Demande d assurance et prix de la dépendance dans un cadre bivarié

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Demande d assurance et prix de la dépendance dans un cadre bivarié"

Transcription

1 Demande d assurance et prix de la dépendance dans un cadre bivarié Franck Bien Arnold Chassagnon Manuel Plisson Chaire «Transitions démographiques, transitions économiques» Université Paris-Dauphine - LEDA

2 Les enjeux La dépendance : qui, combien et quand? Qui finance et qui financera? L État, la famille, le marché? L énigme du marché de l assurance dépendance Projet de loi prévu pour le premier semestre

3 Pourquoi le marché ne se développe-t-il pas plus? L offre La demande Les asymétries d information 3

4 Revue de littérature sur l énigme de l assurance dépendance 4

5 L offre Les trois composantes du risque dépendance : survenance, durée, coût de prise en charge Aux Etats-Unis, non assurabilité du coût de prise en charge (Cutler, 1993) => contrat forfaitaire (rente) Les individus ne s assureraient pas en raison d une offre d assurance incomplète 5

6 Les asymétries d information entravent-elles le bon fonctionnement du marché? Aléa moral peu étudié : Probable sur la dépendance légère Mais difficulté de mesure Les trois types d antisélection étudiés : Antisélection simple (Norton, 1996 ; Courbage et Roudaut, 2008 ; Oster et alii, 2009) Antisélection dynamique (Finkelstein, Garry et Sufi, 2005) Antisélection multidimensionnelle (Finkelstein et McGarry, 2006) Les travaux récents (Plisson, Legal 2008) (Oster, Shoulson, Quaid & Dorsey 2009) 6

7 Les explications par la demande Arguments théoriques Myopie face au risque (Kunreuther, 1978) Effet d éviction par l aide publique (Brown et Finkelstein, 2007) Aléa moral intergénérationnel (Pauly, 1990; Zweifel et Struwe, 1998) Constat La dépendance est la plupart du temps appréhendée comme un risque exclusivement financier La faible demande d assurance dépendance est souvent expliquée par des raisons exogènes (Etat, famille) Peu de travaux sur le rôle des préférences individuelles dans la demande d assurance 7

8 Le modèle de demande d assurance dépendance 8

9 Les hypothèses L état de l individu influe sur sa perception de la richesse (le dépendant est un «autre») Un modèle à deux périodes L individu prend sa décision d assurance en première période Un individu maximisant son utilité espérée Plusieurs variantes autour de ce modèle 9

10 1 variante : la dépendance comme un choc d utilité Résultats : Des solutions en coin Pour ne pas obtenir de solution en coin il faut supposer un niveau de richesse minimum tel que 10

11 2 variante : le recours à une fonction d utilité bivariée Hypothèses : L individu prend sa décision d assurance en première période Il anticipe donc son niveau de dépendance η et sa probabilité de dépendance θ On suppose un taux de préférence pour le présent τ Une fonction d utilité bivariée et de forme séparable Soutenance Manuel PLISSON Vendredi 27 Novembre

12 Le modèle de maximisation Si on suppose un taux de chargement nul on peut écrire la prime d assurance de la manière suivante Soutenance Manuel PLISSON Vendredi 27 Novembre

13 Les résultats du modèle Premier cas : le taux de préférence pour le présent est supérieur au taux d actualisation On obtient alors Deuxième cas : le taux de préférence pour le présent est inférieur au taux d actualisation On obtient alors Soutenance Manuel PLISSON Vendredi 27 Novembre

14 Interprétation des résultats Résultat général : les niveaux de consommation ne sont pas égaux entre les états Un agent qui maximise l espérance de son utilité peut rationnellement ne pas souscrire de contrat forfaitaire, s il souhaite un niveau de richesse en état de dépendance faible (c) Or les assurances en vigueur proposent un niveau d indemnité minimum (environ 400 en assurance individuelle) Donc l individu peut être rationnellement incité à ne pas s assurer Trois caractéristiques des préférences peuvent exercer un effet sur le niveau de soin en état de dépendance (c) La forme de la fonction d utilité Le taux de préférence pour le présent L anticipation de son état de dépendance futur η 14

15 La portée des résultats Le faible développement du marché peut s expliquer Par l effet réel ou anticipé de l état de santé sur la perception de la richesse (fonction bivariée) Par les préférences de certains individus Et pas forcément en raison de l intervention de l état ou du rôle de la famille 3 raisons plaident en faveur de l assurance obligatoire (Geofffard, 2010) Des raisons «paternalistes» (myopie des individus) La présence d antisélection Le développement de l offre de services Notre article irait dans le sens d une assurance obligatoire pour des raisons «paternalistes» Ce qui implique une perte de liberté de choix des individus 15

16 Merci de votre attention 16

Assurabilité et développement de l assurance dépendance. Manuel Plisson Université Paris-Dauphine

Assurabilité et développement de l assurance dépendance. Manuel Plisson Université Paris-Dauphine Assurabilité et développement de l assurance dépendance Manuel Plisson Université Paris-Dauphine Les enjeux La dépendance : qui, combien et quand? Qui finance et qui financera? L État, la famille, le marché?

Plus en détail

La demande d assurance dépendance dans un cadre trivarié

La demande d assurance dépendance dans un cadre trivarié La demande d assurance dépendance dans un cadre trivarié Franck Bien Arnold Chassagnon Manuel Plisson 1 er avril 2011 Résumé Private insurance for long-term care is underdeveloped in European countries

Plus en détail

Assurabilité et développement de l assurance dépendance

Assurabilité et développement de l assurance dépendance Assurabilité et développement de l assurance dépendance Manuel Plisson Le risque financier de la dépendance Pour une personne âgée, tomber en situation de dépendance représente une réelle perte de bien-être

Plus en détail

Assurance dépendance, effets de sélection et antisélection

Assurance dépendance, effets de sélection et antisélection Assurance dépendance, effets de sélection et antisélection Manuel Plisson ATER Université Paris Dauphine manuel.plisson@dauphine.fr Renaud Legal Economiste, CNAMTS renaud.legal@cnamts.fr JEL Classification

Plus en détail

Comment expliquer la faible disposition des individus à se couvrir face au risque dépendance?

Comment expliquer la faible disposition des individus à se couvrir face au risque dépendance? Handicap-Santé (Drees, Insee), en 2008, 4,3 millions d individus aidaient régulièrement un proche âgé de 60 ans ou plus à domicile. En volume horaire, l implication de la famille serait environ trois fois

Plus en détail

Tour d horizon du marché des soins de longue durée, assurances privée et publique et défis à relever

Tour d horizon du marché des soins de longue durée, assurances privée et publique et défis à relever Tour d horizon du marché des soins de longue durée, assurances privée et publique et défis à relever Philippe De Donder Toulouse School of Economics Professeur visiteur à l UQAM en 2014-15 Symposium du

Plus en détail

Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels. des professionnels forestiers face aux risques

Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels. des professionnels forestiers face aux risques Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels forestiers face aux risques Réflexion sur la dimension assurantielle Carrefours de l innovation agronomique. Sylviculture, Forêts et Tempêtes,

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Dans quelle mesure les préférences individuelles contraignent elles le développement du marché de l assurance dépendance?

Dans quelle mesure les préférences individuelles contraignent elles le développement du marché de l assurance dépendance? dépendance Dans quelle mesure les préférences individuelles contraignent elles le développement du marché de l assurance dépendance? Roméo Fontaine *, Manuel Plisson ** et Nina Zerrar *** Dans un contexte

Plus en détail

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des firmes Arnold Chassagnon Université Paris-Dauphine (LEDA-SDFi) DU1 - Université Paris-Dauphine, 2009-2010 1 Analyse positive - analyse normative 1 Objectif

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

La couverture du délai de carence des arrêts maladie en France : Déterminants et impact sur l absentéisme

La couverture du délai de carence des arrêts maladie en France : Déterminants et impact sur l absentéisme La couverture du délai de carence des arrêts maladie en France : Déterminants et impact sur l absentéisme Catherine Pollak DREES, Centre d Economie de la Sorbonne Discussion : Roméo Fontaine, LEG (Université

Plus en détail

Risque financier et accès aux soins

Risque financier et accès aux soins Risque financier et accès aux soins Effet d une charge Discutant: Sophie Guthmuller recours et le JESF Décembre 2011, Clermont-Ferrand le recours et le le ˆ En santé, un individu averse au risque choisi

Plus en détail

Le rôle des préférences individuelles dans la souscription d une assurance dépendance

Le rôle des préférences individuelles dans la souscription d une assurance dépendance Le rôle des préférences individuelles dans la souscription d une assurance dépendance Fondation Médéric Alzheimer Séminaire de la Chaire TDTE, Caisse des Dépôts, 20 février 2014 Remerciements Nous remercions

Plus en détail

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points)

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points) E : «Théories de la finance d entreprise» Master M1 Université Paris-Dauphine Thierry Granger Année Universitaire 2013/2014 Session 1 Aucun document, calculette autorisée Durée 1h30 Respecter la numérotation

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation THEME 7 Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation Concepts et définitions essentiels Risque et incertitude Théorie de l utilité espérée Aversion au risque Loterie

Plus en détail

Perception du risque dépendance et demande d'assurance : une analyse à partir de l'enquête PATER

Perception du risque dépendance et demande d'assurance : une analyse à partir de l'enquête PATER Perception du risque dépendance et demande d'assurance : une analyse à partir de l'enquête PATER Roméo Fontaine (1) (2) (3), Manuel Plisson (4), Jérôme Wittwer (4)(5) et Nina Zerrar * (1) LEG, Université

Plus en détail

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Objectifs du chapitre - Déterminer le partage de risque Pareto-optimal entre un assuré et un assureur. - Considérer l impact des coûts de

Plus en détail

Pourquoi les Français ne souscrivent pas davantage de contrats d assurance dépendance?

Pourquoi les Français ne souscrivent pas davantage de contrats d assurance dépendance? Mai 2011 N 15 Manuel Plisson Chaire Risques et chances de la transition démographique Université Paris Dauphine LEDa LEGOS Lauréat du Prix de l actuariat 2010 du Jeune docteur L auteur remercie Roméo Fontaine

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

Economie du risque (2)

Economie du risque (2) Economie du risque (2) Assurance et Conditions de l assurance Partage de risque et risque non diversifiable. - ENASS - Arnold Chassagnon - novembre 2012 Plan 1 Introduction 2 Représentations du risque

Plus en détail

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés Microéconomie Financière - Choix intertemporels Exercices corrigés. Un individu salarié doit faire des choix intertemporels de consommation sur deux périodes, sa «vie active» (période ) et sa «retraite»

Plus en détail

TD : Microéconomie de l incertain. Emmanuel Duguet

TD : Microéconomie de l incertain. Emmanuel Duguet TD : Microéconomie de l incertain Emmanuel Duguet 2011-2012 Sommaire 1 Les loteries 2 2 Production en univers incertain 4 3 Prime de risque 6 3.1 Prime de risque et utilité CRRA.................. 6 3.2

Plus en détail

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 6 le Rôle de l Information - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 Plan du cours 1. Probabilités subjectives 2. Arrivée symétrique de l information 3. Information asymétrique

Plus en détail

Perception du risque dépendance et demande d'assurance : une analyse à partir de l'enquête PATER

Perception du risque dépendance et demande d'assurance : une analyse à partir de l'enquête PATER Perception du risque dépendance et demande d'assurance : une analyse à partir de l'enquête PATER Roméo Fontaine (1) (2) (3), Manuel Plisson (4), Jérôme Wittwer (4) (5) et Nina Zerrar (1) LEG, Université

Plus en détail

Université de Bordeaux 4 Master 1 TEI Examen final, 1ère session 2000-2001 Economie publique Durée : 1 heure

Université de Bordeaux 4 Master 1 TEI Examen final, 1ère session 2000-2001 Economie publique Durée : 1 heure 2000-2001 1) La réglementation des monopoles naturels. (12 points) 2) Au choix : (8 points) a) Soient les préférences des individus a, b, c et d sur les options x, y, z et t : Individu a : x > y > t >

Plus en détail

Les familles entre assureurs et tribunaux:

Les familles entre assureurs et tribunaux: Les familles entre assureurs et tribunaux: La valeur de la vie humaine Caroline MASSON Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique Voie Actuariat 19 mars 2010 BINÔME : Xiao Dong

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

Chapitre 6. Les critères de choix d investissement

Chapitre 6. Les critères de choix d investissement Chapitre 6 Les critères de choix d investissement La VAN : rappel définition Un projet ne doit être mis en œuvre que si sa valeur actuelle nette ou VAN, définie comme la somme actualisée des flux futurs

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES BASES DE L EVALUATION DES INVESTISSEMENTS Les

Plus en détail

L équité intergénérationnelle : concept à définir, mesurer et gérer

L équité intergénérationnelle : concept à définir, mesurer et gérer L équité intergénérationnelle : concept à définir, mesurer et gérer Conférence Centre de recherche sur la gouvernance (CERGO) 30 mars 2015 Par Claudia Gagné, M.Sc., FSA, FICA, CFA Professeure adjointe,

Plus en détail

Economie Monétaire et Financière

Economie Monétaire et Financière Economie Monétaire et Financière Jézabel Couppey- Soubeyran et Bruno Tinel Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne Licence 2 ème année. Dossier de TD n 3 : Taux d intérêt Partie I : Capitalisation et actualisation

Plus en détail

Avenir des régimes complémentaires de retraite. Mettre la table pour une réflexion éclairée

Avenir des régimes complémentaires de retraite. Mettre la table pour une réflexion éclairée Avenir des régimes complémentaires de retraite Mettre la table pour une réflexion éclairée Présentation à la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec Georges Langis Bureau de l actuaire

Plus en détail

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 Mathématiques Financières Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 C. FISCHLER & S. GOUTTE T.D. 1 Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous, répondre aux questions suivantes : Est-ce une suite monotone?

Plus en détail

La Demande d Assurance Dépendance, Une Analyse Empirique pour la France

La Demande d Assurance Dépendance, Une Analyse Empirique pour la France La Demande d Assurance Dépendance, Une Analyse Empirique pour la France Christophe Courbage Association de Genève 53 route de malagnou CH - 1208 Genève christophe _courbage@genevaassociation.org Nolwenn

Plus en détail

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Céline Grislain-Letrémy Résumé long - Thèse en sciences économiques sous la direction de Bertrand Villeneuve L objet de cette thèse

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2010-2011 Mathématiques Financières Intérêts composés. Université de Picardie Jules Verne Année 2010-2011 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2010-2011 Mathématiques Financières Intérêts composés. Université de Picardie Jules Verne Année 2010-2011 UFR des Sciences Université de Picardie Jules Verne Année 2010-2011 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières I - Généralités LES INTERETS COMPOSES 1) Définitions

Plus en détail

THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen

THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen N.B. : Il faut toujours justifier sa réponse. 1. Qu'est-ce que l'axiomatique de Von Neumann et Morgenstern? La représentation des préférences des investisseurs

Plus en détail

Examen blanc assurance et gestion des risques

Examen blanc assurance et gestion des risques Examen blanc assurance et gestion des risques Mickaël Clévenot 17 mars 2014 1 Questions de cours pour tous Question 1) Il sera demandé aux étudiants de rappeler l un des axiomes de la méthodologie développée

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

5) Extension : Équilibre de Cournot Nash en information incomplète. . 2 T y 2 2 ) B. > (a 2 ) H. k y

5) Extension : Équilibre de Cournot Nash en information incomplète. . 2 T y 2 2 ) B. > (a 2 ) H. k y 5) Extension : Équilibre de Cournot Nash en information incomplète Supposons désormais que la firme 2 connaît avec perfection la fonction de coût de la firme, mais que celle - ci en revanche est imparfaitement

Plus en détail

TD : Equilibre Général. Emmanuel Duguet

TD : Equilibre Général. Emmanuel Duguet TD : Equilibre Général Emmanuel Duguet 2013-2014 Sommaire 1 Les ménages 2 1.1 Consommation et temps de travail................ 2 1.2 Prix et salaire d équilibre..................... 3 2 Equilibre avec

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

PREB4T Atteindrons nous le facteur 4 en 2050? Ce qu en dit la recherche, enseignements et limites des modèles prédictifs

PREB4T Atteindrons nous le facteur 4 en 2050? Ce qu en dit la recherche, enseignements et limites des modèles prédictifs PREB4T Atteindrons nous le facteur 4 en 2050? Ce qu en dit la recherche, enseignements et limites des modèles prédictifs Modèle Res IRF développé au CIRED par L G Giraudet, P. Quirion et C. Guivarch F.

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

L essentiel sur les tests statistiques

L essentiel sur les tests statistiques L essentiel sur les tests statistiques 21 septembre 2014 2 Chapitre 1 Tests statistiques Nous considérerons deux exemples au long de ce chapitre. Abondance en C, G : On considère une séquence d ADN et

Plus en détail

Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise

Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise Août 2010 Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise Madame, Monsieur, Le projet de réforme des retraites a été adopté par le Gouvernement le 13 juillet, puis

Plus en détail

Entre famille et marché : déterminants et coûts monétaires de l aide formelle et informelle reçue par les personnes âgées en domicile ordinaire.

Entre famille et marché : déterminants et coûts monétaires de l aide formelle et informelle reçue par les personnes âgées en domicile ordinaire. INED Unité Démographie Economique Journée scientifique Les transferts intergénérationnels Session 1 Transferts ascendants 17 mars 2009 Entre famille et marché : déterminants et coûts monétaires de l aide

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme

La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme Catherine Pollak DREES Séminaire Arrêts de travail 20 mai 2014 5/21/2014 1 Introduction Contexte

Plus en détail

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL I P L A N... A Arbitrage entre consommation et travail B Effets de l'augmentation du salaire C Déterminants de l'offre du travail

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO Micro-économie 1 Marisa Ratto Première Année MIDO 1 Organisation du cours : Cours Magistral : des questions? Prendre contact : Maria_Luisa.Ratto@dauphine.fr Bureau : B 611bis le mercredi de 10h00 à 12h00.

Plus en détail

Information, Incertitude et Choix. Chapitres 36, 12, 13 et plus... Deux cours sur ce sujet.

Information, Incertitude et Choix. Chapitres 36, 12, 13 et plus... Deux cours sur ce sujet. Information, Incertitude et Choix Chapitres 36, 12, 13 et plus... Deux cours sur ce sujet. But de ces deux cours: Analyser comment le modèle de choix avec consommateur rationnel optimisant doit être modi

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA766 CIDR Tous droits de reproduction réservés Présentation méthodologique pour le calcul des cotisations dans les mutuelles de santé

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

«La fuite des capitaux : gouvernance, facteurs institutionnels et variables macro économiques»

«La fuite des capitaux : gouvernance, facteurs institutionnels et variables macro économiques» Mémoire de mastère de recherche en Finance «La fuite des capitaux : gouvernance, facteurs institutionnels et variables macro économiques» Elaboré par: Dirigé par: Olfa Kharrat Michel Henry Bouchet Kharrat_olfa@yahoo.fr

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI

CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI Édith Martel Université de Montréal Benoît Laplante Institut National de la Recherche Scientifique

Plus en détail

E et de levier et instabilité nancière : un modèle théorique

E et de levier et instabilité nancière : un modèle théorique E et de levier et instabilité nancière : un modèle théorique Edouard Challe Ecole Polytechnique/Chaire FDIR 27/01/2009. Challe (Ecole Polytechnique/Chaire FDIR) E et de levier et instabilité nancière 27/01/2009

Plus en détail

Actualisation. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012

Actualisation. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Actualisation - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Plan du cours 1. Transferts de richesse et allocation intertemporelle de la consomma Déterminants des taux d intérêt d équilibre

Plus en détail

Le futur des pensions Contenu de l Accord de Gouvernement

Le futur des pensions Contenu de l Accord de Gouvernement PARTIE #3 Finance & Pension Le futur des pensions Contenu de l Accord de Gouvernement Orateur: Monsieur Jacques Boulet Expert membre de la Commission 2020 2040 pour la réforme des Pensions auprès du Ministre

Plus en détail

Enseigner le management des organisations

Enseigner le management des organisations Enseigner le des organisations Par l expérimentation Introduction L économie expérimentale Se définit comme l utilisation de l expérimentation en tant que méthode d investigation en économie. Il s agit

Plus en détail

Quels facteurs incitent la société à investir dans l'éducation?

Quels facteurs incitent la société à investir dans l'éducation? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Quels facteurs incitent la société à investir dans l'éducation? Merci de citer

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

ÉVOLUTION FUTURE DE LA SANTÉ ET DES BESOINS EN ASSURANCE SOINS DE LONGUE DURÉE DES AÎNÉS AU QUÉBEC

ÉVOLUTION FUTURE DE LA SANTÉ ET DES BESOINS EN ASSURANCE SOINS DE LONGUE DURÉE DES AÎNÉS AU QUÉBEC ÉVOLUTION FUTURE DE LA SANTÉ ET DES BESOINS EN ASSURANCE SOINS DE LONGUE DURÉE DES AÎNÉS AU QUÉBEC Pierre-Carl Michaud, ESG UQAM, CIRPÉE, CIRANO et Chaire de recherche Industrielle Alliance sur les enjeux

Plus en détail

ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA)

ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA) ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA) Dominique LAFFLY Maître de Conférences, Université de Pau Laboratoire Société Environnement Territoire UMR 5603 du CNRS

Plus en détail

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Enoncé du TD n 7 Automne 202 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Vous considérez dans cet exercice une firme qui a la possibilité

Plus en détail

Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne

Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne Jeune, vulnérabilité, société et communication avec l adulte Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne PLAN DE L EXPOSE Concepts: de l

Plus en détail

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1 Séance 4 : Offre de travail et de capital Je Révise Offre de travail Le travailleur partage sa journée de 24 heures entre le travail et le loisir de façon à maximiser son utilité. Le travail lui rapporte

Plus en détail

Enjeux - Gestion de patrimoine CFA-Québec 4 février 2015. Denis Preston, CPA, CGA, FRM, Pl. fin.

Enjeux - Gestion de patrimoine CFA-Québec 4 février 2015. Denis Preston, CPA, CGA, FRM, Pl. fin. Enjeux - Gestion de patrimoine CFA-Québec 4 février 2015 Denis Preston, CPA, CGA, FRM, Pl. fin. 2 Enjeux - Gestion de patrimoine 1.La planification financière personnelle 2.Finance personnelle versus finance

Plus en détail

Asymétries d information

Asymétries d information cours Asymétries d information Département Économie HEC Automne 2015 cours Asymétrie d information Il est des contextes où des agents économiques en position de contracter ne disposent pas de la même information

Plus en détail

ÈGLEMENT. Constitution. de provisions. Approuvé le 06.06.2007 En vigueur dès le 01.01.2008

ÈGLEMENT. Constitution. de provisions. Approuvé le 06.06.2007 En vigueur dès le 01.01.2008 Constitution de provisions Approuvé le 06.06.2007 En vigueur dès le 01.01.2008 ÈGLEMENT 2 Table des matières Art. 1 Définitions et principes 3 Art. 2 Bases techniques et hypothèses de calcul 4 Art. 3 Capitaux

Plus en détail

Examen IES (sujet A, 2 colonnes, bleu) Thème de l irrationalité en économie

Examen IES (sujet A, 2 colonnes, bleu) Thème de l irrationalité en économie Examen IES (sujet A, 2 colonnes, bleu) Thème de l irrationalité en économie Enseignant : Rémy Oddou code examen:. UPC-S2-A-2013-14 QCM : 1 seule bonne réponse parmi les 4 proposées. 1 point par bonne réponse,

Plus en détail

CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES

CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES 1. La publicité doit être conçue de manière à respecter les règles et l esprit de la législation, des codes d autorégulation en général et du présent code

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE Robert L. Brown Professeur d actuariat Darren Charters Professeur adjoint de droit commercial Sally Gunz Professeure de droit commercial

Plus en détail

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers?

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? Fabrice Riva House of Finance Université d été de l Asset Management Université Paris-Dauphine 27 août 2015 Fabrice Riva Liquidité et Asset

Plus en détail

La dépendance en France, un enjeu sociétal majeur dans lequel Crédit Agricole Assurances est pleinement engagé

La dépendance en France, un enjeu sociétal majeur dans lequel Crédit Agricole Assurances est pleinement engagé Communiqué de presse Paris, le 3 septembre 2012 La dépendance en France, un enjeu sociétal majeur dans lequel Crédit Agricole Assurances est pleinement engagé Vers l Autonomie, la nouvelle offre dépendance

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Versement du capital : quelle histoire

Versement du capital : quelle histoire Versement du capital : quelle histoire IST insight Cédric Regad 9 octobre 2014 Sommaire 1. Introduction 3 2. Histoire 4 3. Quelques chiffres 10 4. Histoires? 13 5. Rente ou capital? 23 6. Conclusion et

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

L effet joint de l auto-protection et de l auto-assurance en santé

L effet joint de l auto-protection et de l auto-assurance en santé L effet joint de l auto-protection et de l auto-assurance en santé Fabrice YAFIL CERESUR, Université de la Réunion, Faculté de Droit et d Economie, 5 avenue René Cassin, BP 75, 9775 Saint Denis Cedex 9,

Plus en détail

Réforme du système de retraite Entre ajustement paramétrique et constitution de fonds de réserve Intérêt du système des comptes notionnels NDC-

Réforme du système de retraite Entre ajustement paramétrique et constitution de fonds de réserve Intérêt du système des comptes notionnels NDC- of the International Actuarial Association Réforme du système de retraite Entre ajustement paramétrique et constitution de fonds de réserve Intérêt du système des comptes notionnels NDC- Zerrouki kamel

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

nous pouvons calculer l intérêt obtenu par ce capital au bout d un an (n =1). 1an

nous pouvons calculer l intérêt obtenu par ce capital au bout d un an (n =1). 1an Chapitre IV : Les intérêts composés I. Généralités et définition Avec les intérêts composés, nous abordons les mathématiques financières de moyen et long terme. Pour gérer les comptes de moyen et long

Plus en détail

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Laurent Denant Boemont octobre 2008 Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance 2 J. Hamburg (2005) Along came Polly 1 Introduction

Plus en détail

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 04 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie appliquée de l Université Paris Dauphine Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Economie de l incertain

Economie de l incertain Economie de l incertain séance du 5 novembre 2005 Exercice Soient deux individus, et 2, avec le même niveau de richesse initiale W 0 = 00, mais avec des fonctions d utilité différentes, respectivement

Plus en détail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail Chapitre 25 Le financement par crédit-bail Introduction La location d actifs par une entreprise s appelle le créditbail. Celle-ci présente les mêmes caractéristiques que la location d un bien par un particulier

Plus en détail