Écrir e un film de fiction

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Écrir e un film de fiction"

Transcription

1 Écrir e un film de fiction 1. Le sy no ps is Résumé de l histoir e à g rands traits. Disons une page dactylog raphiée par heur e. Le pitch (sujet, idée) tient, lui, en une ou deux phrases. 2. Le sc én ar io Il peut aussi porter le nom de «contin uité dialoguée». a. Mise en for me g raphique Le film est découpé en scènes n umér otées. À c haque déb ut de scène, figur e en lettr es CAPI- T ALES (et év entuellement en GRAS ), bien identifiab les, - le n umér o de la scène, afin de sa v oir à quel moment du récit on se situe. - les indica tions de décor ou le lieu et le moment de la jour née où la scène se dér oule (précisément indiqué)s : - E X T., signifie que le lieu de tour nage sera en e xtérieur. - I N T., qu il s agira d un intérieur. Puis : J O U R ou N U I T, A U B E... Et enfin, év entuellement, le lieu précis : P A R V I S D E L É G L I S E, C H A M B R E D E P I E R R E, H A L L D E L A É R O P O R T, etc. P ar e x emple: 1 5. E X T. N U I T - D E V A N T L A B R A S S E R I E D E P A U L A près ces pr emièr es indica tions, quelques lignes peuv ent présenter la scène, en indiquant ce qui se passe à l écran. Ensuite nous r entr ons dans le cor ps, à pr opr ement par ler du scénario, en indiquant le nom du per sonnage qui v a s e xprimer et la teneur de son dialogue. Quelques indica tions de r ythme, de ton, en cour s de dialogue peuv ent êtr e notées, en c hangeant de typog raphie (entr e par enthèses). ou P I E R R E, s o u d a i n t r è s e n c o l è r e P I E R R E ( s o u d a i n t r è s e n c o l è r e ) Les dialogues doiv ent êtr e clair ement identifiés, ainsi que les noms des per sonnages qui s e x- priment. Une page écrite en cor ps 14, à un inter ligne et demi, cor r espond à une min ute du film. Un long métrage d une durée d une heur e tr ente compr end donc à peu près 90 pages. Un outil inf or ma tique g ra tuit, Celtx, per met de gér er ces questions, et bien d autr es. b. Style/écritur e Le lang age doit êtr e simple, dir ect. Rien de littérair e : le scénario est un simple outil, un instrument de tra v ail ; il n a pas d e xistence artistique en soi. Le récit est entièr ement au présent de l indicatif. c. Ne figur ent généralement pas dans le scénario : - les cadr es/mouv ements de caméra (tra v elling, g r os plan, plan ser ré, etc.) - les indica tions tec hniques en général - les indica tions du type : ellipse, une min ute plus tar d... - le découpage plan par plan (v oir «Découpage tec hnique»).

2 Lor sque l on décrit un per sonnage ce n est pas la peine de donner tr op de détails v estimentair es ou sur ses déplacements. Les seules indica tions qui ser ont nécessair es sont celles qui nous r enseignent sur ce per sonnage. Les éléments pur ement descriptifs sur son ph ysique ou sur le décor qui l entour e ne fer ont que diluer l enjeu de la scène. Les descriptions doiv ent êtr e signifiantes en ter mes d image. d. Histoir e Elle est rég lée de la même manièr e que dans tous les autr es types de récit (r oman, bande dessinée, conte, etc.) On part d une Situation Initiale stab le, r ompue par un Événement P erturbateur, qui amène le hér os à entr e pr endr e des Actions, lesquelles r eçoiv ent des Sanctions, pour finalement débouc her sur une Situation Finale stab le de nouv eau (mais pas la même stabilité en général). Ces étapes peuv ent s enc haîner, se r edoub ler, s emboîter, etc. On peut classer les per sonnages/f or ces agissantes/éléments interv enant dans l histoir e en six ca tégories : - le Sujet, qui agit - l Objet, qui est le b ut qu il c her c he à a tteindr e - l Adjuvant, qui l aide dans sa quête - l Opposant, qui c her c he à l empêc her - le Destinateur, qui confèr e la mission - le Destinatair e, à qui est destiné l objet de la quête Chacun de ces éléments peut êtr e pluriel. A utr ement dit, un per sonna ge a un désir. Il r encontr e des obstac les, mais aussi des aides, se r e- tr ouv e au cœur de conf lits, qu il résout (ou non) et a tteint son b ut (ou non). e. Récit/Narration L histoir e (ce qui est raconté, la fiction) est moins importante que la manièr e dont v ous la traitez (le récit, la nar ra tion). Un typhon est un typhon ; mais vu par Buster K ea ton ( Steamboat Bill J unior ) ou par J an de Bont ( T wister, scénario de Mic hael Cric hton), il ne donne pas le même film. Il faut toujour s se placer du point de vue du specta teur, qui est, selon le mot de J ean R enoir, celui qui «finit le film» : - Il faut c her c her ce qui peut fa v oriser son identification ; le r ecour s à des événements sur pr enants non préparés (le hér os g agne à la loterie, le méc hant se fait écraser par hasar d, etc.) ou mélodrama tiques (maladie g ra v e de l hér oïne bien méritante, etc.) n est pas crédib le et lasse. P ensez aussi que l identifica tion v ariee, elle peut très bien passer, dans le cour s du film, d un per sonnage à l autr e. - Que quelque c hose soit vrai n a aucune importance. Ce qui compte est que le specta teur pense que ça peut l êtr e ; ce que v ous racontez doit êtr e vr aisemb lab le. «Le vrai peut quelquef ois n êtr e pas vraisemb lab le.» (Boileau) - Ce que le réalisa teur souhaite (r egistr e, émotions, etc.), c est en définitiv e le spectateur qui en décide ; si v ous réalisez un film d hor r eur où les gens hur lent, mais de rir e, c est v ous qui a v ez tort. - le r ythme est essentiel (a ttention, ce mot n est pas synon yme de «vitesse», un r ythme peut êtr e lent) ; c est cet élément qui fait que le specta teur r este a ttentif. Là encor e, c est la manièr e de raconter qui prime : un film ne v a pas vite par ce que ses per sonnages cour ent. Un der nier conseil : c her c her à êtr e original est souv ent le meilleur moy en de ne pas y par v enir. Êtr e soimême est le bon moy en.

3 f. Les g randes par ties du récit - Exposition Intr oduction d un certain nombr e d inf or ma tions nécessair e à la compréhension du récit.. L e xposition ne doit pas donner l impr ession d en êtr e une. Accr oc he : a ttiser l a ttention du specta teur. Naissance du désir c hez le(s) per sonnage(s). Le désir peut êtr e : - pr emier (le hér os doit sauv er le monde) - secondair e (sa sa tisfaction est nécessair e, mais pas suf fisante pour que le désir pr emier soit sa tisfait -> le hér os a ttac hé c her c he à se libér er de ses liens pour ar rêter le méc hant et ainsi sauv er le monde). - Nœud Le désir r encontr e un obstacle. Il s ensuit un conf lit. Ce der nier peut êtr e : - e xter ne - réactionnel (les intérêts du per sonnage s opposent à ceux de quelqu un d autr e) - moral/d idées - inter ne - d intérêts per sonnels - moral/d idées (un prêtr e per d la f oi) L opposition monte jusqu à un «climax». Dans un film claqssique, ce der nier doit se situer le plus près possib le de la fin. - Dénouement Il doit naîtr e des données de l histoir e et non d une interv ention e xtérieur e ( deus e x mac hina ). Il peut êtr e : - fer mé (tous les pr ob lèmes ont tr ouvé leur solution) - ouv ert (tout n est pas résolu) - cy clique (la fin boucle a v ec le déb ut). g. La g estion de l infor mation Un film est une succession d inf or ma tions, du déb ut à la fin. Les inf or ma tions en question sont - sues (données une f ois dans le cour s du film, en passant), ou - r etenues (données a v ec insistance, de sorte que le specta teur sait qu il sait. Il est nécessair e de répéter au moins qua tr e f ois, dit-on au théâtr e). - Implants («plants») C est une inf or ma tion donnée en amont pour justifier un élément en a v al. P ar e x emple, dans Psy c hose, Hitc hcock nous présente tout de suite Nor man Ba tes comme taxider miste. Plus besoin de longue e xplica tion à la fin. Il est nécessair e que les implants soient r emar qués, mais il faut éviter qu ils soient «téléphonés» : le specta teur doit enr egistr er l inf or ma tion, mais pas de viner où elle mène). L implant d intérêt vise à év eiller l a ttention du specta teur sur un élément qui v a jouer un rôle par la suite. Le f aux implant (ég alement nommé r ed her ring/f ausse piste ) consiste à a ttir er l a ttention sur un élément qui, finalement, ne servira à rien (le b us sur la r oute où a ttend Car y Grant dans La mort aux tr ousses d Hitc hcok). Dif ficile à réussir et désastr eux si l ef fet est ra té.

4 - P ar ta g e de l inf or ma tion Le scénariste peut partager les inf or ma tions de manièr e inég ale entr e le per sonnage et le specta teur. Le specta teur sait ne sait pas Le per sonnage sait ne sait pas - [ qui est l assassin dans Columbo. ] Supériorité Suspense F rustra tion du specta teur (séquence du plan dit à v oix basse par un per sonnage à l or eille d un autr e) Ignorance absolue/ Désinf or ma tion ( Usual Suspects ) h. Comment entr er dans un scénario Ce peut êtr e une bonne c hose d a v oir toujour s sur soi un car net et un cra y on, v oir e un dictaphone (certains lecteur s MP3 of fr ent cette f onction). V ous pouv ez v ous en servir pour noter une idée, une réf le xion entendue, un action vue. Sans êtr e f or cément le point de départ d un scénario, ce que v ous observ ez (il faut êtr e toujour s aux aguets, ouv ert à l autr e) peut enric hir une histoir e. De quoi peut-on partir? - d un car actèr e e x. : indécis -> bonne idée (déclenc he des situa tions) e x. : menteur -> fausse bonne idée (comment le montr er?) - d une f or me e x. : des actions en parallèle e x. : un objet qui cir cule e x. : un film de science fiction (genr e) - d un conce pt e x. : conce pt de point de vue (un per sonnage vu par plusieur s témoins) e x : conce pt d écritur e (le plan-séquence) - d un lieu e x. : le train e x. : une maison - d un messa ge qu on v eut fair e passer a v antage : la situa tion est conten ue dans le message, il suf fit de l en fair e sortir. danger : si le film se réduit au message, il sera enn uy eux. Ne pas non plus fair e d un des per - sonnages son porte-par ole. C est l action qui porte le message. e x. : On a toujour s besoin d un plus petit que soi. Le point de départ est moins important que le questionnement auquel on le soumet. C est par ce questionnement que l on parvient à construir e une ébauc he d histoir e. Ex. : à pr opos de la maison - Où sommes-nous? Dedans ou de hor s? - Dedans. Dans quelle pièce? - Une c hambr e. D adulte ou d enfant? - D adulte. À quoi r essemb le le lit? Lar ge? Étr oit? - P eut-on v oir des vêtements? Sont-ils rangés? Épar s? - D homme et/ou de femme? - À combien de per sonnages semb lent-ils appartenir? Il s agit de laisser aller son imagina tion, mais toujour s dans l idée de construir e. Dans l e x emple précédent, on finira par tr ouv er des per sonnages, et l ébauc he d une situa tion.

5 i. Le per sonna g e

6

7 j. Les g enr es Il est nécessair e de définir dans quel genr e v a s inscrir e le film que l on écrit. V oici quelques genr es cinéma tog raphiques majeur s (la liste n est pas complète).

8 k. Les r e gistr es Encor e quelque c hose dont on doit êtr e conscient. Il s agit de l ef fet que l on c her c he à pr oduir e sur le specta teur.

9 3. Le s di al o gu es a. Dif fér ence a v ec les dialo gues de théâtr e A u théâtr e toute l inf or ma tion passe par les dialogues, puisque c est tout ce que le spectateur et le lecteur ont (en dehor s de quelques didascalies, mais elles sont plutôt destinées à l acteur et au metteur en scène). A u cinéma c est l image qui prime, le dialogue n est qu un mo y en d inf or ma tion par mi d autr es. «Quand on r eg ar de un film en langue étrangèr e sans traduction et que l on ne compr end rien, cela n a rien à v oir a v ec notr e métier.» (Otar Iosseliani) T outef ois, bien sûr, un certain nombr e d inf or lma tions passent na tur element par les dialogues, les noms des per sonnages par e x emple. b. Construction d un dialo gue - les tr ois temps I. Ouv ertur e F or m ules de politesse, «Bonjour», «comment ça v a?», etc. Il s agit de rituels de confir ma tion des r ela tions sociales entr e les per sonnages. P our des questions de r ythme et d intérêt, cette partie est très souv ent supprimée ou très réduite dans les dialogues fictifs (cinéma, théâtr e, r oman, etc.). II. T r ansaction C est évidemment la partie la plus importante, là où se joue la r ela tion entr e les per sonnages. Il faut le considér er comme un comba t. Les deux (ou plus) inter locuteur s peuv ent désir er des c hoses dif fér entes, opposées, ou identiques ( l enjeu ). Leurs paroles doivent caractériser les interlocuteurs. Chacun doit s exprimer avec le ton qui convient à son identité, à son être social, à la thèse qu il défend. Le statut des interlocuteurs dans le dialogue doit être défini. Sont-ils à égalité? L un domine-t-il? L un d eux aura-t-il le dernier mot? Le dialogue suit un itinérair e, c est-à-dir e qu il part d un point (position du pr ob lème) pour aboutir à un autr e ( accord, désaccord renouvelé, nouveau désaccord, compromis, statu quo, victoire de l un, ) Les répliques s enchaînent toujours selon trois modes : question-réponse, opposition [affirmation-objection], reprise [d un mot, d une expression, d une idée]. Le rythme de l échange. Répliques brèves ou longues, travailler sur la variation. III. F er metur e Mêmes r emar ques qu en ce qui concer ne l ouv ertur e. On n écrit ces deux temps que s ils ont une raison d êtr e, qu ils mar quent une év olution des rapports entr e les per sonnages («Bonjour, madame/a u r e v oir, ma c hérie»). Sinon on les passe. c. La question du natur el La tendance majoritair e est d écrir e des dialogues qui paraissent na tur els. Mais ce n est pas ob lig a toir e. On peut très bien, comme par e x emple les auteur s de la «Nouv elle V ague» (Éric R ohmer entr e autr es), c hoisir un mode d e xpr ession appar emment antina tur el, si l on r ec her - c he un ef fet particulier. D une manière générale, au niveau de l écriture, on ne doit jamais essayer d imiter le parler de la vie quotidienne, en croyant ainsi être naturel ; on doit essayer de «se mettre mentalement les mots en bouche», afin que le lecteur puisse en faire autant. L impr o visa tion, totale ou sur cane v as, est ég alement une option.

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais Le libre-service à la médiathèque de Calais 1 Eléments déclencheurs 1. La r énov at i on de l a médi at hèque c ent r al e 2. La r ec her c he d' une nouv el l e r el at i on av ec l e publ i c 3. L' oppor

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

PROGRAMMATION ÉCRITURE LECTURE Mon CP avec Papyrus Manuel + fichier d exercices

PROGRAMMATION ÉCRITURE LECTURE Mon CP avec Papyrus Manuel + fichier d exercices PREMIÈRE PÉRIODE Support : Conte La planète des Alphas Étude du code - a, o, i, u, y, é, e, f, - Combinatoire - m, s, r, l, j, ch, v - Écrire des syllabes. - Écrire des mots. - Écrire une phrase dictée.

Plus en détail

file://c:\mes%20documents\web%20expert\www%20pointeuses%20net%20version%204\presence\sol...

file://c:\mes%20documents\web%20expert\www%20pointeuses%20net%20version%204\presence\sol... Page 1 de 9 Cliquez sur l'animation pour retourner à l'accu eil T erminal de pointage limité à 50 personnes par terminal (un site per met la pr ésence d'un seul terminal gérant 50 personnes; le logiciel

Plus en détail

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE NOM : Prénom Date de naissance : LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE Classe de toute petite section Année scolaire Nom et adresse de l école Nom des enseignants Classe de petite section Classe de

Plus en détail

Rencontre avec un auteur : Thierry Lenain

Rencontre avec un auteur : Thierry Lenain Rencontre avec un auteur : Thierry Lenain Fiche pédagogique réalisée par Françoise Raguin, BCDiste et Sylvie Guasch, professeur des écoles Ecole André Malraux Courbevoie (92) Année scolaire :2009-2010!

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA RENCONTRE PROFESSIONNELLE «INTRODUCTION AUX OUTILS FONDAMENTAUX DE LECTURE ET D ANALYSE DES SCENARIOS» I PAGE 1

COMPTE-RENDU DE LA RENCONTRE PROFESSIONNELLE «INTRODUCTION AUX OUTILS FONDAMENTAUX DE LECTURE ET D ANALYSE DES SCENARIOS» I PAGE 1 I PAGE 1 LE CADRE Rencontre professionnelle organisée par Films en Bretagne, en partenariat avec Groupe Ouest et Clair Obscur. Dans le cadre du Festival Travelling 2015. Lundi 9 février 2015 I Rennes SEMINAIRE

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010 TABLEAU SYNOPTIQUE Court métrage Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 Madagascar, carnet de voyage Bastien Dubois Animation - 12 00 2009 Thèmes L adolescence, le sentiment amoureux,

Plus en détail

Montage de projet territorial

Montage de projet territorial Montage de projet territorial Collectivités Date(s) en fonction de vos/nos disponibilités A partir du 1er Septembre 2014 L offre La c oo pé r at iv e Cr es na v ous p ropos e de cr é er et c oo r do n

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette Tutoriel Infuse Learning Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette 1- Présentation Infuselearning.com est un service web (en ligne) gratuit qui permet aux enseignants de créer des exercices

Plus en détail

Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon»

Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon» Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon» Ecouter et comprendre un texte lu par l adulte Prendre des indices dans le texte pour entrer dans la compréhension de l'histoire

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

Poste 3 c est le son qui fait le film

Poste 3 c est le son qui fait le film 1/6 C est le son qui fait le film! L effet produit par la musique dans les vidéos Conseils et astuces pour la postsonorisation de matériel vidéo enregistré 2/6 C est le son qui fait le film! Description

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 PARTIE 1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés....7 Chapitre 1. L impératif de sécurité informatique....11 Sec tion 1. La néces saire

Plus en détail

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps a l e i y m u r o f n v w s j z Une lettre qui donne un son bref (en valeur de base) d t b p c k q g 2-3 lettres qui donnent ensemble toujours

Plus en détail

des progressions des apprentissages à l école maternelle

des progressions des apprentissages à l école maternelle Tableaux des progressions des apprentissages à l école maternelle À l école maternelle, les écarts d âges entre les enfants, donc de développement et de maturité, ont une importance très forte ; le fait

Plus en détail

Résumé de l'avis de l'académie des sciences "L'enfant et les écrans"

Résumé de l'avis de l'académie des sciences L'enfant et les écrans Résé de l'avis de l'académie des sciences "L'enfant et les écrans" http://wwwacademiesciencesfr/activite/rapport/avis0113pdf réalisé par Gilles Moneyrol, conseiller pédagogique TCE en Gironde (circonscriptions

Plus en détail

Un livret pour les ados

Un livret pour les ados Un livret pour les ados Sources : Livret préparé par : Ministère de la Santé de la Nouvelle-Écosse, Direction de la santé mentale Rédactrice : Nancy Green, stagiaire de l Université Dalhousie, Promotion

Plus en détail

Simplicité et efficacité

Simplicité et efficacité Migration vers la nouvelle version du logiciel Simplicité et efficacité www.thunderbee.org Plan Pro c é dure Wind o w s Pro c é dure Mac Mis e à jo ur de s mo dule s 17/07/15 www.thunderbee.org 2 Pro c

Plus en détail

Correspondance entre L1 32 Production de l écrit (PER) pour le degré secondaire et les manuels de français Atelier du langage et Livre unique Français

Correspondance entre L1 32 Production de l écrit (PER) pour le degré secondaire et les manuels de français Atelier du langage et Livre unique Français 3 Direction de l'instruction publique du canton de Berne Août 2013 COMEO Commission des moyens d enseignement et du plan d études du canton de Berne Correspondance entre (PER) pour le degré secondaire

Plus en détail

Activité 4. CE et CO / PO et PE. Analyser l écriture cinématographique. A vous maintenant! L écriture cinématographique

Activité 4. CE et CO / PO et PE. Analyser l écriture cinématographique. A vous maintenant! L écriture cinématographique B1 Activité 4 Analyser l écriture cinématographique CE et CO / PO et PE Durée de l activité : 2 séances de 60mn Être capable de - Identifier les échelles de plans et les interpréter - Mettre en relation

Plus en détail

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE Au regard des programmes-cadres Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario, 9e et 10e année 2010 (révisé) et Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario

Plus en détail

Persepolis. Le Film et La Bande dessinée. «Une aventure culturelle de niveau A2-B1»

Persepolis. Le Film et La Bande dessinée. «Une aventure culturelle de niveau A2-B1» Persepolis Le Film et La Bande dessinée «Une aventure culturelle de niveau A2-B1» Dossier pédagogique pour les préparatoires du lycée Saint-Joseph d Istanbul Première partie : Devinons par l image Analyse

Plus en détail

Guide FO du salarié en chômage partiel

Guide FO du salarié en chômage partiel Imprimer ce dossier fermer cette fenêtre Guide FO du salarié en chômage partiel Pré face Par Jean-Claude Mailly, Secrétaire Général de Force Ouvrière. Depuis plusieurs mois, des entreprises placent leurs

Plus en détail

GRILLE D AUTO-EVALUATION DES COMPETENCES NIVEAU A1/A2 = Palier 1

GRILLE D AUTO-EVALUATION DES COMPETENCES NIVEAU A1/A2 = Palier 1 Grille rentrée 2010 / 11 GRILLE D AUTO-EVALUATION DES COMPETENCES NIVEAU / = Palier 1 Depuis 2006, le CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues) a été adopté dans les programmes de Langues

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

PRESENTATION DE BAABAHUU JICI. 37 coopératives, 700 producteurs et productrices membres

PRESENTATION DE BAABAHUU JICI. 37 coopératives, 700 producteurs et productrices membres Union des Coopératives Agricoles Productrices de Blé Diré Carte de visite de Baabahuu Jici à l occasion de la visite de son Excellence Monsieur le Premier Ministre Diré, le 15 décembre 2005 PRESENTATION

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Autour du cinéma pour former des spectateurs de plus en plus connaisseur

Autour du cinéma pour former des spectateurs de plus en plus connaisseur Autour du cinéma pour former des spectateurs de plus en plus connaisseur «À l heure où tout est prétexte à capturer les images et à les diffuser, il est important d offrir aux jeunes une éducation au regard.

Plus en détail

Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours

Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours S approprier le langage - Cycle 1 Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours Compétence attendue à l issue de l école Programme 2008 Livret scolaire

Plus en détail

Chapitre XI : Gaz réels

Chapitre XI : Gaz réels hite XI : Gz ées hite XI : Gz ées XI- : Intodution : L étude de omessiiité d un gz été fite en emie ieu OYLE (6) et MRIOE (676) et fut ométée u ous du XIX sièe de noueu eéimentteus : REGNL, NER, MG L omessiiité

Plus en détail

Grille de référence. Socle commun de connaissances et de compétences. Livret de connaissances et de compétences

Grille de référence. Socle commun de connaissances et de compétences. Livret de connaissances et de compétences Socle commun de connaissances et de compétences Livret de connaissances et de compétences Grille de référence - La pratique d une langue vivante étrangère - Octobre 2007 eduscol.education.fr/soclecommun

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 3. Pierre Magnan, auteur à succès Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Murielle Bidault,

Plus en détail

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours.

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours. GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2011-2012 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

c a f é a u l i t > deutsch

c a f é a u l i t > deutsch > english > français > deutsch coordonnées paris 19. arrondissement Métro Jourdain contact: weiswald http://cafeaulit.com Accès : - par avion : Aér oport Roissy Charles De Gaulle puis RER B jusqu à gar

Plus en détail

Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues. DELF Prim A2. Livret de l examinateur. Production orale PMA22S008 04/06/13

Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues. DELF Prim A2. Livret de l examinateur. Production orale PMA22S008 04/06/13 Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues Livret de l examinateur Production orale PMA22S008 04/06/13 Épreuve de production / interaction orale 25 points Cette épreuve est composée

Plus en détail

Séquence : création de films d animation

Séquence : création de films d animation Animation pédagogique : TNI et maîtrise de la langue (mercredi 12 décembre 2012) Compétences du socle (palier2):. DIRE. LIRE - Compétence1 maîtrise de la langue :. ECRIRE.ETUDE DE LA LANGUE Séquence :

Plus en détail

Document réalisé par Laëtitia Kadur d après le travail de l équipe enseignante d Exideuil De la TPS au CM2 Année scolaire 2013-2014 En juin 2014 avait lieu la projection du film d animation «Les trois

Plus en détail

Que s est-il passé? Reprenons tout à zéro! Bon, on se calme! On respire! Ma mère a fait une tête! Ça ne va pas, maman? 2. Mon père a pété les plombs!

Que s est-il passé? Reprenons tout à zéro! Bon, on se calme! On respire! Ma mère a fait une tête! Ça ne va pas, maman? 2. Mon père a pété les plombs! Que s est-il passé? 1 Associe les éléments de la BD aux mots qui leur correspondent. Bon, on se calme! On respire! Reprenons tout à zéro! Tout a commencé quand......les parents ont reçu des vrais-faux

Plus en détail

Portraits DVD UNITÉ. Vous allez apprendre à. décrire et localiser des objets. identifier quelqu un.

Portraits DVD UNITÉ. Vous allez apprendre à. décrire et localiser des objets. identifier quelqu un. UNITÉ 2 Portraits Vous allez apprendre à décrire et localiser des objets. montrer et situer des objets et des personnes. exprimer la possession. exprimer des goûts. indiquer des couleurs. demander et dire

Plus en détail

ACTIVITÉ DE COMPREHENSION ORALE. Niveau A1. Allô?

ACTIVITÉ DE COMPREHENSION ORALE. Niveau A1. Allô? ACTIVITÉ DE COMPREHENSION ORALE Niveau A1 Allô? Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - la transcription du document sonore - une fiche d auto-évaluation Auteurs-concepteurs

Plus en détail

Collège français d Ibiza 07800 IBIZA ILES BALEARES Espagne

Collège français d Ibiza 07800 IBIZA ILES BALEARES Espagne 1 Collège français d Ibiza 07800 IBIZA ILES BALEARES Espagne Madame, Monsieur, chers parents, Vous avez le projet d inscrire votre enfant au collège français d Ibiza et nous vous remercions de l intérêt

Plus en détail

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona Guide de lecture Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona 1 1. Introduction et contextualisation. 2. Pourquoi lire ce livre? 3. Questions et activités

Plus en détail

Planifier mon texte narratif

Planifier mon texte narratif Stratégies 1.1.4 Je cherche et je note des idées pour construire mon histoire, l intrigue, les personnages. 1.1.6 Je discute de mon plan avec d autres élèves ou avec mon enseignant. J utilise Padlet pour

Plus en détail

Quellesénergies pour demain

Quellesénergies pour demain Vie d'entreprise Loiret LARÉPUBLIQUE DU CENTREMARDI 5 AVRIL 2011 47 ENBREF AGROALIMENTAIRE LSDH conditionner a le lait bio des magasins U L accor daété signé lors de l assemblée générale de Bi o lait,

Plus en détail

Imagerie de l ostéoporose Séminaire UNAFORMEC-AMMPPU 19 et 20 mai 2011 Dr Nicolas Roux, rhumatologue, Hôpital Belle-Isle (Metz)

Imagerie de l ostéoporose Séminaire UNAFORMEC-AMMPPU 19 et 20 mai 2011 Dr Nicolas Roux, rhumatologue, Hôpital Belle-Isle (Metz) Imagerie de l ostéoporose Séminaire UNAFORMEC-AMMPPU 19 et 20 mai 2011 Dr Nicolas Roux, rhumatologue, Hôpital Belle-Isle (Metz) 1/Radiographies standard: pour diagnostiquer la fracture mais pas en dépistage++

Plus en détail

RT 2012 un an après 28 Novembre 2013 - Narbonne

RT 2012 un an après 28 Novembre 2013 - Narbonne RT 2012 un an après 28 Novembre 2013 - Narbonne Page 1 MAF PRÉSENTATION Page 2 MAF et EUROMAF Assureurs des concepteurs du bâtiment Depuis 1931, la MAF permet aux architectes d exercer leur métier en garantissant

Plus en détail

Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie de travail

Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie de travail Ernest et Célestine Benjamin Renner,Vincent Patar et Stéphane Aubier 2012 France, Belgique, Luxembourg, 76 minutes, dessin animé, couleur Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie

Plus en détail

ECRITURE FORMATIONS PRODUCTION REALISATION. PAOMULTIMÉDIAWEB3DCINÉMAAUDIOVISUELSON La formation idéale existe, nous l avons inventée!

ECRITURE FORMATIONS PRODUCTION REALISATION. PAOMULTIMÉDIAWEB3DCINÉMAAUDIOVISUELSON La formation idéale existe, nous l avons inventée! FORMATIONS ECRITURE REALISATION PRODUCTION PAOMULTIMÉDIAWEB3DCINÉMAAUDIOVISUELSON La formation idéale existe, nous l avons inventée! Karine > 01 43 80 23 51 06 82 25 59 49 karine@ellipseformation.com www.ellipseformation.com

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 1 Culture Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction Thomas Sorin

Plus en détail

Guide ESLC destiné aux élèves pour le test sur ordinateur [FR]

Guide ESLC destiné aux élèves pour le test sur ordinateur [FR] Guide ESLC destiné aux élèves pour le test sur ordinateur [FR] Table des matières 1 INTRODUCTION 3 2 PASSATION DES TESTS 3 2.1 Ouverture de session 3 2.2 2.3 Vérification du son pour le test de compréhension

Plus en détail

Ma Mamie m a dit Conte de Papier et de Sons. Dossier Pédagogique

Ma Mamie m a dit Conte de Papier et de Sons. Dossier Pédagogique Ma Mamie m a dit Conte de Papier et de Sons Dossier Pédagogique 1 Le Petit Chaperon Rouge 2 Le Kamishibaï 3 Créer un Kamishibaï d après le Petit Chaperon Rouge Le Petit Chaperon Rouge, un conte oral et

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

Présentation d un film

Présentation d un film Fiches méthodologiques Présentation d un film Introduction : o La Nature de l œuvre : Quoi, quand et où? Type de film, nationalité, réalisateur, date o Contexte de production : Public visé, contexte historique,

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Voix parlée, voix lyrique. Vocabulaire

Voix parlée, voix lyrique. Vocabulaire Mythes et musique. Quelques éléments de compréhension Cette séquence intervient en fin d année scolaire et permet une transversalité avec les cours d histoire et de français. Elle revient sur deux mythes

Plus en détail

Vers 2 ans et 6 moins

Vers 2 ans et 6 moins Le développement de l enfant Quelques repères De la naissance à 18 mois : - réagit aux bruits à la naissance - comprend des petites phrases vers 8 mois - - gazouille vers 3 mois - rit aux éclats vers 4

Plus en détail

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD.

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. est une bande dessinée publiée par les éditions Lombard. - scénario

Plus en détail

GESTION DES ENREGISTREMENTS

GESTION DES ENREGISTREMENTS DreamBox GESTION DES ENREGISTREMENTS Mise à jour du 25 décembre 2003 Version 1.1 A. LE GALLOU www.legallou.com TABLE DES MATIERES Avant propos...3 Gestion des enregistrements...4 Organisation...4 Modification

Plus en détail

Programmation Grammaire CP. Les articles et les noms : période 1

Programmation Grammaire CP. Les articles et les noms : période 1 Les articles et les noms : période 1 Les articles un-une Les articles le la -Employer l article qui convient devant un nom - Aborder la notion d article et implicitement la notion de genre -Employer l

Plus en détail

SAÉ - arts plastiques - secondairee GUIDE

SAÉ - arts plastiques - secondairee GUIDE SAÉ - arts plastiques - secondairee GUIDE Andrée-Caroline Boucher, service national du RÉCIT, domaine des arts RÉSUMÉ DE LA SITUATION Secondaire : facile à adapter au 3e cycle du primaire Il s agit d une

Plus en détail

Synthèse Groupe analytique Formes de la typologie Inventaire des typologies du pays

Synthèse Groupe analytique Formes de la typologie Inventaire des typologies du pays Typologie : Pays : Maison groupée Chypre CONTENU DE LA FICHE Synthèse Groupe analytique Formes de la typologie Inventaire des typologies du pays État actuel de vitalité et conservation Processus de transformation

Plus en détail

Synthèse Groupe analytique Formes de la typologie Inventaire des typologies du pays

Synthèse Groupe analytique Formes de la typologie Inventaire des typologies du pays Typologie : Pays : Maison du Hodna Algérie CONTENU DE LA FICHE Synthèse Groupe analytique Formes de la typologie Inventaire des typologies du pays État actuel de vitalité et conservation Processus de transformation

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

Méthode de lecture syllabique. Cahier d exercices 1. Isabelle CARLIER Professeur des écoles. Angélique LE VAN GONG Professeur des écoles

Méthode de lecture syllabique. Cahier d exercices 1. Isabelle CARLIER Professeur des écoles. Angélique LE VAN GONG Professeur des écoles C Méthode de lecture syllabique Cahier d exercices 1 sabelle CALE rofesseur des écoles Angélique LE VAN GNG rofesseur des écoles ictogrammes utilisés dans les consignes Barre Entoure Coche Lis Colorie

Plus en détail

Prénom :.. Nom :... Langage oral. Lecture

Prénom :.. Nom :... Langage oral. Lecture CP EVALUATION FRANCAIS Fin du 3ème trimestre Prénom :.. Nom :... Langage oral LO04 - Raconter une histoire déjà entendue en s appuyant sur des illustrations. =Raconte l'histoire de Blanche Neige en t'aidant,

Plus en détail

Quelques précisions. La phonologie c est l étude de l association d une phonie àune ou plusieurs graphies, de son chant àson écriture.

Quelques précisions. La phonologie c est l étude de l association d une phonie àune ou plusieurs graphies, de son chant àson écriture. Lecture au CP/CE1 Atelier des suppléants Privas le 19/01/11 DDEC 07 et 26 Quelques précisions Lire c est accéder àla compréhension de ce qui a étélu en utilisant des techniques de reconnaissance globale

Plus en détail

COMPETENCES FIN ECOLE MATERNELLE ET OUTILS D EVALUATIONS Le langage au cœur des apprentissages

COMPETENCES FIN ECOLE MATERNELLE ET OUTILS D EVALUATIONS Le langage au cœur des apprentissages COMPETENCES FIN ECOLE MATERNELLE ET OUTILS D EVALUATIONS Le langage au cœur des apprentissages Le langage au cœur des apprentissages ( voir IO 2002) 1. Compétences de communication - répondre aux sollicitations

Plus en détail

REUNION PARCOURS CINEMA

REUNION PARCOURS CINEMA Ambassade de France en Côte d Ivoire Inspection des écoles françaises d Afrique Occidentale (Pôle Abidjan) ABIDJAN CÔTE D IVOIRE ETABLISSEMENTS A PROGRAMMES FRANÇAIS D ABIDJAN CINEMAS D ABIDJAN Primavera

Plus en détail

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 L objectif de cet atelier de pratique est de travailler avec les documents pédagogiques (affiche, carteélève) qui favorisent

Plus en détail

Analyser une planche de Bande Dessinée

Analyser une planche de Bande Dessinée Analyser une planche de Bande Dessinée Document réalisé par Corinne Bourdenet, enseignante en arts plastiques Pour cette analyse, vous choisirez une planche particulière que vous analyserez plastiquement

Plus en détail

Magazine L 440 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 410 mm x H 270 mm. Magazine L 220 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 190 mm x H 270 mm

Magazine L 440 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 410 mm x H 270 mm. Magazine L 220 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 190 mm x H 270 mm DOUBLE MODULE FORMAT A 1/1 PANO L 288 mm x H 440 mm L 440 mm x H 300 mm L 410 mm x H 270 mm 12 500 FORMAT B 1/2H 1/1 L 288 mm x H 220 mm L 220 mm x H 300 mm L 190 mm x H 270 mm 8 500 FORMAT C 1/2V 1/1

Plus en détail

REPÉRER UN DÉCOR POUR LE CINÉMA ET LA TÉLÉVISION

REPÉRER UN DÉCOR POUR LE CINÉMA ET LA TÉLÉVISION Publié le 06/08/2015 Produit n 223250 Code interne : B INFORMATIONS PRATIQUES Du 02/11/2015 au 05/11/2015 Réf. Afdas : 1540059 Durée : 28h Lieu de formation : CENTRE IMAGE LORRAIN (Lorraine) Effectif :

Plus en détail

R Projet d écoute FLA 10-2. Texte ludique : Fais ton ménage! Cahier de l élève. Nom :

R Projet d écoute FLA 10-2. Texte ludique : Fais ton ménage! Cahier de l élève. Nom : R Projet d écoute Texte ludique : Fais ton ménage! FLA 10-2 Cahier de l élève Nom : Fais ton ménage! DESCRIPTION DU PROJET Tu écouteras un extrait intitulé : Les petits pouvoirs de Suzanne Lebeau. L extrait

Plus en détail

Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème )

Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème ) Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème ) Titre : Comme le Petit Chaperon Rouge de Perrault, apprenons à nous méfier des apparences... Pré requis de

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Licences d entrepreneur de spectacles n 1-1029401 n 2-136722 n 3-1007776 N SIRET 453 709 768 000 15

Licences d entrepreneur de spectacles n 1-1029401 n 2-136722 n 3-1007776 N SIRET 453 709 768 000 15 Les Minuits Théâtre des Minuits 153, la Grande rue 45390 La Neuville-sur-Essonne +33(0)2 38 39 18 11 lesminuits@theatredesminuits.com Licences d entrepreneur de spectacles n 1-1029401 n 2-136722 n 3-1007776

Plus en détail

Ecole du spectateur : des pistes pour accompagner le jeune public

Ecole du spectateur : des pistes pour accompagner le jeune public Depuis 7 ans, la ville de St-Julien-en Genevois met en place un parcours culturel à destination des écoles primaires de la ville. Le service culturel développe des outils à destination des enseignants

Plus en détail

Ecole la Clairière de Baudrigue, place de l école, 11 290 Roullens tél : 05 61 68 23 31 / mail : ce.0110534w@ac-montpellier.fr. Livret des progrès et

Ecole la Clairière de Baudrigue, place de l école, 11 290 Roullens tél : 05 61 68 23 31 / mail : ce.0110534w@ac-montpellier.fr. Livret des progrès et Ecole la Clairière de audrigue, place de l école, 11 290 oullens tél : 05 61 68 23 31 / mail : ce.0110534w@ac-montpellier.fr Prénom et nom :... Livret des progrès et des réussites cycle 2 Années scolaires,

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

Maquette générale (prof) : Le racisme

Maquette générale (prof) : Le racisme Maquette générale (prof) : Le racisme Maquette générale 1 Niveau : C2 Public : Élèves du secondaire Contexte d enseignement-apprentissage : Cours de FLE. Possibilité de travail en interdisciplinarité,

Plus en détail

Fiche d appréciation littéraire LES FÉES DU CAMPING

Fiche d appréciation littéraire LES FÉES DU CAMPING Fiche d appréciation littéraire AUTEUR: SUSIE MORGENSTERN Tout le monde le dit, écouter parler Susie Morgenstern est un vrai bonheur tant son verbe est chaleureux et sa joie de vivre communicative. S ils

Plus en détail

Ecrire une bande dessinée

Ecrire une bande dessinée Ecrire une bande dessinée Le choix du projet : L écriture d un écrit qui permet même aux élèves qui ne sont pas à l aise en lecture de s investir. Le choix du support : L album choisi a une écriture mixte,

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 : en bref Thème : La vie en banlieue parisienne Après une mise en route sur le début du film, les apprenants découvriront l

Plus en détail

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Dans le cadre du plan DUNE, l école a reçu, pour une période de 5 mois, 6 tablettes

Plus en détail

Kamishibaï. Kami signifie «papier» et Shibaï signifie «théâtre» (drame) d où la traduction littérale «pièce de théâtre sur papier»

Kamishibaï. Kami signifie «papier» et Shibaï signifie «théâtre» (drame) d où la traduction littérale «pièce de théâtre sur papier» Kamishibaï Kami signifie «papier» et Shibaï signifie «théâtre» (drame) d où la traduction littérale «pièce de théâtre sur papier» CG63/MD/Pôle Action culturelle Guide Kamishibaï Mise à jour juillet 2011

Plus en détail

Problématique : Comment Molière est-il parvenu à faire de Dom Juan, personnage hypocrite et libertin un personnage mythique?

Problématique : Comment Molière est-il parvenu à faire de Dom Juan, personnage hypocrite et libertin un personnage mythique? SEQUENCE BAC PROFESSIONNEL Dom Juan ou Le festin de pierre de Molière (1665) Etude du genre théâtral Problématique : Comment Molière est-il parvenu à faire de Dom Juan, personnage hypocrite et libertin

Plus en détail

Éducatives Familiales

Éducatives Familiales Éducatives Familiales FICHE 6 : UN EXEMPLE, LE JEU DU MEMORY Type de jeu / description Jeu de mémoire (discrimination visuelle) 2 à 4 joueurs Choisir une thématique (Memory de la forêt, des animaux, de

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE Par Jean-Paul LANDAIS Mars 2014 1/5 LE BUT DE L ENSEIGNEMENT Le but de l enseignement de la Langue des Signes Française (L.S.F).

Plus en détail

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn Résumé D én omin a tion E A U ' t o u r d u L é m an - l a c r o i s i è r e l u d o - é d u c a t i v e ( E T L ) O bjec tifs

Plus en détail

Domaine d apprentissage : FRANÇAIS LANGUE SECONDE - IMMERSION

Domaine d apprentissage : FRANÇAIS LANGUE SECONDE - IMMERSION Maternelle Les images sont porteuses de sens et facilitent la compréhension d un texte. Chaque lettre a son propre aspect graphique et son propre son. L acquisition d une nouvelle langue se fait en écoutant

Plus en détail

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Directeur de production activité 1 APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Le directeur de production assume les responsabilités de la préparation, de la gestion budgétaire et du bon déroulement

Plus en détail