Le bien-être par le travail : une utopie?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le bien-être par le travail : une utopie?"

Transcription

1 Le bien-être par le travail : une utopie? Comment concilier performance et plaisir autour de nos manières de travailler ensemble? Conférence mardi 19 mars h - 17h30 - La Défense (92)

2 SOMMAIRE Animation de la journée : Cabinet NICOMAK Geoffroy Murat Accueil Ouverture de la conférence : Olivier ROBINET Directeur de l Institut de formation de l environnement IFORE Introduction : Qu est-ce que le bien-être par le travail? Fabien DELOCHE Fondateur de la Chaire du management durable à l Université de Savoie Table ronde : Les conditions de travail s améliorent : utopie ou réalité? - Dominique VANDROZ Directeur adjoint de l ANACT - Carole COUVERT Secrétaire générale de la CFE-CGC - Anne-France DIDIER Directrice de l École nationale des techniciens de l équipement (ENTE Aix-en-Provence) - Victor WAKNINE Président-fondateur de Mozart Consulting, qui a mis en œuvre «l indice de bien-être au travail» Table ronde : Quel sens salariés et fonctionnaires donnent-ils à leur travail? - Christine CARREAU Responsable de programmes RH, direction des RH des Hôpitaux Universitaires de Genève - Maia ROHNER Chef du bureau de l'animation interministérielle, de l'évaluation des politiques de RH et de l'égalité professionnelle (RH1) de la Direction générale de l administration et de la fonction publique (DGAFP) - Iulia SALA Responsable du pôle diversité / égalité de l Observatoire sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises (ORSE) - Philippe BIGARD Directeur de l institut du leadership, Think Tank du Groupe BPI manières de travailler ensemble - 19 mars

3 Table ronde : Quels nouveaux modes de fonctionnement pour les organisations? - Michel HERVÉ PDG de l entreprise Hervé, expérience de démocratie participative au travail - Nathanaël MATHIEU Directeur associé de LBMG Worklabs - Stéphanie TOUSSAINT Consultante - Associée chez Nicomak Clôture manières de travailler ensemble - 19 mars

4 ACCUEIL Olivier ROBINET Directeur de l Institut de formation de l environnement - IFORE Bonjour à tous, et bienvenue à cette journée consacrée au bien-être par le travail. Une première table ronde nous permettra de dresser ce matin un panorama de la situation. Une deuxième abordera, en début d après-midi, la thématique du sens. La troisième concernera, en fin d après-midi, les pratiques mises en œuvre. Nous avons souhaité, dans cette conférence, comparer le secteur privé aux différentes fonctions publiques. Voilà pourquoi la fonction publique hospitalière et ses représentants syndicaux ainsi que des entreprises privées sont présents parmi nous. Quant à moi, je m appelle, et je suis le fondateur de la société NICOMAK, une société de conseil qui aide l IFORE à organiser cet événement. Nous organisons des formations et des événements dans les domaines du développement durable et de la responsabilité sociétale. M. ROBINET, directeur de l IFORE, va à présent nous dire quelques mots d introduction, avant que Fabien DELOCHE ne présente le sujet d un point de vue universitaire. Olivier ROBINET Merci, Geoffroy. Merci à tous d être venus si nombreux. «Le bien-être par le travail, est-ce une utopie? Comment concilier performance et plaisir autour de nos manières de travailler ensemble?» Le titre de notre conférence est long et nous n aurons pas trop de toute la journée pour l explorer! Cette conférence s inscrit dans un cycle intitulé «Pour une culture partagée du développement durable». Depuis son lancement par l IFORE, en 2008, il étudie les enjeux du développement durable et les valeurs sous-jacentes, pour éclairer le public à commencer par les agents de l État et de notre ministère. manières de travailler ensemble - 19 mars

5 Avant d aborder la conférence, rappelons ce qu est l IFORE. L Institut de Formation de l Environnement est un service à compétence nationale, rattaché au secrétariat général de notre ministère. Il a été créé au début des années 2000 pour assurer des formations en matière d environnement et accompagner la mise en place de la stratégie nationale de développement durable, bientôt stratégie nationale de transition écologique. Notre premier axe d intervention est l intégration du développement durable dans les politiques publiques. Le deuxième recouvre l écoresponsabilité et la mise en œuvre d un État exemplaire. Le troisième, qui est en plein développement, consiste à accompagner les changements de comportement. Nos modes d intervention sont variés : formations, films, outils pédagogiques, mallettes Dans le cadre de ce cycle «Culture partagée du développement durable», nous avons déjà consacré une conférence au télétravail. Plus récemment, nous abordions l an dernier la question de la responsabilité sociale des entreprises. À cette occasionlà, nous avions évoqué la responsabilité sociale de l État employeur, en rappelant que la responsabilité sociale ne se limitait pas aux achats publics, et que l État, gestionnaire de ressources humaines, pouvait aussi mettre en œuvre des actions conformes à l esprit du développement durable. C est à cette occasion que la thématique du bien-être au travail nous est apparue prioritaire. Lorsqu on évoque le bien-être au travail, c est la prévention des risques psychosociaux, en plein développement, qui vient à l esprit. Elle fait d ailleurs l objet d un groupe de travail entre le gouvernement et les organisations syndicales. La crise économique, budgétaire et financière, la révision générale des politiques publiques et les mesures de restructuration qui les ont accompagnées ont entraîné des réductions d effectifs et une précarisation du travail. Elles ont rendu cette réflexion indispensable. Mais était-elle suffisante? Il nous a semblé qu il ne suffisait pas d assurer au salarié de bonnes conditions de travail, mais qu il fallait également répondre à d autres de ses attentes. Fonction publique et secteur privé ont connu des modifications socio-culturelles ou démographiques. La durée du travail s est allongée, le nombre des recrutements réduit. De nouvelles technologies d information et de communication ont émergé. Les seniors ont commencé à côtoyer la «génération Y», familière depuis son plus jeune âge de ces technologies. Cette dernière a pris parti pour un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Respectueuse de l expérience des seniors, elle s est mise à contester leur autorité. Autant de raisons de rouvrir le débat sur ces attentes et sur ces espoirs. Par ailleurs, la mise en place d un management par la performance, calqué sur le modèle du new public management, a montré ses limites. Les primes et promotions qui devaient récompenser les bonnes performances des agents publics se sont manières de travailler ensemble - 19 mars

6 taries. Les caisses de l État sont vides. Le management par la performance ne peut donc plus satisfaire les attentes des fonctionnaires et des agents. Enfin, toutes les enquêtes réalisées auprès de la fonction publique montrent que les agents cherchent avant tout à donner du sens à leur travail et à faire reconnaître sa qualité. Cette demande vient avant d autres demandes plus matérielles. Elle nous oblige à réévaluer les attentes des salariés. André COMTE-SPONVILLE rappelait récemment aux étudiants d une école de commerce que le travail n était pas naturel. On travaille d abord par nécessité. Pour le manager, il est donc essentiel de susciter un certain désir pour quelque chose qui n est pas naturel. L étymologie du mot «travail» - le tripalium était un instrument de torture et nos références bibliques «Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front» décrivent le travail comme un effort pénible. Le bon manager est celui qui sait identifier les attentes pour lesquelles le salarié est prêt à accomplir cet effort. André COMTE-SPONVILLE en conclut que le bon manager est «un professionnel du désir de l autre», qu il s agisse des clients, de la hiérarchie ou des agents. Les satisfaire, c est s assurer des meilleures performances, et aussi de leur bonheur, de leur attachement au travail. Pour y parvenir, on peut agir sur l ambiance de travail, la convivialité ou les marges de progression. On peut aussi chercher à travailler en harmonie avec ses propres valeurs. Certains demanderont quel est le lien de cette conférence avec le développement durable? Je répondrai que les textes qui nous gouvernent, à commencer par le Grenelle de l environnement, prônent la prise en compte de l épanouissement personnel. La stratégie nationale de développement durable recommande également d associer les parties prenantes aux modes de décision. Enfin, la circulaire sur l État exemplaire en cours d'arbitrage à Matignon prend en compte les conditions de vie au travail. Ce colloque nous conduira à examiner trois questions. En premier lieu, comment les conditions de travail peuvent-elles apporter un bien-être aux individus et ces conditions de travail s améliorent-elles ou non? En deuxième lieu, comment rendre du sens à son travail, notamment lorsqu on est agent de la fonction publique, et qu on se sent fragilisé, ou remis en cause? En troisième lieu, comment manager le service pour favoriser le bien-être de chacun tout en accomplissant ses missions? La première table ronde, introduite par Fabien DELOCHE, servira à définir les notions utiles. La deuxième, consacrée au sens, apportera peut-être des réponses contre-intuitives. La troisième illustrera les modes de fonctionnement innovants. Un film produit par l'ifore montrera en avant-première un exemple de management durable mis en œuvre par le directeur d un hôpital à Limoges. Nous entendrons enfin des responsables d entreprises. manières de travailler ensemble - 19 mars

7 Pour conclure, je voudrais remercier chaleureusement tous les intervenants, ainsi que le cabinet NICOMAK, et Stéphanie TOUSSAINT, qui ont été les chevilles ouvrières de ce colloque, et Yvonne FOUCHER, qui a été à son origine. Nous remercions M. ROBINET pour cette introduction et pour avoir justifié le choix de notre sujet. Puis-je préciser que nous ne traiterons pas le bien-être par le travail de manière exhaustive? La préparation de cette conférence nous a montré que le sujet était riche et demandait à être cadré. Cette conférence se bornera à ouvrir un certain nombre de pistes. L occident associe le travail à la torture. Le Japon l associe à l épanouissement de soi. Nous avons tous sur cette notion des biais culturels. Nous allons essayer de nous en affranchir. Je laisse tout de suite la parole à Fabien, afin qu il définisse les termes sur lesquels roulera notre débat. manières de travailler ensemble - 19 mars

8 INTRODUCTION : QU EST-CE QUE LE BIEN-ÊTRE PAR LE TRAVAIL? Fabien DELOCHE Fondateur de la Chaire du Management durable à l Université de Savoie Merci et bonjour à tous. Chercheur associé à un laboratoire de gestion de l Université de Savoie, je suis également titulaire d une chaire de management durable, dans le cadre de laquelle j étudie notamment le développement de l estime de soi des managers. Je travaille encore, avec l Agence Nationale pour l Amélioration des Conditions de Travail (ANACT), au montage d une autre chaire consacrée à la santé au travail, au sein de l Institut d Administration des Entreprises (IAE) de Grenoble. Enfin, j accompagne depuis longtemps des dirigeants, des managers et des sportifs de haut niveau, pour leur apprendre à concilier plaisir et performance. C est à ces différents titres que j interviendrai devant vous. L objectif de mon intervention est triple : comprendre la notion de «bien-être au travail», en circonscrivant son périmètre ; comprendre la manière de l obtenir, ou l approcher ; et vous donner envie d en devenir acteurs. Car le bien-être au travail est l affaire de tous. Pour cultiver le bien-être au travail, il faut un certain courage : le courage d adopter une nouvelle culture managériale, c est-à-dire d abandonner ou de compléter le management actuel - lequel n est pas forcément producteur de bien-être, même s il est producteur de performance. Mon plan s articulera autour de trois étapes. La première donnera une définition du bien-être et de la santé au travail. La deuxième fera le lien entre bien-être et performance mais une performance durable! La troisième comportera des recommandations et conseils, sur un plan personnel, relationnel et organisationnel. D autres traiteront mieux que moi la dimension environnementale. Je conclurai sur cette question : qui est responsable du bien-être au travail? Il y a cinq siècles, Thomas More imaginait son Utopie par réaction à l Angleterre de son époque, et aux souffrances que provoquait la «capitalisation» du monde rural par l industrie lainière. Il s agissait déjà! d environnement, de développement durable, de bien-être des personnes et de territoires. Depuis quinze ans, j entends dire que le bien-être au travail est une utopie moderne. J avais tendance à répondre en incriminant les résistances de certains. J ai fini par comprendre que tout le monde était favorable au bien-être au travail mais que certains avaient peur d être déçus par de faux espoirs. En temps de crise, il est cruel d être déçu et difficile de gérer la manières de travailler ensemble - 19 mars

9 frustration, surtout si on n a pas appris à le faire. J ai donc pris l habitude de répondre que la réalité d aujourd hui était souvent l utopie d hier, ce qui a la vertu de rassurer un peu l auditoire. Reste à lui montrer comment réaliser cette utopie. Commençons par le bien-être au travail sur lequel nous portons un regard qui conditionne nos attitudes au quotidien. Dans le passé, la question de la santé au travail se résumait à celle des atteintes physiques. Plus récemment, on s est intéressé aux risques psychosociaux. Mais l approche est restée pathogénique, alors qu on préconise plutôt aujourd hui une approche «salutogénique». Au lieu d examiner ce qui va mal, on préfère voir ce qui fonctionne bien, et se demander comment cela pourrait fonctionner mieux encore. Au volant, observer l obstacle est le meilleur moyen de foncer dedans. Je crois que d une certaine manière, à force de se laisser hypnotiser par les risques psychosociaux, on les entretient. J observe d ailleurs que mes clients attendent d aller mal et d accumuler les risques psychosociaux pour venir me voir. Je ne doute pas qu il faille traiter ces risques. Mais je crois aussi qu il faut prévenir leur apparition, en faisant en sorte «que les choses aillent bien». Qu est-ce que la santé au travail? L OMS répond que la santé dépasse la simple «absence de maladie». Elle la définit comme un état complet de bien-être physique, psychique et social, ce dernier critère recouvrant les relations au travail. Selon moi, cette définition est insuffisante, et il faut lui apporter deux compléments. Le premier, c est que le bien-être est dynamique : pour être heureux, il faut pouvoir agir, et agir dans un domaine qui fait sens pour moi. Le second complément, c est qu il faut savoir où l on va. Il ne s agit pas nécessairement d une évolution salariale ou hiérarchique. Il suffit d avoir une perspective de renouvellement. Sans défis nouveaux, la frustration et la peur reviennent, et conduisent à l inhibition. Relions maintenant bien-être et performance. Au départ, toutes les organisations visent le bien-être de l humanité. Lorsqu on donne une définition du développement durable, on évoque souvent le triptyque social, économique et environnemental. On cite aussi le rapport Brundtland qui recommande de «préserver les ressources des générations futures tout en répondant à nos besoins». Mais le vrai sens du développement durable, c est de contribuer au bien-être et à l épanouissement des individus. Nos organisations contribuent-elles à l épanouissement des individus, ou le réduisent-elles? C est une question que nous aurions intérêt à nous poser plus souvent. Une loi de 2010 nous la rappelle, en parlant, à ses articles 3 et 4, de cohésion sociale, de solidarité et d épanouissement. Au fond, la seule performance à mesurer pourrait être le bien-être obtenu. Si pour produire ce bien-être, on doit passer par une souffrance, le processus n a pas de sens à moins que les agents concernés n aient une vocation pour le manières de travailler ensemble - 19 mars

10 sacrifice! Le management durable considère donc le bien-être à la fois comme but et comme moyen de la performance. Disons-le clairement : les gens heureux produisent mieux. D où la nécessité d une posture managériale différente. D où la nécessité, aussi, d un syndicalisme différent. Revenons au management pathogénique d antan. Il consiste en gros à fonder sa légitimité sur son grade, et à en jouer pour exercer une domination. Beaucoup de managers s illusionnent en croyant inspirer le respect, alors qu ils inspirent seulement la peur. Ce type de management consume littéralement les ressources, c est-à-dire les agents. Un autre type de management, fondé sur la confiance, cherche plutôt à régénérer les ressources qu il consomme, en donnant un sens à l action des agents. Toute la difficulté est de passer de l un à l autre, ce qui est toujours ardu pour des managers et des dirigeants accoutumés au premier modèle. Voilà pourquoi je travaille au développement de l estime de soi des managers. Il s agit de développer leur habileté, en développant leur aptitude à être «bien dans leur peau». Cela demande évidemment une rénovation profonde des cursus de formation des dirigeants et des autres. Nous avons là-dessus beaucoup de retard par rapport à des pays comme le Canada. Lorsqu on aborde la dimension pathogène du travail, on commence souvent par chercher les coupables. Est-ce le vilain patron, les vilains actionnaires, les vilains syndicats? Le vilain gouvernement? À mon sens, on a tendance à oublier la dimension personnelle du problème, qui est primordiale. Pourquoi confier son bienêtre à son patron? Ce n est pas son travail! Nous seuls savons ce qui nous rend heureux. Nous devons donc nous responsabiliser. Le management durable est un management de la responsabilité. Se responsabiliser, c est assumer ses choix, ses actes, ses paroles, mais aussi ses non-choix et leurs conséquences de ceux-ci. Voilà pourquoi j ai rappelé tout à l heure qu il fallait du courage. La deuxième dimension du problème, c est sa dimension relationnelle. Nous sommes responsables à 50 % de nos relations avec les autres. Nos demandes déterminent en partie les réponses, ou les réactions, que nous recevons. La troisième dimension, c est la dimension organisationnelle. En principe, une organisation existe parce que son existence et son fonctionnement ont un sens. Il faut essayer de l identifier. D autres parleront de la dimension environnementale du problème ; mais ce qui ressort généralement des études sur le sujet, c est que la qualité de vie au travail est conditionnée presque exclusivement par la qualité des relations au travail, et quasiment pas par son cadre matériel. manières de travailler ensemble - 19 mars

11 Pour aborder la dimension personnelle, je parle volontiers d écologie personnelle. Vous seuls connaissez vos besoins et vos valeurs. Il faut évidemment veiller à son intégrité physique et psychique. Mais pour atteindre un certain bien-être, un confort, une sérénité, il faut aller au-delà, ce qui demande de bien se connaître. Sénèque écrivait : «Il n y a pas de vent favorable à celui qui ne sait pas où il va». Pour aborder la dimension relationnelle, je commence par remarquer que nous n avons jamais eu autant d outils de communication sur nous. Pourtant, nous n avons jamais été aussi handicapés dans nos relations. Drôle de courage managérial, que celui qui consiste à recadrer par mail ou par SMS son voisin de bureau! Avant de travailler la communication technique, il faut travailler la communication humaine et développer ce que j appelle une «sanité relationnelle». C est cette «sanité», ce caractère sain de nos relations, qui nous permet de créer ce que l on appelle un environnement capacitant, c est-à-dire un environnement propice à la mise en valeur des capacités de chacun. Elle repose à mon sens sur cinq piliers : - Clarifier la relation de travail en exposant clairement ce que l on pense apporter aux autres et ce que l on attend d eux quitte à essuyer un refus! - Ne pas avoir peur de faire preuve d autorité. Elle est légitime dans la relation de travail. - Communiquer de manière directe et authentique, sans masque de peur, d autoritarisme, de défense ou d ego. - Reconnaître et soutenir son équipe pour lui conférer une certaine autonomie. - Enfin, cultiver la convivialité de la relation, en créant un cadre qui permet aux gens de s épanouir. Les 35 heures ont fait beaucoup de mal de ce point de vue, en supprimant des pauses, des intermèdes qui créaient des espaces informels de régulation. Selon moi, la dimension organisationnelle repose elle-aussi sur cinq piliers, que je formulerai en cinq questions : - Pour qui travaillons-nous et pour quels besoins? - Qui sommes-nous et quelles sont les valeurs que nous partageons? - Quel est exactement notre métier? Qu est-ce qui le définit précisément? - Quelle est notre offre de service, et quel lien ambitionnons-nous de créer avec le client? - Quel est au vu des réponses précédentes, le sens de mon travail? manières de travailler ensemble - 19 mars

12 Cette dernière question paraît évidente. Mais dans les organisations, le bon sens ne suffit pas toujours : il faut connaître le projet pour évaluer les ressources nécessaires, leur organisation, les moyens qu il est légitime d y consacrer. Il faut également apporter une compétence, ou une responsabilité. De la part du manager, le reste n est qu ego et enjeux de pouvoir. Si tu es capable de me dire pour qui je travaille, comment et en quoi c est équitable, j aurai envie de travailler pour toi, parce que cela fera sens. Je voudrais, pour conclure, évoquer un article récent, inspiré d une étude portant sur des entreprises de services financiers. Les auteurs se sont aperçus qu il existait dans ces entreprises une «culture de la stupidité organisationnelle». Elle consiste à demander aux salariés «de faire ce qu on leur dit de faire, sans poser de questions». De la même manière, on demande parfois «aux fonctionnaires, de fonctionner». Cela arrange les dirigeants. Cela arrange aussi les salariés, qui cessent de s interroger. Seulement, ils renoncent du coup à la créativité et à l innovation. La crise financière actuelle y trouve une explication. Le management durable est donc aussi un management de la confiance et de l intelligence. Merci de votre attention. Merci, Fabien. Je propose aux participants de la première table ronde de me rejoindre. Nous reviendrons ensemble sur les différents sujets que tu as évoqués. manières de travailler ensemble - 19 mars

13 TABLE RONDE LES CONDITIONS DE TRAVAIL S AMÉLIORENT : UTOPIE OU RÉALITÉ? Dominique VANDROZ, directeur adjoint de l ANACT Carole COUVERT, Secrétaire générale de la CFE-CGC Anne-France DIDIER, Directrice de l École nationale des techniciens de l équipement Victor WAKNINE, Président-fondateur de Mozart Consulting qui a mis en œuvre «l indice de bien-être au travail» Cette première table ronde a pour objet de dresser un constat sur le thème des conditions de travail, et de savoir si leur amélioration est utopique, ou s il s agit d une réalité vérifiée dans les faits et les pratiques. Nous n apporterons pas de réponse définitive, mais nous bénéficierons du point de vue de plusieurs spécialistes, auxquels je vais proposer de se présenter rapidement. Dominique VANDROZ Bonjour. Je suis directeur adjoint de l Agence Nationale pour l Amélioration des Conditions de Travail (ANACT), établissement public administratif sis à Lyon, qui accompagne les entreprises et informe les autres acteurs sur ce sujet. Carole COUVERT Bonjour. Je suis secrétaire général de la confédération CFE-CGC, un syndicat de proposition qui cherche à concilier l intérêt des salariés ou des agents et celui des entreprises ou des fonctions publiques auxquels ils appartiennent. Ce syndicat est ouvert, en priorité, aux encadrants du privé et à toutes les catégories dans les fonctions publiques. Anne-France DIDIER Bonjour. Je suis ingénieur des Ponts et je dirige actuellement une école de ce ministère. Manager de longue date, j ai beaucoup apprécié notre précédent orateur. Nos formations initiales ne donnent, hélas, pas toute leur place aux principes qu il a exposés et que j ai découverts par l expérience, au fil des années. manières de travailler ensemble - 19 mars

14 Victor WAKNINE Bonjour. Je suis le président et fondateur du cabinet Mozart Consulting, dont l activité porte sur l engagement et la mobilisation du capital humain. Ancien cadre dirigeant dans le public et dans le privé, j ai eu le sentiment qu une approche exclusivement financière aboutissait à un désordre complet. Je me suis donc intéressé à la nécessité de développer une norme socio-économique de la gouvernance et de la performance, que j essaierai tout à l heure de vous exposer. Merci. Chacun aura huit ou neuf minutes pour intervenir. Comme l ANACT fait référence sur les questions de qualité de vie au travail, je laisse la parole à M. VANDROZ. Dominique VANDROZ Merci. Je m appuierai sur quelques schémas, parce que les schémas valent mieux que de longs discours, qui tenteront d expliciter pourquoi l on parle aujourd hui de qualité de vie au travail, en tout cas à l ANACT, mais pas seulement. Est-ce que les conditions de travail s améliorent ou ne s améliorent pas? Est-ce qu elles changent, est-ce qu elles ne changent pas? Pourquoi parle-t-on de qualité de vie au travail? Et comment est-ce que l on peut agir sur ces questions-là? Qu est-ce qui change, en fait, est-ce que cela s améliore? Nous voyons à peu près 5 époques, si l on remonte jusque dans les années Une première époque autour des années 50. L objectif principal, c est de préserver l intégrité physique des salariés. On agit essentiellement sur l interface homme / poste et on est plutôt dans le secteur primaire des industries minières et des grosses industries du secteur secondaire. - Dans les années 70, on voit apparaître une autre approche autour des transformations de l organisation du travail, des approches sociotechniques où l on essaie de mettre en place des démarches participatives. Et là, on est essentiellement dans le secteur secondaire, l industrie, l automobile et toute l industrie de manufacture. - Dans les années 90, on voit apparaître d autres préoccupations autour des questions d emploi et notamment avec des problématiques de qualité de l emploi, de quantité d emploi, où l on va essayer d articuler les questions de marché de l emploi, de salariés. On est plutôt sur une dominante tertiaire en termes de préoccupations. manières de travailler ensemble - 19 mars

15 - Quand on arrive dans les années 2000, on voit apparaître des préoccupations de développement de territoire, d entreprise et de population salariée. Ce sont toutes les approches GPEC par exemple, les approches autour de la gestion des âges, la préoccupation des seniors qui montent, les questions de pénibilité et puis aussi la question des risques psychosociaux, qui commence à apparaître. On est essentiellement dans le cadre d une dominante des économies de la connaissance immatérielle. On est plutôt dans le secteur tertiaire et on voit apparaître des risques nouveaux dans ces secteurs-là alors qu a priori on pensait que c était des secteurs dans lesquels les conditions de travail étaient bonnes. - Ce qui est en devenir autour des questions de qualité de vie au travail, tel qu on essaie de l aborder aujourd hui, mais aussi des questions de responsabilité sociale de l entreprise, ce sont des approches plus macroéconomiques, où l on est beaucoup plus sur des notions de filières, de réseaux, de sous-traitance, de cluster d entreprise. Sur les questions des conditions de travail ou de l amélioration des conditions de travail, on se rend compte de plus en plus que c est illusoire de vouloir les prendre entreprise par entreprise. Je dirais aussi plutôt que les conditions de travail ont changé : elles se sont améliorées dans certains cas ; elles se sont dégradées dans d autres. Mais c est le travail lui-même qui a changé. Dans les années 70, 80, on est sur une organisation taylorisée où l unité, c est le temps. C est-à-dire qu on découpe le travail en minutes, en secondes, etc. On compte du temps et on construit l organisation du travail autour d un découpage du temps, avec une affectation des salariés sur du temps et des notions de coûts. Ce qui va importer, ce sont les coûts salariaux puisqu une partie de la production est essentiellement conditionnée par le coût de la main-d œuvre. On est sur des organisations très standardisées, très rigides où la question est le respect des consignes, du cadre d intervention. Et on a une certaine forme de perte de sens du travail. L idée, c est effectivement de faire une tâche. Et l esprit peut tout à fait vagabonder à autre chose. Et quand on a fini la tâche, on sort de l usine ou de l entreprise et on rentre chez soi et on passe à autre chose. Dans ce cadre-là, tout à l heure on parlait du travail comme tripalium. Mais le travail est vécu surtout comme un risque, comme un effort, comme un coût, comme un sujet d expert en droit du travail et en relations sociales. C est un objet finalement que l on essaie de cadrer le plus possible de façon à pouvoir le faire rentrer dans les cases qui ont été déterminées. Aujourd hui, le travail donne le sentiment d une grande ruche d effervescence et d une grande désorganisation. Mais c est un peu de cela dont il s agit. Il s agit avant tout de créer de la valeur par l activité, c est-à-dire ce que l on attend finalement des salariés, des travailleurs, ce n est pas qu ils fassent manières de travailler ensemble - 19 mars

16 leur travail tel qu il a été défini précisément, c est au contraire qu ils s engagent dans le travail. Ce que l on attend d eux, c est à partir d objectifs vaguement définis qu ils mettent en œuvre tout leur individu pour atteindre des objectifs. C est pour cela que l on parle d engagement au travail, avec un corollaire qui est la reconnaissance au travail. Le salarié a besoin de ressources, mais il va lui-même créer, d une certaine manière, les conditions de l exécution de son travail. On est vraiment sur une vision du travail comme ressource, comme objet de débat, comme création de valeurs et de performances. Cela renvoie à un autre sujet qui a été abordé et sur lequel je voudrais revenir aussi : on est sur de la création de process, plus qu une organisation figée, qui va s adapter en permanence en fonction des besoins. On va avoir besoin d espaces de discussion, parce que pour pouvoir produire tel que l organisation le souhaite, on va avoir besoin de beaucoup d espaces de régulation. Il va falloir créer les conditions de la réalisation du travail entre plusieurs salariés qui sont impliqués dans le travail. Les choses ne sont pas stables, bougent, d où la nécessité d avoir des conditions de régulation pour pouvoir travailler. Ce schéma peut permettre d expliquer ce qu est la qualité de vie au travail. Il est tiré de la négociation actuelle des partenaires sociaux sur la question de la qualité de vie au travail, puisqu ils ont décidé d engager une négociation sur ces sujets-là, qui devrait aboutir dans les premiers jours de juin. La qualité de vie au travail, c est avant tout une perception. C est-à-dire, quand on dit vouloir mesurer la qualité de vie au travail, autant vous pouvez mesurer une exposition au bruit, une exposition à la chaleur, etc., savoir si les qualités de vie au travail sont bonnes, vous ne pouvez passer que par l expression des salariés. Et avec des résultats très troublants dans certains cas. Vous pouvez avoir des salariés qui ont une très bonne perception de leur qualité de vie au travail, alors que les conditions matérielles sont très mauvaises. Et des salariés qui ont une très mauvaise perception de leur qualité de vie au travail, alors qu ils sont dans des locaux magnifiques, avec une garderie à l extérieur, des espaces détente, etc. Dans la qualité de vie au travail, il y a une dimension objective, mais il y a une dimension très fortement perceptive. Pourquoi? Parce qu encore une fois le travail d aujourd hui exige l engagement des salariés. Et ce sont les conditions de cet engagement qui sont jugées d une certaine manière, ou la manière dont l engagement est perçu par les autres. Si l on est très engagé avec une faible reconnaissance, on va dire que la qualité de vie au travail est très mauvaise. Parce que son management ne reconnaît pas l engagement que l on a mis dans le travail. Et parfois d ailleurs le management ne sait même pas reconnaître l engagement au travail. Pourquoi? Parce qu il s est éloigné lui-même des conditions du travail. Il ne sait plus ce qu on lui demande. On lui demande du reporting. On lui demande d autres choses. Mais on ne lui demande plus forcément de créer les manières de travailler ensemble - 19 mars

17 conditions de la régulation. Donc, si vous voulez, ce petit schéma dit cela en fait. On a des conditions de vie, d emploi, d environnement. On a une capacité d expression et d action, ce qui est demandé, donc du participatif, du partenariat social, du soutien managérial qui est très fort. D ailleurs, dans les enquêtes, les salariés se plaignent souvent d un manque de soutien de leur manager. Et puis, du soutien collectif qui peut être donné par les collègues. Et il est très, très fort en principe. Toutes les enquêtes montrent que c est un élément extrêmement important. Dans son équipe, est-ce que l on est bien soutenu, est-ce que l on a une bonne équipe, etc.? La dimension valeur est extrêmement importante. Et cela joue beaucoup sur le contenu du travail. On a des questions d autonomie, c est-à-dire quelle marge de manœuvre on a pour faire le travail. Le fait qu il soit plus ou moins difficile, plus ou moins complet, plus ou moins morcelé. Puis, on a le vécu au travail, c est-à-dire on a le sentiment d être utile, on a le sentiment de maîtriser son travail pour pouvoir le faire correctement. On a le sentiment d avoir des responsabilités, d apprendre aussi dans son travail si l on veut progresser. Et tout cela donne une perception de la qualité de vie au travail avec des résultats qui sont : si je pense que j ai des bonnes conditions, je vais m engager très fortement. Et l engagement dans le travail est une condition de la performance de l organisation. Merci. Vous pouvez applaudir. J aurais juste voulu connaître votre vision personnelle M. VANDROZ : est-ce que vous pensez que cela s améliore ou pas sur les dix dernières années par exemple? Est-ce que vous avez un sentiment? Dominique VANDROZ Mon sentiment s appuie sur des analyses. Je dirais que les conditions de travail ont changé, tout simplement. Quand on regarde notamment les enquêtes Sumer, etc., qui sont faites par les médecins du travail, vous vous rendez compte que des expositions aux risques relativement traditionnels ont baissé et qu en revanche, les questions d exposition au stress, aux risques psychosociaux, etc., ont augmenté. Dire si elles sont plus mauvaises ou meilleures qu il y a 20 ou 30 ans, c est difficile. Les symptômes de ces conditions de travail ont, en grande partie, changé. D accord. Merci. Avant de donner la parole à Mme COUVERT, pour donner son point de vue également, est-ce que parmi les intervenants de la table ronde il y a des questions ou des réactions? manières de travailler ensemble - 19 mars

18 Victor WAKNINE Simplement, je voudrais préciser que dans l approche de l ANACT sur la qualité de vie au travail, nous considérons qu il y a deux dimensions. Il y a d abord le socle qui est très important, c est la qualité du travail d abord. Parce que parler du bien-être au travail sans parler du travail lui-même Et dans les 6 dimensions proposées par l ANACT de la qualité de vie au travail, il y en a deux qui sont directement liées à la qualité du travail, qui forment vraiment le socle organisationnel dont on parlait tout à l heure, qui est l organisation du travail, le contenu du travail avant les 4 autres dimensions, qui sont plus des dimensions qui vont vers l individu. C est cette qualité du travail sur laquelle il faut absolument bâtir la qualité de vie au travail. Et c est quand le travail n est pas de bonne qualité, que la qualité de vie au travail ne doit pas pouvoir se construire. Il faut rappeler aussi et là, c était une force de notre pays le droit du travail. Le droit du travail a donné comme responsabilité à l employeur, qu il soit public ou privé bien entendu, d organiser le travail. La qualité même du travail sur laquelle tout va se jouer est de la responsabilité de l employeur. Je voudrais signaler aussi que les partenaires sociaux ont décidé de discuter sur les nouvelles recommandations des pouvoirs publics, de la qualité de vie au travail. Mais ce qui est très intéressant je ne sais pas si cela va être confirmé, c est que les organisations patronales ont accepté pour la première fois de mettre sur la table la question de l organisation du travail. Elles reconnaissent fondamentalement que ce qui est de leur responsabilité ne peut plus être une démarche top down. Même si c est de leur responsabilité d organiser le travail, elles ont besoin de dialogue social, que les gens se sentent bien dans leur travail, car cela entretient une relation fondamentale avec la performance. Les patrons ont bien compris que s il n y a pas de qualité du travail, c est-à-dire si l organisation du travail n est pas bonne, il n y aura pas de performance. Donc, tout le débat d aujourd hui, ce n est pas de savoir si c est le bien-être des salariés qui est important, non. C est vraiment de poser ce que l on appelle des invariants très forts. C est la qualité du travail, parce qu un travail qui n est pas bien fait, ce n est pas du travail. Si des gens dans la salle n aiment pas entendre parler de performance, parlons d efficacité. Une organisation qui n est pas efficace et dont la qualité du travail n est pas bonne n a pas de sens. Merci beaucoup M. WAKNINE. Mme DIDIER, est-ce que vous avez une réaction? Anne-France DIDIER Un autre aspect sur lequel je pense qu il faut insister, c est aussi la qualité de la communication. Je suis bien d accord avec tout ce qui vient d être dit. La manières de travailler ensemble - 19 mars

19 performance me paraît indispensable. Mais la communication aussi est importante, au sens où vous avez parlé tout à l heure de la connexion très importante entre le bien-être et le fait de se sentir bien aussi dans ce relationnel, dans l institution. C est vrai aussi des relations entre la direction, la hiérarchie, le management de l établissement, les syndicats, la façon dont on communique et dont on se parle. Moi, j ai observé que l on a appris beaucoup que l on avait des rôles. Et il y a des codes. Tout cela fonctionne bien tant que derrière ces codes et ces rôles on dit des choses vraies, justes, précises et que chacun peut du coup diagnostiquer correctement ce qui va et ce qui ne va pas. Si du fait des rôles ou des représentations que l on a les uns des autres, on ne se dit pas la vérité, on ne résout aucun problème. J ai observé souvent dans mes postes qu on attendait des dirigeants une certaine posture tout en leur demandant évidemment de résoudre les problèmes et que parfois ce sont des injonctions un peu paradoxales. Donc, je pense qu il faut avoir le courage parfois d être dans la vérité, de bousculer un petit peu les rôles établis, y compris dans les CCL, pour que les gens se parlent. Et qu une fois que l on a fait tomber les masques, que l on affronte les vrais problèmes, les vraies réalités. Surtout, cela permet à l institution et à ses organisations localement représentées de traiter les problèmes à leurs niveaux, quitte à remonter à des niveaux supérieurs d autres problèmes que l on ne peut pas résoudre soi-même dans l institution. Un deuxième aspect aussi : dans la qualité de vie, pour pouvoir travailler et être efficace, il faut avoir l esprit serein. Il faut avoir un peu élagué tous les problèmes d intendance, de garde d enfant, de courses que l on va faire, qui sont des problèmes homme / femme maintenant, de plus en plus. Certains aspects, comme le fait de prendre en charge collectivement ce n est pas simplement un problème de hiérarchie entre associations culturelles, syndicats, management, secrétariat général par exemple la prise en charge et la facilitation de conciergerie d entreprise, cela aide beaucoup. Tout à fait. Mme COUVERT, je pense, à des choses à dire sur le sujet. Je vais vous laisser réagir. Mais je veux bien signaler que vous posez deux ou trois points qui sont très importants : la question des non-dits et cela concerne tout le monde, que l on soit manager ou managé, et la question de la responsabilité que Fabien a déjà aborder en partie. Mme COUVERT, je vous laisse réagir et peut-être, nous présenter votre vision. Où en est-on du bien-être au travail? manières de travailler ensemble - 19 mars

20 Carole COUVERT Je voulais saluer d abord l initiative et l organisation de cette journée aujourd hui, parce que c est aussi en en parlant, en débattant, en partant de bonnes pratiques et en les diffusant ou a contrario en travaillant sur ce qui marche moins bien, que ce soit dans les entreprises ou dans les fonctions publiques, que nous pourrons avancer de façon collective. Donc, bravo d avoir organisé cette journée. Nous avons eu la même expérience au sein de la CFE-CGC il y a 15 jours, où nous avons débattu aussi tout un après-midi de «bien-être au travail, utopie ou réalité?» Et c était intéressant de voir que, de la même façon, il a fallu que nous refusions un certain nombre de participants, parce que c est un sujet qui tient à cœur à tout le monde. Je voulais revenir sur deux parties de cette matinée. D abord, par rapport aux propos de M. ROBINET, ce matin, puisque maintenant on est sur la génération Z. Les Y, c était jusqu à Cela va nous amener d autres problématiques à traiter, mais effectivement des attentes différenciées qu il va falloir traiter avec un management sur mesure, ce qui posera d autres problèmes dans les années à venir. Je voulais revenir sur l intervention de M. DELOCHE, parce que passer après lui est extrêmement difficile. Avec l intervention que vous avez faite, vous avez souligné tous les endroits où cela fait mal, vous avez donné des perspectives. Personnellement, à la CFE-CGC, nous avons un congrès dans un mois. Nous avons mis le thème de l innovation au cœur de nos réflexions, et cela va être une première. Et nous organisons des ateliers de réflexion sur le thème «innovation au service du bien-être des salariés de façon individuelle ou collective». J ai envie de vous inviter à venir participer à nos travaux. Quand vous avez dit «donner envie», nous sommes complètement en phase avec vous. Devenir acteur et devenir auteur du changement, tout à fait. Le courage, oser, c est extrêmement difficile dans des organisations qui finissent par être standardisantes. La différence n est pas toujours acceptée. Vous avez parlé de dimension personnelle, relationnelle, organisationnelle, j y reviendrai tout à l heure. De ne pas créer des espoirs sous peine de les décevoir, parce que c est contre-productif, tout à fait. Et en revanche, nous avons changé l appellation RSE au sein de la CFE-CGC. La RSE, responsabilité sociale ou sociétale des entreprises, est pour nous en lien avec le bien-être au travail. Nous avons pensé qu il fallait préférer «redonner du sens ensemble». Notre objectif, c est au niveau de l encadrement, au niveau des managers de redonner des perspectives, de redonner du sens, d arriver à retrouver de l autonomie, la force de proposition que l on a parfois perdue, avec des organisations qui ne le permettent plus et qui transforment même les encadrants en exécutants. Pour nous, cela fait partie des facteurs de succès. Nous avons, au niveau de la CFE-CGC, travaillé depuis des années sur le stress. Vous le savez tous certainement, le stress aujourd hui coûte en France 3 points de manières de travailler ensemble - 19 mars

Le bien-être par le travail : une utopie?

Le bien-être par le travail : une utopie? Comment concilier performance et plaisir autour de nos manières de Conférence mardi 19 mars 2013-9h - 17h30 - La Défense (92) Pré-programme Depuis 2008, le cycle de conférences «Pour une culture partagée

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS DE RECHERCHE ET D INNOVATION

GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS DE RECHERCHE ET D INNOVATION Colloque FutuRIS du 21 juin 2007 QUELLES PERSPECTIVES POUR UN SYSTÈME FRANÇAIS de RECHERCHE et d'innovation en MUTATION? GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Manager en tenant compte des spécificités des seniors

Manager en tenant compte des spécificités des seniors Manager en tenant compte des spécificités des seniors Fiche 9 Enjeux Dans un contexte de départs en préretraite, les seniors ont longtemps été les oubliés de la gestion des ressources humaines. À partir

Plus en détail

La prévention du stress et des risques psychosociaux

La prévention du stress et des risques psychosociaux Le point sur La prévention du stress et des risques psychosociaux Avec plus de 20% de salariés se déclarant stressés au travail, les entreprises doivent faire face à un enjeu majeur de santé, mais aussi

Plus en détail

SYNTHESE DE L ATELIER DU 17/10/14 Conduite de changement technique et QVT- intégrer le travail, un jeu d enfants?

SYNTHESE DE L ATELIER DU 17/10/14 Conduite de changement technique et QVT- intégrer le travail, un jeu d enfants? SYNTHESE DE L ATELIER DU 17/10/14 Conduite de changement technique et QVT- intégrer le travail, un jeu d enfants? Sommaire : 1. Introduction ARAVIS et Pascal Beguin, IETL p 2 2. Synthèse des échanges en

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Comment concilier «bienêtre» et «performance collective»? Comment aider les opérationnels à assumer leur responsabilité managériale,

Plus en détail

71 ème Congrès du syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales

71 ème Congrès du syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE 71 ème Congrès du syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales Discours de M. François Sauvadet, Ministre de la Fonction publique Jeudi 13

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Spécialiste des ressources humaines opérationnel

Spécialiste des ressources humaines opérationnel Spécialiste des ressources humaines opérationnel Coparlead est un cabinet spécialisé dans le management opérationnel en RH à disposition des entreprises pour imaginer, mettre en œuvre et agir, au quotidien

Plus en détail

Baromètre Edenred Ipsos Le bien-être et la motivation des salariés Français. Edition 2011

Baromètre Edenred Ipsos Le bien-être et la motivation des salariés Français. Edition 2011 Baromètre Edenred Ipsos Le bien-être et la motivation des salariés Français Edition 2011 initiateur du baromètre de la motivation et du bien être des salariés français depuis 2004 une entreprise indépendante

Plus en détail

Un ANI pour Innover " Julien Pelletier, Anact!

Un ANI pour Innover  Julien Pelletier, Anact! Un ANI pour Innover Julien Pelletier, Anact Fréquences des modalités d indicateurs de vécu au travail Performance= E+C+O Tensions au travail et pression psychologique Mon travail demande de travailler

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

HEC Montréal. Politique de développement durable. Présenté par la Direction du développement durable de HEC Montréal

HEC Montréal. Politique de développement durable. Présenté par la Direction du développement durable de HEC Montréal HEC Montréal Politique de développement durable Présenté par la Direction du développement durable de HEC Montréal Adoptée au Conseil pédagogique, le 27 mars 2013 1 HEC MONTRÉAL Politique de développement

Plus en détail

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN Vous êtes un professionnel consultant, coach, formateur et vous accompagnez les individus ou les entreprises dans leurs enjeux de performance sociale, managériale

Plus en détail

Stress et Management Droits et devoirs du manager. Inter- Entreprises

Stress et Management Droits et devoirs du manager. Inter- Entreprises Management motivationnel Stress et Management Droits et devoirs du manager CATALOGUE Formations Inter- Entreprises Cabinet de Conseil et de Formation en Motivation et Développement de la Performance CRECI

Plus en détail

Colloque «Responsabilité sociale et compétitivité : un nouveau modèle pour l entreprise?»

Colloque «Responsabilité sociale et compétitivité : un nouveau modèle pour l entreprise?» Paris, le 1 er février 2012 Colloque «Responsabilité sociale et compétitivité : un nouveau modèle pour l entreprise?» Mercredi 1 er février 2012 Ouverture du Colloque par Vincent Chriqui, Directeur général

Plus en détail

Séminaire diplomatique du TPIY Allocution de M. John Hocking, Greffier La Haye, 19 novembre 2009

Séminaire diplomatique du TPIY Allocution de M. John Hocking, Greffier La Haye, 19 novembre 2009 Séminaire diplomatique du TPIY Allocution de M. John Hocking, Greffier La Haye, 19 novembre 2009 Excellences, Mesdames et Messieurs, J ai le plaisir de m adresser à vous aujourd hui, pour la seconde fois

Plus en détail

Partie I L entreprise aujourd hui et la motivation au travail

Partie I L entreprise aujourd hui et la motivation au travail Partie I L entreprise aujourd hui et la motivation au travail 1 Le contexte de l entreprise aujourd hui en France Aujourd hui, l Homme vit des contextes difficiles (crises, périodes de transition, ralentissement

Plus en détail

L observatoire Entreprise et Santé

L observatoire Entreprise et Santé LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire Entreprise et Santé Viavoice Harmonie Mutuelle Enquête auprès des salariés et des dirigeants Vague 1 2014 Viavoice Paris. Études & conseil 9 rue Huysmans,

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011. Intervention de M. François BAROIN,

Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011. Intervention de M. François BAROIN, Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011 Intervention de M. François BAROIN, Ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l Etat, Porte-parole du

Plus en détail

Déroulement de l activité

Déroulement de l activité Enseignement des habiletés sociales au primaire Groupe 4 : Solutions de rechange à l agression Habileté 42 : Accepter des conséquences Chantal Thivierge Fiche de planification Habileté sociale : ACCEPTER

Plus en détail

Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015

Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015 Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015 Préambule Ce document a pour objectif de fournir un outil aux directions, en vue de présenter le processus du Pacte

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

sens Innovation vue du terrain dentité Clients La reconnaissance au travail

sens Innovation vue du terrain dentité Clients La reconnaissance au travail La reconnaissance au travail vue du terrain Aider les dirigeants dans leur gestion quotidienne des hommes et des équipes confiancesens Innovation dentité collègues sens Innovation Clients Rémunérationévolution

Plus en détail

Le vieillissement des salariés : faux problème ou problème mal posé?

Le vieillissement des salariés : faux problème ou problème mal posé? Auteures : Colette FRANCIOSI : Sonia HACQUEMAND : c.franciosi@groupe-alpha.com s.hacquemand@groupe-alpha.com Le vieillissement des salariés : faux problème ou problème mal posé? Résultats d enquêtes auprès

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation?

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation? L évaluation, comme acte de management De quoi parlons-nous? Il s agit de faire le point sur l un des principaux outils de management, l entretien annuel d évaluation : rappeler quels en sont les objectifs

Plus en détail

Evaluation de la performance sociale en France Communication entre Direction Générale et collaborateurs à optimiser!

Evaluation de la performance sociale en France Communication entre Direction Générale et collaborateurs à optimiser! Evaluation de la performance sociale en France Communication entre Direction Générale et collaborateurs à optimiser! Contact Presse m@rs-lab Contact Presse Adenclassifieds SRM Consulting SAS (société éditrice

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? 1 Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement collectif

Plus en détail

Bien être et Qualité de vie au travail en entreprise

Bien être et Qualité de vie au travail en entreprise 14 13 au 1718 oct. oct. Bien être et Qualité de vie au travail en entreprise Participants Nathalie Ayet Consultante et formatrice en développement professionnel Damien Richard Enseignant chercheur INSEEC

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Connaissez-vous des manager-coach?

Connaissez-vous des manager-coach? Savez-vous manager-coach, à la mode, à la mode, Savez-vous manager-coach à la mode de chez nous! Sylvie Bellard Connaissez-vous des manager-coach? Qu est ce qui fait qu ils sont manager-coach? Des réponses,

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

«Les risques psychosociaux, d une démarche légale à un enjeu stratégique»

«Les risques psychosociaux, d une démarche légale à un enjeu stratégique» Compte Rendu Café RH Dauphine du 27 janvier 2015 «Les risques psychosociaux, d une démarche légale à un enjeu stratégique» L objectif de ce compte-rendu est de fournir une synthèse des différents points

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

A11 CONCILIER QUALITÉ DE SERVICE PUBLIC ET BONHEUR AU TRAVAIL

A11 CONCILIER QUALITÉ DE SERVICE PUBLIC ET BONHEUR AU TRAVAIL A11 CONCILIER QUALITÉ DE SERVICE PUBLIC ET BONHEUR AU TRAVAIL Organisateur DEXIA Coordinateur Philippe RENAULD, directeur général, Dexia DS Services Animateur Pierre SOUCHON, directeur ingénierie santé

Plus en détail

Etude menée dans 18 entreprises de la région Nord-Pas de Calais FRANCE

Etude menée dans 18 entreprises de la région Nord-Pas de Calais FRANCE Etude menée dans 18 entreprises de la région Nord-Pas de Calais FRANCE La santé au travail : une obligation de résultat L employeur est tenu d assurer la santé physique et mentale des salariés de son

Plus en détail

L entreprise face à la reconnaissance individuelle dans une économie mondialisée

L entreprise face à la reconnaissance individuelle dans une économie mondialisée Sécurité Santé atisfaction révention Synthèse de l intervention du 31 mai 2011 L entreprise face à la reconnaissance individuelle dans une économie mondialisée 2ème petit-déjeuner de P3S Jean-Hubert de

Plus en détail

SOMMAIRE. 1/ Pourquoi un site Internet sur le reporting RSE? 2/ Le contenu du site Internet

SOMMAIRE. 1/ Pourquoi un site Internet sur le reporting RSE? 2/ Le contenu du site Internet 3... SOMMAIRE 1/ Pourquoi un site Internet sur le reporting RSE? a. Définition et enjeux du «reporting RSE des entreprises» - Quoi? - Pour qui? - Pourquoi? - Comment? 5... b. Objectifs du site Internet

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

L essentiel. de nos solutions

L essentiel. de nos solutions L essentiel vous propose des solutions globales de conseil en développement des ressources humaines. Notre équipe, de consultants seniors, seniors met ses compétences au service de vos ambitions avec un

Plus en détail

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national interprofessionnel GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Pier Bouchard et Mylène Savoie

Pier Bouchard et Mylène Savoie GROUPE DE RECHERCHE ET D INNOVATION SUR GROUPE DE RECHERCHE ET D INNOVATION L ORGANISATION DES SERVICES DE SANTÉ SUR L ORGANISATION DES SERVICES DE SANTÉ Pratiques et innovations possibles en faveur de

Plus en détail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail Introduction Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail En devenant une notion clé de la gestion des ressources humaines, le concept de compétence a progressivement élargi

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

Accord Européen du Groupe GDF SUEZ, Amélioration de la qualité de vie au travail. signé le 27 novembre 2014

Accord Européen du Groupe GDF SUEZ, Amélioration de la qualité de vie au travail. signé le 27 novembre 2014 Accord Européen du Groupe GDF SUEZ, Amélioration de la qualité de vie au travail signé le 27 novembre 2014 Jacques Mouton, GT du Secteur Electrique le 24 février 2015 à Bruxelles Présentation I II III

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

sommaire Préface...7 Introduction...13 Le théâtre d entreprise, c est quoi? Le théâtre d entreprise, ça sert à quoi, à qui?

sommaire Préface...7 Introduction...13 Le théâtre d entreprise, c est quoi? Le théâtre d entreprise, ça sert à quoi, à qui? Titre partie sommaire Préface...................................7 Introduction..............................13 «C est le mariage de la carpe et du lapin.»............17 «C est pour les grosses entreprises.».................29

Plus en détail

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10)

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Interview complète d Aurore Deschamps Aurore DESCHAMPS, ancienne stagiaire

Plus en détail

FIDÉLISATION M O T I V A T I O N T R O P H É E S SOCIAL & RH C A R R I È R E S RECRUTEMENT VALEURS C A B I N E T RESSOURCES H U M A I N E S

FIDÉLISATION M O T I V A T I O N T R O P H É E S SOCIAL & RH C A R R I È R E S RECRUTEMENT VALEURS C A B I N E T RESSOURCES H U M A I N E S MANAGERS, ÊTES VOUS À LA PAGE? FIDÉLISATION RESSOURCES H U M A I N E S G É N É R A T I O N Y E N T R E P R I S E RECRUTEMENT VALEURS C A B I N E T FEMMESMANAGEMENT S E N I O R S INTÉGRATION SOCIALEQUIPES

Plus en détail

Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers

Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers Quelques mois après la mise en place de la réforme hospitalière de juillet 1991, une enquête permet d évaluer les réactions des professionnels

Plus en détail

PRÉVENIR POUR PRÉSERVER LA SANTÉ PSYCHOLOGIQUE: UNE INTERVENTION SUR DIFFÉRENTS FRONTS ET NIVEAUX

PRÉVENIR POUR PRÉSERVER LA SANTÉ PSYCHOLOGIQUE: UNE INTERVENTION SUR DIFFÉRENTS FRONTS ET NIVEAUX PRÉVENIR POUR PRÉSERVER LA SANTÉ PSYCHOLOGIQUE: UNE INTERVENTION SUR DIFFÉRENTS FRONTS ET NIVEAUX Roland FOUCHER Docteur en psychologie du travail et des organisations Président 2012-2013, Société québécoise

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en oeuvre de l entretien professionnel et, de rappeler pour chacune des étapes les activités à conduire et

Plus en détail

«Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde

«Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde «Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde Nous sommes tous en quête de bonheur et de plénitude et souvent profondément insatisfaits de notre

Plus en détail

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale DISSERTATION INTRODUCTION L évolution du contexte économique, technique et socioculturel amène les entreprises à adopter une stratégie qui leur permettra d établir des axes de développement afin de rester

Plus en détail

Présentation d un projet scolaire intégrant le Triathlon

Présentation d un projet scolaire intégrant le Triathlon Présentation d un projet scolaire intégrant le Triathlon Une classe de CM1 de l école élémentaire Galilée à Montpellier participe depuis le début de l année à un «projet triathlon». A l initiative de leur

Plus en détail

Compte rendu de la Table Ronde

Compte rendu de la Table Ronde RENDEZ-VOUS RISK MANAGEMENT ET RESSOURCES HUMAINES Compte rendu de la Table Ronde Introduction la table ronde par Olivier Coppermann, modérateur de la session, RP de l AMRAE Au regard des documents de

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Communiquer en interne, c est accompagner le changement

Communiquer en interne, c est accompagner le changement 1 CHAPITRE PREMIER Communiquer en interne, c est accompagner le changement Il fut un temps où il suffisait de réunir les ouvriers dans l atelier. L ingénieur ou le patron disait ce qu il avait à dire,

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON 14-10-14 CD/12 1161 répondants 1098 OUI 31 NON Une convention établie sur 5 ans plutôt que sur 3 ans pourrait être proposée. Cette demande est raisonnable et on y tient (pas trop négocier à la baisse).

Plus en détail

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» Julie.coquille@tns-sofres.com / 01 40 92 66 03 Mathilde.tommy-martin@tns-sofres.com 01

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

Conduire le changement avec succès

Conduire le changement avec succès Conduire le changement avec succès Lynn M.Levo, CSJ Occasional Papers Eté 2012 Le changement est inévitable et selon la nature du changement, il peut aussi être un défi. Les responsables d aujourd hui

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

Atelier-débat prospectif. Le métier de Manager de Proximité demain? 21 octobre 2014

Atelier-débat prospectif. Le métier de Manager de Proximité demain? 21 octobre 2014 Atelier-débat prospectif Le métier de Manager de Proximité demain? 21 octobre 2014 Observatoire des métiers et des qualifications de la Retraite complémentaire et de la Prévoyance Atelier débat La Maîtrise

Plus en détail

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT TU ES ACTIF SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX. MAIS CONNAIS-TU TON PROPRE RÉSEAU SOCIAL? QUELLES SONT LES PERSONNES DE TON ENTOURAGE

Plus en détail

L animation des petits groupes dans le parcours Alpha

L animation des petits groupes dans le parcours Alpha L animation des petits groupes dans le parcours Alpha Le but de cette intervention est d introduire les principes de fonctionnement des petits groupes dans le parcours Alpha Planche 1: Animer des petits

Plus en détail

RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines?

RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines? RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines? Animatrice : Ancienne élève administrateur territorial INET-CNFPT,

Plus en détail

France Télécom Après la crise, la reconstruction. CMRH du 13.10.2010 «Du mal-être au mieux-vivre au travail, quel chemin à parcourir?

France Télécom Après la crise, la reconstruction. CMRH du 13.10.2010 «Du mal-être au mieux-vivre au travail, quel chemin à parcourir? France Télécom Après la crise, la reconstruction CMRH du 13.10.2010 «Du mal-être au mieux-vivre au travail, quel chemin à parcourir?» Du constat vers un nouveau contrat social Donner & ouvrir la parole

Plus en détail

Les Ressources Humaines, Un capital pour l entreprise : En quoi la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.) est porteur d innovation R.H.?

Les Ressources Humaines, Un capital pour l entreprise : En quoi la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.) est porteur d innovation R.H.? Les Ressources Humaines, Un capital pour l entreprise : En quoi la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.) est porteur d innovation R.H.? 8 Février 2011 Sylvie PAYOUX Vous avez dit R.S.E.? La thématique

Plus en détail

Propositions CFE-CGC Manpower pour le projet d accord «Santé et Bien être au travail»

Propositions CFE-CGC Manpower pour le projet d accord «Santé et Bien être au travail» Objectifs Le projet d accord «Santé et Bien être au travail» Manpower s inscrit dans le cadre de l Accord National Interprofessionnel sur le Stress au Travail du 2 juillet 2008 et de l Accord sur le Harcèlement

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures Licence Professionnelle d Assurances 2012-2013 EXAMEN MODULE «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013 09h30 11h30 Durée 2 heures (document non autorisé) calculatrice

Plus en détail