Le bien-être par le travail : une utopie?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le bien-être par le travail : une utopie?"

Transcription

1 Le bien-être par le travail : une utopie? Comment concilier performance et plaisir autour de nos manières de travailler ensemble? Conférence mardi 19 mars h - 17h30 - La Défense (92)

2 SOMMAIRE Animation de la journée : Cabinet NICOMAK Geoffroy Murat Accueil Ouverture de la conférence : Olivier ROBINET Directeur de l Institut de formation de l environnement IFORE Introduction : Qu est-ce que le bien-être par le travail? Fabien DELOCHE Fondateur de la Chaire du management durable à l Université de Savoie Table ronde : Les conditions de travail s améliorent : utopie ou réalité? - Dominique VANDROZ Directeur adjoint de l ANACT - Carole COUVERT Secrétaire générale de la CFE-CGC - Anne-France DIDIER Directrice de l École nationale des techniciens de l équipement (ENTE Aix-en-Provence) - Victor WAKNINE Président-fondateur de Mozart Consulting, qui a mis en œuvre «l indice de bien-être au travail» Table ronde : Quel sens salariés et fonctionnaires donnent-ils à leur travail? - Christine CARREAU Responsable de programmes RH, direction des RH des Hôpitaux Universitaires de Genève - Maia ROHNER Chef du bureau de l'animation interministérielle, de l'évaluation des politiques de RH et de l'égalité professionnelle (RH1) de la Direction générale de l administration et de la fonction publique (DGAFP) - Iulia SALA Responsable du pôle diversité / égalité de l Observatoire sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises (ORSE) - Philippe BIGARD Directeur de l institut du leadership, Think Tank du Groupe BPI manières de travailler ensemble - 19 mars

3 Table ronde : Quels nouveaux modes de fonctionnement pour les organisations? - Michel HERVÉ PDG de l entreprise Hervé, expérience de démocratie participative au travail - Nathanaël MATHIEU Directeur associé de LBMG Worklabs - Stéphanie TOUSSAINT Consultante - Associée chez Nicomak Clôture manières de travailler ensemble - 19 mars

4 ACCUEIL Olivier ROBINET Directeur de l Institut de formation de l environnement - IFORE Bonjour à tous, et bienvenue à cette journée consacrée au bien-être par le travail. Une première table ronde nous permettra de dresser ce matin un panorama de la situation. Une deuxième abordera, en début d après-midi, la thématique du sens. La troisième concernera, en fin d après-midi, les pratiques mises en œuvre. Nous avons souhaité, dans cette conférence, comparer le secteur privé aux différentes fonctions publiques. Voilà pourquoi la fonction publique hospitalière et ses représentants syndicaux ainsi que des entreprises privées sont présents parmi nous. Quant à moi, je m appelle, et je suis le fondateur de la société NICOMAK, une société de conseil qui aide l IFORE à organiser cet événement. Nous organisons des formations et des événements dans les domaines du développement durable et de la responsabilité sociétale. M. ROBINET, directeur de l IFORE, va à présent nous dire quelques mots d introduction, avant que Fabien DELOCHE ne présente le sujet d un point de vue universitaire. Olivier ROBINET Merci, Geoffroy. Merci à tous d être venus si nombreux. «Le bien-être par le travail, est-ce une utopie? Comment concilier performance et plaisir autour de nos manières de travailler ensemble?» Le titre de notre conférence est long et nous n aurons pas trop de toute la journée pour l explorer! Cette conférence s inscrit dans un cycle intitulé «Pour une culture partagée du développement durable». Depuis son lancement par l IFORE, en 2008, il étudie les enjeux du développement durable et les valeurs sous-jacentes, pour éclairer le public à commencer par les agents de l État et de notre ministère. manières de travailler ensemble - 19 mars

5 Avant d aborder la conférence, rappelons ce qu est l IFORE. L Institut de Formation de l Environnement est un service à compétence nationale, rattaché au secrétariat général de notre ministère. Il a été créé au début des années 2000 pour assurer des formations en matière d environnement et accompagner la mise en place de la stratégie nationale de développement durable, bientôt stratégie nationale de transition écologique. Notre premier axe d intervention est l intégration du développement durable dans les politiques publiques. Le deuxième recouvre l écoresponsabilité et la mise en œuvre d un État exemplaire. Le troisième, qui est en plein développement, consiste à accompagner les changements de comportement. Nos modes d intervention sont variés : formations, films, outils pédagogiques, mallettes Dans le cadre de ce cycle «Culture partagée du développement durable», nous avons déjà consacré une conférence au télétravail. Plus récemment, nous abordions l an dernier la question de la responsabilité sociale des entreprises. À cette occasionlà, nous avions évoqué la responsabilité sociale de l État employeur, en rappelant que la responsabilité sociale ne se limitait pas aux achats publics, et que l État, gestionnaire de ressources humaines, pouvait aussi mettre en œuvre des actions conformes à l esprit du développement durable. C est à cette occasion que la thématique du bien-être au travail nous est apparue prioritaire. Lorsqu on évoque le bien-être au travail, c est la prévention des risques psychosociaux, en plein développement, qui vient à l esprit. Elle fait d ailleurs l objet d un groupe de travail entre le gouvernement et les organisations syndicales. La crise économique, budgétaire et financière, la révision générale des politiques publiques et les mesures de restructuration qui les ont accompagnées ont entraîné des réductions d effectifs et une précarisation du travail. Elles ont rendu cette réflexion indispensable. Mais était-elle suffisante? Il nous a semblé qu il ne suffisait pas d assurer au salarié de bonnes conditions de travail, mais qu il fallait également répondre à d autres de ses attentes. Fonction publique et secteur privé ont connu des modifications socio-culturelles ou démographiques. La durée du travail s est allongée, le nombre des recrutements réduit. De nouvelles technologies d information et de communication ont émergé. Les seniors ont commencé à côtoyer la «génération Y», familière depuis son plus jeune âge de ces technologies. Cette dernière a pris parti pour un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Respectueuse de l expérience des seniors, elle s est mise à contester leur autorité. Autant de raisons de rouvrir le débat sur ces attentes et sur ces espoirs. Par ailleurs, la mise en place d un management par la performance, calqué sur le modèle du new public management, a montré ses limites. Les primes et promotions qui devaient récompenser les bonnes performances des agents publics se sont manières de travailler ensemble - 19 mars

6 taries. Les caisses de l État sont vides. Le management par la performance ne peut donc plus satisfaire les attentes des fonctionnaires et des agents. Enfin, toutes les enquêtes réalisées auprès de la fonction publique montrent que les agents cherchent avant tout à donner du sens à leur travail et à faire reconnaître sa qualité. Cette demande vient avant d autres demandes plus matérielles. Elle nous oblige à réévaluer les attentes des salariés. André COMTE-SPONVILLE rappelait récemment aux étudiants d une école de commerce que le travail n était pas naturel. On travaille d abord par nécessité. Pour le manager, il est donc essentiel de susciter un certain désir pour quelque chose qui n est pas naturel. L étymologie du mot «travail» - le tripalium était un instrument de torture et nos références bibliques «Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front» décrivent le travail comme un effort pénible. Le bon manager est celui qui sait identifier les attentes pour lesquelles le salarié est prêt à accomplir cet effort. André COMTE-SPONVILLE en conclut que le bon manager est «un professionnel du désir de l autre», qu il s agisse des clients, de la hiérarchie ou des agents. Les satisfaire, c est s assurer des meilleures performances, et aussi de leur bonheur, de leur attachement au travail. Pour y parvenir, on peut agir sur l ambiance de travail, la convivialité ou les marges de progression. On peut aussi chercher à travailler en harmonie avec ses propres valeurs. Certains demanderont quel est le lien de cette conférence avec le développement durable? Je répondrai que les textes qui nous gouvernent, à commencer par le Grenelle de l environnement, prônent la prise en compte de l épanouissement personnel. La stratégie nationale de développement durable recommande également d associer les parties prenantes aux modes de décision. Enfin, la circulaire sur l État exemplaire en cours d'arbitrage à Matignon prend en compte les conditions de vie au travail. Ce colloque nous conduira à examiner trois questions. En premier lieu, comment les conditions de travail peuvent-elles apporter un bien-être aux individus et ces conditions de travail s améliorent-elles ou non? En deuxième lieu, comment rendre du sens à son travail, notamment lorsqu on est agent de la fonction publique, et qu on se sent fragilisé, ou remis en cause? En troisième lieu, comment manager le service pour favoriser le bien-être de chacun tout en accomplissant ses missions? La première table ronde, introduite par Fabien DELOCHE, servira à définir les notions utiles. La deuxième, consacrée au sens, apportera peut-être des réponses contre-intuitives. La troisième illustrera les modes de fonctionnement innovants. Un film produit par l'ifore montrera en avant-première un exemple de management durable mis en œuvre par le directeur d un hôpital à Limoges. Nous entendrons enfin des responsables d entreprises. manières de travailler ensemble - 19 mars

7 Pour conclure, je voudrais remercier chaleureusement tous les intervenants, ainsi que le cabinet NICOMAK, et Stéphanie TOUSSAINT, qui ont été les chevilles ouvrières de ce colloque, et Yvonne FOUCHER, qui a été à son origine. Nous remercions M. ROBINET pour cette introduction et pour avoir justifié le choix de notre sujet. Puis-je préciser que nous ne traiterons pas le bien-être par le travail de manière exhaustive? La préparation de cette conférence nous a montré que le sujet était riche et demandait à être cadré. Cette conférence se bornera à ouvrir un certain nombre de pistes. L occident associe le travail à la torture. Le Japon l associe à l épanouissement de soi. Nous avons tous sur cette notion des biais culturels. Nous allons essayer de nous en affranchir. Je laisse tout de suite la parole à Fabien, afin qu il définisse les termes sur lesquels roulera notre débat. manières de travailler ensemble - 19 mars

8 INTRODUCTION : QU EST-CE QUE LE BIEN-ÊTRE PAR LE TRAVAIL? Fabien DELOCHE Fondateur de la Chaire du Management durable à l Université de Savoie Merci et bonjour à tous. Chercheur associé à un laboratoire de gestion de l Université de Savoie, je suis également titulaire d une chaire de management durable, dans le cadre de laquelle j étudie notamment le développement de l estime de soi des managers. Je travaille encore, avec l Agence Nationale pour l Amélioration des Conditions de Travail (ANACT), au montage d une autre chaire consacrée à la santé au travail, au sein de l Institut d Administration des Entreprises (IAE) de Grenoble. Enfin, j accompagne depuis longtemps des dirigeants, des managers et des sportifs de haut niveau, pour leur apprendre à concilier plaisir et performance. C est à ces différents titres que j interviendrai devant vous. L objectif de mon intervention est triple : comprendre la notion de «bien-être au travail», en circonscrivant son périmètre ; comprendre la manière de l obtenir, ou l approcher ; et vous donner envie d en devenir acteurs. Car le bien-être au travail est l affaire de tous. Pour cultiver le bien-être au travail, il faut un certain courage : le courage d adopter une nouvelle culture managériale, c est-à-dire d abandonner ou de compléter le management actuel - lequel n est pas forcément producteur de bien-être, même s il est producteur de performance. Mon plan s articulera autour de trois étapes. La première donnera une définition du bien-être et de la santé au travail. La deuxième fera le lien entre bien-être et performance mais une performance durable! La troisième comportera des recommandations et conseils, sur un plan personnel, relationnel et organisationnel. D autres traiteront mieux que moi la dimension environnementale. Je conclurai sur cette question : qui est responsable du bien-être au travail? Il y a cinq siècles, Thomas More imaginait son Utopie par réaction à l Angleterre de son époque, et aux souffrances que provoquait la «capitalisation» du monde rural par l industrie lainière. Il s agissait déjà! d environnement, de développement durable, de bien-être des personnes et de territoires. Depuis quinze ans, j entends dire que le bien-être au travail est une utopie moderne. J avais tendance à répondre en incriminant les résistances de certains. J ai fini par comprendre que tout le monde était favorable au bien-être au travail mais que certains avaient peur d être déçus par de faux espoirs. En temps de crise, il est cruel d être déçu et difficile de gérer la manières de travailler ensemble - 19 mars

9 frustration, surtout si on n a pas appris à le faire. J ai donc pris l habitude de répondre que la réalité d aujourd hui était souvent l utopie d hier, ce qui a la vertu de rassurer un peu l auditoire. Reste à lui montrer comment réaliser cette utopie. Commençons par le bien-être au travail sur lequel nous portons un regard qui conditionne nos attitudes au quotidien. Dans le passé, la question de la santé au travail se résumait à celle des atteintes physiques. Plus récemment, on s est intéressé aux risques psychosociaux. Mais l approche est restée pathogénique, alors qu on préconise plutôt aujourd hui une approche «salutogénique». Au lieu d examiner ce qui va mal, on préfère voir ce qui fonctionne bien, et se demander comment cela pourrait fonctionner mieux encore. Au volant, observer l obstacle est le meilleur moyen de foncer dedans. Je crois que d une certaine manière, à force de se laisser hypnotiser par les risques psychosociaux, on les entretient. J observe d ailleurs que mes clients attendent d aller mal et d accumuler les risques psychosociaux pour venir me voir. Je ne doute pas qu il faille traiter ces risques. Mais je crois aussi qu il faut prévenir leur apparition, en faisant en sorte «que les choses aillent bien». Qu est-ce que la santé au travail? L OMS répond que la santé dépasse la simple «absence de maladie». Elle la définit comme un état complet de bien-être physique, psychique et social, ce dernier critère recouvrant les relations au travail. Selon moi, cette définition est insuffisante, et il faut lui apporter deux compléments. Le premier, c est que le bien-être est dynamique : pour être heureux, il faut pouvoir agir, et agir dans un domaine qui fait sens pour moi. Le second complément, c est qu il faut savoir où l on va. Il ne s agit pas nécessairement d une évolution salariale ou hiérarchique. Il suffit d avoir une perspective de renouvellement. Sans défis nouveaux, la frustration et la peur reviennent, et conduisent à l inhibition. Relions maintenant bien-être et performance. Au départ, toutes les organisations visent le bien-être de l humanité. Lorsqu on donne une définition du développement durable, on évoque souvent le triptyque social, économique et environnemental. On cite aussi le rapport Brundtland qui recommande de «préserver les ressources des générations futures tout en répondant à nos besoins». Mais le vrai sens du développement durable, c est de contribuer au bien-être et à l épanouissement des individus. Nos organisations contribuent-elles à l épanouissement des individus, ou le réduisent-elles? C est une question que nous aurions intérêt à nous poser plus souvent. Une loi de 2010 nous la rappelle, en parlant, à ses articles 3 et 4, de cohésion sociale, de solidarité et d épanouissement. Au fond, la seule performance à mesurer pourrait être le bien-être obtenu. Si pour produire ce bien-être, on doit passer par une souffrance, le processus n a pas de sens à moins que les agents concernés n aient une vocation pour le manières de travailler ensemble - 19 mars

10 sacrifice! Le management durable considère donc le bien-être à la fois comme but et comme moyen de la performance. Disons-le clairement : les gens heureux produisent mieux. D où la nécessité d une posture managériale différente. D où la nécessité, aussi, d un syndicalisme différent. Revenons au management pathogénique d antan. Il consiste en gros à fonder sa légitimité sur son grade, et à en jouer pour exercer une domination. Beaucoup de managers s illusionnent en croyant inspirer le respect, alors qu ils inspirent seulement la peur. Ce type de management consume littéralement les ressources, c est-à-dire les agents. Un autre type de management, fondé sur la confiance, cherche plutôt à régénérer les ressources qu il consomme, en donnant un sens à l action des agents. Toute la difficulté est de passer de l un à l autre, ce qui est toujours ardu pour des managers et des dirigeants accoutumés au premier modèle. Voilà pourquoi je travaille au développement de l estime de soi des managers. Il s agit de développer leur habileté, en développant leur aptitude à être «bien dans leur peau». Cela demande évidemment une rénovation profonde des cursus de formation des dirigeants et des autres. Nous avons là-dessus beaucoup de retard par rapport à des pays comme le Canada. Lorsqu on aborde la dimension pathogène du travail, on commence souvent par chercher les coupables. Est-ce le vilain patron, les vilains actionnaires, les vilains syndicats? Le vilain gouvernement? À mon sens, on a tendance à oublier la dimension personnelle du problème, qui est primordiale. Pourquoi confier son bienêtre à son patron? Ce n est pas son travail! Nous seuls savons ce qui nous rend heureux. Nous devons donc nous responsabiliser. Le management durable est un management de la responsabilité. Se responsabiliser, c est assumer ses choix, ses actes, ses paroles, mais aussi ses non-choix et leurs conséquences de ceux-ci. Voilà pourquoi j ai rappelé tout à l heure qu il fallait du courage. La deuxième dimension du problème, c est sa dimension relationnelle. Nous sommes responsables à 50 % de nos relations avec les autres. Nos demandes déterminent en partie les réponses, ou les réactions, que nous recevons. La troisième dimension, c est la dimension organisationnelle. En principe, une organisation existe parce que son existence et son fonctionnement ont un sens. Il faut essayer de l identifier. D autres parleront de la dimension environnementale du problème ; mais ce qui ressort généralement des études sur le sujet, c est que la qualité de vie au travail est conditionnée presque exclusivement par la qualité des relations au travail, et quasiment pas par son cadre matériel. manières de travailler ensemble - 19 mars

11 Pour aborder la dimension personnelle, je parle volontiers d écologie personnelle. Vous seuls connaissez vos besoins et vos valeurs. Il faut évidemment veiller à son intégrité physique et psychique. Mais pour atteindre un certain bien-être, un confort, une sérénité, il faut aller au-delà, ce qui demande de bien se connaître. Sénèque écrivait : «Il n y a pas de vent favorable à celui qui ne sait pas où il va». Pour aborder la dimension relationnelle, je commence par remarquer que nous n avons jamais eu autant d outils de communication sur nous. Pourtant, nous n avons jamais été aussi handicapés dans nos relations. Drôle de courage managérial, que celui qui consiste à recadrer par mail ou par SMS son voisin de bureau! Avant de travailler la communication technique, il faut travailler la communication humaine et développer ce que j appelle une «sanité relationnelle». C est cette «sanité», ce caractère sain de nos relations, qui nous permet de créer ce que l on appelle un environnement capacitant, c est-à-dire un environnement propice à la mise en valeur des capacités de chacun. Elle repose à mon sens sur cinq piliers : - Clarifier la relation de travail en exposant clairement ce que l on pense apporter aux autres et ce que l on attend d eux quitte à essuyer un refus! - Ne pas avoir peur de faire preuve d autorité. Elle est légitime dans la relation de travail. - Communiquer de manière directe et authentique, sans masque de peur, d autoritarisme, de défense ou d ego. - Reconnaître et soutenir son équipe pour lui conférer une certaine autonomie. - Enfin, cultiver la convivialité de la relation, en créant un cadre qui permet aux gens de s épanouir. Les 35 heures ont fait beaucoup de mal de ce point de vue, en supprimant des pauses, des intermèdes qui créaient des espaces informels de régulation. Selon moi, la dimension organisationnelle repose elle-aussi sur cinq piliers, que je formulerai en cinq questions : - Pour qui travaillons-nous et pour quels besoins? - Qui sommes-nous et quelles sont les valeurs que nous partageons? - Quel est exactement notre métier? Qu est-ce qui le définit précisément? - Quelle est notre offre de service, et quel lien ambitionnons-nous de créer avec le client? - Quel est au vu des réponses précédentes, le sens de mon travail? manières de travailler ensemble - 19 mars

12 Cette dernière question paraît évidente. Mais dans les organisations, le bon sens ne suffit pas toujours : il faut connaître le projet pour évaluer les ressources nécessaires, leur organisation, les moyens qu il est légitime d y consacrer. Il faut également apporter une compétence, ou une responsabilité. De la part du manager, le reste n est qu ego et enjeux de pouvoir. Si tu es capable de me dire pour qui je travaille, comment et en quoi c est équitable, j aurai envie de travailler pour toi, parce que cela fera sens. Je voudrais, pour conclure, évoquer un article récent, inspiré d une étude portant sur des entreprises de services financiers. Les auteurs se sont aperçus qu il existait dans ces entreprises une «culture de la stupidité organisationnelle». Elle consiste à demander aux salariés «de faire ce qu on leur dit de faire, sans poser de questions». De la même manière, on demande parfois «aux fonctionnaires, de fonctionner». Cela arrange les dirigeants. Cela arrange aussi les salariés, qui cessent de s interroger. Seulement, ils renoncent du coup à la créativité et à l innovation. La crise financière actuelle y trouve une explication. Le management durable est donc aussi un management de la confiance et de l intelligence. Merci de votre attention. Merci, Fabien. Je propose aux participants de la première table ronde de me rejoindre. Nous reviendrons ensemble sur les différents sujets que tu as évoqués. manières de travailler ensemble - 19 mars

13 TABLE RONDE LES CONDITIONS DE TRAVAIL S AMÉLIORENT : UTOPIE OU RÉALITÉ? Dominique VANDROZ, directeur adjoint de l ANACT Carole COUVERT, Secrétaire générale de la CFE-CGC Anne-France DIDIER, Directrice de l École nationale des techniciens de l équipement Victor WAKNINE, Président-fondateur de Mozart Consulting qui a mis en œuvre «l indice de bien-être au travail» Cette première table ronde a pour objet de dresser un constat sur le thème des conditions de travail, et de savoir si leur amélioration est utopique, ou s il s agit d une réalité vérifiée dans les faits et les pratiques. Nous n apporterons pas de réponse définitive, mais nous bénéficierons du point de vue de plusieurs spécialistes, auxquels je vais proposer de se présenter rapidement. Dominique VANDROZ Bonjour. Je suis directeur adjoint de l Agence Nationale pour l Amélioration des Conditions de Travail (ANACT), établissement public administratif sis à Lyon, qui accompagne les entreprises et informe les autres acteurs sur ce sujet. Carole COUVERT Bonjour. Je suis secrétaire général de la confédération CFE-CGC, un syndicat de proposition qui cherche à concilier l intérêt des salariés ou des agents et celui des entreprises ou des fonctions publiques auxquels ils appartiennent. Ce syndicat est ouvert, en priorité, aux encadrants du privé et à toutes les catégories dans les fonctions publiques. Anne-France DIDIER Bonjour. Je suis ingénieur des Ponts et je dirige actuellement une école de ce ministère. Manager de longue date, j ai beaucoup apprécié notre précédent orateur. Nos formations initiales ne donnent, hélas, pas toute leur place aux principes qu il a exposés et que j ai découverts par l expérience, au fil des années. manières de travailler ensemble - 19 mars

14 Victor WAKNINE Bonjour. Je suis le président et fondateur du cabinet Mozart Consulting, dont l activité porte sur l engagement et la mobilisation du capital humain. Ancien cadre dirigeant dans le public et dans le privé, j ai eu le sentiment qu une approche exclusivement financière aboutissait à un désordre complet. Je me suis donc intéressé à la nécessité de développer une norme socio-économique de la gouvernance et de la performance, que j essaierai tout à l heure de vous exposer. Merci. Chacun aura huit ou neuf minutes pour intervenir. Comme l ANACT fait référence sur les questions de qualité de vie au travail, je laisse la parole à M. VANDROZ. Dominique VANDROZ Merci. Je m appuierai sur quelques schémas, parce que les schémas valent mieux que de longs discours, qui tenteront d expliciter pourquoi l on parle aujourd hui de qualité de vie au travail, en tout cas à l ANACT, mais pas seulement. Est-ce que les conditions de travail s améliorent ou ne s améliorent pas? Est-ce qu elles changent, est-ce qu elles ne changent pas? Pourquoi parle-t-on de qualité de vie au travail? Et comment est-ce que l on peut agir sur ces questions-là? Qu est-ce qui change, en fait, est-ce que cela s améliore? Nous voyons à peu près 5 époques, si l on remonte jusque dans les années Une première époque autour des années 50. L objectif principal, c est de préserver l intégrité physique des salariés. On agit essentiellement sur l interface homme / poste et on est plutôt dans le secteur primaire des industries minières et des grosses industries du secteur secondaire. - Dans les années 70, on voit apparaître une autre approche autour des transformations de l organisation du travail, des approches sociotechniques où l on essaie de mettre en place des démarches participatives. Et là, on est essentiellement dans le secteur secondaire, l industrie, l automobile et toute l industrie de manufacture. - Dans les années 90, on voit apparaître d autres préoccupations autour des questions d emploi et notamment avec des problématiques de qualité de l emploi, de quantité d emploi, où l on va essayer d articuler les questions de marché de l emploi, de salariés. On est plutôt sur une dominante tertiaire en termes de préoccupations. manières de travailler ensemble - 19 mars

15 - Quand on arrive dans les années 2000, on voit apparaître des préoccupations de développement de territoire, d entreprise et de population salariée. Ce sont toutes les approches GPEC par exemple, les approches autour de la gestion des âges, la préoccupation des seniors qui montent, les questions de pénibilité et puis aussi la question des risques psychosociaux, qui commence à apparaître. On est essentiellement dans le cadre d une dominante des économies de la connaissance immatérielle. On est plutôt dans le secteur tertiaire et on voit apparaître des risques nouveaux dans ces secteurs-là alors qu a priori on pensait que c était des secteurs dans lesquels les conditions de travail étaient bonnes. - Ce qui est en devenir autour des questions de qualité de vie au travail, tel qu on essaie de l aborder aujourd hui, mais aussi des questions de responsabilité sociale de l entreprise, ce sont des approches plus macroéconomiques, où l on est beaucoup plus sur des notions de filières, de réseaux, de sous-traitance, de cluster d entreprise. Sur les questions des conditions de travail ou de l amélioration des conditions de travail, on se rend compte de plus en plus que c est illusoire de vouloir les prendre entreprise par entreprise. Je dirais aussi plutôt que les conditions de travail ont changé : elles se sont améliorées dans certains cas ; elles se sont dégradées dans d autres. Mais c est le travail lui-même qui a changé. Dans les années 70, 80, on est sur une organisation taylorisée où l unité, c est le temps. C est-à-dire qu on découpe le travail en minutes, en secondes, etc. On compte du temps et on construit l organisation du travail autour d un découpage du temps, avec une affectation des salariés sur du temps et des notions de coûts. Ce qui va importer, ce sont les coûts salariaux puisqu une partie de la production est essentiellement conditionnée par le coût de la main-d œuvre. On est sur des organisations très standardisées, très rigides où la question est le respect des consignes, du cadre d intervention. Et on a une certaine forme de perte de sens du travail. L idée, c est effectivement de faire une tâche. Et l esprit peut tout à fait vagabonder à autre chose. Et quand on a fini la tâche, on sort de l usine ou de l entreprise et on rentre chez soi et on passe à autre chose. Dans ce cadre-là, tout à l heure on parlait du travail comme tripalium. Mais le travail est vécu surtout comme un risque, comme un effort, comme un coût, comme un sujet d expert en droit du travail et en relations sociales. C est un objet finalement que l on essaie de cadrer le plus possible de façon à pouvoir le faire rentrer dans les cases qui ont été déterminées. Aujourd hui, le travail donne le sentiment d une grande ruche d effervescence et d une grande désorganisation. Mais c est un peu de cela dont il s agit. Il s agit avant tout de créer de la valeur par l activité, c est-à-dire ce que l on attend finalement des salariés, des travailleurs, ce n est pas qu ils fassent manières de travailler ensemble - 19 mars

16 leur travail tel qu il a été défini précisément, c est au contraire qu ils s engagent dans le travail. Ce que l on attend d eux, c est à partir d objectifs vaguement définis qu ils mettent en œuvre tout leur individu pour atteindre des objectifs. C est pour cela que l on parle d engagement au travail, avec un corollaire qui est la reconnaissance au travail. Le salarié a besoin de ressources, mais il va lui-même créer, d une certaine manière, les conditions de l exécution de son travail. On est vraiment sur une vision du travail comme ressource, comme objet de débat, comme création de valeurs et de performances. Cela renvoie à un autre sujet qui a été abordé et sur lequel je voudrais revenir aussi : on est sur de la création de process, plus qu une organisation figée, qui va s adapter en permanence en fonction des besoins. On va avoir besoin d espaces de discussion, parce que pour pouvoir produire tel que l organisation le souhaite, on va avoir besoin de beaucoup d espaces de régulation. Il va falloir créer les conditions de la réalisation du travail entre plusieurs salariés qui sont impliqués dans le travail. Les choses ne sont pas stables, bougent, d où la nécessité d avoir des conditions de régulation pour pouvoir travailler. Ce schéma peut permettre d expliquer ce qu est la qualité de vie au travail. Il est tiré de la négociation actuelle des partenaires sociaux sur la question de la qualité de vie au travail, puisqu ils ont décidé d engager une négociation sur ces sujets-là, qui devrait aboutir dans les premiers jours de juin. La qualité de vie au travail, c est avant tout une perception. C est-à-dire, quand on dit vouloir mesurer la qualité de vie au travail, autant vous pouvez mesurer une exposition au bruit, une exposition à la chaleur, etc., savoir si les qualités de vie au travail sont bonnes, vous ne pouvez passer que par l expression des salariés. Et avec des résultats très troublants dans certains cas. Vous pouvez avoir des salariés qui ont une très bonne perception de leur qualité de vie au travail, alors que les conditions matérielles sont très mauvaises. Et des salariés qui ont une très mauvaise perception de leur qualité de vie au travail, alors qu ils sont dans des locaux magnifiques, avec une garderie à l extérieur, des espaces détente, etc. Dans la qualité de vie au travail, il y a une dimension objective, mais il y a une dimension très fortement perceptive. Pourquoi? Parce qu encore une fois le travail d aujourd hui exige l engagement des salariés. Et ce sont les conditions de cet engagement qui sont jugées d une certaine manière, ou la manière dont l engagement est perçu par les autres. Si l on est très engagé avec une faible reconnaissance, on va dire que la qualité de vie au travail est très mauvaise. Parce que son management ne reconnaît pas l engagement que l on a mis dans le travail. Et parfois d ailleurs le management ne sait même pas reconnaître l engagement au travail. Pourquoi? Parce qu il s est éloigné lui-même des conditions du travail. Il ne sait plus ce qu on lui demande. On lui demande du reporting. On lui demande d autres choses. Mais on ne lui demande plus forcément de créer les manières de travailler ensemble - 19 mars

17 conditions de la régulation. Donc, si vous voulez, ce petit schéma dit cela en fait. On a des conditions de vie, d emploi, d environnement. On a une capacité d expression et d action, ce qui est demandé, donc du participatif, du partenariat social, du soutien managérial qui est très fort. D ailleurs, dans les enquêtes, les salariés se plaignent souvent d un manque de soutien de leur manager. Et puis, du soutien collectif qui peut être donné par les collègues. Et il est très, très fort en principe. Toutes les enquêtes montrent que c est un élément extrêmement important. Dans son équipe, est-ce que l on est bien soutenu, est-ce que l on a une bonne équipe, etc.? La dimension valeur est extrêmement importante. Et cela joue beaucoup sur le contenu du travail. On a des questions d autonomie, c est-à-dire quelle marge de manœuvre on a pour faire le travail. Le fait qu il soit plus ou moins difficile, plus ou moins complet, plus ou moins morcelé. Puis, on a le vécu au travail, c est-à-dire on a le sentiment d être utile, on a le sentiment de maîtriser son travail pour pouvoir le faire correctement. On a le sentiment d avoir des responsabilités, d apprendre aussi dans son travail si l on veut progresser. Et tout cela donne une perception de la qualité de vie au travail avec des résultats qui sont : si je pense que j ai des bonnes conditions, je vais m engager très fortement. Et l engagement dans le travail est une condition de la performance de l organisation. Merci. Vous pouvez applaudir. J aurais juste voulu connaître votre vision personnelle M. VANDROZ : est-ce que vous pensez que cela s améliore ou pas sur les dix dernières années par exemple? Est-ce que vous avez un sentiment? Dominique VANDROZ Mon sentiment s appuie sur des analyses. Je dirais que les conditions de travail ont changé, tout simplement. Quand on regarde notamment les enquêtes Sumer, etc., qui sont faites par les médecins du travail, vous vous rendez compte que des expositions aux risques relativement traditionnels ont baissé et qu en revanche, les questions d exposition au stress, aux risques psychosociaux, etc., ont augmenté. Dire si elles sont plus mauvaises ou meilleures qu il y a 20 ou 30 ans, c est difficile. Les symptômes de ces conditions de travail ont, en grande partie, changé. D accord. Merci. Avant de donner la parole à Mme COUVERT, pour donner son point de vue également, est-ce que parmi les intervenants de la table ronde il y a des questions ou des réactions? manières de travailler ensemble - 19 mars

18 Victor WAKNINE Simplement, je voudrais préciser que dans l approche de l ANACT sur la qualité de vie au travail, nous considérons qu il y a deux dimensions. Il y a d abord le socle qui est très important, c est la qualité du travail d abord. Parce que parler du bien-être au travail sans parler du travail lui-même Et dans les 6 dimensions proposées par l ANACT de la qualité de vie au travail, il y en a deux qui sont directement liées à la qualité du travail, qui forment vraiment le socle organisationnel dont on parlait tout à l heure, qui est l organisation du travail, le contenu du travail avant les 4 autres dimensions, qui sont plus des dimensions qui vont vers l individu. C est cette qualité du travail sur laquelle il faut absolument bâtir la qualité de vie au travail. Et c est quand le travail n est pas de bonne qualité, que la qualité de vie au travail ne doit pas pouvoir se construire. Il faut rappeler aussi et là, c était une force de notre pays le droit du travail. Le droit du travail a donné comme responsabilité à l employeur, qu il soit public ou privé bien entendu, d organiser le travail. La qualité même du travail sur laquelle tout va se jouer est de la responsabilité de l employeur. Je voudrais signaler aussi que les partenaires sociaux ont décidé de discuter sur les nouvelles recommandations des pouvoirs publics, de la qualité de vie au travail. Mais ce qui est très intéressant je ne sais pas si cela va être confirmé, c est que les organisations patronales ont accepté pour la première fois de mettre sur la table la question de l organisation du travail. Elles reconnaissent fondamentalement que ce qui est de leur responsabilité ne peut plus être une démarche top down. Même si c est de leur responsabilité d organiser le travail, elles ont besoin de dialogue social, que les gens se sentent bien dans leur travail, car cela entretient une relation fondamentale avec la performance. Les patrons ont bien compris que s il n y a pas de qualité du travail, c est-à-dire si l organisation du travail n est pas bonne, il n y aura pas de performance. Donc, tout le débat d aujourd hui, ce n est pas de savoir si c est le bien-être des salariés qui est important, non. C est vraiment de poser ce que l on appelle des invariants très forts. C est la qualité du travail, parce qu un travail qui n est pas bien fait, ce n est pas du travail. Si des gens dans la salle n aiment pas entendre parler de performance, parlons d efficacité. Une organisation qui n est pas efficace et dont la qualité du travail n est pas bonne n a pas de sens. Merci beaucoup M. WAKNINE. Mme DIDIER, est-ce que vous avez une réaction? Anne-France DIDIER Un autre aspect sur lequel je pense qu il faut insister, c est aussi la qualité de la communication. Je suis bien d accord avec tout ce qui vient d être dit. La manières de travailler ensemble - 19 mars

19 performance me paraît indispensable. Mais la communication aussi est importante, au sens où vous avez parlé tout à l heure de la connexion très importante entre le bien-être et le fait de se sentir bien aussi dans ce relationnel, dans l institution. C est vrai aussi des relations entre la direction, la hiérarchie, le management de l établissement, les syndicats, la façon dont on communique et dont on se parle. Moi, j ai observé que l on a appris beaucoup que l on avait des rôles. Et il y a des codes. Tout cela fonctionne bien tant que derrière ces codes et ces rôles on dit des choses vraies, justes, précises et que chacun peut du coup diagnostiquer correctement ce qui va et ce qui ne va pas. Si du fait des rôles ou des représentations que l on a les uns des autres, on ne se dit pas la vérité, on ne résout aucun problème. J ai observé souvent dans mes postes qu on attendait des dirigeants une certaine posture tout en leur demandant évidemment de résoudre les problèmes et que parfois ce sont des injonctions un peu paradoxales. Donc, je pense qu il faut avoir le courage parfois d être dans la vérité, de bousculer un petit peu les rôles établis, y compris dans les CCL, pour que les gens se parlent. Et qu une fois que l on a fait tomber les masques, que l on affronte les vrais problèmes, les vraies réalités. Surtout, cela permet à l institution et à ses organisations localement représentées de traiter les problèmes à leurs niveaux, quitte à remonter à des niveaux supérieurs d autres problèmes que l on ne peut pas résoudre soi-même dans l institution. Un deuxième aspect aussi : dans la qualité de vie, pour pouvoir travailler et être efficace, il faut avoir l esprit serein. Il faut avoir un peu élagué tous les problèmes d intendance, de garde d enfant, de courses que l on va faire, qui sont des problèmes homme / femme maintenant, de plus en plus. Certains aspects, comme le fait de prendre en charge collectivement ce n est pas simplement un problème de hiérarchie entre associations culturelles, syndicats, management, secrétariat général par exemple la prise en charge et la facilitation de conciergerie d entreprise, cela aide beaucoup. Tout à fait. Mme COUVERT, je pense, à des choses à dire sur le sujet. Je vais vous laisser réagir. Mais je veux bien signaler que vous posez deux ou trois points qui sont très importants : la question des non-dits et cela concerne tout le monde, que l on soit manager ou managé, et la question de la responsabilité que Fabien a déjà aborder en partie. Mme COUVERT, je vous laisse réagir et peut-être, nous présenter votre vision. Où en est-on du bien-être au travail? manières de travailler ensemble - 19 mars

20 Carole COUVERT Je voulais saluer d abord l initiative et l organisation de cette journée aujourd hui, parce que c est aussi en en parlant, en débattant, en partant de bonnes pratiques et en les diffusant ou a contrario en travaillant sur ce qui marche moins bien, que ce soit dans les entreprises ou dans les fonctions publiques, que nous pourrons avancer de façon collective. Donc, bravo d avoir organisé cette journée. Nous avons eu la même expérience au sein de la CFE-CGC il y a 15 jours, où nous avons débattu aussi tout un après-midi de «bien-être au travail, utopie ou réalité?» Et c était intéressant de voir que, de la même façon, il a fallu que nous refusions un certain nombre de participants, parce que c est un sujet qui tient à cœur à tout le monde. Je voulais revenir sur deux parties de cette matinée. D abord, par rapport aux propos de M. ROBINET, ce matin, puisque maintenant on est sur la génération Z. Les Y, c était jusqu à Cela va nous amener d autres problématiques à traiter, mais effectivement des attentes différenciées qu il va falloir traiter avec un management sur mesure, ce qui posera d autres problèmes dans les années à venir. Je voulais revenir sur l intervention de M. DELOCHE, parce que passer après lui est extrêmement difficile. Avec l intervention que vous avez faite, vous avez souligné tous les endroits où cela fait mal, vous avez donné des perspectives. Personnellement, à la CFE-CGC, nous avons un congrès dans un mois. Nous avons mis le thème de l innovation au cœur de nos réflexions, et cela va être une première. Et nous organisons des ateliers de réflexion sur le thème «innovation au service du bien-être des salariés de façon individuelle ou collective». J ai envie de vous inviter à venir participer à nos travaux. Quand vous avez dit «donner envie», nous sommes complètement en phase avec vous. Devenir acteur et devenir auteur du changement, tout à fait. Le courage, oser, c est extrêmement difficile dans des organisations qui finissent par être standardisantes. La différence n est pas toujours acceptée. Vous avez parlé de dimension personnelle, relationnelle, organisationnelle, j y reviendrai tout à l heure. De ne pas créer des espoirs sous peine de les décevoir, parce que c est contre-productif, tout à fait. Et en revanche, nous avons changé l appellation RSE au sein de la CFE-CGC. La RSE, responsabilité sociale ou sociétale des entreprises, est pour nous en lien avec le bien-être au travail. Nous avons pensé qu il fallait préférer «redonner du sens ensemble». Notre objectif, c est au niveau de l encadrement, au niveau des managers de redonner des perspectives, de redonner du sens, d arriver à retrouver de l autonomie, la force de proposition que l on a parfois perdue, avec des organisations qui ne le permettent plus et qui transforment même les encadrants en exécutants. Pour nous, cela fait partie des facteurs de succès. Nous avons, au niveau de la CFE-CGC, travaillé depuis des années sur le stress. Vous le savez tous certainement, le stress aujourd hui coûte en France 3 points de manières de travailler ensemble - 19 mars

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Le bien-être par le travail : une utopie?

Le bien-être par le travail : une utopie? Comment concilier performance et plaisir autour de nos manières de Conférence mardi 19 mars 2013-9h - 17h30 - La Défense (92) Pré-programme Depuis 2008, le cycle de conférences «Pour une culture partagée

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs,

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs, Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique Mesdames, Messieurs, J ai tout d abord une bonne nouvelle à vous avancer, une bonne nouvelle pour la Fonction publique, c est l adoption par l

Plus en détail

Entretien professionnel : Guide de l évalué

Entretien professionnel : Guide de l évalué Entretien professionnel : Guide de l évalué REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale notamment l article 76-1,

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Un voyage de 1000 km commence toujours par un pas Lao Tseu

Un voyage de 1000 km commence toujours par un pas Lao Tseu Un voyage de 1000 km commence toujours par un pas Lao Tseu être générateur de transformation individuelle et collective dans les entreprises s appuyer sur la capacité de chacun à changer et à incarner

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail Emmanuel Abord de Chatillon Institut d Administration des Entreprises de Grenoble abord@iae-grenoble.fr 1 La chaire Management

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Comment agir pour améliorer la QVT?

Comment agir pour améliorer la QVT? Présentation des résultats du baromètre qualité de vie au travail dans l ESS lors du colloque de l Udess 05 le 14/09/15 à Gap. Les évolutions de l'environnement socio-économique et les transformations

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 Discours de M. Eric WOERTH Messieurs les Ministres, Madame et Messieurs

Plus en détail

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique»

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» CLÔTURE DES TRAVAUX PAR MADAME CYNTHIA LIGEARD PRESIDENTE DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALEDONIE 6 novembre 2014 1 Mesdames, Messieurs les

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Séminaire des cadres de l administration centrale Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Allocution de Manuel VALLS, ministre de l Intérieur Monsieur le Secrétaire Général, Messieurs les Directeurs

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Discours de Marylise LEBRANCHU Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Jeudi 17 octobre 2013 Je suis heureuse de pouvoir commencer,

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Santé des soignants - Qualité des soins - Performance économique

Santé des soignants - Qualité des soins - Performance économique Santé des soignants - Qualité des soins - Performance économique Entreprise labellisée Formation Encadrer et manager en milieu de santé 1 Le contexte hospitalier Contraintes Santé et sécurité des salariés

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

L importance du volet comptable de la loi organique

L importance du volet comptable de la loi organique Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Journée d études des trésoriers-payeurs-généraux, relative à la nouvelle fonction comptable - 3 octobre 2003 - Mesdames et

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Conseil RH Coaching Formation

Conseil RH Coaching Formation 30 ans d'expérience Management, conseil RH, développement des compétences, relation avec les IRP, recrutement Coaching individuel - Accompagnement en développement personnel et professionnel Conseil RH

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

Etude menée dans 18 entreprises de la région Nord-Pas de Calais FRANCE

Etude menée dans 18 entreprises de la région Nord-Pas de Calais FRANCE Etude menée dans 18 entreprises de la région Nord-Pas de Calais FRANCE La santé au travail : une obligation de résultat L employeur est tenu d assurer la santé physique et mentale des salariés de son

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe Amélioration de la performance des hommes et des organisations par le management et la motivation 4.0 20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe «Faire grandir mon équipe ou

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2015

CATALOGUE FORMATION 2015 CATALOGUE FORMATION 2015 11/02/2015 Cabinet N. M. P. CONSEILS. Fondatrice & Dirigeante : Nathalie MONCLA 10 Avenue Georges POMPIDOU SIRET : 518 654 819 00011 31500 TOULOUSE APE : 7022z Tél : 06 78 98 78

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

Coaching : «Se fixer des objectifs et les atteindre!»

Coaching : «Se fixer des objectifs et les atteindre!» Coaching : «Se fixer des objectifs et les atteindre!» Source : Christine Hoor, coach certifiée, Nantes, www.christine-hoor.com Propos recueillis par : Happylogie, www.happylogie.com Ce guide t est offert

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail Introduction Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail En devenant une notion clé de la gestion des ressources humaines, le concept de compétence a progressivement élargi

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures Licence Professionnelle d Assurances 2012-2013 EXAMEN MODULE «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013 09h30 11h30 Durée 2 heures (document non autorisé) calculatrice

Plus en détail

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10)

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Interview complète d Aurore Deschamps Aurore DESCHAMPS, ancienne stagiaire

Plus en détail

PV réunion du 05-08-2015

PV réunion du 05-08-2015 PV réunion du 05-08-2015 Accueil de nouvelles personnes : tour de table et petit rappel de ce qu est TTAC. Suggestion aux nouveaux de consulter le site internet afin d avoir des infos plus complètes. Mise

Plus en détail

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Roselyne TABORISKY, chargée de formation au Centre académique d Aide aux Écoles et aux Établissements (C.A.A.E.E.) de l académie de Versailles

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi?

Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi? Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi? Prof. N. Burnay Université de Namur Université catholique de Louvain En guise d introduction Important changement démographique

Plus en détail

synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des salariés, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 2014

synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des salariés, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 2014 synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 04 ÉDITORIAL La santé des français est un bien précieux, à titre individuel bien sûr, mais aussi pour notre économie et notre

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Le bonheur au travail

Le bonheur au travail Programme d aide aux employés Jacques Lamarre et associés Le bonheur au travail Présenté par Anne Gauvin et Marie-Véronique Matte «Le plus beau destin que puisse connaître un être humain, c est d être

Plus en détail

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza.

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza. Allocution à l occasion de la journée mondiale pour la santé sécurité au travail Réception au Ministère du travail, Paris (hôtel du Chatelet) 28 avril 2015 Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

La communauté AGEFA. Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail. pour. OpinionWay. 15 place de la République 75003 Paris.

La communauté AGEFA. Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail. pour. OpinionWay. 15 place de la République 75003 Paris. La communauté AGEFA Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. pour Laurent Bernelas Tel : 01 78 94 89 87 lbernelas@opinion-way.com

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

La Préparation Mentale

La Préparation Mentale La Préparation Mentale Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. Arthur Ashe La préparation mentale : Un élément clé de la victoire La quasi

Plus en détail

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST)

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Document élaboré par la Commission Enseignement Supérieur du CNESST. Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Ce référentiel rassemble des compétences de base en santé et

Plus en détail

Engager une action de prévention des RPS

Engager une action de prévention des RPS Que sont les RPS (Risques Psycho Sociaux)? Les risques psycho sociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress», qui n est en fait qu une manifestation de ce risque en entreprise. Ils

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Le Programme québécois de formation sur la pandémie d influenza

Le Programme québécois de formation sur la pandémie d influenza Le Programme québécois de formation sur la pandémie d influenza Le programme de formation est constitué de plusieurs modules dont les contenus couvrent les cinq volets du Plan québécois de lutte à une

Plus en détail

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets»

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» «Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» Santé et bien- être au travail Risques psychosociaux du travail- Handicap- Gestion des âges Diversité. SynergenceA propose aux entreprises

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer. Interviews Julia Fassbender, photographe Page 1/5

Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer. Interviews Julia Fassbender, photographe Page 1/5 Une interview avec la photographe et directrice artistique de la Chancelière allemande, Julia Fassbender Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer Le Grand méchant loup s est rendu

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des. femmes. Ouverture du colloque

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des. femmes. Ouverture du colloque 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Ouverture du colloque «Observance, autonomie, responsabilité» Lundi 1 er juin 2015 Seul le prononcé

Plus en détail

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent Bilan du sondage pour les trousses de l Avent PRÉPARATOIRE 1. Très satisfaisant (1) Satisfaisant (2) Amélioration 1a 9 3 0 1b 7 5 0 1c 7 5 0 1d 9 2 0 - Bravo! Une excellente trousse pour Maternelle-Jardin.

Plus en détail