Infections Respiratoires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Infections Respiratoires"

Transcription

1 Infections Respiratoires Dr M. Khellaf Service de Médecine Interne CHU Mondor Avril 2003 Infections respiratoires - Epidémiologie. Infections respiratoires = 0.8 / 1000 Hab / an. Incidence si comorbidité. 1ere cause de DC par Infection (OMS 1996). 24 M de Prescription d antibiotiques / an. (80% Bronchite) 1

2 Infections Respiratoires Epidémiologie. Association d antibiotiques = 10 30%. 30 % de la Consommation d antibiotiques en France Bronchite Aigue - Clinique. Fièvre < 39 C. Toux sèche quinteuse puis productive. Signes ORL précessifs. Ronchi.RP Normale 2

3 Bronchite Aigue - Etiologie. VIRUS +++. Germes atypiques 5-10 %. Autres : Penser à la Coqueluche % des toux persistantes > 10 jours Bronchites Aigues Traitement. 80 % des bronchites traitées / ATB en France (1999). Nombreuses études concordantes = Antibiotique jamais > Placebo. Effets IIaires +++. Pas d intérêt des AINS ou des Corticoïdes 3

4 Bronchites Aigues - Traitement Recommandations SPILF 2000 Pas de traitement Antibiotique sauf si :. Symptômes > 7 jours. Anomalie auscultatoire. Tabagisme Bronchites Aigues et BPCO Exacerbations Aiguës de Bronchite Chronique Bronchite Chronique Toux et Expectoration > 3 mois / an pendant au moins 2 ans consécutifs Sd Obstructif si VEMS < 80 % Théorique SVO sévère si VEMS < 35% 4

5 Bronchites Aiguës - Traitement EABC sans SVO. Pas de Traitement sauf si :. Évolution > 5 jours. Dyspnée. Volume Expectoration et si purulente. Antibiotiques préconisés : Amoxicilline, C1G, Macrolide, Doxycycline. Durée 7 à 10 jours Bronchites Aigues - Traitement EABC avec SVO Modéré (35 80 %) Amoxicilline Macrolide (ou doxycline) Si inefficace : Amox + Ac clavulanique Cefuroxime axetil Fluoroquinolone sauf Ciflox Durée 7 à 10 jours 5

6 Bronchites Aigues - Traitement. Kinésithérapie respiratoire. Antitussifs non indiqués. Bronchodilatateurs, β2 +. Corticothérapie courte si bronchospasme Bronchites Aiguës - Traitement 1ere Intention 2e Intention Bronchites aiguës sujet sain EABC sans SVO EABC SVO modéré EABC SVO sévère Pas d antibiotique Amoxicilline, Macrolide Pas d antibiotique Si échec à J5 Amoxicilline, Macrolides Si inefficace Amox + ac clavulanique, Cefuroxime-axetil, Fluoroquinolones Amox + ac clavulanique, Cefuroxime-axetil, Fluoroquinolones 6

7 Pneumopathies Pneumopathies - Épidémiologie. Nombre de PNP / an en France = Nombre de DC : DC / Hab / an. 1ere Cause de DC / Infection. 6e étiologie toutes causes confondues. Mortalité du sujet Hospitalisé = 10 25% 7

8 Germes en Cause Pneumocoque Haemophilus influenzae Mycoplasme Chlamydia Legionella Virus % 15 % 10-20% 4% < 5 % 10% Agent non Identifié 50 % des cas Pneumocoque Terrain à risque Splénectomisé ou asplénique Alcoolisme Diabétique 8

9 Pneumocoque - Clinique. Début Brutal. Unilatéral 80 % des cas. Fièvre élevée C. Hémoptysie Pneumocoque - Radiologie. PFLA. Bilatéral 20%. Épanchement Pleural 9

10 Pneumocoque - Paraclinique. Hémocultures %. Antigénémie Pneumocoque. ECBC Pneumocoque - Traitement. Amoxicilline 3 Grammes / jour. IV si hospitalisé. Relais per os si 48 H d apyrexie. Traitement per os si pas de gravité. Durée 10 jours. Alternative Rocéphine 1-2 g /jour ou Claforan 3 g / jour 10

11 Pneumocoque - Traitement Alternative Rocéphine 1-2 g /jour ou Claforan 3 g / jour Si Allergie Pyostacine 3 g / jour Ketek 800 mg / jour Tavanic 500 mg / j Pneumocoque de Sensibilité diminuée. CMI Péni G > 0.06 mg / l (PSDP). Intermediaire CMI mg / l. Résistants CMI > 1 mg / l. Modification des PLP (Ac Clavulanique -). PSDP 30 % souches invasives 60 % souches non invasives 11

12 Pneumocoque de Sensibilité diminuée. Amoxicilline 3 G / 24 h même per os. Actif pour CMI > 2 mg / l voire > 4 mg / l Indication Vaccin anti Pneumococcique. Age > 65 ans en institution. Diabétique. BPCO. Insuffisant respiratoire et cardiaque. Alcoolotabagique. Drépanocytaire, Sd Néphrotique. Bréche ostéoméningée Diminution du risque de 80 % 12

13 Haemophilus influenzae Terrain : bronchitiques chroniques Tableau clinique proche Pneumocoque 15-50% de souche βlactamase + Traitement : Amoxicilline + acide clavulanique Légionellose. < 5% des Pneumopathies. Sujets éthyliques et Tabagiques. Installation subaigu (quelques jours). Toux sèche, Fièvre élevée, Pouls dissocié. Signes extra respiratoires :. Digestif : Diarrhée +++. Neurologique. Rhumatologique 13

14 Légionellose - Radiologie Radio Thorax : Opacités arrondies à distance du hile Légionellose - Biologie. Sérologie x 2 à 10 jours d intervalle Taux x 4. Antigénurie Légionelle. SE 80%, SPE 100%. Résultat = Moins d 1 Heure. Positif à J1 et reste + plusieurs semaines. Sérogroupe 1 14

15 Legionellose - Traitement. Macrolides :. Erythromycine 1 g x 3 / jour. Rovamycine 3 MU x 3 / jour. Macrolides + quinolones si forme grave. Durée 15 jours. Déclaration Obligatoire Mycoplasma Pneumoniae % des Pneumopathies communautaires. Adulte jeune ans. Atteinte ORL initiale +++. Risque d anémie hémolytique à agglutinines froides. Diagnostic par sérologie. RP : Sd interstitiel. TTT : Macrolides Fluoroquinolones - Pristynamycine 15

16 Mycoplasma Pneumoniae Chlamydia pneumoniae. Tableau proche Mycoplasma. C. Psitacci : transmission par oiseaux (perruches, pigeon). TTT : Macrolide, FQ, Tétracyclines 16

17 Coxiella burnetti (Fièvre Q). Sujet jeune. 1er semestre de l année. Rickettsiose : ovins et bovins. Fièvre + myalgies + céphalées. Toux au 2nd Plan. RP : Opacités interstitielles diffuses. Diagnostic par sérologie. TTT : tétracyclines Klebsiella pneumoniae Sujets éthyliques Mortalité importante 20% Tableau clinique = Pneumocoque RP : foyer alvéolaire dense à limites convexes (bombement de la scissure) TTT : C3G ou Amox + ac clavulanique 17

18 Anaérobies Eyhyliques, Mauvais état buccodentaire, troubles de la déglutition, atteintes de la paroi oesophagienne RP : Foyer alvéolaire et/ou excavé, épanchement pleural purulent associé fréquent Quand Hospitaliser? o Une hyperthermie > 38 3 C o Un âge > 65 ans ou le Nouveau Né o Une co-morbidité : diabète, insuffisance rénale ou cardiaque, néoplasie,... o Une immunosuppression (corticothérapie au long court, chimiothérapie,...) o Une étiologie à haut risque : staphylococcie, PC à gram négatif, PC d'inhalation ou liée à une obstruction tumorale o Patient splénectomisé 18

19 Critères Homme Age Points Age Critères Examen clinique Tr Conscience Points + 20 Femme Age - 10 Polypnée > 30mn + 20 Vie en Communauté Antécédents Néoplasie Pathologie hépatique Insuf cardiaque Pathologie Neurologique PAS < 90 mmhg T > 40 ou < 35 C Pouls > 125mn Données Paracliniques Ph < 7.35 Urée > 0.3 g/l NA+ < 130 meq/l Pathologie rénale + 10 Glycémie > 2.5 g/l + 10 Score de Fine II Nejm 1997 Hématocrite < 30 % PAO2 < 60 mmhg Épanchement Pleural

20 Pronostic selon le score Classe Score Mortalité Modalités thérapeutiques II < 70 < 1 % Ambulatoire III % Hospitaliser 48H IV % Hospitaliser V > % Soins Intensifs Facteurs de Gravité Clinique : FR > 30 min, tirage, patient épuisé, cyanose Tachycardie > 140 min, choc, marbrures Agitation, confusion, troubles de la conscience Radiologique : Opacités bilatérales Biologique : PAO2 < 60 mmhg air ambiant 20

21 On peut ne pas hospitaliser si, - Sujet antérieurement sain - Ayant une PNP non compliquée sans doute diagnostique - Sans signe extra thoracique - Sans polypnée > 24 min - Sans signe de choc débutant - Avec SaO2 AA > 95% ou PaO2 > 70 mmhg - Si radio thoracique = PNP unilobaire Orientation diagnostique devant une pneumopathie Adulte sain Ethylisme chronique BPCO Diabétique Troubles de la déglutition Patients âgés Pneumocoque Mycoplasme Virus Pneumocoque Klebsiella pneumoniae Anaérobies Pneumocoque Haemophilus influenzae Pneumocoque Staphylocoque aureus Anaérobies BGN Staphylocoque aureus Pneumocoque St aureus 21

22 Stratégie thérapeutique Adulte sain sans critère de gravité Amoxicilline 3 gr / 24 h Allergie 2 gr / 24 h Durée 10 jours Négatif à 72h Arguments PNP atypique Rovamycine 3 MU x 3 / jour 14 jours (Mycoplasma) 21 jours (legionella) Nég à 72 h Adulte sain avec risque immédiat Pneumocoque ++ Amoxicilline 3 g / 24 h ou C3G 2 gr / 24 h + Macrolide ou quinolone 22

23 Recommandations antibiothérapie 23

24 BPCO + Amoxicilline + ac clav Agé Diabétique Alcoolotabagique - Amoxicilline Régles d or de l antibothérapie dans les pneumopathies Ne pas attendre «pour voir» Revoir tout patient à h notamment si ambulatoire Faire radio de Thorax de contrôle à distance de l épisode (KBP) Fibroscopie bronchique devant toute pneumopathie chez 1 tabagique (> 20 PA) 24

25 Pneumopathie nosocomiale 10-15% des Infections nosocomiales Intervalle libre de 2 jours obligatoire à partir de l admission Germes en cause : Bacilles à Gram négatif, notamment entérobactéries et Pseudomonas sp. Staphylococus aureus 60-75% Pneumopathie nosocomiale - Antibiotique Délai de survenue Précoce < 5 jours et pas d antibiothérapie préalable Tardive > 5 jours et antibiothérapie préalable Choix βlactamine + inhibiteur β Lactamase ou C2-3G non active sur Pseudomonas +/- Aminoside (gravité βlactamine anti-pseudomonas +Aminoside ou ciprofloxacine +/- Glycopeptide 25

26 Pneumocystose Terrain : HIV, corticothérapie au long cours, traitement immunosuppresseur, malades en chimiothérapie Syndrome interstitiel bilatéral Fièvre, dyspnée à l effort LDH valeur pronostique TTT : Bactrim IV 12 Amp / 24 h, Corticoïdes Prophylaxie par Bactrim Pneumopathies Infectieuses Diagnostic différentiel aux urgences Insuffisance cardiaque Lymphangite carcinomateuse Embolie pulmonaire Hémorragie intraalvéolaire BOOP Granulomatose de Wegener, Churg et Strauss 26

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

Module 7 : 086 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES

Module 7 : 086 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES Module 7 : 086 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES Validé par le Dr Jouneau Clinique - Syndrome infectieux : Fièvre Frissons VS Hyperleucocytose - Signes fonctionnels respiratoires : Douleur thoracique Dyspnée

Plus en détail

L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE

L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE Les infections des voies respiratoires basses sont fréquentes, elles viennent au premier rang des infections

Plus en détail

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie O. Leroy Service de réanimation et maladies infectieuses. CH Tourcoing Sommaire Infections urinaires

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès Pathologie infectieuse en Pneumologie Bronchite Pneumopathie Abcès Prélèvements à visée infectieuse Les VA sous glottiques sont»normalement»stériles 1.ECBC:conscient,coopèrent;efforts de toux(induit?).evaluation

Plus en détail

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis Introduction(1) L augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est inquiétante, et s explique entre

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002"

Formation continue Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002 Dr. med. Eric Breitenstein Vidy-Med SA, Schweiz Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002" Keywords: pneumonie,

Plus en détail

Evaluation au CHU de Limoges à travers un audit clinique A Vergnenègre, V Gazaille SIME, Service de Pneumologie

Evaluation au CHU de Limoges à travers un audit clinique A Vergnenègre, V Gazaille SIME, Service de Pneumologie Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française pour la prise en charge des pneumopathies aiguës communautaires : Evaluation au CHU de Limoges à travers un audit clinique A Vergnenègre,

Plus en détail

PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte. F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL

PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte. F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL conflits d intérêt Pas de conflit d intérêt sur le sujet Définition Infection du parenchyme pulmonaire (alvéole et

Plus en détail

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE FMC, Tours le 11 Septembre 2007 Pneumopathies communautaires Fréquent chez l enfant de

Plus en détail

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique?

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? (aux ßlactamines) Gaëlle LE MANAC H Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants Généralités Pneumopathies Infections ORL Infections cutanées

Plus en détail

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Définitions IRC-IRA Capacité de gérontologie Cours du 6 fevrier 2007 E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Insuffisance respiratoire chronique(irc): incapacité du système respiratoire à assurer l oxygénation

Plus en détail

Les infections respiratoires basses

Les infections respiratoires basses Les infections respiratoires basses Francine de Salvador Bronchites Pneumonies Les différents niveaux Trachéïte Inflammation de la trachée Bronchite Inflammation des bronches Bronchiolite Inflammation

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé,

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 novembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 20 novembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 novembre 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 20 janvier 1999 (J.O. du

Plus en détail

H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO. ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013

H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO. ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013 H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013 INTRODUCTION Sinusites aigues se définissent comme une atteinte infectieuse de la muqueuse d une ou plusieurs cavités sinusiennes

Plus en détail

Antibiothérapie des infections courantes: aidez-nous à sauver les antibiotiques

Antibiothérapie des infections courantes: aidez-nous à sauver les antibiotiques Antibiothérapie des infections courantes: aidez-nous à sauver les antibiotiques Quoi de Neuf au HNFC 7 Juin 2016 Vincent GENDRIN, service des Maladies Infectieuses Antibio-résistance: un péril grave Texte

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-45 Pagination : 1de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 45 Rédacteurs Dr Bénédicte VALLET Date 20/10/2008 Validation Srce Commission

Plus en détail

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge PNEUMOPATHIES 1 Epidémiologie Les pneumopathies communautaires sont des infections potentiellement grave (5 ème ou 6 ème cause de décès dans les pays industrialisés) 1 ère cause de décès d origine infectieuse

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses. S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha

Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses. S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha 1 En Algérie Infections respiratoires basses Epidémiologie Enfants : (1 à 14 ans)

Plus en détail

Antibiotiques. Bien peser l indication Préférer un antibiotique de. 1 intention. Recommandations de (1) Bonne Pratique. ère

Antibiotiques. Bien peser l indication Préférer un antibiotique de. 1 intention. Recommandations de (1) Bonne Pratique. ère Recommandations de (1) Bonne Pratique Bien peser l indication Préférer un antibiotique de 1 intention Une surconsommation inexplicable Pour 1000 habitants par jour 35 30 25 20 15 10 Others J01B+J01G+J01X

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE DE L ADULTE (PAC)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE DE L ADULTE (PAC) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE DE L ADULTE (PAC) 1-SIGNES DE GRAVITE? Au moins 2 des critères mineurs à l admission FR > 30 cycles par minute PaO2/FiO2 < 250 mmhg (ou < 200

Plus en détail

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur)

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) La fièvre Définitions Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) Température rectale> 38 Définitions Fièvre aiguë: Depuis moins de

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Actualités thérapeutiques des

Actualités thérapeutiques des Actualités thérapeutiques des infections cérébro-méningées Cours du collège Septembre 2011 Pr Ag N Kaabia Introduction Méningites purulentes (adulte+++) Méningo-encéphalites à liquide clair Abcès du cerveau

Plus en détail

Révision de la IV e Conférence de Consensus en Thérapeutique Anti- Infectieuse de la SPILF

Révision de la IV e Conférence de Consensus en Thérapeutique Anti- Infectieuse de la SPILF Révision de la IV e Conférence de Consensus en Thérapeutique Anti- Infectieuse de la SPILF Prise en charge des Infections des Voies Respiratoires Basses Président du Consensus : Y. MOUTON (Lille) Chargé

Plus en détail

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 2 ème cycle MIA infections (item 86) Année Universitaire 2009-2010 infections infections Bronchites - Bronchiolites Pneumopathies bactériennes et virales Surinfection de BPCO (Coqueluche Tuberculose Mycoses

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une grippe II. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient INTRODUCTION - Maladie

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENT. Site d Etampes

ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENT. Site d Etampes DIFFUSION : Site d Etampes ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENT Site d Etampes PR-ULI-URG-PEC-N 107 Version n 1 Créé 01/02/2011 OBJET ET DEFINITION Organiser

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Capacité de gérontologie Cours du 2 février 2011 Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique(irc):

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 23 juillet 2003 INVANZ 1g, poudre pour solution à diluer pour perfusion Flacon, B/1 et B/10 Laboratoires Merck SHARP & Dohme-Chibret

Plus en détail

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. )

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. ) Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. ( je crois que je suis enceinte euh j en suis sûre s! J ai J fais la prise de sang. ) Docteur Jean Daniel GENNARO P R I A M Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. FIEVRE

Plus en détail

Coqueluche. Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010. E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges

Coqueluche. Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010. E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Coqueluche Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010 E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Histoire Passage de l'animal à l'homme Bordetella bronchiseptica B. pertussis & B. parapertussis Description

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

MESURES DE PRISE EN CHARGE MEDICALE DES MALADES ATTEINTS DE GRIPPE ET DE LEURS CONTACTS

MESURES DE PRISE EN CHARGE MEDICALE DES MALADES ATTEINTS DE GRIPPE ET DE LEURS CONTACTS DIRECTION GENERALE DE LA SANTE MESURES DE PRISE EN CHARGE MEDICALE DES MALADES ATTEINTS DE GRIPPE ET DE LEURS CONTACTS Annexe réalisée en collaboration avec l AFSSAPS et le GTA d après un document de la

Plus en détail

Pneumonies aigues communautaires

Pneumonies aigues communautaires Groupe Hospitalier Henri Mondor Services des urgences Pneumonies aigues communautaires DESC MU, Urgences Infectieuses Dr Alice HUTIN, CCA SAU Henri Mondor, Créteil Epidémiologie Pathologie fréquente Pathologie

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES

LES BONNES PRATIQUES LES BONNES PRATIQUES DE SOINS EN ÉTABLISSEMENTS D H É B E R G E M E N T POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Direction Générale de la Santé Direction Générale de l Action Sociale Société Française de Gériatrie

Plus en détail

Bon usage de l antibiothérapie en EHPAD

Bon usage de l antibiothérapie en EHPAD Bon usage de l antibiothérapie en EHPAD Absence de conflit d'intérêt pour le sujet traité Bernard Pradines, spécialiste en gériatrie, formation et conseil http://www.geriatrie-albi.fr/ fragilité Ce qui

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès Durant la période allant du mois de février 2013 au mois de mars 2013 : 8 cas de grippe A(H1N1) ont été colligés à l hôpital régional de Gabès. Le diagnostic de

Plus en détail

Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP

Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP Contexte et méthode d évaluation 2 Une évaluation par la HAS : Pourquoi? Mars 2005: lancement effectif

Plus en détail

4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie

4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie 4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie Infection pulmonaire du sujet âgé A. Barrel CH Darnetal Omedit Rouen 20 juin 2013 Cas clinique Mme H. Patiente

Plus en détail

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique Méningites Définition Inflammation des méninges, les 3 membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales

Plus en détail

Infections broncho-pulmonaires de l adulte (item 86) Douleurs thoraciques aigües et chroniques (item 197)

Infections broncho-pulmonaires de l adulte (item 86) Douleurs thoraciques aigües et chroniques (item 197) Infections broncho-pulmonaires de l adulte (item 86) Douleurs thoraciques aigües et chroniques (item 197) Dr T. GUY Service de Pneumologie tiphaine.guy@chu-rennes.fr Cas clinique Mr J. 55 ans est admis

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 Dr. M.SCHETGEN Département de médecine générale Logo du médecin (si nécessaire) ULB Session PÉDIATRIE-Actualisation des vaccinations

Plus en détail

DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE D UNE PNEUMONIE A PNEUMOCOQUE

DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE D UNE PNEUMONIE A PNEUMOCOQUE DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE D UNE PNEUMONIE A PNEUMOCOQUE Un homme de 70 ans, éthylo-tabagique, vous consulte pour une fièvre à 39 C d apparition brutale associée à des frissons, une toux, des expectorations

Plus en détail

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009 Plan Les BPCO Cours du 23/11/2009 Diagnostic positif et différentiel Epidémiologie Prise en charge à l état stable Prise en charge en urgence Les traitements "préventifs " Place de la chirurgie dans le

Plus en détail

La toux. Dr Sophie Figon, Pr Dubois. Département de médecine générale UCBL1. Sémiologie. Pharmacie 2 année

La toux. Dr Sophie Figon, Pr Dubois. Département de médecine générale UCBL1. Sémiologie. Pharmacie 2 année La toux Dr Sophie Figon, Pr Dubois. Département de médecine générale UCBL1. Sémiologie. Pharmacie 2 année Plan - Définition, caractéristiques - ce que le pharmacien doit savoir et demander - ce que fera

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu CONDUITE A TENIR DEVANT «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu MOTIF DE RECOURS Grosse jambe rouge Fièvre Douleur du membre inférieur Altération de

Plus en détail

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl Asthme du nourrisson Démarche diagnostique pratique André Labbé Unité de réanimation r et des maladies respiratoires de l enfantl Hôtel-Dieu Clermont-Ferrand Position du problème Fréquence pathologie sifflante

Plus en détail

Infections respiratoires non tuberculeuses

Infections respiratoires non tuberculeuses Infections respiratoires non tuberculeuses Pneumonies communautaires Bronchopneumonies virales Suppurations pulmonaires Infections bronchiques Pneumonies nosocomiales Pneumonies des immunodéprimés Pneumonies

Plus en détail

Antibiothérapie des infections communautaires pulmonaires et bronchiques de l adulte

Antibiothérapie des infections communautaires pulmonaires et bronchiques de l adulte L ICEBERG DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES Antibiothérapie des infections pulmonaires et bronchiques de l adulte Décès (1-2) USI (1-2) Pneumonie communautaire Hôpital hospitalisée (20) Pneumonie communautaire

Plus en détail

Dr Claire KANY 29 janvier 2015 SAMU CHU de Besançon

Dr Claire KANY 29 janvier 2015 SAMU CHU de Besançon Dr Claire KANY 29 janvier 2015 SAMU CHU de Besançon Plan Généralités Epidémiologie Clinique Diagnostic Traitements Complications Personnes à risques Prévention Epidémie 2014-2015 Et aux urgences Généralités

Plus en détail

Améliorer le bon usage des antibiotiques :

Améliorer le bon usage des antibiotiques : 4 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de santé de Haute-Normandie Améliorer le bon usage des antibiotiques : outils existants François CARON Infectiologie 1 Pour bien

Plus en détail

Toux chronique de l enfant

Toux chronique de l enfant Toux chronique de l enfant «Les 10 questions indispensables» F.Amsallem Définition «Toux > 4 à 6 semaines ou Episodes de toux > 2 mois / an» En pratique toute toux > 3 semaines doit être explorée Principales

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 8 septembre 2005 (JO du 3 août 2007) TAVANIC 500 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

FMC urgences infectieuses. Claire LECOMTE Olivier ROGEAUX

FMC urgences infectieuses. Claire LECOMTE Olivier ROGEAUX FMC urgences infectieuses Claire LECOMTE Olivier ROGEAUX Quelles situations cliniques doivent être considérées comme des urgences? Quels sont les critères d hospitalisation? Association d antibiotiques

Plus en détail

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil Définition : Fièvre =Température rectale > 38 c (déréglage du point d équilibre thermique au niveau Hypothalamus)

Plus en détail

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Pathologie hivernale chez l enfant Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Affections respiratoires Mécanisme de défense des voies aériennes Appareil mucociliaire

Plus en détail

Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet.

Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet. Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet. Epidémiologie Etiologies Diagnostic Causes d IRA selon le délai dans les hémopathies

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE: infections respiratoires basses de l adulte

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE: infections respiratoires basses de l adulte ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE: infections respiratoires basses de l adulte METHODE GENERALE RECOMMANDATIONS ET ARGUMENTAIRE Réactualisation 2002 1 COMPOSITION DES GROUPES GROUPE

Plus en détail

Prof Yves Humblet 22 mai 2014

Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Mr DemS, 56 ans, atteint de cancer de prostate Admis aux urgences pour fièvre à 38 3 au J8 post chimiothérapie Pas de comorbidité, bon EG, pas de frisson, toux grasse Pas

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE

Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE à l échelon individuel François CARON Infectiologie Best-Of 2009 - page 1 Parmi les classes antibiotiques suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s)

Plus en détail

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Présentation du cas clinique Mr S, 73 ans Hospitalisé en août 2014 pour une récidive d endocardite

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES 1 Définitions Infections pouvant atteindre tous les segments de l arbre urinaire Gravité variable: de la simple cystite à l urosepsis. 2 Définitions Forme simple ou

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES

INFECTIONS URINAIRES INFECTIONS URINAIRES Terminologie IU simples Cystite ou PNA aiguë simple IU à risque de complication Cystite aigue ou PNA à risque de complication Prostatite IU graves: PNA et prostatites associées soit

Plus en détail

communautaires Les éléments pour comprendre 1 Infections respiratoires basses

communautaires Les éléments pour comprendre 1 Infections respiratoires basses 3 1 Infections respiratoires basses communautaires É. Catherinot, C. Bron, É. Rivaud, L.-J. Couderc Service de pneumologie Hôpital Foch - Suresnes Les éléments pour comprendre 1. Définition d une infection

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr X.LEGROS Maternité CHU Pointe à Pitre Février 2013 INTRODUCTION Fréquence et gravité Options thérapeutiques restreintes du fait tératogénicité de certains antibiotiques

Plus en détail

BPCO. EPU du 15/09/2004

BPCO. EPU du 15/09/2004 La BPCO EPU du 15/09/2004 Définition La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) se définit comme une maladie chronique qui est lentement progressive caractérisée par une diminution non complètement

Plus en détail

Prise en en charge des pneumonies communautaires. communautaires. J.P. Stahl Université J. Fourrier et CHU Grenoble

Prise en en charge des pneumonies communautaires. communautaires. J.P. Stahl Université J. Fourrier et CHU Grenoble Prise en en charge des pneumonies communautaires communautaires J.P. Stahl Université J. Fourrier et CHU Grenoble 1 Les scores de gravité Utilisation en pratique 2 RÉDUCTION DE LA MORTALITÉ EN CIBLANT

Plus en détail

PATHOLOGIE INFECTIEUSE RESPIRATOIRE

PATHOLOGIE INFECTIEUSE RESPIRATOIRE PATHOLOGIE INFECTIEUSE RESPIRATOIRE DR MEHANNAOUI Elle représente la première affection respiratoire rencontrée, Aussi bien en ville qu à l hôpital. Le processus infectieux se produit lorsque les moyens

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Quand, Comment prescrire un antibiotique?

Quand, Comment prescrire un antibiotique? Quand, Comment prescrire un antibiotique? Dr. Hanène Tiouiri Benaïssa Usage rationnel des antibiotiques Société des sciences pharmaceutiques de Tunisie (S.S.P.T) Le 13 Octobre 2010 Les antibiotiques :

Plus en détail

Recommandations de Bonne Pratique en antibiothérapie Nov 2002

Recommandations de Bonne Pratique en antibiothérapie Nov 2002 Recommandations de Bonne Pratique en antibiothérapie Nov 2002 Standards de pratique, déterminant ce qu il est approprié de faire, lors de la mise en œuvre de stratégies préventives, diagnostiques et/ou

Plus en détail

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes 11 ème RENCONTRE SUR LES URGENCES ET COMPLICATIONS SEVERES CHEZ LE PATIENT CANCEREUX N Meuleman 16/10/2010 Atteintes pulmonaires et hémopathies malignes

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable Virus de la grippe Introduction Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) 1- introduction 2- le virus 3- clinique 4- complications 5- traitement S. Nguyen 03/2005 responsable

Plus en détail

Pneumonie aiguë communautaire. Pr André Cabié

Pneumonie aiguë communautaire. Pr André Cabié Pneumonie aiguë communautaire Pr André Cabié Définition Pneumonie Processus infectieux au dépend du parenchyme pulmonaire Communautaire Acquise en milieu extrahospitalier, ou se déclarant moins de 48 heures

Plus en détail

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Table des matières Description du cas clinique Méningite bactérienne 4 Exercice : Quelle est la conduite à tenir? 5 Exercice : Examen biologique

Plus en détail

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace 3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace Colmar, 22 octobre 2008 Médecine générale et cancer HYPERTHERMIE en cours de chimiothérapie Dr Bruno Audhuy Onco-hématologie Pôle Oncologie, Hôpital Pasteur,

Plus en détail

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Khaled Menif ; Asma Bouziri Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis 19ème Congrès National STPI 24 et 25 Avril

Plus en détail

PNEUMONIE ACQUISE EN COMMUNAUTE (PAC)

PNEUMONIE ACQUISE EN COMMUNAUTE (PAC) Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours PNEUMONIE ACQUISE EN COMMUNAUTE (PAC) A.Rudaz 1, S.Emonet 2, G.Gex 3 1 Service de médecine

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Définitions Définitions Bronchite chronique Toux + expectoration 3 mois/an 2 ans Emphysème

Plus en détail

Dr PILMIS Benoit (SAU Cochin) MÉNINGITES BACTÉRIENNES

Dr PILMIS Benoit (SAU Cochin) MÉNINGITES BACTÉRIENNES Dr PILMIS Benoit (SAU Cochin) MÉNINGITES BACTÉRIENNES DOGME Signes infectieux + purpura avec au moins 1 élément nécrotique ou ecchymotique d une taille > 3 mm 1 ère dose d ATB active sur le méningocoque

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

ANTIBIOTHÉRAPIE ET PNEUMOLOGIE

ANTIBIOTHÉRAPIE ET PNEUMOLOGIE ANTIBIOTHÉRAPIE ET PNEUMOLOGIE RECOMMANDATIONS EN INFECTIOLOGIE RESPIRATOIRE LES PNEUMOPATHIES AIGUES COMMUNAUTAIRES BRONCHITE OU PNEUMONIE? Toux fébrile sans anomalie auscultatoire : bronchite Bronchite

Plus en détail

DOSSIER N 2 QUESTION 1

DOSSIER N 2 QUESTION 1 DOSSIER N 2 Dossier n 2 Interne de garde aux urgences de l hôpital, vous êtes appelé par le service de maladies infectieuses de cet établissement pour examiner Mme F., 45 ans, pour dyspnée d aggravation

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

ITEM 336 : TOUX CLINIQUE

ITEM 336 : TOUX CLINIQUE ITEM 336 : TOUX CLINIQUE Terrain Toux Signe de Gravité Signes fonctionnels Signes physiques - ATCD perso : Atopie RGO AVC/Tb de déglutition Immunodépression - ATCD familiaux : Mucoviscidose Cas familiaux

Plus en détail

Les infections respiratoires chez la personne âgée. Dr Serge Félix CDC Service de Gériatrie et Réadaptation gériatrique

Les infections respiratoires chez la personne âgée. Dr Serge Félix CDC Service de Gériatrie et Réadaptation gériatrique Les infections respiratoires chez la personne âgée Dr Serge Félix CDC Service de Gériatrie et Réadaptation gériatrique Vignette Vous êtes appelé par l infirmière de l EMS dont vous êtes médecin responsable

Plus en détail

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie?

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie? Conduite à tenir devant un syndrome septicémique Dr Vincent Le Moing Dr Christina Psomas Maladies Infectieuses et Tropicales CHRU de Montpellier Février 2011 Définition = bactériémie = présence de bactéries

Plus en détail

Les antibiotiques en pratique de ville

Les antibiotiques en pratique de ville Les antibiotiques en pratique de ville Albert Sotto mars 2005 Validité jusqu au 30 Septembre 2005 Infections ORL 1 Angines Épidémiologie 9 à 11 millions d angines Dg en France 75 à 80% = origine virale

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail