Groupe Eyrolles, 2004, ISBN :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Groupe Eyrolles, 2004, ISBN : 2-212-11395-1"

Transcription

1 Groupe Eyrolles, 2004, ISBN :

2 Chapitre 3 modélisation Du test en charge à la L analyse des performances L analyse des performances est l étude du comportement d un système informatique en termes de ressources et de propriétés mesurables. Les techniques d analyse des performances sont utilisées pour déterminer la capacité d une architecture d un système informatique à supporter la charge et pour identifier les parties de l architecture où des problèmes de performance sont susceptibles de se produire. [26] Modèle de charge Relie le business et les performances Exigences Savoir quoi analyser en premier Objectifs Ce que les performances doivent être Modélisation Ce que les performances pourraient être Tests en charge Ce que les performances sont Performance et mesures Une approche pragmatique et proactive des performances Figure 24. La modélisation, méthode complémentaire des tests en charge. Les propriétés mesurables et la nature des ressources à analyser peuvent varier en fonction du système à étudier. En ce qui concerne les systèmes informatiques, les paramètres typiques sont les temps de réponse de bout à bout, le volume du trafic réseau, l utilisation des processeurs et le nombre d utilisateurs correspondant au volume de requêtes traitées. Cette liste n est pas exhaustive : beaucoup d autres propriétés d un système peuvent également influer sur les performances. L analyse des performances a pour objet de déterminer comment les systèmes se comportent dans certaines conditions. Elle peut être employée pour comparer différentes architectures d un système afin d évaluer leurs 39

3 mérites respectifs en termes de ressources nécessaires à la réalisation d objectifs et d exigences prédéterminées par les spécifications de l entreprise. Sont exclus du cadre de l analyse des performances les problèmes concernant l exploitation, la maintenabilité et la vérification de l exactitude fonctionnelle des applications. Ce sont des éléments importants qui concernent d autres métiers intervenant dans les processus de conception et de réalisation. Une architecture acceptable d un point de vue des performances peut être inacceptable selon tout ou partie des autres points de vue. De même, une architecture qui satisfait aux critères d exploitabilité peut ne pas être acceptable du point de vue de ses performances et devoir être révisée. L analyse des performances doit être perçue comme une discipline qui complète la famille des fonctions plus traditionnelles intervenant lors de la conception et du développement des systèmes informatiques, et qui ne les remplace pas. Elle est utilisée pour assister les autres disciplines à fournir des systèmes qui satisfont aux objectifs de performances spécifiés. L analyse des performances est multidisciplinaire et comprend : la compréhension des architectures et des technologies : une compréhension dynamique et expérimentale des technologies utilisées et de l architecture d un système à étudier est indispensable pour savoir le superviser, le modéliser, l évaluer avec pertinence, et produire des rapports circonstanciés ; la réalisation des tests en charge ; la modélisation des performances ; le capacity planning ; la gestion de la qualité de service, c est-à-dire comprendre les attentes des acteurs d un processus métier au cours de la négociation du contrat de service (SLA), définir les niveaux de service, surveiller, une fois l application déployée, que le contrat est bien respecté, et établir des rapports concis, clairs et compréhensibles par tous les acteurs. Nous ne nous intéresserons pas ici à la dernière discipline, dont le but est de superviser les performances des systèmes informatiques après leur mise en production. 40 CHAPITRE 3 DU TEST EN CHARGE À LA MODÉLISATION

4 Le test en charge et le benchmarking Les problèmes de performance sont consécutifs à des événements prévisibles ou imprévisibles. Ainsi, les tests de performance devraient être conçus autour de ces deux types d événements. Mais comment la performance estelle testée? Avec tant de variables, comment pouvons-nous en réalité mesurer la performance d un site Web, d une architecture ou d un système? Dans son sens le plus large, le test de performance permet d observer et d évaluer les réponses d un projet dans toutes les conditions de charge possibles pendant toutes les périodes possibles. Lorsque des incidents apparaissent durant les tests, les informations sont analysées avec la collaboration de l ensemble des acteurs du projet. Le test en charge ou le benchmarking sont des activités qui appartiennent aux domaines de la vérification et de la validation. Ils permettent de s assurer qu un système est conforme à ses spécifications. Tous les mois, des dizaines de magazines informatiques à grand tirage présentent des bancs d essais comparatifs de processeurs, de cartes-mères ou de cartes vidéos. Un benchmark est un ensemble de programmes étalons (banc d essai) permettant de mesurer la capacité d un composant ou un ensemble de composants. Afin que les fournisseurs ne puissent pas afficher des chiffres avantageux, les conditions de tests sont strictes, toujours les mêmes et vérifiées par une autorité indépendante. Ces bancs d essais existent également pour le matériel destiné aux entreprises. On les appelle «benchmarks» ; il en existe deux catégories principales : Les benchmarks au niveau processeur. Ils sont organisés et contrôlés par des autorités indépendantes des fournisseurs et permettent de comparer la puissance des machines. Le principal organisme est le Standard Performance Evaluation Corporation, dont le premier benchmark comparatif des processeurs date de 1989 (unité reconnue de comparaison : SpecINT). Citons également Whetstone ou Dhrystone. [35] Les benchmarks au niveau système. Différents organismes comparent les performances des serveurs informatiques complets soumis à de véritables applications de tests. L organisme le plus répandu est le Transaction Performance Council, dont le premier benchmark comparatif des processeurs date de la fin des années 1980 (unités reconnues de comparaison : tpmc et $/tpmc) Figure 25. Le benchmark : l étalon ou banc d essai de performance. Le terme «benchmark», lorsqu il est utilisé dans le domaine des tests en charge, décrit un test en charge permettant d évaluer les performances d un système informatique (ensemble composé de 1 à M machines, de 1 à N 41

5 logiciels, de 1 à P réseaux). Le benchmarking est en général associé à une notion de comparaison de plusieurs solutions à un problème posé. Vérification de l'ihm Test de compatibilité Validation des champs Test de profil Validation niveau global Test IHM Stratégie de test Test de scripts de BdD Test destructif Consistance de l'ihm Test de stress Test contrôle standard Test de performance Test fonctionnel Les tests de charge Tests de scénario Tests négatifs Figure 26. Les tests de charge et la stratégie de test. Le test en charge consiste à réaliser et à mettre en œuvre un logiciel spécifique de tests qui permettra de vérifier que, sous les conditions décrites, le système est capable de fonctionner correctement, et d en connaître les limites. Un système à tester Afin de quantifier la représentativité du comportement d un système à tester, il est nécessaire de définir un certain nombre de paramètres d entrée, intermédiaires ou de sortie, censés représenter l état du système. Il convient alors de comparer, pour ces paramètres représentatifs, les valeurs obtenues en simulation avec celles obtenues lors des essais réels pour des scénarios ou jeux de paramètres d entrée identiques. Entrées Sorties Utilisateurs -type, nombre État de l'application Contexte technique - serveurs, réseaux, stations Application Stations Réseaux Serveurs Activités applicatives Temps de réponse Activités systèmes Figure 27. Les paramètres du système à tester. 42 CHAPITRE 3 DU TEST EN CHARGE À LA MODÉLISATION

6 Lors d un test en charge, différents paramètres sont à prendre en compte : le contexte informatique : le système à tester, matériel (une ou plusieurs machines, pour chaque machine d une ou plusieurs configurations différentes), et logiciel (des traitements des données, des requêtes utilisateur, des traitements par lots) ; le contexte d essais : une organisation des traitements effectués sur le système ces traitements sont supposés être représentatifs d un fonctionnement type du système ; le contexte de performance : un procédé de métrologie pour caractériser la charge informatique générée par le contexte d essais, il faut tenter de la quantifier à l aide de diverses mesures réalisées sur les composants du système à tester ; des outils d évaluation des performances du système informatique : les mesures s effectuent à l aide d outils non intrusifs ou intrusifs par rapport aux paramètres à observer (les outils intrusifs peuvent modifier les performances de fonctionnement du système à tester). La notion de performance Dans la théorie des systèmes asservis, on distingue trois types de performances : performance du processus, précision et stabilité. Performances d'un système de commande Performance du processus transitoire Précision Stabilité Figure 28. Les trois types de performance. Les performances d un système sont obtenues en introduisant à son entrée un signal de test. En général, il est déterminé par sa réponse indicielle. Ce type de réponse est facile à obtenir, de plus, pratiquement tous les systèmes réagissent à un échelon. [32] Dans un système asservi en réalité, il ne faut pas systématiquement donner préférence à un résultat donné, mais plutôt considérer un compromis sur les attendus qui dépendent surtout de la nature du système physique à commander. Par exemple, il ne faut pas seulement privilégier le nombre maximal d utilisateurs à atteindre car cela peut induire une dégradation du temps de réponse par utilisateur. 43

7 Réaction Régime transitoire Régime permanent Stimulus Temps Figure 29. Un graphique représentatif des deux phases de tests en charge. Sur le schéma (figure 29) deux phases typiques composent le test en charge : le régime transitoire : la phase de montée et d oscillation ; le régime permanent : la phase considérée comme plus stable. s(t) s(t) Système stable t Système instable t Figure 30. La stabilité et l instabilité. Un système en charge est stable si sous une charge injectée, il n y a pas de variation importante des valeurs dites «de sortie». Cela introduit indirectement la notion de domaine de fonctionnement d un système. Les zones de fonctionnement et de non-fonctionnement Une valeur d entrée est une valeur appliquée à un système indépendante des autres valeurs du système. Une valeur de sortie est fournie par le système en fonction des valeurs d entrée. Chaque entrée peut provoquer des variations sur les sorties. L analyse comportementale d un système complexe à travers un test en charge doit permettre de découper l espace des entrées en zones de fonctionnement homogènes. Une zone de fonctionnement homogène caractérise l ensemble de cas produisant des sorties appartenant majoritairement à une des classes de la sortie caractéristique du système. Là encore, le choix de la sortie, ainsi que les règles de classification qui lui sont appliquées sont fondamentaux dans 44 CHAPITRE 3 DU TEST EN CHARGE À LA MODÉLISATION

8 la démarche car le comportement du système n est alors plus vu qu au travers de la classe d appartenance de la sortie étudiée. En synthèse, si le résultat de sortie n appartient pas à la classe attendue, le système est supposé ne pas fonctionner. La non-linéarité évidente du fonctionnement des systèmes complexes, ainsi que la recherche des paramètres les plus influents sur son comportement, devraient pousser les maîtrises d œuvre à construire un graphe d état du système représentant le comportement du logiciel. En général, seule la structure des graphes est exploitée, notamment pour détecter les interblocages et connaître notamment le franchissement des transitions. A D F ADG ADF AEF B G B E H BDG BDF BDF Figure 31. Des automates modélisant un système et un extrait du graphe d état global. Avant de commencer les tests, il faut identifier les critères passe/échoue pour évaluer ce que sera la performance réelle. Trop souvent, les tests commencent sans que les testeurs comprennent ce qui devrait être testé. Autrement dit, il faut connaître les conditions de démarrage du test pour déterminer ce qui doit être mesuré ou testé. C est ce qui permet de déterminer si un test passe ou échoue. Ainsi, tester en charge un système revient à tracer les lignes entre les espaces de fonctionnement et de non-fonctionnement. Zone de non-fonctionnement Zone de fonctionnement Figure 32. La zone de fonctionnement. 45

9 Tenir la charge et définir son évolution Les systèmes ont des ressources limitées. Par exemple, la capacité de calcul d un serveur, la capacité de parallélisme des processus et des modules de traitement (thread) sont limitées. Pour savoir si un système informatique va tenir la charge il faut étudier l évolution de divers paramètres de sortie du système et de leurs interactions. Si l on observe théoriquement l évolution des temps de réponse et du débit en fonction de la charge, il est possible de distinguer deux cas : le système parfait : quelles que soient les entrées, les sorties restent stables ; le système réel : rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme et les temps de réponse ont tendance à croître lentement jusqu à un seuil où l évolution devient exponentielle ; quant au débit de traitement, il croit tant qu il peut, se stabilise, puis s écroule. Pour s assurer qu un système va tenir la charge, il faut effectuer divers essais afin de mesurer l écart selon les deux courbes types de la figure 33. Puis, il faut obtenir des informations sur l état de «santé» du système et sur son comportement. Il est possible de trouver des erreurs, des dysfonctionnements lors des tests en charge. Tout comportement non décrit dans les spécifications doit être noté. Le débit de traitement du système peut être un comptage des actions métier effectuées, un comptage de valeurs représentatives de l activité de l applicatif, des écrans, des pages Web, des hits. Temps de réponse Système réel Débit Système parfait Système parfait Système réel Charge en entrée Charge en entrée Figure 33. Le temps de réponse et le débit : les deux cas. Tracer la courbe de la figure 34 revient à effectuer plusieurs essais en faisant évoluer deux variables : la charge injectée et le nombre d utilisateurs servant à générer la charge correspondante. Pour s assurer que le système offre toujours de bonnes performances, il suffit de tracer la courbe et de préciser les zones qui sont considérées comme valables par rapport aux besoins définis dans le cahier des charges du système. 46 CHAPITRE 3 DU TEST EN CHARGE À LA MODÉLISATION

10 Temps de réponse Inacceptable Acceptable Charge injectée 1 essai Nombre d'utilisateurs Figure 34. Le temps de réponse selon le nombre d utilisateurs et la charge. Des opérations d optimisation peuvent amener la courbe des performances dans la zone acceptable (voir figure 35). Temps de réponse Performances initiales Performances améliorées Charge actuelle Charge à la cible Inacceptable Acceptable Nombre d'utilisateurs Figure 35. L évolution résultant d une optimisation. La surveillance de l utilisation des ressources système grâce à des courbes telles celles de la figure 36 permet d identifier des limites imposées par ces ressources, voire la sous-utilisation de certaines ressources. Valeurs système Accès réseau Mémoire Unité centrale Accès disque Nombre d'utilisateurs Figure 36. La consommation de ressources en fonction du nombre d utilisateurs. 47

11 Les différents types de tests en charge Les systèmes asservis sont généralement soumis aux signaux de tests comme illustré par la figure 37. Il est possible de classer les tests selon les catégories suivantes : les tests des accès concurrents : vérification de la réponse impulsionnelle ; les tests en charge (nominal et autour) : réponse indicielle et en vitesse ; les tests aux limites (au-delà du nominal) : réponse en vitesse ; les tests d endurance. Excitation Réaction Impulsionnelle Indicielle Vitesse Figure 37. Les systèmes asservis et les signaux de test. Trois types de charges transactionnelles sont généralement effectués : le fonctionnement en palier simple ; la variation au niveau de la montée en paliers (palier en escalier) ; la prise en compte de rafales (phases de stress) une fois le palier établi. Fiabiliser le système nécessite de s assurer d une part que quelle que soit la pente de charge le système pourra la gérer, et d autre part que les pentes non supportées par le système ne sont pas probables en production. Les tests des accès concurrents En ce qui concerne les utilisateurs asynchrones, il n y a pas de cohérence d ensemble dans le comportement des utilisateurs simulés. C est ce qui est observable dans la réalité : les utilisateurs travaillent à leur rythme, indépendamment les uns des autres. En ce qui concerne les utilisateurs synchrones, il y a une cohérence d ensemble dans le comportement des utilisateurs simulés. Cela peut s observer lors de la reconnexion au système suite à une panne : des cas de 48 CHAPITRE 3 DU TEST EN CHARGE À LA MODÉLISATION

12 synchronisation forte peuvent alors être observés, avec génération d un pic d activité. Utilisateurs A B C Figure 38. Des utilisateurs asynchrones et des utilisateurs synchrones. Temps Pour deux traitements A et B s exécutant en parallèle, il est possible de distinguer différents cas d exécution, comme illustré à la figure 39. Les tests de simultanéité ou de concurrence consistent à faire exécuter en parallèle des transactions afin de trouver la limite du système lors de la montée en charge simultanée. A et B séquentiels A B et B A A et B en parallèle en un point A B et B A A et B en parallèle à n/10 A B et B A A et B en parallèle total A B Temps Figure 39. Du parallélisme entre traitements. Si l on considère deux traitements concurrentiels, équivalents ou différents, il faudra, pour être sûr de leur bon déroulement, les faire exécuter selon tous les cas préalablement cités : l ordre entre deux traitements entre en ligne de compte dans la recherche des cas de dysfonctionnement. [4] Les tests à la charge nominale Effectuer la montée en charge d un système revient à faire exécuter le profil de charge suivant : 49

13 montée en charge progressive, connexion progressive des utilisateurs ; palier de fonctionnement, avec la possibilité d une variation de durée des transactions (par exemple, de 10 secondes à 3 minutes) ; décroissance progressive de la charge. Nombre de stations actives... Une connexion toutes les x secondes Une déconnexion toutes les y secondes Temps de fonctionnement Figure 40. La variation des montées en charge. Il est indispensable d effectuer différents essais, en faisant varier le nombre d utilisateurs et la fréquence de soumission des transactions. On peut faire varier la pente de charge en fonction de la durée : l élément variable est le laps de temps entre deux connexions. Les courbes de charge versus temps de réponse peuvent alors être tracées : elles permettent de vérifier la capacité de tenue en charge. Le test à la charge nominale consiste à injecter une charge représentative de la charge «standard» attendue en production. On considère une journée d utilisation standard (hors événement particulier) et on simule la charge de cette journée, réduite sur une période courte (généralement deux heures). Les résultats d un test en charge déterminent si la configuration du système (serveur Web, serveur d applications, base de données, bande passante de réseau) satisfait les exigences normales de performances pour ce projet. Il permet de déterminer les temps de réponse moyens typiques. Mis en œuvre tôt dans le cycle de développement, ce test peut aussi aider à établir la faisabilité ou la pertinence d une architecture particulière avant d investir dans des équipements et des développements qui s avéreraient incompatibles dans l usage réel. L afflux d une forte charge nominale ne doit pas provoquer l écroulement du système, sinon celui-ci est jugé non robuste. 50 CHAPITRE 3 DU TEST EN CHARGE À LA MODÉLISATION

14 Les tests de stress ou aux limites Le test de stress est utilisé pour déterminer si la configuration du système a la capacité de supporter un fonctionnement acceptable pendant le pic des heures d affluence. De plus, le test de stress est utilisé pour déterminer ce qui arrivera quand la capacité maximale du projet sera atteinte ainsi que l élément dimensionnant du système. Supposons, par exemple, que le système ne puisse supporter que 100 utilisateurs simultanés. Que va-t-il se passer quand arrivera le 101 ème? Il faut le savoir à l avance, puisque la performance du système devrait théoriquement se dégrader lentement et d une manière prévisible. Il faut donc comprendre comment le système réagira quand il travaillera au-delà de sa capacité. Une attention toute particulière doit être portée sur l intégrité fonctionnelle du système et de ses données pour s assurer que ses fonctions opèrent toujours correctement, même avec des charges dépassant les limites prévues. Qu arriverait-il si, en raison de charges excessives, le système calculait inexactement une opération toutes les 1000 transactions? La mise en œuvre d un crash test permet de répondre à ce type de question. Selon les circonstances, l impact d une surcharge peut être minimal ou catastrophique. Lorsque l impact du test de stress est important au point d entraîner la saturation totale du système en fin de test, il faut mesurer l intérêt du test avant de le réaliser. En effet, la durée de la restauration est parfois plus longue que le délai accordé pour réaliser les tests. Le test de stress aide à éviter une situation potentiellement désastreuse. Cela est particulièrement important lorsque le système utilise des répartiteurs de charge ou la réplication de données pour améliorer la performance. Les cas de tests doivent alors inclure les possibilités de conflits et il faut savoir comment le système les résout. Les tests de stress incluent les transactions qui réalisent des tests non seulement sur l unité centrale mais également sur les dispositifs d entrée/sortie et les systèmes de gestion des bases de données. Ces tests ont deux buts essentiels : trouver quand et où le système tombe, et analyser ce qui arrive quand il tombe. Cependant, certains de ces cas de tests peuvent ne pas être applicables à tous les systèmes : les cas de tests de stress dépendent fortement de la nature spécifique de l application. 51

15 Les tests de pic/rebond Le pic des heures d affluence peut se produire n importe quand. Une analyse des systèmes transactionnels classiques montre que les périodes de charge se situent entre 9 heures et 12 heures et entre 14 heures et 16 heures en Europe. Pour des sites de bourse en ligne, les pics se situent immédiatement après l ouverture et immédiatement avant la fermeture des marchés. Les tests de pic ou de rebond font partie des tests de stress. Ils sont liés à des variations de la distribution d arrivée des requêtes : à un instant donné il peut y avoir une arrivée massive et quelques minutes après un retour vers une faible charge. Les rebonds de la charge permettent, avec leurs variations hautes et basses, de mieux déterminer comment le système supporte les pics. Les tests de pics sont l équivalent de la prévision d ouragans en météorologie. Les prévisionnistes se demandent toujours quand la tempête arrive-t-elle, où sera-t-elle la plus puissante et quelle sera la force du vent? La tempête qui soufflera sur un site Web, bien que quelques systèmes soient plus susceptibles de subir des rafales que d autres, est une combinaison d événements prévisibles ou non de caractère mondial tels que les vacances, les dernières nouvelles importantes ou les événements spéciaux, et les publicités sur des produits, qui génèrent des pics «imprévisibles» ou des attaques volontaires. D où la question existentielle pour un testeur : Quand le pic aura-t-il lieu et quelle sera sa force? Les pointes sont caractérisées par les arrivées aléatoires et massives de clients ou de requêtes qui excèdent significativement des moyennes normales. Un site Web peut subir une croissance de charge exceptionnelle au cours d un laps de temps très court. Même lorsqu un site Web est capable d encaisser une forte charge, la nature soudaine d un pic de charge peut générer de sérieux problèmes. Certains sites Web ne peuvent pas gérer de telles montées en pic et il convient d effectuer des essais de pic qui mettent en œuvre à la fois la phase de connexion et la phase d exécution de transaction : variation de vitesse dans la montée en charge ; montée en charge suite à l atteinte d un palier ; connexion/déconnexion des utilisateurs une fois le palier atteint. 52 CHAPITRE 3 DU TEST EN CHARGE À LA MODÉLISATION

16 La montée en charge Lors des tests de montée en charge, il convient de distinguer deux phases : la montée en charge et le palier (régime stationnaire). Le point à surveiller dans la phase de montée en charge est la pente de connexions simultanées effectuées par les utilisateurs : comme le Web utilise un protocole a priori non connecté, cette pente est matérialisée par chaque demande de page. Le profil de charge nécessaire à la réalisation de ces tests est similaire à celui décrit précédemment. Il suffit de reprendre les tests précédents et de raccourcir la phase de montée en charge (par exemple : une nouvelle station active toutes les 2 secondes au lieu de toutes les 30 secondes). Cette accélération permet de vérifier que le système est bien dimensionné pour supporter le nombre d utilisateurs simultanés prévu. Nombre de stations actives 100 toutes les 1 s 10 toutes les 1 s 1 toutes les 1 s Temps Figure 41. Des exemples de taux de montée en charge. Plusieurs cas sont possibles. Montée en charge suivie d un retour à la charge nominale : profil de sûreté pour un portail. Montée en charge suite à l atteinte d un palier : à partir d un palier atteint, une nouvelle montée en charge a lieu. Ce cas permet de simuler, par exemple, le décalage d activité de deux centres supposés se connecter au même système : le mélange des deux charges (connexion et palier) ne doit pas provoquer l écroulement du système. Connexion/déconnexion des utilisateurs : à partir d un palier atteint, il y a oscillation au niveau des connexions et des déconnexions. Ce profil de charge permet de simuler le phénomène de déconnexion par inactivité que l on rencontre sur certains systèmes. Prise en compte de rafales : à partir d un palier atteint, une nouvelle montée en charge a lieu, le plus rapidement possible. Ce profil de charge permet de simuler, par exemple, l afflux rapide d appels dans un centre d appels générant un travail supplémentaire pendant une période courte. 53

17 Nombre de stations actives Charge nominale Portail Palier Temps de fonctionnement Connexion/déconnexion Rafales Figure 42. Les profils de montée en charge. Les tests d endurance Les tests d endurance sont là pour simuler une période de production classique. Certains problèmes se manifestent au bout d un certain temps. Ils sont de type famine de ressources comme le manque de mémoire (fuite mémoire) ou la non-libération de ressources applicatives. La modélisation des performances Aujourd hui, les systèmes informatiques, qui reposent sur des architectures de type N-tier, sont constitués d un grand nombre de plates-formes et de technologies différentes. Les clients légers (navigateur, déport d interface) sont situés sur des stations de travail connectées à un réseau souvent hétérogène et de grande échelle. Des serveurs dédiés peuvent exister pour chaque fonctionnalité (par exemple, serveurs d applications Web sous Unix, serveurs de fichiers de type Filer utilisant un système d exploitation propriétaire). Le temps d accès aux données sur disque diminuant moins rapidement que la croissance de la capacité de traitement des processeurs (loi de Moore), les éléments de stockage sont de plus en plus souvent importants et mutualisés sur des baies ou des bandes externes, voire déportés géographiquement et utilisés via des middlewares de communication à forte capacité. Lorsqu il s agit d évaluer les interactions entre toutes ces ressources matérielles, les équipements réseau, des données jusqu aux utilisateurs, il apparaît que les flux à considérer sont à la fois nombreux et complexes. Le comportement du système tout entier ne peut être prédit par simple inspection ou application numérique d une formule mathématique 54 CHAPITRE 3 DU TEST EN CHARGE À LA MODÉLISATION

18 générique, comme cela peut se faire sur des systèmes homogènes situés sur une plate-forme unique. Dans le monde du client-serveur et des applications N-tier, il n est pas évident d identifier les goulots d étranglement et les principaux facteurs déterminant les performances des services applicatifs. Ce qui motive le développement de modèles de performances, c est la possibilité de capturer l essence du comportement d un système réel et de le représenter dans un modèle afin de gagner en perspicacité dans la compréhension de ce comportement. Une fois le modèle d un système établi, il devient possible de l expérimenter et de déterminer alors les facteurs limitant ses performances. Cela permet de suggérer des améliorations pertinentes sur la structure du vrai système afin d en améliorer les performances. Dans le monde réel, une telle expérimentation est difficilement réalisable, et ce pour plusieurs raisons : le système peut ne pas encore exister et en être à la phase de conception ; le système peut être trop complexe pour être reproduit sur plate-forme ; le réseau peut constituer le goulot d étranglement du système ; il est souvent trop coûteux de dégrader la cohérence d un système sur une base purement spéculative. La disponibilité d un modèle de performances permet d identifier des problèmes de dimensionnement, de capacité et de temps de réponse tôt dans le cycle de vie d un projet, bien avant de déployer le système en production, et bien sûr avec plus de fiabilité qu en se fondant sur son intuition. Sans cette approche, le risque est de ne pas ou de mal identifier les goulots d étranglement réels du système. La tentation est alors de se fonder sur l intuition, laquelle est souvent trompeuse. En l absence d un modèle de performances, il est fort probable que des sommes d argent importantes seront dépensées inutilement pour «améliorer» des parties du système qui n ont que peu d influence sur les performances globales de l application. L argent investi aura alors été gaspillé. C est ce qu IBM appelle l e-panic quand un problème de performances conduit quasi systématiquement les managers à ajouter des processeurs ou des lignes réseau sans que la cause du problème soit identifiée. La modélisation des performances fournit un moyen relativement peu coûteux d évaluer l impact de différentes configurations de système sur les performances. L effort à fournir dans un projet de modélisation ne doit cependant pas être sous-estimé. Les gains potentiels liés à l absence de réingénierie ou de modification de la conception d un système grâce à la mise 55

19 en œuvre du modèle de performances tôt dans la vie du projet font plus que justifier son coût. La modélisation d une application de type client-serveur ou N-tier a pour objectif de comprendre le comportement dynamique d un système et d en évaluer les facteurs sensibles (par exemple, le nombre maximal de threads) et les principaux paramètres de performances (temps de réponse, utilisation, débit de traitement). La modélisation des performances et le capacity planning Les enseignements tirés de l expérience acquise à France Télécom sont donnés ci-après. Modélisation La modélisation des performances offre une vue d ensemble sur les solutions étudiées, qui peuvent impliquer beaucoup de serveurs et des réseaux hétérogènes multiples. Ainsi, la modélisation des performances permet de prévoir les temps de réponse de bout en bout perçus par l utilisateur final. La modélisation des performances se positionne sur l analyse proactive et ponctuelle des performances tôt dans le cycle de vie d un projet (préproduction) en garantissant que les calculateurs à déployer satisferont aux objectifs de performance spécifiés, et ce sans interrompre les systèmes en exploitation. La modélisation des performances utilise le processus de capacity planning pour injecter des données permettant de valider ses modèles et transmettre les résultats de ses modèles aux équipes de capacity planning pour mise à jour lors des évolutions du système Capacity Planning Le capacity planning s intéresse à l impact d évolutions existantes de la charge sur un environnement de production spécifique et permet de prévoir l évolution de la capacité de systèmes appartenant à une plate-forme spécifique ainsi que les durées internes de traversée de ces systèmes pour une transaction applicative donnée. Le capacity planning est un service récurrent qui vérifie régulièrement la capacité d un système en production en planifiant les upgrades du système. Figure 43. La distinction entre la modélisation et le Capacity planning. 56 CHAPITRE 3 DU TEST EN CHARGE À LA MODÉLISATION

20 Le capacity planning est plus rentable et efficace s il est réalisé avant le déploiement du système. Les problèmes de performance résultant d un manque de capacité sont plus complexes et coûteux à résoudre après le déploiement. Le capacity planning fournit des informations nécessaires à la définition des exigences futures en termes de nouveaux équipements informatiques, de capacité réseau supplémentaire ou de nouveaux besoins relatifs à l infrastructure technique. Une organisation indépendante et spécialisée dans les architectures des applications Web est la garantie d une analyse objective des exigences en termes de ressources applicatives : en conséquence, cela permet de préparer de manière adéquate le système et le réseau au trafic spécifié. La modélisation des performances apporte une plus-value complémentaire aux tests en charge. Le nombre de demandes en amont du cycle de vie des projets qui permettent de fournir une vue globale sur les performances d un projet ne cesse d augmenter. Il est prévisible que nous aurons bientôt besoin de prévoir des outils et des méthodes permettant de transmettre et de pérenniser nos modèles pour les équipes de supervision en production. Marché Services, réseau, système À quelle vitesse la charge va-t-elle augmenter? Quelle est la QoS du service, du réseau, du système? Comment améliorer le service? Prévision Monitoring Architecture, conception Quelles sont les demandes des clients? Avec quelle qualité de service? Quel est l'impact de l'introduction d'un nouveau service? Comment va évoluer la qualité de service lorsque la charge va augmenter? Utilisabilité Modélisation Evaluation Les performances satisfont-elles les exigences? Figure 44. L utilisation de la modélisation par le capacity planning. 57

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Architecture des calculateurs

Architecture des calculateurs Chapitre 1 Architecture des calculateurs 1.1 Introduction Ce paragraphe n a pas la prétention de présenter un cours d informatique. D une manière générale, seuls les caractéristiques architecturales qui

Plus en détail

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino avec MailFlow Analyzer TM un produit de l Infrastructure Management Suite TM Copyright COOPERTEAM SOFTWARE 2013 La gestion de

Plus en détail

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA Étude Total Economic Impact réalisée par Forrester Pour SAP Directrice du projet : Shaheen Parks Avril 2014 Analyse des coûts projetés de SAP HANA Économies réalisables en migrant vers SAP HANA Synthèse

Plus en détail

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT FONCTIONNALITÉS GESTION DE PORTEFEUILLE Stratégie d approche permettant de sélectionner les investissements les plus rentables et de créer de la valeur Paramètres

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 09 : CC : Cloud Computing Sommaire Introduction... 2 Définition... 2 Les différentes

Plus en détail

Accédez au test ici http://myspeed.visualware.com/index.php

Accédez au test ici http://myspeed.visualware.com/index.php Test de vitesse VoIP Pourquoi faire le test? Un test de vitesse VoIP est un moyen efficace d évaluer la capacité de votre connexion Internet à prendre en charge un système de téléphonie VoIP. D autres

Plus en détail

6761 Validation de la conformité 21.03.2007

6761 Validation de la conformité 21.03.2007 6761 Validation de la conformité 21.03.2007 Peter DAEHNE 1 Tests de stress Les tests de stress permettent d étudier le comportement du logiciel lorsque celui-ci est mis dans des situations extrêmes, aux

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

Pilot4IT Monitoring : Mesurez la qualité et la performance perçue de vos applications.

Pilot4IT Monitoring : Mesurez la qualité et la performance perçue de vos applications. Pilot4IT Monitoring : Mesurez la qualité et la performance perçue de vos applications. La supervision est la «surveillance du bon fonctionnement d un système ou d une activité». Elle permet de surveiller,

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

«Scale-to-fit» Storage

«Scale-to-fit» Storage LIVRE BLANC «Scale-to-fit» Storage Faites évoluer votre stockage de façon totalement transparente grâce au «Scale-to-Fit» de Nimble Storage. Ce livre blanc explique comment les solutions Nimble Storage

Plus en détail

Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire

Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire FICHE PRODUIT Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire BENEFICES Des projets réussis dans les délais et les budgets La bonne donnée disponible au

Plus en détail

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009» Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Rapport Technique" Thème : conception et développement logiciel Note : 15,75/20 Rapport technique

Plus en détail

Gé nié Logiciél Livré Blanc

Gé nié Logiciél Livré Blanc Gé nié Logiciél Livré Blanc Version 0.2 26 Octobre 2011 Xavier Blanc Xavier.Blanc@labri.fr Partie I : Les Bases Sans donner des définitions trop rigoureuses, il faut bien commencer ce livre par énoncer

Plus en détail

Retour d expérience RATP. Intégrer le test de performance au cœur du processus de développement agile. Challenges, techniques, résultats.

Retour d expérience RATP. Intégrer le test de performance au cœur du processus de développement agile. Challenges, techniques, résultats. Retour d expérience RATP Intégrer le test de performance au cœur du processus de développement agile. Challenges, techniques, résultats. Les intervenants Alexis Bourgeois Chef de projet MOE (front web)

Plus en détail

!-.!#- $'( 1&) &) (,' &*- %,!

!-.!#- $'( 1&) &) (,' &*- %,! 0 $'( 1&) +&&/ ( &+&& &+&))&( -.#- 2& -.#- &) (,' %&,))& &)+&&) &- $ 3.#( %, (&&/ 0 ' Il existe plusieurs types de simulation de flux Statique ou dynamique Stochastique ou déterministe A événements discrets

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010 assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients est un portefeuille de solutions de gestion matures et intégrées, qui contribue

Plus en détail

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations Auteur: Fabian PIAU, Master 2 MIAGE, Nantes La Gestion des Configurations est un processus issu d ITIL version 2 qui aide au soutien du service («Service

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Modélisation des Systèmes d Information Jean-Yves Antoine

Modélisation des Systèmes d Information Jean-Yves Antoine Modélisation des Systèmes d Information Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine Processus de développement logiciel Jean-Yves Antoine U. Bretagne Sud - UFR SSI - IUP Vannes année 2001-2002

Plus en détail

ENTREPÔTS ET MAGASINS

ENTREPÔTS ET MAGASINS Michel Roux ENTREPÔTS ET MAGASINS Tout ce qu il faut savoir pour concevoir une unité de stockage Cinquième édition, 1995, 2001, 2003, 2008, 2011 ISBN : 978-2-212-55189-1 2 LES PHASES DE SIMULATION DE VALIDATION

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives

DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives Comment assurer une expérience utilisateur exceptionnelle pour les applications métier

Plus en détail

Guide de sélection d une solution de planification

Guide de sélection d une solution de planification Guide de sélection d une solution de planification Liste des points essentiels que votre prochaine solution de planification doit couvrir Une publication de PlanningForce Table des matières 1. Ressources

Plus en détail

Métrologie réseaux GABI LYDIA GORGO GAEL

Métrologie réseaux GABI LYDIA GORGO GAEL Métrologie réseaux GABI LYDIA GORGO GAEL Métrologie Définition : La métrologie est la science de la mesure au sens le plus large. La mesure est l'opération qui consiste à donner une valeur à une observation.

Plus en détail

Gestion des Incidents (Incident Management)

Gestion des Incidents (Incident Management) 31/07/2004 Les concepts ITIL-Incidents 1 «Be prepared to overcome : - no visible management ou staff commitment, resulting in non-availability of resources - [ ]» «Soyez prêts a surmonter : - l absence

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

Notre offre Système. systemes@arrabal-is.com

Notre offre Système. systemes@arrabal-is.com systemes@arrabal-is.com Généralités Généralités des systèmes Windows Les systèmes Microsoft sont au cœur du système d information de la majorité des entreprises, si bien qu environ 90% des postes utilisateurs

Plus en détail

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système Présentation Diapo01 Je m appelle Michel Canneddu. Je développe avec 4D depuis 1987 et j exerce en tant qu indépendant depuis 1990. Avant de commencer, je tiens à remercier mes parrains Jean-Pierre MILLIET,

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires TIME WINDOW DRIVEN REPORTING POUR DES ANALYSES ET DES RAPPORTS COMPLETS ET EXACTS, À TEMPS TOUT LE TEMPS www.secondfloor.com eframe pour optimiser

Plus en détail

Aquis. Gestion de réseaux hydrauliques

Aquis. Gestion de réseaux hydrauliques Aquis Gestion de réseaux hydrauliques 80% de votre capital est investi dans le réseau de distribution Aquis vous donne un contrôle total 2 Un avenir plein de défis Sans informations en temps réel relatives

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

Présentation du déploiement des serveurs

Présentation du déploiement des serveurs Présentation du déploiement des serveurs OpenText Exceed ondemand Solutions de gestion de l accès aux applications pour l entreprise OpenText Connectivity Solutions Group Février 2011 Sommaire Aucun environnement

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Livre banc. Contrôle de trajet dynamique : la base de votre WAN hybride

Livre banc. Contrôle de trajet dynamique : la base de votre WAN hybride Contrôle de trajet dynamique : la base de votre WAN hybride Le réseau étendu (WAN, wide area network) a connu bien peu d innovations pendant une grande partie de la dernière décennie. Alors que le reste

Plus en détail

INDUSTRIES TECHNIQUES

INDUSTRIES TECHNIQUES Version 2 «Chimiste» Le métier s entend exercé par des femmes et des hommes. L emploi du pronom personnel «il» est donc générique et concerne autant les femmes que les hommes. APPELLATION(S) DU METIER

Plus en détail

Microsoft IT Operation Consulting

Microsoft IT Operation Consulting Microsoft IT Operation Consulting Des offres de services qui vous permettent : D améliorer l agilité et l alignement de votre IT aux besoins métier de votre entreprise. De maîtriser votre informatique

Plus en détail

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1 JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE Jaspersoft et le paysage analytique 1 Ce texte est un résumé du Livre Blanc complet. N hésitez pas à vous inscrire sur Jaspersoft (http://www.jaspersoft.com/fr/analyticslandscape-jaspersoft)

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD1 Exercices Exercice 1 : Décrivez les facteurs internes qui ont un impact sur les communications réseau. Les facteurs internes ayant un impact sur les communications sont liés à la nature

Plus en détail

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES PLAN LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX & ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES Copyright BV Associates 2013 IMEPSIA TM est une marque déposée par BV Associates Page 1 SOMMAIRE 1 PRINCIPES GENERAUX

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Création d un catalogue en ligne

Création d un catalogue en ligne 5 Création d un catalogue en ligne Au sommaire de ce chapitre Fonctionnement théorique Définition de jeux d enregistrements Insertion de contenu dynamique Aperçu des données Finalisation de la page de

Plus en détail

LES TESTS. Les tests. Organisation d un projet de recette Les types de tests Les outils

LES TESTS. Les tests. Organisation d un projet de recette Les types de tests Les outils Les tests Organisation d un projet de recette Les types de tests Les outils Organiser le déroulement des tests Spécifier Exécuter les Cahiers de tests les Cahiers de tests Analyser les résultats Correction

Plus en détail

INSTRUCTION INTERPRETATION DU VLA.4/VAN.5 DANS LE DOMAINE DU LOGICIEL

INSTRUCTION INTERPRETATION DU VLA.4/VAN.5 DANS LE DOMAINE DU LOGICIEL PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense nationale Direction centrale de la sécurité des systèmes d information Paris, le 23 octobre 2008 N 2411/SGDN/DCSSI/SDR Référence : VUL/I/01.1 INSTRUCTION

Plus en détail

IBM Managed Security Services for Web Security

IBM Managed Security Services for Web Security Description des services 1. Nature des services IBM Managed Security Services for Web Security Les services IBM Managed Security Services for Web Security («MSS for Web Security») peuvent inclure : a.

Plus en détail

Exemple de rapport simplifié de Test de charge

Exemple de rapport simplifié de Test de charge syloe.fr http://www.syloe.fr/conseil/test de charge/exemple de rapport simplifie de test de charge/ Exemple de rapport simplifié de Test de charge Contexte du test de charge Un client nous soumet une problématique

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

agility made possible

agility made possible DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives Comment assurer une expérience utilisateur exceptionnelle pour les applications métier

Plus en détail

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes"

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie étude de cas architecture et systèmes Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes" Note obtenue : 14,75/20 HEBERGE-TOUT Le 25 mars 2010 A

Plus en détail

Installer Joomla. 2013 Pearson France Joomla! Le guide officiel Jennifer Marriott, Elin Waring

Installer Joomla. 2013 Pearson France Joomla! Le guide officiel Jennifer Marriott, Elin Waring 3 Installer Joomla Dans ce chapitre, nous procéderons au téléchargement et à l installation manuelle de Joomla, et nous expliquerons la configuration de base. Les captures d écran et les instructions font

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

FileMaker Pro 13. Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 13

FileMaker Pro 13. Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 13 FileMaker Pro 13 Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 13 2007-2013 FileMaker, Inc. Tous droits réservés. FileMaker, Inc. 5201 Patrick Henry Drive Santa Clara, Californie 95054

Plus en détail

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION KEOPS Automation Espace Performance 2B, rue du Professeur Jean Rouxel BP 30747 44481 CARQUEFOU Cedex Tel. +33 (0)2 28 232 555 -

Plus en détail

Intégration et protection de données Avril 2008. IBM ireflect : Intégration et protection des données pour les environnements Oracle

Intégration et protection de données Avril 2008. IBM ireflect : Intégration et protection des données pour les environnements Oracle Avril 2008 IBM ireflect : Intégration et protection des données pour les environnements Oracle Page 2 Le saviez-vous? ireflect peut répliquer les données entre différentes versions d Oracle, vous permettant

Plus en détail

Chapitre 2 : Cycles de vie logiciel et méthodes de développement G L & A G L 2 0 1 4 / 2 0 1 5

Chapitre 2 : Cycles de vie logiciel et méthodes de développement G L & A G L 2 0 1 4 / 2 0 1 5 Chapitre 2 : Cycles de vie logiciel et méthodes de développement G L & A G L 2 0 1 4 / 2 0 1 5 Plan Chapitre 2 Modèles de cycles de vie Méthodes de développement : Méthode lourde Méthode agile Exemple

Plus en détail

DUT Informatique Module Système S4 C Département Informatique 2009 / 2010. Travaux Pratiques n o 5 : Sockets Stream

DUT Informatique Module Système S4 C Département Informatique 2009 / 2010. Travaux Pratiques n o 5 : Sockets Stream iut ORSAY DUT Informatique Département Informatique 2009 / 2010 Travaux Pratiques n o 5 : Sockets Stream Nom(s) : Groupe : Date : Objectifs : manipuler les primitives relatives à la communication par sockets

Plus en détail

CH.3 SYSTÈMES D'EXPLOITATION

CH.3 SYSTÈMES D'EXPLOITATION CH.3 SYSTÈMES D'EXPLOITATION 3.1 Un historique 3.2 Une vue générale 3.3 Les principaux aspects Info S4 ch3 1 3.1 Un historique Quatre générations. Préhistoire 1944 1950 ENIAC (1944) militaire : 20000 tubes,

Plus en détail

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com L essentiel Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base web aucotec.com Les défis La globalisation des structures d ingénierie avec le travail en réseau sur des sites dispersés

Plus en détail

Les Bonnes PRATIQUES DU TEST LOGICIEL

Les Bonnes PRATIQUES DU TEST LOGICIEL Les Bonnes PRATIQUES DU TEST LOGICIEL SOMMAIRE Qu est-ce que le test logiciel? Pourquoi le test est-il un maillon crucial de l ingénierie logicielle? Quels sont les différents types de tests? Qu est-ce

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre

Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre La tendance actuelle vers une conception distribuée de l entreprise, avec des agences, des centres de

Plus en détail

CHOISIR UN TEST A EXECUTER

CHOISIR UN TEST A EXECUTER CHOISIR UN TEST A EXECUTER Suivez le rythme rapide des cycles de publication. Découvrez l automatisation et ses interactions humaines. EXÉCUTER UN TEST 03082015 Borland permet à tous les intervenants,

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

MAIRIE DE LA WANTZENAU MARCHE DE FOURNITURES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CHARGES

MAIRIE DE LA WANTZENAU MARCHE DE FOURNITURES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CHARGES MAIRIE DE LA WANTZENAU MARCHE DE FOURNITURES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CHARGES LOT 2 Fourniture et installation d un système de GED pour la Mairie de La Wantzenau. Fiche technique Cahier des Charges

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Modèles à Événements Discrets. Réseaux de Petri Stochastiques

Modèles à Événements Discrets. Réseaux de Petri Stochastiques Modèles à Événements Discrets Réseaux de Petri Stochastiques Table des matières 1 Chaînes de Markov Définition formelle Idée générale Discrete Time Markov Chains Continuous Time Markov Chains Propriétés

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

Service HP de réparation du matériel sur site dans un délai de 6 heures Services contractuels d assistance clientèle HP

Service HP de réparation du matériel sur site dans un délai de 6 heures Services contractuels d assistance clientèle HP Service HP de réparation du matériel sur site dans un délai de 6 heures Services contractuels d assistance clientèle HP Notre équipe de spécialistes de l assistance commencera rapidement à dépanner votre

Plus en détail

Projet Informatique. Philippe Collet. Licence 3 Informatique S5 2014-2015. http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415

Projet Informatique. Philippe Collet. Licence 3 Informatique S5 2014-2015. http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415 Projet Informatique Philippe Collet Licence 3 Informatique S5 2014-2015 http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415 Réalisation d'un développement de taille conséquente? r Firefox? Ph.

Plus en détail

TP N 57. Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites

TP N 57. Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites TP N 57 Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites L objet de ce TP est d optimiser la stratégie de déploiement et de renouvellement d une constellation de satellites ainsi que les

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333)

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) Cours #7 Hiver 2012 Ordre du jour Gestion des risques Introduction Concepts & définitions Processus d analyse Outils & méthodes Résultats Pause de 15 minutes Suivit des coûts

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail

Cahier de charges Projet 24

Cahier de charges Projet 24 Cahier de charges Projet 24 Répartition automatique de surcharge sur serveur web virtualisé Etudiants : KAOUACHI Youssef ELFELLAH Amine Encadré par : M. HAYEL Yezekael Année universitaire : 2008/2009 I-

Plus en détail

Mesurer l efficacité de la formation

Mesurer l efficacité de la formation Pascaline MALASSINGNE Mesurer l efficacité de la formation Évaluer le résultat et la rentabilité, 2007 ISBN : 978-2-212-53794-9 Chapitre 5 Les trois cartes de l efficacité en formation La démarche finalisée

Plus en détail

CLOUD CP3S SOLUTION D INFRASTRUCTURE SOUMIS À LA LÉGISLATION FRANÇAISE. La virtualisation au service de l entreprise. Évolutivité. Puissance.

CLOUD CP3S SOLUTION D INFRASTRUCTURE SOUMIS À LA LÉGISLATION FRANÇAISE. La virtualisation au service de l entreprise. Évolutivité. Puissance. CLOUD CP3S La virtualisation au service de l entreprise Virtualisation / Cloud Évolutivité Sécurité Redondance Puissance SOLUTION D INFRASTRUCTURE SOUMIS À LA LÉGISLATION FRANÇAISE SOLUTION D INFRASTRUCTURE

Plus en détail

Génie Logiciel. Hassan El Mansouri

Génie Logiciel. Hassan El Mansouri Hassan El Mansouri 1 Plan du cours Problématique et naissance du génie logiciel Cycle de développement, cycle de vie, cahier des charges Patrons de conception Programmation par composants, réutilisation

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Calatik, la vision métier et technique pour simplifier le pilotage du système d information

Calatik, la vision métier et technique pour simplifier le pilotage du système d information Calatik, la vision métier et technique pour simplifier le pilotage du système d information Le contexte : trop d outils, d écrans et de complexité Dans le domaine du pilotage du système d information,

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

Garantir la qualité et la disponibilité des services métier fournis à vos clients

Garantir la qualité et la disponibilité des services métier fournis à vos clients FICHE DE PRÉSENTATION DE LA SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010 Garantir la qualité et la disponibilité des services métier fournis à vos clients we can est un portefeuille de solutions de gestion mûres

Plus en détail

C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process

C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process AVANTAGE PRODUCTION Siège social : 15 rue ampère - 60800 Crépy en Valois Tel: + 33 (0)1 76 77 26 00 - info@avantageproduction.com SARL au

Plus en détail

Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing

Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing Les Clusters Les Mainframes Les Terminal Services Server La virtualisation De point de vue naturelle, c est le fait de regrouper

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

L ecoute, Le service, l echange,

L ecoute, Le service, l echange, L ecoute, Le service, l accompagnement, L assistance, l echange, la formation, le partenariat Acquérir nos solutions, ce n est pas seulement obtenir un outil informatique, c est également accéder à de

Plus en détail

Génie Logiciel. Hassan El Mansouri. Plan du cours. Problématique du Génie Logiciel

Génie Logiciel. Hassan El Mansouri. Plan du cours. Problématique du Génie Logiciel Hassan El Mansouri 1 Plan du cours Cycle de développement, cycle de vie, cahier des charges Patrons de conception Programmation par composants, réutilisation de composants Gestion des exceptions Stratégies

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

IBM Tivoli Identity Manager

IBM Tivoli Identity Manager Automatise la gestion du cycle de vie des identités IBM Tivoli Identity Manager Points forts Gérer l accès aux systèmes hérités et e-business Un moteur de dimensionnement intégré pour automatiser la Permet

Plus en détail

LA GESTION D ASTREINTE White Paper

LA GESTION D ASTREINTE White Paper LA GESTION D ASTREINTE White Paper GENERALITES SUR LA GESTION D ASTREINTE :... 2 POURQUOI METTRE EN PLACE UNE GESTION D ASTREINTE AUTOMATISEE?... 2 LA TRANSMISSION DE L INFORMATION, LE NERF DE LA GESTION

Plus en détail

les outils de la gestion de projet

les outils de la gestion de projet les outils de la gestion de projet Sommaire Objectifs de la gestion de projet Les étapes du projet Les outils de gestion de projets Paramétrage de l outil PROJET : «ensemble des actions à entreprendre

Plus en détail

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC?

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Clément Brossard, Clément Joulain, le 10/07/2014 Sommaire 1. Introduction... 2 2. Couplage DC... 2 a) Présentation... 2 b) Fonctionnement et régulation...

Plus en détail

GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES

GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES UN GUIDE ESSENTIEL : GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES Vue d ensemble Dans presque tous les secteurs des services de santé aux services financiers de l industrie

Plus en détail