Écrir e un film de fiction

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Écrir e un film de fiction"

Transcription

1 Écrir e un film de fiction 1. Le sy no ps is Résumé de l histoir e à g rands traits. Disons une page dactylog raphiée par heur e. Le pitch (sujet, idée) tient, lui, en une ou deux phrases. 2. Le sc én ar io Il peut aussi porter le nom de «contin uité dialoguée». a. Mise en for me g raphique Le film est découpé en scènes n umér otées. À c haque déb ut de scène, figur e en lettr es CAPI- T ALES (et év entuellement en GRAS ), bien identifiab les, - le n umér o de la scène, afin de sa v oir à quel moment du récit on se situe. - les indica tions de décor ou le lieu et le moment de la jour née où la scène se dér oule (précisément indiqué)s : - E X T., signifie que le lieu de tour nage sera en e xtérieur. - I N T., qu il s agira d un intérieur. Puis : J O U R ou N U I T, A U B E... Et enfin, év entuellement, le lieu précis : P A R V I S D E L É G L I S E, C H A M B R E D E P I E R R E, H A L L D E L A É R O P O R T, etc. P ar e x emple: 1 5. E X T. N U I T - D E V A N T L A B R A S S E R I E D E P A U L A près ces pr emièr es indica tions, quelques lignes peuv ent présenter la scène, en indiquant ce qui se passe à l écran. Ensuite nous r entr ons dans le cor ps, à pr opr ement par ler du scénario, en indiquant le nom du per sonnage qui v a s e xprimer et la teneur de son dialogue. Quelques indica tions de r ythme, de ton, en cour s de dialogue peuv ent êtr e notées, en c hangeant de typog raphie (entr e par enthèses). ou P I E R R E, s o u d a i n t r è s e n c o l è r e P I E R R E ( s o u d a i n t r è s e n c o l è r e ) Les dialogues doiv ent êtr e clair ement identifiés, ainsi que les noms des per sonnages qui s e x- priment. Une page écrite en cor ps 14, à un inter ligne et demi, cor r espond à une min ute du film. Un long métrage d une durée d une heur e tr ente compr end donc à peu près 90 pages. Un outil inf or ma tique g ra tuit, Celtx, per met de gér er ces questions, et bien d autr es. b. Style/écritur e Le lang age doit êtr e simple, dir ect. Rien de littérair e : le scénario est un simple outil, un instrument de tra v ail ; il n a pas d e xistence artistique en soi. Le récit est entièr ement au présent de l indicatif. c. Ne figur ent généralement pas dans le scénario : - les cadr es/mouv ements de caméra (tra v elling, g r os plan, plan ser ré, etc.) - les indica tions tec hniques en général - les indica tions du type : ellipse, une min ute plus tar d... - le découpage plan par plan (v oir «Découpage tec hnique»).

2 Lor sque l on décrit un per sonnage ce n est pas la peine de donner tr op de détails v estimentair es ou sur ses déplacements. Les seules indica tions qui ser ont nécessair es sont celles qui nous r enseignent sur ce per sonnage. Les éléments pur ement descriptifs sur son ph ysique ou sur le décor qui l entour e ne fer ont que diluer l enjeu de la scène. Les descriptions doiv ent êtr e signifiantes en ter mes d image. d. Histoir e Elle est rég lée de la même manièr e que dans tous les autr es types de récit (r oman, bande dessinée, conte, etc.) On part d une Situation Initiale stab le, r ompue par un Événement P erturbateur, qui amène le hér os à entr e pr endr e des Actions, lesquelles r eçoiv ent des Sanctions, pour finalement débouc her sur une Situation Finale stab le de nouv eau (mais pas la même stabilité en général). Ces étapes peuv ent s enc haîner, se r edoub ler, s emboîter, etc. On peut classer les per sonnages/f or ces agissantes/éléments interv enant dans l histoir e en six ca tégories : - le Sujet, qui agit - l Objet, qui est le b ut qu il c her c he à a tteindr e - l Adjuvant, qui l aide dans sa quête - l Opposant, qui c her c he à l empêc her - le Destinateur, qui confèr e la mission - le Destinatair e, à qui est destiné l objet de la quête Chacun de ces éléments peut êtr e pluriel. A utr ement dit, un per sonna ge a un désir. Il r encontr e des obstac les, mais aussi des aides, se r e- tr ouv e au cœur de conf lits, qu il résout (ou non) et a tteint son b ut (ou non). e. Récit/Narration L histoir e (ce qui est raconté, la fiction) est moins importante que la manièr e dont v ous la traitez (le récit, la nar ra tion). Un typhon est un typhon ; mais vu par Buster K ea ton ( Steamboat Bill J unior ) ou par J an de Bont ( T wister, scénario de Mic hael Cric hton), il ne donne pas le même film. Il faut toujour s se placer du point de vue du specta teur, qui est, selon le mot de J ean R enoir, celui qui «finit le film» : - Il faut c her c her ce qui peut fa v oriser son identification ; le r ecour s à des événements sur pr enants non préparés (le hér os g agne à la loterie, le méc hant se fait écraser par hasar d, etc.) ou mélodrama tiques (maladie g ra v e de l hér oïne bien méritante, etc.) n est pas crédib le et lasse. P ensez aussi que l identifica tion v ariee, elle peut très bien passer, dans le cour s du film, d un per sonnage à l autr e. - Que quelque c hose soit vrai n a aucune importance. Ce qui compte est que le specta teur pense que ça peut l êtr e ; ce que v ous racontez doit êtr e vr aisemb lab le. «Le vrai peut quelquef ois n êtr e pas vraisemb lab le.» (Boileau) - Ce que le réalisa teur souhaite (r egistr e, émotions, etc.), c est en définitiv e le spectateur qui en décide ; si v ous réalisez un film d hor r eur où les gens hur lent, mais de rir e, c est v ous qui a v ez tort. - le r ythme est essentiel (a ttention, ce mot n est pas synon yme de «vitesse», un r ythme peut êtr e lent) ; c est cet élément qui fait que le specta teur r este a ttentif. Là encor e, c est la manièr e de raconter qui prime : un film ne v a pas vite par ce que ses per sonnages cour ent. Un der nier conseil : c her c her à êtr e original est souv ent le meilleur moy en de ne pas y par v enir. Êtr e soimême est le bon moy en.

3 f. Les g randes par ties du récit - Exposition Intr oduction d un certain nombr e d inf or ma tions nécessair e à la compréhension du récit.. L e xposition ne doit pas donner l impr ession d en êtr e une. Accr oc he : a ttiser l a ttention du specta teur. Naissance du désir c hez le(s) per sonnage(s). Le désir peut êtr e : - pr emier (le hér os doit sauv er le monde) - secondair e (sa sa tisfaction est nécessair e, mais pas suf fisante pour que le désir pr emier soit sa tisfait -> le hér os a ttac hé c her c he à se libér er de ses liens pour ar rêter le méc hant et ainsi sauv er le monde). - Nœud Le désir r encontr e un obstacle. Il s ensuit un conf lit. Ce der nier peut êtr e : - e xter ne - réactionnel (les intérêts du per sonnage s opposent à ceux de quelqu un d autr e) - moral/d idées - inter ne - d intérêts per sonnels - moral/d idées (un prêtr e per d la f oi) L opposition monte jusqu à un «climax». Dans un film claqssique, ce der nier doit se situer le plus près possib le de la fin. - Dénouement Il doit naîtr e des données de l histoir e et non d une interv ention e xtérieur e ( deus e x mac hina ). Il peut êtr e : - fer mé (tous les pr ob lèmes ont tr ouvé leur solution) - ouv ert (tout n est pas résolu) - cy clique (la fin boucle a v ec le déb ut). g. La g estion de l infor mation Un film est une succession d inf or ma tions, du déb ut à la fin. Les inf or ma tions en question sont - sues (données une f ois dans le cour s du film, en passant), ou - r etenues (données a v ec insistance, de sorte que le specta teur sait qu il sait. Il est nécessair e de répéter au moins qua tr e f ois, dit-on au théâtr e). - Implants («plants») C est une inf or ma tion donnée en amont pour justifier un élément en a v al. P ar e x emple, dans Psy c hose, Hitc hcock nous présente tout de suite Nor man Ba tes comme taxider miste. Plus besoin de longue e xplica tion à la fin. Il est nécessair e que les implants soient r emar qués, mais il faut éviter qu ils soient «téléphonés» : le specta teur doit enr egistr er l inf or ma tion, mais pas de viner où elle mène). L implant d intérêt vise à év eiller l a ttention du specta teur sur un élément qui v a jouer un rôle par la suite. Le f aux implant (ég alement nommé r ed her ring/f ausse piste ) consiste à a ttir er l a ttention sur un élément qui, finalement, ne servira à rien (le b us sur la r oute où a ttend Car y Grant dans La mort aux tr ousses d Hitc hcok). Dif ficile à réussir et désastr eux si l ef fet est ra té.

4 - P ar ta g e de l inf or ma tion Le scénariste peut partager les inf or ma tions de manièr e inég ale entr e le per sonnage et le specta teur. Le specta teur sait ne sait pas Le per sonnage sait ne sait pas - [ qui est l assassin dans Columbo. ] Supériorité Suspense F rustra tion du specta teur (séquence du plan dit à v oix basse par un per sonnage à l or eille d un autr e) Ignorance absolue/ Désinf or ma tion ( Usual Suspects ) h. Comment entr er dans un scénario Ce peut êtr e une bonne c hose d a v oir toujour s sur soi un car net et un cra y on, v oir e un dictaphone (certains lecteur s MP3 of fr ent cette f onction). V ous pouv ez v ous en servir pour noter une idée, une réf le xion entendue, un action vue. Sans êtr e f or cément le point de départ d un scénario, ce que v ous observ ez (il faut êtr e toujour s aux aguets, ouv ert à l autr e) peut enric hir une histoir e. De quoi peut-on partir? - d un car actèr e e x. : indécis -> bonne idée (déclenc he des situa tions) e x. : menteur -> fausse bonne idée (comment le montr er?) - d une f or me e x. : des actions en parallèle e x. : un objet qui cir cule e x. : un film de science fiction (genr e) - d un conce pt e x. : conce pt de point de vue (un per sonnage vu par plusieur s témoins) e x : conce pt d écritur e (le plan-séquence) - d un lieu e x. : le train e x. : une maison - d un messa ge qu on v eut fair e passer a v antage : la situa tion est conten ue dans le message, il suf fit de l en fair e sortir. danger : si le film se réduit au message, il sera enn uy eux. Ne pas non plus fair e d un des per - sonnages son porte-par ole. C est l action qui porte le message. e x. : On a toujour s besoin d un plus petit que soi. Le point de départ est moins important que le questionnement auquel on le soumet. C est par ce questionnement que l on parvient à construir e une ébauc he d histoir e. Ex. : à pr opos de la maison - Où sommes-nous? Dedans ou de hor s? - Dedans. Dans quelle pièce? - Une c hambr e. D adulte ou d enfant? - D adulte. À quoi r essemb le le lit? Lar ge? Étr oit? - P eut-on v oir des vêtements? Sont-ils rangés? Épar s? - D homme et/ou de femme? - À combien de per sonnages semb lent-ils appartenir? Il s agit de laisser aller son imagina tion, mais toujour s dans l idée de construir e. Dans l e x emple précédent, on finira par tr ouv er des per sonnages, et l ébauc he d une situa tion.

5 i. Le per sonna g e

6

7 j. Les g enr es Il est nécessair e de définir dans quel genr e v a s inscrir e le film que l on écrit. V oici quelques genr es cinéma tog raphiques majeur s (la liste n est pas complète).

8 k. Les r e gistr es Encor e quelque c hose dont on doit êtr e conscient. Il s agit de l ef fet que l on c her c he à pr oduir e sur le specta teur.

9 3. Le s di al o gu es a. Dif fér ence a v ec les dialo gues de théâtr e A u théâtr e toute l inf or ma tion passe par les dialogues, puisque c est tout ce que le spectateur et le lecteur ont (en dehor s de quelques didascalies, mais elles sont plutôt destinées à l acteur et au metteur en scène). A u cinéma c est l image qui prime, le dialogue n est qu un mo y en d inf or ma tion par mi d autr es. «Quand on r eg ar de un film en langue étrangèr e sans traduction et que l on ne compr end rien, cela n a rien à v oir a v ec notr e métier.» (Otar Iosseliani) T outef ois, bien sûr, un certain nombr e d inf or lma tions passent na tur element par les dialogues, les noms des per sonnages par e x emple. b. Construction d un dialo gue - les tr ois temps I. Ouv ertur e F or m ules de politesse, «Bonjour», «comment ça v a?», etc. Il s agit de rituels de confir ma tion des r ela tions sociales entr e les per sonnages. P our des questions de r ythme et d intérêt, cette partie est très souv ent supprimée ou très réduite dans les dialogues fictifs (cinéma, théâtr e, r oman, etc.). II. T r ansaction C est évidemment la partie la plus importante, là où se joue la r ela tion entr e les per sonnages. Il faut le considér er comme un comba t. Les deux (ou plus) inter locuteur s peuv ent désir er des c hoses dif fér entes, opposées, ou identiques ( l enjeu ). Leurs paroles doivent caractériser les interlocuteurs. Chacun doit s exprimer avec le ton qui convient à son identité, à son être social, à la thèse qu il défend. Le statut des interlocuteurs dans le dialogue doit être défini. Sont-ils à égalité? L un domine-t-il? L un d eux aura-t-il le dernier mot? Le dialogue suit un itinérair e, c est-à-dir e qu il part d un point (position du pr ob lème) pour aboutir à un autr e ( accord, désaccord renouvelé, nouveau désaccord, compromis, statu quo, victoire de l un, ) Les répliques s enchaînent toujours selon trois modes : question-réponse, opposition [affirmation-objection], reprise [d un mot, d une expression, d une idée]. Le rythme de l échange. Répliques brèves ou longues, travailler sur la variation. III. F er metur e Mêmes r emar ques qu en ce qui concer ne l ouv ertur e. On n écrit ces deux temps que s ils ont une raison d êtr e, qu ils mar quent une év olution des rapports entr e les per sonnages («Bonjour, madame/a u r e v oir, ma c hérie»). Sinon on les passe. c. La question du natur el La tendance majoritair e est d écrir e des dialogues qui paraissent na tur els. Mais ce n est pas ob lig a toir e. On peut très bien, comme par e x emple les auteur s de la «Nouv elle V ague» (Éric R ohmer entr e autr es), c hoisir un mode d e xpr ession appar emment antina tur el, si l on r ec her - c he un ef fet particulier. D une manière générale, au niveau de l écriture, on ne doit jamais essayer d imiter le parler de la vie quotidienne, en croyant ainsi être naturel ; on doit essayer de «se mettre mentalement les mots en bouche», afin que le lecteur puisse en faire autant. L impr o visa tion, totale ou sur cane v as, est ég alement une option.

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais Le libre-service à la médiathèque de Calais 1 Eléments déclencheurs 1. La r énov at i on de l a médi at hèque c ent r al e 2. La r ec her c he d' une nouv el l e r el at i on av ec l e publ i c 3. L' oppor

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA RENCONTRE PROFESSIONNELLE «INTRODUCTION AUX OUTILS FONDAMENTAUX DE LECTURE ET D ANALYSE DES SCENARIOS» I PAGE 1

COMPTE-RENDU DE LA RENCONTRE PROFESSIONNELLE «INTRODUCTION AUX OUTILS FONDAMENTAUX DE LECTURE ET D ANALYSE DES SCENARIOS» I PAGE 1 I PAGE 1 LE CADRE Rencontre professionnelle organisée par Films en Bretagne, en partenariat avec Groupe Ouest et Clair Obscur. Dans le cadre du Festival Travelling 2015. Lundi 9 février 2015 I Rennes SEMINAIRE

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010 TABLEAU SYNOPTIQUE Court métrage Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 Madagascar, carnet de voyage Bastien Dubois Animation - 12 00 2009 Thèmes L adolescence, le sentiment amoureux,

Plus en détail

Activité 4. CE et CO / PO et PE. Analyser l écriture cinématographique. A vous maintenant! L écriture cinématographique

Activité 4. CE et CO / PO et PE. Analyser l écriture cinématographique. A vous maintenant! L écriture cinématographique B1 Activité 4 Analyser l écriture cinématographique CE et CO / PO et PE Durée de l activité : 2 séances de 60mn Être capable de - Identifier les échelles de plans et les interpréter - Mettre en relation

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

PROGRAMMATION ÉCRITURE LECTURE Mon CP avec Papyrus Manuel + fichier d exercices

PROGRAMMATION ÉCRITURE LECTURE Mon CP avec Papyrus Manuel + fichier d exercices PREMIÈRE PÉRIODE Support : Conte La planète des Alphas Étude du code - a, o, i, u, y, é, e, f, - Combinatoire - m, s, r, l, j, ch, v - Écrire des syllabes. - Écrire des mots. - Écrire une phrase dictée.

Plus en détail

Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues. DELF Prim A2. Livret de l examinateur. Production orale PMA22S008 04/06/13

Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues. DELF Prim A2. Livret de l examinateur. Production orale PMA22S008 04/06/13 Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues Livret de l examinateur Production orale PMA22S008 04/06/13 Épreuve de production / interaction orale 25 points Cette épreuve est composée

Plus en détail

Le jogging d écriture

Le jogging d écriture Le jogging d écriture Ce projet, intitulé «jogging d écriture» d après une pratique québécoise s inscrit dans une pratique d ateliers d écriture. La pratique d ateliers d écriture doit se concevoir à partir

Plus en détail

Séquence : création de films d animation

Séquence : création de films d animation Animation pédagogique : TNI et maîtrise de la langue (mercredi 12 décembre 2012) Compétences du socle (palier2):. DIRE. LIRE - Compétence1 maîtrise de la langue :. ECRIRE.ETUDE DE LA LANGUE Séquence :

Plus en détail

JOUE À ÊTRE... avec le soutien de Migros

JOUE À ÊTRE... avec le soutien de Migros JOUE À ÊTRE... avec le soutien de Migros 2 Chouette, un concours! Mais qu est-ce qu il faut faire? Ecrire une critique de film Heu, c est quoi, au juste, une critique de film? Critiquer, c est facile,

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 3. Pierre Magnan, auteur à succès Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Murielle Bidault,

Plus en détail

c o n c er n a n t en E M E A c o n f o r m é m en t a u x t er m es d u c o n t r a t a v ec l es P a r t en a i r es d e d i s t r i b u t i o n i n

c o n c er n a n t en E M E A c o n f o r m é m en t a u x t er m es d u c o n t r a t a v ec l es P a r t en a i r es d e d i s t r i b u t i o n i n CONTRAT AVEC LES PARTENAIRES DE DISTRIBUTION INDIRECTS v. EM EA. 0 4.2 5.2 0 0 7 Afin d e v o u s e n r e g i s t r e r a u p r è s d e Ci s c o c o m m e p a r t e n a i r e d e d i s t r i b u t i o

Plus en détail

comprendre le rôles des adultes de l école

comprendre le rôles des adultes de l école comprendre le rôles des adultes de l école 1. QUI SONT LES ADULTES DE L ECOLE? 134 1.1. Mettre un nom et un visage sur une fonction Trace écrite : directeur, enseignants et agents de service Trace écrite

Plus en détail

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD.

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. est une bande dessinée publiée par les éditions Lombard. - scénario

Plus en détail

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE NOM : Prénom Date de naissance : LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE Classe de toute petite section Année scolaire Nom et adresse de l école Nom des enseignants Classe de petite section Classe de

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps a l e i y m u r o f n v w s j z Une lettre qui donne un son bref (en valeur de base) d t b p c k q g 2-3 lettres qui donnent ensemble toujours

Plus en détail

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE Au regard des programmes-cadres Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario, 9e et 10e année 2010 (révisé) et Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Archivistes en herbe!

Archivistes en herbe! Les archives c est quoi? Un archiviste travaille avec des archives. Oui, mais les archives c est quoi? As-tu déjà entendu ce mot? D après toi, qu est-ce qu une archive? 1. Les archives ce sont des documents

Plus en détail

Résumé de l'avis de l'académie des sciences "L'enfant et les écrans"

Résumé de l'avis de l'académie des sciences L'enfant et les écrans Résé de l'avis de l'académie des sciences "L'enfant et les écrans" http://wwwacademiesciencesfr/activite/rapport/avis0113pdf réalisé par Gilles Moneyrol, conseiller pédagogique TCE en Gironde (circonscriptions

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

ACTIVITÉ DE COMPREHENSION ORALE. Niveau A1. Allô?

ACTIVITÉ DE COMPREHENSION ORALE. Niveau A1. Allô? ACTIVITÉ DE COMPREHENSION ORALE Niveau A1 Allô? Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - la transcription du document sonore - une fiche d auto-évaluation Auteurs-concepteurs

Plus en détail

Rencontre avec un auteur : Thierry Lenain

Rencontre avec un auteur : Thierry Lenain Rencontre avec un auteur : Thierry Lenain Fiche pédagogique réalisée par Françoise Raguin, BCDiste et Sylvie Guasch, professeur des écoles Ecole André Malraux Courbevoie (92) Année scolaire :2009-2010!

Plus en détail

Utilisation de l application. Introduction à asa-control. Connexion à l application. Plus facile que tu ne le penses.

Utilisation de l application. Introduction à asa-control. Connexion à l application. Plus facile que tu ne le penses. asa-control Introduction à asa-control Utilisation de l application Plus facile que tu ne le penses. Tu travailles avec la souris et effectues toujours les mêmes étapes. Connexion à l application Choisis

Plus en détail

Expérimentation du logiciel de la ligne du temps. Cahier de l élève. Mai 2007

Expérimentation du logiciel de la ligne du temps. Cahier de l élève. Mai 2007 Expérimentation du logiciel de la ligne du temps (Version bêta) Cahier de l élève Je suis un élève du : 1 er cycle du primaire 2 e cycle du primaire 3 e cycle du primaire 1 er cycle du secondaire 2 e cycle

Plus en détail

Poste 3 c est le son qui fait le film

Poste 3 c est le son qui fait le film 1/6 C est le son qui fait le film! L effet produit par la musique dans les vidéos Conseils et astuces pour la postsonorisation de matériel vidéo enregistré 2/6 C est le son qui fait le film! Description

Plus en détail

SAÉ - arts plastiques - secondairee GUIDE

SAÉ - arts plastiques - secondairee GUIDE SAÉ - arts plastiques - secondairee GUIDE Andrée-Caroline Boucher, service national du RÉCIT, domaine des arts RÉSUMÉ DE LA SITUATION Secondaire : facile à adapter au 3e cycle du primaire Il s agit d une

Plus en détail

Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon»

Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon» Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon» Ecouter et comprendre un texte lu par l adulte Prendre des indices dans le texte pour entrer dans la compréhension de l'histoire

Plus en détail

Titre : Bien identifiable, facile à repérer

Titre : Bien identifiable, facile à repérer TITRE : Pourquoi AUTEUR : Nikolaï Popov RESUME ET INTERET DE L ALBUM : GRILLE D ANALYSE D UN ALBUM EDITEUR : Nord Sud ILLUSTRATEUR : Nikolaï Popov Une gentille grenouille hume en paix une jolie fleur dans

Plus en détail

Document réalisé par Laëtitia Kadur d après le travail de l équipe enseignante d Exideuil De la TPS au CM2 Année scolaire 2013-2014 En juin 2014 avait lieu la projection du film d animation «Les trois

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 1 Culture Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction Thomas Sorin

Plus en détail

MAITRISER VOTRE ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE. Des précautions essentielles

MAITRISER VOTRE ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE. Des précautions essentielles MAITRISER VOTRE ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE Des précautions essentielles Internet, c est un outil indispensable mais Les réseaux sociaux ne sont pas des espaces privés Vos propos peuvent avoir des répercussions

Plus en détail

Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours

Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours S approprier le langage - Cycle 1 Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours Compétence attendue à l issue de l école Programme 2008 Livret scolaire

Plus en détail

file://c:\mes%20documents\web%20expert\www%20pointeuses%20net%20version%204\presence\sol...

file://c:\mes%20documents\web%20expert\www%20pointeuses%20net%20version%204\presence\sol... Page 1 de 9 Cliquez sur l'animation pour retourner à l'accu eil T erminal de pointage limité à 50 personnes par terminal (un site per met la pr ésence d'un seul terminal gérant 50 personnes; le logiciel

Plus en détail

>>> RECHERCHE D UNE IDENTITE VISUELLE

>>> RECHERCHE D UNE IDENTITE VISUELLE Feuille de travail élèv e PROJET >>> RECHERCHE D UNE IDENTITE VISUELLE INTRO DU C TI O N : Vous allez travailler en équip e toute l ann é e, vous allez dev oir définir pour votre équip e une identité visuelle

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 L objectif de cet atelier de pratique est de travailler avec les documents pédagogiques (affiche, carteélève) qui favorisent

Plus en détail

Comment prendre des notes?

Comment prendre des notes? La prise de notes n est pas toujours obligatoire. Cependant, c est le meilleur moyen pour te rappeler ce qui s est passé durant le cours. C est ta MÉMOIRE! 1- Pour qui la prise de notes? Avant de commencer

Plus en détail

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L EXAMEN

PRÉSENTATION DE L EXAMEN PRÉSENTATION DE L EXAMEN UN NOUVEAU DELF POUR LES SYSTÈMES SCOLAIRES Le DELF scolaire est une version du DELF 1 er degré réservée aux publics en situation scolaire. Il est mis en place à l étranger dans

Plus en détail

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures FRANÇAIS Langage oral Demander des explications. Écouter et comprendre les textes lus par l enseignant. Restituer les principales idées d un texte lu par l enseignant. Dire un texte court appris par cœur,

Plus en détail

Quelques variations autour de J, Q et X

Quelques variations autour de J, Q et X Séance 1 LES SONS ET LES TONS DU CHINOIS Je vais travailler les sons J + U, J + UN et J + UE. Je vais travailler les sons Q + U, Q + UN et Q + UE. Je vais travailler les sons X + U, X + UN et X + UE. Je

Plus en détail

Vers 2 ans et 6 moins

Vers 2 ans et 6 moins Le développement de l enfant Quelques repères De la naissance à 18 mois : - réagit aux bruits à la naissance - comprend des petites phrases vers 8 mois - - gazouille vers 3 mois - rit aux éclats vers 4

Plus en détail

N 1 1 er trimestre 2011

N 1 1 er trimestre 2011 SUPPORT DU DÉBAT L article du débat «En 2013, ton emploi du temps risque de changer!» En 2013, ta semaine d école passera peut-être de quatre jours à quatre jours et demi, et tes vacances d été seront

Plus en détail

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r FÉDÉRATION DE QI GONG ET ARTS ÉNERGÉTIQU ES LE QI GONG «A U T R A V A IL» Crédit photo : Anne MELCER B L I B â A 3, a v u P a u C é z a n n 1 3 0 9 0 A i x v c T é : 0 4 4 2 9 3 3 4 3 1 a x : 0 4 4 2 6

Plus en détail

La rédaction d un courriel

La rédaction d un courriel La rédaction d un courriel Le courriel est un moyen de communication rapide et efficace pour transmettre des renseignements à des collègues, clients, supérieurs ou amis. Sa simplicité d utilisation permet

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION Page 1 sur 16 FICHE 1 LES TECHNIQUES D ANIMATION DE GROUPE FICHE 2 LES DIFFERENTES OPERATIONS MENTALES FICHE 3 LES VERBES D ACTION FICHE 4 LES METHODES DE RESOLUTIONS DE

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

LE SCENARIO. 1. Quelques repères pour aborder l écriture scénaristique.

LE SCENARIO. 1. Quelques repères pour aborder l écriture scénaristique. Sofia Norlin Scénariste-réalisatrice. LE SCENARIO 1. Quelques repères pour aborder l écriture scénaristique. Quand on pense faire un film, on le voit probablement déjà dans la tête. Quand on écrit le scénario,

Plus en détail

Les machines électriques à pôles lisses 1. I n t r o d u c t i o n 10 1 L ' i n t e r a c t i o n e n t r e u n c o u r a n t é l e c t r i q u e e t u n c h a m p m a g n é t i q u e e s t à l ' o r i

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E

LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E TUTORIEL SERVICE INFORMATIQUE LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E L A GES TI ON DE MATCH ELECTRONIQUE (G. D. M. E) ------------- D a t e : 15 Décembre 2012 ---------- A u t e u r : F é d é r a t i

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

Que s est-il passé? Reprenons tout à zéro! Bon, on se calme! On respire! Ma mère a fait une tête! Ça ne va pas, maman? 2. Mon père a pété les plombs!

Que s est-il passé? Reprenons tout à zéro! Bon, on se calme! On respire! Ma mère a fait une tête! Ça ne va pas, maman? 2. Mon père a pété les plombs! Que s est-il passé? 1 Associe les éléments de la BD aux mots qui leur correspondent. Bon, on se calme! On respire! Reprenons tout à zéro! Tout a commencé quand......les parents ont reçu des vrais-faux

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 PARTIE 1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés....7 Chapitre 1. L impératif de sécurité informatique....11 Sec tion 1. La néces saire

Plus en détail

?&& * B &5 5-55- 0 >5

?&& * B &5 5-55- 0 >5 . 0)12 34. 34 6 %'6'('6!''6% 7 6" 6"! %'6'('6%'6! 9,, & 6"( %'6'('6("!6' 9: & 6( %'6'('6(##6'!8!8.9), - :6 6% %'6'(6%(6" );) < 2 '!8 '!8 6%( %'6'"6%'6 =:>:6 # 6?@, A* :&, %'6'(6(6, 6'?&& * B & %'6'(66!

Plus en détail

Thomas Dutronc : Demain

Thomas Dutronc : Demain Thomas Dutronc : Demain Paroles et musique : Thomas Dutronc Mercury / Universal Music Thèmes La conception de la vie, la joie de vivre, l insouciance. Objectifs Objectifs communicatifs : Donner son avis,

Plus en détail

D art d art. Thèmes. Concept. Contenu. Le site de l émission. Objectifs. Art, cinéma, littérature, musique

D art d art. Thèmes. Concept. Contenu. Le site de l émission. Objectifs. Art, cinéma, littérature, musique D art d art Thèmes Art, cinéma, littérature, musique Concept «D art d art» est une émission qui fait découvrir ou redécouvrir une œuvre d art au téléspectateur. Cette émission présente l artiste et ses

Plus en détail

Le verbe est constitué de 2 parties : le radical et la terminaison. En analysant ces deux parties, on obtient plusieurs informations.

Le verbe est constitué de 2 parties : le radical et la terminaison. En analysant ces deux parties, on obtient plusieurs informations. Voici, en résumé, quelques notions qui t aideront à mieux comprendre la conjugaison des verbes. Au cours de l année, nous étudierons de façon plus systématique chacun des temps de verbes. Le verbe est

Plus en détail

Activité 1 A1+ Compréhension et expression orales. Analyser une affiche de film et comprendre un film

Activité 1 A1+ Compréhension et expression orales. Analyser une affiche de film et comprendre un film Activité 1 A1+ Compréhension et expression orales Durée de l activité : 2 séances Analyser une affiche de film et comprendre un film 1 séance 1h30 (affiche + scène 1 et 2) + 1 séance 1h (tout le film)

Plus en détail

Persepolis. Le Film et La Bande dessinée. «Une aventure culturelle de niveau A2-B1»

Persepolis. Le Film et La Bande dessinée. «Une aventure culturelle de niveau A2-B1» Persepolis Le Film et La Bande dessinée «Une aventure culturelle de niveau A2-B1» Dossier pédagogique pour les préparatoires du lycée Saint-Joseph d Istanbul Première partie : Devinons par l image Analyse

Plus en détail

Le texte théâtral. Scène I : Silvia, Trivelin et quelques femmes de la suite de Silvia. Silvia paraît sortir fâchée.

Le texte théâtral. Scène I : Silvia, Trivelin et quelques femmes de la suite de Silvia. Silvia paraît sortir fâchée. 1 Le texte théâtral Acteurs LE PRINCE ; UN SEIGNEUR ; FLAMINIA, fille d un domestique du Prince ; LISETTE, sœur de Flaminia ; SILVIA, aimée du Prince et d Arlequin ; ARLEQUIN, TRIVELIN, officier du palais

Plus en détail

Guide d utilisation de l outil Paint de Windows

Guide d utilisation de l outil Paint de Windows Guide d utilisation de l outil Paint de Windows 10 fiches d activités pour le premier cycle du primaire par Françoise Deschênes Josée Perreault Activité 1 Utiliser l outil crayon et le pot de peinture.

Plus en détail

Rentrons à la maison petit ours Waddel Martin, Firth Barbara Pastel, paru en 2000 (PS, MS)

Rentrons à la maison petit ours Waddel Martin, Firth Barbara Pastel, paru en 2000 (PS, MS) Rentrons à la maison petit ours Waddel Martin, Firth Barbara Pastel, paru en 2000 (PS, MS) Auteurs du dossier Suzy MALZIEU Annie DIBERT réalisé le 01/1992 Table des matières Remarques préliminaires Page

Plus en détail

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours.

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours. GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2011-2012 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

Français: langue d enseignement Compétences: Écrire des textes variés

Français: langue d enseignement Compétences: Écrire des textes variés L élève le fait lui-même à la fin de la deuxième année. En orthographe: Connaitre l orthographe d environ 500 mots Identifier les différents signes: accents: aigu, grave, circonflexe, tréma, cédille, trait

Plus en détail

LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE

LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU FACULTÉ DE DROIT ET SCIENCES POLITIQUES LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE THESE POUR L'OBTENTION DU DOCTORAT EN SCIENCES SPECIALITE : DROIT Par NAAR Fatiha

Plus en détail

A2 Certaines informations ont été comprises mais le relevé est incomplet, conduisant à une compréhension encore lacunaire ou partielle.

A2 Certaines informations ont été comprises mais le relevé est incomplet, conduisant à une compréhension encore lacunaire ou partielle. Annexe Fiche d évaluation et de notation pour la compréhension de l oral (LV1) Situer la prestation du candidat à l un des cinq degrés de réussite et attribuer à cette prestation le nombre de points indiqué

Plus en détail

Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle

Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle Document d appui en littératie septembre 2015 Dans ce document, le genre masculin est utilisé

Plus en détail

ACTIVITÉS AUTOUR DU LIVRE. Montrer à l enfant une image et lui demander de raconter l histoire.

ACTIVITÉS AUTOUR DU LIVRE. Montrer à l enfant une image et lui demander de raconter l histoire. ACTIVITÉS AUTOUR DU LIVRE L'HISTOIRE D'UNE IMAGE Montrer à l enfant une image et lui demander de raconter l histoire. Matériel : photocopie d un page d album ou d'un livre (ne pas mettre de texte avec

Plus en détail

J arrœte de fumer! - 1 GUSTAVE

J arrœte de fumer! - 1 GUSTAVE J arrœte de fumer! - 1 Vous venez de télécharger tout à fait légalement et gratuitement cette pièce qui a été protégée contre toute utilisation frauduleuse, et je vous en souhaite bonne lecture. Toutefois,

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

PRESENTATION DE BAABAHUU JICI. 37 coopératives, 700 producteurs et productrices membres

PRESENTATION DE BAABAHUU JICI. 37 coopératives, 700 producteurs et productrices membres Union des Coopératives Agricoles Productrices de Blé Diré Carte de visite de Baabahuu Jici à l occasion de la visite de son Excellence Monsieur le Premier Ministre Diré, le 15 décembre 2005 PRESENTATION

Plus en détail

Niveau A1 du Cadre européen commun de référence pour les langues. DELF Prim A1. Livret de l examinateur. Production orale PMA12S009 02/06/14

Niveau A1 du Cadre européen commun de référence pour les langues. DELF Prim A1. Livret de l examinateur. Production orale PMA12S009 02/06/14 Niveau A1 du Cadre européen commun de référence pour les langues Livret de l examinateur Production orale PMA12S009 02/06/14 Épreuve de production / interaction orale 25 points Cette épreuve est composée

Plus en détail

Présentation d un film

Présentation d un film Fiches méthodologiques Présentation d un film Introduction : o La Nature de l œuvre : Quoi, quand et où? Type de film, nationalité, réalisateur, date o Contexte de production : Public visé, contexte historique,

Plus en détail

Montage de projet territorial

Montage de projet territorial Montage de projet territorial Collectivités Date(s) en fonction de vos/nos disponibilités A partir du 1er Septembre 2014 L offre La c oo pé r at iv e Cr es na v ous p ropos e de cr é er et c oo r do n

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

Aujourd hui on va chanter, danser, bricoler et jouer. De plus, un vrai pilote d avion va répondre à nos questions!

Aujourd hui on va chanter, danser, bricoler et jouer. De plus, un vrai pilote d avion va répondre à nos questions! Allo les amis (es)! Ça vous dirait de découvrir le métier de pilote d avion avec moi? Alors, allons-y! Yahoo! Aujourd hui on va chanter, danser, bricoler et jouer. De plus, un vrai pilote d avion va répondre

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant

Plus en détail

Le vélo imaginaire. Si j'étais... Si j'étais... Matériel : Si j'étais... Les acrostiches. Les panneaux détournés. = décolage de fusée

Le vélo imaginaire. Si j'étais... Si j'étais... Matériel : Si j'étais... Les acrostiches. Les panneaux détournés. = décolage de fusée Le vélo imaginaire D es s ine v él o ui Si j'étais... rep rés te ton U ne éta t Si j'étais... p ièc e v él o, je s era is... Un p a nnea u rtier, je s era is... d' â me feuil C ha c ra y ons C ha v él

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT DEVENEZ UN SIMPLYEXPERT Bonjour, N o u s s o m m e s l e s créate ur s du site Inte r net : ht tp://www.simplyla nd.com D e p u i s p r è s d e 2 a ns, notre je une équipe déve loppe un site Inte r net

Plus en détail

Les vitesses du cerveau

Les vitesses du cerveau Les vitesses du cerveau Aller directement aux commentaires La concentration n est pas innée, et il n y a pas vraiment de gens qui sont nés plus concentrés que d autres. On vit à une époque où on a beaucoup

Plus en détail

Séquence : La digestion

Séquence : La digestion Séquence : La digestion Objectifs généraux : Amener l élève à Faire les liens entre les savoirs acquis lors des séquences sur la circulation sanguine et la respiration et ceux présents dans cette séquence.

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007)

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) Ces tableaux reprennent les compétences des programmes 2007. Ils servent de référentiel commun à tous les enseignants du cycle

Plus en détail

Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image

Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image Une fonction descriptive Par la redondance avec le texte, elle apporte des précisions quand à la description des lieux et de personnages,

Plus en détail

L ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE

L ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE L ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE L orthographe est l une des plus grandes difficultés de la langue française. Voici un petit mémo de tous les accords principaux à savoir et à appliquer. I. ACCORD DE L ATTRIBUT

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL

CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL Session : 2005 Code : Page : 1/4 CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL Epreuve de Français SESSION 2005 SUJET Ce sujet comporte 4 pages : de la page 1/4 à la page 4/4. Assurez-vous que cet exemplaire est complet. Si

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

CO-INTERVENTION. Deux situations pour provoquer le débat: la co-intervention dans le cadre de la prévention. Ex: langage en GS

CO-INTERVENTION. Deux situations pour provoquer le débat: la co-intervention dans le cadre de la prévention. Ex: langage en GS CO-INTERVENTION Deux situations pour provoquer le débat: la co-intervention dans le cadre de la prévention. Ex: langage en GS la co-intervention dans le cadre de la remédiation: ex mathématique en CE2

Plus en détail

PMU Analyses et logiques pour bien jouer!

PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Dany Jurdeczka PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est

Plus en détail

Éléments d écriture. être exprimées clairement; être précises; fournir suffisamment de détails pertinents pour que le texte soit intéressant.

Éléments d écriture. être exprimées clairement; être précises; fournir suffisamment de détails pertinents pour que le texte soit intéressant. Éléments d écriture Idée Les idées servent de point de départ à l écriture et elles comportent à la fois le sujet choisi et l intention de l auteur. Elles doivent : être exprimées clairement; être précises;

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail