Journée d échanges techniques sur la continuité écologique

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Journée d échanges techniques sur la continuité écologique"

Transcription

1 16 mai 2014 Journé d échangs tchniqus sur la continuité écologiqu Pris n compt d critèrs coûts-bénéfics dans ls étuds d faisabilité

2 Gstion ds ouvrags SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU

3 Gstion ds ouvrags t é t i l i b a fais narii d c s d u s t r E siu u l p d f t ati compar d aménagmn ssiv r g é r n Erosio s brgs d é t li i Stab Etiag / u r C ZH. / p p a N par c s a c u => A ix l s c ho tr n i r o r as pou SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU

4 Pour quoi fair? Objctif : A intégrr dans ls démarchs d analys multicritèrs d plusiurs scnarii d aménagmnt, au sin d un projt, pour complétr ls élémnts tchniqus qui n sont parfois pas suffisants pour orintr l choix => aid à la décision Commnt : AERM propos un méthod «simpl» prmttant l analys ds coûts t bénéfics rlatifs aux caractéristiqus t impacts d plusiurs scnarii d aménagmnt ds ouvrags (put êtr transposé à la gstion ds inondations, projt ambitiux vs. minimalist d rstauration d cours d au, ). => Mis à disposition, notammnt pour l élaboration d cahirs ds chargs ds étuds, d un tram méthodologiqu (3p.) t d un catalogu d coûts t bénéfics issus d référncs bibliographiqus nationals.

5 Critèr coûts-bénéfics L analys multi-critèrs : grill d analys CRITERES Scnario 1 Pass à poissons Scnario 2 Abaissmnt Scnario 3 Effacmnt Fonctionnmnt hydrauliqu du cours d au (crus, dynamiqu, ) Protction ds bins t prsonns Biologi- habitats Biologi- continuité Activités associés Prcption paysagèr Valur patrimonial Coûts t bénéfics.. Synthès

6 Tram méthodologiqu proposé 6 étaps: 1 - Dscription du projt. 2 - Dscription ds différnts scénarios étudiés. 3 - Chiffrag ds coûts pour chaqu scénario. 4 - Evaluation qualitativ ds bénéficsngndrés par chacun ds scénarios (possibilité d s référr dirctmnt à la grill d analys).

7 Tram méthodologiqu proposé

8 Tram méthodologiqu proposé Si un scénario s impos t fait consnsus dès ctt étap => arrêt d l analys Sinon affinag d l évaluation économiqu : 5 - Chiffrag ds bénéficspour chaqu scénario (utilisation ds bénéfics d référnc du catalogu ou calcul ds bénéfics proprs au projt). 6 - Comparaison ds différnts scénarios sur la duréd vi tchniqu d chaqu option.

9 Tram méthodologiqu proposé => Calcul d la Valur Ajouté Ntt (VAN) d chaqu option

10 Comparaison ds différnts scénarios Calcul d la Valur Ajouté Ntt Comparaison ds différnts scénarios sur la duré d vi tchniqu d chaqu option via l calcul d la Valur Actualisé Ntt : où: n = duré d vi du projt ai = taux d actualisation pour l anné i Bi = nsmbl ds bénéfics à chaqu anné i Co = nsmbl ds coûts d invstissmnt Ci = nsmbl ds coûts d fonctionnmnt t d ntrtin à chaqu anné i Si la VAN st négativ alors ls bénéfics sont infériurs aux coûts. A l invrs, si la VAN st positiv, ls bénéfics sont supériurs aux coûts.

11 Exmpl «Etud d un ouvrag (2m d hautur d chut)sur un cours d au d plain» Scénario 1 : «Maintin d l ouvrag» n l consolidant pour maintnir sa configuration actull tout n installant un dispositif d franchissmnt piscicol (duré d vi d 30 ans): Coût d invstissmnt: coût d un pass à poissons (avc un hautur d chut d 2m) = coûts d rconstruction t aménagmnt d l ouvrag car mauvais état = Coût d fonctionnmnt annul+ coût d ntrtin : 1000 par an pour la pass à poissons par an pour l ouvrag. Bénéfics: amélioration d la circulation piscicol: non chiffré car impact économiqu limité (non significatif sur l usag pêch par xmpl) = 0 VAN = donc < 0 donc projt économiqumnt «non rntabl»

12 Exmpl «Etud d un ouvrag (2m d hautur d chut)sur un cours d au d plain» Scénario 2: «Effacmnt partil d l ouvrag»via un baiss d crêt (1m) t la création d un pré-suil pour assurr l franchissmnt(duré d vi d 30 ans) : Coût d invstissmnt: -coût d abaissmnt: création d un pré-suil= Coût d fonctionnmnt annul+ coût d ntrtin : 1000 par an pour l ouvrag. Bénéfics: -amélioration d la circulation piscicol : non chiffré car impact économiqu limité = 0 -amélioration d la capacité d autoépuration sur l lit amont sur un longuur d 2,5 kmt un largur d nviron 100 m (rivs incluss) avc un valur moynn d 500 /ha = / an. VAN = donc < 0 donc projt économiqumnt «non rntabl»

13 Exmpl «Etud d un ouvrag (2m d hautur d chut)sur un cours d au d plain» Scénario 3: «Effacmnt d l ouvrag»t mis n plac d un suil d fond noyé Coût d invstissmnt = -coût d ffacmnt: coût ds msurs d accompagnmnt (amont, annx) = Coût d fonctionnmnt + coût d ntrtin = 0 Bénéfics: -création d un zon humid n aval d 2 hctars prmttant divrss fonctions nvironnmntals (rcharg ds aquifèrs t soutin d étiag, autoépuration d l au, ) = par an -amélioration d la circulation piscicol : complètmnt rstauré mais impact économiqu limité -amélioration d la capacité d autoépuration sur l lit amont sur un longuur d 5 kmt un largur d nviron 100 m (rivs incluss) avc un valur moynn d 500 /ha = /an VAN = soit un VAN > 0 donc un scénario économiqumnt «rntabl»

14 L analys multi-critèrs : grill d analys CRITERES Scnario 1 Scnario 2 Scnario 3 Fonctionnmnt hydrauliqu du cours d au (crus, dynamiqu, ) Protction ds bins t prsonns Biologi - habitats Biologi - continuité Activités associés Prcption paysagèr Valur patrimonial Coûts-bénéfics Synthès

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs Fich intrprétativ 00 Transfrt d travaillurs. Princip. A. Txt d loi. a. Décrt du 9//04 rlatif à l agrémnt t à l octroi d subvntions aux ntrpriss d insrtion. Art. 6. r. L Gouvrnmnt put dérogr à l articl

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

Eléments de toiture en béton (TT) Willy Naessens 75

Eléments de toiture en béton (TT) Willy Naessens 75 Elémnts d toitur n éton (TT) Willy Nassns 75 Dscription énéral Pourquoi choisir ls lmnts d toitur n éton s élémnts d toitur n éton précontraint sont formés par 3 nrvurs spacés d 800 mm d ax n ax, rliés

Plus en détail

BTS - groupement B - novembre 2008 - Nouvelle Calédonie

BTS - groupement B - novembre 2008 - Nouvelle Calédonie BTS - groupmnt B - novmbr 8 - Nouvll Calédoni Ercic Ls partis A, B t C sont indépndants. points Un ntrpris produit n grand séri ds véhiculs élctriqus équipés d battris au nicklcadmium. On s propos d étudir

Plus en détail

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS Un résau d ntrpriss tournés à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS «Dpuis plus d 3 décnnis, l résau d n Franc réalis partout n Franc plusiurs cntains d surélévations t aménagmnts d combls par an. Aujourd

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat Imaginarium Fstival Dossir partnariat ImaginariumFstival0DossirPartnariat L#mot#du#présidnt...3 L UTC#n#brf...4 Structur#d#la#manifstation...5 Résumé...5 Quand?...5 Où?...5 Pourquoicliu?...5 Notr#politiqu...7

Plus en détail

Gaines. Documentation technique

Gaines. Documentation technique Gains Documntation tchniqu Hygièn ds locaux, conort t modrnité, acilité d installation, ls gains d vntilation d Etrnit ornt d multipls possibilités dans la plupart ds bâtimnts d habitation, trtiairs ou

Plus en détail

8. Propriété intellectuelle

8. Propriété intellectuelle 8. Propriété intllctull 8.1 Sécurisr ss contrats d 8.2 Valorisr t défndr ss droits d 8.3 Maîtrisr l cadr juridiqu du droit d autur 8.4 Commnt protégr ss marqus? Calndrir 2014 Paris Lyon Marsill Sécurisr

Plus en détail

Les allocations aux personnes handicapées

Les allocations aux personnes handicapées Ls allocations aux prsonns handicapés Dans quls scturs d la sécurité social ls prsonns bénéficiant d un allocation aux prsonns handicapés ont-lls aussi un dossir? Donnés du Datawarhous Marché du travail

Plus en détail

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010 Exrcic 1 : Répartition t disprsion ds salairs Soint ls salairs dans trois ntrpriss A, B t C : 1175 1400 1900 2600 2800 2100 1) Calculr dans chaqu cas l salair moyn t l salair médian 2) Qull st la part

Plus en détail

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises?

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Pierre MANGEOT 3 juillet 2014 Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Agence de l eau Rhin- Meuse, quelques repères

Plus en détail

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009 Encomb Crtification ds tabls après Solvncy II Dauvill 18 sptmbr 2009 1 Institut ds Actuairs SACEI Christoph MUGNIER ids Sommair 1 L contxt réglmntair t démographiqu 03 2 L xpérinc AXA Franc 08 r l g 3

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

10. Informatique / jeux vidéos

10. Informatique / jeux vidéos 10. Informatiqu / jux vidéos 10.1 Ls contrats informatiqus : maîtrisr ls risqus juridiqus 10.2 Typologi t étud ds contrats informatiqus 10.3 Corrspondant CNIL : répondr à vos obligations légals 10.4 La

Plus en détail

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved.

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved. Matériau pour grff MIS Corporation. All Rights Rsrvd. : nal édicaux, ISO 9001 : 2008 atio itifs m rn pos méd int i dis c a u x 9 positifs 3/42 té ls s dis /CE ur r l E. po ou u x U SA t s t appr o p a

Plus en détail

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC)

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Pag 1 sur 8 March à suivr rlativ à l annonc pour la rétribution à prix coûtant courant injcté (RPC) Photovoltaïqu Vous trouvrz dans ls pags suivants ls informations dont vous avz bsoin pour annoncr vos

Plus en détail

TP 8 Spectroscopie infrarouge

TP 8 Spectroscopie infrarouge TP 8 Spctroscopi infraroug Chap4 : Analys spctral Objctifs: Idntification d liaisons l aid du nombr d ond corrspondant; détrmination d groups caractéristiqus. Mis n évidnc d la liaison hydrogèn. Exploitr

Plus en détail

Logique : Véhicule hybride Toyota Prius (centrale PSI 07)

Logique : Véhicule hybride Toyota Prius (centrale PSI 07) Scincs d l Ingéniur Lgiqu : Véhicul hybrid Tyta Prius (cntral PSI 07) Intrductin : Dans l cntxt actul d écnmi ds énrgis fssils t d réductin ds émissins d gaz ncifs, l systèm d prpulsin hybrid cnstitu un

Plus en détail

Système de Management du Portefeuille de Projets

Système de Management du Portefeuille de Projets Systèm d Managmnt du Portfuill d Projts PROJETS : Initiativs, invstissmnts, décisions, améliorations prmttant d produir avc plus d Valur à Référntil d gstion dstiné aux ntrpriss qui souhaitnt dévloppr

Plus en détail

ANALYSE MULTICRITÈRES POUR LE CHOIX D UN D ATHLÉTISME A L INTENTION DE LA MUNICIPALITÉ DE LAUSANNE FÉVRIER 2013

ANALYSE MULTICRITÈRES POUR LE CHOIX D UN D ATHLÉTISME A L INTENTION DE LA MUNICIPALITÉ DE LAUSANNE FÉVRIER 2013 ANALYSE MULTICRITÈRES POUR LE CHOIX D UN STADE DE FOOTBALL ET D ATHLÉTISME A L INTENTION DE LA MUNICIPALITÉ DE LAUSANNE FÉVRIER 2013 1 CONTEXTE ET OBJECTIF DE L ANALYSE CONTEXTE Nous disposons d un projet

Plus en détail

Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron

Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron PREFET DE l AVEYRON Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron Réunion d information des propriétaires et des exploitants Mercredi 10 décembre 2014 Pourquoi restaurer la continuité

Plus en détail

Restauration de la continuité écologique Seuils servant à l'hydrométrie. Journées Hydrométrie SCHAPI 3-4 février 2014

Restauration de la continuité écologique Seuils servant à l'hydrométrie. Journées Hydrométrie SCHAPI 3-4 février 2014 Restauration de la continuité écologique Seuils servant à l'hydrométrie Journées Hydrométrie SCHAPI 3-4 février 2014 Stéphanie Poligot-Pitsch Olivier Nauleau DREAL Pays de la Loire DREAL Bretagne Qu est

Plus en détail

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie -

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie - Dossir prss 2 1 0 2 r b m c é d 6 i d Ju pôl chno à 18h00 - ENIM, Mtz-T fficill o is m r d i n o Cérém Paritair n o ti a c fi li a u Q d ds Crtificats 2012 d la Métallurgi - inin au fém ls i tr s u d in

Plus en détail

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09. Chapitre 1 : principes 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.2015 Plan du cours Arbitrage et décisions financières valeur actuelle arbitrage loi du prix unique Valeur temps valeur actuelle et

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DE L ISOLATION THERMIQUE D UN PLANCHER BAS AVEC DALLE A PLOT. Société : COCHEBAT

DIMENSIONNEMENT DE L ISOLATION THERMIQUE D UN PLANCHER BAS AVEC DALLE A PLOT. Société : COCHEBAT DIMENSIONNEMENT DE L ISOLATION THERMIQUE D UN PLANCHER BAS AVEC DALLE A PLOT Société : COCHEBAT DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Srvic CLT Division HTO -FL/CR Dat 2006 N affair : Clint sul Vrsion 1

Plus en détail

GÉRER LES DIFFÉRENCES

GÉRER LES DIFFÉRENCES COURSE DE DURÉE L'nsignmnt d la cours d duré n EPS rst problématiqu : commnt prndr n compt la divrsité ds élèvs n trm d possibilités physiqus, mais aussi d motivation, d'attituds, d'attnts t d nivaux d'ngagmnt,

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 JUIN 21 DELIBERATION N CR-1/6.111 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégi régional d'appui au dévloppmnt ds compétncs dans

Plus en détail

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé Séri n 3 d Elctrocinétiqu : Régim sinusoïdal forcé Exrcic n 1 : Résonanc n tnsion d un circuit RLC parallèl 1.\ Détrminr l équation différntill qui régi l évolution d u(t). 2.\ Exprimr l amplitud complx

Plus en détail

E. Daudigeos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Clayette 4, Paule Opolon 5, G. Vassal 1, N. Lassau 2,3.

E. Daudigeos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Clayette 4, Paule Opolon 5, G. Vassal 1, N. Lassau 2,3. CARACTERISATION DE LA CROISSANCE TUMORALE D UN MODELE DE GREFFE ORTHOTOPIQUE DE NEUROBLASTOME METASTATIQUE PAR ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET BIOLUMINESCENCE. E. Daudigos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Claytt 4,

Plus en détail

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté Précarité, inégalités t cohésion social Provnc-Alps-Côt d Azur st la troisièm région la plus touché par la pauvrté E n 2012, 16,9 % ds habitants d Provnc-Alps-Côt d Azur vivnt sous l suil d pauvrté. La

Plus en détail

Exemples de questions de sujets d'oraux possibles. Session 2013.

Exemples de questions de sujets d'oraux possibles. Session 2013. Exmpls d qustions d sujts d'oraux possibls. Sssion 0. Complxs. Donnr la ou ls réponss justs. Soit A, B dux points d'affixs rspctivs : a= 5 i 5 t b = i 6 a. Soit n N;. Un argumnt d a n st n b. O appartint

Plus en détail

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair DROIT - SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz

Plus en détail

SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES : LES

SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES : LES 17 octobre 2014 Gestion des sites et sols pollués Caractérisation et surveillance des milieux (eaux, sols, gaz du sol et air intérieur), exposition et évaluation des risques sanitaires (bioaccessibilité...)

Plus en détail

Jeudi 5 février 2015 à 17h30 à Jaujac

Jeudi 5 février 2015 à 17h30 à Jaujac Judi 5 févrir 2015 à 17h30 à Jaujac 1 2 Programm d actions 2015 Protocol d accord rlatif à la gstion du tmps d travail Annx 1 ADAPTATION DU PROGRAMME D ACTIONS 2015 En gras : évolutions proposés 3 Objctif

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts Programm Opérationnl FEDER-FSE 2014-2020 Mayott Vrsion final Mai 2014 AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation compnsation s surcouts 1.1.1 Objctif spécifiqu 32 : Améliorr l accssibilité t ls usags s TIC par l

Plus en détail

PROJET D ENTREPRISE 2017

PROJET D ENTREPRISE 2017 PROJET D ENTREPRISE 2017 PORTEUR DE PROJETS DEPUIS 1996 IEDV EST MEMBRE DE : Michl Cahn, présidnt SOUTENIR L ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ Partant du constat qu la Drôm t l Ardèch ont bsoin d un économi d proximité

Plus en détail

PLAN D INTERVENTION EN INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES LOCALES Plan d intervention

PLAN D INTERVENTION EN INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES LOCALES Plan d intervention MRC D HAT-RICHELIE PLAN D INTERENTION EN INFRASTRCTRES ROTIÈRES LOCALES Plan d intrvntion rsion final révisé 11 mai 2015 MRC D HATRICHELIE PLAN D INTERENTION EN INFRASTRCTRES ROTIÈRES LOCALES PIIRL P

Plus en détail

Mise en œuvre des mesures compensatoires dans le cadre du déplacement de l A9 au droit de Montpellier

Mise en œuvre des mesures compensatoires dans le cadre du déplacement de l A9 au droit de Montpellier Mise en œuvre des mesures compensatoires dans le cadre du déplacement de l A9 au droit de Montpellier Sommaire Le contexte, les enjeux Les différents acteurs Les choix et méthodes de gouvernance La mise

Plus en détail

Révision de la numérotation des règlements

Révision de la numérotation des règlements Révision d la numérotation ds règlmnts Vuillz prndr not qu un ou plusiurs numéros d règlmnts apparaissant dans cs pags ont été modifiés dpuis la publication du présnt documnt. En fft, à la suit d l adoption

Plus en détail

Définition SYNTHESE D AUTOMATES D ETATS FINIS. Représentation. Equivalence d automates Graphe d états

Définition SYNTHESE D AUTOMATES D ETATS FINIS. Représentation. Equivalence d automates Graphe d états SYNTHESE D AUTOMATES D ETATS FINIS Automat d états finis (vu dans d autr nsignmnt? ) Spécification très utilisé n Informatiqu (Circuits, Résaux, Pruv...) Réalisation matérill d un automat à l aid d circuits

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

Sujet 3: Programmation Stochastique Mésures

Sujet 3: Programmation Stochastique Mésures Sujet 3: Programmation Stochastique Mésures d efficacité MSE3313: Optimisation Stochastiqe Andrew J. Miller Dernière mise au jour: October 12, 2011 Dans ce sujet... 1 Mésures d efficacité Valeur du modèle

Plus en détail

partenaires de l'habitat

partenaires de l'habitat COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE Modalités du dispositif à l'usag ds partnairs d l'habitat + POUR LE PROPRIÉTAIRE + POUR LE LOCATAIRE + POUR LE PROPRIÈTAIRE + POUR LE LOCATAIRE ds aids

Plus en détail

Aujourd hui commence le concours de pêche.

Aujourd hui commence le concours de pêche. Livrt d règls Carts Actions Un ju d Nicolas Mlt Carts Rivièr L ju : Aujourd hui commnc l concours d pêch. Chacun tnt d réalisr la millur pêch possibl tout n évitant ls détritus qui pollunt parfois la rivièr.

Plus en détail

Base de données bibliographique. p. 30 - p. 33. valorisation économique de l'eau potable. energétique et municipales. p.13 - fédérale de.

Base de données bibliographique. p. 30 - p. 33. valorisation économique de l'eau potable. energétique et municipales. p.13 - fédérale de. Bas d donnés bibliographiqu alpau.org Typ d Autur Titr d Titr du Editur Anné Vol. N Dat d Paginatio résumé mots clfs mots documnt l'ouvrag/titr d périodiqu n clfs fix l'articl Jnni Robrt Qul puplmnt pour

Plus en détail

Qu est-ce qu un service rendu?

Qu est-ce qu un service rendu? Evaluation économique des services rendus par les écosystèmes Place des inondations Économie et politiques publiques Paris Yann Laurans info@ecowhat.fr Previrisq 2 Comment s évaluent économiquement les

Plus en détail

La trame verte et bleue dans les SCOT et sa déclinaison à l échelle locale. L exemple du SCOT du Nord du Lot

La trame verte et bleue dans les SCOT et sa déclinaison à l échelle locale. L exemple du SCOT du Nord du Lot La Trame Verte et Bleue correspond donc à l association des réservoirs de biodiversité, des zones relais et des corridors écologiques. Elle maille l ensemble du territoire plus ou moins densément. De fait,

Plus en détail

Le certificat de spécialisation «Technicien cynégétique» Le dispositif de Validation des Acquis de l Expérience

Le certificat de spécialisation «Technicien cynégétique» Le dispositif de Validation des Acquis de l Expérience 1 L crtificat d spécialisation «Tchnicin cynégétiqu» L dispositif d Validation ds Acquis d l Expérinc Un diplôm t un démarch pour votr réussit Un partnariat pour un rconnaissanc d vos compétncs par la

Plus en détail

Gestion des milieux aquatiques et des inondations

Gestion des milieux aquatiques et des inondations Gestion des milieux aquatiques et des inondations Quelques chiffres clés sur le district Adour-Garonne Cours d eau Plus de 240 maîtres d ouvrages «pérennes», soit 71% de la superficie du district Une dizaine

Plus en détail

ARRETE N 005/MINESUP/F120

ARRETE N 005/MINESUP/F120 ARRE N 005/MINESUP/F120 28 janvir 1993 Fixant ls Domains d Formation t ls Conditions d Admission à l Institut Univrsitair d Tchnologi d l Univrsité d Douala. LE MINSTRE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR VU la

Plus en détail

OK Evaluation finale. Clause entièrement mentionnée telle quelle

OK Evaluation finale. Clause entièrement mentionnée telle quelle Référntil pour ntrpriss d installation/concption d pomps à chalur voir fuill d calcul: "notic xplicativ" pour plus d précisions EVALUATION DE L'ENTREPRISE D'INSTALLATION Rnsignmnts généraux Entrpris d

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Rentabilité des investissements au sein des grands ensembles Thomas Deville Cenergie Objectif(s) de la présentation Donner quelques notions

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale LE SURENDETTEMENT 1 lo lagrang UNION NATIONALE 2 L'ENDETTEMENT 1984 : 4 ménags sur 10 avaint ds crédits (crédit à la consommation + immobilir) 1997 : 1 ménag sur 2 a un crédit n cours 55 % ds consommaturs

Plus en détail

Surveiller et entretenir un barrage

Surveiller et entretenir un barrage OCTOBRE RAPPORTS Srvic xxxx 2013 Sous-srvic xxx Survillr t ntrtnir un barrag Documnt d'information à l'attntion ds rsponsabls d barrags soumis à autorisation ou à déclaration (rlvant d la rubriqu 3.2.5.0)

Plus en détail

Prix de l énergie dans l habitat

Prix de l énergie dans l habitat Prix de l énergie dans l habitat Mise à jour février 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction Le prix des énergies n a cessé d augmenter depuis la fin du 20ème siècle.

Plus en détail

Le choix d investissement

Le choix d investissement Le choix d investissement Les séquences de cash-flow Auteur : Philippe GILLET Les grandes hypothèses du choix d investissement 1. L indépendance du projet par rapport à la firme 1. Indépendance patrimoniale

Plus en détail

On donne le circuit suivant avec une source de tension continue V 1 et une source de tension alternative v 2 (t) sinusoïdale.

On donne le circuit suivant avec une source de tension continue V 1 et une source de tension alternative v 2 (t) sinusoïdale. T d élctroniqu analogiqu A : iods Ex : Analys statiqu / dynamiqu d un circuit On donn l circuit suiant ac un sourc d tnsion continu V t un sourc d tnsion altrnati (t) sinusoïdal. 0 V = 0 V A 0 B = sin(

Plus en détail

Dans une séquence de mise en œuvre de compétences, les heures réalisées en milieu de travail s ajoutent en totalité à la durée du programme d études.

Dans une séquence de mise en œuvre de compétences, les heures réalisées en milieu de travail s ajoutent en totalité à la durée du programme d études. LA SÉQUENCE DE MISE EN ŒUVRE DE COMPÉTENCES EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES VISE L APPLICATION, DANS L EXERCICE DE LA FONCTION DE TRAVAIL, D UNE OU DE PLUSIEURS COMPÉTENCES OU ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES DU PROGRAMME

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail Chapitre 25 Le financement par crédit-bail Introduction La location d actifs par une entreprise s appelle le créditbail. Celle-ci présente les mêmes caractéristiques que la location d un bien par un particulier

Plus en détail

Comment optimiser le TCO des postes de travail grâce à la Virtualisation

Comment optimiser le TCO des postes de travail grâce à la Virtualisation Comment optimiser le TCO des postes de travail grâce à la Virtualisation Yves TAPIA Responsable de l Offre Poste de Travail 1 Un peu d histoire en 2008 / 2009 vous pensiez déjà à virtualiser le poste de

Plus en détail

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T Efft d l échantillonnag t d la troncation sur l spctr d un signal Ls signaux réls utilisés n physiqu sont d plus n plus souvnt traités d façon numériqu. Pour cla, il st nécssair d échantillonnr l signal.

Plus en détail

Les pierres angulaires d un avenir meilleur

Les pierres angulaires d un avenir meilleur Ls pirrs angulairs d un avnir millur XELLA propos plusiurs solutions d murs innovants qui s inscrivnt parfaitmnt dans la tndanc d constructions pu énrgivors t qui sont prêts pour 2020. Photo couvrtur:

Plus en détail

La fonction achats fonction achats internes extérieur

La fonction achats fonction achats internes extérieur L objectif de la fonction achats est de mettre à la disposition des utilisateurs internes de l entreprise des biens et/ou des services acquis à l extérieur dans les meilleures conditions de prix, de délais,

Plus en détail

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010 non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 La population étudiée est celle des étudiants ayant obtenu un M1 à en 2009-2010 (hors formation continue,

Plus en détail

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie Ls maisons d santé pluridisciplinairs n Haut-Normandi tiq Guid pra u EDITO Dans 10 ans, l déficit d médcins sra réllmnt problématiqu si l on n y prnd pas gard. D nombrux généralists quinquagénairs n trouvront

Plus en détail

DÉFISM TH Aide BANQUES PÉDAGOGIQUES

DÉFISM TH Aide BANQUES PÉDAGOGIQUES BANQUES PÉDAGOGIQUES DÉFISM TH Aide 1. Création de nouveaux défis 2 A Recherche et consultation des exercices 2 B Sélection et composition du panier 3 C Enregistrement et partage 3 D Création et mise en

Plus en détail

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr Immobilir à NEW YORK www.cityston.fr NEW YORK, UNE POSITION UNIQUE Nw York, t plus particulièrmnt sa mythiqu îl d Manhattan, fait parti ds principaux pôls économiqus, culturls t financirs d la planèt.

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry avril EXERCICE Commun à tous ls candidats Parti I points. L ax ds ordonnés st asymptot à C au voisinag d ; la fonction étant décroissant sur ] ; + [, la limit quand

Plus en détail

Réunions des délégués

Réunions des délégués Réunions ds délégués Rapport d activité 2012 Prspctivs 2013 Saint Jan d'angly, Saujon, La Rochll, Montliu la Gard,Saint Gnis d Saintong, Saints Novmbr - Décmbr 2012 Programm 1. Rapport d activité 2012

Plus en détail

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet...

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet... Vous souhaitz rénovr votr logmnt? Ls Vills d Lill, Lomm t Hllmms accompagnnt votr projt... EDITION 2008 Sigls Sommair LA DÉMARCHE ET LES TYPES D AIDES...p.4 1. AIDE «SORTIE D INSALUBRITÉ»...p.5 2. AIDE

Plus en détail

Nom : Butor, une fourmi ro. «Famille» : Durée de vie : 3 ans pour les. Taille des adules fait moins de 40 cm de

Nom : Butor, une fourmi ro. «Famille» : Durée de vie : 3 ans pour les. Taille des adules fait moins de 40 cm de Cart In tité Cart Intité Manibul st l chf la colonn s fourmis noirs. Il va aoptr la coccinll orphlin n l intégrant parmi ls sins. C st nsmbl qu lls luttront contr la coloni fourmis rougs. La Coccinll té

Plus en détail

+ Une Junior-Entreprise

+ Une Junior-Entreprise Expertise financière Au sein de l Université Paris-Dauphine, Dauphine Junior Conseil s est créé un pôle d expertise en finance qui bénéficie de la reconnaissance du monde professionnel. Une Junior-Entreprise

Plus en détail

Ordonnance sur l approvisionnement en électricité Projet du 15 janvier 2010

Ordonnance sur l approvisionnement en électricité Projet du 15 janvier 2010 Projet du 15 janvier 2010 (OApEl) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 14 mars 2008 sur l approvisionnement en électricité 1 est modifiée comme suit. Art. 13, al. 3, let.

Plus en détail

igold Manager est une solution de reporting puissante et dynamique, favorisant la visualisation de votre activité.

igold Manager est une solution de reporting puissante et dynamique, favorisant la visualisation de votre activité. 1 2 Présentation igold Manager igold Manager est une solution de reporting puissante et dynamique, favorisant la visualisation de votre activité. Il permet d afficher une synthèse des informations nécessaire

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques ELECTRICITE Analys ds signaux t ds circuits élctriqus Michl Piou Chapitr Tnsions t courants dans ls ligns triphasés Montags étoil t triangl Edition /0/04 Tabl ds matièrs POURQUOI ET COMMENT? DENOMINATION

Plus en détail

PRESENTATION DU SYSTÈME DE SURVEILLANCE SANS FIL

PRESENTATION DU SYSTÈME DE SURVEILLANCE SANS FIL PRSNTATION DU SYSTÈM D SURVILLANC SANS FIL Température, humidité, pression, CO2, kwh. L SYSTÈM D SURVILLANC SANS FIL DS MSURS PHYSIQUS SNSOR4LAB RMONI : UN PARTNAIR RCONNU DANS L CONTROL CNTRALIS DS MSURS

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE * BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE Slon l guid du Ministèr V2 Conformémnt à l articl 75 d la loi N 2010-788 du 12 juillt 2010 Sommair Introduction...

Plus en détail

Quelles données pour l évaluation des politiques publiques. Bruno Crépon, CREST

Quelles données pour l évaluation des politiques publiques. Bruno Crépon, CREST Quelles données pour l évaluation des politiques publiques Bruno Crépon, CREST Quelques aspects saillants Il ya un problème fondamental de l évaluation qui est l identification C est la question qui prime

Plus en détail

Groupe Crédit Agricole du Maroc

Groupe Crédit Agricole du Maroc Groupe Crédit Agricole du Maroc Opération de Réhabilitation Financière des Agriculteurs LE CONTEXTE : 1- Hautes Instructions Royales contenues dans la lettre adressée aux participants des 4 èmes assises

Plus en détail

LES INDICATEURS DE PILOTAGE DE L ABSENTÉISME

LES INDICATEURS DE PILOTAGE DE L ABSENTÉISME LES INDICATEURS DE PILOTAGE DE L ABSENTÉISME LA MISE EN PLACE D INDICATEURS D ABSENTÉISME EN AMONT DE TOUTE EXPÉRIMENTATION POURQUOI? La compréhension de l absentéisme pour le réduire nécessite des outils

Plus en détail

FR Technologie CELLO

FR Technologie CELLO Tchnologi CELLO FR LG a mis NON 2 sur l marché, avc la tchnologi CELLO, nouvau dévloppmnt tchnologiqu qui augmnt ls prformancs t la fiabilité. Jusqu'à 320 W 300 W Tchnologi CELLO Cll Connction Elctrically

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011

Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011 Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011 Lorsqu une personne joint le 115, une série de renseignements relatifs à la demande et aux caractéristiques

Plus en détail

Préserver et restaurer la continuité écologique dans les projets d infrastructures linéaires : L aménagement des petits ouvrages hydrauliques

Préserver et restaurer la continuité écologique dans les projets d infrastructures linéaires : L aménagement des petits ouvrages hydrauliques Direction territoriale Est Préserver et restaurer la continuité écologique dans les projets d infrastructures linéaires : L aménagement des petits ouvrages hydrauliques Auteur: Marc GIGLEUX Date: mai 2014

Plus en détail

Réussir la mise en place d un reporting fiscal

Réussir la mise en place d un reporting fiscal Réussir la mise en place d un reporting fiscal PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot, Mullenbach & Associés (BM&A) activité Consolidation et Reporting ET FRANÇOIS MORNET Directeur de mission Bellot, Mullenbach

Plus en détail

Critères financiers de décision immobilière

Critères financiers de décision immobilière Critères financiers de décision immobilière SOMMAIRE 01 CRITERES FINANCIERS de DECISION X 02 APPROCHE FINANCIERE ALTERNATIVE X 03 EXEMPLE X CRITERES FINANCIERS de DECISION IMMOBILIERE (1) Principe : a.

Plus en détail

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Introduction Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Depuis le lancement du projet en février 2013, différentes actions ont été effectuées dans le but d'accroître la sensibilisation et

Plus en détail

Cloud computing Votre informatique à la demande

Cloud computing Votre informatique à la demande Cloud computing Votre informatique à la demande Thomas RULMONT Définition du Cloud Computing L'informatique dans le nuage (en anglais, cloud computing) est un concept ( ) faisant référence à l'utilisation

Plus en détail

SCARA SERIE G EPSON NOS ROBOTS SCARA FONT LE POINT PLUS RAPIDEMENT

SCARA SERIE G EPSON NOS ROBOTS SCARA FONT LE POINT PLUS RAPIDEMENT SCARA SERIE G EPSON NOS ROBOTS SCARA FONT LE POINT PLUS RAPIDEMENT POUR FIABILISER LA MANIPULATION À PROPOS D EPSON SCARA SÉRIE G EPSON À propos d Epson 2 Approch t aprçu d la gamm d produits 4 Ls points

Plus en détail

Point sur le déroulement du lot 4 Mission lot 4

Point sur le déroulement du lot 4 Mission lot 4 Point sur le déroulement du lot 4 Mission lot 4 1. Bilan des dispositifs de prévention, de protection et d alerte existants 2. Recensement et analyse des configurations administratives et juridiques rencontrées

Plus en détail

Information complémentaire pour l installation à l aide du support de fixation murale (SU-WL500)

Information complémentaire pour l installation à l aide du support de fixation murale (SU-WL500) Inormation complémntair pour l installation à l ai u support ixation mural (SU-WL500) A-D4C-100-21(1) Moèls télévisur compatibls avc c support ixation mural : KDL-70XBR7 Pour s raisons sécurité t protction

Plus en détail

ETABLISSEMENT : ADRESSE : ORGANSIME GESTIONNAIRE : TELEPHONE : FAX: Email. NOM DU DIRECTEUR ou de la personne habilitée à représenter l'établissement:

ETABLISSEMENT : ADRESSE : ORGANSIME GESTIONNAIRE : TELEPHONE : FAX: Email. NOM DU DIRECTEUR ou de la personne habilitée à représenter l'établissement: ANNEXE 1: CADRE NORMALISE DE PRESENTATION DU BUDGET PREVISIONNEL D'UN ETABLISSEMENT ET SERVICE SOCIAL ET MEDICOSOCIAL RELEVANT DU I DE L'ARTICLE L.3121 DU CODE DE L'ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES ETABLISSEMENT

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

f n (x) = x n e x. T k

f n (x) = x n e x. T k EXERCICE 3 (7 points) Commun à tous ls candidats Pour tout ntir naturl n supériur ou égal à, on désign par f n la fonction défini sur R par : f n (x) = x n x. On not C n sa courb rprésntativ dans un rpèr

Plus en détail

ADELE 126 : Charte graphique et ergonomique des téléprocédures publiques

ADELE 126 : Charte graphique et ergonomique des téléprocédures publiques ADELE 126 : Chart graphiqu t rgonomiqu ds téléprocédurs publiqus Vrsion 1 janvir 2006 Chart graphiqu t rgonomiqu ds téléprocédurs publiqus vrsion 1 Vrsion 1 2 décmbr 2005 Pag 2/47 Chart graphiqu t rgonomiqu

Plus en détail

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations 1 Objectif de ce TD: - Mobiliser vos connaissances de l an dernier afin de réutiliser et de maîtriser ces outils statistiques

Plus en détail