pour l amélioration de la qualité de l eau

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "pour l amélioration de la qualité de l eau"

Transcription

1 Guide des sols pour l amélioration de la qualité de l eau

2 Sommaire ❶ La démarche... 1 ❷ Eléments pédologiques ) La notion de sol ) Sols et dynamique de l eau... 3 ❸ Les sols du Bassin Versant du Pamproux ) Description du milieu ) La caractérisation des sols ) Identification des sols ) Les grandes classes de sols ❹ Les objectifs de rendement par type de sol Ce qu il faut retenir Cartes et tableaux : Les zones sensibles du Bassin versant de la Sèvre Niortaise amont...2 Modes de transfert de l eau sur un territoire...3 Les 7 grands types de paysage (diagramme)...6 Classement des sols...6 Clé d indentification simplifiée des sols...10 Carte des sols du bassin versant du Pamproux...11 Carte des potentialités des sols...16 Ce guide est le fruit d une collaboration entre le Syndicat des Eaux du SERTAD, les Chambres départementales d Agriculture de la Vienne et des Deux Sèvres, et la Chambre régionale d Agriculture de Poitou- Charentes. Ont contribué à la réalisation de ce Guide : Delphine LOPES, Mathilde GIRAUD et Caroline HIPEAU du SERTAD Mathieu GUIBERTEAU et Thierry PELOQUIN de la CA 79 Laurent BLANCHARD de la CA 86 Catherine CAM et Jean-Luc FORT de la CRA PC Ont participé étroitement à la réalisation des référentiels : les agriculteurs du bassin qui ont aimablement accepté des fosses sur leurs parcelles, les techniciens et ingénieurs des organismes économiques, des instituts techniques, des établissements d enseignement agricole et des Chambres d agriculture qui ont participé aux différents rendez-vous proposés.

3 ❶ La démarche La Sèvre Niortaise amont, utilisée pour la production d eau potable, a vu sa qualité se dégrader depuis 1990, avec notamment une forte augmentation des concentrations en nitrates provoquant des dépassements de la valeur limite de qualité de l eau brute de 50 mg/l («eau brute» est le terme qui correspond à l eau utilisée pour la production d eau potable avant traitement) et une augmentation de la fréquence de détection de molécules phytosanitaires. Cette ressource, stratégique pour l alimentation en eau potable du sud Deux-Sèvres, concerne deux syndicats publics producteurs d eau potable, le SERTAD et le SMPAEP de la région de Saint Maixent, dont la population totale desservie représente environ habitants. Ainsi, depuis 2004, les Syndicats des Eaux du SERTAD et du SMPAEP ont décidé d agir en amont par la prévention, en mettant en place un programme régional «Re-Sources» pour la reconquête de la qualité de l eau sur le Bassin Versant de la Sèvre Niortaise amont. Un contrat territorial a été signé entre les deux syndicats, l Agence de l Eau Loire Bretagne et le Conseil Général des Deux-Sèvres. Le but de ce contrat pluriannuel est de mettre en place un programme d actions concertées et adaptées à l ensemble des acteurs du territoire (exploitants, collectivités, citoyens, industries, ). Son objectif prioritaire est de diminuer les pics de concentration en nitrates afin de ne plus dépasser la valeur limite de qualité de l eau de 50 mg/l. Sont également prévues des actions permettant d initier la baisse de la concentration moyenne en nitrates et en molécules phytosanitaires. Le Bassin Versant du Pamproux : secteur sensible Le sous Bassin Versant du Pamproux ( ha) a été classé en zone sensible car la qualité de l eau s est fortement dégradée, avec des dépassements quasi continus de la valeur limite de qualité de l eau brute pour les nitrates (50 mg/l) aux différents points de suivi mis en place par le SERTAD. (cf carte p.2 des Zones sensibles du Bassin versant de la Sèvre Niortaise amont, validées lors du Comité de Pilotage d avril 2009). De plus, la contribution du cours d eau du Pamproux au débit de la Sèvre Niortaise est importante (estimée entre 40% et 60%). Le sol est le support essentiel des activités agricoles. Il représente aussi l interface entre les pratiques agricoles et le milieu naturel, en particulier les ressources en eau. L agriculture, entre autre, est à l origine d apports de substances diverses, naturelles ou synthétisées (azote, matières actives phytosanitaires, effluents d élevage, boues). Ces substances sont des nutriments des cultures ou contribuent à leur protection mais elles ont en commun la propriété de pouvoir migrer plus ou moins facilement à travers le sol grâce à l eau qui y circule et d alimenter les nappes souterraines ou les eaux superficielles. Aussi, sur la zone sensible du Pamproux, il est indispensable d affiner les connaissances sur les sols afin de mieux adapter les pratiques et limiter les transferts de produits vers les eaux. C est pourquoi le SERTAD, en partenariat avec la Chambre Régionale d Agriculture, les Chambres d Agriculture Deux-Sèvres et Vienne ainsi que les acteurs et les techniciens experts du secteur, a décidé de mettre en place un projet «SOL et EAU» dans le Bassin Versant du Pamproux. 1

4 Ce guide se veut une aide à la décision mettant en avant le lien entre le sol, la production agricole et les risques de transferts de matières polluantes vers les eaux. De façon pratique, il présente : l identification des sols, les caractéristiques et interprétations agronomiques qui y sont associés, les objectifs de rendements des principales cultures par type de sol. Les objectifs du projet «SOL et EAU» Donner un aperçu simple et clair des principaux sols qui peuvent être recensés sur le Bassin Versant du Pamproux, Affiner la localisation des secteurs les plus sensibles de ce territoire afin d améliorer la pertinence des actions mises en œuvre dans le cadre du programme «Re-Sources», Créer une dynamique locale forte, Fournir des références associées aux différents types de sols, Permettre aux exploitants et techniciens de s approprier et d utiliser ces connaissances des sols et ces références dans leurs pratiques. Les zones sensibles du Bassin versant de la Sèvre Niortaise amont (Bassin versant du Pamproux en vert) 2

5 ❷ Eléments de pédologie 1) La notion de sol Le sol est la couche de terre plus ou moins épaisse qui recouvre les roches et au sein de laquelle, les plantes plongent leurs racines pour se nourrir. Ce qui pourrait passer pour un matériau homogène, se révèle, à la loupe, un mélange de "grains" durs, d'eau, d'air, d'êtres vivants ou morts et d'humus. Les particules minérales (quartz, micas, feldspaths, argiles, etc.) proviennent le plus souvent de l'altération de la roche-mère sous-jacente ou ont été apportées par l'eau et le vent. L'eau contient de petites molécules dissoutes (sels minéraux), indispensables pour assurer la nutrition des plantes et des microorganismes. L'air est nécessaire à la respiration des organismes vivants dans le sol (racines, champignons, vers de terre, etc.). Enfin, dans le sol cohabitent, vivent et meurent des milliards d'habitants (végétaux, animaux, bactéries, etc.), souvent ignorés, mais essentiels au bon fonctionnement du sol. Le sol est un mélange, mais les proportions des différents éléments qui le constituent varient selon le lieu où il se trouve. Ainsi, il n'existe pas «un sol» mais «des sols», déclinant une gamme de couleurs, d'agencement, qui dépendent des conditions de formation (pédogénèse). La nature de ce mélange dépend aussi de la profondeur; sur les bords de route ou à la suite d'un glissement de terrain, on observe parfois des sols sur toute leur épaisseur (un profil de sol) et on distingue alors des couches superposées de couleur et de textures distinctes. Il existe une grande diversité de sols que l'on peut distinguer selon leur morphologie et leurs propriétés (structure, texture, ph, composition chimique, etc.). 2) Sols et dynamique de l eau Les caractéristiques des sols déterminent la part des eaux de pluie qui ruisselle et rejoint les eaux superficielles, et la part qui s infiltre. Cette dernière est en partie stockée dans le sol et l excédent recharge les nappes d eau souterraine. L eau infiltrée peut aussi s écouler latéralement par ruissellement hypodermique. Modes de transfert de l eau sur un territoire : Précipitations Transpiration Sol Eau stockée Infiltration Percolation Évaporation Ruissellement hypodermique Ruissellement Rivière Nappe d eau souterraine 3

6 Les sols à faible capacité d infiltration de l eau, tels que les sols battants (fermeture de la porosité de surface) ou engorgés en eau, sont sensibles au ruissellement et éventuellement à l érosion. A l inverse, dans les sols perméables l eau percole plus rapidement. La capacité de stockage en eau des sols, et notamment sa partie accessible à la végétation appelée réserve utile maximale, varie en fonction de la texture, de la structure et de la profondeur utile (profondeur maximale d enracinement) des sols. Les sols à faible réservoir entraînent des contraintes sur les cultures (risque de déficit hydrique). Les propriétés microbiologiques, physico-chimiques et chimiques des sols leurs confèrent les capacités de retenir et de transformer chimiquement les substances notamment les polluants. 4

7 ❸ Les sols du Bassin Versant du Pamproux 1) Description du milieu Le secteur est une région de plaines à peine ondulées, entaillées par la Sèvre Niortaise et ses affluents. L érosion a produit un découpage digité de bordure avec pénétration de langues de la plaine calcaire et l encaissement des petites vallées. Sur versants, les sols sur calcaire jurassique (terres de groie) sont généralement caillouteux, peu profonds; parfois séchants. Les sols sur marne, sur replat sont plus profonds et sensibles à l hydromorphie. Les plateaux sont recouverts d argile rouge non calcaire, les terres rouges à châtaigniers. Les versants sont aussi occupés par des argiles à silex. Cette région calcaire est caractérisée par un modelé karstique, avec des vallées sèches, des dolines, des gouffres et la résurgence de nombreuses sources. Le paysage est ondulé. Les cultures sont essentiellement tournées vers les céréales (blé, colza, tournesol, maïs). 2) La caractérisation des sols Le travail de cartographie des sols s est appuyé à la fois sur une prospection par des sondages à la tarière et par l ouverture de 11 fosses pédologiques. Ces fosses ont permis de compléter les connaissances déjà acquises sur 11 fosses préexistantes en Vienne. La description et les analyses de ces fosses sont notées dans les livrets des cartes des sols à 1/50000, Lusignan (LU) et Poitiers (POI). A ces fosses s en ajoutent 3 supplémentaires provenant d études ponctuelles en Deux Sèvres (SOL). 23 types de sols ont été identifiés (cf page suivante) : Sur le bassin, les principaux sols sont les groies (no %) suivi par les groies marneuses (no 55 14%). Au total les groies représentent plus de la moitié des sols. 5

8 Classement des sols en partant des plateaux jusqu au fonds de Vallées (cf. diagramme ci-dessous) Nom N Sol Paysage surface en ha % profil L1 120 Limon profond Plateau 640 4,1 POI 32 K1 59 Groie profonde hydromorphe Plateau 224 1,4 LU 11 L2 124 Limon sur terre rouge Plateau ,1 LU 28 TR1 123 Terre rouge profonde Plateau 508 3,3 LU 27 PAM 8 L3 58 Limon moyen Bord de Plateau 215 1,4 POI 56 X1 134 Argile à silex profonde Bord de Plateau 204 1,3 PAM 4 TR2 132 Terre rouge sur calcaire Mi-versant 535 3,5 LU 22 PAM 2 X2 133 Argile à silex peu profonde Coteau 256 1,6 POI 54 TR4 122 Terre rouge peu profonde Coteau 784 5,1 LU 3 K2 142 Grèze Bas de versant 101 0,6 LU 12 TR3 57 Terre rouge moyennement Plaine ondulée 847 profonde 5,5 PAM K3 127 Groie moyenne caillouteuse Plaine ,3 PAM Groie non fissurée Plaine 951 PAM 5 K4 54 Groie profonde Plaine 224 1,4 LU 11 PAM 9 K5 55 Groie marneuse Plaine ,1 LU 8 PAM 1 K6 56 Marne hydromorphe Dépression LU 10 PAM 6 K7 28 Groie peu profonde Coteau 121 0,7 LU 9 KL 144 Calcaire lacustre Bas de buttes 18 0,1 ML 112 Sol argileux lourd Bas de buttes 61 0,3 SOL 44 V1 19 Sol tourbeux Vallée 59 0,4 LU 57 V2 27 Sol sur alluvions non calcaires Vallée 180 1,2 SOL 3500 V3 26 Sol sur alluvions calcaires Vallée amont 584 3,9 SOL 10 V4 25 Sol sur alluvions calcaires Vallée aval 290 1,9 SOL 3 Les sols grisés sont peu représentés sur le Bassin du Pamproux. L2 TR1 K1 TR3 L1 L3 TR2 K2 K3 TR3 X1 X2 K4, K5 K6 KL, ML K7 V1,V2,V3 Les 7 grands types de paysages 1 - plateau : unités L1, L2, L3, K1, TR1, X1 5 - coteau : unité K7 2 - versant : unités TR3, TR2, X2 6 - bord de vallée : unités KL, ML 3 - bas de versant : unité K2 7 - vallée : unités V1, V2, V3, V4 4 - plaine : unités K3, K4, K5, K6, TR3 6

9 Légende des sols Les sols sur calcaire dur et marne jurassique s étendent sur la majeure partie du bassin. - Formations alluviales Les rivières sont pérennes mais peu actives en saison estivale ; les vallées sont fréquemment inondées l hiver. Les sols sont saturés au moins en profondeur. Ils sont composés d une suite de dépôts argileux calcaires et tourbeux. V3/ UC26 - Vallées calcaires. Association de sols à hydromorphie plus ou moins importante due à une nappe d eau plus ou moins profonde. Sols argileux en surface, sols riches en matière organique sans cailloux calcaire. Réserve en eau importante. V1/ UC19 - Vallées tourbeuses parfois recouvertes de limon argileux, reposant sur argile calcaire. Sols riches en matière organique, de couleur noire à brun sombre, sans cailloux, réserve en eau importante. V2/ UC27 - Vallées argileuses : matériau issu de l érosion des terres rouges à châtaigniers. Sols argileux rouges, acides (ph ~6), présence de silex en surface (15-25 %). Une nappe permanente peut induire une hydromorphie marquée. Réserve en eau moyenne. V5/ UC26 - Vallées calcaires. Association de sols à hydromorphie importante due à une nappe d eau peu profonde. Sols argileux en surface, sols riches en matière organique sans cailloux calcaire. Réserve en eau importante. - Bord de vallée M/ UC112 - Buttes s étirant le long du cours amont de la Sèvre Niortaise sur argile et calcaire lacustre tertiaire. Sols argileux bruns, profonds, à tendance acide et hydromorphe, pas de cailloux en surface, réserve en eau moyenne. Sols argileux lourds. KL/ UC144 - Coteaux et plateaux sur calcaires lacustres. Sols argileux moyennement profonds (30 à 60 cm), saturés ou calcaires (ph 7), peu caillouteux en surface, réserve en eau moyenne. Sols argileux sur calcaire. - Coteaux de bord de vallées K7/UC28 - Coteaux sur calcaire dur et peu fissuré. Sol argilo-limoneux peu profond (15 à 20 cm), à charge importante en cailloux calcaires (30 à 50 %) et à faible réserve en eau. Groie superficielle. - Plaine K3/ UC127 - Plaine sur calcaire jurassique, gélif, très fissuré, à nombreux graviers calcaires. Sols argilolimoneux, moyennement épais (20 à 25 cm), à charge irrégulière en cailloux calcaires (20 à 40 %). Groies plus ou moins profondes, réserve utile moyenne à faible. Variante : UC128 - Plaine sur calcaire jurassique, non fissuré (partie sud). Réserve utile très faible. K4/ UC54 - Plaine sur calcaire jurassique, gélif, fissuré. Sol argilo-limoneux, épais (plus de 25 cm), sain, calcaire (ph 7), à charge irrégulière en cailloux calcaires (20 à 40 %). Groies profondes, réserve utile moyenne (RU ~100 mm). 7

10 K5/ UC55 - Plaine sur marne et calcaire marneux oxfordiens. Sols profonds (> 30 cm), argileux, calcaires, à peu de cailloux calcaires (< 10 %), à ressuyage lent avec localement des plages plus hydromorphes. Groies marneuses, réserve utile moyenne (RU ~100 mm). K6/ UC56 - Plateau sur calcaire jurassique marneux peu perméable. Sols plus ou moins profonds, argileux, calcaires, hydromorphes ou à ressuyage lent. Sols marneux, à réserve utile moyenne. TR4/ UC57 - Plaine ondulée sur argile rouge. Sols limoneux, de couleur acajou, sur argile rouge (40 à 60 cm). Sol sain, acide, peu caillouteux mais avec quelques silex et à réserve en eau assez bonne (RU ~125 mm). Terres rouges à châtaigniers moyennement profondes. - Bas de versant K2/ UC142 - Sols très calcaires, de profondeur moyenne, argilo-limoneux, à forte charge en graviers calcaires, sain et séchant. Grèze. - Versant TR3/ UC122 -Coteaux argileux, rouges. Sols limono-argileux, de couleur acajou, à cailloux de silex, sur argile rouge à moins de 40 cm. Sols sains et acides. Réserve en eau faible. Terres rouges à châtaigniers peu profondes. TR2/ UC132 - Mi-versant, argileux, rouge sur calcaire. Sols limono-argileux à argileux, localement à cailloux de silex, sur argile rouge à moins de 40 cm reposant sur calcaire entre 60 et 120 cm. Sols sains et faiblement désaturés. Réserve en eau moyenne. Terres rouges à châtaigniers sur calcaire. X2/ UC133 - Versants et bordure de plateau, sur argile ocre jaune. Sols limoneux à limono-argilo-sableux, peu à moyennement profonds (< 60 cm), sur argile ou argile lourde ocre jaune. Sols à charge variable en cailloux de silex (< 25%) et peu hydromorphes. Argiles à silex peu profondes à réserve en eau faible à moyenne. - Plateau TR1/ UC123 - Plateau sur argile rouge. Sols limoneux, gris, sur argile rouge apparaissant à plus de 60 cm, peu caillouteux et faiblement hydromorphes. Réserve en eau importante (RU~ mm). Terres rouges à châtaigniers profondes. L2/ UC124 - Plateaux limoneux sur argile rouge. Sols limoneux, de couleur brun rouge, profonds (> 60 cm), sur argile rouge. Sols peu caillouteux et faiblement hydromorphes. Réserve en eau importante (RU~ mm). Limons sur terre rouge. X1/ UC134 - Bordure de plateau et plateau, sur argile ocre jaune. Sols limoneux, profonds (> 60 cm), sur argile ou argile lourde ocre jaune. Sols acides, peu caillouteux et faiblement hydromorphes. Réserve en eau moyenne (RU~100 mm). Argiles à silex profondes. L1/ UC120 - Plateaux limoneux sur argile remaniée. Sols limoneux profonds (> 60 cm), sur argile, acides, hydromorphes et battants. Réserve en eau moyenne à importante. Bornais. L3/ UC58 - Plateaux limoneux profonds. Sols limoneux bruns puis gris sur argile ocre et grise, moyennement profonds (40 à 60 cm), acides et hydromorphes. Réserve en eau moyenne. Limon moyen. K1/ UC59 - Plateau. Sols calciques ou saturés argileux à limono-argileux, profonds (40 à 70 cm), ph 7, peu caillouteux (< 25%). Réserve en eau moyenne. Groies profondes peu hydromorphes. 8

11 3) Identification des sols : Pour identifier les sols, il y a deux outils : Se repérer sur la carte des sols et définir «l unité» de sol probable, Utiliser la clé d identification pour confirmer ; cette clé s appuie sur : la localisation : plateau, plaine, versant, vallée (voir bloc diagramme page 6) la couleur du sol : brun, orange, rouge présence ou non de cailloux et type de cailloux :. calcaire : blanc, effervescent à l acide (HCl, vinaigre). silex : beige texture de surface : limon (battance), argile (terre collante), sable. argile : plastique à l état liquide, terre «collante». sable : toucher râpeux (granuleux). limon : toucher soyeux («talc»), sali les mains lors de la manipulation, fluide à l état liquide, sol battant particularité des mottes : taches,... La carte (page 11) a été réalisée à partir de ces observations et de la compilation de données bibliographiques. 9

12 Clé d identification simplifiée des sols Pour utiliser cette clé, il suffit de localiser le sol dans une unité paysagère (plateau, butte, ) et d en connaître quelques caractéristiques physicochimiques simples. O b se rva tio n s e n su rf ac es O b se rva tio n s a u tr es Ca illo u x c alcaire s ef fe rve sce n ce à l'a cid e / T a ch e s ro u ille B lo c ag e p o ss ib le s u r c alca ire à p art ir d e 50 cm G roie profo nde hydrom orph e (unité K1 ) Pla te au Pa s o u tr ès p e u d e ca illo u x en s u rf ace ( < 5 % ) L im o n arg ileu x ro u g e / n o n e ff erv es cen ce à l'ac id e L im o n r o u g e / n o n e ff erv es cen ce à l'ac id e P a s d e b lo ca g e Te rre ro uge profo nde (un ité T R1 ) P a s d e b lo ca g e Lim on sur terre ro uge (u n it é L 2) L im o n arg ileu x b ru n / T e n d a n ce à la b a tt an c e - n o n e ff erv es cen ce à l'ac id e P a s d e b lo ca g e L im o n m oyen (u n it é L 3) Bord d e plate au Pa s o u p eu d e ca illo u x en s u rf ace ( < 5 % ) L im o n arg ileu x ro u g e / n o n e ff erv es cen ce à l'ac id e B lo cag e p o ss ib le s u r silex T erre roug e m o yenn em ent pro fon de (unité T R3 ) L im o n a rg ileu x b r u n B lo cag e p o ss ib le s u r silex Arg ile à sile x profond e (X 1 ) Ca illo u x c alcaire s e ff erv es cen ce à l'ac id e B lo c ag e p o ss ib le s u r c alca ire à p art ir d e 50 cm B lo c ag e p o ssib le su r ca lc aire d è s 25 c m Groie m oyenne (unité K3 ) Groie non fissurée (varia nte un ité K 3) V ersa nt L im o n a rg ile u x b ru n / Pa s d 'e ff erv esc en c e à l'ac id e B lo cag e su r silex Argile à silex p eu pro fon de (unité X2 ) C a illo u x n o n c alca ire s Arg ile ro u g e / ef fe rve sce n ce faib le à n u lle à l'ac id e B lo cag e p o ss ib le s u r silex B lo c ag e p o ssib le su r calca ire à m o in s d e 60 cm Terre ro uge pe u profo nde (u nité T R 3) Te rre rou ge sur calca ire (u nit é T R 2) P laine ef fer ve sce n ce à l'a cide No mb reu x c aillo u x ca lc aires B lo c ag e p o ss ib le s u r c alca ire à p art ir d e 60 cm G roie profonde (unité K4) P as d e c aillo u c alcaire P eu d e t âch e ro u ille G roie m arn eus e (u nit é K 5) 10

13 Légende des sols Carte des sols du Bassin Versant du Pamproux Chambre Régionale d Agriculture Poitou-Charentes 11

14 4) Les grandes classes de sols - Catégorie 1 "potentialité faible" : sols plutôt superficiels avec une faible RU, sensibles à la sécheresse. Faciles à travailler.. Sols à potentiel faible à moyen pour les cultures d'hiver,. Sols à potentiel faible pour les cultures d'été (hors irrigation). - Catégorie 1a "potentialité faible" : sols superficiels avec une très faible RU, très sensibles à la sécheresse. Faciles à travailler.. Sols à potentiel faible pour les cultures d'hiver,. Sols à potentiel très faible pour les cultures d'été (hors irrigation). - Catégorie 2 "potentialité faible" : sols argileux hydromorphes. Difficiles à travailler.. Sols à potentiel faible à moyen pour les cultures d'hiver (sensibles à l'hydromorphie),. Sols à potentiel faible pour les cultures d'été car sols séchants. - Catégorie 3 "potentialité moyenne" : Sol avec une bonne RU. Travail du sol délicat si forte proportion de limons. Sols à potentiel moyen à bon pour les cultures d'hiver,. Sols à potentiel faible à moyen pour les cultures d'été (hors irrigation). - Catégorie 4 "potentialité bonne" : Sols avec une très bonne RU. Travail du sol délicat si forte proportion de limons.. Sols à potentiel bon à très bon pour les cultures d'hiver,. Sols à potentiel bon pour les cultures d'été. Catégories Sols correspondants (en gras souligné = sol de référence) 1 26(aval) (référence = groie très fissurée) 1a 128 partie sud (référence = groie non fissurée) 2 26(amont) (référence = groie marneuse) (référence = terre rouge moyennement profonde) (référence = terre rouge profonde) Remarques : - Sol n 26 (vallée calcaire) 2 catégories : En catégorie 1 pour la vallée entre le bourg de Bougon et la confluence avec la Sèvre, En catégorie 2 pour les vallées situées au sein des groies marneuses. - Sol n 27 (vallée non calcaire) même catégorie q ue les sols environnants 12

15 Catégorie 1 «potentialité faible» : groie très fissurée / PAM 11 (unité 127) Caractéristiques agronomiques : Sol sain Enracinement jusqu à 40 cm Reserve en eau faible: 50 mm Remarques : Sol filtrant et à tendance séchante Potentiel des cultures limité Risques environnementaux : Lessivage nitrates : élevé car sol superficiel Entrainement de matière active : moyen, si ruissellement Catégorie 1a «potentialité faible» : groie non fissurée / PAM 5 (unité 128) Caractéristiques agronomiques : Sol sain Enracinement jusqu à 30 cm Reserve en eau faible: 50 mm Remarques : Sol filtrant et à tendance séchante Potentiel des cultures limité Risques environnementaux : Lessivage nitrates : élevé car sol superficiel Entrainement de matière active : moyen, si ruissellement Catégorie 2 «potentialité faible» : groie marneuse / PAM 1 (unité 55) Caractéristiques agronomiques : Sol sensible à l excès d eau (hydromorphie d imbibition) Enracinement sur 80 cm Réserve en eau moyenne : 100 mm Remarques : Sols très difficiles à travailler : les interventions sont à réaliser sur sol ressuyé Toutes cultures possibles Risques environnementaux : Lessivage nitrates : faible Entrainement de matière active : faible à moyen, si ruissellement 13

16 Catégorie 3 «potentialité moyenne» : terre rouge moyennement profonde / PAM 3 (unité 57) Caractéristiques agronomiques : Sol sain Bon enracinement sur 60 cm, moyen jusqu à 1m Réserve en eau moyenne : 100 mm Remarques : Sol à tendance acide et battant Sol filtrant Toutes cultures possibles Risques environnementaux : Lessivage nitrates : moyen Entrainement de matière active : faible à moyen, si ruissellement car sol battant Catégorie 4 «potentialité bonne» : terre rouge profonde / PAM 4 (unité 123) Caractéristiques agronomiques : Sol sain Bon enracinement sur 60 cm Reserve en eau moyenne : 125mm à 150mm Remarques : Sol battant et à tendance acide Sol filtrant Toutes cultures possibles Risques environnementaux : Lessivage nitrates : moyen Entrainement de matière active : faible à moyen, si ruissellement car sol battant 14

17 Classement des différentes unités de sols Nom N Sol paysage surface ha categorie L1 120 Limon profond Plateau K1 59 Groie profonde hydromorphe Plateau L2 124 Limon sur terre rouge Plateau TR1 123 Terre rouge profonde Plateau L3 58 Limon moyen Bord de Plateau X1 134 Argile à silex profonde Bord de Plateau TR2 132 Terre rouge sur calcaire Mi-versant X2 133 Argile à silex peu profonde Coteau TR3 122 Terre rouge peu profonde Coteau K2 142 Grèze Bas de versant TR4 57 Terre rouge moyennement profonde Plaine ondulée K3 127 Groie moyenne caillouteuse Plaine Groie non fissurée Sud 951 1a K4 54 Groie profonde Plaine K5 55 Groie marneuse Plaine K6 56 Marne hydromorphe Dépression K7 28 Groie peu profonde Coteau KL 144 Calcaire lacustre Bas de buttes 18 1 M 112 Sol argileux lourd Bas de buttes 61 1 V1 19 Sol tourbeux Vallée 59 2 V2 27 Sol sur alluvions non calcaires Vallée V3 26 Sol sur alluvions calcaires Vallée amont V3 25 Sol sur alluvions calcaires Vallée aval Les couleurs de la liste correspondent à la légende de la carte page suivante. Pourcentage de la SAU par rapport aux différentes catégories de sols Catégories % de la SAU 1 : Groie très fissurée 43 % 1a : Groie non fissurée 6 % 2 : Groie marneuse 21 % 3 : Terre rouge moyennement profonde 17 % 4 : Terre rouge profonde 13 % 15

18 Carte des potentialités des sols - Bassin Versant du Pamproux Légende : Chambre Régionale d Agriculture Poitou-Charentes 16

19 ❹ Les objectifs de rendement par type de sol L élaboration du référentiel : Des visites de fosses pédologiques ont été organisées les 21 et 22 septembre 2010 sur le bassin versant du Pamproux. Lors de ces visites, une enquête a été distribuée aux techniciens et partenaires agricole présents. L objectif était d associer à chaque type de sol rencontré sur le terrain, un potentiel de rendement. Les données récoltées ont été analysées et un groupe d experts d une dizaine de personnes s est constitué fin novembre Suite à une réflexion collective, le groupe d experts a abouti au tableau suivant : Cultures Systèmes Catégorie 1 Catégorie 1 a Catégorie 2 Catégorie 3 Catégorie sud Unité : quintaux Blé Orge Colza Tournesol Maïs sec Conventionnel Bio Conventionnel Bio non adapté Conventionnel Bio non adapté Conventionnel Bio Conventionnel non adapté Bio non adapté Nous précisons que ces rendements sous-entendent un bon entretien des sols, notamment le ph en catégorie 3 et 4. De plus, ce document n est pas réglementaire, il est un outil d aide à la décision destiné aux exploitants et techniciens du bassin versant.. Rappel réglementaire : Directive Nitrates / Calcul du potentiel de rendement : Sur les 5 dernières campagnes, enlever le rendement le plus faible et le plus fort et prendre la moyenne des 3 années restantes. 17

20 Ce qu il faut retenir Utiliser le référentiel sol sur votre exploitation 1. Classer les parcelles de votre exploitation dans un type de sol dominant de la typologie, selon l hétérogénéité il sera possible d affecter un ou deux types de sol par parcelle. 2. Pour cela vous vous appuyez sur la clé d identification qui doit permettre de façon rapide de reconnaitre le type de sol à l aide des critères simples (Texture, couleur, type de cailloux, profondeur à la tarière ) La carte n est souvent pas suffisante pour identifier le type de sol. Utiliser le référentiel des objectifs de rendement pour chaque parcelle 1. Pour chaque parcelle et selon le type de sol dominant, retenir l objectif de rendement proposé par le référentiel en conduite conventionnelle ou en production biologique. 2. Adapter dans la fourchette proposée un objectif qui vous est propre et tiendra compte : a. Des résultats régulièrement obtenus sur la parcelle. b. Du mode de conduite que vous choisissez : pour un mode de conduite à bas niveau d intrant (contrat MAE, choix d une conduite intégrée) l objectif de rendement se situera sur la partie basse de la fourchette proposée. Calculer votre fertilisation Azotée en vous appuyant sur cet objectif de rendement Si l écart entre le rendement objectif choisi pour calculer la fertilisation azotée et le rendement réellement réalisé est faible vous êtes dans une situation à faible risque pour la qualité de l eau. Par contre un objectif choisi très supérieur au rendement réalisé peut être cause de surfertilisation et donc de dégradation à terme de la qualité de l eau. Cellule Animation Qualité Eau brute Syndicat des Eaux du SERTAD La Chesnaye Sainte Néomaye

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin FICHE AGRI - MIEUX août 2011 Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin Pourquoi est-il important de connaître les sols? ARAA Objectifs de ce document Ce document présente une synthèse

Plus en détail

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace 3 outils complémentaires pour connaître les sols en Alsace La base de données régionale sur les sols d Alsace Le guide des sols d Alsace La base de données régionale sur les sols Le réseau de mesure de

Plus en détail

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE JM.DEUMIER, B.LACROIX, A.BOUTHIER, JL.VERDIER, M.MANGIN Les cultures irriguées bénéficient

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel?

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet Pourquoi a on défini 7 couleurs pour l arc an ciel A cause de l'analogie entre la lumière et le son, la gamme

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

Exemple du SATESE MAGE 42

Exemple du SATESE MAGE 42 LE LAGUNAGE Exemple du SATESE MAGE 42 Rapide état des lieux Perspectives d association avec le procédé Filtre Planté de roseaux LAGUNAGES DU DEPARTEMENT DE LA LOIRE Conception et dimensionnement Principaux

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

L eau invisible 1 Tous les sols contiennent-ils de l eau?

L eau invisible 1 Tous les sols contiennent-ils de l eau? L eau invisible 1 Tous les sols contiennent-ils de l eau? Les sols reçoivent de l eau provenant de différents flux, et une partie de l eau arrivant dans le «compartiment» sol y est retenue. Ainsi, la pluie

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

SELLE Masse d'eau AR51

SELLE Masse d'eau AR51 SELLE Masse d'eau AR51 Présentation Générale : Superficie : 720 m² exutoire : Somme canalisée à Amiens longueur des cours d'eaux principaux : 63,27 km Population du bassin Versant 2006 : 28 211 hab Évolution

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Codes entités aquifères Code entité V1 Code entité V2 concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 532a 532b Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y 15 Octobre 1954 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES GEOPHYSIQUES

Plus en détail

Logiciel pavages drainants mode d emploi

Logiciel pavages drainants mode d emploi Logiciel pavages drainants mode d emploi FEBESTRAL a développé, en collaboration avec le Centre de Recherches Routières (CRR), un logiciel de calcul pour pavages drainants. Ce programme vous guide lors

Plus en détail

Quelques éléments de bibliographie :

Quelques éléments de bibliographie : Quelques éléments de bibliographie : La plupart des données et schémas sont issus des travaux de recherche du Laboratoire d Ecologie du Sol et de Biologie des Populations, Université de Rennes 1 (Cluzeau

Plus en détail

EDUCATION A L ENVIRONNEMENT QUALITE DE L EAU

EDUCATION A L ENVIRONNEMENT QUALITE DE L EAU DOCUMENT D AIDE A LA PREPARATION DE LA CLASSE Plan de Rénovation de l Enseignement des Sciences et de la Technologie A l école au cycle 3. EDUCATION A L ENVIRONNEMENT QUALITE DE L EAU Groupe sciences Isère

Plus en détail

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds en saison des pluies est intense et est l œuvre des femmes qui y pratiquent essentiellement la culture

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Avant d aller à la recherche d un terrain

Avant d aller à la recherche d un terrain Choisir un terrain Bien choisir un terrain pour construire une maison solide Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité de la construction.

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Site d étude. Résultats

Site d étude. Résultats Avec la collaboration de l Université de Bretagne Occidentale, (Institut Universitaire Européen de la Mer, Laboratoire d'ecophysiologie et de Biotechnologie des Halophytes et Algues Marines) Site d étude

Plus en détail

CarrotAge, un logiciel pour la fouille de données agricoles

CarrotAge, un logiciel pour la fouille de données agricoles CarrotAge, un logiciel pour la fouille de données agricoles F. Le Ber (engees & loria) J.-F. Mari (loria) M. Benoît, C. Mignolet et C. Schott (inra sad) Conférence STIC et Environnement, Rouen, 19-20 juin

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

Agriculture biologique et qualité de l eau Une question d intérêt général

Agriculture biologique et qualité de l eau Une question d intérêt général Agriculture biologique et qualité de l eau Une question d intérêt général 10 propositions du réseau FNAB pour une nouvelle politique de l eau (2013-2018) Cahier propositionnel du réseau FNAB dans le cadre

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

Chapitre 5 Mesures géophysiques

Chapitre 5 Mesures géophysiques Chapitre 5 Mesures géophysiques Plan 5.1 Introduction 5.2 Sismique réfraction 5.3 Prospection électrique 5.4 Radar géologique 5.1 Introduction Pour tous les projets de construction connaissance préalable

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Pour la mise en place d une licence de conseil stratégique au service de l agroécologie

Pour la mise en place d une licence de conseil stratégique au service de l agroécologie Conférence de presse Arvalis, Cetiom, InVivo AgroSolutions Paris, le 25 octobre 2013 Pour la mise en place d une licence de conseil stratégique au service de l agroécologie 1- Pourquoi un partenariat?

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Semis direct: de l essai à la pratique

Semis direct: de l essai à la pratique Travail du sol - Semis direct 2.4.3 Semis direct: de l essai à la pratique Expériences acquises dans un système de semis direct en continu A. Chervet 1, L. Gubler 1, P. Hofer 1, C. Maurer-Troxler 1, M.

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, Suivant la proposition de la Commission I

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Présentation du cas de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC)

Présentation du cas de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC) Présentation du cas de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC) Par Bruxelles-Environnement (IBGE) Département Eau Les grandes lignes de la présentation - Particularités de la RBC face au cycle naturel de

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie La gestion responsable des eaux pluviales : UNE SOLUTION ACTUELLE POUR UN AVENIR DURABLE L eau est une ressource essentielle à toute forme de vie sur Terre.

Plus en détail

COMMISSION THEMATIQUE «Protection des milieux aquatiques : cours d eau et zones humides»

COMMISSION THEMATIQUE «Protection des milieux aquatiques : cours d eau et zones humides» COMMISSION THEMATIQUE «Protection des milieux aquatiques : cours d eau et zones humides» - 1-4 AVRIL 2013 MALICORNE-SUR-SARTHE COMPTE-RENDU DE REUNION Ordre du jour 1. Qu est ce qu un SAGE? Quel est le

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote

Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote Matthias CARRIERE Plan de l intervention Introduction : I. méthodes et outils de prélèvement. 11. Les normes d échantillonnage

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Mesures Agro-Environnementales

Mesures Agro-Environnementales 02 Mesures Agro-Environnementales LES DISPOSITIFS MAE Dispositif A C est le dispositif national de la Prime Herbagère Agro-Environnementale (PHAE 2). Dispositif B : C est le dispositif de la Mesure Agro

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

STOCKAGE DES BOUES DE STATIONS D EPURATION URBAINES Bassin Artois Picardie

STOCKAGE DES BOUES DE STATIONS D EPURATION URBAINES Bassin Artois Picardie PREFECTURE REGION NORD PAS DE CALAIS Direction Régionale de l Environnement Nord - Pas de Calais Service Eau, Milieux Aquatiques et Risques Naturels Cellule Réglementation et Gestion Territoriale de l'eau

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne)

SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne) SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne) L élaboration Mise en œuvre du Plan : le lancement Installation de la CLE Travaux de la commission «Marée vertes et littoral» - Flux d azote,

Plus en détail

Maçonneries. Guide pratique du patrimoine bâti du Vexin français. Les différents types de roches. La localisation

Maçonneries. Guide pratique du patrimoine bâti du Vexin français. Les différents types de roches. La localisation Maçonneries Guide pratique du patrimoine bâti du Vexin français Territoire de calcaire, c est tout naturellement que le choix des matériaux pour ériger les constructions dans le Vexin français s est porté

Plus en détail

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne VITICULTURE 27 Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne Marc Chovelon Grab Mathieu Combier Chambre d Agriculture du Var Gilles Masson Centre du

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L EVOLUTION DES RESEAUX DE SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES EN FRANCE

CAHIER DES CHARGES POUR L EVOLUTION DES RESEAUX DE SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES EN FRANCE Cahier des charges pour l évolution des réseaux de surveillance des eaux souterraines en France CAHIER DES CHARGES POUR L EVOLUTION DES RESEAUX DE SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES EN FRANCE Version complétée

Plus en détail

Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain

Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain Séminaire Bâtiment Durable : Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain 27/03/2015 Bruxelles Environnement Comment valoriser les eaux pluviales grâce à sa toiture? Maggy Hovertin MATRIciel Objectifs

Plus en détail

PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS

PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS 1 I. OÙ TROUVER LES DONNÉES ET COMMENT LES ACQUÉRIR I. Où trouver les données et comment

Plus en détail

Eîude réalisée dans le cadre des actions de Service Public du BRGM 02PIR115. E. Equilbey, J.F. Vernoux. mars 2002 BRCMIRPB 1576-FR

Eîude réalisée dans le cadre des actions de Service Public du BRGM 02PIR115. E. Equilbey, J.F. Vernoux. mars 2002 BRCMIRPB 1576-FR Avis hydrogéologique sur des dossiers de demande de reconnaissance de l état de catastrophe naturelle liée à une remontée de nappe phréatique - Communes de Marcoussis et du Val-Sain t-germain (Essonne)

Plus en détail

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures»

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» Donner à la nature les moyens d exprimer son potentiel! La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» BIO3G : 3 rue Basse Madeleine - BP 22-22230 MERDRIGNAC Tél : 02 96 67 41 41 - Fax :

Plus en détail

Fonctionnement du système karstique en val d Orléans 2. La source le Bouillon au parc floral d Orléans La Source

Fonctionnement du système karstique en val d Orléans 2. La source le Bouillon au parc floral d Orléans La Source Régionale Orléans Tours Visualiser cette sortie dans Google Earth Fonctionnement du système karstique en val d Orléans 2. La source le Bouillon au parc floral d Orléans La Source Position géographique

Plus en détail

VII Escaliers et rampes

VII Escaliers et rampes VII Escaliers et rampes 1. Généralité et terminologie des escaliers Les escaliers permettent de franchir une dénivellation et de relier les différences de niveaux d une construction ou d un jardin. A son

Plus en détail

SOMMAIRE. I Objet de la consultation - Dispositions générales... 2. I.1 Présentation du contexte...2 I.2 Le bassin versant de la Bièvre...

SOMMAIRE. I Objet de la consultation - Dispositions générales... 2. I.1 Présentation du contexte...2 I.2 Le bassin versant de la Bièvre... SOMMAIRE I Objet de la consultation - Dispositions générales... 2 I.1 Présentation du contexte...2 I.2 Le bassin versant de la Bièvre...2 II Mission du prestataire... 3 II.1 Objet de la mission...3 II.2

Plus en détail

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE I - PRINCIPE La chromatographie est une méthode physique de séparation de mélanges en leurs constituants; elle est basée sur les différences d affinité des substances à

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

L évidence écologique Une station d assainissement où il fait bon se

L évidence écologique Une station d assainissement où il fait bon se PHYTOREM S.A. L évidence écologique Une station d assainissement où il fait bon se Le BAMBOU-ASSAINISSEMENT Le Procédé Sol EFFLUENTS EXPORTATION VERS LA TIGE Chaume ou tige Pollution organique et minérale

Plus en détail

LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand

LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand 22 09 2010 VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand Mathieu BOOGHS Guillaume COUEPEL Caroline COUFFIGNAL Aurore DESGROUX Morgane GRASSELLY Estelle PAULHIAC LIVRET D AMENAGEMENT Vulgarisation d une

Plus en détail

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs La gestion du ph du sol Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval Le chapitre 3 Les rédacteurs Anne Vanasse (responsable) Marc Hébert Lotfi Khiari Sébastien Marchand Abdo Badra Hélène Moore 1 Introduction

Plus en détail

SHAMPOOINGS ET SOINS REPIGMENTANTS GUIDE TECHNIQUE

SHAMPOOINGS ET SOINS REPIGMENTANTS GUIDE TECHNIQUE SHAMPOOINGS ET SOINS REPIGMENTANTS GUIDE TECHNIQUE Une alternative naturelle aux colorations traditionnelles 7 couleurs déclinées en 7 shampooings et 7 soins > Pour apporter des reflets aux cheveux naturels,

Plus en détail

Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement

Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement A l initiative de François Loos Ministre délégué à l Industrie Page 1 Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

PLAN DEVELOPPEMENT EXPLOITATION - DESCRIPTION DE L EXPLOITATION REPRISE - 1 Caractéristiques globales LES FACTEURS DE PRODUCTION Productions SAU FONCIER Mécanisé (en %) Irrigué (O/N) Autres Observations

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE Questionnaire Lycée Ce musée vous offre une approche de l Eau dans toute sa grandeur. A vous de faire connaissance avec cet élément naturel. 1) Origine de l eau SALLE DES EAUX DU MONDE Vous vous aiderez

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail

L assurance récoltes en France

L assurance récoltes en France P A C I F I C A - A S S U R A N C E S D O M M A G E S L assurance récoltes en France Colloque FARM - Pluriagri du 18 décembre 2012 Thierry LANGRENEY Directeur général de Pacifica L assurance, un outil

Plus en détail

Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité. Alain VICAUD - EDF Division Production Nucléaire

Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité. Alain VICAUD - EDF Division Production Nucléaire Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité 1 Les circuits d eau d une centrale thermique Circuit secondaire Appoint Circuit primaire Circuit tertiaire Purge

Plus en détail