De Garches à Rueil... Votre conseiller général en direct

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De Garches à Rueil... Votre conseiller général en direct"

Transcription

1 De Garches à Rueil... Journal officiel d informations cantonales N 1 - Mai 2005 Chère Madame, Cher Monsieur, Le rôle du Conseil général est mal connu, pourtant cette collectivité intervient, chaque jour, pour faciliter notre vie quotidienne, soutenir les communes et conduire une politique dynamique dans un certain nombre de domaines dont la compétence lui a été confiée par les lois de décentralisation : les collèges, la politique sociale et sanitaire, les actions en faveur du handicap, les grandes voiries et transports collectifs, en soutien de la Région, l environnement et le développement durable, mais aussi les initiatives nombreuses dans le domaine des activités économiques, de l emploi, de la culture, de la jeunesse et des sports. Conseiller général de Garches et de Rueil Sud, j ai voulu mieux vous informer de l action conduite par l exécutif départemental, présidé par Nicolas Sarkozy, et des retombées directes et indirectes que j ai pues obtenir pour nos deux villes. Ce journal est la concrétisation de ce souci d information et de concertation et j essaierai de le faire paraître deux fois par an, en mai et novembre. Je tiens à remercier les annonceurs qui permettent cette édition. Il est important que vous sachiez que notre Conseil général a voté son budget, sans augmentation des taux de la fiscalité locale. La ville de Rueil a fait de même et j ai pu, à Garches, limiter cette évolution à 1 %, soit mieux que l inflation attendue à 2,1 % et, surtout, que la plupart des communes et des départements dont la fiscalité va progresser de plus de 3 %, sans parler des Régions qui ont voté des progressions allant jusqu à 54 %, ce qui est injustifié et injustifiable. Nous avons la responsabilité de l argent public, c està-dire de celui de nos concitoyens. Nous devons avoir à cœur de répondre aux demandes de nos habitants, de défendre les intérêts de nos collectivités tout en conduisant la politique de rigueur que nous attendons tous de l État comme de nos divers partenaires. À QUOI SERT LE CONSEIL GÉNÉRAL? Le Conseil général est mal connu des Français. Pourtant cette assemblée joue, au niveau du département, le même rôle que le Conseil municipal à l échelle de la commune. Ses décisions et ses engagements financiers ont des répercussions sur notre vie de tous les jours. De plus, depuis les lois de décentralisation, le Conseil général a vu ses compétences et ses pouvoirs accrus dans de nombreux domaines : SOLIDARITÉ L action sanitaire et sociale ainsi que la solidarité représentent plus de 50 % du budget de fonctionnement avec le R.M.I., la P.M.I., l action pour les familles, l aide aux personnes en difficulté, aux plus défavorisés et aux handicapés, le soutien au fonctionnement des crèches, le maintien à domicile du 3 ème âge, l aide au secteur hospitalier et au samu ÉDUCATION AMÉNAGEMENT LOGEMENT EMPLOI Il a la charge de construire, rénover, entretenir, équiper et faire fonctionner les collèges. Le Conseil général s est aussi engagé dans la lutte contre l échec scolaire, la sécurité dans les établissements et les activités péri-scolaires. Le Conseil général construit et entretient les routes départementales et les ponts. En outre, l État nous a chargés de la rénovation des routes nationales (Nationale 307 à Garches et RN 13 à Rueil avec «la Boule»). Il participe aussi au comblement du déficit des transports publics (65 M par an), finance et entretient les grands collecteurs d assainissement (comme le Sèvres-Achères) pour permettre le traitement de nos eaux usées et éviter les rejets en Seine. Il complète l action de l État pour le logement aidé avec des aides importantes à la construction et à la réhabilitation. Il assure aussi la gestion directe de appartements de l Office départemental d H.L.M. Le 92 est un département pilote pour ses actions dans le domaine de l emploi : financement de stages pour les demandeurs d emploi avec l A.N.P.E., formation professionnelle des jeunes, stages de reconversion, mais aussi aide aux créateurs d entreprises et aux P.M.E/P.M.I. exportatrices. ENVIRONNEMENT Réalisation de nombreux parcs et jardins départementaux, aides aux commu- PATRIMOINE nes pour l achat de terrains à protéger, soutien à l Office National des Forêts et aux maisons de la nature. Sauvegarde de musées (Sceaux, Vallée aux Loups ). Jacques GAUTIER Premier vice-président du Conseil général des Hauts-de-Seine CULTURE JEUNESSE ET SPORT L action en faveur des jeunes, de la culture, des sports et des loisirs : aides financières importantes aux communes pour la construction d équipements culturels, sportifs et de jeunesse. Dans ces domaines : subventions de fonctionnement aux villes, associations et clubs. Les États généraux p. 2 et 3 Le budget p. 5 Le Parc Naturel Urbain p. 6 Des travaux de grande envergure p. 7 et 9 Patrick OLLIER - Frédéric LEFEBVRE : le mot de vos élus p. 11 Le journal officiel d informations cantonales Directeur de la publication Jacques Gautier Comité de rédaction Jacques Gautier Photographes Service photo Conseil général Édition - Publicité - Maquette, mise en page CRÉA FLASH 14-16, rue Esther-Cuvier Les Lilas La reproduction, même partielle, de tout document contenu dans cette revue n est pas autorisée et peut entraîner des poursuites judiciaires en cas de non observation de cette clause. Nos annonceurs sont responsables des documents qu ils nous confient pour reproduction, en ayant soin, notamment, d acquitter les droits y afférents s il y a lieu. En aucun cas, l éditeur ne pourra être poursuivi à la place d un annonceur pas assez prudent et n ayant pas respecté cette clause.

2 De Garches à Rueil... LES ÉTATS GÉNÉRAUX Une consultation tous azimuts Afin de mieux connaître les priorités que souhaitaient voir retenues nos concitoyens et partenaires, le Conseil général, à l initiative de Nicolas SARKOZY, a organisé une consultation dans plusieurs directions : «les États généraux» qui ont permis de recueillir l avis de : Source : Service photo foyers, consultés par questionnaire : taux de réponse de 10 % élus, consultés par questionnaire : taux de réponse de 20 %. 36 maires, invités à des entretiens individuels : 34 entretiens réalisés de plus d une heure agents, consultés par questionnaire : taux de réponse de 53 %. 14 ateliers thématiques, organisés avec les partenaires du Conseil général (entreprises, associations, professionnels ) : participants. Éclairée par cette consultation, l Assemblée départementale a pris, les 20 et 21 janvier derniers ses responsabilités présentant un plan d action pour les cinq prochaines années et a retenu six axes prioritaires. 1 - Donner davantage de choix à chacun dans sa vie quotidienne Le Conseil général doit mieux aider les jeunes actifs à concilier leur vie familiale et leurs responsabilités professionnelles. Il a donc pris la décision d accroître et de diversifier les solutions de garde pour les enfants en bas âge. Une aide financière ciblée sur le recours aux auxiliaires parentaux, c est-à-dire les personnes employées au domicile des parents, sera mise en place. D un montant de 100 par mois, soit par an, elle sera versée sous condition de ressources aux foyers qui peuvent justifier de l emploi d une personne à leur domicile pour la garde d enfants âgés de 3 mois à 3 ans. Il engagera également un plan d augmentation du nombre de places en crèches. L effort consenti par le département se déploiera, sans exclusive, en direction aussi bien des crèches publiques que des crèches associatives, privées ou d entreprises. L objectif est de favoriser la création de places nouvelles à horizon de 5 ans, soit une augmentation de 20 % des capacités d accueil actuelles. Son action en faveur des personnes âgées se doit par ailleurs de mieux prendre en compte la préférence légitime des personnes dépendantes et de leur entourage pour le maintien à domicile. Le Conseil général améliorera les soins aux personnes âgées très dépendantes, en prenant en charge un supplément de 30 heures par mois d intervention à domicile. Il accompagnera l effort d adaptation de l habitat aux situations d invalidité, en instituant une aide à l équipement du logement lors de l entrée dans l A.P.A. (Allocation Personnalisée d Autonomie). Il améliorera enfin la reconnaissance de l implication des proches dans l accompagnement des personnes âgées dépendantes, en doublant l allocation mensuelle qui leur est actuellement versée (elle passerait de 150 à 300 ). L hébergement en institution restant incontournable pour bon nombre de personnes âgées en situation de très grande dépendance, le département poursuivra, en outre, ses efforts en faveur de la mise à niveau des établissements du département. La liberté de choisir son mode de vie, cela implique aussi de donner la possibilité aux personnes handicapées de vivre parmi nous. Le Conseil général se fixe pour objectif d être exemplaire en matière d accessibilité, qu il s agisse de ses locaux, de ses routes ou de ses emplois. Dans les collèges du département, il créera les conditions favorables à l accueil de tous les enfants handicapés aptes à suivre une scolarité en milieu ordinaire. Son but est d aménager au moins un collège dans chaque commune d ici à Investir pour notre cadre de vie Investir pour notre habitat et notre logement tout d abord. Notre population augmente et nombreuses sont les familles qui attendent un logement. La collectivité départementale doit donc porter une attention particulière à l accroissement de l offre de logements. La construction de nouveaux logements à loyers modérés sera relancée à raison de opérations nouvelles par an, soit de plus qu au rythme actuel. Cela se fera de manière équilibrée, sans densification excessive. Pour beaucoup de nos concitoyens, l accès à la propriété demeure par ailleurs une aspiration profonde. Le Conseil général développera l accession sociale à la propriété. Au cours des 5 prochaines années et dans les villes, où la proportion de logements sociaux est importante, il expérimentera un programme d accession sociale avec pour objectif la vente de logements à leurs occupants. Pour appuyer la réalisation de ce programme, il dopera le mécanisme du prêt à taux zéro en finançant une tranche complémentaire à celle prise en charge par l État. Investir pour notre environnement et notre qualité de vie ensuite. La collectivité départementale doit s impliquer plus fortement dans la valorisation du patrimoine naturel départemental en même temps que dans la prise en compte des enjeux du développement durable. Une promenade verte reliant tous les parcs du département et intégrant les berges de la Seine sera créée avant dix ans. Elle sera le fil directeur d un vaste circuit d itinéraires piétonniers et cyclables. L objectif de ce projet majeur est que tous les habitants du département résident à moins d un quart d heure d un espace de nature. Une politique d agrandissement des espaces verts, notamment dans le Nord du département, confortera ce programme d investissement. C est ainsi encore que le Conseil général apportera sa contribution à la réduction des gaz à effets de serre, en élaborant un «plan climat» territorial qui déclinera dans les Hauts-de-Seine les engagements internationaux pris par la France. 3 - Permettre à chaque allocataire du R.M.I. de vivre de son travail En un peu plus de dix ans, le nombre des allocataires du R.M.I. a été multiplié par quatre dans le département. Plus de la moitié sont dans le dispositif depuis plus de deux ans. L Assemblée départementale ne peut pas se résigner à cette situation. L emploi doit être remis au centre des politiques d insertion du département. Le Conseil général lancera dès cette année un appel d offres auprès d opérateurs de placement de reclassement dans l emploi, y compris des organismes privés. L objet de cet appel d offres sera l accompagnement personnalisé vers l activité d un échantillon représentatif de la population départementale des allocataires du R.M.I. Si les résultats obtenus se révélaient encourageants, il pourrait alors envisager la généralisation progressive de ce dispositif. La collectivité départementale convoquera systématiquement les personnes se trouvant dans le R.M.I. depuis plus de 3 ans pour évaluer précisément leur situation. Elle instaurera une incitation financière pour les allocataires qui retrouveraient le chemin de l emploi. Elle prendra la forme d une prime versée à ceux qui signeront un contrat de travail, créeront leur entreprise ou s engageront dans une formation professionnalisante susceptible de déboucher sur un emploi. Cette prime aidera à faire face aux premières dépenses induites par le retour à une activité. 4 - Faciliter la mobilité et les déplacements dans le département et la région Le département est déjà engagé dans cinq opérations prioritaires prévues au contrat de plan État-Région. Il s agit du prolongement des tramways T2 (Porte de Versailles/Issy-les-Moulineaux/La Défense) et T1 (Noisy-le-Sec/Asnières- Gennevilliers), de la nouvelle ligne de 2

3 De Garches à Rueil... tramway Châtillon-Vélizy-Viroflay et de la prolongation des lignes 13 et 4 du métro (respectivement vers Gennevilliers et Bagneux). Ces chantiers sont pour la plupart enfin entrés dans une phase opérationnelle. Ils devraient accroître à moyen terme (horizon ) la desserte du département en transports collectifs. Cela représente pour notre collectivité un engagement de plus de 150 M sur les cinq prochaines années. C est un effort considérable. Concernant les transports collectifs, le Conseil général prendra deux initiatives. Il mettra à l étude un nouveau projet de liaison intradépartementale en transports en commun. Sans que cette option soit la seule envisageable, cette liaison pourrait par exemple relier Antony à Clamart en passant par Le Plessis. Le Conseil général accélèrera le programme de réaménagement des principaux axes routiers desservis par les lignes de bus, afin d améliorer la régularité du service tout en réduisant les temps de trajet. Concernant le réseau routier, l ensemble des opérations requises par l aménagement complet de la RD 7, qui longe les berges de la Seine, sera lancé avant la fin de la mandature. 5 - Assurer la réussite scolaire de tous les enfants du département Le département a la responsabilité de la construction et de l entretien des collèges. Il a également développé des actions scolaires en complément des enseignements dispensés par l Éducation nationale. Il offrira à toutes les familles du département la possibilité de voir leurs enfants, scolarisés dans les collèges du département, bénéficier d un encadrement jusqu à 18 heures. Les activités proposées privilégieront l accompagnement à la scolarité, sans exclure toutefois des occupations moins directement en rapport avec les enseignements dispensés pendant les heures de classe comme les activités artistiques, culturelles ou sportives. Les journées des élèves étant déjà bien longues, la priorité nous semble cependant qu ils n aient pas encore trop de devoirs à faire une fois rentrés chez eux. Le Conseil général expérimentera des internats d excellence destinés aux élèves méritants issus de milieux modestes. Le fait pour ces élèves de pouvoir résider la semaine à proximité immédiate de leur collège et de bénéficier d un encadrement continu, contribuera à améliorer leurs résultats scolaires et à renforcer leurs chances de promotion sociale. Enfin, le département fera appel au Pôle Léonard de Vinci pour aider des jeunes issus de milieux défavorisés à accéder aux formations supérieures longues et à réussir leurs études. Le Conseil général ajoute que l effort d investissement du département en faveur des collèges restera très soutenu. Il y consacrera chaque année une enveloppe de 100 M, soit 500 M sur les cinq prochaines années. Il engagera, de plus, un programme de connexion de toutes les salles de classe à l internet. Son objectif est de l avoir mené à bien avant la fin de l année Innover pour préparer l avenir en renforçant l attractivité du département Le Conseil général concentrera ses efforts sur quatre projets stratégiques, pour mieux mobiliser encore le potentiel économique et scientifique de notre département ainsi que ses ressources foncières. Premier projet : le développement des pôles de compétitivité. Le but est de stimuler l effort d innovation et la création d activités nouvelles en favorisant, autour d un domaine industriel ou technologique précis, le rapprochement entre entreprises, laboratoires de recherche et établissements de formation. Deuxième projet : l aménagement de la Boucle Nord, qui concentre les principales réserves foncières du département. Le Conseil général s affirmera comme le chef de file du plan d aménagement de ce secteur qui inclut notamment le stade Yves du Manoir et le port autonome de Gennevilliers. On peut imaginer de nouvelles activités, de nouveaux logements, de nouveaux espaces verts. Troisième projet : la consolidation de l avenir du site de la Défense. Ce site est un atout considérable. Il a désormais atteint sa maturité et la collectivité départementale doit veiller à ce qu il ne décline pas, en améliorant les performances de l exploitation de la dalle et en préservant la diversité des activités qui s y déploient. Le projet d enfouissement de l avenue Charles de Gaulle est à cet égard stratégique. Quatrième projet : le déploiement d un réseau de télécommunications à très haut débit irriguant les collèges, les lycées, les établissements d enseignement supérieur, les principales administrations et les zones d activités économiques du département. Il s agit de l un des facteurs clefs de la compétitivité et de l attractivité d un territoire aux yeux des investisseurs. Dès septembre 2005 : 70 par enfant scolarisé en 6 ème Dans le cadre des États généraux, les familles des Hauts-de-Seine ont été nombreuses à souhaiter que les collégiens bénéficient d une meilleure prise en charge, le soir après les cours et le mercredi après-midi. Pour répondre à cette attente, il a été décidé de mettre en place, dans tous les collèges qui le souhaiteront, des études surveillées pour les élèves de 6 ème à la rentrée prochaine. Si cette mesure rencontre le succès attendu, elle pourrait être progressivement étendue aux autres niveaux de classe. De plus, un forfait de 70 sera accordé pour chaque enfant scolarisé en 6 ème afin de leur permettre de bénéficier, en liaison avec les mairies, d activités culturelles, sportives ou de loisirs, après l école ou le mercredi. Les conditions d application de cette mesure, qui s adresseront à tous les enfants sans restriction, seront définies dans les prochains jours avec la volonté de faire simple et pratique ; certainement avec une inscription via internet du collège et un paiement directement par le Conseil général auprès de la commune ou de l association partenaire. À terme, l effectif concerné dans les collèges publics et établissements privés sous contrat d association, pourrait être de élèves. En année pleine, si tous les élèves utilisent leur coupon de 70, c est une aide de 5 millions d euros qui sera ainsi débloquée. Le Conseil général demande à l État la création d une agence foncière départementale Dans le cadre de la révision du Schéma Directeur d Île-de-France, certains départements, dont le 92, ont demandé à l État la création d agences foncières. Pour les Hauts-de-Seine, cet établissement public foncier permettrait, en soutien des communes, de disposer d un instrument efficace pour réaliser des réserves foncières et permettre un développement équilibré du logement, notamment social. Dans son intervention, Nicolas SARKOZY a rappelé : «c est notre rôle, tel qu il est ressorti des États généraux, d agir avec volontarisme pour compenser les inégalités, mutualiser les ressources et les mettre à disposition des communes à l intérieur du département. Cet organisme va permettre de porter le foncier qui ne peut être financé par les communes pour éviter qu il n y ait que du standing ou du siège social». Nicolas SARKOZY a indiqué que le Conseil général des Hauts-de-Seine était favorable à ce que la Région d Île-de-France soit représentée dans le Conseil d administration de cet établissement logements sociaux des Hautsde-Seine vendus à leurs occupants À l initiative du président SARKOZY, le Conseil général a décidé de mettre progressivement sur le marché logements sociaux qui seront vendus à leurs occupants. Cette mesure sera réservée aux primo-accédants et bénéficiera d une aide du Conseil général afin de proposer des prêts à taux zéro aux candidats à l accession à la propriété. De plus, les prix seront fixés sur la base de 80 % du prix moyen du marché. D ici la fin de l année 2005, le Plessis-Robinson et Suresnes expérimenteront cette initiative. Cette mesure n excédera pas 10 % du parc total et parallèlement, le Conseil général s est fixé pour objectif de construire à logements sociaux par an dans les Hauts-de-Seine. Pour éviter la densification, l Agence foncière départementale (dont le Conseil général a demandé la création) sera chargée d acquérir les grands terrains aujourd hui non utilisés par l État, les collectivités et les entreprises. Par ailleurs, le président du Conseil général s est engagé sur la construction d un logement social de qualité répondant notamment à la norme HQE (haute qualité environnementale). 3

4 Entreprise Générale de Plomberie DEVIS GRATUIT sans engagements Un artisan plombier à votre service 7 jours sur 7 INTERVENTION RAPIDE POUR TOUTE URGENCE GARCHES - RUEIL-MALMAISON PLOMBERIE INSTALLATION CHAUFFAGE REPARATION RENOVATION DEPANNAGE - Recherche et réparation de fuite - Réparation toutes marques de robinetterie - Réparation et Remplacement de SaniBroyeur (SFA) - Inspection vidéo de canalisations INTERVENTION SUR TOUS DEBOUCHAGES DE CANALISATIONS ET DE SANITAIRES 14, rue Guynemer GARCHES Tél. : Partenaire des collectivités locales BUREAU VERITAS Agence des Hauts-de-Seine 18 boulevard de l Hôpital Stell RUEIL MALMAISON tél : Fax : e.mail : Des managers et des équipes spécialisées implantés dans les Hauts-de-Seine pour des prestations techniques et de solutions dans les domaines de la certification, de l évaluation de conformité, du conseil et de la formation. Quelques références de l agence : Coordination SPS - ESSO - GFF - Banque Populaire Contrôle Technique - Cœur Défense - Syctom - Plaza Défense Exploitation - Orange - IBM - Auchan

5 De Garches à Rueil... Budget 2005 : pas d augmentation des taux de la fiscalité départementale Les 25 et 26 mars, le Conseil général a adopté, à une large majorité, son budget Le président Nicolas SARKOZY avait fixé 3 objectifs prioritaires : - limiter la croissance des dépenses de fonctionnement, - ne pas aggraver la pression fiscale sur les ménages et les entreprises, - réaliser un travail de «priorisation» des dépenses d investissement. Tout cela dans le respect des engagements passés, mais en prenant en compte le résultat des États généraux. Les élus et les services ont répondu à cette feuille de route et le budget de fonctionnement, présenté par Jean-Claude CARON, Rapporteur général du budget, s élève à 1,07 milliard d euros et ne progresse que de 2,4 % par rapport à C est-à-dire, juste un peu plus que l inflation, alors que les dépenses dans le domaine du social mais aussi des ressources humaines (à effectifs constants) évoluent de plus de 4 %. De plus, 10 millions d euros ont été engagés pour prendre en compte, à partir de septembre prochain, les nouvelles priorités issues des États généraux. Il a donc fallu réaliser des diminutions de crédits et de gains de productivité dans un certain nombre de domaines. C est ainsi que le budget de la communication a baissé de 13 %, que les dépenses courantes de fonctionnement des services ont reculé de 9 %. Les réductions ont été étudiées au cas par cas, en fonction des consommations de crédits 2004, mais aussi des besoins appréciés au plus juste. Par contre, les interventions dans le secteur de la vie sociale, le développement de l emploi, la formation professionnelle, les actions éducatives et économiques et l habitat, ont été maintenues ou augmentées. En investissement, le Conseil général a voté 366 millions d euros de crédits dont 113 millions d euros pour les collèges et cités scolaires, 76 millions d euros pour les infrastructures et les déplacements (notamment les transports en commun), 42 millions d euros pour le logement (particulièrement social), 39 millions d euros pour l environnement et le cadre de vie, 16 millions d euros pour la rénovation urbaine et la politique de la ville. La totalité de ces engagements représente 20 millions d euros d investissement de plus qu en Parallèlement, l encours des dettes a été réduit de 191 millions d euros à fin 2004 et ramené à 408 millions d euros. Les besoins d emprunts prévisionnels seront limités à 219 millions d euros contre 230 millions d euros en Mais surtout, Nicolas SARKOZY et la majorité départementale ont tenu leurs engagements et ce budget volontariste a été voté sans augmentation des taux des impôts départementaux, contrairement aux Régions qui, sous des prétextes politiques, ont fait évoluer leur fiscalité de plusieurs dizaines de pour cent et à la moyenne des Conseils généraux de France dont les taux progressent de plus de 3 %. RÉPARTITIONS DES DÉPENSES RÉELLES DU BUDGET PRIMITIF 2005 RÉPARTITIONS DES RECETTES RÉELLES DU BUDGET PRIMITIF 2005 SECTION DE FONCTIONNEMENT RECETTES = 1 320,00 M DÉPENSES = 1 075,60 M ÉPARGNE BRUTE = 244,40 M CHARGES FINANCIÈRES = 37,60 M DOTATIONS AUX AMORTISSEMENTS = 103,30 M RECETTES D ORDRE EN ATTÉNUATION = 6,70 M AUTOFINANCEMENT = 110,23 M SECTION D INVESTISSEMENT RECETTES = 58,00 M DÉPENSES = 363,80 M CHARGE DE LA DETTE = 124,90 M AMORTISSEMENTS = 103,30 M AUTOFINANCEMENT = 110,23 M EMPRUNT = 217,20 M 5

6 De Garches à Rueil... LE PARC NATUREL URBAIN De quoi s agit-il? Il s intègre dans un réseau de liaison écologique qui organise la préservation, la mise en réseau et l ouverture au public d espaces naturels considérés comme fragiles. À ce titre, il est un axe stratégique du schéma des espaces naturels sensibles des Hauts-de-Seine ainsi qu un axe transversal de coulée verte qui va du nord avec les berges de Seine au sud au bois de Verrières en passant par des forêts domaniales. Le périmètre concerne habitants et couvre environ 890 hectares : 700 hectares sur la commune de Rueil-Malmaison, 150 sur la commune de Vaucresson et 40 sur la commune de Garches. Véritable transition entre la nature et la ville, cet espace nécessite toute notre attention afin de mettre en place une pratique de gestion innovante tenant compte du passé prestigieux du secteur et de son potentiel pour l avenir. Quels sont les objectifs? Protéger : - Préserver le patrimoine - Respecter la diversité et la mixité des milieux - Assurer une fréquentation maîtrisée. Mettre en valeur : - Mettre en valeur le patrimoine naturel, architectural, paysager, historique et culturel. - Maintenir de l activité économique sur le site. Fédérer, sensibiliser : - Sensibiliser et éduquer à l environnement - Fédérer les volontés pour travailler en concertation avec tous les acteurs. Pourquoi un Parc Naturel Urbain? Le Parc Naturel Urbain est le fruit de la volonté commune de Patrick OLLIER, député-maire de Rueil-Malmaison, de Virginie MICHEL- PAULSEN, maire de Vaucresson, de Jacques GAU- TIER, maire de Garches et de sa collègue Odile FOURCADE, vice-président du Conseil général des Hauts-de-Seine, chargé de l Environnement. Ils se sont engagés ensemble pour le développement durable d un territoire à forte valeur patrimoniale et tout naturellement l Office National des Forêts, l Agence des espaces verts et les Voies navigables de France ont été partenaires. Le projet associant, animation, préservation de l environnement, et maintien d activités économiques a pour ambition d offrir à tous une meilleure qualité de vie. Le Parc Naturel Urbain vise à mettre en valeur les lieux dans toutes leurs dimensions : paysage, écologie, développement local, urbanisme, histoire, culture. Situé au cœur de la zone urbanisée et intégrant forêts, prairies, zones humides, jardins ou anciens vergers ; Le Parc Naturel Urbain propose une nouvelle approche de la gestion patrimoniale dans la ville. De plus, lieu d équilibre et de bien-être entre la ville et la campagne, il contribue à forger l identité des Hauts-de-Seine. La richesse de cet espace s organise autour de : Son patrimoine naturel et paysager : du nord au sud la plaine des Closeaux, les parcs de la petite Malmaison, de Bois Préau, de la Malmaison, le vallon des Gallicourts, la forêt domaniale de la Malmaison, le Haras Lupin à Vaucresson, des espaces boisés des collèges Passy Buzenval et Danielou, le golf de Garches et le bois Davaine constituent un patrimoine de qualité très diversifié. Son patrimoine architectural : Les nombreux édifices de qualité qui animent le paysage du Parc Naturel Urbain : hôtels particuliers, villas, grands équipements ont généralement été construits pendant la période des années Ils retiennent l attention non seulement par la qualité souvent exceptionnelle de leur architecture mais aussi par la diversité des styles qui ont inspiré leurs maîtres d œuvre. Cet aspect du site s illustre particulièrement au niveau des lisières. Le bâti plus dense qu au centre du parc présente une originalité architecturale. L agencement de certains lotissements participe à la qualité de vie du site. Aujourd hui, il s agit donc de donner des réponses contemporaines dans le sens de la préservation et de la valorisation du patrimoine à ce territoire. Dans cette perspective, il est important en amont, de discerner et de faire ressortir les caractéristiques et les signes qui singularisent et qualifient les différentes composantes de cet espace. Les partenaires pourront alors initier une politique de développement durable, c est-à-dire un développement qui intègre les enjeux économiques sociaux et environnementaux, s inscrit dans la durée et répond aux aspirations de la population. 6 Parc Davaine Quel fonctionnement? La mise en œuvre du Parc Naturel Urbain repose sur l action cohérente de différents partenaires institutionnels : les communes de Rueil-Malmaison, Vaucresson et Garches, l Office National des Forêts, Voies navigables de France, l Agence régionale des espaces verts et le Conseil général des Hauts-de-Seine. Cette cohérence se traduira par un réel partenariat technique et financier. Le concept de Parc Naturel Urbain ne répond pas à une exigence juridique précise dans la forme. Il relève d une démarche de libre contractualisation. Un document contractuel élaboré en concertation avec la population fixe les objectifs de développement, les modalités de fonctionnement et de mise en œuvre. La vocation de ce document n est en aucun cas d interdire mais au contraire de définir un projet collectif pour l ensemble des parties prenantes. Le financement des achats de terrains, aménagement, fonctionnement est principalement assuré par la taxe départementale des espaces naturels sensibles gérée par le Conseil général des Hauts-de-Seine. Un comité de pilotage composé d élus se réunit trimestriellement afin de réfléchir et de programmer les actions à mener ensemble. Relations presse : Sabine Deroche, Sophie Vivé, Gwenola Sappin : Contacts : Isabelle Jolly-Gojon :

7 La déviation de Buzenval De Garches à Rueil... (Route Départementale 180) prête à l emploi Véritable exception dans notre département, la déviation de Buzenval est une voie nouvelle qui a pris corps en 2003 au cœur de ce quartier historique de Rueil-Malmaison. Venant de la route de l Empereur, la Route Départementale 180 se poursuivait de la place Henri Régnault jusqu au bas de la rue des Suisses à Garches en passant par la rue du colonel de Rochebrune. Les libérations foncières obtenues dans l emprise de la déclaration d utilité publique, le projet de déviation de la RD 180 a commencé à se concrétiser après de très nombreuses réunions et concertations. La première tranche des travaux a consisté à réaliser cette nouvelle trouée depuis la rue de l Yser jusqu au chemin des Suisses, et à réaménager le chemin des Suisses, le carrefour Suisses/ Buzenval/Rochebrune, et la rue Alexandre Dumas. La prise de possession des terrains par le département a été suivie des travaux des divers concessionnaires. La mise en œuvre des travaux de voirie a commencé par la réalisation d un ovoïde T180. Cet ouvrage, posé à plus de 6m de profondeur sur tout le linéaire de la voie, constitue le nouveau réseau d assainissement du quartier. L aménagement de surface a consisté à créer un axe de circulation d une voie dans chaque sens de circulation, de larges trottoirs, une piste cyclable totalement sécurisée. La pose des candélabres et la plantation des arbres ont fini de donner vie à cet aménagement. Cette première tranche de travaux s est terminée en janvier La rue Alexandre Dumas devient la rue du maréchal Leclerc de Hauteclocque, prolongée désormais jusqu à la rue du colonel de Rochebrune en limite de Garches. Depuis un peu plus de 3 mois, la deuxième tranche a débuté. Elle va permettre d aménager le carrefour Montbrison/ Hauteclocque par la création d un rond-point, et la section de la rue du maréchal Leclerc de Hauteclocque de Montbrison à la place Henri Régnault. Cette section sera le parfait prolongement de la première tranche et son aménagement a été validé lors d une nouvelle réunion de quartier le 29 janvier dernier. Le Conseil de village de Buzenval finalisera les derniers arbitrages de stationnement. La déviation sera alors réalisée. L opération, hors acquisitions foncières, aura nécessité 8,4 millions d euros d investissement. Au-delà, le département réaménagera la rue de Buzenval selon les souhaits de la ville de Rueil (la concertation va s engager) et déclassera cette voirie qui deviendra municipale. Ancienne rue A. Dumas Aménagement de la RD 907 à Garches Dans le cadre de sa politique de régénération des arbres d alignement, le département a réalisé un bilan phytosanitaire de ceux situés sur l avenue du Général de Gaulle à Garches. Du côté impair, l alignement est constitué de différents platanes dont l état est satisfaisant. En revanche, les diverses essences qui avaient été plantées du côté pair sont en mauvais état sanitaire. Au regard de ces éléments, une réflexion a été menée pour remplacer les arbres malades par une nouvelle essence mieux adaptée à l environnement : le choix s est porté sur des sophoras. Des grilles en fonte protégeront chaque arbre et les distances les séparant seront modifiées. Ceci permettra de créer Réfection des trottoirs et pose de nouvelles bordures des conditions favorables de développement et rendra plus facile le passage des véhicules des riverains. En conséquence, les trottoirs seront totalement réaménagés. Les travaux, dont le coût total est de TTC, ont été engagés en début d année selon un calendrier en 4 phases : abattage janvier 2005, plantation en mars 2005, abattage automne 2005, plantation printemps 2006, abattage été 2006, plantation automne 2006, abattage été 2007, plantation automne Route Départementale 907, bd Raymond Poincaré (côté Marnes-la-Coquette) : aménagement de places de stationnement le long du Parc de Villeneuve l Étang entre la rue C. Davaine et la rue Pasteur afin de répondre au manque urgent de places de stationnement pour l hôpital. Remplacement des arbres abattus. Ces travaux qualifiés d urgent rentrent dans le cadre du comité d axe de la RD 907 (ils correspondent à une partie des aménagements de la section n 10). Aménagement de la promenade verte autour de l hippodrome de Saint-Cloud À la demande des élus de villes riveraines de l hippodrome de Saint-Cloud, le département a réalisé différents aménagements pour la création d une liaison verte située rue du camp canadien et rue de Buzenval à Saint-Cloud. En 2003, les travaux ont concerné la rue du camp canadien : un cheminement mixte piétons-vélos a été conçu le long de cette rue et en limite de l hippodrome de Saint-Cloud. En 2004, la fin de la rue du camp canadien et le début de la rue de Buzenval ont été aménagés dans le prolongement et dans l esprit des travaux précédemment réalisés. Sur les 3000 m 2 d espaces verts du site, une aire de jeux pour enfants a été implantée. Le projet a été étudié de manière à laisser l emprise nécessaire à la réalisation d un rond-point à l emplacement de l actuel carrefour. Le coût de cette opération a été de TTC. En , la poursuite de cette promenade devrait être réalisée, au sud de l hippodrome, (face à Garches) sachant qu à terme le Conseil général a la volonté de réaliser un véritable cheminement tout autour de ce site protégé et vert, en poursuivant ses aménagements à Rueil et Suresnes. 7

8 FICHET MUEL - PICARD - VAK Réparation : Bricard, Fichet, Jpm, Keso, Médéco, Muel, Pollux, Vak,... Réparations serrures en atelier ou à domicile. Remplacement rapide en cas d urgence de cylindres ou de serrures toutes marques. Réféction et entretien de portail. Serrurerie générale. Pose : alarmes, portes blindées, serrures agréées assurances. Volets roulants, menuiserie alu et métallique, barreaudage, grille de défense. Vente, installation et dépannage tous coffres. Sans majoration soir et week-end. Devis et déplacement gratuits DÉPANNAGE 24h/24h - 7j/7 EN OUVERTURE DE PORTE ACCÈS SÉCURITÉ , rue de la Libération à Rueil-Malmaison POURTOUT Du lundi au vendredi de 8h à 12h et 13h30 à 18h30 SERVICE REPARATION TOUTES MARQUES AGRÉÉE : MAIF - MACIF - MAAF - MATMUT Fax : /23, rue Lionel Terray Angle 14/16, rue des Jacinthes RUEIL-MALMAISON Centre Commercial 52, avenue de Fouilleuse RUEIL-MALMAISON PLOMBERIE CHAUFFAGE COUVERTURE PLOMBERIE / CHAUFFAGE Dépannage et Installation Création / Réalisation de Salle de Bain COUVERTURE Dépannage / Entretien Zinc, Cuivre, Tuiles, Ardoises M. Huchon : M. Ruda : , route de l Empereur Rueil-Malmaison - Tél./Fax :

9 Rueil-Malmaison et Garches sont divisées en 2 cantons : De Garches à Rueil... Le canton de Rueil Nord, comprend le centre ville, les quartiers du plateau Mont-Valérien, de la plaine gare, des Martinets-Trianon et Rueil M. Jean-Claude CARON, conseiller général de ce canton, est également maire adjoint de Rueil, vice-président du Conseil général des Hauts-de-Seine et Rapporteur du budget. Le canton Garches, Rueil Sud, comprend la totalité de la ville de Garches, complété, pour Rueil, par les quartiers de Buzenval, la Malmaison- Saint Cucufa, les Mazurières, Bois- Préau, les Closeaux. M. Jacques GAUTIER, conseiller général de ce canton, est également maire de Garches, Premier vice-président du Conseil général des Hauts-de- Seine, et président de l Association des Maires du 92. Pour l année 2005, les efforts conjugués de nos deux conseillers généraux ont permis d obtenir des aides et subventions importantes pour nos deux villes et nos associations. Rueil-Malmaison, au travers de 5 activités communales ou para municipales (Théâtre A. Malraux, les centres culturels, la médiathèque, l école des Beaux Arts et la Fédération des soins à domicile) a reçu de subvention, complétées par pour 49 associations de dimension supra municipale. Garches, percevra (au titre de son centre culturel et de sa médiathèque) et pour 19 associations, dont l activité intercommunale a été reconnue. Pour la Petite Enfance, le Conseil général subventionne les crèches et halte-garderies de nos villes, en fonction du nombre d enfants accueillis dans les établissements. À ce titre, en 2004, Rueil a reçu une prestation complémentaire du Conseil général de et Garches Ces sommes atténuent le déficit important de fonctionnement restant à la charge des communes, malgré la participation des familles et de la C.A.F.. Pour 2005, en raison de la mise en place de la Prestation de Service Unique (P.S.U.), en harmonisation avec la Caisse d Allocation Familiale, le Conseil général a dû modifier les modalités de versement en prenant en compte non plus la journée réelle/enfant, mais l heure réelle/enfant. Cette application d une loi, favorable aux familles, ne changera pas le niveau du soutien du Conseil général à nos villes, mais nécessite un temps d adaptation et la mise en place de logiciels performants entre les divers services. TRAVAUX - SUBVENTIONS Rueil - Boulevard Solferino (RD 39) Réalisés en 2004, début 2005 Fin aménagements parking de surface au droit du Prieuré, sur emprise destinée à l élargissement. Aménagement d une piste de stationnement pour autocars. -Avenue du 18 Juin 1940 (RD 39) Prévu en 2005 : marquages destinés à améliorer la sécurité. - Rue Masséna (RD 180) Acquisition des emprises destinées à l élargissement de la portion allant de la place Richelieu à la rue Eugène Labiche (en cours). Aménagements de sécurité à proximité des écoles - Boulevard de l Hôpital Stell (RD 39) : signalisations, création îlot central sur chaussée sur le trajet des enfants se rendant à l école Albert Camus. - Route de l Empereur (RD 180) Élargissement de trottoirs, aménagement traversées piétons à proximité de l école Pasteur. Prévu en 2005 : feux piétons au droit du collège Jules Verne. Assainissement Collecteur Richelieu Danton : équipements (en cours) Subvention de l étude diagnostique réalisée sur tout le territoire de la commune ( ). Enfouissement de réseaux aériens Subventionnement de toutes les opérations réalisées ou à venir En 2004 : rue Danton, rue Hugues Leroux, rue des Lilas, rue des Marronniers, rue des Folies, rue Diderot, rue Paul Vaillant Couturier. En 2005 : rue Jean Jacques Rousseau, rue de la Procession, rue de l Yser, rue des Cités, rue Gabriel Péri, rue du Général Carrey de Bellemare, avenue des Chateaupieds. De nombreux travaux, réalisés à Garches, ont été rendus possible grâce à des subventions conséquentes du Conseil général des Hauts-de-Seine. Rénovation et agrandissement de la piscine Ces travaux, qui ont débuté fin 2004, devraient s achever à la Toussaint Ils concernent le maintien du bassin actuel à vocation sportive et scolaire, la réalisation du deuxième bassin plus ludique et mieux adapté aux activités familiales et enfin, un mini bassin à destination des tout petits. Ce chantier comprend aussi la refonte totale des bâtiments et décline l accessibilité handicapés, en liaison avec le gymnase des Meuries. Le Conseil général a apporté une subvention de Gymnase des Meuries et tennis Garches Après avoir rénové les écoles de la ville, la commune, avec le soutien du département, a engagé la modernisation des équipements sportifs. C est ainsi qu en 2005/2006, le gymnase des Meuries sera réaménagé au niveau des vestiaires, sanitaires, installations de hammam et sauna et mise en place d une nouvelle circulation pour les personnes à mobilité réduite ( de subvention). L année prochaine, des travaux importants d isolation thermique et phonique seront réalisés dans les grandes salles polyvalentes de l équipement. Dès cette année, 2 cours de tennis, jouxtant le gymnase, seront couverts grâce à une structure gonflable qui sera démontée au moment des beaux jours pour préserver les cours en plein air, en été. Réhabilitation de la R.P.A. «Les Tilleuls» Depuis l été 2004, la résidence des personnes âgées «Les Tilleuls», rue de Suresnes, place de l Église, dépendant de l Office département H.L.M. (financé par le Conseil général) a été totalement ravalée au niveau des façades et des travaux de sécurité ont été réalisés à l intérieur. Cette adaptation de la structure se prolongera en 2005/2006 avec l agrandissement des locaux, notamment au niveau de l ancien Presbytère et une avancée forte dans le domaine de la sécurité passive. Nicolas Sarkozy au Samu de l hôpital Raymond- Poincaré «J irai toutes les semaines dans une commune du département» annonçait Nicolas Sarkozy, président du Conseil général des Hauts-de-Seine, lors de la cérémonie des vœux aux personnalités. Après le Plessis-Robinson, Asnières, Fontenay-aux-Roses, il a visité, le 21 février, le Samu de Garches. Accompagné de Jacques Gautier et de Frédéric Lefebvre, Nicolas Sarkozy a été accueilli par le docteur Michel Baer, le chef du Samu 92 et Michel Péan, directeur de l hôpital Raymond-Poincaré. Il a rencontré le personnel des différentes structures d urgence : le Samu 92, l Association de la Médecine d Urgence 92, le service des ambulances privées et celui du dispositif Biotel. Le président a assuré que le département continuerait à subventionner toutes ces structures. En effet, le département s engage, depuis 1973, à prendre en charge 30% des frais de fonctionnement du Samu, en 2004, il a ainsi versé plus de L Association de Médecine d Urgence des Hauts-de-Seine, qui coordonne les gardes communales des médecins de ville, reçoit de son côté plus de 1,5 million d euros. Cette dernière se charge également de la centrale d écoute du système de téléalarme Biotel 92 auquel près de 5000 personnes âgées sont reliées. Ce dispositif gère appels/an et 3200 envois de moyens médicaux. Un système que Nicolas Sarkozy aimerait étendre dans les Hautsde-Seine 9

10 Centre Commecial 52, avenue de Fouilleuse RUEIL-MALMAISON Votre centre Leclerc vous accueille du lundi au vendredi de 9h à 21h le samedi de 8h30 à 20h30 sans interruption Sur présentation de ce coupon, votre carte définitive vous sera remise. Livraison à domicile ainsi que les commerçants de la galerie marchande Pharmacie - Tabac - Pressing Promo net - Cordonnerie Franck Provost - Photo Phox - La Presse - Les fleurs Optique Visual - Parfumerie une heure pour soi Parapharmacie - Tentation mode féminine WP Sportswear - Chaussures Victory - Leclerc Voyages Maroquinerie Bagasac - Manège à Bijoux et pour la restauration 58, avenue de Fouilleuse RUEIL MALMAISON Tél Site internet : Merci de nous consacrer chaque jour une heure de votre Ambulances de Garches (et communes avoisinantes) Agrément temps Avenance Entreprises, spécialiste de la restauration, se met au service de ses convives afin que le repas soit un moment de détente, de convivialité, d échange et de gourmandise. ambulances climatisées Consultations, sorties, rééducation, hospitalisation, etc. 178, Grande Rue GARCHES TEL : STADE DE LA MARCHE Golf de Saint-Cloud Le stade vous accueille toute l année pour vos réceptions et vos activités sportives, avec : ses 28 courts de tennis (16 TB dont 4 couverts + 12 durs), son école de tennis ses espaces verts. ses 6 terrains de football (location ponctuelle ou à l année), sa salle de réception (200 m2, 150 personnes), 1 bis, Bd de la République MARNES-LA-COQUETTE Tél. : Fax : H O T E L D E S V E N T E S D U PA R C D E S A I N T- C L O U D 160 boulevard du Général de Gaulle Garches (Face à la Gare) VENTE AUX ENCHÈRES PUBLIQUES Les rendez-vous du Jeudi à 9h30 Exposition publique Mercredi de 15h à 19h Estimations gratuites Mardi de 15h à 18h et sur rendez-vous ominique SSELIN Renseignements : Tél. : Fax : Web :

11 LE MOT DE VOTRE DÉPUTÉ S ENGAGER POUR L AVENIR De Garches à Rueil... Patrick OLLIER, maire de Rueil PRIVILEGIER LE DIALOGUE Ces dernières semaines ont été marquées par un climat social tendu. Soucieux d'apaiser des inquiétudes et des impatiences bien légitimes, le Gouvernement a souhaité réagir par la voie du dialogue en apportant des réponses concrètes aux revendications sur le pouvoir d'achat : réouverture des négociations salariales dans la Fonction publique, mise en place dans le secteur privé, d'une prime exceptionnelle d'intéressement en 2005 et relance, par une série de mesures offensives, notamment à destination des P.M.E., des dispositifs de participation et d'intéressement dans les entreprises. PARTAGER LES FRUITS DE LA CROISSANCE Une impulsion dont je ne peux que me féliciter car, en tant que Gaulliste, j'estime équitable que tous ceux qui concourent à la réussite de l'entreprise puissent bénéficier de ses profits ; c'est d'ailleurs pourquoi, comme président de la Commission des Affaires économiques de l'assemblée nationale, j'ai même suggéré au Gouvernement la création d'un dividende du travail annuel, immédiatement disponible sous forme d'argent ou d'actions, et non soumis à l'impôt. Car seule une réponse ambitieuse s'impose, face au souhait légitime des Français d'augmenter leurs revenus et à la nécessité d'améliorer les relations sociales au sein de l'entreprise. RÉFORMER POUR L'AVENIR L'emploi et le pouvoir d'achat ont en tout cas prioritairement guidé notre action au cours des derniers mois : mise en œuvre du plan de cohésion sociale Borloo, harmonisation du S.M.I.C. à la hausse - un seul S.M.I.C. au lieu de six sous le gouvernement Jospin! - relance des grands projets industriels, lancement des pôles de compétitivité, lutte contre les délocalisations, réforme de la loi Galland pour clarifier les pratiques commerciales dans la grande distribution au bénéfice du consommateur et assouplissement des 35H. S'agissant de cette dernière réforme, je souhaite rappeler que la réduction autoritaire du temps de travail imposée par les lois Aubry a conduit à un véritable contresens économique, car en induisant un gel des salaires dans la majorité des entreprises, elle a très largement contribué à la stagnation du pouvoir d'achat des Français, dont nous héritons aujourd'hui. Il fallait réformer! C'est pourquoi j'ai déposé, avec les députés Hervé Novelli, Pierre Morange et Jean-Michel Dubernard, une proposition de loi qui a été adoptée le 22 mars dernier. Tout en maintenant la durée légale du travail, elle va permettre de préserver la compétitivité des entreprises, y compris des petites, et de redonner aux salariés qui le souhaitent la possibilité de travailler plus pour gagner plus, rouvrant la voie du dynamisme et de la confiance dans notre pays. C'est dans cet esprit que pour répondre à nos engagements, nous conduisons les difficiles réformes, sans cesse repoussées par nos prédécesseurs, afin de remettre le pays sur les rails d'un avenir plus serein. Car notre modèle social et notre attractivité économique ne peuvent se défendre que sur des valeurs de progrès et d'ouverture, et non avec une attitude de frilosité et de repli. OUI À UN AVENIR AU SEIN DE L'EUROPE C'est pourquoi, à quelques semaines du référendum sur le Traité Constitutionnel Européen en faveur duquel, à l'u.m.p., derrière son président Nicolas Sarkozy, et aux côtés de Jacques Gautier, je me suis engagé très tôt et activement, je rappelle que l'avenir de la France est au sein de l'europe. Car dans un monde en pleine mutation, où les déséquilibres économiques et sociaux multiplient les conflits politiques et aggravent les menaces terroristes, l'europe constitue un rempart contre le choc des civilisations, une puissance d'humanisme, de paix et d'équilibre. C'est pourquoi je condamne fermement l'attitude irresponsable de ceux qui à des fins politiciennes, manipulent l'opinion en stigmatisant des peurs irraisonnées ou transforment cette échéance en un vote sanction à l'encontre du Gouvernement. OUI À l'avenir DE L'EUROPE! Car l'enjeu du 29 mai est crucial : Si le non l'emporte, ses partisans se retrouveront avec l'europe d'aujourd'hui, ses structures, ses défauts, c'est-à-dire celle-là même qu'ils dénoncent! Souhaite-t-on isoler et affaiblir immuablement la France et contraindre les pays de l'union à vivre à vingt-cinq avec des règles conçues pour quinze? Voter OUI, c'est au contraire doter l'europe d'une organisation permettant le progrès économique, politique et social, et préserver une Europe des États souverains, plus démocratique et plus protectrice de notre spécificité et de nos intérêts. Pour ne pas renier quarante-cinq ans d'histoire, il faut dire OUI à l'avenir de l'europe! U.M.P. RUEIL, GARCHES, SAINT-CLOUD. Réunion Publique sur le Traité Constitutionnel Européen Pour le oui au référendum Le mercredi 18 mai à 20H30 à L'ATRIUM 81, rue des Bons Raisins à Rueil-Malmaison. LE MOT DE VOTRE CONSEILLER RÉGIONAL : Contrairement au Conseil général (qui gère le département), le Conseil régional (dirigé par les socialistes) augmente de 24% vos impôts. Dès lors, que faire? Par Frédéric LEFEBVRE, adjoint au maire de Garches, conseiller régional d Île-de- France Contre l avis unanime du groupe U.M.P., auquel j appartiens, présidé par Roger KAROUTCHI, et du groupe U.D.F., la majorité P.S.-P.C.-Vert du Conseil régional a voté pour l année 2005 une augmentation massive des impôts et de l emprunt : + 35 % d augmentation pour la taxe professionnelle, + 23,5% d augmentation sur les taxes foncières sur le bâti et le non bâti, + 15% d augmentation de la taxe sur les cartes grises, + 31% d augmentation pour l emprunt. Ainsi, les recettes fiscales de la région Îlede-France passeront de 645 en 2004 à 800 millions d euros en Mais, alors que la région diminue ses investissements dans les domaines clés relevant de sa compétence (-42% pour les lycées), à quoi vont servir ces 165 millions d euros supplémentaires prélevés sur les entreprises et les ménages??? L exécutif régional, qui a dissimulé pour causes électorales sa mauvaise gestion, recherche maintenant des boucs émissaires pour justifier son budget 2005 : l État, la décentralisation En réalité, aucun transfert dans le cadre de la décentralisation ne pèse encore sur les finances régionales. Les transferts de charges n auront lieu qu en 2006 et seront - comme le gouvernement l a promis, et comme, maintenant, le prévoit expressément la Constitution - intégralement compensés. En réalité, cette augmentation de 165 millions d euros n est rien d autre que la conséquence de la mauvaise gestion financière de M. HUCHON, et des mesures démagogiques annoncées dans le programme électoral de mars 2004 et concrétisées dans le budget Ainsi, la communication augmente de 25% le coût des locaux du Conseil régional de 26%. Qu on se rassure, la majorité socialiste a fait preuve d imagination en 11 créant pour la «modique» somme de 5 millions d euros une multitude d organismes et observatoires divers (tables rondes sur les projets alternatifs aux plans sociaux, conférence régionale sur le développement économique et l emploi, centre de ressources et d appui à l économie sociale et solidaire, États généraux de l enseignement professionnel, etc ). En réalité, en augmentant de 24% la fiscalité et de 31% l emprunt, la région socialiste solde les ardoises laissées par elle-même, finance à crédit ses promesses électorales démagogiques, et met ainsi dans une situation préoccupante à moyen terme les comptes publics, mais aussi le développement économique de la région Île-de-France. En effet, pour la première fois depuis plusieurs années, le taux de chômage en Îlede-France est supérieur à celui de la moyenne nationale. Et, c est ce moment grave économiquement, que choisit la gauche pour augmenter la fiscalité qui pèse sur les entreprises et les ménages. En augmentant de + 35% le taux de la taxe professionnelle, ce sont 80 millions d euros supplémentaires qui vont être prélevés sur les entreprises, commerçants et artisans de la région Île-de-France. Il ne faut pas laisser dériver les finances publiques au préjudice de la compétitivité des entreprises et du pouvoir d achat de nos concitoyens. Il n y a pas de fatalité. C est bien la maîtrise des dépenses de fonctionnement et la politique d investissement pour renforcer l attractivité du département des Hauts-de-Seine qui lui permet aujourd hui de faire plus, de faire mieux, sans faire peser sur nos concitoyens une charge supplémentaire. Sur votre feuille d impôts, vous payez la part régionale, la part communale et la part départementale. En 2005, le Conseil général des Hauts-de-Seine n augmentera pas ses impôts, et la ville de Garches, en augmentant ses taxes de 1% ne rattrape même pas l inflation. Avec une hausse de 24% de sa fiscalité, la région se distingue. Aujourd hui, comme demain au service de notre département, nous continuerons d agir au quotidien pour le développement de l activité économique de notre Région et, tous les jours, continuerons de dénoncer les gaspillages des socialistes. Malheureusement, cette situation n est pas le résultat de choix politique ou d une vision différente de la société, mais d erreurs de gestion et de promesses démagogiques de son exécutif.

12 [POUR ÊTRE BIEN CHEZ SOI ] Bienvenue chez CAPRI! 75 PARIS 12 ÈME 92 ANTONY BOULOGNE-BILLANCOURT CHÂTILLON 77 CHELLES LAGNY-SUR-MARNE COLOMBES RUEIL-MALMAISON SAVIGNY-LE-TEMPLE MONTEREAU-FAULT-YONNE 93 BONDY NOISY-LE-GRAND ILLUSTRATIONS NON CONTRACTUELLES - CRÉDITS PHOTO : ZEFA- CAPRI RÉSIDENCES - RCS NANTERRE B GUYANCOURT MANTES-LA-JOLIE CHATOU ARPAJON COURCOURONNES GRIGNY LE COUDRAY-MONTCEAUX MORSANG-SUR-ORGE LE PLESSIS-TRÉVISE VILLEJUIF EAUBONNE LES HAUTS-DE-CERGY CORMEILLES-EN-PARISIS MONTIGNY-LES-CORMEILLES

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale PR EM I ER M INI ST R E Gagner la bataille pour l emploi Un nouveau contrat : le Contrat Nouvelles

Plus en détail

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Dossier de presse Le 5 avril 2012 CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Le Conseil général des Hauts-de-Seine et la Ville de Saint-Cloud présentent le projet de valorisation du site Dossier de presse Contacts presse

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Jacques Auxiette et Guillaume Garot visitent des projets financés dans le cadre du Contrat territorial unique de Laval Agglomération Sommaire

Jacques Auxiette et Guillaume Garot visitent des projets financés dans le cadre du Contrat territorial unique de Laval Agglomération Sommaire Jacques Auxiette et Guillaume Garot visitent des projets financés dans le cadre du Contrat territorial unique de Laval Agglomération Dossier de presse Sommaire Communiqué de presse (p.2) Les visites de

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Votre maison, votre appartement, c est la fondation sur laquelle vous construisez votre vie.

Votre maison, votre appartement, c est la fondation sur laquelle vous construisez votre vie. Un toit pour tous C est un droit Rentrer à la maison, se relaxer ou recevoir des amis, aimer et élever ses enfants, prendre soin de soi et de ses proches, organiser son travail et ses loisirs, s instruire

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Lauréat du. DUA février 2011. Z.A.C Cœur de Ville. Créer un centre-ville. pour tous. Horizon > 2013

Lauréat du. DUA février 2011. Z.A.C Cœur de Ville. Créer un centre-ville. pour tous. Horizon > 2013 Lauréat du DUA février 2011 Z.A.C Cœur de Ville Créer un centre-ville pour tous Horizon > 2013 Périmètre de la ZAC Cœur de Ville 2 Rappel des objectifs de la ZAC CŒUR DE VILLE Renforcer le Cœur de Ville

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 POINT EMPLOI GIP Ivry-Vitry Actions Mission Locale, PLIE, Cellule Insertion Participations pour l année 2014 EXPOSE DES MOTIFS La Ville participe à des actions

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Annecy, le 10 février 2015 DOSSIER DE PRESSE Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Un budget 2015 de 155 M, dont un programme de travaux de 70 M avec le maintien d un haut niveau d investissements

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES (Arrondissement de NICE) REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE DRAP SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007 COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 Lecture est donnée du

Plus en détail

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mardi 8 septembre 2015 Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mise en œuvre du plan d action pour les écoles de Seine-Saint-Denis Dossier de presse 1 SOMMAIRE - Déplacement de Najat

Plus en détail

édition 2015 fonctionnement budget Qui fait quoi? seine-et-marne.fr fo

édition 2015 fonctionnement budget Qui fait quoi? seine-et-marne.fr fo le collège édition 2015 en pratique fonctionnement budget Qui fait quoi? seine-et-marne.fr fo Édito La réussiste des collégiens est une priorité du Département. Il consacre cette année, malgré des contraintes

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE

PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE PLU D ESVRES-SUR-INDRE 1 SOMMAIRE INTRODUCTION P 3 ORIENTATION 1 : UN CADRE DE VIE PRESERVE ET VALORISE P 4 Protéger les espaces naturels et les paysages p 4 Préserver le territoire agricole p 4 Prendre

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494 17 - Comité Local d Aide aux Projets Bisontins «CLAP» Aide Individuelle aux Loisirs par l Echange «A Tire d AILE» - Bilan 2014 et perspectives 2015

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME P.A.D.D PLAN LOCAL D URBANISME - PLAN LOCAL D URBANISME - UCEL 10 F EVRIER 2010 - Les orientations générales

PLAN LOCAL D URBANISME P.A.D.D PLAN LOCAL D URBANISME - PLAN LOCAL D URBANISME - UCEL 10 F EVRIER 2010 - Les orientations générales 1 COMMUNE D UCEL PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME DEPARTEMENT : CANTON : COMMUNE : Ardèche Vals les Bains Ucel P.A.D.D ( Projet d A ménagement et de Développement D urable) Les orientations

Plus en détail

Evolution du parc de logements sociaux dans les Hauts-de-Seine 2002-2012

Evolution du parc de logements sociaux dans les Hauts-de-Seine 2002-2012 Evolution du parc de sociaux dans les Hauts-de-Seine 2002-2012 Pôle Aménagement du Territoire Direction de l Habitat 1. Les communes «SRU» ont opéré un rattrapage accéléré 2. Les communes ayant un taux

Plus en détail

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE L EDUCATION - ENJEU ET LEVIER FONDAMENTAL DANS LA CITE - DROIT POUR TOUS LES ENFANTS un engagement à contribuer au - DEVELOPPEMENT DES POTENTIALITES DE L ENFANT

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Le modèle économique du logement social

Le modèle économique du logement social a Le modèle économique du logement social Discussion L habitat dégradé et indigne en Ile-de-France OFCE, Journée d étude Étude : ville et publiée logement, en 4 février décembre 2011 2012 1 Le modèle économique

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire-Atlantique et

Plus en détail

Organisée par. Lundi 23 juin 2014 de 10h à 12h Au Ministère de l Ecologie, du Développement durable et de l Energie 246 bd Saint Germain, Paris 7ème

Organisée par. Lundi 23 juin 2014 de 10h à 12h Au Ministère de l Ecologie, du Développement durable et de l Energie 246 bd Saint Germain, Paris 7ème Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Ministère des Finances et des Comptes publics Organisée par Mme Ségolène Royal Ministre de l'ecologie, du Développement durable et de l'energie

Plus en détail

Les recettes de la journée de solidarité 2014

Les recettes de la journée de solidarité 2014 Dossier 20 mai 2015 Les recettes de la journée de solidarité 2014 Depuis son instauration en 2004 et jusqu en 2014, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté au total

Plus en détail

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social économie budget primitif 2015 scolaire petite enfance jeunesse sports Le budget primitif 2015 : entre rigueur et maintien du niveau de service social Avec un montant total de 38 millions d euros, le budget

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE OFFRE DE FORMATION CONTINUE 205-206 GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE SOMMAIRE THÉMATIQUE COORDINATION Le Groupe d Appui Départemental (GAD) du Gard, instance

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants

De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants 2010 année de l éducation. Cette thématique, définie comme prioritaire par la municipalité, a permis de mettre en œuvre des outils novateurs au service

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises > Entreprise artisanale JUBAN, serrurerie-métallerie (Champdieu) > Restaurant Mise en scène (Montbrison) > Restaurant Apicius (Montbrison)

Plus en détail

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région Agenda 21 Île-de-France Le référentiel de l Eco-Région Un Agenda 21 pour renforcer l'eco-région 2008 Forum de lancement de l Agenda 21 Île-de-France Le choix d un agenda 21 interne : périmètre de l institution

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION

Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION Points clés n Le projet de loi de finances 2014 donne au ministère de l éducation nationale les moyens de mettre en œuvre la

Plus en détail

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016 Budget 2016 Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier Contact Presse Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01

Plus en détail

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT Jeudi 2 juillet 2015 Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT ACM HABITAT fait évoluer ses services afin d organiser de façon optimale l information et l accueil des demandeurs conformément

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine Schéma départemental 2005-2020 Le mot du Président Lors de sa réunion du 16 décembre 2005, l Assemblée départementale a approuvé

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Parlons vrai, créons ensemble. www.groupe-sodec.com

Parlons vrai, créons ensemble. www.groupe-sodec.com www.groupe-sodec.com Accompagner les projets des villes et des territoires Nos projets de centres commerciaux sont aussi les vôtres. La confiance et l écoute réciproques sont les meilleurs garants de leur

Plus en détail

Session spéciale Réforme territoriale

Session spéciale Réforme territoriale Session spéciale Réforme territoriale Historique des textes relatifs à l organisation territoriale Lois Mauroy/Deferre de 1981 à 1983 Loi du 6 février 1992 relative à l administration territoriale de la

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

La Région soutient le bâtiment et les travaux publics

La Région soutient le bâtiment et les travaux publics Plan de soutien BTP Région Franche-Comté La Région soutient le bâtiment et les travaux publics aides aux collectivités et entreprises de franche-comté www.franche-comte.fr Ce livret, que j ai souhaité

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Pose de la première pierre Mardi 17 juin 2014. Sommaire. L engagement du Département pour les collèges - p 2

Pose de la première pierre Mardi 17 juin 2014. Sommaire. L engagement du Département pour les collèges - p 2 DOSSIER DE PRESSE Restructuration du collège La source à Mouthe Pose de la première pierre Mardi 17 juin 2014 Sommaire L engagement du Département pour les collèges - p 2 Travaux d extension et de restructuration

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE Analyse et recueil des bonnes pratiques Accès au logement social : garantir l égalité Janvier 2011 1. Nature de l action La Ville d Aubervilliers développe une politique de prévention des discriminations,

Plus en détail

Vers un schéma médico-social unifié

Vers un schéma médico-social unifié Vers un schéma médico-social unifié Quelles synergies rechercher pour valoriser les ressources des personnes et du territoire? La réglementation en vigueur et principalement le code de l action sociale

Plus en détail

L innovation au service du développement durable : les écoquartiers de la Pointe-aux-Lièvres et de la Pointe-D Estimauville

L innovation au service du développement durable : les écoquartiers de la Pointe-aux-Lièvres et de la Pointe-D Estimauville L innovation au service du développement durable : les écoquartiers de la Pointe-aux-Lièvres et de la Pointe-D Estimauville Charles Marceau Coordonnateur aux grands projets économiques Des écoquartiers,

Plus en détail

L AGENDA 21 CHU DE BREST

L AGENDA 21 CHU DE BREST L AGENDA 21 CHU DE BREST Une démarche stratégique : pour quels objectifs? comment et avec qui? pour quels résultats? LE CONTEXTE NATIONAL Une démarche hospitalière brestoise qui respecte : L engagement

Plus en détail

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015 Budget 2015 Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier Contact Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01 47 48 com@challans.fr

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2015

DOSSIER DE PRESSE 2015 DOSSIER DE PRESSE 2015 Résidence Le Lavoir Lormont (33) Un acteur majeur du logement social pour le Sud-Ouest SOMMAIRE Mésolia, entreprise sociale pour l habitat...2 Un acteur majeur du logement social...2

Plus en détail

Axes stratégiques ANNEXE 2

Axes stratégiques ANNEXE 2 Contrat de Ville de l agglomération Bergeracoise Axes stratégiques ANNEXE 2 Validés par le Comité de Pilotage du 29 janvier 2015 1 PILIER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EMPLOI ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Orientation

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Service de presse Ville de Rennes/Rennes Métropole Tél. 02 23 62 22 34 Vendredi 6 mars 2015 Conseil municipal Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Sommaire > Communiqué

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD)

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) LE PADD : projet d aménagement et de développement durable Il définit les orientations d urbanisme

Plus en détail

résidence condorcet - aubervilliers (93) investissement LMNP Scellier-Bouvard

résidence condorcet - aubervilliers (93) investissement LMNP Scellier-Bouvard résidence condorcet - aubervilliers (93) investissement LMNP Scellier-Bouvard Sommaire La résidence au cœur d un quartier en plein essor P03 plan d accès à la résidence P04 La résidence et les étudiants

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

1. Sur le Titre I Les modalités d organisation des compétences (articles 1 à 9).

1. Sur le Titre I Les modalités d organisation des compétences (articles 1 à 9). Projet de loi de modernisation de l action publique territoriale et d affirmation des métropoles Les propositions de l Union sociale pour l habitat Ce premier projet de loi concentre de nombreux éléments

Plus en détail

Secteur de projets Albert 1 er

Secteur de projets Albert 1 er DEPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE VILLE DE SCEAUX Secteur de projets Albert 1 er *** ORIENTATIONS D AMENAGEMENT *** Secteur de projet Albert 1 er orientations d aménagement 1/6 La ville de Sceaux s investit

Plus en détail

Révision du SCoT du Pays Segréen. Réunion publique lundi 30 novembre 2015. Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1

Révision du SCoT du Pays Segréen. Réunion publique lundi 30 novembre 2015. Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1 Révision du SCoT du Pays Segréen Réunion publique lundi 30 novembre 2015 Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1 SOMMAIRE Point d étape / avancement du SCoT Présentation du projet

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012 COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012 Le présent Conseil Municipal approuve à l unanimité et en tous ses points le compterendu de la précédente séance du 12 septembre 2012. Le Conseil Municipal,

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc?

Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc? Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc? Au cours de la dernière décennie, la politique des grands chantiers initiée et conduite par SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI que dieu l assiste a permis de développer

Plus en détail

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Lundi 24 juin 2013 La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Service de Presse 04 67 22 81 31 /// 04 67 22 80 47 presse-region@cr-languedocroussillon.fr Convaincue

Plus en détail