PROPRIÉTÉS DES SOLS ET DE LA BIOMASSE AÉRIENNE SUR UNE TERRE EN FRICHE RÉCOLTÉE AVEC UN BIOBALER. François-Simon Robert

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROPRIÉTÉS DES SOLS ET DE LA BIOMASSE AÉRIENNE SUR UNE TERRE EN FRICHE RÉCOLTÉE AVEC UN BIOBALER. François-Simon Robert"

Transcription

1 PROPRIÉTÉS DES SOLS ET DE LA BIOMASSE AÉRIENNE SUR UNE TERRE EN FRICHE RÉCOLTÉE AVEC UN BIOBALER François-Simon Robert Maîtrise en sols et environnement Maître ès sciences (M. Sc.) Québec, Canada François-Simon Robert, 2014

2 II

3 Résumé Les plantes arbustives naturelles envahissent les terres agricoles abandonnées. Pour remettre en valeur ces friches, on a traditionnellement recours au brûlage ou au broyage sur place. D invention récente, le Biobaler coupe et met en balle les arbustes qui peuvent alors être déplacés et valorisés. Un champ agricole à St-Augustin-de-Desmaures (Québec, Canada), abandonné depuis 20 ans, a été inventorié pour les plantes présentes et les sols. Des modèles allométriques ont été développés pour prédire la biomasse de 11 espèces pionnières (R² moyens de 0,93). Les sols avaient un ph moyen de 5,0, 0,32% de N-total et un carbone organique de 4,0 %. Soixante-deux balles récoltées sur 2,7 ha pesaient 413 kg en moyenne à 44% de teneur en eau. La biomasse récoltée, entre 3,3 et 9,6 t de matière sèche par hectare, représentait 18 à 43 % de récupération. Les données permettront d évaluer le Biobaler sur les friches. III

4 IV

5 Abstract English Title : Soil and native woody crop properties on an abandoned agricultural field harvested with a Biobaler Natural woody crops overtake abandoned agricultural land. To bring back these areas into useful production, traditional methods include prescribed burning or on-site mulching. A recent technology, the Biobaler cuts and forms round bales of woody crops which can be moved for useful application. An agricultural field in Saint-Augustin-de-Desmaures (Quebec, Canada), abandoned for 20 years, was monitored for crop identification and soil properties. Allometric models were developed for 11 native woody crops (average R² of 0.93). Soil ph averaged 5.0, total N, 0.32% and organic carbon, 4.0%. Sixty two bales were harvested, averaging 413 kg at 44% moisture. The harvested biomass, between 3.3 and 9.6 t of dry matter per hectare, represented 18 to 43% of above-ground biomass. Data will be useful in assessing Biobaler operation on fallow land. V

6 VI

7 Table des matières RÉSUMÉ... III TABLE DES MATIÈRES... VII LISTE DES TABLEAUX... XI LISTE DES FIGURES... XV LISTE DES ABRÉVIATIONS DES UNITÉS DE MESURE... XIX AVANT-PROPOS... XXI CHAPITRE 1 : INTRODUCTION PROBLÉMATIQUE PLAN DU MÉMOIRE... 3 CHAPITRE 2 : REVUE DE LITTÉRATURE ET CADRE DE LA RECHERCHE DÉFINITIONS ET MISE EN CONTEXTE DES SOLS EN FRICHE DÉFINITIONS ESTIMATION DES SURFACES MONDIALES PROCESSUS D ABANDON DES TERRES ET DE VÉGÉTALISATION PHÉNOMÈNE D INVASION CARACTÉRISATION DE L ÉTAT VÉGÉTAL CHANGEMENTS DANS LES PROPRIÉTÉS DU SOL SUIVANT L ABANDON DES PRATIQUES CULTURALES INDICATEURS DE LA FERTILITÉ DES SOLS CONVERSION DES CULTURES AGRICOLES INTENSIVES PAR UNE SUCCESSION VÉGÉTALE CARBONE ORGANIQUE ET AZOTE DU SOL LE PH ET AUTRES INDICATEURS MÉTHODES D ÉVALUATION DE LA BIOMASSE RENDEMENT ET RÉCUPÉRATION DE BIOMASSE SUR DES TERRES ABANDONNÉES POTENTIEL DE CROISSANCE DE LA BIOMASSE DANS DES MILIEUX NATURELS RÉCOLTE DE LA BIOMASSE SUR DES TERRES EN FRICHE À CAP ST-IGNACE RÉCOLTE DE BIOMASSE NATURELLE EN SASKATCHEWAN RÉCOLTE DE BIOMASSE NATURELLE EN FLORIDE RÉCOLTE EN MILIEUX NATURELS À LA POCATIÈRE, EN ABITIBI ET DANS LE NORD DE L ONTARIO RÉCOLTE EN MILIEUX NATURELS AU MINNESOTA ALTERNATIVE POUR LE CONTRÔLE DE LA VÉGÉTATION LE CHOIX DES ÉQUIPEMENTS SÉLECTION DU SITE ET ASPECTS RÈGLEMENTAIRES IMPLANTATION DE CULTURES LIGNEUSES APRÈS LE RETRAIT D UNE VÉGÉTATION ENVAHISSANTE MISE EN VALEUR DE LA BIOMASSE ARBUSTIVE VII

8 2.6 CADRE CONCEPTUEL DE LA RECHERCHE OBJECTIFS DU MÉMOIRE HYPOTHÈSES SPÉCIFIQUES CHAPITRE 3 : MATÉRIEL ET MÉTHODES DISPOSITIF EXPERIMENTAL CHOIX DU SITE D ETUDE L AIRE D ETUDE LOCALISATION ET ECOLOGIE DES PEUPLEMENTS COLLECTE DE DONNÉES DE VÉGÉTATION AU CHAMP CARACTÉRISATION DU COUVERT VÉGÉTAL ÉCHANTILLONNAGE DESTRUCTIF POUR PRÉDIRE LA BIOMASSE AÉRIENNE ANALYSE STATISTIQUE CARACTÉRISATION DES SOLS PROCÉDURE D ÉCHANTILLONNAGE ET DE PRÉPARATION DES SOLS ANALYSES DES SOLS ANALYSE STATISTIQUE LA RÉCOLTE DE LA BIOMASSE MACHINE DE RÉCOLTE MASSE DES BALLES TENEUR EN EAU DE LA BIOMASSE RÉSIDUS DE RÉCOLTE FONCTIONNEMENT DE LA RÉCOLTE RENDEMENT CONSOMMATION DE CARBURANT ANALYSE STATISTIQUE CHAPITRE 4 : RÉSULTATS PARAMÈTRES PHYSICO-CHIMIQUES DES SOLS ANALYSE TEXTURALE DU SOL ANALYSE CHIMIQUE DU SOL ANALYSE DE RELATION PAR CORRÉLATION SIMPLE ANALYSE PAR RÉGRESSION ALLOMÉTRIE DES ESSENCES NATURELLES ET ÉQUATIONS DE RÉGRESSION DONNÉES DE DIAMÈTRES ET BIOMASSES DE 11 ESPÈCES PIONNIÈRES ÉQUATIONS DE RÉGRESSION COMPARAISON DES ÉQUATIONS DE PRÉDICTION LOCALES AVEC CELLES DE LA LITTÉRATURE Sélection des équations Analyse statistique ANALYSE DES MILIEUX VIII

9 4.3.1 DESCRIPTION DES ÉLÉMENTS DU COUVERT VÉGÉTAL SUR LES PARCELLES EXPÉRIMENTALES ET LA POPULATION RELATIVE RÉSULTATS DE LA CAMPAGNE D ÉCHANTILLONNAGE SURFACE TERRIÈRE CARACTÉRISATION DU CHANTIER DE RÉCOLTE ET MESURE DES RENDEMENTS DE LA BIOMASSE PAR RÉCOLTE AVEC UN BIOBALER CARACTÉRISATION DES OPÉRATIONS DE RÉCOLTE AUX CHAMPS CARACTÉRISTIQUES DE LA BIOMASSE RÉCOLTÉE RENDEMENT DE RÉCOLTE TEMPS DE RÉCOLTE, CAPACITÉ ET CONSOMMATION DE CARBURANT PERTES AU CHAMP PRÉDICTION DE LA BIOMASSE AÉRIENNE PAR MESURES NON DESTRUCTIVES ET ANALYSE COMPARATIVE AVEC LA RÉCOLTE ENTIÈRE PRÉDICTION DE LA BIOMASSE AÉRIENNE PAR EXTRAPOLATION DES QUADRATS ÉVALUATION DE LA PRÉDICTION EN UTILISANT LES VALEURS MOYENNES DE DENSITÉ ET DE DIAMÈTRE DES TIGES ÉVALUATION DE LA PRÉDICTION EN UTILISANT LES VALEURS MÉDIANES DES MESURES DIAMÉTRALES ENREGISTRÉES RENDEMENTS ANNUALISÉS CHAPITRE 5 : DISCUSSION COMPOSITION DES SOLS EN FRICHE DIFFÉRENCES ENTRE LES SOLS CULTIVÉS ET LES SOLS EN FRICHE ANALYSE DE BONFERRONI DÉVELOPPEMENT DES ÉQUATIONS DE PRÉDICTION DE LA BIOMASSE AÉRIENNE CARACTÉRISATION DES COMMUNAUTÉS VÉGÉTALES PRÉSENTES SUR LES PARCELLES EN FRICHE RÉCOLTE DE LA BIOMASSE CARACTÉRISATION DE LA RÉCOLTE ANALYSE PAR RÉGRESSION DES COMPOSANTES DU CHANTIER DE RÉCOLTE L ANALYSE DU RECOUVREMENT DE LA BIOMASSE ANALYSE DE COÛT CHAPITRE 6 : CONCLUSION DU MÉMOIRE CHAPITRE 7 : RECOMMANDATIONS CHAPITRE 8 : OUVERTURE BIBLIOGRAPHIE ANNEXES ANNEXE A : ANALYSE DE LA VÉGÉTATION DES SITES À LA POCATIÈRE IX

10 ANNEXE B : MESURES DES PARAMÈTRES DE RÉCOLTES EN FRICHES ET MILIEUX NATURELS AU QUÉBEC, EN ONTARIO ET MINNESOTA ANNEXE C : DONNÉES BRUTES DES ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES DES SOLS ÉTUDIÉS ANNEXE D : TESTS D'HYPOTHÈSES POUR LES COMPOSANTES AZOTE TOTALE ET AZOTE MINÉRALE N-NO DIFFÉRENCES DES MOYENNES DES MOINDRES CARRÉS ANNEXE E : ANALYSES DES COEFFICIENTS DE CORRÉLATION DE PEARSON ANNEXE F: DONNÉES ALLOMÉTRIQUES DES ESPÈCES ÉCHANTILLONNÉES ANNEXE G : ÉQUATIONS RETENUES POUR FINS DE COMPARAISONS STATISTIQUES ANNEXE H : RÉSULTATS DES COMPARAISONS ANNEXE I : DONNÉES DÉTAILLÉES DE RÉCOLTE DES BALLES DE BIOMASSE ANNEXE J : DONNÉES BRUTES D ANALYSE DE RECENSEMENT VÉGÉTAL ANNEXE K : ANALYSE DU CHANTIER DE RÉCOLTE PAR COMPARAISON STATISTIQUES À PARTIR DES ÉQUATIONS DE SAVOIE ET AL. (2012) X

11 Liste des tableaux Tableau 1: Répartition par région administrative des surfaces agricoles occupées par des terres marginales, des terres en friches et des terres naturelles pour le pâturage Tableau 2: Détermination des formations suivant le recouvrement Tableau 3: Récolte de terres en friche à Cap St-Ignace en Tableau 4: Caractéristiques des milieux naturels des prairies canadiennes (Saskatchewan) Tableau 5: Paramètres de récolte avec le Biobaler en Saskatchewan Tableau 6: Caractérisation des pertes au champ suivant la récolte par le Biobaler Tableau 7: Caractéristiques des parcelles étudiées incluant la superficie, classification du couvert végétal et du sol et l élévation Tableau 8: Composition physique des sols (moyenne de 4 échantillons par parcelle) Tableau 9: Quelques propriétés chimique des sols (moyenne de 4 échantillons par parcelle) Tableau 10: Analyse des groupements statistiques de Bonferroni pour la composante azote minéral NO 3 des sols Tableau 11: Caractéristiques des plantes pionnières observées sur les friches de Saint-Augustin-de- Desmaures Tableau 12: Paramètres de régression selon l équation 3 [ÉQ. 3] pour estimer la biomasse aérienne sèche par tige (g) de onze essences arbustives observées à l été 2011 incluant les feuilles. L erreur type est entre parenthèses. DB est le diamètre à 10 cm du niveau du sol et DHP est le diamètre à 130 cm du niveau du sol Tableau 13: Superficie des parcelles recensées, nombre de parcelles échantillonnées, couverture herbacée, surfaces arbustives, végétation ligneuse arborescente (zone à grosses tiges) et surfaces marécageuses inventoriées Tableau 14: Nombre de quadrats dans lesquels l essence a été répertoriée par parcelle Tableau 15: Nombre de tiges par quadrat de 0,25 m² par essence et par parcelle Tableau 16: Extrapolation du peuplement avant traitement (nombre de tiges par ha) Tableau 17: Contribution relative des espèces au nombre de tiges recensées (%) Tableau 18: Diamètres moyens à la base (DB) et à hauteur de poitrine (DHP) par essence et par parcelle Tableau 19: Médiane des mesures de diamètre à la base et DHP par essence et par parcelle Tableau 20: Calcul des surfaces terrières (m²/ha*) par essence et par parcelle basées sur le DHP moyen Tableau 21: Caractérisation du processus de récolte des parcelles d études incluant la surface inventoriée initiale, la surface effective récoltée, le nombre de sous-unités exclues de la récolte et le pourcentage d exclusion Tableau 22: Caractérisation du procédé de récolte incluant le nombre de balles fabriquées par parcelle, la biomasse totale récoltée (t MH, t MS), la teneur en eau (TEE) et la densité des balles Tableau 23: Caractérisation du procédé de récolte incluant la productivité et la consommation de carburant du Biobaler WB 55 dans les friches XI

12 Tableau 24: Pertes de biomasse non récoltée en quatre catégories : les longs débris >15 cm au sol, la biomasse non coupée et restée attachée à la souche, les débris fins 15 cm au sol et amas suivant le dépôt des balles Tableau 25: Biomasse prédite par ha par essence en faisant l extrapolation simple Tableau 26: Prédiction de la biomasse totale (t MS/ha) en utilisant les valeurs moyennes de DB et DHP mesurés par quadrat (surface de 0,25 m²) et en extrapolant pour la surface complète de chaque parcelle Tableau 27: Prédiction de la biomasse totale (t MS/ha) en utilisant les valeurs médianes de DB et DHP mesurées par quadrat (surface de 0,25 m²) et en extrapolant pour la surface complète de chaque parcelle Tableau 28: Biomasse aérienne totale mesurée, rendement et taux de croissance annualisés en supposant 20 années de croissance Tableau 29: Carbone organique et azote total de séries de sols mesurés sur des friches en 2011 et sur des terres agricoles en 1976, dans le même comté de Portneuf Tableaux des annexes Tableau A. 1: Résultats de l analyse de la végétation avant récolte de friches agricoles dans la région de La Pocatière (Lemieux, 2009; communication personnelle) Tableau A. 2: Caractérisation de la récolte de différents sites de friches agricoles et prairies naturelles abandonnées de la région de La Pocatière, Abitibi, Ontario et Minnesota (Savoie et al., 2012) Tableau A. 3: Données brutes des analyses des échantillons individuelles pour l analyse des classes texturales et composantes chimiques des sols étudiés Tableau A. 4: Données brutes de l analyse chimiques des sols étudiés Tableau A. 5: Test d hypothèse d égalité des moyennes du contenu en azote total entre les parcelles Tableau A. 6: Test d'hypothèse de la moyenne du contenu en azote minéral NO 3 = Tableau A. 7: Test de Bonferroni en ce qui concerne la composante azote total Tableau A. 8: Test de Bonferroni pour les groupements en ce qui concerne la composante azote minérale NO Tableau A. 9: Analyse et valeurs des coefficients de Pearson Tableau A. 10: Données destructives pour l amélanchier Tableau A. 11: Données destructives pour l aulne Tableau A. 12: Données destructives pour le cerisier tardif Tableau A. 13: Données destructives pour le cornouiller stolonifère Tableau A. 14: Données destructives pour l érable rouge Tableau A. 15: Données destructives pour le frêne rouge de Pennsylvanie Tableau A. 16: Données destructives pour le peuplier faux-tremble Tableau A. 17: Données destructives pour le pommier sauvage Tableau A. 18: Données destructives pour le saule Tableau A. 19: Données destructives pour la viorne trilobée Tableau A. 20: Données destructives pour l aubépine XII

13 Tableau A. 21: Modèles de prédiction de la biomasse par tige individuelle issus de la littérature retenus pour fins de comparaisons statistiques Tableau A. 22: Résultats des analyses de comparaisons T-pairé Tableau A. 23: Dates de récolte et teneurs en eau (TEE, % base humide) mesurées à l étuve à partir d échantillons de balles individuelles, identifiées par parcelle Tableau A. 24: Masse humide par balle (kg) et temps (hh:mm:ss) pour former chaque balle, sur chacune des parcelles récoltées Tableau A. 25: Données brutes des relevés des essences végétales et biomasse prédite Tableau A. 26: Données brutes des capacités de récolte de la biomasse avec le Biobaler (résultats observés et prédictions selon les modèles log et linéaire de Savoie et al Tableau A. 27: Données brutes des consommations de carburant avec le Biobaler fonction des rendements de récolte (résultats observés et prédictions selon le modèle log de Savoie et al. (2012)) Tableau A. 28: Données brutes des consommations de carburant avec le Biobaler fonction de la capacité de récolte (résultats observés et prédictions selon le modèle log de Savoie et al. (2012)).233 Tableau A. 29: Données brutes de la densité des balles observées (y) et capacité de récolte (x) (résultats observés et prédiction selon le modèle linéaire de Savoie et al. (2012)) Tableau A. 30: Résultats des analyses statistiques (test de t pairé) pour la capacité de récolte en fonction des rendements (modèle log) entre les mesures observées sur le site de Saint-Augustin-de- Desmaures et les modèles de prédiction connus de Savoie et al. (2012) Tableau A. 31: Résultats des analyses statistiques (test de t pairé) pour la capacité de récolte en fonction des rendements (modèle linéaire) entre les mesures observées sur le site de Saint-Augustinde-Desmaures et les modèles de prédiction connus de Savoie et al. (2012) Tableau A. 32: Résultats des analyses statistiques (test de t pairé) pour la Diesel en fonction des rendements (modèle log) entre les mesures observées sur le site de Saint-Augustin-de-Desmaures et les modèles de prédiction connus de Savoie et al. (2012) Tableau A. 33: Résultats des analyses statistiques (test de t pairé) pour la Diesel en fonction de la capacité (modèle linéaire) entre les mesures observées sur le site de Saint-Augustin-de-Desmaures et les modèles de prédiction connus de Savoie et al. (2012) Tableau A. 34: Résultats des analyses statistiques pour la Densité fonction de la capacité (modèle linéaire) entre les mesures observées sur le site de Saint-Augustin-de-Desmaures et les modèles de prédiction connus de Savoie et al. (2012) XIII

14 XIV

15 Liste des figures Figure 1: Évolution de la superficie de terres agricoles et prairies en abandon entre 1700 et Figure 2: Fréquence du type de formation végétale en fonction de la surface des milieux agricoles abandonnés (Marceau et al., 2002) Figure 3: Couverture végétale spécifique en fonction du temps depuis l'abandon des activités culturales. A) Les espèces non endémiques; B) les espèces non endémiques en champs agricoles suivant l abandon. Les valeurs sont exprimées en tant que proportion du total (Cramer et Hobbs, 2007) Figure 4: Aperçu du phénomène de succession selon le temps après l abandon des activités de culture de la terre (adapté de Cramer et Hobbs, 2007) Figure 5: Les différentes formes structurales aériennes d envahissement des terres en friches Figure 6: Schéma de classification des formations et détermination des classes Figure 7: Système de surfaces emboîtées pour déterminer l aire minimale (Whittaker, 1973) Figure 8: Niveaux de la matière organique (8-a) et du carbone total (8-b) dans le sol suivant l abandon du travail du sol et l implantation d une succession végétale selon Zhang et al. (2010). 20 Figure 9: Évolution de la teneur en azote total (TN) du sol (%) et du ratio C : N par rapport au temps en années, selon Zhang et al. (2010) Figure 10: Biomasse aérienne d arbustes de saules exempts de feuilles, estimée selon différentes méthodes (adapté de Hytönen et al. (1987) Figure 11: Développement aérien d'une végétation arbustive type de terre marginale A) large couverture B) multiplicité de tiges émergentes d'une souche unique C) souches non représentatives de la biomasse aérienne (Zhou et al., 2007) Figure 12: La production naturelle aérienne sur toutes les terres est estimée en supposant que 50 % de la biomasse accumulée est sous forme aérienne. (Campbell et al. 2008) Figure 13 : Rendement (t MS/ha) des différents milieux naturels de l'état du Minnesota (Hébert, 2010) Figure 14: Technique de contrôle par le brûlage dirigé Figure 15: Débroussailleur forestier de modèle Tree Terminator à lame fixe Figure 16: Râteau andaineur sur pelle hydraulique (Plaisance Équipements) Figure 17: Pelle hydraulique munie d'un rouleau débroussailleur horizontal Denis-Cimaf Figure 18: Broyeur forestier automoteur de grande puissance Galotrax 500 (Plaisance Équipements) Figure 19: Broyeur forestier stationnaire à alimentation verticale Morbark Figure 20: Broyeur forestier Meri Crushers de Hakmet équipement Figure 21: Biobaler en travail de récolte sur terres agricoles abandonnées Figure 22: Orthophoto avec superposition (en vert) des données topographiques prises en 2008 de la zone étudiée (résolution 30 cm). Les lignes rouges (entre 75 et 95 m) indiquent l élévation par rapport au niveau de la mer Figure 23: Image aérienne à l échelle 1 : prise en Figure 24: Image aérienne à l échelle 1 : prise en XV

16 Figure 25: Précipitations totales enregistrées entre 2008 et 2012 pour les mois compris entre mai et décembre Figure 26: Image satellitaire rapprochée et identification des zones d étude Figure 27: Carte d étude pédologique et légende de la zone d étude prise dans le comté de Portneuf (1976) Figure 28: Dispositif expérimental Figure 29: Collecte des mesures diamétrales et hauteur des essences selon la morphologie à la hauteur basale (à 0,10 m du sol) (adaptée de Thiffault et al., 2011) Figure 30: Déchiquetage des tiges afin d en mesurer la masse Figure 31: Aperçu de la biomasse déchiquetée Figure 32: Opération de la récolteuse en mode déporté Figure 33: Opération de la récolteuse en mode aligné Figure 34 : Schéma de fonctionnement du Biobaler WB-55 (Hébert, 2012) Figure 35: Opération de pesée de balles Figure 36: Fragments ( 15 cm) de résidus de récolte au sol Figure 37: Fragments (>15 cm long) de biomasse laissées au sol après la récolte Figure 38: Amas de biomasses généré à chaque opération de dépôt de balle au sol Figure 39: Biomasse sous forme de fragments non coupés à partir de la souche Figure 40: Manière de mesurer les pertes à la récolte Figure 41: Fonctionnement du procédé de récolte par le Biobaler (Hébert, 2012) Figure 42: Teneur en NH 4 + et NO 3 - des parcelles Figure 43: Régression de l'azote total (mg/kg) en fonction du carbone organique (%) Figure 44: Formation herbacée (site #4) Figure 45: formation de type herbacée-ligneux bas (site #8) Figure 46: Formation de type ligneux haut (site #5) Figure 47: Biobaler en pleine récolte et contournant les plus gros arbres Figure 48: Biobaler enlisé dans la boue Figure 49: Pertes relatives en fonction du rendement récolté Figure 50: Parcelle #6 avant la récolte avec comme caractéristiques en arrière-plan une végétation arbustive haute et dense Figure 51: Parcelle #6 après la récolte de la biomasse avec une présence résiduelle d arbres de plus gros diamètre Figure 52: Biomasse aérienne et souterraine (Mg/ha) suivant l état d abandon d un sol (Hooker et Compton, 2003) Figure 53: Pertes importantes de biomasse aérienne suivant l acharnement à récolter des tiges à fort diamètre à la parcelle # Figure 54: Tiges résiduelles de DHP > 100 mm et de 15 années d âge à la parcelle # Figure 55: Parcelle #7 complètement nettoyée de sa biomasse aérienne arbustive XVI

17 Figures des annexes Figure A. 1: MS de tiges d amélanchier en fonction du diamètre à la base Figure A. 2: MS de tiges d aulne en fonction du diamètre à la base Figure A. 3: MS de tiges d aulne en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 4 : MS de tiges de cerisier tardif en fonction du diamètre à la base Figure A. 5: MS de tiges de cerisier tardif en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 6: MS de tiges de cornouiller stolonifère en fonction du diamètre à la base Figure A. 7: MS de tiges de l érable rouge en fonction du diamètre à la base Figure A. 8: MS de tiges de l érable rouge en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 9: MS de tiges de frêne rouge de Pennsylvanie en fonction du diamètre à la base Figure A. 10: MS de tiges de frêne rouge de Pennsylvanie en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 11: MS de tiges de peuplier faux- tremble en fonction du diamètre à la base Figure A. 12: MS de tiges de peuplier faux- tremble en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 13: MS de tiges de pommier sauvage en fonction du diamètre à la base Figure A. 14: MS de tiges de pommier sauvage en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 15: MS de tiges de saule sauvage en fonction du diamètre à la base Figure A. 16: MS de tiges de saule sauvage en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 17: MS de tiges de viorne trilobée en fonction du diamètre à la base Figure A. 18: MS de tiges de viorne trilobée en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 19: MS de tiges d aubépine en fonction du diamètre à la base Figure A. 20: MS de tiges d aubépine en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 21: Relation entre la capacité de récolte mesurées (y) fonction des rendements récoltés (x) sur le site de St-Augustin Figure A. 22: Relations de régression connues entre la capacité de récolte (y) et les rendements récoltés (x) en milieux naturels de Savoie (2012) Figure A. 23: Relation entre la consommation de carburant mesurées (y) fonction des rendements récoltés(x) sur le site de St-Augustin Figure A. 24: Relation de régression connue entre la consommation de carburant et rendements récoltés en milieux naturels de Savoie (2012; Non publié) Figure A. 25: Relation entre la consommation de carburant mesurées (y) fonction de la capacité de récolte (x) sur le site de St-Augustin Figure A. 26: Relation de régression connue entre la consommation de carburant (y) et capacité de récolte (x) en milieux naturels de Savoie (2012) Figure A. 27: Relation entre la densité des balles mesurées (y) fonction de la capacité de récolte (x) sur le site de St-Augustin Figure A. 28: Relation de régression connue entre la densité des balles mesurées (y) et capacité de récolte (x) en milieux naturels de Savoie (2012) XVII

18 XVIII

19 Liste des abréviations des unités de mesure Abréviation (français) Signification Abréviation (anglais) an année yr b.h. base humide w.b. b.s. base sèche d.b. C carbone C C/N Rapport carbone sur azote total C:N EXP Fonction exponentielle EXP ln Log base e (2,71828) ln DB Diamètre à la base BD DHP Diamètre à hauteur de poitrine DBH cm centimètre cm g gramme g h heure h ha hectare ha hp puissance (cheval-vapeur) hp HMP Heure-machine productive PMH kg kilogramme kg km kilomètre km kw kilowatt kw l litre l m mètre m m 2 mètre carré m 2 m 3 mètre cube m 3 MH matière humide WM min minute min mm millimètre mm MS matière sèche DM MO Matière organique OM N Azote N NH 4 Ammonium NH 4 ph potentiel d hydrogène ph po pouce in RPM rotation par minute RPM t tonne t W Watt W $ dollar canadien $ % pourcentage % C degré Celsius C XIX

20 XX

21 Avant-Propos Tout d abord, je désire exprimer mes remerciements à mon directeur de recherche, M. Philippe Savoie, professeur associé au Département des sols et de génie agroalimentaire (SGA) de l Université Laval et chercheur scientifique au Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures d'agriculture et Agroalimentaire Canada, pour l aide compétente qu il m a apportée, pour son sens critique ainsi que pour tous ses conseils avisés qui m'ont été très précieux afin de peaufiner mon travail. L esprit d équipe du groupe de recherche a également permis d entretenir un climat d encouragement et de relever de nombreux défis. Mon implication dans divers projets connexes à mes activités de recherche m a permis de me positionner à l avant-garde dans mon domaine d étude et donc je recommande cette expérience d étude à quiconque désirerait poursuivre des études graduées. Également en première ligne dans la codirection de ce travail de recherche, M. Steeve Pépin, professeur agrégé au département SGA, a apporté une contribution indispensable. Alors, mes remerciements sincères. Un remerciement spécial à Ressources Naturelles Canada et au Réseau canadien d'innovation dans la biomasse pour leur support financier à la recherche. Ensuite, je tiens à remercier tout particulièrement M. Pierre Luc Hébert, étudiant gradué de l Université Laval, collègue et ami, pour sa précieuse collaboration lors des essais de récolte, pour nos nombreuses discussions ainsi que pour son soutien moral ainsi que M. Daniel Marcotte, technicien expert au Département SGA pour les analyses de sols. Également, un merci à M. Joey Villeneuve, M. René Morissette, M. Marc-Antoine Robert, Mme Emmanuelle Caron, M. Pierre-Luc Lizotte, des collaborateurs indispensables d Agriculture et Agroalimentaire Canada. De surcroît, je veux remercier Le Groupe Anderson pour avoir contribué au soutien technique lors des essais de récolte. À vous tous, je souhaite exprimer ma reconnaissance pour votre soutien et je vous adresse un merci des plus sincères. XXI

22 XXII

23 Chapitre 1 : Introduction Les plantes arbustives sont abondantes en milieux naturels. De plus, elles peuvent devenir une culture intéressante sur des terres non essentielles à la culture du fourrage et de la nourriture. Dans plusieurs pays, les plantes arbustives naturelles sont parfois considérées comme une nuisance, car elles envahissent les terres agricoles, les sous-bois et les plaines. On doit les couper régulièrement pour minimiser les risques de feux spontanés incontrôlés, mais leur faible densité fait en sorte qu on les brûle souvent sur place sans aucune valorisation énergétique. Par ailleurs, certaines terres abandonnées peuvent servir à l implantation de taillis cultivés en courte rotation et à d autres espèces arbustives à croissance rapide tels le saule ou les peupliers hybrides pour une collecte cyclique de biomasse, soit à tous les deux, trois ou quatre ans. Autant que possible, la culture du saule et du peuplier hybride doit être faite sur des terres marginales afin de ne pas faire compétition à la demande alimentaire. À cet égard, Benjamin et al. (2006) ont démontré que les friches constituent une utilisation des sols qui est mal perçue dans la communauté agricole et que les plantations en taillis soulèvent l intérêt par leur apparence de milieux propres, plaisants, utiles et pouvant susciter la fierté. Cependant, la recherche d un équilibre entre les critères agricoles, économiques et environnementaux est indispensable quel que soit le type d aménagement souhaité. Le milieu agricole n échappe pas à cette tendance et nul ne conteste le lien étroit qui existe entre l agriculture et son environnement. L optimisation de la chaîne de valorisation de la biomasse s avère être un élément important pour la continuité des travaux dans cette voie à plus long terme. Or, l impact des différentes pratiques sur les sols et les techniques de culture/récolte à privilégier ont peu été étudiés. En déterminant des critères environnementaux et développant des techniques optimales de travail, il serait possible de rallier les objectifs des différents intervenants. Cette optimisation pourrait être atteinte en intégrant de nouvelles pratiques adaptées aux besoins de la filière de la biomasse. Par exemple, des regroupements locaux s organisent pour la mise en valeur de ressources terrières abandonnées de l agriculture, mais le manque de connaissance sur les sols, les techniques, les coûts et les marchés limite l ampleur des projets. 1

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Participants Membre du comité scientifique et technique Nicolas Drapier DP Jean-Luc

Plus en détail

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

Table of Contents 1 Aperçu... 3 1.1.1 Description informelle... 3 1.1.2 Métadonnées des spécifications de contenu informationnel... 3 1.1.

Table of Contents 1 Aperçu... 3 1.1.1 Description informelle... 3 1.1.2 Métadonnées des spécifications de contenu informationnel... 3 1.1. Données de gestion de l Outil cartographique d inventaire de la biomasse Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Révision : A Table of Contents 1 Aperçu...

Plus en détail

Applicable à partir de l année d assurance 2015 Assurance récolte - Sauvagine Section 12,3 - Expertise

Applicable à partir de l année d assurance 2015 Assurance récolte - Sauvagine Section 12,3 - Expertise Page 1 1. AVIS DE DOMMAGES Enregistrer les avis de dommages des producteurs affectés par la sauvagine, à partir de l unité de traitement «AVIS» tout en sélectionnant le programme Sauvagine (SAU). 2. CONSTATATION

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

Estimation des stocks de carbone à l échelle d une concession forestière

Estimation des stocks de carbone à l échelle d une concession forestière Estimation des stocks de carbone Exemple des concessions forestières de Bétou et Missa - Congo 595 948 ha Février 2010 FICHE D IDENTITÉ DES CONCESSIONS BÉTOU ET MISSA Unités Forestières d Aménagement situées

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR NOTE AU LECTEUR Dans le cadre de notre certification forestière à la norme du Forest Stewardship Council de la Seigneurie de Perthuis, nous vous présentons un résumé du plan général d aménagement forestier

Plus en détail

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure :

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure : OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneu et autres végétau indésirables Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementau et climatiques

Plus en détail

Marteloscope Gounamitz 2

Marteloscope Gounamitz 2 Marteloscope Gounamitz 2 Description du dispositif Michel Soucy et André Cyr Faculté de foresterie, Université de Moncton, Campus d Edmundston Jean-Martin Lussier Centre canadien sur la fibre de bois,

Plus en détail

ÉTUDE DE PRÉFAISABILITÉ PROJET DE BIOÉNERGIE FORESTIÈRE RAPPORT FINAL

ÉTUDE DE PRÉFAISABILITÉ PROJET DE BIOÉNERGIE FORESTIÈRE RAPPORT FINAL ÉTUDE DE PRÉFAISABILITÉ PROJET DE BIOÉNERGIE FORESTIÈRE RAPPORT FINAL JUILLET 2007 Table des matières Liste des tableaux... iv Liste des figures...vii Liste des annexes...viii 1 Introduction... 1 2 Résumé

Plus en détail

Biomasse forestière et bioénergie: Danger ou solution?

Biomasse forestière et bioénergie: Danger ou solution? C est correct. La scie mécanique fonctionne au biocarburant. Biomasse forestière et bioénergie: Danger ou solution? Evelyne Thiffault David Paré Jacques Morissette Sébastien Dagnault Ressources naturelles

Plus en détail

Q1 Quel est votre sexe?

Q1 Quel est votre sexe? Q1 Quel est votre sexe? Répondues : 458 Ignorées : 0 Homme Femme Homme Femme 18,56% 85 81,44% 373 Total 458 1 / 11 Q2 Quel est votre âge? Répondues : 458 Ignorées : 0 18-24 ans 25-34 ans 35-44 ans 45-54

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Par Alexandre Moïse 1 Marie Hélène Noiseux 2 1-Alexandre Moïse, B.Gest., M.Sc.A., Chercheur à l'université du Québec

Plus en détail

Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme. Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014

Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme. Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014 Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014 Plan de l exposé Pourquoi du miscanthus? Chaudières polycombustibles : aspects techniques

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail

Partie 3 Mise au point des solutions d aménagement. Rapport du Groupe de travail sur la diversité forestière et l approvisionnement en bois

Partie 3 Mise au point des solutions d aménagement. Rapport du Groupe de travail sur la diversité forestière et l approvisionnement en bois Partie 3 Mise au point des solutions d aménagement Rapport du Groupe de travail sur la diversité forestière et l approvisionnement en bois La collecte de renseignements utiles aux prises de décisions au

Plus en détail

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Agriculture and Agri-Food Canada Agriculture et Agroalimentaire Canada Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Les initiatives environnementales Eau Nutriments,

Plus en détail

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation»

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» Guide du débroussaillement règlementaire aux abords des constructions dans le département de Vaucluse Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» 2 ème édition Le débroussaillement vous protège,

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Taillis à courte ou très courte rotation (TTCR) : gestion des pratiques d implantation

Taillis à courte ou très courte rotation (TTCR) : gestion des pratiques d implantation PRATIQUES N 12 Taillis à courte ou très courte rotation (TTCR) : gestion des pratiques d implantation Définition générale de la pratique TTRC de saule Les taillis à courte ou très courte rotation (TCR

Plus en détail

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France?

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Fiche de synthèse dans le cadre de la Loi d Orientation Agricole Assemblée Permanente des Chambres d Agriculture Fabien Liagre - Mars 2005 1 Sommaire

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT Application de la corrélation entre l utilisation du territoire et la concentration de phosphore total développée par Gangbazo (MDDEP, 2005) 1 Évaluation

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

PREFECTURE DE LA LOZERE

PREFECTURE DE LA LOZERE SOUS-PREFECTURE DE FLORAC POLE DE DEFENSE DES FORETS CONTRE L INCENDIE PREFECTURE DE LA LOZERE Arrêté préfectoral n 2015071-0002 - du 12 mars 2015 relatif à la prévention des incendies de forêts dans les

Plus en détail

Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales:

Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales: Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales: Dépense ou investissement? Yvan Faucher, agronome Réjean Prince, agroéconomiste L ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE DU MAPAQ Réjean Prince, agroéconomiste Ghislain

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale

Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale A. El Ghorfi *, M. Boulanouar *, M. Cheggour*, N. Zahid ** * Département de biologie, ENS Marrakech ** Département d informatique,

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Formulaire d'adhésion PEFC

Formulaire d'adhésion PEFC Formulaire d'adhésion PEFC Acte d'engagement du propriétaire dans la démarche de certification par portage proposée par la Coopérative Provence Forêt I Présentation La certification PEFC doit permettre

Plus en détail

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres CHAPITRE 13 Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres CHAPITRE 13 DISPOSITIONS RELATIVES À L'ABATTAGE ET À LA PLANTATION D'ARBRES À l'intérieur des zones RV-1, RV-2, RV-9, RV-10,

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014. Grand sondage régional. Étude quantitative. 25 mars 2014

Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014. Grand sondage régional. Étude quantitative. 25 mars 2014 Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014 Grand sondage régional Étude quantitative 25 mars 2014 Méthodologie MÉTHODOLOGIE SONDAGE INTERNET Un sondage Internet réalisé auprès du grand public

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE CERTIFICAT POUR LA CONSTRUCTION D UN CHEMIN PUBLIC OU PRIVÉ Généralités La présente demande doit être

Plus en détail

Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR

Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR Ecole Chercheurs AgroEcologie 5-8 Juin 2012 1 Diversité spécifique

Plus en détail

Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072.

Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072. Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072 Rapport final Présenté à : Réseau Innovagrains Présenté par : Luc Belzile,

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS PREFET DE L YONNE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS spécial n 10/2013 du 10 juin 2013 Adresse de la préfecture : 1, Place de la Préfecture - CS 80119-89016 Auxerre cedex tél. standard 03.86.72.79.89 Adresse

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Le projet de recherche européen FlexWood («Flexible wood supply chain»)

Plus en détail

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface.

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface. COMMENT OBTENIR UNE BONNE PELOUSE? Tout le monde souhaite avoir un superbe gazon. Pour pouvoir profiter d'un espace de verdure impeccable, il ne suffit pas de le rêver. Il faut procéder étape par étape

Plus en détail

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE)

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) Philippe LUSTRAT 33 rue de la garenne 77760 VILLIERS SOUS GREZ Lustrat P. (1999) - Estimation de la taille

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC. Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014

ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC. Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014 ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014 1 LES ABATTOIRS DE BOVINS AU QUÉBEC Sous inspection fédérale:

Plus en détail

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur Jeu de l ingénierie écologique mémo du joueur Contexte Qu est-ce que l ingénierie écologique? L ingénierie écologique peut être définie par une action par et/ou pour le vivant. Plus précisément, le vivant

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

Règlement type relatif à l abattage d arbres

Règlement type relatif à l abattage d arbres Règlement type relatif à l abattage d arbres INTRODUCTION «Une municipalité ou une MRC peut régir ou restreindre la plantation ou l'abattage d'arbres afin d'assurer la protection du couvert forestier et

Plus en détail

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011 Aménagement rural et développement durable Dépendance à la voiture en milieu rural : le cas de la Province du Luxembourg Constats, enjeux et pistes de solutions à moyen-long terme via l aménagement du

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

Une nouvelle écologie des parcs et des jardins

Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Patrimoine vert bordelais et politique de développement et de gestion Ecologie : grands principes et applications

Plus en détail

Expertise immobilière

Expertise immobilière Bernard de Polignac Jean-Pierre Monceau Expertise immobilière Guide pratique Deuxième édition 2002 ISBN : 2-212-11158-4 SOMMAIRE Partie 1 1 L expert et la valeur 1 RÉFLEXIONS SUR LA VALEUR DES BIENS...

Plus en détail

Les indicateurs du Cégep@distance

Les indicateurs du Cégep@distance Les indicateurs du Cégep@distance Caractéristiques de la population étudiante et cheminement scolaire Tableaux de bord 2004-2005 et 2005-2006 Mars 2007 Recherche et rédaction Lyne Forcier et Mireille Laforest

Plus en détail

ARIMNet. pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne PREMIERE ANNONCE

ARIMNet. pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne PREMIERE ANNONCE Première annonce Coordination of the Agricultural Research In the Mediterranean Area ARIMNet Appel d offre ARIMNet pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Bois Bocage Energie. www.boisbocageenergie.fr. SCIC Bois Bocage Energie, Laurent NEVOUX, Place de l église, 61800 CHANU

Bois Bocage Energie. www.boisbocageenergie.fr. SCIC Bois Bocage Energie, Laurent NEVOUX, Place de l église, 61800 CHANU Société Coopérative d Intd Intérêt Collectif Bois Bocage Energie www.boisbocageenergie.fr Comment organiser la filière bois et mobiliser la ressource? Acte 1 : Mécaniser la récolte du bois Acte 2 : Moderniser

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

Fiche Technique. Septembre 2008. Production, à retenir...

Fiche Technique. Septembre 2008. Production, à retenir... Fiche Technique Filière ou production nouvelle en Languedoc-Roussillon Septembre 2008 Taillis à Courte et Très Courte Rotation Filière Bioénergies Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture

Plus en détail

Fonds d action québécois pour le développement durable (FAQDD) Mai 2007 CRE-GIM

Fonds d action québécois pour le développement durable (FAQDD) Mai 2007 CRE-GIM Fonds d action québécois pour le développement durable (FAQDD) Mai 2007 CRE-GIM Plan de présentation Mission du FAQDD Programmation III Programme Actions en développement durable Programme Partenariat

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Christophe SANNIER christophe.sannier@sirs-fr.com

Christophe SANNIER christophe.sannier@sirs-fr.com Systèmes d Information à Référence Spatiale Utilisation d un Estimateur de Régression avec des Données Landsat pour l Estimation de l Etendu et des Changements du Couvert Forestier du Gabon de 1990 à 2010

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

Herbicyclage. Questions et réponses

Herbicyclage. Questions et réponses Herbicyclage Questions et réponses L herbicyclage c est quoi? Herbicyclage Questions et réponses L herbicyclage est une technique qui consiste à laisser les rognures de gazon (appelés aussi les résidus

Plus en détail

Conseils et pratiques de gestion des haies existantes

Conseils et pratiques de gestion des haies existantes Conseils et pratiques de gestion des haies existantes Un outil pratique de gestion des haies destinée aux agriculteurs ayant des travaux d entretien du bocage et souhaitant valoriser leur bois Favoriser

Plus en détail

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie Mémento aquitain du bois énergie Synthèse N 6 Synthèse bibliographique Les unités du boisénergie Octobre 2013 2 Les unités du bois-énergie Objectifs : Connaître les unités du bois énergie. Clarifier les

Plus en détail

Pour bien comprendre les résultats publiés

Pour bien comprendre les résultats publiés RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER MÉTHODOLOGIE Pour bien comprendre les résultats publiés Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013 Ce document peut être reproduit ou diffusé à des fins non commerciales

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES GENERALES TRAVAUX

CAHIER DES CLAUSES GENERALES TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES GENERALES TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES GÉNÉRALES POUR L EXÉCUTION DES TRAVAUX FORESTIERS DE REBOISEMENT ET D ENTRETIEN EN FORET PRIVÉE Établi contractuellement en 1989 par la Compagnie

Plus en détail

La rigole d Hilvern, encore plus belle

La rigole d Hilvern, encore plus belle DÉVELOPPEMENT CÔTES D ARMOR D Randonnée et Espaces naturels La rigole d Hilvern, encore plus belle Le détail de 5 ans de chantier Votre Conseil général le développement, favoriser l essor de tous 1 2 1

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

Experts en économie de l'environnement et des ressources naturelles

Experts en économie de l'environnement et des ressources naturelles Titre du rapport RAPPORT FINAL (PRÉLIMINAIRE) Les retombées économiques de l industrie acéricole au Québec et au Canada Rapport final Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ) Novembre 2010

Plus en détail

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Le maintien de très faibles taux d intérêt depuis la dernière récession incite les ménages canadiens à s endetter

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle Méthodes innovantes d amélioration sylvo-pastorale: Le cas du projet de lutte participative contre la désertification et de réduction de la pauvreté dans les écosystèmes arides et semi-arides des hauts

Plus en détail

RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la MRC Brome-Missisquoi

RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la MRC Brome-Missisquoi RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la 2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 MÉTHODOLOGIE... 4 LOCALISATION DES COURS D EAU... 5 RÉSULTATS... 6 Portrait global de la MRC...

Plus en détail

Guyane. Bilan carbone et gestion forestière

Guyane. Bilan carbone et gestion forestière Guyane Bilan carbone et gestion forestière Séminaire organisé dans le cadre du projet CARPAGG «le carbone en forêt et en prairies issues de déforestation en Guyane, 1 octobre 2013» Le contexte de la forêt

Plus en détail

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent Tournant vert Le Parti libéral du Canada a publié récemment de l information plus détaillée sur son plan pour un Tournant vert. La Fédération canadienne de l agriculture (FCA) constate avec plaisir que

Plus en détail

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188 CHAPITRE 13 Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres Page 188 CHAPITRE 13 DISPOSITIONS RELATIVES À L'ABATTAGE ET À LA PLANTATION D'ARBRES Sauf lorsque spécifiquement stipulé, tout

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE MINISTERE DE L ENERGIE ET REPUBLIQUE DU MALI DE L HYDRAULIQUE Un Peuple Un But Une Foi ***** ***** DIRECTION NATIONALE DE L ENERGIE ***** PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

Projet agropastoral : Recherche d'un éleveur. Secteur de Castelnau de Guers APPEL A CANDIDATURE

Projet agropastoral : Recherche d'un éleveur. Secteur de Castelnau de Guers APPEL A CANDIDATURE Projet agropastoral : Recherche d'un éleveur Secteur de Castelnau de Guers APPEL A CANDIDATURE Dépôt des dossiers de candidature : au plus tard le 30 juin 2015 1 Sommaire 1. PREAMBULE... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail