Réglementation relative à la prévention du vol à l étalage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réglementation relative à la prévention du vol à l étalage 27.05.2014"

Transcription

1 Réglementation relative à la prévention du vol à l étalage

2 Puis-je refuser l accès au magasin? OUI Magasin = votre propriété Liberté de vendre ou non Uniquement critères objectifs (et pas : couleur de peau, origine, croyance, ) Couverture au moyen du règlement d ordre intérieur Le gérant a le droit de refuser l accès Mentionnez clairement le règlement à l entrée

3 Puis-je refuser l accès au magasin? Éventuellement : Conditions pour pouvoir entrer dans le magasin Catégories ne pouvant entrer dans le magasin Voleurs connus Personnes ayant causé d autres problèmes Vous pouvez mettre quelqu un dehors Ne recourez jamais à la force ou la violence, déposez éventuellement plainte auprès de la police

4 Puis-je contrôler les visiteurs à l entrée pour voir s ils ne disposent pas de matériel de cambriolage? NON Le contrôle de vêtements ou objets personnels est interdit Exception : si vous repérez des armes ou objets dangereux Autorisation du bourgmestre Faire fouiller l individu par un agent de gardiennage (interne) du même sexe Uniquement si la personne se soumet volontairement au contrôle Palpation superficielle biens présentés volontairement Pas systématique, après indices/soupçons Faits de violence par le passé, arme,, le détecteur se déclenche Dans le cadre de la surveillance du magasin

5 Puis-je contrôler les visiteurs à l entrée pour voir s ils ne disposent pas de matériel de cambriolage? Contrôle des documents d identité réservé à la police Même avec le consentement du visiteur ou en cas de mention dans le règlement d ordre intérieur Interdiction de photocopier les documents d identité Interdiction de conserver les documents d identité

6 Puis-je imposer aux visiteurs de laisser leur sac à l entrée? OUI Les conditions d entrée peuvent être définies librement = dépôt (volontaire) Laisser sac à main, sac à dos, chariot de courses, = accord tacite Obligations du magasin «bon père de famille» En prendre soin comme s il s agissait de son propre sac Le remettre dans le même état

7 Puis-je imposer aux visiteurs de laisser leur sac à l entrée? Remettre le sac au bon client À la première requête du client Ne pas ouvrir/utiliser le sac (= fouiller) Sanction en cas de perte/dégâts Indemniser la victime Sauf si vous pouvez démontrer : Que vous vous en êtes occupé en bon père de famille Que vous n êtes pas responsable de la perte/des dégâts Conseils : reçu, casiers, règlement d ordre intérieur

8 Puis-je filmer à l aide d une caméra cachée? OUI Loi caméra : pas d «utilisation cachée» Cachée = sans autorisation préalable L autorisation peut être tacite = entrer dans un magasin signalant la présence de caméras Bon pictogramme Magasin (0,297x021m ou 0,15x0,10m, autocollant ou plaque en aluminium) Parking (0,6 x 0,4m, plaque en aluminium, 1,5mm) Indication de l adresse (optionnel : , n de tel)

9 Puis-je visionner les images filmées dans mon magasin? NON = activité de gardiennage (surveillance et contrôle de personnes) Réservé à un agent de gardiennage (interne) Pas de visionnage en temps réel sans enregistrement à l entrée Espace discret Exception : uniquement de manière ponctuelle par les membres du personnel Pas activité principale, ponctuel (p.ex. après un incident) Pas rémunéré (pour observation)

10 Puis-je contrôler tous les clients sortants? NON Uniquement sous certaines conditions : Suspicion de vol après observation P.ex. attitude, indices matériels, Agent de gardiennage En fonction de la sécurité des biens Contrôle des biens présentés volontairement (sur soi ou dans le sac) Pas de palpation Ne pas fouiller soi-même le sac ou le sac à main

11 Puis-je contrôler tous les clients sortants? Possibilité annoncée (règlement d ordre intérieur) Consentement du client Caractère volontaire Condition nécessaire mais pas suffisante Vous ne pouvez refuser à personne de sortir, exception «arrestation par un particulier» Individu pris en flagrant délit Actuel Objective et directement constatable Avertir la police immédiatement Ne pas escorter vers bureau de police Possibilité d exercer un degré de force

12 Puis-je observer les clients dans le magasin? NON = activité de gardiennage (surveillance et contrôle de personnes) Agent de gardiennage (interne) dont le code de fonction est EXE 06 : Inspecteur de magasin En uniforme ou en civile Carte d identification Exception : uniquement de manière ponctuelle par les membres du personnel Pas activité principale, ponctuel (p.ex. après un incident) Pas rémunéré (pour observation)

13 Puis-je observer les clients dans le magasin? Intervention de l inspecteur de magasin : Carte d identification/signe d identification Renvoi aux droits Droit au silence Témoin Endroit discret «arrestation par un particulier» en cas de flagrant délit Demander de rendre les biens volontairement Pas de recours à la force Pas de palpation

14 Puis-je envoyer les images des voleurs à d autres magasins? OUI La loi sur le gardiennage ne stipule pas qui peut visionner les images filmées par la suite Loi caméra : «responsable du traitement» Concept de la loi Vie privée = société Directeur et l ensemble du personnel sous son autorité? Prendre toutes les mesures de précaution nécessaires pour éviter que des personnes non autorisées aient accès aux images (loi caméra) Uniquement celles qui en ont besoin pour l exercice de leur fonction Listes de personnes profils de fonction? Devoir de discrétion

15 Puis-je envoyer les images des voleurs à d autres magasins? À des points de vente d autres entreprises? Dépend de la déclaration à la commission Vie privée transmission à des tiers? La plupart du temps, ce n est pas possible Mais bien par le biais de la police réseau d information de quartier (RIQ) A la police? POSSIBILITÉ: constat d un délit OBLIGATION: demande par les services policiers (sans frais) Conservation: 1 mois, sauf si preuve d un délit

16 Puis-je faire peur aux voleurs en les menaçant de «sanction administrative»? OUI (amende privée) = indemnisation des frais administratifs (temps, papier, ) Caractère volontaire Contrat de transaction Caractère volontaire Oral écrit (reçu pré-imprimé) Plus d indemnisation via le tribunal Montant raisonnable (20-50 ) Mentionner dans le règlement d ordre intérieur

17 Puis-je filmer les voleurs à l aide de mon smartphone? NON Smartphone caméra de surveillance tout système d observation fixe ou mobile dont le but est de prévenir les délits et qui, à cet effet uniquement, collecte, traite ou sauvegarde des images Toute personne filmée a un droit d accès aux images : Le consentement de la personne représentée est requis pour toute représentation humaine mais aussi pour l utilisation de cette image. Vous pouvez vous rendre à la police avec ces images mais leur valeur juridique est incertaine

18 Mon entreprise de gardiennage peut-elle faire appel à des sous-traitants? OUI Cette possibilité peut être limitée ou exclue dans le contrat Le sous-traitant doit également disposer de l agrément légal requis L entreprise de gardiennage avec laquelle votre entreprise a conclu un contrat demeure, en tant qu entrepreneur principal, responsable en cas de manquement du sous-traitant vis-à-vis : de votre entreprise des clients

19 Mon entreprise de gardiennage peut-elle faire appel à des sous-traitants? Risque : responsabilité solidaire pour le paiement des dettes sociales, fiscales et salariales pour l ensemble des sous-traitants En tant que donneur d ordre, vous pouvez vérifier si une entreprise a des dettes sociales ou fiscales auprès de l Office national de sécurité sociale (ONSS) ou du fisc avant de conclure un contrat avec celle-ci

20 Puis-je donner des instructions aux agents de gardiennage que j occupe? OUI P.ex., horaire, planning, instructions techniques Limite : transfert de l autorité patronale entreprise de gardiennage commerçant Interdiction de mise à disposition Présomption de mise à disposition autorisée les instructions données par l utilisateur aux travailleurs d un autre employeur doivent l être en vertu d un contrat écrit entre l utilisateur et l employeur

21 Puis-je donner des instructions aux agents de gardiennage que j occupe? ce contrat écrit doit prévoir explicitement et de manière détaillée quelles sont précisément les instructions qui peuvent être données par l utilisateur aux travailleurs de l employeur ; ce droit de donner des instructions ne peut porter atteinte en aucune manière à l autorité dont dispose l employeur ; l exécution effective de ce contrat doit correspondre entièrement aux dispositions expresses du contrat écrit. Toujours interdit : Conditions de travail et salariales Contrôle du temps de travail Sanctions

22 Puis-je sortir les recettes du jour? Transport d argent = activité de gardiennage agent de gardiennage (interne) Exception : pas d obligation d avoir un permis Transport entre personnes morales (p.e. banque, siège social,..) Propre cause

23

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Datagest, une entité de

Datagest, une entité de Datagest, une entité de Datagest en quelques mots Entité informatique de BDO à Luxembourg Gestion de l informatique du groupe Société informatique pour les clients externes Nos activités : Éditeur de logiciel

Plus en détail

Série FAS préparer et réussir son examen Quizz N 7 : QCM CQP APS

Série FAS préparer et réussir son examen Quizz N 7 : QCM CQP APS www.formation-agent-securite.net (FAS) Série FAS préparer et réussir son examen Quizz N 7 : QCM CQP APS Dans ce document : Synthèse des questions QCM Feuille de réponses Réponses Ce QCM vous est offert

Plus en détail

DIRECTION TECHNIQUE VIDEOSURVEILLANCE

DIRECTION TECHNIQUE VIDEOSURVEILLANCE I - OBJET La vidéosurveillance est un outil au service de la sécurité et de la prévention du Centre hospitalier du Mans. Ses objectifs sont de prévenir l atteinte aux personnes et aux biens et d augmenter

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/13/090 DÉLIBÉRATION N 13/036 DU 2 AVRIL 2013 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L OFFICE

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse LA VICE-PREMIERE MINISTRE, MINISTRE DE L INTERIEUR ET DE L EGALITE DES CHANCES Bruxelles, le 22 novembre 2013 Communiqué de presse Renforcement de l éthique et du contrôle dans le secteur de la sécurité

Plus en détail

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique Ville de Bures sur Yvette Vidéo-protection Charte d éthique La vidéo-protection est un outil au service de la politique de prévention et de sécurité de la Ville de Bures sur Yvette. Ses objectifs sont

Plus en détail

LES LIMITES DE L UTILISATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS L ENTREPRISE AVERTISSEMENT :

LES LIMITES DE L UTILISATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS L ENTREPRISE AVERTISSEMENT : LES LIMITES DE L UTILISATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS L ENTREPRISE AVERTISSEMENT : La réglementation sur les nouvelles technologies est dispersée, dans le code du travail, dans les lois, dans les

Plus en détail

droit Le mémento des marchés privés de travaux rives Intervenants, passation & exécution 2 e édition Patricia Grelier Wyckoff

droit Le mémento des marchés privés de travaux rives Intervenants, passation & exécution 2 e édition Patricia Grelier Wyckoff droit Le mémento des marchés privés de travaux rives Intervenants, passation & exécution Patricia Grelier Wyckoff 2 e édition TABLE DES MATIÈRES 1. Les maîtres d ouvrage 1 1.1. La maîtrise d ouvrage...

Plus en détail

Le règlement intérieur de l entreprise

Le règlement intérieur de l entreprise Le règlement intérieur de l entreprise Philippe DI MAGGIO Direction du travail et de l emploi Le règlement intérieur est un document qui précise un certain nombre d'obligations, notamment en matière d'hygiène,

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/137 DÉLIBÉRATION N 09/075 DU 1 ER DÉCEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

Pologne POLOGNE. I - Notion

Pologne POLOGNE. I - Notion POLOGNE Dans la Deuxième Partie du Code du travail polonais 1, «Relation du travail», un Chapitre supplémentaire IIb (Art. 67 5, Art. 67 17 ) a été ajouté et est intitulé : Emploi des travailleurs sous

Plus en détail

La fausse indépendance

La fausse indépendance La fausse indépendance Gaëlle WILLEMS Avocate, Claeys & Engels Clôture rédactionnelle : 25 août 2009 Kluwer Waterloo Office Park Drève Richelle 161 L B-1410 Waterloo tél. (0800) 16 868 fax (0800) 17 529

Plus en détail

Manuel de démarrage. Home View

Manuel de démarrage. Home View Manuel de démarrage Home View Stk. 18070001 - ref. Bombyx - 06/2015 Bienvenue! Grâce à Home View, un produit de la gamme Home & Care, vous savez toujours ce qui se passe chez vous, où que vous soyez. Ce

Plus en détail

Aptitude professionnelle des salariés et des dirigeants des entreprises exerçant des activités de surveillance

Aptitude professionnelle des salariés et des dirigeants des entreprises exerçant des activités de surveillance Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE SOCIAL/EMPLOI/F ORMATION Date : 21/02/07 N Juridique : 13.07 N Social : 11.07 Activités Privées de Sécurité de Surveillance et de Gardiennage.

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

DIRECTIVES MUNICIPALES EN MATIÈRE DE REFUS D OCTROI DES HEURES DE PROLONGATIONS POUR LES ÉTABLISSEMENTS DE NUIT. Du 13 février 2014

DIRECTIVES MUNICIPALES EN MATIÈRE DE REFUS D OCTROI DES HEURES DE PROLONGATIONS POUR LES ÉTABLISSEMENTS DE NUIT. Du 13 février 2014 DIRECTIVES MUNICIPALES EN MATIÈRE DE REFUS D OCTROI DES HEURES DE PROLONGATIONS POUR LES ÉTABLISSEMENTS DE NUIT Du 13 février 2014 1. Préambule Il est préliminairement exposé que la base légale de ces

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

Vidéosurveillance en entreprise Céline Dubey Guillaume Saignelégier, le 14 mars 2013

Vidéosurveillance en entreprise Céline Dubey Guillaume Saignelégier, le 14 mars 2013 Vidéosurveillance en entreprise Céline Dubey Guillaume Saignelégier, le 14 mars 2013 Introduction 2 Surveiller terme ambivalent Notion de contrôle Notion de bienveillance Observer attentivement, pour contrôler

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

Avis aux commettants et entrepreneurs Secteur du gardiennage

Avis aux commettants et entrepreneurs Secteur du gardiennage Avis aux commettants et entrepreneurs Secteur du gardiennage Introduction Les dispositions des articles 402 et 403 du Code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après : CIR 92) ont été modifiées par la loi-programme

Plus en détail

MODÈLE DE DEMANDE D ORDRE DE PROTECTION

MODÈLE DE DEMANDE D ORDRE DE PROTECTION FORMULAIRE DEMANDE ORDRE DE PROTECTION DATE: HEURE: MODÈLE DE DEMANDE D ORDRE DE PROTECTION ORGANISME RÉCEPTEUR DE LA DEMANDE Nom de l organisme: Adresse: Téléphone: Fax: Courrier électronique: Localité:

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance.

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. RAPPEL Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. Un décret du 21 novembre 2011 modifie le contenu de l'attestation que

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Fraude interne et vol. Séminaire 15.03.2016

Fraude interne et vol. Séminaire 15.03.2016 Fraude interne et vol Séminaire 15.03.2016 Détection du vol commis par le personnel Installation de vidéosurveillance Introduction de contrôles de sortie 1. Quel type de vidéosurveillance? Quand parle-t-on

Plus en détail

L assurance vie de droit luxembourgeois Aspects juridiques

L assurance vie de droit luxembourgeois Aspects juridiques L assurance vie de droit luxembourgeois Aspects juridiques Les Journées de l Ingénierie Patrimoniale Maison de la Chimie 05/02/2013 Marc Gouden Avocat à la Cour Avocats aux Barreaux de et de PLAN Produits

Plus en détail

MODÈLE DE DEMANDE D ORDRE DE PROTECTION

MODÈLE DE DEMANDE D ORDRE DE PROTECTION FORMULAIRE DEMANDE ORDRE DE PROTECTION MODÈLE DE DEMANDE D ORDRE DE PROTECTION DATE: HEURE: ORGANISME RÉCEPTEUR DE LA DEMANDE Nom de l organisme: Adresse: Téléphone: Fax: Courrier électronique: Localité:

Plus en détail

ENVIRONNEMENT JURIDIQUE DE LA SECURITE PRIVEE : 21 heures

ENVIRONNEMENT JURIDIQUE DE LA SECURITE PRIVEE : 21 heures PROGRAMME DE FORMATION CQP AGENTS DE PREVENTION ET DE SECURITE - Accueil et évaluation : 1 heure ENVIRONNEMENT JURIDIQUE DE LA SECURITE PRIVEE : 21 heures Connaitre le livre VI du code de la sécurité intérieure

Plus en détail

VOTRE ASSUREUR AU QUOTIDIEN. est un acteur majeur dans le MONDE ASSOCIATIF.

VOTRE ASSUREUR AU QUOTIDIEN. est un acteur majeur dans le MONDE ASSOCIATIF. VOTRE ASSUREUR AU QUOTIDIEN est un acteur majeur dans le MONDE ASSOCIATIF. ETHIAS, DES PROFESSIONNELS PROCHES DE VOUS Depuis de très nombreuses années, est un acteur majeur dans le monde associatif. Nous

Plus en détail

(M.Dandonneau / C.Play) UMR LEPSE 21 mai 2012

(M.Dandonneau / C.Play) UMR LEPSE 21 mai 2012 (M.Dandonneau / C.Play) UMR LEPSE 21 mai 2012 I. Le règlement intérieur de centre Objectifs et modalités d élaboration 2 Un constat : - un règlement intérieur de centre à actualiser et compléter - des

Plus en détail

Contrat de bail commercial

Contrat de bail commercial Lettres & contrats pour les entrepreneurs indépendants Louer Contrat de bail commercial Un contrat de bail commercial ne doit pas nécessairement être aussi étendu qu on le croit généralement. En effet,

Plus en détail

CHARTE DÉONTOLOGIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION DE LA VILLE DE SABLÉ-SUR-SARTHE

CHARTE DÉONTOLOGIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION DE LA VILLE DE SABLÉ-SUR-SARTHE CHARTE DÉONTOLOGIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION DE LA VILLE DE SABLÉ-SUR-SARTHE PRÉAMBULE Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de SABLÉ-SUR-SARTHE

Plus en détail

Contrat relatif à l utilisation du bureau de clearing de la ZEK pour le décret 178. en tant qu utilisateur ecode178

Contrat relatif à l utilisation du bureau de clearing de la ZEK pour le décret 178. en tant qu utilisateur ecode178 Contrat relatif à l utilisation du bureau de clearing de la ZEK pour le décret 178 en tant qu utilisateur ecode178 entre l Association pour la gestion d une centrale d information de crédit (ci-après:

Plus en détail

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet.

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet. Hygiène, Sécurité au Travail et Prévention L Alcool sur le lieu de travail Références Le code du Travail (Articles R4228-20, R4228-21, R3231-16 et R4225-4) et le code des débits de boissons (Articles L.13

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE

LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE 1. Une photocopie de la pièce d identité du gérant ou du P.D.G 2. Un justificatif de domicile du gérant de moins de 3 mois (photocopie d une facture

Plus en détail

PRÉVENIR LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL

PRÉVENIR LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL PRÉVENIR LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL Réglementation applicable au 1.09.2014 Plan 2 Aperçu des principales modifications de la réglementation Principes de base de la nouvelle réglementation Analyse

Plus en détail

F a c e à l a p o l i c e

F a c e à l a p o l i c e Face à la police Si tu as besoin d aide. Parfois, les choses ne se passent pas comme nous l expliquons. En général, il y a moyen de réagir. Fais-toi aider. Une des premières personnes qui peut t aider

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

GEOLOCALISATION Siège social Centre technique OBJECTIFS : surveiller, contrôler, prévenir, assister. 4 rue de Salonique 271, Chaussée Jules César

GEOLOCALISATION Siège social Centre technique OBJECTIFS : surveiller, contrôler, prévenir, assister. 4 rue de Salonique 271, Chaussée Jules César www.vap-securite.com vap Sécurité c est 10 années d expertise au service de sécurisation des biens et des personnes. vap Sécurité c est une équipe de personnes formées, qualifiées dans tous les domaines

Plus en détail

LES ESSENTIELS DE LA CIRCULAIRE NOR IOCD 1135384 DU 23 DECEMBRE 2011

LES ESSENTIELS DE LA CIRCULAIRE NOR IOCD 1135384 DU 23 DECEMBRE 2011 LES ESSENTIELS DE LA CIRCULAIRE NOR IOCD 1135384 DU 23 DECEMBRE 2011 CNAPS : Conseil National des Activités Privées de Sécurité Créée par la loi LOPPSI II (Loi 2011-267 du 14 Mars 2011 d Orientation et

Plus en détail

VILLLE DE ROUEN MAISON DES ASSOCIATIONS REGLEMENT INTERIEUR APPROUVE PAR DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL LE 22 SEPTEMBRE 2006

VILLLE DE ROUEN MAISON DES ASSOCIATIONS REGLEMENT INTERIEUR APPROUVE PAR DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL LE 22 SEPTEMBRE 2006 PROJET VILLLE DE ROUEN MAISON DES ASSOCIATIONS REGLEMENT INTERIEUR APPROUVE PAR DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL LE 22 SEPTEMBRE 2006 Article 1 er : Présentation La structure dite «Maison des Associations»,

Plus en détail

1. Délai de réflexion : le délai durant lequel le consommateur peut utiliser son droit de rétraction ;

1. Délai de réflexion : le délai durant lequel le consommateur peut utiliser son droit de rétraction ; Conditions générales SHOP.BELGIANREDDEVILS.BE Table des matières Article 1 - Définitions Article 2 Identité de l entreprise Article 3 - Domaine d application Article 4 L'offre Article 5 La convention Article

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps.

QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps. QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps. Vrai ou Faux 2. Vous avez le droit de changer les serrures sans la permission du

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES 1. TRAITEMENT IMPARTIAL ET LEGAL IPSOS s engage à traiter les données personnelles de façon impartiale et légale. Pour se conformer

Plus en détail

Par M e Marc-André Laroche, CRIA

Par M e Marc-André Laroche, CRIA CONTRAT DE TRAVAIL OU CONTRAT DE SERVICE? COMMENT DÉTERMINER LA VÉRITABLE NATURE D UNE RELATION CONTRACTUELLE ET SES CONSÉQUENCES Par M e Marc-André Laroche, CRIA lecorre.com Le 29 novembre 2013 PLAN DE

Plus en détail

Organisation des services médicaux en prison : les UCSA

Organisation des services médicaux en prison : les UCSA La santé en prison informations générales Organisation des services médicaux en prison : les UCSA Au sein de chaque établissement, les soins médicaux sont assurés par une UCSA (unité de consultations et

Plus en détail

TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Selon l article L 1321-1 du code du travail : «dans le règlement intérieur, l employeur fixe

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 2011-04 SUR LES SYSTÈMES D ALARME INTRUSION (RM 110)

RÈGLEMENT NUMÉRO 2011-04 SUR LES SYSTÈMES D ALARME INTRUSION (RM 110) C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE BRIGHAM RÈGLEMENT NUMÉRO 2011-04 SUR LES SYSTÈMES D ALARME INTRUSION (RM 110) ATTENDU les pouvoirs conférés par le Code municipal; ATTENDU QUE le Conseil

Plus en détail

(Exemplaire à conserver)

(Exemplaire à conserver) CONTRAT DE LOCATION D ESPACE DE STOCKAGE (Exemplaire à conserver) Entre les soussignés : La Société HIVERNAGE56, exploitant sous l'enseigne MICANN, SARL au capital de 20 000, immatriculée au RCS de Lorient

Plus en détail

CS/01/82. Vu la demande de la Banque-carrefour; Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 13 août 2001;

CS/01/82. Vu la demande de la Banque-carrefour; Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 13 août 2001; CS/01/82 DELIBERATION N 01/70 DU 14 AOUT 2001 RELATIVE A UNE DEMANDE D AUTORISATION POUR LA COMMUNICATION DE DONNEES SOCIALES A CARACTERE PERSONNEL PAR LA BANQUE-CARREFOUR A L IMPRIMEUR DES PASS GRATUITS

Plus en détail

MODIFICATION REGLEMENTATION MANIFESTATIONS SPORTIVES NE COMPORTANT PAS LA PARTICIPATION DE VEHICULES A MOTEUR

MODIFICATION REGLEMENTATION MANIFESTATIONS SPORTIVES NE COMPORTANT PAS LA PARTICIPATION DE VEHICULES A MOTEUR MODIFICATION REGLEMENTATION MANIFESTATIONS SPORTIVES NE COMPORTANT PAS LA PARTICIPATION DE VEHICULES A MOTEUR ET QUI SE DEROULENT EN TOTALITE OU PARTIELLEMENT SUR UNE VOIE PUBLIQUE OU OUVERTE A LA CIRCULATION

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES I - RÈGLES GÉNÉRALES Article 1 - Le restaurant scolaire n a pas un caractère obligatoire, il a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions

Plus en détail

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires Les obligations légales et réglementaires 1. Gestion des documents de l entreprise A. Les affichages obligatoires L affichage est un élément essentiel de la communication dans l entreprise et cela peut

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

PRET DE MAIN D'OEUVRE

PRET DE MAIN D'OEUVRE PRET DE MAIN D'OEUVRE 27/10/2008 Afin de répondre à un surcroît temporaire d activité ou par souci d externaliser certaines tâches, les entreprises peuvent être amenées à recourir à du personnel externe

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

RAPPEL DES OBLIGATIONS RELATIVES AU SECTEUR HORECA

RAPPEL DES OBLIGATIONS RELATIVES AU SECTEUR HORECA Décembre 2013 /1 RAPPEL DES OBLIGATIONS RELATIVES AU SECTEUR HORECA Madame, Monsieur, Afin de vous tenir parfaitement informés des obligations vous incombant, nous vous rappelons les principales règles

Plus en détail

Manuel de démarrage. Home Control

Manuel de démarrage. Home Control Manuel de démarrage Home Control Stk. 18070003 - Ref. Phalène - 06/2015 Bienvenue! Grâce à Home Control, un produit de la gamme Home & Care, vous savez toujours ce qui se passe chez vous, où que vous soyez.

Plus en détail

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

DE DISTRIBUTEURS AUTOMATIQUES DE BOISSONS ET AUTRES PRODUITS

DE DISTRIBUTEURS AUTOMATIQUES DE BOISSONS ET AUTRES PRODUITS CONVENTION DE DEPOT ET DE GESTION DE DISTRIBUTEURS AUTOMATIQUES DE BOISSONS ET AUTRES PRODUITS - 1 - Entre les soussignés : La Ville de ROUEN, Représentée par Madame, adjointe au Maire, chargée des.. agissant

Plus en détail

1 Gestion des risques

1 Gestion des risques Gestion des risques 1 Gestion des risques Accidents, actes de malveillance, infractions à la législation du travail, risques sanitaires ou environnementaux La liste des risques auxquels les entreprises

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/139 DÉLIBÉRATION N 09/077 DU 1 ER DECEMBRE 2009 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL AU

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 Loi regroupant la Commission de l équité salariale, la Commission des normes du travail et la Commission de la santé et de la sécurité du travail et instituant le Tribunal

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

CHARTE D'ETHIQUE VIDEO-PROTECTION

CHARTE D'ETHIQUE VIDEO-PROTECTION Préambule : CHARTE D'ETHIQUE VIDEO-PROTECTION La vidéo protection est un outil au service de la politique de sécurité et de prévention de la Ville de THIERS. Ses objectifs sont de prévenir l'atteinte aux

Plus en détail

L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité. Intégration. Compétences. Emploi. Guide juridique et pratique

L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité. Intégration. Compétences. Emploi. Guide juridique et pratique Guide-160x230-V2 2/10/06 11:35 Page 1 L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité Intégration Compétences Emploi Guide juridique et pratique sommaire Préambule Différence entre

Plus en détail

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à La Participation Dispositif d épargne collectif obligatoire dans les entreprises de 50 salariés qui consiste à distribuer une partie des bénéfices annuels. 1 Champ d application La participation est obligatoire

Plus en détail

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée.

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée. LA NORME SA 8000 Les origines de la norme SA 8000 La norme SA 8000 est le résultat, entre autre, du constat de la multiplication des normes et des standards existants sur le marché. C est en octobre 1997

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

CONTRAT DE PRÊT DE TERRAIN

CONTRAT DE PRÊT DE TERRAIN CONTRAT DE PRÊT DE TERRAIN Exemplaire emprunteur ENTRE LES SOUSSIGNES Monsieur et/ou Madame. (nom, prénom, adresse, code postal) Ci-après dénommé(e) «le PRETEUR», d une part Ayant, si nécessaire, pour

Plus en détail

Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency

Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency I PRÉAMBULE Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency Coach motive est déclaré sous le numéro de déclaration

Plus en détail

Développer l information entre les différents services intervenants et le public concerné.

Développer l information entre les différents services intervenants et le public concerné. 4 LES FICHES ACTION LUTTE CONTRE L INSECURITE ACTION 1 FICHE ACTION POLICE NATIONALE D ans le cadre de la territorialisation, le site du M.I.N. de Rungis constitue le premier quartier du Secteur de Police

Plus en détail

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

Règlement concernant l assistance judiciaire professionnelle SEV

Règlement concernant l assistance judiciaire professionnelle SEV SEV Secrétariat central Case postale CH-3000 Berne 6 Règlement concernant l assistance judiciaire professionnelle SEV Article 1 Principes 1.1 Le SEV accorde l assistance judiciaire professionnelle à ses

Plus en détail

Conditions générales de la banque

Conditions générales de la banque Conditions générales de la banque Les conditions générales de la banque règlent la relation entre le/les client/s ci-après nommé/s «client» et la VZ Banque de Dépôt SA (ci-après nommée «banque»). 1. Trafic

Plus en détail

CONVENTION D AUTORISATION D OCCUPATION TEMPORAIRE D UN LOCAL UNIVERSITAIRE PAR UNE ASSOCIATION ETUDIANTE

CONVENTION D AUTORISATION D OCCUPATION TEMPORAIRE D UN LOCAL UNIVERSITAIRE PAR UNE ASSOCIATION ETUDIANTE CONVENTION D AUTORISATION D OCCUPATION TEMPORAIRE D UN LOCAL UNIVERSITAIRE PAR UNE ASSOCIATION ETUDIANTE Vu la Charte des associations étudiantes de l Université de Montpellier, Vu le règlement intérieur

Plus en détail

Atelier de la Profession

Atelier de la Profession Sécuriser le recours à la prestation de services et à la sous-traitance en Europe : Obligations & droits pour les entreprises et les salariés Atelier de la Profession LES INTERVENANTS Laurence BOURGEON

Plus en détail

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, objectif phare de la 3 ème Directive de 2005 transposée en 2009, prévoit un certain nombre d obligations

Plus en détail

Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation

Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation Dès le 1er septembre 2014, la nouvelle réglementation concernant les risques psychosociaux sera d application. De récentes modifications ont été apportées

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/043 DÉLIBÉRATION N 12/003 DU 10 JANVIER 2012, MODIFIÉE LE 7 AVRIL 2015, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES

Plus en détail

J.M.K. SECURITE Entreprise privée de Gardiennage et Surveillance

J.M.K. SECURITE Entreprise privée de Gardiennage et Surveillance 1. Statut Juridique 2. Historique et politique 3. Formations et Expériences du Personnel 4. Formations et Expériences du Personnel Suite 5. Étude des Projets 6. Prestations 7. Prestations Suite 8,9. Sécurité

Plus en détail

INFORMATIONS PREALABLES A L EQUIPEMENT

INFORMATIONS PREALABLES A L EQUIPEMENT INFORMATIONS PREALABLES A L EQUIPEMENT 1 SOMMAIRE LA LEGISLATION :...3 Professionnel ou entreprise...3 Lieu privé...3 INDICE DE PROTECTION DES EQUIPEMENTS :...4 CONFORMITE...5 DECLARATION :...6 Entreprise

Plus en détail

contact@farabi.fr www.farabi.fr Carnet de Liaison Année scolaire :... /... Nom :... Prénom :... Classe :...

contact@farabi.fr www.farabi.fr Carnet de Liaison Année scolaire :... /... Nom :... Prénom :... Classe :... contact@farabi.fr www.farabi.fr Carnet de Liaison Année scolaire :... /... Nom :... Prénom :... Classe :... RENSEIGNEMENTS ÉLÈVE Nom Prénom Adresse Classe Tél. / L élève est autorisé à quitter l institut

Plus en détail

Mémento FTR Sécurité

Mémento FTR Sécurité Mémento FTR Sécurité 1 Ordonnance n 2012-351 du 12 mars 2012 relative à la partie législative du code de la sécurité intérieure 2 TITRE Ier : ACTIVITÉS PRIVÉES DE SURVEILLANCE ET DE GARDIENNAGE, DE TRANSPORT

Plus en détail

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien La garde de l enfant La garde est le droit et la responsabilité de prendre soin d un

Plus en détail

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité MARS 2009 Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité Pratique de l aide juridictionnelle Annexe XIV du réglement intérieur du barreau de Paris L avocat a le devoir

Plus en détail

LABOUR NEWS - TRAVAIL

LABOUR NEWS - TRAVAIL LABOUR NEWS - TRAVAIL Qu est-ce qu un faux indépendant : quelle est la limite entre le statut de salarié et le statut d indépendant? Une personne physique peut très bien se trouver, d un point de vue administratif,

Plus en détail

occupent en Suisse des travailleurs à domicile.

occupent en Suisse des travailleurs à domicile. Loi fédérale sur le travail à domicile (Loi sur le travail à domicile, LTrD) 1 822.31 du 20 mars 1981 (Etat le 1 er janvier 2009) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 34 ter et

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S )

L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S ) L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S ) Concordat du 18 octobre 1996 sur les entreprises de sécurité 1 ) I. Généralités

Plus en détail

C O N D I T I O N S G É N É R A L E S D E C O N T R A T C A R T E D E C R É D I T ( «C O N D I T I O N S G E N E R A L E S C A R T E D E C R É D I T»

C O N D I T I O N S G É N É R A L E S D E C O N T R A T C A R T E D E C R É D I T ( «C O N D I T I O N S G E N E R A L E S C A R T E D E C R É D I T» Citybike Wien Gewista Werbeges.m.b.H. Postfach 124 1031 Vienne C O N D I T I O N S G É N É R A L E S D E C O N T R A T C A R T E D E C R É D I T ( «C O N D I T I O N S G E N E R A L E S C A R T E D E C

Plus en détail

MAISON DES ASSOCIATIONS. 5 bis, rue de la Forêt. 95350 Saint Brice sous Forêt REGLEMENT INTERIEUR

MAISON DES ASSOCIATIONS. 5 bis, rue de la Forêt. 95350 Saint Brice sous Forêt REGLEMENT INTERIEUR MAISON DES ASSOCIATIONS 5 bis, rue de la Forêt 95350 Saint Brice sous Forêt REGLEMENT INTERIEUR 1 SOMMAIRE 1 OBJET DE LA MAISON DES ASSOCIATIONS... 1 2 ACCES A LA MAISON DES ASSOCIATIONS... 1 3 - CONDITIONS

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Règlement sur l octroi de permis professionnels pour les conducteurs de machines de travail (permis machinistes)

Règlement sur l octroi de permis professionnels pour les conducteurs de machines de travail (permis machinistes) - - 8.06 Règlement sur l octroi de permis professionnels pour les conducteurs de machines de travail (permis machinistes) du 9 septembre 00 Le Conseil d Etat du canton du Valais vu l article 57, alinéa,

Plus en détail