PROPRIÉTÉS DES SOLS ET DE LA BIOMASSE AÉRIENNE SUR UNE TERRE EN FRICHE RÉCOLTÉE AVEC UN BIOBALER. François-Simon Robert

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROPRIÉTÉS DES SOLS ET DE LA BIOMASSE AÉRIENNE SUR UNE TERRE EN FRICHE RÉCOLTÉE AVEC UN BIOBALER. François-Simon Robert"

Transcription

1 PROPRIÉTÉS DES SOLS ET DE LA BIOMASSE AÉRIENNE SUR UNE TERRE EN FRICHE RÉCOLTÉE AVEC UN BIOBALER François-Simon Robert Maîtrise en sols et environnement Maître ès sciences (M. Sc.) Québec, Canada François-Simon Robert, 2014

2 II

3 Résumé Les plantes arbustives naturelles envahissent les terres agricoles abandonnées. Pour remettre en valeur ces friches, on a traditionnellement recours au brûlage ou au broyage sur place. D invention récente, le Biobaler coupe et met en balle les arbustes qui peuvent alors être déplacés et valorisés. Un champ agricole à St-Augustin-de-Desmaures (Québec, Canada), abandonné depuis 20 ans, a été inventorié pour les plantes présentes et les sols. Des modèles allométriques ont été développés pour prédire la biomasse de 11 espèces pionnières (R² moyens de 0,93). Les sols avaient un ph moyen de 5,0, 0,32% de N-total et un carbone organique de 4,0 %. Soixante-deux balles récoltées sur 2,7 ha pesaient 413 kg en moyenne à 44% de teneur en eau. La biomasse récoltée, entre 3,3 et 9,6 t de matière sèche par hectare, représentait 18 à 43 % de récupération. Les données permettront d évaluer le Biobaler sur les friches. III

4 IV

5 Abstract English Title : Soil and native woody crop properties on an abandoned agricultural field harvested with a Biobaler Natural woody crops overtake abandoned agricultural land. To bring back these areas into useful production, traditional methods include prescribed burning or on-site mulching. A recent technology, the Biobaler cuts and forms round bales of woody crops which can be moved for useful application. An agricultural field in Saint-Augustin-de-Desmaures (Quebec, Canada), abandoned for 20 years, was monitored for crop identification and soil properties. Allometric models were developed for 11 native woody crops (average R² of 0.93). Soil ph averaged 5.0, total N, 0.32% and organic carbon, 4.0%. Sixty two bales were harvested, averaging 413 kg at 44% moisture. The harvested biomass, between 3.3 and 9.6 t of dry matter per hectare, represented 18 to 43% of above-ground biomass. Data will be useful in assessing Biobaler operation on fallow land. V

6 VI

7 Table des matières RÉSUMÉ... III TABLE DES MATIÈRES... VII LISTE DES TABLEAUX... XI LISTE DES FIGURES... XV LISTE DES ABRÉVIATIONS DES UNITÉS DE MESURE... XIX AVANT-PROPOS... XXI CHAPITRE 1 : INTRODUCTION PROBLÉMATIQUE PLAN DU MÉMOIRE... 3 CHAPITRE 2 : REVUE DE LITTÉRATURE ET CADRE DE LA RECHERCHE DÉFINITIONS ET MISE EN CONTEXTE DES SOLS EN FRICHE DÉFINITIONS ESTIMATION DES SURFACES MONDIALES PROCESSUS D ABANDON DES TERRES ET DE VÉGÉTALISATION PHÉNOMÈNE D INVASION CARACTÉRISATION DE L ÉTAT VÉGÉTAL CHANGEMENTS DANS LES PROPRIÉTÉS DU SOL SUIVANT L ABANDON DES PRATIQUES CULTURALES INDICATEURS DE LA FERTILITÉ DES SOLS CONVERSION DES CULTURES AGRICOLES INTENSIVES PAR UNE SUCCESSION VÉGÉTALE CARBONE ORGANIQUE ET AZOTE DU SOL LE PH ET AUTRES INDICATEURS MÉTHODES D ÉVALUATION DE LA BIOMASSE RENDEMENT ET RÉCUPÉRATION DE BIOMASSE SUR DES TERRES ABANDONNÉES POTENTIEL DE CROISSANCE DE LA BIOMASSE DANS DES MILIEUX NATURELS RÉCOLTE DE LA BIOMASSE SUR DES TERRES EN FRICHE À CAP ST-IGNACE RÉCOLTE DE BIOMASSE NATURELLE EN SASKATCHEWAN RÉCOLTE DE BIOMASSE NATURELLE EN FLORIDE RÉCOLTE EN MILIEUX NATURELS À LA POCATIÈRE, EN ABITIBI ET DANS LE NORD DE L ONTARIO RÉCOLTE EN MILIEUX NATURELS AU MINNESOTA ALTERNATIVE POUR LE CONTRÔLE DE LA VÉGÉTATION LE CHOIX DES ÉQUIPEMENTS SÉLECTION DU SITE ET ASPECTS RÈGLEMENTAIRES IMPLANTATION DE CULTURES LIGNEUSES APRÈS LE RETRAIT D UNE VÉGÉTATION ENVAHISSANTE MISE EN VALEUR DE LA BIOMASSE ARBUSTIVE VII

8 2.6 CADRE CONCEPTUEL DE LA RECHERCHE OBJECTIFS DU MÉMOIRE HYPOTHÈSES SPÉCIFIQUES CHAPITRE 3 : MATÉRIEL ET MÉTHODES DISPOSITIF EXPERIMENTAL CHOIX DU SITE D ETUDE L AIRE D ETUDE LOCALISATION ET ECOLOGIE DES PEUPLEMENTS COLLECTE DE DONNÉES DE VÉGÉTATION AU CHAMP CARACTÉRISATION DU COUVERT VÉGÉTAL ÉCHANTILLONNAGE DESTRUCTIF POUR PRÉDIRE LA BIOMASSE AÉRIENNE ANALYSE STATISTIQUE CARACTÉRISATION DES SOLS PROCÉDURE D ÉCHANTILLONNAGE ET DE PRÉPARATION DES SOLS ANALYSES DES SOLS ANALYSE STATISTIQUE LA RÉCOLTE DE LA BIOMASSE MACHINE DE RÉCOLTE MASSE DES BALLES TENEUR EN EAU DE LA BIOMASSE RÉSIDUS DE RÉCOLTE FONCTIONNEMENT DE LA RÉCOLTE RENDEMENT CONSOMMATION DE CARBURANT ANALYSE STATISTIQUE CHAPITRE 4 : RÉSULTATS PARAMÈTRES PHYSICO-CHIMIQUES DES SOLS ANALYSE TEXTURALE DU SOL ANALYSE CHIMIQUE DU SOL ANALYSE DE RELATION PAR CORRÉLATION SIMPLE ANALYSE PAR RÉGRESSION ALLOMÉTRIE DES ESSENCES NATURELLES ET ÉQUATIONS DE RÉGRESSION DONNÉES DE DIAMÈTRES ET BIOMASSES DE 11 ESPÈCES PIONNIÈRES ÉQUATIONS DE RÉGRESSION COMPARAISON DES ÉQUATIONS DE PRÉDICTION LOCALES AVEC CELLES DE LA LITTÉRATURE Sélection des équations Analyse statistique ANALYSE DES MILIEUX VIII

9 4.3.1 DESCRIPTION DES ÉLÉMENTS DU COUVERT VÉGÉTAL SUR LES PARCELLES EXPÉRIMENTALES ET LA POPULATION RELATIVE RÉSULTATS DE LA CAMPAGNE D ÉCHANTILLONNAGE SURFACE TERRIÈRE CARACTÉRISATION DU CHANTIER DE RÉCOLTE ET MESURE DES RENDEMENTS DE LA BIOMASSE PAR RÉCOLTE AVEC UN BIOBALER CARACTÉRISATION DES OPÉRATIONS DE RÉCOLTE AUX CHAMPS CARACTÉRISTIQUES DE LA BIOMASSE RÉCOLTÉE RENDEMENT DE RÉCOLTE TEMPS DE RÉCOLTE, CAPACITÉ ET CONSOMMATION DE CARBURANT PERTES AU CHAMP PRÉDICTION DE LA BIOMASSE AÉRIENNE PAR MESURES NON DESTRUCTIVES ET ANALYSE COMPARATIVE AVEC LA RÉCOLTE ENTIÈRE PRÉDICTION DE LA BIOMASSE AÉRIENNE PAR EXTRAPOLATION DES QUADRATS ÉVALUATION DE LA PRÉDICTION EN UTILISANT LES VALEURS MOYENNES DE DENSITÉ ET DE DIAMÈTRE DES TIGES ÉVALUATION DE LA PRÉDICTION EN UTILISANT LES VALEURS MÉDIANES DES MESURES DIAMÉTRALES ENREGISTRÉES RENDEMENTS ANNUALISÉS CHAPITRE 5 : DISCUSSION COMPOSITION DES SOLS EN FRICHE DIFFÉRENCES ENTRE LES SOLS CULTIVÉS ET LES SOLS EN FRICHE ANALYSE DE BONFERRONI DÉVELOPPEMENT DES ÉQUATIONS DE PRÉDICTION DE LA BIOMASSE AÉRIENNE CARACTÉRISATION DES COMMUNAUTÉS VÉGÉTALES PRÉSENTES SUR LES PARCELLES EN FRICHE RÉCOLTE DE LA BIOMASSE CARACTÉRISATION DE LA RÉCOLTE ANALYSE PAR RÉGRESSION DES COMPOSANTES DU CHANTIER DE RÉCOLTE L ANALYSE DU RECOUVREMENT DE LA BIOMASSE ANALYSE DE COÛT CHAPITRE 6 : CONCLUSION DU MÉMOIRE CHAPITRE 7 : RECOMMANDATIONS CHAPITRE 8 : OUVERTURE BIBLIOGRAPHIE ANNEXES ANNEXE A : ANALYSE DE LA VÉGÉTATION DES SITES À LA POCATIÈRE IX

10 ANNEXE B : MESURES DES PARAMÈTRES DE RÉCOLTES EN FRICHES ET MILIEUX NATURELS AU QUÉBEC, EN ONTARIO ET MINNESOTA ANNEXE C : DONNÉES BRUTES DES ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES DES SOLS ÉTUDIÉS ANNEXE D : TESTS D'HYPOTHÈSES POUR LES COMPOSANTES AZOTE TOTALE ET AZOTE MINÉRALE N-NO DIFFÉRENCES DES MOYENNES DES MOINDRES CARRÉS ANNEXE E : ANALYSES DES COEFFICIENTS DE CORRÉLATION DE PEARSON ANNEXE F: DONNÉES ALLOMÉTRIQUES DES ESPÈCES ÉCHANTILLONNÉES ANNEXE G : ÉQUATIONS RETENUES POUR FINS DE COMPARAISONS STATISTIQUES ANNEXE H : RÉSULTATS DES COMPARAISONS ANNEXE I : DONNÉES DÉTAILLÉES DE RÉCOLTE DES BALLES DE BIOMASSE ANNEXE J : DONNÉES BRUTES D ANALYSE DE RECENSEMENT VÉGÉTAL ANNEXE K : ANALYSE DU CHANTIER DE RÉCOLTE PAR COMPARAISON STATISTIQUES À PARTIR DES ÉQUATIONS DE SAVOIE ET AL. (2012) X

11 Liste des tableaux Tableau 1: Répartition par région administrative des surfaces agricoles occupées par des terres marginales, des terres en friches et des terres naturelles pour le pâturage Tableau 2: Détermination des formations suivant le recouvrement Tableau 3: Récolte de terres en friche à Cap St-Ignace en Tableau 4: Caractéristiques des milieux naturels des prairies canadiennes (Saskatchewan) Tableau 5: Paramètres de récolte avec le Biobaler en Saskatchewan Tableau 6: Caractérisation des pertes au champ suivant la récolte par le Biobaler Tableau 7: Caractéristiques des parcelles étudiées incluant la superficie, classification du couvert végétal et du sol et l élévation Tableau 8: Composition physique des sols (moyenne de 4 échantillons par parcelle) Tableau 9: Quelques propriétés chimique des sols (moyenne de 4 échantillons par parcelle) Tableau 10: Analyse des groupements statistiques de Bonferroni pour la composante azote minéral NO 3 des sols Tableau 11: Caractéristiques des plantes pionnières observées sur les friches de Saint-Augustin-de- Desmaures Tableau 12: Paramètres de régression selon l équation 3 [ÉQ. 3] pour estimer la biomasse aérienne sèche par tige (g) de onze essences arbustives observées à l été 2011 incluant les feuilles. L erreur type est entre parenthèses. DB est le diamètre à 10 cm du niveau du sol et DHP est le diamètre à 130 cm du niveau du sol Tableau 13: Superficie des parcelles recensées, nombre de parcelles échantillonnées, couverture herbacée, surfaces arbustives, végétation ligneuse arborescente (zone à grosses tiges) et surfaces marécageuses inventoriées Tableau 14: Nombre de quadrats dans lesquels l essence a été répertoriée par parcelle Tableau 15: Nombre de tiges par quadrat de 0,25 m² par essence et par parcelle Tableau 16: Extrapolation du peuplement avant traitement (nombre de tiges par ha) Tableau 17: Contribution relative des espèces au nombre de tiges recensées (%) Tableau 18: Diamètres moyens à la base (DB) et à hauteur de poitrine (DHP) par essence et par parcelle Tableau 19: Médiane des mesures de diamètre à la base et DHP par essence et par parcelle Tableau 20: Calcul des surfaces terrières (m²/ha*) par essence et par parcelle basées sur le DHP moyen Tableau 21: Caractérisation du processus de récolte des parcelles d études incluant la surface inventoriée initiale, la surface effective récoltée, le nombre de sous-unités exclues de la récolte et le pourcentage d exclusion Tableau 22: Caractérisation du procédé de récolte incluant le nombre de balles fabriquées par parcelle, la biomasse totale récoltée (t MH, t MS), la teneur en eau (TEE) et la densité des balles Tableau 23: Caractérisation du procédé de récolte incluant la productivité et la consommation de carburant du Biobaler WB 55 dans les friches XI

12 Tableau 24: Pertes de biomasse non récoltée en quatre catégories : les longs débris >15 cm au sol, la biomasse non coupée et restée attachée à la souche, les débris fins 15 cm au sol et amas suivant le dépôt des balles Tableau 25: Biomasse prédite par ha par essence en faisant l extrapolation simple Tableau 26: Prédiction de la biomasse totale (t MS/ha) en utilisant les valeurs moyennes de DB et DHP mesurés par quadrat (surface de 0,25 m²) et en extrapolant pour la surface complète de chaque parcelle Tableau 27: Prédiction de la biomasse totale (t MS/ha) en utilisant les valeurs médianes de DB et DHP mesurées par quadrat (surface de 0,25 m²) et en extrapolant pour la surface complète de chaque parcelle Tableau 28: Biomasse aérienne totale mesurée, rendement et taux de croissance annualisés en supposant 20 années de croissance Tableau 29: Carbone organique et azote total de séries de sols mesurés sur des friches en 2011 et sur des terres agricoles en 1976, dans le même comté de Portneuf Tableaux des annexes Tableau A. 1: Résultats de l analyse de la végétation avant récolte de friches agricoles dans la région de La Pocatière (Lemieux, 2009; communication personnelle) Tableau A. 2: Caractérisation de la récolte de différents sites de friches agricoles et prairies naturelles abandonnées de la région de La Pocatière, Abitibi, Ontario et Minnesota (Savoie et al., 2012) Tableau A. 3: Données brutes des analyses des échantillons individuelles pour l analyse des classes texturales et composantes chimiques des sols étudiés Tableau A. 4: Données brutes de l analyse chimiques des sols étudiés Tableau A. 5: Test d hypothèse d égalité des moyennes du contenu en azote total entre les parcelles Tableau A. 6: Test d'hypothèse de la moyenne du contenu en azote minéral NO 3 = Tableau A. 7: Test de Bonferroni en ce qui concerne la composante azote total Tableau A. 8: Test de Bonferroni pour les groupements en ce qui concerne la composante azote minérale NO Tableau A. 9: Analyse et valeurs des coefficients de Pearson Tableau A. 10: Données destructives pour l amélanchier Tableau A. 11: Données destructives pour l aulne Tableau A. 12: Données destructives pour le cerisier tardif Tableau A. 13: Données destructives pour le cornouiller stolonifère Tableau A. 14: Données destructives pour l érable rouge Tableau A. 15: Données destructives pour le frêne rouge de Pennsylvanie Tableau A. 16: Données destructives pour le peuplier faux-tremble Tableau A. 17: Données destructives pour le pommier sauvage Tableau A. 18: Données destructives pour le saule Tableau A. 19: Données destructives pour la viorne trilobée Tableau A. 20: Données destructives pour l aubépine XII

13 Tableau A. 21: Modèles de prédiction de la biomasse par tige individuelle issus de la littérature retenus pour fins de comparaisons statistiques Tableau A. 22: Résultats des analyses de comparaisons T-pairé Tableau A. 23: Dates de récolte et teneurs en eau (TEE, % base humide) mesurées à l étuve à partir d échantillons de balles individuelles, identifiées par parcelle Tableau A. 24: Masse humide par balle (kg) et temps (hh:mm:ss) pour former chaque balle, sur chacune des parcelles récoltées Tableau A. 25: Données brutes des relevés des essences végétales et biomasse prédite Tableau A. 26: Données brutes des capacités de récolte de la biomasse avec le Biobaler (résultats observés et prédictions selon les modèles log et linéaire de Savoie et al Tableau A. 27: Données brutes des consommations de carburant avec le Biobaler fonction des rendements de récolte (résultats observés et prédictions selon le modèle log de Savoie et al. (2012)) Tableau A. 28: Données brutes des consommations de carburant avec le Biobaler fonction de la capacité de récolte (résultats observés et prédictions selon le modèle log de Savoie et al. (2012)).233 Tableau A. 29: Données brutes de la densité des balles observées (y) et capacité de récolte (x) (résultats observés et prédiction selon le modèle linéaire de Savoie et al. (2012)) Tableau A. 30: Résultats des analyses statistiques (test de t pairé) pour la capacité de récolte en fonction des rendements (modèle log) entre les mesures observées sur le site de Saint-Augustin-de- Desmaures et les modèles de prédiction connus de Savoie et al. (2012) Tableau A. 31: Résultats des analyses statistiques (test de t pairé) pour la capacité de récolte en fonction des rendements (modèle linéaire) entre les mesures observées sur le site de Saint-Augustinde-Desmaures et les modèles de prédiction connus de Savoie et al. (2012) Tableau A. 32: Résultats des analyses statistiques (test de t pairé) pour la Diesel en fonction des rendements (modèle log) entre les mesures observées sur le site de Saint-Augustin-de-Desmaures et les modèles de prédiction connus de Savoie et al. (2012) Tableau A. 33: Résultats des analyses statistiques (test de t pairé) pour la Diesel en fonction de la capacité (modèle linéaire) entre les mesures observées sur le site de Saint-Augustin-de-Desmaures et les modèles de prédiction connus de Savoie et al. (2012) Tableau A. 34: Résultats des analyses statistiques pour la Densité fonction de la capacité (modèle linéaire) entre les mesures observées sur le site de Saint-Augustin-de-Desmaures et les modèles de prédiction connus de Savoie et al. (2012) XIII

14 XIV

15 Liste des figures Figure 1: Évolution de la superficie de terres agricoles et prairies en abandon entre 1700 et Figure 2: Fréquence du type de formation végétale en fonction de la surface des milieux agricoles abandonnés (Marceau et al., 2002) Figure 3: Couverture végétale spécifique en fonction du temps depuis l'abandon des activités culturales. A) Les espèces non endémiques; B) les espèces non endémiques en champs agricoles suivant l abandon. Les valeurs sont exprimées en tant que proportion du total (Cramer et Hobbs, 2007) Figure 4: Aperçu du phénomène de succession selon le temps après l abandon des activités de culture de la terre (adapté de Cramer et Hobbs, 2007) Figure 5: Les différentes formes structurales aériennes d envahissement des terres en friches Figure 6: Schéma de classification des formations et détermination des classes Figure 7: Système de surfaces emboîtées pour déterminer l aire minimale (Whittaker, 1973) Figure 8: Niveaux de la matière organique (8-a) et du carbone total (8-b) dans le sol suivant l abandon du travail du sol et l implantation d une succession végétale selon Zhang et al. (2010). 20 Figure 9: Évolution de la teneur en azote total (TN) du sol (%) et du ratio C : N par rapport au temps en années, selon Zhang et al. (2010) Figure 10: Biomasse aérienne d arbustes de saules exempts de feuilles, estimée selon différentes méthodes (adapté de Hytönen et al. (1987) Figure 11: Développement aérien d'une végétation arbustive type de terre marginale A) large couverture B) multiplicité de tiges émergentes d'une souche unique C) souches non représentatives de la biomasse aérienne (Zhou et al., 2007) Figure 12: La production naturelle aérienne sur toutes les terres est estimée en supposant que 50 % de la biomasse accumulée est sous forme aérienne. (Campbell et al. 2008) Figure 13 : Rendement (t MS/ha) des différents milieux naturels de l'état du Minnesota (Hébert, 2010) Figure 14: Technique de contrôle par le brûlage dirigé Figure 15: Débroussailleur forestier de modèle Tree Terminator à lame fixe Figure 16: Râteau andaineur sur pelle hydraulique (Plaisance Équipements) Figure 17: Pelle hydraulique munie d'un rouleau débroussailleur horizontal Denis-Cimaf Figure 18: Broyeur forestier automoteur de grande puissance Galotrax 500 (Plaisance Équipements) Figure 19: Broyeur forestier stationnaire à alimentation verticale Morbark Figure 20: Broyeur forestier Meri Crushers de Hakmet équipement Figure 21: Biobaler en travail de récolte sur terres agricoles abandonnées Figure 22: Orthophoto avec superposition (en vert) des données topographiques prises en 2008 de la zone étudiée (résolution 30 cm). Les lignes rouges (entre 75 et 95 m) indiquent l élévation par rapport au niveau de la mer Figure 23: Image aérienne à l échelle 1 : prise en Figure 24: Image aérienne à l échelle 1 : prise en XV

16 Figure 25: Précipitations totales enregistrées entre 2008 et 2012 pour les mois compris entre mai et décembre Figure 26: Image satellitaire rapprochée et identification des zones d étude Figure 27: Carte d étude pédologique et légende de la zone d étude prise dans le comté de Portneuf (1976) Figure 28: Dispositif expérimental Figure 29: Collecte des mesures diamétrales et hauteur des essences selon la morphologie à la hauteur basale (à 0,10 m du sol) (adaptée de Thiffault et al., 2011) Figure 30: Déchiquetage des tiges afin d en mesurer la masse Figure 31: Aperçu de la biomasse déchiquetée Figure 32: Opération de la récolteuse en mode déporté Figure 33: Opération de la récolteuse en mode aligné Figure 34 : Schéma de fonctionnement du Biobaler WB-55 (Hébert, 2012) Figure 35: Opération de pesée de balles Figure 36: Fragments ( 15 cm) de résidus de récolte au sol Figure 37: Fragments (>15 cm long) de biomasse laissées au sol après la récolte Figure 38: Amas de biomasses généré à chaque opération de dépôt de balle au sol Figure 39: Biomasse sous forme de fragments non coupés à partir de la souche Figure 40: Manière de mesurer les pertes à la récolte Figure 41: Fonctionnement du procédé de récolte par le Biobaler (Hébert, 2012) Figure 42: Teneur en NH 4 + et NO 3 - des parcelles Figure 43: Régression de l'azote total (mg/kg) en fonction du carbone organique (%) Figure 44: Formation herbacée (site #4) Figure 45: formation de type herbacée-ligneux bas (site #8) Figure 46: Formation de type ligneux haut (site #5) Figure 47: Biobaler en pleine récolte et contournant les plus gros arbres Figure 48: Biobaler enlisé dans la boue Figure 49: Pertes relatives en fonction du rendement récolté Figure 50: Parcelle #6 avant la récolte avec comme caractéristiques en arrière-plan une végétation arbustive haute et dense Figure 51: Parcelle #6 après la récolte de la biomasse avec une présence résiduelle d arbres de plus gros diamètre Figure 52: Biomasse aérienne et souterraine (Mg/ha) suivant l état d abandon d un sol (Hooker et Compton, 2003) Figure 53: Pertes importantes de biomasse aérienne suivant l acharnement à récolter des tiges à fort diamètre à la parcelle # Figure 54: Tiges résiduelles de DHP > 100 mm et de 15 années d âge à la parcelle # Figure 55: Parcelle #7 complètement nettoyée de sa biomasse aérienne arbustive XVI

17 Figures des annexes Figure A. 1: MS de tiges d amélanchier en fonction du diamètre à la base Figure A. 2: MS de tiges d aulne en fonction du diamètre à la base Figure A. 3: MS de tiges d aulne en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 4 : MS de tiges de cerisier tardif en fonction du diamètre à la base Figure A. 5: MS de tiges de cerisier tardif en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 6: MS de tiges de cornouiller stolonifère en fonction du diamètre à la base Figure A. 7: MS de tiges de l érable rouge en fonction du diamètre à la base Figure A. 8: MS de tiges de l érable rouge en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 9: MS de tiges de frêne rouge de Pennsylvanie en fonction du diamètre à la base Figure A. 10: MS de tiges de frêne rouge de Pennsylvanie en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 11: MS de tiges de peuplier faux- tremble en fonction du diamètre à la base Figure A. 12: MS de tiges de peuplier faux- tremble en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 13: MS de tiges de pommier sauvage en fonction du diamètre à la base Figure A. 14: MS de tiges de pommier sauvage en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 15: MS de tiges de saule sauvage en fonction du diamètre à la base Figure A. 16: MS de tiges de saule sauvage en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 17: MS de tiges de viorne trilobée en fonction du diamètre à la base Figure A. 18: MS de tiges de viorne trilobée en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 19: MS de tiges d aubépine en fonction du diamètre à la base Figure A. 20: MS de tiges d aubépine en fonction du diamètre à hauteur de poitrine Figure A. 21: Relation entre la capacité de récolte mesurées (y) fonction des rendements récoltés (x) sur le site de St-Augustin Figure A. 22: Relations de régression connues entre la capacité de récolte (y) et les rendements récoltés (x) en milieux naturels de Savoie (2012) Figure A. 23: Relation entre la consommation de carburant mesurées (y) fonction des rendements récoltés(x) sur le site de St-Augustin Figure A. 24: Relation de régression connue entre la consommation de carburant et rendements récoltés en milieux naturels de Savoie (2012; Non publié) Figure A. 25: Relation entre la consommation de carburant mesurées (y) fonction de la capacité de récolte (x) sur le site de St-Augustin Figure A. 26: Relation de régression connue entre la consommation de carburant (y) et capacité de récolte (x) en milieux naturels de Savoie (2012) Figure A. 27: Relation entre la densité des balles mesurées (y) fonction de la capacité de récolte (x) sur le site de St-Augustin Figure A. 28: Relation de régression connue entre la densité des balles mesurées (y) et capacité de récolte (x) en milieux naturels de Savoie (2012) XVII

18 XVIII

19 Liste des abréviations des unités de mesure Abréviation (français) Signification Abréviation (anglais) an année yr b.h. base humide w.b. b.s. base sèche d.b. C carbone C C/N Rapport carbone sur azote total C:N EXP Fonction exponentielle EXP ln Log base e (2,71828) ln DB Diamètre à la base BD DHP Diamètre à hauteur de poitrine DBH cm centimètre cm g gramme g h heure h ha hectare ha hp puissance (cheval-vapeur) hp HMP Heure-machine productive PMH kg kilogramme kg km kilomètre km kw kilowatt kw l litre l m mètre m m 2 mètre carré m 2 m 3 mètre cube m 3 MH matière humide WM min minute min mm millimètre mm MS matière sèche DM MO Matière organique OM N Azote N NH 4 Ammonium NH 4 ph potentiel d hydrogène ph po pouce in RPM rotation par minute RPM t tonne t W Watt W $ dollar canadien $ % pourcentage % C degré Celsius C XIX

20 XX

21 Avant-Propos Tout d abord, je désire exprimer mes remerciements à mon directeur de recherche, M. Philippe Savoie, professeur associé au Département des sols et de génie agroalimentaire (SGA) de l Université Laval et chercheur scientifique au Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures d'agriculture et Agroalimentaire Canada, pour l aide compétente qu il m a apportée, pour son sens critique ainsi que pour tous ses conseils avisés qui m'ont été très précieux afin de peaufiner mon travail. L esprit d équipe du groupe de recherche a également permis d entretenir un climat d encouragement et de relever de nombreux défis. Mon implication dans divers projets connexes à mes activités de recherche m a permis de me positionner à l avant-garde dans mon domaine d étude et donc je recommande cette expérience d étude à quiconque désirerait poursuivre des études graduées. Également en première ligne dans la codirection de ce travail de recherche, M. Steeve Pépin, professeur agrégé au département SGA, a apporté une contribution indispensable. Alors, mes remerciements sincères. Un remerciement spécial à Ressources Naturelles Canada et au Réseau canadien d'innovation dans la biomasse pour leur support financier à la recherche. Ensuite, je tiens à remercier tout particulièrement M. Pierre Luc Hébert, étudiant gradué de l Université Laval, collègue et ami, pour sa précieuse collaboration lors des essais de récolte, pour nos nombreuses discussions ainsi que pour son soutien moral ainsi que M. Daniel Marcotte, technicien expert au Département SGA pour les analyses de sols. Également, un merci à M. Joey Villeneuve, M. René Morissette, M. Marc-Antoine Robert, Mme Emmanuelle Caron, M. Pierre-Luc Lizotte, des collaborateurs indispensables d Agriculture et Agroalimentaire Canada. De surcroît, je veux remercier Le Groupe Anderson pour avoir contribué au soutien technique lors des essais de récolte. À vous tous, je souhaite exprimer ma reconnaissance pour votre soutien et je vous adresse un merci des plus sincères. XXI

22 XXII

23 Chapitre 1 : Introduction Les plantes arbustives sont abondantes en milieux naturels. De plus, elles peuvent devenir une culture intéressante sur des terres non essentielles à la culture du fourrage et de la nourriture. Dans plusieurs pays, les plantes arbustives naturelles sont parfois considérées comme une nuisance, car elles envahissent les terres agricoles, les sous-bois et les plaines. On doit les couper régulièrement pour minimiser les risques de feux spontanés incontrôlés, mais leur faible densité fait en sorte qu on les brûle souvent sur place sans aucune valorisation énergétique. Par ailleurs, certaines terres abandonnées peuvent servir à l implantation de taillis cultivés en courte rotation et à d autres espèces arbustives à croissance rapide tels le saule ou les peupliers hybrides pour une collecte cyclique de biomasse, soit à tous les deux, trois ou quatre ans. Autant que possible, la culture du saule et du peuplier hybride doit être faite sur des terres marginales afin de ne pas faire compétition à la demande alimentaire. À cet égard, Benjamin et al. (2006) ont démontré que les friches constituent une utilisation des sols qui est mal perçue dans la communauté agricole et que les plantations en taillis soulèvent l intérêt par leur apparence de milieux propres, plaisants, utiles et pouvant susciter la fierté. Cependant, la recherche d un équilibre entre les critères agricoles, économiques et environnementaux est indispensable quel que soit le type d aménagement souhaité. Le milieu agricole n échappe pas à cette tendance et nul ne conteste le lien étroit qui existe entre l agriculture et son environnement. L optimisation de la chaîne de valorisation de la biomasse s avère être un élément important pour la continuité des travaux dans cette voie à plus long terme. Or, l impact des différentes pratiques sur les sols et les techniques de culture/récolte à privilégier ont peu été étudiés. En déterminant des critères environnementaux et développant des techniques optimales de travail, il serait possible de rallier les objectifs des différents intervenants. Cette optimisation pourrait être atteinte en intégrant de nouvelles pratiques adaptées aux besoins de la filière de la biomasse. Par exemple, des regroupements locaux s organisent pour la mise en valeur de ressources terrières abandonnées de l agriculture, mais le manque de connaissance sur les sols, les techniques, les coûts et les marchés limite l ampleur des projets. 1

Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans

Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans Fiche technique SABRINA MORISSETTE, Ing.f. ANNIE DESROCHERS,

Plus en détail

La valorisation des terres en friche

La valorisation des terres en friche La valorisation des terres en friche Les plans de développement de la zone agricole et la mise en valeur des terres en friche La valorisation des terres en friche constitue assurément un des moyens d atteindre

Plus en détail

1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN

1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN Page 1 1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN 1.1. Principe général L indemnité versée à un client correspond à la valeur assurable à son certificat multipliée par sa perte nette calculée (perte

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Evaluation de la production de Bois Raméal Fragmenté (B.R.F.) à partir d une coupe de peupliers issue d une parcelle en agroforesterie

Evaluation de la production de Bois Raméal Fragmenté (B.R.F.) à partir d une coupe de peupliers issue d une parcelle en agroforesterie Evaluation de la production de Bois Raméal Fragmenté (B.R.F.) à partir d une coupe de peupliers issue d une parcelle en agroforesterie Compte-rendu d expérimentation Service Développement économique des

Plus en détail

Réalisé par Delphine Jubault et Loïc Munier, Etudiants en Licence professionnelle GAEMP 2010/2011. Tuteurs : Mme Roulier, Chargé de mission

Réalisé par Delphine Jubault et Loïc Munier, Etudiants en Licence professionnelle GAEMP 2010/2011. Tuteurs : Mme Roulier, Chargé de mission Quelles sont les politiques locales concernant les Taillis à (Très) Courtes Rotations et leurs divers impacts à l échelle du Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariègeoises? Réalisé par Delphine Jubault

Plus en détail

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT... FICHE DE PROJET SOMMAIRE CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2 OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...3 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES (Cf. Tableau 3)...3 Tableau

Plus en détail

Estimation des stocks de carbone à l échelle d une concession forestière

Estimation des stocks de carbone à l échelle d une concession forestière Estimation des stocks de carbone Exemple des concessions forestières de Bétou et Missa - Congo 595 948 ha Février 2010 FICHE D IDENTITÉ DES CONCESSIONS BÉTOU ET MISSA Unités Forestières d Aménagement situées

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

ANALYSE DU BASSIN D APPROVISIONNEMENT DE BANGUI

ANALYSE DU BASSIN D APPROVISIONNEMENT DE BANGUI Appuiàlaformulationd unestratégienationaleetd unprogrammedeforesterieurbaineetpériurbaineàbangui ANALYSEDUBASSIND APPROVISIONNEMENT DEBANGUI DÉFINITIONPRÉLIMINAIREDUBASSIND APPROVISIONNEMENT Le bassin

Plus en détail

LE CHAUFFAGE DE BÂTIMENTS AU BOIS ÉNERGIE DE SAULE : LA SOLUTION DURABLE À VOS BESOINS ÉNERGÉTIQUES

LE CHAUFFAGE DE BÂTIMENTS AU BOIS ÉNERGIE DE SAULE : LA SOLUTION DURABLE À VOS BESOINS ÉNERGÉTIQUES LE CHAUFFAGE DE BÂTIMENTS AU BOIS ÉNERGIE DE SAULE : LA SOLUTION DURABLE À VOS BESOINS ÉNERGÉTIQUES CULTIVER AUJOURD HUI L ÉNERGIE DE DEMAIN Chauffer à la biomasse : une solution économique, propre et

Plus en détail

Visite terrain de plantations expérimentales d'essences à croissance rapide.

Visite terrain de plantations expérimentales d'essences à croissance rapide. Visite terrain de plantations expérimentales d'essences à croissance rapide. 10 ans de recherche en Abitibi-Témiscamingue 6 septembre 2012 PROGRAMME - Jeudi 6 septembre 2012 MRC d Abitibi et MRC de la

Plus en détail

Rappels et nouveautés, partie 2

Rappels et nouveautés, partie 2 Le don écologique comme outil de conservation: Rappels et nouveautés, partie 2 Steeve Morasse, biologiste Direction générale de l écologie et de la conservation Ateliers sur la conservation des milieux

Plus en détail

PROTOCOLE DE RECHERCHE

PROTOCOLE DE RECHERCHE PROTOCOLE DE RECHERCHE ESSAIS D ADAPTATION DE LA PLANTE NEPETA CATARIA AU BURUNDI La Nepeta cataria est une plante originaire de l Europe et l Asie, qui s est également bien établie en Amérique du Nord.

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

Outaouais. Portrait régional

Outaouais. Portrait régional Outaouais Portrait régional Été 2013 2 Table des matières Occupation du territoire p. 4 Démographie p. 5 Conditions de vie p. 6 Structure économique p. 7 Secteur des entreprises p. 8 Économie p. 9 Dernières

Plus en détail

Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action pour faire face au nouveau contexte énergétique

Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action pour faire face au nouveau contexte énergétique Colloque sur la pomme de terre LA POMME DE TERRE : NOURRIR SON MONDE Le vendredi 14 novembre 2008, Hôtel Québec Inn, Québec Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action

Plus en détail

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau 1971 ST-LOUIS, GATINEAU (QUÉBEC) J8T 4H6 R.B.Q 2592 3533-93 Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau Lots 3 966 254 et 2 957 115 MISE

Plus en détail

Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal)

Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal) Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal) L Île Bizard est située au nord-ouest de l archipel montréalais. Elle est reconnue pour sa qualité de vie, son magnifique

Plus en détail

TABLEAU 1. BUTS ET PRATIQUES CIBLÉS DANS LES PLANS DES INTERVENTIONS Pratique à améliorer

TABLEAU 1. BUTS ET PRATIQUES CIBLÉS DANS LES PLANS DES INTERVENTIONS Pratique à améliorer Article publié dans Porc Québec Octobre 2001 ENVIRONNEMENT SYLVAIN PIGEON M. Sc., ingénieur LE SUIVI DES PLANS DES INTERVENTIONS AGROENVIRONNEMENTALES ISABELLE DEMERS Agronome BPR Groupe-conseil Collaboratrice:

Plus en détail

Programme de compensation des GES de Ville de Laval

Programme de compensation des GES de Ville de Laval Programme de compensation des GES de Ville de Laval Jacinthe Rousseau, Conseillère en Environnement Ville de Laval Fédération Canadienne de municipalités Conférence sur les collectivités durables - Février

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

Laurentides. Portrait régional

Laurentides. Portrait régional Laurentides Portrait régional Été 2013 2 Table des matières Occupation du territoire p. 4 Démographie p. 5 Conditions de vie p. 6 Structure économique p. 7 Secteur des entreprises p. 8 Économie p. 9 Dernières

Plus en détail

Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada

Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada Que sont les crédits de priorité régionale? Les crédits de priorité régionale ont été mis en place dans les systèmes d évaluation LEED 2009

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

Projet de cogénération de Bécancour

Projet de cogénération de Bécancour Projet de cogénération de Bécancour Mémoire présenté dans le cadre des audiences du Bureau d audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de cogénération de Bécancour par TransCanada Energy

Plus en détail

Des haies à maintenir pour leur rôles positifs

Des haies à maintenir pour leur rôles positifs Des haies à maintenir pour leur rôles positifs Besoin : Gérer qualitativement la ressource, de façon pérenne Une demande croissante en bois déchiqueté Besoin : Gérer quantitativement la ressource, de façon

Plus en détail

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural ETAT MEMBRE : REGION : FRANCE Provence-Alpes-Côte d Azur Département des Bouches-du-Rhône INTITULE DU REGIME D AIDE : Fonds Départemental de Gestion de

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Contrats Natura 2000

Contrats Natura 2000 Contrats Natura 2000 A. MESURES NON AGRICOLES ET NON FORESTIÈRES B. MESURES AGRO-ENVIRONNEMENTALES (MAE) B.1 MAE territorialisées : liste nationale (PDRH, décembre 2008) Conditions d accès à certaines

Plus en détail

L amélioration du boisé lors des coupes

L amélioration du boisé lors des coupes L amélioration du boisé lors des coupes Feuillet technique 1 Les propriétaires de boisés présents sur le territoire de l Agence de mise en valeur des Appalaches sont très actifs dans leurs boisés comme

Plus en détail

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés L IFN vient de mettre en ligne une nouvelle version de son site Internet contenant encore plus d informations, disponibles en téléchargement gratuit. Nouveautés Le site Internet de l IFN : une mine de

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

Plan Simple de Gestion : un outil de gestion de la ressource bois énergie dans les espaces périurbains

Plan Simple de Gestion : un outil de gestion de la ressource bois énergie dans les espaces périurbains Plan Simple de Gestion : un outil de gestion de la ressource bois énergie dans les espaces périurbains Conférence régionale sur la Gestion Durable de la Ressource Bois Energie 11 au 13 juin 2013 Emilien

Plus en détail

Protocole d inventaire de la ressource

Protocole d inventaire de la ressource Protocole d inventaire de la ressource L inventaire L inventaire se réalise en trois étapes qui consistent en : 1. L analyse cartographique du territoire à inventorier et la première visite sur le terrain

Plus en détail

Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant!

Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant! >> Sylvain Pigeon, ingénieur, BPR ENVIRONNEMENT Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant! Il est reconnu que le recouvrement des fosses à lisier offre plusieurs avantages

Plus en détail

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement Une population de neuf milliards d'humains est prévue au XXIème siècle. Nourrir la population mondiale est un défi majeur qui ne peut

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

Planification forestière opérationnelle Solutions optimisées par LiDAR

Planification forestière opérationnelle Solutions optimisées par LiDAR Planification forestière opérationnelle Solutions optimisées par LiDAR Département foresterie Secteur Secteur Frazie Environnement UAF 31-53 Québec an de la présentation. Mise en contexte général. Sapinière

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Inventaire par télédétection des pelouses sèches du Bas-Vivarais

Inventaire par télédétection des pelouses sèches du Bas-Vivarais Inventaire par télédétection des pelouses sèches du Bas-Vivarais Conservatoire d Espaces Naturels Rhône Alpes - Cermosem Gustave Coste - Stagiaire Montpellier SupAgro gustavecoste@gmail.com Nicolas Robinet

Plus en détail

Pertes d énergie dans les réseaux de distribution d électricité

Pertes d énergie dans les réseaux de distribution d électricité Pertes d énergie dans les réseaux de distribution d électricité Mathias Laffont Juin 2009 NE PAS CITER SANS AUTORISATION Les pertes d énergie dans les réseaux électriques, et dans les réseaux de distribution

Plus en détail

Projet de construction d une école primaire à l Île des Sœurs. Juin 2013

Projet de construction d une école primaire à l Île des Sœurs. Juin 2013 Projet de construction d une école primaire à l Île des Sœurs Présenté par Michel Coté ing MBA Présenté par Michel Coté, ing MBA Juin 2013 Présentation Michel Côté ing. MBA GESTION DE CONSTRUCTION FORMATION

Plus en détail

Les chevaux et l agriculture, un mariage moderne et constructif

Les chevaux et l agriculture, un mariage moderne et constructif CAPERN 076M C.G. Livre vert Politique bioalimentaire VERSION RÉVISÉE Mémoire pour la Consultation générale et auditions publiques sur le Livre vert pour une politique bioalimentaire : Donner le goût du

Plus en détail

Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique

Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique Atelier Aménagement écosystémique : s inspirer des perturbations naturelles - Gaspésie Rock Ouimet, Ing.f., Ph.D.

Plus en détail

Contraintes administratives

Contraintes administratives L agroforesterie : aides et contraintes dans le cadre légal wallon Christian Mulders, Attaché, Direction du Développement rural, Namur Philippe Nihoul, Attaché, Direction du Développement et de la Vulgarisation,

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

- BEAUCOURT ANALYSE DE LA CONSOMMATION DES ESPACES NATURELS, AGRICOLES ET FORESTIERS

- BEAUCOURT ANALYSE DE LA CONSOMMATION DES ESPACES NATURELS, AGRICOLES ET FORESTIERS - BEAUCOURT ANALYSE DE LA CONSOMMATION DES ESPACES NATURELS, AGRICOLES ET FORESTIERS 1. Évolution de la tache urbaine Cette analyse est basée sur le travail réalisé par la Direction Régionale de l Environnement,

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Contexte et historique de l'action

Contexte et historique de l'action boisé le long de la Lawe Identité du territoire Structure porteuse de l'action : Association Lestrem Nature Entrée Thématique x Espèces et habitats naturels x Milieux aquatiques et humides Type d action

Plus en détail

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Par Alexandre Moïse 1 Marie Hélène Noiseux 2 1-Alexandre Moïse, B.Gest., M.Sc.A., Chercheur à l'université du Québec

Plus en détail

Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent. Ateliers

Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent. Ateliers Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent Ateliers Sur la conservation des milieux naturels / 16 et 17 mars 2007, Montréal Par Catherine

Plus en détail

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Traduction juridique du concept de réserve de biosphère en droit national Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Ce projet de modèle de loi a été

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations DÉFIS Climat 1. Pensez-vous que ce soit utile de réduire nos déplacements afin de lutter contre les changements

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

Marteloscope Gounamitz 2

Marteloscope Gounamitz 2 Marteloscope Gounamitz 2 Description du dispositif Michel Soucy et André Cyr Faculté de foresterie, Université de Moncton, Campus d Edmundston Jean-Martin Lussier Centre canadien sur la fibre de bois,

Plus en détail

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION Le fossé Le fossé est une structure linéraire creusée pour drainer, collecter ou faire circuler des eaux de ruissellement. Il permet notamment de drainer la structure de la piste. Un fossé bien entretenu

Plus en détail

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES Principaux types de gel communautaires Les différents types

Plus en détail

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux de gaz à effet de serre

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux de gaz à effet de serre Supports de formation du GCE Inventaires nationaux de gaz à effet de serre CCNUCC Logiciel d inventaire des GES (parties NAI) Secteur UTCATF Étude de cas La «République mondiale» Version 2, avril 2012

Plus en détail

Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire. Description :

Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire. Description : Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire L habitat principal est l habitat qui est en surface le plus représenté dans la zone décrite. L habitat secondaire est décrit

Plus en détail

COMPARATIF ENTRE LES POLITIQUES D AMÉNAGEMENT BRÉSIL / BASSIN DU CONGO

COMPARATIF ENTRE LES POLITIQUES D AMÉNAGEMENT BRÉSIL / BASSIN DU CONGO Certification et légalité dans la filière bois du Bassin du Congo COMPARATIF ENTRE LES POLITIQUES D AMÉNAGEMENT BRÉSIL / BASSIN DU CONGO Par Dr Bernard CASSAGNE Expert Aménagiste - Directeur FRM PRÉSIDENT

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Christophe SANNIER christophe.sannier@sirs-fr.com

Christophe SANNIER christophe.sannier@sirs-fr.com Systèmes d Information à Référence Spatiale Utilisation d un Estimateur de Régression avec des Données Landsat pour l Estimation de l Etendu et des Changements du Couvert Forestier du Gabon de 1990 à 2010

Plus en détail

Le Nord du N.-B. Investissement au N.-B. $16.8 millions en investissement. Avril 2014. Scieries

Le Nord du N.-B. Investissement au N.-B. $16.8 millions en investissement. Avril 2014. Scieries Le Nord du N.-B. $16.8 millions en investissement Avril 2014 Scieries Scierie Grande Rivière (Saint Léonard) $2.5 millions en investissement Nouveau tamis et système de convoyeur pour copeaux Scierie Kedgwick

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Formation et perfectionnement Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait de

Plus en détail

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace ALICE ROMAINVILLE Dans le système de production de l habitat qui existe à Bruxelles, en ce début

Plus en détail

La caractérisation des milieux humides : vers un outil de planification à Shawinigan! 2e Colloque Eau et municipalités 26 février 2015

La caractérisation des milieux humides : vers un outil de planification à Shawinigan! 2e Colloque Eau et municipalités 26 février 2015 La caractérisation des milieux humides : vers un outil de planification à Shawinigan! 2e Colloque Eau et municipalités 26 février 2015 Jescika Lavergne, biologiste Responsable de l environnement Ville

Plus en détail

RÈGLEMENT #264-2008 ZONAGE

RÈGLEMENT #264-2008 ZONAGE RÈGLEMENT #264-2008 ZONAGE CHAPITRE 16 DISPOSITIONS RELATIVES À L ABATTAGE D ARBRES 16.1.1 DISPOSITIONS RELATIVES À L ABATTAGE LE LONG DES CHEMINS DÉSIGNÉS Le long des chemins désignés, seule la coupe

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

LES CENTRALES EOLIENNES

LES CENTRALES EOLIENNES LES CENTRALES EOLIENNES FONCTIONNEMENT Les éoliennes utilisent l énergie cinétique du vent (énergie éolienne) pour la transformer en énergie électrique. Elles produisent une énergie renouvelable (et même

Plus en détail

1.1 Généralités... 3. 1.2 Climat... 5. 1.3 Sol... 6

1.1 Généralités... 3. 1.2 Climat... 5. 1.3 Sol... 6 T ABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Facteurs écologiques et croissance des forêts 1.1 Généralités....................................................... 3 1.2 Climat..........................................................

Plus en détail

Montréal et la RMR VERTES LES VILLES LES PLUS DU CANADA. Solutions énergétiques écologiques. Facteur Vert: les bicyclettes BIXI

Montréal et la RMR VERTES LES VILLES LES PLUS DU CANADA. Solutions énergétiques écologiques. Facteur Vert: les bicyclettes BIXI LES VILLES LES PLUS VERTES DU CANADA Montréal et la RMR Facteur Vert: les bicyclettes BIXI Solutions énergétiques écologiques Que font les grandes villes du pays pour favoriser les transports à émissions

Plus en détail

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Rapport sur les progrès avril 2015 Activité 17, Pomme de terre 16 L azote pour l amélioration de la récolte, de la qualité et de la rentabilité

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Végétalisation des toitures et façades, la nature gagne du terrain! Le Prieuré Vegetal i.d. reçoit l Avis Technique du CSTB

Végétalisation des toitures et façades, la nature gagne du terrain! Le Prieuré Vegetal i.d. reçoit l Avis Technique du CSTB Jeudi 14 avril 2011 Végétalisation des toitures et façades, la nature gagne du terrain! Le Prieuré Vegetal i.d. reçoit l Avis Technique du CSTB Contacts : M. Raphaël LAME Directeur Général M. Pierre Grenier

Plus en détail

Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type

Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type Ce document et proposé aux particuliers par le Conseil Général de la Manche afin de les guider dans la réalisation

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC JARDINS-DE-NAPIERVILLE MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HEMMINGFORD REGLEMENT NO. 275-15

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC JARDINS-DE-NAPIERVILLE MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HEMMINGFORD REGLEMENT NO. 275-15 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC JARDINS-DE-NAPIERVILLE MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HEMMINGFORD REGLEMENT NO. 275-15 RÈGLEMENT NO 275-15 MODIFIANT LE RÉGLEMENT DE ZONAGE NUMERO 275, AFIN D AJOUTER DES NORMES

Plus en détail

Surfaces forestières dominées par des espèces allochtones

Surfaces forestières dominées par des espèces allochtones Surfaces forestières dominées par des espèces allochtones Pour l économie forestière suisse, la culture d essences allochtones est pratiquement insignifiante. La part de forêt dominée par des essences

Plus en détail

Sources des données et méthodes de l indicateur sur la durabilité de la récolte de bois d œuvre. Mai 2014

Sources des données et méthodes de l indicateur sur la durabilité de la récolte de bois d œuvre. Mai 2014 Sources des données et méthodes de l indicateur sur la durabilité de la récolte de bois d œuvre Mai 2014 ISBN : 978-0-660-22094-9 No de cat.: En4-144/14-2014F-PDF Le contenu de cette publication ou de

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs

Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs Définition En géomorphologie, l érosion est le processus de dégradation et de transformation du relief qui est causé

Plus en détail

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork)

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork) EBONE Réseau Européen d Observation de la Biodiversité (European Biodiversity Observation NEtwork) Vers un système de surveillance de la biodiversité intégré dans l espace et dans le temps FP7 Projet Collaboratif

Plus en détail

La forêt privée : L AUTRE RÉALITÉ

La forêt privée : L AUTRE RÉALITÉ Association des Éleveurs de Bovins de Boucherie Saguenay - Lac-St-Jean - Côte Nord 440 Lac Sébastien, Falardeau, Qc, GOV 1C0. Tél./Fax : (418) 673-7401 Echo-Bœuf, Printemps 2004 Comité Anti-Reboisement

Plus en détail

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Agence d Urbanisme et d Aménagement du Territoire Toulouse Aire Urbaine OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Décembre 2003

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: le cas de la maison Mary-Dorothy-Molson José Froment, 12 juin 2009 Denise Caron,

Plus en détail

Présentation des priorités soussectorielles. recherche et innovation. Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ

Présentation des priorités soussectorielles. recherche et innovation. Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ Présentation des priorités soussectorielles québécoises en recherche et innovation Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ Mise en contexte Rencontres préalables des

Plus en détail

Note nationale BSV. Les campagnols nuisibles aux cultures

Note nationale BSV. Les campagnols nuisibles aux cultures Note nationale BSV Les campagnols nuisibles aux cultures Méthodes préventives et alternatives de lutte Note rédigée par la DGAl-SDQPV. Version 2012 Crédits photos : DGAl-SDQPV, Thomas Kraft (milan royal).

Plus en détail

Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera

Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera 1 Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera Par Madame Odette KAYITESI, Ministre de l Agriculture et de l Elevage Kirundo,

Plus en détail

Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales:

Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales: Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales: Dépense ou investissement? Yvan Faucher, agronome Réjean Prince, agroéconomiste L ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE DU MAPAQ Réjean Prince, agroéconomiste Ghislain

Plus en détail