rait d union Sommaire La culture s invite GHI > N 83 EPP : TOUS CONCERNES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "rait d union Sommaire La culture s invite GHI > N 83 EPP : TOUS CONCERNES"

Transcription

1 rait d union Bul l e tin d infor m ation > N 83 Mensuel - MAI 2010 Sommaire > ES ÉCHOS DES INSTANCES 2 Vous avez dit évaluation? > HÔPITA EN MOUVEMENT 4 > ES PÔES 6 es pannes informatiques 7 > RENCONTRE(S) Philippe Domercq Marc HADJADJ 7 > E SAVIEZ-VOUS? Trait d Union 8 >E N BREF EPP : TOUS CONCERNES évaluation des pratiques professionnelles doit être au cœur de notre politique d amélioration de la qualité et de la sécurité de la prise en charge des patients. Tous les professionnels, tous les secteurs d activité sont concernés ; et plus particulièrement les secteurs ou processus à risque (activités interventionnelles ; circuit du médicament ; prise en charge des urgences ). Il va sans dire que le fonctionnement du système informatique fait partie des secteurs d activité à risque. Il le sera d autant plus que l informatisation se développera («e-dpu). a panne générale du système informatique intervenue le 30 avril dernier appelle des réponses de notre part, à court et moyen terme mais elle met aussi en évidence le niveau de développement de l informatisation du GHI. J ai eu l occasion de remercier plus directement tous les professionnels qui ont apporté leur contribution à la gestion de crise et au rattrapage des données. a mobilisation de tous les corps de métier a été exceptionnelle. a spontanéité conjuguée à l expérience et au professionnalisme, la gestion ordonnée et coordonnée de la crise par la direction du système d information et de l organisation (DSIO) ont permis de traverser l épreuve sans trop de dommages. hôpital a montré une nouvelle fois à cette occasion sa force vitale. Merci à tous les professionnels. Calendrier des animations Jean-ouis Feutrie, Directeur a culture s invite GHI A l hôpital dans le hall de 12h30 à 13h30 >M ardi 15 juin : Représentation des chorales des collèges Jean Jaurès et Pablo Picasso >M ercredi 16 juin : Représentation des élèves de l école de musique > undi 28 juin : Représentation musicale de l association 360 Sud Aux Ormes dans la salle d animations > J eudi 17 juin : _GHI_MAI10.indd 1 Représentation des chorales des collèges Jean Jaurès et Pablo Picasso

2 ES ÉCHOS DES INSTANCES Démarche Qualité Vous avez dit évaluation? P arler d évaluation des pratiques dans le monde hospitalier peut paraître de prime abord attentatoire au professionnalisme, reconnu de tous, des professionnels de santé, personnels médicaux et soignants par ailleurs très engagés dans les dispositifs de formation continue. Nul doute, en effet, que les équipes de professionnels entendent délivrer aux patients les soins conformes aux données de la science et aux bonnes pratiques. Mais à l heure où les professionnels travaillent de plus en plus ensemble autour d un patient ou d une pathologie, comment s assurer que les soins délivrés tout au long de la chaîne ont été complètement ceux attendus? Or, 6 années après la publication de la loi du 13 Août 2004, qui rendit obligatoire pour les praticiens de satisfaire à une obligation d évaluation des pratiques professionnelles, la culture des démarches d évaluation et d amélioration est encore inégalement répandue dans les différents secteurs de soins, même si les procédures de certification HAS ont permis une certaine impulsion et d ailleurs de valoriser les démarches réalisées par les différentes équipes. Quant aux secteurs logistiques et administratifs, qui concourent à la Qualité générale de la prise en charge, ils sont tout autant concernés et n échappent pas à ce constat. évaluation des pratiques : pour quoi faire? E.P.P se définit comme l analyse de la pratique professionnelle et des résultats obtenus, par rapport aux recommandations professionnelles disponibles actualisées. Ces recommandations peuvent être issues des conférences de consensus, études cliniques, réglementation, des sociétés savantes Cette analyse se fait selon une méthode (cf encadré) validée comportant la mise en œuvre et le suivi d actions d amélioration. Elle peut être conduite au sein d un service, d un secteur d activité ou de manière transversale. idée est de faire progresser la Qualité, la Sécurité des soins mais également leur efficience à travers ces comparaisons. «E.P.P. permet un arrêt sur image avec une réflexion pour améliorer la coordination des professionnels autour du patient.» rappelle la H. A. S. a troisième procédure, à laquelle l établissement se prépare (visite en octobre 2011) s inscrit dans cette continuité mais avec des enjeux renforcés : Une vision interprofessionnelle : >D es attendus spécifiques en A nouveau réaffirmée par la oi HPST du 21 juillet 2009 (article 59), à travers le développement professionnel continu (DPC) pour les médecins qui s impose aussi pour les professionnels paramédicaux, l évaluation des pratiques professionnelles se veut avant tout formative et n est pas une fin en soi _GHI_MAI10.indd 2 > a définition d une politique d établissement validée par les instances (CME, Conseil de surveillance, Commission de soins) > e déploiement effectif et pérenne des démarches dans l ensemble des services (projets de service) termes d organisation pour certains secteurs : D ailleurs, la H.A.S souhaite, au travers de la certification, favoriser l intégration des démarches d E.P.P dans le quotidien des professionnels et l acquisition d une culture pérenne de l évaluation. A nalyse de morbi-mortalité rendues obligatoires en chirurgie, anesthésie, réanimation, cancérologie Mise en œuvre des RCP en cancérologie

3 EPP au GHI : de l action ponctuelle à une véritable politique d établissement établissement avec les pôles a déjà ouvert cette réflexion. Tous les volets Qualité des contrats de pôles de 2008 comportaient tout au moins des actions en matière d E.P.P à partir d enjeux d amélioration identifiés ( variation connue des pratiques, coût ou gravité de procédures diagnostiques ou thérapeutiques, priorités de santé publique ) selon 3 approches classiques : Analyse de pertinence : évaluation des prise en charges pour les GHS ayant une DMS supérieure à la DMS nationale, pertinence des prescriptions d examens d imagerie, de laboratoire, prescriptions pharmaceutiques, Gestion des risques : RMM Suivi des évènements iatrogènes graves, Approche par pathologie : parcours du patient par exemple atteint de cancer Sensibilisés depuis avril 2010, les responsables des services et les cadres sont invités à mener cette réflexion au sein de leur secteur pour la fin mai Ce sont de véritables projets de service dont les pôles devront également se saisir à leur niveau qui sont attendus. Ils constitueront le socle du projet de l établissement en la matière, projet qui ralliera également autour d objectifs communs, tenant compte des orientations stratégiques du GHI et des enjeux identifiés dans le cadre de sa politique générale de prise en charge. Pour être efficace et pertinente cette politique,portée par la sous commission de la CME qualité/ epp et la commission des soins,qui devra être discutée en Directoire, CME et Conseil de Surveillance, devra également s attacher à définir les conditions de la pérennité de ces démarches (formations des professionnels, organisation des services), la mesure des impacts - quels résultats en matière d amélioration de la Qualité des soins? - ainsi que les modalités de leur communication auprès des professionnels. Rendez-vous avant l été pour faire un point sur cet axe fort de notre politique Qualité. Un exemple d E.P.P. : es R.M.M : Un des axes des volets Qualité des contrats de pôle signés en 2008 avait d ores et déjà intégré la mise en œuvre des RMM dans les pôles cliniques. e démarrage était prévu en Mises en œuvre de manière encore très limitée, chaque service s est engagé à les mettre en place en Rappelons qu un guide de bonnes pratiques sur la tenue des RMM a été diffusé par mail à tous les chefs de services, cadres et correspondants qualité médicaux. Un bilan sera réalisé en fin d année par la sous-commission Qualité/EPP de la CME tant en terme de conformité que de premier impact sur la prise en charge patient. E.P.P. Quelles méthodes? De nombreuses méthodes sont disponibles. En voici quelques exemples : Audit clinique Revue de morbidité mortalité Revue de pertinence Chemin clinique RCP A ccréditation des médecins pour les spécialités à risques Staff E.P.P Suivi d indicateurs Tenue de registre es objectifs du DPC en résumé : Selon l article 59 de la loi HPST, le DPC a pour objectif «l évaluation des pratiques professionnelles, le perfectionnement des connaissances, l amélioration de la Qualité et de la sécurité des soins ainsi que leur prise en compte dans les priorités de santé publique et de la maîtrise médicalisée des dépenses de santé». e DPC est obligatoire pour les médecins, sages-femmes, pharmaciens, préparateurs en pharmacie ainsi que pour les infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, orthophonistes, diététiciens, orthoptistes, POUR EN SAVOIR PUS : B rochure MEMENTO évaluation des pratiques professionnelles, accréditation des médecins (Juin 2007 diffusé avec le trait d union n 56). C onsulter _GHI_MAI10.indd 3 le site HAS 3

4 HÔPITA EN MOUVEMENT 3 mai - Accueil des internes Une promotion de 68 internes répartie sur 18 services (anapathologie, cardiologie, chirurgie orthopédique et viscérale, gynéco, hépatho, gastro, médecine A, médecine gériatrique, ophtalmologie et OR, pédiatrie, pharmacie, pneumologie, polyclinique, radiologie, réanimation et le SAU). Pour la 2ème session, Melle Souad Ben Belaid et M. Arnaud Jacquet avec l aide de Mme Hiaumet pour la mise en forme, ont proposé une journée complète «sans interne» dans les services. a journée s articule autour d une présentation power point (chiffres clés, les différents pôles) suivi d interviews d anciens internes. Une pause est organisée et des ateliers de formation sont proposés. Cette session a vu son organisation modifiée et les ateliers seront très prochainement reprogrammés. 5 mai - Départ de M. Aellion Pour Gérard Aellion les installations techniques du GHI n ont plus de secret, voilà 42 ans qu il intervient pour leur bon fonctionnement. Ses collègues disent de lui qu il est «discret», «calme et trouve des solutions réfléchies aux problèmes exposés». C est pourquoi, sa relève il l a préparée. Depuis février dernier, accompagné de M. Philippe Domercq, il arpente le GHI. Il lui a transmis sa connaissance technique, sa capacité à identifier les besoins, à aller à l essentiel. C est sereinement qu il passe le flambeau (voir rubrique «rencontres»). 6 mai - Départ de M. Bennamoun Praticien hospitalier en oncologie depuis une dizaine d années. Professionnel apprécié des patients pour sa grande disponibilité et de l équipe pour sa gentillesse et son humour. Une opportunité s est présentée à lui : mettre en place une unité de jour d oncologie _GHI_MAI10.indd 4

5 7 mai - Une date anniversaire pour le service Restauration a mobilisation des équipes a permis la mise en place d un vrai service de restauration pour les personnels du GHI. A ce jour, on compte en moyenne 550 repas jours. 10 et 11 mai - Représentation théâtrale dans une yourte Association 360 Sud, constituée de 5 personnes, a par le biais de piécette exposée leurs projets : organiser un réseau de covoiturage - créer un réseau d achat de fruits et légumes locaux. A l issu de ces 2 jours, 10 représentations ont été organisées avec la présence de 50 spectateurs (visiteurs, personnels GHI et patients). Pour tous renseignements : _GHI_MAI10.indd 5 5

6 ES PÔES es pannes informatiques Premières réponses aux questions Causes et effets e GHI a subi deux pannes (les 30 avril et 14 mai) de nature et d origine différentes pour lesquelles des investigations et des expertises sont en cours ; une première panne liée au «cœur du réseau informatique» ; une deuxième liée à l alimentation électrique, semble t-il. Dans les deux cas, l élément déclenchant a été identifié mais rien à ce jour ne permet encore d expliquer la disproportion entre les causes initiales et leurs effets. Dans les deux cas, les causes semblent multifactorielles ; alors que les installations sont globalement récentes. a crise a été plutôt bien gérée grâce à la mobilisation de tous les professionnels concernés dans le cadre organisé et coordonné par la DSIO, avec le concours de prestataires extérieurs et de l équipe informatique. activité n a pas été impactée sauf la radiothérapie mais tous les professionnels ont été handicapés dans l exercice de leur activité. Une fois les installations remises en route, le rattrapage des données a été organisé avec le concours du bureau des entrées, du DIM et des secrétariats, notamment. es suites e «cœur du réseau» à l origine de la première panne fait l objet d un «plan d évolution» en trois étapes : > à court terme ; réalisé dès le 3 mai ; pour renforcer la sécurisation du système > à moyen terme (mai juin) : mise en œuvre d une nouvelle architecture réseau maintenance renforcée > à long terme ( ) : révision de l architecture complète du GHI afin de disposer d une nouvelle architecture globale, redondante et décentralisée es remèdes aux dysfonctionnements constatés lors de la 2e panne (connexion alimentation électrique système informatique) une fois validés seront intégrés si besoin est au schéma directeur de sécurité électrique en cours de mise en œuvre. ( à suivre ) _GHI_MAI10.indd 6 >

7 RENCONTRE(S) > Philippe DOMERCQ est nommé coordinateur de travaux et prend la succession de M. Aellion Gérard qui par sa grande connaissance du terrain a fortement contribué à l évolution des installations techniques sur le site. M. Domercq assure aujourd hui la relève, derrière cet homme discret, se révèle une forte expérience du GHI - depuis 20 ans dans l établissement - de plombier, à chef d équipe en passant par une formation de génie climatique pour aboutir à ce poste stratégique dans un établissement en perpétuel mouvement. > Marc HADJADJ praticien hospitalier au service des Soins de Suite et Réadaptation (SSR) aux Ormes, depuis le 1er avril Ancien assistant aux Ormes et après un passage au CHG de Clermont de l Oise en soins de suite gériatrique et sa nomination en tant que PH, M. Hadjadj a réintégré le GHI. Ses compétences vont accompagner le projet des Ormes, qui tend à donner une orientation gériatrique aux soins de suite. E SAVIEZ-VOUS? >S eptembre 1998 «Info déménagement» est le 1er support à destination des agents, suite à la construction du nouveau bâtiment. 3 numéros ont été publiés. > Septembre e 1 er «Trait d Union» est lancé. > Avril 2009 e Trait d Union est entièrement «relooké» 1) e traitement de l information se décline sur deux axes : a reconnaissance, par la valorisation des initiatives des agents et de leur service a connaissance, avec la présentation des activités existantes 2) Des rubriques sont définies et fixes : Echos des instances : informations émanant de l Institution es Pôles : présentation d un service/pôle Hôpital en mouvement : les animations organisées au GHI en photo Rencontre(S) : zoom sur des personnes e Saviez-vous : quelques repères en chiffre En bref : des brèves de toute nature _GHI_MAI10.indd TTC/ agent/mois est le coût de revient d un Trait d Union imprimé. 7

8 EN BREF Calendrier des animations > Juin Vendredi 4 juin 8 8 Rencontres franciliennes des OR au GHI e Raincy Montfermeil èmes De 15h à 19h à l Amphithéâtre Réservées aux professionnels Contact : Service OR Nouveauté! a culture s invite au GHI Rencontr es franci liennes des Centr des OR es Hospi taliers èmes Jeudi 17 juin - Aux Ormes Vend 8 èmes Rencontr es des Centrfranciliennes des es Hospi taliers OR libres vendredi 4 juin h à 19h Représentation des chorales des collèges Jean Jaurès et Pablo Picasso de Montfermeil Diner Mam a Sh elter Avec le Mardi 15 juin 10 GHI e Ra incy 10 ru Mont e du ferm eil Géné ral e clerc 0 Mo ntfer meil GHI e Raincy Montferme Service OR il 10 rue du Général Montferme eclerc il Nouveauté! a culture s invite au GHI redi 4 juin 20 de 15h à 19h Amphithéâtre Communications soutien à 20h ru e de Bagn olet Paris de 14h Réservée aux résidents et professionnels Réunion-débat autour du Cancer R eprésentation des chorales des collèges Jean Jaurès et Pablo Picasso Hall d accueil du GHI - 12h30 à 13h30 - tout public Mieux comprendre la radiothérapie 14h30 à 16h30 tout public Soirée Régionale AFSOS au GHI e Raincy Montfermeil Thème : actualité sur les soins de support - port s de etsup (AFSOS) sur les soin Bauchet : Chantal Actualité de séance Présidente 18h30 19h participants Accueil des Actualités buffet autour d un de l AFSOS Alimentation préns pour la recommandatiodes nausées et ent Nouvelles le traitem vention et chimio-induits vomissements 19h15 20h45 Montfermeil Durand ogie Jean-Philippe er- Unité de Cancérol Hospitali AP-HP) (Praticien er Cochin, Groupe Hospitali 20h Cohen eil) Alexandra GHI Montferm (Diététicienne, Moyon Montfermeil) Jocelyne Cadre de santé, GHI (Diététicienne, cancer en atteints de : un patients croyances Soigner les de leurs croyance tenant compte science et périple entre Oncologie, Florence Barruel clinicienne, (Psychologue et cancer des patients alimentaire au GHI Comportement: enquête réalisée ie en oncolog 21H15 l'après cancer charge de ation? Prise en r son aliment doit-on change : aurent Zelek r- Oncologie, CHU Avicenne) (Praticien Hospitalie GHI Montfer- meil) 21h45 22h Avec le partenaria Discussion Avec le soutien es des laboratoir buffet Clôture et t de 18h30/22h à l amphithéâtre Réservée aux professionnels. Contact : Mme Barruel Samedi 19 juin 5ème du tournoi de tennis A Chelles à partir de 13h30 Animations : tennis, jeux de plein air, badminton, pétanque et tennis de table. Suivi d un barbecue participation de 7 (incluant matériels, boissons et barbecue) Inscription avant le 12 juin auprès de : Christelle (82 76) ou ydie ( ) Nouveauté! a culture s invite au GHI Mercredi 16 juin Représentation des élèves de l école de musique de Montfermeil Hall d accueil du GHI - 12h30 à 13h30 - tout public Jeudi 24 juin Journée Don d organes «Pour ou contre faites le savoir à votre proche» Bulletin d information édité par le Groupe Hospitalier Intercommunal e Raincy-Montfermeil 10 rue du général eclerc Montfermeil Direction de la publication : Jean-ouis Feutrie (directeur général) Responsable de la communication : Christine Hiaumet (87 71) Photos : service communication Impression & mise en page : Graphic Eclair Dépôt légal mai _GHI_MAI10.indd 8 Exposition sur les prélèvements, sur les greffes... dans le Hall d accueil. Pour répondre à vos questions des professionnels de la santé vous accueillerons toute la journée. N hésitez pas à venir les rencontrer.

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

C.H.U. DE FORT DE FRANCE

C.H.U. DE FORT DE FRANCE DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE C.H.U. DE FORT DE FRANCE PROJET D ETABLISSEMENT VOLET PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES 2006 2010 VOLUME 4 Euro Conseil Santé 91, rue du Faubourg Saint Honoré 75 008 PARIS

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

Programme National pour la Sécurité des Patients

Programme National pour la Sécurité des Patients Programme National pour la Sécurité des Patients Isabelle Martin Marie-France Angelini Tibert Cellule de coordination des vigilances et des risques liés aux soins Nathalie Lugagne Delpon responsable pôle

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

Développement Professionnel Continu (DPC)

Développement Professionnel Continu (DPC) Développement Professionnel Continu (DPC) Journée régionale de l ALIBODE Samedi 23 novembre 2013 Monique MONTAGNON Ancienne coordinatrice des soins de CHU Collaboratrice à la HAS Formatrice SOMMAIRE I

Plus en détail

Le Développement Professionnel Continu

Le Développement Professionnel Continu Le Développement Professionnel Continu des médecins, pharmaciens et odontologistes au CHRU de Montpellier De quoi s agit-il? Le Développement Professionnel Continu (DPC) réunit dans un concept commun la

Plus en détail

Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011

Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011 Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011 SOMMAIRE Le Comité de Pilotage de la Démarche d amélioration continue de la Qualité Page 2 II-1 Améliorer la qualité de la prise en charge des patients

Plus en détail

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) Le lien entre FMI et FMC 50% des connaissances seraient obsolètes en l espace de 7 ans. En même temps qu une masse critique d exercice, la FMC est donc indispensable pour

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

La formation comme levier de changement des pratiques

La formation comme levier de changement des pratiques Place des pharmaciens d officine au sein du réseau Onco 94 Ouest La formation comme levier de changement des pratiques 2 ème congrès des Réseaux de cancérologie Rouen Atelier : place de la formation 3

Plus en détail

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Définition «Le DPC comporte l analyse par tous les professionnels de santé (PS) de leurs pratiques

Plus en détail

Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses

Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses Evaluation des Pratiques Professionnelles Pose de Cathéter Veineux Périphérique (CVP) et manipulations des lignes veineuses Diffusion et communication de bonnes pratiques CHU_ Hôpitaux de Rouen - page

Plus en détail

Programme 2015 du RéQua-Sanitaire. 14 octobre 2015

Programme 2015 du RéQua-Sanitaire. 14 octobre 2015 Programme 2015 du RéQua-Sanitaire 14 octobre 2015 Conception du programme Enquête de satisfaction et des attentes réalisée auprès de tous les adhérents Enquête sur les grandes orientations pressenties

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Certification V2014. Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé. Juillet 2013 ACC01-F203-A

Certification V2014. Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé. Juillet 2013 ACC01-F203-A Certification V2014 Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé Juillet 2013 ACC01-F203-A Sommaire 1. Les enjeux et les ambitions : une démarche plus

Plus en détail

Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire

Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire Pr P François Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble Haute Autorité de santé : Chargé de Mission pour l Evaluation

Plus en détail

Le Dossier Patient Informatisé

Le Dossier Patient Informatisé Le Dossier Patient Informatisé D.P.I Yann MORVEZEN DSIO CHU de Toulouse Le contexte ( 1 ) Le projet d établissement «centré sur le patient, le système d information prend place parmi les enjeux et les

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die LES RENCONTRES DU MANAGEMENT Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die Dr Florence TARPIN-LYONNET Chef de Pôle des activités de soins et d Hospitalisation à Domicile CH Crest Présidente CME Retour

Plus en détail

Les Certificats de Qualification Professionnelle : Présentation de la démarche

Les Certificats de Qualification Professionnelle : Présentation de la démarche Les Certificats de Qualification Professionnelle : Présentation de la démarche Le 2 juin dernier les partenaires sociaux de l Interbranches des Etablissements d enseignement privés (EEP) ont signé l accord

Plus en détail

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification.

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification. 2èmes Journées Internationales Francophone de Stérilisation 12 et 13 Septembre 2014 Marrakech - Maroc Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT 1 CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT Dr Bertrand ISAAC Pharmacien Praticien Hospitalier Centre Hospitalier Loire Vendée Océan

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Comment réussir ce rendez-vous annuel?

Comment réussir ce rendez-vous annuel? Direction des Ressources Humaines Guide pratique de l évaluateur pour L Entretien Annuel Campagne 2011 Comment réussir ce rendez-vous annuel? 1 1. L entretien annuel, qu est- ce que c est? Un temps de

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

La visite de certification(v2014)

La visite de certification(v2014) La visite de certification(v2014) Journée régionale CAPPS 12 juin 2015 Dr C. BOHEC UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Le CLCC et la certification Rappel Centre de Lutte contre le cancer

Plus en détail

Projet gestion des risques et qualité 2015-2019. CME 9 décembre 2014 Amélie VERDIER

Projet gestion des risques et qualité 2015-2019. CME 9 décembre 2014 Amélie VERDIER Projet gestion des risques et qualité 2015-2019 CME 9 décembre 2014 Amélie VERDIER 1 L approche d élaboration Le projet gestion des risques et qualité aborde l ensemble des domaines (qualité/sécurité des

Plus en détail

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Strasbourg, 10 Mars 2015 DDCP-YD/NHSM (2015) 4F LA FIN DU COMMENCEMENT? Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Centre Européen de la Jeunesse, Strasbourg 27 au 30 Mai 2015 Informations et appel

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

Termes de référence Activité 1

Termes de référence Activité 1 1 Termes de référence Activité 1 Atelier de formation thématique au journalisme d investigation Projet Médias d Afrique centrale contre le VIH PROJET MA-VIH VOLET 1 N D ACTION / ACTIVITE CODE 1 /1 MAUEA4111F30

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

CERTIFICATION V2014. Centre Hospitalier Givors. Cycle de conférences FHF RA 30 septembre 2014

CERTIFICATION V2014. Centre Hospitalier Givors. Cycle de conférences FHF RA 30 septembre 2014 CERTIFICATION V2014 Centre Hospitalier Givors Cycle de conférences FHF RA 30 septembre 2014 1 Plan de la présentation - Présentation du CH - Mode de pilotage de la démarche - Comment aborder le compte-qualité?

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou

Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou www.meah.sante.gouv.fr Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou KA Dinh-Van, N Tisserand, C Lemée, F Michel, F Alvarez, D

Plus en détail

COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP?

COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP? COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP? Philippe SCHERPEREEL Consultant Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille 59037 LILLE 2007 p-scherpereel@chru-lille.fr 1 PRINCIPE DYNAMIQUE

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

Groupe Expert Dialogue de Gestion. 1 ère rencontre 30 mai 2013

Groupe Expert Dialogue de Gestion. 1 ère rencontre 30 mai 2013 Groupe Expert Dialogue de Gestion 1 ère rencontre 30 mai 2013 Plan de la présentation LE CONTEXTE LES OBJECTIFS SPECIFIQUES DES TRAVAUX DU GROUPE EXPERT DIALOGUE DE GESTION DEFINITION DU PROGRAMME DE TRAVAIL

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Présents à l hôpital dans tous les services, les infirmiers et les infirmières dispensent

Plus en détail

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription ATELIER CV Cet atelier vous aide à travailler ou retravailler votre CV : - repérage des compétences - mise en forme du CV - possibilité d insérer une photo - enregistrement de votre CV sur différents supports

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

FAIRE LA RECHERCHE: À PROPOS DES

FAIRE LA RECHERCHE: À PROPOS DES Site Pitié-Salpêtrière FAIRE LA RECHERCHE: À PROPOS DES OBSTACLES RENCONTRES PAR LA DÉMARCHE D OBJECTIVATION SUR LE TERRAIN L expérience du pôle MSN Bourmaleau. J Lefebvre. S LES MOTIVATIONS - L institution:

Plus en détail

Projet Addictions sans substance. Questionnaire

Projet Addictions sans substance. Questionnaire Projet Addictions sans substance Questionnaire Ce projet a pour objectif d établir un état des lieux de l accueil et de l accompagnement dans les structures du secteur médico-social, des addictions sans

Plus en détail

«patient traceur» et V2014 charles.arich@chu-nimes.fr

«patient traceur» et V2014 charles.arich@chu-nimes.fr «patient traceur» et V2014 charles.arich@chu-nimes.fr Préambule La méthode du patient-traceur analyse de manière rétrospective le parcours d un patient de l amont de son hospitalisation jusqu à l aval,

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La «trousse de bientraitance» est

Plus en détail

SAVOIR PRESENTER ET SOUTENIR UN PROJET D AMENAGEMENT FACE AUX IRP

SAVOIR PRESENTER ET SOUTENIR UN PROJET D AMENAGEMENT FACE AUX IRP SAVOIR PRESENTER ET SOUTENIR UN PROJET D AMENAGEMENT FACE AUX IRP Durée : 2 jours - Lieu : Paris Lundi 23 et Mardi 24 Septembre 2013 Lundi 10 et Mardi 11 Février 2014 Lieu de la formation CLUB CONFAIR

Plus en détail

Allocution Ouverture Hopipharm 2011 Nantes. Chers Amis,

Allocution Ouverture Hopipharm 2011 Nantes. Chers Amis, Chers Amis, Hopipharm fait escale en 2011 sur la côte atlantique et nos confrères de l Ouest nous font le grand plaisir de nous accueillir dans leur belle ville de Nantes pour ces trois journées intenses

Plus en détail

Information aux patients et à leurs proches. Espace médiation. Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches

Information aux patients et à leurs proches. Espace médiation. Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches Information aux patients et à leurs proches Espace médiation Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches Quand solliciter l espace médiation? Vous rencontrez un problème à l hôpital

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE Mylène COULAUD cadre supérieur de santé Olivier RASTOUIL directeur des ressources humaines

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT DE SANTE...

Plus en détail

Centre de Formation des Professionnels de Santé

Centre de Formation des Professionnels de Santé Centre de Formation des Professionnels de Santé Hôpital de la Cavale Blanche 29609 BREST Cedex CATALOGUE DES FORMATIONS 2014 SOMMAIRE FORMATIONS CONTINUES Responsabilité, législation :...p.3 - Obligations

Plus en détail

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Dr Nelly LE REUN, DIU soignant en gérontologie, Brest, 9 mai 2012 11/05/2012 1 Formation initiale Formation continue: acquisition de nouvelles

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE (Recherche, Enseignement, Soins, Information, Lutte et Initiatives pour les Adolescents et les ENfants atteints de CancEr). 1. CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

Rappels : Les structures d HAD sont soumises aux mêmes règles et obligations que les établissements de santé «classiques» en matière de qualité et de sécurité des soins, notamment dans le domaine pharmaceutique.

Plus en détail

Le nouveau tableau de bord de gestion

Le nouveau tableau de bord de gestion Formation Rencontre thématique CTC Conseil 2013 Le nouveau tableau de bord de gestion Contrôler Décider Communiquer CTC Conseil a été créé en 1992, à l initiative de Claude CHEZAUD, son Directeur Général,

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation Centre Hospitalier d Argenteuil (95) F. Lémann, PH-coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Co-facilitateur

Plus en détail

LOI HPST DPC : OBLIGATIONS LÉGALES CDOM ORGANISME ENREGISTRE

LOI HPST DPC : OBLIGATIONS LÉGALES CDOM ORGANISME ENREGISTRE LOI HPST DPC : OBLIGATIONS LÉGALES CDOM ORGANISME ENREGISTRE LOI HPST Article 59 de la loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l Hôpital et relative aux Patients, à la Santé et aux Territoires

Plus en détail

Améliorer la qualité et la sécurité des soins

Améliorer la qualité et la sécurité des soins HORS SÉRIE CERTIFICATION Avril 2015 Journal du Groupement des Hôpitaux de l Institut Catholique de Lille Améliorer la qualité et la sécurité des soins Une certification au service des démarches d amélioration

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE L HOPITAL DE JOUR CHIMIOTHERAPIE

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE L HOPITAL DE JOUR CHIMIOTHERAPIE L hôpital de jour de chimiothérapie accueille les patients des services d oncologie, d hépato-gastro-entérologie et d hématologie, nécessitant des séances de chimiothérapie. Article 1 : Organisation de

Plus en détail

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES Conférence de Presse JANVIER 2008 CONTACT PRESSE Anne-Laure Vautier Tel : 04 42 43 20 11 - E-mail

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

Guide du Professionnel

Guide du Professionnel Guide du Professionnel Forum des Métiers et de la Formation du Pays du Centre Ouest Bretagne 29 et 30 janvier 2010 à Gourin Madame, Monsieur, Vous avez accepté de participer au Forum des Métiers et de

Plus en détail

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Promouvoir les soins pharmaceutiques

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Promouvoir les soins pharmaceutiques FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES Promouvoir les soins pharmaceutiques PRÉSENTATION DE LA FORMATION Contexte Le métier du pharmacien est en pleine évolution. Un concept qui va

Plus en détail

FORMATIONS 2014 Structures Médico-sociales

FORMATIONS 2014 Structures Médico-sociales STRUCTURES MEDICO- SOCIALES NOTRE PHILOSOPHIE 2 0 1 4 Pourquoi choisir Expert Juridique Santé? Expert Juridique Santé est un organisme de formation continue spécifique aux établissements de santé et aux

Plus en détail

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession La qualité n'est pas une notion nouvelle dans le monde de la santé. Depuis un certain temps, des actions ont été engagées pour améliorer la qualité des prestations proposées dans ce domaine. Dans l'environnement

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Édito. Ce guide est conçu pour vous informer de toutes ces initiatives, vous orienter et vous aider en matière de handicap et de santé.

Édito. Ce guide est conçu pour vous informer de toutes ces initiatives, vous orienter et vous aider en matière de handicap et de santé. é t n a S n o i La Miss p a c i d n a H & s n a é l r O d e i r de la mai Édito Depuis 2002, la mairie d Orléans s est dotée d un service «Mission Santé et Handicap» avec l objectif de prendre en compte

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Formation AFNOR CERTIFICATION EDWIGE GUERLIN. Photo non contractuelle. Toute reproduction interdite sans le consentement d AFNOR CERTIFICATION.

Formation AFNOR CERTIFICATION EDWIGE GUERLIN. Photo non contractuelle. Toute reproduction interdite sans le consentement d AFNOR CERTIFICATION. Formation Espace Sentein et certification AFNOR CERTIFICATION RÉFÉRENT(E) BIENTRAITANCE DANS LES SECTEURS SOCIAL, MÉDICO-SOCIAL ET SANITAIRE, CERTIFIÉ(E) AFNOR EDWIGE GUERLIN 54 31/01/2012 30/01/2015 RÉFÉRENT

Plus en détail

Dossier spécial réforme de la formation professionnelle

Dossier spécial réforme de la formation professionnelle Dossier spécial réforme de la formation professionnelle ABILWAYS vous propose un dossier spécial sur la réforme de la formation professionnelle. Issu de l Accord National Interprofessionnel du 14/12/2013

Plus en détail

Principaux points des décrets publiés au Bulletin officiel 6038 du 12/04/2012

Principaux points des décrets publiés au Bulletin officiel 6038 du 12/04/2012 Principaux points des décrets publiés au Bulletin officiel 608 du 1/0/01 Décret n -1-95 modifiant le décret n -99-69 du 6 octobre 1999 relatif à la protection et à l'indemnisation de certaines catégories

Plus en détail

Les ateliers du CCECQA

Les ateliers du CCECQA Les ateliers du CCECQA Certification V2014 Retours d'expériences et premiers enseignements Outils d aide aux établissements : Travaux de la FORAP Jeudi 09 Avril 2015 Le Dr D.Veillard Aucun lien d intérêts

Plus en détail

I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim.

I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim. I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim. A. Les politiques 1) La politique qualité Les démarches d évaluation et d amélioration continues de la

Plus en détail

CENTRE RESSOURCES AUTISME de BASSE-NORMANDIE *********** PRESENTATION De l Activité de FORMATION Pour l Année 2010-11

CENTRE RESSOURCES AUTISME de BASSE-NORMANDIE *********** PRESENTATION De l Activité de FORMATION Pour l Année 2010-11 CENTRE RESSOURCES AUTISME de BASSE-NORMANDIE *********** PRESENTATION De l Activité de FORMATION Pour l Année 2010-11 Sommaire Généralités Objectifs et moyens, Approche intégrative, Destinataires, Renseignements

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

Jour 1 : Les concepts Les forces du système de santé québécois Comparaisons internationales. 22 octobre 2013. Pause réseautage et visite des exposants

Jour 1 : Les concepts Les forces du système de santé québécois Comparaisons internationales. 22 octobre 2013. Pause réseautage et visite des exposants 8 : 00 am 9 : 00 am 9 : 00 am 10 : 00 am Jour 1 : Les concepts Les forces du système de santé québécois Comparaisons internationales 22 octobre 2013 8 : 00 Inscription et accueil 8 : 30 Ouverture Président

Plus en détail

PREFET DE LA HAUTE-GARONNE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS

PREFET DE LA HAUTE-GARONNE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS PREFET DE LA HAUTE-GARONNE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS N 2015-09-310-313 publié le 04 SEPTEMBRE 2015 SOMMAIRE 31 Université Toulouse Jean-Jaurès DRH Pôle Gestion des Personnels BIATSS Bureau des concours

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

Risques et dispositifs médicaux. «Responsabilités encourues» Isabelle Lucas-Baloup. 12, 13 et 14 octobre 2010

Risques et dispositifs médicaux. «Responsabilités encourues» Isabelle Lucas-Baloup. 12, 13 et 14 octobre 2010 Risques et dispositifs médicaux «Responsabilités encourues» 1 Le circuit du dispositif médical Responsabilité D.M. approche systématique approche du produit implique analyse des missions et responsabilités

Plus en détail

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers IPs Institut Perspective Soignante Pour une pratique porteuse de sens et respectueuse des personnes UCL Université Catholique de Louvain Unité des sciences hospitalières et médico-sociales Certificat universitaire

Plus en détail

Organisation et qualité

Organisation et qualité 12 Organisation Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est d améliorer la qualité de service aux clients et l efficience de l entreprise, par la conduite de projets ou de démarches contribuant

Plus en détail

Maladie de Parkinson. et prise en charge. La prise en charge à 100 %

Maladie de Parkinson. et prise en charge. La prise en charge à 100 % Actuellement, vous êtes près de 6,5 millions dans le monde et 150 000 en France à être atteints par la maladie de Parkinson. Vous pourrez avoir besoin d informations administratives, pratiques... ou tout

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail