Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau"

Transcription

1 Nitrates et qualité de l eau Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Programme régional d études sur sites bougies poreuses Contexte : La profession agricole, consciente de sa part de responsabi lité dans la pollution nitratée d une partie de la ressource en eau potable, a engagé depuis la fin des années 8 un certain nombre d actions visant à limiter les risques de fuites de nitrates vers les eaux souterraines. Le développement d de références r rences agronomiques régionales r pour le calcul de la dose d azote d (Observatoire Potentialités Agro-climatiques en Lorraine) et d outils d de pilotage de la fertilisation azotée e ont largement contribué aux modifications des pratiques agricoles dans le cadre des opérations Agri-Mieux Mieux,, zones vulnérables, périmp rimètres de captages ages et Contrat Territorial d Exploitation. d Sur les opérations Agri-Mieux Mieux,, le suivi de la qualité des eaux souterraines a montré qu'il était possible d'améliorer la qualité de l'eau en diminuant les quantités s d azote d minéral utilisées et par une meilleure prise en compte de la contribution des effluents d éd élevage sans pour autant pénaliser p la production agricole. Dans certains secteurs, l'impact des modifications des pratiques sur l'évolution de la qualité de l'eau est difficilement mesurab le. Les L particularités s hydrologiques de certains bassins peuvent conduire à de très lentes évolutions des teneurs en nitrates (le temps de réponse r peut se mesurer en dizaines d'années) pouvant remettre en cause l efficacitl efficacité des changements des pratiques culturales sur la diminution de la l concentration en nitrates dans les eaux. Aussi, pour démontrer d l intl intérêt des nouvelles méthodes m de raisonnement de la fertilisation azotée e sur la qualité des eaux sous culture, la Chambre Régionale R d Agriculture d de Lorraine utilise deux sites bougies poreuses depuis Ces dispositifs expérimentaux permettent de suivre l él évolution de la concentration en nitrates dans la solution du sol sous le système racinaire et de mesurer l impact l direct de chaque pratique de fertilisation azotée e sur les transferts de nitrates dans les eaux de lessivage. Cas DAR

2 Matériel et Dispositif expérimental Objectif des sites Comparer l impact de plusieurs pratiques de la fertilisation azotée a sur la qualité de l eau. Adapter au mieux l équilibre qualité des productions - qualité de l environnement 1 Matériel expérimental Bougies poreuses 1 - Pour ne pas pénaliser les interventions culturales et ne pas modifier le profil pédologique, nous avons choisi d utiliser des bougies poreuses placées horizontalement à un mètre de profondeur pour recueillir la solution du sol. 2 - Le principe de la bougie poreuse consiste à faire passer à l aide d une dépression, la solution du sol à l intérieur d une bougie en PVC munie d une tête en porcelaine poreuse située sous le système racinaire. Tube : - soit vide pour faire passer la solution du sol - soit pression pour chasser la solution de la bougie par le tube de prélèvement Tube de prélèvement Bouchon Tube en PVC Cupule L eau extraite de la bougie est utilisé pour le dosage en nitrates et le calcul des flux qui quittent le profil (figure n 1). 3 - Les prélèvements d eau sont réalisés tous les 4 mm de précipitations ou toutes les 3 semaines. Le volume d eau total est déterminé pour chaque bougie et un échantillon de 2 ml est prélevé pour y doser les nitrates. Figure n 1 2 Dispositif expérimental au champ 1 - Pour chaque pratique de fertilisation azotée étudiée, 7 bougies poreuses ont été installées en étoile sur un plot. Les tuyaux des 7 bougies du plot ont été regroupés dans une gaine enterrée dans une tranchée pour déboucher dans un regard en bordure de parcelle afin d y réaliser les manipulations de prélèvement d eau (figure n 2). 2 - Dans une même parcelle, 5 plots mitoyens ont été équipés pour permettre d étudier les effets de 5 pratiques de fertilisation azotée (figure n 3). Vue aérienne du dispositif Dose engrais apporté 1 - Pratique intensive 2 - Pratique raisonnée (actuelle) 3 - Pratique pilotée (méthode visuelle) 4 - Pratique en sous fertilisation sans apport d engrais X + 4 X X X 2 % Figure n 2 Passage de roues Bordure Pratique n 1 Bordure Pratique n 2 Bordure Pratique n 3 Bordure Pratique n 4 Bordure Pratique n 5 Bordure Bougies poreuses Passage de roues Collecte des eaux Chemin Figure n 3 3 Deux sites expériment aux semblables ont été aménagés en 1999 sur la Lorraine : (88) : sol superficiel argilo-calcaire du Bajocien (RU = 6 mm), système céréalier rotation culturale : Colza Blé - Orge. Villey St Étienne (54) : sol argilo-limoneux profond du Callovien (RU = 12 mm), système élevage rotation culturale : Maïs Blé Colza Blé.

3 Fertilisation azotée et qualité de l eau Effets des pratiques de fertilisation azotée sur la culture et sur les pertes d azote 3 Effets des pratiques de fertilisation azotée sur le rendement 1 De 1999 à 24, les rendements grains varient en moyenne de + 4 à - 6 % par rapport à la pratique dite raisonnée en fonction de la dose d azote apportée et du mode de fractionnement pour les quatre traitements fertilisés (tableau n 1). Tableau n 1 1- Intensive 2 - Raisonnée Pratiques de fertilisation azotée 3 - Pilotée (méthode visuelle) 4 - Sous fertilisation (MAE) 13% 1% 12% 94% 58% Villey st Et. 14% 1% 12% 97% 82% 2 - En sol superficiel sur le site de, le rendement du témoin est davantage pénalisé par rapport aux traitements fertilisés. Il en est de même pour la modalité «MAE». 4 Effets des pratiques de la fertilisation azotée sur la balance azotée culturale Balance az otée culturale (kg/ha) = Azote engrais Azote exportée par la culture 1 - Pour les traitements fertilisés, la balance azotée culturale est excédentaire de + 35 à + 1 kg N/ha en moyenne (Figure n 4). 2 - Pour la pratique intensive, elle est deux fois supérieure à celle de la pratique raisonnée. 3 - Pour les témoins, cette balance est négative : - 52 kg N/ha à - 67 kg N/ha à Villey St Etienne. Balance azotée culturale N kg / ha Moyenne de 1999 à Tém oin 4 - Sous fertilisation (MAE) 3 - Pilotée 2 - Raisonnée 1- Intens ive Figure n Villey st Et. 5 Suivi de la teneur en nit rates des eaux de lessivages 1 - Chaque année, 8 à 15 dates de prélèvement s d eau ont été réalisés de début novembre à mi-avril. Sur le site de Villey St Etienne, les dates de reprise et de fin drainage sont retardées de 15 jours (RU plus importante 12 mm). Pour représenter l évolution sur plusieurs années de la concentration en nitrates sous chaque pratique de fertilisation azotée, une moyenne m obile a été calculée (figure n 5). 2 - Au cours de la première année qui a suivi la mise en place des bougies poreuses, il y a eu une année blanche (pas de différenciation des pratiques de la fertilisation azotée) pour permettre une stabilisation du milieu. 3 Dés la deuxième année, l évolution des concentrations en nitrates semble se différencier en fonction des pratiques de fertilisation azotée. En sol plus profond à Villey St Etienne, cette différenciation sera observée une année plus tard. mg NO3 - / l 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1,, Suivi de la teneur en nitrates des eaux de lessivage à Colza (99/) Blé (/1) OP (1/2) OH (2/3) Colza ( 3/4) 1, 1/2/ 1/8/ 1/2/1 1/8/1 1/2/2 1/8/2 1/2/3 1/8/3 1/2/4 1/8/4 1/2/5 Blé (4/5) De 2 /5 à 25 (Trait 1 - MAE) (Trait 2- Témoin ) (Trait 4 - Raisonné) (Trait 3- Intensif) (Trait 5 - piloté /3 et Raisonné + fumier 4/5) Figure n 5

4 Fertilisation azotée et qualité de l eau Conséquences des pratiques de fertilisation azotée sur les concentrations en nitrates 6 Pratiques de la fertilisation azotée et concentration en nitrates 1 - Afin de tirer un premier bilan de ces expérimentations, une moyenne de la concentration en nitrates des eaux recueillies par les bougies poreuses a été calculée sur 4 campagnes ( figure n 6). 2 - La concentration moyenne en nitrates est plus importante sur le site de Villey St Etienne (système élevage, 46 mg NO3 - /l) qu à (système céréalier, 27 mg NO3 - /l). 3 - Le raisonnement de la fertilisation azotée pratiqué entre autre dans les opérations Agrimieux depuis le milieu des années 9 permet de réduire de 2 % la teneur en nitrates des eaux de lessivage par rapport aux pratiques plus intensives du début des années L absence de fertilisation ne signifie pas pour autant zéro nitrate dans l eau, car ceux-ci sont produits naturellement dans le sol (17 et 34 mg NO3 - /l). Concentration moyenne en nitrates des eaux de lessivages 4 - Sous fertilisation (MAE) 3 - Pilotée (méthode visuelle) 2 - Raisonnée 1- Intensive Moyenne de 2 à Villey st Et. mg N3- / l Figure n La réduction volontaire de 2 % de la dose d azote (par rapport à la dose calculée X) dans le cadre des MAE favorise une diminution plus importante de la concentration en nitrates (-15 à - 2 %) par rapport à la pratique raisonnée mais avec un r isque de pénalisation du rendement. 6 - L utilisation d outils de pilotage (ex : méthode visuelle) donne une qualité de l eau peu différente de celle mesurée en prat ique raisonnée. 7 Conséquence d un épandage d effluent d élevage sur l évolution de la qualité de l eau 1 - En août 23, un apport de fumier a été réalisé sur la pratique pilotée (35 t/ha de fumier d ovins à et 37 t/ha de fumier de bovins à Villey St Etienne) avant implantation d une culture de colza. 2 - Les amendements organiques tels que les fumiers contribuent à des apports de grandes quantités d azote 276 kg N/ha à et 125 kg N/ha à Villey (essentiellement sous forme organique) même avec des t onnages limités à 35 t/ha. 3 - Malgré le fort potentiel d absorption d azote par le colza, au cours des six mois qui ont suivi cet épandage la concentration en nitrates des eaux de lessivage a progressé de 39 % à et de 25 % à Villey St Etienne (figure n 7) Effets d'un apport d'effluent organique sur l'évolution de la concentration en nitrates mg N3 - / l Apport d'effluent en août L effet lié à l effluent organique devient nul au cours de la troisième année. 5 - Ces résultats confirment le risque de dégradation de la qualité l eau lors d épandage d effluent organique. 6 - Pour réduire ce risque, il est préférable de limiter les quantités épandues par hectare et d adapter la fréquence des app orts en fonction des cultures. 2 1 avec effluent sans effluent Villey avec effluent Villey sans effluent Moyenne de la concentratioin en nitrates d'octobre 23 à janvier 24 Figure n 7

5 Fertilisation azotée et qualité de l eau Conséquences des pratiques de fertilisation azotée sur les flux d azote sous culture 8 Evolution de la lame d eau drainante 1 - Pour une même concentration en nitrates, les quantités d azote lessivées vont dépendre de l importance de la lame d eau drainante du moment. 2 - En fonction de la réserve utile des sols et des conditions climatiques (précipitations et évapotranspirations potentielles), la constitution de l eau drainante est établie pour chaque campagne (figure n 8). 3 - Les conditions climatiques particulièrement séchantes depuis 23 ont largement limité le niveau des lames d eau drainante annuelles (2 à 3 fois moins, figure n 9). mm févr-99 1-août-99 mm 1 Evolution cumulée de la lame d'eau drainante Evolution de la réserve en eau RU et drainage calculé Dc 1-mars-4 1-avr-4 1-mai-4 1-juin-4 1-juil-4 Colza (99/) Blé (/1) OP (1/2) OH (2/3) Colza ( 3/4) Blé (4/5) 628 mm 645 mm 548 mm 543 mm 318 mm 191 mm 1-févr- 1-août- 1-févr-1 1-août-1 1-févr-2 1-août-2 1-févr-3 1-août-3 1-févr-4 1-août-4 1-févr-5 1-sept-4 1-oct-4 1-nov à 25 RU = 6 mm Campagne du 1er février au 31 janvier Figure n 9 1-janv-5 1-mars-5 1-avr-5 1-mai-5 4/5 Dc RU = 6 mm Figure n 8 4 Ces faibles niveaux de lame d eau drainante n ont pas été sans conséquence sur l augmentation de la concentration en nitrates des eaux de lessivages (diminution de l effet dilution). 5 - Avec une réserve utile de 12 mm à Villey St Etienne, le niveau des lames d eau drainante est deux fois inférieur à celles de. 9 Détermination des flux de nitrates 1 - A partir des concentrations en nitrates et de la lame d eau drainante, un flux de nitrates a été calculé (kg NO3 - /ha). Pour chaque traitement, les quantités de nitrates lessivés sont calculées selon le principe suivant : Evolution des quantités de nitrates lessivés Figure n 1 par la lame d'eau drainante L NO3 = i [NO 3 ] i L NO3 : flux de nitrates x D c i-1, i [NO 3 ] i : teneur moyenne en nitrates prélevée par bougie poreuse au ième prélèvement D c i-1, i : drainage calcu lé entre les (i 1)ème et ième prélèvements 2 Sur cet essai, les quantités de nitrates lessivés varient de 3 à plus de 12 kg NO3 - /ha en fonction de la pratique de fertilisation azotée (figure n 1). kg NO3 - / ha Blé (4/5) avr-4 1-juin-4 1-oct-4 1-avr Intensive 2 - Raisonnée 3 - Raisonnée avec fumier en Sous-fertilisation - MAE

6 Effets des modes de gest ion de la fumure minérale Correspondances entre la balance azotée culturale et le flux d azote 1 Balances azotées culturales et flux de nitrates lessivés 1 - Les flux d azote lessivé peuvent varier d une campagne à l autre de 1 à 3 en fonction des conditions de cultures et climatiques quelques soient les modalités de fertilisation azotée y compris le témoin zéro azote (figure n 11). 2 - Pour comparer les flux de nitrates lessivés à la balance azotée culturale, ils ont été transformés en flux d azote : NO3 - / N = 4,4271 Evolution des quantités de nitrates lessivés par la lame d'eau drainante kg NO3 - / ha OP (1/2) OH (2/3) Colza ( 3/4) Blé (4/5) Relation balance azotée culturale et flux d'azote lessivé Azote lessivé estimé ( N kg/ha) Conclusion Villey St Etienne 1/2 - Blé 2/3 - triticale 3/4 - Colza 4/5 - Blé Balance azotée culture (N Kg/ha) Figure n 12 Ce programme d expérimentation a été réalisé : 1 - Intensive 2 - Raisonnée 3 - Pilotée puis fumier en Sous-fertilisation - MAE /5 3 - Les flux d azote lessivé sont proportionnels à l augmentation de la balance azotée culturale, mais avec un effet année très marqué (figure n 12). 4 - Pour un même niveau de balance azotée culturale, les flux d azote lessivé peuvent être différents d une année sur l autre et dépendent fortement des cond itions climatiques. 5 - Malgré une balance azotée culturale déficitaire (témoin zéro azote), les flux d azote lessivé ne sont pas négligeables. Ces résultats bougies poreuses confirment que le raisonnement de la fertilisation azotée pratiquée depuis le début des années 9 à partir du référentiel régional (OPAL) permet de limiter les flux d azote dans les eaux de lessivage par rapport à des pratiques antérieures. La réduction volontaire de la dose d azote (X 2 %) dans le cadre de mesures environnementales a des effets directs sur la réduction des pertes d azote mais avec une pénalisation du rendement. L absence de fertilisation minérale ne signifie pas pour autant zéro perte d azote dans les eaux de lessivage. Pour les situations en système élevage, il faut optimiser les épandages de fumiers en fonction de la sensibilité du milieu et du potentiel d absorption d azote par la culture et adapter la fumure minérale. Les épandages de fin d été ou début d automne devront être limités (tonnage à l hectare réduit) afin de réduire au maximum les risques de transferts d azote dans le milieu. sous la Maîtrise d ouvrage de : Chambre Régionale d Agriculture de Lorraine (contact : E. HANCE) avec le concours f inancier de : Cas DAR (Compte d Affectation Spécial du développement Agricole et Rural), Agence de l Eau Rhin-Meuse Conseil Régional de Lorraine Figure n 11 avec la collaborat ion : de l INRA de Mirecourt, des Chambres Départementales d Agriculture et des agriculteurs Chambre Régionale d Agriculture de Lorraine sept 27 - Crédits photos - CRALorraine

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir!

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! Les principaux objectifs et avantages L agronomie En étudiant scientifiquement les critères biologiques, physiques et chimiques, elle joue un rôle

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 L application de la Directive Nitrates en France est établie par un programme d actions national qui a fait

Plus en détail

Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages. Assises de la Loue 11 octobre 2012

Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages. Assises de la Loue 11 octobre 2012 Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages Assises de la Loue 11 octobre 2012 Objectifs du Comité des Sages Création d'un "Comité des Sages" par M. Le Préfet pour faire évoluer les postures

Plus en détail

PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES

PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES I Objectifs qualitatifs (5) Risque non atteinte des objectifs des Pas de dépassement du seuil

Plus en détail

Quels autres services environnementaux peut-on attendre?

Quels autres services environnementaux peut-on attendre? 1 Quels autres services environnementaux peut-on attendre? Une réduction des transferts de nitrates par drainage à Ludelange Expérimentation Bougies Poreuses à Ludelange (57) (comparaison SDSC/Labour)

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Fertilisation azotée du colza

Fertilisation azotée du colza 4 programme d action Directive Nitrates - annexe 5.3 Fertilisation azotée du colza mai 2009 Le raisonnement de la fertilisation azotée sur colza est basé sur la méthode du bilan de masse. En attendant

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins Note technique n 25 Mai 2012 L opération de conseil Agr Eau Madon, co-financée par l Agence de l Eau Rhin Meuse et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations et des conseils en faveur de

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

RAISONNEMENT FERTILISATION COLZA

RAISONNEMENT FERTILISATION COLZA Fiche 3 RAISONNEMENT FERTILISATION COLZA Dose = (besoins - fournitures ) / CAU Campagne culturale (année) : Date d'ouverture du bilan : 2ème quinzaine de janvier IDENTIFICATION DE LA PARCELLE - NATURE

Plus en détail

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Risque verse Comment bien prélever? AGRO-METEO Les températures enregistrées ces derniers mois restent exceptionnelles. Pour les premiers semis

Plus en détail

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Station des productions animales et végétales Rapport d'essai 2007 Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Grangeneuve, juillet 2007 Sandra Dougoud Institut agricole de Grangeneuve

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Nathalie Goma-Fortin, Sitevi, 1 décembre 2009 Rôles de la matière organique dans les sols Réseau régional de sites d expérimentations Faible

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-16 12h04 16h56 - - 1h54 57 14h05 52 8h48 21h10 0h42 5h29 13h02 17h32 2h43 47 14h56 43 9h32 21h57 1h45 6h18 13h48 18h22 3h48 40 16h08 37 10h28 22h58 2h44 7h24 15h07 19h36 5h04 37 17h27 38 11h38

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-17 9h13 14h42 21h43 3h04* 11h26 82 23h50 81 6h18 18h37 9h52 15h19 22h24 3h43* 12h05 79 --:-- --- 6h55 19h15 10h35 15h58 23h09 4h26* 0h30 77 12h46 74 7h34 19h55 11h22 16h41 23h59 5h13* 1h14 71 13h32

Plus en détail

CLE du 16/02/2016. Contrat Territorial des captages du Val d Orléans Technique du 12 2014-2017. février

CLE du 16/02/2016. Contrat Territorial des captages du Val d Orléans Technique du 12 2014-2017. février CLE du 16/02/2016 Contrat Territorial des captages du Val d Orléans Technique du 12 2014-2017 février 1 Pourquoi un contrat territorial? Un outil de lutte contre les pollutions diffuses Permet de répondre

Plus en détail

Plan d Action Territorial «Hers-Mort/ Girou»

Plan d Action Territorial «Hers-Mort/ Girou» Plan d Action Territorial «Hers-Mort/ Girou» Journée Arbres, Eau et Cours d eau 26 avril 2012 Aurin Avec le concours financier de Présentation de la zone d étude Superficie : 1555 km² Population : 250

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

Les Services de la Chambre d'agriculture

Les Services de la Chambre d'agriculture Les Services de la Chambre d'agriculture Dénomination du Service ATE (Aide Technique à l Épandage des effluents d élevage) Département PRODUCTIONS VÉGÉTALES Agent(s) en charge du dossier Emilie SAVOURAT

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant :

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant : DIRECTIVE NITRATES Argumentaires micro-économiques concernant : Le projet d arrêté complémentaire version du 23 octobre 2012 La révision des zones vulnérables Introduction La France est concernée par deux

Plus en détail

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Réactualisation octobre 2004 Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Le sol est-il pauvre, bien pourvu ou riche en nitrates? La plante montre-t-elle un manque ou un excès de vigueur?

Plus en détail

Réussir un projet biogaz :

Réussir un projet biogaz : Réussir un : Les points clés à prendre en compte Fabien Dauriac Siège Social 20, Place du Foirail 65917 TARBES Cedex 9 Tél : 05 62 34 66 74 Fax : 05 62 93 59 95 Email : accueil@hautes-pyrenees pyrenees.chambagri.fr

Plus en détail

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS 1 DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN MARC THIZY JUSTINE LAGREVOL Journée ARRA Eau et Agriculture 5 Novembre 2013 Le Bassin

Plus en détail

Environnement : quel impact de l évolution réglementaire sur les élevages? Claude AUBERT

Environnement : quel impact de l évolution réglementaire sur les élevages? Claude AUBERT Environnement : quel impact de l évolution réglementaire sur les élevages? Claude AUBERT Les aspects réglementaires ou administratifs Contraintes paysagères ICPE MTD Fertilisation Références CORPEN Directive

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices 1 Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices Les constats sont les suivants : Une eau globalement abondante à l échelle de la Région mais très inégalement répartie

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux

Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux Billy Troy, Fondation FARM Partage du savoir en Méditerranée (7) Tunis, 19 mai 2012 Sécurité hydrique et sécurité alimentaire

Plus en détail

EXPLOITATIONS D ELEVAGE : Obligations réglementaires concernant les effluents d élevage

EXPLOITATIONS D ELEVAGE : Obligations réglementaires concernant les effluents d élevage EXPLOITATIONS D ELEVAGE : Obligations réglementaires concernant les effluents d élevage JUIN 2012 SOMMAIRE Les régimes des exploitations d élevage : RSD, ICPE ou IED... p.1 Les démarches administratives

Plus en détail

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 24 février 2005, Drummondville Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Daniel IZARD, Chambre d Agriculture de Vaucluse (84) Catherine TAUSSIG, APREL. Essai rattaché à l action n 04.2015.07 : Fraise,

Plus en détail

SDSCV Semis Direct Sous Couvert Végétal

SDSCV Semis Direct Sous Couvert Végétal SDSCV Semis Direct Sous Couvert Végétal de nouveaux systèmes de cultures pour une moindre dépendance aux engrais minéraux de synthèse 1 er bilan des expérimentations menées par ARVALIS augmenter les effets

Plus en détail

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation - Groupe de travail Etude de la rentabilité des systèmes de culture intégrant de la luzerne Synthèse

Plus en détail

La fumure d entretien

La fumure d entretien Septième note inter régionale Rhône Méditerranée fertilisation de la vigne 2008-2009 Cette note a pour destinataires les conseillers viticoles et les vignerons de la région Rhône-Méditerranée. Elle a pour

Plus en détail

Méthode d évaluation par imagerie satellitaire des anomalies de cultures intermédiaires pour pièges à nitrate (CIPAN) GEOSUD - DDT79

Méthode d évaluation par imagerie satellitaire des anomalies de cultures intermédiaires pour pièges à nitrate (CIPAN) GEOSUD - DDT79 Cartographie des Cultures Intermédiaires Pièges à Nitrates CIPAN (Directive Nitrates) Méthode d évaluation par imagerie satellitaire des anomalies de cultures intermédiaires pour pièges à nitrate (CIPAN)

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Louis Robert, agronome MAPAQ Centre de services de Ste-Marie Dans notre région, l agriculture est basée pour une forte proportion

Plus en détail

perspectives en économie de l agroenvironnement

perspectives en économie de l agroenvironnement perspectives en économie de l agroenvironnement un outil d aide à la décision auteur LUC BELZILE, agronome, économiste, M. Sc. Chercheur en économie de l agroenvironnement Volume 1, numéro 1, nov. 2014

Plus en détail

Formations a destination de l enseignement agronomique

Formations a destination de l enseignement agronomique Formations a destination de l enseignement agronomique Année scolaire 2015-2016 Le Programme de Gestion Durable de l Azote en Wallonie «Dans le cadre de la protection des eaux souterraines et de surface

Plus en détail

Vers une gestion durable des ressources en eau

Vers une gestion durable des ressources en eau Vers une gestion durable des ressources en eau Carrefours de l innovation agronomique Productions végétales et sécheresse Toulouse - 6 juin 2008 Nelly LE CORRE-GABENS Responsable du Service Agronomie-Environnement

Plus en détail

5ème rencontre internationale de l AFCAS

5ème rencontre internationale de l AFCAS 5ème rencontre internationale de l AFCAS Ile de Réunion du 09 au 15 septembre 2012 B. Meka 16/05/12 www.cs12.re 1 16/05/12 www.cs12.re 2 Versants plus ou moins réguliers 22 000 ha cultivés Forme en croupe

Plus en détail

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Philippe Lehrmann, PhD Axéréal Axéréal: structuration en Business Units Groupe coopératif agro-industriel, leader

Plus en détail

Les possibilités d installation d un système de séparation de phases en porcherie. Vincent Mouchette EMD Automatisation

Les possibilités d installation d un système de séparation de phases en porcherie. Vincent Mouchette EMD Automatisation Les possibilités d installation d un système de séparation de phases en porcherie Vincent Mouchette EMD Automatisation - Signification de «séparation» - 2 types de situations : Bâtiments existants Nouveaux

Plus en détail

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL Le Règlement Sanitaire Départemental (R.S.D.) => s applique à tout détenteur de plus de 3 équidés âgés de plus de 6 mois : Une déclaration en mairie est obligatoire via la

Plus en détail

Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau

Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau Julien Fiquepron, Centre national de la propriété forestière Olivier Picard, CNPF - Eric Toppan, FPF - Aurélien

Plus en détail

Fertilisation localisée sur colza

Fertilisation localisée sur colza Fertilisation localisée sur colza Point sur l action en cours Avec le concours de C. Vogrincic, L. Champolivier, P. Cristante, O. Mangenot, P. Fauvin 1 Exigence du colza en P205 - Le colza est une culture

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

PREFECTURE DE LA CHARENTE ****** Observatoire de l Eau en Charente ****** 29 Octobre 2013 ******

PREFECTURE DE LA CHARENTE ****** Observatoire de l Eau en Charente ****** 29 Octobre 2013 ****** PREFECTURE DE LA CHARENTE ****** Observatoire de l Eau en Charente ****** 29 Octobre 2013 ****** Sommaire 1- Bilan année 2013: au 20.10.13. 2- Bilan saison agronomique 2013: du 01.03 au 31.08.13. 3- Début

Plus en détail

Lettre d informations 1 27 avril 2015

Lettre d informations 1 27 avril 2015 Lettre d informations 1 27 avril 2015 Au programme de cette lettre d informations : Point Agrométéo La gelée blanche de début avril Démarrage de la végétation point nutrition Point phytosanitaire Point

Plus en détail

Contrats Natura 2000

Contrats Natura 2000 Contrats Natura 2000 A. MESURES NON AGRICOLES ET NON FORESTIÈRES B. MESURES AGRO-ENVIRONNEMENTALES (MAE) B.1 MAE territorialisées : liste nationale (PDRH, décembre 2008) Conditions d accès à certaines

Plus en détail

2013-2018 PROGRAMME D APPUI EN AGROENVIRONNEMENT VOLET 1 POUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES

2013-2018 PROGRAMME D APPUI EN AGROENVIRONNEMENT VOLET 1 POUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES 2013-2018 PROGRAMME D APPUI EN AGROENVIRONNEMENT VOLET 1 POUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES ADOPTER DES PRATIQUES AGROENVIRONNEMENTALES : UN PLUS POUR VOTRE ENTREPRISE! INTERVENTIONS SOUTENUES 1 À HAUTEUR

Plus en détail

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN Couverts DN et SIE groupes cultures juillet 2015 la Zone Vulnérable campagne 2014-2015 ZAR ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN 1 la Zone Vulnérable Projet d extension : Bassin Seine

Plus en détail

Filtres plantés de roseaux (1/3)

Filtres plantés de roseaux (1/3) Filtres plantés de roseaux (1/3) Cuve tampon d homogénéisation - décanteur - flottation 2 étages de filtre plantés - traitement aérobie parcelle enherbée, sillon d infiltration - traitement final Condition

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges Inconvénient Avantages Fiche n 29 Septembre 2012 Cette fiche technique, co-financée par l Agence de l Eau Rhin-Meuse, le Conseil Général des Vosges et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations

Plus en détail

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Évaluation de l exportation en phosphore lors de la récolte de gazon en plaques et comparaison des grilles

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

ANNEXE N 3 : RAISONNEMENT DE LA FERTILISATION AZOTEE

ANNEXE N 3 : RAISONNEMENT DE LA FERTILISATION AZOTEE ANNEXE N 3 : RAISONNEMENT DE LA FERTILISATION AZOTEE Le 4 ème programme d actions au titre de la directive «nitrates» comporte, en zones vulnérables, des mesures destinées à protéger les eaux contre la

Plus en détail

DREAL Bretagne. Directive nitrates 5 ème programme d'actions en Bretagne

DREAL Bretagne. Directive nitrates 5 ème programme d'actions en Bretagne DREAL Bretagne Directive nitrates 5 ème programme d'actions en Bretagne DREAL Bretagne Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement BRETAGNE www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

Manuel d installation

Manuel d installation SS Systèmes de bio-épuration sur l exploitation : Elimination, par biodégradation, des pesticides contenus dans les eaux de rinçage du pulvérisateur Manuel d installation (Version n 4 2015) +32 (0) 81627172

Plus en détail

programme d Actions Nitrates

programme d Actions Nitrates Les mesures du programme d Actions Nitrates dans les zones vulnérables de la région Bourgogne la bonne dose au bon endroit au bon moment la bonne dose au bon endroit au bon moment 2 La préservation de

Plus en détail

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 Le potassium, régulateur et anti-stress des plantes Le potassium circule dans la plante sous la forme du cation + tel qu

Plus en détail

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE)

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Réunion d information sur les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Mise à jour 9 juin 2015 Adage 35 02,99,77,09,56 www.adage35.org

Plus en détail

GESTION DE L ÉTAT ORGANIQUE DES SOLS AVEC SIMEOS-AMG

GESTION DE L ÉTAT ORGANIQUE DES SOLS AVEC SIMEOS-AMG Journée Prosensols 22 novembre 2012 Vincent TOMIS - Annie DUPARQUE GESTION DE L ÉTAT ORGANIQUE DES SOLS AVEC SIMEOS-AMG Vincent Tomis Agro-Transfert RT Contexte Projet GCEOS : GESTION ET CONSERVATION DE

Plus en détail

Reliquats entrée hiver en baies «algues vertes» en Bretagne

Reliquats entrée hiver en baies «algues vertes» en Bretagne Reliquats entrée hiver en baies «algues vertes» en Bretagne 09/01/2015 Groupe de travail : - Daniel Hanocq - Anne Guézengar - Virginie Parnaudeau - Thierry Morvan Contexte et objectifs Reproduction et

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA UNEP /UNESCO /UNCH / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA Bénin, Guinée, Niger, Mali, Côte d Ivoire, Sénégal, Burkina Faso AQUIFERE SUPERFICIEL ET POLLUTION

Plus en détail

ENGRAIS AVEC REGULATEUR DE NITRIFICATION

ENGRAIS AVEC REGULATEUR DE NITRIFICATION ENGRAIS AVEC REGULATEUR DE NITRIFICATION EUROCHEM AGRO FRANCE SAS 49, av. Georges Pompidou 92593 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. : 01 49 64 54 10 Fax : 01 49 64 52 52 Web : www.eurochemagro.com = marque déposée

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Directive Nitrates. DDT de l Isl

Directive Nitrates. DDT de l Isl Directive Nitrates 5ème programme d actions d National et RégionalR DDT de l Isl Isère Rappel Directive nitrates et programme d actions d nitrates Afin de lutter contre la pollution des eaux par les nitrates,

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411 Annexe au dossier de demande d aide pour les investissements productifs Nombre de points attendus pour le projet présenté pour les différents critères : Critère Définition INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

Plus en détail

Migration des substances

Migration des substances CHAPITRE 14 Migration des substances 14.1 INTRODUCTION L application d engrais minéraux ou organiques apportent des quantités d azote qui se transforment en nitrates. Ces nitrates sont prélevés par les

Plus en détail

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production Sucrerie du Gol, TEREOS OCEAN INDIEN jygonthier@tereos.com Gonthier Jean-Yves Résumé La multiplication de la canne se fait traditionnellement à

Plus en détail

Article paru sur l Application Smartphone de Circuits Culture

Article paru sur l Application Smartphone de Circuits Culture Article paru sur l Application Smartphone de Circuits Culture Publié le 16/09/2015 à 16:17 GIE AGRICULTURE CONSEIL ENVIRONNEMENT Expérimenter des stratégies alternatives Ces essais rentrent dans le projet

Plus en détail

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert.

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. Sam Chauvette agronome, M. Sc. Chargé de projet productions végétales et fruitières

Plus en détail