Fiche Technique. Septembre Production, à retenir...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche Technique. Septembre 2008. Production, à retenir..."

Transcription

1 Fiche Technique Filière ou production nouvelle en Languedoc-Roussillon Septembre 2008 Taillis à Courte et Très Courte Rotation Filière Bioénergies Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Définition Taillis à Courte Rotation (TCR) : Culture pérenne à forte densité d arbres à croissance rapide (1 500 à plants/ha) et récoltés tous les 7 à 10 ans. Taillis à Très Courte Rotation (TTCR) : Culture pérenne à forte densité d arbres à croissance rapide ( à plants/ha) et récoltés tous les 2 à 3 ans. Exemple d espèces à croissance rapide : Peuplier, Saule, Robinier fauxacacia, Eucalyptus Cycle de production : 25 à 30 ans Débouchés envisageables : combustible, papeterie, bois d œuvre Potentiel des marchés Production Production en France : Midi-Pyrénées : développement d une production d eucalyptus en TCR ( tonnes/an) sur environ hectares sous contrat avec une usine de pâte à papier (production de 200 tonnes brutes/ha à la première récolte et 250 tonnes brutes/ha pour les deux suivantes). Bretagne : l association AILE (Association d Initiatives Locales pour l Energie et l Environnement) a lancé un programme d expérimentation (Wilwater) sur plus de 100 ha plantés en TTCR. Ce programme est soutenu par les fonds européens du programme LIFE. Production, à retenir... Principaux pays pionniers en TTCR : - Suède : hectares de TTCR de saules soit 0.5% de la SAU et 1% du bois de chauffage (principalement utilisé dans des réseaux de chaleur et par le secteur industriel). - Italie : 5 à ha de TTCR (essentiellement de peuplier) - Royaume Uni : plus de hectares de TTCR. - Danemark : l absence d incitation suffisante n a pas permis un développement important des surfaces conduites en TTCR. Principaux pays pionniers en TCR : - Pologne : près de ha actuellement en production - Espagne et Portugal : près de 1 million d ha de TCR d eucalyptus à vocation papetière - Italie, et Hongrie : en développement pour produire de la matière destinée à l industrie papetière, à la fabrication de granulés combustibles ou de bois d œuvre Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Champagne Ardenne et Limousin : des expérimentations diverses, soutenues par les collectivités territoriales, ont vu jour. L utilisation des TTCR comme système d épuration des sols ou des eaux polluées est peu développé. Quelques usines l ont mis en place dans le Nord comme l usine agro-alimentaire Leroux. Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 1

2 En Languedoc-Roussillon : Environ 65 ha de plantation d eucalyptus en TCR ont été implantés depuis une vingtaine d années dans le cadre du programme de développement papetier de TEMBEC (Papeterie québécoise). Si la culture en TCR bénéficie de nombreuses années de recul, les TTCR sont encore à l état expérimental. Une campagne de tests va être effectuée par le FCBA (institut technologique Forêt, Cellulose Bois Ameublement) et les coopératives forestières (recherche d un itinéraire technique adapté aux conditions climatiques, choix des essences forestières). Organisation commerciale Valorisation papetière : Les parcelles de TCR d eucalyptus du sud-ouest de la France bénéficient d une contractualisation entre le producteur et l usine de pâte à papier de St Gaudens qui garantit la reprise du bois à un prix fixé à l avance et indexé sur les prix du bois. L usine se charge de la récolte et du transport. Valorisation énergétique : Les filières ne sont pas encore en place. D après des simulations du FCBA, le coût de la matière brute en plaquette en bord de champ serait compris entre 13 et 18 le MégaWatt heure (MWh). En comparaison la production d un MWh à partir de fioul domestique revient à 65 et à 45 à partir de gaz naturel (ADEME, 2007). Prix Débouchés Papeterie : contractualisation possible avec les usines de pâte à papier comme l usine Tembec à St Gaudens (31). De l ordre de 15 la tonne brute sur pied quand il y a écorçage. combustible évalués et donc les superficies à contractualiser). Principe de l autoconsommation, pour les serristes ou les Industries Agroalimentaires (utilisation des effluents de serre ou des eaux de process pour irriguer les parcelles). Phytoépuration : valorisation des boues ou des eaux de stations d épuration en tant qu éléments de fertilisation et d irrigation. Le prix estimé pour de l eucalyptus en TCR broyé en plaquette et mis bord de route est d environ 30 la tonne de matière brute (FCBA, 2007). Ce prix varie selon la qualité de la récolte et sa transformation ou non : pour les TCR le produit n est pas transformé par le producteur (billons) dans le modèle papetier. Il pourrait cependant l être pour de l énergie (broyage des tiges entières). Pour les TTCR au cours de la récolte, la transformation peut se réaliser par un déchiquetage en plaquettes. La récolte en fagot est également possible. Synthèse La production est encore à l état expérimental dans la région. Un débouché énergétique est possible mais il manque encore des références. Toutefois, ce type de culture a l atout de concilier ressource énergétique et agent de dépollution des sols. La filière paraît avoir des potentialités de développement dans le cadre de circuits courts par contractualisation avec des collectivités par exemple. Combustible : Des projets de chaudières collectives alimentées par des plaquettes de bois issues de TTCR ou de TCR peuvent être envisagées. L approvisionnement resterait alors dans le cadre d une filière locale construite autour d un projet défini (besoins annuels en Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 2

3 Impact environnemental Impact des intrants En TCR, l impact est faible sur la totalité de la rotation. Les apports d intrants ne se font que lors de la plantation (désherbant, amendement, engrais). En TTCR, la quantité d intrant à apporter est encore mal connu. Les TTCR ont également la particularité de dépolluer les sols et les nappes d eau, ce rôle de phytoépuration a été mis à contribution en Bretagne avec des TTCR de saule. Impact sur la ressource en eau L impact de la production sur la ressource en eau est principalement lié à la densité de plantation et de façon moindre à l essence d arbre : La conduite en TTCR demande une réserve utile en eau des sols très importante (voire un système d irrigation), La conduite en TCR est moins demandeuse en eau mais le choix de l espèce ligneuse peut avoir une incidence. Les T(T)CR offrent un paysage intermédiaire entre une parcelle agricole classique et un boisement pérenne : impact paysager plus fort dans les contextes ouverts et plats que dans les contextes bocagers à boisés. Impact sur la biodiversité Diversité floristique : Lors de l installation (croissance des arbres) le couvert herbacé reste composé d adventices caractéristiques des sols fraîchement travaillés puis diminution au fur et à mesure de la fermeture du couvert. Diversité faunistique : importante sur les parcelles de T(T)CR (lieu de refuge et de nidification pour de nombreuses espèces). Synthèse Les effets polluants sont très limités sur ce type de culture. L impact sur la ressource en eau est étroitement lié au mode de conduite choisi. Il en est de même pour les impacts sur la biodiversité. D une façon générale, une bonne disponibilité en eau favorise le développement des arbres à croissance rapide. Elle est indispensable pour des essences comme le peuplier ou le saule. Des essences plus frugales comme l eucalyptus ou le robinier pourront s accommoder d une moins bonne disponibilité en eau mais leur croissance s en ressentira. Impact sur les paysages L impact paysager d une plantation de T(T)CR, se caractérise par deux phases : Une phase de transition douce au cours des années où les arbres croissent Une variation brutale au moment de la coupe (paramètres d ouverture / fermeture du paysage, de couleur, de texture). La présence d éléments de rupture (haies, cultures hautes, bois) facilite l intégration paysagère de la plantation. Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 3

4 Contraintes agronomiques et techniques Type de sols, topographie et adaptation au climat Ces éléments dépendent étroitement de l essence implantée. Cas de 3 essences dont les tests sont prévus en Languedoc-Roussillon : Eucalyptus : Eléments favorables : Sol pauvre et/ou sec sur lequel d autres espèces ne parviendraient pas à se développer Terrain à ph inférieur à 7 à privilégier Altitude inférieure à 400 m pour réduire le risque de gel Eléments défavorables : Faible tolérance au calcaire, actif Sensibilité au froid, mais les seuils de tolérances sont fonction de l espèce sélectionnée. Eucalyptus gundal peut résister à une température de l ordre de -12 C alors que Eucalyptus gunnii tolère des températures plus basses allant jusqu à -18 C pour certains clones. Peuplier : Eléments favorables : Sol profond, bien alimenté en eau et riche Sol aéré car les besoins en oxygène sont élevés Les bas de versants peuvent assurer une alimentation en eau correcte Eléments défavorables : La profondeur est un critère très important pour assurer un bon enracinement, aucun obstacle majeur avant 1 mètre de profondeur Les eaux stagnantes sont à proscrire L alimentation en eau doit être assurée au moins pendant la période estivale par une nappe permanente accessible Robinier faux-acacias : Eléments favorables : Peut facilement trouver sa place sur d anciens champs abandonnés ou sur des terrains même pauvres qu il va enrichir en azote grâce aux nodosités Une profondeur de 60 cm lui est nécessaire pour démarrer S adapte à une gamme de ph large Eléments défavorables : Altitude inférieure à 800 m, même s il peut tolérer de grands écarts de température. Implantation de la production Les travaux d implantation du taillis sont extrêmement importants. L objectif est de travailler le sol comme pour une culture de printemps afin d avoir un sol propre (absence d adventices) et non abrasif pour le matériel de récolte (absence de pierres). L itinéraire de préparation de la parcelle doit tenir compte du précédent cultural et de la flore présente sur la parcelle. La plantation peut être réalisée soit mécaniquement à l aide d une planteuse, soit manuellement, à la pioche. Cette dernière solution n est envisageable qu en TCR où les densités sont faibles. Conduite de la production Eléments de contrainte : Une mécanisation pointue est nécessaire pour la récolte principalement en TTCR (ensileuse munie d une tête adaptée). Les outils de récolte en tiges entières permettent depuis peu de récolter des tiges de 6 cm de diamètre. En TCR, la récolte est faite comme dans le domaine forestier : soit manuellement (tronçonneuse), soit mécaniquement avec des engins forestiers spécifiques (abatteuse) pour certaines espèces comme l eucalyptus ou le peuplier. Une plate-forme ou un hangar de stockage ventilé est également à prévoir pour le séchage. Irrigation L irrigation n est envisagée que pour les TTCR afin d avoir un bon rendement. Elle peut être effectuée à partir d eaux de station d épuration, d eaux de process, d effluents, Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 4

5 Selon la technique dite de microirrigation, les effluents sont injectés dans le sol par un réseau fixe posé sur ou enterré dans le sol, de conduites comportant des micro-perforations. Contrainte de main d oeuvre Dans l objectif d une culture mécanisée le besoin en main d oeuvre est limité (3 à 4 opérateurs lors de l implantation et de la récolte). La récolte est le moment où les besoins peuvent être les plus importants. Pour les TTCR la mécanisation étant indispensable, 2 à 3 personnes peuvent être nécessaires. 1 UTH se calcule pour un an : conducteur de l ensileuse et assistants. Pour les TCR, il peut être nécessaire qu un bûcheron vienne dégager le terrain avant le passage des engins dans la parcelle. Si la récolte est entièrement manuelle, 3 à 4 personnes sont nécessaires selon la rapidité de récolte désirée. Contrainte foncière Différents aménagements sont à réaliser dans les parcelles en vue de faciliter la mécanisation de la culture : Prévoir des entrées et sorties de champ réguliers pour la vidange des bennes en cours de récolte. Intégrer une tournière d au moins 8 mètres à chaque extrémité de la parcelle et de 4 m le long de la parcelle pour la circulation des engins agricoles. L enherbement de la tournière permet d améliorer la portance du sol et la conduite du matériel de récolte sur cette zone. Dispositif réglementaire auquel la production est soumise Cas où le T(T)CR est déclaré en jachère industrielle Si la culture est située sur des terres éligibles et déclarée en jachère industrielle, elle permet d activer les DPU-jachères. Elle n a pas nécessairement à faire l objet d un contrat avec un premier transformateur. Pour bénéficier du paiement, le demandeur s engage à ce que les matières premières soient utilisées à des fins énergétiques. Cas où le T(T)CR est déclaré en culture énergétique La culture de T(T)CR peut être implantée sur des terres hors jachère pour la production d énergie, de chaleur ou d électricité et ainsi bénéficier de l aide aux cultures énergétiques (ACE). Les T(T)CR sont éligibles dans le cadre de la transformation à la ferme, pour le chauffage de l exploitation ou pour la production d énergie, de biogaz ou de biocarburants au sein de l exploitation. Etat des références en Languedoc- Roussillon Pas ou peu de références. Les premières réalisations devront faire l'objet de suivis pour compléter le petit réseau d'expérimentations en cours. Mécanisation Forte à la plantation et à la récolte. Système d irrigation Sensibilité au précédent vigne Pas de contrainte particulière. Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 5

6 Risque financier et intérêt économique pour l exploitant Résultats économiques et facteurs de risque La marge brute pour 5 rotations de 3 ans de TTCR varie de 0 à 300 /ha/an selon le choix de l essence, la densité de plantation choisie, le type de sol La marge brute pour 3 rotations de 7 ans de TCR varie de 0 à 300 /ha/an selon le choix de l essence, la densité de plantation choisie, le type de sol Les risques sont très peu connus car les références régionales sont inexistantes. Cependant, une mauvaise conduite ou une mauvaise adaptation de l essence au climat ou au sol peut nuire fortement à la productivité de ce mode de culture, d autant plus que la culture est en place pour plusieurs années. Besoins de trésorerie Les besoins de trésorerie sont importants les 2-3 premières années, c est à dire lors de la préparation du terrain, de l implantation et de l entretien initial (désherbage, dépressage). Les mouvements de trésorerie sont ensuite positifs tous les 2 ans en moyenne pour les TTCR et environ tous les 10 ans pour les TCR (récoltes successives) (FCBA, 2007) Risque financier lié aux investissements Des investissements en matériel spécifique sont nécessaires pour la plantation, l irrigation potentielle et la récolte. Ces investissements sont à faire dans le cadre d un projet collectif (CUMA, régie ). Estimation du coût du matériel en 2007 : Ensileuse : Tête de récolte TTCR : Système d irrigation : /ha (AILE, Programme Life Wilwater 2007) Le retour sur investissement est long, les investissements préalables sont lourds. Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 6

7 Personnes ressources Organismes de développement : Myriam GASPARD Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon - Mas de Saporta - CS Lattes cedex Yves BACHEVILLIER - Chambre d Agriculture de l Hérault - Conseiller forêt - Domaine de Bayssan - Route de Vendres Béziers Jean-Pierre LAFONT - Chambre d Agriculture de la Lozère - Conseiller forêt - 16, quai de Berlière Mende Michèle LAGACHERIE - Centre Régional de la Propriété Forestière (CRPF) - 378, rue de la Galéra - BP Montpellier cedex 5 - Institut technologique : Nicolas NGUYEN THE - Forêt, Cellulose, Bois-construction, Ameublement (FCBA) - Domaine de Saint Clément Saint Clément de Rivière - Bibliographie Aile, programme Life, (2007). Wilwater - Le taillis de saule à Très Courte Rotation - Guide des bonnes pratiques agricoles. Rennes. Disponibilité : Internet Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon, (2007). Synthèse CRA-LR : filière TCR/TTCR. Document de synthèse bibliographique. Disponibilité : Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Claudet G., (2002). L agriculture et la forêt, source d énergie. Forêt-entreprise, n 143. Disponibilité : Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Merzeau D., (2007). Dossier : le Robinier faux acacia. Forêt-entreprise n 177, p Disponibilité : Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon FCBA, 2008, Espèces ligneuses pour la production de biomasse, l Eucalyptus, le Peuplier, le Robinier, le Séquoia - Fiches de synthèse du projet Culiexa / Fondation Tuck Enerbio. Disponibilité : Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon, FCBA Schüler S., Sieber K., (2007). Des robiniers pour le bois de chauffage ou le bois de qualité : la variété fait toute la différence!. waldwissen.net. Disponibilité : Internet Toth J. (1992). Le robinier en France et en Hongrie. Forêt entreprise, n 84, p Disponibilité : FCBA A noter : il n existe pas ou peu de références régionales pour ces cultures. La réalisation de cette fiche repose essentiellement sur un travail de recherche bibliographique. Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 7

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Le Taillis de saule à Très Courte Rotation Guide des bonnes pratiques agricoles

Le Taillis de saule à Très Courte Rotation Guide des bonnes pratiques agricoles P r o g r a m m e L i f e E n v i r o n n e m e n t 2 0 0 4-2 0 0 7 Le Taillis de saule à Très Courte Rotation Guide des bonnes pratiques agricoles 02 l e s a g r i c o q u e s L e T a i l l i s d e s

Plus en détail

Note récapitulative : culture de Taillis à très Courte Rotation (TtCR) de saules

Note récapitulative : culture de Taillis à très Courte Rotation (TtCR) de saules Convention de production et de vente de TtCR de saule Note récapitulative : culture de Taillis à très Courte Rotation (TtCR) de saules 1. Généralités Le taillis à très courte rotation (TtCR) est une culture

Plus en détail

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie.

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie. Les TTCR, impacts environnementaux Colloque 23/11/2007 filière multi-produits, traitant de grandes quantités de bois regroupé sur des plates formes de stockage/séchage, qui peuvent livrer des chaufferies

Plus en détail

Taillis à courte ou très courte rotation (TTCR) : gestion des pratiques d implantation

Taillis à courte ou très courte rotation (TTCR) : gestion des pratiques d implantation PRATIQUES N 12 Taillis à courte ou très courte rotation (TTCR) : gestion des pratiques d implantation Définition générale de la pratique TTRC de saule Les taillis à courte ou très courte rotation (TCR

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs La nouvelle génération de centrales thermiques I. Quelques principes pour faire des économies La température de l air L épaisseur du grain Le refroidissement

Plus en détail

LA FILIERE BOIS ENERGIE D ORIGINE AGRICOLE. Utilisation domestique du bois énergie

LA FILIERE BOIS ENERGIE D ORIGINE AGRICOLE. Utilisation domestique du bois énergie LA FILIERE BOIS ENERGIE D ORIGINE AGRICOLE Utilisation domestique du bois énergie JOURNEES DE DEMONSTRATION ORGANISEES PAR LA FEDERATION DEPARTEMENTALE DES CUMA DU TARN FEVRIER 2005 Plus d informations

Plus en détail

Avec quel bois. se chauffer?

Avec quel bois. se chauffer? Avec quel bois se chauffer??? Pourquoi choisir l énergie bois? Le bois énergie est bon marché Contrairement aux prix des énergies fossiles, celui du bois est stable. Le faible coût de ce combustible, associé

Plus en détail

Action 5.1.1 : Mettre en place des outils d accompagnement technico-économique en matière de pratiques culturales

Action 5.1.1 : Mettre en place des outils d accompagnement technico-économique en matière de pratiques culturales Orientation stratégique n 5 : Innover pour amélior er la productivité des exploitations Objectif opérationnel 5.1 : acquérir des références technico-économiques sur des techniques alternatives Action 5.1.1

Plus en détail

Le Bois Energie. Développement d une filière en Midi-Pyrénées PLAN DE LA PRESENTATION. Les combustibles bois : origines & caractéristiques

Le Bois Energie. Développement d une filière en Midi-Pyrénées PLAN DE LA PRESENTATION. Les combustibles bois : origines & caractéristiques PLAN DE LA PRESENTATION Le Bois Energie Développement d une filière en Midi-Pyrénées L offre et la demande principaux acteurs et chiffres clés Séminaire interrégional du Réseau national des CFT Forêt et

Plus en détail

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies Panorama des bioénergies en Europe Panorama des bioénergies en Europe Synthèse des informations existantes sur le sujet des bioénergies en Europe Sources : législation : Europa, portail de l Union européenne

Plus en détail

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Animateur : Sylvie Dulenc - Chambre d agriculture de l Hérault Intervenants

Plus en détail

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque.

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. Cette action de diffusion est cofinancée par l Union européenne avec les Fonds Européen Agricole pour le Développement

Plus en détail

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur, 75002 Paris I +33 (0) 1 82 83 83 83 I www.enea-consulting.com Sommaire ENEA : qui sommes-nous?

Plus en détail

Chaudières individuelles de petite puissance

Chaudières individuelles de petite puissance Chaudières individuelles de petite puissance VÉZINS : Chauffer une maison d habitation au bois déchiqueté avec une grande autonomie de fonctionnement Chauffage et production d eau chaude sanitaire d une

Plus en détail

Bois Bocage Energie. www.boisbocageenergie.fr. SCIC Bois Bocage Energie, Laurent NEVOUX, Place de l église, 61800 CHANU

Bois Bocage Energie. www.boisbocageenergie.fr. SCIC Bois Bocage Energie, Laurent NEVOUX, Place de l église, 61800 CHANU Société Coopérative d Intd Intérêt Collectif Bois Bocage Energie www.boisbocageenergie.fr Comment organiser la filière bois et mobiliser la ressource? Acte 1 : Mécaniser la récolte du bois Acte 2 : Moderniser

Plus en détail

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411 Annexe au dossier de demande d aide pour les investissements productifs Nombre de points attendus pour le projet présenté pour les différents critères : Critère Définition INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

Plus en détail

Le chauffage automatique au bois

Le chauffage automatique au bois Le chauffage automatique au bois Un chauffage aux multiples avantages De hauts renments pour une combustion propre Une autonomie comparable aux autres énergies Une énergie renouvelable ne mettant pas en

Plus en détail

mobilisation de la biomasse

mobilisation de la biomasse 5 La mobilisation de la biomasse Stockage, logistique et structuration des acteurs Diagnostic de territoire Insertion dans les exploitations Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

La filière bois énergie en Bretagne

La filière bois énergie en Bretagne La filière bois énergie en Bretagne 2012 En Bretagne, une ressource àla fois abondante et limitée Total : 3.8 millions de tep la ressource en bois couvre entre 5 et 10% des besoins actuels en énergie :

Plus en détail

Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme. Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014

Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme. Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014 Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014 Plan de l exposé Pourquoi du miscanthus? Chaudières polycombustibles : aspects techniques

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France?

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Fiche de synthèse dans le cadre de la Loi d Orientation Agricole Assemblée Permanente des Chambres d Agriculture Fabien Liagre - Mars 2005 1 Sommaire

Plus en détail

Un projet Bois Energie Citoyen?

Un projet Bois Energie Citoyen? Un projet Bois Energie Citoyen? Filière bois énergie : les attendus les entrants Filière usuelle : circuit long Filière d avenir : circuit court Chaîne de production d énergie thermique HQE : Analyse systèmique

Plus en détail

ENQUETE SUR LE PRIX DES COMBUSTIBLES BOIS EN 2013-2014

ENQUETE SUR LE PRIX DES COMBUSTIBLES BOIS EN 2013-2014 ENQUETE SUR LE PRIX DES COMBUSTIBLES BOIS EN -2014 Etude réalisée par CODA Stratégies NOVEMBRE 2014 Pour le compte du département Bioressources de l ADEME Présentation finale CODA STRATEGIES - 4 rue Galvani

Plus en détail

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt La Charte forestière du Pilat Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt Réalisation Jecom - RCS 493 898 043 - Avril 2011 - Imprimé sur papier issues de forêts françaises et belges gérées

Plus en détail

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments)

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments) 15, rue Gustave Eiffel, ZI Jarny-Giraumont 54800 JARNY Votre référence / Intervenant: N : Diagnostic MENAO N : Notre référence / Intervenant: M. / Mme : M. / Mme : Téléphone : Téléphone : 03 82 20 39 70

Plus en détail

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie Mémento aquitain du bois énergie Synthèse N 6 Synthèse bibliographique Les unités du boisénergie Octobre 2013 2 Les unités du bois-énergie Objectifs : Connaître les unités du bois énergie. Clarifier les

Plus en détail

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry L OFAEnR Origines & Objectifs Crée en 2006 par les gouvernements français & allemand Bureau au ministère

Plus en détail

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Le projet de recherche européen FlexWood («Flexible wood supply chain»)

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets.

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets. Le Bois Énergie Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr Animation du sur les Pyrénées Orientales Animation, Information Conseils et accompagnement des projets Réalisation de pré-diagnostics tecnico-économiques

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE

DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE Présentation de l avant-projet sommaire de méthanisation Communauté d Agglomération de Limoges Métropole

Plus en détail

La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives

La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives Les dossiers de l AREC La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives Définition La méthanisation est un procédé biologique permettant de valoriser la matière organique, notamment les sous-produits

Plus en détail

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées 10 Damien décembre Ameline 2010 (CER France Toulouse Midi-Pyrénées) Compétitivité

Plus en détail

CENTRALE PHOTOVOLTAÏQUE DE TOUL-ROSIERES

CENTRALE PHOTOVOLTAÏQUE DE TOUL-ROSIERES CENTRALE PHOTOVOLTAÏQUE DE TOUL-ROSIERES L EXCELLENCE ENVIRONNEMENTALE AU CŒUR DE LA LORRAINE DOSSIER DE PRESSE - Novembre 2012 LA CENTRALE PHOTOVOLTAÏQUE DE TOUL-ROSIERES : l excellence environnementale

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole Comparaison France et Allemagne Février 2013 1 Le développement de la méthanisation en Bourgogne dans le Programme Energie Climat Bourgogne

Plus en détail

La conversion des taillis de châtaignier

La conversion des taillis de châtaignier La conversion des taillis de châtaignier 18.04.2014 Conception et animation Gilles PICHARD CRPF Bretagne 1 Le taillis, régime de production des petits bois Le taillis repose sur les facultés de régénération

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

PRÉSERVEr L ENVIRONNEMENT. bois-énergie Dynamiser L économie LOCALe

PRÉSERVEr L ENVIRONNEMENT. bois-énergie Dynamiser L économie LOCALe PRÉSERVEr L ENVIRONNEMENT bois-énergie Dynamiser L économie LOCALe Le développement de la filière bois-énergie, s il est réalisé en harmonie avec les autres utilisations du bois, est une opportunité pour

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail

Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales

Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales Co-rédacteur Partenaires financiers Parution Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon L agriculture biologique est un mode de

Plus en détail

Diane Patrimoine. Document non contractuel communiqué à titre indicatif

Diane Patrimoine. Document non contractuel communiqué à titre indicatif Diane Patrimoine La forêt : un investissement long terme avec un rendement régulier qui permet également de régler son ISF et réduire sa base imposable. Il existe du fait de la loi en faveur du Travail,

Plus en détail

Guide pour l installation domestique de chaudière automatique à bois déchiqueté

Guide pour l installation domestique de chaudière automatique à bois déchiqueté Guide pour l installation domestique de chaudière automatique à bois déchiqueté Dossier d aide à la décision destiné aux particuliers et agriculteurs Version Avril 2011 «Comment fonctionne une chaudière

Plus en détail

PLAN DEVELOPPEMENT EXPLOITATION - DESCRIPTION DE L EXPLOITATION REPRISE - 1 Caractéristiques globales LES FACTEURS DE PRODUCTION Productions SAU FONCIER Mécanisé (en %) Irrigué (O/N) Autres Observations

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Pourquoi? Faire connaître le chauffage aux granulés, Pour les projets collectifs et tertiaires

Pourquoi? Faire connaître le chauffage aux granulés, Pour les projets collectifs et tertiaires Pourquoi? Faire connaître le chauffage aux granulés, Pour les particuliers, Pour les projets collectifs et tertiaires Etre un outil de communication pour l ensemble de la filière granulés Objectifs Apporter

Plus en détail

Présentation de la situation actuelle et projetée au niveau législatif, économique, incitant financier et imposition technique

Présentation de la situation actuelle et projetée au niveau législatif, économique, incitant financier et imposition technique Présentation de la situation actuelle et projetée au niveau législatif, économique, incitant financier et imposition technique Salon Best 19 octobre 2013 Situation en Région wallonne Coût d achat du courant

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Quinze ans de valorisation du bois-énergie dans le bocage mayennais

Quinze ans de valorisation du bois-énergie dans le bocage mayennais Quinze ans de valorisation du bois-énergie dans le bocage mayennais Jean-Pierre Couvreur LA MAYENNE, PAYS DE BOCAGE La Mayenne est située au nord des Pays de la Loire, entre Normandie, Bretagne, Anjou

Plus en détail

La filière forestière. bois énergie. Réseau Rural Guyane 18 octobre 2012. Pôle R&D Cayenne

La filière forestière. bois énergie. Réseau Rural Guyane 18 octobre 2012. Pôle R&D Cayenne La filière forestière bois énergie Réseau Rural Guyane 18 octobre 2012 Pôle R&D Cayenne Le contexte Forte augmentation des besoins en énergie sur la Guyane forte attente sur le renouvelable dont biomasse

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

Mobilisation du bois énergie sous forme de plaquettes forestières

Mobilisation du bois énergie sous forme de plaquettes forestières Mobilisation du bois énergie sous forme de plaquettes forestières Regefor Champenoux 8 au 10 Juin 2009 Jean Pierre Laurier - FCBA Introduction Les programmes de recherche en cours pilotés par l ADEME et

Plus en détail

LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE?

LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE? LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE? Jean-Pierre SAWERYSYN 1 Matthieu OGET 2 Corinne SCHADKOWSKI 3 Judith TRIQUET 3 1 Professeur honoraire de l Université de Lille I, vice-président

Plus en détail

17 Mai 2011. Volet agricole et forestier du Schéma Régional Climat Air Energie

17 Mai 2011. Volet agricole et forestier du Schéma Régional Climat Air Energie Commission régionale de l économie agricole et du monde rural 17 Mai 2011 Volet agricole et forestier du Schéma Régional Climat Air Energie Ordre du jour COREAM 17 mai 2011 Volet agricole et forestier

Plus en détail

Formulaire d'adhésion PEFC

Formulaire d'adhésion PEFC Formulaire d'adhésion PEFC Acte d'engagement du propriétaire dans la démarche de certification par portage proposée par la Coopérative Provence Forêt I Présentation La certification PEFC doit permettre

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure :

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure : OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneu et autres végétau indésirables Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementau et climatiques

Plus en détail

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005 AVIS Réf. : CWEDD/05/AV.276 Liège, le 14 mars 2005 Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Avis du CWEDD portant sur une demande de permis de lotir à Franc-Waret (FERNELMONT) L avis

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation»

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» Guide du débroussaillement règlementaire aux abords des constructions dans le département de Vaucluse Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» 2 ème édition Le débroussaillement vous protège,

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH DEMANDEUR DE LA PRE-ETUDE Commune de Breitenbach 4, place de l église 67220 BREITENBACH Tél

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE 1. INTRODUCTION Il existe en Suisse de nombreuses installations de récupération de chaleur sur les eaux usées dont le taux de récupération varie entre 30 et 80%. La plupart de ces installations se trouvent

Plus en détail

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Présenté par : Joël Leblond et Martin Loiselle 19 novembre 2010 Plan de la présentation Introduction Objectifs des Rendez-vous de l énergie Constats nationaux

Plus en détail

1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU. THEMATIQUE 4: Epuration

1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU. THEMATIQUE 4: Epuration 1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU THEMATIQUE 4: Epuration Fiche action n 1.4.1 RECUPERATION DE CHALEUR DANS LES EAUX USEES 1. OBJECTIFS STRATEGIQUES La dépendance de notre alimentation énergétique vis-à-vis

Plus en détail

Biogaz et méthanisation

Biogaz et méthanisation Note pour les comités opérationnels 10 (Energies renouvelables) et 15 (agriculture) COMITE DE LIAISON ENERGIES RENOUVELABLES (CLER) Contact: Christian Couturier, christian.couturier@solagro.asso.fr 05

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

Commande Réf. : MAP 05.B1.05.01.

Commande Réf. : MAP 05.B1.05.01. Maîtrise de l énergie et autonomie énergétique des exploitations agricoles françaises : état des lieux et perspectives d actions pour les pouvoirs publics Commande Réf. : MAP 05.B1.05.01. Etude ayant bénéficié

Plus en détail

Production de Biogaz L Allemagne leader incontesté. La France demeure incontestablement en retrait!

Production de Biogaz L Allemagne leader incontesté. La France demeure incontestablement en retrait! Production de Biogaz L Allemagne leader incontesté. La France demeure incontestablement en retrait! Actualisation janvier 2009 Processus de production de biogaz BIOMASSE Matière organique fraîche (déjections,

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières Avec le soutien financier de : Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières http://boursefonciere.fr/metropole-savoie/coeur-de-savoie/ Afin de répondre

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques Proposition d un cadre méthodologique innovant Présentation par Céline Cresson, ACTA et Catherine xperton, ITAB Préparée avec

Plus en détail

FORMULES d INDEXATION des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement

FORMULES d INDEXATION des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement NOTE TECHNQUE du CBE FORMULES d NDEXATON des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement Depuis 2010, l interprofession du bois énergie s est mobilisée pour refondre et adapter

Plus en détail

Le bois énergie : Economie

Le bois énergie : Economie Le bois énergie Le bois énergie : Economie Pour les maîtres d ouvrages: Une décote d au moins 5% du coût de la chaleur Une facture plus stable Des projets bientôt rentabilisés : Vendresse, Sécheval, Atelier

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

Pour la mise en place d une licence de conseil stratégique au service de l agroécologie

Pour la mise en place d une licence de conseil stratégique au service de l agroécologie Conférence de presse Arvalis, Cetiom, InVivo AgroSolutions Paris, le 25 octobre 2013 Pour la mise en place d une licence de conseil stratégique au service de l agroécologie 1- Pourquoi un partenariat?

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables:

La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables: Conférence de presse UNIFA - 23 septembre 2005 Sommaire Le marché des engrais : campagne 2004-2005 La hausse des prix de l énergie pèse sur la nouvelle campagne Le contexte réglementaire : la nouvelle

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE -

CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE - CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE - Définition des enjeux - Disposer à la fin des grosses opérations de construction en cours (Tranche 1 et 2 du Plan Directeur MCO-Plateau Technique/Pôle

Plus en détail

Afin d intégrer aux mieux les enjeux auxquels le territoire est confronté, les contributions suivantes peuvent également être apportées :

Afin d intégrer aux mieux les enjeux auxquels le territoire est confronté, les contributions suivantes peuvent également être apportées : D A MIXTE D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DU PAYS DE BRAY Contribution à l élaboration de la stratégie régionale du futur programme opérationnel et du futur programme de développement rural de la Haute-Normandie.

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

Choc de simplification

Choc de simplification Choc de simplification Le choc de simplification souhaité par le Président de la République rejoint les besoins identifiés par le Syndicat des énergies renouvelables qui a défini six grands axes de modernisation

Plus en détail

LA RECHERCHE AU CENTRE DE FORESTERIE DES LAURENTIDES DE RESSOURCES NATURELLES CANADA. biomasse forestière

LA RECHERCHE AU CENTRE DE FORESTERIE DES LAURENTIDES DE RESSOURCES NATURELLES CANADA. biomasse forestière LA RECHERCHE AU CENTRE DE FORESTERIE DES LAURENTIDES DE RESSOURCES NATURELLES CANADA La biomasse forestière Mention de source De haut en bas et de gauche à droite Page 1 J. Morissette (RNCan) Page 2 N.

Plus en détail

PREAVIS MUNICIPAL No 19/2013 Demande de crédit pour alimenter en énergie les 6 appartements de l ancienne porcherie

PREAVIS MUNICIPAL No 19/2013 Demande de crédit pour alimenter en énergie les 6 appartements de l ancienne porcherie Cuarnens, le 25 novembre 2013 Municipalité de Cuarnens PREAVIS MUNICIPAL No 19/2013 Demande de crédit pour alimenter en énergie les 6 appartements de l ancienne porcherie Monsieur le Président, Mesdames

Plus en détail

Inauguration de «La Forêt de l Avenir» 21, 22 et 23 mars 2009 Forêt de Marchiennes

Inauguration de «La Forêt de l Avenir» 21, 22 et 23 mars 2009 Forêt de Marchiennes Lille - Marchiennes, le 21 mars 2009 6600 arbres pour la Forêt Domaniale de Marchiennes Inauguration de «La Forêt de l Avenir» 21, 22 et 23 mars 2009 Forêt de Marchiennes Forêt de l Avenir Crédit Agricole

Plus en détail