Écrir e un film de fiction

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Écrir e un film de fiction"

Transcription

1 Écrir e un film de fiction 1. Le sy no ps is Résumé de l histoir e à g rands traits. Disons une page dactylog raphiée par heur e. Le pitch (sujet, idée) tient, lui, en une ou deux phrases. 2. Le sc én ar io Il peut aussi porter le nom de «contin uité dialoguée». a. Mise en for me g raphique Le film est découpé en scènes n umér otées. À c haque déb ut de scène, figur e en lettr es CAPI- T ALES (et év entuellement en GRAS ), bien identifiab les, - le n umér o de la scène, afin de sa v oir à quel moment du récit on se situe. - les indica tions de décor ou le lieu et le moment de la jour née où la scène se dér oule (précisément indiqué)s : - E X T., signifie que le lieu de tour nage sera en e xtérieur. - I N T., qu il s agira d un intérieur. Puis : J O U R ou N U I T, A U B E... Et enfin, év entuellement, le lieu précis : P A R V I S D E L É G L I S E, C H A M B R E D E P I E R R E, H A L L D E L A É R O P O R T, etc. P ar e x emple: 1 5. E X T. N U I T - D E V A N T L A B R A S S E R I E D E P A U L A près ces pr emièr es indica tions, quelques lignes peuv ent présenter la scène, en indiquant ce qui se passe à l écran. Ensuite nous r entr ons dans le cor ps, à pr opr ement par ler du scénario, en indiquant le nom du per sonnage qui v a s e xprimer et la teneur de son dialogue. Quelques indica tions de r ythme, de ton, en cour s de dialogue peuv ent êtr e notées, en c hangeant de typog raphie (entr e par enthèses). ou P I E R R E, s o u d a i n t r è s e n c o l è r e P I E R R E ( s o u d a i n t r è s e n c o l è r e ) Les dialogues doiv ent êtr e clair ement identifiés, ainsi que les noms des per sonnages qui s e x- priment. Une page écrite en cor ps 14, à un inter ligne et demi, cor r espond à une min ute du film. Un long métrage d une durée d une heur e tr ente compr end donc à peu près 90 pages. Un outil inf or ma tique g ra tuit, Celtx, per met de gér er ces questions, et bien d autr es. b. Style/écritur e Le lang age doit êtr e simple, dir ect. Rien de littérair e : le scénario est un simple outil, un instrument de tra v ail ; il n a pas d e xistence artistique en soi. Le récit est entièr ement au présent de l indicatif. c. Ne figur ent généralement pas dans le scénario : - les cadr es/mouv ements de caméra (tra v elling, g r os plan, plan ser ré, etc.) - les indica tions tec hniques en général - les indica tions du type : ellipse, une min ute plus tar d... - le découpage plan par plan (v oir «Découpage tec hnique»).

2 Lor sque l on décrit un per sonnage ce n est pas la peine de donner tr op de détails v estimentair es ou sur ses déplacements. Les seules indica tions qui ser ont nécessair es sont celles qui nous r enseignent sur ce per sonnage. Les éléments pur ement descriptifs sur son ph ysique ou sur le décor qui l entour e ne fer ont que diluer l enjeu de la scène. Les descriptions doiv ent êtr e signifiantes en ter mes d image. d. Histoir e Elle est rég lée de la même manièr e que dans tous les autr es types de récit (r oman, bande dessinée, conte, etc.) On part d une Situation Initiale stab le, r ompue par un Événement P erturbateur, qui amène le hér os à entr e pr endr e des Actions, lesquelles r eçoiv ent des Sanctions, pour finalement débouc her sur une Situation Finale stab le de nouv eau (mais pas la même stabilité en général). Ces étapes peuv ent s enc haîner, se r edoub ler, s emboîter, etc. On peut classer les per sonnages/f or ces agissantes/éléments interv enant dans l histoir e en six ca tégories : - le Sujet, qui agit - l Objet, qui est le b ut qu il c her c he à a tteindr e - l Adjuvant, qui l aide dans sa quête - l Opposant, qui c her c he à l empêc her - le Destinateur, qui confèr e la mission - le Destinatair e, à qui est destiné l objet de la quête Chacun de ces éléments peut êtr e pluriel. A utr ement dit, un per sonna ge a un désir. Il r encontr e des obstac les, mais aussi des aides, se r e- tr ouv e au cœur de conf lits, qu il résout (ou non) et a tteint son b ut (ou non). e. Récit/Narration L histoir e (ce qui est raconté, la fiction) est moins importante que la manièr e dont v ous la traitez (le récit, la nar ra tion). Un typhon est un typhon ; mais vu par Buster K ea ton ( Steamboat Bill J unior ) ou par J an de Bont ( T wister, scénario de Mic hael Cric hton), il ne donne pas le même film. Il faut toujour s se placer du point de vue du specta teur, qui est, selon le mot de J ean R enoir, celui qui «finit le film» : - Il faut c her c her ce qui peut fa v oriser son identification ; le r ecour s à des événements sur pr enants non préparés (le hér os g agne à la loterie, le méc hant se fait écraser par hasar d, etc.) ou mélodrama tiques (maladie g ra v e de l hér oïne bien méritante, etc.) n est pas crédib le et lasse. P ensez aussi que l identifica tion v ariee, elle peut très bien passer, dans le cour s du film, d un per sonnage à l autr e. - Que quelque c hose soit vrai n a aucune importance. Ce qui compte est que le specta teur pense que ça peut l êtr e ; ce que v ous racontez doit êtr e vr aisemb lab le. «Le vrai peut quelquef ois n êtr e pas vraisemb lab le.» (Boileau) - Ce que le réalisa teur souhaite (r egistr e, émotions, etc.), c est en définitiv e le spectateur qui en décide ; si v ous réalisez un film d hor r eur où les gens hur lent, mais de rir e, c est v ous qui a v ez tort. - le r ythme est essentiel (a ttention, ce mot n est pas synon yme de «vitesse», un r ythme peut êtr e lent) ; c est cet élément qui fait que le specta teur r este a ttentif. Là encor e, c est la manièr e de raconter qui prime : un film ne v a pas vite par ce que ses per sonnages cour ent. Un der nier conseil : c her c her à êtr e original est souv ent le meilleur moy en de ne pas y par v enir. Êtr e soimême est le bon moy en.

3 f. Les g randes par ties du récit - Exposition Intr oduction d un certain nombr e d inf or ma tions nécessair e à la compréhension du récit.. L e xposition ne doit pas donner l impr ession d en êtr e une. Accr oc he : a ttiser l a ttention du specta teur. Naissance du désir c hez le(s) per sonnage(s). Le désir peut êtr e : - pr emier (le hér os doit sauv er le monde) - secondair e (sa sa tisfaction est nécessair e, mais pas suf fisante pour que le désir pr emier soit sa tisfait -> le hér os a ttac hé c her c he à se libér er de ses liens pour ar rêter le méc hant et ainsi sauv er le monde). - Nœud Le désir r encontr e un obstacle. Il s ensuit un conf lit. Ce der nier peut êtr e : - e xter ne - réactionnel (les intérêts du per sonnage s opposent à ceux de quelqu un d autr e) - moral/d idées - inter ne - d intérêts per sonnels - moral/d idées (un prêtr e per d la f oi) L opposition monte jusqu à un «climax». Dans un film claqssique, ce der nier doit se situer le plus près possib le de la fin. - Dénouement Il doit naîtr e des données de l histoir e et non d une interv ention e xtérieur e ( deus e x mac hina ). Il peut êtr e : - fer mé (tous les pr ob lèmes ont tr ouvé leur solution) - ouv ert (tout n est pas résolu) - cy clique (la fin boucle a v ec le déb ut). g. La g estion de l infor mation Un film est une succession d inf or ma tions, du déb ut à la fin. Les inf or ma tions en question sont - sues (données une f ois dans le cour s du film, en passant), ou - r etenues (données a v ec insistance, de sorte que le specta teur sait qu il sait. Il est nécessair e de répéter au moins qua tr e f ois, dit-on au théâtr e). - Implants («plants») C est une inf or ma tion donnée en amont pour justifier un élément en a v al. P ar e x emple, dans Psy c hose, Hitc hcock nous présente tout de suite Nor man Ba tes comme taxider miste. Plus besoin de longue e xplica tion à la fin. Il est nécessair e que les implants soient r emar qués, mais il faut éviter qu ils soient «téléphonés» : le specta teur doit enr egistr er l inf or ma tion, mais pas de viner où elle mène). L implant d intérêt vise à év eiller l a ttention du specta teur sur un élément qui v a jouer un rôle par la suite. Le f aux implant (ég alement nommé r ed her ring/f ausse piste ) consiste à a ttir er l a ttention sur un élément qui, finalement, ne servira à rien (le b us sur la r oute où a ttend Car y Grant dans La mort aux tr ousses d Hitc hcok). Dif ficile à réussir et désastr eux si l ef fet est ra té.

4 - P ar ta g e de l inf or ma tion Le scénariste peut partager les inf or ma tions de manièr e inég ale entr e le per sonnage et le specta teur. Le specta teur sait ne sait pas Le per sonnage sait ne sait pas - [ qui est l assassin dans Columbo. ] Supériorité Suspense F rustra tion du specta teur (séquence du plan dit à v oix basse par un per sonnage à l or eille d un autr e) Ignorance absolue/ Désinf or ma tion ( Usual Suspects ) h. Comment entr er dans un scénario Ce peut êtr e une bonne c hose d a v oir toujour s sur soi un car net et un cra y on, v oir e un dictaphone (certains lecteur s MP3 of fr ent cette f onction). V ous pouv ez v ous en servir pour noter une idée, une réf le xion entendue, un action vue. Sans êtr e f or cément le point de départ d un scénario, ce que v ous observ ez (il faut êtr e toujour s aux aguets, ouv ert à l autr e) peut enric hir une histoir e. De quoi peut-on partir? - d un car actèr e e x. : indécis -> bonne idée (déclenc he des situa tions) e x. : menteur -> fausse bonne idée (comment le montr er?) - d une f or me e x. : des actions en parallèle e x. : un objet qui cir cule e x. : un film de science fiction (genr e) - d un conce pt e x. : conce pt de point de vue (un per sonnage vu par plusieur s témoins) e x : conce pt d écritur e (le plan-séquence) - d un lieu e x. : le train e x. : une maison - d un messa ge qu on v eut fair e passer a v antage : la situa tion est conten ue dans le message, il suf fit de l en fair e sortir. danger : si le film se réduit au message, il sera enn uy eux. Ne pas non plus fair e d un des per - sonnages son porte-par ole. C est l action qui porte le message. e x. : On a toujour s besoin d un plus petit que soi. Le point de départ est moins important que le questionnement auquel on le soumet. C est par ce questionnement que l on parvient à construir e une ébauc he d histoir e. Ex. : à pr opos de la maison - Où sommes-nous? Dedans ou de hor s? - Dedans. Dans quelle pièce? - Une c hambr e. D adulte ou d enfant? - D adulte. À quoi r essemb le le lit? Lar ge? Étr oit? - P eut-on v oir des vêtements? Sont-ils rangés? Épar s? - D homme et/ou de femme? - À combien de per sonnages semb lent-ils appartenir? Il s agit de laisser aller son imagina tion, mais toujour s dans l idée de construir e. Dans l e x emple précédent, on finira par tr ouv er des per sonnages, et l ébauc he d une situa tion.

5 i. Le per sonna g e

6

7 j. Les g enr es Il est nécessair e de définir dans quel genr e v a s inscrir e le film que l on écrit. V oici quelques genr es cinéma tog raphiques majeur s (la liste n est pas complète).

8 k. Les r e gistr es Encor e quelque c hose dont on doit êtr e conscient. Il s agit de l ef fet que l on c her c he à pr oduir e sur le specta teur.

9 3. Le s di al o gu es a. Dif fér ence a v ec les dialo gues de théâtr e A u théâtr e toute l inf or ma tion passe par les dialogues, puisque c est tout ce que le spectateur et le lecteur ont (en dehor s de quelques didascalies, mais elles sont plutôt destinées à l acteur et au metteur en scène). A u cinéma c est l image qui prime, le dialogue n est qu un mo y en d inf or ma tion par mi d autr es. «Quand on r eg ar de un film en langue étrangèr e sans traduction et que l on ne compr end rien, cela n a rien à v oir a v ec notr e métier.» (Otar Iosseliani) T outef ois, bien sûr, un certain nombr e d inf or lma tions passent na tur element par les dialogues, les noms des per sonnages par e x emple. b. Construction d un dialo gue - les tr ois temps I. Ouv ertur e F or m ules de politesse, «Bonjour», «comment ça v a?», etc. Il s agit de rituels de confir ma tion des r ela tions sociales entr e les per sonnages. P our des questions de r ythme et d intérêt, cette partie est très souv ent supprimée ou très réduite dans les dialogues fictifs (cinéma, théâtr e, r oman, etc.). II. T r ansaction C est évidemment la partie la plus importante, là où se joue la r ela tion entr e les per sonnages. Il faut le considér er comme un comba t. Les deux (ou plus) inter locuteur s peuv ent désir er des c hoses dif fér entes, opposées, ou identiques ( l enjeu ). Leurs paroles doivent caractériser les interlocuteurs. Chacun doit s exprimer avec le ton qui convient à son identité, à son être social, à la thèse qu il défend. Le statut des interlocuteurs dans le dialogue doit être défini. Sont-ils à égalité? L un domine-t-il? L un d eux aura-t-il le dernier mot? Le dialogue suit un itinérair e, c est-à-dir e qu il part d un point (position du pr ob lème) pour aboutir à un autr e ( accord, désaccord renouvelé, nouveau désaccord, compromis, statu quo, victoire de l un, ) Les répliques s enchaînent toujours selon trois modes : question-réponse, opposition [affirmation-objection], reprise [d un mot, d une expression, d une idée]. Le rythme de l échange. Répliques brèves ou longues, travailler sur la variation. III. F er metur e Mêmes r emar ques qu en ce qui concer ne l ouv ertur e. On n écrit ces deux temps que s ils ont une raison d êtr e, qu ils mar quent une év olution des rapports entr e les per sonnages («Bonjour, madame/a u r e v oir, ma c hérie»). Sinon on les passe. c. La question du natur el La tendance majoritair e est d écrir e des dialogues qui paraissent na tur els. Mais ce n est pas ob lig a toir e. On peut très bien, comme par e x emple les auteur s de la «Nouv elle V ague» (Éric R ohmer entr e autr es), c hoisir un mode d e xpr ession appar emment antina tur el, si l on r ec her - c he un ef fet particulier. D une manière générale, au niveau de l écriture, on ne doit jamais essayer d imiter le parler de la vie quotidienne, en croyant ainsi être naturel ; on doit essayer de «se mettre mentalement les mots en bouche», afin que le lecteur puisse en faire autant. L impr o visa tion, totale ou sur cane v as, est ég alement une option.

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette Tutoriel Infuse Learning Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette 1- Présentation Infuselearning.com est un service web (en ligne) gratuit qui permet aux enseignants de créer des exercices

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Persepolis. Le Film et La Bande dessinée. «Une aventure culturelle de niveau A2-B1»

Persepolis. Le Film et La Bande dessinée. «Une aventure culturelle de niveau A2-B1» Persepolis Le Film et La Bande dessinée «Une aventure culturelle de niveau A2-B1» Dossier pédagogique pour les préparatoires du lycée Saint-Joseph d Istanbul Première partie : Devinons par l image Analyse

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 1 Culture Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction Thomas Sorin

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

Maquette générale (prof) : Le racisme

Maquette générale (prof) : Le racisme Maquette générale (prof) : Le racisme Maquette générale 1 Niveau : C2 Public : Élèves du secondaire Contexte d enseignement-apprentissage : Cours de FLE. Possibilité de travail en interdisciplinarité,

Plus en détail

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD.

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. est une bande dessinée publiée par les éditions Lombard. - scénario

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

Là où vont nos pères1

Là où vont nos pères1 Là où vont nos pères1 Ces pages ne cherchent pas à servir de guide d interprétation pour cet album sans paroles. Chacun y cherchera et y trouvera des significations personnelles, des situations familières

Plus en détail

on à l i m a ge Famille, Centres de loisirs, Maisons de quartier...

on à l i m a ge Famille, Centres de loisirs, Maisons de quartier... Ed uc ati on à l i m a ge L e s a te l i e r s d u c i n é m a p o u r to u s Famille, Centres de loisirs, Maisons de quartier... Clair Obscur vous propose des ateliers audiovisuels tout public, des séances

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Comment rédiger correctement le courrier électronique?

Comment rédiger correctement le courrier électronique? Comment rédiger correctement le courrier électronique? Courriel, Mail, Mél Quel terme employer? Si tous ces termes vous sont connus, la commission de Terminologie (qui fixe les termes que l administration

Plus en détail

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Directeur de production activité 1 APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Le directeur de production assume les responsabilités de la préparation, de la gestion budgétaire et du bon déroulement

Plus en détail

Quelques conseils pour le sous-titrage (Jean-Paul Aubert, Marc Marti, U. de Nice)

Quelques conseils pour le sous-titrage (Jean-Paul Aubert, Marc Marti, U. de Nice) Quelques conseils pour le sous-titrage (Jean-Paul Aubert, Marc Marti, U. de Nice) 1. Principes généraux : question de durée 1.1. Les règles La première contrainte à laquelle le sous-titreur est soumis

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

La rédaction d un courriel

La rédaction d un courriel La rédaction d un courriel Le courriel est un moyen de communication rapide et efficace pour transmettre des renseignements à des collègues, clients, supérieurs ou amis. Sa simplicité d utilisation permet

Plus en détail

Comment prendre des notes?

Comment prendre des notes? La prise de notes n est pas toujours obligatoire. Cependant, c est le meilleur moyen pour te rappeler ce qui s est passé durant le cours. C est ta MÉMOIRE! 1- Pour qui la prise de notes? Avant de commencer

Plus en détail

Virtualisez un système d'exploitation avec VirtualBox

Virtualisez un système d'exploitation avec VirtualBox Virtualisez un système d'exploitation avec VirtualBox Tutor iel 34 com m entair es V ous vous appr êtez à lir e un tutor iel r édigé par un membr e de ce site. M algr é tout le soin que ce membr e a pu

Plus en détail

Prévention des Risques routiers encourus par les salariés Enseignants et Non - Enseignants

Prévention des Risques routiers encourus par les salariés Enseignants et Non - Enseignants Prévention des Risques routiers encourus par les salariés Enseignants et Non - Enseignants 17.11.2008 Destinataires : Enseignants, Non-Enseignants et membres du CHSCT Objet : Le risque routier Conduire

Plus en détail

Voix parlée, voix lyrique. Vocabulaire

Voix parlée, voix lyrique. Vocabulaire Mythes et musique. Quelques éléments de compréhension Cette séquence intervient en fin d année scolaire et permet une transversalité avec les cours d histoire et de français. Elle revient sur deux mythes

Plus en détail

Le jogging d écriture

Le jogging d écriture Le jogging d écriture Ce projet, intitulé «jogging d écriture» d après une pratique québécoise s inscrit dans une pratique d ateliers d écriture. La pratique d ateliers d écriture doit se concevoir à partir

Plus en détail

La lettre d information de la médiathèque départementale

La lettre d information de la médiathèque départementale NEWS DU RESEAU Il était une fois «Les mots au Cœur des Arts» - Communauté de communes de la Baie du Mont Saint-Michel Les bibliothèques et la Communauté de communes de la Baie du Mont Saint- Michel proposent

Plus en détail

Tux Paint. 1. Informations générales sur le logiciel. Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software

Tux Paint. 1. Informations générales sur le logiciel. Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software 1. Informations générales sur le logiciel Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software Version : 0.9.13 Licence : GPL Date de parution : octobre 2004 Environnement requis :

Plus en détail

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman Les genres littéraires d un texte (1) Rappels Les genres littéraires sont une classifi cation qui permet de distinguer les textes en fonction de certaines caractéristiques d écriture. Voici les principaux

Plus en détail

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena La vente : votre nouvelle compétence Viroune Pholsena Conseillère éditoriale : Michelle Fayet La méthode PACTERA est une méthode déposée. Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070567-2 Introduction Vendre son

Plus en détail

EP 1 764 748 A1 (19) (11) EP 1 764 748 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 21.03.2007 Bulletin 2007/12

EP 1 764 748 A1 (19) (11) EP 1 764 748 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 21.03.2007 Bulletin 2007/12 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 1 764 748 A1 (43) Date de publication: 21.03.2007 Bulletin 2007/12 (51) Int Cl.: G07B 17/00 (2006.01) (21) Numéro de dépôt: 06119629.1 (22) Date de dépôt: 28.08.2006

Plus en détail

Synerway - Agent SQL Server

Synerway - Agent SQL Server Synerway - Agent SQL Server Guide d installation et d utilisation Version 3.1 Synerway - SQL Server Guide d installation et d utilisation (version 3.1) Logiciel 30/03/2010 SYNERWAY 102 rte de Limours Domaine

Plus en détail

MAITRISER VOTRE ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE. Des précautions essentielles

MAITRISER VOTRE ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE. Des précautions essentielles MAITRISER VOTRE ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE Des précautions essentielles Internet, c est un outil indispensable mais Les réseaux sociaux ne sont pas des espaces privés Vos propos peuvent avoir des répercussions

Plus en détail

Bureau v irtuel. Documentaires. Formations webs

Bureau v irtuel. Documentaires. Formations webs Personnalisez votre bureau dans l espace : profil Infos ENT Forum ENT Administration et Infos sur les nouveautés de l ENT, les formations TIC, virtuel Administration et profil Documents partagés Documents

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

Tâches d écriture 5f. Ces ressources peuvent servir de déclencheur, de modèle ou tout simplement d inspiration. La recette.

Tâches d écriture 5f. Ces ressources peuvent servir de déclencheur, de modèle ou tout simplement d inspiration. La recette. Tâches d écriture 5f Il est souvent difficile de motiver les élèves à écrire. TFO vous propose d utiliser des émissions, des sites Web et des documents imprimés pour donner un peu de piquant aux activités

Plus en détail

Poste 4 le montage. Le montage

Poste 4 le montage. Le montage 1/11 Le montage Conseils et astuces pour le montage de clips vidéo Situations de montage modèles Exercice pratique Information aux enseignants: logiciel de traitement vidéo 2/11 Un montage parfait! Description

Plus en détail

Projet de raccordement au réseau de transport de gaz naturel EXPRESSION PRELIMINAIRE DE BESOIN SITE :..

Projet de raccordement au réseau de transport de gaz naturel EXPRESSION PRELIMINAIRE DE BESOIN SITE :.. Projet de raccordement au réseau de transport de gaz naturel EXPRESSION PRELIMINAIRE DE BESOIN SITE :.. Document type : expression préliminaire de besoin client final Version / Révision Date de publication

Plus en détail

Centre de Récupération de SoftThinks

Centre de Récupération de SoftThinks Centre de Récupération de SoftThinks Table des matières Révisions... 1 Table des matières... 2 Introduction... 3 Quel est l objectif du Centre de Récupération de SoftThinks?... 3 Que pourrez-vous trouver

Plus en détail

Guide pratique Pandémie grippale

Guide pratique Pandémie grippale Guide pratique Pandémie grippale SERVICES À LA PERSONNE Les gestes de chacun font la santé de tous Page 1 1 GRIPPE SAISONNIERE ET PANÉMIE GRIPPALE La grippe es t une inf ection r espiratoire aigüe tr ès

Plus en détail

BRÉSIL. Frais techniques: e 140,- par couleur/position. techniques: 350,- Frais. 27x12cm EGALEMENT POSSIBLE. 21x10cm

BRÉSIL. Frais techniques: e 140,- par couleur/position. techniques: 350,- Frais. 27x12cm EGALEMENT POSSIBLE. 21x10cm BRÉSIL 27x12cm EGALEMENT POSSIBL E Frais techniques: e 140,- par couleur/position o 21x10cm EGALEMENT POSSIBLE Frais techniques: 350,- BRÉSIL Tous les visuels et textes sont protégés par copyright. Le

Plus en détail

Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique adapté

Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique adapté Compétences travaillées : Mettre en œuvre un protocole expérimental Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique

Plus en détail

METHODE IDENTIFIER LA NATURE D UN DOCUMENT

METHODE IDENTIFIER LA NATURE D UN DOCUMENT METHODE IDENTIFIER LA NATURE D UN DOCUMENT Dire «ce document est un texte» ou «c est un tableau de statistiques», cela ne suffit pas à donner avec précision la nature d un document. Plus cette nature est

Plus en détail

Jocatop : Lecthème lecture cycle 2

Jocatop : Lecthème lecture cycle 2 Jocatop : Lecthème lecture cycle 2 Logiciel de français permettant de différencier les parcours. PRESENTATION DE L OUTIL http://www.jocatop.fr Logiciel commercial : Prix 188 Configuration requise : Fonctionne

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 1. La fête de la musique Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Murielle Bidault, CAVILAM

Plus en détail

SAÉ - arts plastiques - secondairee GUIDE

SAÉ - arts plastiques - secondairee GUIDE SAÉ - arts plastiques - secondairee GUIDE Andrée-Caroline Boucher, service national du RÉCIT, domaine des arts RÉSUMÉ DE LA SITUATION Secondaire : facile à adapter au 3e cycle du primaire Il s agit d une

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

PROJET D'ANIMATION ATELIER DE DESSIN ANIME ASSISTE PAR ORDINATEUR - ATELIER TOON -

PROJET D'ANIMATION ATELIER DE DESSIN ANIME ASSISTE PAR ORDINATEUR - ATELIER TOON - PROJET D'ANIMATION ATELIER DE DESSIN ANIME ASSISTE PAR ORDINATEUR - ATELIER TOON - ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- - 1

Plus en détail

Formation TECHNICIEN RESEAU TELECOMMUNICATION D ENTREPRISE Niveau IV

Formation TECHNICIEN RESEAU TELECOMMUNICATION D ENTREPRISE Niveau IV Formation TECHNICIEN RESEAU TELECOMMUNICATION D ENTREPRISE Niveau IV BERGER Roland TRTE22L 1 TABLE DES MATIERES Table des matières p.2 Le p.3 Cisco Academy p.6 Schéma Réseau p.7 Téléphonie Réseau Téléphonique

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau A2.1 Descripteur global La personne peut : comprendre des phrases isolées et des expressions fréquemment

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP. Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT

DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP. Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT 1) Observation des applications sur la tablette numérique Nom de l application Contenu Remarques ABC

Plus en détail

Cours d algorithmique pour la classe de 2nde

Cours d algorithmique pour la classe de 2nde Cours d algorithmique pour la classe de 2nde F.Gaudon 10 août 2009 Table des matières 1 Avant la programmation 2 1.1 Qu est ce qu un algorithme?................................. 2 1.2 Qu est ce qu un langage

Plus en détail

TEPZZ 6Z85Z5A T EP 2 608 505 A2 (19) (11) EP 2 608 505 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

TEPZZ 6Z85Z5A T EP 2 608 505 A2 (19) (11) EP 2 608 505 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (19) TEPZZ 6Z8ZA T (11) EP 2 608 0 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 26.06.13 Bulletin 13/26 (21) Numéro de dépôt: 12197432.3 (1) Int Cl.: H04M 3/487 (06.01) H04M 7/00 (06.01)

Plus en détail

Geckoman : le superhéros

Geckoman : le superhéros Rubrique : Sur la piste Page : 6 et 7 Fiche pédagogique Magazine Explotechno Février 2015 Titre : Le gecko : un lézard techno! Geckoman : le superhéros Compétences Français Lire des textes variés Écrire

Plus en détail

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE MONOLOGUE SUIVI

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Dans le cadre du plan DUNE, l école a reçu, pour une période de 5 mois, 6 tablettes

Plus en détail

Pour travailler avec le film en classe Niveau b1...7. Avant la séance...4 L affiche...4 La bande-annonce...4 Après la séance... 5

Pour travailler avec le film en classe Niveau b1...7. Avant la séance...4 L affiche...4 La bande-annonce...4 Après la séance... 5 Festival Study guide Dossier pédagogique destiné aux adolescents 2014 (Homeland) présente Alliance Française FRENCH FILM FESTIVAL Table des matières Pour travailler avec le film en classe Niveau A2...4

Plus en détail

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE FICHE MEDIAS N 1 REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE A l'attention des enseignants des cycles II et III Initiative de sensibilisation au handicap mental l'écolensemble Objectifs pédagogiques

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION DOSSIER D INSCRIPTION Ce document doit être écrit de façon lisible, en LETTRES CAPITALES, sans oublier de mentionner les accents ou diverses ponctuations afin de permettre une saisie correcte des informations

Plus en détail

Déterminants possessifs

Déterminants possessifs POSSESSIFS MATÉRIEL POUR ALLOPHONES 1 Déterminants Déterminants référents Déterminants possessifs Le déterminant possessif indique une relation d appartenance, de possession, de parenté, d origine, etc.,

Plus en détail

www.cyberactionjeunesse.ca

www.cyberactionjeunesse.ca www.cyberactionjeunesse.ca CyberAction Jeunesse Canada 2011 Présentation de l organisme Projet pilote Prévention (approche en amont) Mission Objectif CyberAction Jeunesse Canada 2011 Plan de la présentation

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

La communication et la gestion de l'information

La communication et la gestion de l'information La communication et la gestion de l'information En informatique il existe plusieurs ressources matérielles qui permettent à un utilisateur de travailler, on appelle cet ensemble un poste de travail. Le

Plus en détail

TEPZZ 568448A_T EP 2 568 448 A1 (19) (11) EP 2 568 448 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G07F 7/08 (2006.01) G06K 19/077 (2006.

TEPZZ 568448A_T EP 2 568 448 A1 (19) (11) EP 2 568 448 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G07F 7/08 (2006.01) G06K 19/077 (2006. (19) TEPZZ 68448A_T (11) EP 2 68 448 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 13.03.2013 Bulletin 2013/11 (1) Int Cl.: G07F 7/08 (2006.01) G06K 19/077 (2006.01) (21) Numéro de dépôt:

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

CYCLE II Domaine d'activité : LE CORPS HUMAIN ET L'EDUCATIO N À LA SANTÉ

CYCLE II Domaine d'activité : LE CORPS HUMAIN ET L'EDUCATIO N À LA SANTÉ Les 5 sens CYCLE II Domaine d'activité : LE CORPS HUMAIN ET L'EDUCATIO N À LA SANTÉ Point du programme J 'A I 5 S E N S Compétences spécifiques Quels sens nous permettent de percev oir ce qui nous entoure?

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

MODE D EMPLOI DU LOGICIEL LIGNES DE TEMPS A partir du film La Mort aux trousses d Alfred Hitchcock

MODE D EMPLOI DU LOGICIEL LIGNES DE TEMPS A partir du film La Mort aux trousses d Alfred Hitchcock MODE D EMPLOI DU LOGICIEL LIGNES DE TEMPS A partir du film La Mort aux trousses d Alfred Hitchcock Pour ouvrir un projet Pour ouvrir un fichier projet, lancez Lignes de temps et cliquez sur Fichier ->

Plus en détail

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation Inscription en ligne FQSC Guide d utilisation Ce Guide est rédigé comme aide-mémoire pour l achat de votre licence sur le site internet de la FQSC. Dans un prem ier temps, vous devrez vous rendre sur le

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

Un ordinateur dans des conditions de test ou d évaluation

Un ordinateur dans des conditions de test ou d évaluation Un ordinateur dans des conditions de test ou d évaluation Nous allons voir comment créer un environnement d examen, aussi bien sur Mac que sur Windows. Il faut garder à l esprit qu il ne faut pas seulement

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

Mode d emploi. www.itycom.com/itystudio

Mode d emploi. www.itycom.com/itystudio Mode d emploi www.itycom.com/itystudio Sommaire Glossaire Introduction 6 Qu est ce qu ITyStudio? 6 A qui est-il destiné? 6 Le concept 7 Fonctionnement Global 8 Interface générale 9 Header 9 Création d

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

Qu est - ce qu une SAEM L? Une SAEM L (Sociét é Anony m e d Econom ie M ix t e Locale) est une sociét é de dr oit pr iv é, au

Qu est - ce qu une SAEM L? Une SAEM L (Sociét é Anony m e d Econom ie M ix t e Locale) est une sociét é de dr oit pr iv é, au Chais M agelis - 2003/ 2006 M aît r ise d ouv r age déléguée Qu est - ce qu une SAEM L? Une SAEM L (Sociét é Anony m e d Econom ie M ix t e Locale) est une sociét é de dr oit pr iv é, au sein de laquelle

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002.

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002. Cycle 3 3 ème année PRODUCTION D'ECRIT Compétence : Ecrire un compte rendu Faire le compte rendu d'une visite (par exemple pour l'intégrer au journal de l'école ) - Production individuelle Précédée d'un

Plus en détail

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC Par: Jean-Pierre Brun, professeur Éric Plante, Professionnel de recherche Sondage par: Léger Marketing Mars 2004 DÉFINITION DU HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE

Plus en détail

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS)

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) Département fédéral des affaires étrangères DFAE Direction des ressources DR Personnel DFAE Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) L ensemble des données figurant dans ce questionnaire sont soumises

Plus en détail

Objectif (socio-) linguistique : enrichir le vocabulaire lié à l espace, le lexique lié à l apparence physique.

Objectif (socio-) linguistique : enrichir le vocabulaire lié à l espace, le lexique lié à l apparence physique. Atomic Betty Thème Jeunesse Concept Cette série de dessins animés présente les aventures de Betty, une super héroïne qui sauve la galaxie et ses habitants des pires dangers qui la menacent. Quand la sonnerie

Plus en détail

L Œil du Baobab Production. présente L AUTO STUDIO TOURNAGE DANS UN TAXI ANGLAIS LE CINEMA DANS VOTRE ENTREPRISE

L Œil du Baobab Production. présente L AUTO STUDIO TOURNAGE DANS UN TAXI ANGLAIS LE CINEMA DANS VOTRE ENTREPRISE L Œil du Baobab Production présente L AUTO STUDIO TOURNAGE DANS UN TAXI ANGLAIS LE CINEMA DANS VOTRE ENTREPRISE Contact Chef de projet / Marc Pueyo 0033 (0)6 60 28 49 48 L ŒIL DU BAOBAB PRODUCTION MOTIVATIONS

Plus en détail

Sortie de Résidence Compagnie Satellite Vendredi 23 mai 2014

Sortie de Résidence Compagnie Satellite Vendredi 23 mai 2014 Sortie de Résidence Compagnie Satellite Vendredi 23 mai 2014 Béziers Villa Antonine - Y a trois filles qui font des trucs bizarres devant les Arènes. Et sur les Allées. A la Villa Antonine aussi C est

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la direction de projets audiovisuels Le master Création, Production, Images. Cinéma interactif et transmédia de l Institut

Plus en détail

outil RÉFÉRENCE GLOSSAIRE Agrégateur (n. m.) : logiciel qui permet de recevoir tous les fils RSS auxquels on est abonné.

outil RÉFÉRENCE GLOSSAIRE Agrégateur (n. m.) : logiciel qui permet de recevoir tous les fils RSS auxquels on est abonné. outil RÉFÉRENCE 8 GLOSSAIRE Agrégateur (n. m.) : logiciel qui permet de recevoir tous les fils RSS auxquels on est abonné. Ambiance sonore (n. f.) : ensemble des bruits ambiants et des bruits de fond qui

Plus en détail

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires)

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Seule une attitude commune et responsable des compositeurs permettra une défense de nos

Plus en détail

Réaliser un diaporama sonorisé ou un film d'animation. avec windows Movie Maker

Réaliser un diaporama sonorisé ou un film d'animation. avec windows Movie Maker Réaliser un diaporama sonorisé ou un film d'animation avec windows Movie Maker Ce logiciel est disponible sur tous les ordinateurs installés avec windows XP, vista... Le logiciel est livré avec. Pour windows

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 Nom: Prénom: Comme tu le sais sûrement, le CECRL (Cadre Européen de Référence pour les Langues) a été adopté dans les programmes de langues

Plus en détail

Diplôme d études EN langue française DELF A2. Option professionnelle. Document du candidat Épreuves collectives

Diplôme d études EN langue française DELF A2. Option professionnelle. Document du candidat Épreuves collectives Diplôme d études EN langue française DELF A2 Option professionnelle Document du candidat Épreuves collectives Compréhension de l'oral Compréhension des écrits Production écrite Code candidat :... 13/04/2010

Plus en détail

Jeu concours La terre vue du Collège

Jeu concours La terre vue du Collège Jeu concours La terre vue du Collège Canevas pour Bande-dessinée Collège Camille Claudel Rue Henri Dunant 86400 CIVRAY 3ème B, Groupe 1, Option Découverte Professionnelle 3 Heures 1/18 RÈGLE DU JEU CONCOURS

Plus en détail

SMS sur le réseau fixe

SMS sur le réseau fixe SMS sur le réseau r fixe Sommaire: Concept Schéma de principe Envoi et réception r de SMS Configuration Combien cela coûte? Exemples : téléphones t fixes avec SMS Conclusion Concept Envoi et réception

Plus en détail

MANUEL D ISTRUCTIONS GRILLADE À GAZ

MANUEL D ISTRUCTIONS GRILLADE À GAZ FR MANUEL D ISTRUCTIONS GRILLADE À GAZ G9FL4M G9FR4M 531 5601 041 07 06 T 375 (1/2"G) 567 06 T 531 375 (1/2"G) 567 5601 041 07 130 270 13,5 (1/2" G) 130 270 13,5 (1/2" G) 400 400 G9FM8M-2 G9FL8M-2/CR 5601

Plus en détail

Noël des enfants qui n'ont plus de maisons

Noël des enfants qui n'ont plus de maisons Chur SS Piano CLAUDE DEBUSSY Noël des enants qui n'ont lus de maisons (1915) Charton Mathias 2014 Publication Usage Pédagogique maitrisedeseinemaritimecom Yvetot France 2 Note de rogramme : Le Noël des

Plus en détail