rait d union Sommaire La culture s invite GHI > N 83 EPP : TOUS CONCERNES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "rait d union Sommaire La culture s invite GHI > N 83 EPP : TOUS CONCERNES"

Transcription

1 rait d union Bul l e tin d infor m ation > N 83 Mensuel - MAI 2010 Sommaire > ES ÉCHOS DES INSTANCES 2 Vous avez dit évaluation? > HÔPITA EN MOUVEMENT 4 > ES PÔES 6 es pannes informatiques 7 > RENCONTRE(S) Philippe Domercq Marc HADJADJ 7 > E SAVIEZ-VOUS? Trait d Union 8 >E N BREF EPP : TOUS CONCERNES évaluation des pratiques professionnelles doit être au cœur de notre politique d amélioration de la qualité et de la sécurité de la prise en charge des patients. Tous les professionnels, tous les secteurs d activité sont concernés ; et plus particulièrement les secteurs ou processus à risque (activités interventionnelles ; circuit du médicament ; prise en charge des urgences ). Il va sans dire que le fonctionnement du système informatique fait partie des secteurs d activité à risque. Il le sera d autant plus que l informatisation se développera («e-dpu). a panne générale du système informatique intervenue le 30 avril dernier appelle des réponses de notre part, à court et moyen terme mais elle met aussi en évidence le niveau de développement de l informatisation du GHI. J ai eu l occasion de remercier plus directement tous les professionnels qui ont apporté leur contribution à la gestion de crise et au rattrapage des données. a mobilisation de tous les corps de métier a été exceptionnelle. a spontanéité conjuguée à l expérience et au professionnalisme, la gestion ordonnée et coordonnée de la crise par la direction du système d information et de l organisation (DSIO) ont permis de traverser l épreuve sans trop de dommages. hôpital a montré une nouvelle fois à cette occasion sa force vitale. Merci à tous les professionnels. Calendrier des animations Jean-ouis Feutrie, Directeur a culture s invite GHI A l hôpital dans le hall de 12h30 à 13h30 >M ardi 15 juin : Représentation des chorales des collèges Jean Jaurès et Pablo Picasso >M ercredi 16 juin : Représentation des élèves de l école de musique > undi 28 juin : Représentation musicale de l association 360 Sud Aux Ormes dans la salle d animations > J eudi 17 juin : _GHI_MAI10.indd 1 Représentation des chorales des collèges Jean Jaurès et Pablo Picasso

2 ES ÉCHOS DES INSTANCES Démarche Qualité Vous avez dit évaluation? P arler d évaluation des pratiques dans le monde hospitalier peut paraître de prime abord attentatoire au professionnalisme, reconnu de tous, des professionnels de santé, personnels médicaux et soignants par ailleurs très engagés dans les dispositifs de formation continue. Nul doute, en effet, que les équipes de professionnels entendent délivrer aux patients les soins conformes aux données de la science et aux bonnes pratiques. Mais à l heure où les professionnels travaillent de plus en plus ensemble autour d un patient ou d une pathologie, comment s assurer que les soins délivrés tout au long de la chaîne ont été complètement ceux attendus? Or, 6 années après la publication de la loi du 13 Août 2004, qui rendit obligatoire pour les praticiens de satisfaire à une obligation d évaluation des pratiques professionnelles, la culture des démarches d évaluation et d amélioration est encore inégalement répandue dans les différents secteurs de soins, même si les procédures de certification HAS ont permis une certaine impulsion et d ailleurs de valoriser les démarches réalisées par les différentes équipes. Quant aux secteurs logistiques et administratifs, qui concourent à la Qualité générale de la prise en charge, ils sont tout autant concernés et n échappent pas à ce constat. évaluation des pratiques : pour quoi faire? E.P.P se définit comme l analyse de la pratique professionnelle et des résultats obtenus, par rapport aux recommandations professionnelles disponibles actualisées. Ces recommandations peuvent être issues des conférences de consensus, études cliniques, réglementation, des sociétés savantes Cette analyse se fait selon une méthode (cf encadré) validée comportant la mise en œuvre et le suivi d actions d amélioration. Elle peut être conduite au sein d un service, d un secteur d activité ou de manière transversale. idée est de faire progresser la Qualité, la Sécurité des soins mais également leur efficience à travers ces comparaisons. «E.P.P. permet un arrêt sur image avec une réflexion pour améliorer la coordination des professionnels autour du patient.» rappelle la H. A. S. a troisième procédure, à laquelle l établissement se prépare (visite en octobre 2011) s inscrit dans cette continuité mais avec des enjeux renforcés : Une vision interprofessionnelle : >D es attendus spécifiques en A nouveau réaffirmée par la oi HPST du 21 juillet 2009 (article 59), à travers le développement professionnel continu (DPC) pour les médecins qui s impose aussi pour les professionnels paramédicaux, l évaluation des pratiques professionnelles se veut avant tout formative et n est pas une fin en soi _GHI_MAI10.indd 2 > a définition d une politique d établissement validée par les instances (CME, Conseil de surveillance, Commission de soins) > e déploiement effectif et pérenne des démarches dans l ensemble des services (projets de service) termes d organisation pour certains secteurs : D ailleurs, la H.A.S souhaite, au travers de la certification, favoriser l intégration des démarches d E.P.P dans le quotidien des professionnels et l acquisition d une culture pérenne de l évaluation. A nalyse de morbi-mortalité rendues obligatoires en chirurgie, anesthésie, réanimation, cancérologie Mise en œuvre des RCP en cancérologie

3 EPP au GHI : de l action ponctuelle à une véritable politique d établissement établissement avec les pôles a déjà ouvert cette réflexion. Tous les volets Qualité des contrats de pôles de 2008 comportaient tout au moins des actions en matière d E.P.P à partir d enjeux d amélioration identifiés ( variation connue des pratiques, coût ou gravité de procédures diagnostiques ou thérapeutiques, priorités de santé publique ) selon 3 approches classiques : Analyse de pertinence : évaluation des prise en charges pour les GHS ayant une DMS supérieure à la DMS nationale, pertinence des prescriptions d examens d imagerie, de laboratoire, prescriptions pharmaceutiques, Gestion des risques : RMM Suivi des évènements iatrogènes graves, Approche par pathologie : parcours du patient par exemple atteint de cancer Sensibilisés depuis avril 2010, les responsables des services et les cadres sont invités à mener cette réflexion au sein de leur secteur pour la fin mai Ce sont de véritables projets de service dont les pôles devront également se saisir à leur niveau qui sont attendus. Ils constitueront le socle du projet de l établissement en la matière, projet qui ralliera également autour d objectifs communs, tenant compte des orientations stratégiques du GHI et des enjeux identifiés dans le cadre de sa politique générale de prise en charge. Pour être efficace et pertinente cette politique,portée par la sous commission de la CME qualité/ epp et la commission des soins,qui devra être discutée en Directoire, CME et Conseil de Surveillance, devra également s attacher à définir les conditions de la pérennité de ces démarches (formations des professionnels, organisation des services), la mesure des impacts - quels résultats en matière d amélioration de la Qualité des soins? - ainsi que les modalités de leur communication auprès des professionnels. Rendez-vous avant l été pour faire un point sur cet axe fort de notre politique Qualité. Un exemple d E.P.P. : es R.M.M : Un des axes des volets Qualité des contrats de pôle signés en 2008 avait d ores et déjà intégré la mise en œuvre des RMM dans les pôles cliniques. e démarrage était prévu en Mises en œuvre de manière encore très limitée, chaque service s est engagé à les mettre en place en Rappelons qu un guide de bonnes pratiques sur la tenue des RMM a été diffusé par mail à tous les chefs de services, cadres et correspondants qualité médicaux. Un bilan sera réalisé en fin d année par la sous-commission Qualité/EPP de la CME tant en terme de conformité que de premier impact sur la prise en charge patient. E.P.P. Quelles méthodes? De nombreuses méthodes sont disponibles. En voici quelques exemples : Audit clinique Revue de morbidité mortalité Revue de pertinence Chemin clinique RCP A ccréditation des médecins pour les spécialités à risques Staff E.P.P Suivi d indicateurs Tenue de registre es objectifs du DPC en résumé : Selon l article 59 de la loi HPST, le DPC a pour objectif «l évaluation des pratiques professionnelles, le perfectionnement des connaissances, l amélioration de la Qualité et de la sécurité des soins ainsi que leur prise en compte dans les priorités de santé publique et de la maîtrise médicalisée des dépenses de santé». e DPC est obligatoire pour les médecins, sages-femmes, pharmaciens, préparateurs en pharmacie ainsi que pour les infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, orthophonistes, diététiciens, orthoptistes, POUR EN SAVOIR PUS : B rochure MEMENTO évaluation des pratiques professionnelles, accréditation des médecins (Juin 2007 diffusé avec le trait d union n 56). C onsulter _GHI_MAI10.indd 3 le site HAS 3

4 HÔPITA EN MOUVEMENT 3 mai - Accueil des internes Une promotion de 68 internes répartie sur 18 services (anapathologie, cardiologie, chirurgie orthopédique et viscérale, gynéco, hépatho, gastro, médecine A, médecine gériatrique, ophtalmologie et OR, pédiatrie, pharmacie, pneumologie, polyclinique, radiologie, réanimation et le SAU). Pour la 2ème session, Melle Souad Ben Belaid et M. Arnaud Jacquet avec l aide de Mme Hiaumet pour la mise en forme, ont proposé une journée complète «sans interne» dans les services. a journée s articule autour d une présentation power point (chiffres clés, les différents pôles) suivi d interviews d anciens internes. Une pause est organisée et des ateliers de formation sont proposés. Cette session a vu son organisation modifiée et les ateliers seront très prochainement reprogrammés. 5 mai - Départ de M. Aellion Pour Gérard Aellion les installations techniques du GHI n ont plus de secret, voilà 42 ans qu il intervient pour leur bon fonctionnement. Ses collègues disent de lui qu il est «discret», «calme et trouve des solutions réfléchies aux problèmes exposés». C est pourquoi, sa relève il l a préparée. Depuis février dernier, accompagné de M. Philippe Domercq, il arpente le GHI. Il lui a transmis sa connaissance technique, sa capacité à identifier les besoins, à aller à l essentiel. C est sereinement qu il passe le flambeau (voir rubrique «rencontres»). 6 mai - Départ de M. Bennamoun Praticien hospitalier en oncologie depuis une dizaine d années. Professionnel apprécié des patients pour sa grande disponibilité et de l équipe pour sa gentillesse et son humour. Une opportunité s est présentée à lui : mettre en place une unité de jour d oncologie _GHI_MAI10.indd 4

5 7 mai - Une date anniversaire pour le service Restauration a mobilisation des équipes a permis la mise en place d un vrai service de restauration pour les personnels du GHI. A ce jour, on compte en moyenne 550 repas jours. 10 et 11 mai - Représentation théâtrale dans une yourte Association 360 Sud, constituée de 5 personnes, a par le biais de piécette exposée leurs projets : organiser un réseau de covoiturage - créer un réseau d achat de fruits et légumes locaux. A l issu de ces 2 jours, 10 représentations ont été organisées avec la présence de 50 spectateurs (visiteurs, personnels GHI et patients). Pour tous renseignements : _GHI_MAI10.indd 5 5

6 ES PÔES es pannes informatiques Premières réponses aux questions Causes et effets e GHI a subi deux pannes (les 30 avril et 14 mai) de nature et d origine différentes pour lesquelles des investigations et des expertises sont en cours ; une première panne liée au «cœur du réseau informatique» ; une deuxième liée à l alimentation électrique, semble t-il. Dans les deux cas, l élément déclenchant a été identifié mais rien à ce jour ne permet encore d expliquer la disproportion entre les causes initiales et leurs effets. Dans les deux cas, les causes semblent multifactorielles ; alors que les installations sont globalement récentes. a crise a été plutôt bien gérée grâce à la mobilisation de tous les professionnels concernés dans le cadre organisé et coordonné par la DSIO, avec le concours de prestataires extérieurs et de l équipe informatique. activité n a pas été impactée sauf la radiothérapie mais tous les professionnels ont été handicapés dans l exercice de leur activité. Une fois les installations remises en route, le rattrapage des données a été organisé avec le concours du bureau des entrées, du DIM et des secrétariats, notamment. es suites e «cœur du réseau» à l origine de la première panne fait l objet d un «plan d évolution» en trois étapes : > à court terme ; réalisé dès le 3 mai ; pour renforcer la sécurisation du système > à moyen terme (mai juin) : mise en œuvre d une nouvelle architecture réseau maintenance renforcée > à long terme ( ) : révision de l architecture complète du GHI afin de disposer d une nouvelle architecture globale, redondante et décentralisée es remèdes aux dysfonctionnements constatés lors de la 2e panne (connexion alimentation électrique système informatique) une fois validés seront intégrés si besoin est au schéma directeur de sécurité électrique en cours de mise en œuvre. ( à suivre ) _GHI_MAI10.indd 6 >

7 RENCONTRE(S) > Philippe DOMERCQ est nommé coordinateur de travaux et prend la succession de M. Aellion Gérard qui par sa grande connaissance du terrain a fortement contribué à l évolution des installations techniques sur le site. M. Domercq assure aujourd hui la relève, derrière cet homme discret, se révèle une forte expérience du GHI - depuis 20 ans dans l établissement - de plombier, à chef d équipe en passant par une formation de génie climatique pour aboutir à ce poste stratégique dans un établissement en perpétuel mouvement. > Marc HADJADJ praticien hospitalier au service des Soins de Suite et Réadaptation (SSR) aux Ormes, depuis le 1er avril Ancien assistant aux Ormes et après un passage au CHG de Clermont de l Oise en soins de suite gériatrique et sa nomination en tant que PH, M. Hadjadj a réintégré le GHI. Ses compétences vont accompagner le projet des Ormes, qui tend à donner une orientation gériatrique aux soins de suite. E SAVIEZ-VOUS? >S eptembre 1998 «Info déménagement» est le 1er support à destination des agents, suite à la construction du nouveau bâtiment. 3 numéros ont été publiés. > Septembre e 1 er «Trait d Union» est lancé. > Avril 2009 e Trait d Union est entièrement «relooké» 1) e traitement de l information se décline sur deux axes : a reconnaissance, par la valorisation des initiatives des agents et de leur service a connaissance, avec la présentation des activités existantes 2) Des rubriques sont définies et fixes : Echos des instances : informations émanant de l Institution es Pôles : présentation d un service/pôle Hôpital en mouvement : les animations organisées au GHI en photo Rencontre(S) : zoom sur des personnes e Saviez-vous : quelques repères en chiffre En bref : des brèves de toute nature _GHI_MAI10.indd TTC/ agent/mois est le coût de revient d un Trait d Union imprimé. 7

8 EN BREF Calendrier des animations > Juin Vendredi 4 juin 8 8 Rencontres franciliennes des OR au GHI e Raincy Montfermeil èmes De 15h à 19h à l Amphithéâtre Réservées aux professionnels Contact : Service OR Nouveauté! a culture s invite au GHI Rencontr es franci liennes des Centr des OR es Hospi taliers èmes Jeudi 17 juin - Aux Ormes Vend 8 èmes Rencontr es des Centrfranciliennes des es Hospi taliers OR libres vendredi 4 juin h à 19h Représentation des chorales des collèges Jean Jaurès et Pablo Picasso de Montfermeil Diner Mam a Sh elter Avec le Mardi 15 juin 10 GHI e Ra incy 10 ru Mont e du ferm eil Géné ral e clerc 0 Mo ntfer meil GHI e Raincy Montferme Service OR il 10 rue du Général Montferme eclerc il Nouveauté! a culture s invite au GHI redi 4 juin 20 de 15h à 19h Amphithéâtre Communications soutien à 20h ru e de Bagn olet Paris de 14h Réservée aux résidents et professionnels Réunion-débat autour du Cancer R eprésentation des chorales des collèges Jean Jaurès et Pablo Picasso Hall d accueil du GHI - 12h30 à 13h30 - tout public Mieux comprendre la radiothérapie 14h30 à 16h30 tout public Soirée Régionale AFSOS au GHI e Raincy Montfermeil Thème : actualité sur les soins de support - port s de etsup (AFSOS) sur les soin Bauchet : Chantal Actualité de séance Présidente 18h30 19h participants Accueil des Actualités buffet autour d un de l AFSOS Alimentation préns pour la recommandatiodes nausées et ent Nouvelles le traitem vention et chimio-induits vomissements 19h15 20h45 Montfermeil Durand ogie Jean-Philippe er- Unité de Cancérol Hospitali AP-HP) (Praticien er Cochin, Groupe Hospitali 20h Cohen eil) Alexandra GHI Montferm (Diététicienne, Moyon Montfermeil) Jocelyne Cadre de santé, GHI (Diététicienne, cancer en atteints de : un patients croyances Soigner les de leurs croyance tenant compte science et périple entre Oncologie, Florence Barruel clinicienne, (Psychologue et cancer des patients alimentaire au GHI Comportement: enquête réalisée ie en oncolog 21H15 l'après cancer charge de ation? Prise en r son aliment doit-on change : aurent Zelek r- Oncologie, CHU Avicenne) (Praticien Hospitalie GHI Montfer- meil) 21h45 22h Avec le partenaria Discussion Avec le soutien es des laboratoir buffet Clôture et t de 18h30/22h à l amphithéâtre Réservée aux professionnels. Contact : Mme Barruel Samedi 19 juin 5ème du tournoi de tennis A Chelles à partir de 13h30 Animations : tennis, jeux de plein air, badminton, pétanque et tennis de table. Suivi d un barbecue participation de 7 (incluant matériels, boissons et barbecue) Inscription avant le 12 juin auprès de : Christelle (82 76) ou ydie ( ) Nouveauté! a culture s invite au GHI Mercredi 16 juin Représentation des élèves de l école de musique de Montfermeil Hall d accueil du GHI - 12h30 à 13h30 - tout public Jeudi 24 juin Journée Don d organes «Pour ou contre faites le savoir à votre proche» Bulletin d information édité par le Groupe Hospitalier Intercommunal e Raincy-Montfermeil 10 rue du général eclerc Montfermeil Direction de la publication : Jean-ouis Feutrie (directeur général) Responsable de la communication : Christine Hiaumet (87 71) Photos : service communication Impression & mise en page : Graphic Eclair Dépôt légal mai _GHI_MAI10.indd 8 Exposition sur les prélèvements, sur les greffes... dans le Hall d accueil. Pour répondre à vos questions des professionnels de la santé vous accueillerons toute la journée. N hésitez pas à venir les rencontrer.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Définition «Le DPC comporte l analyse par tous les professionnels de santé (PS) de leurs pratiques

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Le Développement Professionnel Continu

Le Développement Professionnel Continu Le Développement Professionnel Continu des médecins, pharmaciens et odontologistes au CHRU de Montpellier De quoi s agit-il? Le Développement Professionnel Continu (DPC) réunit dans un concept commun la

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa :

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa : POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017 Document validé le Nom : M. GROHEUX Nom : M. MATHIEU Fonction : Directeur Fonction : Président de la CME Visa : Visa : Page

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence Centre Hospitalier Universitaire Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur R. Debré - 30009 Nîmes cedex 9-04 66 68 68 68 www.chu-nimes.fr INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des

Plus en détail

Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux. Au Centre hospitalier de Valenciennes

Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux. Au Centre hospitalier de Valenciennes Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux Au Centre hospitalier de Valenciennes 1 Le centre hospitalier de Valenciennes MCO Psychiatrie SSR Soins de longue durée Maison de retraite

Plus en détail

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012 Visite de pré-sélection Visite de Mise en place Murielle COURREGES-VIAUD, ARC Laurence GUERY, ARC responsable Assurance Qualité Véronique JOUIS, Coordinatrice des ARCs Responsable Logistique Unité de Recherche

Plus en détail

CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012

CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012 CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012 NOUMBISSIE Emmanuel, ingénieur en organisation et méthodes à la direction générale de l hôpital marne la vallée ( Lagny) Transfert d activités sur un nouveau site :

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Promouvoir les soins pharmaceutiques

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Promouvoir les soins pharmaceutiques FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES Promouvoir les soins pharmaceutiques PRÉSENTATION DE LA FORMATION Contexte Le métier du pharmacien est en pleine évolution. Un concept qui va

Plus en détail

Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys

Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys Dépasser une approche normative Se mettre à la place du patient Bonne pratique, bientraitance Démarches qualité structurées Thématiques clés (dont exigences réglementaires)

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 Date : février 2015 Auteurs : Catherine Pourin, Jean-Luc Quenon et toute l équipe du CCECQA Le programme de travail du CCECQA est décliné selon les axes retenus en 2015 : Indicateurs

Plus en détail

Offre santé 2015 FGMM-CFDT

Offre santé 2015 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2015 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon Colloque Santé et Société Quels déterminants de santé et quel système de soins pour la santé de toute

Plus en détail

La législation de la biologie médicale

La législation de la biologie médicale La législation de la biologie médicale PARIS ANTAB 22 octobre 2010 A-M GALLOT et M BALLEREAU La législation laisse une entière liberté d organisation... elle est toutefois construite pour inciter (très)

Plus en détail

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle possible? 18 octobre 2012 Professeur Philippe KOLH CIO, Directeur du Service des Informations Médico-Economiques CHU de LIEGE Plan

Plus en détail

ANNUAIRE TELEPHONIQUE

ANNUAIRE TELEPHONIQUE Hôpitaux Universitaires Paris Seine Saint Denis HUPSSD Unité de Coordination Onco-Gériatrique (UCOG 93) ANNUAIRE TELEPHONIQUE SOMMAIRE - Hôpital René Muret - Hôpital Avicenne - Centre Hospitalier Intercommunal

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

Certification V2014. Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé. Juillet 2013 ACC01-F203-A

Certification V2014. Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé. Juillet 2013 ACC01-F203-A Certification V2014 Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé Juillet 2013 ACC01-F203-A Sommaire 1. Les enjeux et les ambitions : une démarche plus

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

FMC, EPP et Accréditation : adieu! Bonjour le Développement Professionnel Continu

FMC, EPP et Accréditation : adieu! Bonjour le Développement Professionnel Continu FMC, EPP et Accréditation : adieu! Bonjour le Développement Professionnel Continu Bertrand Dureuil Pôle Réanimations R Anesthésie sie et SAMU CHU Rouen Fédération des Spécialit cialités s MédicalesM Absence

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire 2 Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

Publication des liens

Publication des liens Le Leem vous informe Publication des liens entre professionnels de santé et entreprises du médicament Vous êtes médecin, chirurgien-dentiste, sage-femme, pharmacien, professionnel paramédical ou tout autre

Plus en détail

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 ZOOM ETUDES Les études paramédicales Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 L enseignement supérieur français - santé Études de médecine, pharmacie et odontologie : Universités en partenariat

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Aide kinésithérapeute : une réalité?

Aide kinésithérapeute : une réalité? Aide kinésithérapeute : une réalité? Fabien Launay Cadre supérieur du pôle rééducation CHU de Dijon Dijon (21) Préambule : La fonction d aide-kinésithérapeute n est pas nouvelle. Elle peut être occupée

Plus en détail

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis Le DOSSIER MEDICAL PARTAGE au c œur des SYSTEMES d INFORMATION et des RESEAUX de SANTE: MYTHE ou REALITE 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 INTRODUCTION

Plus en détail

OUVERTURE ET MISE EN PLACE

OUVERTURE ET MISE EN PLACE OUVERTURE ET MISE EN PLACE Estelle Marcault 20/01/2012 URC PARIS NORD 1 Ouverture et mise en place Trois types de visites/ réunions peuvent avoir lieu : Visite de sélection Réunion investigateur Visite

Plus en détail

livret d accueil s ervice d o ncologie vous informer, c est aussi notre rôle

livret d accueil s ervice d o ncologie vous informer, c est aussi notre rôle s ervice d o ncologie livret d accueil vous informer, c est aussi notre rôle centre hospitalier de tourcoing - 135, rue du président coty - 59208 tourcoing cedex www.ch-tourcoing.fr DSIO - Qualité - Communication

Plus en détail

Service d Hématologie clinique et Thérapie cellulaire Bâtiment Médico-Chirurgical - 3 ème et 4 ème étages

Service d Hématologie clinique et Thérapie cellulaire Bâtiment Médico-Chirurgical - 3 ème et 4 ème étages Centre Hospitalier Pontoise Service d Hématologie clinique et Thérapie cellulaire Bâtiment Médico-Chirurgical - 3 ème et 4 ème étages Chef de service : Dr Hugo GONZALEZ Accueil secrétariat 01 30 75 49

Plus en détail

FMC-EPP: Évaluation des pratiques professionnelles. FMC : de l EPU à la FMC. Loi Kouchner (4 mars 2002)

FMC-EPP: Évaluation des pratiques professionnelles. FMC : de l EPU à la FMC. Loi Kouchner (4 mars 2002) FMC-EPP: Évaluation des pratiques professionnelles FMC : de l EPU à la FMC Entretiens de Bichat (1947) Ordonnances du 24 avril 1996 -> apparition de l obligation de FMC Loi Kouchner (4 mars 2002) L Ordre

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Infirmieres libérales

Infirmieres libérales Détail des programmes- Feuillets complémentaires à la plaquette générale Infirmieres libérales Stages courts 2012 Durées et dates disponibles sur un calendrier en annexe Santé formation Formations gratuites

Plus en détail

La visite de certification(v2014)

La visite de certification(v2014) La visite de certification(v2014) Journée régionale CAPPS 12 juin 2015 Dr C. BOHEC UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Le CLCC et la certification Rappel Centre de Lutte contre le cancer

Plus en détail

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances PAM Santé, Recherche, Risques et Vigilances (S2RV) Créé en

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

DOPASYS une solution modulaire

DOPASYS une solution modulaire DOPASYS une solution modulaire DOPA-SOINS Dossier de soins informatisé Gestion des prescriptions informatisées Gestion des observations médicales Contrôle de l ordonnance Dispensation et délivrance Questionnaire

Plus en détail

2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15

2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15 2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15 [POLITIQUE QUALITE, GESTION DES RISQUES, SECURITE DES SOINS, ENVIRONNEMENT] 1 ENGAGEMENTS QUALITÉ, SÉCURITÉ, GESTION DES RISQUES ET ENVIRONNEMENT Depuis sa

Plus en détail

Contribuer à la régulation par la qualité et l'efficience

Contribuer à la régulation par la qualité et l'efficience Allocution d ouverture Claude Evin Directeur général, ARS Île-de-France 2 Allocution d ouverture Jean-Luc Harousseau Président, Haute Autorité de Santé 3 Plénière Sécurité du patient, des défis à relever

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 POLYCLINIQUE DU MAINE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 POLYCLINIQUE DU MAINE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 POLYCLINIQUE DU MAINE 4 avenue des francais libres Bp 1027-53000 - Laval MAI 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC 2éme Journée des Infirmiers de Basse-Normandie Jeudi 9 Octobre 2014 Florence BANNIE, Pharmacien CHPC, CHERBOURG Déclarations

Plus en détail

Dossier de Presse Mars 2010

Dossier de Presse Mars 2010 Dossier de Presse Mars 2010 www.cegedim-logiciels.com Contacts Presse CEGEDIM LOGICIELS MEDICAUX Christine COURTELARRE Marketing et Communication Tél. : 01 49 09 28 67 christine.courtelarre@cegedim.fr

Plus en détail

Quitter ou ne pas quitter son dossier papier? Pour une informatisation du dossier médical

Quitter ou ne pas quitter son dossier papier? Pour une informatisation du dossier médical Quitter ou ne pas quitter son dossier papier? Pour une informatisation du dossier médical Françoise Vendittelli,, Bernard Hémery, Didier LémeryL Réseau de Santé Périnatal d auvergned CHU de Clermont-Ferrand

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE Société canadienne des médecins de soins palliatifs Association médicale canadienne Collège des médecins de famille du Canada Collège royal des

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE DU PARC LYON 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ACC01_F042_A Page 1 sur 11 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

Hôpital d Instruction des Armées Sainte Anne

Hôpital d Instruction des Armées Sainte Anne Hôpital d Instruction des Armées Sainte Anne Les hôpitaux des armées en France Historique L ancien hôpital 1988 Projet de reconstruction 22 Février 1995 Lancement du projet 10 mai 1995 Programme d infrastructure

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile. Insuffisance cardiaque

PRADO, le programme de retour à domicile. Insuffisance cardiaque PRADO, le programme de retour à domicile Insuffisance cardiaque Acteurs locaux CPAM/ELSM de Couverture Enjeux et objectifs du programme Répondre à une volonté croissante des patients Adapter et renforcer

Plus en détail

Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet

Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet L hôpital Pierre-Paul Riquet : une nouvelle ère du soin Positionné au cœur du site de Purpan, l'hôpital Pierre-Paul Riquet

Plus en détail

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@...

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@... MàJour le 12 01 2015 BULLETIN D ENGAGEMENT INDIVIDUEL AU RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE ONCO Nord Pas-de-Calais Document à retourner à l adresse suivante : Réseau Régional de Cancérologie Onco Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Information aux patients et à leurs proches. Espace médiation. Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches

Information aux patients et à leurs proches. Espace médiation. Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches Information aux patients et à leurs proches Espace médiation Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches Quand solliciter l espace médiation? Vous rencontrez un problème à l hôpital

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

UN PROGRAMME POUR LA GERIATRIE

UN PROGRAMME POUR LA GERIATRIE UN PROGRAMME POUR LA GERIATRIE 5 objectifs, 20 recommandations, 45 mesures pour atténuer l impact du choc démographique gériatrique sur le fonctionnement des hôpitaux dans les 15 ans à venir Rapport rédigé

Plus en détail

Comment utiliser cet outil?

Comment utiliser cet outil? Comment utiliser cet outil? Cette aide vous permet à la fois de découvrir les ressources disponibles et de comprendre comment les exploiter au mieux. Fichier à imprimer (6 pages) ou à laisser ouvert pour

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE FORMATION DES PERSONNELS

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

Une offre de lecture numérique sur liseuses et Smartphones pour les patients de l Assistance Publique-Hôpitaux de Paris

Une offre de lecture numérique sur liseuses et Smartphones pour les patients de l Assistance Publique-Hôpitaux de Paris Une offre de lecture numérique sur liseuses et Smartphones pour les patients de l Assistance Publique-Hôpitaux de Paris IFLA 2014 23 août 2014 Claudie GUERIN L Assistance Publique-Hôpitaux de Paris c est

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS 119 rue de la marne - 33500 - Libourne NOVEMBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

La formation comme levier de changement des pratiques

La formation comme levier de changement des pratiques Place des pharmaciens d officine au sein du réseau Onco 94 Ouest La formation comme levier de changement des pratiques 2 ème congrès des Réseaux de cancérologie Rouen Atelier : place de la formation 3

Plus en détail

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco 1. CONTEXTE ET OBJECTIF Contexte : Cette présente charte a été définie

Plus en détail

Le DPC, les CHU et les professionnels

Le DPC, les CHU et les professionnels ONCOPACA Corse, 17 juin 2013, Aix en Provence. Le DPC, les CHU et les professionnels Dr Sylvia Benzaken Vice Présidente CME CHU Nice Chargée de la mission DPC conférence PCME CHU Membre consultatif de

Plus en détail

Centre de Formation des Professionnels de Santé

Centre de Formation des Professionnels de Santé Centre de Formation des Professionnels de Santé Hôpital de la Cavale Blanche 29609 BREST Cedex CATALOGUE DES FORMATIONS 2014 SOMMAIRE FORMATIONS CONTINUES Responsabilité, législation :...p.3 - Obligations

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Offre santé 2014 FGMM-CFDT

Offre santé 2014 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2014 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services hospitaliers. Ce projet d amélioration de la qualité porte

Plus en détail

@-SOF. La newsletter des Orthoptistes. Le Syndicat des Orthoptistes de France vous informe Février 2014. La présidente. Le nouveau site du SOF 2

@-SOF. La newsletter des Orthoptistes. Le Syndicat des Orthoptistes de France vous informe Février 2014. La présidente. Le nouveau site du SOF 2 @-SOF La newsletter des Orthoptistes Le Syndicat des Orthoptistes de France vous informe Février 2014 La présidente Dans ce numéro : Le nouveau site du SOF 2 La formation continue 3 Thèmes de Formations

Plus en détail

PARAMEDICAL. Métiers et formations. Centre d information et d orientation de NOUMEA

PARAMEDICAL. Métiers et formations. Centre d information et d orientation de NOUMEA PARAMEDICAL Métiers et formations Centre d information et d orientation de NOUMEA Santé et paramédical Soins médicaux médecin, chirurgien dentaire, pharmacien, sage-femme Soins paramédicaux infirmier,

Plus en détail

I.F.C.S. DOSSIER. d inscription. Préparation au diplôme d état Cadre de Santé. IRFSS Ile-de-France

I.F.C.S. DOSSIER. d inscription. Préparation au diplôme d état Cadre de Santé. IRFSS Ile-de-France Urgence et secourisme Action sociale Santé - autonomie Formation Action internationale FILIÈRE formation I.F.C.S. DOSSIER d inscription Préparation au diplôme d état Cadre de Santé IRFSS Ile-de-France

Plus en détail

l enfant La douleur Quelles réponses? SÉANCES THÉMATIQUES Vendredi 9 décembre 2011 Jeudi 8 décembre 2011 ATELIERS DE FORMATION

l enfant La douleur Quelles réponses? SÉANCES THÉMATIQUES Vendredi 9 décembre 2011 Jeudi 8 décembre 2011 ATELIERS DE FORMATION ASSOCIATION POUR LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR DE L ENFANT journées La douleur de l enfant Quelles réponses? Vendredi 9 décembre 2011 SÉANCES Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

MUTUELLE DE NATIXIS. l adhésion du salarié au régime est obligatoire, comme par le passé, celle de ses ayants-droit éventuels est facultative ;

MUTUELLE DE NATIXIS. l adhésion du salarié au régime est obligatoire, comme par le passé, celle de ses ayants-droit éventuels est facultative ; MUTUELLE DE NATIXIS Résumé des garanties du contrat obligatoire de complémentaire santé de la Mutuelle de Natixis «Régime unifié» des salariés mis en place le 1 er juillet 2010 Concerne les salariés de

Plus en détail

Sur- conditionnement et délivrance nominative automatisés

Sur- conditionnement et délivrance nominative automatisés Sécurisation du circuit du médicament au Centre Hospitalier d ANNECY Sur- conditionnement et délivrance nominative automatisés Dr Julien FIOT Praticien Hospitalier Maîtrise universitaire d études avancées

Plus en détail

lv. Fiches de présentation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires P.16

lv. Fiches de présentation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires P.16 P.3! " P.7! # $!%& # $!# $ ' (") P.9 *$ (") +,(") a) )! " #$ %$ lv. Fiches de présentation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires P.16 & ' (()# " )2 #% * +,,,- - -$. / 0 ()./ *. 1 - -() * 2+,3+ 1 (.

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Sécurité des patients en chirurgie ambulatoire Guide méthodologique. Pour comprendre, évaluer et mettre en œuvre

Recommandations organisationnelles. Sécurité des patients en chirurgie ambulatoire Guide méthodologique. Pour comprendre, évaluer et mettre en œuvre Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Pour comprendre, évaluer et mettre en œuvre Sécurité des patients en chirurgie ambulatoire Guide méthodologique

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques _ Sous-direction observation de la santé et de l assurance maladie _ Bureau établissements

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Le contrôle de gestion: un outil de pilotage médico-économique de l hôpital. Rencontre «Contrôle de gestion»- C2R 24 novembre 2005

Le contrôle de gestion: un outil de pilotage médico-économique de l hôpital. Rencontre «Contrôle de gestion»- C2R 24 novembre 2005 Le contrôle de gestion: un outil de pilotage médico-économique de l hôpital Rencontre «Contrôle de gestion»- C2R 24 novembre 2005 1 Pourquoi faire évoluer le contrôle de gestion? T2A Nouvelle Gouvernance

Plus en détail

Jour 1 : Les concepts Les forces du système de santé québécois Comparaisons internationales. 22 octobre 2013. Pause réseautage et visite des exposants

Jour 1 : Les concepts Les forces du système de santé québécois Comparaisons internationales. 22 octobre 2013. Pause réseautage et visite des exposants 8 : 00 am 9 : 00 am 9 : 00 am 10 : 00 am Jour 1 : Les concepts Les forces du système de santé québécois Comparaisons internationales 22 octobre 2013 8 : 00 Inscription et accueil 8 : 30 Ouverture Président

Plus en détail