SUPPLÉMENTS EN PARTENARIAT AVEC DOSSIER RÉALISÉ PAR MERIEM ALLAM

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SUPPLÉMENTS EN PARTENARIAT AVEC DOSSIER RÉALISÉ PAR MERIEM ALLAM"

Transcription

1 ES ÉCO SUPPLÉMENTS - JEUDI 13 FÉVRIER 2014 CE SUPPLÉMENT NE PEUT ÊTRE VENDU SÉPARÉMENT SUPPLÉMENTS EN PARTENARIAT AVEC DOSSIER RÉALISÉ PAR MERIEM ALLAM

2 2 LES ÉCO SUPPLÉMENTS - JEUDI 13 FÉVRIER 2014 L e-commerce ouvre une nouvelle page Les e-marchés mûrissent leur business et leurs stratégies de communication. Plusieurs ctualités ont marqué l année 2013, signe d un passage à une vitesse supérieure. genre sont à présent des terrains de chasse idéaux pour les e-opérateurs, qui y communiquent tous azimuts autour de leurs produits et leur activité, et sans forcément investir des coûts supplémentaires. Cependant, il leur reste encore à sé- Les e-commerçants saisissent l opportunité offerte par le dynamisme du web au Maroc. Très en vogue, l e-commerce est «le» nouveau mode de consommation au Maroc. Plateormes d achats, sites de deals et utres supports naissent tous les ours pour satisfaire la demande un marché très demandeur et xigeant aussi. Contrairement ux autres années, 2013 a été arquée par plus d une actualité our le secteur du e-commerce. ntrée en jeu de nouveaux opérateurs, naissance de nouveaux sites, la configuration du secteur est désormais en marche. Les jalons de la professionnalisation sont posés et il ne manque plus que la levée de certaines barrières pour que l e-commerce s érige définitivement en mode de consommation courant dans notre pays. Pour l heure, les opérateurs qui s y activent sont, pour la plupart, satisfaits du répondant qu ils trouvent sur ce marché. Innovation et réactivité sont deux ingrédients clé pour réussir, en effet, dans ce business, et les professionnels du e- Commerce l ont bien compris. D ailleurs, ces e-commerçants saisissent l opportunité offerte par le dynamisme du web au Maroc pour faire leur promotion non seulement plus sur leurs sites, mais aussi à présent sur les réseaux sociaux. Facebook, twitter et autres réseaux du duire la frange de Marocains encore réticente à recourir au e-marché. En cours de route, aussi, le volet de la formation dans les métiers spécialisés du e-commerce et marketing doit encore mûrir puisque l offre dans ce créneau est encore très pauvre. Sur le plan juridique, par ailleurs, les avis sont encore quelque peu mitigés puisque les grandes bases régissant les transactions commerciales sont déjà posées par le Code de commerce et les autre lois, mais d aucuns estiment que ce secteur a besoin de normes juridiques propres évitant tous risques d abus ou de dérapages. Sommaire Le marché remplit son caddie Interview : Ismaïl Bellali, directeur général adjoint du Centre monétique interbancaire (CMI) 4-5 Interview : Badr Boubker, directeur de l'économie numérique au Ministère de l'industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique 6 Réussir, toute une tactique 8 Parole d e-commerçant! Interview : Samira Gourroum, directrice générale de Maroc Telecommerce 12 Mydeal abat ses cartes «e-réussite» pour la Banque Populaire 14

3

4 4 LES ÉCO SUPPLÉMENTS - JEUDI 13 FÉVRIER 2014 Le marché remplit son caddie Le commerce en ligne monte en cadence. +42 % du nombre des transactions de paiements en ligne par cartes bancaires arocaines en Des contraintes demeurent tout de même à lever pour assurer au secteur un développement pérenne. volution technologique, tendance à la sédentarité pour certains et surbooking pour d autres, utation des habitudes de onsommation plusieurs faceurs ont dopé l élan de l e-comerce. Si bien qu aujourd hui, il evient possible de faire ses ourses depuis son bureau iniaginable il y a quelques anées- ou de planifier ses vaances sans faire le tour des gences de voyages, et les Maroains, tant opérateurs que onsommateurs, semblent y voir trouvé leur compte. En téoignent les statistiques de l acivité e-commerce qui ne cesent de s inscrire en progression, epuis que ce concept a fait son ntrée sur le marché national. Les lateformes d achats se diversiient et les branches d activité ussi, suscitant un engouement e plus en plus fort chez les e- cheteurs. En 2013, le nombre de ransactions de paiements en igne recensés par le Centre moétique interbancaire (CMI) a rimpé de 61%, atteignant un voume de opérations. Le ontant global correspondant a rogressé de 82% et représente,36 MMDH. Dans ce cadre, le olet domestique, représenté par usage des cartes bancaires maocaines, a contribué à hauteur e 86% en nombre d opérations t 67% en montant global. En ffet, au cours de l année 2013, le ombre de porteurs de carte(s) ancaire(s) marocaine(s) qui ont cheté et payé en ligne a contiué d augmenter. Chaque mois u cours de cette année 2013, ce ont en moyenne poreurs différents de carte(s) banaire(s) marocaine(s) qui ont efectué un paiement en ligne, éalisant transactions vec un montant moyen de 44,83 DH. De son côté, le volet nternational, représenté par les artes étrangères, a contribué vec opérations pour un ontant global de 457 MDH Le prix Le paiement sécurisé Selon les données du CMI, et comparativement à l année 2012, 204 nouveaux sites marchands ont été connectés à la plateforme CMI/MTC en le nombre d utilisateurs en 2013 s est inscrit en progression de LES CRITÈRES D ACHAT EN LIGNE La Notoriété du siteé La qualité des produits Le choix Le La livraison Présentation de l offre Possibilité de paiement offline Autre SOURCE : AVERTY.MA 22%, le nombre d opérations en hausse de 42%, alors que le montant moyen par opération s est replié de 11%. Pour sa part, le nombre moyen annuel de paiements par cartes est en progression à 7,7%. Cette dynamique a donc nourri l effervescence qui a marqué l activité du e- Commerce, si l on en croit le rythme des naissances de nouveaux sites e-commerce. Dans la foulée des chiffres fournis par le Centre monétaire interbancaire, en effet, on apprend que le nombre de sites marchands actifs ayant réalisé des transactions a cru de 24%, avec 387 sites marchands constatés actifs durant l année 2013 contre 312 sites marchands actifs en Par ailleurs, ce sont 204 nouveaux sites marchands qui ont été connectés à la plateforme CMI/MTC (Maroc Telecommerce) durant l année «Cette évolution est fortement impactée par les résultats du secteur des grands facturiers dont les paiements en ligne sont en hausse de 58% par rapport à l année 2012», explique ainsi le management du CMI. Et de poursuivre que dans cette performance, c est le secteur des compagnies aériennes qui représente «toujours le deuxième secteur en termes d importance du montant global des paiements en ligne». Selon le CMI, cette activité connaît une hausse de 11%. Pari gagné? L euphorie dont fait preuve le e- Commerce au Maroc est-elle absolue? Comme dans tout secteur, naissant surtout, les contraintes ne manquent jamais. Dans la présente activité, les acteurs publics et privés doivent travailler notamment sur la promotion de l usage et de la confiance numériques, conseille d emblée Samira Gourroum, directrice générale de Maroc Telecommerce. En effet, plusieurs études menées jusque-là ont détecté la réticence des Marocains quant au recours au e-commerce. Sécurité, confidentialité des données personnelles plusieurs motifs sont avancés par les Marocains pour justifier ces craintes. Le baromètre Averty sur le e-commerce au Maroc, dans sa deuxième édition publiée en juin 2013, révélait que parmi les raisons présentées par les répondants n ayant jamais acheté en

5 LES ÉCO SUPPLÉMENTS - JEUDI 13 FÉVRIER ligne, figurait d abord la peur de l'arnaque ou de la contrefaçon (chez 38% des répondants concernés), une inquiétude quant à la protection des données personnelles (26%), l'absence de conseil lors de l'achat (24%) et le manque de garantie sur la livraison (22%). Parmi les contraintes du secteur, également, la dg de Maroc Telecommerce cite l adaptation des mécanismes de financement et d appui aux spécificités du secteur, sans oublier «la prise en compte du risque important que prennent les entreprises et en particulier les petites en investissant dans un domaine certes porteur, mais dont le succès n est pas garanti». Par ailleurs, le volet des ressources humaines est aussi à prendre en considération, selon Samira Gourroum. En effet, une activité de cette technicité et dont la mutation est perpétuelle nécessite d être portée par des ressources humaines qualifiées. Hélas, jusqu à présent, les établissements ou même les branches de formation spécialisées sont inexistants. Une expérience avait certes été initiée dans ce sens, mais elle a rapidement avorté «par manque de soutien et d engouement des étudiants marocains», explique Youssef El Abassi, fondateur de l école d e-business à Casablanca. «Nous nous sommes vite rendus compte alors que nous ciblions un public de bacheliers pour une formation BAC+3, que ceux-ci étaient loin de s intéresser à ce secteur, ou alors ne se sont finalement pas du tout orientés dans ce sens», ajoute El Abassi. Pourtant, ce ne sont pas les orientations ni les perspectives de carrières qui manquent dans ce secteur! Aujourd hui, afin de pouvoir profiter pleinement des potentialités du e-commerce et de donner un élan pérenne à cette activité, il y a lieu de remédier rapidement à ces problématiques et de promouvoir les transactions électroniques comme étant annonciatrices d'un nouveau canal commercial, assurant à ses utilisateurs les mêmes garanties juridiques et qualitatives qu une transaction classique. Les acteurs publics et privés doivent travailler notamment sur la promotion de l usage et de la confiance numériques. «Il faut nécessairement plus de contenus intéressants» INTERVIEW Ismaïl Bellali, Directeur général adjoint du Centre monétique interbancaire (CMI) Les ÉCO : Plusieurs faits marquants ont été relevés durant l'année 2013 dans le secteur du e-commerce. Sont-ce les signes d un «tournant»? Ismaïl Bellali : Pour l activité du paiement en ligne, les années se suivent mais ne se ressemblent pas. L année 2013 a tenu ses promesses en termes de progression de l activité. Outre la croissance qui vient du nombre de nouveaux utilisateurs et de nouveaux sites marchands, l année précédente restera dans les annales comme l année du lancement du 2 e opérateur : VPS avec la plateforme Payzone, et ce n est que le début! On a notamment assisté à l'entrée en jeu de plusieurs nouveaux opérateurs. Qu'en pensez-vous? L ouverture de l activité des PSP, les plateformes de paiement en ligne, a été concrétisée en fin D une seule PSP en 2013, nous sommes passés à deux et nous finirons à 4 ou 5 PSP opérationnelles fin Il faut préciser qu une plateforme opère depuis 2012 au Maroc pour le compte exclusif des établissements Accor. Il s agit du belge Ogone qui est donc connecté au CMI, à côté de MTC, depuis 2 ans déjà. Les nouvelles PSP participeront sans doute à l expansion de l activité en amenant de nouveaux sites marchands vers le paiement en ligne. Les marchands pourront choisir un partenaire PSP ou même plusieurs en fonction des fonctionnalités qui leur sont offertes, ainsi que de la qualité de service. Constatez-vous une évolution des e-payments sur les sites étrangers? CMI ne possède pas de statistiques sur les achats effectués par les cartes bancaires marocaines sur les sites étrangers. Il faut signaler que seules les cartes à validité internationale permettent d effectuer de tels achats. Les cartes de dotation touristique ainsi que les cartes prépayées «D une seule PSP en 2013, nous sommes passés à deux et nous finirons à 4 ou 5 PSP opérationnelles fin 2014». avec un montant annuel de DH sont spécialement autorisées par l Office des changes depuis 2012 pour les achats sur les sites marchands étrangers. Par contre, et ce n est pas la même chose, les achats par cartes étrangères sur les sites marchands marocains connaissent une bonne progression. Le Centre monétique interbancaire a, dans le passé, souligné que l'offre disponible ne correspond pas à l'ensemble des porteurs de cartes. Est-ce toujours le cas? Que conseillez-vous pour corriger cette situation? On le constate aisément dans la répartition des opérations de paiements en ligne par secteur d activité. Les sites des facturiers et ceux des compagnies aériennes concentrent environ 85% de l activité. Il ne reste plus que 15% des opérations que se partagent les sites de shopping, et parmi eux les sites de deals représentent une majorité. Il faut nécessairement plus de contenus intéressants au profit des porteurs de cartes bancaires marocaines afin de tirer significativement vers le haut l'activité.

6 6 LES ÉCO SUPPLÉMENTS - JEUDI 13 FÉVRIER 2014 «Vers une reconfiguration du marché» INTERVIEW Badr Boubker, Directeur de l économie numérique au Ministère de l Industrie, du commerce, de l investissement et de l économie numérique Les ÉCO : De nouvelles options, de nouveaux opérateurs... plusieurs actualités ont marqué l'année 2013 dans le secteur du e-commerce. Peut-on qualifier cela de «tournant»? Badr Boubker : Ces dernières années, le secteur du commerce électronique s est inscrit en forte évolution. Il représente actuellement une composante très dynamique de l économie numérique. L augmentation du nombre d internautes marocains et de porteurs de cartes bancaires, ainsi que la variété et la qualité des produits et services proposés en ligne ont favorisé ce développement. La dynamique du secteur et les opportunités qu offrent les cybercommerçants aux cyberconsommateurs renforcent les investissements dans ce secteur. L année 2013 a marqué cette dynamique par l apparition de nouveaux services et métiers e-commerce, ainsi que de nouveaux opérateurs de paiement électronique, ce qui va certainement booster davantage le secteur dans les années à venir. Nous avons notamment assisté à l'entrée en jeu de plusieurs nouveaux opérateurs. Qu'en pensez-vous? Effectivement, des opérateurs e- commerce ont récemment intégré le marché. Ce changement ne peut être que bénéfique pour le secteur, puisqu il va permettre l ouverture du marché e-commerce à la concurrence et l apparition de nouveaux moyens de paiement et services en ligne permettant ainsi d améliorer la qualité de ceux-ci. Des incitations sont-elles prévues pour accompagner davantage l essor de cette activité? Pour accompagner le développement du secteur du e-commerce, le ministère de l Industrie, du commerce, de l investissement et de l économie numérique prévoit dans sa feuille de route la réalisation de chantiers visant à renforcer la confiance des citoyens et des entreprises à l'égard du commerce électronique. En effet, le ministère envisage d élaborer une stratégie nationale dédiée au commerce électronique, pour cerner les différents problèmes qui entravent son développement et mettre en place des solutions juridiques, organisationnelles, techniques et de sensibilisation qui s imposent. Par ailleurs, le ministère a mis en place, en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), le label des sites web marchands, qui représente une charte de confiance des citoyens et des entreprises dans les sites web marchands marocains. Dans ce cadre, et en vue d accompagner et d'aider les entreprises du e-commerce, dont la majorité sont des PME/TPE, à se faire labelliser, le ministère a travaillé avec ses partenaires sur une offre de financement de la mission d audit des entreprises postulantes pour l obtention du label. Ces travaux ont été couronnés par l accord de l Agence nationale pour la promotion des petites et moyennes entreprises (ANPME) pour le financement de la mission d audit dans le cadre du programme Moussanada TI. Une convention tripartie Micien- Anpme-Cgem pour la gestion de ce processus de financement sera signée prochainement. Qu'en est-il du volet juridique? En ce qui concerne le cadre législatif encadrant le commerce électronique, nous pensons que le Maroc est devenu le pays le plus mâture au sein de la région dans ce domaine et ceci dans la perspective d'être parmi les pays développés à l échelle internationale. À ce titre, les efforts déployés dans le cadre de la mise en œuvre de la mesure d accompagnement «Confiance numérique» de la stratégie Maroc Numeric 2013, ont permis l adoption de trois lois importantes. Il s agit de la loi n relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel, de la loi relative à l échange électronique des données juridiques et de la loi édictant des mesures de protection du consommateur (y compris des dispositions relatives à la vente en ligne). De plus, dans le but de renforcer son arsenal juridique encadrant le domaine de la confiance numérique, y compris le commerce électronique, et de garantir son harmonisation par rapport aux conventions internationales/régionales dans ce domaine, le Maroc a ratifié la Convention 108 de l Union européenne relative à la protection des données personnelles et son protocole additionnel, la Convention n 185 de l Union européenne sur la cybercriminalité, et son protocole additionnel, ainsi que la Convention des pays arabes sur la cybercriminalité. «Le ministère envisage d organiser cette année, en collaboration avec l UE, des actions de sensibilisation et de formation sur l e-commerce». Le secteur du e-commerce nécessite en principe quelques connaissances particulières, ce qui suppose l'émergence de nouveaux métiers. Le secteur de la formation accompagne-t-il suffisamment cette tendance? Dans le cadre de la stratégie Maroc Numeric 2013, le ministère a encouragé la mise en place de formations relatives à la sécurité des systèmes d information au niveau de certaines écoles d ingénieurs et universités. Il a également organisé, en collaboration avec le ministère de la Justice et des libertés, des sessions de formation sur la cybersécurité et la cybercriminalité, y compris le commerce électronique, au profit d un groupe de magistrats exerçant dans les tribunaux du royaume, afin de leur permettre de bien appréhender l ensemble des aspects des dossiers qu ils pourraient avoir à traiter sur de tels sujets. De plus, le ministère envisage d organiser cette année, en collaboration avec l Union européenne, des actions de sensibilisation et de formation sur l e-commerce au profit de tous les acteurs concernés. Par ailleurs, sur le volet opérationnel, le développement d opérateurs de logistique dans le domaine de l art est primordial pour offrir des services de qualité aux cyberconsommateurs. Quelle appréciation faitesvous de l'interaction entre le développement du e-commerce et de l e-payment? En général, le développement du commerce électronique est corrélé au développement de l e-payment. L adoption de plateformes de paiements électroniques sécurisées qui respectent les standards internationaux en matière de sécurité et de qualité permettrait aux cyberconsommateurs d adopter sans rechigner le commerce électronique. Quelles perspectives se profilent pour le secteur? Nous pensons que le secteur du e-commerce connaîtra dans les années à venir une reconfiguration du marché (concurrence, parts de marchés, etc.) à l instar du secteur des télécommunications, et une continuité de la croissance des indicateurs de ce secteur (chiffre d affaires, nombre de sites marchands).le développement de cette activité passera inévitablement par une amélioration de la qualité des produits et des services offerts.

7

8 8 LES ÉCO SUPPLÉMENTS - JEUDI 13 FÉVRIER 2014 Réussir, toute une tactique Monter une plateforme de commerce électronique n est pas tout pour réussir en tant u opérateur de e-commerce. User d une stratégie efficace s avère crucial. Investir dans le e-commerce. C'est un challenge que plusieurs opérateurs, jeunes notamment, ont pris la résoluion de relever quand ils ont onstaté l essor marqué par ce ecteur. La concurrence bat auourd hui son plein dans le e-buiness et le nombre de naisances de nouvelles plateformes e transactions électroniques roît à une vitesse exponentielle. uffit-il de créer un site de e- ommerce pour s assurer une lace dans la liste des leaders? a réussite est-elle incontestalement au rendez-vous? «Réusir sur le web n'est pas lié à la maîrise de l'outil digital avec 'ensemble de ses composantes. a réussite ne peut se concrétier que par la maîtrise de l'enemble de la chaîne de valeur communication, satisfaction lient, approvisionnement, etc.)», xplique d emblée l expert Hasan Rouissi, directeur associé hez The Next Clic (TNC). omme pour tout business, le éploiement d une stratégie soide est certes nécessaire à la éussite. Cependant, l e-comerçant doit pouvoir capitaliser ur les facilités que lui accorde le eb, en ce sens que le digital Les deals Les voyages ou billets d avion Matériel informatique Articles prêt à porter Services Internet permet «une meilleure accessibilité aux outils de promotion et de marketing. Les outils de mesure de performance et d'optimisation sont aussi accessibles, de la même manière que les budgets», explique Hassan Rouissi. Dans la foulée, les opérateurs de e-commerce ont aussi senti le filon en misant à juste titre sur les réseaux sociaux comme passerelle de promotion et de communication. «Les réseaux sociaux représentent d'importants carrefours d'audience», commentera notre expert. «Facebook à lui seul agrège plus de 6 millions de Marocains. La réussite LES PRODUITS ACHETÉS EN LIGNE Produit culturel Articles de pharmacie L électromenager Objet de décoration Produit d alimentation Autres SOURCE : AVERTY.MA de certains projets e-commerce en dépend. Il est aussi à noter que les investissements nécessaires au déploiement d'une présence sur les réseaux sociaux sont assez faibles», ajoute-t-il. Par ailleurs, une question se pose justement : sur quels segments parier pour investir dans le e- commerce? Sur ce point, il est clair que certaines niches ont fait leurs preuves auprès des e- consommateurs marocains. «Certains secteurs sont historiquement plus infinitaires et plus facilement déployables sur Internet que d'autres (deals, voyage, paiement de facture, etc.)», Certains secteurs sont historiquement plus infinitaires et plus facilement déployables sur Internet que d'autres. admet Rouissi. En effet, le web a notamment facilité le paiement des factures, tout comme bon nombre de consommateurs ont admis la praticité offerte par Internet pour programmer leurs voyages ou leurs sorties. Dans son baromètre du secteur publié en 2013, le cabinet Averty ressortait avec un taux de 36% de répondants qui effectuent le paiement de leurs taxes ou factures en ligne au moins une fois par mois. De même, la même étude nous révélait que parmi les produits les plus achetés par les répondants, figurent les deals en premier lieu (chez 68% des interrogés), les voyages et billets d'avion (65%), le matériel informatique ou technologique (45%) et les articles de prêt à porter (38%). Par contre, certains secteurs souffrent encore de la complexité des procédures administratives et légales (exemple des services en ligne tels que le crédit à la consommation, l'assurance), quand l élan d autres segments demeure freiné par de fortes exigences en termes de protection des données personnelles. «Il est important de considérer que les utilisateurs marocains sont prêts à effectuer des paiements en ligne, tant que cela répond à leurs besoins et attentes (exemple du paiement des factures en ligne qui représente à lui seul plus de 60% des transactions en ligne)», conseille d ailleurs Hassan Rouissi.

9

10 10 LES ÉCO SUPPLÉMENTS - JEUDI 13 FÉVRIER 2014 PAROLE D E-COMMERÇANT! Ils ont développé, chacun, une stratégie propre et se sont spécialisés sur des niches variées. Ces e-opérateurs livrent leurs appréciations du marché marocain, ses forces et faiblesses Cette dernière année a surtout été marquée par l arrivée d un grand nombre de nouveaux acteurs, dont certains avec beaucoup de oyens qu ils investissent, entre autres, en ublicité. Il y a donc beaucoup plus de comunication sur le e-commerce. C est une exellente chose pour tous les acteurs du e- ommerce. La communication permet de adresser à des consommateurs qui ne sont as habitués à la vente à distance, au paieent par carte sur Internet et à l acte d achat ia un écran d ordinateur. De ce point de vue, n peut parler de tournant, même si ce n en st que le début. Les deux prochaines anées verront encore plus de nouveaux aceurs arriver. Par ailleurs, ce secteur montre eaucoup de points positifs. Internet permet n effet de proposer une offre beaucoup lus importante que dans un magasin, quelle ue soit sa taille. Sur certains secteurs, le ombre de références existantes se compte n millions (livres, vêtements, etc.) qu aucun agasin ne peut stocker. Il y a aussi la force e la vente à distance qui abolit le problème e faiblesse de l offre en magasin, ou l abence de magasin. On a accès aux magasins ur Internet où que l on soit, même très loin une ville. Pour ce qui est des faiblesses du -commerce au Maroc, on peut citer la noueauté du concept qui nécessite un apprenissage. Cette barrière a été levée progressiement mais définitivement dans les pays où e e-commerce existe depuis plus longtemps. Pour ce qui est de (livremoi.ma), l année 2013 a été très bonne pour les taux de croissance et au titre des perspectives, elles s annoncent très bonnes, à condition d être très à l écoute des clients. Matthieu Malan DG de livremoi.ma Depuis quelques années, plusieurs sites ont ouvert au Maroc, mais il est vrai que 2013 a vu l'entrée de nouveaux acteurs sur le marché, de gros acteurs structurés qui souhaitent poser leurs marques sur un marché en plein essor. Des sites généralistes ou spécialisés visant différents secteurs d'activité, permettant ainsi au consommateur final de bénéficier d'une offre assez vaste et qui dessert l'intégralité du territoire, ce qui n'est pas le cas de l'offre commerciale classique en magasin. (shoppeos.ma) est le seul site généraliste 100% marocain regroupant une offre globale cohérente avec plus de 250 marques tous secteurs confondus et constitue aujourd'hui un des acteurs majeurs du marché e-commerce. De plus, de nombreux partenaires économiques tentent de se positionner sur le secteur en offrant de nouveaux moyens de paiement, par exemple. Toutefois, le marché e-commerce marocain reste un petit marché en termes de demande, la culture étant le premier frein, et les clients privilégient encore le canal classique des magasins. Les sites doivent redoubler de ressources pour capter la demande au maximum. Aussi, la logistique reste un enjeu important de notre activité, mais les partenaires logistiques ne sont pas encore équipés et ne maîtrisent pas encore bien la livraison aux particuliers. Certains transporteurs commencent néanmoins à bien se structurer pour répondre aux besoins des partenaires e-commerce. L autre bémol est que le taux de bancarisation encore faible au Maroc est également un frein au développement de la vente en ligne qui devrait se faire par CB par excellence. Le Cash On Delivery n'implique pas assez le consommateur dans le process de vente, entraînant des annulations de commandes sans raison précise. Ainsi, nous sommes obligés de provisionner ce risque en l'impactant sur nos ratios charges logistiques, ce qui pénalise la relation client-fournisseur. De plus, les métiers internalisés sont nombreux et représentent des charges importantes. Sur un autre registre, ce marché représente tout de même des avantages non négligeables, notamment dans la répartition géographique du pays. Nous atteignons des zones du Maroc où aucun magasin ne pourrait s'implanter car la demande y est trop faible. Un autre point important à noter concerne les segments les plus rentables du e-commerce au Maroc. Dans ce sens, sachez que le marché marocain reste encore trop petit pour lancer des sites spécialisés. En contrepartie, lancer des sites généralistes est beaucoup plus coûteux... Quoi qu'il en soit au niveau des ventes, nous ressentons une certaine corrélation entre le commerce classique et la vente en ligne, en termes de produits vendus. Nous retrouvons ainsi les catégories fortes que sont les chaussures, le fashion, le hightech et la beauté, et c est sur celles-ci que (shoppeos.ma) axe son offre. Même si nous sommes un jeune site lancé en octobre 2013, nous avons rapidement acquis une notoriété sur le marché grâce à des actions streetmarketing originales, à nos marques exclusives et à notre réseau de magasins déjà présents sur le territoire marocain depuis plus de 15 ans, et bien sûr à des budgets de communication en cohérence avec l'ambition que nous avions pour ce projet. Nous sommes ainsi devenus le 2e site e-commerce en 2 mois, avec un taux de croissance à 2 chiffres. Les indicateurs de croissance sont cohérents avec nos prévisionnels. Ken Azran, DG de shoppeos.ma

11 LES ÉCO SUPPLÉMENTS - JEUDI 13 FÉVRIER développées au Maroc où une implantation physique aurait été quasi-impossible et coûteuse). Cela permet au consommateur final d avoir le même choix que ses compatriotes résidant dans les grandes villes et aux entreprises d élargir leur base clients. Maintenant, concernant les perspectives du secteur, il faudrait inscrire la nécessité d accroître le niveau de confort du consommateur en amont de la transaction d achat en ligne, tout particulièrement au niveau de la sécurité des paiements. En aval, il est important pour les opérateurs du secteur de renforcer et de fluidifier les systèmes de livraison sur tout le royaume. Ihsane Himmi, DG de freya.ma Nouvelles options, nouveaux opérateurs plusieurs actualités ont marqué l année 2013 pour le e- commerce au Maroc. Ces mutations représentent une évolution massive pour le secteur. En multipliant les prestations, les opérateurs du secteur peuvent enfin proposer au consommateur marocain une offre diversifiée et compétitive, lequel consommateur final bénéficiera de produits et services de meilleure qualité. En cela, il s agit effectivement d un tournant pour notre économie, dont la nature s apparente à bien des égards au décollage du e-commerce que j ai pu observer au début des années 2000 aux États-Unis, et plus récemment en Chine. Or, malgré le nombre considérable d internautes au Maroc (16 millions), l achat en ligne n est pas encore démocratisé. Il faut savoir que sur ces 16 millions, seule une minorité dispose d un accès permanent à internet et un réel niveau de confort avec les transactions commerciales sur le net. Le plus gros défi des opérateurs est de convertir ces internautes en clients. Pour cela, il est de notre devoir de sensibiliser et d'éduquer les consommateurs potentiels. Il m est arrivé plusieurs fois sur (freya.ma) de recevoir des s de clientes potentielles qui demandaient où se trouvait la boutique. Après avoir expliqué le concept e-store (commande en ligne - livraison à domicile - paiement en espèces ou par carte), la commande était automatiquement concrétisée dans les 48 heures. Au premier rang des forces de ce secteur se trouve d abord son très fort potentiel de croissance. Le e-commerce est encore en maturation au Maroc et se développe à des rythmes exponentiels. Le fait que le e-commerce permette aux entreprises d accéder aux marchés national et international est une force commerciale considérable (Freya a des clientes fidèles dans des régions peu Le principal tournant de l année 2013 a été l arrivée et la montée en puissance remarquée de plusieurs acteurs internationaux (Jumia, Avito, Bikhir, Groupon, etc.) qui démontre l intérêt de ce secteur. Aussi, le nombre de Marocains achetant sur Internet est toujours en forte croissance. Ce qui est intéressant, c est l émergence de e-moyens alternatifs de paiement (cash, mobile,etc.) permettant au consommateur de ne pas être bloqué par rapport à l usage de sa carte bancaire sur Internet. Par ailleurs, la principale force de ce marché est son potentiel qui devrait se renforcer durant les années à venir. Le marché est tout juste émergent, et tout y est encore à construire. Parallèlement, le e-commerce au Maroc montre deux principales faiblesses. La première est la logistique, et la seconde est le financement des entreprises marocaines qui se lancent dans le secteur. Cette difficulté les handicape face aux opérateurs internationaux. Pour ce qui est des perspectives, j espère pouvoir vous donner rendez- vous en 2017 avec une entreprise rentable et présente au-delà des frontières nationales. Thomas Bincaz, DG de Kenza Mall Parler de l année 2013 comme d un «tournant» pour un secteur qui n'a pas encore écrit son histoire serait un peu précoce. Il y a toujours aussi peu d'acteurs intégrés e-commerce, avec une vraie capacité de traitement logistique, plateforme de stockage et surtout, avec une vraie focalisation sur la satisfaction client. Pour ce qui est des moyens de paiement, plusieurs solutions alternatives à CMI/MTC et M2T ont été lancées, certaines peut-être un peu vite, sans cet historique qui pourra rassurer un site marchand travaillant en conformité avec les normes internationales du secteur. Si l on aborde les forces et faiblesses du secteur, je dirais que Jumia effectue des milliers d'expéditions chaque mois, vers tout le royaume. Nous sommes en proie à des difficultés (et profitons des opportunités) existant sur toute la chaîne de valeur de notre industrie. Notons que la force principale du Maroc est qu'il dispose de RH brillantes en matière de développement informatique pour assurer la facilité de navigation sur le site ou l'application mobile. Mais, c'est au moment où il faut délivrer le service, assurer dans les faits la prestation promise, qu'un acteur e-commerce digne de ce nom pourra faire la différence. Parmi les sociétés du secteur, très peu se donnent les moyens de l'ambition qui est la leur, celle de satisfaire tous les Marocains. Pour offrir à l'ensemble des clients une expérience d'achat sans faille et à la hauteur de leur niveau d'exigence, l e-commerçant doit lever une par une les difficultés qui apparaissent tout le long de la chaîne de valeur. Pour ce qui est de Jumia, je dirais qu après 20 mois d activité seulement, nous disposons de plus de références produits, avons plus de inscrits à la newsletter, et sommes fiers de nos fans sur Facebook. La croissance moyenne de notre CA sur le dernier semestre est de plus de 20% chaque mois. Dans nos prévisions, nous tablons sur de meilleures prestations de livraison, des moyens de paiement de plus en plus pratiques et proches des clients, et des produits toujours plus nombreux et toujours «meilleur marché». Taïbi Benhima, DG de Jumia.ma

12 12 LES ÉCO SUPPLÉMENTS - JEUDI 13 FÉVRIER 2014 «C est un marché encore fragile» INTERVIEW Samira Gourroum, Directrice générale de Maroc Telecommerce Les ÉCO : Nouvelles options, nouveaux opérateurs... plusieurs actualités ont marqué l'année 2013 pour le secteur du e-commerce. Peut-on qualifier cela de «tournant»? Samira Gourroum : C est une évolution naturelle d un marché porteur qui présente des opportunités à la fois aux porteurs de projets e-commerce mais également aux acteurs dans le domaine du paiement (opérateurs, banques, acquéreurs, sociétés de crédit, opérateur télécom, etc.). En effet, grâce qu aux efforts du CMI et des banques, et surtout ceux de Maroc Telecommerce qui n a pas cessé de croire en ce domaine et a osé prendre des risques dans un marché naissant, une vraie dynamique s est instaurée ces dernières années, permettant aux entreprises marocaines d innover et d explorer de nouvelles perspectives de développement grâce à l usage des TIC et du paiement électronique Ce n est que le début pour Maroc Telecommerce. Pionnière et leader dans ce domaine depuis 14 ans, la société continuera à investir et innover pour accompagner le développement du e-commerce, du e-gouvernement et du e-paiement en particulier, et de l économie numérique en général. Toutefois, malgré ces avancées en termes de moyens de paiement, nous pensons que la concrétisation des projets accuse parfois beaucoup de retard, non seulement dans le domaine du e-commerce, mais également dans le domaine de l e-gouvernement qui devait normalement constituer une locomotive pour le e- commerce. Ce retard empêche le Maroc de profiter pleinement de ces deux leviers pour développer son économie. On a notamment assisté à l'entrée en jeu de plusieurs nouveaux opérateurs. Qu'en pensez-vous? L'importance du potentiel qui reste à exploiter dans le domaine du e-commerce en particulier -et du e-paiement en général- permet l émergence de plusieurs concurrents potentiels sur ce marché. L arrivée de ceux-ci peut être un facteur accélérateur du développement du secteur et un appui aux efforts de développement consentis par MTC depuis 14 ans. Toutefois, c est un marché encore fragile et axé sur la sécurité et la confiance dans le service à distance. Aussi le professionnalisme et le respect des règles du métier par les acteurs deviennent-ils une exigence capitale. Comment se positionne Maroc Telecommerce dans cette mouvance? Maroc Telecommerce n est pas uniquement un opérateur de paiement, c est d abord un gage de confiance pour l usager et le consommateur. Elle est aussi un «Malgré ces avancées en termes de moyens de paiement, nous pensons que la concrétisation des projets accuse parfois beaucoup de retard». partenaire expert et crédible pour l entreprise et l administration marocaine, et un interlocuteur de référence pour les institutions financières. Cependant, le positionnement de l entreprise a également changé depuis 2012, après le lancement de son service de paiement multicanal «Fatourati» qui compte aujourd hui plus de 9 partenaires bancaires et 22 canaux de paiement. Maroc Telecommerce se positionne dorénavant comme «opérateur de paiement multicanal» et a lancé, à cette date, plusieurs services de paiement via des guichets bancaires, des sites e-banking, des applications m-banking et des agences physiques en partenariat avec plusieurs banques de la place et un opérateur télécom de référence. Cela étant, la société continuera à développer ce positionnement qui lui permet aujourd hui de servir plus de 800 sites e-commerce et des dizaines de créanciers privés et publics et des milliers de consommateurs et usagers chaque jour. Elle continuera à faire migrer de nouveaux domaines économiques vers l économie numérique, à lancer des références nouvelles qui changeront le paysage du e-commerce, de l epaiement et de l e-gouvernement au Maroc, et surtout à œuvrer pour le renforcement de la confiance numérique. Quels chantiers ont marqué l'année 2013 au sein de Maroc Telecommerce? Je citerais d abord le renforcement de la sécurité sur les cartes existantes. Dans ce cadre, MTC a doublé d efforts en 2013 pour accompagner les banques dans le lancement des services d authentification des porteurs de cartes de paiement tant attendu par les usagers et les professionnels, grâce à une solution innovante mise à la disposition des banques marocaines par MTC. Le client est rassuré car il dispose d un code confidentiel pour payer en ligne. Sa carte ne pourra plus être utilisée qu'avec les seuls numéro de carte/date d expiration et CVV code. Pour les marchands, ce mécanisme d authentification donnera plus d assurance et encouragera leurs clients réticents au paiement en ligne. À noter que ce service est disponible actuellement auprès de 4 banques et sera activé très prochainement par d autres; il devrait être généralisé à l ensemble des cartes à très court terme. Cette évolution majeure permettra le renforcement de la garantie du paiement sur les cartes et l instauration par la suite d une assurance ou du principe de transfert de responsabilité permettant la couverture des e-marchands contre les risques financiers en cas de fraude. Le second chantier clé de MTC a été celui du développement du paiement multicanal. Ainsi, pour appuyer la dynamique du marché de l e-paiement, Maroc Telecommerce a lancé en 2013 de nouveaux canaux dans le cadre de son service de paiement multicanal «Fatourati», qui a été très favorablement accueilli par le marché. Enfin, MTC a développé de nouvelles références et concepts. Sur ce registre, Maroc Telecommerce a exploré de nouveaux domaines d activité pour promouvoir la vente en ligne, ce qui a permis le lancement de nouveaux types de projets de vente en ligne. Un accent particulier a été mis sur des projets B2B.

13

14 14 LES ÉCO SUPPLÉMENTS - JEUDI 13 FÉVRIER 2014 Mydeal abat ses cartes Le site révise son business-model et mise désormais sur le voyage. Après près de trois années dans l activité des achats groupés, le site mydeal.ma a entamé n nouveau virage. L opérateur pécialisé dans les deals a ainsi rocédé à un bilan d activité, qui débouché sur la nécessité une «révision» du businessodel du site. «Nous estimons ue non seulement le modèle e l'achat groupé n'est pas viale, mais qu'il s'est de plus mal mplanté au Maroc», commente ce sujet Nabil Sebti, directeur ssocié de Mydeal. En effet, ebti explique que cette situaion est le fait d abus constatés ans les commerces de proxiité avec lesquels le site traitait usque-là. Ils ont ainsi «utilisé à ort le deal comme moyen de ente, alors que celui-ci a été iniialement pensé comme outil de ommunication permettant de aire de l'acquisition client», joute le responsable. ap sur le voyage! t si, aujourd hui «mydeal.ma» a ait la part belle aux offres tourisiques et hôtelières, c est que «les ôteliers ont parfaitement comris et appréhendé le deal, l'utiliant en période creuse pour améiorer leur taux d'occupation. C'est a raison pour laquelle nous avons aintenu les deals relatifs à ce egment d'activité», estime Sebti. Dans ce cadre, les nouveautés ne manquent pas. L opérateur lance donc «Mydealhotels.com». Ce site 100% dédié à l'hôtellerie est censé marquer ce virage et offrir aux touristes et hôteliers de nouveaux services. «Dans un premier temps, nous maintiendrons notre activité deal sur ce segment que nous complétons par une nouvelle brique éditoriale d'information», annonce le directeur de Mydeal. Dans un second temps, le site devrait intégrer un service de réservation d'un nouveau genre avec l'ambition de créer un modèle innovant à même de concurrencer de grands acteurs tels que Booking.com. Sur un autre registre, on assistera au lancement de «Mydeal-tickets.com», un site dédié à la consommation culturelle en ligne. «D'autres sites internet sont en cours de construction pour compléter notre portefeuille de services B2C qui feront de Mydeal et de ses sites Internet le partenaire évasion et divertissement privilégié du consommateur marocain», annonce déjà Nabil Sebti. Quid du site généraliste? L ancrage de cette nouvelle orientation prendra-t-il le dessus sur le site d origine? À ce sujet, l avis du management est déjà tranché : Le site généraliste n a pas vocation à disparaître. «il est notre ADN et sera placé au centre de notre stratégie pour l'année 2014», explique-t-on auprès de Mydeal. Actuellement, «mydeal.ma» est en reconfiguration et devrait in fine fonctionner en place de marché. Dans ce sens, des accords de partenariat ont d ores et déjà été conclus dans le but de positionner la place de marché en ligne comme «l'inventaire produits et services le plus dense et le plus complet du pays». C est ainsi qu un nouveau métier devrait s ajouter à la palette d offres de Mydeal : celui de la distribution. «Parallèlement à cela, nous avons conçu une offre 100% B2B, qu'il est trop tôt d'exposer actuellement, mais dont le premier pilote verra le jour au cours du 1 er trimestre 2014», annonce Nabil Sebti. Le site généraliste n a nullement vocation à disparaître. POINT DE VUE Nabil Sebti, Directeur associé Mydeal Nos perspectives pour 2014 ne peuvent être que bonnes Nous avons placé l'année 2014 sous le signe du beau et du renouveau. Partant de là, nos perspectives pour cette année ne peuvent être que bonnes. Le secteur souffre encore d'un écosystème qui peine à se mettre en place. Les freins sont nombreux mais le potentiel est très important. Chez Mydeal.ma, nous sommes non seulement convaincus que le marché marocain a une marge de progression considérable à explorer, mais aussi et surtout que le Maroc a un rôle de leader à jouer à l'échelle du continent africain. À cet égard, nous nous tenons à disposition de notre ministre de tutelle pour aider à la réflexion et accompagner le secteur dans son développement. «e-réussite» pour la Banque Populaire La Banque Populaire a remporté, deux années de suite, le trophée du meilleur service en ligne au Maroc intitulé «E-SERVICE». Les e-commerçants ne sont pas les seuls séduits par les opportunités qu offre l inestissement dans le e-comerce, puisque les banques sent aussi les e-services. La anque populaire s inscrit dans e cadre, puisque l institution ancaire a remporté, par deux fois consécutives, le trophée du meilleur service en ligne. En effet, à l issue des deux éditions du salon e-commerce, la banque au cheval a décroché en septembre dernier le prix du meilleur prestataire e-service. Un trophée qui distingue la solution mobile-banking de la Banque Populaire dénom- mée «Pocket Bank», pour ses services innovants en matière de transfert d argent instantané et d e-paiement. Ce produit, dont la 2 e version a été fraîchement lancée avant la tenue du salon e- commerce - tenu du 19 au 21 septembre a donc pu convaincre par la facilité qu il offre Ce produit a su convaincre par lla facilité qu il offre à ses utilisateurs. à ses utilisateurs. Il s agit en effet d une application mobile s adressant à tous les segments de clientèle, en offrant une navigation optimisée et intuitive. Pour rappel, lors de la 1 re édition, les organisateurs du Salon e-commerce.ma avaient récompensé, dans la même catégorie, le service de transfert d argent par Internet, essentiellement dédié aux Marocains du monde,

15

16

E-commerce au Maroc : Plusieurs verrous à faire sauter

E-commerce au Maroc : Plusieurs verrous à faire sauter E-commerce au Maroc : Plusieurs verrous à faire sauter Le e-commerce selon les derniers chiffres est en bonne croissance. Il se dit que de belles perspectives l attendent. Mais, loin de tout optimisme

Plus en détail

Les résultats de la 2ème édition du baromètre Averty sur le E-commerce au Maroc en partenariat avec le salon E-commerce.ma. Maroc Telecommerce

Les résultats de la 2ème édition du baromètre Averty sur le E-commerce au Maroc en partenariat avec le salon E-commerce.ma. Maroc Telecommerce Les résultats de la 2ème édition du baromètre Averty sur le E-commerce au Maroc en partenariat avec le salon E-commerce.ma Maroc Telecommerce Objectifs. Paiement de taxes & factures Fréquence Motivations

Plus en détail

Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce

Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce 7 mars 203 Mehdi KETTANI Vice-président de la Commission R&D, e-entreprise et relation avec l Université Commission

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0 Universitaire : 2010.2011 0 Introduction : Chaque jour à travers le monde, des managers déplorent la baisse de fidélité de leurs clients qui sont courtisés plus fébrilement par des concurrents offrant

Plus en détail

11/12 décembre 2012. Evolution des métiers du Tour Operating

11/12 décembre 2012. Evolution des métiers du Tour Operating 11/12 décembre 2012 Evolution des métiers du Tour Operating Métier et valeur ajoutée du Tour Operator Quelles évolutions? 2 L'industrie du Tourisme et en particulier le secteur du Tour Operating est exposée

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2

Groupe Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2 , 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2 Chapitre 1 Que vient faire Apple dans le paiement? Apple s est spectaculairement redressé avec le retour de son fondateur Steve Jobs en 1997. Les ipod, iphone et autres

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»:

Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»: Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»: Paris, le 11 juin 2014 Les dernières barrières à l achat

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux

E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux Un Pôle de ressources en Drôme Un Pôle de ressources et d'échanges pour :

Plus en détail

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS Une enquête auprès des DAF et dirigeants de l industrie en France Paris, le 20 octobre 2010 Olaf de Hemmer International Business Manager Purchasing Department 16,

Plus en détail

INTERNET AU MAROC BILAN & PERSPECTIVES

INTERNET AU MAROC BILAN & PERSPECTIVES INTERNET AU MAROC BILAN & PERSPECTIVES M. Hicham LAHJOMRI Directeur, Responsable de l Entité Prospective&Nouvelles Technologies 10/05/2011 Séminaire INET «L'avenir de l'internet : vers une nouvelle ère?»

Plus en détail

Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique

Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique dossier de presse 24 novembre 2011 Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique Conférence de presse «Orange Money» - 24 novembre 2011-1 Partie 1 L Afrique, un enjeu

Plus en détail

Les opérations par cartes étrangères se répartissent en :

Les opérations par cartes étrangères se répartissent en : 1 er trimestre 2014, croissance confirmée pour l usage des cartes bancaires au Maroc : progression de +31% des opérations de paiement en ligne et de +21% pour les opérations de paiement sur TPE De source

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Livre Blanc Virtua 2012

Livre Blanc Virtua 2012 Livre Blanc Virtua 2012 LES SECRETS D UNE CAMPAGNE DIGITALE DE NOËL RÉUSSIE Suivez-nous sur Twitter Virtua 021 544 28 00 info@virtua.ch Stratégies et créations digitales 2 Table des matières Préparez votre

Plus en détail

Évolution des réseaux sociaux dans la banque (US et France) et place dans la distribution multicanale

Évolution des réseaux sociaux dans la banque (US et France) et place dans la distribution multicanale conseil organisation management Réussir ensemble Évolution des réseaux sociaux dans la banque (US et France) et place dans la distribution multicanale Salon e-commerce, Paris, 14 septembre 2011 csa consulting

Plus en détail

Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle

Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle LIVRE BLANC Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle Quels sont les avantages d adopter uneapproche intégrée à la gestion de service. INTRODUCTION Lorsque vous pensez CRM,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE, UNE OFFRE EXCLUSIVE DÉDIÉE AUX JEUNES RÉALISÉE PAR SOCIÉTÉ GÉNÉRALE EN PARTENARIAT AVEC HIT RADIO

DOSSIER DE PRESSE, UNE OFFRE EXCLUSIVE DÉDIÉE AUX JEUNES RÉALISÉE PAR SOCIÉTÉ GÉNÉRALE EN PARTENARIAT AVEC HIT RADIO DOSSIER DE PRESSE, UNE OFFRE EXCLUSIVE DÉDIÉE AUX JEUNES RÉALISÉE PAR SOCIÉTÉ GÉNÉRALE EN PARTENARIAT AVEC HIT RADIO COMMUNIQUE DE PRESSE Casablanca, le 4 juin 2014 SO HIT, UNE OFFRE EXCLUSIVE DÉDIÉE AUX

Plus en détail

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU UNE NOUVELLE VISION POUR DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU Tendances du e-commerce dans le Monde E-Commerce en Tunisie Nouvelle Stratégie de Développement du E- commerce en Tunisie

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas et Directeur des Réseaux France Bernard Roy, Directeur de la Stratégie de La Banque Postale Laurent Goutard, Directeur

Plus en détail

ACTIVITE MONETIQUE 1ER TRIMESTRE 2015

ACTIVITE MONETIQUE 1ER TRIMESTRE 2015 ACTIVITE MONETIQUE 1ER TRIMESTRE 2015 L activité monétique durant le 1 er trimestre 2015 est marquée par la progression de l usage des cartes bancaires marocaines et une quasistagnation dans l acceptation

Plus en détail

Certification électronique et E-Services. 24 Avril 2011

Certification électronique et E-Services. 24 Avril 2011 Certification électronique et E-Services 24 Avril 2011 C O N N E C T I N G B U S I N E S S & T E C H N O L O G Y E-Gouvernement E-Business L avènement des NTIC favorise la dématérialisation des transactions

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

e-commerce NAVIGATION MOBILE Votre site est-il optimisé? RESPONSIVE ET ÉCRANS LARGES Le paradoxe!

e-commerce NAVIGATION MOBILE Votre site est-il optimisé? RESPONSIVE ET ÉCRANS LARGES Le paradoxe! e-commerce+ Magazine d'information d'octave n 15 - Septembre 2015 fashion.com fashion.com Les TENDANCES MOBILES MOBILES du e-commerce du e-commerce NAVIGATION MOBILE Votre site est-il optimisé? RESPONSIVE

Plus en détail

Les cartes entreprises en 2014 et demain

Les cartes entreprises en 2014 et demain 2014 Les cartes entreprises en 2014 et demain Analyse prospective du marché des cartes entreprises L APECA accompagne depuis 10 ans le développement de la carte achat en France et se consacre, plus largement,

Plus en détail

TANGER TOURISM EXPO LEADING TRAVEL TRADE SHOW

TANGER TOURISM EXPO LEADING TRAVEL TRADE SHOW TANGER TOURISM EXPO 21-24 OCTOBER 2015 TANGIER MOROCCO LEADING TRAVEL TRADE SHOW EDITO Il apparaissait important pour nous, professionnels du tourisme, à ce stade de notre carrière professionnelle de pouvoir

Plus en détail

Rencontre sur le développement de la carte bancaire maghrébine. Acceptation, ti relations contractuelles t avec les commerçants et élargissement du

Rencontre sur le développement de la carte bancaire maghrébine. Acceptation, ti relations contractuelles t avec les commerçants et élargissement du Rencontre sur le développement de la carte bancaire maghrébine le 08 Février 2007 Acceptation, ti relations contractuelles t avec les commerçants et élargissement du réseau des accepteurs au Maroc Plan

Plus en détail

Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents

Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents Accompagnement technologique et décisionnel pour l implémentation de modes de paiement sur Internet et par téléphonie mobile pour accroitre

Plus en détail

Faites l expérience d un monde où les interactions avec vos clients se portent de mieux en mieux.

Faites l expérience d un monde où les interactions avec vos clients se portent de mieux en mieux. Faites l expérience d un monde où les interactions avec vos clients se portent de mieux en mieux. NCR SERVICES Brochure Title Goes Here Gestion Sub-header proactive, / description maintenance goes here

Plus en détail

BusinessHIGHLIGHT MULTICANALITÉ : L EXPÉRIENCE CLIENT SANS COUTURE EST-ELLE POSSIBLE? Préconiser. n 5122011 .../... SOMMAIRE INTRODUCTION

BusinessHIGHLIGHT MULTICANALITÉ : L EXPÉRIENCE CLIENT SANS COUTURE EST-ELLE POSSIBLE? Préconiser. n 5122011 .../... SOMMAIRE INTRODUCTION BusinessHIGHLIGHT Préconiser MULTICANALITÉ : L EXPÉRIENCE CLIENT SANS COUTURE EST-ELLE POSSIBLE? SOMMAIRE Aborder la connaissance client sous l angle des canaux Maîtriser les outils de communication et

Plus en détail

Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce

Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce Lorraine Un site marchand est sans cesse en recherche de moyens pour développer son activité. Au-delà de l optimisation de la boutique, il est possible

Plus en détail

LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Cycle: Licence professionnelle Filière: Technique banques et assurances LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Réalisé par: Mlle Asmae AIT RAI Mlle Ghizlane JALIAD Mlle Hafida EL

Plus en détail

A. Comprendre les attentes des internautes et leurs évolutions permanentes en B2C

A. Comprendre les attentes des internautes et leurs évolutions permanentes en B2C Chapitre 1 : Pourquoi intégrer Internet à sa stratégie d'entreprise 15 A. Comprendre les attentes des internautes et leurs évolutions permanentes en B2C Chapitre 1 : Pourquoi intégrer Internet à sa stratégie

Plus en détail

+ DISCOVER " BENCHMARK DU SECTEUR, DE LA CONCURRENCE, + PLAN MÉTHODOLOGIE " STRATÉGIE COMMERCIALE, STRATÉGIE DE MARQUE, MARKETING,

+ DISCOVER  BENCHMARK DU SECTEUR, DE LA CONCURRENCE, + PLAN MÉTHODOLOGIE  STRATÉGIE COMMERCIALE, STRATÉGIE DE MARQUE, MARKETING, + " BENCHMARK DU SECTEUR, DE LA CONCURRENCE, " STRATÉGIE COMMERCIALE, STRATÉGIE DE MARQUE, MARKETING, " STRATÉGIE MULTI-CANAL, " BUSINESS PLAN, + PLAN " EXPRESSION DE BESOIN / CAHIER DES CHARGES " PLAN

Plus en détail

Country factsheet - Mars 2015. Japon

Country factsheet - Mars 2015. Japon Country factsheet - Mars 2015 Japon Le pays du Soleil-Levant a une économie en ligne des plus attractives et sa maturité ne fait qu accentuer cette attractivité. Les quelques chiffres clés suivants permettent

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le Crédit Mutuel Arkéa annonce son intention de rejoindre Paylib, aux côtés de BNP Paribas, La Banque Postale et Société Générale. De gauche à droite : Frédéric COLLARDEAU (Directeur

Plus en détail

SUPPLÉMENTS. e-commerce, du potentiel à revendre

SUPPLÉMENTS. e-commerce, du potentiel à revendre ES ÉCO SUPPLÉMENTS - LUNDI 25 FÉVRIER 2013 CE SUPPLÉMENT NE PEUT ÊTRE VENDU SÉPARÉMENT SUPPLÉMENTS, du potentiel à revendre II LES ÉCO SUPPLÉMENTS - LUNDI 25 FÉVRIER 2013 Le shopping fait sa «e-révolution»

Plus en détail

Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc

Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc Une couverture exceptionnelle pour les particuliers au Maroc ASSUR-PLUS Santé International est un contrat d assurance santé international

Plus en détail

Vendre son champagne sur internet

Vendre son champagne sur internet dossier P.13-17 Vendre son champagne sur internet De nombreuses études le montrent : le commerce en ligne se porte bien et devrait continuer à croître sur les deux prochaines années. Ainsi, la Fédération

Plus en détail

plombiers La profession des artisans Caractéristiques, activité, Comportements et attitudes

plombiers La profession des artisans Caractéristiques, activité, Comportements et attitudes La profession des artisans Caractéristiques, activité, Comportements et attitudes 150 rue Gallieni - 92100 Boulogne-Billancourt Tél : 01 46 03 59 59 - Fax : 01 46 03 16 03 - info@dev-construction.com www.developpement-construction.com

Plus en détail

Poussées par la croissance

Poussées par la croissance Le Cross-Canal, une étape de la transformation des modèles logistiques L ouverture d un site web pour les enseignes traditionnelles tout comme celle de magasins pour certains «Pure Players» sont les signes

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

1 er OCTOBRE 2015 Hôtel des Arts & Métiers 9 Bis Avenue d Iéna 75016 Paris

1 er OCTOBRE 2015 Hôtel des Arts & Métiers 9 Bis Avenue d Iéna 75016 Paris SALON PROFESSIONNEL DES INNOVATIONS BANCAIRES www.banqueetinnovation.com 1 er OCTOBRE 2015 Hôtel des Arts & Métiers 9 Bis Avenue d Iéna 75016 Paris DOSSIER EXPOSANT www.banqueetinnovation.com NEWSCO EVENTS

Plus en détail

Comment enfin gagner de l argent avec son SAV? Laurent Mellah, Cepheus Group Alain Bellange, Keonys

Comment enfin gagner de l argent avec son SAV? Laurent Mellah, Cepheus Group Alain Bellange, Keonys Comment enfin gagner de l argent avec son SAV? Laurent Mellah, Cepheus Group Alain Bellange, Keonys Sommaire Keonys, votre partenaire PLM Le S.A.V avec Cepheus Group Conclusion Q & A 2 Conseil & intégration

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain»

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR ABDELLATIF JOUAHRI GOUVERNEUR

Plus en détail

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet Evaluation comparative de sites Internet Quoi? Ce document est un résumé des résultats de l étude menée sur une quinzaine de sites Internet dans le domaine

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

NOTRE STRATÉGIE DE BANQUE DE DÉTAIL SUR INTERNET. Christian Poirier

NOTRE STRATÉGIE DE BANQUE DE DÉTAIL SUR INTERNET. Christian Poirier NOTRE STRATÉGIE DE BANQUE DE DÉTAIL SUR INTERNET Christian Poirier Journée Société Générale - 20 juin 2000 Sommaire Analyse F.F.O.R. (forces, faiblesses, opportunités et risques) Positionnement / Objectifs

Plus en détail

WF MEDIA.INFO ET N OUBLIONS PAS QU UNE COMMUNICATION RÉUSSIE, C EST AVANT TOUT UN IMPACT MESURABLE ET

WF MEDIA.INFO ET N OUBLIONS PAS QU UNE COMMUNICATION RÉUSSIE, C EST AVANT TOUT UN IMPACT MESURABLE ET WF MEDIA.INFO WF MEDIA.INFO, AGENCE DE COMMUNICATION SUR CMS OPEN SOURCE AU SOLUTION PROPRIETAIRE, C EST UNE VISION OPÉRATIONNELLE ET RÉALISTE DE LA COMMUNICATION DES ENTREPRISES D AUJOURD HUI. QUE VOUS

Plus en détail

DU COMMERCE CONNECTÉ!

DU COMMERCE CONNECTÉ! e-commerce+ Magazine d'information d'octave n 14 - Avril 2015 Suivez la tendance DU COMMERCE CONNECTÉ! SOLDES OUVERT ÉVOLUTION DU COMMERCE vers un commerce "CONNECTÉ" CASH PISCINES : Le projet "cross canal"

Plus en détail

Voulez-vous donner à vos clients la meilleure expérience possible en agence?

Voulez-vous donner à vos clients la meilleure expérience possible en agence? Voulez-vous donner à vos clients la meilleure expérience possible en agence? SOLUTIONS D AGENCE NCR Pour une expérience d agence financière plus moderne, intelligente et efficace. Experience a new world

Plus en détail

EN MAÎTRISANT INTERNET, APPORTEZ UN NOUVEL ÉLAN À VOTRE ACTIVITÉ

EN MAÎTRISANT INTERNET, APPORTEZ UN NOUVEL ÉLAN À VOTRE ACTIVITÉ EN MAÎTRISANT INTERNET, APPORTEZ UN NOUVEL ÉLAN À VOTRE ACTIVITÉ Les places de marchés : nouvelles tendances de l e-commerce? Préparer son projet Découvrir ses possibilités Découvrir ses limites Skender

Plus en détail

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight» Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.935.4400 F.508.988.7881 www.idc-ri.com S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

Plus en détail

اململكة املغربية. Royaume du Maroc واالستثمار واالقتصاد الرقمي

اململكة املغربية. Royaume du Maroc واالستثمار واالقتصاد الرقمي Royaume du Maroc Ministère délégué auprès du Ministre de l'industrie, du Commerce, de l'investissement et de l'economie Numérique, Chargé du Commerce Extérieur اململكة املغربية الوزارة املنتدبة لدى وزير

Plus en détail

Prenez-vous les mesures nécessaires pour prospérer dans cet environnement? Ou avezvous du mal à suivre?

Prenez-vous les mesures nécessaires pour prospérer dans cet environnement? Ou avezvous du mal à suivre? Les avancées technologiques et l émergence des réseaux sociaux continuent de transformer l expérience d achat en ligne. Les attentes des clients sont calibrées par ce qu ils voient des meilleurs sites

Plus en détail

Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs

Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs 20 Juin 2012 CONFIDENTIEL ET PROPRIÉTÉ DE McKINSEY & COMPANY Toute utilisation de ce support, ainsi que

Plus en détail

Irrigation Marketing. >1 : Un nouveau concept : l irrigation marketing

Irrigation Marketing. >1 : Un nouveau concept : l irrigation marketing Irrigation Marketing C est un fait, Internet ne connaît pas la crise! Fort de sa souplesse et des capacités de tracking en temps réel, et offrant un avantage économique reconnu, Internet est aujourd hui

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. LE SRM : SOCLE D UN SI ACHATS PERFORMANT Le référentiel fournisseurs ou

Plus en détail

[Budgets B2B] Le guide d optimisation financière. (marketing, commercial et digital)

[Budgets B2B] Le guide d optimisation financière. (marketing, commercial et digital) [Budgets B2B] Le guide d optimisation financière. (marketing, commercial et digital) Les tendances en matière de répartition des budgets. sommaire 1. Les budgets marketing sont à la hausse. 2. La part

Plus en détail

Taille d entreprise Moins de 50 salariés 0% De 50 à 250 salariés 40% De 251 à 5 000 salariés 40% Plus de 5 000 salariés 20%

Taille d entreprise Moins de 50 salariés 0% De 50 à 250 salariés 40% De 251 à 5 000 salariés 40% Plus de 5 000 salariés 20% Baromètre mené en juin 2014 auprès de 1 000 salariés d entreprises et 300 dirigeants/managers impliqués dans le pilotage des réseaux sociaux et du digital pour leurs entreprises de plus de 50 salariés.

Plus en détail

L'attribution marketing :

L'attribution marketing : Partenaires : Marketing & Social Marketing L'attribution marketing : Comment développer une stratégie cross-canal efficace en pilotant ses ressources, en mesurant ses actions et en optimisant son ROI?

Plus en détail

Agence web marketing Pourquoi une agence de web marketing? Définition du web marketing.

Agence web marketing Pourquoi une agence de web marketing? Définition du web marketing. Agence web marketing Pourquoi une agence de web marketing? Définition du web marketing. Internet est la plus grande vitrine imaginable pour présenter et vendre des produits et des services. En permanence

Plus en détail

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne.

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. www.audirep.fr Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. Restitution des résultats d une étude menée par internet sur un échantillon de 1 001 personnes représentatives de la population

Plus en détail

Comment trouver des clients grâce à internet?

Comment trouver des clients grâce à internet? Comment trouver des clients grâce à internet? Plan de la présentation Présentation tour de table Quelques chiffres Un site internet? Pourquoi faire? Qu est-ce qu un site internet efficace? Comment attirer

Plus en détail

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES TRAVAILLER AVEC LES BANQUES GUIDE PRATIQUE DE NÉGOCIATION AVEC LES BANQUES DANS LE CADRE DE PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE

Plus en détail

Synthèse e-commerce Les facteurs clés de succès MAI 2006. Stéphane Brossard www.amomenti.com

Synthèse e-commerce Les facteurs clés de succès MAI 2006. Stéphane Brossard www.amomenti.com Synthèse e-commerce Les facteurs clés de succès MAI 2006 Stéphane Brossard www.amomenti.com Un marché en pleine croissance 2/14 En 2006, 57% des internautes français ont déjà acheté en ligne soit plus

Plus en détail

Mythes et Légendes du Social Shopping

Mythes et Légendes du Social Shopping Mythes et Légendes du Social Shopping Agnès Teissier Consultante, Fondatrice Agence Conseil E-Commerce Mars 2012 Facebook et surtout ses boutons J aime, Partager, Commenter ont révolutionné les comportements

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique,

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique, MINISTERE DELEGUEE CHARGEE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DE L INNOVATION ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE COMMISSARIAT GENERAL A L INVESTISSEMENT C o m m u n i q u é d e p r e s s e C o m m u n i q u

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR

Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR L es technologies mobiles impactent en profondeur le fonctionnement des organisations. Elles sont également à

Plus en détail

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Sortir des murs, démultiplier les contacts 2013 T A L E N T E D T O G E T H E R Unissons nos Talents 1 Introduction Entre discours incantatoires

Plus en détail

L assurance en ligne au cœur d une stratégie multi-canal réussie. Analyse et retour d expérience CNIA SAADA 18/04/2013

L assurance en ligne au cœur d une stratégie multi-canal réussie. Analyse et retour d expérience CNIA SAADA 18/04/2013 L assurance en ligne au cœur d une stratégie multi-canal réussie Analyse et retour d expérience CNIA SAADA 18/04/2013 1 La transformation digitale engendre des changements profonds Dans les nouvelles habitudes

Plus en détail

Du clic à la possession : Observatoire des attentes des e-consommateurs

Du clic à la possession : Observatoire des attentes des e-consommateurs Du clic à la possession : Observatoire des attentes des e-consommateurs Etude Ifop / Get it lab - Mars 2014 Delphine Mallet Directrice Générale Fabien Esnoult Co-Fondateur info@getitlab.com Mike Hadjadj

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER ARANTIR INFORMER PRÊTER PROTÉGER ADAPTER PARGNER FIDÉLISER DÉVELOPPER ACCOMPAGNER INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE -2014

DOSSIER DE PRESSE -2014 RESEAU DE CONSEILLERS EN IMMOBILIER INDEPENDANTS Compétences des conseillers - Sécurité absolue des transactions DOSSIER DE PRESSE -2014 Pour en savoir plus : www.optimhome.com Contact presse Agence Shan

Plus en détail

FICHE ÉLÈVE. Déroulement. Activité 2 : Faites des hypothèses sur le sujet après avoir visionné une première fois la vidéo sans le son.

FICHE ÉLÈVE. Déroulement. Activité 2 : Faites des hypothèses sur le sujet après avoir visionné une première fois la vidéo sans le son. 1 TROISIÈME SECTEUR DE L ECONOMIE SECTEUR TERTIAIRE- LES SERVICES (3) L'ESSOR DE L'E-COMMERCE FICHE ÉLÈVE Déroulement Activité 1 : Parlez de cette image, faites des hypothèses sur le sujet. Activité 2

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

Le e-business (ou e-commerce)

Le e-business (ou e-commerce) Le e-business (ou e-commerce) Introduction : 2004 est une année exceptionnelle pour le commerce électronique. Depuis un an, le chiffre d affaires des sites de vente en ligne (B2C uniquement) a augmenté

Plus en détail

Performance Lead acquisition Bases optin Optin partenaires Jeux Concours Co-registration Marketing Viral Newsletters «Rationalisez vos coûts marketing et contrôlez votre ROI» Août 2010 1 SOMMAIRE Performance

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.cavissima.com

DOSSIER DE PRESSE. www.cavissima.com DOSSIER DE PRESSE www.cavissima.com 2015 CONTACT PRESSE Département marketing marketing@cavissima.com SOMMAIRE A L ORIGINE CAVISSIMA, LA CAVE EN LIGNE POUR TOUS! LES CINQ METIERS DE CAVISSIMA NAISSANCE

Plus en détail

Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique

Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique Communiqué de presse Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique Havas Voyages et Intel collaborent pour comprendre et adresser les nouvelles attentes

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Sommaire. Présentation de l étude... 3. Les services de Click to Chat... 5. Ils partagent leurs retours d expérience... 16

Sommaire. Présentation de l étude... 3. Les services de Click to Chat... 5. Ils partagent leurs retours d expérience... 16 Sommaire Présentation de l étude... 3 Objectifs et méthodologie... 3 Les services de Click to Chat... 5 Les canaux de contact... 6 Projets Click to Chat - objectifs et déploiement... 7 L expérience client

Plus en détail

Formation etourisme : Construire sa stratégie digitale

Formation etourisme : Construire sa stratégie digitale Formation etourisme : Construire sa stratégie digitale Cette formation articulée autour de nombreux cas concrets fournit les clés pour assurer aux sites d'etourisme une présence forte, développer leurs

Plus en détail

Le Baromètre e-commerce des petites entreprises

Le Baromètre e-commerce des petites entreprises Le Baromètre e-commerce des petites entreprises 4 ème vague Mai 2013 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Thomas Stokic, Emmanuel Kahn Introduction 1005 Entreprises moins d e 50 sal Représentativité

Plus en détail

CONTRAT D ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT PAR CARTE ecommerce

CONTRAT D ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT PAR CARTE ecommerce CONTRAT D ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT PAR CARTE ecommerce CONCLU ENTRE LES PARTIES SOUSSIGNEES : LE CENTRE MONETIQUE INTERBANCAIRE Ci-après dénommée «CMI» sis au 8, angle avenue Moulay Rachid et rue

Plus en détail

«Petites assurances (assurances moyens de paiement/fuites d eau) : grosses dépenses» Questions/Réponses

«Petites assurances (assurances moyens de paiement/fuites d eau) : grosses dépenses» Questions/Réponses «Petites assurances (assurances moyens de paiement/fuites d eau) : grosses dépenses» Questions/Réponses 1 Pourquoi l UFC-Que Choisir organise-t-elle une campagne sur les assurances accessoires? Le marché

Plus en détail

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES POLITIQUES DIRECTION DES INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES Projet «BONNE GOUVERNANCE DANS LA SOCIETE DE L INFORMATION» CAHDE (2009) 2F Strasbourg, 20 janvier 2009 Guide No.2 de

Plus en détail

Foire aux questions. Présentation

Foire aux questions. Présentation Foire aux questions Présentation Qu est-ce que Pocket Bank? Pocket Bank est le service mobile-banking de la Banque Populaire qui vous permet d effectuer, via votre téléphone mobile, un ensemble d opérations

Plus en détail

FRONTeO Plateforme digitale pour les banques. Dossier de presse

FRONTeO Plateforme digitale pour les banques. Dossier de presse FRONTeO Plateforme digitale pour les banques Dossier de presse 2015 Sommaire Page 3 Editorial «La banque se digitalise, l informatique évolue, MAINSYS anticipe...» Page 4 Une gamme complète de solutions

Plus en détail

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Une analyse de fond des forces en présence et des impacts en matière de développement pour les compagnies d assurances Un écosystème

Plus en détail

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES?

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? Animateur Isabelle MUSNIK INFLUENCIA Intervenants Maryelle ALLEMAND CARLIN INTERNATIONAL Sauveur FERNANDEZ SAUVEUR

Plus en détail

ers Pas vers le E-Commerce

ers Pas vers le E-Commerce ers Pas vers le E-Commerce Les intervenants Laure Lebreton Conseiller d'entreprise en Economie Numérique Premiers pas vers le E-commerce Le E-commerce «Promesses et réalités» Les chiffres-clés : www.fevad.com

Plus en détail