œil noir ORL : luxation mandibulaire, hémo-tympan Thoracique : chylothorax, syndrome cave supérieur, hernie paraoesophagienne, incarcération de viscère Digestives : Mallory-Weiss, hémorragie diverses, rupture de hernie ombilicale, éviscération, stripping oesophagien, gastrique, hématomes divers, œsophage noir, ischémie gastrique, pancréatite, mégacolon, perforation colique, explosion, électrocution, impaction d endoscope, perte de matériel

142 COLOSCOPIE Coloscopie Hémorragie: <0,2% Perforation: 0,2-04% Mortalité: < 0,02% Polypectomie Complications: 0,3-2,3% Perforation: 0,3-1% Brûlure transmurale: 0,4-1% Hémorragie: 0,9-2,7%

143 COLOSCOPIE PERFORATION HEMORRAGIE

144 Facteurs de risque Age > 75 ans Co-morbidités (BPCO, AVC, FA, décomp cardiaque) Expérience Lieu d activité: hors hôpital Geste endoscopique Localisation: caecum, charnière recto-sigmoïdienne, angles coliques Pathologie: diverticulose, ischémie, sténose, colite, radiothérapie Mauvaise préparation

145 Perforation colique: symptômes Douleur (<50%) Fièvre (>25%) Météorisme Emphysème Nausées, vomissements Hyperleucocytose

146 Perforation colique: délai diagnostique Immédiat (per-endoscopie) Réveil Retardé (42-58%)! Chute d escarre (jusqu à 10 jours)!

147 Perforation colique: traitement Médical: si perfo limitée ou rétropéritonéale, diagnostic précoce (<6h), peu S, propre, bon EG À jeun strict, +/- SG, Perfusion AB large spectre Surveillance stricte Endoscopique Chirurgical: si large perfo, péritonite, mal préparé, mauvais EG ou détérioration, diagnostic tardif: suture simple ou résection stomie temporaire 33%

148 Perforation

149 Hémorragie Facteurs de risque Inexpérience Matériel défectueux Courant inadapté, trop peu de coagulation Côlon D > 65 ans, IRC ou déc card, anticoagulants Taille du polype > 20 mm Taille du pédicule > 5 mm Caractère sessile Tumeur néoplasique

150 Délai: Immédiat: 1,5% Retardé: 2% (! HTA) souvent < 1 semaine, mais parfois 3 hémostase spontanée 2/3 des cas Prévention Cold snare pour polypes sessiles < 6 mm Endoloop pour polype pédiculé: efficace mais difficile Clips sur pédicule avant ou après résection Traitement Adrénaline Électro-coagulation Clips Étranglement du pédicule > 10 minutes

151 Saignement artériel post-polypectomie: hémostase par clips

152

153 Injection d adrénaline 1: Endoloop

154 Syndrome post-polypectomie Brûlure transmurale et sérosite Facteurs de risque Coagulation prolongée ou trop puissante Polype sessile > 2 cm Capture et section de tissu normal adjacent Délai: 12h à 5 jours Symptômes: Dl, T, GB sans perforation Traitement: A jeun strict, AB

155

156 Complications plus rares Syndrome de distension post-polypectomie : Explosion colique : 33% de patients sont méthano-producteurs Colite sur glutaraldéhyde Appendicite, diverticulite, thrombose hémorroïdaire, volvulus caecal, hématurie, impaction du scope dans un orifice herniaire, pneumomédiastin ou pneumothorax, pneumatose coli, rupture splénique, dilacération du mésentère, du foie, dissection aortique, pneumonie, emphysème massif sous-cutané, fistule colo-iléale

157 ERCP Fréquence: 4-16% dont majeures: 4-5% Mortalité: 0-1% Pancréatite: 5% (2-9%) Hémorragie: 0,3-0,5% 50% retardée, jusqu à 10 jours! Perforation: 0,3-1,3% mortalité 8-14% Sepsis: Angiocholite: 0,3-1,3% Cholécystite: 0,1-0,7%

158 Anatomie bilio-pancréatique Foie VBIH D et G Hépatique commun Vésicule biliaire Cystique Cholédoque Canal pancréatique Pancréas Duodénum Papille majeure

159 Sphinctérotomie - Précoupe Prothèse métallique

160 Ginsberg, Hannover 2009

161 Expérience de l opérateur USA 17 centres < 50 SE/an > 50 SE/an hémorragie 2,9% 1,1% complications 11,1% 8,4% complications sévères 2,3% 0,9% Échec de cathétérisme ou drainage après SE 5,4% 1,2% Autriche < 50 ERCP/an >50 ERCP/an Succès R/ 86,9% 80,3% Complications 13,6% 10,2% Freeman 2009

162 Pancréatite Facteurs de risque Jeune âge Dysfonction oddienne Examen à visée pancréatique Difficultés de cannulation Injection dans le Wirsung Pré-coupe si inexpérimenté

163 Pancréatite Prévention Prothèse pancréatique prophylactique (5F 3cm sans flap distal) Cannulation sur fil-guide plutôt qu à l injection AINS (suppo d Indocid )

164 5 novembre 2008

165 7 novembre 2008

166 20 novembre 2008

167 02 janvier 2009

168 02 janvier 2009

169 19 janvier 2009

170 19 janvier 2009

171 4 février 2009

172 Kysto-gastrostomie

173 Drainage de pseudo-kyste pancréatique

174 Hémorragie

175 Hémorragie Facteurs de risque SE Coagulopathie Angiocholite Pré-coupe Inexpérience Prévention Endocut

176 Hémorragie Traitement Hémostase spontanée: le plus fréquent Injection adrénaline Tamponnade au ballon Clips Embolisation Chirurgie

177 Perforation

178 Perforation Facteurs de risque Pré-coupe Injections intra-murales Site de perforation Œsophage, estomac, duodénum Papillaire post SE Biliaire (fil-guide-dormia) Traitement Conservateur: AB, A jeun strict +/- drainage biliaire Chirurgical: perforation TD, échec R/ conservateur

179 Perforation post SE

180 Sepsis Angiocholite: facteurs de risque Drainage incomplet Inexpérience Ictère Prothèse pour tumeur maligne Cholécystite: facteurs de risque Calculs vésiculaires SE Obstruction tumorale du cystique

181 Complications rares Migration de stent et perforations distales Ulcères duodénaux Diverticulite Impactions de matériel d extraction de calculs (ou perte de segments de ceux-ci) Traumatisme splénique ou hépatique Hématome ou bilome sous-capsulaire hépatique Abcès splénique Embolie gazeuse dans la veine porte Sténose de la SE: 0,5-6,8% Angiocholites à répétition Lithiase cholédocienne

182 Allergie aux produits de contraste??

183 EUS +/- FNA Perforation % Post FNA Pancréatite % Pas de 22 ou 19G, surtout si bénin ou lésion kystique Bactériémie % Rare infection, surtout lésions kystiques Hémorragie 0.9-6% Doppler couleur, fine aiguille

184 EUS: facteurs de risque de perforation Age Ostéophytes Sténoses Dilatation préalable Inexpérience (<1 an) Sédation Diverticule duodénal

185

186 Vidéo Capsule Endoscopique Rétention: 1-2% Crohn: 2/3 des cas AINS, radior/, chirurgie digestive, ischémie mésentérique, tumeur OED Transit: pas une garantie Agile patency capsule? Examen incomplet: 15% Pas contre-indiquée si pacemaker ou défibrillateur

187 EMR, ESD EMR: résection muqueuse: 0-10% ESD: dissection sous-muqueuse : 23-54% Perforation: 3-5% Hémorragie: immédiate 20%, retardée 0-9% ESD> EMR Estomac > côlon = œsophage Sténose : 0-90%

188

189

190

191

192

193 Ampullectomie Complications: 8-25% Perforation 1-2% Hémorragie 7-8% Pancréatite 12-17% (stent transitoire)

194 Cap Olympus Duette Cook

195

196 ESD

197 Rôle du personnel infirmier Préparation du patient Préparation du matériel pour la procédure Préparation du matériel pour une complication éventuelle Travail d équipe: profiter de l expérience! COOPÉRATION ET COMMUNICATION L endoscopie n est pas un one man show

Complications des examens endoscopiques et pharmacologie

Complications des examens endoscopiques et pharmacologie Complications des examens endoscopiques et pharmacologie ENDOFIC 2013 Th. De Ronde UCL Mont-Godinne thierry.deronde@uclouvain.be PLAN Qu est ce qu une complication? Facteurs de risque Sédation et anesthésie

Plus en détail

Prise en charge endoscopique des complications intestinales chirurgicales

Prise en charge endoscopique des complications intestinales chirurgicales Prise en charge endoscopique des complications intestinales chirurgicales JFHOD FMC-HGE 21-22 Mars 2009 Marc Barthet, Philippe Ducrotté Marseille, Rouen Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

2. Indications (Figure 2)

2. Indications (Figure 2) Conseil de pratique Techniques et indication de l entéroscopie Rédacteur : Gabriel Rahmi Documents de référence : Di Caro S, May A, Heine DG et al; DBE-European Study Group. The European experience with

Plus en détail

Chirurgie endoscopique : place actuelle et avenir

Chirurgie endoscopique : place actuelle et avenir Chirurgie endoscopique : place actuelle et avenir JFHOD FMC-HGE 25-28 Mars 2010 Marc Barthet, Hôpital Nord, Marseille Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 Objectifs

Plus en détail

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 Table des matières CHAPITRE 1 EXPLORATIONS EN HÉPATOLOGIE 15 I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 II. TIPS (TRANSJUGULAR INTRAHEPATIC PORTOSYSTEMIC SHUNT 17 OU SHUNT INTRA-HÉPATIQUE PORTO-SYSTÉMIQUE)

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE Votre médecin vous a prescrit une coloscopie. Afin que vous soyez parfaitement informé(e) sur l examen, ses indications, sa préparation indispensable, etc., nous

Plus en détail

Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse

Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse Réunion DESC-SCVO Tours P. de Wailly CHU POITIERS Professeur Carretier Généralités 20 % des hémorragies digestives Au-delà de l angle de Treitz 90%

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Chapitre 20 Endoscopie digestive

Chapitre 20 Endoscopie digestive LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE Chapitre 20 Endoscopie digestive 1. Vidéoendoscopes 2. Échoendoscopes 3. Vidéocapsules endoscopiques L endoscopie digestive a pour but l abord instrumental non

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Endoscopie le passé le présent et le futur. Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne

Endoscopie le passé le présent et le futur. Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne Endoscopie le passé le présent et le futur Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne Endoscopie digestive 1978 Endoscopie souple 1982 Polypectomie ERCP Mucosectomie

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES

DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES Formulaire d information au patient DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Liste des diagnostics

Liste des diagnostics Liste des diagnostics Foie Abcès hépatique......................................................... 3 Adénome hépatique...................................................... 6 Angiome hépatique......................................................

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Dr Bertrand NAPOLEON

Dr Bertrand NAPOLEON Dr Bertrand NAPOLEON Anti agrégants et endoscopie Connaître les recommandations SFED SFAR Connaître les modalités d arrêt, de relais et de reprise des différents traitements anti-agrégants en fonction

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Urgences en chirurgie digestive

Urgences en chirurgie digestive Urgences en chirurgie digestive Dr Jean Marc Hoang Service de chirurgie digestive et générale CHI le Raincy Montfermeil 01 41 70 81 10 Cours IFSI de Maison Blanche mai 2005 Urgences infectieuses appendicite

Plus en détail

Les complications de la chirurgie bariatrique

Les complications de la chirurgie bariatrique Les complications de la chirurgie bariatrique Je suis juste un peu envellopé! Dr O. EMUNGANIA Service de chirurgie digestive et endocrinienne - Pr Brunet Pr Berdah Service de gastro-entérologie et endoscopie

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Douleurs abdominales de la personne âgée aux urgences. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique

Douleurs abdominales de la personne âgée aux urgences. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique + Douleurs abdominales de la personne âgée aux urgences Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique + 2 Questions 1. Résultats de l évaluation gériatrique? 93 ans 89 ans 92 ans 87 ans 2. Balance Bénéfices-

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES. Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX

LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES. Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX INTRODUCTION Pancréatite aigues : 2 formes anatomopathologiques: les pancréatites

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet

Plus en détail

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Présentation du cas clinique Mr S, 73 ans Hospitalisé en août 2014 pour une récidive d endocardite

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

G. Appareil digestif. Tractus digestif. Recommandation [grade] Commentaires. Problème clinique. Déglutition barytée/togd

G. Appareil digestif. Tractus digestif. Recommandation [grade] Commentaires. Problème clinique. Déglutition barytée/togd Tractus digestif Dysphagie cliniquement haute (l obstacle est haut ou bas) 1 Déglutition barytée L'endoscopie haute est généralement pratiquée en première intention chez les patients dysphagiques. Lorsque

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Anticoagulants et cérébro-lésé

Anticoagulants et cérébro-lésé Anticoagulants et cérébro-lésé Gérard Audibert Université de Lorraine-NANCY Les points importants Les traitements anticoagulants sont à l origine d hématomes intracraniens spontanés: Hématome sous duraux

Plus en détail

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 FISTULA CARE Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 EngenderHealth, 440 Ninth Avenue, New York, NY 10001, USA Téléphone: 212-561-8000; Fax: 212-561-8067;

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

CPRE: principe duodénoscope

CPRE: principe duodénoscope CPRE: indications Le cathétérisme endoscopique bilio-pancréatique peut être utile pour déterminer l origine de troubles hépatiques comme l'apparition d'un ictère (jaunisse), de douleurs abdominales, de

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY JM Chevallier La FISTULE après SLEEVE Sleeve = procédure la plus fréquemment réalisée en France (18 000 en 2013) Grande efficacité à court terme Bonne qualité de vie

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0

Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0 Cancer rectal Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0 Rectite radique Bilio pancréatique K V.B.P Ampulome diagnostic

Plus en détail

Pontage artériel fémoro-poplité

Pontage artériel fémoro-poplité Tél : 021 314.53.56 Document d information patient Pontage artériel fémoro-poplité Madame, Monsieur Vous allez bénéficier prochainement d une intervention dans le domaine de la chirurgie vasculaire. Afin

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI)

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI) 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Vitalipid Novum Adult, solution à diluer pour perfusion Vitalipid Novum Infant, solution à diluer pour perfusion 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Vitalipid Novum

Plus en détail

Vidéocapsule à tous les étages: VCE, VCO, VCC indications et perspectives

Vidéocapsule à tous les étages: VCE, VCO, VCC indications et perspectives Vidéocapsule à tous les étages: VCE, VCO, VCC indications et perspectives Rémi Systchenko Les enjeux de la videocapsule Le grêle: mieux l explorer L œsophage et le colon: aussi bien voir que l endoscopie

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Xarelto 2,5 mg; 15 mg et 20 mg de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique

Plus en détail

PANCREATITES AIGUES GRAVES

PANCREATITES AIGUES GRAVES PANCREATITES AIGUES GRAVES QUAND OPERER? QUE FAIRE? K.Turner, service chirurgie hépato-biliaire et digestive, CHU Rennes. Pancreatite aigue grave: -Trt médical dans 85% des cas de PA - PAG:5 à 10% des

Plus en détail

Janvier 2003 CHOLANGIO- PANCRÉATOGRAPHIE RÉTROGRADE ENDOSCOPIQUE ET SPHINCTÉROTOMIE BILIOPANCRÉATIQUE RECOMMANDATIONS DE LA

Janvier 2003 CHOLANGIO- PANCRÉATOGRAPHIE RÉTROGRADE ENDOSCOPIQUE ET SPHINCTÉROTOMIE BILIOPANCRÉATIQUE RECOMMANDATIONS DE LA Janvier 2003 RECOMMANDATIONS DE LA CHOLANGIO- PANCRÉATOGRAPHIE RÉTROGRADE ENDOSCOPIQUE ET SPHINCTÉROTOMIE BILIOPANCRÉATIQUE J.-C. LETARD, D. SAUTEREAU, J.-M. CANARD Avec la collaboration de : G. GAY (Nancy),

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY } Définition } Indications } Contre-indications } Avantages de la trachéotomie } Inconvénients de la trachéotomie } Les différentes techniques de trachéotomie

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

STAFF ALR. 21 février 2013

STAFF ALR. 21 février 2013 STAFF ALR 21 février 2013 «La Revue de presse» 1 2 3 4 1 2 3 Approche du nerf suprascapulaire Au niveau du bloc supraclaviculaire Yan Buntinx «La Revue de presse» SUITE CWI: Bolus :10ML Débit :10mL/h

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

1 Généralités et rappels

1 Généralités et rappels 1 Généralités et rappels Généralités Hémorragies digestive = saignement d une lésion située sur le tractus digestif Œsophage Estomac Intestin Grêle Duodénum Jéjunum Iléon Colon Rectum Anus Définitions

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

Usage des nouveaux anticoagulants dans la FA non valvulaire au CHR de la Citadelle

Usage des nouveaux anticoagulants dans la FA non valvulaire au CHR de la Citadelle 1. Généralités : Alternative aux AVK surtout si INR instable, risque hémorragique globalement identique aux AVK, éducation nécessaire, pas de contrôle biologique d efficacité nécessaire, par contre contrôle

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP)

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) «Dr Claude Benedetto» Votre médecin vous propose de vous mettre en place un accès veineux

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle)

Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle) Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle) Le traitement des calculs urétéraux et rénaux a beaucoup changé depuis 1980 avec la venue d un appareil

Plus en détail